Aller au contenu
  •   Bienvenue sur Internazionale.fr !

    Rejoignez dès maintenant la plus grande Communauté francophone de tifosi de l'Inter ! 🖤💙
     

Stramaccioni: "Nous sommes l’Inter et nous allons sur le terrain pour gagner"


Damien

Messages recommandés

1345827165_strama.jpg

 

APPIANO GENTILE - Andrea Stramaccioni a donné sa conférence de presse avant le match de Serie A entre la Juventus et l’Inter qui se déroulera au "Juventus Stadium" de Turin ce samedi à 20h45.

 

Internazionale.fr vous propose de découvrir ses propos:

 

Ce n’est jamais un match banal de jouer contre la Juventus, comment est l’équipe et à quel match vous attendez-vous ?

 

"Comment est l’équipe, je vous le dirai demain... Non, je pense que nous avons beaucoup grandi, les résultats positifs augmentent l’estime de soi et la confiance. Nous arrivons à ce match dans de bonnes conditions et avec les bonnes cartes pour y jouer. Je m’attends à un match de haut niveau avec les deux équipes en tête du classement, même s’ils arrivent probablement avec quelque chose de plus rôdé. Nous sommes à un moment important pour évaluer nos progrès."

 

Signeriez-vous pour un match nul ?

"Non, nous sommes l’Inter. Je le vois comme ça, lors de tous les matchs où j’étais l’entraîneur, je n’ai jamais pensé à entrer sur le terrain pour ne pas gagner. Nous allons rencontrer une équipe de niveau, nous verrons comment ça se passe."

Qu’a l’Inter de plus que la Juve ?

 

"Cette équipe me plaît. Nous avons réussi à nous améliorer en moins de temps que nous nous y attendions, cependant, la plus grande sensation est de voir les joueurs et l’environnement aller dans la même direction. Ca donne une grande force à l’entraîneur. Le changement du système de jeu et le fait de tous aller dans la même direction sont de très bons signes."

 

Devons-nous nous attendre à un marquage spécial sur Pirlo ?

"C’est lui qui construit le jeu, je pense que c’est normal d’y être un peu plus attentif et de leur créer des difficultés dans le jeu. Mais ça ne veut pas dire qu’il y aura un marquage sur l’homme."

Lors du dernier Juventus-Inter, vous gagniez le même jour la NextGen Series avec la Primavera. Pensez-vous qu’un résultat positif demain pourrait être un tournant pour vous ?

"Plus d’un point de vue médiatique je pense, car nous ne sommes qu’à la onzième journée. Quelque soit le résultat de ce match, l’Inter en aura beaucoup d’autres qui l’attendent. Ce sera un match important, mais il est trop tôt pour changer les connotations de l’équipe ou des joueurs. Je pense que le résultat aura plus d’écho médiatique que réel: nous pouvons bien faire demain et nous disperser ensuite, ou bien perdre et ensuite rester à la deuxième place, je le pense comme ça."

 

L’invincibilité de la Juve peut-elle être un motif de préoccupation en plus ?

"Ils méritent leurs victoires, ce sont les meilleurs lors de ces deux dernières saisons, mais en voyant le développement de leurs matchs, je pense que nous pouvons jouer tranquillement et nous pouvons viser la victoire. Il n’y a pas de peur, seulement du respect. Nous y allons comme l’Inter et avec la conviction de les mettre en difficulté."

 

Seul le Shakthar a réellement mis en difficulté la Juve: est-ce que ça peut vous inspirer ?

 

"Nous n’avons pas les ailiers qu’a Lucescu, nous en avons parlé tout l’été. Nous avons nos points forts, et si nos points forts surpassent les leurs, nous ferons bien, sinon nous souffrirons. Le Shakthar a une structure différente, idéale pour mettre la Juventus en difficulté. Notre trequartista, Sneijder, est blessé, Coutinho également, et nous n’avons pas ce qu’il faut sur les ailes."

 

Allez-vous donner la formation, comme Mourinho ?

 

"C’est un problème, je suis très indécis. Vous voyez donc la différence entre moi et José."

 

Que vous ont enseigné les matchs de la Roma et du Napoli a Turin ?

"Que nous devons mieux commencer que la Roma et mieux terminer que le Napoli. C’est une blague évidemment, la Roma s’est fait menée rapidement de manière malchanceuse, le Napoli a fait un bon match, en mettant la Juve en difficulté, et a été pénalisée sur ballon arrêté."

 

L’appellation "Derby d’Italie" reste d’actualité au vu de la rivalité entre les tifoserie. Que vous ont transmis les tifosi pour affronter ce match ?

 

"C’est quelque chose qui m’a frappé, je pensais que le rival numéro un était le Milan. J’ai été frappé par la manière dont la Juventus est considérée comme la plus grande rivale sportive. C’est beau d’arriver à une rencontre comme celle-là, c’est un match fantastique, et nous interisti, avons une raison en plus pour faire un résultat."

Les derniers choix sur la formation seront-ils fait sur les caractéristiques intrinsèques du groupe, comme la vitesse et la grinta ?

"D’après moi, c’est un discours de mentalité, nous sommes à un croisement dans notre parcours. Rendre l’Inter plus équilibrée lui donne certainement plus de chance de ne pas perdre. Je ferai mes choix en fonction de la mentalité de l’équipe et de l’entraîneur."

 

Le trident est-il une idée pour la Juventus ?

"Nous pourrions aussi jouer avec une seule pointe et les prendre à revers.... Le problème n’est pas le nombre d’attaquants, car ce n’est pas cela qui rend l’Inter dangereuse. Il n’est pas dit non plus que la défense soit meilleure avec une seule pointe, car elle ne réussit pas à sortir. La Fiorentina a mis la Juve en difficulté car elle n’avait pas de réelle pointe et a plutôt dribblé la défense. Ensuite, il faut aussi regarder les caractéristiques de votre équipe, mais je ne considère pas la dangerosité en fonction du nombre d’attaquants. Je pense que c’est une étape importante pour l’Inter dans sa croissance, mais ce n’est pas décisif."

 

Quand le retour de Sneijder est-il prévu ?

 

"Je pense qu’il fera les examens définitifs au début de la semaine prochaine, ensuite il faudra évaluer comment il se porte."

 

Ressentez-vous plus le match contre le Milan ou contre la Juventus ?

"Les deux, ça aide mon inconscient, mais je suis assez calme et je cherche à transmettre la volonté de faire et les idées claires. Parfois je réussis, parfois non."

 

Que pensez-vous de l’inscription "30 sul campo" qui fleurit autour du stade de la Juventus ?

 

"Les Scudetti sont déterminés sans équivoque par la Justice Sportive, que nous respectons. Parler de cela nous éloigne du match, je ne m’intéresse qu’à l’Inter. Ils peuvent écrire ce qu’ils veulent dans leur stade."

 

Le milieu de terrain va-t-il décider de ce match ?

"Ils ont gagnés de nombreux matchs grâce aux insertions des milieux de terrain. C’est un de leurs points forts, nous essaierons de leur rendre la vie difficile."

 

Demain est-il pour vous un examen de maturité ?

"D’après moi, vous devez avoir les idées claires sur comment affronter le match, si vous le faites, vous l’affrontez concentré, mais serein. Ensuite, il y a les évolutions, l’entente entre les joueurs, et la lecture de la partie. Parfois elle se fait tout de suite, parfois vous devez corriger en cours de route. Si vous donnez le maximum dans votre travail, vous êtes toujours serein. Mais si tout se décidait dans la préparation, le football serait un réservoir de scientifiques. L’examen de maturité a été pour moi d’être choisi comme entraîneur, à présent je suis convaincu du projet. Je ne ressens pas comme cela le match de demain, j’ai toujours aimé arriver à ce match, jusqu’ici je ne l’ai fait qu’avec les jeunes. Dans ces moments-là, j’essayais de leur donner de l’enthousiasme, mais demain, mes joueurs, qui ont plus gagné que ceux de la Juventus, n’auront pas peur, et donc, moi non plus."

Le choix des milieux de terrain dépendra-t-il du choix des joueurs devant ? Par exemple, Guarin a joué dans un milieu de terrain plus bloqué...

"Bonne observation. Les deux types d’Inter ont des caractéristiques différentes. A l’intérieur du choix global, il y a un choix individuel. Mais je crois que les deux solutions ont leurs avantages et leurs inconvénients, c’est un choix de mentalité, de comment vous voulez aller sur le terrain. Mais ce sera seulement le coup de sifflet final qui nous dira si c’était le bon choix."

 

Le nombre de joueurs qui ont marqué du côté de la Juve peut-il être un casse-tête ?

 

"La facilité à trouver autant de buteurs est une situation dont il faut beaucoup tenir compte. Tout le monde peut être dangereux. Ils ont réussi à trouver 4-5 joueurs avec des caractéristiques différentes. Bendtner ou Giovinco ? Ils sont différents, mais ils ont tous les deux une grande technique."

 

Sur base de quoi sera décidée l’exclusion d’un ou de deux des attaquants ?

 

"Si nous décidons de jouer avec un, nous jouerons avec l’un des trois."

 

Il termine avec une plaisanterie:

 

"Ils sont en tête, ils ont le Scudetto, quatre points d’avance sur nous, ils ne font pas de conférence, et je devrais vous donner la formation ?"

 

 

Rédigé par stan78 & p-h08 (inter.it)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 1
  • Création
  • Dernière réponse

"je ne m'intéresse qu'à l'Inter. Ils peuvent écrire ce qu'ils veulent dans leur stade."

 

"mais demain, mes joueurs, qui ont plus gagné que ceux de la Juventus, n'auront pas peur, et donc, moi non plus."

 

:D:nikel:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...