Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ligue des champions'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Alessandro Bastoni s’est livré sur son passé, son présent et son futur, sur et hors du terrain à la Repubblica. La Famille Quand as-tu compris que tu voulais devenir footballeur ? "A Parme en Serie A, la première fois où j’étais titulaire, je me suis dit : "Ale, si tout va bien, c’est fait". Nous avons gagné à Turin et j’ai finalement pu charrier mon père." Il a joué pour Cremonese...... "Quand j'étais enfant, il faisait son malin à chaque fois. Maintenant, c'est moi qui lui rappelle qu'il n'a pas joué la moitié d'un match en Serie A, mais il se croit toujours plus fort que moi. Nous en plaisantons parce que nous savons que nous en sommes arrivés ici ensemble." Sur vos protège-tibias, on retrouve l’image de vos frères…. "Oui et je les embrasse en avant-match, j’ai choisi le numéro 95 car c’est l’année de naissance de mon frère aîné. Le cadet m’a dit : "Et moi?" C’est comme ça que j’ai eu cette idée : Il n’y a pas de jalousie entre nous et j’en suis chanceux." Jouer vous encore au football ensemble ? "Le plus grand est arrivé jusqu’en Serie C et il a ensuite choisi les études, le plus jeune a une aversion pour le football : Il me demande de lui raconter quelque choses pour répondre aux demandes de ses amis." Après l’Euro, êtes-vous retourné là où tout a commencé ? "C’était beau car je me suis identifié aux enfants, j’étais un petit compétitif qui rêvait, comme eux, de devenir footballeur." Comment transforme-t-on le talent en succès ? "Chez les plus jeunes de l’Atalanta, j’ai rencontré des garçons bien plus talentueux que moi, je m’entrîinais avec les plus grands ce qui était difficile. Mon père m’a appris à ne jamais abandonner. Il m’a accompagné durant tant d’années de Cremona à Zingonia en aller-retour : 130 kilomètres sans jamais me le faire ressentir. Avec une autre famille, j’aurais eu un autre métier aujourd’hui." Etiez-vous un Tifoso enfant ? "Papa est de sang interiste et il m’a transmis sa foi, lorsque je commets une erreur en plein match, il m’en veut." Votre mère, lors de la fête du Scudetto vous a offert de la Pizza et vous a essuyé votre bouche avec une serviette… "Elle a toujours été proche de moi. J’aime être avec elle et aller manger un plat de Tortelli. Fais maison: comme ça le nutritionniste n’enrage pas!" Les modèles Vous avez les pieds et la vision d’un meneur de jeu : Qui vous a imaginé au poste de défenseur ? "J’ai toujours joué derrière, les qualités techniques sont apparues à l’Atalanta avec Mino Favini et Gianluca Polistina. Je passais des heures à m’améliorer." Quelle est votre idole footballistique ? "Sergio Ramos : J’admire tout de lui, comment il est sur le terrain, sa personnalité : Pour mon anniversaire, il m’a offert son maillot et j’ai aussi pu échanger avec lui." Que vous êtes-vous dit ? "Belle demande, on parlait espagnol et j’ai perçu la personne, plus que le joueur, il est comme Materazzi." Ramos et Materazzi : La fourberie s’apprend-t’elle ou est-elle innée ? "Cela peut se travailler, mais ce n’est pas simple, tout comme la légende qui dit que les bons joueurs sont techniquement bons sont mous caractériellement." Voudriez-vous être plus vicieux ? "Non, il y a eu une période où je prenais trop d’avertissements, je crois que je peux m'améliorer en tout grâce à d’exceptionnels équipiers." L'Inter d'Inzaghi Jusqu’où peut arriver cette Inter ? "C’est beau d'avoir le Scudetto sur le torse, nous prouverons à tous, et de toutes les façons possible, que nous le conserverons : Il y a aussi la Ligue des Champions." Comment avez-vous réagi lorsque vous êtes passé de l’Ajax à Liverpool, suite à une erreur de tirage...... "Je n’ai pas juré, si c’est votre question: J’ai aussi écrit la préface d’un livre pour un Curé. Blague à part, nous devrons réaliser deux grands matchs : Jouer à Anfield sera extraordinaire." Vous divertissez-vous sur le terrain ? "Oui, Inzaghi nous donne la liberté qui nous permet de nous souvenir que le football est un jeu : Même lorsque tu es mené." Face à Cagliari, vous êtes rentré dans la surface en dribblant une série d’adversaire…. "J’aime énormément sortir de ma zone, et lorsque je vois une possibilité, je tente de marquer. Cela ne s’est pas bien passé, j’espère que cela ira mieux la fois prochaine." Hors du terrain En dehors du terrain, vous semblez toujours être un bon pochtron, est-ce une réalité ou les réseaux sociaux exagère-t ’il la réalité ? "Hélas, les réseaux sociaux n’exagèrent rien, disons que j’aime beaucoup me divertir." Qui est le meilleur aux fléchettes ? "Brozo est le champion indiscuté." Gasperini, Conte, Inzaghi, Mancini. Partant des caractères : quels duos formeriez-vous ? "Je mettrais Gasperini avec Conte et Mancini avec Inzaghi : Les deux premiers sont toujours sur la brèche. Inzaghi et Mancini, en plus d’être fort engagés, attachent une importance au contact humain : Le résultat est que nous somme plus relaxé lors des moments cruciaux." Conte blindait la défense en abaissant le cendre de gravité de l’équipe : Inzaghi, en revanche, augmente le pressing...... "Aujourd’hui, nous avons moins la possibilité de partir en contre : Edin et Romelu sont différents et nous nous sommes adaptés." L’Italie Ressentez-vous la responsabilité de devoir reprendre l’héritage de Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini en défense ? "Oui, je ressens cette urgence, je suis impatient de me montrer protagoniste aussi en équipe nationale." La seule erreur de votre carrière fut lors d’Italie-Espagne à l’Euro, mais vous avez immédiatement démontré être capable de retrouver immédiatement votre niveau : D’où puisez-vous cette maturité ? "C’est caractériel, je suis serein : En plus du football, j’ai en tête d’autres pensées qui m’apaise : A partir de ma fille qui va naître en janvier." Comment allez-vous l’appeler ? "C’est ma compagne qui me le dira lorsqu’elle l’aura trouvé. Elle partage mes valeurs : Léducation, la reconnaissance, la générosité, elle étudie le design, elle aimerait trouver un bon job : Ses réalisations sont aussi importantes que les miennes." Si l’Italie ne devait pas se qualifier en mars, l’absence en Coupe du Monde passerait à 12 années : Cette pensée vous effraie-t ’elle ? "Non, même pas dans l’antichambre de nos cerveaux : Nous sommes Champions d’Europe en titre, nous devons y parvenir." Qui méritait le Ballon d’Or ? "Vu que je n’étais pas en course : Lewandowski ou Jorginho". Allez-vous encore tirer les penalty en équipe nationales ? "Certainement, tout comme Lautaro : Il n’y a que celui qui n’en a jamais tiré qui n’en a jamais raté." Ses anciens équipiers Échangez-vous avec Eriksen ? "Oui, c’est lui qui nous a rassuré et non l'inverse : Je lui souhaite de vivre la vie qu’il désire : En plus du fait d’être un champion, c’est une belle personne." Et avec Hakimi et Lukaku ? "Hakimi est mon compagnon de Playstation, et il est très mauvais. Quant à Romelu, je lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle aventure." Le schéma de la rampe de lancement pour Barella, lors d’Inter-Juve (2-0), a-t-il été importé d’Angleterre par Conte ? "Non, nous l’avons toujours testé : J’ai gagné notre dernière partie d’entrainement avec celui-ci. Le problème est que les adversaires nous étudient : Nous devons imaginer de nouvelles choses." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. L’ancien Administrateur-Délégué est sans conteste l’un des principaux artisan du renouveau conquérant Nerazzurro: Entré en poste le 13 décembre 2018, Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport de l’Inter. Sur le banc de touche on retrouvait Luciano Spalletti et Mauro Icardi comme capitaine et Leader de l’équipe. Le retour en Ligue des Champions aura vu l’équipe disputer la phase de groupe avant d’être reversé en Europa League. 16 décembre 2021, soit un tout petit peu plus de trois années ont passé et la situation est totalement différente : On retrouve à la tête du groupe Simone Inzaghi et sur le maillot une certaine cocarde tricolore. De plus, le club a retrouvé sa compétitivité aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Italie Le Triennal de Marotta entre passé, présent et futur L’avènement de Marotta fut clairement décisif pour convaincre Antonio Conte d’épouse le projet Nerazzurro. "Pour réduire l’écart avec la Juventus, il n’est pas utile de se lancer dans des proclamations, mais d’avoir une Culture du travail accompagnée du sens d’appartenance envers le club" - Dixit Marotta le jour de son intronisation Des mois intenses et délicats suivantes avec la gestion du cas Icardi et un vestiaire qui a implosé : Mais finalement, le dirigeant est parvenu à redresser la situation, en recrutant Conte à Milan L’été 2019 est celui de la construction de l’Inter qui en deux saison permettra la conquête d’un Scudetto via une campagne de transfert pharaonique : Romelu Lukaku, Nicolò Barella, Stefano Sensi, Alexis Sánchez, Valentino Lazaro et Diego Godin, sans oublier les retouches hivernales Christian Eriksen, Ashley Young et Victor Moses. Pour la première année de Conte, l’équipe accroche la seconde place en Serie A et s’incline en Finale de l’Europa League face à Séville. C’est exactement à partir de ce dernier que débutera la chevauché menant au Scudetto malgré un mercato estival 2020 pratiquement inexistant, la faute à la pandémie liée au Covid-19 qui inflige de sérieuses séquelles à tous, et pas uniquement à l’Inter. Le temps de célébrer un succès retrouvé et l’importante satisfaction d’avoir mis un terme à la Domination de la Juve qu’il avait lui-même créé est bref : Giuseppe Marotta et Piero Ausilio faisant face à un été difficile avec des départs importants : Antonio Conte, Romelu Lukaku et Achraf Hakimi, sans oublier la dramatique situation entourant Christian Eriksen. Pourtant comme le démontre le terrain, les joueurs ont été bien remplacés via les affaires conclus pour s’attacher les services d’Hakan Çalhanoğlu, Edin Džeko, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Ceux-ci sont accompagné par le choix de miser sur le "nouveau Massimiliano Allegri": Simone Inzaghi qui s’est montré capable de reprendre l’héritage d’Antonio Conte avec pragmatisme et empathie envers le groupe, ce qui n’est pas sans rappeler « Max » à Turin en 2014 Le présent et le futur Le parcours de Marotta n’est pas terminé, même si le principal intéressé a confirmé que l’Inter sera le dernier club de sa carrière, lui qui songerait à se renouvellent dans un poste à niveau institutionnel. Giuseppe Marotta n’est pas simplement qu’n très grand gestionnaire de club, d’homme et de vestiaire, c’est un dirigeant compétent en plus sur les terrains, disposant d’un poids politique à la Lega. Giuseppe Marotta est de la Vieille Ecole, comme Adriano Galliani : Il sait et s’occupe de tout. Il se confronte avec les Présidents des Tops Clubs Européens, mais aussi avec les jardiniers d’Appiano Gentile. Comme déjà dit, l’Histoire de Marotta à l’Inter ne prendra pas fin au 30 juin 2022, date de la fin de son contrat actuel. Depuis longtemps, Marotta, comme Piero Ausilio et son adjoint Dario Baccin, sans oublier Samaden, le Responsable des jeunes, est en négociation avec Suning pour prolonger son contrat, et malgré les hauts et les bas connus par la propriété, Giuseppe Marotta restera toujours à la barre Comment jugez-vous et analysez-vous le triennal de notre Padrino préféré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Piero Ausilio, le Directeur Sportif de l’Inter, s’est livré en exclusivité sur Sky Sport : D’un début de saison estival difficile à la première place actuelle, voici ses révélations : Comment vous-a-t ’il été possible de gagner? "Sur base de ce concept: A travers la persévérance et le travail, toutes les personnes ont cru au projet depuis ses débuts : De l’arrivée de Suning en 2016, jusqu’à ce jour, il y a eu un choix de croissance, d’entraineur et de management, et de joueurs, je n’oublie personne, même ceux avec qui tout a commencé. Car dans les difficultés, nous sommes parties sur une gestion d’entraîneurs avec Stefano Pioli et Luciano Spalletti qui nous a permis de retrouver la Ligue des Champions. Ensuite, il y a eu le travail d’Antonio Conte qui nous a permis de renouer avec le succès depuis tant d’années : C’est un important travail et nous avons un nouvel architecte de design : Simone Inzaghi." Après tout ce qu’il s’est passé durant l’été, cette saison tient-elle du miracle ? "Non, ce n’est pas un miracle : Il y a eu une désorientation lorsque Lukaku nous a informé qu’il allait partir, ce n’était pas prévu : Mais nous savions que nous nous devions de réaliser un sacrifice sur le mercato : Nous avions tout préparé et organisé pour celui d’Hakimi, depuis quelque temps déjà nous on parlait déjà de cette opportunité. Le départ de Lukaku n’était pas prévu, surtout vu la période, car lorsque tu arrives en plein début de la saison, il t’est compliqué de te réorganiser et de penser aux idées qui puissent te permettre de maintenir la compétitivité." "Nous avons été bon car nous n’avons jamais perdu notre âme, nous nous sommes regroupés avec l’entraîneur pour planifier quels seraient les meilleurs joueurs. Nous ne nous sommes jamais perdu et regardé en face : Perdre des personnalités de ce calibre comme Conte, Hakimi et ensuite Lukaku et Eriksen aurait pu pouvait tuer n’importe qui, mais pas nous. Cela pouvait ressembler à une montagne à escalader, mais c’est la beauté du sport car nous avons immédiatement saisi d’autres occasions. Lorsque tu fais face aux pires difficultés rencontrées, il ne faut pas abandonner dès la première: Nous avons remplacés Romelu Lukaku, par Joaquin Correa et Edin Dzeko, je pense que vu les conditions, c’était de l’excellent travail : les résultats le confirment." Que vous apporte Simone Inzaghi de différent ? "Avec lui, on peut penser à un architecte d’intérieur, il pense à travailler sur une structure existante et travaille sur sa beauté, pour offrir de la liberté à l’équipe, de la qualité, de la possession de balle, de la fantaisie, le tout sans déstructurer l’équipe : Il travaille sur base d’une structure solide." Avant de savoir le recruter, aviez-vous peur de perdre Simone Inzaghi ? "Tout a été très vite, nous étions au courant de sa rencontre avec Lotito, mais nous ne savions pas comment elle s’était conclue : Il nous avait dit que rien n’était défini et nous pensions avoir notre chance de pouvoir nous montrer convaincant: Nous avons été bon pour conclure le tout rapidement, tout a été fait par téléphone via des conférences-call : Ensuite, nous nous sommes vu physiquement pour signer, nous étions convaincu par les idées et par le projet : Nous ne nous sentions pas déboussolé suite au fait que nous avions perdu quelques éléments, nous savions que nous étions capable de les remplacer : Et nous sommes en train de le démontrer par la route que nous avons emprunté et que nous parcourons qui et positive en terme de résultats." Quel a été le pire moment de cette période ? "Plus que tout, il ne faut surtout pas abdiquer aux premières difficultés : Perdre un entraîneur comme Conte, un joueur comme Hakimi suivi par la suite de Romelu Lukaku et de Christian Eriksen aurait pu tuer n’importe qui, mais pas nous." Vous avez conjugué l’aspect technique à l’aspect économique de la meilleure des façons possible : avez-vous prévu de procéder à un nouveau sacrifice économique également cet été ? "D’un point de vue économique, nous comme tous les clubs normaux, nous appartenons à un groupe qui veut être stable et faire preuve d’une continuité économique et financière vis-à-vis du projet établi, qui doit perdurer dans le temps : Jusqu’à présent, nous avons toujours été soutenu : Les salaires ont été versé de façon régulière et nous, les dirigeants, nous sommes en contact continu avec la propriété : L’équipe doit juste penser à effectuer son travail." "Il est clair aussi que nous ne pouvons pas toujours acheter des joueurs, même si les médias et les tifosi aiment cela, car nous faisons un tout autre métier : Nous devons composer avec certaines choses, tenir compte qu’il faut conserver une qualité élevé et procéder à des investissements justes. Les choses doivent être effectués en respectant les équilibres, mais nous ne serons jamais une Inter redimensionnée au terme des mercatos." Aujourd’hui, l’Inter est engagé dans une double confrontation face un Liverpool qui est super favori. Dans combien de temps l’Italie pourra-t'elle surclasser la Premier League dans ce rôle central actuel et comment… "D’une façon générale, il y a trop de différence entre la Serie A et la Premier League en termes de recettes : Ce n’est pas ma compétence, mais je peux constater à quel point il est difficile de concourir avec ces équipes sur le mercato, et je ne parle pas uniquement de Manchester City, Liverpool ou Chelsea : Il nous est également difficile de concurrencer West Ham, Leicester ou Arsenal pour le comprendre." "Les anglais disposent d’un système bien plus avancé que le nôtre : Nous devons nous donner plus : Nous avons de bons entraîneurs, de bonnes idées, des scouts plus réactifs et plus rapide et, jusqu’à présent, nous nous sommes montrés meilleurs, si l’on songe à la façon dont il faut faire preuve de fantaisie." "Une autre chose où nous nous sommes montrés bons en Italie consiste dans le fait de récupérer certains joueur qui n’était pas adapté au championnat anglais et qui ont démontré qu’ils restaient toujours des champions : Nous devons comprendre comment faire grandir notre système, avec des recettes, être moins querelleurs à certains endroits et penser au concept d’équipe et non pour soi, c’est quelque chose que nous parvenons à faire peu." L’Inter interviendra-t ’elle sur le mercato de janvier ? "Je pense que l’équipe actuelle est forte et compétitive : On pourra penser à une arrivée d’un joueur, si l’un de ceux qui jouent moins demande à s’en aller. Au jour d’aujourd’hui, personne n’a fait une telle requête : Nous avons un nombre de joueurs idéal et nous sommes compétitifs dans chaque secteurs." Onana sort-il de cette logique ? "On lit continuellement sur lui : Certains joueurs sont en fin de contrat à l’Inter tout comme lui, nous regardons autour de nous: Cette possibilité comprise.." Pour janvier ou juin ? "Je me suis déjà bien exprimé sur ce que sera le mercato de janvier, ce n’est pas un mercato auquel nous songeons." Alvarez, Thuram, Nunez ? "Je peux admettre pour Marcus Thuram , car dans le passé, j’en ai parlé avec Raiola : nous étions au travail : Sur les autres, il n’y a jamais rien eu honnêtement." Travaillez-vous pour le futur ? "Nous sommes bien comme ça." Pastorello a déclaré que Lukaku reviendrait bien volontiers en Italie : Le reprendriez-vous ? "En prêt, oui." Passons aux plus-values..... "Les plus-values sont des ressources : Lukaku et Hakimi sont des plus-values qui ont apporté des bénéfices au club au bilan. Les échanges ne seront absolument jamais évités, il y en aura toujours. Il y a des exemples dans tous les championnat, des joueurs sont échangés et ce n’est pas pour autant que c’est mauvais." "Tant de fois lors d’une vente d’un joueur, l’équipe qui souhaite le recruter propose un joueur pour en faire diminuer le prix, je ne trouve pas cela scandaleux : Mais ce sont des plus-values et en tant que telles, elles doivent être bien réalisées dans le respect des règlements." Et les transferts gratuits ? "Il s’agit d’une occasions que tu peux cueillir, mais en même temps c’est une situation avec laquelle tu dois pouvoir bien coexister et dont tu te dois de l’accepter : Il nous arrive d’en réaliser avec certains joueurs : Les périodes sont différentes : Tu en as qui arrive à échéance à cause de leur âge ou du désir d'ailleurs, de penser à quelque chose de différent, ou alors tu dois négocier et il faut faire preuve de patience. Il y a différents transferts gratuit et ce n’est pas aussi facile de les prendre car les requêtes sont parfois très élevées, trop comparé à ce que le mercato peut offrir : Il faut faire preuve de prudence." "Actuellement, nous avons finalisé deux-trois prolongations : Alessandro Bastoni, Lautaro Martinez et Nicolò Barella qui ne seront pas en fin de contrat dans l’immédiat et qui représentent une certaine importance sur le marché. Pour l’âge, il est juste de reconnaître à ces joueurs une prime pour le travail réalisé ces dernières années et pour leur croissance : Nous discutons, entre autres, avec Federico Dimarco, Marcelo Brozovic et très rapidement, nous passeront à Ivan Perisic et Samir Handanovic, et quelqu’un d’autre." Est-ce que la prolongation de Dimarco est sur le point d’arriver? "Pas encore, mais il ne manque que très peu car la volonté manifeste des deux parties est très claire." Quel sont les pourcentages de Marcelo Brozovic, Ivan Perisic et Stefan De Vrij ? "Je ne comprends pas pourquoi on parle de De Vrij a qui il reste encore un an et demi de contrat : Brozovic, Perisic et Handanovic sont en fin de contrat et il faut faire preuve de plus d’attention et de hâte face à ces situations pour chercher à comprendre quelles sont les possibilités pour les conclure." Au clair de la Thunes, mon ami Piero…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Suite au double tirage en Ligue des Champions, l’Inter disputera un huitième de finale haut en couleurs, face à l’équipe qui est défini par de nombreux spécialistes comme "Injouable pour les Nerazzurri" mais ce n’es pas le cas pour le Captain Futuro de l’Inter Son interview à la Gazzetta Dello Sport Qu’a ajouté Simone Inzaghi comparé à l’équipe qui a dominé le dernier championnat ? "Il nous laisse plus nous exprimer librement, ce n'est pas que étions "forcés" par Conte a faire certaines choses mais Inzaghi, avec son charisme, nous a convaincu et nous a donné la possibilité de faire nos choix. C’est certainement ce qui nous a été le plus utile et c’est ce qui nous a aidé à tous les niveaux, après deux saisons intenses où il fallait travailler toujours en suivant le même concept" Passons à la Ligue des Champions : Liverpool est devant vous, c’est un Big comme le Real Madrid face à qui vous n’êtes jamais parvenu à l’emporter. Est-ce que les Reds sont-ils vraiment injouables ? "Sur le terrain européen, lorsque la phase à élimination directe débute, c’est inévitable de faire face à certaines équipes. Vous ne pouvez pas y échapper : Le niveau est élevé, c’est la Ligue des Champions." "Liverpool est très fort et en parfaite santé, mais je crois qu’eux eux aussi ne sont pas heureux d’avoir tiré l’Inter : Je pense qu’il s’agira d’un duel équilibré : A Madrid, nous avions dominé durant 60 minutes, puis j’ai déconné et j’ai gâché la soirée, la mienne et celle de mes équipiers: J’espère être présent pour le match retour." Selon vous, est-ce que Liverpool redoute aussi d’avoir tiré l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Improbable, mais Simone Inzaghi a reçu le célèbre Tapiro d'oro de Striscia la Notizia suite à la façon dont l’équipe a été vernie lors du tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions: "A présent, je vois arriver Il Tapiro" Cette déclaration, l’entraîneur de l’Inter l’avait tenue immédiatement après la farce qu’a été ce tirage au sort de la Ligue des Champions Pour ceux qui dispose de Canale 5, l’émission sera diffusée ce soir à 20h35 et effectivement Valerio Staffelli a tenu à récompenser Inzaghi pour le retentissant double tirage au sort qui s’est tenu à Nyon. Dans un premier temps, l’Inter devait affronter l’Ajax, avant de voir cette confrontation être annulée, pour enfin pécher le très redoutable et redouté Liverpool. Préfèreriez-vous sortir avec Liverpool ou avec Diletta Leotta ? "Avec mon épouse. Cela ne s’était pas bien déroulé lors du premier tirage, mais le second est très certainement le pire : Nous y repenserons en février, mais nous allons le jouer le jeu." Exagéré selon vous cette remise de prix ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Javier Zanetti, Vice-Président de l'Inter et Parrain d'Internazionale.fr s’est livré à Sport Mediaset à l’occasion des 20ans de sa fondation: La "Fondazione Pupi." Vous attendiez-vous à une Inter aussi forte en été ? "Oui, je pensais que l’Inter était capable de se confirmer car l’équipe est complète avec différentes alternatives. Je connais l’entraîneur en tant qu’adversaire et il s’est montré être une personne intelligente lorsqu’il entraînait la Lazio. En sortant du Meazza après Cagliari, j’ai vu les Tifosi très fier car l’équipe joue bien." On dit qu’Inzaghi a apporté une certaine légèreté...... "Il exprime au mieux les caractéristiques des joueurs à sa disposition. Nous avons tant d’alternatives, tout le monde se sent concernés : Celui qui rentre veut apporter sa contribution et pour une grande équipe, c’est très important." Pouvez-vous remporter le Scudetto ? "L’Inter se doit de défendre le Scudetto remporté l’année passée et je pense que nous le démontrons dimanche après dimanche. L’équipe y croit et a la conscience d’être forte, mais il y a des équipes comme le Milan, le Napoli et l’Atalanta qui y croient aussi à juste titre : Nous verrons en fin de saison qui arrive en première position." Était-ce mieux de tirer l’Ajax lors du tirage au sort de la Ligue des Champions ? "Il y a de l’amertume pour ce qu’il s’est passé mais c’est inutile de le commenter, nous l’avons tous vu : A présent nous affronterons Liverpool, qui est une très grande équipe de grande tradition : Mais nous sommes l’Inter et nous répondrons présents, nous sommes fiers de notre qualification et nous voulons continuer en Ligue des Champions : Nous aurons le temps et la méthode pour nous préparer au mieux pour cette rencontre." Ou en est la situation post-pandémie ? "Cette reprise est un premier pas, j’espère que tout ira pour le mieux. Nous savons que la situation est toujours compliquée mais nous avons confiance que tout ira vers le mieux." Quelle est votre plus grande satisfaction pour ces 20 ans de la "Fondazione Pupi"? "Au-delà de tout les gens que nous aidons, la plus grande satisfaction restent que toutes les personnes qui nous ont rejoints et qui se sont lancées dans cette aventure, en faisant tout ce qui était possible pour que ce projet se réalise." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. L'Inter de Simone Inzaghi va débuter l'année nouvelle avec un niveau de compétition extrêmement élevé: Notre Beneamata rencontrera, en l'espace de 30 jours, tous ses concurrents directs pour le Scudetto! L’Inter tourne actuellement à plein régime, et si elle parvient à bien gérer la reprise, elle pourrait tout simplement s'ouvrir la voie vers le titre: En effet, outre ses concurrents directes pour le Scudetto, il faut y ajouter la Finale de la Super Coupe d’Italie face à la Juventus et la réception des Reds de Liverpool en Ligue des Champions! Il faudra donc serrer les dents, performer et surtout ne pas perdre trop de terrain en Championnat avant la reprise européenne. Et si l’Inter rencontre immédiatement les écuries les plus importantes, la suite de la saison en Championnat va s’avérer donc bien plus "prenable"…. Selon vous, est-ce une si mauvaise nouvelle de devoir faire face à une telle reprise de la compétition? Cette reprise ne tomberait-t'elle plutôt pas à point nommé vu l’état de forme de nos Champions d’Italie ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Pour donner suite au tirage au sort de la Ligue des Champions, Jurgen Klopp, l’entraîneur de Liverpool, s’est livré sur le site officiel des Reds sur la confrontation à venir face aux Champions l’Italie "J’ai dû attendre 54 ans pour jouer au Giuseppe Meazza pour la première fois et cette fois-ci, j’irais deux fois en l’espace de trois mois, c’est une bonne nouvelle ! Tout va bien: C’est évidemment un tirage difficile, l’Inter est en tête en Italie, c’est une bonne équipe qui traverse une bonne période. Nous verrons comment iront les choses jusqu’à ce que nous nous rencontrions en février." C’est une équipe qui présente plusieurs joueurs qui ont acquis beaucoup d’expérience en Premier League...... "Oui, il y a objectivement Sanchez et Dzeko que je connais bien. Lautaro Martinez est l’un des meilleurs attaquants au monde. Simone Inzaghi répond présent pour sa première année. L’année dernière, ils ont été champions. C’est le même état d’esprit que celui de Liverpool : Rien n’est facile mais tout est toujours possible, alors essayons ! Ce sera un vrai duel de Ligue des Champions, cela me convient et je suis impatient." Considérez-vous comme justifié le fait de procéder à un nouveau tirage au sort après l’erreur du précédent ? "Tout à fait, je l’ai vu en direct et je me suis dit : Ils ne peuvent pas laisser les choses ainsi, ce n’est pas possible. Il fallait absolument en procéder à un nouveau." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. La confiance est optimale à la suite de ce second tirage de la Ligue des Champions. Voici la réaction, à chaud, de Riccardo Trevisani: "L’absence de Van Dijk a été déterminante pour Liverpool. Klopp fait la différence. Au match aller, ils ont battu le Milan avec l’équipe titulaire. Au match retour, ils l’ont battu, en ayant été mené, avec les réservistes. Liverpool joue un football fascinant, offensif en attaquant bien et en défendant tout aussi bien." "L’Inter a, pour moi, péché l’un des deux finalistes : Liverpool et le Bayern étaient les pires." Validez-vous son analyse ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Le tirage au sort de la Ligue des Champions a rendu, une nouvelle fois son verdict son verdict: L'Inter défiera au mois de février un Cador Européen: Liverpool d'un certain Jurgen Klopp ! Si le spectacle sera de mise, l'adversaire est cette-fois est très sérieux contrairement à l'Ajax d'Amsterdam Le match aller aura lieu au Stade Giuseppe Meazza. Celui-ci aura lieu soit le 15-16 février soit le 22-23 février. Le match retour aura lieu à Anfield Road soit le 08-09 mars ou le 15-16 mars. Toutes les rencontres auront lieu à 21h00. Le tirage au sort des quarts de finale, des demi-finales et de la finale est prévu le vendredi 18 mars. La finale de la Ligue des champions est prévue le 28 mai 2022 à Saint-Pétersbourg. On remet ça ? Le Real Madrid annonce entamer une action contre l'UEFA. Il est donc question d'un éventuel appel pour le tirage au sort de la Ligue des champions qui a eu lieu à 15 heures. En effet, le premier tirage au sort avait octroyé le Benfica Lisbonne au Real Madrid. L'équipe de Florentino Perez estime que l'appel fait par l'Atletico ne devrait pas affecter le club car le match contre les Portugais avait été tiré au sort avant que l'erreur contestée par l'autre club de Madrid ne se produise. Pour cette raison, le Real estime que le match doit être considéré comme valide, explique la Cadena Cope et d'autres médias espagnols. On veut vraiment nous offrir le Bayern de Munich dites-moi.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Simone Inzaghi, Mattia Zanotti, Hakan Çalhanoğlu et Samir Handanovic se sont livrés en conférence d’après match suite à la retentissante victoire Nerazzurra, mais surtout suite au retour de l’Inter à son rang : La première place du général Simone Inzaghi "Les garçons ont été très bons, j’avais demandé de la concentration et de l’attention car c’était un match particulier face à un Cagliari organisé, lors d’un week-end où toutes les équipes engagées en Coupe d’Europe ont connu des difficultés. J’ai félicité les garçons, même si on avait terminé la première mi-temps seulement sur le 1-0, nous nous devions de continuer sur cette voie pour tuer le match et ils l’ont fait." "J’ai toujours eu des réponses importantes de la part du groupe, il m’apporte son maximum de disponibilité depuis le premier jour. Notre force est que nous sommes là pour jouer, indépendamment de qui se trouve en face. Ces dernières semaines, nous avions rencontré un peu de difficultés, mais tous les garçons ont démontré leurs valeurs à chaque fois que j’ai fait appel à eux." "J’aimerais que l’équipe continue de la sorte, nous sommes redevenus premier et nous avons passé la phase de groupe en Ligue des Champions après une attente de 11 années : C’était notre objectif et nous sommes parvenu à le faire avec une journée d’anticipation sur Noel. Nous avons un parcours clair à poursuivre : L’Inter mérite d’être à cette place. Nous avions un peu de retard en championnat, mais nous n’avons jamais été inquiet, nous nous sommes lancés dans une course importante pour rattraper le retard." "Nous sommes en tête et nous tenons à le rester, mais le championnat est toujours imprévisible, nous étions à 7-8 points de la tête et nous les avons accrochés. Nous sommes confiants, mais nous ne pouvons pas nous arrêter : Vendredi nous serons de nouveau sur les terrains pour un autre match important : la route est longue, mais l’équipe a trouvé son équilibre : c’est indiscutable." Le penalty ? "Lautaro est notre tireur, il y a aussi Çalhanoğlu et Perisic. Aujourd’hui, cela s’est, hélas mal passé aux onze mètres, mais il avait inscrit un but lors de sa précédente tentative, il n’y a que celui qui ne tire jamais qui ne se plante jamais: Moi-même lorsque j’étais joueur je ratais des penaltys. Lautaro doit continuer à travailler de cette façon, il a toujours marqué lors de nos derniers matchs, il se donne tellement aussi à l’entrainement, il sent le but, il travaille pour l’équipe, je suis satisfait de lui comme de tous les autres attaquants." Hakan Çalhanoğlu "Je suis très content d’être ici, j’en suis vraiment très fier. Je tiens à remercier l’équipe car mes équipiers me font me sentir être un joueur important et je cherche à donner le maximum. Je ressens la confiance du club et des tifosi, je ne peux que les remercier." Le penalty ? "Nous sommes une équipe, tout le monde peut le manquer, nous avons très bien joué et Lautaro a réalisé un très grand match avec un spectaculaire doublé : C’est un joueur important pour nous. C’est un Honneur pour moi d’être ici avec ces tifosi. Nous avons réalisé tant de belles prestations lors de si nombreuses parties et, nous sommes, maintenant, premier en ayant dominé toutes les parties, nous voulons continuer de cette façon." Mattia Zanotti Mattia Zanotti a fait ses débuts professionnels face à Cagliari : "Il n’y a pas de mots pour décrire cette soirée, je remercie l’entraîneur et mes équipiers pour l’opportunité qui m’a été donnée : Débuter ici au Meazza, devant nos tifosi, c’est encore plus beau. Mon idole est Zanetti et objectivement, on ne peut pas faire la moindre comparaison, c'est juste agréable d'avoir été sur le terrain sous ces couleurs." "C’était une soirée magnifique, indépendamment de la passe décisive pour Sanchez, s’il avait marqué sur celle-ci, cela aurait été encore plus beau. Je dédie mes débuts à ma famille, à ma petite amie et à mes amis. Lorsque je suis monté sur le terrain, j’ai pensé à toutes les personnes qui me sont proches lors de toutes mes expériences, d’abord à Brescia et ensuite ici à l’Inter : Je les remercie tous." Que vous a dit Inzaghi avant de monter sur le terrain ? "De rester serein et de rester moi-même." Samir Handanovic "Je reviens immédiatement à penser à la rencontre face à Madrid : Nous avons joué tant de fois le Real et nous avons toujours donné la sensation de pouvoir l’emporter, mais nous avons toujours perdu. Cela veut dire qu’il nous manque encore quelque chose comparé à eux vu que nous avons perdu : C’est l’étape supplémentaire que nous devons parvenir à franchir." La Ligue des Champions ? "Indépendamment du verdict du tirage, nous disputerons les matchs Da Inter, à visage découvert, comme nous l’avons fait lors des autres matchs." Walter Mazzarri "Jusqu'à leur premier but, au moins nous étions compacts..... Je n'ai presque rien aimé aujourd'hui, mais il faut dire que l'Inter est dans une forme stratosphérique. Je ne peux pas accepter le fait qu'ils se soient déchaînés pour récupérer le ballon et que nous ayons commis une seule faute dans tout le match. Il faut être agressifs en la phase de non-possession. Je ne les ai pas vus gagner un seul combat. Je suis énervé." "On peut perdre contre l'Inter, mais pas comme ça, en quittant presque le terrain. À la fin de la première mi-temps, nous avions eu une bonne occasion et nous avions parlé d'essayer, mais après le 2-0, nous avons coulé. Nous devons nous battre sur chaque ballon, surtout contre ceux qui nous sont techniquement supérieurs. Nous devons courir deux fois plus vite qu'eux. C'était une mauvaise soirée." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Le tirage au sort a rendu son verdict: L'Inter défiera au mois de février l'Ajax Amsterdam d'un certain André Onana! Si le spectacle sera de mise, l'adversaire est à la portée, contrairement aux épouvantails que représentaient le Bayern Munich ou Manchester City! Le match aller aura lieu au Stade Giuseppe Meazza. Celui-ci aura lieu soit le 15-16 février soit le 22-23 février. Le match retour aura lieu à l'Amsterdam ArenA soit le 08-09 mars ou le 15-16 mars. Toutes les rencontres auront lieu à 21h00 Le tirage au sort des quarts de finale, des demi-finales et de la finale est prévu le vendredi 18 mars. La finale de la Ligue des champions est prévue le 28 mai 2022 à Saint-Pétersbourg. Le Saviez-vous ? Dans cette édition de la Ligue des champions, la règle des buts marqués à l'extérieur a été supprimée : les matches à égalité après 180 minutes seront prolongés, quel que soit le nombre de buts marqués par les équipes à l'extérieur dans leurs matches respectifs. Si le résultat est toujours égal après le temps réglementaire, il y aura des prolongations et éventuellement des tirs au but. Que pensez-vous de ce tirage au sort ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Le tirage au sort aura lieu à Nyon, en Suisse, ce lundi 13 décembre à 12h00. 15 équipes sur les 16 se sont actuellement qualifiées. En effet, le match opposant l’Atalanta à Villareal n’a pas eu lieu hier soir, en raison des conditions climatiques. Pour se qualifier la Dea doit l’emporter: En cas de match nul ou de défaite, Villareal sera qualifié: Le lauréat sera rejoindra le groupe des seconds. Les têtes de séries sont connues Ajax Bayern Juventus Liverpool LOSC Lille Manchester City Manchester United Real Madrid 7 seconds sont déjà connus Atlético Benfica Chelsea Inter Paris Saint-Germain Salzburg Sporting CP Elimination historique du Fc Barcelone A noter la présence à la seconde place de l’Atletico Madrid, du Chelsea Champion d’Europe, du Paris-Saint-Germain et également de l’Inter, Championne d’Italie en titre. Aucune équipe en provenance du même pays ne peut se rencontrer lors de ce tour La règle du but à l’extérieur n’existe plus. En cas de double match nul sur l’ensemble des deux matchs, il y aura, après le temps réglementaire du match retour des prolongations, voir des penaltys La compétition reprendra du service les semaines du 15-16 et 22-23 février 2022 pour les matchs aller et les semaines du 8-9 et 15-16 mars 2022 pour les matchs retour Le tirage au sort pour définir les quarts de finals, les demi-finales et la finale aura lieu le vendredi 18 mars 2022 Quel serait le meilleur et le pire tirage selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. BELGA - C'est presque étonnant que ce ne soit pas arrivé les autres années. Entre les restrictions géographiques et sportives (deux clubs d'un même pays, ou issus d'un même groupe ne peuvent pas s'affronter), le tirage au sort des huitièmes de finale de C1 s'apparente parfois à un casse-tête. Ce lundi, tout semblait se dérouler parfaitement après le tirage de la première affiche: Benfica-Real Madrid. Mais alors que Villarreal était la deuxième équipe "non tête de série" tirée, c'est Manchester United qui lui était attribué comme adversaire. Une erreur puisque les deux clubs se sont affronté en phase de groupes. Une autre équipe était alors tirée au sort pour affronter les Espagnols: Manchester City. Et dans la foulée, le tirage se poursuivait comme si de rien n'était avec l'Atlético Madrid qui affrontait le Bayern Munich. Problème: il semblerait qu'aucune boule "Manchester United" n'ait été versée dans le saladier des adversaires potentiels de l'Atlético. Ce qu'un journaliste du média anglais "The Independant" a remarqué: "Il semble que la boule de Manchester United, dans le second pot de la ligne arrière en partant de la droite, n'a pas été inclue dans le tirage au sort de l'Atlético Madrid". Certaines voix s'élèvent déjà pour affirmer que l'UEFA a fait cela pour favoriser les chances d'un choc Messi-Ronaldo. Mais l'erreur humaine n'est pas à exclure... Un tirage à refaire ? Au coeur de la polémique, l'UEFA doit donc prendre la décision d'entériner ou non ce tirage au sort. Décision qui sera prise dans le courant de l'après-midi, selon nos confrères de RMC Sport qui affirment ceci: "Une décision sera prise après la fin du tirage au sort de l'Europa League, voire après celui de la Conférence League". Ce dernier débute à 14 heures. ®BELGA
  15. C’est une révélation de Calcio&Finanza, suite à la conclusion de la phase de groupe des différentes compétitions européennes de l’UEFA, il a été possible de procéder à un ajustement du classement, qui doit encore être annoncé officiellement. La première place est occupée par le Bayern Munich qui totalise 133 points. Il est suivi de Manchester City (124 points) et Liverpool (122 points). Le Top 10 est réparti de la sorte: 4 clubs de Premier League; Manchester City, Liverpool, Chelsea et Manchester United 3 clubs espagnols : Le Real Madrid, Barcelone et l’Atletico. 1 club français : Le Paris-Saint-Germain 1 club allemand : le Bayern 1 seul club italien : La Juve qui est huitième avec 106 points. Voici le Top 10 accompagné du Top italien Le classement tient compte des résultats obtenus dans les compétitions européennes de clubs au cours des cinq dernières saisons - y compris l'actuelle - et récompense la Roma comme deuxième équipe italienne, à la 11e place avec 88 points. Parmi les autres Italiens, le Napoli (23ème) dépasse l’Inter (24ème) d’une seule et petite unité. A la 25ème place, nous trouvons l'Atalanta, qui fait preuve d’une présence en continue en Ligue des Champions ces dernières années. A la 29ème place, on retrouve la Lazio et, parmi les clubs qui ont participé aux coupes européennes cette année, le Milan qui est à la 43ème place avec 38 points au total. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, la valeur sur papier d’un une grosse équipe est généralement considérée comme un bon indicateur pour juger de son niveau général. Celui-ci est d’ailleurs pris en considération lorsqu’il faut établir des pronostics et des prévisions sur les performances d’un club dans un tournoi. Pourtant, comme le révèle l’étude de KPMG Football Benchmark, ce type de raisonnement n’est pas toujours le plus respecté, preuve en est avec cette édition de la Ligue des Champions qui s’avère d’ores et déjà emblématique La société de consultance a constaté, pour 4 groupes sur les 8 possibles, que ce ne sont pas les deux équipes les plus importantes qui qui sont parvenu à se qualifier. Mieux encore, seul le classement final du Groupe A correspond à la valeur des équipes dans l’ordre: Manchester City est suivi du Paris-Saint-Germain, Le Redbull Leipzig, et le Club de Bruges Dans le Groupe C, le Sporting Lisbonne vaut globalement 213 millions d’euros. Il est parvenu à battre et à éjecter de la compétition le Borussia Dortmund qui en vaut 665. Dans le Groupe E, le Fc Barcelone et ses 711 millions d’euros ont été éjecté par le Benfica Lisbonne et ses 299 millions d’euros. La situation est également similaire avec le Groupe F où l’Atalanta (440 millions d’euros) a été battue et éliminée par Villareal (390 millions d’euros) Le Groupe G est le groupe qui semblait le plus équilibré sur papier a connu son lot de surprise : Salzbourg et ses 186 millions d’euros se qualifiant pour le tour suivant en envoyant Séville en Europa League et ses 437 millions d’euros et en privant de toute compétition européenne Wolfsburg et ses 301 millions d'euros. Vu la saison actuelle, pensez-vous que notre Beneamata pourrait créer quelques surprises pour la suite du tournoi ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En effet, suite à l’élimination de L’Ac Milan et de l’Atalanta, la situation change d’une façon très favorable pour l’Inter et pour le Juve, en ce qui concerne les primes à percevoir de l’Uefa Les revenus liés au Market-Pool entrent en jeu, ceux-ci concernent la part des droits télés que l’Uefa verse annuellement à chaque club participant à ses coupes européenne. Cette valeur n’est pas la même dans chaque pays vu qu’il est impacté par l’investissement des diffuseurs nationaux en termes de droits télés,. En fonction, il est distribué, en deux parties aux différentes équipes: La première partie est liée au classement en championnat de la dernière saison des quatre clubs en compétitions. La seconde est liée au nombre de match que chaque club dispute en Ligue des Champions en cours d’une saison, comparé au nombre de match joués par les différentes équipes de la même nation. Pour être clair : Cette saison, l’Inter et la Juve encaisseront bien plus que le Milan et l’Atalanta qui n’ont pas su aller outre la phase de groupe Market pool Champions 2021/22, les estimations pour l’Italie Les estimations pour cette saison 2021/2022, relative au Market Pool pour les écuries italiennes, dévoilent un chiffre global qui tourne aux alentours de 40 millions d’euros, dont 20 sont répartis en fonction du classement 2020/2021. Les 20 millions restant seront répartis en fonction de la saison en Ligue des Champions en cours. En prenant en considération l’hypothèse la plus négative, c’est-à-dire une élimination immédiate en huitième de finale de l’Inter et de la Juve, la répartition des recettes serait la suivante Inter : 5,7 millions d’euros Juventus : 5,7 millions d’euros Milan : 4,3 millions d’euros Atalanta : 4,3 millions d’euros Market pool Champions 2021/22, les recettes pour les clubs Si l’Atalanta était parvenu à se qualifier, tout en étant immédiatement éliminé en huitième selon l’hypothèse ci-dessus, les répartitions auraient été légèrement différentes Inter : 5,3 millions d’euros Juventus : 5,3 millions d’euros Atalanta : 5,3 millions d’euros Milan : 4,0 millions d’euros En substance, l’élimination de l’Atalanta offre 400.000€ de plus à l’Inter et à la Juve. Tout peut encore changer à présent, vu que les équipes seront impliquées, chacune dans des huitièmes de finales. Dans l’hypothèse la plus favorable, celle d’un Derby d’Italie en finale, les équipes italiennes verraient la clé de répartition être répartie de la sorte Inter : 6,8 millions d’euros Juventus : 6,8 millions d’euros Milan : 3,2 millions d’euros Atalanta : 3,2 millions d’euros Par les temps qui courent actuellement, remporter déjà 5 millions d’euros est plus que bénéfique. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport : L’Inter a décidé de sanctionner son futur Capitaine, comme le prévoit d’ailleurs le règlement interne du Club "Le carton rouge reçu par Nicolò Barella a fait parler et il fait encore discuter. En effet, le milieu de terrain italien s’est retrouvé être l’auteur d’une bien mauvaise réaction envers Eder Militao, ce qui lui a coûté son expulsion et ce qui le contraindra à sauter, au moins le match aller des huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Comme le prévoit le règlement interne du club, l’Inter sanctionnera son joueur par le biais d’une amende à la suite du mauvais comportement dont il s’est rendu coupable au Stade Santiago Bernabeu." Validez-vous ce comportement strict de la part du club ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. En effet, l’international italien champion d’Europe a réalisé plusieurs premières, hier soir, face au Real Madrid au Santiago Bernabéu. S’il avait été provoqué par Militão, le sang chaud du joueur sarde n’a fait qu’un tour, au plus grand Dam de l’Inter et du sien Révélation de la Gazzetta Dello Sport "64 minutes de jeu, contact énergique entre Militão et Barella : Le milieu de terrain Nerazzurro fini dans les panneaux publicitaires et frappe la jambe du défenseur brésilien : S’en suit un tête à tête avec l’intervention d' équipiers pour les séparer et une carte rouge distribuée par l’arbitre Brych pour le numéro 23 contre une simple carte jaune pour l’autre concerné. "Le risque réel à présent est le dommage occasionné: Barella va rater très probablement le match aller des huitièmes de finale de la Ligue des Champions, mais il est également possible que la suspension soit, à minima, de deux journées". Dépucelage total "C’est la première fois pour Barella, il n’avait jamais craqué lors des nombreuses provocations qu’il a connu en carrière. Le Bernabéu fait faire des folies et les cartes sur la table s’en retrouvent modifiés, surtout vu les caractéristiques propres au joueur : Barella n’est pas un joueur habitué à connaitre des baisses de tensions." "Pour tout vous dire, c’est sa première expulsion avec le maillot de l’Inter, mais c’est aussi et dans l’absolu sa première expulsion directe en club. Il y a toujours une première fois et sa première fois a eu lieu à Madrid, dans une partie qui n’avait plus grand-chose à dévoiler. Mais pour les projections à venir, il s’agit d’un problème de plus à gérer pour Inzaghi." Des préliminaires compliqués "Que la soirée n’allait pas être simple pour Barella, tous l’avaient déjà compris auparavant. Tel un ciel sombre annonçant la pluie, Nicolò était nerveux et pour aller dans le sens de la pensée d’Inzaghi, il se rendait compte lui-même qu’il n’était pas aussi performant sur le terrain avant son expulsion : De sa sortie en retard sur le but de Toni Kroos en passant aux erreurs technique inhabituel pour le milieu de terrain, comme les passes manquées à destination de Dumfries au cours de la première période." "Ce même parcours a recommencé à la reprise, quasi immédiatement, lorsque Çalhanoğlu lui servait sur un plateau d’argent une passe décisive pour parvenir à égaliser : Rien à faire le ballon s’envolait en tribune et le joueur faisait état d’un désespoir visible : des bras écartés, une frustration pour un résultat qui ne lui convenaient pas et pour lequel il se sentait en partie responsable." "À la suite du remplacement de Brozović, Inzaghi l’avait replacé au cœur de l’Inter en lui confiant le rôle de régisseur, jusqu’à cette 64ème minute ou Militão le défie, il glisse avec la peur de se blesser. La frustration a dû être longue au vol retour car durant deux saisons, Nicolò a couru après les huitièmes de la Ligue des Champions pour les voir s’envoler à la dernière journée." "Maintenant que l’objectif a été atteint, il pourrait ne pas jouir du spectacle : L’espérance de l’Inter est que la Justice Sportive n’allonge pas plus sa malédiction, que l’arbitre dans son rapport, n’en a pas remis une couche, mais le risque d’une suspension de deux journées et bel et bien réel et l’Inter en est consciente." Selon vous, Nicolò a-t'il mérité son expulsion ou celle-ci était-elle excessive vu l'action qui a mené à cet incident ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. 6ème journée Stade Santiago-Bernabéu Mardi 07 décembre - 21h00
  21. L’Administrateur-Délégué Sport de l’Inter, Giuseppe Marotta, s’est livré hier soir lors de l’avant-match Real-Inter, à Sky Sport: Pensiez-vous jouer la première place sans Hakimi et Lukaku ? 'Sincèrement, je n’y pensais pas: C’est probablement aussi le cas des tifosi et d’experts, mais c’est aussi cela la beauté du football : Les rêves sont devenus réalité. Nous nous sommes qualifié une journée à l’avance. Ce soir, nous jouerons avec une sérénité et en étant très motivé pour la première place." Inzaghi sera-t ’il prolongé ? "La chose la plus importante à retenir est qu’il est le grand point de référence de l’Inter : Nous sommes extrêmement contents et très fiers de lui : Il sait comment représenter ce club." Pensez-vous à suivre un parcours en Coupe d’Europe ? "Tout est possible : La Ligue des Champions est un tournoi et non un championnat: Il faut des circonstances favorables qui peuvent, à n’importe quel moment, te venir en aide." "Le groupe a acquis une mentalité et une meilleure connaissance de ce tournoi. Aujourd’hui, je plus bien plus positif : Les fondations posé par les anciens entraîneurs ont été importantes pour Inzaghi qui a un noyau de champion qui est fier de porter la cocarde de Champion d’Italie. L’espoir est de continuer cette ascension pour parvenir à remettre l’Inter, à une place où elle était toujours présente." "Les joueurs vont sur le terrain pour donner le maximum en sachant qu’ils revêtissent un maillot important: Ils y vont pour nous offrir à nous, tout comme aux tifosi, des soirées de grandes émotions. Il n’y a pas besoin de boost supplémentaire : Inzaghi est un grand motivateur et il sait comment organiser l’équipe, il y a tous les acquis pour faire de belles choses." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Javier Zanetti a préfacé la rencontre opposant l’Inter au Real Madrid au cours d’une longue interview au quotidien ibérique "Marca" Quel est votre rôle en tant que Vice-Président ? "Depuis que j’ai pris ma retraite, après 20 ans à l’Inter, j’ai eu l’envie d’élargir ma vision du Club avec un poste plus important au niveau sociétal, avec des responsabilités sociales, des relations internationales, cela va plus loin que ma contribution qui était pratiquement qu’au niveau sportif." Avez-vous dû étudier ? "Énormément, j’ai début à l’Università Bocconi di Milano, j’y ai fait un Master et je continue encore à étudier car il y a toujours des nouveautés au niveau du Marketing, des finances, du management. La chose la plus importante que j’ai compris était que je devais tout reprendre à zéro." Pourquoi vous intéresser autant à ce type de travail ? "J’aime être présent pour les personnes qui en ont le plus besoin. Je le fais depuis 20 ans avec ma Fondation "Pupi Zanetti" et j’ai voulu continuer à le faire avec l’Inter car cela fait partie de son ADN : Gagner une rencontre ou une coupe est aussi important pour moi que d’avoir des responsabilités sociales qui consistent à transmettre des valeurs humaines." Vous représentez un club très important. Comment compareriez-vous la grandeur de l’Inter à celle du Real Madrid ? "Je représente un club avec une grande histoire et c’est une très grande responsabilité. Le Real Madrid est un autre grand club de grand prestige avec une grande tradition dans les tournois internationaux. Il y a toujours eu un très grand respect entre les deux." Est-ce que vos rapports avec Florentino Perez sont bons ? "Oui, ils sont très bon, Lui et Emilio Butragueño se sont toujours bien comportés, nous avons un bon rapport depuis des années et je suis toujours heureux de les revoir. Emiliano est fantastique." Vous êtes, en Europe, un "One club man" ce qui rare et qui ne se fait plus jamais aujourd’hui…… "Je venais d’arriver d’Argentine à l’âge de 21 ans, et j’ai ensuite évolué toute ma carrière pour l’Inter: Jje ne me le serais jamais imaginé. J’espère que cette tendance reviendra, mais les temps ont changé, mais il n’y a aucun problème." Passons au match d’aujourd’hui : Le Real Madrid est-il le favori ? "Oui, affronter le Real à domicile est toujours difficile car ils savent comment gérer ce type de match. Ce qui est bénéfique c’est que nous sommes tous deux qualifiés et que nous aller jouer sans cette pression. Notre équipe réalise de très belles prestation grâce à l’optimal travail d’Inzaghi et de ses garçons. Je pense que ce sera un match à arme égale." Les Tifosi du Real risquent de penser à une Inter qui ne fait pas tellement peur: Qu’en pensez-vous ? "Non, non et non : L’Inter a son identité et elle a des joueurs de qualité qui chercheront à le démontrer aussi à Madrid. On peut gagner ou perdre ensuite, mais l’identité de l’Inter est très claire." Quel et le mérite de la propriété, dans le fait de voir à présent, une Inter qui aspire à tout ? "Avec les nouveaux propriétaires, nous avons remporté la Serie A et atteint la Finale de l’Europa League. Nous sommes de retour en huitième de finale de la Ligue des Champions après dix ans. Ils nous ont apporté de la stabilité, ce qui est quelque chose d’essentiel." Faut-il un Milan fort pour motiver l’Inter ? "Les deux équipes ont l’ambition de se montrer protagonistes, nous le faisons depuis plusieurs années et le Milan est très bon en championnat : C’est bénéfique pour tout le football italien." On joue mieux en Italie, êtes-vous d’accord ? "On cherche à être bien plus protagoniste avec une philosophie de jeu très claire. La preuve en est la victoire de l’Italie à l’Euro. C’est vrai que de nombreuses équipes cherchent à se montrer protagonistes." La Serie A gagne du terrain comparé à d’autres Ligues, cela ne fait plus aucun doute… "Lorsque je jouais en Serie A, elle était impressionnante, tout le monde voulait venir jouer ici. Pour moi, le championnat italien reste le plus difficile à disputer, ce n’est pas le cas pour tous. Le football espagnol a connu sa période et maintenant c’est la Premier League, mais oui, la Serie A est en train d’énormément grandir." Aviez-vous été proche du Real Madrid durant vos années ? Dites-le-nous…… "Oui, j’étais très proche du Real et j’ai déjà dit que je me sentais honoré de l’intérêt d’un tel club. C’était du temps de Jorge Valdano comme Directeur Sportif. Mais tous ceux qui connaissent mon Histoire savent que ma Maison est l’Inter, c’est aussi pour cette raison que je suis resté ici." Pour quelles raisons ? "L’identification avec l’Inter et le fait que je jouais dans un club avec tant d’Histoire, même si à l’époque, elle était en difficulté. Des choses ne s’étaient pas encore passés et je ne voulais pas partir sans y laisser mon empreinte. J’en étais le Capitaine et j’avais une grande responsabilité. Je voulais y rester." Dites-nous, combien de fois avez-vous joué au Santiago Bernabeu ? "Très peu de fois, et je pense uniquement à la Finale de la Ligue des Champions 2010. Une autre fois, nous avions dû jouer Madrid en Ligue des Champions à Séville car le Bernabeu était fermé. Après ma retraite, nous avons disputé un match des légendes. J’en ai aussi disputé un avec l’Argentine." Que vous rappelez-vous cette soirée de 2010 ? "C’était la soirée rêvée, l’une des plus belle de ma carrière car elle reste dans l’Histoire de mon club : J’ai soulevé la Ligue des Champions que l’Inter n’avait plus remporté depuis 45 ans." Que pensez-vous de Carvajal ? Vous étiez un spécialiste à ce poste...... "C’est un point de référence, un joueur très équilibré et qui évolue avec continuité. La preuve est que tous les entraîneurs lui font confiance." Quelle est l’image de Carlo Ancelotti, l’entraîneur, en Italie ? "Carlo est très estimé pour l’ensemble de sa carrière, pour sa façon d’être. C’est toujours un homme très calme avec des concepts très clair. Il se comporte toujours de la même façon, aussi bien en cas de victoire que de défaites. J’ai beaucoup de respect pour lui." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. L’international brésilien, Casemiro s’est livré à la conférence d’avant-match qui verra le Real Madrid recevoir l’Inter pour l’obtention de la première place du groupe de la Ligue des Champions. Si Simone Inzaghi se livrera à la presse pour 18h, voici déjà les déclarations du milieu de terrain madrilène: "Nous abordons les rencontres avec sérieux et respect : L’Inter est une grande équipe, nous jouons comme toujours sereinement et en respectant l’adversaire. Nous savons qu’elle est Championne d’Italie et que ce sera difficile." La fatigue se fait-elle ressentir? "On en parle toujours, les personnes s’en inquiètent, mais nous avons une équipe technique et Pintus qui fait de l’excellent travail, il sait tout. C’est important d’avoir un bon noyau. Valverde, Camavinga , Isco... tous sont bons.. Kroos et Modric sont un privilège." Benzema? "Le perdre signifie perdre le meilleur 9 du monde, un des meilleurs joueur en circulation. Nous avons tout de même Jovic et Mariano. Luka face à la Real Sociedad a proposé une belle partition et je dois l’en félicité. S’il ne joue pas, c’est parce qu’il a face à lui un champion tel que Benzema et ce n’est jamais facile." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Diego Milito s’est livré au cours d’une longue interview au quotidien Ibérique"AS". Et le Prince de Milan est optimiste quant à une performance Nerazzurra, ce soir, au Stade Santiago Bernabeu: "Dans le football, il faut toujours y croire, rêver. C’est une partie de très haut niveau entre deux grandes équipes. L’Inter peut l’emporter au Bernabeu, même si objectivement, ce sera difficile." "Faire face au Real Madrid est synonyme de beaucoup de significations. Mais je pense que l’Inter, aujourd’hui, peut réaliser un grand match et gagner. Elle est dans une bonne période, avec un bon entraîneur et composés de bons joueurs pour compliquer la vie du Real." Vous savez très bien ce que cela veut dire de gagner contre Madrid…. "C’est l’un de mes souvenir qui me restera pour toujours, pour l’Histoire et pour moi. Déjà marquer un quadruplé est compliqué, mais le faire face au Madrid des Galactiques, imaginez-le ! C’est l’une des soirées, dans ma carrière où tout a fonctionné dans l’équipe." Le Bernabeu est un stade très spécial pour vous, vu que vous y aviez remporté la Ligue des Champions avec l’Inter...... "C’est un stade qui est mythique. C’était un plaisir d’y jouer et il m’a offert l’une des plus grandes joies de ma carrière sportive. Mais j’y ai aussi perdu la Finale de la Copa Del Rey face à l’Espanyol. A présent, et avec le temps, je retiens surtout que j’ai été chanceux de jouer au Bernabeu." A plusieurs reprises, vous aviez admis avoir été proche de signer pour le Real. Pourriez-vous nous dire quand et comment ? "Il y a eu deux approches : La première était lorsque j’évoluais à Saragosse et lorsque Schuster venait de devenir l’entraîneur du Real. Il y avait eu un contact entre les clubs, mon agent mais je ne sais pas très bien ce qu’il s’est passé. Cela aurait été une étape importante dans ma carrière, mais les choses n’arrivent pas sans raison." "La seconde fois, c’était après la Finale de la Ligue des Champions et l’arrivée de Mourinho : Il y avait eu des contacts, mais ce n’était pas non plus possible cette fois-là : J’étais très heureux à l’Inter." Imaginez-vous Lautaro au Real ? "Je le trouve fantastique et, en même temps, je le vois très heureux à l’Inter : Il est dans un Top Club européen et il a les qualités pour continuer à grandir, il est très jeune. C’est évident qu’il a les qualités pour jouer au Real, ou à Barcelone, ou dans d’autres grands clubs: Mais il évolue déjà au très haut niveau." Quelle est la prochaine étape que vous souhaiteriez atteindre dans votre carrière ? "Ici, je commente les équipes italiennes en Ligue des Champions, c’est une belle possibilité pour rester en contact avec le football. Je suis libre et j’en profite pour échanger avec les entraîneurs, mes anciens équipiers. Cela me permet de m’entraîner et de continuer à apprendre : Qui sait ce que me réserve le futur." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, mais également à Sky Sport et à Sport Mediaset dans le cadre de la dernière et ultime journée de la phase de groupe de la Ligue des Champions qui verra l’Inter défier le Real Madrid au Santiago Bernabeu. Son interview en conférence de presse A quel match vous attendez-vous demain, en sachant que pour le Real, un match nul suffit ? Que pensez-vous de l’absence de Benzema ? "Je pense que la rencontre de demain sera une rencontre importante pour nous. Nous nous sommes qualifiés, mais elle sera importante car nous voulons réaliser un grand match. A l’aller, nous avions fait une très belle prestation, mais cela n’avait pas suffi. Pour demain, il faudra faire un petit quelque chose en plus." "Benzema est extrêmement important pour eux, mais nous les entraîneurs, nous devons savoir faire face à ce type de problème. Ils ont Jovic qui a réalisé un but et une passe décisive lors e la dernière rencontre." Qu’est-ce qui a changé à l’Inter, pour lui permettre de réaliser ce parcours gagnant ? "Je pense que nous nous connaissons mieux, l’équipe joue avec ce dispositif depuis plus de deux ans. Au début de la saison, nous exprimions un bon football, l’exemple le plus flagrant est le match aller face au Real. Nous nous présentons ici avec une très belle série qui nous donne de l’auto-estime." En quelle caractéristique d’Ancelotti vous retrouvez-vous ? "Sa carrière parle pour lui, avant le premier match nous avions discuté football, c’est toujours un plaisir. Je suis content que tout se passe bien en Liga pour lui, il a tellement d’avance sur le second. Nous parlons d’un très grand entraîneur qui a énormément gagné en carrière." Comment vont Lautaro Martinez et Stefan De Vrij ? "Il n’y aura pas Darmian, Ranocchia et Satriano (non-repris dans la liste ndlr). A cela, il faut y ajouter Correa qui a connu un pépin à l’Olimpico, cela m’attriste car il était en pleine ascension. C’est un joueur que je connais bien et qui était dans une bonne période. Lautaro n’a plus connu de problème lors de la séance d’entrainement, pour De Vrij et Kolarov, je dois encore chercher à comprendre leur état de forme, ils ont réalisé un entrainement." Il y a une attente, demain, pour savoir si le Calcio est revenu au plus haut niveau...... "Et c’est normal qu’il y ait cette attente, C'est comme ce qui s’est d’ailleurs produit au match aller: Nous avions joué comme une grande équipe, ici nous n’aurons pas tellement de Tifosi, mais ils seront tout de même présents au Bernabeu. Nous allons jouer avec personnalité et confiance, en sachant que nous avons déjà réalisé quelque chose d’important vu que cela faisait dix ans que nous ne passions plus ce tour. Nous voulons réaliser un grand match demain." Nous constatons que les joueurs qui montent etqui remplacent les titulaires font d’excellentes prestations…. "Je pense que c’est un motif de fierté pour un entraîneur: Tout le monde a joué, ceux qui jouent le plus comme ceux qui jouent le moins. C’est ce qu’un entraîneur puisse espérer de mieux, j’ai de grands professionnels à ma disposition, des garçons très sérieux." Est-ce juste de définir la rencontre de demain comme un examen de fin d’études ? "Ce sera une rencontre importante demain, je sais que l’Inter ne l’a emporté qu’à une seule reprise, dans toute son histoire, au Real. Nous tenons à nous préparer de la meilleure des façons possibles au match." Avez-vous peur de Vinicius ? Est-il le meilleur joueur du monde ? "Je le connais, c’est un joueur de très grande qualité qui cette année fait preuve de continuité au niveau des buts et des passes décisives. Il y aura une attention particulière, comme pour tant d’autres." Son interview à Sport Mediaset "Nous savons comment est le football, il y a des périodes où tout va bien, ensuite tu perds deux matchs et ceux qui t’encensent deviennent tes premiers détracteurs. Mais c’est le football, notre monde : Nous devons continuer à travailler de la sorte, en pensant match après match." Qu’avez-vous à dire sur la satisfaction d’arriver au Bernabeu sans pression et pour disputer la première place ? "C’était une grande espérance, l’objectif était d’arriver à Madrid avec la qualification déjà en poche. Nous savions que cela allait être difficile, mais les garçons ont été extraordinaires car ils ont réalisé quatre grandes parties en s’améliorant les unes après les autres après un début amer et la défaite face au Real. Nous nous le sommes mérité, nous allons jouer cette partie comme une grande équipe." Au match aller, il s’agissait de votre meilleure rencontre vu la domination et les occasions créés, mais sans récolter le moindre point. Que devez-vous faire demain ? "Nous devrons faire plus comparer au match aller car nous avons grandi, tout comme le Real. Nous sommes deux grandes équipes et nous voulons continuer de la sorte." On parle déjà de votre prolongation de contrat, cela vous fait-il plaisir ? "Cela me fait plaisir, ce sont des informations que l’on peut lire, mais en ce moment mes priorités sont tout autres : Ma priorité actuelle est le Real Madrid." Son interview à Sky Sport Quel est l’importance d’arriver à la première place ? "C’est important à la fin de la phase de groupe, toutefois, nous devrons réaliser notre match de la meilleure des façons : Gagner ici, à Madrid est extrêmement difficile : eux comme nous ont déjà, par le passé, su se qualifier à l’avance et nous assisterons à une grande partie demain." Vous attendez-vous à une rencontre similaire à celle du match aller ? Comment va Lautaro ? "Le Real n’aura pas Benzema, l’Inter n’aura pas Darmian, Correa, Ranocchia, Satriano… Les deux équipes font face à des problématiques. Lautaro me semblait bien hier, je l’évaluerai demain tout comme j’évaluerai aussi les conditions de De Vrij et Kolarov." Selon vous, qui votre frère, Pippo, soutiendra demain : Vous ou son ancien entraîneur et ami Ancelotti ? "Je pense qu’il me soutiendra, même si je n’y ai pas pensé, je n’ai aucun doute. Je connais aussi l’estime qu’il a pour Ancelotti, ils ont tant partagé et gagné ensemble. Ils se parlent toujours et cela me fera plaisir de revoir demain Carlo et d’échanger avec lui." On parle d’une prolongation de contrat, cela vous fait-il plaisir ? "C’est normal que cela me faisse plaisir de le lire et de l’entendre. Mais plus que cela, ma seule concentration réside à la rencontre de demain, après le si beau parcours que nous avons réalisé en Ligue des Champions, nous voulons conclure ce dernier par un grand match demain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...