Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'ac milan'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, c’est une information de la Gazzetta Dello Sport : L’Inter se serait insérée dans la négociation entre le joueur turc et l’Ac Milan qui est en fin de contrat L’arrivée de Calhanoglu serait un"super coup" pour l’Inter tactiquement, mais également économiquement. Aucun cout pour le transfert et un salaire qui serait déjà "récupéré" via le prochain départ de Radja Nainggolan pour Cagliari: "Calhanoglu a toutes les caractéristiques pour être "L’opportunité" chère à la Direction Nerazzurra, contrainte lors des dernières saisons de mercato de réaliser un mercato de nécessité." Dans le cas ici présent, il ne serait pas nécessaire d’attendre le sacrifice d’un Top Player pour conclure l’opération, il s’agirait de colmater tout de suite le noyau, suite au drame dont a été victime Eriksen. Il s’agirait également d’un renfort important pour Simone Inzaghi Marotta et Ausilio sont en contact quotidien avec Simone Inzaghi, qui a besoin d’un milieu de terrain talentueux et imprévisible pour endosser le rôle que recouvrait Luis Alberto : "Celui d’un Mezzala de qualité tout en disposant d’une expérience internationale prête à satisfaire la Lula. Calha a énormément grandi avec Pioli, il a retrouvé ses certitudes et son instinct de champions qui avait enchanté le club de Leverkusen en Allemagne." Hakan est en pleine maturité footballistique, et à ce point, l’Inter est disposé à lui offrir un contrat de Top Player: "Peut-être le plus important de sa carrière." Le saviez-vous ? Le Milan Ac propose un salaire de 4 millions d’euros à son milieu de terrain, alors que le joueur en exige 5. L’Inter est disposée à le satisfaire à hauteur de 5 millions d’euros L’information ci-dessous est à prendre avec des pincettes, car selon le Corriere Dello Sport, le club d’Al-Duhail, équipe évoluant à Doha, aurait proposé un salaire de 8 millions d’euros net. Si la priorité est que Christian Eriksen soit sain et sauf, son avenir à l’Inter est plus qu’incertain. Partant de ce constat, jugez-vous intéressant l’arrivée d’Hakan à l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Champion d’Italie avec l’Inter, Lautaro Martinez a décidé de se donner corps et âme pour son équipe nationale qui est engagée dans trois matchs de qualification pour le Mondial 2022 et pour la Copa America. Son interview à la Nacion Nina, sa Fille "Je sais que si tout va bien pour l'équipe nationale, je ne la verrais pas durant un mois et demi. Au début, c’est quelque chose qui m’a rendu un peu triste, c’était difficile à accepter, mais ma famille sait ce que représente le pays et c’est ce que j’aime faire." "Cela faisait depuis plus d’un an et demi que je ne pouvais plus venir à Bahia Blanca, qui est mon endroit, là où je respire, où je reprends de l’énergie, où je suis avec mes amis. J'ai dit à Agustina, entre sérieux et plaisanterie, que nous irons vivre à Bahia Blanca, c’est la meilleure place du monde pour moi." Les heures qui l’ont précédé de la paternité "Cette nuit-là, je n’ai pas su fermer l’œil de la nuit car la petite a aussi dû rester en couveuse, j’ai aussi dû, le lendemain, aller m’entrainer car nous devions disputer la première demi-finale face à la Juve, à domicile. Imaginez… ma fille était née, j’avais terminé l’entrainement de l’après-midi pour ensuite rentrer à la maison car il ne pouvait y avoir qu’une seule personne à l’Hôpital et qu’il y avait déjà la maman d’Agustina. J’ai dû passer ma première nuit, loin d’elle, je l’avais serré dans mes bras, mais elle était sous oxygène, c’était un sentiment horrible." Nouvelle vision de la vie "Toute ma vie a changé. J’ai changé ma façon de voir les choses, et pas seulement à la maison. Cela m’a fait murir, je repense à chaque chose deux ou trois fois, je suis beaucoup plus calme. Cela se voit aussi sur le terrain, je sautais plus rapidement les matchs avant car j’étais souvent avertis pour protestation." "Nina m’a apporté de la tranquillité. A l’Inter, on m’a dit que l’on avait compris que j’étais devenu différent, plus impliqué dans le groupe, plus un leader, là aussi je sens que j’ai beaucoup muri." Son arrivée à l’Inter "Lorsque l’Inter s’est présenté, le Directeur Sportif est venu me trouver à Buenos Aires. Dans nos échanges, je lui ai demandé si le numéro 10 était libre. Il m’a dit, bien bien, nous verrons. Lorsque je suis allé à Milan pour signer le contrat, il me l’a demandé à nouveau et j’ai insisté pour le numéro 10." "Il m’a dit : Attention, le numéro 10 a été porté par Ronaldo, Baggio, Sneijder, … Je lui ai dit que j’en avais conscience et que j’aimais ce défi. J’ai signé et fait la photo avec le numéro 10." Une première saison cauchemardesque "Cela m’a choqué, fait mal : je suis passé du Racing où les supporters scandaient mon nom lorsque je marquais et où j’étais titulaire, à un nouveau pays, un nouveau club et une nouvelle langue. Je savais que j’allais devoir m’adapter, mais je ne pensais pas que ce serait si dur." "Après trois mois, j’avais dit que je voulais partir, je ne voulais plus rien savoir. Personne n’aurait pu me supporter. Parfois, je prenais ma voiture et je partais faire un tour seul. J’étais fou, je ne pensais à rien. Puis, il y a eu un changement." Agustina, le "coup de main" du Clan Icardi ? "Mauro m’a donné un gigantesque coup de main durant cette période et je le remercierai toujours pour ça. Je suis très fier que cette première année m’ait été utile dans l’apprentissage." "Lors de ma seconde saison, j’ai joué beaucoup plus, les choses avaient changé et cette année, j’ai joué encore plus. Lorsque je suis reparti pour l’Argentine, j’étais pleinement satisfait et heureux. J’ai joué les 38 matchs sur les 38 disponibles en Serie A, les 6 sur 6 en Ligue des Champions et les 4 sur 4 en Coupe d’Italie." "J’ai aussi remporté le championnat, c’est mon premier titre professionnel. Il est arrivé trois mois après la naissance de Nina, Cette victoire a une saveur particulière." Parler l’italien "Oui, je le parle très souvent, j’aime bien. Quand je le sens, je le parle, je l’ai fait avant la rencontre face au Milan, que nous avions remporté 3-0. J’ai fait un discours devant le groupe, je sentais que c'était le moment. Parfois, lorsque je rentre à la maison, je parle en italien avec Agustina, je suis habitué à le faire tous les jours en club et elle rit. J’ai aussi eu le cas de parler en visioconférence avec ma mère en Italie et elle me disait : "Qu’est-ce que tu dis ?"." La Lula "Ici, j'ai fait la découverte du Monde. J'ai des équipiers anglais, croates, slovènes, slovaques, chiliens, uruguayen... Et un belge qui parle six ou sept langues avec une facilité déconcertante. Nous avons des histoires d'enfance assez similaires, nous faisons preuve d'une parfaite cohésion, et cela se voit aussi sur le terrain. Il ne faut jamais le mettre en colère : vous avez déjà vu le physique qu'il a !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Le geste réalisé par l’équipe de Claudio Ranieri est un geste de grand seigneur : La Haie d’Honneur façon britannique. Mais est-ce que les rivaux historiques agiront de la sorte ? Révélation de la Gazzetta Dello Sport L’Inter va jouer à domicile, à trois journées de la fin face à la Roma et lors de la dernière journée face à l’Udinese, mais samedi prochain, elle va se présenter à Turin face à l’archi-rival : Juve-Inter sera bien plus encore électrique vu ce qu’il s’est passé lors de la dernière confrontation en date, en Coupe d’Italie, marquée par des insultes en provenance des tribunes et des doigts d’honneurs sur le terrain. Sur la possibilité d’une nouvelle Haie d’honneur, les deux groupes de tifosi s’opposent : Les Nerazzurri, espiègles et vicieux en exigerait la présence au Stadium, en se basant sur le fait que l’Inter, en décembre 2007, avait accueilli les néo-champions du Monde de l’Ac Milan de la sorte avant le Derby Les bianconeri, de leur côtés, ont déjà savoir que le Club a officiellement complimenté les rivaux à travers le compte social du Président Agnelli All hail to the king au Stadium? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. AFP - L'UEFA a annoncé vendredi toute une série de sanctions, notamment financières, à l'encontre de neuf des douze clubs à l'origine du projet avorté de Super Ligue, après un accord avec ces derniers qui "s'excusent" et reconnaissent "une erreur". Ces neuf écuries, les plus promptes à s'être désolidarisées du projet de compétition privée dissidente de la Ligue des champions, devront notamment renoncer à 5% des revenus qu'ils devaient obtenir lors des compétitions européennes pour une saison. Le cas des trois autres clubs (Juventus Turin, Real Madrid, Barcelone), qui "refusent de renoncer" à la Super Ligue et risquent des sanctions plus lourdes, sera étudié prochainement par les instances disciplinaires de l'UEFA, a annoncé la confédération européenne. "En acceptant leurs engagements et leur volonté de réparer le trouble qu'ils ont causé, l'UEFA veut mettre ce chapitre derrière elle et avancer dans un esprit positif", a souligné le président de l'instance Aleksander Ceferin, dans un communiqué, insistant sur le fait que "la même chose ne peut pas être dite pour les (trois) clubs qui restent engagés dans la dénommée +Super Ligue+", des cas que "l'UEFA gèrera en conséquence". Les neuf clubs ayant renoncé au projet - Tottenham, Arsenal, Manchester City, Manchester United, Chelsea, Liverpool, Atlético Madrid, Inter Milan, AC Milan - ont accepté toute une série de "mesures de réintégration". En plus de renoncer à 5% des revenus de compétition UEFA pendant une saison, ils verseront 15 millions d'euros transformés en donation à des "communautés locales" du football européen, s'engagent à participer aux compétitions UEFA pour lesquelles ils se qualifient et s'engagent également à verser une amende de 100 M EUR s'ils cherchent à disputer un jour une compétition "non-autorisée". Ils vont par ailleurs rejoindre l'Association européenne des clubs (ECA), qu'ils avaient quittée au moment de leur fronde. Il s'agit là des premières sanctions officielles contre les clubs sécessionnistes, qui ont enflammé le football européen le 19 avril en lançant leur projet de Ligue quasi-fermée, avant de se raviser deux jours plus tard pour la plupart d'entre eux, face au tollé international et à la fronde des supporters. © 2021 AFP
  5. Belga - Le clash accompagné d’insultes qui avait opposé Romelu Lukaku à Zlatan Ibrahimovic lors d’un match de Coupe d’Italie entre l’Inter et l’AC Milan, en janvier, s’est soldé lundi par des amendes légères pour les deux joueurs et leurs clubs. "Amende de 4.000 euros pour Ibrahimovic, 3.000 euros pour Lukaku, 2.000 euros pour Milan et 1.250 euros pour l’Inter", telles sont les sanctions annoncées par la Fédération italienne au terme d’un accord conclu avec les intéressés. La Fédération italienne, après une enquête ouverte début février, a retenu un "comportement antisportif avec des phrases provocantes" des deux joueurs tout en retenant également "une responsabilité objective" de leurs clubs. Lors du quart de finale de Coupe d’Italie remporté par l’Inter (2-1), le 26 janvier, Ibrahimovic et Lukaku s’étaient très vivement opposés juste avant la mi-temps, se retrouvant tête contre tête. Parmi les nombreuses insultes échangées entre les deux joueurs, le Suédois avait notamment été accusé de faire référence aux origines congolaises de l’international belge, en évoquant des croyances vaudoues. « Ibra » s’était défendu le lendemain en assurant « qu’il n’y a(vait) pas de place pour le racisme dans le monde de Zlatan ». Un motif qui n’a pas été retenu par la Fédération au terme de l’enquête. ®Belga
  6. S’agit-il d’un indice, d’une erreur ou d’une simple volonté de différencier les images de l’Inter et du Milan ? En effet, sur le site de la Super League Européenne, on retrouve l'Ac Milan avec le Giuseppe Meazza Mais concernant l’Inter, si celle-ci est présentée avec sa nouvelle armoirie, elle est également présentée avec son nouveau stade. En effet, il est particulier de voir que le stade inséré dans la photo est celui du Projet Populous alors que celui-ci n’est pas encore déclaré vainqueur face au projet de Manica. Selon nos confères de Fcinter1908.it, Populous est nettement favori à la victoire finale…. Pensez-vous qu’il puisse s’agir d’une "simple" erreur ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. En cette fin de saison, Steven Zhang aura fort à faire. Après avoir remué ciel et terre pour conserver son poste, il devra acter la question relative au futur sponsor maillot. Le tout sans oublier que des dossiers sont déjà sur la table : La prolongation de plusieurs personnalités importantes du noyau interiste Lautaro Martinez Selon Gianluca Di Marzio, ce sera le jouer lui-même qui va négocier son contrat à la suite du renvoi de ses agents : "Il y a l’accord pour prolonger, même s’il a remercié ses agents ces derniers jours : L’Intention de l’Inter est d’aller de l’avant. Avec l’arrivée de Zhang, nous allons passer à la partie formelle de ce qui avait été définie dans l’accord établi en janvier." Marcelo Brozovic Selon la Gazzetta Dello Sport, le meneur de jeu interiste a remercié son agent Miroslav Bicanic, qui lui avait permis de signer à l’Inter. Epic Brozo va confier ses intérêt à Ivan Brozovic, son père, et à une équipe en qui il a confiance pour prolonger son contrat qui sera à échéance le 30 juin 2022. C’est un fait que le contrat actuel est caduc, Marcelo percevant depuis un peu plus de six ans 3,5 millions d’euros. Il est dès lors normal qu’il soit revu. Danilone L’ancien défenseur du Torino sera libre de tout contrat au 30 juin de cette année. Toutefois, même s’il a été approché par l’Ac Milan, le Club aurait décidé de le conserver. Comme le révèle calciomercato.com, "L’Inter connait bien l’importance de D’Ambrosio sur le terrain et dans le vestiaire, à tel point que les dirigeants n’ont aucun doute sur son futur et, à la fin de la saison, lorsque la situation sociétale sera plus sereine, le club fera usage d’une clause présente dans le contrat pour le prolonger jusqu’en 2022 : D’Ambrosio-Inter continueront à aller ensemble de l’avant." Antonio Conte Le natif de Lecce devrait prolonger l’aventure Nerazzurra comme le révèle TuttoMercatoWeb : "La thématique Conte est très chaude, l’entraineur guide l’équipe vers la Victoire d’un Scudetto qui manque depuis 11 ans. La volonté est celle de penser à un projet bien plus long sur la durée que celui existant. Conte a un contrat qui viendra à échéance en juin 2022, et l’idée actuelle est de prolonger le mariage. Tout dépendra du club et des possibilités qui lui seront offertes du point de vue technique: Il y a de la satisfaction à la suite du travail réalisé par l’entraineur." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l'excellent article réalisé par Amaury Detroz paru sur le site internet de Rtl-Sport Romelu Lukaku termine sa deuxième saison du côté de l'Inter Milan. L'attaquant se sent comme un poisson dans l'eau en Italie où il pointe à la 2e du classement des buteurs derrière Cristiano Ronaldo. Le Belge n'a pas seulement amélioré son compteur de but personnel, il est aussi devenu une véritable machine marketing, comme le révèle des chiffres publiés par l'Inter et repris par la Gazzetta dello Sport. Romelu Lukaku va plus que probablement remporter le championnat avec son équipe de l'Inter Milan. Les Nerazzurri sont premier au classement de Série A avec 11 points d'avance sur son dauphin et voisin l'AC Milan. En plus de la joie en perspective de remporter son premier Scudetto, notre buteur national peut se réjouir d'avoir parfaitement réussi son intégration italienne. Le club Lombard a publié quelques chiffres concernant sa paire Romelu Lukaku-Lautaro Martinez, surnommée LuLa. Ces chiffres ont été repris par la Gazzetta dello Sport. Augmentation de 179% Il n'y a pas que sur le terrain que les deux attaquants font des étincelles. Depuis qu'ils ont rejoint l'Inter, les artilleurs interistes ont vu leur nombre d'abonnés sur les réseaux sociaux exploser. En prenant en compte les profils Instagram et Facebook de l'Argentin (qui n'est pas sur Twitter) du 1er juillet 2019 à aujourd'hui, nous constatons que l'augmentation était respectivement de 147% et 465%. Lukaku, dont la Gazzetta rappelle qu'il est souvent impliqué dans des émissions en direct impliquant des fans du monde entier, déplace des chiffres beaucoup plus élevés et son augmentation depuis qu'il a rejoint l'Inter s'élève à 17-25%, mais pour Facebook, elle atteint 179%. Il compte actuellement 6,5 millions abonnés sur Instagram, plus de 8 millions sur Facebook et 2,2 millions sur Twitter. Une agence pour gérer son image L'attaquant belge est une véritable marque à lui seul. A tel point qu'il laisse la société Rock Nation s'occupe de ses droits d'image. Si l'Inter peut évidemment utiliser son joueur dans ses spots de pub, les marques qui voudraient faire un partenariat avec l'ancien joueur d'Anderlecht doivent passer par Rock Nation. Depuis son arrivée en Italie, Big Rom a déjà signé des partenariats avec des marques prestigieuses comme Versace, Maserati et Sony-PS5. Il n'y a pas que les marques qui soient fans de notre attaquant. Les supporters de l'Inter l'ont totalement adopté aussi. Le duo LuLa (36 buts à eux deux en 29 matchs), représente un tiers des demandes de flocage de maillot du club. Lukaku étant le nom le plus plébiscité sur les maillots noir et bleu. ®Amaury Detroz - RTLSPORT.BE
  9. En effet, l’Ac Milan et le Fc Internazionale se sont unis pour représenter encore plus les valeurs authentiques du sport. Les deux clubs ont déjà stigmatisé la rixe qui a eu lieu entre leurs joueurs respectifs : Zlatan Ibrahimovic et Romelu Lukaku, le 26 janvier 2021 en Coupe d’Italie, en retenant que cette dernière ne représentait aucune consonnance relative aux principes fondamentaux partagé par le Fair-Play sportif. Dans cet état d’esprit de cohérence, l’Ac Milan et le FC Internazionale Milano se sont engagés à reverser à une œuvre de bienfaisance l’intégralité de la sanction financière à devoir conformément à l’article 126 CGS FIGC. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, avec la défaite de l’Ac Milan ce week-end, la véritable Anti-Inter se nomme la Juventus selon la presse transalpine. En effet, les Bianconieri, éliminé de la Ligue des Champions, comptent tout faire pour parvenir à s’offrir un dixième Scudetto de suite Cette situation présente quelques similitudes avec le passé : Antonio Conte avait repris en main une Juventus aux abois, avec une équipe interiste qui venait de remporter 5 Scudetti de suite et de réaliser le Triplé. Avec le titre du Milan en 2011 qui a suivi, il y avait donc une forte empreinte milanaise en Serie A. Par la suite, Antonio Conte à semer la tyrannie avec la Juventus en lui permettant de s’offrir trois Scudetti de suite. Et si Massimiliano Allegri a réalisé un quintuplé en Italie, les bases ont été posées par le natif de Lecce. Cette tyrannie semble prendre fin et celui qui est l’instigateur de cette révolte est à nouveau Antonio Conte, lui qui en une saison et demie a permis à la Beneamata de s’offrir une Finale de Coupe d’Europe, lui qui a su se rapprocher de son ancien monstre, il y a un an Révélation de la Répubblica "L’illusion du déclin de la tyrannie de la Juventus secoue la Serie A et aurait dû offrir un nouvel équilibre, mais celui-ci n’est pas nuancé, vu la marche triomphale des nouveaux patrons. Pour résumer, le nom du Tyran a changé et les comptes font état qu’il ne manque que 9 victoires mathématiquement, en prenant en compte que la Juventus remporte tout ses matchs, pour qu’il reste en place d’ici à la fin de la saison." "La moyenne actuelle proposée par les Nerazzurri est de 2,4points/match et si elle parvient à la conserver, cela reviendrait à dépasser le palier des 91 points. En remportant tous ses matchs, la Juve arriverait au maximum à 91 points et le milan à 89 points. Sur son calendrier, l’Inter doit faire face à deux concurrent direct :Le Napoli et l’équipe de Pirlo, à l’avant-dernière journée de la saison." Un rythme diabolique "L’Inter est une équipe qui a su résoudre ses problèmes en octobre, lorsque l’expérience du Trequartiste avait amené à 3 matchs nuls et une défaites et 11 buts encaissé en 7 journées. A ce moment-là, l’équipe de Conte était sixième." "A partir de là, l’entraineur a revu la façon dont il fallait jouer. Il a donné, à l’équipe, une base prudente qui lui a permis de semer la révolte en championnat. Le déclic a eu lieu face au Torino, lors du match aller. Les Nerazzurri étaient en train de perdre ce match 0-2, mais ils ont finalement réussi à l’emporter sur un 4-2." Le nouveau visage de l’Inter "Elle a pris 14 points à l’Atalanta et au Milan, 17 à la Roma, 18 au Napoli et 29 au Sassuolo, en proposant une domination similaire à celle de l’ère juventine. Les Bianconeri sont les seuls à avoir su tenir la distance, alors que l’Ac Milan, qui dispose d’un noyau bien plus faible a fini par être délogé suite à des blessures et la fatigue des matchs européens." L’Inter a son sort entre ses mains "Le ballon est désormais entre les mains des Nerazzurri et Conte devra démontrer qu’il a changé le visage de sa propre équipe : Elle devra s’accrocher, se battre contre elle-même, gérer son avance, ne pas se planter et ne pas se laisser prendre par une crise d’angoisse ou craquer sous la pression." "L’entraineur Nerazzurro sait que tout devra être parfait et son histoire personnelle nous révèle que lorsqu’il n’a plus que le championnat à disputer, il arrive à exploiter le meilleur de ses équipes. C’est le Secret de Conte: il sait atteindre la perfection lorsqu’il n’y a plus de Coupe au milieu du chemin : C’est son histoire." "L’année dernière, la formation Nerazzurra guidée par Antonio Conte était arrivé à un point de la Juventus au terme d’un championnat étrange. Cette année, se terminera comme l’une des plus particulières de la Serie A, mais Conte aura brisé l’hégémonie Bianconera." "Tout est parti de la confrontation directe du 8 mars 2020 face aux Bianconeri. A la veille du Lockdown, l’Inter s’était inclinée 2-0. Depuis lors, l’Inter a engrangé 18 points de plus que la Juve. Et Conte espère que l’addition se paiera à la fin." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Selon les médias italiens, l'Inter et l'AC Milan devraient recevoir un coup de pouce dans leurs projets de construction d'un nouveau San Siro. Dans son édition imprimée, Tuttosport rapporte que les élections municipales de Milan seront certainement reportées du printemps à octobre, ce qui pourrait accélérer les démarches pour les deux clubs. Le Maire de la ville, Beppe Sala, a tenté d’éviter de faire d’autres annonces sur le projet ces derniers temps, car il était considéré comme une «patate chaude» politique pendant la campagne électorale. Le retard des élections, cependant, pourrait conduire le conseil à passer à autre chose et à rendre un verdict sur l’intérêt public quant au projet de l’Inter et de l’AC Milan, ce pour quoi les deux clubs attendent une réponse. Tuttosport a déclaré que l'Inter et l'AC Milan avaient récemment soumis une nouvelle documentation au conseil concernant les espaces autour de leur nouveau stade qui ne seront pas accessibles au public. Les clubs ont également donné aux autorités locales de plus amples détails sur leurs plans économique et financier. Le rapport a ajouté qu'entre-temps, 280 millions d'euros, sur les 1,9 milliard d'euros de Suning levés grâce à la vente de près d'un quart de Suning.com, iront à Suning Holdings, la société qui détient l'Inter. À condition que le gouvernement chinois n'impose plus de restrictions, cela peut aider l'Inter à résoudre ses problèmes de liquidité. ®Oxyred – Internazionale.fr
  12. Leader depuis le weekend dernier, il fallait confirmer ce statut contre l'AC Milan, dauphin au classement. Dans ce derby très attendu, peu d'absents de marque, seul Bennacer manque à l'appel. De chaque côté les titulaires sont bien là et prêts à s'affronter. La température a monté crescendo ces dernières heures et il ne fallait pas être en retard cet après-midi. Au départ de l'action, Handanovic relance vite le cuir. Hakimi met sur orbite lance Lukaku sur le côté droit qui prend de vitesse Romagnoli. Sa première tentative de centre est contré, il temporise, feinte Kessié et adresse un centre parfait sur Lautaro. L'argentin fusille à bout portant Donnarumma d'une tête puissante (4' 0-1). L'AC Milan se signale timidement par l'incontournable Ibrahimovic mais nous monopolisons le ballon en continuant de faire pression sur le but adverse. Lukaku est proche de marquer (21') puis de reprendre un excellent centre de Perisic mais le belge est trop court (37'). Nous laissons ensuite le jeu au Milan qui n'en demandait pas tant. Après un mauvais dégagement de Bastoni, Hernandez est tout proche de trouver le cadre. Nous réagissons par l'intermédiaire de Perisic, très en jambe, qui se joue de Calabria et oblige Donnarumma a un splendide arrêt. Dans la foulée de celui-ci Lautaro ne peut reprendre proprement malheureusement. Enfin, Skriniar voit sa tête frôler le cadre juste avant le retour des vestiaires, au calme cette fois-ci, sans altercations. Le début de seconde période est identique de notre part, avec une énorme passivité en défense. Sur corner de Calhanoglu, Ibrahimovic a toute la latitude pour placer une tête qui semble imparable, mais Handanovic est à la parade. Dix secondes plus tard le suédois remet le couvert, de la tête cette fois, mais Batmanovic sort sa tentative d'une manchette réflexe sur sa ligne. Nous buvons totalement la tasse en défense avec cette fois Tonali qui frappe puissamment, mais notre portier la détourne en corner de manière spectaculaire. Trois énormes arrêts en deux minutes qui donnent le signal à l'équipe entière de se ressaisir. Et c'est vite entendu puisque qu'à la 57', Lautaro Martinez est à la réception d'un très beau mouvement de balle collectif démarré dans notre surface, bien mené par Hakimi, poursuivi par Eriksen et Perisic (0-2). Nous continuons sur notre lancée. Lukaku, bien lancé par Barella, feinte et revient sur son pied gauche pour tirer mais Donnarumma est bien présent. Ce n'est qu'une question de temps pour le belge. Trois minutes après il est à la réception d'un ballon dans le rond central. Il a l'option Hakimi à sa droite ou l'option droit au but. Il choisit la seconde, emmène la défense avec lui et frappe à l'entrée de la surface, alors en pleine course. Donnarumma ne peut atteindre la balle au ras du poteau (63' 0-3). Milan tente mais n'y arrive pas du tout. Ils sont impuissants. Eriksen et Barella sont proches de planter le quatrième mais manquent le cadre. Les changements s'opèrent et le jeu se tasse sur ce dernier quart d'heure. Dans les arrêts de jeu Handanovic tient à rendre une copie parfaite, en détournant les tentatives de Rebic et Meite. Fin de la rencontre. La Primavera avait donné le ton il y a quelques jours en gagnant elle aussi 3-0, les pros ont répondu parfaitement aussi. Un score large oui, mais qui ne doit pas occulter les deux minutes décisives avec les arrêts d'Handanovic, alors à 0-1. Nous avons un écart de quatre points sur nos adversaires du jour, de quoi passer une semaine sereine avant d'affronter le Genoa dimanche prochain. Résumé vidéo AC Milan 0-3 Inter Buteurs: Lautaro 5' & 57' et 66' Lukaku AC Milan: G. Donnarumma ; Calabria, Kjaer, Romagnoli, Hernandez ; Kessie, Tonali (Meite 67') ; Saelemaekers (Leao 67'), Calhanoglu, Rebic ; Ibrahimovic (Castillejo 75') Remplaçants: Tatarusanu, A. Donnarumma, Dalot, Castillejo, Hauge, Leao, Meité, Kalulu, Diaz, Tomori, Krunic, Gabbia Entraineur: Stefano Pioli Inter: Handanovic ; Skriniar, de Vrij, Bastoni ; Hakimi (Young 83'), Barella (Vidal 86'), Brozovic, Eriksen (Gagliardini 78'), Perisic (Darmian 78') ; Lukaku, Lautaro (Sanchez 79') Remplaçants: Padelli, Radu, Gagliardini, Sanchez, Vecino, Kolarov, Ranocchia, Young, Vdal, D'Ambrosio, Darmian, Pinamonti Entraineur: Antonio Conte Avertis: Hakimi ; Kjaer, Saelemaekers Arbitre: Doveri - VAR: Mariani ®gladis32 - internazionale.fr
  13. Remarquable en 2000 avec le but victorieux et réitérant la performance l'année suivante, Luigi Di Biagio connait bien l'importance d'un derby milanais. Pour Tuttosport il revient sur le passé et en tant qu'ancien sélectionneur des jeunes de la sélection italienne, il donne son avis sur la colonie italienne au sein de l'Inter. "Oui je me souviens de ces matchs grâce aux plaisirs ressentis avec ces buts. Cependant je dois dire que le derby de 2002 où nous avons gagné 1-0 grâce à Vieri, après une belle action orchestrée par Ventola, mérite d'être mentionné en raison de l'importance de cette rencontre. Nous voulions gagner à tout prix." Quel est votre meilleur souvenir ? "Je suis arrivé à Milan le vendredi et j'ai fait mes débuts du dimanche, pour une vingtaine de minutes de jeu contre l'Hellas Vérone. Je suis entré sur le terrain et au premier ballon j'ai lancé Vieri pour le 3-0. Tout le stade s'est levé et un chant qui m'était dédié est naturellement parti des tribunes. Une relation incroyable est née avec les tifosi de l'Inter, quelque chose que je porterai toujours en moi. Il y a aussi d'autres buts importants et des déceptions bien sûr, comme d'être si proche de tout gagner." Abordons le derby de dimanche : "Enfin un derby où se joue le Scudetto. Au début de la saison je ne pensais pas que le Milan pouvait faire aussi bien. Même s'ils ont un coup de moins bon c'est toujours une excellente équipe. Nous verrons un grand match. Alors oui « le championnat est long » est souvent répété mais une éventuelle victoire de l'Inter, peut être avec deux buts de différence car c'est important pour les affrontements directs, donnerait un bon virage au championnat. Ce serait un gros coup." Que pensez-vous de Barella et Gagliardini ? "Les deux représentent le prototype du football moderne, ils savent tout faire. Ils s'intègrent au milieu et possèdent une intelligence tactique. Aujourd'hui nous parlons plus de Barella mais n'oublions pas que lorsque Gagliardini a signé, l'Inter semblait avoir les meilleurs milieux d'Italie. C'est toujours un excellent élément. Barella est-il le meilleur italien ? Pour ce qu'il montre actuellement oui. Il devra confirmer mais il triomphera certainement. Je connais le garçon et son désir de réussir, certainement parmi les joueurs les plus forts de Serie A." Un commentaire sur Bastoni ? "Alessandro est fantastique. A 18 ans il était déjà dans la sélection des moins de 21 ans. Je l'avais même appelé pour un stage avec les seniors quand j'étais entraineur par intérim. Je n'ai jamais eu de doutes sur lui. Il est prédestiné." Federico Dimarco fait l'actualité en ce moment : "Il avait besoin de temps et de certitudes. Il explosait à Parme quand est venue sa blessure. Malgré tout je l'avais appelé en championnat d'Europe alors qu'il avait très peu joué. Regardez comment il frappe. Federico comprend les trajectoires de jeu comme peu d'autres. Un arrière avec ses caractéristiques n'a pas été très bien accueilli en Italie, contrairement à l'Espagne. Je suis heureux que la vision de ce type de joueurs change. Il appartient toujours à l'Inter d'ailleurs." ®gladis32 - internazionale.fr
  14. Giulio Maggiore est le symbole de ce qu’est Spezia, club dans lequel il a grandi : Des jeunes à la Serie A, en passant par la Serie B. Et ll s’est toujours montré protagoniste. Son dernier fait d’arme ? L’ouverture du score qui a précipité la Chute de l’Ac Milan! Révélation de Fan Page.It A noter que cette interview a eu lieu la veille d’Inter-Lazio ! Ce but face à l’Ac Milan a une saveur particulière pour celui qui est aussi tifoso de l’Inter. Aujourd’hui professionnel, il se définit comme un "sympathisant". Mais ce but, et la façon dont il a été inscrit, a été réellement spécial pour lui "Je continue à être un sympathisant de l’Inter. J’en suis tifoso depuis tout petit, je me souviens du Triplé. Cette victoire est objectivement importante pour nous et nous verrons si elle le sera aussi, importante, pour l’Inter demain." L’histoire de Maggiore est curieuse et intéressante, car elle présente d’autres liens avec l’AC Milan. Enfant, lors d’un test pour les Rossoneri, il s’est présenté avec une serviette de bain de l’Inter "J’avais cette serviette blanche avec la Blason de l’Inter, mais je n’ yavais pas prêté attention. Je suis allé au test et ils m’ont dit : "On t’aime bien, mais la prochaine fois, évite d'apporter cette serviette de l’Inter." Le Milan convaincu avait décidé de miser sur le jeune Maggiore, vu son évident talent, celui qui lui a permis d’emmener Spezia en Serie A. Mais l’aventure fut de courte durée, comme cela arrive souvent chez les jeunes "Je n'ai aucun regret. Spezia m'a immédiatement très bien accueilli, tout de suite: C'est ma ville, je suis fier de faire partie du club et d’être monté en Serie A. Le passé est le passé, je n'ai aucun regret et je pense au présent." Avec une petite cartouche qui a tout de même fait plaisir ce week-end ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Marcelo Brozovic s’est une nouvelle fois mis en valeur lors de l’affiche de la dernière journée de Serie A qui mettait aux prises, l’Inter face à la Lazio de Rome. Véritable architecte de l’Inter, Brozovic a parcouru 14,058 km comme le retranscrit le site officiel de la Serie A. Ce rendement impressionnant n’est pas unique chez le croate qui, déjà face à la Fiorentina, avait également parcouru 13,309km. Marcelo Brozovic a disputé 28 matches toutes compétitions confondues pour l'Inter cette saison, il est l’auteur d’un but et de sept passes décisives, son Inter. Sous le commandement de Conte, l'Inter est, pour la première fois, en tête de la Serie A avant de disputer le Derby Della Madonnina, ce dimanche à 15h00, face à l’Ac Milan, actuel second Pensez-vous que le Leadership de l’Inter trouve son origine dans retour en forme de Marcelo Brozovic ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Selon Gazzetta.it, la BC Partners a vu sa folie des grandeurs se redimensionner, elle qui en a terminé avec l’analyse des comptes de l’Inter compte formuler une offre à Suning. En effet, en ce début d'après-midi, la Gazzetta.it s'était penchée sur le sujet Entre l’offre et la demande, BC Partners est très loin de répondre à la demande du Suning en vue de la cession de la majorité des actions, soit 750 millions d’euros, dettes incluses. Qui plus est, les parties semblent encore plus éloignée étant donné que le Club n’est pas côté en bourse, l’évaluation des actions Nerazzurre est donc extrêmement difficile A la base, l’idée originel de Suning était de renégocier le bon de 350 millions d’euros qui échuera en 2022 en décidant de céder éventuellement les 31,05% d’action en possession de la LionRock Capital. Dans ce scénario, Bc Partners devrait laisser aux commandes l’actuel propriétaire du club tout en investissant d’importantes sommes d’argent : Un scénario très difficile à accepter pour le Fond d’investissement L’hypothèse voit toujours Bc Partners prendre le contrôle de l’Inter dans l’alternative où il devra octroyer un prêt à Suning qui lui permettrait de garantir aux clubs les liquidités nécessaire afin de faire face aux dépenses courantes, Suning en ressortirait comme un actionnaire majoritaire conditionné. Pourquoi conditionné ? Si Suning ne venait pas à se montrer capable de rembourser son emprunt, à l’instar de l’Ac Milan, Bc Partners prendrait automatiquement le contrôle de l’Inter. Reste toutefois en suspens la question du management décisionnel et de la gestion du club. Cette opération pourrait également ne pas convenir à Bc Partners. Comme le réfère Gazzetta.it, un des points crucial de la négociation sera le taux d’intérêt que devra percevoir le fond d’investissement en cas de prêt accordé à Suning. Le Colosse pourrait imposer des lignes budgétaire en vue d’une réévaluation du club, en plaçant des pare-feu en interne dans laquelle la propriété actuelle se devrait d’agir: "Dans les prochains jours, on saura s’il est possible de voir la négociation se conclure avec Bc Partners ou Rothschild s’ouvrira à d’autres fonds." La réalité est tout autre: NON DU SUNING L'information vient de tomber chez nos collègues de Fcinter1908.it: 'Le Dialogue avec la BC Partners s'est intérrompu il y a déjà 10 jours, il n’y a jamais eu de conditions pour lpoursuivre les négociations sur la recherche d’un investisseur Inter. Des sources proches de Suning ont fait état à l’ANSA de l’évolution de l’affaire des Nerazzurri. La recherche se poursuit – ajoutent les sources – par le biais d'échanges avec d’autres fonds internationaux importants: " BC Partners ne rejoindra pas le club Nerazzurro, l'écart entre l'offre et la demande étant bien trop important trop large sur la distance sur l’évaluation." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. ®RTL-SPORT.BE - L'AC Milan et l'Inter Milan s'affrontaient en quart de finale de la Coupe d’Italie mardi soir, et la fin de la première mi-temps a été marquée par un gros clash entre Romelu Lukaku et Zlatan Ibrahimovic. Après une faute de Romagnoli, l'attaquant des Diables Rouges s'est énervé, et le Suédois de 38 ans a décidé de s'en mêler. Les deux joueurs, qui ont évolué ensemble sous le maillot de Manchester United, se sont alors retrouvés tête contre tête. Pour calmer les choses, l'arbitre leur a mis une carte jaune chacun. Lukaku, qui était furieux contre Ibra, est revenu à la charge au moment de rejoindre les vestiaires pour la mi-temps. Le Belge lui a lancé plusieurs insultes, devant même être retenu par un membre du staff afin d'éviter que la situation dégénère. En fin de vidéo, on peut l'entendre dire "Tu veux parler de ma mère?!", en anglais et en italien, et lui balancer "Fils de p*te", en français. Zlatan aurait-il insulté la maman de Romelu? Serait-ce cela le point de départ de l'altercation entre les deux attaquants? La presse italienne est revenue en détails mercredi sur la vive altercation entre Romelu Lukaku et Zlatan Ibrahimovic mardi soir lors du derby Inter-Milan. Mais la presse italienne a pour sa part regretté un "mauvais spectacle qui a gâché un beau match" (La Repubblica). "Un but chacun, un mauvais sketch pour tous", a renchéri le Corriere della Sera. Le Corriere dello Sport évoque une "honte". "Le terrain est un ring", abonde la Gazzetta dello Sport qui évoque des "insultes racistes". Selon le quotidien sportif milanais, Ibrahimovic s'est excusé auprès de ses partenaires pour son exclusion, mais a assuré ne pas avoir utilisé de termes racistes à l'encontre de Lukaku. Voici ce qu'ils se sont vraiment dit D'après La Gazzetta dello Sport, Zlatan aurait effectivement évoqué la maman de Lukaku ainsi que leurs... rites vaudous. Cette histoire de vaudou remonte à 2018. Dans les colonnes du quotidien britannique The Guardian, Farhad Moshiri, le propriétaire d'Everton, était revenu sur le transfert du Diable Rouge à Manchester United. "J'ai passé deux étés à essayer de le conserver. Le premier été, cela m'a pris trois mois, et nous avons réussi à le garder un an de plus. L'été dernier, nous lui avons proposé une meilleure offre que Chelsea mais il ne voulait simplement pas rester... Si je vous dis ce que nous lui avons proposé, vous ne me croirez pas." "Son agent s'est rendu à Finch Farm (le centre d'entraînement d'Everton, ndlr) pour signer le contrat. Puis soudain, durant la réunion, Romelu a appelé sa mère et a dit qu'elle était en pèlerinage en Afrique, qu'elle avait vu une sorte de vaudou qui disait qu'il devait signer en faveur de Chelsea. Que pouvez-vous faire? Son cerveau était parti!", avait-il déclaré à l'époque. Quelques jours plus tard, le conseiller de l'ancien joueur d'Anderlecht avait démenti l'information. "Il s'éloigne de ces croyances. Romelu est très catholique et le vaudou ne fait pas partie de sa vie ni de ses croyances. Il n'avait tout simplement pas confiance en Everton et n'avait aucune confiance dans le projet de M. Moshiri, c'est pourquoi il ne voulait pas poursuivre l'aventure et signer un nouveau bail. On verra maintenant quelles décisions judiciaires peuvent être prises à leur égard". Ce mercredi, Jordan Lukaku, le petit frère de Romelu, a réagi à cette information qui refait surface: "Le belge faisait appel à un quoi ?? Source ??", a-t-il écrit sur Twitter en réponse à un internaute qui republiait un article sur ces soi-disant rites vaudous. Voici l'échange entre les deux attaquants, d'après La Gazzetta dello Sport: Ibrahimovic: "T'es un âne" Lukaku: "Rejoins-moi à l'intérieur petite p*te, on va voir" Ibrahimovic: "Appelle ta mère, pour faire vos trucs vaudous de m*rde" Lukaku: "Je t'emm*rde toi et ta femme, petite p*te" Pour calmer les choses, l'arbitre leur a mis une carte jaune chacun. Au moment de rejoindre les vestiaires pour la mi-temps, la tension entre les deux hommes n'était pas encore retombée. Le Belge a lancé plusieurs insultes au Suédois, devant même être retenu par un membre du staff afin d'éviter que la situation dégénère. "Tu veux parler de ma mère?!", en anglais et en italien, et lui balancer "Fils de p*te", en français. Clash Lukaku-Ibrahimovic: Zlatan s'est excusé auprès de ses équipiers pas auprès de Lukaku Les deux entraîneurs Stefano Pioli et Antonio Conte ont plutôt minimisé les faits après le match, assurant ne pas avoir entendu la teneur des insultes échangées entre les deux joueurs et mis les invectives sur le compte de la tension liée au derby. Pioli n'avait pas souhaité revenir sur les incidents après la rencontre. "Ils sont adultes et testés au coronavirus, je ne sais pas ce qu'ils se sont dits, mais ça peut arriver. Zlatan a présenté ses excuses au groupe après la rencontre. Il s'est un peu emporté dans sa volonté d'aider l'équipe". Conte a également précisé qu'il ne savait pas ce que les deux joueurs s'étaient dits. "Ce sont deux gagnants. Romelu a montré sa colère et je pense que c'est une bonne chose. Romelu est autorisé à se mettre en colère de temps en temps. Il fait des progrès. Il est un joueur très important pour nous". Un conseil: cochez le 21 février dans votre calendrier. L'AC Milan accueille l'Inter pour le compte de la 23e journée de Serie A. L'avis de la spécialiste du ballon rond sur RTL-SPORT: https://www.rtl.be/info/video/770563.aspx Clash Lukaku-Ibrahimovic: d'où vient la rivalité entre les deux attaquants? Le violent clash entre Romelu Lukaku et Zlatan Ibrahimovic de mardi soir en quart de finale de la Coupe d'Italie semble reposer sur bien plus qu'une simple rivalité entre deux attaquants. Alors que tout va bien pour lui en Major League Soccer (MLS, le championnat nord-américain de football), "Ibra" évoque "Big Rom" dans une interview: "Ne vous attendez pas à une bonne technique de Lukaku. Sa meilleure force est sa puissance. Si seulement il m'avait écouté... A United, nous avions fait un pari. Je lui donnerai 50 livres sterling pour chaque bon contrôle. Il m'avait répondu: 'Et si je fais tout bien, qu'est-ce que j'y gagne?' Rien, j'aurais juste fait de lui un meilleur joueur! Pour info, il n'a jamais accepté. Peut-être qu'il avait peur de perdre...". Une attaque gratuite à laquelle le Belge n'avait pas répondu. C'est tout le contraire. "Je me reconnais en lui. On se comprend l'un et l’autre. Peu de gens le savent, mais il m'a beaucoup aidé à l'époque. C'est un champion. Et, comme on dit, il a la mentalité d'un chien. Il n'abandonne jamais. Je continue de suivre ses conseils", avait-il déclaré dans un entretien il y a un peu plus d'un an maintenant. Mais alors, quel est le problème? Est-ce une rivalité sportive qui a tout simplement dégénéré? Probable. Après la victoire de l'Inter face au Milan (4-2) le 9 février 2020, Lukaku avait publié un message sur les réseaux sociaux: "Il y a un nouveau roi en ville". Ce à quoi avait répondu Ibrahimovic le 17 octobre dernier lorsque les Rossoneri avaient battus à leur tour les Nerazzurri (1-2): "Milan n'a jamais eu de roi, ils ont un DIEU". Au classement des meilleurs buteurs cette saison, les deux avants sont à 12 goals chacun. Une donnée à prendre également en compte dans la naissance de cette nouvelle rivalité en Italie. Alors, un conseil: cochez le 21 février dans votre calendrier. L'AC accueille l'Inter pour le compte de la 23e journée de Serie A. Pas de racisme donc comme le prouve le message du Z "Dans le monde de Zlatan, il n'y a pas de place pour le racisme, nous sommes tous de la même race, tous égaux. Nous sommes tous des joueurs, certains meilleurs que d'autres" Un conseil: cochez le 21 février dans votre calendrier. L'AC accueille l'Inter pour le compte de la 23e journée de Serie A. ®RTLSPORT.BE
  18. Les deux coachs ont légèrement fait tourner. Alors que l'AC Milan est en 4-2-3-1, nous alignons notre habituel 3-5-2. Pas de Bastoni, de Hakimi ou de Lautaro, ce derby s'est révélé très intense, avec pas mal d'évènements exceptionnels. Et cela commence assez fort avec une première tentative de Rafael Leao de peu à côté. Nous réagissons timidement avec Lukaku, au contraire de nos adversaires qui débutent mieux. Brahim Diaz est lui vraiment proche de trouver la faille quelques minutes après. Deux belles frayeurs dans le premier quart d'heure. Il faut patienter la 24' et voir Tatarusanu effectuer un beau sauvetage après un bon travail dos au but de Lukaku. La rencontre reste équilibrée mais... Après un mauvais dégagement plein axe de Darmian, Meite donne directement pour Ibrahimovic. Il prend le temps, rentre dans la surface et tire malgré Kolarov devant lui. Sa frappe passe entre les jambes du serbe et trouve le poteau opposé, ce qui laisse Handanovic pantois (31' 0-1). Comme à notre habitude quand nous sommes menés, nous réagissons directement et nous prenons le match en main. Sur un centre de Perisic, Sanchez place une tête qui semble être détournée du bras de Hernandez. L'arbitre ne siffle pas. Les esprits s'échauffent depuis l'ouverture du score et la rencontre lui échappe petit à petit. Un duel de costaud prend alors place. Lukaku et Ibrahimovic se montent la tête et prennent tous les deux un jaune. Alors que Brozovic voit sa reprise flirter avec le montant adverse, Valeri renvoie tout le monde au vestiaire. Un retour bouillant. A la reprise Hakimi remplace Darmian, en grande difficulté sur son couloir. Même schéma avec une forte domination des nôtres. Tatarusanu se met en évidence en effectuant une parade réflexe suite à un tir de Sanchez. Juste après Lukaku voit sa tentative repoussée par Tomori. L'AC Milan enchaine les fautes pour casser la dynamique, avec Barella qui subit un traitement spécial durant tout le match (21 fautes à 8 au final). A la 58' Zlatan est expulsé après une faute sur Kolarov et prend un second jaune. Stefano Pioli réagit immédiatement et réorganise son équipe. Mais rien ne change pour eux, nous contrôlons toujours les débats. Au contraire de l'arbitre qui ne tient toujours pas les joueurs. La pression se fait de plaus en plus forte et Perisic est tout proche de marquer. Quelques minutes après Barella est fauché dans la surface par Leao. L'arbitre ne signale rien et attend l'arrêt de jeu suivant. Il vérifie à la vidéo et indique le point de pénalty. Lukaku transforme en force, sous la barre (71' 1-1). Fait inhabituel, l'arbitre Valeri se fait remplacer après ce qui s'apparente à un claquage. La manœuvre dure plusieurs minutes et promet de longs arrêts de jeu pour la suite. Nous monopolisons le cuir mais le show Tatarusanu continue. Il arrête successivement les tentatives de Hakimi et de Lukaku, mais surtout à la 90' il effectue une splendide parade sur le plat du pied du belge, à bout portant. Dans ces dix minutes de temps additionnel, le Milan tente de survivre. Rentré dix minutes avant, Eriksen a la possibilité de briller avec un coup franc à 20m, dans l'axe. Il ne laisse aucune chance à Tatarusanu avec une balle travaillée, quasiment en lucarne. Fin du match et victoire logique. La joie est communicative, pourtant ça ne reste qu'un quart de finale de Coppa, gagné à 10 contre 11 sur deux coups de pied arrêtés même si nous avons largement dominé notre adversaire. Mais avec les évènements en cours du match cette victoire a un goût particulièrement savoureux. Lukaku et Hakimi seront indisponibles pour la demie finale aller, qui sera soit contre la Juventus ou la SPAL. Prochain rendez vous samedi contre Benevento. Ce sera sans Conte sur le banc, suspendu deux rencontres. Match complet Inter 2-1 AC Milan Buteurs: Ibrahimovic 31' - Lukaku sur pénalty 71' & Eriksen 90'+7 Inter: Handanovic ; Skriniar, de Vrij, Kolarov (Young 90'+2) ; Darmian (Hakimi 46'), Barella, Brozovic (Eriksen 88'), Vidal, Perisic (Lautaro 37') ; Lukaku, Sanchez Remplaçants: Padelli, Radu, Hakimi, Gagliardini, Lautaro, Sensi, Ranocchia, Young, Eriksen, Bastoni, Pinamonti Coach: Antonio Conte AC Milan: Tatarusanu ; Dalot, Kjaer (Tomori 20'), Romagnoli, Hernandez ; Meite, Kessie ; Saelemakers (Castillejo 85'), Diaz (Rebic 60'), Leao (Krunic 85') ; Ibrahimovic Remplaçants: A.Donnarumma, Jungdal, Calabria, Castillejo, Rebic, Hauge, Kalulu, Tomori, Maldini, Krunic Coach: Stefano Pioli Avertis: Kjaer, Ibrahimovic expulsé (deux jaunes), Rebic, Kessie - Lukaku, Brozovic, Hakimi Arbitres: Valeri & Chiffi VAR: Banti ®gladis32 - internazionale.fr
  19. Antonio Conte s’est livré dans une courte interview d’avant-match à Rai Sport et à Inter TV dans le cadre du Derby Della Madonnina qui se tiendra ce mardi 26 janvier à 20h45 au Giuseppe Meazza: "Du point de vue psychologique, il y a en jeu la qualification au tour suivant. Nous devons avoir le plus grand respect pour une compétition comme la Coupe d’Italie, nous devrons proposer une grande performance collective." Ibrahimovic ? "Il est important, mais Milan n’est pas qu’Ibra. Lors du Derby au match aller, nous nous sommes retrouvés mené au score 2-0. Ensuite nous avons marqué et nous avions eu plusieurs possibilité pour égaliser. D’une façon générale, et ce n’est pas uniquement valable pour demain, nous devrons nous montrer plus cynique et plus déterminé, surtout lorsqu’arrive la dernière passe, la phase de conclusion, ce sera important d’être déterminé et décisif en zone de but." Lautaro ? "Il y a des périodes de chances et d’autres pas, il faut toujours faire preuve d’une grande abnégation vis-à-vis d’eux (ndr. De Lukaku et de Lautaro)." "Ce sera un match entre deux équipes qui voudront se qualifier, il y a la qualification au tour suivant, l’accession à la demi-finale d’un titre national. Ce sera une rencontre dure et tendue où aussi bien l’Inter que le Milan cherchera à prendre le meilleur." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l'excellent article publié par Transfermarkt.fr: "Transfermarkt.it a soumis les valeurs marchandes de la Serie A italienne à une mise à jour intermédiaire et a actualisé 95 valeurs. Au cours de cette période, les joueurs impactés sont principalement ceux qui ont été transférés récemment, ou qui ont fait un énorme bond en avant en termes de performances, et donc de statut." "Les Rossoneri étaient déjà l'équipe en forme du "restart" et ils ont continué sur leur lancée dans cette nouvelle saison. Après une mise à jour plus prudente des chiffres à la fin du mois d'août, cela se reflète maintenant plus fortement", explique Jatin Dietl (Jeidl), Area Manager de Transfermarkt.it. "Au total, l'équipe entraînée par Stefano Pioli bénéficie d'une hausse de plus de 36 millions d'euros. Parmi les dix joueurs revus à la hausse, Hakan Calhanoglu se distingue. Âgé de 26 ans, il s'est illustré avec brio, notamment depuis l'arrivée de Zlatan Ibrahimovic (39 ans), a vu sa valeur monter de 7 millions, pour atteindre 30 millions d'euros. Pour l'international turc, c'est le plus haut montant de sa carrière à ce jour." "Outre Calhanoglu, les valeurs marchandes de ses partenaires du milieu et de l'attaque Franck Kessié (23 ans ; +8 à 35 millions), Ismaël Bennacer (22 ans ; +5 à 33 millions), Rafael Leão (21 ans ; +4 à 28 millions) et Alexis Saelemaekers (21 ans ; +7 à 15 millions) bénéficient également de la performance collective de haut vol de Milan. "Avec les acteurs mentionnés ci-dessus, un autre facteur est évident chez les Lombards", déclare l'expert italien Dietl. "L'AC Milan a l'un des effectifs les plus jeunes des grands championnats - malgré Ibrahimovic. La plupart de leurs meilleurs joueurs sont encore jeunes, ce qui fait que la valeur marchande de l'équipe augmente plus rapidement". Valeur marchande Alors que l'AC Milan connaît une forte tendance à la hausse, son rival, l'Inter Milan, doit faire face à des dévaluations, parfois importantes. Cela vaut en particulier pour le trio de milieu de terrain Christian Eriksen (28 ans), Marcelo Brozovic (27 ans) et Radja Nainggolan (32 ans). Alors que le Danois et le Croate sont dévalués de 10 millions chacun, à 50 et 40 millions d'euros respectivement, le Belge étant lui baissé de 5 millions, à 10 millions d'euros. "Eriksen continue à avoir une position extrêmement difficile avec son coach Antonio Conte", déclare Dietl. "En six matchs jusqu'à présent, il n'a pas marqué, il est resté sur le banc face à Lazio et n'a pas débuté face à Milan et Donetsk. S'il ne trouve pas mieux son chemin dans les mois à venir, il ne serait pas surprenant qu'Eriksen soit à nouveau sur le départ cet hiver ou l'été prochain. Brozovic et Nainggolan auraient pu quitter l'Inter cet été. Cependant, aucun club n'était prêt à payer les sommes qui leur étaient demandées". L'ancien joueur de Dortmund Achraf Hakimi a également été dévalué : de 4 millions, chutant à 50 millions d'euros. Cependant, cela n'est pas en raison de ses performances. Le Real Madrid a renoncé à l'ailier de 21 ans à sa demande pendant l'été, c'est pourquoi le prix du transfert était étonnamment bas, à 40 millions d'euros. Cependant, comme Hakimi a été l'un des meilleurs joueurs de l'Inter depuis la reprise, sa valeur marchande reste supérieure au montant du transfert.." "De fortes réévaluations et dans certains cas également des dévaluations affectent d'autres clubs de haut niveau de la Serie A tels que la Juventus, le SSC Naples et l'AS Rome. Dans le cas de la "Vieille dame", qui a connu un début de saison modéré, par exemple, le coûteux Arthur (24 ans ; +4 à 60 millions), le retour de prêt Álvaro Morata (28 ans ; +4 à 40 millions) et Dejan Kulusevski (20 ans ; +5 à 45 millions) seront augmentés." "Dans le cas de Naples, le nouveau venu record Victor Osimhen (21 ans), qui s'en sort de mieux en mieux, est l'un des grands gagnants avec une hausse de 10 unités, à 50 millions. "Cela signifie que le Nigérian est toujours en dessous de ses frais de transfert, mais si vous soustrayez les anciens et les jeunes surévalués transférés à Lille, cela correspond à sa valeur marchande", explique M. Dietl." "Le talent romain Nicolò Zaniolo (21 ans ; -10 à 45 millions) et l'attaquant napolitain Arkadiusz Milik (26 ans ; -5 à 27 millions) sont dévalorisés. Dietl explique : "C'est dommage pour Zaniolo : il était revenu en force après la rupture de son ligament croisé, mais dans la Squadra Azzurra, il s'est à nouveau gravement blessé au genou et sera hors-service au moins jusqu'au printemps. Milik, en revanche, voulait réellement changer d'air - avec un contrat d'un an restant pour environ 25 millions. Finalement, Naples a refusé de lui donner le feu vert. Il restera donc probablement assis dans les tribunes jusqu'en janvier, ce qui réduit bien sûr sa valeur. En tenant compte de sa situation contractuelle, les frais de transfert seront alors considérablement réduits ou il partira gratuitement en été".." Etes-vous surpris par la première place de Romelu Lukaku et le fait que l'Inter propose 7 joueurs dans le Top 20 ? ®Transfermarkt.fr
  21. Le footballeur italien Paolo Rossi, héros de la Coupe du Monde 1982 remportée par l'Italie, est mort à 64 ans, ont annoncé sa veuve et les médias italiens. Son épouse, Federica Cappelletti, a annoncé sa mort sur Instagram, publiant une photo du couple avec la légende "Forever," suivie d'un coeur. "Il n'y aura jamais plus quelqu'un comme toi, unique, spécial", a-t-elle aussi écrit sur Facebook. La nouvelle de son décès a été reprise dans la nuit de mercredi à jeudi par les médias italiens, qui ont aussitôt rendu hommage au légendaire attaquant italien surnommé "Pablito". "Paolo Rossi, l'aimable poète du foot qui a fait la joie de toute l'Italie en 1982 est mort", souligne sur son site le quotidien Il Corriere della Sera, qui évoque la "maladie incurable" dont il souffrait. Il était "l'homme qui fit pleurer le Brésil et emmena les azzurri de Bearzot à la conquête de la Coupe du Monde", relève de son côté le journal La Repubblica. "Je me souviens d'un footballeur extraordinaire, d'une excellent coéquipier et d'un ami. Parce que cette équipe du Mondial de 1982 était une équipe composée d'amis", a commenté le gardien de but Dino Zoff, lui aussi champion du monde 1982. "Rossi avait des qualités incroyables, ils faisait les choses justes au bon moment. Il était irremplaçable dans ce groupe". "Une partie d'entre nous s'en est allée avec lui, une partie de ma vie s'en va avec lui", a commenté son autre coéquipier Fulvio Collovati. "Douleur profonde" Le président de la Fédération italienne de foot Gabrielle Gravina a déploré une "douleur profonde, une blessure au coeur de tous les passionnés (de foot) qui sera difficile à guérir (...) Il a inspiré avec son style de jeu de nombreux attaquants des nouvelles générations". "La Serie A pleure un immortel de notre football, aimé du monde entier", a réagi son côté le président de la Serie A, Paolo Dal Pino. L'annonce du décès de Rossi intervient moins de deux semaines après celui de la légende argentine Diego Maradona, qui avait remporté la Coupe du Monde 1986. Paolo Rossi, qui n'aurait pas dû jouer la Coupe du Monde 1982, en est finalement devenu le héros avec six buts et un triomphe. Suspendu pour trois ans en mars 1980 dans le "Totonero", une affaire de scandale de matches de football truqués et de paris illégaux en Italie, il avait cependant été convoqué pour le Mondial 1982 en Espagne, après une réduction de sa sanction, malgré le scepticisme de la presse et des tifosi. Au "Mundial", Rossi explose avec un triplé lors d'un mythique Italie-Brésil (3-2) qui élimine la Seleçao et envoie les Azzurri en demies. Face à la Pologne, il s'offre un doublé et une place en finale. Lors de cet ultime match contre la RFA, le Toscan marque le premier des trois buts italiens (3-1). L'Italie remporte sa 3e Coupe du monde, Rossi finit meilleur joueur et buteur. Et le Ballon d'Or vient couronner cette année exceptionnelle. "Capocannoniere" Sa carrière en club est plus contrastée. Déniché adolescent par les recruteurs de la Juventus, ses premières années bianconere sont ternies par trois blessures à un ménisque. Meilleur buteur de Serie B avec 21 buts et montée en Serie A: avec le Lanerossi Vicenza, rejoint en 1976, il connaît ses premiers succès. La saison suivante, son club titille la Juventus pour le scudetto et il finit à nouveau "capocannoniere" (24 buts). La Juventus tente alors de le récupérer, en vain. Après une dernière saison et une relégation avec Vicence, il part pour Pérouse, où son passage est chamboulé par le Totonero. Deux ans de suspension plus tard, Rossi revient à la Juve. La saison 1983-84 est synonyme d'apogée pour Rossi. Il forme un redoutable trio avec Platini et Zbigniew Boniek et accumule les trophées: Serie A, Coupe d'Italie, Coupe des Coupes, et Supercoupe d'Europe. En 1985, la "Vieille Dame" remporte la Coupe des clubs champions lors de l'effroyable finale du Heysel et ses 39 morts, qui sera le dernier match de Rossi avec les Bianconeri. Il file chez le rival, l'AC Milan. Handicapé par des blessures, son épisode milanais est un échec. Tout comme celui à l'Hellas Vérone. En 1987, Rossi décide de tourner la page à 31 ans après près de 400 matches de championnat, 154 buts et 48 sélections (20 buts). ®Rtl.be
  22. L’Inter a continué sa période positive en ayant proposé une nouvelle prestation convaincante au Giuseppe Meazza, samedi, face au Bologne de son ancien défenseur Sinisa Mihajlovic. Si le Clean Sheet ne sera pas de mise et que Romelu Lukaku est plus que jamais une certitude, il y a lieu de noter le retour d’Achraf Hakimi en mode Dortmund. En effet, l’international marocain a été l’auteur d’un doublé (45’ et 70’), le second but est d’ailleurs de très belle qualité étant donné qu’il aura été le chercher lui-même. L’ouverture du score aura lieu au quart d’heure de jeu (16’) des œuvres du Big Rom qui après avoir "loupé" dans un premier temps sa reprise, ne laisse aucune chance à Skorupski. Comme d’habitude cette saison, sur un manque de surveillance et une erreur d’inattention, Bologne revient un bref instant au score par l’intermédiaire de Emanuel Vignato qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets..... Suite à sa victoire hier soir sur la Sampdoria, l’Ac Milan, solide et surprenant Leader de Serie A conserve 5 points d’avance sur les Nerazzurri. L’Inter défiera donc ce mercredi, dans un final haletant, le Shakhtar Donetsk, dans l’ultime et dernière rencontre décisive, pour la qualification en huitième de finale de la Ligue des Champions! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 3-1 Bologne Buteur(s): 16' Lukaku (I), 45', 70' Hakimi (I), 67' Vignato (B) Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (83' 33 D'Ambrosio); 2 Hakimi (71' 36 Darmian), 22 Vidal (71' 23 Barella), 77 Brozovic, 5 Gagliardini, 14 Perisic; 9 Lukaku (71' 10 Lautaro Martinez), 7 Sanchez (91' 24 Eriksen) Banc: 27 Padelli, 35 Stankovic,12 Sensi, 13 Ranocchia, 15 Young T1: Antonio Conte Bologne (3-4-1-2): 28 Skorupski; 17 Medel (63' 8 Dominguez), 23 Danilo, 14 Tomiyasu; 29 De Silvestri, 32 Svanberg (63' 55 Vignato) 30 Schouten, 3 Hickey (63' 68 Khailoti); 21 Soriano; 99 Barrow (79' 63 Vergani), 24 Palacio (79' 19 Rabbi) Banc: 1 Da Costa, 6 Paz, 10 Sansone, 15 Mbaye, 18 Baldursson, 22 Michael, 33 Calabresi T1: Sinisa Mihajlovic Arbitre: Valeri Var: Irrati Averti(s): Hickey (B), Hakimi (I), Danilo (B) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. L’Autorité de la Concurrence et du Marché a conclu à neuf procédures d’infractions relatives à des clauses abusives reprises dans les modalités générales des clubs de Serie A en regard aux remboursements des abonnements et des billets uniques. Les clubs épinglés sont : L’Atalanta Bergamasca Calcio S.p.A., Le Cagliari Calcio S.p.A., Le Genoa Cricket and Football Club S.p.A., Le F.C. Internazionale Milano S.p.A., La S.S. Lazio S.p.A., L’A.C. Milan S.p.A., La Juventus Football Club S.p.A., L’A.S. Roma S.p.A. L’Udinese Calcio S.p.A. Pour les clubs de l’Atalanta, du Genoa, de l’Inter, de la Roma, de la Juve et de la Lazio: L’Autorité a établi le caractère vexatoire de certaines clauses figurant dans les conditions contractuelles relative à l’achat de l’abonnement annuel et des billets à match unique. Ceux-ci ne sont pas reconnu dans le droit des consommateurs : L’obtention d’un remboursement en partie de l’abonnement ou d’un billet individuel d’accès, en cas de fermeture du stade en partie ou dans son intégralité L’obtention d’un remboursement du remboursement d’accès à un match unique lié à un report de l’évènement causé à des faits imputables aux clubs, même si les circonstances ne dépendent pas de la responsabilité de ces derniers: L’indemnisation des dommages occasionnés doivent être directement imputable aux clubs. La Formule Sarde Cagliari a proposé une nouvelle formulation pour les clauses considérées comme vexatoires et qui peuvent être contestés selon certains profils. Il y a lieu toutefois de noter un caractère vexatoire persistant en regard aux clauses qui excluent le remboursement du billet dans les cas autres que celles liées à une infraction coupable de l'entreprise. Le Milan prend cher aussi En ce qui concerne l’A.C. Milan S.p.A. et Udinese Calcio S.p.A., l'Autorité a constaté à la fois l'injustice des clauses concernées dans les procédures de profils oppressifs repris dans les nouvelles versions des conditions contractuelles qui adoptées après la communication des nouvelles procédures L'Autorité antitrust a ordonné qu'un extrait des mesures soit publié sur la page d'accueil des sites Internet des neuf clubs pendant 30 jours consécutifs. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Antonio Conte revient brièvement sur la performance de son équipe dans ce derby della madonnina perdu, le premier depuis décembre 2017. "Je n'aime pas parler de chance ou malchance, spécialement en cas de défaite. Nous avons fait notre match où nous avons bien débuté, en attaquant et en se créant des occasions. Nous aurions dû être plus précis devant le but. Nous aurions pu marquer mais nous nous sommes retrouvés avec deux de retard. Milan est une équipe forte, et il est inévitable que lorsque vous redescendez contre eux, alors tout devient plus difficile. Nous aurions pu au moins obtenir un nul mais félicitations au Milan. Ils ont tenu bon, résisté et ont gardé l'avantage jusqu'au bout." Qu'est-ce que vous n'avez pas aimé ? "Comme je l'ai dit en avant match ce n'est pas le moment de regarder ce qui se passe en extra-foot (en référence aux différents cas Covid, ndlr). Nous sommes désolés de perdre un match dans lequel nous avons eu tant d'occasions, et dans lequel Milan a été chanceux. J'ai vu beaucoup d'efforts et les garçons étaient très enthousiastes. Nous avons eu deux négligences puis de nombreuses occasions pour revenir et gagner. Félicitations à eux." Trop de risques en défense ? "Cela dépend de comment vous regardez le verre. Nous avons certainement été pénalisés plus que nous ne devrions. Nous devons travailler certaines situations et essayer de nous améliorer. Je tente toujours de trouver le positif, mais pour moi l'équipe ne doit pas être désolée et je ne suis pas en colère. Ils ont joué un excellent match malgré les difficultés initiales. Il y a eu beaucoup d'occasions mais nous parlons d'une défaite malgré tout. Maintenant il faut penser au match de Champions League en emportant avec nous les choses positives qui sont nombreuses, en dépit des négatives qui nous poussent à nous améliorer." Kolarov semble lutter depuis qu'il est au centre : "Je pense que c'est son rôle maintenant. Il est inévitable de travailler avec lui, mais aussi avec tout le monde. Mais je me répète, nous avons fait le jeu et si nous avions pu concrétiser toutes ces occasions, nous parlerions ici d'une Inter belle et victorieuse." Godin n'aurait-il pas dû être retenu pour avoir un poste de défenseur central supplémentaire ? "Je ne parle pas mercato vous le savez très bien. Ce qui s'est déroulé a été réfléchi, évalué par le club et les managers. C'est à moi d'entrainer et d'en tirer le meilleur parti. Les questions mercato doivent être posées à ceux qui sont légitimes pour en parler." Quelle est la condition physique de Sanchez ? "Sanchez est arrivé du chili et nous étions très alarmés car ils parlaient d'une blessure musculaire majeure. Hier, lui et Vidal se sont entrainés à un rythme réduit, car nous voulions être certains que ce n'était pas dangereux. Les muscles étaient fatigués et il est entré en jeu dans les quinze dernières minutes pour éviter toute blessure, ce qui serait très grave pour nous." ®gladis32 - internazionale.fr