Aller au contenu
  •   Bienvenue sur Internazionale.fr !

    Rejoignez dès maintenant la plus grande Communauté francophone de tifosi de l'Inter ! 🖤💙
     

Julio Cesar: "300 matchs, 300 histoires"


Damien

Messages recommandés

1330468153_julio.jpg

 

APPIANO GENTILE - 300 matchs pour Julio Cesar: un nombre important qui représente le total d’apparitions que le gardien brésilien atteindra lors du "Derby della Madonnina" de dimanche. A cette occasion, il s’est entretenu avec Roberto Scarpini pour l’émission d’Inter Channel "A tu per tu".

 

Internazionale.fr vous propose de découvrir ses propos:

 

"Oui, c’est un nombre important, mais je suis tout de même très loin de Javier Zanetti. Je suis content que cela arrive pour le derby, qui représente un match et une saison en lui-même. 300 apparitions et un match spécial: tout ce dont nous avons besoin maintenant, c’est d’une victoire pour réellement le célébrer."

 

En parlant de Zanetti, le brésilien ne cache pas son admiration pour le capitaine argentin:

 

"Il est très chanceux d’un point de vue physique: Dieu lui a donné un corps incroyable et ça lui a permis d’atteindre ces records. Mais c’est aussi un professionnel incroyable et un exemple merveilleux, chapeau bas pour lui."

 

Julio Cesar parle ensuite de sa propre carrière à l’Inter:

 

"Tellement de choses sont arrivées durant ces 300 matchs. Il y a eu des bons et des mauvais moments, mais dans mon cas, je pense pouvoir dire qu’il y a eu plus de bons moments que de mauvais. Si je devais choisir l’instant le plus inoubliable ? Le premier serait celui de mes débuts, en Ukraine contre le Shakhtar Donetsk: c’est là où mon aventure a commencé. Le second est mon arrêt face à Messi: c’était comme un but pour moi, un retourné acrobatique ou un lob astucieux...oui, c’était mon lob. Et puis, bien sûr, il y a la finale à Madrid, où je n’ai eu que deux arrêts à faire, mais dont un était crucial. Mourinho m’a tout de suite dit que c’était un arrêt déterminant et c’était agréable d’entendre ces mots."

 

Julio Cesar s’arrête et demande à Scarpini:

 

"Je peux donner cinq moments plutôt que trois ? Car je n’oublierai jamais le Scudetto de 2007: au Brésil avec Flamengo, j’ai joué pendant quatre ans pour ne pas descendre, et une saison j’ai fini le championnat au milieu du classement, alors c’était magnifique de gagner un titre. Je me rappelle également avoir arrêté un penalty contre Empoli. Si je ne l’avais pas arrêté, nous aurions fait match nul, mais nous avons gagné. Et si nous n’avions pas gagné ce match, la Roma se serait dangereusement rapprochée de nous."

Du passé au présent, car il y a un derby à jouer et c’est match en lui-même:

 

"Il n’y a ni favori ni outsider dans un derby. Un derby est un derby, un match spécial, un championnat à part entière. Ca ne changerait rien si les deux équipes étaient en haut du classement, personne ne veut perdre un derby. Nous ne voulons bien sûr pas le perdre, pour nous et pour les tifosi. Nous ressentons une responsabilité vis-à-vis de nos tifosi et c’est une autre raison pour laquelle nous sommes déterminés à gagner: de ce fait, même dans cette saison qui n’a pas été fantastique - qui a même été horrible - les tifosi auront une raison d’être heureux. Et cela inclut mon fils, Cauet. Il apprend à mieux gérer les défaites qu’auparavant, mais Inter - Milan est toujours Inter - Milan, personne ne veut le perdre, tout ce que vous voulez, c’est la victoire, même pas de match nul."

Il est concentré sur le derby, mais Julio Cesar dit quelques mots sur la défaite de Parma:

 

"Les tifosi peuvent penser que Lucio est à blâmer, mais c’est faux. Si nous n’atteignons pas la troisième place, ça ne sera pas de sa faute - ce qui est arrivé peut arriver à n’importe qui, moi y compris. Si nous échouons, l’échec sera à mettre sur le compte des matchs contre Novara et tous les autres matchs que nous avons raté cette saison, une saison où nous n’avons pas été bons d’une façon générale. Nous avons essayé et nous essayons encore, car mathématiquement nous avons encore une chance, et même s’il s’agit d’une petite chance, nous devons la poursuivre. Mais je voulais clarifier cela à propos de Lucio, car ce n’est pas seulement un coéquipier, mais aussi un joueur de classe mondiale qui a tout gagné dans sa carrière. Ce n’est pas de sa faute, l’Inter dans sa globalité a fait une saison terrible. Nous avons remporté beaucoup de victoires dans le passé, mais malheureusement, ça été une autre histoire cette saison. La troisième place est encore plus difficile maintenant, mais nous espérons finir la saison le mieux possible, et ensuite nous nous concentrerons sur la prochaine saison, qui je crois sera très différente de celle-ci. Je suis impatient de recommencer, un peu comme quand vous perdez sur la Playstation, vous voulez recommencez tout de suite. Nous savons que nous sommes bons. Sur le plan personnel, je veux prouver que j’ai encore mon mot à dire, et pour mes coéquipiers, c’est la même chose. La saison prochaine, il y aura beaucoup d’enjeux: le prestige, la fierté, et également le Scudetto."

 

D’un gardien à un autre, on demand à Julio Cesar s’il a un message pour Gianluigi Buffon après son erreur du dernier match:

"Je pense qu’il a fait une saison fantastique, mais pas seulement lui, toute l’équipe. Vous devez accorder du crédit à la Juve pour ce qu’ils ont accompli cette saison - ils n’ont pas perdu un seul match. Il n’y a rien à dire à Buffon: c’est un top-class et il sait comment gérer ces choses. Il a tout gagné, et après cette erreur, les tifosi l’ont applaudi. Il l’ont tous soutenu: les tifosi, ses coéquipiers et le coach. Tout le monde sait quel joueur il est, et dans le vestiaire également. Il n’y a rien à dire, tout ce que je sais, c’est que quand nous faisons de telles erreurs, nous voulons que le prochain match arrive le plus vite possible car nous voulons montrer qui nous sommes vraiment. Cette fois-ci, ça lui est arrivé à lui, mais ça m’est arrivé de nombreuses fois auparavant, ainsi qu’à de nombreux autres gardiens que les gens considèrent comme les meilleurs - Casillas me vient à l’esprit par exemple. Et c’est dans ces moments-là que vous voyez de quoi vous êtes fait: un grand footballeur ne doit pas se laisser démonter, il doit simplement montrer de quoi il est capable."

 

 

Rédigé par stan78 & p-h08 (inter.it)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 0
  • Création
  • Dernière réponse

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...