Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'aleksander ceferin'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

22 résultats trouvés

  1. L'UEFA a invité Christian Eriksen et les ambulanciers qui lui ont sauvé la vie lors de son arrêt cardiaque sur le terrain à assister à la finale de l'Euro 2020 à Wembley ce Dimanche. L'UEFA a déclaré qu'Eriksen, sa femme et six médecins avaient été invités à la finale. Cependant, il n'y avait aucune confirmation qu'Eriksen y assisterait. L'un des ambulanciers, Peder Ersgaard, a déclaré qu'il était honoré de recevoir une invitation VIP du président de l'UEFA, Aleksander Ceferin. Voici ses déclarations au magazine Fagbladet FOA. "Je suis excité, comme un enfant la veille de Noël. Je suis très fier de mes efforts, mais aussi de toute l'équipe. Ce n'était pas l'effort d'un seul homme. J'espère voir le Danemark contre l'Italie. Ce serait vraiment très gros. Imaginez s'ils deviennent champions d'Europe." D'abord traumatisé mais ensuite inspiré par l'émotion suscitée par le sort d'Eriksen, le Danemark s'est qualifié pour la demi-finale et affronte l'Angleterre Mercredi pour une place en finale.
  2. La Juventus, le Fc Barcelone et le Real Madrid n'ont peut de rien: S'ils risquent l'exclusion de toutes compétitions européennes, après s'être attirées les foudres d'Aleksander Ceferin, le Président de l'UEFA, ceux-ci ont décidé d'assigner l'Uefa et la FIFA devant la Justice Européenne, pour violation des règles européenne sur la libre concurrence. "La Super League assigne l'UEFA et la FIFA pour violation des lois européenne sur la concurrence sur renvoi du Tribunal de Madrid. Le cas de la Super League sera discuté à la Cour Européenne de la Justice." Telle est l'annonce de l'organisme européen à travers son compte Twitter officiel." L'objectif des trois clubs est de continuer à aller de l'avant sur ce projet, et de s'informer sur le fait de la légalité du comportement des plus hautes institutions du football mondial et européen: A savoir, si la libre concurrence est enfreinte. Vaut mieux, pour les trois rebelles que l'Europe leur donne raison.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. RMCSPORT/BFMTV - C'est la BOMBE lancée par le New York Times, les instigateurs de la Super League avaient eu des discussions avancées avec la Fifa, pour que la nouvelle compétition soit reconnue par l’instance mondiale du football. Avant de finalement capoter. La Fifa "désapprouve" le projet de Super League européenne et apporte "sans le moindre doute" son soutien à l'UEFA. Voilà les mots choisis par Gianni Infantino, le président de la Fifa, après les révélations du projet de Super League. Certains y avaient vu une réaction timide, tardive, voire suspecte. Et ils vont être confortés dans leur idée. Car, selon les informations publiées jeudi par le New York Times, la Fifa était au courant du projet et en avait même discuté avec des membres fondateurs de la Super League. Des discussions entamées dès 2019 "En privé, selon des entretiens avec plus d'une demi-douzaine de dirigeants de football, dont un propriétaire de club de Super League, Infantino était au courant du plan et savait que certains de ses lieutenants les plus proches avaient engagé des pourparlers depuis des mois - au moins jusqu'à fin janvier", écrit le journaliste Tariq Panja, déjà à l’origine des révélations sur la Super League. Les discussions avec la Fifa auraient même débuté en 2019, avec "certains des plus proches collaborateurs d’Infantino dont le secrétaire général adjoint de la FIFA, Mattias Grafstrom". Pour les fondateurs de la Super League, l’approbation de la Fifa est primordiale. D’abord parce que cela éviterait que le projet ne s’enlise dans des litiges financiers et juridiques. Mais ce serait aussi l’assurance pour les joueurs de ne pas être bannis des compétitions internationales. "Lors d'au moins une de ces réunions, le groupe séparatiste a proposé qu'en échange de l'approbation de son projet par la Fifa, la Super League accepte la participation d'une douzaine de ses équipes phares à une Coupe du monde des clubs, soutenue par la Fifa. Les équipes ont également accepté de renoncer aux paiements qu'elles auraient gagné en participant, une aubaine potentielle pour la Fifa qui aurait pu empocher jusqu'à un milliard de dollars (820.000 millions d’euros) chaque année", détaille le New York Times. "Au milieu de l'année dernière, les conseillers disaient aux clubs que 'la Fifa était à bord', selon un propriétaire de club de Super League", ou au moins ouverte à l'idée de la nouvelle ligue. En janvier, une déclaration de la Fifa change tout Mais que s’est-il passé pour que la Fifa se rétracte? "Le 21 janvier, une déclaration a été publiée au nom de l'instance internationale et des six confédérations régionales de football, indiquant qu'une ligue européenne 'fermée' ne serait pas reconnue par la Fifa. La menace d'une interdiction de la Coupe du monde pour tout participant a été réitérée", explique le NY Times. Une déclaration qui a alors surpris les défenseurs de la Super League. Lorsque l’idée de la Super League a été rendue publique fin avril, la Fifa a été le dernier des protagonistes à publier une déclaration officielle. Quand Aleksander Ceferin, le patron de l'UEFA, qualifiait les présidents impliqués dans le projet de "serpents" et de "menteurs", la déclaration de la Fifa était d'ailleurs beaucoup plus mesurée. Son président Gianni Infantino ne s’était également pas montré très favorable à l’idée d’infliger des sanctions aux clubs impliqués, préférant marteler le terme de "dialogue" dans une interview accordée à L’Equipe. "Il faut toujours faire attention quand on parle de sanctions. […] C'est vite dit qu'il faut punir. C'est même populaire - ou populiste - parfois", avait-il expliqué. ®RMC SPORT
  4. AFP - L'UEFA a annoncé vendredi toute une série de sanctions, notamment financières, à l'encontre de neuf des douze clubs à l'origine du projet avorté de Super Ligue, après un accord avec ces derniers qui "s'excusent" et reconnaissent "une erreur". Ces neuf écuries, les plus promptes à s'être désolidarisées du projet de compétition privée dissidente de la Ligue des champions, devront notamment renoncer à 5% des revenus qu'ils devaient obtenir lors des compétitions européennes pour une saison. Le cas des trois autres clubs (Juventus Turin, Real Madrid, Barcelone), qui "refusent de renoncer" à la Super Ligue et risquent des sanctions plus lourdes, sera étudié prochainement par les instances disciplinaires de l'UEFA, a annoncé la confédération européenne. "En acceptant leurs engagements et leur volonté de réparer le trouble qu'ils ont causé, l'UEFA veut mettre ce chapitre derrière elle et avancer dans un esprit positif", a souligné le président de l'instance Aleksander Ceferin, dans un communiqué, insistant sur le fait que "la même chose ne peut pas être dite pour les (trois) clubs qui restent engagés dans la dénommée +Super Ligue+", des cas que "l'UEFA gèrera en conséquence". Les neuf clubs ayant renoncé au projet - Tottenham, Arsenal, Manchester City, Manchester United, Chelsea, Liverpool, Atlético Madrid, Inter Milan, AC Milan - ont accepté toute une série de "mesures de réintégration". En plus de renoncer à 5% des revenus de compétition UEFA pendant une saison, ils verseront 15 millions d'euros transformés en donation à des "communautés locales" du football européen, s'engagent à participer aux compétitions UEFA pour lesquelles ils se qualifient et s'engagent également à verser une amende de 100 M EUR s'ils cherchent à disputer un jour une compétition "non-autorisée". Ils vont par ailleurs rejoindre l'Association européenne des clubs (ECA), qu'ils avaient quittée au moment de leur fronde. Il s'agit là des premières sanctions officielles contre les clubs sécessionnistes, qui ont enflammé le football européen le 19 avril en lançant leur projet de Ligue quasi-fermée, avant de se raviser deux jours plus tard pour la plupart d'entre eux, face au tollé international et à la fronde des supporters. © 2021 AFP
  5. Interviewé par Rai Gr Parlamento, le Sélectionneur national de l’Italie, Roberto Mancini, a présenté ses félicitations à l’Inter et à Antonio Conte pour la conquête du 19ème Scudetto de l’Histoire Nerazzurra "Le Scudetto de l’Inter lui est amplement mérité: L’Inter a tellement de points d’avance sur le second. Antonio Conte a réussi à exploiter à exploiter le meilleur des joueurs dans un championnat très long, c’est une qualité importante." La croissance de Barella et Bastoni ? "C’est fondamental de laisser de la place aux jeunes, s’ils ont des qualités, elles vont rejaillir." Le Saviez-Vous ? "Ou tu es dedans ou tu es dehors, mais tu ne peux pas être entre les deux" - Une citation valable dans plusieurs domaines A peine le Scudetto en poche, Steven Zhang a reçu les félicitations des institutions italiennes : Gabriele Gravina, Paolo Dal Pino, Giovanni Malagò… Mais il a également été félicité par téléphone par Gianni Infantino et Aleksander Ceferin Gageons que les différentes institutions doivent voir d'un bon œil le titre national italien quitter le club d'Andrea Agnelli ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. S'adressant exclusivement au Daly Mail ce dimanche après la semaine la plus éprouvante de sa vie professionnelle, Aleksander Ceferin a remercié les fans anglais, Boris Johnson et assure que "the Dirty Dozen" seront punis. Sur les fans anglais. "Écoutez, honnêtement, j'ai été complètement impressionné par la réaction des fans, de toute la communauté du football et pas seulement de la communauté du football, mais je dirais de la société. Je n'ai jamais vu ça. L'UEFA a fait sa part, les clubs qui étaient avec nous ont fait leur part. Et bien sûr, le gouvernement britannique a fait le plus gros. Mais de loin, la plus grande partie a été faite par les fans.'' Sur le gouvernement anglais. "J'ai été impressionné par la réaction du gouvernement britannique. J'ai eu plusieurs conversations téléphoniques avec le premier ministre Johnson et le secrétaire d'État Dowden au cours de ces 48 heures folles. Ils étaient du bon côté de l'histoire au bon moment. Et c'est impressionnant. Cet effort conjoint a montré que tout n'est pas à vendre, que vous ne pouvez pas venir avec des milliards et dire: 'Je me fiche de la tradition, de l'histoire des choses que vous aimez, parce que j'ai assez d'argent, je vais tout acheter.' Certainement pas! Cela ne se passe pas comme ça." Sur les sanctions contre "the Dirty Dozen" "Voyons voir. Chacun doit assumer les conséquences de ce qu'il a fait et nous ne pouvons pas prétendre qu'il ne s'est rien passé. Vous ne pouvez pas faire quelque chose comme ça et dire simplement: 'J'ai été puni parce que tout le monde me déteste.' Ils se sont mis eux-mêmes dans les ennuis. Ce qu'ils ont fait n'est pas correct et nous verrons dans les prochains jours ce que nous devons faire." "Mais pour moi, c'est une nette différence entre les clubs anglais et les six autres. Ils se sont retirés les premiers, ils ont admis avoir commis une erreur. Il faut avoir de la grandeur pour dire: 'Je me suis trompé.' Pour moi, il y a trois groupes de ces 12 - les Six anglais, qui sont sortis en premier, puis les trois autres (Atletico Madrid, Milan, Inter) après eux et ensuite ceux qui sentent que la Terre est plate et ils pensent que la Super League existe encore. Et il y a une grande différence entre ceux-ci. Mais tout le monde sera tenu pour responsable. De quelle manière, nous verrons." "Je ne veux pas parler de processus disciplinaire, mais il doit être clair que chacun doit être tenu responsable d'une manière différente. Est-ce disciplinaire? Est-ce la décision du comité exécutif? Nous verrons. Il est trop tôt pour le dire." Pour celles et ceux qui s'interrogent sur le pourquoi du "épargner les clubs anglais", il ne faut pas perdre de vue que Jonson est intervenu pour des raisons de politique intérieure d'une part, et pour l'organisation de la Coupe du monde de 2030 d'autre part où le Royaume Uni et la République d'Irlande souhaitent candidater. Concernant cela, voici la réponse du Chevalier Blanc Ceferin. "Tout d'abord, je suis très reconnaissant au gouvernement britannique, à toutes les autorités, pour la manière dont ils ont montré qu'ils protégeaient le football." "Bien sûr, je ne peux rien dire maintenant. Je peux seulement dire que votre infrastructure et tout le reste sont prêts à l'héberger à tout moment. Me mettre de côté n'est pas acceptable, car ce sont toutes mes fédérations. Nous verrons, nous attendons. Mais vraiment j'apprécie cette protection du football, je l'apprécie beaucoup. La seule chose que j'ai dite, je vais insister sur le fait que nous n'avons qu'un seul candidat. Si deux partent, cela diviserait les votes européens, cela signifie que les deux pourraient perdre. Nous parlerons le moment venu avec chacun d'eux. Encore une fois, votre infrastructure et votre approche du football sont les bonnes."
  7. En effet, 15 ans après le scandale du Calciopoli, la Vielle Dame pourrait prendre cher à la suite d’un nouveau comportement malaisant d'un membre de sa Direction, en l'occurrence son actuel Président Andrea Agnelli..... Selon Football Italia, En effet, le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, aurait appelé tous les présidents impliqués dans la Super League Européenne, tous, sauf le numéro un de la Juventus : Andrea Agnelli. Se sentant trahi les rapport sont désormais glaciaux entre les deux parties. De plus et selon TuttoSport, Karl-Heinz Rummenigge a confirmé ne pas avoir contacté Agnelli, mais qu’il croyait au dialogue pour s’en sortir ensemble. Interviewé par Bein Sport, le Président de l’UEFA fait également passer un message très clair : "Les douze clubs engagé dans cette compétition ont commis une grosse erreur et je les ai prévenu de ne plus jamais tenter de nouveau cette stupide idée." Karl Heinz Rummenigge, Hans Joachim Watzke et Nasser Al-Khelaifi "Ils auraient facilement pu dire : Je vais m’unir à la Super League, je ne suis pas intéressé par les autres clubs, le football ne m’intéresse pas. Mais ils ont enseigné à de nombreuses personnes, dans le monde du football, ce qu’est l’Honneur." Ce jour, la sanction tombera vis-à-vis du dernier bastion italien à reconnaitre la Super League : Sera-t’elle morale, financière ou sportive… ou visera-t ’elle plus particulièrement le Président isolé italien ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En effet, deux journalistes du New York Times, Tariq Panja et Rory Smith ont procédé à la reconstitution de la rébellion emblématique des grands clubs européens. Une rébellion qui aura été gérée de main de maître par Aleksander Ceferin, le Président de l’UEFA, dont le but était de retrouver immédiatement une certaine normalité. Révélation de Calcio&Finanza Selon le quotidien américain, tout a débuté dans la journée du 15 avril, lorsque Javier Tebas, le Président de la Liga et Joan Laporta, le numéro un de Barcelone, se sont rencontrés afin de célébrer la victoire aux élections du second à la Présidence du Club catalan Mais au lieu de s’agir d’un moment festif, l’évènement a immédiatement pris une tournure déplaisante : Laporta avait informé Tebas que 12 clubs bien connus (parmi lesquels l’on retrouve l’Inter, la Juve et le Milan) allait donner vie à la Super League Dès cet instant, Tebas a immédiatement appeler Ceferin pour tirer la sonnette d’alarme, en provoquant un court-circuit entre les Managers, les Fédérations et les Clubs de toute l’Europe : Le Président de l’UEFA a sonné immédiatement à Andrea Agnelli, qui en sa qualité de Président de l’Eca, l’avait informé et rassuré la veille qu’il ne s’agissait purement et simplement de bruit de couloirs Agnelli, selon le New York Times, n’a pas répondu à Ceferin, qui est aussi le parrain de sa fille. Le Président européen avait d’ailleurs écrit à la compagne du Président de la Juventus en l’informant de l’urgence de la situation. En retour, Agnelli aurait finalement répondu qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Ceferin suggéra alors de diffuser un communiqué conjoint, mais Agnelli lui avait demandé du temps : 30 minutes. Délai obtenu, selon le New York Time, Agnelli se mura ensuite dans le silence en se rendant indisponible Entre les journées du jeudi jusqu’au samedi, le cellulaire de Ceferin est toujours resté actif. Dimanche midi, le Président de l’Uefa avait eu vent des noms des 12 clubs : les anglais : Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester City et Tottenham Hotspur; les italiens Inter, Juventus, Milan; les espagnols Atletico Madrid, Barcelone, Real Madrid Ceferin apprends également que les clubs n’ont pas joué le même rôle, et ils n'ont pas pesé de la même façon dans la balance Les Managers de City, de Chelsea, mais aussi de l’Atletico Madrid – par exemple, n’ont été seulement informé vendredi, de la tournure des évènement qui était désormais actée. Ils ont informé le Président de l’UEFA qu’ils n’ont eu qu’une seule journée pour se décider. De leurs côtés, le Bayern Munich et le Paris-Saint-Germain ont refusé d’y adhérer Pour être clair, celui qui a été le moteur principal est Florentino Perez, mais comme le New York Time l’explique, la zone de guerre combattue allait être celle d'Outre-Manche: Les clubs anglais, car sans eux, il était impossible de donner vie au projet Après la diffusion du communiqué parue dans la nuit de dimanche à lundi, Aleksander Ceferin a immédiatement téléphoné au Président de la Fifa Gianni Infantino, mais il s’est surtout et ensuite longuement entretenu avec Oliver Dowdne, le Responsable du Sport et de la Culture du Gouvernement anglais qui lui a assuré que l’Exécutif de Boris Johnson allait faire quelque chose pour bloquer cette initiative Ce n’est pas un hasard si le Premier Ministre est intervenu quelques instants après, à la télévision, pour se déclarer contraire à l’initiative. De plus, en coulisse, le Gouvernement Johnson a mis la pression sur Manchester City afin qu’il abandonne le projet, avant de passer à l’offensive, mardi, avec l’effet escompté sur les Blues d’Abramovich et sur les Citizens Les Citizens ont décidé de se retirer du projet, ce qui a fait vaciller tous les autres, en déclenchant ainsi l’implosion du projet, seulement 48heure après sa naissance Le reste de l’Histoire est connu : Les clubs se sont retiré et chacun s’est excusé. De plus certains dirigeants ont fait savoir qu’ils n’avaient pas été mêlé aux discussions. Si l’UEFA accueille de nouveau ses dissidents, il y aura quoiqu’il arrive des conséquences, voire des sanctions. Ceferin s’est donné le temps jusqu’à ce vendredi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, le destin des Champions d’Italie SORTANT et des deux grands d’Espagne est, à présent entre les mains de l’UEFA. En effet, si Aleksander Ceferin a accueilli à nouveau à bras ouvert les clubs qui ont tourné le dos à la Super League: "Nous avions 235 clubs sur 247 de notre côté... et maintenant nous en avons 244", la Juventus, le Fc Barcelone et le Real Madrid n’en démordent pas, en refusant de quitter le projet contestataire Et Ce vendredi, au cours d’un conseil exceptionnel, l’exécutif de l’UEFA pourrait avoir la main lourde: Selon le Corriere, deux sanctions sont à prévoir Une lourde amende pour les dommages liés à l’image causé à Nyon Et/ou Une année bannie des coupes d’Europe. Ce qui est considéré comme la solution la plus extrême selon un proche du numéro Un slovène et du Président de la FIGC Gabriele Gravina Les punchlines de la semaine "Où était la Juve, il y a 15 ans ? En Serie B" - Aleksander Ceferin "Ces dernières années, la Juventus a été éliminée par Lyon, Porto et l’Ajax. L’autre jour, elle a perdu face à l’Atalanta et elle a seulement deux points de plus que le Napoli et risque de ne pas qualifier en Ligue des Champions : Qu’est-ce qu’elle fouttrait en Super League." - Stale Solbakken, sélectionneur national de la Norvège Préparez le Pop-Corn les amis! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, Andrea Agnelli s’est adressé à l’agence Reuters suite à l’implosion du projet Super League: "Le projet ne sait pas aller plus loin suite à la sortie des équipes anglaises." En effet, s’il l’a mauvaise, son Club, la Juventus, est premier à en pâtir étant donné que son action en bourse a "pris" sévère. De plus, suite à sa démission de son poste de Président de l’ECA, celui-ci ne pèse absolument plus en Europe. Sans oublier, le "missile" envoyé avec accusé de réception aux autres clubs de la Serie A, sur le fait que les trois géants d’Italie remportaient le Scudetto depuis plus de 80 années. Au niveau de l’Inter, celle-ci a officialisé son départ, tout en adressant un message particulier à l’UEFA. En effet, le Management souhaitait revenir à une certaine normalité, étant donné que l’Inter dispute une nouvelle Finale Scudetto, ce soir, face à Spezia. De fait, il y a eu une vidéoconférence avec la Chine ce matin. C’est un fait, Suning et donc l’Inter ont « trahi » le Président Bianconero. Voici la révélation de la Gazzetta Dello Sport : "On peut supposer que sur ce terrain parsemé de Centre, le premier contact avec Aleksander Ceferin, président de la plus haute autorité européenne de football, servira également à se lancer dans des négociations qui seront nécessaires dans la redistribution des recettes. Les comptes de l’UEFA ont été enrichis ces dernières années, mais les clubs n’ont eu droit qu’à une partie infime du gâteau". L’Inter a été la première également à prendre ses responsabilités : "Ce n’est pas un hasard si le bloc italien s’est effondré en commençant par les Nerazzurri. La Juve et le Milan étaient bien plus concernées car Ivan Gazidis (cela se savait) et (ô surprise) Andrea Agnelli avaient travaillé à la création du tournoi avec Florentino. L’horizon s’est donc assombri lorsque six fondateurs se sont retirés, le nombre légal d’adhérants n’étant pas respecté." "En conséquence, le départ de l’Inter de la Super League a été ordonné et ratifié par Suning. Cela vaudra également pour le Milan dont le dernier mot revient à Eliott." De son côté, Gabriele Gravina, fraichement élu au Comité Exécutif de l'Uefa, a pris la décision que chaque club qui souhaite disputer le Championnat devra s’engager avec l’Uefa. Celui-ci va soumettre cette proposition, dès lundi au Conseil Fédéral italien. A titre de comparaison : si l’engagement des chinois était "superficiel", l’engagement du fond américain propriétaire du Milan était quant à lui en ligne direct. All hail to the king Aleksander Ceferin peut avoir le sourire : le numéro un de l’Uefa s’est livré dans un communiqué, en exprimant son entière satisfaction suite à l’implosion de la Super League, en accueillant les rebelles britanniques : « C’est admirable de reconnaitre que vous avez fait une erreur. Et ces clubs ont commis une grosse erreur, mais ils sont de retour à la maison. Je sais qu’ils ont beaucoup à nous apporter, non seulement dans nos compétitions, mais aussi au niveau européen dans son ensemble. L’important, à présent est d’aller de l’avant et de retrouver l’unité dont ce sport jouissait jusqu’auparavant. Il faut aller tous ensemble de l’avant." Qui est volontaire pour lui demander son avis sur Andrea Agnelli ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Les 12 clubs fondateurs de la Super League Européenne qui est née hier ont communiqué à l’UEFA et à la FIFA av.oir déjà intenté une action en justice pour les empêcher de contrer le lancement du nouveau tournoi. La nouvelle est tombé ces dernières heures, lorsque les rumeurs ont fait état d’une association des Fédérations et des Ligues en vue d’intenter une action en justice en exigeant 56 à 60 milliards d’euros. Celle-ci fait également suite à la double menace des autorités du football mondial d’exclure les séparatistes du système. L’action a été communiquée par écrit, dans une lettre destiné aux Présidents Gianni Infantino et Aleksander Ceferin nous révèle The Associated Press: "Votre déclaration formelle nous oblige à prendre des mesures préventives pour nous protéger d’une telle réaction indésirable, qui mettrait significativement, en toute illégalité: L’engagement financier. Pour cette raison, la SLCo (Super League Company) a déposé une motion devant les tribunaux compétents afin d’assurer l’institution et le fonctionnement continus de la compétition en conformité aux lois applicables." "C’est de notre devoir, en qualité de membre du Conseil de la SLCO, de garantir des mesures raisonnables pour protéger les intérêts de la compétition et de nos parties prenantes, étant donné que le préjudice subit serait irréparable, si nous venons, peu importe le motif, a être privé de l’opportunité de créer le tournoi et d'en redistribuer les recettes." "Le tournois doit être joué et associé aux compétitions nationales de championnat et de coupes, elles qui constituent un aspect fondamental de la compétitivité du football européen. Nous ne cherchons pas à remplacer l’Uefa Champion’s League ou l’Europa League, mais nous souhaitons concourir et exister aux côtés de ces tournois." Le Saviez-vous ? La Ligue des Champions actuelle ira à son terme, même si trois demi-finalistes font partie des clubs fondateurs de la Super League Européen. De même les championnats nationaux iront à leur terme Selon la Rosea, nous faisons face à une partie de Poker : "Le championnat en cours n’est pas remis en discussion." La Guerre des riches dans le football est une mise en scène qui ne laisse pas la place aux décisions impulsives. De plus la sortie musclée d’un baptême annoncé avec la couverture économique de JP Morgan pourrait en réalité ouvrir à une tentative de renégociation avec l’UEFA, en position de force. Cela semble être comme une partie de poker, c’est pour cette raison précise qu’il n’est pas concevable d’hypothèque une déflagration dans les tournois en cours. Super League vs UEFA…Qui en sortira grandi et gagnant selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Un groupe des clubs de football les plus riches et les plus capés du monde a convenu en principe d'un plan visant à créer une compétition interclubs européenne séparatiste qui, si elle se concrétise, bouleverserait les structures, l'économie et les relations qui ont lié le football mondial pendant près de un siècle. internazionale.fr vous livre la traduction intégrale de l'article paru dans le New York Times, "Top European Soccer Teams Agree to Join Breakaway League". Après des mois de discussions secrètes, les équipes séparatistes qui comprennent le Real Madrid et Barcelone en Espagne, Manchester United, Manchester City, Liverpool et Chelsea en Angleterre, ainsi que la Juventus et le Milan en Italie pourraient faire une annonce dès dimanche, selon plusieurs personnes connaissant les plans. La soi-disant super ligue sur laquelle ils se sont mis d'accord, une alliance de clubs de haut niveau plus proche des ligues fermées comme la NFL et la NBA que le modèle actuel du football, entraînerait la restructuration la plus importante du football d'élite européen depuis les années 50, et pourrait annoncer le plus important transfert de richesse à un petit groupe d'équipes dans l'histoire du sport moderne. Dans sa forme actuelle, le football européen complète le jeu de la ligue nationale avec des compétitions continentales comme la Ligue des champions. Les deux affectent des centaines de millions de dollars de revenus annuels de télévision et de sponsoring aux clubs les plus riches du monde, qui se qualifient régulièrement pour les joutes européennes en fonction de leur succès dans leurs propres ligues. Mais le format soutient également des équipes plus petites dans chaque pays, qui profitent de la brillance de leurs rencontres avec les géants et partagent l'argent que ces équipes rapportent aux diffuseurs. Le nouveau modèle de super ligue changerait cela, en isolant efficacement les clubs les plus riches dans leur propre compétition fermée et en leur permettant de se partager des milliards de dollars de revenus annuels. Selon les projections partagées avec les clubs potentiels plus tôt cette année, chacune des équipes pourrait gagner plus de 400 millions de dollars rien que pour sa participation, plus de quatre fois ce que le vainqueur de la Ligue des champions a remporté en 2020. Au moins 12 équipes se sont inscrites en tant que membres fondateurs ou ont exprimé leur intérêt à rejoindre le groupe séparatiste, dont six de la Premier League anglaise, trois de la première division espagnole et trois de l'Italie, selon les personnes au courant des plans. Les responsables du football européen ont agi rapidement pour essayer de le bloquer. La Premier League a condamné le concept dans un communiqué et a envoyé une lettre à ses 20 clubs membres les avertissant de ne pas y participer. Elle et les ligues d'Espagne et d'Italie ont tenu des réunions d'urgence du conseil d'administration ce dimanche. Les officiels de l'instance dirigeante du football européen, l'UEFA, ont qualifié la proposition d'une super ligue fermée de "projet cynique" dans une déclaration formulée et cosignée par la Premier League, la Liga en Espagne et la Serie A, ainsi que le fédérations de football de chaque pays. Mais l'UEFA prenait également cette menace au sérieux. Ses dirigeants ont passé le week-end à discuter des options pour bloquer le plan, notamment en interdisant potentiellement aux équipes séparatistes des ligues nationales et à leurs joueurs de concourir pour leurs équipes nationales dans des événements comme la Coupe du monde. Et cela a rappelé aux clubs séparatistes (et, effectivement, à leurs joueurs) que la FIFA et ses six confédérations avaient déjà fait une menace similaire. "Nous examinerons toutes les mesures dont nous disposons, à tous les niveaux, à la fois judiciaire et sportif, afin d'éviter que cela ne se produise", indique le communiqué de l'UEFA . "Le football est basé sur des compétitions ouvertes et sur le mérite sportif; il ne peut en être autrement." Néanmoins, l'UEFA a également commencé à contacter les législateurs de l'Union européenne, espérant que le bloc serait en mesure de renforcer son poids dans la préservation du statu quo. Et la Premier League, la Liga et la Serie A ont toutes tenu des réunions d'urgence du conseil d'administration ce dimanche. Les équipes engagées dans le plan de la super ligue sont, pour le moment, limitées à près d'une dizaine de clubs d'Espagne, d'Italie et d'Angleterre. Une cohorte de six équipes de la Premier League - United, Liverpool, Manchester City, Arsenal, Chelsea et Tottenham - représente le plus grand groupement d'un seul pays. L'Atlético Madrid est l'autre équipe espagnole qui aurait approuvé le projet, tandis que les rivaux milanais l'Internazionale et le Milan AC rejoindraient la Juventus en tant que représentants de l'Italie. Mais les dirigeants du groupe séparatiste ont tenté de convaincre d'autres équipes de premier plan, comme le Bayern Munich et le Borussia Dortmund ainsi que le champion de France, le Paris St.-Germain, de s'engager. Mais à ce jour, ces clubs et d'autres ont refusé de tourner le dos aux structures nationales et des compétitions continentales qui sous-tendent le football européen depuis des générations. Le PSG, par exemple, a été invité à la rejoindre mais a jusqu'à présent résisté aux ouvertures. Son président, Nasser al-Khelaifi, siège au conseil d'administration de l'UEFA et dirige également beIN Media Group, la chaîne de télévision basée au Qatar qui a versé des millions de dollars à l'UEFA pour le droit de diffuser les matchs de la Ligue des champions. Le New York Times a contacté un certain nombre de clubs impliqués dans les plans séparatistes, mais tous ont refusé de commenter ou n'ont pas répondu. Mais la Premier League a écrit à ses 20 clubs après une réunion du conseil d'administration dimanche, les avertissant que les règles de la ligue des clubs interdisent de se joindre à des compétitions extérieures sans approbation et les exhortant à "s'éloigner" de cette idée. "Cette entreprise ne peut pas être lancée sans les clubs anglais et nous appelons tout club envisageant de s'associer ou de rejoindre cette entreprise à se retirer immédiatement avant que des dommages irréparables ne soient causés", a-t-il déclaré dans une lettre aux équipes. Le moment choisi pour les nouvelles de dimanche semble avoir éclipsé le projet de l'UEFA de ratifier lundi une Ligue des champions (encore) modifiée. Cette compétition serait décimée par le départ de ses plus grosses équipes. Les répercussions d'une scission entre le football européen et ses clubs les plus connus, les mieux suivis et les plus riches seraient sismiques pour toutes les parties concernées. Sans les meilleures équipes, l'UEFA et les ligues seraient confrontées à des demandes de remboursement de millions de dollars de la part des diffuseurs qui paient des milliards pour les droits télévisés des tournois. Les clubs perdraient des sources de revenus qui pourraient paralyser leurs budgets alors que le football européen continue de sortir de l'épave financière causée par le Covid-19, et toute interdiction de jouer en équipe nationale pourrait affecter leur capacité à recruter les meilleurs talents. Parmi les équipes les plus notables impliquées dans le groupe séparatiste se trouve la Juventus, le champion italien en cours. Son président, Andrea Agnelli, dirige également l'European Club Association, un organisme qui regroupe plus de 200 clubs de première division, dont la majorité sera exclue de la Super League proposée. Il est également membre du conseil exécutif de l'UEFA. Lorsqu'on lui a demandé cette année par le Times de discuter de son rôle dans les discussions d'une ligue séparatiste, Agnelli a balayé l'idée comme une "rumeur". Pourtant, selon des documents examinés par le Times en janvier, les plans de la ligue séparatiste s'étaient accélérés depuis l'été. Les meilleurs clubs ont cherché à profiter de l'incertitude dans l'industrie du football causée par la pandémie pour tracer une nouvelle voie qui leur assurerait une certaine stabilité financière, mais qui conduirait presque surement à une perte de valeur et de revenus significative et potentiellement dévastatrice pour les équipes exclues du projet. Chacun des futurs membres permanents de la super ligue proposée se voit promettre 350 millions d'euros, soit 425 millions de dollars, pour s'inscrire, selon les documents. Dans le cadre des propositions examinées à l'époque, la super ligue, qui disputerait ses matchs au milieu de la semaine, cherchait à obtenir 16 franchises de football de haut niveau en tant que membres permanents et à ajouter quatre qualifications via les compétitions nationales. Les clubs seraient divisés en deux groupes de 10, les quatre meilleures équipes de chaque groupe se qualifiant pour les huitièmes de finale, aboutissant à une finale qui aurait lieu un week-end. L'événement générerait, selon les documents, des centaines de millions de dollars de revenus supplémentaires pour les équipes participantes, qui sont déjà les clubs les plus riches du sport. (Une version alternative du plan proposait 15 membres permanents et cinq places qualificatives.) Le groupe avait entamé des discussions avec JPMorgan Chase & Co. pour lever le financement du projet, selon des personnes connaissant le sujet. La firme a jusqu'à présent refusé de commenter. L'UEFA a trouvé un allié puissant contre ces projets, la FIFA. La FIFA a averti que tout joueur qui participait à une telle ligue non autorisée serait interdit de participer à la Coupe du monde. Cette déclaration est intervenue après que le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin, ait demandé le soutien de son homologue de la FIFA, Gianni Infantino, alors que les spéculations croissantes voulaient que l'échappée bénéficierait du soutien de la FIFA. Les dirigeants européens du football se sont blottis au téléphone et lors de vidéoconférences pendant le week-end pour forger une contre-attaque. Cependant, trouver une solution à la perte potentielle des plus grandes marques du football n'est pas une tâche facile. La Premier League, par exemple, perdrait une grande partie de son éclat (et presque certainement une grande partie de l'attrait commercial qui en a fait la ligue la plus riche du football) si elle décidait de bannir ses six meilleures équipes. En tant que clubs appartenant à leurs membres, Barcelone et le Real Madrid auraient probablement besoin du soutien de milliers de leurs supporters avant de se joindre officiellement, et tout club allemand qui accepterait de participer serait confronté à des obstacles similaires. Tous peuvent s'attendre à une forte opposition interne; des groupes de supporters de toute l'Europe avaient déjà exprimé leur opposition depuis que les détails des plans pour une super ligue sont apparus plus tôt cette année.
  13. L’Inter, vit une situation paradoxale : Leader du Championnat, elle traverse une tempête interne marquée par d’importants problème financiers: Mais elle se veut quoiqu’il arrive rassurante "A la Viale Della Liberazione, on assure que tout sera réglé" En effet, il y a urgence à présent dans le fait d’honorer les échéances imposées au 31 mars et qui ne peuvent pas être reporter. A cette date, l’UEFA procèdera à l’état des lieux. Aleksander Ceferin et ses hommes étaient d’ailleurs déjà à Milan jeudi dernier, mais il n’a pas su échanger avec la Direction Nerazzurra, placée en quarantaine, à la suite de la positivité au Covid-19. Pour rappel, l’UEFA oblige les clubs à ne pas avoir d’arriérés supérieur à 15% du montant total des engagements globaux: "Dans les hautes sphères de la Vialle Della Liberazione, il est affirmé que ces échéances seront liquidées à la mi-mars." L’UEFA va, en effet, veiller à ce que les échéances relatives au paiement des joueurs soient respectés : "Ceux qui s’occupent de la gestion ordinaires maitrisent les dynamiques et savent comment se comporter. Les Administrateurs de l’Inter ne sont pas des imbéciles." Dans l’œil du cyclone, on retrouvera en effet le retard de paiement de la première tranche relative à Achraf Hakimi (10 millions d’euros). Au niveau de Romelu Lukaku et des 1,9 millions d’euros, la situation ne devrait inquiéter personne. Si le flou règne pour le Diable Rouge, 'le Real et Manchester United en avaient déjà été informé par le passé et se sont montrés disponibles à patienter.' ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Selon le Guardian, des propositions concrètes pour une super ligue européenne sont discutées sérieusement par les meilleurs clubs en raison de l'impact financier de la pandémie de Covid-19. Cependant, les groupes de supporters ont fait une déclaration collective condamnant les propositions d'une super ligue européenne en la qualifiant de "projet impopulaire, illégitime et dangereux". La fameuse European Premier League Un document présentant des plans potentiels pour une compétition qui remplacerait la Ligue des champions a circulé le mois dernier. Les championnats nationaux ne sont pas traités. Cette nouvelle ligue serait limitée à 20 clubs qui partageraient des revenus de plusieurs milliards. Les pourparlers, qui ont pris de l'ampleur depuis que le Real Madrid a pris position pour la première fois en octobre, ont incité la Fifa et les six confédérations continentales de football à rejeter publiquement une telle décision. Dans une déclaration commune, ils ont déclaré qu'une super ligue européenne "séparatiste" ne serait pas officiellement ratifiée par l'UEFA ou la Fifa, de sorte que tous les joueurs et clubs qui y participeraient seraient effectivement considérés hors-la-loi. Leur déclaration, faite par les présidents de la Fifa et de l'UEFA, Gianni Infantino et Aleksander Ceferin, et ceux des cinq confédérations internationales, a déclaré: "À la lumière des récentes spéculations médiatiques concernant la création d'une super ligue européenne fermée, La Fifa et les six confédérations tiennent une fois de plus à réitérer et à souligner avec force qu’une telle compétition ne serait reconnue ni par la Fifa ni par la confédération concernée. Tout club ou joueur impliqué dans une telle compétition ne serait par conséquent pas autorisé à participer à une compétition organisée par la Fifa ou leur confédération respective." Quelques heures plus tard, l'UE a exprimé son soutien à l'UEFA, Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne, déclarant: "Le mode de vie européen n'est pas compatible avec le football européen réservé aux riches et aux puissants." Ce document, rapporté pour la première fois par le Times, prévoit une compétition de 20 clubs à partir de la saison 2022-2023, avec 15 membres permanents, dont les "Big Six" de la Premier League: United, Liverpool, Manchester City, Chelsea, Tottenham et Arsenal. Les plans incluraient les 15 clubs fondateurs partageant une "subvention d'infrastructure" initiale de 3,1 milliards de livres sterling, qui pourrait combler les pertes causées par la pandémie. Ni United ni Liverpool n'ont fait de commentaires, mais ils sont censés examiner les propositions. Aucun des quatre autres clubs n'a fait de commentaires et, bien qu'ils auraient été consultés, on ne pense pas qu'ils soient encore aussi activement impliqués. Peu de grands clubs européens ont auparavant manifesté publiquement un intérêt pour une super ligue fermée et, via l'Association des clubs européens (ECA), ils ont engagé des discussions avec l'UEFA sur l'extension du format de la Ligue des champions en 2024. Il a néanmoins été rapporté en octobre que la banque JP Morgan avait été invitée à examiner les possibilités financières d'une "Premier League européenne", un projet qui aurait été initié par le Real Madrid. Puis le président sortant de Barcelone, Josep Maria Bartomeu, a lâché une bombe dans son discours final, affirmant que le club avait "accepté une proposition de participer à une future super ligue européenne". Ed Woodward, vice-président de l'United, est impliqué dans les discussions avec l'UEFA en tant que membre du conseil d'administration de l'ECA, et il a déclaré à un forum qu'il était "concentré sur le renforcement des compétitions de clubs de l'UEFA". Cependant, compte tenu de la crise financière causée par les restrictions liées au Covid, l'United est également censé d'être impliqué dans les discussions pour cette fameuse ligue. A l'origine, certains rapports suggéraient que la Fifa, qui réorganise son format de Coupe du monde des clubs, soutenait une décision de soutenir une super ligue européenne, bien que des sources de la Fifa aient déclaré à l'époque qu'elles ne savaient rien de l'initiative. Maintenant que la situation s'est réchauffée, l'UEFA et la Fifa ont décidé de rendre explicitement leur opposition dans le but de garantir que les grands clubs et tous les autres clubs restent dans les structures officielles de l'instance dirigeante du football. Certains clubs croient que la menace d'interdire les joueurs est nulle et non avenue en raison d'une récente affaire judiciaire européenne, mais des personnalités de haut niveau de la Fifa estiment que l'autorité des instances dirigeantes résisterait à une telle contestation. Pour tempérer la situation, Andrea Agnelli qui a dirigé les négociations de l'ECA a exprimé qu'il soutenait un "système suisse" pour la C1 après 2024. Agnelli a révélé les inquiétudes des meilleurs clubs, estimant les pertes causées par la pandémie à 7,5 milliards de livres sterling. Réactions des fans La déclaration du Football Supporters of Europe (FSE) a été signée par 139 groupes de supporters des meilleurs clubs de 16 pays. Il appelle à un partage plus équitable de l'argent face à la Covid-19 et fait valoir qu'une super ligue n'est pas la bonne réponse. Soulignant l'extrême inégalité financière avec des clubs de haut niveau "baignant dans l'argent", d'autres qui luttent avec peu et le football amateur "au bord de l'effondrement" dans de nombreux pays, le communiqué dit: "Nous sommes tous unis contre la création d'une Super League européenne, un stratagème impopulaire, illégitime et dangereux aux yeux de l'écrasante majorité des fans. Cela détruirait le modèle sportif européen qui est basé sur des principes communément acceptés tels que le mérite, la promotion et la relégation, la qualification aux compétitions européennes via le succès national et la solidarité financière. Ce faisant, cela saperait également les fondements économiques du football européen, concentrant encore plus de richesse et de pouvoir entre les mains d'une dizaine de clubs d'élite. Nous reconnaissons que le football a désespérément besoin d'une vaste réforme. Mais les propositions à cette fin doivent chercher à rétablir l'équilibre compétitif dans les compétitions européennes, à protéger les ligues nationales, à promouvoir les intérêts des supporters et à encourager une répartition plus équitable des revenus. Une Super League européenne n'atteindrait aucun de ces objectifs, bien au contraire." Les groupes de supporters, des meilleurs clubs de l'UEFA et des anciens vainqueurs de compétitions européennes, dont 15 clubs de Premier League plus Nottingham Forest, le Bayern Munich et 10 autres en Bundesliga, le Real Madrid, Barcelone et six autres clubs de la Liga, ont appelé à un partage plus équitable de l'argent pour protéger le football à tous les niveaux. "Bien qu'une réforme soit nécessaire, elle ne devrait pas prendre la forme d'un ultimatum de la part de clubs riches cherchant à profiter d'une pandémie sans précédent." Et vous, quelle est votre opinion?
  15. Aleksander Ceferin, le Président de l’Uefa s’est livré à Sportlab à l’occasion des 75 ans de Tuttosport et du Corriere Dello Sport-Stadio: "Le Fair-Play-Financier fonctionne, le football européen a réduit ses pertes grâce au Fair-Play-Financier, mais il faut naturellement réformer le système, pas tant pour la pandémie, mais parce que le business a changé, les temps ont changé." "Nous devons le réformer et l’adopter aux temps modernes, mais il est encore tôt. Nous venons à peine de débuter les discussions. Ces derniers mois, nous avons uniquement parlé de la façon dont allait se terminer la saison et de comment allait reprendre la nouvelle saison." "Je suis préoccupé par la situation financière des clubs, tous ont été touchés, et ce n’est pas encore fini: Il est difficile de résoudre cette situation, car nous ne connaissons pas encore le montant des pertes. Nous devrons attendre que cette période se termine pour analyser la situation et ensuite pour réagir." "Nous avons déjà versé des fonds anticipés aux fédérations pour un projet de soutien. D’habitude, les clubs les injectent dans les infrastructures, mais ils peuvent, ici, en faire l’usage qu’ils souhaitent. Nous avons déjà aidé les clubs et nous les aiderons dans le futur, mais il faudra analyser l’ampleur de la situation. L’UEFA, en repoussant l’Euro, a perdu entre 2 et 300 millions d’euros." Le Challenge Var "Il y a beaucoup de propositions et des idées sur la façon dont il est possible d’améliorer la VAR. Le plus important est qu’il en soit fait usage pour des erreurs d’interprétation claires et évidentes. Dans certaines compétition, la Var bloque un match durant de nombreuses minutes, les arbitres analysent les situations durant 4 à 5 minutes, ce n’est pas bénéfique pour le football." Est-ce que le Challenge Var peut représenter la solution tout en limitant sa marge de manœuvre ? Je n’en sais rien, mais pour moi, il y a de sérieux doutes sur les fautes de main. Personne, actuellement, ne parvient à expliquer quand il y a une telle faute et quand il n’y en a pas." "Il y a aussi des doutes sur les hors-jeux pour un ou deux centimètres, il y a aussi des doutes lorsque les gardiens ne sont pas sur la ligne, ne fut-ce que pour quelques centimètres, lorsqu’il y a un tir au but. Nous allons en discuter et nous aviserons." Les Play-Off ? "La décision revient à chaque championnat. Mais je ne crois pas que le modèle utilisé en Ligue des Champions et en Ligue Europa soit convertissable pour les championnats. Ce ne serait pas équitable de jouer toute l'année pour le haut du classement et d'être éliminé suite à une seule défaite." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Ces derniers jours ont été chargé dans les locaux de l’Uefa. Selon le Corriere Dello Sport, voici ce que prévoit de faire Aleksander Ceferin : Coupes d’Europe Disputer en un match unique et sur terrain neutre les rencontres opposant Inter-Getafe et Seville-Rome. La rencontre devra durer 90 minutes, les prolongations et les tirs aux buts pourraient suivre. Les quarts de finales se disputeraient également de cette façon afin de présenter un Final Four d’ici le 31 août. Les confrontations en demi-finale devraient également se dérouler en une manche unique. Les finales se disputeront d'ici le 31 août 2020 avec la C1 à Istanbul qui a été confirmée et pour la C3, cela devrait rester à Danzica (Gdansk). Le Fair-Play-Financier L’Uefa étudie la réforme du Fair-Play-Financier, un thème cher au club. Au lieu d’envisager une notification qui permettrait aux clubs de disposer d’un passif plus important que les 30 millions d’euros sur les 3 années de référence, Nyon étudie une manière de déterminer l’impact du Covid sous certaines rubriques des bilans des clubs. Pour faire simple, comparé les bilans des années précédentes à celui-ci et analyser plus particulièrement les pertes. Ce travail s’avère complexe et délicat car il va de soit que Ceferin ne va pas déroger aux dettes en souffrances : Ceux qui voudront disputer les Coupes d’Europes 2020-2021 devront les honorer. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Aleksander Ceferin, Le Président de l’Uefa, s’est montré optimiste sur une reprise du football dans une interview octroyée au Guardian : "Nous sommes prêts, nous retournerons rapidement au stade avec les tifosi. Nous suivrons les recommandations des autorités, mais je suis absolument certain que le bon vieux football, celui avec ses supporters, reviendra très vite." Seriez-vous capable de parier un million de dollars sur le fait que l’Euro se disputera en 2021 ? "Bien sûr, je ne vois pas pourquoi je ne le ferai pas. Je ne pense pas que le virus vivra pour toujours, je pense que les choses changeront bien plus vite que ce que l’on croit. La situation est sérieuse mais les contagions sont stabilisées, nous sommes plus prudents, nous connaissons mieux ce virus." "Et puis, je suis optimiste, je n’aime pas cette vision apocalyptique qui prédit de s’attendre à une deuxième, troisième ou une cinquième vague. C’est une nouvelle expérience et lorsque nous nous serons débarrassé de ce virus, les choses reviendront à la normale. Le football n’a pas changé après les Guerres Mondiales, il ne changera pas après ce virus." "Les gens disent que le monde ne sera plus le même, peut-être qu’ils ont raison. Mais alors pourquoi ne pas penser qu’il sera meilleur ? Pourquoi ne pas penser que nous serons plus éveillés ? Ou est-ce que finalement nous nous rendrons compte de combien nous sommes fragile face à la Nature ? Il y a toujours des leçons à en tirer." Conference League 2021 Ceferin a confirmé qu'en 2021, la troisième compétition européenne, après l’Uefa Champion’s League et l’Europa League, verra le jour, sans oublier le maintien du Fair-Play-Financier. "Celui qui ne respectera pas les règles sera toujours puni, mais objectivement, nous sommes entrain de penser à comment améliorer les normes et si nécessaire, les adapter aux temps nouveaux. Cela n’arrivera pas très rapidement, mais nous sommes entrain de songer aux améliorations et à la modernisation." "Je prends également en considération une sorte de Luxury Tax, si possible. Il y a de nombreuses idées mais en cette période difficile, nous n'avons jamais cessé de penser aux changements qui seront à apporter dans le futur." Manchester City ? "Une décision a été prise et à présent c’est un cas pour le Tas. La décision a été prise par un organe indépendant, je ne sais pas grand-chose sur cela et je n’aime pas les personnes qui s’expriment sur ce sujet alors qu'elles ne savent rien. Et elles sont nombreuses." La Coupe du Monde des Clubs à 24 ? "Je ne sais pas dans quelle direction est partie ce projet, nous n’en avons pas énormément parlé. Je ne sais même pas quand cela serait possible de le disputer. C’est étrange que d’un côté nous parlions de certaines choses et que d’un autre, une nouvelle version de la Coupe du Monde des clubs est proposée. Je n’ai pas beaucoup parlé avec Infantino, en cette période de Pandémie, mais lorsque ce sera le moment opportun, nous en discuterons." Message aux joueurs "Je ne pense pas qu’ils soient avides, le mercato fixe les prix. Et si quelqu’un te propose 20 millions de dollars à l’année, je ne pense pas que quelqu’un viendra dire non : "Non je ne veux pas être avide, mais donnez moi les 200 millions de dollars, c’est la mercato qui décide." "Nous verrons si la réponse du Marché face à cette crise proposera une chute des prix, mais c’est incorrect de parler des joueurs comme de personnes avides sous prétexte qu’ils reçoivent des salaires assez importants. Ils génèrent beaucoup de revenus et le Football est une grande industrie qui paie beaucoup d’impôts, tout comme les joueurs." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. La date du mercredi 20 mai était annoncée comme décisive pour le pays et pas uniquement le Calcio, la Gazzetta Dello Sport nous informe que la rencontre entre Giuseppe Conte, Gabriele Gravina et Paolo Dal Pino va être très probablement reportée à une date ultérieure. En effet, le choix du Gouvernement est lié à la bascule vers le bas de la courbe épidémiologique, si celle-ci vient à se confirmer dans le temps, le Gouvernement pourrait être plus enclin à accepter certaines concessions Quoiqu'il en soit, la date du 13 juin pour la reprise de la Serie A est plus que compromise, preuve en est l’annonce de la FIGC qui a suspendu toute activité sportive. Aujourd’hui TMW nous informe que le 3 août n’est qu’une date informelle pour l’UEFA "Les dates du 20 juillet pour les nations classées de la 16ème à la 55ème place du classement de l’Uefa, et du 3 août pour les nations classées de la 1ère à la 15ème place ont été mentionnées, lors d’une présentation ayant eu lieu avec les secrétaires et présidents des 55 associations affiliées à l’UEFA. Lors de ces réunions, nous avons toujours mentionné que ces dates n’étaient que des recommandations, provisoires et non-officielle." Les Playoffs pourraient bouleverser la hiérarchie alors que la Serie D dépose les armes C'est un fait, le Conseil Fédéral de ce mercredi confirmera l’arrêt définitif du championnat amateur. Concernant les Serie B et C, il semble peu probable que la requête présentée par la Lega Pro soit également validée pour les compétitions inférieures. Le Président Gravina veut explorer toutes les pistes avant de déposer les armes. Pour explorer ces pistes, Le Comité Technique Scientifique doit apporter une réponse aujourd’hui, sur le protocole relatif aux entrainements individuels. De son côté, la Commission médicale de la FIGC devra se réunir pour étudier le nouveau protocole médical destiné à la reprise des matchs. En effet, la Repubblica nous informe que l’Uefa et le Gouvernement pousseraient Gravina à aller vers ce système Aleksander Ceferin, en ce sens a déjà dit qu’il était possible d’adapter le format de la compétition, le gouvernement a rationalisé, la Justice Sportive rendant plus pratique les recours à suivre. L’hypothèse retenue est la mise en place d’un tournois à 12 équipes Les 4 premières équipes la Juve, la Lazio, l’Inter et l’Atalanta seraient propulsées en quart de finale La Roma 5ème défierait Cagliari 12ème Naples 6ème défierait Sassuolo 11ème Milan 7ème défierait Bologne 10ème Vérone 8ème défierait Parme 9ème Les playout destinés à la relégation mettraient aux prises les 8 derniers, à savoir la Fiorentina, l'Udinese, le Torino, la Sampdoria, le Genoa, Lecce, SPAL et Brescia. Si pour certains clubs, l’idée de Gravina pourrait relancer la saison, certaines équipes ne veulent pas entendre parler de cette proposition. En effet, en cas d’arrêt de la Serie A, la Juve, la Lazio, l’Inter et l’Atalanta iraient en Ligue des Champions, ce qui ne serait plus le cas avec les plays-off. Comble de l’ironie, le Scudetto pourrait être remporté par Cagliari actuel 12ème de Serie A. La Fiorentina de Commisso et le Torino de Cairo devraient se battre pour éviter la relégation en Serie B. Lotito (Lazio) ne veut pas de cette formule, lui qui n’est qu’à un point de la Juventus. Chaque Président de Club pourrait également souffler le chaud et le froid même si Gravina disposerait des instruments pour s’imposer. Pour l’instant cette formule est informelle, mais ce qui est sur, c’est que la Serie A devra communiquer son classement final, voire ses européens à l’UEFA d’ici le 2 août sans passer par les tribunaux: L’Italie veut à tout pris éviter de déposer les armes comme en France, en Belgique et aux Pays-Bas où chaque pays est confronté à des recours. Gravina est contre un blocus des relégations et une Serie A à 22 équipes. Le tout sans parler des droits télés et d’une compétition 2020/2021 à terminer juste avant l’Euro Rajoutez à cela que les rapports entre Gravina et Malago ne sont pas bons, mais que celui-ci a de très bons contacts avec le Ministre Spadafora et avec Dal Pino de la Lega A ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Aleksander Ceferin, numéro un à l'UEFA, a accordé un entretien pour le Corriere dello Sport du jour. Il est clair et prévient toutes les fédérations, les championnats nationaux doivent se terminer. Dans le même temps il assure que les compétitions UEFA se termineront en août, sauf cataclysme. "Personne ne veut l'étiquette d'irresponsable. Les organisateurs des compétitions nationales se dotent de protocoles de sécurité très sérieux, à appliquer avec une rigueur absolue. Le risque zéro n'existe pas, à aucun niveau et ce dans n'importe quel environnement de travail. Nous sommes tous équipés pour nous protéger. J'ai beaucoup de respect pour les joueurs de Serie A et les dirigeants, et je ne crois à aucune tentative de boycott. Ceux qui s'arrêtent, passeront par les barrages pour les coupes européennes." (12h15: précision de l'UEFA sur ce sujet : « les clubs doivent se tenir prêts à jouer les tours de qualification selon les modalités d'accès prévues. Il n'est pas mentionné de changements dans les compétitions », communiqué officiel). Ces derniers jours l'UEFA a montré quelques signes d'irritations sur nos incertitudes à reprendre ou non. Vous confirmez cette préoccupation ? "Priorité absolue à la santé publique, mais comme dans tous les secteurs nous avons également le devoir de respecter les engagements pris. Les compétitions nationales et européennes sont physiologiquement liées. Nous voulons des clubs qui ont remporté les championnats et les coupes nationales, qualifiés sur la base de résultats. C'est l'essence même du sport, pas seulement du football." La mise en quarantaine obligatoire de deux semaines pour les contacts proches de la personne infectée, comme c'est le cas en Italie, n'est-elle pas un obstacle ? Comment l'Europe réglemente-t-elle ça et quel rôle l'UEFA peut-elle jouer ? "Je respecte les décisions des autorités scientifiques. Elles ont une grande responsabilité de défendre la santé des personnes. Ce qui se passe en cas de positivité d'un joueur est l'étape fondamentale pour la poursuite des compétitions. Je n'ai aucune compétence en la matière, mais je vois que dans certains pays, comme l'Allemagne, les solutions adoptées sont plus ciblées et fonctionnelles à la continuité de l'activité. Et non pas à son interruption brutale." ®gladis32 - internazionale.fr
  20. ©UEFA.com - Le Comité exécutif de l’UEFA a décidé aujourd’hui de verser immédiatement aux clubs leur participation aux bénéfices de l’UEFA EURO 2020 du fait de leur contribution aux compétitions pour équipes nationales de l’UEFA, à la lumière de la crise actuelle et des difficultés financières que rencontrent de nombreux clubs dans toute l’Europe. Ces paiements devaient initialement être effectués au terme des matches de barrage des European Qualifiers, mais compte tenu des problèmes que les clubs rencontrent en devant faire face à leurs engagements financiers actuels tout en voyant leurs sources de recettes se tarir du fait du confinement lié au COVID-19, les versements seront effectués immédiatement, comme suit : 50 millions seront versés aux clubs ayant mis des joueurs à la disposition des 39 associations qui n’ont pas participé aux matches de barrage des European Qualifiers ; 17,7 millions seront versés aux clubs ayant mis des joueurs à la disposition des 16 associations qui participeront aux matches de barrage des European Qualifiers (hors primes pour les matches de barrage, qui ont été reportés) ; Le solde de 2,7 millions lié aux joueurs mis à disposition pour les matches de barrage sera distribué au terme de ces rencontres, en automne. Pour l’UEFA EURO 2020, il est prévu de distribuer un montant minimum de 200 millions aux clubs conformément au protocole d’accord entre l’UEFA et l’ECA, qui a été renouvelé en 2019. Sur la base du mécanisme de distribution des paiements approuvé par le Comité exécutif, 70 millions seront distribués aux clubs qui ont mis des joueurs à disposition pour les European Qualifiers et pour l’UEFA Nations League, et les 130 millions restants seront distribués aux clubs qui auront mis des joueurs à disposition pour l’UEFA EURO 2020. Ces montants bénéficieront à un très grand nombre de clubs dans toute l’Europe, et leur donneront une bouffée d’oxygène à un moment critique. Des sommes allant de 3200 à 630 000 euros seront versées à 676 clubs des 55 associations membres de l’UEFA pour leur contribution aux European Qualifiers et à l’UEFA Nations League durant la période 2018-20. S’exprimant au sujet de cette décision, le président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, a déclaré : "Les clubs européens font partie intégrante du succès de nos compétitions pour équipes nationales. Par conséquent, une part des recettes de nos compétitions pour équipes nationales est redistribuée aux clubs qui mettent des joueurs à disposition pour ces matches. Pendant cette période difficile, de nombreux clubs rencontrent des difficultés financières, surtout au niveau de leur trésorerie, et il est de notre devoir de nous assurer qu’ils reçoivent ces paiements au plus vite." Andrea Agnelli, président de l’Association des clubs européens, a ajouté : "Ce versement représente un apport de liquidités plus que nécessaire dans les finances des clubs et résulte du travail accompli en commun par l'ECA et l'UEFA concernant la sauvegarde des clubs à l'heure où leur existence est menacée. Si la santé publique reste notre principale préoccupation, alléger la pression financière, juridique et réglementaire en vue de la reprise du football en Europe, une fois que ce sera possible du point de vue sanitaire, est d'une importance capitale pour l'ECA et pour ses membres." "Dans tous les cas, les clubs qui bénéficieront de ces versements sont ceux auprès desquels les joueurs étaient inscrits pendant la période de mise à disposition correspondante. Seuls les joueurs mis à disposition par un club faisant partie d’une association membre de l’UEFA seront pris en compte. La liste complète des clubs ainsi que le montant total reçu par chaque club seront communiqués après la tenue de la phase finale.." ®Uefa.com
  21. Une adaptation qui aura un impact non-négligeable : l’IFAB, soit le Board qui régit les lois du football a introduit une tolérance relative au hors-jeu, octroyant à nouveau les pleins pouvoir au juge de ligne. Adieu donc aux hors-jeu millimétrés, voire à la pointe du bout du pied si celui-ci dépasse d’un millimètre la ligne des défenseurs: Le but ne sera plus annulé... Cette situation créait des polémique. Qui plus est pour juger un tel hors-jeu, il fallait pas moins de 12 caméra pour mettre en évidence une telle erreur de jugement. Voici ce que déclare le Secrétaire Général Brud : "Cette circulaire vise à désactiver la Var dans le cas où la décision n’est pas très claire. La décision prise en directe et décidée par le juge de ligne fera foi. Ce soit ces points qui sont les plus visés depuis l’introduction de la Technologie. Cela contraindra à maintenir le drapeau levé jusqu’à la fin de l’action et la décision sera communiquée par la suite, après visionnage des images." Règles à respecter La position de l’attaquant doit être prise en considération non pas lorsque le ballon part du pied du passeur, mais au moment exact où celui qui délivre la passe entre en contact avec le ballon. Il a souvent été prouvé à la télévision qu’il n’était pas possible d’établir un instantané précis. Sur base de cette nouvelle ligne directrice, le hors-jeu pourra être appliqué dans le monde du football européen, à commencer par les matchs de la Ligue des Champions en février. Le but est de corriger les erreurs claires et évidentes et de ne pas incriminer la Var. Le premier a avoir demander une adaptation du règlement est le Président de l’Uefa en personne, Aleksander Čeferin. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Milan – Le Président de l’Uefa, Aleksander Ceferin, s’est exprimé, dans un mail au Times, en faveur de la proposition d’anticiper la fermeture du mercato estival, de façon à ce que ce dernier puisse être clos avant le début de la saison : "Je suis conscient qu’il existe un débat sérieux dans toute l’Europe sur l’idée d’anticiper la session d’été du Mercato et nous suivons la situation de très près. Personnellement, je ne trouve pas correct que les joueurs débutent la saison avec une équipe pour se voir transféré dans un autre club en fin de Mercato. Il y a beaucoup d’incertitude, mais je suis d’avis que cette fenêtre estivale est trop longue et je suis d’avis de la raccourcir." Pour que cette réforme passe, il faut au moins 14 pays en faveur de cette réforme! Bonne ou mauvaise idée ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr