Aller au contenu

Damien

Admin
  • Compteur de contenus

    16 446
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    19

Damien a gagné pour la dernière fois le août 19 2020

Damien a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Damien

  • Date de naissance 27/04/1986

Liens & réseaux sociaux

  • Site web
    https://www.internazionale.fr

Informations

  • Lieu
    Pékin
  • Joueurs
    Vieri, J.Zanetti

Visiteurs récents du profil

47 320 visualisations du profil

Réalisations de Damien

Grand Maître

Grand Maître (13/13)

  • 50 réactions Rare
  • Régulier Rare
  • Très populaire Rare
  • 1 semaine
  • "One month later"

Badges récents

4,6k

Réputation sur la communauté

  1. J'ai modifié temporairement les inscriptions afin qu'elles soient validées par un admin.
  2. A vrai dire ça venait d'un pays calé sur le fuseau horaire de Séoul et sa partait de Thaïlande... On s'en est sorti sans trop de difficulté, des petits joueurs.
  3. Force à toi ma poule, courage dans cette difficile épreuve. On pense fort à toi.
  4. Les discussions et querelles liées à Giuseppe Meazza ne datent pas d'hier, et il est évident depuis maintenant plusieurs années que le stade situé dans le quartier de San Siro nécessite une réelle remise à niveau ou une destruction, comme annoncée en 2019 par les clubs dans un communiqué joint, représentant un fait rarissime. La mairie ne le voyait pas d'un si bon oeil et jouait la carte du temps le même jour, quelques minutes après avoir obtenu l'organisation de l'un des plus grands événements planétaires. Giuseppe Meazza a vu passer les plus grands joueurs de football au monde ainsi que ceux comptant parmi les plus excentriques, à l'instar du trublion Mario Balotelli passé à l'Inter, mais également, à l'AC Milan. Un héritage des plus grands pour un stade bientôt centenaire et sans cesse discuté à l'heure actuelle du côté transalpin. Si le projet d'une construction commune semblait être la suite logique et validée par les deux clubs rivaux se partageant la même antre depuis plusieurs décennies, le récent rachat du rival rossoneri remet plusieurs choses en cause. Elles ne sont pas les seules et aujourd'hui, est-il possible d'imaginer les deux équipes de Serie A posséder chacune leur stade d'attache ? Une chose est désormais certaine : rien ne se passera avant 2026. Explications. En place jusqu'à 2026 Le 24 juin 2019, la ville de Milan et la station de sports d'hiver de Cortina d'Ampezzo obtenaient l'organisation des Jeux Olympiques d'hiver 2026, vingt ans après ceux organisés à Turin avec une grande réussite. Il devenait alors évident pour la mairie lombarde en place de profiter des infrastructures existantes afin de ne pas faire exploser la dette publique, comme annoncé et promis lors des différents audits auprès du CIO par le comité d'organisation. Pour ce dernier, l'idée était claire : se servir du stade Giuseppe Meazza, ou de San Siro si vous préférez l'appellation adverse, était évident. Les premiers travaux de démolition souhaités en 2021 avec une potentielle reconstruction d'un nouveau stade en lieu et place de celui actuel prenaient donc un sacré coup de massue - sans mauvais jeu de mots - et étaient mis en suspens. Milan et les Dolomites voisines vont accueillir les JO Acceptant leur sort, l'Inter et son rival s'en tenaient donc à cet après 2026. Avant que le rachat récent de l'AC Milan ne vienne bouleverser quelques plans. Nouvel investisseur pour l'AC Milan Récemment, le fonds d'investissement Redbird vient d'acquérir l'AC Milan pour plus d'un milliard d'euros. Le fondateur de cette société, Gerry Cardinale, souhaiterait, selon certaines rumeurs, associer cette reprise économique à la construction d'un nouveau stade, uniquement destiné à sa nouvelle équipe. Avec des investisseurs bien connus comme LeBron James ou le rappeur Drake, cette nouvelle opération financière pourrait bien venir chambouler les plans communs et la collaboration entre les deux équipes de la ville, redevenue plus cordiale ces dernières années. Quels sont les projets officiels à ce jour ? Le stade servira aux cérémonies d'ouverture et de clôture des prochains Jeux d'hiver, mais dans son projet général, l'organisation prenait en compte l'éventuel nouveau stade local, situé non loin de San Siro. Les deux clubs ainsi que la mairie - dans le projet initial mentionné ci-dessus - s'étaient mis d'accord avec Populous, l'une des entreprises phares en matière de constructions d'arènes et stades sportifs à travers la planète. Pour citer un exemple, le très réussi Groupama Stadium de l'OL, symbole de modernité et parfaitement bien pensé pour l'acheminement des supporters, est l'œuvre du groupe américain basé à Kansas City. Aujourd'hui, la santé financière des deux clubs n'est pas optimale et les collectivités italiennes refusent de participer financièrement, aux mêmes hauteurs que dans le passé pour de telles infrastructures. Plus qu'une inclusion au sein du Grand Milan avec un coût exorbitant, les deux clubs (si l'AC Milan s'en tient au projet initial) pourraient changer leur plan. Et à ce sujet, la commune voisine de Sesto San Giovanni, à une quinzaine de kilomètres au nord de la ville, pourrait être la grande gagnante de ces manœuvres.
  5. Damien

    Perturbations

    J'avais oublié de payé le serveur, ils ont tout coupé les salauds
  6. Damien

    Discord

    C'est une autre façon de communiquer, de faire partie d'une communauté. Là où d'autres trouveront les forums has-been, ils apprécieront ce que Discord apportent en terme d'échanges, de discussions. La façon dont c'est organisé permet de participer à plusieurs "serveurs" (ceux que tu rejoins" qui sont en quelques sortent des "communautés" et qui s'ajoutent un peu comme des favoris d'un navigateurs web finalement on va dire. Ainsi tu passes rapidement d'un serveur à un autre. Chaque serveur est organisé à sa façon, mais ils ont en général des catégories, contenant des canaux de discussions sous forme de chat où tout le monde peut parler. Sans pages à parcourir, mais plutôt comme le messenger de Facebook. En soit c'est un mix de plusieurs fonctionnalité déjà existantes à droite et à gauche et qui amène une approche encore différente pour communiquer, participer, échanger.
  7. Damien

    Discord

    La plupart ne sont pas sur le forum surtout.
  8. Damien

    Discord

    Y a un centaine de membres, c'est actif pour le moment
  9. Bienvenue parmi nous @LongJohnSilver
  10. Bienvenue parmi nous @Sabzer
  11. Bienvenue parmi nous @Koicah
  12. Le FC Internazionale Milano, plus souvent connu sous le nom de Inter Milan, ou simplement Inter, est l'un des clubs de football italien de Milan, en Lombardie. C'est l'un des clubs les plus suivis et soutenus en Italie et dans le monde entier. Fondée en 1908, le club a remporté son premier championnat italien en 1910. Depuis, l'équipe a remporté de nombreux titres prestigieux et il n'est pas surprenant que les meilleurs sites de paris sportifs soient comblés les soirs de match. Voici quelques faits intéressants ou anecdotiques autour de l'histoire de ce grand club. Histoire du club L'Inter Milan a fêté ses 114 ans le 9 mars dernier. Il a été fondé à la suite d'un désaccord parmi les joueurs de l'AC Milan sur la possibilité d'intégrer à l'équipe des joueurs qui ne soient pas de nationalité italienne. Ceux qui voulaient intégrer des joueurs étrangers à leur équipe ont alors fondé le FC Internazionale Milano. Le club porte deux surnoms : La Beneamata et Il Biscione et ses joueurs sont surnommés les nerazzurri. Aujourd'hui l'équipe joue à San Siro, le plus grand stade d'Italie et l'un des plus grands d'Europe. L'Inter n'a jamais été relégué de la Serie A Si comme tous les grands clubs l'Inter a perdu de nombreux matchs au cours de son histoire, elle reste la seule équipe à s'être toujours maintenue en Serie A. Un palmarès remarquable En 2010, l'Inter Milan a atteint la finale de la Coupe du monde des clubs de la FIFA et a affronté les Congolais du TP Mazembe. L'équipe italienne s'est imposée 3 à 0 (buts de Samuel Eto'o, Goran Pandev et Jonathan Biabiany) et a remporté la Coupe du Monde de la FIFA. Une consécration pour toute équipe de football. Outre la Coupe de la FIFA, l'Inter a remporté 3 Coupes de l'UEFA/Ligue Europa, 3 Coupes d'Europe/Ligue des champions, 7 trophées de la Coppa Italia et 18 titres de Serie A. Deux numéros de maillot retirés L'inter Milan a fait le choix de retirer deux numéros de son équipe en hommage à deux de ses grands joueurs : Giacinto Facchetti et Javier Zanetti. Giacinto Facchetti était un défenseur offensif et a joué plus de 630 matchs à l'Inter, marquant un total de 75 buts. Il a passé l'intégralité de sa carrière senior à l'Inter, prouvant ainsi son dévouement à l'équipe. Il portait le numéro 3. Javier Zanetti lui, portait le numéro 4 et détient le record du nombre d'apparitions en Serie A (618 matchs) et en compétition (858 matchs) au sein du club. Matthäus élu meilleur footballeur de l'année Lothar Matthäus, milieu de terrain à l'Inter Milan, a été le premier joueur à remporter le titre de meilleur footballeur de l'année de la FIFA en 1991. Il fait partie des légendes de l'Inter Milan et son maillot n°10 est aujourd'hui encore exposé au musée de San Siro. Matthäus a participé à 115 matches et marqué 40 buts en tant que milieu de terrain. L' Internazionale ou l'Inter Milan est un club qui peut se vanter d'avoir une histoire riche, des joueurs dévoués et beaucoup de travail. L'équipe maintient des traditions centenaires, interagit volontiers avec les fans et attend avec impatience de nombreux autres championnats et trophées.
  13. Bienvenue parmi nous Alain @inter_ipswich_servette
  14. Le retour de Romelu Lukaku à l’Inter est de plus en plus chaud et l’affaire pourrait même se conclure cette semaine. Montants de l’opération, futur sous Inzaghi et possible trio avec Laurato-Dybala : on fait le point sur le dossier avec Fabrizio Biasin, journaliste italien spécialiste des Nerazzurri. Est-ce vrai que Lukaku envoie des messages à tous les joueurs de l’Inter depuis fin 2021 ? "C’est vrai qu’il y a eu une communication directe et plutôt insistante de la part de Lukaku. Pas seulement à ses anciens équipiers, mais aussi aux dirigeants de l’Inter. Ça a commencé vers fin de l’automne, début de l’hiver. Il manifestait déjà son envie de revenir à Milan." Sais-tu à partir de quand les dirigeants ont commencé à envisager sérieusement ce retour ? "Même pour moi son retour me semblait impossible. Franchement, j’en ai vu des choses dans le foot, mais certainement pas quelque chose dans ce genre. Quand tu vas dans un club pour quasi 120M et, un an plus tard, tu annules tout ça, c’est quelque chose que je ne pensais pas voir. " "Les premiers signaux de ce retour, on les a vus début décembre avec des déclarations d’Ausilio. A l’époque, il disait, par rapport aux rumeurs, que cela ne pouvait se faire qu’à travers un prêt. Mais il ne le disait pas sérieusement, il blaguait surtout. Les dirigeants ont envisagé concrètement ce retour lors de ces derniers mois, quand Lukaku a manifesté très clairement son envie de revenir à l’Inter. Alors, les dirigeants ont dit ‘ok on te donne la possibilité de revenir, mais c’est à toi de trouver le moyen. On ne sera pas les premiers à parler avec Chelsea, il faut que tu parles d’abord toi aux dirigeants pour leur forcer la main.’ Il a réussi à faire ça lui-même avec son avocat, afin que Chelsea ouvre les portes aux négociations pour un prêt. Désormais, il faut que les deux clubs se mettent d’accord sur un montant." Aujourd’hui à combien de pourcent évalues-tu son arrivée ? "Actuellement, le retour de Lukaku à l’Inter est plus que probable. Car, au-delà du choix de l’Inter, il semble que son histoire avec Chelsea soit finie. Il n’est pas dans les plans de son entraîneur à Londres et Lukaku ne veut pas trouver d’autres alternatives. Il semble donc que la probabilité d’un retour soit très haute. Je dirais que l’Inter et Lukaku ont 80% de chance de se retrouver." Est-ce vrai que le deal doit être bouclé d’ici le 30 juin pour que l’Inter puisse absolument bénéficier du « décret croissance » ? "Réussir à ramener Lukaku à l’Inter implique un effort économique. Et, en ce moment, les Nerazzurri n’ont pas d’argent à jeter par la fenêtre. Il est donc indispensable que tout soit formalisé avant la fin du mois." Est-ce qu’un trio Lukaku-Lautaro-Dybala à l’Inter est vraiment possible ? "Si on m’avait demandé ça il y a encore un mois, j’aurais répondu que c’était impossible. En ce moment, les dirigeants sont en train de trouver une possibilité pour garder Lautaro Martinez, un joueur qui a beaucoup de demandes d’autres clubs, mais qui a aussi une grande envie de rester à l’Inter, et l’associer à Lukaku, ainsi que Dybala. Pour ce dernier, il faudra encore du temps, car l’accord économique n’a pas encore été trouvé. Même si ça a l’air d’être en bonne voie. Et, à part si quelque chose m’échappe, il faudra faire revenir de l’argent. Je pense donc que, en contrepartie, un grand joueur devra partir, probablement un défenseur." Penses-tu que ce sera un retour gagnant pour lui ? Pour que l’investissement de Lukaku soit total, il faut qu’il se sente protagoniste d’un projet. Il a vécu cette situation avec Antonio Conte, mais aussi avec des supporters qui l’ont fait se sentir roi. En ce moment, les supporters de l’Inter sont divisés. Beaucoup seraient heureux de son retour, car ils comprennent son choix. D’autres disent qu’il doit se faire pardonner pour la manière dont il est parti l’an passé. Car il a laissé l’Inter avec différents problèmes sur le mercato. Néanmoins, je pense qu’il a à Milan les conditions idéales pour redevenir l’attaquant très fort et intenable d’il y a un an. Il était très fort sous Conte, mais le serait-il autant sous Inzaghi ? "La formation en 3-5-2 utilisée par Antonio Conte à l’Inter est la même que celle actuelle de Simone Inzaghi. Mais, en pratique, c’est très différent. Le 3-5-2 de Conte est beaucoup fait de phases de récupération et d’attaques avec un joueur qui décale pour un autre. Alors que le 3-5-2 d’Inzaghi insiste davantage sur les phases offensives en restant attentif à maintenir la possession du ballon dans le camp adverse. Mais ces différences ne changent pas le fait que l’attaquant en pointe est un joueur très important dans le jeu. Dzeko, qui a joué à cette position cette année, même en n’ayant pas des statistiques comme Lukaku, est resté titulaire car il était considéré comme fondamental par Inzaghi. Dans le jeu d’Inzaghi, Lukaku aurait un jeu très important, voire central. Et, surtout, il trouverait Lautaro Martinez, un joueur qu’Inzaghi a fait briller cette année." Avec Lautaro, Dybala et un entre Correa et Dzeko ce serait théoriquement l’attaque la plus impressionnante de l’Inter depuis début 2000 avec Cruz, Adriano, Recoba, Martins et Vieri ? "Oui, ce serait très impressionnant. Ça ferait très longtemps que l’Inter n’aurait pas eu une attaque potentiellement aussi forte. Mais, mettre en même temps ces trois-là, en plus des pistons qui montent beaucoup, ce serait très difficile. Pour les insérer tous les trois, il faudrait qu’Inzaghi change son 3-5-2 qui n’est fait que pour deux attaquants." Interview réalisé par Giuliano Depasquale
  15. De retour au premier plan ces dernières saisons, l’Inter Milan n’est pas parvenu à retrouver les sommets continentaux pour le moment. Si le futur semble radieux, le dernier succès en Champions League remonte à 2010, au cœur d’une campagne historique et auréolée d’un titre dans la plus grande des compétitions européennes. Retour sur un exercice continental rentré dans les mémoires des supporters nerazzurri … Une entrée en matière poussive Seulement présent dans le Pot 2 lors du tirage au sort, aux dépens de son rival de l’AC Milan, l’Internazionale ne profitait clairement pas de son titre national obtenu quelques semaines avant le tirage. Un coefficient UEFA plus faible obligeait le club à, logiquement, affronter une autre grande cylindrée en poules. Qui d’autre dans ce cas-là, que le tenant du titre, le FC Barcelone ! Tombés en Espagne, les Interistes assuraient l’essentiel en ne perdant aucun autre match lors de cette phase de poules, y compris face aux deux autres équipes du groupe, Kazan et Kiev. La qualification pour les huitièmes était alors validée, mais avec l’assurance, d’affronter un premier de groupe pour une tâche, ardue. La patte Mourinho Après avoir contribué à la montée en puissance de Chelsea sur la scène anglaise et européenne, le technicien portugais, alors en poste à l’Inter, retrouvait son ancienne équipe. Des retrouvailles qui furent idoines pour le tumultueux Lusitanien, avec d’impressionnantes victoires à l’aller et au retour, sans la moindre contestation possible. De ce fait et avec tant de facilité, l’Inter s’avançait parmi les favoris légitimes au titre suprême les semaines suivantes. Toujours avec son bloc bas et sa marque de fabrique, le Special One permettait à son équipe de signer deux victoires 1-0, avec un contrôle indéniable, face au CSKA Moscou en quarts de finale. Comme on se retrouve En demi-finale, l’Inter Milan retrouvait alors le FC Barcelone, affronté en phase de poules, sans toutefois le même son de cloche. Impressionnants à l’aller, les joueurs italiens harcelaient les Catalans et prenaient les devants au score, avec une avance considérable avant le match retour (3-1). Au Camp Nou et malgré l’expulsion à la 28e minute de Thiago Motta, homme de base du système, les Interistes résistaient et voyaient Piqué ouvrir le score seulement à quelques minutes de la fin du match pour le Barça, en vain. Une solidité mentale et défensive qui ouvrait les portes de la finale à Mourinho et ses hommes. Bernabeu était noir et bleu Madrid accueillait une finale de rêve entre le Bayern Munich et l’Inter Milan. Sans surprise, le club allemand contrôlait le ballon et se voyait dominer la rencontre avec une relative aise. Mais comme toujours cette saison-là et sous le système de bloc bas, l’Inter ne s’exposait que très peu, au contraire de la dominatrice équipe bavaroise. Une opportunité parfaite pour un joueur de la trempe de Diego Milito qui signait un doublé, presque contre le cours du jeu, pour offrir un souvenir immuable aux supporters : la troisième LDC de l’histoire du club. Près et loin à la fois cette saison Le retour au premier plan de l’Inter s’est bel et bien fait sentir cette saison en Europe, où, en tant que champion d’Italie en titre, le club est parvenu à jouer les premiers rôles. Deuxième de son groupe derrière le Real Madrid, le club milanais n’a malheureusement pas eu d’autre choix que d’affronter Liverpool en huitièmes de finale pour cette édition 2021/22. Éliminés par les « Reds » sans être passés loin d’un coup de maître, les joueurs de l’Inter ont prouvé qu’ils étaient prêts à redonner au club ses titres de noblesse sur la scène continentale. Logiquement, les Reds méritaient leur qualification et il n’est pas surprenant de voir qu’ils sont, pour ceux qui apprécient les paris foot, les grands favoris de cette compétition. Le club anglais est impressionnant, mais fort de sa double confrontation face à lui, l’Inter et les clubs italiens dans leur ensemble pourraient de nouveau assouvir de grandes ambitions dans les prochains mois.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...