Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'achraf hakimi'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. "Une croissance exponentielle et étape après étape, Denzel Dumfries a pris en main l’Inter après des débuts hasardeux au point d’en être devenu le Titulaire de l’aile droite. Sa faute sur Alex Sandro en date du 24 octobre dernier lors du Derby d’Italie semble bien loin à présent, lui qui est parvenu à séduire Simone Inzaghi et les Tifosi." - Et comme le révèle également Tuttosport, on retrouverait sur les traces de l’international hollandais: Le Bayern de Munich, mais également le Tottenham d’Antonio Conte et de Fabio Paratici. Il présente le joli bilan de 39 matchs 4 buts 7 passes décisives Pour un total de 2.424 minutes disputées sur le terrain "La volonté de l’Inter est de conserver Dumfries, mais à la Casa Inter, il n’y a pas d’intransférable et dans le cas où une offre de 35-40 millions d’euros est déposée sur la table, celle-ci sera prise en considération et voir, très probablement acceptée. Acheté pour 12 millions d’euros l’été dernier, Dumfries pourrait être vendu au triple, en garantissant de la sorte une importante plus-value, comme cela s’était déjà produit avec son prédécesseur, Achraf Hakimi, l’été dernier" Céderiez-vous Denzel après une seule et unique saison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Récemment, la Gazzetta Dello Sport est revenue sur le futur d’Antonio Conte, parti avec fracas de l’Inter et recruté par les Spurs de Tottenham. Toutefois, et même si son contrat échu en juin 2023, l’ancien sélectionneur national pourrait déjà quitter la Premier League cet été Un Conte-bis à l'Inter pour la Rosea ? “Les rumeurs selon lesquelles Antonio voudrait revenir à la Maison sont d’actualité, par la Maison, il faut comprendre la Serie A. Cette suggestion porte à prendre en sérieuse considération un retour immédiat à la Base, soit l’Inter." "Le poste de Simone Inzaghi est mis en discussion et pour l’environnement interiste, la candidature de l’Homme-Scudetto ne ferait l’objet d’aucune remise en question. Cela étant dit, l’Inter devra programmer un programme futuriste équilibré d’un point de vue financier. C’est une chose de faire face au 4 millions d’euros de Simone Inzaghi, c’en est une autre de faire face au 12 millions d’euros de Conte." "De plus, un retour immédiat en Italie ne lui permettrait pas de disposer des privilèges accordé par le Décret Croissance. Il est donc trop tôt pour en tirer des conclusions mais la panoramique confirme toutefois que la candidature la plus plausible pour un retour de Conte dans notre championnat se retrouve à l’Inter…A moins que se présente pour lui une opportunité de premier plan à l’étranger comme celle du Paris-Saint-Germain." Lukaku, Conte, il reste plus qu’Achraf Hakimi et le compte est bon ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Hakan Çalhanoğlu, buteur lors du Derby d’Italie, s’est livré à Sport Mediaset Est-ce que ce penalty était le plus important de ta carrière ? "Oui, c’était un instant pesant : Je voulais gagner la rencontre, le premier je l’ai loupé mais j’étais plus sur de moi pour le second car j’étais en confiance. Après le but j’étais heureux car il était lourd d’importance : Nous l’avons ensuite remporté et c’est tout ce qui compte." N’as-tu pas pensé le laisser à quelqu’un d’autre ? "Non, je n’ai pas pensé à cela: J’étais sur de marquer, j’avais confiance en mon tir, j’étais sur de moi, je n’ai pas pensé à le laisser à quelqu’un d’autre." Tous tes penaltys ont été converti... "Je suis content, je veux continuer de cette façon." Pourquoi t’être excusé ? "Pour m’être planté sur le premier penalty, j’avais conscience de la valeur de cette partie : L’Inter n’avait plus gagné depuis dix ans à Turin, j’ai demandé pardon aux tifosi, mais j’étais dans le même temps heureux." Quelle est l’importance d’avoir remporté ce match pour la fin de saison ? "Cette partie donne un boost en plus : Ce n’est jamais simple de l’emporter face à la Juve. Nous devons continuer de la sorte, nous n’avons peut-être pas réalisé notre meilleure rencontre, mais cela ne nous intéresse pas, ce qui compte, ce sont les trois points." Place à Vérone à présent... "Nous regardons droit devant nous, nous voulons gagner à domicile car les Tifosi sont toujours très proche de nous : Nous traversons à présent une bonne période, nous sommes tous positif et nous voulons remporter le Scudetto." Cette victoire donne-t ’elle un plus ? "Je l’espère. A présent nous ne pouvons plus nous planter, nous devons à chaque fois remporter les trois points." Pensez-vous atteindre une statistique à deux chiffre ? "Je veux toujours donner le maximum, lorsque je suis arrivé à l’Inter, je savais que cela n’allait pas être facile de remplacer Christian Eriksen, il a remporté le Scudetto avec Achraf Hakimi, mais nous sommes des nouveaux joueurs de qualités et nous voulons gagner avec l’Inter. Je ne prête pas attention aux statistiques mais j’en suis ravi." Plus que jamais, vous croyez au Scudetto... "Nous y croyons, personnellement, je n’aime pas trop en parler, mais nous y croirons "Fino alla fine". Je veux rester ici à l’Inter, vous connaissez déjà mon rêve : Gagner quelque chose ici avec l’Inter, et aussi ne pas me blesser (il rit)." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. C’est une révélation de Calcio&Finanza : Le vendredi 25 mars, le Conseil d’Administration de l’Inter a approuvé le dernier semestre clôturé au 31 décembre 2021, et la Beneamata peut s’attendre à retrouver de très belles couleurs d’un point de vue financier. Comme le révèle également Tuttosport, les projections sont meilleures que prévue que celles déjà exposées dans la communication obligatoire liée à l'émission de l'obligation des 415 millions d'euros à la fin du mois de janvier. Lors de cette réunion, ont participé le Président Steven Zhang, l’Administrateur-Délégué Sport Giuseppe Marotta et l’Administrateur-Délégué Corporate Alessandro Antonello. La prévision initiale était de terminer cette saison avec un rouge réduit de moitié comparé à la perte record de 245,6 millions d’euros de la dernière saison, soit de tourner aux alentours des -100 millions d’euros. L’impact du sponsoring, du stade et des plus-value Les données qui ont permis une telle croissance sont liées aux recettes en provenance des accords de Socios.com et de DigitalBits qui délivrent à l’Inter 35 millions d’euros pour cette saison, une somme qui sera revalorisée à 40 millions d’euros pour les saisons à venir. Fait important, la réouverture partielle des stades a un impact direct sur les recettes et celles-ci sont destinées à s’améliorer via la réouverture à 100% de la capacité du stade jusqu’à la fin de la saison. Evidemment, le fait est que les Nerazzurri dispose de la meilleure moyenne de spectateurs en Serie A : 62 000 tifosi par match. Enfin, il ne faut pas oublier le chapitre lié au sportif et à la gestion des droites des joueurs : les ventes de Romelu Lukaku à Chelsea et d’Achraf Hakimi au Paris-Saint-Germain ont permis aux Champions d’Italie d’inscrire une plus-value dépassant les 90 millions d’euros. L’ensemble de tous ces aspects fondamentaux dans le milieu sportif ont permis de réduire considérablement le compte négatif du bilan! Le travail dans l'ombre de Suning et de la Direction Italienne porte ses fruits! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Besoccer.com - Les jours d'Achraf Hakimi au PSG pourraient être comptés. Bien qu'il soit arrivé il y a tout juste un an, le joueur n'est pas heureux, c'est en tout cas ce qu'affirme le journaliste d" 'After Foot' ou de 'RMC Sport', entre autres, Daniel Riolo. Il affirme que deux groupes se sont formés dans le vestiaire, ce qui pousse l'international marocain à réfléchir et donc à s'interroger sur son avenir dans la capitale. Depuis que Madrid a éliminé le PSG du rêve de la Ligue des champions, le Parc des Princes est devenu une véritable poudrière. Les joueurs continuent à être très secoués par ce revers européen. Selon RMC Sport, le vestiaire est plus que jamais divisé. Il existe deux groupes : l'un composé de joueurs sud-américains et l'autre de joueurs francophones." Et bien, selon le journaliste Daniel Riolo, l'un de ceux qui souffre le plus de cette scission est Achraf. "Hakimi est en train de péter un plomb, il n’en peut plus", a-t-il déclaré au magazine "After Foot". Le défenseur est tellement fatigué qu'il envisage de quitter le club à la fin de la saison : "Pourquoi Hakimi est en train de péter un plomb, A tel point que les Sud-Américains ne lui adressent plus parole ? Il veut se barrer". Il fait la gueule et c’est normal. Comme il est tricard par rapport aux Sud-Américains, il n’a pas pu jouer, et ses qualités ne sont pas exploitées", a conclu le journaliste. Il faudra attendre l'été prochain pour savoir si le latéral est effectivement à la recherche d'une nouvelle destination. Besoccer.com
  6. L’Inter d’Antonio Conte aura marqué la saison 2020/2021 de son empreinte. Antonio Conte et Romelu Lukaku, grands absent de l’Inter cette saison ont remporté respectivement les titres de joueur et d’entraîeur de l’année. L’Inter a été élue équipe de l’année! De nombreux joueurs ont également intégré le Top 11 de l’année Voici le Tableau des Lauréats Giuseppe Marotta "Nous sommes très orgueilleux d’avoir remporté ce prix qui a clairement sceller la saison qui nous a permis de remporter le Scudetto et qui nous a replacé surtout dans ce scénario qu’est la Tradition et l’Histoire de ce glorieux club." "C’est le fruit du travail de tous, de l’équipe qui est aller sur le terrain, de l’équipe invisible qui était travaillé en coulisse durant toutes la saison, ce sont tous ces hommes et toutes les ces femmes qui nous ont soutenu durant toute nos activités, mais c’est aussi et surtout le fruit des investissements de la prévoyance et de la vision de nos propriétaires, qui ont toujours été proches de nous et qui nous ont apporté leur soutien." Nicolò Barella "C’est un très grand plaisir d’avoir remporté ce titre pour la troisième fois. Je remercie mes équipiers sans qui je n’aurais pas pu recevoir ce titre. L’année dernière, j’ai également remporté l’Euro et ce prix est un plus qui me fait très plaisir. Mon objectif est d’aller au Mondial et nous ferons tout pour jouer jusqu’au bout pour le Scudetto, cette année le championnat est plus dur, les équipe sont plus proche, mais nous sommes l’Inter et nous devrons nous battre jusqu’à la dernière journée." Alessandro Bastoni "Ce prix est le point culminant d’une saison où j’ai remporté le Scudetto et l’Euro avec la Nazionale, je suis heureux de faire mon entrée dans le Top 11 et j’espère qu’il s’agira du premier titre d’une longue série. C’est toujours très beau d’être reconnu par ses pairs, j’espère que ce ne sera pas l’unique." Romelu Lukaku "Je suis vraiment content d’avoir été intégré dans le Top 11 de la Serie A, je veux remercier tous ceux qui ont voté pour moi, mais je dois aussi remercier l’équipe qui m’a tant aidé, l’entraîneur, son Staff, le Club. L’année dernière c’était un grand succès d’équipe et je suis vraiment content d’avoir été élu dans le Top 11 : Jouer en Serie A était un rêve que j’avais depuis tout petit et j’ai tout fait pour gagner et je suis très heureux d’y être parvenu." "C'est un honneur mais sans l'équipe, je n'aurais pas pu faire ça, l'équipe m'a vraiment aidé à réaliser de grandes choses. Nous avons gagné ensemble, tous les joueurs ont beaucoup progressé et l'entraîneur nous a toujours soutenus. Le club a toujours soutenu les joueurs, mais il y a aussi les Tifosi et je dois les remercier tous. Être devant Cristiano Ronaldo est quelque chose que l'on n'entend pas souvent, mais il est dans le top 3 de l'histoire du football. Je suis honoré par ce prix et cela me donne confiance pour l'avenir." Stefan de Vrij "C’est une reconnaissance très importante, surtout du point de vue de l'équipe. Nous avons réussi à remporter un championnat et nous en avions besoin, C’est très important pour l'ensemble de l'Inter, c'est donc une belle reconnaissance. Cela me donne beaucoup de satisfaction, surtout d'avoir été élu par mes pairs que je rencontre et avec qui je joue. Je suis très heureux." Achraf Hakimi "Je suis très heureux d'avoir remporté ce prix et surtout le championnat italien. Je suis fier de ce prix et des personnes qui ont voté pour moi. Avec Conte, j'ai beaucoup appris, surtout en défense. Sur le plan offensif, je savais déjà que je pouvais bien faire." Antonio Conte "Je suis très honoré d'avoir reçu le prix AIC du meilleur entraîneur de la saison 2020/2021. Je remercie tout particulièrement les joueurs, les entraîneurs et les arbitres qui ont voté pour moi. Ce prix représente le couronnement d'une année importante et riche en émotions qui nous a conduits à remporter le Scudetto avec l'Inter. Je veux partager cette récompense avec les joueurs, le personnel et toutes les personnes qui nous ont soutenus pour atteindre cet objectif prestigieux". ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Ce mercredi soir, face au Real Madrid, Achraf Hakimi s’est fait désosser comme jamais par Vinicius Junior, preuve en est la plus de critique qui lui est tombé dessus par la presse française Pour "L'Equipe", Hakimi mérite le 4: "Après l’égalisation madrilène, il s’est laissé punir comme tous ses équipiers." 4 Pour Foot Mercato "L’international marocain a connu des premières minutes très compliquées sur son flanc droit où il a souffert face à Vinicius. Comme toute l'équipe, après l’égalisation, il a été emporté par la vague madrilène." Le Parisien lui offre un 3, la cote la plus sévère "en raison de ses erreurs de placements". So Foot lui a offert un 4 : "Un TGV pendant plus d'une heure de jeu, puis un TER Corail après l'égalisation madrilène. Les ravages de la grève SNCF" Achraf Hakimi, Antonio Conte, Romelu Lukaku, sont tous en méforme cette saison: Une Masterclass anticipée du Padrino selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Achraf Hakimi Informations Générales : Nom : Hakimi Mouh Prénom : Achraf Poste : arrière droit, arrière gauche, milieu droit, milieu gauche Date de naissance : 04/11/1998 Lieu de naissance : Madrid Pays : Espagne Maroc Taille : 181 cm Poids : Numero de maillot : ? Au club depuis : Eté 2020 Position sur le terrain : Biographie : Achraf Hakimi, de son nom complet Achraf Hakimi Mouh, né le 4 novembre 1998 à Madrid en Espagne est un footballeur international marocain évoluant au poste d'arrière droit au Dortmund. Il possède également la nationalité espagnole. Formé au Real Madrid, il participe à l'UEFA Youth League lors des saisons 2015-16 et 2016-17. Lors de la saison suivante, Achraf remportera la Ligue des champions 2017-2018. Il sera prêté pendant deux saisons au Borussia Dortmund en mi-2018. Âgé alors de 17 ans, le joueur tranchera très tôt en faveur du Maroc pour une carrière définitive avec laquelle il participera à la Coupe du monde 2018, faisant de lui le troisième plus jeune joueur de la compétition derrière Daniel Arzani et Kylian Mbappé . Carrière en Clubs: La famille Hakimi immigre en Espagne dans les années 1980 en banlieue de Madrid en provenance du Maroc. Achraf Hakimi naît à Madrid d'un père originaire de Oued Zem et d'une mère originaire de Ksar El Kébir. Possédant la double nationalité espagnole et marocaine, il grandit à Getafe avec ses deux petites sœurs et son frère Nabil Hakimi et commence le football très tôt avec l'équipe du Club Deportivo Colonia Ofigevi en banlieue de Madrid. Achraf est à son enfance un grand fan des Lions de l'Atlas, notamment des joueurs Marouane Chamakh et Noureddine Naybet. Il rejoint la formation du Real Madrid CF à seulement 7 ans, en 2006 et s'inspire tout au long de sa jeunesse, de la carrière du footballeur brésilien Marcelo, rêvant de jouer à ses côtés, dit-il dans une interview avec la chaîne Al Aoula. Avec l'équipe des moins de 19 ans du Real Madrid, il participe à la Ligue de la jeunesse de l'UEFA lors de la saison 2015-2016 et atteint les demi-finales, battu sur un score de 1-3 face au Paris-Saint-Germain. Lors de la saison suivante, il réalise à nouveau une saison remarquable avec le Real Madrid Castilla, prenant part à la Youth League 2016-2017. Il atteint à nouveau les demi-finales sur une défaite de 2-4 face au Benfica Lisbonne. Le joueur a lors de cette compétition, disputé la totalité des matchs face à l'AS Monaco et l'Ajax Amsterdam. Durant cette même saison 2016-17, le joueur évolue en troisième division espagnole avec l'équipe du Real Madrid Castilla en tant que titulaire, disputant en total 28 matchs. Faisant régulièrement des prestations remarquables dans l'équipe du Real Madrid Castilla, le jeune joueur est souvent appelé par l'entraîneur français Zinédine Zidane pour prendre part aux stages ainsi qu'aux entraînements avec l'équipe A du Real Madrid aux côtés des grands noms madrilènes. En début de saison 2017-18, les staffs médicaux du club madrilène révèlent un problème cardiaque chez le joueur évoluant en latéral droit, Dani Carvajal. L'entraîneur français compte alors sur les doublures du joueur espagnol, notamment Nacho et le jeune Achraf Hakimi âgé alors seulement de 19 ans. Achraf Hakimi débute avec l'équipe première le 1er octobre 2017 dans un match de Liga face à l'Espanyol Barcelone (victoire, 2-0). Achraf Hakimi marque son premier but avec le Real Madrid CF, le 9 décembre 2017 sur une passe de Karim Benzema (victoire 5-0 contre le FC Séville). Difficile de se faire sa place en tant que titulaire en latéral droit dans le onze de base à cause de la forte concurrence avec Nacho et Carvajal, l'entraîneur lui promet assez de temps de jeu dans la saison qui suit (2018-2019), citant : "Achraf était si impliqué qu'il n'a pas donné l'impression que c'était son premier match. Il a été spectaculaire. Quand Dani sera avec nous, il sera le deuxième de la hiérarchie et va jouer. Je suis très content pour lui. C'était son premier match ici au Bernabéu. Je suis satisfait de ses débuts parce que pour lui, c'est un jour important. Il a fait un grand match. Il s'en souviendra toute sa vie." Ému, le jeune latéral droit a raconté comment le champion du monde 98 l'a préparé pour l'événement : "L'entraîneur m'a appelé au téléphone et m'a dit que j'allais jouer, qu'il fallait garder mon calme pendant le match. Je suis très heureux de mes débuts dans le meilleur club, c'est un jour que je n'oublierai jamais. (...) J'ai travaillé tous les jours pour être là. Mes collègues m'ont beaucoup aidé et jouer avec eux fait que tout est beaucoup plus facile". En 2018, Achraf est désigné parmi les 50 meilleurs jeunes joueurs au monde. Hakimi devient à l'âge de 19 ans, le premier footballeur arabe et marocain à disputer et à inscrire un but avec le Real Madrid CF. Il termine la saison 2017-2018 par remporter la Ligue des champions. Hakimi termine la saison à la 3e place dans du championnat espagnol, derrière le FC Barcelone et l'Atlético Madrid. Il aura joué 17 matchs pour 2 buts toutes compétitions confondues. Après la démission de Zinédine Zidane en fin de saison 2017-18, Achraf Hakimi voit ses chances de devenir titulaire s'écrouler. Le jeune hispano-marocain remercie chaleureusement son entraîneur pour le nombre de chances qu'il lui a donné sous le maillot de l'équipe A. Persuadé d'être rétrogradé dans l'équipe du Real Madrid Castilla, Achraf Hakimi espère qu'un club évoluant dans un championnat de première division se présente au plus vite afin de prouver son talent au plus haut niveau. Le joueur prend part en juin 2018 à la Coupe du monde 2018 en sélection marocaine et est éliminé au premier tour. Après avoir fait bonne allure dans la compétition mondiale, de nombreux clubs se présentent auprès de l'international marocain dont le célèbre club allemand du Borussia Dortmund pour un éventuel prêt sur deux saisons. Avec un contrat au Real Madrid qui prend fin en mi-2021, le joueur et son agent se rendent à Dortmund pour conclure le prêt. 2018-2019 : Révélation en Bundesliga Le 11 juillet 2018, le site officiel du club allemand officialise la signature d'Achraf Hakimi sous forme de prêt pour une durée de deux saisons. Quelques jours plus tard, Achraf Hakimi prend part à la tournée aux États-Unis entre le 18 et le 28 juillet 201816. Sur trois matchs amicaux, il entre en jeu dans le troisième match opposant le Borussia Dortmund au Benfica Lisbonne, remplaçant Jeremy Toljan à la 61e minute (match nul, 2-2). À l'occasion de son premier match en Bundesliga il est titularisé pour affronter le FC Nuremberg, match dans lequel il joue 90 minutes et marque un but (victoire, 7-0). Lors de sa deuxième titularisation face au Bayer 04 Leverkusen le 29 septembre 2018, Achraf réalise une excellente prestation en étant à l'origine du premier but de Dortmund à la 65e minute, et en offrant une passe décisive à Paco Alcácer à la 85 ème, qui permet à Dortmund de passer en tête de la Bundesliga, après avoir été mené 2-0 en première période (victoire, 2-4). Avec la polyvalence du jeune joueur, il fait très vite sa place de titulaire dans le club, pouvant évoluer en arrière latéral gauche et droit. Le 24 octobre 2018, il réalise une prestation sensationnelle en Ligue des Champions face à l'Atlético de Madrid, délivrant 3 passes décisives (victoire, 4-0). Après avoir réalisé une incroyable soirée dans le Signal Iduna Park, il fera la une des journaux sportifs en Allemagne, le mentionnant en tant que révélation de l'année en Allemagne. Quelques mois plus tard, en janvier 2019, il reçoit le prix du meilleur jeune espoir africain de l’année 2018 lors de la cérémonie des CAF Awards 2018 pour ses débuts remarquables avec les Schwarz-Gelben. Un jour plus tard, le Ballon d'or 1990 Lothar Matthäus déclare : "Hakimi est pour moi le meilleur arrière gauche de la Bundesliga. Joachim Löw serait content s'il avait un tel joueur qui est doté de beaucoup de dynamisme et de compétences techniques". Le joueur est énormément complimenté par les plus grandes stars du football en début 2019 pour son talent à un si-jeune âge. Le 11 janvier 2019, il inscrit un but sur coup franc à la 90e minute lors d'un match amical contre Williem II (victoire 3-2). Le 26 janvier 2019, lors du match de Bundesliga opposant le Borussia Dortmund à Hanovre 96, il est l'auteur du premier but de son équipe à la 24e minute et à l'origine du but de Marco Reus à la 60e minute. (Victoire 5-1). Le 30 mars, à l'occasion du match de championnat face à Wolfsburg, il se blesse à 74ème minute et endure une blessure allant à 3 mois, ce qui mettra un terme à sa saison ainsi qu'à une participation en Coupe d'Afrique avec la sélection marocaine. 2019-2020 : Un latéral avec beaucoup de rendement Le 2 octobre 2019, Hakimi inscrit un doublé en Ligue des Champions face au Slavia Prague (victoire, 0-2). Le 3 octobre 2019, selon Mundo Deportivo, Hakimi aurait déclaré " Qu'un retour à Madrid ne dépend pas de moi. Les deux clubs doivent parler et ils vont décider à la fin de l’année. Ce ne serait pas un échec de ne pas revenir au Real Madrid cet été, je veux continuer à grandir et je suis très concentré ici. J’ai grandi depuis mon arrivée en Allemagne, j’ai beaucoup de continuité et de confiance et cela se voit. Pour le moment, je n’ai pas parlé à Zidane, car tout le monde est concentré sur sa saison." Le 5 octobre 2019, Hakimi évoque sa relation avec Zinédine Zidane : " C’est un coach qui me donne toujours de bons conseils, cela montre qu’il veut le meilleur pour moi, comme si j’étais son fils. Depuis que je suis parti, j’ai vu qu’il parlait de moi et je suis très reconnaissant de m’avoir donné la possibilité de jouer au Real Madrid, dans le meilleur club du monde. Quoi qu’il arrive, j’aurai toujours de bonnes relations avec lui. Pour moi, c’est un exemple, c’était un grand joueur, puis il s’est également révélé comme un excellent entraîneur. Pour moi, avoir dit que le transfert n’était pas définitif et que je resterais avec lui signifiait beaucoup. Venant d’un entraîneur comme lui, cela aide à travailler plus chaque jour ". Le 5 novembre 2019, Hakimi inscrit un nouveau doublé en Ligue des Champions face à l'Inter Milan (victoire, 3-2). Le 24 novembre, il est nommé parmi les 30 joueurs sélectionnés pour le Ballon d'Or africain. Le 17 décembre 2019, Hakimi bat le record historique de sprint ayant été mesuré à 36,2 km/h lors d'un match de championnat face au RB Leipzig (match nul, 3-3). A l'été 2020 et par le biais d'une négociation éclair, il rejoint l'Inter. Equipe Nationale: Né en Espagne et formé à Madrid, le joueur reçoit très jeune une convocation pour jouer avec les Lionceaux de l'Atlas. Le joueur n'a pas hésité et a pris part à plusieurs matchs amicaux avec les jeunes de l'équipe du Maroc. Il reçoit sa première sélection en équipe du Maroc le 11 octobre 2016, en amical contre le Canada (victoire 4-0). Pour son premier match officiel, Hervé Renard titularise Achraf Hakimi face à l'équipe du Mali dans un match qui compte pour les qualifications à la Coupe du monde 2018. Il marque dans ce match son premier but international sur une passe décisive de Hakim Ziyech (victoire 6-0). Ayant impressionné le sélectionneur, il se fait sa place en équipe nationale en 2017 et devient alors un joueur titulaire au poste de latéral gauche, à noter que le joueur joue en latéral droit, qu'occupe Nabil Dirar actuellement en sélection. Hervé Renard choisira Hamza Mendyl comme doublure dans le poste d'Achraf. Le 17 mai 2018, Achraf Hakimi est sélectionné pour prendre part à la Coupe du monde 2018 avec le Maroc. Âgé seulement de 19 ans, il est le troisième plus jeune joueur de la Coupe du monde 2018. Achraf Hakimi jouera à l'occasion du premier match du Maroc en Coupe du monde, un match complet face à l'Iran sur un malheureux score de un à zéro en faveur de Iraniens sur un but contre son camp d'Aziz Bouhaddouz à la 95e minute. Hervé Renard titularisera le jeune Hakimi une deuxième fois pour le deuxième match des Lions de l'Atlas face au Portugal mais le coéquipier d'Achraf, Cristiano Ronaldo, marquera le seul but du match à la 4e minute, sur une action contestable. Ce match éliminera l'équipe du Maroc de la Coupe du monde après deux bonnes prestations. Achraf Hakimi conclura sa compétition sur un match nul de 2-2 en jouant 90 minutes face à une des équipes favorites de la Coupe du monde, la sélection espagnole. . Style de jeu Hakimi a un style de jeu offensif. Considéré comme le successeur naturel de Marcelo, il est dans la lignée des grand latéraux marocains particulièrement portés vers l'avant. Ses points forts sont sa technique (amortis, jeu à une touche, la conduite de balle...), sa vivacité, son jeu offensif, son pied gauche, sa polyvalence ou encore sa combativité. Au début de la saison 2017-2018, Zinédine Zidane le titularise très souvent au poste de latéral droit, le poste laissé vacant par Dani Carvajal ou encore Nacho, souvent blessés lors des matchs de championnats. Achraf Hakimi réalise des performances prometteuses pour son âge. En fin 2018, il est placé à la 8e place des meilleurs joueurs au monde des moins de 21 ans. Étant défenseur, il commencera sa carrière en tant que latéral droit au Real Madrid CF avant son arrivée en sélection où il prendra position sur le latéral gauche à cause de la forte concurrence avec Nabil Dirar. Droitier, il est capable de marquer dans des combinaisons très rapides. Ayant une vitesse impressionnante en course, il impressionne très souvent en sélection marocaine. Achraf mentionnera très souvent son idole unique, l'ancien footballeur marocain Mustapha Hadji, aujourd'hui entraîneur adjoint en sélection. Palmarès: Real Madrid 2017 Coupe du Roi Juvenil avec le Real Madrid Castilla Super Coupe d'Espagne Coupe du Monde des clubs 2018 Uefa Champions League Borussia Dortmund 2019 Super Coupe d'Allemagne Vice-Champion 2020 Vice Champion Distinction personnelles Avec le Real Madrid 2018 : Nommé parmi les 50 meilleurs espoirs au monde Avec le Borussia Dortmund 2018 : Vainqueur du Rookie-Bundesliga septembre 2018-2019 (Meilleur débutant en Bundesliga) 2018 : Nommé pour le meilleur joueur de la 3e journée de la Ligue des champions 2018-2019 2018 : Dans l'équipe type de la 3e journée en Ligue des champions 2018-2019 2018 : Meilleur joueur africain du mois d'octobre 2018 : Nommé parmi les meilleurs latéraux au monde par Marca 2018 : Meilleur jeune joueur africain de l'année 2018 : Vainqueur du Rookie-Bundesliga novembre 2018-2019 2018 : Meilleure recrue de la Bundesliga pour la saison 2018-2019 2018 : Dans l'équipe type 2018 du Maghreb par France Football 2018 : Nommé pour le Golden Boy 2018 (8e) 2018 : Nommé parmi les meilleurs jeunes joueurs pour le titre de Golden Boys africains 2018 : Dans l'équipe type 2018 des Africains par France Football 2018 : Dans l'équipe type des -21 ans de l'année 2018 : Espoir africain de l'année 2018 2019 : Premier Joueur marocain à avoir marqué deux buts en Ligue des champions 2019-2020 en un seul match. 2019 : Premier Joueur arabe et marocain à avoir passé trois buts en Ligue des champions 2019-2020 en un seul match. 2019 : Dans l'équipe type de la 2e journée de la Ligue des Champions 2019-2020 2019 : Nommé parmi les joueurs de la semaine de la 2e journée de la Ligue des Champions 2019-2020 2019 : Dans l'équipe type de la 4e journée de la Ligue des Champions 2019-2020 2019 : Nommé parmi les joueurs de la semaine de la 4e journée de la Ligue des Champions 2019-2020 2020 : Vainqueur du trophée meilleur espoir arabe 2019 2020 : Vainqueur du trophée Espoir africain de l'année 2019 Avec le Maroc 2018 : 3e plus jeune joueur de la Coupe du monde 2018 2018 : Dans l'équipe type de la 5e journée des qualifications à la CAN 2019 2019 : Dans l'équipe type de la 2e journée de la phase de groupe à la CAN 2019 par France Football Carrière en Club 2017 - Real Madrid 2018 - 2020: Borussia Dortmund Ete 2020 : Internazionale FC En Sélection 2016 - Maroc U20 2016 - Maroc 2019 : Maroc Espoir Le Saviez-Vous ? Hakimi est en couple avec l'hispano-tunisienne Hiba Abouk, de 12 ans son aînée. Le 3 octobre, ils annoncent attendre leur premier enfant. Achraf Hakimi est un des sportifs les plus médiatisés et populaires de sa génération au Maroc. Après avoir repéré sur la toile la photo d’un enfant marocain vêtu d’un sac en plastique avec le nom du joueur dessus, ce dernier a rapidement réagi. Le latéral du Borussia Dortmund a ainsi partagé la photo en question avant de demander à la famille de l’enfant de le contacter en privé. La Toile a salué le geste de Hakimi en affirmant qu’une telle attention envers ce petit enfant lui fera tellement plaisir, d’autant plus que le joueur est son idole. ©Wikipedia
  9. Interviewé par la Gazzetta Dello Sport, la légende Nerazzurra, Jurgen Klinsmann, s’est livré sur Liverpool-Inter Alors Klinsmann, y-a-t ’il vraiment une chance à Anfield ? "Il y a toujours la possibilité, en 90 minutes de jeu, il peut toujours se passer des choses inimaginables. Même si Liverpool est exceptionnel, les Reds sont humains. L’Inter est d’ailleurs dans sa meilleure condition pour tenter le coup : Elle n’a plus rien à perdre. Si jamais elle marque en première période, la confiance va grandir et qui sait…" Qu’est-ce que le match aller au Giuseppe Meazza, vous a enseigné ? "Que l’on gagne par les détails : Il ne manquait que les buts à l’Inter, mais si elle répète le même match qu’à l’aller et que cette fois le ballon rentre…. De plus, même si l’Inter se devait d’être éliminée, on analysera le comment de cette élimination, c’est lui qui fera la différence : La manière dont vous affronterez Liverpool marquera également la fin de la saison : vous devez vous battre comme des lions, en étant courageux, en apportant de l’enthousiasme pour battre tous les adversaires de la Serie A." Quelle image conservez-vous de la remontée face à Aston Villa ? "Lorsque je ferme les yeux, je revois encore un Meazza comble de petits cartons pour la chorégraphie. J'ai marqué en tombant, après un duel avec les défenseurs centraux, puis ont suivi les buts de Berti et Bianchi. Je me souviens de l'énergie de Trapattoni, il savait comment parler à votre cœur, il vous faisait croire que vous étiez spécial : Au final, nous avons remporté a Coupe. Je vois en Klopp la même capacité à communiquer que Trap : le secret de Jurgen est la simplicité, il ne fait qu'un avec son équipe." Voyez-vous également quelque chose de l’entraîneur allemand, en Simone Inzaghi ? "La passion sur le banc, l’enthousiasme : Il est sur le bon chemin, il peut devenir en entraîneur du Top partout en Europe." Comment est perçue la Serie A aux Etats-Unis ? "Elle est vue depuis longtemps comme divertissante : Tout peut arriver, ce n’est plus seulement un tête à tête entre les milanais car le Napoli est là et la Juve, mine de rien, revient. En ce qui concerne l'Inter : il est normal d'avoir traversé une période difficile, et même si elle a été longue, elle a retrouvé la raison." Comment a fait votre Inter, pour remettre en question, un championnat qu’elle avait en main ? "C’est grâce à la bravoure de tous : L’équipe est parvenu à retarder les effets des ventes estivales : Avoir perdu Romelu Lukaku et Achraf Hakimi ne pouvait pas laisser aucune trace. Même si Edin Dzeko et Denzel Dumfries font de belles choses, l’absence de ces deux-là s’est fait ressentir sur cette longue période." Avec la Goleada à la Salernitana, c’en est terminé du "SOS attaque"? "Mais non, il n’y a jamais eu de SOS ou d’un quelconque vrai problème. Celui qui a été attaquant le sait : La frustration grandi lorsque le ballon ne rentre plus, mais ce n’était pas uniquement une question d’offensive : Toute l’équipe ne tournait plus aussi bien qu’avant : Tout le monde a retrouvé son niveau et les buts sont revenus." S’Il s'est libéré en A, Lautaro n'a plus marqué en Ligue des champions depuis des lustres : comment le voyez-vous aujourd'hui ? "Je suis intrigué par sa croissance. Et je pense que la prochaine étape sera la consécration internationale. Même au Qatar, il a ses chances de l’emporter avec l’Argentine. A ses côtés, il y a Dzeko qui ne vieilli jamais : A 35 ans, il reste toujours celui qui pense aux autres et pas à lui-même." Pensez-vous que Dzeko et Lautaro sont bien assortis ? "C’est avant tout un duo et ce n'est pas banal : Je ne supporte pas la mode de jouer avec un seul avant. À Milan, j'avais Serena à côté de moi, à Munich Rizzitelli, à Tottenham Sheringham, et en équipe nationale Voeller : il n'y a rien de plus fascinant que deux attaquants qui se sacrifient l'un pour l'autre. Dzeko et Lautaro forment une vraie et belle paire : la compatibilité se trouve en jouant." Entre les deux, qui vous ressemble le plus ? "Tu prends Lautaro, tu le mélanges avec Dzeko et tu fais... un Klinsmann : Je dirais que je suis au milieu. En parlant de similitudes, Barella est un joueur complet et vital, il me fait vraiment penser à Lothar Matthaeus : je sais que c'est un grand compliment pour lui, mais il le mérite. Si je devais lui trouver un défaut, je dirais qu'il en fait parfois trop : ralentir de temps en temps peut aider." Il y a un nouveau latéral gauche allemand à l'Inter, et le parallèle avec Brehme a été immédiat. "Gosens fera de très belle choses: il est vif, intelligent et humble. L’Inter a procédé à un recrutement logique, mais il n’est pas possible de les comparer : Andy est unique. Où trouver quelqu'un qui tire un penalty du pied gauche en Coupe du monde et qui, quatre ans plus tard, en finale, tire un penalty du pied droit ? Nous plaisantons encore sur ses buts à Mexico 1986 et Italia 1990." Aimeriez-vous, voir un jour, Jurgen Klinsmann, entraîner l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Achraf Hakimi, Antonio Conte et Romelu Lukaku : Trois personnages clés de l’Inter qui ont remporté le 19ème Scudetto de l’Inter. Trois personnalités qui, mis à part pour le Marocain, sont partis de l’Inter, empreint d’une "surdose de confiance en soi". Trois personnes qui font face à une traversée du désert L’analyse de la Repubblica Antonio Conte "Convaincu d’être appelé par le Real de Madrid, il a quitté l’Inter et a dénoncé, aux Interistes, l’insuffisance du projet. Il ne sera jamais appelé par Madrid. Il n’était plus convaincu par le fait de pouvoir gagner à nouveau avec une équipe qui, sur le Mercato, était dans l’obligation de se priver de certains joueurs de valeur. Actuellement, après avoir perdu quatre matchs sur les dernières rencontres disputées, il reconnait que son expérience est très frustrante et lorsqu’on le questionne sur l’Inter, il a toujours les yeux qui brillent." Achraf Hakimi "A Paris, il partage un vestiaire composé de champions comme Kylian Mbappé, Neymar, Lionel Messi et Sergio Ramos. Mais ses performances ne sont pas à la hauteur de celles proposées durant sa seule année milanaise. Une vidéo circule sur internet où en jouant au jeu oncle voit choisi justement comme équipe, l’Inter !" " Est-ce que Milan lui manque ?" Romelu Lukaku "Le géant belge est retourné à Chelsea l’été dernier attiré par un salaire montre et, selon ses dires, par le rêve de revêtir le maillot de l’équipe dont il rêvait étant enfant. Dans le football de Tuchel, pourtant, ses courses ne sont plus aussi décisives que lorsqu’il évoluait dans le jeu de l’Inter de Conte. Au-delà des statistiques, il n’a jamais été mis au cœur du projet technique de l’équipe." "Que Milan lui manque n’est plus un secret, lui-même a présenté ses excuses aux Tifosi de l’Inter vu la façon dont il est parti." "Cela confirme que tout l’or du monde ne suffit pas à vous apaiser de la mélancolie liée à la vie Milanaise, qui, si elle ne propose pas un décor tel celui de Rio de Janeiro, sait tout de même bien se faire regretter." Qui entre les trois accepteriez-vous de reprendre, si vous en aviez la possibilité ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Achraf Hakimi est toujours reconnaissant à l'Inter de lui avoir fait confiance au mercato estival 2020. S'adressant dans une interview au journal espagnol Marca, le Marocain a évoqué l'importance de son évolution au cours de son unique saison avec les Nerazzurri. Hakimi a rejoint l'Inter en provenance du Real Madrid en 2020 après avoir impressionné pendant ses deux saisons de prêt avec le Borussia Dortmund, et les Nerazzurri l'avaient identifié comme un homme clé pour leur couloir droit. Le défenseur latéral a été un joueur crucial dans la victoire des Nerazzurri au Scudetto, mais il est parti après seulement une saison, car le club devait vendre pour compenser une situation financière difficile. Le joueur de 23 ans a connu une fin douce-amère avec les Nerazzurri, mais aussi un impact et un succès énormes sur le terrain, et le joueur reste reconnaissant pour la chance qui lui a été donnée. "Mon départ (de Madrid) a été le résultat de deux choses", a-t-il expliqué, "mon manque de maturité et un manque de confiance de la part du club." "Quand vous arrivez à Madrid en provenance de la Castilla, il est normal que le club ne vous fasse pas instantanément confiance parce que vous êtes un jeune joueur", a-t-il ajouté. "Mais ensuite, après deux grandes saisons en prêt à Dortmund, la situation au Real n’a pas changé, ils ne me faisaient toujours pas confiance, a-t-il poursuivi, même si je pouvais continuer à jouer à un haut niveau." "Enfin, quand j'ai quitté l'Inter, il y avait aussi une option d'achat de Madrid sur moi qu'ils n'ont pas levée, donc ils ne voulaient tout simplement pas miser sur moi", a-t-il poursuivi. "Et je suis heureux parce que je ne pense pas que ces clubs aient eu tort de me faire confiance", a-t-il ajouté à propos du Borussia Dortmund et de l'Inter. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  12. L’Inter se prépare à défier Liverpool dans l’un des matchs les plus attendus de sa saison, si sur la Carte, l’Inter est loin d’être favorite, les Nerazzurri de Simone Inzaghi tenteront d’offrir un soir de rêve, aux 37.000 tifosi qui seront présents au Giuseppe Meazza. Sur le terrain, nous retrouverons des joueurs recrutés lors du Mercato Estival 201/2022, des joueurs appelés à pallier le départ de deux joueurs qui s'étaient mis en évidence lors de la saison 2020/2021 : Romelu Lukaku et Achraf Hakimi......D'Edin Dzeko à Denzel Dumfries, plusieurs joueurs ont rejoint l’Inter d' Inzaghi, mais pour quel impact financier ? Révélation de Calcio&Finanza Calcio&Finanza, après avoir visionné les différentes documentations relative à la session estival, a pu établir que les affaires suivantes ont été conclus au centime près : Joaquin Correa, actuellement blessé, représente un coût historique de 33,387 millions d’euros en provenance de la Lazio. Surprise sur le podium, la seconde acquisition la plus importante est celle de Zihno Vanheusden qui est actuellement prêté au Genoa. Sur base de l’accord conclu avec le Standard de Liège, le coût de l’opération s’élève à 16 millions d’euros. Sur le podium, on retrouve également Denzel Dumfries et les 13,751 millions d’euros versés au Psv Eindhoven. Parmi les opérations indiquées, on retrouve également Nicolò Barella, où Cagliari était en droit de percevoir 2 millions d’euros de bonus. Le total des opérations s’est élevé à 69,226 millions d’euros. Une bonne gestion financière selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Massimo Moratti, Président Historique de l’Inter s’est livré au cours d’une très longue interview au Corriere Dello Sport sur la réception de la Roma de José Mourinho, une première pour le portugais qui n’avait plus foulé la pelouse version "Nerazzurra" depuis un certain mois de mai 2010 Comment imaginez-vous le retour de Mourinho au Giuseppe Meazza ? "Je l’admets, cela va me faire une drôle d’impression de le voir se diriger du vestiaire, monter les escalier et s’asseoir sur le banc, mais pas celui de l’Inter. Je sais que je serai ému car des flash-backs me reviendront en tête, lorsque nous étions protagonistes : José a offert tant de choses à l’Inter, et elles ne s’oublieront jamais même si le temps passe." A vous entendre, vous transmettez la sensation que le rapport ne s’est jamais interrompu entre vous...... "Ces derniers jours nous n’avons pas discuté, et ce n’est pas un hasard, peut être que nous parlerons ensemble après le match ou dans les prochains jours. Nous nous téléphonons régulièrement et il est toujours très affectueux et très gentil envers moi. Nous sommes resté liés, c’est vrai, et pas uniquement pour ce que nous avons gagné, mais aussi pour la personne que Mourinho est." Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle aurait été l’histoire de l’Inter, si après le triomphe en Ligue des Champions à Madrid, le 22 mai 2022, Mourinho n’avait pas quitté l’Inter pour signer au Real ? "Il est impossible de s’exprimer sur certains sujet, c’est comme ça que cela s’est passé, il avait aussi l’envie de tenter l’expérience au Real Madrid. Avec le temps et à tête reposée, je me dis que cela s’est terminé de la meilleure des façons pour tout le monde : Lui était satisfait des résultats obtenus lors de cette saison et il avait accepté un nouveau défi. Nous car nous avions obtenu le maximum, à savoir goûter à un succès attendu depuis tant d’années, le Triomphe en Coupe des Clubs Champions : S’il fallait en venir à une séparation, il n’y avait pas de meilleur épilogue." Quelques tifosi en ont pourtant voulu au portugais de ne pas être revenu cette nuit-là à Milan, pour fêter la victoire en Ligue des Champions, à l’aube au Meazza...... "De l’eau a coulé sous les ponts, il avait déjà pris sa décision bien avant la finale, mais nous n’en avions pas parlé car lors de ce mois de mai, nous étions en course pour les trois titres et nous ne voulions pas rompre le charme. Notre accolade sur le terrain du Bernabeu après la victoire sur le Bayern et notre dîner deux jours après chez moi, ont éclairci tout le reste." Ce soir, il s’agira aussi des "retrouvailles" entre José et le Peuple Nerazzurro...... "Il sera accueilli avec beaucoup d’affection et de sympathie, je n’ai aucun doute à ce sujet. S’il entraîne à présent la Roma, il a écrit l’Histoire avec nous, et quelle histoire." L’Unique équipe italienne à avoir réalisé le Triplé...... "Cela continue à toujours bien sonner avec le temps...... il rit. Et c’est pour cela que ce sera un plaisir de revoir Mourinho au Meazza. Pour vous dire la vérité, je suis moi aussi curieux de le voir avec sa nouvelle vareuse. Jusqu’à présent, au Meazza, je l’ai vu au Meazza comme adversaire du Milan, jamais de l’Inter." Allez-vous le soutenir ? "Non, non je ne suis pas fou. Même si j’ai beaucoup de sympathie pour lui, je supporte l’Inter, José le sais et il le comprendra." Mourinho pourrait-il être touché par le fait de faire face à son ancien public ? "Je crois que oui, car il y a à l’Inter et chez les interistes un vrai lien, mais personne ne se fera de cadeau." Ses récentes sorties sur les arbitres vous rappellent-elles celles vécues lors de ses deux années à l’Inter ? "Tu sais quoi ? Le temps a beau passé, mais José se défendra toujours...... et il le fait assez bien (il rit)". Peut-être parce que les arbitres italiens ne lui sont pas sympathique ? "Je ne le dirais pas de cette façon car je ne crois pas que c’est le cas. José est tout simplement une personne qui n’est pas hypocrite, lorsqu’il défend son club, il le fait en mettant les mains dans le cambouis et en disant toujours ce qu’il pense. Ensuite, c’est Mourinho et lorsqu’il fait quelque chose, il le fait pour le bien." Comme ce geste du 20 janvier 2010 lorsqu’il a protesté en mimant les menottes face à Tagliavento qui venait d’expulser Samuel et Cordoba ? "J’ai souris ce jour-là et je souris encore maintenant lorsque j’y repense. Au-delà de la raison pour laquelle il a fait ce geste, il faut vraiment avoir un esprit spécial, comme le sien, pour protester de cette façon à chaud, c’était génial, vraiment génial." Au-delà des protestations arbitrales, passées et actuelles, le portugais ne parvient plus à la Roma à obtenir de grands résultats...... "Au début de saison, je pensais qu’il avait une bonne équipe mais qu’il ne disposait pas d’un noyau complet pour disputer le titre et je ne me suis pas trompé. A présent, il me semble que l’équipe s’est améliorée et il peut disputer une bonne seconde partie de saison. Pour lui, c’est une nouvelle aventure dans une place chaude et ce n'est jamais simple : Il faut lui donner du temps, mais il fera de belles choses." Vous êtes convaincu par le fait qu’il peut aussi gagner dans la Capitale ? "Selon moi, oui, sa carrière parle pour lui. C’est évident qu’il faut lui donner le temps de tout construire, mais je n’ai aucun doute sur ses capacités et sur le fait que c’est un gagneur." En attendant, il est parvenu à rentrer dans le cœur des tifosi Giallorossi...... "C’est normal, c’est quelqu’un qui vous veut du bien, il est aussi doué, sérieux et professionnel. Il séduit tout le monde car il ne prend pas les choses qui se présentent à lui de façon superficielle, il donne tout pour obtenir les résultats qui lui ont été demandé, voire plus." Friedkin a bien fait de l’engager alors ? "Je pense qu’il a pris l’un des meilleurs entraîneurs en circulation, et son retour a aussi été important pour le Calcio, c’est un entraîneur intelligent, sa présence est médiatique et ses capacités professionnelles sont une valeur ajourée pour la Serie A." Quelle est l’atout Plus du Special One ? "Au-delà de sa capacité à bien faire jouer l’équipe et à faire ressortir le meilleur de chacun, comme par exemple Zaniolo, je dirais qu’il excelle dans le fait de créer un rapport exceptionnel avec le groupe et qu’il sait toujours quelle chose dire." Avez-vous une anecdote ? "Lors de l’année du Triplé, lors du Derby retour, nous étions devant au score (1-0) mais Sneijder avait été expulsé et je voyais de la nervosité sur le terrain. J’étais parti au vestiaire pour tranquilliser les garçons et je les ai tous vu concentré et à l’écoute de Mourinho. Il expliquait ce qu’l fallait faire pour doubler la mise et tuer le match, même à dix, il y avait un calme olympien, on n’entendait pas une mouche voler." "D’autres entraîneurs pour motiver l’équipe aurait chargé l’arbitre mais José parlait uniquement de tactique, avec le sang-froid d’un pilote qui sait qu’il doit faire face à une situation des plus difficile. Pandev doublait la mise et nous l’avons emporté. Je ne me souviens plus en revanche de ce qu’a dit Mourinho en conférence de presse sur l’arbitrage, il rit." Quel match sera Inter-Roma ? "C’est difficile de le dire, les Giallorossi se présente suite à un match nul face au Genoa caractérisé par de nombreuses polémiques, l’Inter se présente après avoir jeté le Derby par la fenêtre d’une façon que je ne m’attendais pas, surtout vu comment s’était déroulé la rencontre." Si vous aviez été Président, qu’auriez-vous fait ? "Je laisse tomber certains discours, je suis resté surpris par la perte du rythme que l’Inter imposait depuis 65-70 minutes et le Milan en a profité. Les Derbys sont dangereux pour une équipe qui a l’avant et cette fois, nous avons pris une leçon nous. Une défaite de ce genre est riche d’enseignements et il faut surtout renouer immédiatement avec la victoire car ce mois de février est composé de match de haut niveau." Avez-vous peur que le Derby ait miné les certitudes du groupe ? "Je ne crois pas, l’équipe existe, elle est forte, composé de bons joueurs et d’un excellent entraîneur. Inzaghi s’est, pour moi, intégré très rapidement au Monde Nerazzurro et il est capable d’apporter encore plus à un groupe qui a gagné avec Conte. Tout le monde pensait avoir vu à ce moment-là l’Inter a son meilleur niveau. Pourtant sans Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen, elle est parvenue à faire mieux, le mérite en revient à Inzaghi qui a des capacités importantes. De temps en temps, des erreurs peuvent se produire, comme dans le derby, mais je pense qu'il fait beaucoup mieux que ce que beaucoup attendaient." Serez-vous un Tifoso serin et optimiste ? "Je le suis et les autres tifosi doivent l’être aussi, je suis convaincu que l’Inter vivra une belle fin de saison." Reste-t ’elle la favorite pour le Scudetto ? "Je ne parle pas de favorite, je dis qu’elle peut l’emporter, mais que ce ne sera pas facile, le Napoli m’impressionne énormément, il dispose d’un axe central redoutable et il me semble qu’il a surmonté sa période de difficulté." Pensez-vous à la seconde étoile ? "Elle serait si belle sur ce Maillot Nerazzurro, j’en suis convaincu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Le Mercato 2021/2022 a réécrit l’histoire et bouleversé le classement historique des ventes les plus lucratives de la Serie A : Les transactions relatives à Romelu Lukaku, Dusan Vlahovic et Achraf Hakimi ont fait une entrée retentissante dans le Top 10 de la Botte Révélation de Calcio&Finanza La vente de Romelu Lukaku qui est passé de l’Inter à Chelsea l’été dernier, pour 113 millions d’euros, a surclassé celle de Paul Pogba transféré de la Juventus à Manchester United à l’été 2016, la Juventus ayant encaissé 105 millions d’euros. Sur le podium, on retrouve l’opération lié à l’Axe Napoli-Juve et l’attaquant argentin Gonzalo Higuain qui fut transféré contre l’activation d’une clause libératoire à 90 millions d’euros lors de l’été 2016. Sorti du podium, on retrouve la vente de Zinedine Zidane transféré de la Juve au Real Madrid pour 77,5 millions d’euros à l’été 2001. Zizou reste toutefois devant le recrutement de Dusan Vlahovic transféré cet hiver de la Fiorentina vers la Juventus pour 70 millions d’euros. En fin de ce TOP 10 spécial Serie A, on retrouve les opérations liant l’Inter au Paris-Saint-Germain pour Achraf Hakimi, cédé pour 66,5 millions d’euros et l’opération menant Joao Cancelo de la Juventus à Manchester City pour 65 millions d’euros. Quelle est selon vous la meilleure opération réalisée par l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. L’agent de Robin Gosens, Paolo Busardò a confirmé que l’affaire était bouclée, depuis l’accord trouvé avec l’Atalanta: La fumée blanche est arrivée à la Viale Della Liberazione. Sa déclaration à Fcinter1908.it "Affaire faite avec l’Inter pour Gosens, c’est une opération à 25 millions d’euros pour bonus. Demain, Robin passera la visite médicale, le joueur est super content." Le contrat que Robin paraphera sera valide jusqu’au 30 juin 2026, l’officialisation aura lieu après la traditionnelle visite médicale du joueur. Après Achraf Hakimi, Giuseppe Marotta démontre à nouveau toute l’étendue de son talent ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Une opération éclair qui n’est pas sans rappeler celle d’Achraf Hakimi. Il n’y a pas à dire, la gestion sportive Made In Marotta excelle à tous les niveaux: Comme nous le révèle Sky Sport, l’Inter et l’Atalanta sont parvenu à un accord : "L’opération serait un prêt avec une obligation d’achat pour la somme de 22 millions d’euros plus bonus." Selon Alfredo Pedullà: "Il y avait un pacte entre le joueur et son club durant l’été : Il ne voulait pas rejoindre Newcastle. A l’Inter, le joueur paraphera un quadriennal pour un salaire d’environ 3 millions d’euros plus bonus." Une MasterClass du Padrino C'est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: "La formule de l'opération sera définie en détail aujourd'hui, mais l'approche d'hier envisageait un prêt initial, avec une obligation de rachat qui deviendra obligatoire lorsque certaines conditions seront remplies. Celle-ci aura lieu après 18 mois, c'est-à-dire pour le 30 2023. Dès que les détails seront réglés, l'arrière gauche allemand arrivera à Milan : il est attendu dans la ville pour passer la visite médicale dès demain. L'Allemand va signer un contrat jusqu'en juin 2026 pour 3 millions d'euros nets, avec là encore l'inclusion de primes de performance." "Gosens est prêt à rejoindre ses nouveaux coéquipiers, et son oui à l'Inter est total . Par rapport à l'offre de Newcastle, c'est évidemment la possibilité de jouer pour gagner le Scudetto qui le convainc, et plus encore la vitrine européenne : Gosens pourra être utilisé en Ligue des Champions malgré la phase de groupe disputée avec l'Atalanta, comme le permet désormais le règlement de l'Uefa." "Le joueur est actuellement blessé. Il est absent depuis septembre en raison d'une blessure à l'ischio-jambier droit. Les examens médicaux des Nerazzurri seront évidemment approfondis : les dernières nouvelles parlent d'un retour sur le terrain prévu pour la fin du mois de février". Comme quoi, peu importe la puissance financière d'un club: le Charisme ne s'achète pas! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. 70% de possession de balle, 16 tirs contre 3: une domination totale, mais il aura fallu attendre, une nouvelle fois, les dernières secondes de la rencontre pour voir l’Inter remporter méritoirement les trois points face à une équipe de Venise qui avait tout simplement garer le bus. Source: La Tribuna.fr Il s’agit probablement de l’une des pires prestations de l’Inter d’Inzaghi cette saison, les joueurs étant physiquement fort atteint, toutefois ces trois points offrent au Nerazzurri 4 points d’avance et un match en retard encore à disputer, avant de disputer le Derby Della Madonnina face au Milan, sans oublier le Napoli qui suit derrière. Pourtant la rencontre débute très mal vu qu’après 15 minutes de jeu, Thomas Henry ouvre le score pour Venise contre le cours du jeu, une reprise de la tête à bout portant qui trompe un Samir Handanovic qui n’est pas exempt de tout reproche et un naïf Milan Skriniar. L’Inter n’abdique pas et continue à vouloir pratiquer son football, en rencontrant cette fois, les pires difficultés à la construction, Venise étant très bien organisé en phase défensive et agressif sur l’homme. L’Inter parvient à égaliser dans la polémique: En effet, à la 40’ Edin Dzeko dispute un ballon aérien avec Marco Modolo, qui reste allongé sur le sol en retombant, l’Inter comme expliqué après sa seule et unique défaite face à la Lazio à Rome, a décidé de ne plus jamais arrêter de jouer. La conséquence est simple, l’action se poursuit avec Matteo Darmian qui centre dans la surface de réparation, Ivan Perisic reprend à la volée et vois son tir contrée par un excellent arrêt de Lezzerini. Manque de bol pour le gardien vénitien, Nicolò Barella avait suivi l’action est égalise dans le but vide. Après un contrôle de la Var, le but est validé Le scénario de la seconde période est presque un copier-coller de la première, si ce n’est que Venise tente un peu plus de jouer offensivement. A la 72’ arrive l’entrée de Denzel Dumfries en lieu et place d’un Matteo Darmian moins bien. Ce remplacement sera décisif étant donné qu’à la 90’ de jeu, Dumfries déborde sur son aile et expédie un centre aérien qui épouse le front d’Edin Dzeko, le Cygne de Sarajevo ne se fait pas prier pour faire sauter le cadenas. L’Inter remporte la mise et pourra enfin se recharger les batteries après un premier tour de force réussi. Le Saviez-Vous ? Décrié en début de saison, Denzel Dumfries a su se libérer et a trouvé sa vitesse de croisière, celui qui était amené à remplacer Achraf Hakimi, il est l’auteur de la passe décisive qui a permis à l’Inter de l’emporter via Edin Dzeko. Mieux encore, lors des sept dernières rencontres de championnat, l’international hollandais a participé à quatre buts : Trois passes décisives et un but ! Reste à savoir s’il finira par sourire un jour en match ! Tableau récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Venezia Buteur(s): 19’ Henry (V), 40’ Barella (I), 90’ Dzeko (I) Inter : 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (46’ 32 Dimarco); 36 Darmian (73’ 2 Dumfries), 23 Barella (73’ 22 Vidal), 77 Brozovic (82’ 8 Vecino), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic; 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (73’ 7 Sanchez) Banc : 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Venezia : 12 Lezzerini ; 32 Ceccaroni, 31 Caldara, 13 Modolo ; 19 Ullmann, 21 Cuisance (66’ 23 Kiyine), 5 Vacca (25’ 16 Fiordilino), 8 Tessmann (66’ 42 Peretz), 44 Ampadu ; 77 Okereke (82’ 11 Sigurdsson), 14 Henry (82’ 20 Nani) Banc : 1 Maenpaa, 91 Neri, 3 Molinaro, 20 Almeida, 40 Makadji, 56 Mozzo, 57 Issa, 58 Pecile T2 : Alberto Bertolini Arbitre : Matteo Marchetti VAR : Paolo Silvio iMazzoleni Averti(s) : Barella (I), Bastoni (I), Lezzerini (V), Bertolini (V), Modolo (V), Kiyine (V), Caldara (V), De Vrij (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. C’est une information de Calcio&Finanza : Le chiffre d'affaires total de l’Inter pour le trimestre clôturé au 30 septembre 2021 a diminué de 48,3 millions d'euros (soit 40,4 %) pour atteindre 71,2 millions d'euros, contre 119,5 millions d'euros pour le trimestre clôturé au 30 septembre 2020. Cette comparaison est fortement impactée par la pandémie COVID-19 et, plus particulièrement: Le report de la dernière partie de la saison 2019/2020 au deux premiers mois de la saison 2020/2021, ce qui a entraîné un report des recettes à hauteur de 62,0 millions d'euros de l'exercice clos au 30 juin 2020 vers le trimestre clôturé au 30 septembre 2020, ce qui a augmenté les recettes commerciales et médiatiques pour le trimestre au 30 septembre 2020 (soit 19,0 millions et 43,0 millions d’euros respectivement). Le report du début de la saison 2020/21 au mois de septembre 2020, ce qui a entraîné la reconnaissance différée de revenus à hauteur de 16,0 millions d'euros ajouté aux derniers trimestres de l'exercice terminé au 30 juin 2021, en diminuant les revenus commerciaux et médiatiques pour le trimestre au 30 septembre 2020, (de 6,0 millions d'euros et de 10,0 millions d'euros respectivement) Tous les matches joués à huis clos au cours du trimestre se clôturant au 30 septembre 2020 en comparaison aux matches disputé à 50 % de la capacité du stade au cours du trimestre se clôturant au 30 septembre 2021, en générant une augmentation des recettes pour chaque journée, lors du trimestre se clôturant au 30 septembre 2021 (soit 6,1 millions d'euros) De plus, il y a une diminution nette de recettes globales au cours du trimestre clos le 30 septembre 2021 par rapport aux trimestre clos le 30 septembre 2020. Il faut également prendre en compte, la rupture du contrat liant l’Inter à Beijing Imedia Advertising Co., Ltd à compter du 1er juillet 2021 (alors qu’au cours du trimestre clôturé au 30 septembre 2020, 6,3 millions de recettes dans le cadre de cet accord avait été comptabilisé). Les coûts opérationnel totaux de l’Inter au trimestre clos au 30 septembre 2021 ont augmenté 18,9 millions d'euros (soit 17,1%) pour atteindre 129,3 millions d'euros, contre 110,5 millions d'euros pour le trimestre clôturé au 30 septembre 2020, menés par : Les coûts directs (frais d'agent et la contribution de solidarité de la FIFA) découlant des ventes et des droits d'enregistrement d'Achraf Hakimi au Paris Saint-Germain Football Club en juillet 2021 et de Romelu Lukaku au Chelsea Football Club en août 2021 Une dépréciation des actifs à hauteur de 15,3 millions d'euros pour le trimestre clos le 30 septembre 2021 (il n’y avait rien au trimestre clos le 30 septembre 2020), relative à la dépréciation de la valeur comptable nette des droits d'enregistrement à la date de la résiliation, et d'un commun accord, du contrat du joueur de l’équipe-première: Christian Eriksen qui, à la suite d'une grave blessure survenue lors de l’Euro en juin 2021, a été interdit par l'Autorité Sanitaire Italienne de jouer en Serie A en décembre 2021 ; Les coûts directs pour l'organisation des match à domicile suite à la réouverture partielle du Giuseppe Meazza Une pénalité découlant de l'annulation de la tournée commerciale estivale prévue initialement en Floride et annulée pour éviter tout risque lié aux infections par le COVID-19. "L'augmentation du total des coûts d'exploitation a été partiellement atténuée par la baisse de l'amortissement des droits d'enregistrement des joueurs (en baisse de 7,0 millions d'euros, soit 20,7 %) en raison des mesures prises dans le cadre de la campagne du mercato estival 2021, en particulier, (i) la résiliation anticipée des contrats de certains joueurs et de la vente des droits d'enregistrement des joueurs avec des taux d'amortissement élevés remplacés par des joueurs avec des coûts d'acquisition plus faibles." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. L'ancien président légendaire de l'Inter, Massimo Moratti, estime que l'Inter est désormais une équipe particulièrement agréable à regarder sous la direction de Simone Inzaghi. S'exprimant sur la chaîne YouTube de Gianluca Rossi, l'ancien président a fait l'éloge de l'actuel entraîneur des Nerazzurri et a donné son avis sur d'autres sujets au sein du club. Au cours de la première moitié de la saison, l'Inter a montré qu'elle était capable d'aller chercher son deuxième Scudetto consécutif en tant que favori, tout en maintenant un niveau de jeu élevé. L'entraîneur Inzaghi s'est bien acquitté de sa tâche dans son environnement et a prouvé qu'il était le bon choix après quelques doutes initiaux quant à sa capacité à faire facilement la transition après avoir entraîné la Lazio. Moratti adore ce qu'il voit, et pense que c'est très agréable d'être un fan de l'Inter en moment. "Je m'amuse vraiment", a-t-il déclaré. "Dès le début, Inzaghi a fait comprendre qu'il ferait bien jouer l'équipe". "Il a tenu sa promesse, parce que l'équipe joue de mieux en mieux", a-t-il ajouté. "Et en ayant toute l'équipe disponible, il a aussi la possibilité, surtout avec les cinq changements disponibles, de faire appel à des joueurs frais au cours du match", a-t-il poursuivi. Moratti a déclaré : "Il tire le meilleur parti des nouvelles règles, félicitations à Inzaghi parce que quand vous allez au stade, cette équipe est amusante à regarder." Sur la possibilité d'un autre Scudetto, il a dit que "Ce serait le bon moment et je pense que l'Inter peut facilement rivaliser pour gagner le Scudetto. Nous espérons qu'il arrivera bientôt". En ce qui concerne le départ de l'ancien entraîneur principal Antonio Conte au cours de l'été, il a déclaré : "Peut-être qu'il ne pensait pas que le club était suffisamment préparé pour construire l'avenir." "Les responsables n'ont pas gagné sa confiance ou n'ont pas répondu de manière adéquate, alors il a décidé qu'il voulait partir et s'en est allé", a-t-il poursuivi. "Il a mal jugé l'Inter parce qu'il a accordé trop peu de valeur à ce qui était déjà là", a déclaré Moratti à propos de Conte. "Nous avons tous pensé que les départs de Romelu Lukaku et d'Achraf Hakimi étaient la raison de son départ", a-t-il poursuivi, "mais en réalité Inzaghi et Marotta nous ont fait comprendre qu'avec quelques ajustements l'équipe fonctionne de la même façon et même mieux." Il a ajouté que "Conte a fait le choix qui lui semblait le meilleur pour lui, parce qu'il est à Tottenham maintenant, mais il aurait pu éviter de le faire comme ça." Au sujet des joueurs de l'équipe actuelle de l'Inter qui, selon lui, auraient pu s'intégrer dans sa propre équipe, il a nommé : "Certainement Nicolo Barella, il me rappelle Nicola Berti, même si pas totalement." "Lautaro Martinez ne me dérange pas car il a une grande classe même si elle ne se manifeste pas toujours à 100%", a-t-il ajouté. "Le reste est également génial", poursuit l'ancien président, "Edin Dzeko fait plaisir à regarder, la défense est solide, Marcelo Brozovic a montré une croissance incroyable." "Il avait essayé de nombreux rôles et maintenant il est franchement excellent", a-t-il dit à propos du milieu croate, qui est selon lui "humble et joue à un niveau incroyable." Au sujet du président Steven Zhang, il a déclaré : "Je n'ai pas eu de nouvelles de lui ces derniers temps car il vit en Chine. Je dois dire que tout ce qu'il a fait a toujours montré le respect que sa famille a toujours eu pour l'Inter." "Et précisément pour ce respect, j'imagine qu'il va regarder autour de lui pour voir s'il y a quelqu'un qui peut mieux soutenir le club dans cette situation. Nous devons nous habituer à cela", a-t-il poursuivi. Au sujet de l'échec du projet de Super League, M. Moratti a déclaré que "l'UEFA a également pris une raclée de son côté". "C'est peut être ce dont certaines équipes ont besoin, mais avec certaines compétitions, vous devez faire un bon travail de préparation, mais vous devez aussi impliquer les membres de nombreuses équipes", a-t-il poursuivi. Concernant le projet InterSpac des tifosi des Nerazzurri, il a déclaré : "Je crois que c'est une chose de s'organiser entre fans pour essayer de participer et d'avoir une voix dans l'équipe, mais c'en est une autre d'essayer d'acheter le club qui est énorme et difficile à gérer." "Je pourrais participer", a-t-il poursuivi, "ils me flattent beaucoup et on comprend que mon intervention pourrait être décisive. Mais pour l'instant, ce n'est pas possible." Sur la possibilité d'un autre Moratti dans un rôle important à l'Inter, il a répondu "Qui sait... peut-être mes enfants ?". "Ce sont des tifosi et ils aiment l'Inter", a-t-il poursuivi, "et c'est ce qui importe le plus, mais cela ne change rien au fait que les choses n'arrivent que lorsque le moment est propice." "J'étais en charge quand les circonstances s'y prêtaient", a-t-il poursuivi. "Que ce soit bien ou mal, parce que même à l'époque, cela pouvait être considéré comme de la folie, mais c'était tout de même quelque chose pour laquelle les circonstances étaient réunies." "Maintenant, l'ampleur du club pourrait rendre la chose difficile", a-t-il ajouté, "je leur laisse donc l'avenir. Mais la possibilité de voir à nouveau une famille italienne propriétaire semble très éloignée." Réfléchissant à son passage à la tête du club, Moratti a déclaré : "Le triplé a certainement été la plus grande joie que le club m'a donnée." "C'était un effort et un sacrifice de la part des joueurs, qui ont fait preuve d'un grand engagement du genre qui me rend encore reconnaissant envers ces gars et envers le coach", a-t-il poursuivi. "Et si nous parlons d'autres beaux moments, j'ai trouvé la première année de Ronaldo très stimulante", a-t-il poursuivi, "c'était une équipe qui a commencé quelque chose qui aurait pu durer longtemps et être magnifique mais au lieu de cela a été coupé court." "Mais c'était quand même un moment très émouvant", a-t-il ajouté. "Ce furent deux très bonnes saisons, et l'Inter m'en a donné beaucoup : chaque match, tous les efforts et les différents joueurs, l'émotion des tifosi, j'ai beaucoup apprécié." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  20. L'ancien milieu de terrain de la Juventus et de l'Inter et ex-entraîneur de l'Inter, Marco Tardelli, estime que les Nerazzurri sont actuellement au sommet de la Serie A. S'adressant au journal milanais Gazzetta dello Sport, Tardelli a exposé certaines des raisons pour lesquelles il pense que l'Inter est actuellement l'équipe la plus forte de Serie A. L'Inter a connu un bon début de saison, mais s'est retrouvé à la traîne de l'AC Milan et du Napoli, qui ont connu un début de saison presque parfait. Au cours des dernières semaines, cependant, la force des Nerazzurri a commencé à se manifester et ils se sont établis en haut du classement, garantissant mathématiquement le statut de "Champions d'Hiver". Tardelli estime que cela reflète bien leur qualité par rapport à leurs rivaux, et il pense également qu'ils ont une bonne chance contre Liverpool, leur adversaire des huitièmes de finale de la Ligue des champions. "C'est l'équipe la plus forte avec une certaine marge d'avance", a-t-il déclaré au sujet des Nerazzurri. "Et pas seulement parce que le tableau le dit". "Je les vois comme une équipe très calme", a-t-il poursuivi, "avec des joueurs qui ne montrent aucun signe de stress. Inzaghi a bien réussi à changer le style de jeu, à gérer le vestiaire. Il était le choix parfait". "Les raisons de ce succès vont bien au-delà du fait qu'il a maintenu le système 3-5-2", a-t-il ajouté. "Ce n'était pas facile de repartir sans Lukaku, Hakimi, Eriksen, ainsi que Conte, après tout ce que l'équipe avait fait avec lui. Bien sûr, Antonio a montré plus de stress. Inzaghi a cependant dû relever le défi d'établir sa crédibilité immédiatement", a-t-il ajouté. "Je dirais qu'il l'a très bien travaillé". Il a expliqué que "pour le moment, leurs chiffres sont impressionnants. Ils marquent plus que n'importe qui d'autre et ils n'ont pas encaissé de but en cinq matchs." "Mais les matchs se décident toujours au milieu de terrain, sauf si vous avez un Maradona qui va tout décider tout seul", a-t-il poursuivi. "Le milieu de terrain protège la défense et met en place l'attaque", a-t-il poursuivi. "Il suffit de regarder comment Brozovic et Perisic jouent. Marcelo n'a jamais été décisif, il dirige toute l'équipe, prend des risques et pourtant ne perd pas de mauvais ballons en dehors de sa zone." "Ivan est dévastateur, beaucoup plus régulier que la saison dernière", a-t-il ajouté. "Inzaghi lui a donné un nouveau souffle". Au sujet de la forme de Calhanoglu cette saison, Tardelli a déclaré : "Sa qualité a toujours été là, mais je pense qu'il bénéficie de faire partie d'une équipe qui pratique un bon style de football." Il s'est également penché sur le match de Ligue des champions contre Liverpool, déclarant que "J'entends dire que Liverpool est injouable. Mais aucune équipe ne l'est, surtout pour cette Inter, qui peut tout faire." "L'important est qu'ils aillent sur le terrain et prennent du plaisir à jouer au football", a-t-il poursuivi. "Mais contre un adversaire comme Liverpool, il faut avoir une attitude différente, en termes d'intensité et de relation avec les arbitres." "Les fautes commises lors du match d'hier entre Liverpool et Tottenham auraient entraîné des suspensions de dix jours en Italie, a-t-il ajouté. Liverpool est aussi presque arrogant, trop conscient de sa force", a suggéré Tardelli. ®Oxyred – Internazionale.fr via InterSempre.
  21. C’est une révélation Defensa Central : L’explosion de Denzel Dumfries, qui parvient en fin à surmonter les compréhensibles difficultés d’adaptation du début de saison, est observée d’un très bon œil dans la Capitale Espagnole. " "Profitant" de la blessure de Matteo Darmian, il peut commencer à prétendre à ce maillot de titulaire que comptait lui offrir la Direction Nerazzurra, elle qui était convaincue qu’il était capable de remplacer Achraf Hakimi." "Sa croissance n’est pas passée inaperçue, également à l’international : L’ancien du PSV Eindhoven serait l’un des profils surveillés par le Real Madrid pour renforcer son aile droite. Ce monitoring n’est pas une nouveauté pour le club madrilène qui l’évaluait déjà et avec attention, avant qu’il ne soit transféré à l’Inter." Selon vous, l’aile droite Nerazzurra pourrait-elle être, à nouveau, le poste à combler lors du prochain mercato estival ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Interviewé par 90° Minuto diffusé sur la Rai2, Giuseppe Marotta a fait le point en cette mi-saison de championnat Simone Inzaghi "J’imaginais qu’il y allait rencontrer plus de difficultés, mais en réalité, il s’est immédiatement inséré dans notre environnement, avec le soutien de la Direction. Il est parvenu à démontrer sa valeur et il représente, aujourd’hui, la valeur ajouté de notre aire technique." Souviens-toi l’été dernier "Durant l’été, nous avons été investis de turbulences temporelles, mais nous avons trouvé notre Etoile du Nord, prête à nous guider de la meilleure des façons. Nous avons su compenser les départs d’Antonio Conte, d’Achraf Hakimi et de Romelu Lukaku, en plus du problème qu’a connu Christian Eriksen. Le travail d’Inzaghi s’exprime au mieux." La seconde étoile "C’est l’objectif que nous avons tous préfixés et que nous voulons atteindre." Antonio Conte Si Conte s’en veut ? "Je ne le crois pas. Ce n’est jamais utile d’aller ressasser le passé. Je crois qu’il a laissé une empreinte importante dans notre processus croissance, sous l’aspect tactique et mental : Son travail a été très fructueux, comme l’est celui d’Inzaghi : Nous voulons répéter la victoire de l’année dernière, j’y tiens pour nos tifosi et pour la propriété." Mauro Icardi Icardi à la Juve ? "L’Italie n’est plus l’Eldorado du football: Aujourd’hui, nous sommes un championnat de transition. C’est normal que, si des joueurs importants puissent revenir ici, qu'il s'agira de quelque chose de bénéfique : Je ne parle pas de lui, c’est un joueur du Paris-Saint-Germain. Je suis content des attaquants qui sont à notre disposition." Mondial Biennal "L’hypothèse de la Super League est née comme un cri d’alarme des clubs adhérents. Ce football ne représente plus un modèle soutenable et il a besoin d’un réaménagement général. Même notre Gouvernement a dû démontrer plus d’attention et de sensibilité envers le Calcio qui représente un modèle d’agrégation très important. C’est une partie de notre industrie, qui verse dans les caisses de l’Etat, un milliard d’euro par an. Nous ne demandons pas de réductions, mais plus d’attention et de collaboration." Joe Baronne "J'ai soumis une demande à la Lega pour que tous les clubs présentent, au nom de la transparence, leurs dettes aux membres et aux autorités fiscales. Tant en ce qui concerne la saison dernière que celle en cours. Cela témoigne du fait que l’Inter a toujours tout respecté. A l'Assemblée, je lui ai dit ce que j'avais à lui dire, que l’Inter est pour la transparence, ce qui a mis en lumière cette situation. Nous avons toujours rempli nos obligations, en respectant tous les délais. Je lui ai demandé de limiter ces remontrances désagréables". Marcelo Brozovic "Nous avons diverses thématiques à affronter : Je suis content des joueurs en fin de contrat et nous sommes avancés dans les négociations les concernant, je me souhaite de pouvoir les finaliser positivement : Il a exprimé sa volonté de vouloir rester à l’Inter, nous devons trouver l’accord économique, mais je suis optimiste." Luis Alberto "C’est tôt, je ne veux pas m’exprimer sur le futur, j’aborderai ces sujets au moment opportun." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Alessandro Bastoni s’est livré sur son passé, son présent et son futur, sur et hors du terrain à la Repubblica. La Famille Quand as-tu compris que tu voulais devenir footballeur ? "A Parme en Serie A, la première fois où j’étais titulaire, je me suis dit : "Ale, si tout va bien, c’est fait". Nous avons gagné à Turin et j’ai finalement pu charrier mon père." Il a joué pour Cremonese...... "Quand j'étais enfant, il faisait son malin à chaque fois. Maintenant, c'est moi qui lui rappelle qu'il n'a pas joué la moitié d'un match en Serie A, mais il se croit toujours plus fort que moi. Nous en plaisantons parce que nous savons que nous en sommes arrivés ici ensemble." Sur vos protège-tibias, on retrouve l’image de vos frères…. "Oui et je les embrasse en avant-match, j’ai choisi le numéro 95 car c’est l’année de naissance de mon frère aîné. Le cadet m’a dit : "Et moi?" C’est comme ça que j’ai eu cette idée : Il n’y a pas de jalousie entre nous et j’en suis chanceux." Jouer vous encore au football ensemble ? "Le plus grand est arrivé jusqu’en Serie C et il a ensuite choisi les études, le plus jeune a une aversion pour le football : Il me demande de lui raconter quelque choses pour répondre aux demandes de ses amis." Après l’Euro, êtes-vous retourné là où tout a commencé ? "C’était beau car je me suis identifié aux enfants, j’étais un petit compétitif qui rêvait, comme eux, de devenir footballeur." Comment transforme-t-on le talent en succès ? "Chez les plus jeunes de l’Atalanta, j’ai rencontré des garçons bien plus talentueux que moi, je m’entrîinais avec les plus grands ce qui était difficile. Mon père m’a appris à ne jamais abandonner. Il m’a accompagné durant tant d’années de Cremona à Zingonia en aller-retour : 130 kilomètres sans jamais me le faire ressentir. Avec une autre famille, j’aurais eu un autre métier aujourd’hui." Etiez-vous un Tifoso enfant ? "Papa est de sang interiste et il m’a transmis sa foi, lorsque je commets une erreur en plein match, il m’en veut." Votre mère, lors de la fête du Scudetto vous a offert de la Pizza et vous a essuyé votre bouche avec une serviette… "Elle a toujours été proche de moi. J’aime être avec elle et aller manger un plat de Tortelli. Fais maison: comme ça le nutritionniste n’enrage pas!" Les modèles Vous avez les pieds et la vision d’un meneur de jeu : Qui vous a imaginé au poste de défenseur ? "J’ai toujours joué derrière, les qualités techniques sont apparues à l’Atalanta avec Mino Favini et Gianluca Polistina. Je passais des heures à m’améliorer." Quelle est votre idole footballistique ? "Sergio Ramos : J’admire tout de lui, comment il est sur le terrain, sa personnalité : Pour mon anniversaire, il m’a offert son maillot et j’ai aussi pu échanger avec lui." Que vous êtes-vous dit ? "Belle demande, on parlait espagnol et j’ai perçu la personne, plus que le joueur, il est comme Materazzi." Ramos et Materazzi : La fourberie s’apprend-t’elle ou est-elle innée ? "Cela peut se travailler, mais ce n’est pas simple, tout comme la légende qui dit que les bons joueurs sont techniquement bons sont mous caractériellement." Voudriez-vous être plus vicieux ? "Non, il y a eu une période où je prenais trop d’avertissements, je crois que je peux m'améliorer en tout grâce à d’exceptionnels équipiers." L'Inter d'Inzaghi Jusqu’où peut arriver cette Inter ? "C’est beau d'avoir le Scudetto sur le torse, nous prouverons à tous, et de toutes les façons possible, que nous le conserverons : Il y a aussi la Ligue des Champions." Comment avez-vous réagi lorsque vous êtes passé de l’Ajax à Liverpool, suite à une erreur de tirage...... "Je n’ai pas juré, si c’est votre question: J’ai aussi écrit la préface d’un livre pour un Curé. Blague à part, nous devrons réaliser deux grands matchs : Jouer à Anfield sera extraordinaire." Vous divertissez-vous sur le terrain ? "Oui, Inzaghi nous donne la liberté qui nous permet de nous souvenir que le football est un jeu : Même lorsque tu es mené." Face à Cagliari, vous êtes rentré dans la surface en dribblant une série d’adversaire…. "J’aime énormément sortir de ma zone, et lorsque je vois une possibilité, je tente de marquer. Cela ne s’est pas bien passé, j’espère que cela ira mieux la fois prochaine." Hors du terrain En dehors du terrain, vous semblez toujours être un bon pochtron, est-ce une réalité ou les réseaux sociaux exagère-t ’il la réalité ? "Hélas, les réseaux sociaux n’exagèrent rien, disons que j’aime beaucoup me divertir." Qui est le meilleur aux fléchettes ? "Brozo est le champion indiscuté." Gasperini, Conte, Inzaghi, Mancini. Partant des caractères : quels duos formeriez-vous ? "Je mettrais Gasperini avec Conte et Mancini avec Inzaghi : Les deux premiers sont toujours sur la brèche. Inzaghi et Mancini, en plus d’être fort engagés, attachent une importance au contact humain : Le résultat est que nous somme plus relaxé lors des moments cruciaux." Conte blindait la défense en abaissant le cendre de gravité de l’équipe : Inzaghi, en revanche, augmente le pressing...... "Aujourd’hui, nous avons moins la possibilité de partir en contre : Edin et Romelu sont différents et nous nous sommes adaptés." L’Italie Ressentez-vous la responsabilité de devoir reprendre l’héritage de Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini en défense ? "Oui, je ressens cette urgence, je suis impatient de me montrer protagoniste aussi en équipe nationale." La seule erreur de votre carrière fut lors d’Italie-Espagne à l’Euro, mais vous avez immédiatement démontré être capable de retrouver immédiatement votre niveau : D’où puisez-vous cette maturité ? "C’est caractériel, je suis serein : En plus du football, j’ai en tête d’autres pensées qui m’apaise : A partir de ma fille qui va naître en janvier." Comment allez-vous l’appeler ? "C’est ma compagne qui me le dira lorsqu’elle l’aura trouvé. Elle partage mes valeurs : Léducation, la reconnaissance, la générosité, elle étudie le design, elle aimerait trouver un bon job : Ses réalisations sont aussi importantes que les miennes." Si l’Italie ne devait pas se qualifier en mars, l’absence en Coupe du Monde passerait à 12 années : Cette pensée vous effraie-t ’elle ? "Non, même pas dans l’antichambre de nos cerveaux : Nous sommes Champions d’Europe en titre, nous devons y parvenir." Qui méritait le Ballon d’Or ? "Vu que je n’étais pas en course : Lewandowski ou Jorginho". Allez-vous encore tirer les penalty en équipe nationales ? "Certainement, tout comme Lautaro : Il n’y a que celui qui n’en a jamais tiré qui n’en a jamais raté." Ses anciens équipiers Échangez-vous avec Eriksen ? "Oui, c’est lui qui nous a rassuré et non l'inverse : Je lui souhaite de vivre la vie qu’il désire : En plus du fait d’être un champion, c’est une belle personne." Et avec Hakimi et Lukaku ? "Hakimi est mon compagnon de Playstation, et il est très mauvais. Quant à Romelu, je lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle aventure." Le schéma de la rampe de lancement pour Barella, lors d’Inter-Juve (2-0), a-t-il été importé d’Angleterre par Conte ? "Non, nous l’avons toujours testé : J’ai gagné notre dernière partie d’entrainement avec celui-ci. Le problème est que les adversaires nous étudient : Nous devons imaginer de nouvelles choses." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. L’ancien Administrateur-Délégué est sans conteste l’un des principaux artisan du renouveau conquérant Nerazzurro: Entré en poste le 13 décembre 2018, Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport de l’Inter. Sur le banc de touche on retrouvait Luciano Spalletti et Mauro Icardi comme capitaine et Leader de l’équipe. Le retour en Ligue des Champions aura vu l’équipe disputer la phase de groupe avant d’être reversé en Europa League. 16 décembre 2021, soit un tout petit peu plus de trois années ont passé et la situation est totalement différente : On retrouve à la tête du groupe Simone Inzaghi et sur le maillot une certaine cocarde tricolore. De plus, le club a retrouvé sa compétitivité aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Italie Le Triennal de Marotta entre passé, présent et futur L’avènement de Marotta fut clairement décisif pour convaincre Antonio Conte d’épouse le projet Nerazzurro. "Pour réduire l’écart avec la Juventus, il n’est pas utile de se lancer dans des proclamations, mais d’avoir une Culture du travail accompagnée du sens d’appartenance envers le club" - Dixit Marotta le jour de son intronisation Des mois intenses et délicats suivantes avec la gestion du cas Icardi et un vestiaire qui a implosé : Mais finalement, le dirigeant est parvenu à redresser la situation, en recrutant Conte à Milan L’été 2019 est celui de la construction de l’Inter qui en deux saison permettra la conquête d’un Scudetto via une campagne de transfert pharaonique : Romelu Lukaku, Nicolò Barella, Stefano Sensi, Alexis Sánchez, Valentino Lazaro et Diego Godin, sans oublier les retouches hivernales Christian Eriksen, Ashley Young et Victor Moses. Pour la première année de Conte, l’équipe accroche la seconde place en Serie A et s’incline en Finale de l’Europa League face à Séville. C’est exactement à partir de ce dernier que débutera la chevauché menant au Scudetto malgré un mercato estival 2020 pratiquement inexistant, la faute à la pandémie liée au Covid-19 qui inflige de sérieuses séquelles à tous, et pas uniquement à l’Inter. Le temps de célébrer un succès retrouvé et l’importante satisfaction d’avoir mis un terme à la Domination de la Juve qu’il avait lui-même créé est bref : Giuseppe Marotta et Piero Ausilio faisant face à un été difficile avec des départs importants : Antonio Conte, Romelu Lukaku et Achraf Hakimi, sans oublier la dramatique situation entourant Christian Eriksen. Pourtant comme le démontre le terrain, les joueurs ont été bien remplacés via les affaires conclus pour s’attacher les services d’Hakan Çalhanoğlu, Edin Džeko, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Ceux-ci sont accompagné par le choix de miser sur le "nouveau Massimiliano Allegri": Simone Inzaghi qui s’est montré capable de reprendre l’héritage d’Antonio Conte avec pragmatisme et empathie envers le groupe, ce qui n’est pas sans rappeler « Max » à Turin en 2014 Le présent et le futur Le parcours de Marotta n’est pas terminé, même si le principal intéressé a confirmé que l’Inter sera le dernier club de sa carrière, lui qui songerait à se renouvellent dans un poste à niveau institutionnel. Giuseppe Marotta n’est pas simplement qu’n très grand gestionnaire de club, d’homme et de vestiaire, c’est un dirigeant compétent en plus sur les terrains, disposant d’un poids politique à la Lega. Giuseppe Marotta est de la Vieille Ecole, comme Adriano Galliani : Il sait et s’occupe de tout. Il se confronte avec les Présidents des Tops Clubs Européens, mais aussi avec les jardiniers d’Appiano Gentile. Comme déjà dit, l’Histoire de Marotta à l’Inter ne prendra pas fin au 30 juin 2022, date de la fin de son contrat actuel. Depuis longtemps, Marotta, comme Piero Ausilio et son adjoint Dario Baccin, sans oublier Samaden, le Responsable des jeunes, est en négociation avec Suning pour prolonger son contrat, et malgré les hauts et les bas connus par la propriété, Giuseppe Marotta restera toujours à la barre Comment jugez-vous et analysez-vous le triennal de notre Padrino préféré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Piero Ausilio, le Directeur Sportif de l’Inter, s’est livré en exclusivité sur Sky Sport : D’un début de saison estival difficile à la première place actuelle, voici ses révélations : Comment vous-a-t ’il été possible de gagner? "Sur base de ce concept: A travers la persévérance et le travail, toutes les personnes ont cru au projet depuis ses débuts : De l’arrivée de Suning en 2016, jusqu’à ce jour, il y a eu un choix de croissance, d’entraineur et de management, et de joueurs, je n’oublie personne, même ceux avec qui tout a commencé. Car dans les difficultés, nous sommes parties sur une gestion d’entraîneurs avec Stefano Pioli et Luciano Spalletti qui nous a permis de retrouver la Ligue des Champions. Ensuite, il y a eu le travail d’Antonio Conte qui nous a permis de renouer avec le succès depuis tant d’années : C’est un important travail et nous avons un nouvel architecte de design : Simone Inzaghi." Après tout ce qu’il s’est passé durant l’été, cette saison tient-elle du miracle ? "Non, ce n’est pas un miracle : Il y a eu une désorientation lorsque Lukaku nous a informé qu’il allait partir, ce n’était pas prévu : Mais nous savions que nous nous devions de réaliser un sacrifice sur le mercato : Nous avions tout préparé et organisé pour celui d’Hakimi, depuis quelque temps déjà nous on parlait déjà de cette opportunité. Le départ de Lukaku n’était pas prévu, surtout vu la période, car lorsque tu arrives en plein début de la saison, il t’est compliqué de te réorganiser et de penser aux idées qui puissent te permettre de maintenir la compétitivité." "Nous avons été bon car nous n’avons jamais perdu notre âme, nous nous sommes regroupés avec l’entraîneur pour planifier quels seraient les meilleurs joueurs. Nous ne nous sommes jamais perdu et regardé en face : Perdre des personnalités de ce calibre comme Conte, Hakimi et ensuite Lukaku et Eriksen aurait pu pouvait tuer n’importe qui, mais pas nous. Cela pouvait ressembler à une montagne à escalader, mais c’est la beauté du sport car nous avons immédiatement saisi d’autres occasions. Lorsque tu fais face aux pires difficultés rencontrées, il ne faut pas abandonner dès la première: Nous avons remplacés Romelu Lukaku, par Joaquin Correa et Edin Dzeko, je pense que vu les conditions, c’était de l’excellent travail : les résultats le confirment." Que vous apporte Simone Inzaghi de différent ? "Avec lui, on peut penser à un architecte d’intérieur, il pense à travailler sur une structure existante et travaille sur sa beauté, pour offrir de la liberté à l’équipe, de la qualité, de la possession de balle, de la fantaisie, le tout sans déstructurer l’équipe : Il travaille sur base d’une structure solide." Avant de savoir le recruter, aviez-vous peur de perdre Simone Inzaghi ? "Tout a été très vite, nous étions au courant de sa rencontre avec Lotito, mais nous ne savions pas comment elle s’était conclue : Il nous avait dit que rien n’était défini et nous pensions avoir notre chance de pouvoir nous montrer convaincant: Nous avons été bon pour conclure le tout rapidement, tout a été fait par téléphone via des conférences-call : Ensuite, nous nous sommes vu physiquement pour signer, nous étions convaincu par les idées et par le projet : Nous ne nous sentions pas déboussolé suite au fait que nous avions perdu quelques éléments, nous savions que nous étions capable de les remplacer : Et nous sommes en train de le démontrer par la route que nous avons emprunté et que nous parcourons qui et positive en terme de résultats." Quel a été le pire moment de cette période ? "Plus que tout, il ne faut surtout pas abdiquer aux premières difficultés : Perdre un entraîneur comme Conte, un joueur comme Hakimi suivi par la suite de Romelu Lukaku et de Christian Eriksen aurait pu tuer n’importe qui, mais pas nous." Vous avez conjugué l’aspect technique à l’aspect économique de la meilleure des façons possible : avez-vous prévu de procéder à un nouveau sacrifice économique également cet été ? "D’un point de vue économique, nous comme tous les clubs normaux, nous appartenons à un groupe qui veut être stable et faire preuve d’une continuité économique et financière vis-à-vis du projet établi, qui doit perdurer dans le temps : Jusqu’à présent, nous avons toujours été soutenu : Les salaires ont été versé de façon régulière et nous, les dirigeants, nous sommes en contact continu avec la propriété : L’équipe doit juste penser à effectuer son travail." "Il est clair aussi que nous ne pouvons pas toujours acheter des joueurs, même si les médias et les tifosi aiment cela, car nous faisons un tout autre métier : Nous devons composer avec certaines choses, tenir compte qu’il faut conserver une qualité élevé et procéder à des investissements justes. Les choses doivent être effectués en respectant les équilibres, mais nous ne serons jamais une Inter redimensionnée au terme des mercatos." Aujourd’hui, l’Inter est engagé dans une double confrontation face un Liverpool qui est super favori. Dans combien de temps l’Italie pourra-t'elle surclasser la Premier League dans ce rôle central actuel et comment… "D’une façon générale, il y a trop de différence entre la Serie A et la Premier League en termes de recettes : Ce n’est pas ma compétence, mais je peux constater à quel point il est difficile de concourir avec ces équipes sur le mercato, et je ne parle pas uniquement de Manchester City, Liverpool ou Chelsea : Il nous est également difficile de concurrencer West Ham, Leicester ou Arsenal pour le comprendre." "Les anglais disposent d’un système bien plus avancé que le nôtre : Nous devons nous donner plus : Nous avons de bons entraîneurs, de bonnes idées, des scouts plus réactifs et plus rapide et, jusqu’à présent, nous nous sommes montrés meilleurs, si l’on songe à la façon dont il faut faire preuve de fantaisie." "Une autre chose où nous nous sommes montrés bons en Italie consiste dans le fait de récupérer certains joueur qui n’était pas adapté au championnat anglais et qui ont démontré qu’ils restaient toujours des champions : Nous devons comprendre comment faire grandir notre système, avec des recettes, être moins querelleurs à certains endroits et penser au concept d’équipe et non pour soi, c’est quelque chose que nous parvenons à faire peu." L’Inter interviendra-t ’elle sur le mercato de janvier ? "Je pense que l’équipe actuelle est forte et compétitive : On pourra penser à une arrivée d’un joueur, si l’un de ceux qui jouent moins demande à s’en aller. Au jour d’aujourd’hui, personne n’a fait une telle requête : Nous avons un nombre de joueurs idéal et nous sommes compétitifs dans chaque secteurs." Onana sort-il de cette logique ? "On lit continuellement sur lui : Certains joueurs sont en fin de contrat à l’Inter tout comme lui, nous regardons autour de nous: Cette possibilité comprise.." Pour janvier ou juin ? "Je me suis déjà bien exprimé sur ce que sera le mercato de janvier, ce n’est pas un mercato auquel nous songeons." Alvarez, Thuram, Nunez ? "Je peux admettre pour Marcus Thuram , car dans le passé, j’en ai parlé avec Raiola : nous étions au travail : Sur les autres, il n’y a jamais rien eu honnêtement." Travaillez-vous pour le futur ? "Nous sommes bien comme ça." Pastorello a déclaré que Lukaku reviendrait bien volontiers en Italie : Le reprendriez-vous ? "En prêt, oui." Passons aux plus-values..... "Les plus-values sont des ressources : Lukaku et Hakimi sont des plus-values qui ont apporté des bénéfices au club au bilan. Les échanges ne seront absolument jamais évités, il y en aura toujours. Il y a des exemples dans tous les championnat, des joueurs sont échangés et ce n’est pas pour autant que c’est mauvais." "Tant de fois lors d’une vente d’un joueur, l’équipe qui souhaite le recruter propose un joueur pour en faire diminuer le prix, je ne trouve pas cela scandaleux : Mais ce sont des plus-values et en tant que telles, elles doivent être bien réalisées dans le respect des règlements." Et les transferts gratuits ? "Il s’agit d’une occasions que tu peux cueillir, mais en même temps c’est une situation avec laquelle tu dois pouvoir bien coexister et dont tu te dois de l’accepter : Il nous arrive d’en réaliser avec certains joueurs : Les périodes sont différentes : Tu en as qui arrive à échéance à cause de leur âge ou du désir d'ailleurs, de penser à quelque chose de différent, ou alors tu dois négocier et il faut faire preuve de patience. Il y a différents transferts gratuit et ce n’est pas aussi facile de les prendre car les requêtes sont parfois très élevées, trop comparé à ce que le mercato peut offrir : Il faut faire preuve de prudence." "Actuellement, nous avons finalisé deux-trois prolongations : Alessandro Bastoni, Lautaro Martinez et Nicolò Barella qui ne seront pas en fin de contrat dans l’immédiat et qui représentent une certaine importance sur le marché. Pour l’âge, il est juste de reconnaître à ces joueurs une prime pour le travail réalisé ces dernières années et pour leur croissance : Nous discutons, entre autres, avec Federico Dimarco, Marcelo Brozovic et très rapidement, nous passeront à Ivan Perisic et Samir Handanovic, et quelqu’un d’autre." Est-ce que la prolongation de Dimarco est sur le point d’arriver? "Pas encore, mais il ne manque que très peu car la volonté manifeste des deux parties est très claire." Quel sont les pourcentages de Marcelo Brozovic, Ivan Perisic et Stefan De Vrij ? "Je ne comprends pas pourquoi on parle de De Vrij a qui il reste encore un an et demi de contrat : Brozovic, Perisic et Handanovic sont en fin de contrat et il faut faire preuve de plus d’attention et de hâte face à ces situations pour chercher à comprendre quelles sont les possibilités pour les conclure." Au clair de la Thunes, mon ami Piero…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr