Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'stratégie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

2 résultats trouvés

  1. Comme nous le savons toutes et tous, l'Inter affrontera le Shakhtar Donetsk en demi-finale de la Ligue Europa. Dans un précédent article, nous avions brièvement présenté le Shakhtar Donetsk. Dans celui-ci, nous présentons la stratégie adoptée par Luis Castro, l'actuel manager. Maintenir la largeur avec un focus central. La structure générale de l’équipe de Luis Castro en phase de possession est un 4-2-3-1. Leur approche est très flexible et consiste en de nombreuses rotations des joueurs offensifs. Le cœur de cette approche est constitué des joueurs offensifs qui occupent des positions très centrales entre les lignes. Marlos et Taison aiment être plus au centre et passer de positions larges aux canaux opposés pour opérer entre les lignes. Malgré leur focus sur les espaces intermédiaires et les demi-espaces, un principe général de l'équipe est leur occupation continue des flancs. Le maintien de cette largeur est principalement assuré par les arrières latéraux qui avancent. La construction du Shakhtar commence généralement par les deux arrières centraux qui sont plus espacés que les milieux de terrain centraux positionnés au milieu du terrain. Cela permet aux arrières centraux de construire à travers les demi-espaces ou de jouer le ballon dans des zones plus larges. Ce qu'il faut remarquer, c'est le positionnement et l'échelonnement des milieux de terrain centraux. Que Luis Castro déploie un 4-1-4-1 ou un 4-2-3-1, nous verrons principalement deux milieux de terrain centraux dans une position relativement étroite à une hauteur similaire. Un autre joueur, le pivot ou le meneur de jeu, agira derrière ou devant eux. En outre, nous verrons des asymétries dans la structure du Shakhtar pour créer une supériorité numérique dans les vastes zones. Bien que certains modèles soient reconnaissables dans la construction du Shakhtar, ils n’ont pas une structure claire. Au lieu de cela, il se repose sur des ajustements flexibles et un échelonnement approprié des joueurs attaquants. Par exemple, Taison peut se présenter partout pour laisser la couverture de deuxième ligne et soutenir la construction. Le milieu de terrain central avancé de l’adversaire tente de presser le défenseur central du Shakhtar et de l’empêcher de construire. Ce schéma est utilisé par Taison qui revient plus bas pour recevoir le ballon. L'utilisation des demi-espaces. En particulier dans le championnat contre des équipes avec un bloc bas, les demi-espaces ont un rôle crucial pour Donetsk. Les équipes adverses sont très basses pour minimiser les espaces que les attaquants du Shakhtar peuvent occuper. Par conséquent, c'est à eux de créer cet espace. Le plus souvent, c'est Taison qui remplit le rôle en tant que milieu offensif central libre. Il convient de noter que le Shakhtar est très patient et opte rarement pour des tirs de loin. Au lieu de cela, ils recherchent des espaces pour tirer à partir de bonnes positions. Si le centre est verrouillé, le Shakhtar construit fréquemment par le côté gauche pour finalement amener le ballon dans les zones centrales. L'importance du côté gauche composé principalement de Taison / Konoplyanka et Ismaily peut être illustrée par une carte de passes exemplaire du match contre Benfica. Lorsque l’arrière gauche du Shakhtar reçoit le ballon en profondeur dans sa moitié de terrain, c’est généralement l’ailier gauche ou le milieu de terrain offensif qui abandonne la couverture de deuxième ligne pour offrir une option de passe en diagonale au centre. La première passe à l'arrière latéral peut attirer l'adversaire vers des zones plus larges, juste pour revenir au centre à partir de là. Lorsque le joueur qui droppe reçoit le ballon dans le demi-espace, il a le terrain devant lui et peut mettre une balle en profondeur ou simplement déplacer le jeu rapidement de l'autre côté. Ce genre de situation est souvent utilisée pour déplacer la balle directement d'un demi-espace à l'autre. Ainsi, l'équipe attaquante peut traverser deux zones, ce qui oblige l'adversaire à réagir encore plus rapidement pour combler les trous. C'est plus efficace que de ne traverser qu'une seule zone horizontale et fréquemment utilisée par les Ukrainiens. L’un des aspects les plus importants des tactiques centrées sur le centre du Shakhtar est la capacité de surcharger rapidement les demi-espaces. En raison du nombre élevé de joueurs au milieu, il est facilement possible de changer de position et de passer dans une autre zone. Il permet aux joueurs brésiliens de combiner dans des poches d'espace avec variété et flexibilité. Lorsqu'ils sont confrontés à des surcharges dans ces espaces, les adversaires ont tendance à revenir de plus en plus bas. À un moment donné, ils deviennent souvent trop bas et perdent l'accès pour défendre l'espace devant eux et négliger les flancs. Cela les rend vulnérables aux progressions de ces zones et constitue un problème de défense aveugle alors qu'ils tentent de surcompenser certaines zones. Dans l'exemple ci-dessous, nous pouvons voir un bloc extrêmement bas avec Marlos dribblant à l'intérieur du côté droit et Taison se déplaçant dans la direction opposée pour utiliser des poches d'espace qui ont émergé dans le demi-espace droit. Lorsqu'il reçoit le ballon en raison d'un décrochage de Marlos, il peut exploiter l'écart avec une passe entre l'arrière central gauche et l'arrière gauche de l'adversaire. Indépendamment de la façon dont le Shakhtar fait finalement progresser le ballon et crée des occasions, un aspect crucial qui doit également être souligné est les capacités de dribble de leurs joueurs. A part les joueurs défensifs ukrainiens, tout le monde est capable d'échapper à la pression due aux mouvements rapides et perd rarement son calme. Surtout contre les blocs bas, cela peut être extrêmement efficace car cela peut ouvrir de nouveaux espaces et changer la structure défensive de l'équipe adverse. Les arrières latéraux qui montent. Le Shakhtar a un pourcentage de possession de balle bien inférieur dans les compétitions européennes avec 51,66% contre 63,42% en championnat. Ce fait combiné à une dernière ligne plus élevée de leurs adversaires leur permet de mettre davantage l'accent sur des contre-attaques rapides. Les arrières latéraux sont une partie essentielle du Shakhtar et ont été particulièrement brillants dans les compétitions européennes, comme Dodô qui a brillé à travers ses performances. Son équipier attaquant passe à toute vitesse d'une position défensive à un espace ouvert derrière la défense adverse, ce qui s'est avéré particulièrement efficace en contre-attaque. Ils permettent au Shakhtar de créer une supériorité numérique avec une situation 2 contre 1. Lors d'une percée sur les flancs, les arrières latéraux n'opèrent presque jamais avec des centre en hauteur. Compte tenu de la taille de leurs attaquants, cela n'est pas surprenant. Au lieu de cela, ils recherchent toujours un centre plat, souvent contre la direction de course des défenseurs pour permettre aux attaquants du Shakhtar de courir par derrière. De manière générale, l'équipe de Luis Castro n'opère pas du tout avec de nombreux centres, avec une moyenne de seulement 12,26 par match, ce qui est la deuxième plus basse moyenne du championnat ukrainien et une différence significative par rapport au Dynamo Kiev, qui mène dans cette catégorie avec 19,72 selon Wyscout. La défense. Semblable à la possession, le Shakhtar n’a pas un stratagème unique qui est toujours utilisé. L'équipe de Luis Castro défend généralement dans un bloc moyen tout en appuyant parfois plus haut sur le terrain. Selon la configuration de l'adversaire, la structure du Shakhtar ressemble à un 4-1-4-1, 4-3-3 ou 4-4-2. Les situations de pression haute sont principalement utilisées en championnat et contre des adversaires inférieurs ou même dans les compétitions européennes. Particulièrement contre les équipes ukrainiennes, ils aiment attirer l'opposition dans des espaces prédéfinis et finalement s'effondrer autour du ballon et le reconquérir. Une des raisons en est certainement la moindre qualité technique et individuelle des équipes en général. Les équipes sont rarement capables de résoudre ce genre de situation, ce qui pourrait conduire à des situations dangereuses pour le Shakhtar. Le Shakhtar est toujours capable de marquer un but grâce à la qualité de ses joueurs offensifs. Cependant, leur configuration défensive laisse à désirer. En 9 matchs, ils ont déjà concédé 18 buts, ce qui leur a finalement coûté la chance d'atteindre les huitièmes de finale de la C1. Défendant relativement bas, le Shakhtar peut parfois devenir trop passif, ce qui permet à l'adversaire de faire progresser facilement le ballon dans des zones dangereuses. Cela était particulièrement visible en seconde période contre l'Atalanta Bergame et en première période contre le Benfica. Comme mentionné, le 4-1-4-1 préféré de Luis Castro, qui peut devenir un 4-5-1 plat, devrait assurer une compacité au centre. Cela nécessite que son joueur soit proche l'un de l'autre et un échelonnement approprié. Un espace crucial de la structure 4-5-1 est le demi-espace offensif entre l'attaquant et les ailiers, car il y a inévitablement un écart si personne n'avance. Cela permet aux arrières centraux et au pivot de l’adversaire de faire tourner le ballon sans être dérangé, à la recherche du bon moment pour briser les lignes du Shakhtar. Le décalage manquant permet alors à l’opposition de jouer le ballon dans la zone horizontale entre les deux lignes du Shakhtar. Ainsi, un 2 contre 1 peut être facilement créée si Dodo n'intervient pas. S'il le fait, il doit être sûr d'avoir le bon timing pour récupérer le ballon ou empêcher l'attaquant de jouer large. Cela dit, Dodo agit plutôt avec une aversion pour le risque et baisse souvent un peu plus profondément en accordant une attention particulière à l'arrière, qui pousse vers le haut. Comme illustré ci-dessous, cela aurait pu être compensé par le milieu de terrain central près du ballon poussant vers le haut pour presser l'adversaire et utiliser son ombre de couverture pour empêcher la passe au centre. Un écart qui peut être rapidement comblé par le pivot, qui a déjà commencé dans cette direction. En raison des mouvements de décalage dans une structure 4-5-1, les espaces peuvent être fermés en continu et empêcher l'adversaire de jouer à travers la structure défensive avec deux passes simples. Conclusion. Voici un aperçu de la stratégie de Luis Castro. Si le Shakhtar a d'indéniables atouts offensifs, il a aussi des faiblesses défensives. A l'Inter de les exploiter !
  2. Milan – Lapo De Carlo, journaliste sportif italien et directeur de la radio "Milan Inter", s’est penché sur la situation actuelle de notre Beneamata. "Cela fait 6 mois que l’Inter vit sous la direction de Spalletti (18 mois pour le Suning), avec une difficulté objective à façonner le présent et l’avenir de l’équipe et du club. Techniquement Spalletti a joué un rôle important. Il a évincé les problèmes de mentalité, il a été excellent dans ce domaine, du moins jusqu’en décembre." "Un noyau pas assez large, peu de profondeur sur le banc, voilà ce qui peut résumer ce début de saison qui a tout de même une note positive, certes pas rassurante pour l’avenir, mais positive. Spalletti, quoique l’on en dise est le mieux placé et a peu donner son avis sur les investissements que le club peut faire." "La meilleure surprise de cette saison se nomme Skriniar, qui a explosé et qui a été étincelant, même lors de ce périlleux mois de décembre où l’équipe n’était plus au niveau. Cancelo a été peu utilisé, mais il s’est révélé très précieux et très technique, il dispose d’une marge de croissance importante à un poste de latéral droit où trop de sacrifices ont déjà eu lieu. Les autres joueurs sont plutôt ordinaires : Borja Valero n’est pas un joueur d’exception, mais il cogite très bien. Vecino n’est pas Nainggolan mais sa présence est fondamentale. Dalbert lui ne répond pas aux attentes et Karamoh qui est encore trop jeune." "Pour le reste de l’équipe, c’est simple, elle a suivi la ligne directrice de son entraîneur : un parcours mental, un jeu décent avec une organisation qui lui a permis de faire illusion face à la Sampdoria, l’Atalanta et le Chievo et une étonnante preuve de maturité face au Napoli et la Juve en parvenant à y réaliser deux matchs nuls. Mieux encore, l’équipe est parvenue à marquer le coup en l’emportant avec la manière face à la Roma et face au Milan." Colosse aux pieds d’argiles "Alors que l’équipe se voyait très (trop ?) belle, elle s’est écroulée physiquement et mentalement, en perdant tout le crédit qu’elle avait sût engranger jusque-là. Tout le monde savait qu’un jour l’Inter allait perdre « son » premier match, mais surtout tout le monde se demandait la réaction qu’allait avoir l’Inter et pour l’heure, elle ne s’en relève pas." "Dans les faits, on peut constater que l’Inter ne gagne plus et qu’elle souffre, peu importe l’adversaire. On peut penser à juste titre à un facteur physiologique vu le manque de profondeur sur le banc, mais cette dernière suggestion a été démentie par Icardi en personne qui a révélé à la presse que l’équipe s’entraînait mal, qu’elle n’était plus aussi appliquée, moins motivée. Maurito lui-même n’a pas su donner la moindre explication à ce déclin inexplicable. Le fait de mal s’entraîner est une faute directe du joueur qui n’a pas le bon mental." Un cercle vicieux "Cela fait maintenant six ans que l’Inter se comporte de la même façon : des périodes très positives suivies de périodes outrageusement négatives. La raison est que les joueurs n’ont pas l’œil du tigre, les joueurs n’ont pas le mental pour atteindre des objectifs ambitieux. Certes, ce ne sont pas les meilleurs techniciens du monde, mais Brozovic, Handanovic, Santon, Joao Mario, Perisic, pour ne citer qu’eux, même si ce ne sont pas des "grands" joueurs, savent tout de même jouer des deux pieds et ont un physique qui en impose." Corriger le tir "Le Mercato de janvier est de type quantitatif, avant d’être qualitatif. Preuve en est avec les espoirs placés sur Lisandro Lopez et plus encore sur Ramires, dont tous espèrent qu’il sera le Blues de Chelsea. Ce mercato est le fils de la société qui la compose et qui n’est pas encore claire avec tout le monde. Depuis un an et demi le Suning est à la tête de l’Inter et nous ne connaissons pas encore qu’elle type de Présidence il va imposer." "Il faut rester perplexe, entre le désir d’être aveugle face à des efforts qui sont entrepris et être reconnaissant pour l’Inter, qui ne possède toujours pas son propre stade. Nous pourrions aussi rester serein par le fait d’appartenir à un Colosse solide financièrement, ou inquiet à la vue des sujets de gestion contradictoires de l’Inter, qui sont suivis par de très long silences, entrecoupés de spots publicitaire vantant Steven Zhang, le rejeton de la famille et qui semble avoir, pour l’Inter, une idée bien plus réaliste. Mais ce dernier reste discret en laissant l’ambition du club à Piero Ausilio, qui s’est montré l’un des plus ambitieux lors de l’arrivée du Suning." Résumons la situation "Nous sommes en pleine séance de régime : Un régime imposé par le Fair-Play-Financier qui découle de la gestion de Thohir lorsqu’il était Président. Malgré cet accord entre Thohir et l’UEFA, le Suning a ouvert son portefeuille en faisant confiance à Kia Joorabchan et en lui offrant une enveloppe de 80M€ pour prendre Gabriel, présenté comme le futur Ronaldo, ainsi que Joao Mario. 30% de cette somme est partie également dans l’extra-sportif, à travers des investissements, des intermédiaires et la preuve que notre propriétaire voulait investir de l’argent, tout en respectant les paramètres du Fair-Play-Financier." "De plus, le Suning a aussi dû faire face à l’une des plus graves crises récentes de l’Inter, avec le renvoi de Roberto Mancini, et l’arrivée de Frank De Boer. S’en est suivi une saison de disgrâce où le Suning a dû tout faire pour conserver son image intacte, vu le nombre important d’erreurs qui s’y sont déroulées, des erreurs inacceptables pour un club tel que le nôtre, même si nos tifosi ont fait part de leur soutien à notre extraordinaire propriétaire, qui est un monstre financier." Paroles, Paroles, Paroles "Depuis 2017, Steven Zhang est l’unique membre de la famille qui soit aussi proche de l’Inter, il ne parle pas encore l’italien, mais comprend parfaitement l’anglais. Son futur est promis de satisfaction, qui plus est, le Suning est très ambitieux. Beaucoup de paroles ont été dites pour prouver la solidité du Suning Group et beaucoup de monde y a cru, tout le monde même et ce jusqu’en juillet 2017. Dès le mois d’août, une fracture inattendue a fait irruption et s’est répercuté sur les actions de notre nouveau propriétaire." Pourquoi ce changement de cap ? "La réalité est que le gouvernement chinois a changé de stratégie sur les investissements à l’étranger. L’Inter est passée du rêve de recruter des grands joueurs à une cure d’austérité très dure, imposée par les décisions prises par le gouvernement chinois. Même Piero Ausilio se montre plus réaliste sur le présent, en ne s’exprimant pas sur le futur, mais en étant en étroite ligne avec la tendance générale du club et en suivant les résultats de l’équipe." "Notre propriétaire a clairement fait savoir qu’il ne fera aucun effort sur ce mercato, et ce afin de respecter le principe imposé par le Fair-Play-Financier. La seule solution pour l’Inter est de gérer ses dossiers sur base de prêt sec, pour les six mois restant. Pourquoi ? Parce que l’Inter est monitorée par l’UEFA." "L’année passée, l’Inter a terminé avec un exercice facturé à plus de 75M€, comparé à l’année précédente. Cette somme investie ne peut plus être déboursée actuellement. De plus sans stade, elle perd une partie importante de ses ressources financières. On ne sait pas de quoi l’avenir et fait et rien ne dit que dans un an et demi, l’Inter fera de nouveau d’importants investissements sur le Mercato." "Pour l’instant, elle doit vivre au jour le jour, en espérant atteindre la Ligue des Champions, car si elle rate à nouveau ce train, elle risque de venir, pour longtemps, un club qui ne visera que la quatrième, la cinquième, voir la sixième place en Série A, des ambitions indignes du rang de l’Inter." "L’Inter a d’autres ambitions, le Suning les connait et il faudra lui faire confiance.... Amala" ®Antony Gilles – Internazionale.fr