Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'giovanni trapattoni'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Annonces & Support
    • Présentations
    • La Curva du Forum
    • Vos Déplacements
    • Questions
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Contact et inscriptions de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers
  • Football

Catégories

  • Gardiens
  • Défenseurs
  • Milieux
  • Attaquants

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Inter Women
  • Dates clés
  • Super Coupe d'Italie

Fonctionnalités

Catégories

  • Carte du Monde des Nerazzurri

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Ville


Joueurs

  1. Dans une interview accordée à l'édition en ligne de la Gazzetta dello Sport, notre légendaire défenseur Riccardo Ferri a partagé ses espoirs de voir Antonio Conte rester l'entraîneur de l'Inter pendant longtemps. "J'ai toujours défendu Antonio, malgré son passé à la Juventus. Conte et Beppe Marotta ont ramené cet esprit d'appartenance qui manquait à l'Inter. J'espère qu'il y restera longtemps car maintenant l'Inter est une vraie équipe. Le mérite revient à Conte, qui n'a pas tardé à lire la situation, en gardant l'attention de tout le monde uniquement sur ce qui se passe sur le terrain. S'il avait commencé à se chercher des excuses, alors les joueurs auraient fait de même." L'Inter favorite? "L'Inter doit simplement garder la tête baissée et continuer à pédaler. Beaucoup dépendra de la possible progression du Milan et de la Juventus en Europe. Je pense que le Milan est plus une équipe alors que la Juventus n'a pas d'identité, elle dépend trop de Cristiano Ronaldo." Certaines similitudes entre Giovanni Trapattoni et Conte. "Les deux sont très similaires dans leur façon de vivre le jeu. À ces moments-là du match, ils sont tellement concentrés qu'ils ne reconnaîtraient même pas un parent." De son côté, l'entraîneur du Genoa, Davide Ballardini, pense que l'Inter va gagner le Scudetto dans une déclaration à la Gazzetta dello Sport. "Pour moi, ce sera sans aucun doute l'Inter qui remportera le championnat. L'Inter est vraiment une équipe incroyablement forte." A contrario, toujours dans la Gazzetta dello Sport, Vincenzo Italiano pense que si l'Inter est peut-être en grande forme, la course au titre de Serie A n'est pas terminée. "Pour le moment, l'Inter semble avoir gagné en confiance et en estime de soi. Elle a une grande solidité et efficacité quand elle avance avec Romelu Lukaku et Lautaro Martinez, qui sont presque imparables. Mais avec 14 matchs restants, il reste encore beaucoup de matchs et de nombreuses variables à prendre en compte. À mon avis, la Juventus pourrait encore s'impliquer à nouveau, ils ont un match en main."
  2. Les chiffres parlent mieux que les faits et ceux-ci mettent en exergue une ancienne légende : Antonio Conte est-il toujours cet entraineur défensif ? En effet, son Inter a pulvérisé le Milan et est entrée dans l’Histoire comme étant l’une des plus prolifique de l’histoire. Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Il y en a encore qui place une étiquette de jeu défensif sur la tête d’Antonio Conte, il y en a encore qui restent campé sur leurs positions. Mais les paroles ne suivent pas les faits : les statistiques racontent une réalité complétement différente. Cette Inter, après 23 journées est l'une des celles qui a le plus inscrit de but dans son histoire." La Grande Inter d’Herrera ? "Elle est derrière, même lors du Scudetto de l’Etoile." L’Inter des records de Trap ? "Elle a été surclassé, elle qui avait vu en fin de saison Aldo Serena devenir le Capocannoniere. La situation est similaire pour l’Inter de Roberto Mancini : Si en 2006-2007, elle était invaincue après 23 journées, elle avait inscrit moins de buts." L’Inter de Conte marque plus que l’Inter de Josè Mourinho "La dernière référence la plus proche est celle de Josè Mourinho : Milito et ses équipiers étaient parvenu à inscrire 49 buts, soit 8 de moins, avec la moyenne actuelle, nous en sommes à trois matchs de différence." "Pour retrouver une formation Nerazzurra avec un rempart offensif meilleur, il faut reculer d’une vie en arrière, lors de la saison 1950-1951, il y a donc 70 ans avec Benito Lorenzi et Stefano Nyers qui martyrisaient toutes les défenses lors du Giro d’Italia, mais cette équipe-là n’avait pas remporté le championnat." Conte se surclasse lui-même "La vérité est que Conte se surclasse lui-même, car jamais, ni à la Juve, ni à Chelsea, il n’a voyagé avec un rythme offensif aussi important, pas même la saison dernière avec l’Inter, alors qu’il proposait tout de même une moyenne de 2,1 buts par match, une moyenne qui lui avait permis de terminer sa saison à la Juve avec 102 points." Comment l’expliquer ? "Avant tout, il faut analyser les caractéristiques des joueurs : Lukaku, en Serie A est difficilement contré par la majorité des défenseurs, vu sa carrure. Lautaro, lorsqu’il est en confiance, parvient à présent à inscrire de nombreux buts dans un même match." "Hakimi est un ailier à qui Conte à expliquer le secret du milieu à 5, mais il reste toujours un joueur habitué à entretenir un rapport particulier avec la cage de l’adversaire." "A présent, on peut commencer à dire pareil avec Perisic sur l’aile gauche, un joueur, qui dans son aventure interiste, à déjà terminé la saison à deux reprises avec un nombre de buts à deux chiffres en fin de saison." Pour vous, Antonio Conte est-il un entraineur à vocation défensive ou à vocation offensive ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Andreas Brehme, ancien défenseur de l’Inter s’est livré sur l’Inter de Conte à la Gazzetta Dello Sport. La Légende allemande a également été charmée par un certain joueur international marocain…. Achraf Hakimi "Je vous le dis comme je le sens, je me rappelle bien ce match : Conte est tombé amoureux d’Hakimi à Dortmund. Et il a bien fait, les ailiers sont fondamentaux dans son jeu." Est-il réellement aussi fort ? "C’est un joueur exceptionnel, ils ne sont pas aussi nombreux en circulation. Il est technique et rapide: Il donnera un coup de main énorme à l’Inter, j’en suis convaincu. Il était dominant en Bundesliga, même s’il était très jeune." Ses qualités les plus importantes ? "Sa fraîcheur de production d’assits après un sprint : Il sait se montrer décisif." Pourquoi le Real Madrid s’en est-il privé, n’aurait-il pas dû le ramener à la maison ? "Moi aussi, je me le demande, Hakimi me fait tourner la tête. A mon époque, avec la règle des trois joueurs étrangers, le joueur qui arrivait à l’étranger devait être capable de faire la différence. Avec lui, l’Inter est revenu à ce niveau : Hakimi n’est pas un joueur quelconque, il fait des choses différentes des autres sur le terrain." Jusqu’où peut aller l’Inter ? "Jusqu’au Scudetto vu comment elle a été construite, tu ne vas jamais prendre quelqu’un comme Vidal sinon. L’année dernière, l’écart avec la Juve était bien plus important que celui de la fin de saison. Les Bianconeri se sont laissés aller: Mais à présent, l’écart est réduit." Vous avez gagné le Scudetto : Quand est-ce que l’on comprendre que l’on se trouve dans la bonne année ? "Il n’y a pas de date en vérité, ce sont les matchs. Notre match fut le Derby Aller." A propos du Derby, comment analysez-vous le prochain ? "Il sera différent de tous les autres pour un motif imprévisible : Ce sera sans publique, ce sera étrange de voir le Meazza vide, même pour les joueurs. Sur le terrain, la rencontre peut être un tremplin pour l’Inter. Mais attention, le Milan a démarré sur les chapeaux de roues, ce discours est aussi valable pour lui." De Trap à Conte, y-a-t ’il des similitudes qui vont outre leur passé juventine ? "Oui, ce sont deux entraîneurs très attentif sous l’aspect de la motivation. De plus, les deux ont été accompagné d’une réputation de jeu défensif : Ce n’est pas le cas de cette Inter qui propose un football offensif. Il me rappelle mon Trapattoni : Nous avions remporté le Championnat avec Serena comme meilleur buteur, avec la meilleur eattaque de la Serie A (67 buts) soit bien plus que le Milan de Sacchi et de ses trois néerlandais." Un conseil "allemand": Après le Milan, c’est le Borussia Mönchengladbach qui se dressera sur la route de la Ligue des Champions…. "J’arrête tout le monde : l’Inter est favorite, bien plus forte. J’aime le Borussia, le football qu’il propose et il a des joueurs dangereux en attaque. Mais sa défense est vulnérable. D’une façon générale, c’est une équipe avec de nombreux hauts et bas, alors que l’Inter me semble avoir un rendement plus régulier. Il n’y a aucune raison d’avoir peur." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Antonio Conte est un homme impatient. Il veut gagner et il veut le faire de suite. Sa déclaration après la rencontre face à Vérone a été des plus claires. Comme le rapporte Sky Sport, la priorité de l’Inter est de continuer avec l’ancien sélectionneur de la Nazionale, lui qui a été choisi comme pierre angulaire du projet technique actuel et futur de l’Inter. Se faire battre par ses anciens hommes de main devrait ravir Andrea Agnelli Et c’est un fait : Conte et l’Inter veulent renouer le plus tôt possible avec la victoire, mais il reste à savoir si les deux entités parviendront à s’entendre sur les éléments fondateurs à apporter à ce projet. Si Conte venait à se rendre compte que sa position serait inconciliable avec celle du club, il pourrait de lui-même faire ce pas de côté. Ce serait donc dans ce cas de figure, et exclusivement dans celui-ci, que l’Inter devrait partir à la recherche d’un successeur. Il est libre Max Massimiliano Allegri serait l’Héritier, celui qui se trouve au sommet de la liste des prétendants à la Couronne Milanaise. Pourquoi Massimiliano ? Pour deux raisons : Il a remporté des titres avec le Milan et la Juve Il entretient d’excellent rapport avec Giuseppe Marotta qui, déjà en 2014, avait fait appel à ses services pour prendre la succession d’.....Antonio Conte, à la tête de la Juve. Bis repetita à l’Inter cette fois-ci ? Le Saviez-vous ? En cas d'arrivée de Massimiliano Allegri, celui-ci suivrait un parcours similaire à celui de Giovanni Trapattoni pour entrer dans un club d’entraîneur très fermé. Celui de ceux qui ont eu la chance d'entraîner l'Inter et le Milan, mais la malchance d'avoir entraîné la Juventus. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Peut-être l'un des matches les plus emblématiques de l'histoire de l'Inter. Certainement l'un des plus significatifs au Meazza : Inter vs Napoli le 28 mai 1989, le match pour gagner le 13e Scudetto, le Scudetto des records. Il y a 31 ans, l'Inter de Giovanni Trapattoni se préparait à affronter le Napoli de Maradona et Careca lors de la 30e journée de Serie A. Le classement avant le coup d'envoi était le suivant : Inter 50pts, Napoli 43pts. Une victoire suffisait à assurer le scudetto aux nerazzurri, une défaite ouvrait la porte au Napoli pour se remettre dans la course au titre. Le Meazza était nerveux, mais Zenga fit parade sur parade pour protéger les filets nerazzurri. Une montagne russe émotionnelle en plein après-midi printanier, le Napoli prenant la tête grâce à Careca à la 36e minute. Un changement à la mi-temps : Bianchi pour Baresi. Comme toujours, Berti s'est retrouvé sur la feuille des résultats, sa volée déviée par Fusi trouvant les filets. Mais les nerazzurri ont dû attendre la 38e minute de la seconde mi-temps pour le moment décisif : le coup franc tonitruant de Matthäus. Ce pied droit immortel donnant le treizième Scudetto pour l'Inter ainsi que des célébrations pour les fans ce jour-là au Meazza. Ainsi ce scudetto des records remporté par l'Inter de Trapattoni en ce 28 mai 1989, une date gravée dans le cœur de tous les fans de l'Inter. Andrea Mandorlini et Gianfranco Matteoli étaient tous les deux sur le terrain ce jour-là, et nous avons eu la chance de les avoir invités dans le dernier épisode d'Inter Calling pour revenir sur cette équipe triomphante. "C'était quelque chose d'incroyable. Nous avons commencé un peu lentement, nous avons été éliminés de la Coppa Italia par la Fiorentina ce qui a fait parlé à l'époque. C'était la troisième année de Trap aux commandes et les attentes étaient élevées, mais nous n'avons certainement pas pris le meilleur départ", se souvient Mandorlini. "Le groupe était solide, fort. Nous nous sommes vraiment réunis avec l'entraîneur un jour et à partir de là, je ne sais pas, il y a eu de petites choses qui sont devenues importantes au cours de la saison. Nous avons tissé un lien fort avec notre coach. A partir de là, nous avons commencé avec beaucoup d'humilité, avec beaucoup d'abnégation, mais il y avait beaucoup de sacrifices au début. Nous étions une équipe difficile à battre, très solide. Il est difficile de tout résumer en quelques mots, disons que la défaite en Coppa Italia a beaucoup compté et qu'elle a ouvert les portes de cette fantastique saison." Matteoli a parlé sur la tonalité : "Cette année a été extraordinaire, ça n'avait pas trop bien commencé comme Andrea l'a dit, nous avons eu de gros problèmes mais les choses se sont améliorées significativement et nous avons réussi à jouer une saison exceptionnelle. Je me souviens que c'était un plaisir de jouer pour cette équipe, et je me souviens surtout que chaque joueur était important. La raison pour laquelle nous sommes devenus un groupe si fort était que tout le monde était important." Le rôle stratégique de Matteoli a également été essentiel au succès de l'équipe cette année-là : "Disons que je me suis essentiellement lancé dans ce rôle par hasard et que j'ai reconstruit ma carrière à partir de là. Beaucoup de joueurs avec mes traits ont eu du mal à ce moment-là parce qu'ils n'étaient pas parvenus à s'adapter à la nouvelle façon de jouer. Les milieux de terrain attaquants se déplaçaient vers l'avant ou ils restaient devant la défense parce qu'ils devaient également avoir d'autres caractéristiques. Je suis heureux d’avoir contribué au succès de l’équipe, mais c’est l’équipe elle-même qui était fondamentale. Nous avions de très bons joueurs, nous étions tous importants parce que chacun de nous a fait sa part cette année-là pour réaliser ce que nous avons fait. Jouer à l'Inter a été une belle période de ma vie. Sentir le maillot sur mon dos et jouer pour le club était un honneur, je me considère toujours chanceux de l'avoir fait aujourd'hui." Libéro avec un sens aigu du but, la confiance de Trapattoni en lui a été décisive pour Mandorlini : "L'histoire de Gianfranco est plus ou moins la même que la mienne. Trap a été décisif pour nous deux. Il m'avait fait jouer quelques matchs en tant que libéro l'année précédente, alors il comptait sur moi, et l'année suivante j'ai ressenti un grand sens des responsabilités et c'est ainsi que j'ai découvert ce « nouveau » poste. Oui, j'ai marqué de sacrés buts auxquels je repense de temps en temps, c'était aussi une saison magique dans ce sens. Je suis fan de l'Inter depuis que je suis enfant, donc passer sept ans ici était tout simplement fantastique." ®alex_j - internazionale.fr
  6. Dans une interview parue dans l'édition papier de Tuttosport du 12 avril 2020, l'ancien défenseur de l'Inter, Andrea Mandorlini, est revenu sur la saison 1988/89. "Et dire que la saison n'avait pas très bien commencée. En effet, nous avions été éliminés en Coppa par la Viola en septembre, sur terrain neutre, et juste après, beaucoup de controverses avaient commencé." Le tournant qui a tout lancé. "L'élimination de la Coppa a été l'un des moments clés. Les journaux attaquaient Trapattoni. Il était à la Juve depuis pas mal d'années et ils n'avaient jusqu'ici pas pu le critiquer car il gagnait presque toujours. Il était dans sa troisième année et il semblait que les résultats n'allaient pas arriver. Donc, nous, les joueurs qui étions à l'Inter depuis quelques années, nous nous sommes réunis et nous sommes allés le voir dans son bureau pour lui dire de ne pas s'inquiéter, le vestiaire était avec lui. À partir de là, à mon avis, l'équipe était soudée et a mis la gomme." L'importance d'Andreas Brehme et Lothar Matthäus. "Ils furent cruciaux. Mais je pense qu'un autre facteur très important fut Ramón Díaz. Le club avait déjà acheté Rabah Madjer qui avait échoué aux examens médicaux. Ensuite, ils ont pris Ramón, qui n'a pas bien commencé mais il est devenu fondamental à partir de décembre, permettant à Aldo Serena de marquer beaucoup et de devenir meilleur buteur." Mandorlini a cherché s'il y avait un moment où il avait commencé à réaliser ce qui se passait cette saison-là. "J'ai du mal à en trouver un, car nous avons presque toujours gagné, mais nous étions une équipe très humble. Au premier tour, à part le dernier match contre la Fiorentina, nous avions presque tout gagné. Nous regardions la Serie A étape par étape. Pianino nous a fait prendre conscience que nous étions une équipe capable de faire quelque chose d'extraordinaire. Peut-être que l'un des moments clés a été la victoire contre la Sampdoria. Pas parce que j'ai marqué, mais parce que les victoires ont été celles qui nous ont donné le plus confiance. Même avec le championnat assuré, alors que nous aurions pu lâcher du leste, nous avons continué à gagner avec beaucoup de naturel et avec de très bons résultats." L'importance de son but contre la Samp. "Parce que ça scella un peu le match, c'était aussi le but de la victoire, je le vois de temps en temps et je suis toujours content. À ce stade du championnat, nous avons réalisé que le plus grand obstacle serait alors le choc direct contre le Napoli, qui pour moi était le meilleur match de Serie A. Nous avons gagné 2-1 après avoir été mené. Ce fut le couronnement d'une année fantastique, sans rien à enlever à d'autres moments importants. Napoli était une grande équipe de champions et gagner à domicile, avec tous les gens applaudissant, c'était un moment qui reste gravé dans mon cœur. Si je ferme les yeux, je peux tout revoir." Enfin, Mandorlini a dit si cette saison était la plus mémorable pour lui par rapport à d'autres qu'il avait vécu à l'Inter. "Je pense que l'Inter, aussi fort soit-elle, aurait pu remporter au moins deux autres scudetti. Le premier en 1984-85, lorsque Rummenigge et Altobelli faisaient partie de l'équipe. Mais pour de nombreuses raisons, nous n'avons pas réussi à nous imposer sur le terrain. Vérone a remporté le Scudetto et je suis content pour eux aussi, car c'est un club dont je suis très proche. Même en 1990-91, nous avons remporté une Coupe UEFA très importante, mais nous aurions pu faire mieux en championnat. Mais, sans aucun doute, le Scudetto des records est quelque chose d'incroyable." Rédigé par Alex_j - Internazionale.fr
  7. Une déclaration qui remuera un peu plus le couteau dans la plaie, toujours bien vive, des Juventines. Antonio Conte souhaitait depuis toujours rejoindre l’Inter. Retour sur cette information de la Gazzetta Dello Sport "Lors du Derby, les supporters ont aimé les marques de joie après les buts, sa dépense d’énergie avec Oriali et son sens d’appartenance qui a touché toutes les composantes du Club." Pourtant auparavant et après avoir partagé l’enjeu 1-1 contre le Slavia Prague, Antonio était parti seul à la Pinetina, pour y dormir et pour préparer immédiatement le Derby remporté avec la manière. "A Turin et contre la Spal, la Curva Nord l’a encouragé à grand poumons et le Chef d’orchestres est resté marqué…En effet, un jour, la légende veut qu’avant de devenir Sélectionneur National de la Squadra, qu’il se soit exprimé à ses amis en déclarant : "Un entraîneur en Italie, deviendra seulement Grand après avoir uniquement gagné aussi sur le Banc de l’Inter." - Une référence directe à Trapattoni, son modèle de référence professionnel, un entraîneur de tous, sans étiquette." Dans les faits, Antonio est déjà lauréat d’un Master Internationale, de son expérience à la tête de la Nazionale tout en ayant passé une grande partie de sa vie footbalistique dans les clubs. L’analyse de Biasin Présent sur le plateau de Tiki Taka, le journaliste de confession interiste s’est livré sur l’Inter Made In Conte "Je ne m’attendais pas à une telle amélioration de la part de l’Inter. Selon moi, Conte est très bon dans la construction de groupes. En été, il a choisi les joueurs un par un tout en écartant d’autres joueurs pour les remplacer." "Il a révolutionner le noyau, je crois que même lui ne s’attendait pas à un tel départ. Marotta a fait quasi tout ce qu’il lui avait demandé, le tout sans encaisser d’argent en provenance de certains joueurs déterminé. La Juventus n’y est pas parvenue." "Il faut éviter de le comparer à l’Inter de Mourinho qui a déjà écrit l’Histoire, mais passer ce tour en Ligue des Champions serait beau." Conte, la Garantie de réussite du Suning Savoir qu’Antonio Conte est un très grand professionnel est connu de tous. Toutefois, une réaction de sa part a particulièrement séduit le Suning lorsque nous étions en pleine période de mercato, que nous venions d’acheter Romelu Lukaku et que ce mercato était devenu le plus important de l’Histoire de l’Inter: "En été, en fin de Mercato, il y avait encore Llorente a portée de main, Rebic lui sera aussi proposé, mais il avait décidé de mettre fin aux frais : "Je n’ai pas besoin d’un numéro, mais d’un type de joueur bien précis. Sinon, restons ainsi, nous sommes l’Inter, cela ne sert à rien d’accumuler, cela n’aurait aucun sens." Une remarque qui aura séduit le Suning et qui démontre le sérieux et la Garantie que peut représenter l’investissement conséquent réalisé pour s’attacher les services d’Antonio…. …Sans oublier que, gagner avec la Juve ne fait pas de vous un Grand Entraîneur ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...