Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'derby della madonnina'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Milan Skriniar s’est livré à Sport Mediaset suite à la qualification de l’Inter pour les demi-finales de la Coupe d’Italie: "Sanchez a vraiment marqué un très beau but, cela nous a aidé à tuer le match. Pour nous, c’était important de bien gérer la rencontre et de la tuer dès que la bonne occasion s’est présentée, comme nous l’avons fait." Le sauvetage sur Zaniolo ? "J’ai vu le but vide et j’ai tenté de rattraper le ballon, par chance je l’ai repris même si au final, il y avait hors-jeu, mais à ce moment-là, je ne le savais pas, c’est pour cela que j’y suis allé. Nous avons vécu trois journées difficiles, mais cette équipe de la Roma a également prouvé sa valeur. Nous avions besoin de cette victoire pour continuer à avancer en Coupe d’Italie. C’était notre objectif et maintenant d’autres matchs important nous attendent." Etes-vous excédé par les critiques ? "J’estime que nous réalisons une saison plus que bonne, nous sommes satisfaits. Nous devons continuer à travailler en nous donnant toujours plus." Danilo D’Ambrosio "J’ai dit à Skriniar à quel point il est fort, il n’y a rien de nouveau. Ce n’est pas facile de se montrer prêt, mais le plus important est de toujours s’entraîner à 100%. Nous sommes une équipe composé de joueurs forts, d’hommes qui connaissent leurs qualités humaine et footballistiques. Être critiqué fait partie du jeu, nous en avons l’habitude ici à l’Inter, surtout ceux qui sont ici depuis des années." "On se recentre sur nous-même, nous avons un parcours à suivre. Il y avait de l’amertume pour un Derby perdu d’une façon imméritée, mais nous ne nous serions même pas contenté d’un match nul, car notre mentalité nous porte toujours à viser la victoire." Le Napoli ? "Ils ont eu toute la semaine pour se préparer à cette grande affiche, nous allons seulement y penser à présent." La Juventus ? "Je ne l’ai pas regardé, j’étais avec mes enfants. Vlahovic vaut ce qui a été déboursé pour lui, ils avaient déjà des individualités fortes et ils ont ajouté un joueur de qualité qui sait marquer." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, l’Inter a travaillé depuis bien longtemps sur la thématique relative au renouvellement du contrat de Marcelo Brozovic, considéré comme irremplaçable, preuve en est, Simone Inzaghi lui a confié les manettes de son armée et ne veut pas y renoncer Silence radio côté croate confirme la Repubblica L’Objectif de Giuseppe Marotta et de Simone Inzaghi est de construire l’Inter du futur, autour de l’architecte croate. Brozovic est le pivot du jeu d’Inzaghi et son éventuel départ, d’un point de vue du jeu, poserait un très sérieux problème. La proposition de l’Inter a été remise au joueur depuis déjà le mois de décembre, à savoir 6 millions d’euros pour le prochain quadriennal (+bonus). L’Inter attend depuis la mi-janvier la signature du joueur, mais l’insertion du Fc Barcelone dans la négociation le fait réfléchir : Le club catalan lui propose un quinquennal de 8 millions d’euros par saison. "Ces chiffres sont important pour un joueur convoité sur le Mercato, les clubs anglais sont aussi à la fenêtre comme Manchester United et Tottenham, pour observer l’évolution de la négociation. Marotta, encore avant le Derby, s’était montré très optimiste sur le futur teinté de Nerazzurro pour le croate." "La Direction espère annoncer la prolongation dans une dizaine de jours, surtout que Brozovic a toujours assuré avoir l’envie de continuer à l’Inter. Mais à présent, l’hypothèse barcelonaise est une tentation à prendre en considération. Inzaghi et les tifosi restent suspendu au croate, dans l’attente que la signature toujours absente, mais que Marotta a promis d’annoncer dans les prochains jours." Pensez-vous qu’Epic Brozo puisse faire une "Big Rom" ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Massimo Moratti, Président Historique de l’Inter s’est livré au cours d’une très longue interview au Corriere Dello Sport sur la réception de la Roma de José Mourinho, une première pour le portugais qui n’avait plus foulé la pelouse version "Nerazzurra" depuis un certain mois de mai 2010 Comment imaginez-vous le retour de Mourinho au Giuseppe Meazza ? "Je l’admets, cela va me faire une drôle d’impression de le voir se diriger du vestiaire, monter les escalier et s’asseoir sur le banc, mais pas celui de l’Inter. Je sais que je serai ému car des flash-backs me reviendront en tête, lorsque nous étions protagonistes : José a offert tant de choses à l’Inter, et elles ne s’oublieront jamais même si le temps passe." A vous entendre, vous transmettez la sensation que le rapport ne s’est jamais interrompu entre vous...... "Ces derniers jours nous n’avons pas discuté, et ce n’est pas un hasard, peut être que nous parlerons ensemble après le match ou dans les prochains jours. Nous nous téléphonons régulièrement et il est toujours très affectueux et très gentil envers moi. Nous sommes resté liés, c’est vrai, et pas uniquement pour ce que nous avons gagné, mais aussi pour la personne que Mourinho est." Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle aurait été l’histoire de l’Inter, si après le triomphe en Ligue des Champions à Madrid, le 22 mai 2022, Mourinho n’avait pas quitté l’Inter pour signer au Real ? "Il est impossible de s’exprimer sur certains sujet, c’est comme ça que cela s’est passé, il avait aussi l’envie de tenter l’expérience au Real Madrid. Avec le temps et à tête reposée, je me dis que cela s’est terminé de la meilleure des façons pour tout le monde : Lui était satisfait des résultats obtenus lors de cette saison et il avait accepté un nouveau défi. Nous car nous avions obtenu le maximum, à savoir goûter à un succès attendu depuis tant d’années, le Triomphe en Coupe des Clubs Champions : S’il fallait en venir à une séparation, il n’y avait pas de meilleur épilogue." Quelques tifosi en ont pourtant voulu au portugais de ne pas être revenu cette nuit-là à Milan, pour fêter la victoire en Ligue des Champions, à l’aube au Meazza...... "De l’eau a coulé sous les ponts, il avait déjà pris sa décision bien avant la finale, mais nous n’en avions pas parlé car lors de ce mois de mai, nous étions en course pour les trois titres et nous ne voulions pas rompre le charme. Notre accolade sur le terrain du Bernabeu après la victoire sur le Bayern et notre dîner deux jours après chez moi, ont éclairci tout le reste." Ce soir, il s’agira aussi des "retrouvailles" entre José et le Peuple Nerazzurro...... "Il sera accueilli avec beaucoup d’affection et de sympathie, je n’ai aucun doute à ce sujet. S’il entraîne à présent la Roma, il a écrit l’Histoire avec nous, et quelle histoire." L’Unique équipe italienne à avoir réalisé le Triplé...... "Cela continue à toujours bien sonner avec le temps...... il rit. Et c’est pour cela que ce sera un plaisir de revoir Mourinho au Meazza. Pour vous dire la vérité, je suis moi aussi curieux de le voir avec sa nouvelle vareuse. Jusqu’à présent, au Meazza, je l’ai vu au Meazza comme adversaire du Milan, jamais de l’Inter." Allez-vous le soutenir ? "Non, non je ne suis pas fou. Même si j’ai beaucoup de sympathie pour lui, je supporte l’Inter, José le sais et il le comprendra." Mourinho pourrait-il être touché par le fait de faire face à son ancien public ? "Je crois que oui, car il y a à l’Inter et chez les interistes un vrai lien, mais personne ne se fera de cadeau." Ses récentes sorties sur les arbitres vous rappellent-elles celles vécues lors de ses deux années à l’Inter ? "Tu sais quoi ? Le temps a beau passé, mais José se défendra toujours...... et il le fait assez bien (il rit)". Peut-être parce que les arbitres italiens ne lui sont pas sympathique ? "Je ne le dirais pas de cette façon car je ne crois pas que c’est le cas. José est tout simplement une personne qui n’est pas hypocrite, lorsqu’il défend son club, il le fait en mettant les mains dans le cambouis et en disant toujours ce qu’il pense. Ensuite, c’est Mourinho et lorsqu’il fait quelque chose, il le fait pour le bien." Comme ce geste du 20 janvier 2010 lorsqu’il a protesté en mimant les menottes face à Tagliavento qui venait d’expulser Samuel et Cordoba ? "J’ai souris ce jour-là et je souris encore maintenant lorsque j’y repense. Au-delà de la raison pour laquelle il a fait ce geste, il faut vraiment avoir un esprit spécial, comme le sien, pour protester de cette façon à chaud, c’était génial, vraiment génial." Au-delà des protestations arbitrales, passées et actuelles, le portugais ne parvient plus à la Roma à obtenir de grands résultats...... "Au début de saison, je pensais qu’il avait une bonne équipe mais qu’il ne disposait pas d’un noyau complet pour disputer le titre et je ne me suis pas trompé. A présent, il me semble que l’équipe s’est améliorée et il peut disputer une bonne seconde partie de saison. Pour lui, c’est une nouvelle aventure dans une place chaude et ce n'est jamais simple : Il faut lui donner du temps, mais il fera de belles choses." Vous êtes convaincu par le fait qu’il peut aussi gagner dans la Capitale ? "Selon moi, oui, sa carrière parle pour lui. C’est évident qu’il faut lui donner le temps de tout construire, mais je n’ai aucun doute sur ses capacités et sur le fait que c’est un gagneur." En attendant, il est parvenu à rentrer dans le cœur des tifosi Giallorossi...... "C’est normal, c’est quelqu’un qui vous veut du bien, il est aussi doué, sérieux et professionnel. Il séduit tout le monde car il ne prend pas les choses qui se présentent à lui de façon superficielle, il donne tout pour obtenir les résultats qui lui ont été demandé, voire plus." Friedkin a bien fait de l’engager alors ? "Je pense qu’il a pris l’un des meilleurs entraîneurs en circulation, et son retour a aussi été important pour le Calcio, c’est un entraîneur intelligent, sa présence est médiatique et ses capacités professionnelles sont une valeur ajourée pour la Serie A." Quelle est l’atout Plus du Special One ? "Au-delà de sa capacité à bien faire jouer l’équipe et à faire ressortir le meilleur de chacun, comme par exemple Zaniolo, je dirais qu’il excelle dans le fait de créer un rapport exceptionnel avec le groupe et qu’il sait toujours quelle chose dire." Avez-vous une anecdote ? "Lors de l’année du Triplé, lors du Derby retour, nous étions devant au score (1-0) mais Sneijder avait été expulsé et je voyais de la nervosité sur le terrain. J’étais parti au vestiaire pour tranquilliser les garçons et je les ai tous vu concentré et à l’écoute de Mourinho. Il expliquait ce qu’l fallait faire pour doubler la mise et tuer le match, même à dix, il y avait un calme olympien, on n’entendait pas une mouche voler." "D’autres entraîneurs pour motiver l’équipe aurait chargé l’arbitre mais José parlait uniquement de tactique, avec le sang-froid d’un pilote qui sait qu’il doit faire face à une situation des plus difficile. Pandev doublait la mise et nous l’avons emporté. Je ne me souviens plus en revanche de ce qu’a dit Mourinho en conférence de presse sur l’arbitrage, il rit." Quel match sera Inter-Roma ? "C’est difficile de le dire, les Giallorossi se présente suite à un match nul face au Genoa caractérisé par de nombreuses polémiques, l’Inter se présente après avoir jeté le Derby par la fenêtre d’une façon que je ne m’attendais pas, surtout vu comment s’était déroulé la rencontre." Si vous aviez été Président, qu’auriez-vous fait ? "Je laisse tomber certains discours, je suis resté surpris par la perte du rythme que l’Inter imposait depuis 65-70 minutes et le Milan en a profité. Les Derbys sont dangereux pour une équipe qui a l’avant et cette fois, nous avons pris une leçon nous. Une défaite de ce genre est riche d’enseignements et il faut surtout renouer immédiatement avec la victoire car ce mois de février est composé de match de haut niveau." Avez-vous peur que le Derby ait miné les certitudes du groupe ? "Je ne crois pas, l’équipe existe, elle est forte, composé de bons joueurs et d’un excellent entraîneur. Inzaghi s’est, pour moi, intégré très rapidement au Monde Nerazzurro et il est capable d’apporter encore plus à un groupe qui a gagné avec Conte. Tout le monde pensait avoir vu à ce moment-là l’Inter a son meilleur niveau. Pourtant sans Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen, elle est parvenue à faire mieux, le mérite en revient à Inzaghi qui a des capacités importantes. De temps en temps, des erreurs peuvent se produire, comme dans le derby, mais je pense qu'il fait beaucoup mieux que ce que beaucoup attendaient." Serez-vous un Tifoso serin et optimiste ? "Je le suis et les autres tifosi doivent l’être aussi, je suis convaincu que l’Inter vivra une belle fin de saison." Reste-t ’elle la favorite pour le Scudetto ? "Je ne parle pas de favorite, je dis qu’elle peut l’emporter, mais que ce ne sera pas facile, le Napoli m’impressionne énormément, il dispose d’un axe central redoutable et il me semble qu’il a surmonté sa période de difficulté." Pensez-vous à la seconde étoile ? "Elle serait si belle sur ce Maillot Nerazzurro, j’en suis convaincu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Une Tempête dans un verre d’eau et une situation qui a dégénéré suite au comportement inapproprié et allumeur d’un joueur de bas niveau : Théo Hernandez: Au cours de l'émission "Il lato B del Derby : quello che non avete visto" que l’on peut traduire "La Face B du Derby, ce que vos n’avez pas vu" DAZN, qui a diffusé la rencontre opposant l’Inter et le Milan dans le Derby Della Madonnina, Davide Bernardi, est revenu sur l’incident "Theo, a la dernière seconde du Derby a fauché Dumfries ,ce qui lui a valu une carte rouge directe. L’espagnol, a ensuite pris tout son temps pour quitter le terrain en perdant le plus de temps possible, il s’est d’ailleurs arrêté et a abaissé ses chaussettes. Une fois arrivé aux escaliers, il a répondu du bout des doigts aux Tifosi de l’Inter pour mimer "Je ne vous entends pas" pour renvoyer l’ascenseur suite au comportement de Çalhanoğlu au match aller." "Cazza Tu Madre" soit "Va Baiser ta Mère" "Mais Lautaro, du banc a tout vu et a vu rouge, Il est allé lui balancé des insultes en espagnol, ce que l’on aurait pu prendre pour un crachat est en réalité l’insulte dont il a qualifié la mère de Theo Hernandez. Au même instant, le match s’est terminé et Lautaro a vu Théo remonter : Tout a recommencé." "À quelques mètres de là, les joueurs de l'AC Milan se félicitaient.. Saelemaekers a vu ce qui se passait entre Lautaro et Theo et a essayé d'intervenir, mais Pioli lui a dit : "Va faire la fête." Le type de Grinta qu’il faut avoir pour se relever après une telle défaite ! Transforme ta rage en buts Lauti ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Simone Inzaghi s’est livré ce lundi soir à la veille de la réception de l’As Roma dans le cadre des quarts de finale de la Coppa Italia Frecciarossa, une rencontre a élimination directe qui propulsera le lauréat en demi-finale. L’interview relayée à Sport Mediaset "La Coupe d’Italie est un objectif très important pour nous, elle doit être dans l’Adn de l’Inter. Nous sommes en quart de finale et demain, nous disputerons une rencontre importante. Nous sommes conscients qu'après avoir battu Empoli, si nous battons la Roma demain, ce qui s'annonce très difficile, nous serons en demi-finale." "Demain, nous ferons face à une équipe forte qui est capable de battre n’importe quel adversaire, qui est composé de très grands joueurs de qualité, d’un grandissime entraîneur comme José Mourinho et nous devrons être bons. Nous voulons nous racheter après avoir perdu de façon imméritée le Derby, et nous savons que le football est constitué de faits de jeu." "La Roma ne sera pas non plus heureuse d'avoir fait match nul à domicile contre le Genoa, un résultat qu'elle ne méritait pas non plus. Nous ressentons toujours à la maison la chaleur de nos tifosi, demain, ce sera un match de milieu de semaine, mais je sais qu’ils seront là pour chercher à nous transcender comme ils l’ont toujours fait depuis le début de saison : J’espère leur offrir une qualification." "J’ai la chance d’avoir une équipe forte et compétitive. Depuis le début de saison jusqu’à aujourd’hui, celui qui a joué 15, 30, 45 ou 90 minutes a toujours fait preuve d’une grande disponibilité. Nous revenons d’une brute défaite, nous devrons être bon et rationnel pour garder en tête toutes les bonnes choses que nous sommes parvenus à réaliser jusqu'à ce jour , car nous voulons continuer à poursuivre ce parcours entrepris lors de ces six premiers mois." Andiamo Ragazzi ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. L'Inter a perdu le derby della madonnina dans un match qui laissera un goût amer pour nombre de fans. Ce derby posent aussi des questions sur le management, le gardien, l'arbitrage et le numéro neuf. Voici les cinq choses que nous avons apprises ce week-end. Une Inter trop indolente ! Il est vrai que l'Inter a beaucoup joué depuis Noël. C'était à prévoir car les vacances de Noël arrivaient au mauvais moment pour une équipe qui détruisait simplement tout sur son passage. Arracher un résultat dans la Coppa après prolongation, devoir revenir à domicile contre Venise et ramener un point contre Atalanta sont autant d'exemples de la baisse de performance de l'Inter. Cela est excusable dans le fait qu'il serait impossible pour l'Inter de jouer au football d'un niveau très élevé chaque semaine dans chaque compétition, mais le problème est la gestion du match. Dans le premier match contre Milan, le match de la Juventus à domicile (volé par la VAR) et le déplacement à la Sampdoria ont tous été des matchs où l'Inter avait le match en main mais semblait ralentir les choses, baisser le rythme et en paya le prix. 1-0 n'est jamais un score sûr ! Manquer des occasions et rester tranquille derrière vont coûter cher à l'Inter. Cela doit être traité rapidement ! Les changements puants de Simone ! Il semble que l'entraîneur de l'Inter ait encore du mal à gérer ses changements dans les grands matches. Faire de lourds changements que vous feriez si le match était gagné alors que me match est toujours équilibré est la plus grande chute d'Inzaghi. L'Inter eut une avance de 1-0 et commença à avoir l'air paresseuse, indolente... Ivan Perisic qui a réalisé une excellente première mi-temps, Lautaro Martinez et Hakan Calhanoglu ont tous été remplacés au profit de remplaçants plus faibles. Bien sûr, cela va être naturel dans une certaine mesure étant donné que ce sont des coiffeurs qui arrivent. Mais l'Inter a perdu de la créativité, du rythme, en prenant cette décision qui lui a coûté cher. Ces changements auraient été bien à 2-0 avec 10 minutes restantes, mais en faisant rentrer Vidal pour Calhanoglu, vous émoussez votre attaque. Cela devient un énorme problème lorsque vous êtes devant et que vous encaissez un but, vous devez alors créer une autre occasion. Attendre à 1-0 ne fonctionnera jamais ! Surtout dans un match de cette ampleur. Inzaghi doit arrêter les premiers changements alors que les matchs sont encore en jeu. Samir de nouveau dans la ligne de tir (ou ligne de mire, ndlr) ! Un bon arrêt sur un tire de Tonali en première mi-temps certes mais le grand Slovène face à Giroud était difficile à regarder. Son manque de mobilité et ses paumes faibles, ramollies, peu inspirées ont été à juste titre remises en question dans les moments de colère des supporters de l'Inter. Une piètre performance d'un gardien sur son crépuscule à l'Inter. Le remplaçant Andre Onana n'arrive pas assez vite. Surtout quand on pouvait voir la différence qu'un bon gardien fait en regardant simplement Mike Maignan qui a gardé son équipe dans le match. Triste à voir, mais une fois de plus, cela attire l'attention sur le besoin désespéré de l'Inter d'un nouveau gardien si elle veut rivaliser sur tous les fronts. Un nouveau numéro neuf est indispensable ! Edin Dzeko a été une excellente signature pour compenser le départ de Romelu Lukaku ; sur un transfert libre et a également surgi avec des buts cruciaux. Cependant, sa tendance à rater quelques occasions simples avec des matchs en jeu et à enjeu, et avec son rythme surprenant, on ne peut pas compter sur lui beaucoup plus loin que cette saison. Ce n'est en aucun cas une critique infondée et violente contre un attaquant de 35 ans qui a bien joué pour l'Inter cette saison, mais plus une approbation qu'un joueur plus jeune est nécessaire. Gianluca Scamacca semble être l'homme pour remplir ce rôle apportant une proposition vraiment alléchante. Un mois délicat pour l'Inter commence sur une note aigre ! Milan était pauvre et n'aurait pas dû avoir la chance de revenir dans le match! Des fautes grossières et des blessures feintes ont joué en faveur de l'équipe de Pioli alors qu'ils prenaient efficacement leur chemin vers une victoire dans les dix dernières minutes. Cela aurait du fournir des munitions à l'Inter car ils doivent amorcer la partie la plus cruciale de la saison dans les semaines à venir. Une équipe en rotation doit se rendre dans la capitale pour la Coppa avec un œil sur le week-end contre Naples, qui est désormais devenu un match incontournable et crucial. La Ligue des champions avec Liverpool se profile également et fournira à l'Inter son test le plus difficile depuis des années. Conclusion Inter oublie ton résultat de m**** ce week-end ! Utilise ta colère et ta frustration causées par ton manque d'intensité pour arranger les choses alors que tu rendras rendra à Rome et à Naples la semaine prochaine ! Sinon, la saison risque de dérailler si tu ne rebondis pas de suite… et nous avec ! Traduction alex_j via sempreinter.
  7. Actée la défaite douloureuse du Derby Della Madonnina, l’Inter s’apprête à disputer les quarts de finales de la Coupe d’Italie. Pour l’occasion, l’Inter s’apprête à recevoir son mentor historique : José Mourinho. Comme l’explique la Gazzetta Dello Sport : "Il est possible que, ce mardi, Inzaghi opère un léger turnover en changeant ses ailes et en alignant Alexis Sanchez à la place de Lautaro Martinez ou Edin Dzeko. Il n’y a pas d'autres alternatives en attaque, car si l’état de santé s’améliore pour Joaquin Correa, il sera encore absent une paire de semaines." "Tandis que Felipe Caicedo était en tribune samedi, vu qu’il avait ressenti une douleur musculaire aux adducteurs, la situation le concernant est donc sous contrôle : Le Staff Médical de Simone Inzaghi le connait trop bien et devra décider s’il vaut la peine d’être placé sur le banc face à la Roma ou s’il est mieux de le laisser continuer à travailler pour éviter toute rechute." "La bonne nouvelle concerne Ivan Perisic qui a demandé à sortir lors du Derby. Victime de crampes sérieuses, il ne sera même pas soumis à des examens médicaux, il ne devrait pas être titularisé face à la Roma, mais faire l’objet du turnover." Aligner une équipe "bis" face à la Roma, bonne ou mauvaise idée selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Après cette défaite 1-2 contre le Milan, Simone Inzaghi s'est exprimé sur DAZN après le match. L'Inter a pris les devants en première mi-temps grâce à un but d'Ivan Perisic sur un corner, et s'est dirigée vers la seconde mi-temps avec un match sous contrôle. Cependant, au cours de la seconde mi-temps, les Rossoneri ont augmenté la pression et un doublé d'Olivier Giroud a suffi à leur donner une victoire et à réduire l'écart avec l'Inter à un point, même si l'Inter a un match en moins. Simone Inzaghi regrette que son équipe ait laissé filer l'avance pour perdre les trois points comme ils l'avaient fait plus tôt contre la Lazio, bien qu'il ait également estimé que le premier but des Rossoneri n'aurait pas dû être validé. "Je ne veux plus le revoir. C'était une faute, si vous pensez que c'était un contact juste, c'est bien. Mais c'est ce que c'est, nous devons être meilleurs. Même en première mi-temps, il y a eu des périodes. Mais comme je l'ai déjà dit, si on avait été à 2-0 ou 3-0, l'arbitre n'aurait pas sifflé de la même manière." "C'est comme ça que le football est. Nous pouvons dominer la plupart du temps, mais nous n'avons pas réussi à marquer le deuxième but. Leur but égalisateur nous a rendus nerveux, nous avons perdu notre sang-froid. Mais nous devons le voir comme si c'était contre la Lazio, j'ai regardé un match à sens unique pendant soixante-dix minutes. Nous avons concédé ce but malheureux, les gars sont devenus nerveux. Je pense qu'il y a probablement eu une faute manifeste sur Sanchez, c'est un regret. Je pensais que c'était un derby à sens unique contrairement au premier qui avait été très ouvert." "Nous avons perdu un peu de lucidité, il y a eu des contre-attaques d'un côté à l'autre, c'était un match composé de moments clés et nous ne les avons pas bien gérés. C'est une défaite qui fait mal. Mais les équipes fortes doivent passer à autre chose et l'analyser, pourquoi c'est arrivé, pour que cela ne se reproduise plus." "Concernant l'ambiance dans les vestiaires après le coup de sifflet final, c'est normal qu'il y ait de la déception. Nous savons tous à quel point le derby est important. On l'a perdu sans raison mais c'est le football et il faut bien faire pour analyser le match sereinement et comprendre ce qu'il nous manquait car, objectivement, jusqu'à leur premier but on n'avait pratiquement rien subi." "Mais c'est comme ça que le football est. C'est une dure leçon que nous devons être plus cliniques et tuer des matchs, car nous n'avions pas à être juste un but à la soixante-dixième minute. La première pensée est que nous aurions dû gérer cela de la même manière que nous avons eu les 65-70 premières minutes, mais nous avons perdu un peu de clarté et avons arrêté de jouer notre jeu." "Nous avons permis que cela devienne un jeu de contres, et nous n'avons pas contrôlé la possession. Nous aurions dû faire mieux pour le tuer, il faudra que je regarde, mais il semble que nous ayons cessé de contrôler la possession après soixante-dix minutes." "Je pense que Lautaro était très bon, il a tout donné. Perisic a demandé à se retirer parce qu'il sentait une oppression dans son mollet. Il y a eu aussi le remplacement de Calhanoglu à dix-huit minutes de la fin", mais Hakan s'était beaucoup entraîné (pourquoi le sortir?, ndlr)." "Je ne pense pas que nous ayons perdu à cause des changements, je pense que nous avons perdu parce que nous n'avons pas marqué de deuxième but. Sanchez a également été projeté au sol sur son premier but, mais je ne se concentrera pas là-dessus." "Les remplacements en deuxième mi-temps étaient nécessaires, nous avions trois joueurs qui étaient revenus en Amérique du Sud. Je dois être rationnel et j'ai vu mon équipe dominer Milan pendant soixante-dix minutes et à cet égard je suis content, mais ensuite je vois le résultat et ça pique parce que c'était une belle opportunité pour nous. Nous n'avons pas obtenu le résultat que nous méritions sur la base de ce que nous avons montré sur le terrain, mais comme pour la défaite contre la Lazio, nous devons réagir." "Concernant le calendrier, nous aurions aimé aborder nos prochains matchs avec un résultat différent de celui de ce soir, mais c'est le football. C'est le calendrier qu'on nous a donné, et comme pour la première partie de saison où nous avons eu des enchaînements de matchs difficiles, nous allons avancer." Traduction alex_j via sempreinter.
  9. S'exprimant sur DAZN avant le derby, Beppe Marotta a fait un point sur Gosens, Perisic et Brozovic. Gosens est venu de l'Atalanta dans le cadre d'un accord de prêt initial qui devrait devenir un accord permanent jusqu'en 2026 sous certaines conditions. L'Allemand devrait jouer un rôle important à gauche pour les saisons à venir. Cependant, Perisic a également été en pleine forme dans cette position jusqu'à présent cette saison. Selon Marotta, le club est d'accord avec deux options de à ce poste, et la signature de Gosens n'affecte pas leur prise de décision concernant la situation de Perisic. "A gauche, nous avons profité d'une opportunité, nous remercions les propriétaires de nous avoir permis de faire un investissement important. Maintenant, l'équipe est plus compétitive, mais elle était déjà à un niveau élevé au départ." "Ivan est un professionnel sérieux, il pourrait également être utilisé à droite. Dans le jeu d'Inzaghi, l'ailier arrière est un élément clé. L'achat de Gosens ne vise pas à restreindre les opportunités de Perisic, il s'agit de donner à Inzaghi un autre joueur de qualité." "À propos de la situation de Brozovic, nos désirs sont de continuer ensemble, c'est la confirmation officielle. Nous travaillons pour trouver une solution. On espère pouvoir fermer rapidement, c'est ce que tout le monde veut." "Milan Skriniar pourrait éventuellement être nommé capitaine, l'amour des fans est un aspect important, mais ce n'est pas encore quelque chose que nous avons sérieusement envisagé. Il y a beaucoup de profils dans l'équipe qui ont les qualités nécessaires à un bon capitaine. Il sera temps d'y réfléchir. Pour l'instant, nous sommes satisfaits de Handanovic et espérons qu'il restera encore un moment. Nous voulons continuer avec lui." "Concernant le derby, c'est un match spécial, nous espérons que ce sera une excellente publicité pour le football italien (l'interview s'est faite avant le match, ndlr). Il reste encore 45 points à gagner, tout résultat que nous obtiendrons ne sera pas définitif. Nous affrontons ce match avec une conscience de ce qu'il signifie, nous voulons en prendre le dessus par fierté, et nous voulons continuer la marche qui nous a menés au sommet du classement." Traduction alex_j via sempreinter.
  10. Sur Tweeter, le journaliste Giovanni Capuano s'est exprimé sur l'arbitrage de Guida qui, selon lui, fut mauvais. L'Inter essayait de déjouer la pression croissante du Milan alors que les Rossoneri accéléraient le rythme au fur et à mesure que la seconde mi-temps avançait. L'attaquant Giroud a gagné le ballon après un contact très physique avec Sanchez. L'arbitre Guida n'y voyait rien de mal et a fait signe de jouer, considérant le contact comme un 50/50 entre les deux anciens coéquipiers d'Arsenal, et donc Giroud a pris le ballon équitablement. Giroud s'est ensuite mis en position pour égaliser. Sa soirée et celle de Milan fut encore plus belle avec son deuxième but qui vaut trois points. Cependant, Capuano pense que le premier but n'est pas valable. "Marco Guida a été horrible en arbitrant le derby. Il a raté de nombreuses décisions, il n'a pas donné quelques cartons jaunes et l'égalisation vient d'une faute qui aurait dû être sifflée!" "Mais suggérer qu'il était responsable de la défaite de l'Inter serait aller trop loin." Voici la note de Marco Guida: Marco Guida – 6 : Ce n'est pas un très bon arbitre mais une de ses meilleures performances qui montre à quel point la barre est basse. Raisonnablement cohérent. Traduction alex_j via sempreinter.
  11. S'adressant à la Gazzetta dello Sport, le légendaire Arrigo Sacchi a fait part de son analyse. En résumé, il faut tuer les matchs et non attendre. "Pendant une grande partie du match, la différence entre les Nerazzurri et les Rossoneri était énorme, les joueurs d'Inzaghi ont raté plusieurs bonnes occasions. Milan n'avait pas l'air coordonné, il y avait trop de distance entre les lignes, et le plan pour que Kessie marque Brozovic ne m'a pas convaincu." "Le premier but de l'Inter était mérité. L'Inter a montré qu'ils sont plus physiques et qu'ils ont une plus grande qualité et expérience individuelles. Cependant, l'Inter a fait comme toutes les équipes italiennes, une fois l'avance prise, au lieu de chercher à tuer le match, elles s'inquiètent de la gestion du tempo, elles ralentissent le rythme. Ce n'est pas la bonne idée. Nous devons attaquer et avoir du courage pendant quatre-vingt-dix minutes et au-delà." "Concernant la course au Scudetto, l'écart s'est réduit, mais l'Inter reste l'équipe la plus forte. Maintenant, il va falloir qu'ils fassent preuve de maturité, ce n'est pas facile d'encaisser certains coups. Mais la qualité de l'équipe d'Inzaghi est supérieure à celle de tous ses rivaux." Traduction alex_j via sempreinter.
  12. S'adressant à Inter TV, Samir Handanovic a souligné que le match a été perdu dans le dernier quart d'heure. Handanovic estime qu'il n'y a personne à blâmer sauf lui et ses coéquipiers pour avoir permis à Milan de retrouver un chemin dans le match dans les moments décisifs tard. "Aujourd'hui, nous avons tout fait. Nous avions le match sous contrôle, nous avons bien joué et nous les tenions à distance. Malheureusement, nous avons perdu le ballon trop de fois et nous avons été punis." "Maintenant, nous pensons au prochain match. Nous n'avons pas le temps de pleurer. C'était un dernier quart d'heure à oublier, mais il y avait aussi beaucoup de points positifs. En première mi-temps, nous aurions pu facilement doubler notre avantage. Nous avons attendu et cherché à contrer en seconde période et nous avons perdu le ballon trop de fois. Nous avons été punis." "Nous avons joué notre jeu, nous étions l'Inter habituelle. Nous avons bien joué la plupart du temps mais malheureusement pas dans les quinze dernières minutes. L'équipe a fait preuve de force, de courage. Il reste encore beaucoup de matches à venir, il faut regarder nos erreurs et comprendre pourquoi on a géré le dernier quart d'heure comme on l'a fait." "Parfois, vous prenez des risques et vous n'êtes pas punis mais aujourd'hui, nous avons pris des risques et nous avons été punis." Traduction alex_j via smpreinter.
  13. Voici les notes de sempreinter. Bonne lecture. Samir Handanovic – 5,5 Des arrêts décents en première mi-temps, puis il a fait ce qu'il fait habituellement maintenant : des buts cadeaux. Ce n'est pas sa faute s'il n'a pas encore été remplacé. Milan Skriniar - 6 A bien joué tout au long du match mais n'a pas été en mesure d'aider en attaque comme nous l'avons vu auparavant. Meilleur défenseur de l'Inter ce soir. Stefan de Vrij – 5 Il est assez évident qu'il a atteint un sommet et qu'il est en déclin, comme nous l'avons vu régulièrement cette saison. Terrible erreur sur le deuxième but de Giroud. Alessandro Bastoni – 6 Pas les courses vers l'avant que nous avons l'habitude de voir en attaque, mais solide sur le plan défensif, faisant de belles passes en diagonale au milieu de terrain. Denzel Dumfries – 7 Probablement son meilleur match sous le maillot de l'Inter. Rendu la vie difficile à Theo maraudant sur la droite tout en aidant à la défense. Nicolo Barella - 6,5 Impossible d'avoir le même impact qu'il a habituellement avec ses centres un peu décalés. Couru et travaillé dur comme toujours. Marcelo Brozovic – 6,5 A dicté le tempo du milieu de terrain comme il le fait habituellement surtout en première mi-temps. A été remplacé par mesure de sécurité, ce qui a coûté le match. Hakan Calhanoglu – 6 A vraiment cherché, surtout en première mi-temps quand il était très actif. A obtenu une passe décisive mais était fatigué au fur et à mesure que le match avançait. Ivan Perisic – 7,5 Mis à part le but, il était partout : de l'aide défensive et toujours une option en attaque. Un vrai leader dans cette Inter. Lautaro Martinez – 6,5 Son jeu de liaison et son rythme de travail sont exceptionnels mais sa finition laisse un peu à désirer. Malchanceux de ne pas obtenir au moins une passe décisive. Edin Dzeko – 6 Travaille dur et a aidé à la construction, surtout en première mi-temps. Mais invisible quand le match s'allongeait n'offrant rien en attaque. Alexis Sanchez – 5 A remplacé Lautaro Martinez à la 70e minute et a pris un risque inutile qui a conduit à l'égalisation, qu'il ait été victime d'une faute ou non. Federico Dimarco – 5,5 A remplacé Ivan Perisic à la 70e minute et n'a absolument rien offert en attaque. A également égaré quelques passes défensives. Arturo Vidal - 5,5 A remplacé Hakan Calhanoglu à la 73e minute pour aider à clore le match défensivement, ce qu'il n'a pas pu faire. A l'air vieux (traduction littérale, ndlr). Matteo Darmian – N/A A remplacé Alessandro Bastoni à la 82e minute et n'a pas joué assez longtemps pour pouvoir être noté. Matias Vecino – N/A A remplacé Marcelo Brozovic à la 82e minute et n'a pas joué assez longtemps pour pouvoir être noté. Simone Inzaghi - 5 Mauvaise gestion qui rappelle le match contre la Lazio. Ce n'est pas sa faute s'il a les joueurs qu'il a sur le banc. Mais c'est de sa faute concernant les remplacements. Marco Guida – 6 Ce n'est pas un très bon arbitre mais une de ses meilleures performances qui montre à quel point la barre est basse. Raisonnablement cohérent. Inter - 5,5 C'est le deuxième derby que l'Inter a offert en raison de son incapacité à capitaliser sur ses occasions. Terriblement passive pendant toute la seconde mi-temps. Taduction alex_J
  14. Après ce derby perdu, Olivier Giroud et Ivan Perisic sont impliqués dans deux stats révélées par Opta sur Tweeter. Concernant Olivier Giroud, comme Opta l'a souligné dans un tweet, aucun joueur français n'a marqué deux buts ou plus contre l'Inter en Serie A avant Giroud hier. Leur tweet se lit comme suit : "2 – Olivier Giroud est le premier joueur français à avoir marqué plus de 2 buts lors d'un match de #SerieA contre l'Inter. Intrépide." Concernant Ivan Perisic, le Milan est une de ses victimes favorites, comme le montre le tweet d'Opta. Leur tweet se lit comme suit: "7 – Ivan Perisic a été impliqué dans sept buts en 12 matchs contre l'AC Milan en Serie A (deux buts, cinq passes décisives), son plus grand nombre contre un seul adversaire dans la compétition (sept également contre le Chievo et la Fiorentina). ). Récurrent." Traduction alex_j via sempreinter.
  15. Ce samedi soir, à Giuseppe Meazza, deux des plus grandes entités du football européen, l'Inter et le Milan, s'affrontaient dans le cadre de la 24ème journée de Série A. L'enjeu était énorme pour les deux formations. Pour les hommes de Simone Inzaghi, il y avait la possibilité de s'échapper en tête de la Série A, en prenant 7 points d'avance sur son adversaire du jour. Les Rossoneri quant à eux avaient une formidable opportunité de récoller à 1 petit point de son rival Nerazzurri. Et c'est bien l'équipe de Stefano Pioli qui raffle la mise au cours d'un fantastique Derby della Madonnina. Retour sur un match qui laissera de gros regrets à l'Inter. L'Inter de Simone Inzaghi est fidèle à elle-même. Elle prend les commandes du jeu dès la première minute. De son côté, le Milan presse haut les Nerazzurri, avec notamment un "marquage à la culotte" de Franck Kessié sur Marcelo Brozović, le cerveau du milieu de terrain de l'Inter. Le début de match est plutôt haché, les contacts sont rugueux, autoritaires. Le jeu de l'Inter se passe en grande partie sur le côté du Néerlandais Denzel Dumfries, qui rencontrait un sacré client, en la personne de Theo Hernandez. Au milieu de terrain, la bataille tactico-physique fait rage : Marcelo Brozović, Nicolò Barella et Hakan Çalhanoğlu d'un côté, et Ismaël Bennacer, Sandro Tonali et Franck Kessié de l'autre. L'on sent de grandes qualités techniques des deux équipes. Cela se confirme quelques minutes plus tard. Çalhanoğlu décale Ivan Perisić dans l'intervalle, qui centre fort en première intention au second poteau. Tout là bas, Dumfries mange Theo Hernandez et envoie une tête placée dans le tier inférieur des cages de Mike Maignan. Le stade exulte, mais bien malheureusement, Perisić est signalé hors-jeu au départ de l'action. C'est la première grosse alerte pour le Milan. Dans la foulée, à la onzième minute, c'est Brozović qui tente sa chance de loin. Sa frappe est déviée par Pierre Kalulu puis miraculeusement stoppée par Maignan. Les vagues déferlent, notamment du côté droit, où Dumfries domine Theo Hernandez. Le piston Interiste réalise très certainement son meilleur match sous les couleurs Nerazzurri. Barella déclenche lui aussi, de l'extérieur du droit. Sa tentative passe à côté du poteau droit de Maignan. Sur l'action suivante, Dumfries parvient à se retrouver seul en face à face avec Maignan. Mais le portier français remporte encore une fois son duel. Encore après, Edin Džeko contraint Kalulu à mettre sa tête pour sauver la maison Milanaise, sur une remise de la tête de Lautaro Martínez. Les occasions défilent, mais le but lui ne vient pas. Le Milan est noyé par l'Inter. Au milieu de terrain, le trio Nerazzurri prend l'ascendant sur celui des Rossoneri. Brozović se joue de Kessié, tandis que Barella et Çalhanoğlu se baladent à ses côtés. Devant, le duo Džeko-Lautaro domine la charnière Romagnoli-Kalulu. Derrière, l'Inter musèle parfaitement les attaquants Milanais, en particulier leur côté gauche Rafael Leão-Theo Hernandez. L'Inter maîtrise son match et son adversaire. La première frayeur pour l'équipe d'Inzaghi vient d'une frappe lourde de Tonali. Samir Handanović s'employe pour détourner la tentative du milieu Italien. Dans la foulée, une frappe de Leão est déviée de justesse par Perisić, qui voit le ballon filer à quelques centimètres du but d'Handanović. Le couperet tombe à la trente-huitième minute. Çalhanoğlu botte un énième corner dans la boite, et Perisić, qui vient de sauver une balle décisive, reprend le ballon de volée. Sa reprise ras de terre ne laisse aucune chance à Mike Maignan, enfin battu. Le Turc égalise Sergej Milinković-Savić au nombre de passe décisive en haut du tableau des passeurs de la Série A. La domination Interiste est récompensée. Les Rossoneri s'agacent, Theo Hernandez commet une vilaine faute sur Barella. Il s'en sort très bien, sans avertissement. La mi-temps arrive, mais Brozović en décide autrement. Le Croate envoie sur orbite Çalhanoğlu, mais une superbe sortie de Maignan coupe l'action et prive les Nerazzurri d'une balle de break. Dernière chaleure pour les coéquipiers de Tonali, les deux équipes rentrent au vestiaires sur ce score de un à zéro pour l'Inter. Tactiquement, Simone Inzaghi mate son adversaire du jour en bloquant tout ce qui fait ses forces. L'on parlerai presque d'une leçon de football. Au retour des vestiaires, Alexis Saelemaekers, totalement inexistant, cède sa place à Junior Messias. Le match redémarre là où il s'était arrêté : un bon enchaînement de passe se termine dans les pieds de Çalhanoğlu, qui est repris in-extremis par un énorme retour de Bennacer. Le match se poursuit de la sorte, avec tout de même un peu moins de rythme. Mais tout va changer à la cinquante-huitième minute. Pioli sort Kessié et fait rentrer Brahim Díaz. Le petit Espagnol, de part son petit gabarit et son agilité, perturbe énormément la défense Nerazzurri. Partant de là, le Milan ressort progressivement la tête de l'eau. Tonali s'essaie sur coup-franc, sans succès, puis Leão, qui voit sa frappe terminée dans les travées de Meazza. Le deuxième tournant du match vient à la soixante-dixième minute. Simone Inzaghi décide de sortir Perisić et Lautaro, pour faire entrer Alexis Sánchez et Federico Dimarco. Le match contre le Napoli, la semaine prochaine, est déjà dans les têtes. Mais ces changements sont le début de la fin pour l'Inter. Olivier Giroud égalise à un quart d'heure du terme, sur une passe contrée de Díaz. Les Nerazzurri perdent le contrôle du match, notamment à cause de la sortie de Perisić, qui fût un des meilleurs sur la pelouse. Dimarco ne parvient pas à réaliser la moitié du quart de ce que faisait le Croate. Le match va virer au cauchemar trois minutes plus tard, quand Giroud malmène Stefan De Vrij puis place une frappe puissante dans la petit filet droit d'un Samir Handanović pas exempt de tout reproche. Le Milan prend les devants et mène deux buts à un. La désillusion est totale. Une Inter qui avait pourtant tant dominée les débats se retrouve menée à dix minutes du terme. Inzaghi abandonne presque le match en sortant Brozović, sous le coup d'une suspension. L'Inter sort de sa rencontre et se tend, à l'image de Milan Škriniar. Les quelques coups de pied arrêtés sont mal négociés par Dimarco, décidément pas dans un bon jour. Le match va s'achever sur une faute dangereuse de Theo Hernandez sur Dumfries, qui va écopé d'un carton rouge. Il sera suspendu pour la réception de la Sampdoria. L'arbitre Marco Guida siffle la fin d'un Derby qui nourrira de gros regrets du côté des Nerazzurri, qui voient leur voisin se rapprocher à un petit point d'eux. À noter que l'Inter a toujours un match en retard, qui sera à joué contre Bologne. Toujours est-il que les hommes de Simone Inzaghi doivent vite se remettre la tête à l'endroit, car la semaine prochaine, ils iront au stade Diego Armando Maradona pour y défier le Napoli, qui a lui aussi la possibilité de revenir à 1 point en cas de victoire face à Venise. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 1-2 Milan Buteur(s): 38' Perisić (I), 75' 78' Giroud (M) Inter (3-5-2): 1 Handanović; 37 Škriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (82' 36 Darmian); 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozović (82' 8 Vecino), 20 Çalhanoğlu (73' 22 Vidal), 14 Perisić (70' 32 Dimarco); 10 Martínez (70' 7 Sánchez), 9 Džeko Banc: 7 Sánchez, 36 Darmian, 8 Vecino, 22 Vidal, 21 Cordaz, 33 D'Ambrosio, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 97 Radu, 32 Dimarco, 41 Curatolo, 5 Gagliardini Entraîneur: Simone Inzaghi Milan (4-2-3-1): 16 Maignan; 2 Calabria, 20 Kalulu, 13 Romagnoli, 19 Hernandez; 8 Tonali, 4 Bennacer (80' 33 Krunić); 56 Saelemaekers (45' 30 Messias), 79 Kessié (58' 10 Díaz), 17 Leão; 9 Giroud Banc: 10 Díaz, 41 Bakayoko, 25 Florenzi, 27 Maldini, 33 Krunić, 23 Tomori, 30 Messias, 22 Lazetić, 46 Gabbia, 7 Castillejo, 83 Mirante, 1 Tătăruşanu Entraîneur: Stefano Pioli Arbitre: Marco Guida VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): 21' Romagnoli (M), 60' Çalhanoğlu (I), 72' Díaz (M), 76' Bennacer (M), 84' Škriniar (I), 90+1' Krunić (M) Expulsé(s): 90+5' Hernandez (M) Internazionale.fr ~ © Aurios-Inter
  16. S'adressant à la Gazzetta dello Sport, Diego Milito a partagé ses vues sur le derby et a parlé de Lautaro Martinez. Concernant le derby. "Je m'attends à un match très dur et tendu, car il y a beaucoup en jeu. Le classement dit tout, Milan doit gagner, l'Inter a une chance prendre le large et de faire le plein de confiance. C'est une opportunité pour les deux équipes." Son joueur décisif du match. "J'espère et je m'attends à ce que ce soit Lautaro. Cela dit, la force de l'Inter a principalement été son jeu d'équipe global, et je m'attends à ce qu'Inzaghi continue d'insister là-dessus, mais je pense que Toro est dans un grand moment. Il est en forme, sa confiance est au plus haut après ses performances avec l'Argentine, et cela atténue toute fatigue, croyez-moi! Il va faire un super derby." La plus grande force de Martinez. "Sa mentalité, sans aucun doute. Il veut toujours continuer à grandir, il a choisi sa propre voie, il a un objectif clair et ne s'arrêtera sous aucun prétexte. C'est un attaquant de classe mondiale, il joue déjà pour une équipe de haut niveau en Europe, il n'y a pas de limite à ce qu'il peut accomplir. Sans compter qu'il a la grande chance de jouer aux côtés d'Edin Dzeko." Concernant l'attaquant bosniaque en tant que partenaire de Martinez. "J'aurais aussi beaucoup aimé jouer aux côtés de quelqu'un comme Edin. J'aime vraiment son style de jeu, les liens constants avec Lautaro. Le Bosniaque facilite les choses pour ses coéquipiers, il s'adapte à son entourage, modifie sa position en fonction de l'équipe et rend difficile la lecture de ses mouvements par les adversaires. L'Inter a bien fait de le faire venir cet été." Sur notre pauvre Romelu Lukaku peinant avec les Blues. "Difficile à juger de l'extérieur, peut-être qu'il a des problèmes personnels que nous ne connaissons pas ou qui ne correspondent pas à quelqu'un. Il reste un joueur de premier plan pour moi (c'est beau la diplomatie, ndlr)." Le plus des Nerazzurri sur leurs rivaux milanais. "Ils ont une équipe supérieure et l'expérience de gagner le Scudetto la saison dernière. Cela veut dire beaucoup, croyez-moi, c'est rassurant pour les joueurs." L'Inter de Simone Inzaghi et d'Antonio Conte. "Je les trouve similaires à bien des égards. L'équipe d'aujourd'hui joue plus en possession de balle, j'aime le fait qu'ils veuillent toujours contrôler les matchs, c'est une qualité que j'apprécie beaucoup, alors que le onze de Conte était plus direct, plus vertical. Et, en regardant de l'extérieur, il semble y avoir une super ambiance dans le vestiaire. Inzaghi se concentre fortement sur cet aspect, dans le football d'aujourd'hui, c'est vital, le premier à vraiment le comprendre parmi les entraîneurs récents a été Mourinho." Sur Gianluca Scamacca. "Je l'ai aussi vu avec Genoa, j'approuve ce choix, l'Inter a raison de le considérer." Contre Liverpool. "Les Reds doivent être respectés, mais je ne vois pas l'Inter terriblement inférieure à l'équipe de Klopp. Inzaghi peut se qualifier pour les quarts de finale. Je serai au stade car je commente le match pour Amazon Prime." Traduction alex_j via sempreinter.
  17. Faits, stats et chiffres avant le coup d'envoi ce Samedi à 18h00 contre le Milan. Qui a été le dernier joueur à marquer un doublé dans un derby ? Quel joueur de l'Inter a fait ses débuts et fourni cinq passes décisives contre le Milan ? Combien de fois les deux équipes ont-elles marqué, les plaçant première et deuxième de Serie A cette saison pour les buts ? Les réponses sont les suivantes : Lautaro Martinez, Ivan Perisic, 53 et 47 buts à eux deux : Avant le #DerbyMilano du Samedi 5 février, nous examinons toutes les statistiques et tous les faits pour être parfaitement au courant des événements avant le match. Statistiques générales Les buts Le match de Samedi au Meazza voit les deux meilleures attaques de Serie A s'affronter : l'Inter a marqué 53 fois tandis que le Milan a marqué 47. Les deux équipes ont également détenu la tête pendant plus de minutes que toute autre équipe. L'Inter n'a été en retard au score que pendant un total de 62 minutes à domicile; un meilleur record que toute autre équipe de Serie A. Joueurs marqueurs différents Les Nerazzurri sont la meilleure équipe de la Serie A en nombre de joueurs différents ayant marqué en Serie A. Il y a eu 16 buteurs différents pour l'Inter, un record partagé avec l'Atalanta. Le Milan est derrière avec 15, soit un de moins. L'Inter est également en tête du classement des buts de la tête avec 14, tandis que le Milan a un très bon bilan lorsqu'il s'agit d'éviter de concéder des buts de cette manière. Les Rossoneri ont laissé passer deux têtes; seule l'Atalanta foit mieux avec un seul. Dernière demi-heure L'Inter (19) et Milan (18) sont les deux équipes qui ont marqué le plus de buts dans la dernière demi-heure du match jusqu'à présent. Seules Empoli et la Juventus (11) ont récolté plus de points que les équipes milanaises (neuf chacune) grâce à des buts marqués après la 60e minute. Coups de pieds arrêtés Les Nerazzurri sont l'équipe de Serie A la plus prolifique en matière de coups de pied arrêtés, trouvant le filet 17 fois. Milan est troisième avec 14, le Napoli étant deuxième avec 16. Rencontres passées Le match de Samedi sera la 176e fois que l'Inter et le Milan s'affrontent en Serie A : les Nerazzurri s'imposent avec 67 victoires contre 52 pour les Rossoneri, le reste des rencontres se terminant par un nul. Aucune équipe n'a battu le Milan plus que l'Inter, et dans le processus, la première ayant encaissé 247 buts. L'Inter n'a perdu qu'une seule fois lors de ses 11 derniers affrontements en Serie A contre le Milan, remportant six victoires et faisant match nul quatre fois. Au cours de cette série de matches, le Milan n'a gardé sa cage inviolée qu'une seule fois. 27 derbies milanais se sont terminés par 1-1 ; le score le plus courant pour ces deux équipes lorsqu'elles s'affrontent. Ce résultat s'est produit plus tôt cette campagne. L'Inter a "accueilli" le Milan 87 fois en Serie A, remportant 33 victoires, les Rossoneri remportant 24 victoires, le reste étant des matchs nuls. Formes des équipes Depuis le début de la saison 2020-2021, l'Inter a perdu quatre de ses 60 derniers matches de Serie A, gagnant 44 fois et faisant match nul à 11 reprises. Au cours de la même période, la deuxième équipe qui a perdu le moins est l'Atalanta avec neuf défaites. Pour la septième saison en Serie A, l'Inter a remporté plus de 15 de ses 22 premiers matchs (16 cette campagne). La dernière fois que l'Inter a été battue à domicile en Serie A, c'était en octobre 2020 contre le Milan et a maintenant disputé 28 matchs sans défaite au Meazza. Il s'agit de la plus longue période sans défaite depuis la séquence de 46 matchs consécutifs entre Avril 2008 et Novembre 2010. Focus sur certains joueurs Nicolo Barella et Hakan Calhanoglu ont chacun enregistré sept passes décisives jusqu'à présent en Serie A 2021-2022 : seules deux équipes sur les cinq grands championnats peuvent prétendre avoir au moins deux joueurs fournissant autant de passes décisives cette saison. Il s'agit du Bayern Munich (Thomas Muller et Leroy Sane) et de Liverpool (Trent Alexander-Arnold, Mohamed Salah et Andrew Robertson.) Edin Dzeko a été impliqué dans six buts contre le Milan en Serie A, tout en jouant pour la Roma (cinq buts, une passe décisive). De plus, la grande majorité d'entre eux se trouvaient au Meazza. Lautaro Martinez a été impliqué dans quatre buts (trois frappes, une passe décisive) en cinq matchs contre le Milan en Serie A. Cela comprend un doublé que l'Argentin a marqué en février 2021. Ivan Perisic a fait son entrée en Serie A contre Milan en septembre 2015, et au cours de sa carrière avec les Nerazzurri, il a fourni cinq passes décisives dans l'élite italienne. Cela fait de Milan sa victime favorite en Serie A pour fournir des buts. Si le Croate trouve le chemin des filets Samedi, ce sera son 50e but pour l'Inter. Seul Lautaro Martinez (62) a marqué plus de fois que Perisic parmi les joueurs actuels des Nerazzurri. Le défenseur Stefan de Vrij a marqué deux fois contre le Milan en Serie A ; en Mars 2019 et Février 2020. Lorsque Samir Handanovic entrera sur le terrain ce week-end, il dépassera Silvio Piola dans le classement des gardiens de but avec le plus d'apparitions en Serie A. À l'heure actuelle, il est à égalité avec Piola à la neuvième place, tous deux ayant disputé 537 matchs. Proches de la suspension Inter : Marcelo Brozovic, Lautaro Martinez, Arturo Vidal Milan : Théo Hernandez Traduction alex_j via le site officiel.
  18. S'exprimant à la Gazzetta dello Sport, nos deux légendes Roberto Boninsegna et Evaristo Beccalossi ont donné leurs derbys favoris. Roberto Boninsegna : Inter - Milan : 2-0, 1970-1971 Bien qu'il n'ait pas marqué dans ce match, Roberto Boninsegna l'a choisi comme son derby favori. "Mais le match qui avait le plus d'importance pour moi était un derby dans lequel je n'ai pas marqué, ce 2-0 avec lequel nous avons relancé le championnat, anticipant de passer devant le Milan en 1970-71. Cette victoire nous a conduits directement au Scudetto, que nous savions que nous ne pourrions atteindre qu'en gagnant contre le Milan." "Corso, Mazzola, Burgnich et Facchetti ont commencé: 'le prochain nous gagnons, puis nous gagnons ici, ici et ici; ici on égalise, ici on gagne et puis on arrive au derby : si on y gagne, alors on passe devant.' Nous sommes effectivement arrivés au derby à -3, mais le 2-0 a mis la pression sur le Milan. On a gagné le championnat et j'ai gagné le titre de meilleur buteur : que demander de plus ?" Evaristo Beccalossi : Inter - Milan 2-0, 1979-180 "Chaque fois que j'y pense, j'ai des frissons : marquer un doublé dans un derby est la chose la plus incroyable qui puisse arriver à un joueur. L'inter people et la joie dans les yeux de mes coéquipiers. Ce 2-0 en 1979 restera à jamais : c'était la dernière Inter 100% italienne, une équipe merveilleuse qui a remporté un Scudetto inattendu." "Et beaucoup de ces gars avaient grandi dans le secteur des jeunes, donc ils avaient l'Inter dans leurs veines. Ils ont essayé de m'expliquer ce qu'était le derby, mais pour quelqu'un qui vient de l'extérieur ce n'est pas imaginable tant qu'on n'y est pas." "Cela faisait des années que l'Inter n'avait pas gagné de derby, donc après mon doublé, toute la fierté des supporters de l'Inter est sortie : je les ai regardés avec joie et je n'ai rien compris, je voulais juste célébrer avec mon peuple. C'était une journée folle pour moi, pour l'équipe : la prise de conscience a changé et au final on a gagné le Scudetto." Traduction nostalgique alex_j via sempreinter.
  19. Notre défenseur central fête ses 30 ans aujourd'hui! On fête un anniversaire à l'Inter puisque Stefan de Vrij fête ses 30 ans aujourd'hui ! Né le 5 février 1992 à Ouderkerk aan den IJssel (dans la banlieue de Rotterdam, ndlr), le défenseur néerlandais a rejoint nos rangs en Juillet 2018, ce qui fait son quatrième anniversaire au club. Jusqu'à présent cette saison, le défenseur central a accumulé 22 apparitions en championnat, le succès de la Super Coupe contre la Juventus et en Ligue des champions. Il a marqué un but lors de la victoire contre Sheriff au Meazza. Fêter ses 30 ans un jour de Derby della Madonnina, ce n'est pas banal! Toute la famille de l'Inter souhaite à Stefan un très bon anniversaire Traduction alex_j via le site officiel.
  20. 13 Avril 1997, l'Inter de Hodgson affronte le Milan de Sacchi revenu à son chevet. Voici le récit de ce derby. Pour sa première année complète à la présidence du club, Massimo Morrati voulait faire oublié la triste 7e place de la saison 1995-1996. Pour y parvenir, il fait venir Roy Hodgson. La saison 1996-1997 se termina mieux que les précédente, 3e avec une finale de C3 contre le Shalke 04. Du côté rouge et noir de Milan, les choses étaient en plein désarroi au début de la saison 1996-1997. Fabio Capello avait quitté le club après avoir remporté un Scudetto pour prendre la relève en tant qu'entraîneur du Real Madrid. Le nouveau manager Oscar Tabarez a eu du mal à remplir son rôle et a été remplacé avant Noël par le légendaire manager Arrigo Sacchi. Malgré le retour de la légende milanaise sur le banc, les Rossoneri n'ont réussi qu'à terminer onzième du championnat et ont peiné tout au long de la saison. Au vingt-septième round de la saison 1996-1997, les Nerazzurri se préparaient à accueillir les Rossoneri dans le Derby Della Madonnina. L'Inter a bien commencé sa saison, capable de suivre Parme et la Juventus pour les premières places. Cependant, dans la seconde partie, après une série de matches nuls, les Nerazzurri risquaient d'être décrochés par les leaders de la Serie A. À l'approche du week-end du derby, le Milan venait de se faire démolir 1-6 par la Juventus et n'avait réussi à remporter que trois de ses dix matches précédents. Le onze de départ des Nerazzurri était: Gianluca Pagliuca, Giuseppe Bergomi, Massimo Paganin, Salvatore Fresi, Alessandro Pistone, Paul Ince, Ciriaco Sforza, Youri Djorkaeff, Javier Zanetti, Ivan Zamorano et Maurizio Ganz. Pour les visiteurs, Sacchi avait aligné: Sebastiano Rossi, Alessandro Costacurta, Pietro Vierchowood, Francesco Baresi, Crancesco Coco, Stefano Eranio, Marcel Desailly, Zvonimir Boban, Jesper Blomquist, Roberto Baggio et George Weah. Comme le dit le dicton, tous les records disparaissent lorsqu'il s'agit d'une rencontre de derby passionnée. Les deux équipes se sont concentrées sur le calme, le sang froid et ont méthodiquement construit des mouvements d'attaque. Le rythme de George Weah a causé des problèmes de défense de l'Inter dès le début. Baggio plongeant plus profondément et faisant des passes parfaites au-dessus pour trouver les courses de Weah. Cela a déclenché tôt des sonnettes d'alarme. Les premières opportunités de but des deux équipes sont venues de situations de contre-attaque. Elles ont joué un football basé sur le marquage, ne laissant pas un pouce d'espace à leurs adversaires. Au fur et à mesure du match, l'Inter a commencé à dominer la possession et s'est appuyé sur des séquences de passes rapides autour de la surface de réparation pour débloquer la situation. Vers la 32e minute, Maurizio Ganz a été percuté dans la surface par Franco Baresi. Youri Dorjaeff a confortablement converti le penalty pour donner une avance rapide à l'Inter. Désireux de retrouver le chemin de la victoire, Milan a continué à chercher l'égalisation avant la mi-temps, mais l'héroïsme de Pagliuca a gardé son bute intacte et vers la 43e minute, la tête de Zamorano a donné à l'Inter une confortable avance de 2-0 avant la mi-temps. Après la reprise du jeu dans la seconde moitié du match, Sacchi a remplacé Baresi et Blomqvsit et les Rossonerri ont avancé en nombre à la recherche de l'égalisation. Cependant, au lieu de combler l'écart, les Rossoneront concédé un troisième but à Maurizio Ganz suite à une opportunité de contre-attaque à la cinquante-septième minutes. Bien que Sacchi et Milan aient fait tout leur possible pour rechercher des buts, les Rossonerri ont continué à lutter. Roberto Baggio a marqué un but de consolation à la quatre-vingt-huitième minute pour amener les visiteurs à moins de deux buts, mais le match s'est terminé par une victoire catégorique 3-1 pour les Nerazzurri. Traduction alex_j via sempreinter et connaissances personnelles.
  21. Dans une interview accordée à Libero, notre légende Beppe Bergomi s'est exprimé sur le derby et a effectué diverses comparaisons. Un derby décisif? "Il est trop tôt. Ce n'est pas une réponse diplomatique, je suis honnête : il reste encore beaucoup de matchs et l'Inter est toujours en Ligue des champions, il faudra voir s'ils vont continuer et à quel point le grand défi à Liverpool affectera le mental et l'état physique de l'équipe. Même au match aller, on a dit que c'était décisif parce que Milan avait sept points d'avance, puis l'Inter est revenue." Quelle équipe joue le mieux? "Ils jouent bien tous les deux. Mais je dois dire que l'Inter joue mieux cette année. Ils veulent dominer et ils réussissent. Milan, c'est le même que l'an dernier, quand ça fonctionnait déjà : une équipe 'box to box', avec de bons joueurs qui attaquent à la verticale, sans trop de fioritures. Cependant, ils doivent être bien physiquement et mentalement : avec un jeu aussi intense, vous ne pouvez pas vous permettre de perdre en condition." Simone Inzaghi ou Stefano Pioli ? "Je dis Inzaghi car Pioli ne me surprend pas. Simone, en revanche, oui. Je pensais qu'il pourrait rencontrer plus de difficultés. Voir Bastoni qui en théorie est un défenseur mais en réalité il joue comme un ailier, un milieu de terrain, c'est excitant." "Conte a donné une empreinte et une trace profondes, mais pardessus il y a beaucoup d'Inzaghi : les cinq sont plus hauts, les milieux de terrain attaquent différemment et, ayant des points focaux différents de Lukaku, l'équipe a commencé à dribbler plus tard sur le terrain." Beppe Marotta ou Paolo Maldini ? "Paolo Maldini fait un excellent travail. Il a bien fait de ne pas bouger sur le mercato de Janvier, même s'il avait un besoin au centre de la défense : s'il n'y a pas un joueur qui change son équipe, mieux vaut éviter les erreurs. Cela certifie que Maldini travaille pour l'avenir, sans l'angoisse de gagner tout de suite, mais toujours en visant le maximum. La main de Marotta est évidente à l'Inter : il anticipe les mouvements, il résout les problèmes avant qu'ils ne surviennent. Ce sont deux philosophies différentes mais toutes deux réussies, qui porteront leurs fruits." Le meilleur joueur. "Avec le 3-5-2 de l'Inter, Theo Hernandez à gauche serait parfait, même si Gosens vient d'arriver. Pour la façon dont Milan joue, cependant, je dirais encore Bastoni : idéal pour défendre vers l'avant et sortir de derrière avec la première passe nette." Traduction alex_j via sempreinter.
  22. Samedi, c'est derby contre le Milan. Pour préparer ça, l'Inter a partagé une question sur Tweeter. Question: quel joueur a joué son dernier match pour l'Inter au Meazza où il a scoré contre le Milan AC? La réponse à la question est l'ancien défenseur brésilien Maicon qui a marqué alors que l'Inter battait l'AC Milan 4-2 en 2012, avant de partir pour Manchester City; admirez la frappe de mule! L'autre buteur étant Milito, un hat trick avec deux penos. Traduction alex_j via sempreinter.
  23. Le podcast Inter officiel en anglais est de retour avec Richard Hall et Thomas Lawrence et une conversation exclusive avec Massimo Paganin. Ce week-end, c'est le Derby Della Madonnina. C'est un match qui secoue le cœur même de Milan, un match qui évoque la passion, la fierté, la rivalité intense et contient toujours sa dose de drame. C'est plus qu'un match de football, c'est une émotion brute et la chorégraphie et l'apparat ne sont que le début. C'est pourquoi, cette semaine, Richard Hall et Thomas Lawrence regardent le match à venir avec impatience. Ils ont le privilège de parler avec Massimo Paganin de ses réflexions pour le match à venir et nous l'entendons se remémorer ce que c'est que de marquer dans le Derby. Ils reviennent sur certains de leurs plus beaux souvenirs de Derby et répondent aux questions de brillants invités. C'est le podcast Derby Della Madonnina, êtes-vous prêt ? https://www.inter.it/en/FPC/inter-podcast Richard revient sur le Derby de mars 1990 où l'Inter battait le Milan 3-1. C'était un match qui restait un souvenir d'enfance précoce. C'était également une démonstration qui a renforcé la conviction qu'il s'agissait de l'un des plus grands matchs de football. C'était une saison où l'Inter finirait troisième et même si ce n'était pas la saison qu'ils auraient désirée, c'était une campagne qui a donné aux Nerazzurri de bons souvenirs. Le premier Derby Della Madonnina ne s'était pas déroulé comme prévu et il y avait un élément de revanche qui accompagnait le match retour. L'Inter tenait à se débarrasser de la défaite 3-0 en novembre lors du match à domicile et voulait donner une leçon aux Rossoneri devant leurs propres fans. Aldo Serena était certainement prêt pour ce match car en trois minutes, il avait déjà marqué le premier but. Un long ballon en avant dans la surface milanaise semblait d'abord précipité et peu réfléchi. Andrea Pazzagli ne semblait certainement pas inquiet et est sorti pour récupérer le ballon, bien qu'un peu lentement. Serena a vu son opportunité ici et a décidé de défier le gardien, son saut a porté ses fruits et il a réussi à battre Pazzagli. Ce n'allait pas être la journée de Pazzagli car il a fait tomber Serena à la 24e minute et cela a donné un penalty. Qui d'autre que Lothar Matthaus interviendrait et mettrait le penalty devant une Curva Nord extatique. Alessandro Costacurta a donné de l'espoir à Milan dans un match où il n'aurait pas dû y en avoir, lorsqu'il a frappé de l'extérieur de la surface à six minutes de la fin. Walter Zenga a estimé qu'il y avait eu une faute au début de l'action, mais ses objections dramatiques sont tombées dans l'oreille d'un sourd. Enfin, à la 90e minute, Serena aurait une fois de plus son mot à dire dans le match puisqu'il serait lancé par Nicola Berti. Le milieu de terrain a passé le ballon permettant à Serena de battre le piège du hors-jeu, la défense milanaise remontant trop lentement, et de marquer pour un troisième but définitif. Thomas Lawrence vous fera ensuite revivre son plus grand souvenir de derby en revenant sur un match où il était présent à Milan. C'est le fameux 4-2 en Février 2020. Tous les fans des Nerazzurri se souviendront certainement du sentiment qu'ils ont eu lorsqu'à la mi-temps, l'équipe a quitté le terrain de jeu 2-0 après qu'Ante Rebic et Zlatan Ibrahimovic aient mis les Rossoneri avec deux buts devant et beaucoup pensaient que le match était terminé. Ce qui s'est passé ensuite était un miracle de l'Inter des temps modernes. Les Nerazzurri ont pris le terrain en deuxième période avec un sens galvanisé du but. Marcelo Brozovic a exploité cette croyance quand il a frappé au but avec une délicieuse volée de l'extérieur de la surface à la 51e minute, il n'y avait plus de blocage pour l'Inter maintenant. Deux minutes plus tard, c'était au tour de Matias Vecino alors qu'Alexis le préparait pour égaliser devant une Curva Nord extatique. Maintenant, l'élan changeait de camp et Stefan De Vrij allait bientôt entrer dans l'action. À la 70e minute, il réussit une tête pour un but que Jurgen Klinsmann aurait été fier. 2 buts au tapis, un 3-2 qui sort (two goals down, 3-2 out, ndlr) ! La dernière indignité pour Milan est survenue lorsque Romelu Lukaku a montré sa force à la 93e minute et a tenu bon pour marquer le dernier but du match. Inter 4-2 Milan était le score final et c'était un retour qui ne sera pas oublié. Traduction alex_j via le site officiel.
  24. Alessandro Bastoni s’est livré à Dazn à quelques jours du Derby Della Madonnina: Comment as-tu vécu ton premier Derby ? "Je l’ai vécu de la maison avec mon père qui, par chance, est interiste, nous ne nous sommes donc jamais disputé. Un de mes frères est romaniste, un éternel amoureux de Totti, mais il n’y a jamais eu de vrai rivalité. L’autre déteste le football, il n’est venu qu’une seule fois me voir jouer, lorsque j’étais à l’Atalanta : Il n’a jamais mis les pieds au Meazza." Une image du Derby qui te vient immédiatement en tête "Très certainement la chevauchée de Zanetti quand il a sauté tout le monde pour finalement obtenir un corner. J’ai la chance de le connaitre comme Vice-Président et il me vient immédiatement à l’esprit." As-tu un rite pour le Derby ? "En vérité, j’ai la chance de vivre le Derby, mais aussi tous les autres matchs, avec sérénité, je cherche toujours à me concentrer et à penser à ce que je dois faire sur le terrain. Je crois d’ailleurs que ma force est de savoir gérer les situations." "Je n’ai pas de rituels particulier si ce n’est celui d’embrasser mes protège-tibias où il y a les photos de ma compagne et de mes frères. Mon tatoueur, qui est un grand Tifoso du Milan, me dit depuis un mois "Félicitations pour la victoire dans le derby". Le premier que j'ai joué était le Derby du 3-0, ensuite j'en ai connu d'autres sur le banc et c'est une émotion incroyable car cela s’est toujours bien passé. J’espère que nous l’emporterons, à nouveau samedi, avec quelques tifosi supplémentaire dans le stade." Que penses-tu du but au match aller de Çalhanoğlu ? Je m’en souviens comme si c’était hier, les sifflets me donnait un mal de tête, c’était vraiment une situation chaotique incroyable, c’était un moment de très grande tension car c’était un pénalty qui nous avait permis de débloquer le match ; J’espère que cela pourra se reproduire Irais-tu au Milan ? "Je dirais absolument non: Ensuite ce sont des choix individuels que prennent les joueurs, mais en ce qui me concerne, il n’y a même pas 0,1% de chance que je puisse faire un tel choix." En cas de penalty, a qui le confierais-tu ? "Je garde le ballon pour moi." Est-ce que le Derby est important pour le classement ? "Il est certainement fondamental de ne pas perdre des points contre les petites équipes, pour avoir une marge lors des confrontations directes. Il nous reste tout la phase retour et elle passera vite. L’année passée nous n’étions pas encore en tête, mais au final nous avions remporté le championnat avec dix points d’avance. C’est bien trop tôt pour émettre ce type de considération, l’important sera de ne pas perdre." Quelle est l’importance de ressentir la ferveur du public du Giuseppe Meazza ? "Il y avait la peur de n'avoir que 5.000 tifosi, qui dans un Stade comme celui du Giuseppe Meazza équivaut à stade vide vu que tout le monde est dispersé. Avec 50% d’affluence, c’est un bon avantage, nous espérons en tirer le meilleur parti. J’étais une fois présent au second anneau vert pour voir Inter-Roma, mais nous avions hélas perdu." "Avoir un stade de propriété serait un bel avantage car cela voudrait dire aux adversaires que ce n’est pas facile de venir dans la maison de l’Inter. Le Giuseppe Meazza est une icone incroyable, mais évoluer sur un terrain d’une telle qualité nous pénalise." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Le Derby approche. Pour l'occasion, Marco Materazzi a partagé une vidéo pendant que Beppe Bergomi prédit que l'Inter sera difficile à rattraper si elle prend 4 points contre Milan et Napoli. L'Inter rencontrera le Milan AC dans un affrontement qui n'est pas seulement l'un des événements phares du football italien, mais aussi un match avec des implications majeures pour le Scudetto. Pour l'occasion, notre légende Matrix a partage une vidéo sur Tweeter. Pendant ce temps là, Bergomi s'est exprimé dans une interview accordée à la Gazzetta dello Sport. "Pour Milan, ce sera un derby décisif, même s'il reste encore 14 matches à disputer. Je pense que si l'Inter réussissait à prendre quatre points entre le derby et Naples, ils seraient vraiment difficiles à rattraper." "L'Inter a trois très bons défenseurs qui doivent encore rester compacts et restreindre l'espace derrière. Après la victoire sur Empoli, avec Inzaghi suspendu, l'entraîneur adjoint Farris a bien expliqué comment ils concédaient trop de contre-attaques, et en fait l'équipe a grandi à cet égard au cours de la saison." "Milan a des joueurs qui peuvent jouer box-to-box, qui peuvent toujours changer le tempo dans une instance et causer de gros problèmes. De toute évidence, il faudra faire attention sur le côté droit, où se trouvent Leao et Theo (ce dernier absent lors du premier derby, ndlr)." "Le travail des latéraux sera également vital. En général, je pense qu'il sera important pour l'Inter de ne pas se lancer en pensant qu'elle a un avantage et qu'elle peut le traverser. Ils doivent jouer comme ils l'ont fait jusqu'à présent, en essayant d'imposer leur propre jeu et en défendant aussi d'homme à homme." "L'Inter est l'équipe qui amène le plus de joueurs en attaque, entre les attaquants, les deux joueurs excentrés et les milieux de terrain." "Darmian est plus fiable sur le plan défensif, tactiquement, il est un peu plus préparé que Dumfries, qui a également beaucoup grandi." Traduction alex_j via sempreinter.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...