Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'alessandro antonello'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Roberto Samaden , responsable du secteur des jeunes Nerazzurri, s'exprime après avoir reçu le prix ECA Youth Award 2022. "Félicitations à l'Inter pour avoir remporté le prix ECA Youth Football Award 2022" C'est l'annonce faite par l'ECA sur Twitter pour rendre hommage au "Projet de l'Inter pour la formation du secteur jeunesse, visant à apporter aux jeunes joueurs les meilleures solutions pédagogiques ainsi qu'à les sensibiliser sur des sujets délicats et d'actualité." "Le projet concerne les opportunités pour tous les joueurs, hommes et femmes, et pour tout le personnel qui travaille autour d'eux, d'informer et de former sur tout ce qui n'est pas technique La raison est parce qu'autrefois, il était plus facile pour l'entraîneur d'être entraîneur et aussi éducateur. Puis, année après année, tout change. Nous avons pensé qu'il était absolument important de commencer à enseigner et à former des joueurs non seulement sur le terrain mais aussi en dehors du terrain. Nous avons donc commencé à laisser les joueurs vivre dans nos logements. Ils viennent en Italie d'autres pays et régions. Donc, étape par étape, nous devons impliquer les joueurs, tous les adultes et toutes les familles dans ce projet." La note officielle de l'Inter a été publiée. "Reconnaissance internationale importante pour l'Inter : lors de l'assemblée de l'ECA à Istanbul, Alessandro Antonello a reçu l'ECA Youth Football Award, le prix de l'Association des clubs européens qui récompense les clubs qui ont fait preuve d'un engagement exemplaire dans le développement de son secteur jeunesse. Une récompense qui vient récompenser la qualité du Projet Éducatif du Club, le programme lancé par l'Inter en 2017, vivement souhaité par le directeur du Secteur Jeunesse Roberto Samaden et promu, saison après saison, par Giuseppe Marotta . Un projet qui vise à former garçons et filles de la crèche Nerazzurra non seulement d'un point de vue technique et footballistique mais aussi d'un point de vue humain et culturel, impliquant également tous les entraîneurs et les personnes qui travaillent quotidiennement en contact étroit avec notre équipe dans le secteur jeunesse." "À partir des U9 et jusqu'à la Primavera, l'Inter crée des cours dédiés traitant de questions sensibles, en tenant compte de l'âge, du contexte social et culturel. Des questions telles que la protection des mineurs, l'intimidation, la cyberintimidation et la discrimination sont abordées à travers les interventions des professionnels Nerazzurri et de contributeurs externes. Des rencontres en face à face, des discussions, des panels s'ajoutent à la participation à des événements et des démonstrations visant à sensibiliser aux différents enjeux. Un exemple avant tout : les activités du secteur jeunesse lors de la Journée du souvenir, avec des visites, des rencontres et des moments de réflexion sur l'Holocauste." "Toutes les équipes compétitives masculines et féminines, des moins de 14 ans aux moins de 19 ans, sont également impliquées dans une formation animée par les professionnels d'Inter Media House et de l'équipe de communication concernant la sensibilisation au numérique, la bonne utilisation des réseaux sociaux et des différents canaux de communication. Sans oublier la participation active aux réalités sociales du territoire telles que les visites dans les hôpitaux pédiatriques milanais ou dans les établissements de détention pour mineurs. Connaître, gérer les problèmes quotidiens, en dehors du terrain: la mission du Nerazzurri Club porte à l'attention des garçons et des filles, mais aussi de toutes les personnes impliquées dans le personnel, des questions telles que celles de la durabilité, du changement climatique, une bonne nutrition et les perversions sportives." "Dans le cadre du projet éducatif, le Club a inauguré le Suning Youth Center et Inter College, une structure qui accueille des joueurs (des U15 aux U19) d'autres régions d'Italie ou de l'étranger. Un environnement qui offre un parcours éducatif et de formation à 360 °, ainsi que des installations dédiées telles que des salles d'étude, des salles de relaxation et des environnements qui stimulent et facilitent l'intégration et la convivialité." "Allier les aspects techniques à ce type de formation est le grand défi du Projet Educatif de l'Inter : une mission pour le Club, reconnue par l'important prix de l'ECA qui donne crédit à un projet d'une grande importance et qui se poursuivra avec encore plus de dynamisme. et d'enthousiasme." Traduction alex_j via FCInterNews.
  2. Alessandro Antonello s'exprime pour la revue MilanoParigiCapitali 2022 où il évoque le nouveau stade, les droits télé et le football italien. Sur le projet de stade. "En Italie, nous devons investir dans les infrastructures pour améliorer notre système de football. Il y a des projets en cours qui, s'ils sont terminés, nous mèneront à 1 milliard et 900 millions d'euros. Malheureusement, l'âge moyen des stades italiens se situe entre 60 et 70 ans, il est donc indispensable de rénover les infrastructures." "L'Inter et le Milan ont présenté un plan il y a trois ans. Aujourd'hui nous avons resoumis le dossier de faisabilité à la Municipalité de Milan avec une réduction des volumes pour donner suite aux indications données par l'administration. Pas uniquement un projet de stade mais également un centre d'attraction polyvalent dont la ville de Milan doit bénéficier. Ce sera un projet éco-durable, avec les technologies les plus avancées qui pourront être mises à notre disposition. En l'absence d'infrastructures et de nouveaux stades, il est difficile pour l'Inter, le Milan et le football italien en général de revenir au très haut niveau. Le stade peut garantir des revenus supplémentaires grâce à des services additionnels qui conduiraient le club à investir davantage dans l'effectif après. Il y aura un débat public, après quoi le Conseil rendra son avis. Nous espérons procéder à la rédaction du projet exécutif avant de commencer les travaux." Sur le thème des droits TV. "Dans la Lega, il y a une équipe de travail qui a commencé pour aborder le problème de manière stratégique. La Premier League doit être un modèle de référence. Cependant, le paradigme pour nous devrait être le Liga espagnole qui, ces dernières années, a connu une croissance exponentielle. Ils ont une gouvernance très forte et un produit télévisuel avec le Real et Barcelone à sa tête. La Lega doit développer les marchés internationaux car, aujourd'hui, nous avons un écart énorme avec la Premier League. Le développement technologique est également nécessaire, le produit Lega doit évoluer en fonction des besoins et des envies de nos fans." De nouveaux modèles à développer. "Il est inutile d'essayer de développer des modèles commerciaux qui ne placent pas les fans au centre car ce sont eux qui soutiennent l'industrie du football. La Ligue pose les bases pour combler ce vide : un hub a déjà été ouvert aux Etats-Unis, un autre va s'ouvrir au Moyen-Orient et la volonté est de mieux couvrir le marché asiatique avec une présence territoriale. Aujourd'hui nous réfléchissons, si le prochain appel n'aboutit pas, à nous tourner vers une création et distribution de la chaîne de télévision de la Ligue. C'est essentiel car la Serie A est toujours reconnue comme une marque attractive et les investisseurs étrangers le prouvent. Il faut recréer la valeur du début des années 2000 avec un modèle attractif. Il faut éviter que l'écart que crée la Premier League amène les joueurs à vouloir jouer exclusivement là-bas." Concernant le projet, Le Corriere della Sera donne des détails concernant le projet en lui-même et le montant de l'investissement. Selon le rapport modifiée remis à la municipalité, une surprise arrive à la page 98 où l'on parle de démolitions, la démolition complète est prévue et non plus le maintien d'une partie. Ainsi pas de vestiges ni de re-fonctionnalisation. Contrairement à la proposition précédente, aucun vestige de l'actuel Meazza fera l'objet d'une conservation et d'une re-fonctionnalisation. Cette solution de conception réduit considérablement l'impact sur le repère urbain en garantissant un état d'équilibre approprié entre les bâtiments nouveaux et existants. Le dossier mis à jour arrive à Rome pour le début du débat public. A côté de la mise à jour "provisoire" du plan économique et financier, il sera présenté définitivement à un stade ultérieur de la procédure administrative, s'ajoute la mise à jour des travaux du secteur polyvalent qui, avec l'indice volumétrique fixé à 0,35, (les équipes voulaient 0,51) tombe à 98 321 mètres carrés de surface brute (contre 145 000 auparavant). Une réduction que les clubs ont acceptée à contrecœur. L'investissement ne change pas, 1,2 milliard d'euros. En effet, les équipes estiment une augmentation des revenus de 120,4 M€, dont 80 du stade et 40 du secteur polyvalent. Hors jours de match, les revenus supplémentaires, par rapport à la situation actuelle, s'élèvent à 80 M€ pour les deux équipes. Cependant, un avertissement demeure. Nous ne pouvons pas exclure que d'autres effets « exogènes » sur l'évolution des coûts ou sur la demande peuvent modifier la donne en exigeant des mesures compensatoires visant à rééquilibrer la pérennité du projet. Voici donc ce que le Milan et l'Inter devraient réaliser dans le secteur polyvalent. Des trois tours présentées dans les schémas directeurs précédents, il n'en reste qu'une qui abritera le siège opérationnel des deux clubs. Il s'agira d'un immeuble à double tour pour bureaux de 17 étages, de 87 mètres de haut, d'un centre de conférence de 4 mille mètres carrés, de 12 mètres de haut, d'un centre commercial de 68 mille mètres carrés sur trois niveaux donnant sur la Via Dessiè. Sur le toit du centre commercial seront créés à la fois un espace de divertissement de 9 000 mètres carrés, à la fois le Musée des Sports de 2 700 mètres carrés et le Centre d'Activités Sportives de 1 300 mètres carrés. La zone actuellement occupée par San Siro est reconfigurée en quartier sportif avec la création d'un espace vert (plus de 50 000 mètres carrés), équipé d'espaces ludiques et sportifs. Pour la construction de l'ensemble des ouvrages (nouveau stade et secteur) 80 mois de travaux sont prévus. Les équipes font l'hypothèse d'un démarrage des travaux au 1er janvier 2024 afin de garantir l'ouverture à la circulation du passage souterrain du Patroclus pour les JO d'hiver 2026. Pour ce faire, les clubs indiquent la conclusion du processus d'autorisation d'ici 2023. La fin des travaux est prévue pour le 31 juillet 2030. Traduction alex_j via FCInter1908.
  3. C’est une information à prendre au conditionnelle : Selon Tuttosport, Suning, qui a décidé de ne pas abandonner l’Inter, aurait très récemment refusé 900 millions d’euros. "Les bruits de couloir continuent autour de la propriété de l’Inter : Ces dernières semaines, Suning a rejeté une offre d'achat du club pour un montant de 900 millions, soit une somme considérée comme inférieur au milliard d’euros demandé par la Famille Zhang. D’éventuels développements pourraient avoir lieu dans les mois à venir. La source intéressée serait américaine, comme celle de la majorité des Entreprises ou des Fonds Financiers qui reprennent le contrôle des différents clubs italiens, comme l’est dernièrement l’Atalanta." "Ces 900 millions seraient la seconde proposition d'achat de l'Inter refusée après celle du fonds anglais Bc Partners, il y a un an. En effet, il n’est pas impossible d’inclure de façon sur dans cette liste le Fonds souverain du Royaume D’Arabie-Saoudite Pif. Selon certaines sources, les propriétaires actuels de Newcastle avaient négocié pour s’offrir l'Inter jusqu'à la mi-septembre, avant de se tourner vers la Premier League suite à l’absence d’un accord global avec Suning. D’autres sources font été que l’intérêt de Pif n’avait jamais été réellement concret." "La certitude est que la Famille Zhang souhaite conserver sa majorité d’actions dans l’Inter, comme l’a déjà confirmé par le passé, l’Administrateur-Délégué Corporate Alessandro Antonello". Quelles sont les perspectives de croissance autonome de l’Inter ? "Après avoir conclu la renégociation de sa dette obligataire, les investisseurs ont été rassurés sur le fait que le club Nerazzurro dispose de suffisamment de liquidités pour tenir jusqu'à la fin de la saison prochaine. Une assurance qui n’était pas escomptée vu que l'Inter avait eu du mal à payer les salaires de ses joueurs lors de la saison 2020-21. Mais disposer de liquidités est le strict minimum, car cela ne peut pas devenir un pilier sur lequel fonder une projection à moyen et long terme." "La vision ne peut d'ailleurs pas être trop éloignée, vu qu’en mai 2024 expire le délai de remboursement du prêt de 275 millions octroyé par le fonds californien Oaktree. Et il n'est pas concevable de songer à une reprise d’une sponsorisation en provenance de la Chine comme ce fut le cas lors du premier triennal de la gestion de Suning." Selon vous, si une offre d’un milliard d’euros est déposée sur la table, Suning vendra-t’il l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Le PDG d'Inter, Alessandro Antonello, et le PDG de Hisense Italia, Gianluca Di Pietro, ont annoncé un partenariat entre l’Inter et Hisense. Hisense Italia est la branche italienne du leader de l'industrie des appareils électroménagers et de l'électronique grand public. Ils seront associés aux Nerazzurri jusqu'à la saison 2024-2025. L'accord entre les deux sociétés a été officialisé ce Samedi au Meazza. Alessandro Antonello et Gianluca Di Pietro étaient tous les deux présents. Voici les mots d’Alessandro Antonello. "Nous sommes ravis d'accueillir Hisense dans la famille des partenaires de l'Inter. Nous avons remarqué que Hisense met l'accent sur l'innovation et s'efforce d'atteindre l'excellence, ce qui distingue notre club. Nous sommes convaincus que cette collaboration permettra aux deux marques d'atteindre de nouveaux objectifs majeurs. Gianluca Di Pietro a souligné que la collaboration entre les deux sociétés ne se limitera pas à la seule visibilité de la marque car il y aura des opportunités pour une plus grande intégration sur toute la ligne. "Une collaboration significative entre Hisense et l'Inter commence aujourd'hui. Il ne se limitera pas à la visibilité de la marque car il offrira également aux entreprises concernées des opportunités d'intégration. Ce choix a longtemps été réfléchi et s'est concrétisé grâce à nos valeurs communes et à l'organisation efficace des Nerazzurri. En effet, ce qui nous a amenés à choisir l'Inter est son grand professionnalisme. Les Nerazzurri sont une entreprise ambitieuse, comme la nôtre, et, de plus, elle possède l'une des meilleures bases de fans au monde. C'est le début d'un long chemin pour Hisense, qui conduira au développement de nouveaux projets dans les années à venir qui représenteront une avancée majeure pour les deux parties et feront partie d'un avenir réussi ensemble." L'accord de marque conduira à une énorme visibilité supplémentaire dans le football pour Hisense. Leur logo sera visible sur les panneaux publicitaires LED autour du terrain lors des matchs de l'Inter. En plus de cela, le club utilisera les produits des entreprises chinoises pour tous leurs sites officiels. Cela vaut également pour les salles d'accueil du Meazza, du QG et des centres de formation. Les logos des deux sociétés ont été vus dans des lumières LED au Meazza lors du match contre la Spezia. Selon FCInterNews, l'Inter devrait bientôt annoncer deux nouveaux partenariats marketing, les Nerazzurri étant prêts à conclure des accords avec Kopron SpA et le groupe Attal. De plus, les Nerazzurri continueront de chercher de nouveaux partenaires pour monétiser le côté marketing du club et étendre leur portée en dehors du terrain. Kopron SpA est une entreprise de logistique de construction qui a déjà travaillé avec les Nerazzurri dans le passé, tandis qu'Attal Group est une entreprise qui recherche et gère les ressources humaines et succède à ManPower dont le contrat avec le club a expiré. Concernant Digitalbits, l'Inter n'a pas exclu la perspective d'intenter une action en justice contre le sponsor principal Digitalbits qui n’a pas effectué certains paiements. Comme rapporté par La Repubblica il y a quelque jours, l'Inter n'est pas la seule équipe très préoccupée par la situation. nIl est rapporté que les voies légales pour mettre fin à la relation entre Inter et Digitalbits n'ont pas été exclues. Il n'y a actuellement aucune difficulté de paiement avec les Giallorossi et le fondateur de Digitalbits pourrait être au Stadio Olimpico lundi soir pour le match de l'AS Roma contre Cremonese. L'Inter a immédiatement pris la décision de supprimer le logo Digitalbits sur son site Web lorsqu'il est devenu clair que le paiement n'avait pas été effectué. Cependant, Digitalbits reste sur les maillots. Traduction alex_j via Sempreinter.
  5. Comme nous le savons, notre principal sponsor a fait défaut sur ses paiements. DigitalBits est notre "partenaire cryptographique officiel", mais les différents journaux italiens ont indiqué que l'entreprise n'avait pas honoré une part des paiements. Cela nous a conduit à supprimer DigitalBits de ses sites Web et applications. L'Inter a également supprimé la marque DigitalBits des tableaux de bord et des panneaux publicitaires du San Siro. Les premières rumeurs concernant des problèmes dans la relation sont apparues en juin lorsqu'il a été signalé que DigitalBits n'avait pas effectué de paiement pour la première fois. La Gazzetta dello Sport a rapporté que DigitalBits enregistrait des pertes après que son token XDB soit passé de 0,85 USD en novembre à 0,027 USD le 1er août, soit une baisse de près de 97 %. Il y a deux semaines, DigitalBits repoussa les demandes de commentaires en affirmant que tous les problèmes financiers sont gérés par son propriétaire, Zytara. Mais il y a déjà un an, il y avait déjà de sérieuses questions sur DigitalBits/Zytara lorsque InsightX a fourni à l'un de ses clients des renseignements et une diligence raisonnable sur l'entreprise. À l'époque, le football s’approchait du pic de la frénésie crypto/NFT. Voici le rapport de InsightX disponible sur son site web le 4 Aout 2022. De plus, le 16 Avril 2022, le Mail on Sunday indiqué sur son site que David Beckham et Dgitalbits étaient dans une tourmente juridico-financière. Une série de problèmes Leur rapport a mis en évidence une série de problèmes majeurs avec Zytara, sa gouvernance, son éthique, ses finances et les antécédents de son fondateur, Al Burgio. Alors que Zytara en tant que marque est relativement jeune, n'apparaissant sur les documents d'enregistrement des sociétés aux États-Unis qu'en 2019, ses origines remontent plus loin avec Burgio, son fondateur et PDG, ayant été étroitement impliqué dans la mise en place et le développement de la blockchain. Il promeut DigitalBits ou XDB depuis le début. Burgio était associé à un grand nombre d'entités corporatives, dont beaucoup avaient des liens avec Zytara. InsightX a mis en évidence plusieurs problèmes importants, notamment : Des interrogations sur son éthique compte tenu des partenariats avec un chanteur controversé et le boxeur, Floyd Mayweather ; Des doutes sur la structure de gouvernance de la marque ; Points d'interrogation sur les antécédents financiers de Burgio ; plus précisément, les multiples poursuites judiciaires auxquelles il a été confronté pour des dettes impayées ; Préoccupations concernant le nombre d'entreprises de Burgio qui ont été radiées des registres des sociétés pour non-respect des lois de l'État et d'autres lois. Au moment de leur rapport, Zytara/DigitalBits et les sociétés associées n'avaient pas de structure de gouvernance claire, seul Burgio étant répertorié comme dirigeant important (ceci est vérifiable en cherchant sur le net, ndlr). On disait que l'écosystème XDB/DigitalBits relevait de la responsabilité d'une fondation, mais la propriété de la marque était cachée dans un réseau d'entreprises aux États-Unis, elles-mêmes contrôlées en fin de compte par une multitude de sociétés écrans aux îles Caïmans, un paradis fiscal offshore. Problème aux Caïmans En 2020, l'une de ces sociétés, Fusechain Ltd, a été poursuivie par le gouvernement des îles Caïmans pour non-paiement du loyer de ses bureaux à George Town. Par ailleurs, trois sociétés associées à Zytara et constituées aux îles Caïmans avaient déjà été radiées par les autorités de régulation en 2019. Il n'y avait pas qu’aux îles Caïmans où les entreprises de Burgio étaient en difficulté. Une série d'entités associées aux États-Unis ont été suspendues, liquidées ou confisquées au Nevada, en Californie et dans le Delaware entre 2005 et 2019. Au total, 11 sociétés associées à Burgio et Zytrara ont été radiées, dont au moins deux ont été dissoutes ou en souffrance depuis plus de non-paiement des impôts sur les sociétés (là encore, on peut vérifier cela en cherchant sur le net, ndlr). En septembre 2021, Alessandro Antonello, aux côtés de Burgio, a déclaré aux journalistes que le club était "fier d'accueillir Zytara comme nouveau partenaire mondial". Antonello ne savait peut-être pas que l'homme à qui il venait de serrer la main avait été poursuivi en 2016 pour rupture de contrat par un cabinet d'avocats qui l'avait représenté lorsqu'il était poursuivi par une société de crédit hypothécaire en Californie pour des dettes impayées. InsightX a fourni à ses clients des renseignements sur un grand nombre d'entités de cryptographie, de NFT et de jeu depuis juin 2020. Le cas de Zytara n'est en aucun cas unique dans un secteur qui regorge de startups et d'entreprises arrivant comme un cheveu sur la soupe, dont beaucoup semblent faire des promesses basées sur un peu plus que l'espoir que les crypto-monnaies continueraient d'augmenter en valeur. Mais cette bulle a éclaté cet été et le soi-disant "hiver crypto" a déjà secoué bon nombre de ces opérateurs et d'autres suivront. Révélations du Mail on Sunday Le 16 Avril 2022, le Mail on Sunday révèle que David Beckham a fait la promotion d'une entreprise technologique impliquée dans un différend concernant des allégations selon lesquelles ses patrons auraient escroqué des investisseurs pour financer des propriétés somptueuses, des vacances de luxe et des accords de parrainage. En effet, les patrons de DigitalBits sont accusés d'avoir détourné de l'argent pour financer des voyages de luxe et des offres sportives. Une action en justice intentée à New York affirme qu'un investisseur de DigitalBits, Mark Dorrell, a été "personnellement escroqué d'au moins 160 millions de dollars par ses fondateurs, qui ont conservé son argent et ses jetons et les ont utilisés pour s'enrichir injustement." Le procès ajoute: "Ces actes ont permis aux auteurs de vivre des styles de vie extravagants et somptueux en voyageant à travers le monde, en vivant et en travaillant entre New York et Palm Beach, en Floride, à Rome et à Dubaï, et en achetant des maisons de vacances aux îles Caïmans. Malgré leur extravagance, les fonds qu'ils ont collectés à tort ont été suffisants pour réaliser des projets promotionnels massifs, comme la signature par l'une de leurs sociétés d'un contrat de 36 millions de dollars en tant que sponsor principal de l'équipe de football italienne, l'AS Roma." Rien n'indique que Beckham ou d'autres ambassadeurs célèbres aient connaissance d'actes répréhensibles. Les finances de Beckham sont à l'honneur depuis qu'il a vendu une participation majoritaire dans sa société de gestion de marque DB Ventures à Authentic Brands plus tôt cette année, devenant ainsi actionnaire d'Authentic Brands. Mais il a vu des investissements dans des entreprises cotées en bourse au Royaume-Uni subir une vente brutale. Il a assisté au somptueux mariage de son fils Brooklyn avec Nicola Peltz, fille de l'investisseur activiste milliardaire Nelson Peltz. DigitalBits fabrique une technologie qui permet aux gens d'échanger des crypto-monnaies ou des illustrations numériques connues sous le nom de NFT, ou jetons non fongibles. Le procès allègue que les parrainages ont été conçus simplement pour augmenter le prix de la crypto-monnaie DigitalBits, alors que la technologie n'existe pas comme le prétend la société. Le procès a été intenté contre le fondateur de DigitalBits, Al Burgio, un entrepreneur en série qui est maintenant directeur général de la société de technologie financière Zytara. La plainte a également été déposée contre la fondation DigitalBits, Zytara, le cabinet de conseil GDA Capital et son co-fondateur Michael Gord. Le prix de la crypto-monnaie a fortement chuté par rapport au dollar au cours du mois dernier. Adam Ford, avocat chez Ford O'Brien, qui représente les investisseurs, a déclaré: "Je suis surpris que M. Beckham ait annoncé son implication dans un projet qui cache toujours son prétendu logiciel à la vue du public. Mes clients pensent que toute compensation qu'il a reçue leur revient de droit et nous cherchons comment la récupérer." Il est entendu que cinq autres investisseurs et anciens employés sont sur le point de poursuivre DigitalBits pour un total de 110 millions de dollars. Annonçant son rôle au sein de l'entreprise, Beckham a déclaré: "J'ai toujours été fier de travailler avec les meilleures équipes et je suis tellement excité de travailler sur mes collections NFT et sur d'autres innovations à l'avenir." Le directeur de DigitalBits, Daniele Mensi, a déclaré: "La Fondation DigitalBits n'a mené aucune affaire avec le plaignant qui fait les allégations. La fondation prévoit de défendre vigoureusement le procès" et a déclaré qu'elle était convaincue que les réclamations seraient finalement jugées sans fondement. Conclusion Bien qu'il soit toujours facile d'être avisé après les événements, les signes avant-coureurs de DigitalBits / Zytara étaient là avant que l'Inter ne signe son accord avec la marque, soulignant une fois de plus l'importance pour tous les titulaires de droits de s'assurer qu'une diligence raisonnable complète est commandée à un fournisseur spécialisé avant de signer. Traduction alex_j via InsightX et The Mail on Sunday.
  6. En effet, l’Inter a dernièrement officialisé son nouveau maillot avec, en Main Sponsor, DigitalBits. Mais est-ce que ce partenariat est amené à durer dans le temps ? Car comme l’affirme l’Ansa, selon des sources très proches du club, le partenariat entre l’Inter et DigitalBits bat sérieusement de l’aile : "Depuis le 1er juillet, la marque de Cryptomonnaie est devenue le sponsor principal repris sur le maillot de l’Inter, en remplaçant Socios, après avoir signé un accord à l’été 2020, pour un versement de 85 millions d’euros répartis en quatre saisons. L’année dernière, DigitalBits était d’ailleurs le sponsor de manche. Mais dernièrement, la marque a "disparu" de la section "Partner" du site officiel de l’Inter." Selon la presse italienne, Tuttosport en tête, le problème se veut d’ordre financier. "De nombreuses informations font état de retards de paiement de la part de DigitalBits, le sponsor du maillot. L’Inter n’a livré aucun commentaire, si ce n’est à un simple "Nous sommes au travail pour surmonter cette difficulté". Mais qu’en est-il réellement ? "Demain soir à Cesena, à l’occasion de la rencontre amicale entre l’Inter et Lyon, on ne retrouvera pas les Leds publicitaires faisant référence au nouveau sponsor de maillot, qui a été représenté pour la première fois le 12 juillet. Les premiers scintillements dans la relation avec DigitalBits remontent à la fin du mois de juin, lorsque le paiement de 5 millions prévu par l'accord conclu à l'époque en tant que "simple" sponsor de manche n'a pas été honoré. Devant cette impasse, le club Nerazzurro a décidé d'agir." "Les accords pris sont importants : Il y a en jeu 85 millions d’euros répartis en 4 saisons. Si les problèmes qui sont apparus n'affectent pas le bilan clôturé au 30 juin, avec un déficit de 140 millions d’euros, il est clair que si la situation ne se débloque pas, il pourrait être nécessaire de trouver un nouveau sponsor maillot. Il s'agit bien évidemment d’une solution d’extrême recours, même si la maxi trêve automnale pour faire place à la Coupe du monde au Qatar pourrait y contribuer. En effet, la situation n'est pas vraiment des plus encourageante car XDB, le coin lié à DigitalBits, ne vaut plus qu'un dixième de ce qu'il représentait septembre, lorsque le contrat avec l'Inter venait d’être tout juste paraphé." "La situation est d’autant plus extrême avec les Nerazzurri étant donné que la Roma n’a signalé aucun problème en particulier avec DigitalBits depuis un an, probablement parce qu'une partie des sommes de l'accord établi sur trois ans, et plus en particulier la somme estimée à plus de 35 millions avec le club Giallorosso devrait être honorée en cryptomonnaie." "A la Casa Inter, les nouvelles sont peu rassurantes : ces derniers jours s’est clôturé la négociation avec Nike qui prévoit un renouvellement du contrat à hauteur de 24 millions d’euros jusqu’en 2030. Cette revalorisation récompense le travail réalisé par le club depuis son virage sur l’Innovation et la digitalisation. Inter Media House produit plus de 70.000 contenus à l’année, ce qui touche le marché du Lyfestyle qui est très ciblé par la marque Améciaine. Le mérite en revient à Alessandro Antonello, l’Administrateur-Délégué Corporate et son bras droit Luca Danovaro qui sont parvenus à doubler la partie fixe comparée aux chiffres actuels". "D’un autre côté, l’Inter doit compléter le puzzle relatif au sponsor maillot de manche qui, avec Socios.com, était justement DigitalBits, ce qui pourra apporter de nouvelles recettes pour le club, sans oublier la confirmation du partenariat avec Lenovo, sur la partie dorsale inférieure de son maillot. Le tout bien sûr avec l’espoir que le contentieux avec DigitalBits soit réglé, lui qui pour l’instant reste présent sur le maillot, et qui sera d’ailleurs le cas demain à Cesena". L’avis de la Gazzetta Dello Sport Les problèmes économiques de DigitalBits, le Main Sponsor de l’Inter, ont rapidement fait le tour du monde, et la Rosea tente de faire la clarté et d’établir les différents scénarios : "Il n’est pas clairement établi quelles sont les tranches de retard exactes. Ce qui est certain, c’est qu’il y a deux aspects. Le premier : il n’y aura aucun impact quoiqu’il arrive sur le bilan clôturé au 30 juin, une période à laquelle les sommes en jeu ont été honorées. Le second : le Club ne reste pas les bras croisés et répond avec les armes à sa disposition, en retirant DigitalBits de ses propres plateformes. Demain encore, le nom du sponsor disparaîtra des panneaux publicitaires, et il est probable qu’il en sera de même aussi le 6 août à Pescara". "Enfin, la présentation du second maillot que le club avait imaginé lors des 10 premiers jours d’août se verra renvoyé au mois de septembre, car la raison est évidente : le club n’a pas envie d’offrir une telle visibilité en ce moment". Quels scénarii pour l’avenir ? "Changer de sponsor en cours de route semble être terriblement compliqué, il suffit juste d’imaginer le nombre de maillots déjà écoulés, mais cette situation n’est pas à exclure dans une optique future, à meilleure raison que la cryptomonnaie vaut aujourd’hui un dixième de sa valeur, comparée à ce qu’elle valait sur le Marché." Le Corriere rentre dans la danse "Selon des sources proches du club, tous sont au travail pour parvenir à une solution, une solution qui pourrait avoir des répercussions très importantes sur les comptes de l’Inter car DigitalBits avait signé en septembre 2021 un riche contrat de partenariat avec l’écurie milanaise : 85 millions d’euros répartis sur quatre saisons." "Remplacer une entrée de cette dimension ne sera en aucun cas simple, surtout dans un laps de temps aussi rapide : si le contrat venait à sauter, l’Inter devrait mettre en circulations des maillots officiels sans le logo du Sponsor ou avec une nouvelle inscription, des maillots qui ont déjà été écoulés auprès de très nombreux tifosi. Il serait donc possible d’envisager une action légale pour récupérer les dommages qu’une telle situation produirait inévitablement, à moins que les parties ne s’accordent sur une résiliation de l'accord d'un commun accord qui permettrait à l'Inter d'obtenir un quantum qui en atténuerait les conséquences." "De plus, changer de sponsor en cours de route est quelque chose de très inhabituel pour un club du Top , s’il y a très peu de précédent, aucun ne faisait, à l’origine, preuve d’un problème de paiement." Et la Roma ? "Digitalbits sponsorise aussi la Roma et rien n’a filtré sur le fait que le Club GIallorosso rencontre les mêmes difficultés que celles expérimentées par l’Inter. Au jour d’aujourdui, Digitalbits est toujours bien présent sur les maillots romains, son logo est encore exposé sur le site du Club comme Main Global Partner et Main Sponsor. Toutefois, le contrat avec le club de la Capitale présente un accord bien moins retentissant : soit 35 millions d’euros à répartir sur trois saisons." Pensez-vous que l'Inter va tout simplement rompre l'accord avec DigitalBits ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Les Nerazzurri ont dévoilé une nouvelle plateforme intégrée qui permet aux fans d’être encore plus proches du club : un nouveau design et un contenu innovant pour le site web et l'application, ainsi qu'une boutique e-commerce remaniée offrant une expérience d'achat unique. Milan - La quête de l'Inter pour développer sa marque au nom de l'innovation et de la numérisation s'accélère, et dans le dernier développement en date, le club a dévoilé aujourd'hui son nouvel écosystème numérique. Il s'agit d'une plateforme qui canalise le potentiel de la production en ligne du club et permet aux fans de se sentir véritablement partie prenante du monde des Nerazzurri. À partir d'aujourd'hui, la première étape de ce processus verra le site Web et l'application du club subir une refonte complète en termes de conception et d'utilisation du contenu. Une nouvelle boutique en ligne est également dévoilée, offrant une expérience d'achat unique en son genre. L'évolution des plateformes numériques du club est appelée à se poursuivre avec de nouvelles mises à jour importantes dans les mois à venir. Cette dernière étape est une preuve supplémentaire de l'investissement continu du club dans des méthodes et outils nouveaux et toujours plus innovants offrant des expériences toujours plus personnalisées et exclusives aux fans aux quatre coins du monde. À partir d'aujourd'hui, ils pourront ressentir un lien plus fort que jamais avec l'Inter. Le nouvel écosystème numérique comprend un site web et une application qui ont tous deux fait l'objet d'une refonte complète en termes de conception et de contenu, ce qui signifie que les fans auront désormais accès à du matériel exclusif et à de nouveaux moyens de suivre leur équipe bien-aimée de plus près que jamais. Le design a fait l'objet d'une refonte complète en accord avec la nouvelle identité visuelle de la marque. Parmi les autres nouveautés, citons les vidéos à la demande, qui sont désormais accessibles directement sur le site grâce à la nouvelle plateforme « OTT » intégrée, et le compte « IM Plus », un espace gratuit qui permettra aux fans d'accéder à des contenus exclusifs. La nouvelle boutique en ligne des Nerazzurri redéfinit ce que signifie faire du shopping en ligne, en offrant une plateforme de vente à la pointe de la technologie, centrée sur les exigences et les désirs des supporters. La boutique a été entièrement intégrée à la révolution numérique du club et est disponible en six langues, dans différentes devises et avec de nombreux modes de paiement. Elle proposera une gamme toujours plus large de produits, aussi bien ceux de la marque Inter que des collaborations en édition limitée avec d'autres marques. Il constitue la vitrine idéale pour les produits Nerazzurri, qui ont été conçus et développés avec une attention particulière à la qualité et au design, capables de répondre aux différents goûts des fans du monde entier. L'augmentation des points de contact et de l'interactivité dans l'écosystème numérique permettra d'établir un meilleur profil des fans Nerazzurri, ce qui permettra au club de leur proposer des expériences répondant à leurs besoins et à leurs goûts spécifiques. C'est également une bonne nouvelle en termes d'opportunités commerciales pour le commerce électronique, la billetterie et les partenaires. Des créneaux de contenu dédiés seront disponibles, capables d'atteindre des milliers de fans quotidiennement, ainsi que des sous-sites personnalisés où les entreprises pourront créer des expériences immersives personnalisées. Le projet a été conçu et développé en collaboration avec deux entreprises leaders du secteur, PwC Italia et DEPT®. Les premiers ont été les acteurs clés de la concrétisation de la nouvelle boutique de commerce électronique du club, tandis que les seconds ont été responsables de l'amélioration du site web et de l'application, en tirant parti de la plateforme de streaming en ligne de StreamAMG. "Le nouvel écosystème numérique est une nouvelle étape dans la croissance de notre marque. Nous avons une fois de plus réaffirmé notre position à la pointe de l'innovation. Cette révolution représente une autre étape importante dans le repositionnement de notre marque : après l'évolution de notre identité visuelle en 2021, ce projet révolutionnaire, dans lequel la Propriété a investi, nous permet de redéfinir l'expérience numérique de nos fans." Alessandro Antonello, directeur général de l'entreprise du FC Internazionale Milano. "Grâce aux améliorations du site web, de l'application et de la nouvelle boutique de commerce électronique, nous révolutionnons l'expérience de nos fans avec le club. En utilisant le nouveau site et l'application, les fans pourront vivre l'expérience de l'Inter de manière plus immersive, en appréciant le design et le contenu remaniés. L'expérience d'achat des supporters sera intégrée grâce à la nouvelle boutique de commerce électronique, qui leur permettra d'acheter des produits de l'Inter, allant des vêtements aux billets de match, d'une manière plus simple et plus accessible. Le nouvel écosystème numérique offrira également à nos partenaires de nouvelles opportunités pour investir davantage." Luca Danovaro, directeur des revenus du FC Internazionale Milano. "L'Inter s'est lancé dans un ambitieux programme d'amélioration de sa boutique en ligne, visant à redéfinir ses normes d'engagement et de relation avec ses fans du monde entier. Notre équipe de transformation client qui a supervisé le projet est fière de faire partie de ce groupe plus large de personnes travaillant sur l'écosystème numérique et d'être en mesure de s'attaquer et de conquérir les futurs défis avec l'Inter à ses côtés." Matteo Bonente, associé de PwC Italia. "L'Inter redéfinit l'expérience de ce que signifie être un fan de football et cela correspond à son positionnement en tant que marque de renommée mondiale. Dans la première phase, le club s'est concentré sur l'évolution de son identité visuelle et de son logo. Il est maintenant temps de passer à l'étape suivante dans le domaine numérique. Nous sommes fiers de nous lancer dans cette aventure avec l'Inter et nous sommes enthousiastes à l'idée de tout ce qui nous attend." Dimi Albers, PDG de DEPT ® ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it
  8. Au sein du Quartier-Général de l’Inter, Giuseppe Marotta et Simone Inzaghi se sont livrés à la traditionnelle conférence de presse d'ouverture de la nouvelle saison sportive 2022/2023 Introduction de Marotta "Aujourd’hui, nous sommes symboliquement sur la grille de départ de la nouvelle saison sportive. Avant de parler du présent et du futur, je tiens à faire un bref résumé de la saison écoulée qui a été "aigre-doux" : Nous avons remporté deux titres, auxquels s’ajoute un peu d’amertume pour la seconde place en championnat. Le dernier championnat a d’ailleurs démontré que la différence entre celui qui le gagne et qui le perd est très minime." Je tiens à profiter de cette occasion aussi pour saluer le Président Zhang et je lui souhaite du bon boulot pour la saison à venir. Cette saison s’ouvre avec une grande nouveauté : La prolongation de notre entraîneur. C’est une nouveauté qui est le fruit d’un rapport instauré l’année dernière depuis un été mouvementé, mais qui a offert de très importantes satisfactions à l’ensemble du Club, de la Propriété et des Tifosi. Je peux vous dire qu’il s’agit-là d’un renouvellement physiologique d’un entraîneur qui a prouvé avec des faits d’être à la hauteur de l’Inter et qui dispose du profil pour rester avec nous sur le long-terme, c’est l’un des meilleurs entraîneurs en circulation." Je profite de l’occasion aussi pour remercier mes collègues Piero Ausilio et Dario Baccin qui sont entrain de très bien travailler pour construire une équipe compétitive. Dans le Calcio, tu dois toujours relever le niveau, avoir le courage de gagner sans avoir la peur de perdre. Nous nous présentons ici avec l’objectif de l’emporter, fort de notre démonstration d’être hautement compétitif." "Nous ne devons dévier de ces mots qui a aussi été sans cesse cité durant cet été et après la pandémie : La soutenabilité financière. La soutenabilité financière est nécessaire et est au-dessus tout pour nous, nous avons le devoir, nous trois, de la respecter, c’est notre objectif à atteindre, tout comme cela l’est également pour Alessandro Antonello dans le secteur Corporate, nous remercions tous ensemble, aussi, tous ceux qui travaille aussi derrière nous pour le club." "La soutenabilité ne signifie pas pour autant ne pas être compétitif car sur le Mercato il faut faire preuve de créativité, d’intuition. Nous en somme au cinquième ou sixième jour, nous avons encore deux mois même si le championnat à venir sera disputé d’une façon anormal : Dans sa première partie, il y aura 20 rencontres à disputer : 14 de Serie A et 6 de Ligue des Champions. Le travail de l’entraîneur et de son Staff en sera plus difficile car dans l’Histoire du Calcio, jamais une telle situation ne s’était présentait auparavant. "A propos du Mercato, je tenais à présenter au Mister une équipe compétitive et le travail réalisé démontre que cette promesse. Je remercie aussi les Tifosi qui nous sont toujours proche : Vous êtes le noyau dur de ce club. Notre objectif est de garnir encore plus l’armoire à trophée, les deux titres remportés l’année dernières ne sont pas seulement le fruit des investissement économique, c’est aussi celui de la culture du travail, du sens de l’appartenance qui est très fort, ce sont deux principes que nous devons pousser au maximum." "J'espère que vous ne posez pas trop de questions à Inzaghi sur le Mercato car certaines tâches nous incombent. Je veux juste évoquer le cas Dybala : il fait partie d'un certain nombre de joueurs libre et je dois dire que c'est la première fois que je vois autant de joueurs libre de haut niveau. C'est la démonstration d'un football qui change et dans lequel il faut avoir le courage d'agir au niveau des jeunes. Dybala a représenté et représente une opportunité mais nous sommes bien en attaque et nous avons des joueurs de grande valeur que l'entraîneur devra gérer de la meilleure façon possible, même si j'ai beaucoup d'affection pour Dybala." Place à présent à Simone Inzaghi qui répond aux journalistes Une saison atypique est sur le point de commencer, comment allez-vous l'aborder ? "Cette année sera atypique car nous avons 20 matchs en l'espace de trois mois et ensuite le championnat s'arrête pendant 50 jours. Ce sera un nouveau défi pour tout le monde et nous réfléchissons déjà à la manière de l'aborder. Nous allons nous préparer pendant ces 50 jours, mais ce sera une nouvelle situation pour chaque entraîneur." Pouvez-vous nous parler de vos appels téléphoniques (avec Lukaku), et quand avez-vous été informé de la possibilité qu'il rejoigne le club ? "Une bonne relation avec lui a commencé l'année dernière, puis nous avons eu la chance de le faire revenir cet été. C'est une énorme signature pour nous, même si nous avions la meilleure attaque la saison dernière. Romelu est fort avec son jeu, il marque beaucoup de buts et il va nous donner une nouvelle solution. Mais je n'oublie pas les joueurs qui ont été performants la saison dernière. Ils nous ont permis de remporter ces deux titres, même s'il y a quelques regrets de ne pas avoir gagné le Scudetto avec 84 points. Nous repartons avec beaucoup d'enthousiasme, dans l'espoir que cette année soit bonne." Quels sont les objectifs ? "Gagner. On sait ce qui s'est passé lors du mercato de la saison dernière, les dirigeants du Club ont été brillants. Avec le Staff, nous avons retroussé nos manches et travaillé dur dès le premier jour. Nous avons joué un grand football et les gens disaient que l'Inter était favori, même si ce n'était pas le cas en juillet. Cette année, nous partons derrière le Milan AC, mais nous allons nous battre jusqu'au bout, comme cinq ou six autres équipes. Nous savons que ce sera difficile mais nous voulons être compétitifs comme nous l'avons été l'an dernier." Si Skriniar devait partir, cela poserait-il des problèmes en défense ? "Nous savons qui sont nos dirigeants et ce qu'ils ont fait depuis un an et demi. Skriniar est un joueur de l'Inter en ce moment, un joueur qui a fait une brillante saison et il viendra avec nous à notre camp d'entraînement. Nous verrons ensuite ce qui se passe. Nous sommes en contact permanent avec le club." Où aimeriez-vous relever la barre par rapport à la saison dernière ? "Relever la barre, ce serait de remporter le Triplettino, ce qui nous a échappé la saison dernière pour deux points seulement. La saison dernière m'a quand même apporté beaucoup de satisfaction : Voir tout le stade applaudir après le dernier match et les garçons en larmes car, même s'ils ont gagné deux titres, ils voulaient le troisième. Cette année, nous allons recommencer et nous aurons besoin de nos supporters qui nous ont toujours soutenus et qui seront là pour ce prochain voyage, qui commence le 13 août à Lecce." Qui sera le gardien de but titulaire ? "Handanovic commencera dans les buts car il l'a mérité après une grande saison. Nous savons tous ce qu'Onana peut faire : il est jeune, il est l'avenir et il aura sa chance cette année. Nous croyons en lui". Que direz-vous dans 12 mois ? "J'espère pouvoir vous dire que tout s'est déroulé comme prévu. L'année dernière, j'avais beaucoup d'espoir et d'envie de bien faire. Cette année m'a apporté beaucoup de satisfactions : des trophées, l'accession aux huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais ce qui m'a marqué, c'est l'alchimie avec les supporters. La dernière journée me vient à l'esprit, ainsi que la finale de la Coppa Italia. Ces souvenirs resteront avec moi pour toujours." L'arrivée éventuelle de Dybala sera-t-elle un coup de pouce supplémentaire ? "Nous connaissons bien Dybala. Il a beaucoup de qualité mais nous avons six attaquants dans l'effectif, les quatre que nous avons mentionnés et Pinamonti, qui a un grand avenir, et Sanchez. Donc ce n'est pas bien pour moi de parler d'autres joueurs en ce moment." Quels ont été vos sentiments après le renouvellement ? "J'étais très content. J'ai une excellente relation avec la direction et le président du club. Nous voulons le meilleur pour l'Inter et nous allons tous dans la même direction. J'ai beaucoup de personnes qui m'aident à tout organiser au mieux et je les en remercie." Y a-t-il un joueur qui va nous surprendre cette année ? "Il n'y a pas un seul nom qui me vient à l'esprit. Ils ont tous fait ce que je leur ai demandé la saison dernière ; nous avons eu 52 matchs à haute intensité et nous avons bien joué lors de ce match de huitième de finale, même si cela nous a coûté cher. Je referais tout cela." Y a-t-il quelque chose qui, selon vous, doit être amélioré ? "La saison dernière, nous voulions atteindre les huitièmes de finale pour la première fois en onze ans. On peut toujours faire plus, mais les équipes anglaises sont pratiquement imbattables en ce moment, mais nous avons donné un bon match à Liverpool." Existe-t-il des alternatives au 3-5-2 ? "Nous allons essayer de nouveaux systèmes en pré-saison mais j'aime cette formation et j'ai les joueurs parfaits pour s'adapter à ce système. Nous avons beaucoup d'options et nous avons vu la saison dernière - par exemple en huitième de finale de la Coppa Italia contre Empoli - comment cela peut changer les matchs. On a beaucoup parlé de Lukaku et d'Onana, mais le club a également recruté deux jeunes joueurs talentueux, sans oublier Mkhitaryan, que j'ai toujours apprécié et qui nous aidera à progresser en tant qu'équipe." Il est important pour vous de jouer à fond dans chaque compétition : Cette équipe est-elle plus complète ? "Le club a fait de brillants coups. Nous devons maintenant compenser le départ de Ranocchia et nous y travaillons. L'objectif cette année est d'avoir un noyau dur de 20 joueurs de champ, deux pour chaque rôle, qui soient d'un bon niveau car nous devrons beaucoup alterner avec 20 matchs de la première journée jusqu'en novembre. Ensuite, nous avons trois gardiens de but." "Nous voulons aussi faire venir trois joueurs de la Primavera parce que notre système jeunesse produit beaucoup de talents. Nous aurons Valentin Carboni et nous voulons aussi faire venir Casadei, en qui nous avons beaucoup de confiance. Zanotti a fait ses débuts l'année dernière et j'espère que quelques autres pourront faire leurs débuts cette saison aussi. Je sais qu'il est difficile de percer à l'Inter mais j'espère pouvoir le faire avec quelques autres car nous apprécions nos jeunes joueurs." Avec Lukaku, l'Inter a beaucoup joué en contres. Comment allez-vous tirer le meilleur de lui ? "Il est trop tôt pour le dire mais j'ai quelques idées. L'année dernière, nous alternions la récupération du ballon en haut du terrain et sa conquête dans les zones plus profondes. Il est clair que Romelu va nous apporter quelque chose d'un peu différent. Plus on gagne le ballon haut sur le terrain, moins on a besoin de courir pour marquer. Nous aurons plus de solutions avec lui et nos autres attaquants, qui ont déjà bien travaillé." Quelle impression vous a fait Asllani ? "C'est un jeune joueur qui semble plus âgé qu'il ne l'est. Il sait qu'il y a un joueur devant lui, qui a fait de grandes choses à l'Inter. Il a grandi de manière exponentielle au cours des six derniers mois et nous croyons beaucoup en lui." Ce mercato est-il destiné à apporter des options pour faire plus de changements dans les matchs ? "Nous sommes fiers de ce que nous avons fait jusqu'à présent et, cette année, nous allons essayer de nous améliorer encore plus. Ce ne sera pas facile mais nous sommes l'Inter et nous devons gagner." Y a-t-il une atmosphère différente maintenant. Qu'est-ce qui vous aiderait à relever calmement la barre ? "J'ai la chance d'être capable de gérer la pression. Nous, les entraîneurs, sommes sous pression tous les jours, je sais ce que c'est. J'ai de nombreuses responsabilités, qui me rendent meilleur. Nous savons ce que nous avons fait et, cette saison, nous verrons ce qui se passera mais nous savons que nous avons fait du bon travail jusqu'à présent." Qu'attendez-vous de ce Mercato ? Casadei en est-il retiré ? "Casadei est allé à l'Euro U19. Il fait parti de notre effectif et ensuite c'est au Club de décider. Lors de la conférence de presse de l'année dernière, il a été dit que Hakimi serait le seul départ mais le marché des transferts est imprévisible. La chose que je peux garantir, c'est que le 13 août, l'Inter sera une équipe compétitive avec une soif de gagner. Y a-t-il une hiérarchie parmi les attaquants de l'Inter ? "J'aime les équipes qui marquent beaucoup de buts. La saison dernière, nous avions la meilleure attaque du championnat. Cette année, nous espérons que l'un de nos joueurs pourra remporter le Soulier d'Or." Numériquement parlant, peut-on s'attendre à ce qu'il n'y ait que quatre attaquants ? "Nous savons qu'avec le calendrier des rencontres qui est très chargé, que nous aurons besoin d'un cinquième attaquant et ce sera un jeune joueur. Pinamonti est un joueur confirmé, qui a reçu beaucoup d'offres. Nous verrons ce qu'il se passera. Il est dans l'équipe pour le camp d'entraînement et il viendra avec nous. Mais, normalement, un cinquième attaquant dans l'équipe sera un jeune joueur." L'arrivée de Bremer est-elle possible ? "Je ne discuterai pas des joueurs d'autres équipes". Avez-vous parlé avec Dzeko suite à l'arrivée de Lukaku ? "Nous avons parlé après la trêve internationale pour savoir comment il se sent. Nous savons à quel point il a été important l'année dernière. Il a bien travaillé, a marqué 30 buts et sera à nouveau une arme supplémentaire pour nous." Le Saviez-vous ? Après l'effort, le réconfort, comme en témoigne le cliché repris ci-dessous! Un cliché démontrant la sérénité qui règne au sein du Club! ®Oxyred & Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Investcorp et Ares Capital sont de retour. Selon ce que révèle Calcio&Finanza et La Repubblica, les deux fonds d’investissements dont les sièges sont respectivement au Bahreïn et aux Etats-Unis, misent à nouveau sur la Serie A depuis avoir visé le Milan. Dans la ligne de mire des deux sociétés, on retrouverait l’Inter du Suning grâce à la valeur de la Marque et ses projections de développements, stade inclus : L’hypothèse coïnciderait avec le voyage à New-York d’une délégation de l’Inter, en fin mai à l’occasion du Gala Della Serie A qui s’est déroulé au Metropolitan Museum. Le Chef de file de la délégation était nul autre qu'Alessandro Antonello, accompagné d’autres dirigeants tels que Luca Danovaro qui gère les recettes du Club et Barbara Biggi, La Directrice Global Marketing & Partnership, sans oublier un représentant de la Goldman Sachs. Comme le rapporte la Repubblica , durant cet évènement, un membre du groupe aurait répondu à une demande : "Qui ne s’offre pas le Milan, s’offrira l’Inter." Il pourrait bien sûr s’agir d’une simple parole en l’air. Mais il y a lieu également de considérer la réponse d’ Investcorp qui au lieu de démentir a répondu "No comment from us" soit "Pas de commentaire de notre part." Selon Wall Street, l’Italie est considérée comme un marché très attractif pour de très nombreux investisseurs internationaux, une destination appréciée pour faire fructifier ses propres recettes accumulées dans les Holdings, comme le prouve les nombreux propriétaires étrangers qui se sont installés en Serie A et Serie B. Ce n'est pas seulement l’Inter qui est en jeu. De nombreux autres clubs, en passant de la Sampdoria à la Fiorentina esans oublier Naples, sont suivis de près. Vrai ou faux ? Marco Bellinazzo s’est livré à Radio 24 dans le cadre de l’émission "Tutti Convocati": "A mon niveau, je ne suis pas surpris car les fonds américains ont levé environ vingt milliards ces dernières années pour investir dans le sport business et beaucoup d'entre eux se sont déjà placés, et parmi eux, beaucoup dans le football européen. Le marché américain s'intéresse beaucoup au Calcio, il suffit de penser à la Sampdoria. Nous sommes au stade où l'expansion américaine est plus forte face au recul chinois. Mais je dirais que l’Inter est déjà avec Oaktree et qu’elle n’a pas besoin d'un autre fonds". Selon Carlo Festa, célèbre journaliste du Sole 24 Ore s'est livré sur Twitter : "Des cercles proches d'Investcorp me disent qu'ils ne regardent pas l'Inter". Et pour Giovanni Capuano : "Je crois qu'il est crédible que dans le monde de la Finance un tel raisonnement ait lieu, mais il faut rappeler que les Zhang ont clairement déclaré à aux différents journalistes et aux employés qu'ils n'ont aucune intention de mettre fin à leur histoire avec l'Inter: Aujourd'hui, par rapport à il y a un an, la situation est différente." "Entre les opérations qui ont permis de récupérer des liquidités sur le marché et celle avec Oaktree, qui a permis de dispose de fonds, dont seule une petite partie a été utilisée, il n’y a pas ce besoin immédiat, dans l'année et demie à venir de changer de propriété. Et c'est exactement ce que voulait la Famille Zhang: Gagner du temps pour continuer ou négocier les meilleures conditions de sortie possibles". Lorsque l’on sait que par le passé Suning voulait en premier lieu le Milan avant l’Inter, vers un Bis-Repetita ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. A travers un Communiqué officiel, l’Inter et Konami ont annoncé un partenariat pluriannuel qui impactera, de façon non-négligeable, l'Inter aussi bien féminine, que Masculine, sans oublier nos tout petits! Mieux encore: Selon Calcio&Finanza, cette collaboration permettra à l'Inter de percevoir 45 millions d'euros au total sur les six prochaines années. Voici le Communiqué "À partir de la nouvelle saison de football 2022/23, le logo d'eFootball™ - la série populaire de la simulation du football de KONAMI apparaîtra au dos du kit d'entraînement des équipes masculines, féminines et des jeunes, ainsi que sur le kit d'avant-match porté par les joueurs lors de l'échauffement de toutes les compétitions nationales. KONAMI détiendra également les droits d'appellation du centre d'entraînement féminin de l'Inter et du secteur jeunesse, qui a toujours fait la fierté du club des Nerazzurri, ce qui témoigne de l'implication totale de la marque de jeux dans le monde de l'Inter." "La structure prendra donc le nom de KONAMI Youth Development Centre in Memory of Giacinto Facchetti. Le centre sportif accueillera également une série d'événements destinés aux jeunes Nerazzurri, ainsi qu'aux centres de formation de l'Inter, aux écoles de football et Inter Academy Internazionali lors de leur venues à Milan. Le partenariat concernera également le monde du gaming, cœur de métier de KONAMI et domaine dans lequel le club est déjà présent depuis plusieurs années avec Inter Esports : KONAMI travaillera en effet en synergie avec les Nerazzurri sur des projets nationaux et internationaux liés au monde de l'eSport, qui seront dévoilés au cours de la saison." "Cet accord représente le retour de la collaboration entre deux marques mondiales, leaders dans leurs secteurs respectifs, qui font de l'innovation, du dialogue avec les nouvelles générations et de la vision internationale quelques-uns des piliers fondamentaux de leur stratégie de croissance." Alessandro Antonello "Ce nouvel accord de partenariat mondial pluriannuel témoigne de l'importance d'une voie commune entre l'Inter et KONAMI : C’est un engagement clair qui reprend un lien commencé il y a des années et qui se poursuivra dans le futur, sur la base de valeurs et d'objectifs communs." Luca Danovaro - Chief Revenue Officer "Nous sommes extrêmement heureux d'accueillir, à nouveau, KONAMI dans la famille Interiste et d'annoncer cet important et nouveau partenariat unique, qui prouve une fois de plus la valeur toujours plus croissante de la "marque Inter" et sa capacité à représenter la plateforme de communication parfaite, pour engager une cible jeune, innovante et internationale, capable de connecter des millions de Tifosi dans le monde entier, grâce à une stratégie à long terme. À partir de cette saison, KONAMI jouera un rôle de premier ordre" Naoki Morita, président européen de Konami Digital Entertainment "L'ajout d'un club du calibre de l'Inter à notre liste de partenaires est très excitant pour KONAMI. Avec le nouveau nom du Centre de développement des jeunes, le logo eFootball™ sur le kit d'entraînement de l'équipe et les nombreuses activations eSports, nous savons chez KONAMI que ce partenariat nous apportera de nombreux succès maintenant et sur le long terme." FIFA Sucks…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. C’est une révélation de La Repubblica, si l’Inter peut se permettre de réaliser un vrai mercato, elle ne le doit pas uniquement au génie de Giuseppe Marotta. Elle doit aussi son salut à Alessandro Antonello qui excelle sur le volet commercial et plus particulièrement sur la thématique des sponsorisations. "23,4 millions d’euros de dettes en provenance des créances chinoises ont été dépréciées, soit une somme que tous, à la Viale Della Liberazione, savent qu’ils ne pourront pas percevoir.Toutefois, dans le même laps de temps, les revenus en provenance de la sponsorisation sont parvenus à exploser via des partenaires travaillant dans le domaine des crypto-monnaies : l'année dernière, Socios a remplacé la marque historique Pirelli comme Main Sponsor en versant 16 millions d’euros plus bonus dans les caisses des Nerazzurri en une seule saison." "Socios.com ne va pas arrêter sa collaboration avec les Milanais, même si à partir du 1er juillet prochain DigitalBits sera imprimé sur les tuniques Nerazzurre, ce qui fera de l’Inter, l'équipe qui reçoit le plus d'argent de son principal partenaire commercial après la Juve, liée à Jeep. DigitalBits, qui en tant que sponsor de manche a d’ailleurs déjà versé 5 millions d’euros aux Nerazzurri pour la saison 2021/22. Mais cette fois-ci, la marque s'est engagée, pour le prochain triennal, à verser 85 millions plus des bonus, à répartir entre les trois saisons, avec une constante croissance." "Enfin, en ce qui concerne le sponsor technique, les négociations se poursuivent avec Nike pour renouveler les termes d'un contrat qui expire en 2024, avec l'objectif de passer de 12 millions d'euros plus primes par saison à 30 millions d’euros. La thématique la plus urgente, pour Antonello, est de trouver celui qui remplacera Lenovo sur le kit d'entraînement, puisque celui-ci sera, à nouveau repris à l'arrière des maillots." Et pour conclure "Outre les cessions de Hakimi et Lukaku et la réouverture des stades, le club a réduit son déficit budgétaire de 246 à 120 millions en un an. Tout n'est pas sombre, puisque Suning a demandé aux dirigeants de clôturer ce mercato avec un excédent positif de 60 millions et une réduction de 15 % de la masse salariale. A cela, il faut ajouter le Settlement Agreement qui est en cours de rédaction avec l'UEFA, et qui exigera plus de rigueur dans les comptes de l'Inter, comme dans une trentaine d'autres clubs européens.: Quoiqu’il en soit, les signes d'une reprise après la pandémie liée au Covid-19 sont là." Alessandro Antonello, une personnalité sous-estimée médiatiquement parlant mais ô combien précieuse pour l’Inter! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Alessandro Antonello, L’Administrateur-Délégué de l’Inter ne se cache plus, interviewé à l’occasion d’un évènement pour Trenitalia, celui-ci s’est livré sur le Mercato bouillant Nerazzurro Lukaku en plus de Dybala ? "À l'heure actuelle, il est fondamental de combiner compétitivité sur le terrain et durabilité économico-financière. C'est le travail que nous faisons, car tous les choix du club sur le Mercato sont et seront toujours inspirés par ces deux mots. Nous voulons respecter les palettes du Fair-Play Financier de l'Uefa et ses nouvelles règles à partir de 2024-25. Tout peut être fait, en tenant compte de la durabilité économico-financière." Lukaku ? "Il y a un grand désir pour le joueur de revenir, ensuite il y a la faisabilité économique et la résolution de certains problèmes techniques qui doivent être vérifiés, mais il est préférable de parler de cela avec Marotta." D'ici au 30 juin ? "Nous essaierons de tout faire dans les délais que nous avons prévus." Pensez-vous que la perte du Scudetto a provoqué cette réaction, cette révolution ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. L'administrateur délégué de l'Inter, Alessandro Antonello, estime que les retards dans la construction d'un nouveau stade à Milan constituent un problème. S'adressant à la radio italienne Radio 24, comme le rapporte NerazzaurriSiamoNoi.it, Antonello a fait le point sur le processus de recherche de l'approbation finale pour la construction du nouveau stade, et a également parlé d'autres sujets importants au sein du club. L'Inter et l'AC Milan tentent de faire avancer leur projet de nouveau stade, qu'ils considèrent comme essentiel pour rester dans le peloton de tête du football européen en modernisant leurs infrastructures et en augmentant leurs revenus. Les choses allaient bon train depuis que les clubs avaient reçu l'approbation du conseil municipal à la suite des élections municipales d'octobre dernier. Les clubs ont également arrêté le projet architectural du futur nouveau stade. Cependant, le calendrier que les clubs ont fixé pour surmonter les obstacles bureaucratiques continue de s'allonger, avec un débat public à l'horizon qui promet de retarder le début de la construction. "Nous avons commencé à travailler sur le projet de stade avec beaucoup d'enthousiasme", a déclaré Antonello. "Malheureusement, nous sommes conscients que le système italien ne nous aide pas, surtout en ce qui concerne les infrastructures sportives." L'administrateur délégué des Nerazzurri a poursuivi en disant que "la bureaucratie n'aide pas et le temps nécessaire pour cela a dépassé ce qui est nécessaire." Antonello a déclaré : "Je ne veux pas me mêler de la politique de Milan, je suis un homme d'affaires, ne nous laissons pas entraîner dans un labyrinthe de politique." "Nous voulons suivre les règles", a-t-il ajouté, "mais cela doit s'accompagner du respect du calendrier". "Nous sommes ici depuis mille jours à attendre l'approbation du projet, le calendrier a été prolongé." À propos de la possibilité de construire dans une zone située en dehors de la ville de Milan, il a déclaré que "comme toujours dans ces cas, nous devons avoir plusieurs options." "Nous sommes des investisseurs qui examinent concrètement d'autres options également", a-t-il ajouté. "L'essentiel est d'avoir un nouveau stade dans les plus brefs délais." "Ce n'est pas notre première option, mais nous l'étudions et l'évaluons". Concernant les plans financiers du club sur le marché, il a déclaré que "la question de la durabilité économique est cruciale. Le monde a changé et les priorités sont différentes." "Cette priorité doit être équilibrée avec le fait de rester compétitif sur le terrain", a-t-il poursuivi. "Ces deux éléments doivent tous deux être pris en considération". "Ensuite, les décisions financières doivent être gérées en lien avec le domaine sportif", poursuit Antontello. "La vraie question est qu'au niveau européen, on parle de "durabilité financière". "Les nouvelles règles se mettent en place pour guider le football européen hors de la période difficile qui suit la pandémie", a-t-il poursuivi. Il a estimé que "dans l'intérêt du développement des années à venir, les clubs doivent avoir la possibilité d'investir tout en respectant la durabilité." "L'écart existe naturellement parce que vous avez la Premier League qui a des droits de télévision plus élevés que tous les autres championnats", a-t-il analysé. "Cela dit, en Italie, nous devons combler cet écart au niveau international." "Le projet de Super League tirait la sonnette d'alarme", a-t-il ajouté. "Aujourd'hui, nous sommes ancrés dans un système qui rend difficile la croissance et les investissements." "Les contraintes en Italie n'aident pas", a-t-il ajouté. "Les clubs doivent faire leur part en essayant d'optimiser les ressources, mais je le répète, la viabilité économique est fondamentale." En ce qui concerne les plans de transfert estivaux de l'Inter, il a expliqué : "À quoi les fans peuvent-ils s'attendre ? Je tiens à les rassurer. Malgré les objectifs financiers atteints l'été dernier, la compétitivité est restée au plus haut niveau." "Nous pensons que la viabilité financière du club est essentielle et fondamentale", a-t-il souligné. "Il faut s'attendre à ce que ce soit notre objectif lors du mercato, mais aussi à ce que nous visions à être compétitifs au plus haut niveau en Italie et en Europe." "Ce sera difficile, mais nous travaillons avec Marotta dans cette direction", a-t-il ajouté, "et nous sommes convaincus que nous serons en mesure de trouver le bon équilibre." Enfin, Antonello a donné son avis sur la course au titre de Serie A avec l'AC Milan, déclarant qu'"il est significatif de voir les deux équipes milanaises être revenues pour se disputer le titre." "Il est évident que dans le sport on va sur le terrain pour gagner, et cette bataille est certainement celle qui se jouera dans les derniers matchs", a-t-il conclu. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  14. C’est une révélation de Calcio&Finanza : Le vendredi 25 mars, le Conseil d’Administration de l’Inter a approuvé le dernier semestre clôturé au 31 décembre 2021, et la Beneamata peut s’attendre à retrouver de très belles couleurs d’un point de vue financier. Comme le révèle également Tuttosport, les projections sont meilleures que prévue que celles déjà exposées dans la communication obligatoire liée à l'émission de l'obligation des 415 millions d'euros à la fin du mois de janvier. Lors de cette réunion, ont participé le Président Steven Zhang, l’Administrateur-Délégué Sport Giuseppe Marotta et l’Administrateur-Délégué Corporate Alessandro Antonello. La prévision initiale était de terminer cette saison avec un rouge réduit de moitié comparé à la perte record de 245,6 millions d’euros de la dernière saison, soit de tourner aux alentours des -100 millions d’euros. L’impact du sponsoring, du stade et des plus-value Les données qui ont permis une telle croissance sont liées aux recettes en provenance des accords de Socios.com et de DigitalBits qui délivrent à l’Inter 35 millions d’euros pour cette saison, une somme qui sera revalorisée à 40 millions d’euros pour les saisons à venir. Fait important, la réouverture partielle des stades a un impact direct sur les recettes et celles-ci sont destinées à s’améliorer via la réouverture à 100% de la capacité du stade jusqu’à la fin de la saison. Evidemment, le fait est que les Nerazzurri dispose de la meilleure moyenne de spectateurs en Serie A : 62 000 tifosi par match. Enfin, il ne faut pas oublier le chapitre lié au sportif et à la gestion des droites des joueurs : les ventes de Romelu Lukaku à Chelsea et d’Achraf Hakimi au Paris-Saint-Germain ont permis aux Champions d’Italie d’inscrire une plus-value dépassant les 90 millions d’euros. L’ensemble de tous ces aspects fondamentaux dans le milieu sportif ont permis de réduire considérablement le compte négatif du bilan! Le travail dans l'ombre de Suning et de la Direction Italienne porte ses fruits! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Alessandro Antonello s’est livré à la Repubblica au cours d’une très longue interview sur la thématique du nouveau stade de Milan. Ce qui est sûr, c’est que les démarches bureaucratiques de la Mairie milanaise irritent au plus haut point l’Administrateur-Délégué Corporate Nerazzurro Faut-il s’attendre à de nouvelles années d’austérité à l’Inter ? "En ce moment, c’est important de garantir une soutenabilité économique et financière au club, et si cela signifie passer par une réduction des coûts, alors nous irons de l’avant en ce sens. Nous devons travailler main dans la main avec Giuseppe Marotta et le Scudetto de la saison dernière et notre parcours cette année démontre que les deux entités peuvent coexister ensemble." En attendant, la soutenabilité commence par vos comptes : l'année 2021 s'est clôturée avec un rouge record de 245 millions. Comment cela va-t-il se terminer cette année ? "L’année dernière fut un résultat impacté par des facteurs extraordinaires : Il n’y avait pas que la pandémie, mais aussi l’interruption de nos rapports avec Antonio Conte, Radja Nainggolan ou Joao Mario. Cette année, la perte sera réduite de moitié, je dirais aux environ de 100 millions d’euros." Place à présent à San Siro, ou peut-être à Sesto San Giovanni. Le maire de Milan lance un débat public sur le nouveau stade que vous et le Milan AC voulez construire. Qu'est-ce qui vous inquiète...? "Une fois de plus, il s’agit de la longueur des délais par rapport à un projet présenté il y a trois ans. Le débat public est une bonne chose, mais en tant qu'investisseurs, nous devons être sûrs du calendrier. Nous devons également avoir un plan de rechange au cas où les choses ne se dérouleraient pas comme prévu. Pour nous, la construction d'un stade à San Siro est certainement le premier choix, mais si le débat public prend trop de temps, ou si le projet déjà modifié est déformé, alors nous opterons pour un plan B. Disposer d’un nouveau stade est important, peu importe où il se trouve." Cette opinion est-elle partagée ? Le Milan appartient au Fond Elliott, et vous avez une propriété chinoise. Dès que aurez le feu vert pour le stade, il coûtera une somme importante... "La présence du Président Steven Zhang, dans le bureau voisin du mien, représente physiquement l'engagement à long terme de la propriété envers le club." Le plan B pour le stade serait-il Sesto San Giovanni. Mais l'arrière-pays au nord de la ville peut-il vraiment remplacer un lieu historique tel que San Siro ? "Ce sont les succès des deux équipes qui ont écrit l"Histoire de San Siro : Si les clubs gagnent, ils peuvent aussi donner une renommée à un autre endroit. De plus, les supporters s'attachent rapidement à un stade qui peut vous donner à la fois des émotions, mais aussi de nombreux services." Alessandro Antonello enfonce le clou à Rai Sport "Nous avons des objectifs communs, donc nous ne voyons pas pourquoi nous ne pourrions pas nous engager à construire un stade pour nous-mêmes en ce moment. Il est clair qu'il y a aussi une raison économique. Le San Siro est devenu un lieu emblématique car les deux clubs y ont construit leur histoire et celle de la ville" Paolo Scaroni est plus incisif : "Nous ferons ce qui sera nécessaire pour voir si, enfin, nous parviendrons à doter Milan d’un stade moderne. Cela ne veut pas dire que si les choses devaient se prolonger davantage, que nous n'envisagerions pas d'autres scénarios. Je pense que le tout pourrait être conclu pour la saison 2027-28. Si nous disposons d’un stade de qualité, comme le si beau que nous projetons pour la ville de Milan, nous pourrons augmenter les recettes et investir davantage sur les jeunes." Selon vous, La Mairie tente-t ’elle de gagner du temps pour conserver le Giuseppe Meazza actuel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Bonne ambiance à Milan: Un café dans le centre-ville teinté de Nerazzurro, c’est ce qui attend Simone Inzaghiqui a été aperçu par Sky Sport au Siège du Club pour quelques activités de marketing. Il y a croisé, pour l'occasion le Président Steven Zhang, Alessandro Antonello et Giuseppe Marotta, Une prise de contact bien sympathique pour notre Direction qui se prépare à affronter la dernière partie de la saison, à commencer par le Derby d'Italia face à la Juventus ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Le géant japonais de l'électronique sera le partenaire officiel des Nerazzurri avec nanoe™ X, la technologie innovante pour une meilleure qualité de l'air. Lors d'une conférence de presse à son siège, le club a annoncé aujourd'hui avoir signé un accord de partenariat avec Panasonic qui devient le partenaire officiel de la qualité de l'air des champions italiens en titre. L'accord comprend une série d'activités marketing et de communication telles que le placement de produits dans divers clubs, des contenus de marque sociaux et la visibilité de la marque au bord du terrain lors des matchs de Serie A et de Coppa Italia au Meazza. La conférence de presse virtuelle a été rassemblé Alessandro Antonello, Luca Danovaro, Andrea Cetrone (Panasonic Heating & Cooling Solutions Italy Country Manager), et Stefania Bracco (Panasonic Heating & Cooling Solutions Italy Marketing Manager). Alessandro Antonello: "Nous sommes ravis d'annoncer que Panasonic a rejoint la famille Nerazzurra en tant que partenaire de la qualité de l'air. La technologie et l'innovation sont cruciales dans le développement de notre club et ce nouveau partenariat représente une nouvelle étape dans la voie de l'innovation entreprise par l'Inter ces dernières années. Chez Panasonic, nous avons retrouvé bon nombre des valeurs qui caractérisent notre club: non seulement l'impulsion d'innovation, mais aussi l'attention portée au bien-être des individus." Luca Danovaro: "Nous sommes fiers qu'une marque comme Panasonic ait choisi l'Inter pour faire partie du monde du football en Italie. Ce nouvel accord réunit deux entreprises mondiales, symboles d'excellence dans leurs domaines respectifs, et représente une preuve supplémentaire de l'évolution de notre marque et de son attractivité au niveau international et pas seulement dans le monde du football." Andrea Cetrone: "Le bien-être et la durabilité sont les racines de la mission de Panasonic depuis sa fondation jusqu'à aujourd'hui. Grâce à notre partenariat avec l'Inter, nous voulons que la valeur de notre technologie, qui est présente dans nos résidences et des solutions de climatisation commerciales pour petits et grands environnements, soient à partager avec tous les fans de sport et au-delà." Stefania Bracco: "Panasonic a commencé à rechercher des solutions pour la qualité de l'air intérieur en 1997. Au fil des ans, des études ont été menées qui ont conduit à la naissance de la technologie nanoe™ X, basée sur les radicaux hydroxyles contenus dans l'humidité de l'air. L'engagement continu à améliorer la qualité de l'air a conduit à des tests continus pour vérifier les effets d'inhibition de cette technologie sur les micro-organismes pathogènes (bactéries, moisissures et virus) et les allergènes et la dégradation des particules PM 2,5, conduisant à de nombreuses certifications différentes testées par des laboratoires tiers qui est disponible sur notre site Web." Panasonic a fourni à Inter plus de 200 générateurs portables nanoe™ X, pour illustrer cette technologie. Ces générateurs ont été fournis exclusivement à l'Inter et ils ne sont pas encore disponibles pour le marché européen. Cependant, ils sont prévus pour la vente à l'avenir suite à cet accord. Pendant ce temps, cette technologie suivra les champions durant leurs journées dans de nombreux espaces du Suning Training Center, au siège de l'Inter, au Meazza et au Suning Youth Development Center. Le véhicule par lequel la technologie nanoe™ X distribue les nanoparticules dans l'environnement est l'humidité déjà présente dans l'air, apportant deux avantages importants : elle prolonge la durée de vie des radicaux hydroxyles OH et couvre uniformément le volume de l'environnement dans lequel les nanoe La technologie ™ X agit. L'efficacité de la technologie est démontrée non seulement vis-à-vis des polluants présents dans l'air mais, compte tenu de ses dimensions nanométriques, également ceux nichés entre les tissus et sur les surfaces difficiles à nettoyer (par exemple les murs). Cette solution est également efficace dans les grands espaces, car cette technologie n'agit pas à l'intérieur de la machine mais les nanoparticules qu'elle produit se répandent dans tout le volume pour les petits environnements domestiques et les grands environnements commerciaux. La technologie est simple et se compose de quelques composants. Tous les éléments sollicités sont revêtus de titane. Traduction alex_j via le site officiel.
  18. C’est une révélation d’Il Giornale: "Suning ne compte pas quitter l'Inter, bien au contraire, il double la mise!" "Au-delà des rumeurs, ponctuellement démenties, d’une cession du club Nerazzurro, la certitude est que la Famille Zhang s’attèle à ouvrir un cycle appelé à durer dans le temps. En ce sens, les dernières interventions du Mercato de l’Inter trouvent tout leur sens à commencer par le renouvellement de l’intégralité de la Direction jusqu’au 30 juin 2025, soit Giuseppe Marotta, Alessandro Antonello, Dario Baccin et Roberto Samaden : C’est la première étape : Blinder les joyaux de l’équipe." "En début mars, est attendue la signature de Marcelo Brozovic, pour le meneur de jeu, un salaire de 6,5 millions d’euros plus bonus courant jusqu’en juin 2026 est proposé. Au printemps, ce sera le tour de Samir Handanovic (30 juin 2023 avec option) et d’Ivan Perisic (30 juin 2024), les négociations sont en phase très avancées et sont sur le point d’être finalisées.Constat similaire pour Milan Skriniar qui, en fin de saison, prolongera l’histoire qui le lie à l’Inter jusqu’au 30 juin 2026 pour un salaire de 4,5 millions d’euros plus bonus." "Toutes ses manœuvres démontrent que Suning se confirme au plus haut niveau, en conservant la majorité des actions, même si l’arrivée d’un actionnaire minoritaire en provenance des Etats-Unis n’est pas à exclure......" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Steven Zhang a rejoint ses hommes dans les vestiaires, lors de la victoire de l’Inter sur la Juventus en Finale de la Super Coupe d’Italie et s’il a dévoilé des clichés sur Instagram et des vidéos de l’équipe sous la Curva Nord, l’instant était plus solennel en coulisse Un traducteur d'exception: Samir Handanovic! "Cette nuit restera dans nos cœurs pour toute notre vie. Je vous remercie pour tout ce que vous avait fait pour l’Inter, vous nous avez rendu heureux, moi et les Tifosi. Le mérite vous revient à vous tous et aussi à Inzaghi." S’en est suivi une accolade avec l’entraineur et les joueurs, du un contre un avec énormément d’affection. Un traitement similaire a d’ailleurs été réservé pour les autres dirigeants : Les Administrateurs-Délégués Giuseppe Marotta et Alessandro Antonello, le Vice-Président Javier Zanetti, sans oublier Piero Ausilio et Dario Baccin son adjoint. Personne ne sait par contre si la Direction est revenue dans un état intact à la sortie du vestiaire ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. La Supercoppa Italia est désormais à sa juste place, dans la salle des trophées du QG de l'Inter. Voici les stats de cette sixième Supercoppa. Le président Steven Zhang et la direction des Nerazzurri étaient là pour accueillir le dernier trophée, notre sixième Supercoppa Italia (41e pièce d'argenterie au total, voir après) après le triomphe sur la Juventus au Meazza. Il s'agit du deuxième trophée remporté par l'Inter sous la présidence de Zhang, après le 19e Scudetto en mai 2021. Steven Zhang a posé avec la Super Coupe aux côtés du vice-président Javier Zanetti, du PDG Corporate Alessandro Antonello, du PDG Sport Giuseppe Marotta, du directeur sportif Piero Ausilio et du directeur sportif adjoint Dario Baccin. Lors de leur dixième participation à la compétition, les Nerazzurri ont remporté leur sixième trophée en battant la Juventus pour la deuxième fois en prolongation, comme ils l'avaient fait en 2005. Cela signifie que l'Inter peut désormais compter 41 trophées dans sa collection : 19 Scudetti, trois Coupes d'Europe/Ligues de champions, deux Coupes intercontinentales, une Coupe du monde des clubs, trois Coupes UEFA (la vraie, ndlr), sept Coppa Italia et six Supercoppa Italia. Les six Supercoppa Italia: 1989: Inter 2-0 Sampdoria 2005: Juventus 0-1 Inter 2006: Inter 4-3 Rome 2008: Inter 2-2 Roma (Inter gagne 8-7 aux tirs au but AET) 2010: Inter 3-1 Rome 2021: Inter 2-1 Juventus Les stats de l'Inter en Supercoppa: En remportant leur sixième Supercoupe d'Italie, seuls la Juventus (neuf) et Milan (sept) en ont gagné plus. La victoire d'hier soir était le premier triomphe des Nerazzurri en Supercoppa depuis 2010. Simone Inzaghi est devenu l'entraîneur qui a battu la Juventus le plus de fois en finale depuis 1929-1930. Ces trois victoires ont eu lieu en Supercoppa, deux avec la Lazio et une avec l'Inter. Simone Inzaghi a le meilleur palmarès de tous les entraîneurs en Supercoppa, trois apparitions et trois victoires. La Supercoppa est allée en prolongation pour la première fois depuis 2016 : lors de cette édition, la Juventus a perdu contre Milan aux tirs au but. Lors des matchs entre l'Inter et la Juventus en Supercoppa, deux sont allés en prolongation (en 2005 et 2022) avec les Nerazzurri victorieux à chaque fois. Au cours des cinq derniers matches entre l'Inter et la Juventus, toutes compétitions confondues, six pénalties ont été sifflés (quatre pour la Juventus et deux pour l'Inter), après seulement deux lors des 10 matches précédents. Le but d'Alexis Sanchez à la 121e minute est le plus tardif dans une finale de Supercoppa : plus tardif que celui de Gonzalo Higuain contre la Juventus en 2014, marqué à la 118e minute. Lautaro Martinez a marqué le premier penalty en finale depuis Paulo Dybala en 2017 contre la Lazio. Les trois penaltys de Lautaro Martinez contre la Juventus sont survenus au Meazza : un en Serie A, un en Coppa Italia et un en Supercoppa Italia. Matteo Darmian a fait sa 50e apparition pour l'Inter lors de la finale. Traduction alex_j via la site officiel.
  21. Si pour Simone Inzaghi, sa prolongation devrait arriver très prochainement, avant lui, on retrouvera la prolongation de l’ensemble de la Direction Nerazzurra : Les accords déjà conclus seront formalisés! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La propriété manœuvre sous le signe de la continuité et il n’y a aucun motif valable pour toucher au Management qui a remporté le Scudetto et qui est à la poursuite de la Seconde Etoile. Les renouvellements de Giuseppe Marotta, Alessandro Antonello, Piero Ausilio, Dario Baccin et Roberto Samaden ont déjà obtenu l’aval des Zhang: A présent, il suffit juste de formaliser les accords, et en pratique, de parapher les contrats pour passer d’une péremption de juin 2021 à une nouvelle échéance : Juin 2024." "Finalement, le modèle est confirmé gagnant : Marotta en personne est intervenu aux côtés de Simone Inzaghi pour souligner les résultats sportif et souligner l’engagement de la propriété. Antonello a retracé les différentes étapes qui ont porté aux succès et tout en définissant les objectifs futurs." Validez-vous l'ensemble de ces prolongations ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. En effet, aujourd’hui, Steven Zhang fête son anniversaire et pour l’occasion l’Inter lui présente ses meilleurs vœux: “Steven Zhang, qui en est à sa quatrième année de Présidence à la tête de l’Inter, fête aujourd’hui ses 30 ans. Il s’agit d’un palier important, célébré l'année où il est devenu le plus jeune président titré de l'histoire de la Serie A, et le dix-neuvième de l'histoire des Nerazzurri. De la part du Club et de l’ensemble de la Famille Interiste à laquelle se joint Internazionale.fr, nous lui souhaitons le meilleur en ce jour spécial." Steven s’est adressé à l’Inter En cette période de fêtes de fin d’année, Steven Zhang a également souhaité présenter ses vœux à ses Champions: voici les révélations de La Gazzetta Dello Sport et de Tuttosport "Entre Steven et Simone, il y a un feeling clair, direct et sincère, s’il est dicté également par les résultats, il y a aussi ce côté attachant de l’entraineur de l’Inter qui est apprécié également par les personnalités les plus importantes qui ne peuvent être présente : Pour résumer le tout : Zhang vote Inzaghi et s’il fallait une confirmation, celle-ci a eu lieu hier, à l’occasion du discours du Président au Monde Interiste pour les fêtes de Noel : Derrière les remerciements généraux, il y a eu un passage qui en substance n’était pas simplement basique, car Steven a cité expressément l’entraîneur en soulignant la bonté du travail réalisé jusqu’à présent." "Merci à tous, tous ensemble nous avons permis à l’Inter de renouer avec le succès depuis tant d’années. Je suis fier de ce que vous avez fait, je tiens à féliciter Simone Inzaghi pour le chemin extraordinaire qu'il a parcouru jusqu'à présent, avec une qualification pour la Ligue des champions après dix ans et un retour au sommet du championnat. Nous sommes sur la bonne voie, continuons comme ça: LInter est une Famille, nous sommes sur le bon chemin pour obtenir de nouvelles satisfactions." Pour ce rendez-vous virtuel étaient présent les deux Administrateurs-Délégués Alessandro Antonello et Giuseppe Marotta qui ont pris la parole pour remercier la propriété en pointant du doigt la date du 12 janvier, soit celle de la Finale de la Super Coupe d’Italie face à la Juventus. L’équipe première était représentée par Simone Inzaghi et Lautaro Martinez, et pour l’équipe première féminine, l'entraîneur Rita Guarino. Steven Zhang s’est également livré dans un appel à l’appartenance et a donné rendez-vous à tous à Milan, même si cela lui sera impossible d’être présent pour la Super Coupe d’Italie, toutefois il reste positif et pense à son retour : "Je suis impatient de récupérer mon bureau", a-t-il ajouté Simone Inzaghi a d’ailleurs tenu à répondre à son Président "Je tiens à vous remercier tous pour la façon dont j’ai été accueilli dans cette famille et ma gratitude va envers le Président, qui m’a donné l’opportunité d’être ici et d’entrainer l’Inter : Les résultats arrivent et nous tenons à clôturer cette année par une victoire. Cela peut être une belle façon d’offrir un cadeau au Président qui, aujourd’hui même fête ses 30 ans." "Simone, lui, ouvrira son cadeau plus tard dans l’année car il est clair qu’avec un tel travail, que le renouvellement de son contrat, qui court jusqu’en 2023, aura lieu. Ce n’est pas pour les prochains jours, mais l’horizon est clair : Inzaghi va se lier pour une période encore plus longue avec l’Inter, pour une, voire deux autres saison."confirme la Rosea." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Giuseppe Marotta s’est livré sur la période actuelle en Serie A: "Nous sommes heureux, mais c’est encore long, nous profitons de ce moment." Le tirage au sort ? "Nous sommes restés déçus, c’’est sur, je ne m’exprimerais pas plus sur le sujet, car nous respectons les règles, mais l’amertume est profonde." Allez-vous introduire un recours ? "Non, je n’y ai jamais pensé." Le mercato ? "Nous verrons, nous verrons." Alessandro Antonello "Nous nous souhaitons que le projet soit présenté dans un an et demi, non seulement pour les Clubs, mais aussi pour la ville et qu’il puisse être finalisé. La prochaine étape est la décision du projet qui sera réaliser: C’est un projet sur lequel nous comptons beaucoup, pas seulement pour les clubs pour redevenir compétitif en Europe et pour relancer le quartier : Il s’agit d’un nouveau modèle écologique et durable. Nous nous souhaitons que ce parcours soit rapide, pour pouvoir donner à la ville une nouvelle enceinte." Y-a-t ’il une unité d’intention avec le Milan ? "C’est certain, nous travaillons ensemble sur ce projet, dont nous sommes les protagonistes depuis de nombreuses années. Nous avons toujours géré un stade ensemble, nous avons la possibilité de construire ensemble un nouveau stade: Nous voulons le gérer ensemble." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Alessandro Antonello, l’Administrateur-Délégué Corporate de l’Inter s’est livré aujourd’hui dans les colonnes du Corriere della Sera, en compagnie du Président du Milan, Paolo Scaroni, sur les polémiques entourant le futur du quartier de San Siro "L’opération des clubs n’est pas une opération spéculative, nous sommes entrés dans les paramètres du Pgt. Le seul intérêt des clubs est de disposer d’ un stade moderne qui puisse soutenir leurs développements et les rendre compétitifs par rapport aux autres clubs. Nous avons accepté la réduction du volume afin de montrer notre volonté de poursuivre ce que nous considérons être un objectif important, aussi bien pour les clubs, que pour la ville : Moins de volumétrie revient à dire que 50.000m² supplémentaires seront destiné à des espaces vert associé à un stade éco-durable. "Le Giuseppe Meazza, même s’il est iconique, a fait son temps: Sa restructuration est une hypothèse qui n’a jamais été prise en considération car l’intervention aurait été tellement invasive qu’il n’aurait plus été reconnaissable et l’élément identitaire auquel nous tenons encore aujourd’hui aurait de toute façon été perdu." "Pour nous, il est fondamental d’avoir une certitude dans la durée : Plus les années passent et plus nos clubs deviennent moins compétitifs : Nous devons avoir la certitude de pouvoir réaliser les travaux dans un laps de temps déterminé. Par la suite, nous travaillerons sur un Quartier Sportif qui débutera de la saison 2026-2027 à la saison 2030-2031. Les périodes sont importantes mais nous espérons convoquer une Conférence des services pour évaluer le projet de l'exécutif, qui nécessitera des mois de travaux d’ici à la fin de l’année 2022. Le coût des investissements va également être revu car nous allons réexaminer les volumes et comprendre quel type d'investissement nous pourrons réaliser. Nous sommes toujours disponible pour échanger autour d’une table avec l’Administration Communale, en cas de contribution supplémentaire." "Les recettes supplémentaires ne proviendront pas d’une augmentation de la billetterie, mais elle trouvera son origine sur les revenus générés par les services supplémentaires qu'un stade moderne pourra nous garantir. Nous n'avons pas l'intention de modifier la structure des prix, les Curva existeront toujours tout comme les prix populaires." La propriété ? "Ce sont deux thématiques différentes : Le projet du stade vise à permettre aux équipes de rester compétitives au niveau européen. En ce qui concerne sa propriété, il s’agit d’un autre débat qui ne doit pas être lié au stade." Qui parie que Sala est parvenu à conserver la propriété exclusive du nouveau stade milanais ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Alessandro Antonello, l’Administrateur-Délégué de l'Inter s’est livré sur le nouveau scandale italien : Les Plus-Values fictives, lors d’une Conférence Call auprès d’investisseurs, en regard aux comptes du premier trimestre 2021 du Club Nerazzurro Andrea Accinelli - Directeur Financier de l'Inter L’enquête sur les plus-values ? "Je vous confirme qu’il n’y a, en ce moment, aucune enquête sur le Club." "Il n’y aucune investigation. Rien n’affecte la situation économique du Club." Cette information est également confirmée par le nouveau Directeur Financier de l'Inter: Andrea Accinelli. Gli Onesti Siamo Noi! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...