Aller au contenu
  •   Bienvenue sur Internazionale.fr !

    Rejoignez dès maintenant la plus grande Communauté francophone de tifosi de l'Inter ! 🖤💙
     

Zanetti: "L’Inter, ma maison."


Damien

Messages recommandés

1334348326_IVjTl.jpg

 

APPIANO GENTILE - Javier Zanetti était l’invité de l’émission "Prima Serata" d’Inter Channel. En compagnie d’Edoardo Caldara et de Roberto Scarpini, Zanetti est revenu sur les étapes importantes de son incroyable carrière.

 

Internazionale.fr vous propose de découvrir ses propos:

 

Zanetti confie que, en face de ses statistiques qui font peur, son grand secret est la normalité:

 

"Je ne suis pas du tout un calculateur, je vis au jour le jour. J’aime ce que je fais et j’essaie de trouver le bonheur dans les petites choses que je dois affronter tous les jours. J’avance comme ça et je me sens bien avec moi-même."

 

Dans le long film qui le relie à l’Inter, le symbole qui dépasse les autres est celui d’avoir soulevé le trophée de la Ligue des Champions à Madrid:

 

"L’expression sur mon visage restera toujours, ça résume tous les sentiments que j’ai ressentis et cultivés durant toutes ces années."

 

C’était le 27 août 1995, Inter contre Vicenza au stade Meazza, Roberto Carlos a marqué de son pied gauche et Javier Zanetti faisait ses débuts en Serie A. Le temps a passé, mais le garçon sans âge de Buenos Aires est toujours là...

 

"Parfois j’y pense: c’est vraiment quelque chose de massif que d’être le capitaine d’une génération, c’est émotionellement fort et ça me remplit de fierté."

Une réponse pour Martina, une abonnée d’Inter Channel qui a eu la chance de discuter avec Pupi:

"J’aime les tifosi: durant toutes ces années, ils m’ont donné tellement et ils m’ont accueilli à bras ouverts quand j’étais encore un jeune garçon. Des tifosi, j’en ai rencontré beaucoup, et ils m’ont tous donné quelque chose d’important à leur manière: de l’affection."

 

Et sur l’avenir ? Zanetti n’est jamais pris au dépourvu: 

"Le futur, c’est dimanche. Avant tout, il faut conclure au mieux cette saison, en cultivant l’espoir de rejoindre une place qualificative en Ligue des Champions. Après, nous verrons ce qui arrivera et quel sera le programme du Président et de la société. Je suis toujours disponible, je me porte bien, je me sens bien, j’espère encore contribuer: sur le terrain, sur le banc, ou en tribune. C’est ce que j’ai toujours dit aux entraîneurs."

 

Le premier Scudetto est arrivé le 26 juillet 2006, Zanetti a appelé le président Moratti et Giancito Facchetti depuis le vestiaire de Bolzano où l’Inter disputait un match amical contre Monaco durant la pré-saison. Il explique:

 

"Je pense que nous nous sommes dit des choses magnifiques ce soir-là. Nous pensions mériter ce titre pour tout ce que nous avions traversé avant ça. Nous avons pris conscience que ça pouvait être le point de départ de quelque chose de merveilleux, mais nous devions être à la hauteur de la tâche, nous devions le mériter. Nous avons fait cela et nous avons gagné tout ce qu’il y avait à gagner, et nous avons toujours ce désir aujourd’hui: nous voulons recommencer à gagner et soulever des trophées le plus tôt possible. Avant ce jour de 2006, personne ne pouvait répondre à toutes les questions, mais j’ai toujours cru que le travail de l’Inter allait payer."

D’un souvenir particulier au présent, et Andrea Stramaccioni:

"Il est bon. Il est arrivé et il a été humble et honnête depuis le début. Il a des idées très claires, il aime une certaine forme de football et nous nous y somme tous intégrés, en espérant que nous serons capables de finir la saison du mieux que nous pouvons et qu’Andrea puisse continuer: espérons que ces quelques mois soient le début d’une grande carrière d’entraîneur pour lui. C’est vrai qu’il n’a pas beaucoup d’expérience de travail avec une équipe première, mais depuis le premier jour, il l’a fait comme un entraîneur talentueux: il est attentif au moindre détail et il est très galvanisant."

 

Alors, Javier, vous aimeriez avoir Stramaccioni comme entraîneur la saison prochaine ?

 

"Oui, nous travaillons bien ensemble et il y a beaucoup d’enthousiasme à l’entraînement, mais c’est normal que ce soit le président et le club qui décident de ce qui est le mieux, car l’Inter doit recommencer à viser les objectifs les plus hauts."

 

Contre Siena, Javier Zanetti a atteint sa 570ème apparition en Serie A, égalant ainsi Dino Zoff. Le capitaine vise maintenant Gianluca Pagliuca (592 présences mais avec des clubs différents), alors que Paolo Maldini, avec 647 apparitions sous les couleurs du Milan AC, semble difficile à atteindre, du moins pour l’instant:

 

"On parle de chiffres importants...égaler Zoff, qui était une légende du football et pas seulement en Italie, mais dans le monde entier, est une raison pour se sentir très fier. Je le remercie pour ses paroles sympathiques. C’est une sensation incroyable d’être troisième sur la liste et être si proche de mon ami et ancien co-équipier, Pagliuca. Ca semblait impossible quand nous fêtions ma 400ème apparition avec l’Inter, et maintenant on est presqu’au double."

 

"Ici, c’est ma maison, et être le capitaine de l’Inter est une expérience magnifique. Je me rappelle lorsque j’ai porté le brassard de capitaine pour la première fois, et je me souviens quand, quelques matchs plus tard, avec l’accord du club, je l’ai donné à Ronaldo pour plusieurs matchs: il traversait alors une période très difficile et il avait besoin d’autant de motivation que possible pour revenir aider l’équipe, j’étais heureux de le lui donner. Ensuite, il m’est revenu et je l’ai gardé depuis. J’ai levé les trophées les plus importants dans l’histoire récente de l’Inter avec ce brassard, mais j’ai aussi vécu des moments difficiles avec lui, lorsque nous ne gagnions pas. Mais ce n’était jamais un problème, même quand les victoires n’arrivaient pas, j’ai toujours apprécié la responsabilité. Les difficultés vous aident à grandir et à vous améliorer: j’ai grandi et me suis amélioré à travers les difficultés, ici, avec l’Inter."

 

 

 

Durant l’émission, l’ancien gardien de la Squadra Azzurra, Dino Zoff, est intervenu depuis Rome par vidéo interposée pour parler de celui qui l’a rejoint avec ses 570 matchs en Serie A:

 

Qu’est-ce que cela fait de voir quelqu’un dépasser votre nombre d’apparitions ?

 

"Ca fait du bien car je pense que Javier Zanetti est une personne exceptionnelle à tout point de vue. Physiquement, il est extraordinaire: atteindre ce nombre de matchs à la position qu’il occupe - car c’est plutôt facile pour un gardien - c’est grand, vous devez affronter vos adversaires en prenant en compte le temps de récupération, etc... Je suis heureux qu’il n’arrête pas, car je pense qu’il devrait y avoir plus de personnes comme Zanetti dans le football. Je ne veux pas dire au même niveau, car il est phénoménal, mais dans la manière dont il se comporte sur le terrain et dans la vie, je ne l’ai jamais entendu dire un mot hors de propos. Alors j’espère vraiment qu’il continuera encore longtemps car il mérite tout."

 

Zanetti ne ressemble t-il pas un peu à un joueur de votre époque ? On ne voit plus vraiment de joueurs attachés à un seul club: est-ce qu’il vous rappelle comment le football était autrefois ?

 

"Certainement, mais il me le fait rappeler également par son comportement sur le terrain, je ne l’ai jamais vu faire quelque chose de honteux ou d’anti-sportif, c’est un vrai sportif, il a les qualités parfaites d’un footballeur et d’un homme, et il semble faire partie d’une époque révolue, car à cette époque, il n’y avait pas de folles célébrations après un but, ce théâtre que vous voyez sur les terrains actuellement. Je ne l’ai jamais vu protester après une petite faute. Donc, oui, je dirais qu’il est un footballeur de mon temps, mais il continue encore, il est éternel, et comme je l’ai dit, je suis heureux parce que lorsque quelqu’un a autant de mérite qu’il en a, il est juste qu’il me dépasse et les autres aussi, et j’espère qu’il continuera encore un grand nombre d’années. Alors bonne chance à lui et qu’il continue ainsi."

 

Zanetti vous attendait à Appiano Gentile, mais vous avez votre tennis à Rome...

 

"Si j’avais été dans les environs, je m’y serais rendu. Si l’occasion se présente, je serai heureux de le faire car c’est quelqu’un pour qui j’ai une immense estime."

 

Prenons rendez-vous: le 13 mais, la veille d’Inter - Lazio, si il ne manque pas un match, Zanetti participera à son 800ème match avec l’Inter.

 

"Dans ce cas, j’y serai certainement, si mon emploi du temps me le permet."

 

 

Rédigé par stan78 & p-h08 (inter.it)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 3
  • Création
  • Dernière réponse

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...