Aller au contenu
×
×
  • Créer...
  • Supprimer les pubs

    Les publicités diffusées sur notre site le sont uniquement aux visiteurs non connectés. Créez votre compte maintenant ou connectez-vous pour bénéficier du site sans aucune publicité.

Messages recommandés

Image IPB

Informations générales

Nom : FC Bayern München
Pays : Allemagne
Fondation : 1900
Couleurs : Maillot rouge et bleu, short rouge et bleu, bas rouge et bleu.
Rechange : Maillot blanc, short blanc, bas blanc.
Siège : Säbener Straße 51 / 81547 München
Téléphone/Fax : 00.49.89 69 93 10 / 00.49.89 64 41 65
Stade : Allianz-Arena (66000 places)
Adresse : Ausfahrt Fröttmaning
Président : Franz BECKENBAUER
Entraineur : Ottmar HITZFELD
Site officiel : http://www.fcbayern.de
Pages personnelles : http://fcbayern.fr.st



Palmarès

Coupe Intercontinentale : 2 (1976, 2001)
C1 : 4 (1974, 1975, 1976, 2001)
C2 : 1967
C3 : 1996
Super Coupe : 7 (1983, 1987, 1990, 1998, 1999, 2000, 2004)
Championnat : 20 (1932, 1969, 1972, 1973, 1974, 1980, 1981, 1985, 1986, 1987, 1989, 1990, 1994, 1997, 1999, 2000, 2001, 2003, 2005, 2006)
Coupe : 13 (1957, 1966, 1967, 1969, 1971, 1982, 1984, 1986, 1998, 2000, 2003, 2005, 2006)
Coupe de la Ligue : 6 (1997, 1998, 1999, 2000, 2004, 2007)



Effectif

Gardiens :
Bernd DREHER
Oliver KAHN
Michael RENSING

Défenseurs :
Martin DEMICHELIS
Mats HUMMELS
Marcell JANSEN
Philipp LAHM
Christian LELL
LUCIO
Willy SAGNOL
Daniel VAN BUYTEN

Milieux :
Hamit ALTINTOP
Stephan FÜRSTNER
Toni KROOS
Andreas OTTL
Franck RIBERY
Bastian SCHWEINSTEIGER
José Ernesto SOSA
Marc VAN BOMMEL
Sandro WAGNER
Jose ZE ROBERTO

Attaquants :
Miroslav KLOSE
Louis-Clément NGWAT-MAHOP
Lukas PODOLSKI
Jan SCHLAUDRAFF
Marco STIER
Luca TONI
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 757
  • Création
  • Dernière réponse

Top participants dans ce topic

Top participants dans ce topic

Messages populaires

Sans oublier sa tête de 36 ans depuis qu'il a 20 ans, je l'ai toujours cru à un an de la retraite ce joueur  

Le seul regret c'est son prix de départ et l'absence de clause à la revente.

Je me permets un petit HS pour dire que quelque part, tu viens de décrire pourquoi les anciens PES (et non pas la bouillie de jeu de foot actuelle, FIFA inclus) étaient si appréciés. Parce que dans la

Images publiées

Le blues de Sagnol

 

Image IPB

 

Tout juste remis d'une grave blessure à six mois de l'Euro, Willy Sagnol, 30 ans, n'a plus de temps à perdre au Bayern Munich, club avare, à ses yeux, en temps de jeu et marques de confiance. Il pourrait d'ailleurs quitter la Bavière dès cet hiver pour se relancer.

 

La blessure de Willy Sagnol, survenue le 3 avril en Ligue des champions, a sans doute marqué un tournant dans sa carrière. Depuis, il n'a plus rejoué en Bundesliga et n'a fait qu'une apparition fugace en Coupe de l'UEFA (dans le temps additionnel). Le Stéphanois s'estime pourtant apte depuis fin novembre. La blessure morale sera sans doute plus dure à cicatriser que ses chairs. "J'ai un peu souffert de l'impression d'être sorti du cercle sans avoir pris ma retraite sportive, et puis il y a eu des phrases à droite à gauche (comme) au club, à Munich, (où) j'ai entendu des gens qui s'interrogeaient sur mon avenir", confiait l'ancien joueur de Monaco au journal L'Equipe le 11 novembre.

 

"Ca fait sept ans que je suis là, j'ai parfois joué avec un genou en mauvais état, rappelait-il. Une fois, j'ai même joué en Ligue des champions trois jours après avoir été opéré d'une fracture d'un bras, pour aider le club. Je pense qu'à part Uli Hoeness (manager), je n'ai pas eu de la part des dirigeants le soutien que j'aurais espéré." Sagnol finissait d'ailleurs par lâcher publiquement en Allemagne le 24 novembre : "J'ai demandé aux dirigeants il y a quelques semaines déjà de pouvoir quitter le club cet hiver".

 

Un départ cet hiver ?

 

Depuis, les tensions sont toujours là. "Il y a quelques problèmes entre Willy et Ottmar Hitzfeld (entraîneur), notamment des divergences de vue sur sa condition physique, a encore admis Hoeness cette semaine. J'espère que cela va s'apaiser avec la trêve hivernale." Mais le temps presse. L'Euro est dans environ 180 jours et pendant son absence de nouveaux joueurs ont émergé sur le flanc droit de la défense des Bleus. Lassana Diarra (Arsenal), milieu de formation, a ainsi crevé l'écran le 8 septembre à Milan lors d'Italie-France (0-0). Puis, plus récemment, Raymond Domenech a replacé Diarra au milieu et François Clerc (Lyon), un temps écarté, a marqué des points au poste de Sagnol (53 sélections).

 

Devant la presse, Raymond Domenech a toujours répété qu'il comptait sur les grands blessés (Coupet, Sagnol, Vieira) pour l'Euro. Mais en cas de coup dur, le sélectionneur dispose maintenant de deux solutions de remplacement au poste d'arrière droit. "Diarra, Clerc? C'est super, commentait Sagnol dans L'Equipe. Vous savez, j'ai été le premier à téléphoner à Lassana Diarra après le match à Milan pour le féliciter."

 

"L'équipe de France ne m'appartient pas"

 

"Domenech, qu'il ait envisagé mon retour après sept mois d'absence sans avoir joué c'est déjà bon signe" , se rassure-t-il encore, avant de reconnaître, lucide: "L'équipe de France ne m'appartient pas, elle n'appartient à personne." Diarra et Clerc ne sont pas des titulaires indiscutables en clubs. Mais Lyon et Arsenal sont, pour l'heure, toujours en Ligue des champions, tandis que le Bayern dispute cette la Coupe de l'UEFA, médiatiquement moins exposée et sportivement moins relevée.

 

Et en Bavière, Sagnol a de quoi s'inquiéter. Le brassard de capitaine, qui lui avait été plus ou moins promis après le départ à la retraite d'Oliver Kahn prévu en juin, ne serait plus assuré. Le Néerlandais Mark van Bommel a pris une nouvelle envergure en l'absence du Français. Quant à Kahn, il n'est pas loin de parler de caprice au sujet de l'ancien Vert: "Ce n'est pas la peine de faire tout ce cinéma, il revient de blessure et il ne faut pas perdre la tête". Sagnol devra surtout garder la tête froide pour faire le bon choix au mercato.

 

Source: Eurosport.fr

 

Ribéry : "Ça se passe très bien"

 

Image IPB

 

Elu homme du match à Bielefeld (1-0), Franck Ribéry savoure sa réussite. Sifflé par les supporteurs adverses, l'ancien Marseillais ne boude pourtant pas son plaisir de jouer à Munich où il s'épanouit quand les autres Français du club, Ismaël et Sagnol, veulent partir en janvier.

 

FRANCK RIBERY, pour la première fois depuis votre arrivée en Bundesliga, vous avez été sérieusement chahuté et copieusement sifflé par les supporteurs de l'équipe adverse dimanche à Bielefeld. Cela vous a-t-il touché d'entendre des cris tels que "Ribéry de merde" ?

 

F.R. : Ce n'est pas grave, ça fait partie du foot, ça fait partie du jeu. Le plus important, c'est d'avoir pris les trois points ce soir et on est content de rentrer avec trois points chez nous. Je suis très content d'avoir marqué ce but. En même temps je voulais leur montrer (aux fans de Bielefeld, ndlr) que je ne me laissais pas faire, que j'étais présent d'où la joie de marquer.

 

Le Bayern Munich a retrouvé dimanche grâce à votre but la place de leader de la Bundesliga après l'avoir laissée 24h à Brême. Dans quel état d'esprit abordez-vous les deux derniers matches de championnat d'Allemagne avant la longue pause hivernale ?

 

F.R. : On va tout faire pour être champions d'automne mais n'oublions jamais qu'il reste encore deux matches plus un match de la Coupe de l'UEFA. Moi je suis très content, je continue à travailler, je ne me prends pas la tête. Pour l'instant, ça se passe super bien et je me sens bien au niveau du jeu, au niveau aussi de la motivation et de l'envie de jouer. Il y aura des moments où ce sera un peu plus difficile car je serai peut-être un peu fatigué mais tant que ça marche bien, il faut juste continuer comme ça.

 

Comment vous sentez-vous à Munich? La vie en Allemagne, sans doute fort différente de la vie à Marseille, vous plaît-elle ?

 

F.R. : La vie en Allemagne, ça va, même si bon, c'est vrai, c'est un peu difficile au niveau de la langue. Avec Luca Toni et José Ernesto Sosa, on essaie d'apprendre l'allemand de temps en temps, comme on peut parce qu'on joue beaucoup et on a beaucoup de déplacements. Dans la vie de tous les jours, ça se passe super bien. C'est une belle ville, Munich, et les gens sont sympas. En plus on est tranquille, on est en sécurité. L'ambiance dans le stade est différente par rapport à Marseille. Mais au niveau du stade, l'Allianz, il n'y a pas photo, c'est au dessus, c'est super !

 

Source: Eurosport.fr

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bayern-Kahn: "Le Bayern, ce n'est pas l'OM"

 

"Les nouvelles recrues doivent encore s'habituer au niveau de performance requis au Bayern: cela ne sert à rien de bien commencer, tu dois évoluer au niveau le plus haut durant toute la saison [...] Un ou deux parmi ces nouveaux doivent encore comprendre qu'ici, deux ou trois matches ne suffisent pas. Le Bayern, ce n'est pas Marseille et Florence, mais plutôt l'AC Milan, le Real, le Barça et Manchester United", lance Oliver Kahn dans les colonnes de Kicker. Pas sur que les deux recrues bavaroises, Frank Ribéry, décisif plus d'une fois depuis le début de la saison, et Luca Toni, meilleur buteur de la Bundesliga, à égalité avec son coéquipier Miroslav Klose et Rafael Van Der Vaart (9 buts), apprécient cette sortie médiatique de l'emblématique gardien du Bayern.

 

Source : Sports.fr

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Damien a changé le titre pour FC Bayern Munich

Rejoindre la conversation

Vous pouvez commenter maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous possédez un compte, connectez-vous.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Restaurer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Baretto

Baretto

    Vous devez être connecté pour pouvoir chatter

    Nos t-shirts sur l'Inter !

    Voir la boutique

    Les visages oubliés de l'Inter

    Voir les articles