Aller au contenu
Andrei

Topic Rugby

Messages recommandés

Andrei    0

La titularisation du talonneur du Stade Français Dimitri Szarzewski à la place de Sébastien Bruno est la principale nouveauté du XV de France annoncé lundi par Bernard Laporte pour le test-match contre l'Australie, samedi à 21h à Marseille. La charnière sera composée des Toulousains Frédéric Michalak à l'ouverture et Jean-Baptiste Elissalde en demi de mêlée. Mis KO ce week-end par un joueur des WASPS, ce qui avait poussé le sélectionneur à rappeler Dimitri Yatchvili, ce dernier devrait finalement être apte à jouer.

 

Cette liste pourrait cependant évoluer puisque le centre Florian Fritz est incertain en raison d'un hématome au niveau du pubis. Selon Thierry Hermerel, le médecin du XV de France, «le pronostic est réservé.» En cas de forfait, il serait remplacé par Thomas Castaignède et David Marty (Perpignan) intégrerait alors le groupe pour figurer sur le banc des remplaçants. Autre soucis, le pilier Sylvain Marconnet, prévu sur le banc des remplaçants, sera ménagé toute la semaine après avoir été victime d'une fracture d'une côte.

 

Révélé sur la scène internationale lors du test-match face à... l'Australie, perdu le 2 juillet à Brisbane (37-31), le jour de sa première titularisation, Dimitri Szarzewski (22 ans, 3 sélections) a été préféré à Bruno, détenteur du poste depuis le dernier Tournoi des VI Nations. «Nous avons titularisé Szarzewski en raison de sa forme actuelle et parce qu'il a été n°1 aux tests physiques», a souligné le manager Jo Maso. «Dimitri a fait de gros matches même si c'est vrai que nous le voyons davantage jouer», a reconnu Laporte.

 

Enfin en attendant l'éventuel retour de Castaignède comme titulaire, le XV de France enregistre celui du troisième ligne centre Thomas Lièvremont, dont la 27e et dernière sélection remonte à un test-match au Canada en juillet 2004. Il sera associé en deuxième ligne à Jérôme Thion et à Yannick Nyanga. Le choix de ce dernier, à la place de Grégory Lamboley, semble signifier que Le sélectionneur choisira le pari du jeu à la main sur la conquête en touche.

 

Le XV de France : Laharrague (Perpignan) - Rougerie (Clermont), Fritz (Stade Toulousain), Jauzion (Stade Toulousain), Heymans (Stade Toulousain) - (o) Michalak (Stade Toulousain), (m) Elissalde (Stade Toulousain) - Martin (Stade Français), Th. Lièvremont (Biarritz), Nyanga (Stade Toulousain) - Thion (Biarritz), Pelous (Stade Toulousain, capitaine) - De Villiers (Stade Français), Szarzewski (Stade Français), Milloud (Bourgoin)

Remplaçants : Bruno (Sale/ENG), Marconnet (Stade Français), Nallet (Castres), Lamboley (Stade Toulousain), Sébastien Chabal (Sale/ENG), Delaigue (Castres), Castaignède (Saracens/ENG)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Dimitri Szarzewski, le talonneur du Stade Français, a été cité à comparaître devant une Commission de discipline indépendante, après le match remporté face aux Anglais de Leicester (12-6), samedi à Paris, lors de la 2e journée de la Coupe d'Europe.

 

La décision de faire citer Szarzewski, titularisé dans le XV de France qui affronte l'Australie samedi à Marseille, a été prise par le Commissaire du match, le Gallois Ray Wilton, qui disposait de 50 heures après la fin du match pour le faire.

 

Le Parisien est cité pour avoir enfreint les lois 10.4 (a) -donner un coup de poing ou frapper un adversaire- et 10.4 (k) -acte contraire à l'esprit de sportivité- du jeu. La date de sa comparution n'est pas encore décidée, l'ERC ayant simplement précisé qu'elle aurait lieu «le plus tôt possible».

 

Szarzewski serait cité pour un coup de tête, selon une source proche du dossier. A l'issue du match, le troisième ligne international anglais Lewis Moody s'était plaint d'avoir reçu un coup de tête de la part du talonneur parisien.

 

L'attaché de presse de l'ERC, John Corcoran, n'a pu confirmer le motif exact de la citation, mais a précisé que Szarzewski pourrait éventuellement comparaître avant le match contre l'Australie samedi, pour lequel il serait alors suspendu s'il devait être reconnu coupable.

 

Source: L'Equipe.fr

 

 

Purée ca fait ch*** s'il joue pas contre les Australiens cry[2].gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Les Barbarians ont été happés par l'équipe d'Australie A, qui s'est imposée 42 à 12 (mi-temps 23-12), mardi à Bordeaux, en match d'ouverture de la tournée de l'Australie en Europe.

 

Les jeunes Australiens, dominés devant par un pack barbarian organisé et généreux, ont compensé par un replacement de tous les instants, mettant en échec les attaques «Babaas», et un soutien offensif leur ouvrant des brèches dans la ligne adverse, qui a pourtant plaqué à tour de bras. Sérieuse et décidée à prendre tous les points, l'Australie A décollait au score en rentabilisant chaque incursion en camp Barbarian par la botte de son arrière Cameron Shepherd (9-0, 17e).

 

Ne tentant aucune pénalité, les Barbarians infligeaient aux Australiens deux essais d'école sur pénaltouches par August (19, 36), mais souffraient sous les offensives et angles de course des aspirants wallabies, à l'image du tranchant centre Johansson, trés en vue. Vif et réactifs, les Australiens transformaient à leur avantage une mêlée chahutée par un relais de Croft pour l'essai (28). Une autre récupération, sur un ballon cafouillé autour d'Elhorga pressé sur la ligne, amenait un essai de Polota-Nau (23-12) avant la pause (39).

 

L'essai d'Ashley-Cooper (57e) au relais de Ioane lui aussi en verve, illustrait la capacité de transformation de chaque ballon récupéré en attaque. Matt Rogers, rentré à l'ouverture dans le cadre des expériences australiennes, haussait le niveau d'un ton, en marquant (69e) puis offrant le 5e à Sheehan (76), face à des Babaas désormais étourdis. Chez les Barbarians, les membres d'un pack mal payé de ses efforts, avaient sans doute tous marqué des points, à l'inverse d'attaquants souvent maladroits. Côté australien, l'entraineur Eddie Jones en quête de nouveaux talents, n'avait pas perdu son temps.

 

Source: L'Equipe.fr

 

 

Ils ont explosé les Barbarians Francais win.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Quelques infos sur les All Blacks:

 

Site Officiel: http://www.allblacks.com/

 

L'équipe nationale de Nouvelle Zélande est l'une des plus fameuses sélections nationales de la planète rugby.

 

 

On appelle les néo-zélandais All-Blacks car la couleur de leur tenue est entièrement noire : la légende veut qu'il portent le deuil de leurs adversaires ! Leur surnom est au départ une déformation d'une parole d'un journaliste. Celui-ci, lors de la première tournée européenne des Néo-zélandais déclara "They are all BACKS" (ce sont tous des arrières). Vu la couleur de leur maillot, c'est devenu All Blacks, nom maintenant déposé.

 

La petite taille de la Nouvelle Zélande et le manque de ressources financières pour les sports ont causé de grands défis pour la position dominante de la Nouvelle Zélande dans le rugby international.

 

Malgré tout, aucune équipe internationale de rugby n'a plus de victoires que de défaites contre les All Blacks. Beaucoup de nations n'ont jamais battu les All Blacks et ce malgré plus d'un siècle de rencontres : l'Argentine, le Canada, Fiji, l'Irlande, l'Italie, Samoa, l'Écosse et Tonga (bien que l'Écosse a arraché deux nuls et l'Irlande un ), pour n'en nommer que quelques-unes. Ceci fait des All Blacks l'équipe de rugby internationale ayant le plus grand nombre de victoires de l'histoire

 

 

Palmarés en Coupe du Monde:

 

1987: Vainqueur

1991: Troisiéme

1995: Deuxième

1999: Quatrième

2003: Troisième

 

 

Palmarès en Tri Nations (Compétitions réunissant chaque année L'Afrique Du Sud, l'Australie et la Nouvelle Zélande)

 

1996: Nouvelle Zélande

1997: Nouvelle Zélande

1998: Afrique Du Sud

1999: Nouvelle Zélande

2000: Australie

2001: Australie

2002: Nouvelle Zélande

2003: Nouvelle Zélande

2004: Afrique Du Sud

2005: Nouvelle Zélande

 

La nouvelle Zélande a remporté les Tri Nations 6 fois sur 10, c'est tout à fait exceptionnelle connaissant la valeur de ses adversaires...

 

L Histoire du Haka

 

Te Rauparaha, qui a donné son nom au haka des All Blacks, est un grand guerrier maori, chef de la tribu Ngati-Toa (né vers 1768, décédé en 1849). L'histoire raconte que, pour échapper à des ennemis, Te Rauparaha s'est caché dans une fosse sur les conseils d'un chef de tribu alliée. Les paroles du haka évoquent l'angoisse de Te Rauparaha (C'est la mort ! C'est la mort !) puis son soulagement une fois les ennemis partis (C'est la vie ! C'est la vie !). Quant à "l'homme poilu qui est allé chercher le soleil", la légende veut que ce soit Te Wharerangi, le chef de tribu, particulièrement velu, qui a aidé Te Rauparaha à quitter l'ombre de la fosse pour le soleil du jour. Pour le remercier, Te Rauparaha aurait dansé et chanté.

 

Le Haka

 

Qui n'a jamais vu le Haka néo Zélandais, personne je pense...

Avant le début de chaque rencontre, les néo-zélandais, tout comme chaque équipe mélanésienne, pratiquent une cérémonie de salutation des adversaires. Cette cérémonie s'appelle le Haka.

 

Depuis la Coupe du monde 1987, le haka, qui n'était pratiqué que pour les matchs à l'extérieur, l'est désormais à chaque rencontre, à domicile ou à l'extérieur.

 

Le Haka le plus connu et le plus utilisé des All Blacks est le "Ka mate".

 

Le haka, littéralement la "danse", est un rite de la culture maori qui peut exprimer la joie, la colère, le désir de vengeance... Les hakas belliqueux dansés armes à la main, pour mieux implorer le dieu de la guerre avant de partir à la bataille. Le Te Rauparaha Haka, le plus connu, est celui des All Blacks que ceux-ci ne dansaient que lors de leurs tournées, dès la fin du XIXe siècle.

 

Tana Umaga a conduit le "Kapa o Pango" un haka d'un genre nouveau très impressionnant et encore plus guérrier (trés terrifiant), lors du match Nouvelle-Zélande - Afrique du sud le samedi 27 août 2005 à Dunedin.

 

Parole Du Haka

 

TE RAUPARAHA HAKA

Ringa pakia

Uma tiraha

Turi whatia

Hope whai ake

Waewae takahia kia kino

Ka Mate! Ka Mate!

Ka Ora! Ka Ora!

Tenei te ta ngata puhuru huru

Nana nei i tiki mai

Whakawhiti te ra

A upane ka upane!

A upane kaupane whiti te ra!

 

Hi!!

 

Traductions

 

Frappez des mains sur les cuisses

Que vos poitrines soufflent

Pliez les genoux

Laissez vos hanches suivre le rythme

Frappez des pieds aussi fort que vous pouvez

C'est la mort ! C'est la mort !

C'est la vie ! C'est la vie !

Voici l'homme poilu

Qui est allé chercher le soleil et l'a fait briller de nouveau

Faites face

Faites face, en rang !

Soyez solides et rapides

Devant le soleil qui brille

Hi !

 

Joueurs Emblématique:

 

Grant Fox

Jonah Lomu

John Kirwan

Graham Mourie

Zinzan Brooke

Muray Mexted

Tana Umaga

Andrew Mehrtens

[/b]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Effectif des All Blacks

 

Avants

 

Ali Williams

Andrew Hore

Angus Macdonald

Anton Oliver

Carl Hayman

Chris Jack

Chris Masoe

James Ryan

Jason Eaton

Jerry Collins

John Afoa

Keven Mealamu

Mose Tuiali'i

Neemia Tialata

Richie McCaw

Rodney So'oialo

Saimone Taumoepeau

Sione Lauaki

Tony Woodcock

 

 

Arrières

 

Aaron Mauger

Byron Kelleher

Conrad Smith

Dan Carter

Doug Howlett

Isaia Toeava

Jimmy Cowan

Joe Rokocoko

Leon MacDonald

Ma'a Nonu

Malili Muliaina

Nick Evans

Piri Weepu

Rico Gear

Sitiveni Sivivatu

Tana Umaga Capitaine

 

Entraineur: Graham Henry

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrei    0

La Nouvelle-Zélande, lors de sa tournée de test-matches, affronte le Pays de Galles, samedi, au Millennium Stadium à Cardiff. L'ailier Richie McCaw a été laissé sur le banc au profit de Chris Masoe. Autre promu, Neemia Tialata, sélectionné pour la première fois. Le pilier de Wellington et le flanker de Taranaki pourraient être imités par le troisième ligne Angus Macdonald, placé sur le banc et qui effectuerait ses débuts internationaux s'il devait entrer en jeu.

 

«Pour améliorer la profondeur de notre effectif, nous avons lancé de nouveaux joueurs dans l'arène, a déclaré Graham Henry. Cette expérience les rendra plus forts et l'équipe aussi. Nous ferons un grand pas en avant samedi.»

 

La Nouvelle-Zélande a souvent été critiquée pour être très forte entre deux Coupes du monde, mais jamais au rendez-vous depuis son premier et unique titre mondial en 1987. Graham Henry a donc décidé de donner pendant cette tournée leur chance à de jeunes joueurs, pour disposer d'un effectif plus large.

 

Cet objectif a la priorité pour l'entraîneur néo-zélandais sur un Grand Chelem que les All Blacks n'ont plus réussi depuis 1978. La dernière victoire du pays de Galles sur la Nouvelle-Zélande remonte, elle, à 1953.

 

L'équipe

Mils Muliaina, Rico Gear, Conrad Smith, Tana Umaga (capitaine), Joe Rokocoko, Daniel Carter, Byron Kelleher; Rodney So'oialo, Chris Masoe, Jerry Collins, James Ryan, Chris Jack, Neemia Tialata, Anton Oliver, Carl Hayman.

 

Remplaçants : Andrew Hore, Tony Woodcock, Angus Macdonald, Richie McCaw, Jimmy Cowan, Ma'a Nonu, Leon MacDonald.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Je posterais une fois par Semaine la Fiche d'un des joueurs All Blacks, je commence tout naturellement par le Capitaine du Squad All Blacks: Tana Umaga Trois Quart Centre devastateur...

 

Nom: Umaga

Prénom: Tana

Né le: 28 Mai 1973

à: Lower Hutt

Taille: 1 mètre 87

Poids: 100 kilos

Nombres de séléctions: 71

Points en séléctions: 175 pts (35 essais)

Première séléction: 14/06/1997 contre les Fidji

Club: Wellington Hurricans

 

 

Capitaine des All Blacks, Tana Umaga est l'un des joueurs les plus respéctés de la planète Rugby. En 2003, il fut le premier rugbyman et le premier Néo Zélandais à recevoir le trophée Pierre De Coubertin (Trophée du Fair Play) pour avoir secouru en plein match Colin Charvis Capitaine du Quinze Gallois.

 

Il est entré en 2003 dans le Top 20 des joueurs Néo zélandais à avoir dépassé les 50 séléctions.

 

Il se blessa au genou lors du premier match contre l'Italie (victoire 70-7) de la coupe du monde Australienne en 2003, avec un tel forfait l'équipe de Nouvelle Zélande qui été alors archi favorite se retrouva amoindri sans son Capitaine emblématique...

 

Il fut élu Joueur Mondial de l'année en 1999 et 2000, et meilleur joueur Néo Zélandais en 1999,2000 et 2002...

 

Il a pour objectif de ramener chez lui en 2007 (la coupe du monde se déroulera en france) la Coupe Du Monde qui manque à sa nation depuis 1987.

 

Bonne Chance Tana... clap[1].gif

 

La semaine prochaine Richard Mc Caw

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrei    0

Interwiew de Fabien Pelous:

 

Fabien Pelous, on vous sent en net regain de forme, vous avez retrouvé le rythme de la haute compétition ces dernières semaines.

Il valait mieux, non ? J'ai beaucoup bossé. C'est le hasard du calendrier que je revienne en bonne forme à ce moment là. C'est bien pour mon club parce qu'on a attaqué la Coupe d'Europe et pour l'équipe de France qui aura besoin de joueurs très en forme pour aborder cette tournée d'automne.

 

Où situez-vous votre forme sur une échelle de 10 ?

Je ne sais pas, c'est très difficile de répondre à cette question. Franchement je suis bien physiquement, j'ai senti une progression depuis ma reprise et j'espère que cela va s'améliorer à tous les matches, j'espère que je n'ai pas de limites.

 

A quels signes mesurez-vous votre retour en forme ?

On le sent à l'efficacité sur le terrain. Sur chaque plaquage, tu avances, chaque impact, tu restes un peu plus debout.

 

Vous le sentez avant le match ?

Avant les matches, je me sens bien, je suis tout le temps à 100%, mais après, c'est l'efficacité qui est révélatrice.

 

Avez-vous été surpris par votre excellent niveau de jeu contre les Wasps ?

Non. C'est qu'une question de temps pour revenir en forme. Il n'y a pas trente-six solutions, il faut bosser et à un moment donné, le boulot paie, mais cela ne paie pas de suite. C'est logique.

 

Dans votre préparation, aviez-vous visé un pic de forme. Guy Novès avait dit qu'il allait vous ménager, faire en sorte que vous arriviez en forme au moment des test-matches. Est-ce que c'était programmé ?

Je crois que dans l'esprit de Guy, c'était surtout que je sois performant le plus vite possible et notamment pour cette Coupe d'Europe. Finalement, les deux seuls matches entiers que j'ai joués étaient en Coupe d'Europe. Je crois qu'il comptait sur moi pour cette Coupe d'Europe et cela tombait bien parce que c'était juste avant les échéances internationales. Finalement, tout le monde est content.

 

Vous étiez-vous fixé une date pour revenir au top ?

Je ne m'étais pas lancé d'ultimatum, je pensais surtout à me concentrer sur le boulot, à bosser, bosser, bosser...

 

Quand avez-vous repris le travail ?

Dès que j'ai pu courir. J'ai eu une petite coupure parce que ma cicatrice ne s'était pas bien refermée et il a fallu faire une reprise de cicatrice parce que j'avais fait un rejet de points. Cela m'a un peu retardé. J'ai commencé à me remettre en forme puis il a fallu qu'ils me reprennent la cicatrice, donc j'ai eu une petite coupure dans ma préparation, mais j'ai toujours bossé.

 

Avez-vous douté ?

Bien sûr que j'ai douté parce que les blessures sont toujours des moments de doute. Mais j'ai suffisamment d'expérience pour savoir qu'après la pluie vient le beau temps et après les doutes, viennent les certitudes. C'est beau ce que j'ai dit, non ? (Rires)

 

Vous n'allez pas être dépaysé avec sept Toulousains titulaires. Comment expliquez-vous cette omniprésence ?

C'est révélateur du début de saison assez remarquable du Stade Toulousain notamment au niveau de ses lignes arrières. Sept Toulousains titulaires, cela prouve tout simplement que le Stade Toulousain a été très en forme en ce début de saison.

 

C'est aussi une certaine idée du jeu ?

C'est surtout une certaine idée de l'efficacité parce que cette ligne de trois-quarts a impressionné tout le monde. Et au-delà d'impressionner, elle a été surtout très efficace.

 

Avez-vous le sentiment d'être le capitaine de l'équipe du Stade Toulousain avec cette équipe de France ?

Cela m'est complètement égal. Ce qui m'importe c'est que Toulousains, Biarrots, Parisiens, Perpignanais ou Clermontois travaillent bien et que tout se passe bien. Pour le reste, je me sentirai toulousain et capitaine du Stade quand je reviendrai avec le club. Là je suis en équipe de France. La seule différence, c'est qu'on a les mêmes équipes de coinche (sic). »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

«Chaque sélection est une aubaine». A 21 ans, Yannick Nyanga s'impose par son talent sur le terrain et la force de son humilité en dehors. Envie, travail et respect sont les trois matrices de sa progression constante. Le troisième ligne a changé de dimension en passant de Béziers au Stade Toulousain et s'implante mois après mois comme pensionnaire du XV de France. Pour un bail à durée indéterminée.

 

 

 

Interview

 

 

«Yannick Nyanga, comment abordez-vous le match contre l'Australie ?

Comme d'habitude, avec beaucoup d'envie. Nous avons envie de montrer que cette tournée d'été, qui s'est bien passée sur le plan de l'ambition et du jeu, mais ne s'est pas très bien déroulée en termes comptables, nous a permis de progresser. A travers son club, chacun a réussi à le montrer quand il est rentré. Nous voulons donc démontrer que cette équipe continue à avancer, a envie de progresser et surtout qu'elle va se mettre à gagner.

 

La troisième ligne (Nyanga, Th. Liévremont et Martin) est inédite. Comment l'appréhendez vous ?

Elle a souvent été inédite pour moi dans la mesure où je n'ai pas beaucoup de sélections. J'ai souvent joué avec des troisièmes lignes différents. Je n'ai pas souvenir que cela se soit mal passé, donc je ne vois pas pourquoi cela se passerait mal cette fois-ci. On va essayer Rémy, Thomas et moi d'apporter toute notre envie et tout ce qu'on peut.

 

Contre les Australiens, quelles seront les clés du match ?

Encore et toujours la conquête. Sans une grosse mêlée et une bonne touche, on ne pourra pas exister. Il faudra ne pas faire de faute et surtout produire du jeu. En faisant cela, on a vu qu'on a été capable de déstabiliser les Sud-Africains qui ont gagné le Tri-Nations. Contre les Australiens, on perd 37-31, c'était un match un peu décousu où ils ont toujours eu l'avantage, mais on a montré qu'on pouvait les inquiéter. Il faut donc continuer avec cet esprit-là en attaque et ajouter encore plus de rigueur en défense et sur les phases de conquête.

 

Bernard Laporte insiste beaucoup sur les tests physiques et sur l'aspect physique de manière générale. Vous êtes-vous fixé un programme particulier ?

La progression ne passe pas uniquement par le terrain, elle passe aussi par le fait de s'entraîner plus. On nous a dit et répété qu'on était international et qu'on devait s'entraîner plus, à juste titre.

 

Qu'est-ce que vous vous imposez ?

On va faire quelques séances de musculation en plus et, surtout, beaucoup de récupération parce qu'on a beaucoup de matches. A Toulouse, j'ai la chance d'être dans un groupe de grande qualité, donc je joue régulièrement mais pas tout le temps. A chaque fois que je suis sur le terrain, je suis à 100%. Je me sens bien pour attaquer la tournée, ce qui n'était peut-être pas le cas l'année dernière où j'avais joué beaucoup de matches avec Béziers et où j'avais commencé à me blesser.

 

Physiquement, comment vous sentez-vous ?

Je me sens très bien. Bien sûr, en comparant avec le haut niveau international, j'ai beaucoup à apprendre. Mais je n'ai que 21 ans et j'ai surtout très envie de progresser.

 

Quel secteur travaillez-vous ?

Le secteur physique, ma VMA (vitesse maximale aérobie, le seuil de tolérance à l'effort) et beaucoup le haut du corps pour rattraper un peu mon retard. J'insiste surtout sur la capacité à courir vite et très longtemps parce que je pense qu'à l'heure actuelle, c'est ce qui fait la différence avec les meilleurs joueurs des autres nations à mon poste.

 

Avec cette tournée d'automne, vous vous projetez déjà en 2007 ?

Non, je pense qu'il y a beaucoup de monde à mon poste et je n'ai pas la prétention de dire que telle ou telle personne sera là en 2007. Il y a tellement d'impondérables que ce serait une erreur de se croire arrivé. Il faut déjà avoir du respect pour tous ceux qui ne sont pas là en raison de blessures ou de non-sélection. Chaque sélection est une aubaine, il faut surtout ne pas la galvauder, essayer d'être au meilleur niveau et surtout progresser pour être là. Si je ne suis pas bon là et que je ne travaille pas, je ne serai pas là la semaine prochaine. Si on peut arriver dans cet état d'esprit jusqu'en 2007, ce serait sympa, mais il ne faut pas voir trop loin parce que si on pense à 2007 sans penser à samedi, on va aller vers de belles déconvenues.

 

Rien n'est jamais acquis.

Quand je sais que le mardi, il y a la sélection, j'espère que je vais y être bien sûr, mais je sais aussi que je peux ne pas y être. Ce n'est pas forcément bon d'être trop sûr de soi, rien n'est acquis, et c'est cela qui nous fait avancer. Il faut rester dans cet esprit car on ne peut pas être à 100% pendant 365 jours sur 365. Bernard Laporte et Jo Maso l'ont dit assez fort : l'équipe de France n'appartient à personne et ils prendront les meilleurs. Donc cela peut arriver d'être au-dessous de son niveau ou de ne pas être au niveau qu'il faut au bon moment. Dans ce cas-là, ils prendront quelqu'un et cela peut être bénéfique pour cette personne sélectionnée. Cette baisse de forme peut arriver en 2007, en 2006 ou maintenant et cette forme exceptionnelle peut être également en 2007, c'est ce que je souhaite à tout le monde.

 

Sur un plan personnel, qu'attendez-vous de cette tournée ?

Etre encore plus constant, encore plus présent sur ce qu'on demande à un troisième ligne de haut niveau.»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Les clubs engagés

Biarritz Champion de France en titre

Stade Francais Vice Champion de france et Vice Champion d'Europe

Stade Toulousain Demi Finaliste du Championnat et Champion d'Europe en titre

Bourgoin-Jailleu Demi Finaliste du Championnat

Perpignan

Castres

Clermont Auvergne

Narbonne

Pau

Agen

Aviron Bayonnais

Brive

Montpellier

Toulon Promu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Présentation des Clubs et des Stars du Championnat

 

Agen: La star de l'effectif Agenais est sans conteste l'ailier supersonique Rupeni Caucaunibuca, on se souvient de ses deux essais d'anthologie contre les francais en Coupe du Monde en Australie, il est l'ailier le plus rapide de la planéte rugby (devant les Rokocoko, Muliaina ou autres Howlett) avec une vitesse de 10"14 au 100 métres, ce qui est trés impressionant vu son gabarit (1m81 pour 96 kilos). On pourrait citer aussi le troisiéme ligne Italo-Néo Zélandais Aron Persico, infatigable ratisseur de ballon ou encore la valeur sûr Conrad Stolz le Sud Africain grand habitué du Championnat, bien sur des doutes subsistes au sein de l'effectif Agenais capable du pire comme du meilleur, la premiére ligne expérimenté (Califano, Crenca, Rue) mais néanmoins vieillisante tiendra t'elle le choque? Gelez considére comme une merveille de joueur il n'y a méme pas deux saisons confirmera t'il son potentiel? Elhorga en finira t'il avec les blessures ? bref une saison ou les agenais se concentreront plus pour une place dans les 6 premiers pour la Heineken Cup.

Mon pronostic: 7 ème

 

Bayonne: L'arrivée de Dourthe permet de posseder à l'effectif Bayonnais une Star dans son effectif, l'acquisition de ce vieu roublard expérimenté permettra t'elle a l'équipe Bayonnaise de viser autre choses que le maintien?

Mon pronostic: 11 ème

 

Biarritz: Considéré comme un Real Madrid version Rugby, l'effectif Biarrot posséde une pleiade de stars, En effet plusieurs internationaux compose le XV biarrot, Traille centre surpuissant, Bidabé ailier tonique, Jimmy Marlu ailier trés puissant, une ouverture composé de Dimitri Yachvili et de Peyrelongue, une troisiéme ligne magnifique avec Lievremont, Betsen et encore Dussautoir, et devant Les Balan, Avril et encore August l'effectif à de quoi en impressioner plus d'un! Champion l'an passé, confirmera t'elle la bonne impression laisser en juin dernier au Stade De France?

Mon Pronostic: Finaliste

 

Perpignan: Les Catalans sont les Outsiders du championnat, l'équipe qui peut chambouler les pronostiques, avec un effectif rajeuni et l'arrivée nottament de l'arriére de l'équipe de France Julien Laharague, l'effectif Catalan a fier allure dans tout les compartiment du jeux surtout que le club doit enregistrer le retour aprés 8 mois de Manny Edmonds le talentueux Demi d'Ouverture, avec les fréres Laharrague, Granclaude, Manas, Durand, Marty et encore Bomati la ligne arriéres est trés impressionante et devant sa tient trés bien la route surtout avec l'arrivée du tonique talonneur Marius Tincu qui sera bien aidé par le Capitaine Bernard Goutta, Colin Gaston et encore Alvarez Kairelis. Vraiment les Catalans peuvent faire trés mal s'il trouve une solidité lors des matchs à l'éxtérieur...

Mon pronostic: Demi Finaliste

 

Bourgoin-Jailleu:

Imprenable à domicile, l'équipe Berjalienne est invaincu depuis maintenant 3 ans à Pierre Rajon leurs enceinte, demi finaliste la saison dernières, Bourgoin à seduit par leur jeu, moins glamour que certaines équipes ( Toulouse, Paris ou encore Biarritz), elle affiche néamoins du trés beau jeu et du spectacle, en effet l'effectif Berjalien est de trés belle qualité, nottament avec les fréres Forest, Boussès arrivé de Biarritz, Benjamin Boyet et Alexandre Péclier, l'effectif à de quoi séduire et a de quoi étre ambitieu...Mais la perte de leur entraineur Laurent Seigne parti à Castres permettra t'il aux Berjaliens de finir dans les Quatres Premiers?

Mon pronostic: 5ème

 

Toulouse:

Alors là, Toulouse c'est vraiment ceux qu'il se fait de mieu en Europe! Champion d'Europe en titre les Toulousains viseront le doublé cette année, passé a la trappe de trés peu la saison dèrniéres face au Stade Francaisen championnat, les Toulousains voudront effacé ce revers subi en Juin dernier, pour cela Guy Novès et ses dirigeants n'ont pas fait les choses à moitié, nottament lors du recrutement estival, avec des recrues de premiers choix qui a vu l'arrivée de Yannick Nyanga le phénoménal troisiéme ligne arrivé de Beziers ou encore du jeune Gregory Menkarska qui s'ajoutent à l'effectif le plus riche du championnat, pour vous dire l'effectif toulousain comporte pas moins de 23 internationaux (Michalak, Clerc, Heymans, Poitrenaud, Pelous, Bru, Servat, Baby, Fritz, Elissalde ou Encore Thomas pour ne citer qu'eux)! Vraiment l'effectif Toulousain posséde des stars dans toutes les lignes, l'équipe à battre du championnat.

Mon pronostic: Champion de France clap[1].gif

 

Toulon: Le petit promu au glorieu passé fera t'il mieu qu'une simple figuration?

Le principal atout du club est sa ferveur, en effet rare sont les clubs avec une ferveurs telle que celle des Toulonais, le club a beaucoup recruté, mais les recrues sont trés mystérieuse et inconnue, en effet seul Ludovic Loustau le demi de mélée et Franck Comba font figurent d'épouvaintail dans cette équipe, le reste de l'effectif reste trés faible, les Toulonais viseront le maintien cette saison, à moins que posser par leur supporter Toulon réussira t'il a accrocher une place d'honneur???

Mon Pronostic: 12 ème

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wannou    0

Le XV de France entame sa série de tests automnaux à Marseille contre l'Australie, samedi à 21 heures, avec l'obligation de gagner et de montrer du jeu. Pour les livres de bilan, mais surtout pour préparer au mieux le mondial 2007, déjà dans toutes les têtes. Face un adversaire revanchard et annoncé moribond, les Bleus partiront avec les faveurs des pronostics, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle.

 

 

L'Australie en entrée

 

Puisqu'il doit être écrit quelque part dans les règlements internationaux que les calendriers de tournée doivent être faits à l'envers, le XV de France débute donc sa série de tests par l'un des plus gros morceaux, l'Australie. Beaucoup auraient préféré pouvoir se jauger contre le Canada et les Tonga avant d'aller défier les ogres du Tri-Nations (les Bleus accueilleront l'Afrique du Sud en conclusion le 26 novembre), mais comme d'habitude les joueurs et l'encadrement n'ont pas été concertés, et il faudra donc bien faire avec. Voilà donc les Wallabies qui débarquent à Marseille, avec beaucoup d'inconnues et une réputation en berne. Jadis meilleure équipe du monde et modèle absolu de Bernard Laporte, l'Australie pâtit aujourd'hui d'une saison 2005 catastrophique. Un Tri-Nations sans victoire pour la première fois de son histoire, et une série de cinq revers d'affilée, une première depuis 1969. Sa défense, socle prépondérant de son schéma de jeu, n'est plus aussi infaillible, ou en tout cas plus illisible. Sa ligne de trois-quarts, mélange de kilos et d'anciens treizistes, n'a jamais retrouvé l'efficacité et le génie de la génération Horan-Little-Campese. Cela n'avait pas empêché les Australiens de décrocher le titre mondial en 1999 (et d'être en finale en 2003), mais sans faire rêver personne, grâce à un jeu stéréotypé mais diablement efficace.

 

 

 

Le pari du jeu

 

Aujourd'hui, enfin, le rugby mondial est revenu à des velléités plus offensives, avec la volonté de faire vivre le ballon et d'envoyer du jeu, comme au bon vieux temps. Sous l'impulsion des All Blacks, beaucoup, et du XV de France, un peu, les têtes pensantes du rugby mondial se sont aperçues que l'on pouvait encore gagner dans le rugby moderne en jouant. Voilà donc le modèle désormais suivi par tous, celui qui est censé faire gagner en 2007. La ligne d'attaque tricolore, composée aux trois-quarts de Toulousains, en est la meilleure preuve. Bernard Laporte a choisi les joueurs en forme, ceux qui ont démontré depuis le début de saison leur capacité à bonifier chaque ballon, à marquer des essais, à faire le spectacle. Avec un pack inédit mais prometteur, les Bleus ont les armes pour mettre la main sur le ballon, s'imposer en conquête et développer leur jeu. L'inconnue réside dans le secteur de la touche, où les forfaits (Bonnaire, Magne) et les choix tactiques (Lamboley sur le banc) donnent un alignement inexpérimenté qui pourrait souffrir de la comparaison avec les tours australiennes.

 

 

 

Gregan dans l'histoire

 

Il ne faut cependant pas enterrer trop vite ces Wallabies, qui avaient largement dominé les Tricolores à Brisbane le 2 juillet, malgré le faible écart au score (37-31). Dans l'intensité physique, ils semblent toujours un ton au-dessus, même si pour eux, cette série de tests marque la fin de la saison. Et puis ils viennent en Europe avec une nouvelle génération pétrie de qualité, qui arrivera à maturité dans 2 ans. Dans la foulée du capitaine historique George Gregan, qui avec une 115e sélection deviendra le joueur le plus capé de l'histoire du rugby, les Australiens veulent prouver qu'ils ne sont pas finis et qu'ils ont encore les ressources pour s'imposer en tant que nation majeure. Pour cela, Eddie Jones compte sur des jeunes pousses pleines de culot, comme Elsom, Johanson, McMeniman ou Mitchell, mais aussi sur la réaction d'orgueil de ses treizistes, qui composent 80% de la ligne de trois-quarts (seul Latham n'est pas passé par le XIII). L'impavide entraîneur australien a d'ailleurs annoncé son ambition : Gagner les quatre tests (l'Australie affrontera ensuite l'Angleterre, l'Irlande et le Pays de Galles). Privés de leur maître à jouer, Larkham, les Wallabies auront du mal, d'autant qu'ils restent sur deux défaites en France. Voilà qui donne aux Bleus le statut de favori. Une position qu'ils abhorrent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrei    0

Il n'y a pas eu de suspense entre les Champions d'Europe gallois et les derniers vainqueurs du Tri-nations, les Néo-Zélandais. Dans son antre de Cardiff, le Pays de Galles, diminué par les blessures, ont subi la loi de la Nouvelle-Zélande. Ils encaissent cinq essais (trois de Gear, deux de Carter), pour une défaite finale 41-3.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Les All Blacks, qui visent le Grand Chelem dans cette tournée d'automne, ont bien commencé samedi au Millenium Stadium de Cardiff. Sans surprise, la Nouvelle-Zélande a battu le pays de Galles 41 à 3 (mi-temps: 13-3).

 

«Je suis ravi de la manière dont on a joué. Nous avons joué exceptionnellement bien. On avait bien préparé ce rendez-vous déjà quand nous étions en Nouvelle-Zélande. Ce n'est jamais facile de jouer devant 75.000 personnes. Aucun public ne fait plus de bruit que celui-ci, mais vous voulez toujours bien débuter. Il leur manquait plusieurs joueurs. Avec eux, c'est une équipe totalement différente», a commenté Graham Henry, entraîneur des Blacks.

 

Cette rencontre très attendue entre les Gallois, vainqueurs du Tournoi des VI Nations, et les All Blacks, forts de leur succès dans le Tri Nations, a en fait été une démonstration de force de la part des joueurs de Graham Henry. Il faut dire que l'équipe galloise était privée de ses titulaires (Jenkins, Jones, Henson, Shanklin, Peel). Le pays de Galles devra encore patienter pour dominer les All Blacks, ce qui ne lui est plus arrivé depuis 1953. «On a joué contre une excellente équipe, on n'a pas pu fournir la performance que l'on souhaitait. Nous n'étions tout simplement pas assez bons aujourd'hui», a indiqué l'entraîneur gallois, Mike Ruddock.

 

Dès l'entame de la rencontre, les Rouges, qui l'an passé n'avaient cédé que d'un point face aux mêmes All Blacks (25-26), ont perdu plusieurs ballons et ont été sanctionnés une première fois sur un placage. Daniel Carter, remis de blessure, ouvre le score sur deux pénalités (11e et 17e). Mais les champions de l'hémisphère Sud commettent quelques fautes, notamment des en-avants. Les Rouges en profitent et Stephen Jones passe une pénalité (20e). Mais ils n'arrivent pas à franchir la ligne d'avantage.

 

Un mauvais lancer de Duncan Jones à cinq mètres de sa ligne a permis aux Néo-Zélandais de faire rebondir le jeu jusqu'à Rico Gear pour le premier essai de l'ailier (29e). Jamais les Gallois n'ont été en mesure de se créer des opportunités. Et les Blacks tirent parfaitement parti de leurs vitesse. Un ballon gagné est rapidement recyclé vers les trois-quarts pour un nouvel essai de Gear (44e).

 

La défense galloise s'affaisse et Gear en bénéficie une nouvelle fois pour le triplé (49). Carter, parfait conducteur du jeu de son équipe, ajoute un essai d'une longue course près de la ligne de touche (68e), puis un second après une formidable passe au sol d'Umaga (79e), pour un total personnel de 26 points.

 

Que l'Irlande, l'Angleterre et l'Ecosse se tiennent prêts. La Nouvelle-Zélande, que seule l'Afrique du Sud a écarté cette saison (22-16), arrive.

 

 

Source: L'Equipe.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrei    0

Auteur d'un violent coup de coude asséné au talonneur australien Brendan Cannon, lors du test-match remporté (26-16) samedi à Marseille, le capitaine des Bleus, Fabien Pelous a été cité à comparaître mercredi à Londres devant une Commission de discipline. Ce coup avait occasionné la sortie de Cannon pour saignement (50e).

 

Il y a six ans, le capitaine des Bleus avait déjà écopé d'une suspension, de dix jours, pour talonnage au pied sur le Fidjien Greg Smith. Selon le barème des sanctions de l'IRB, Pelous risque désormais de deux semaines à un an de suspension.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Sept changements

 

Bernard Laporte a renouvelé quasiment la moitié du XV de France entre la victoire sur l'Australie obtenue samedi à Marseille (26-16) et le prochain test-match, samedi à Nantes face au Canada. Les deux nouvelles principales sont le remplacement de Fabien Pelous par Jérôme Thion en tant que capitaine et le grand retour de Thomas Castaignède au poste d'arrière.

 

Le sélectionneur a renouvelé au moins un élément par ligne. Castaignède prend donc la place de Julien Laharrague à l'arrière et sera titularisé pour la première fois depuis juin 2003. Au poste de trois quarts centre, David Marty, qui avait séduit lors du dernier Tournoi des VI Nations, a été préféré à Yannick Jauzion. Dans la charnière, Jean-Baptiste Elissalde, touché à une épaule, laisse sa place de demi de mêlée au biarrot Dimitri Yachvili.

 

Au sein du pack, Sylvain Marconnet prend la place d'Olivier Milloud en première ligne, alors que Sébastien Bruno débutera le match au talonnage à la place de Dimitri Szarzewski. En deuxième ligne, le Castrais Lionel Nallet débutera la rencontre aux dépens du capitaine Fabien Pelous, qui comparaîtra mercredi à Londres devant une commission de discipline pour un coup de coude asséné à un adversaire contre l'Australie. En troisième ligne enfin, Julien Bonnaire (Bourgoin) a été préféré à Yannick Nyanga.

 

Le XV de départ : Castaignède (Saracens/ANG) - Rougerie (Clermont), Marty (Perpignan), Jauzion (Stade Toulousain), Heymans (Stade Toulousain) - (o) Michalak (Stade Toulousain), (m) Yachvili (Biarritz) - Martin (Stade Français), Th. Lièvremont (Biarritz), Bonnaire (Bourgoin) - Thion (Biarritz, cap.), Nallet (Castres) - De Villiers (Stade Français), Bruno (Sale/ENG), Marconnet (Stade Français)

Les remplaçants : Ibanez (Wasps/ENG), Milloud (Bourgoin), Pelous (Stade Toulousain) ou Lamboley (Stade Toulousain), Nyanga (Stade Toulousain), Mignoni (Clermont), Delaigue (Castres), Laharrague (Perpignan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrei    0

Le talonneur international Dimitri Szarzewski a été blanchi par la Commission de discipline de l'ERC à Dublin, après avoir été cité à comparaître suite à un incident lors du match de Coupe d'Europe de rugby entre son club du Stade Français et Leicester le 29 octobre.

 

Source: Rmc Info

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrei    0

L'équipe de Nouvelle-Zélande contre l'Irlande:

MacDonald - Howlett, Nonu, Mauger, Sivivatu - (o) Evans, (m) Weepu - Woodcock, Mealamu, Afoa - Eaton, Williams - Lauaki, McCaw (cap.), Tuiali'i.

Remplacents: Hore, Taumoepeau, Hayman, Jack, So'oialo, Cowan, Muliaina.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

9 semaines pour Pelous

 

Il risquait entre deux semaines et un an de suspension pour avoir asséné un coup de coude au talonneur Brendan Cannon à la 49e minute du test-match contre l'Australie, samedi dernier au Stade-Vélodrome de Marseille (26-16). A l'arrivée, Fabien Pelous, le capitaine des Bleus a écopé de neuf semaines de suspension de la part de la commission de discipline de l'IRB.

 

Dans l'enceinte de l'Hôtel "Park Inn" situé dans l'aéroport d'Heathrow de Londres où avait lieu la réunion, le juge anglais Jeff Blackett a relativement épargné le Toulousain qui manquera tout de même cinq matches de Championnat, deux de Coupe d'Europe et trois avec l'équipe de France, soit dix matches au total. Son retour sur les terrains aura lieu le 10 janvier 2006.

 

Source: L'Equipe.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
i7achi    0
Andrei    0

Dans la lignée de la solide victoire obtenue face aux Australiens la semaine passée (26-16), le XV de France est allé chercher un large succès à Nantes, face au Canada (50-6). Les Tricolores ont dominé leur faible adversaire du jour de la tête et des épaules, en inscrivant pas moins de sept essais.

 

Voici le film du match:

 

80 En sachant parfois s'amuser, l'équipe de France a surtout produit un jeu complet devant des Canadiens sans réaction. Quelques Bleus, comme Castaignède, Bonnaire et Martin ont crevé l'écran.

78 Michalak ne transforme pas l'essai de Mignoni.

78 Mignoni s'échappe en sortie de mêlée, contourne tout le monde at aplatit avec une belle glissade sur le ventre.

75 Fin de match relativement calme, mais les Bleus veulent tout de même encore marquer.

73 Mignoni remplace Yachvili.

71 Michalak ne transforme pas l'essai de Bonnaire.

71 Rougerie hérite du ballon à droite et transmet un ballon en passant les mains en position quasiment couchée à Bonnaire, qui aplatit en coin.

68 Attaque latérale des Bleus, mais la passe de Rougerie est mal assurée.

63 Carton jaune pour Cudmore après un mauvais geste sur Thion.

60 Michalak transforme l'essai de Bruno.

60 Sortie de regroupement, Yachvili puis Michalak travaillent sur un petit périmètre, le Toulousain donne à son talonneur qui marque sans aucune peine.

59 Laharrague tape à suivre vers la ligne canadienne, Williams se couche sur le ballon et écarte le gros danger.

57 Michalak passe la pénalité de 35 m sur la droite.

56 La passe sautée de Michalak arrive jusqu'à Heymans et Thion qui se gênent.

53 Le jeu est pour la première fois un peu confus et la qualité du match a légèrement baissé.

52 Castaignède a du mal à se relever suite à un choc reçu au mollet.

50 Yachvili manque la pénalité.

49 Fairhurst manque pour la deuxième fois son coup de pied de dégagement en quelques instants.

47 Daypuck transforme la pénalité de 35 m à gauche.

47 Les Canacks essaient de progresser par leurs avants, pour une fois les Bleus commettent la faute en défense.

45 Heymans s'amuse un peu en récupérant un coup de pied canadien, il change de direction en se retournant puis dégage parfaitement. La confiance règne ches les Bleus.

42 Yachvili ne transforme pas l'essai de Castaignède.

42 Après une bonne sortie de mêlée, Castaignède, qui venait de passer en position de centre, crochète son opposant à l'intérieur et va marquer.

41 Laharrague est rentré nominalement à la place de Jauzion, Castaignède passe au centre.

41 Reprise du match.

40 Les coqs sont sérieux, productifs et souvent inspirés, les Canadiens sont la plupart du temps dépassés par les événements.

37 Contre de 80 m de l'équipe de France côté droit, avec à nouveau une excellente participation de Castaignède, relayé par Rougerie qui manque sa passe à l'intérieur à 20 m du poteau.

34 Yachvili transforme l'essai de Marty.

34 Marty marque sans opposition sur un service de Jauzion à l'aile gauche, mais c'est Castaignède qui s'était signalé sur une réception aérienne dans son camp et une contre attaque remarquable.

28 Les Bleus font la faute sur un regroupement et sont pénalisés, Daypuck tente d'assez près et réussit son coup de pied.

27 Excellente attaque à la main en profondeur des Nord-américains, Castaignède doit s'employer et être obligé d'aplatir dans son en but en étant plaqué pour sauver la situation.

25 L'équipe de France a dorénavant la mainmise complète sur ce match.

22 Yachvili transforme l'essai de Michalak.

22 Exploit personnel de Michalak qui élimine toute la défense canadienne sur trois crochets et va palatir.

21 McKeen est expulsé temporairement dans l'équipe canadienne.

21 Castaignède initie une attaque en profondeur, Jauzion relaie mais le Toulousain est pris près de la ligne de touche.

18 Yachvili ne réussit pas la transformation de l'essai de Bonnaire.

18 L'essai est accordé à Bonnaire sur un porté de tout le pack bleu.

16 Départ d'Heymans sur 40 m, l'action se poursuit avec les avants puis sur la gauche, plaquage haut sur Bonnaire le long de la ligne, et pénalité pour Yachvili, jouée en pénaltouche.

16 Rémi Martin va sans doute revenir sur le terrain après s'être fait soigner.

14 Les Canadiens sont très souvent pénalisés depuis le coup d'envoi, notamment en raison de la bonne pression française.

13 La mêlée française enfonce celle des Canadiens, qui se mettent la faute.

11 Yachvili passe la pénalité de 35 m sur la gauche.

10 Cafouillage entre Castaignède et Marty sur l'aile gauche, les Canadiens s'en sortent.

9 Martin saigne de l'arcade et est remplacé par Niyanga.

9 L'ouvreur canadien commet une erreur de main sur une passe en retrait, mêlée bleue.

8 Bonne touche trouvée par Jauzion sur ce coup de pied transversal.

6 Pénalité française pour un hors jeu canadien à 45 m sur la droite, Yachvili la passe.

4 Sur un porté bleu, Marconnet est pénalisé pour n'avoir pas libéré le ballon.

3 Lancer canadien bien négocié sous la menace française.

3 Les Bleus ont investi le camp canadien depuis le coup d'envoi.

2 Rougerie tente un coup de pied à suivre vers l'en but mais le ballon sort en ballon mort.

1 Cadrage d'Heymans, mais le Toulousain laisse tomber le ballon.

0 Monsieur Lawrence, l'arbitre néo-zélandais, siffle le coup d'envoi de ce France-Canada, deuxième test-match de la tournée d'automne du XV de France.

 

Source: http://www.lequipe.fr/CONTENTS/Rugby/Live4...0000009537.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Impe34    0

Irlande - Nlle Zélande : 7-45

 

Après le pays de Galles, c'est l'Irlande qui a cédé à son tour sous la puissance incontestable d'un XV néo-zélandais pourtant expérimental, s'inclinant 45-7 sur la pelouse de Landsdowne Road à Dublin.

 

Les Irlandais ont mis les Néo-Zélandais sous pression dès l'engagement. Mais après dix minutes de jeu, le XV du trèfle a perdu discipline et sang froid, offrant trop d'espaces aux hommes de Graham Henry. Ces derniers ont saisi chaque opportunité offerte, punissant de façon systématique un XV irlandais souffrant de l'absence de son capitaine habituel Brian O'Driscoll.

 

L'Irlande aurait pu ouvrir le score dès la deuxième minute : sur une longue passe de Ronan O'Gara, l'ailier d'Ulster Tommy Bowe s'envolait vers la droite des poteaux, mais terminait sa course dans les 22 mètres néo-zélandais. Les All Blacks ouvraient la marque à la 10e minute après une mêlée à 20 m des poteaux irlandais. L'ailier Sitiveni Sivivatu profitait d'un malentendu entre les défenseurs irlandais pour s'en aller poser la balle au centre des poteaux. Nick Evans transformait sans problème.

 

Après un quart d'heure de jeu, la défense irlandaise cédait, multipliant les erreurs au centre. La punition était infligée à la 21e minute par le demi de mêlée All Balck Piri Weepu, sur une passe du troisième ligne Richie McCaw.

 

Essai pour l'honneur

L'ouvreur Nick Evans manquait sa deuxième transformation, mais pas sa première pénalité, portant le score à 15-0 à la (26e). Le match échappait alors complètement aux Irlandais qui recevaient une leçon de jeu à la main. Juste avant la pause, Sivivatu aplatissait encore au centre des poteaux et Evans transformait : 25-0 à la mi-temps.

 

La seconde période était à l'image de la première. Par deux fois (70e, 74e) l'ailier Doug Howlett trompait la vigilance irlandaise, portant le score à 45-0 à 6 minutes de la fin. Il fallait attendre la dernière minute pour voir le pack irlandais sauver l'honneur par un essai du pilier Marcus Hornan, en puissance.

 

Malgré une équipe expérimentale -aucun des joueurs sélectionnés n'avait joué la semaine dernière contre le pays de Galles - les All Blacks se sont imposés avec grâce. Graham Henry semble en passe de réussir la mission qu'il s'est fixée : avoir deux titulaires à chaque poste pour le Mondial-2007. Quant au mystère All Black, seule équipe au monde que l'Irlande n'a jamais battue, il est demeuré entier samedi.

 

Source: L'Equipe.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andrei    0

L'organisation du Mondial 2011 a été confiée à la Nouvelle-Zélande. Elle a battu le Japon au second tour de scrutin, jeudi à Dublin, après l'élimination de l'Afrique du Sud au premier. Elle avait déjà organisé et remporté la première édition de la compétition en 1987.

 

La Nouvelle-Zélande avait renoncé tardivement à coorganiser le Mondial 2003 avec l'Australie car l'International Board (IRB) exigeait que les stades accueillant des matches de Coupe du monde soient vierges de toute publicité autres que celles de ses propres parraineurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wannou    0

PAS DE QUOI PAVOISER

 

Vainqueur poussif des Tonga (43-8), le XV de France ne s'est pas vraiment rassuré avant le match contre l'Afrique du Sud samedi prochain. Approximatifs et maladroits, les Bleus ont aussi été victimes des multiples agressions de leurs adversaires avant de se ressaisir en deuxième mi-temps. Un match à oublier.

 

Un péché de gourmandise

 

Annoncée comme une promenade de santé et un festival offensif, cette rencontre contre les Tonga a vite tourné à la mauvaise farce, le tout emballé dans une boîte à baffes. Les Bleus entament le match à l'envers, en témoigne la sortie sur blessure (grave) de Julien Laharrague dès la première minute. Puis celle de Chabal, touché au coude, et puis au doigt. Dans le jeu, le tableau n'est guère plus brillant : victime de son envie de jouer et de son enthousiasme, le XV de France multiplie les fautes de mains, les péchés de gourmandise, et oublie souvent les fondamentaux du jeu avant d'envoyer le ballon au large. Ils sont aussi victimes de l'agressivité, voire parfois de la violence, des rugueux Tonguiens, peu sanctionnés par Monsieur Dickson. Les plaquages en planche et les distributions de marrons pleuvent dans les regroupements, tout comme les cours de plongeon dans le grand bain. Une bienveillance arbitrale qui ira jusqu'à l'essai, accordé généreusement à Vaki malgré un rampement illicite aux abords de la ligne française. Les Français, eux, vendangent plusieurs occasions, mais atteignent le repos avec quatre points d'avance grâce à la botte de Yachvili (12-8).

 

Le sursaut d'orgueil

 

La seconde période sera heureusement d'un autre acabit. Plus discipliné, plus sérieux, les Bleus parviennent enfin à enchaîner les temps de jeu. En outre, l'enthousiasme virulent des Tonguiens est refroidi par un carton jaune donné juste après la pause à Lea'aetoa. Et puis physiquement, les hommes du Pacifique accusent le coup. Dès lors, les espaces vont s'ouvrir, enfin. D'abord sur un groupé pénétrant conclu par Thomas Lièvremont. Puis sur trois superbes attaques plein champ qui vont permettre à Rougerie, Clerc et Jauzion de donner un peu plus d'ampleur au score. Trois essais nettement plus conformes aux ambitions de l'équipe de France. Le doublé de Vincent Clerc dans les arrêts de jeu portera le score de la seconde mi-temps à 31-0. Un fanny qui ne fera pas oublier la pâle copie rendue par le XV de France. Il faudra faire nettement mieux pour espérer battre les Springboks, samedi prochain à Saint-Denis. Il faudra sans doute déjà rappeler les cadres. Car le principal enseignement de ce match contre les Tonga, c'est que les doublures ne semblent pas au niveau des titulaires. Bernard Laporte ne se privera pas de le dire aux principaux intéressés.

 

source: l'équipe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wannou    0

6 changements pour l'AfSud

 

L'encadrement de l'équipe de France a effectué six changements dimanche matin à Toulouse dans la composition du groupe des 22 joueurs retenus pour affronter l'Afrique du Sud en test-match, le samedi 26 novembre au Stade de France.

 

Par rapport au groupe victorieux des Tonga (43-8) samedi à Toulouse, l'équipe de France enregistre les retours de Jean-Baptiste Elissalde, Florian Fritz et Cédric Heymans, laissés à la disposition de leur club, le StadeToulousain pour des rencontres du Top 14. Par ailleurs, le talonneur Dimitri Szarzewski (Stade Français), blanchi par la Commission de discipline de la Coupe d'Europe, réintègre également les 22, comme l'arrière ou ailier Pepito Elhorga (Agen), qui remplace Julien Laharrague, gravement blessé face aux Tonga. Enfin, le demi de mêlée Dimitri Yachvili laisse sa place à Pierre Mignoni (Clermont). Outre Laharrague, Raphaël Ibanez, Sébastien Chabal, David Marty, Dimitri Yachvili et Vincent Clerc disparaissent du groupe. La composition de l'équipe qui débutera la rencontre sera dévoilée lundi.

 

Les 22 joueurs retenus

 

Avants (12): Bruno (Sale/ENG), Szarzewski (Stade Français), Marconnet (Stade Français), De Villiers (Stade Français), Milloud (Bourgoin), Thion (Biarritz, cap.), Nallet (Castres), Lamboley (Stade Toulousain), Martin (Stade Français), Bonnaire (Bourgoin), Th. Lièvremont (Biarritz), Nyanga (Stade Toulousain)

Arrières (10): Elissalde (Stade Toulousain), Mignoni (Clermont), Michalak (Stade Toulousain), Delaigue (Castres), Jauzion (Stade Toulousain), Fritz (Stade Toulousain), Heymans (Stade Toulousain), Rougerie (Clermont), Castaignède (Saracens), Elhorga (Agen)

 

Source: l'équipe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


×
×
  • Créer...