Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'alessandro bastoni'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Fracture nette, et à certains égards irrémédiable, entre la Curva Nord et la propriété de l'Inter. Le message "Zhang va-t'en" ou "Zhang casse toi", qui est apparu sur le profil Facebook officiel de la Nord et sur un mur près de San Siro, laisse peu de place à l'imagination. Le Corriere dello Sport, Tuttosport et La Stampa ont publié des articles expliquant la situation actuelle de l'Inter et c'est très, très chaud. Le Corriere dello Sport explique que la Curva Nord regarde avec inquiétude vers un avenir sans investissements, comme cela s'est déjà produit les étés précédents, mais Zhang, pour le moment, n'envisage pas de revenir en arrière. "Il est clair que la position de la Nord ne lui plaît pas, mais il est tout aussi évident qu'il ne changera pas ses plans. De Viale della Liberazione, il filtre que Suning ne veut pas vendre la majorité et que, via Goldman Sachs, elle cherche un partenaire pour reprendre les 30% de LionRock. Les milieux financiers assurent plutôt que Zhang n'attend que la bonne offre pour vendre. Il est donc peu probable que le changement de propriétaire devienne une réalité." Tuttosport consacre également un article sur le gros différend entre la Curva Nord et Steven Zhang. La situation du président est assez instable, surtout après que les collègues de Milano Finanza ont rapporté qu'un groupe de banques chinoises, dirigé par China Construction Bank , a déposé une demande d'annulation du procès-verbal du conseil d'administration de l'Inter avec lequel il est établi que Zhang ne reçoit aucune compensation pour son poste d'administrateur de club. Ceci fera l'objet d'un article détaillé Lundi. "Un problème qui s'ajoute à la posture très dure de la Nord. L'accusation portée contre le Suning est celle de vouloir ignorer les offres arrivées pour le club. Cela génère une situation d'impasse qui affecte le travail des dirigeants (les seuls sauvés par la Nord). L'index vise également les joueurs qui ont tenu un comportement fortement critiqué par la partie la plus chaude du Meazza, qui ont produit 'l'acquittement' partiel d'Inzaghi. Le Suning valorise le club à 1,2 B€ et vise à obtenir ce chiffre également grâce à l'approbation du projet de stade, également grâce à l'accord de propriété avec Oaktree qui lui permet de gagner du temps jusqu'en Juin 2024 tout en maintenant le club en autofinancement au vu des comptes dans le rouge; fin Octobre l'assemblée ratifiera un déficit de 140 M€. Une perspective peu réjouissante pour un supporter qui sait déjà qu'un grand joueur sera sacrifié en Janvier ou, tout au plus, d'ici le 30 Juin (Skriniar, Lautaro ou Bastoni pour les usual suspects). Par conséquent, le nouveau Gentleman Agreement avec l'Uefa n'offre pas une grande marge de manœuvre à un nouveau propriétaire qui devrait avant tout solder les comptes." Les offres de reprise de l'Inter ne manquent pas, mais les demandes de la famille Zhang sont toujours supérieures aux offres des repreneurs potentiels. La vente du club des Nerazzurri est dans l'impasse, La Stampa met en avant les raisons de cette impasse. "La question que beaucoup se posent maintenant est de savoir pourquoi Zhang ne vend pas le club puisque, depuis près de deux ans, il n'a plus été en mesure d'ajouter des ressources au club. D'autant plus qu'on ne sait pas pourquoi, face à ces offres, la vente n'arrive pas, étant donné qu'en Mai 2024 le maxi-prêt d'Oaktree Capital au Suning pour l'Inter expire. En cas de non-remboursement (très probable) Zhang perdrait l'Inter qui se retrouverait en gage au fonds californien sans aucun gain pour la Suning. Dans ce contexte, la position ferme des ultras Nerazzurri est apparue, demandant à Zhang de quitter l'Inter." "Il est probable que ce blocage de la vente soit lié aux poursuites que les banques créancières de Zhang ont intentées à Hong Kong et à Milan pour des dettes impayées pouvant atteindre 255 M$. Une poursuite intentée par la China Construction est en suspens devant le tribunal de la capitale lombarde. Il est clair que, dans ce scénario juridique, les banques créancières demanderaient immédiatement à Zhang de rendre compte du produit de la vente d'Inter, identifiant dans cet actif financier un moyen de rembourser les prêts impayés." Tous les détails là dessus Lundi. Traduction alex_j via FCInter1908.
  2. C’est une information que nous relaye Tuttosport : "Jusqu'à il y a quelques semaines, l'Inter ne prévoyait pas cette possibilité, mais ces derniers jours, l'orientation du club a changé lors des réunions organisées pour analyser les performances de l'équipe et dont l’objectif est d’évaluer la préparation athlétique." "Quelque chose n'a pas fonctionné est sous les yeux de tous, même si selon les données en possession du Staff de Simone Inzaghi il n'y aurait pas de points alarmants et s’il est inutile de ne pas ressasser le passé, mais de se concentrer sur l'avenir, c’est parce que tous sont convaincu que le Tournant de la saison aura lieu après la Coupe du Monde au Qatar." "Et c’est précisément là où le Club compte s’envoler, étant donné que le 18 janvier, la Super Coupe d’Italie se disputera à Riyadh contre le Milan AC et le premier trophée revêtira une importance toute particulière à la lumière des étincelles qui ont produit les derniers derbys: Avec l'élimination de l'Italie, Simone Inzaghi aura beaucoup d’éléments avec qui travailler, comme les joueurs présents hier à Appiano : Alex Cordaz, Samir Handanovic, Danilo D’Ambrosio, Matteo Darmian, Roberto Gagliardini, Henrik Mkhitaryan, Hakan Çalhanoğlu et Romelu Lukaku. Mais le Big Rom sera lui "absent" car occupé au Mondial avec la Belgique. Toutefois, il y aura la présence des Francesco Acerbi, Nicolò Barella, Alessandro Bastoni, Federico Dimarco, Edin Dzeko, Milan Skriniar et Raoul Bellanova, sans oublier Joaquin Correa et Robin Gosens qui ne sont pas sûr de disputer le Mondial avec l’Argentine et l'Allemagne." "Cette thématique sera d’ailleurs abordée aujourd'hui à la Pinetina lors de la rencontre entre Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Simone Inzaghi entouré de son staff. L'objectif est que tous se regardent droit dans les yeux pour tout mettre en œuvre pour inverser la tendance de la saison… Et un stage dans la chaleur qatarie pourrait, peut-être, être la première clé d'un nouveau départ après la Coupe du Monde." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Giuseppe Bergomi, ancien défenseur de l'Inter, s'est exprimé aux micros de SerieANews.com : voici ses réflexions sur le moment vécu par les Nerazzurri. Giuseppe Bergomi s'est confié hier matin à SerieANews.com. Notre légende est, à ce jour, l'une des voix les plus averties du monde du football et des commentateurs. Il nous a fait part de ses réflexions sur le moment délicat que vit l'Inter. "Ce que je vois pour le moment, c'est que l'équipe, qui sous l'aspect tactique technique joue plus ou moins comme l'année dernière même si elle a perdu Perisic et retrouvé Lukaku, même s'il a eu peu de temps de jeu. Il y a un manque d'enthousiasme et de compacité ce qui amplifie les lacunes que l'équipe a en ce moment." "Si vous ne trouvez pas ces composants, cela devient difficile, très difficile. Vous luttez. Vous devez trouver ce feu de l'intérieur, ce dernier mètre pour marquer. Aller et faire plus que l'adversaire. Ce sont des choses souvent difficiles à expliquer car le fan ne voit pas. Mais si tu ne réussis pas tu vas aggraver les problèmes qu'a l'équipe." "Dans les moments difficiles, nous devons aller vers les joueurs qui ont une identité forte. Qui représentent l'Inter. Qui sont des jeunes qui sentent que l'Inter est à eux. Si ce sont eux qui sont le plus en difficulté, ce n'est pas facile car ils en sont précisément le pivot. Il y a Skriniar qui a peut-être des soucis causés par sa blessure estivale. Bastoni et Barella, je ne sais pas. Je ne me focalise pas trop sur eux." "Le discours est toujours celui-ci : quand on construit une équipe, il faut lui donner une identité forte. Et cette Inter en trois ans l'avait, elle pouvait gagner ou perdre mais elle doit retrouver son identité. Elle a gagné avec Conte, elle a gagné quelques trophées l'année dernière, elle s'est battue jusqu'au bout. Elle doit retrouver l'envie de se battre pour chaque balle, pour éviter la défaite. Mais avant de se faire battre, il faut lutter jusqu’au bout." "Aujourd'hui, battre l'Inter semble trop facile. Le football évolue vite, les équipes sont fortes et pressées. Parce que si tu vas à Turin, Bergame, Vérone, ce sont tous des matches compliqués et si tu ne te mets pas sur le même niveau de compétition et de détermination, de compacité, les problèmes remontent. Si vous ne liez pas ça, quand vous jouez tous les trois jours, ça devient difficile." "Concernant Simone Inzaghi, quand un club renouvelle son contrat et le prolonge, il est certain qu'il croit en l'entraîneur, au staff et en son travail. Il faut donc absolument lui faire confiance car changer maintenant, à mon avis, devient difficile. Pour trouver un bon profil et pour beaucoup de choses. Je dois donc faire confiance à Simone. Oui, absolument ! Mais je pense quand même qu'il y a quatre composantes : le club, l'entraîneur, les joueurs et les supporters. S'ils rament tous dans le même sens et trouvent de l'enthousiasme, alors il est juste de continuer avec lui." "Mais nous devons tous ramer dans le même sens, je le répète. Cela ne veut pas dire que vous pouvez alors gagner automatiquement un Scudetto, mais vous êtes une équipe. Et quand vous l'êtes, vous pouvez affronter n'importe qui. Le Bayern, Barcelone, Milan sont-ils plus forts ? Mais vous êtes une équipe. Si vous trouvez cela, cela devient plus facile et ce n'est pas un problème pour les fans." Traduction alex_j via SerieANews.com.
  4. Selon un article publié dans Tuttosport Beppe Marotta rencontrera les joueurs cadres avant la trêve internationale, Steven Zhang reviendra à Milan pour assister au match contre la Louve et les directeurs rencontre Inzaghi demain. Beppe Marotta tiendra une réunion en face à face avec certains joueurs clés avant la fin de la trêve internationale. Cela permettra de sonder leurs sentiments alors que l'équipe cherche à inverser cette mauvaise tendance du début de saison. Les Nerazzurri ont une grande tâche devant eux après la trêve internationale alors qu'ils cherchent à se sortir de cette crise naissante après leur défaite face à l'Udinese ce Dimanche. Peu de joueurs cadres de l'équipe ont fait de leur mieux de manière cohérente alors qu'il y a également eu un sentiment d'une baisse du mental et un manque de concentration et de motivation qui a conduit l'équipe à paraître déconnectée sur le terrain. En conséquence, Marotta veut savoir comment sont mentalement Nicolo Barella, Alessandro Bastoni, Marcelo Brozovic et Milan Skriniar avant de se remettre au travail sur le terrain d'entraînement puis dans leur séquence de matches après cette trêve internationale. Steven Zhang sera de retour en Italie pour assister au choc de l'équipe de Serie A contre la Roma. Zhang avait été avec l'équipe pendant une grande partie de la seconde moitié de la saison dernière, interagissant étroitement avec l'équipe, Simone Inzaghi et les directeurs alors qu'ils ratèrent le Scudetto mais remportaient la Supercoppa Italiana et la Coppa Italia. Le président a été absent mais il a l'intention d'être de retour en Italie après la trêve internationale où il rencontrera tout le monde au sein du club. Il sera également présent au Meazza alors que les Nerazzurri affronteront la Roma. Les dirigeants de l'Inter sont toujours derrière Simone Inzaghi mais ils le rencontreront demain à la reprise de l'entraînement dans le but d'établir quel est le plan pour sortir de cette mauvaise passe. En effet, la patience des directeurs de club n'est pas infinie et ils attendent des réponses claires concernant le plan pour remettre la saison sur de bons rails. L'Inter a maintenant eu quelques jours pour réfléchir à sa défaite 3-1 contre l'Udinese, le dernier revers majeur d'une saison qui est assez loin des attentes établies par le club au début de la campagne. Demain, Inzaghi revient pour diriger l'entraînement avec les joueurs qui n'ont pas été appelés dans leur équipe nationale, et les directeurs en profiteront pour le rencontrer en personne et se faire une opinion concernant ses idées à essayer et relancer la saison après la trêve internationale. Traduction alex_j via Sempreinter.
  5. Première étape pour la Serie A 2022-2023 : le championnat s'arrête après sept journées et laisse place à la trêve internationale. Parmi la trêve, nous retrouvons les matches de groupe de l'UEFA Nations League ainsi que des matchs amicaux. A la fin de la trêve, l'Inter retrouvera le terrain le samedi 1er octobre face à la Roma au Meazza. Ci-dessous la liste des Nerazzurri convoqués par leurs équipes nationales respectives : Francesco Acerbi, Nicolò Barella, Alessandro Bastoni, Federico Dimarco (Italie) Italie-Angleterre, 09.23.2022 - UEFA Nations League, Milan | Hongrie-Italie, 26.09.2022 - UEFA Nations League, Budapest. Kristjan Asllani (Albanie) Israël-Albanie, 24/09/2022 - UEFA Nations League, Tel Aviv | Albanie-Islande, 27.09.2022 - UEFA Nations League, Tirana. Lautaro Martínez, Joaquín Correa (Argentine) Honduras-Argentine, 23/09/2022 - Match amical, Miami (USA) | Jamaïque-Argentine, 27/09/2022 - Match amical, New York (États-Unis). Edin Džeko (Bosnie-Herzégovine) Bosnie-Herzégovine-Monténégro, 23.09.2022 - UEFA Nations League, Zenica | Roumanie-Bosnie-Herzégovine, 26.09.2022 - UEFA Nations League, Bucarest. André Onana (Cameroun) Ouzbékistan-Cameroun, 23.09.2022 - Match amical, Goyang (Corée du Sud) | Corée du Sud-Cameroun, 27/09/2022 - Match amical, Séoul, Corée du Sud). Marcelo Brozović (Croatie) Croatie-Danemark, 22.09.2022 - UEFA Nations League, Zagreb | Autriche-Croatie, 25.09.2022 - UEFA Nations League, Vienne. Robin Gosens (Allemagne) Allemagne-Hongrie, 23.09.2022 - UEFA Nations League, Leipzig | Angleterre-Allemagne, 26.09.2022 - UEFA Nations League, Londres. Stefan de Vrij, Denzel Dumfries (Pays-Bas) Pologne-Pays-Bas, 22.09.2022 - UEFA Nations League , Varsovie | Pays-Bas-Belgique, 25.09.2022 - UEFA Nations League, Amsterdam. Milan Škriniar (Slovaquie) Slovaquie-Azerbaïdjan, 22.09.2022 - UEFA Nations League, Trnava | Slovaquie-Biélorussie, 25.09.2022 - UEFA Nations League, Backa Topola (Serbie). Raoul Bellanova (Italie Moins de 21 ans) Italie U21-Angleterre U21, 22.09.2022 - Match amical, Pescara | Italie U21-Japon U21, 26.09.2022 - Match amical, Château de Sangro. Traduction alex_j via le site officiel.
  6. L'Inter tombe désastreusement à Udine et il est légitime de et de se poser quelques questions. FCInter1908 s'est livré à une petite analyse assez caustique. Simone Inzaghi est littéralement en proie au Syndrome d'Ammonite: un joueur se prend un carton jaune et cela affole l'entraîneur qui est prêt à renier ses choix initiaux, bouleversant ainsi le concept de l'équipe au bout de 30 minutes. Franchement, ce changement suite au jaune devient comme un ver pour cette Inter. Aucune autre équipe au monde ne souffre de ce syndrome. Vous pouvez remplacer ceux qui ont pris un jaune, mais, pour l'amour du ciel, pas systématiquement! Pas sans tenir compte des situations individuelles! La décision d'Inzaghi est pratiquement une taxe. Et la réponse sur le prétendu choc recherché en changeant Bastoni et Mkhitaryan ne suffit pas : après moins de 30 minutes, le choix de désavouer la formation initiale nous a laissé perplexe. Mais encore plus perplexe, la gestion de Robin Gosens. L'Allemand est, au dire de tous, complètement rétabli. Peut-être qu'il ne sera pas en grande forme, il a joué mardi mais aujourd'hui c'est dimanche. Impossible de penser à un athlète professionnel incapable d'apporter sa contribution 5 jours après une bonne performance physique. Au lieu de cela, Inzaghi a bouleversé la formation et déplacé et déconcerté les hommes afin de ne pas insérer Gosens. Pourquoi? Le problème était sur la gauche et le seul ailier gauche dans le rôle n'a même pas été pris en considération. Pourquoi? Les réponses sur Gosens ne suffisent plus, elles ne sont plus convaincantes. Adapter perpétuellement les joueurs sans tenir compte de l'ancien de l'Atalanta pose de lourdes questions. Sans oublier les 4 défenses aperçues dans le match. Lors d'une partie, la ligne arrière est toujours la moins modifiée. Hier, Inzaghi a aligné 4 trios défensifs différents en un seul match : Skriniar-Acerbi-Bâtons 31' Skriniar-Acerbi-Dimarco 36' D'Ambrosio-Skriniar-Acerbi 12' D'Ambrosio-De Vrij-Skriniar 11' Skriniar (méconnaissable) était un banlieusard de la défense et il a fallu deux minutes à De Vrij pour enchaîner autant de désastres que dans une saison entière. La confusion totale règne à l'Inter, sur le terrain, et on se demande pourquoi. D'où vient cette frénésie insoutenable qui pousse les joueurs à vagabonder sur le terrain ? Cette même équipe que l'année dernière avait quand même certaines certitudes, même dans une période sombre. Un revirement total s'impose d'urgence. Les pourparlers d'Appiano ne suffisent pas. Des rêves de gloire, il est facile de passer aux cauchemars d'une non qualification à la Ligue des champions. Scénario même pas à envisager. Il est vrai qu'Opta a publié une statistique assez amusante : "3 - C'est la quatrième fois depuis 1994/95 que l'Inter perd au moins 3 des 7 premiers matches d'une saison de #SerieA : 1998/99, 2000/01 et 2011/12 les autres (l'Inter n'a pas finir dans les 4 premiers à l'issue du tournoi sur ces 3 saisons). Difficulté." Même si cela est vrai, on peut aussi trouver d'autres statistiques montrant un bien meilleur départ de l'Inter où elle ne termine pas dans le top 4. De plus, il est assez clair que la Serie A des années 90 n'avait rien à voir à celle-ci. Traduction alex_j via FCInter1908.
  7. Deux victoires consécutives nous avaient trompés ou avaient créé une illusion, mais l'Udinese nous ramène de vieux problèmes. L'analyse de FcInter1908 complété d'un article publié dans la Repubblica et un interview de Giocondo Martorelli. Dans ce qui était probablement le match à l'extérieur le plus compliqué, l'Inter est sortie avec les os cassés de la Dacia Arena. Les deux victoires contre le Torino et Viktoria Plzen avaient des problèmes cachés que l'équipe d'Inzaghi entretient depuis l'été. L'Udinese a mis à nu les limites et les défauts. Ce qui était autrefois l'une des forces, les ailes, est désormais le maillon faible de cette équipe. Passer de Perisic-Hakimi à Darmian-Dumfries n'est certes pas la faute d'Inzaghi mais ici le problème doit être cherché et résolu en amont. Si quoi que ce soit, la faute de l'entraîneur est la gestion de Robin Gosens. On a du mal à comprendre le choix de l'entraîneur de le laisser sur le banc pendant toutes les 90 minutes et après avoir créé pas mal de confusion sur le terrain. Autant dire que Skriniar a changé de rôle 3 fois. Inzaghi est alors devenu le protagoniste d'un épisode plus unique que rare. Bastoni et Mkhitaryan étant avertis, l'entraîneur a décidé de les remplacer à la 29e par Dimarco et Gagliardini. Une phobie des cartons jaunes qui a coûté cher et qui n'est pas la première fois. Un défaut qu'un entraîneur d'une grande équipe ne peut pas se permettre. Laissant de côté les raisons du double changement, on ne sait pas pourquoi continuer à insister sur Gagliardini. Le milieu de terrain des Nerazzurri n'apporte ni qualité (et on ne le lui demande certainement pas) ni quantité (et c'est plutôt ce qu'on lui demande). Ceux qui pourraient avoir la quantité et la qualité (Asllani), en revanche, restent sur le banc car ils ne sont vus que comme adjoint de Brozovic. Ce qui inquiète le plus, ce n'est pas la défaite elle-même mais l'attitude sur le terrain. Le sentiment est que l'équipe a perdu son identité, ses idées, sa force et surtout sa soif de victoire. Elle semble avoir reculé de dix ans et ce n'est pas bon signe. Nous devons trouver des joueurs comme Skriniar et Brozovic, autrefois leaders, maintenant des âmes perdues errant sur le terrain. La rupture arrive peut-être au meilleur moment pour ouvrir une longue réflexion sur la position d'Inzaghi. Mais demander son limogeage ne semble pas être la meilleure solution, d'autant que le propriétaire n'aurait pas la force économique pour faire face à un changement sur le banc. Reste à savoir si Inzaghi a toujours le vestiaire en main. Si la réponse était négative alors le problème serait plus grave qu'il ne l'est. Selon un article publié dans la Repubblica, la position de Simone Inzaghi ne semble pas être menacé mais une solution doit être trouvée au plus vite pour inverser cette tendance négative. Hier, dans la chaleur, Simone Inzaghi s'est brûlé comme ses joueurs, après une défaite subie. Une Inter dominée par un adversaire théoriquement plus faible mais plutôt meilleur en tout. Entre aujourd'hui et Mercredi, alors que de nombreux joueurs rejoindront leurs équipes nationales, les dirigeants Nerazzurri rencontreront le coach pour trouver ensemble des solutions. Beppe Marotta n'a pas l'intention d'ouster l'entraîneur qu'il a choisi quinze mois auparavant pour l'après-Conte. Notre PDG veut se rendre disponible, comme cela s'est déjà produit après le 0-2 contre le Bayern Munich au Meazza, lorsqu'il a pris sur lui (et donc sur le club) le fardeau de la défaite, passant à la télévision pour dire que le rêve de la deuxième étoile est toujours vivant. S'il veut accéder à la deuxième étoile avant Milan, l'Inter doit changer de cap. Surprise par la fureur de Sottil, elle s'incline pour la troisième fois dans ce championnat. Depuis la victoire à trois points, les trois débuts aussi mauvais ont toujours conduit au limogeage de l'entraîneur. Simoni a été expulsé après onze matchs en 1998-1999, Lippi limogé lors de la première et remplacé par Tardelli en 2000-2001, Gasperini a été viré après trois jours en 2011-2012. Cette fois non, assurent-ils à la Pinetina car dans aucun des cas évoqués, l'Inter n'a pas ensuite atteint la Ligue des champions en changeant d'entraîneur. Mais si l'intention n'est pas de changer Inzaghi, Inzaghi doit sûrement changer quelque chose, à commencer par ses changements. Giocondo Martorelli s'est entretenu avec Tuttomercatoweb après la défaite 3-1 face à l'Udinese. "L'Inter vit actuellement une crise. Cette défaite marque un moment évident de difficulté, un malaise qui perdure." Inzaghi pourrait-il être menacé? "Ces résultats négatifs devront faire intervenir le club de manière décisive afin de recréer la bonne compacité avec l'entraîneur." Lorsque les résultats n'arrivent pas, cependant, il est normal que le technicien soit interrogé. "C'est légitime et l'entraîneur le sait aussi. Cela arrive à tout le monde." Auriez-vous pu faire plus sur le mercato ? "Quand vous n'avez pas beaucoup de disponibilité, c'est difficile à dire. Je ne pense pas que ce soit un problème de marché. L'Inter a ramené Lukaku et n'a pas vendu les joueurs importants." Traduction alex_j via FCInter1908.
  8. S'exprimant au micro de Dazn et Sky Sport, Simone Inzaghi a commenté le KO de l'Inter face à l'Udinese. Interview sur Dazn Quelle a été la plus grande difficulté ? "Udinese avait plus de hargne et de détermination, ils méritaient de gagner. Je suis en charge de l'équipe, nous devons faire beaucoup plus en commençant par moi. Il faut être bon pour analyser une défaite qui fait mal pour le classement et pour la suite.'' Les changements pourquoi Bastoni et Mkhitaryan ? Car ils étaient avertis ? ''Oui, absolument. L'Udinese est arrivé sur les deuxièmes balles, Bastoni et Mkhitaryan ont payé mais tout l'Inter avait mal et je voulais changer. Bastoni voulait rester sur le terrain mais il faut faire des choix, je voulais fixer l'équipe à ce moment-là, on a mis deux éléments compétitifs qui ont fait leur jeu.'' Qu'est-ce qui vous a le plus dérangé ? ''La première mi-temps, assurément. Il aurait fallu gérer l'avantage différemment. L'Udinese a été plus déterminé et agressif, les 10' ou 15' de la seconde mi-temps on a bien fait, puis on s'est étiré et on a permis trop de relances, l'Udinese s'en sort très très bien, on l'avait vu dans la semaine.'' Quoi changer dès que possible ? ''Nous avons besoin de plus de détermination et de continuité. Nous sommes l'Inter et ces résultats ne suffisent pas. On ne peut pas avoir de discontinuité, cette défaite va nous faire analyser et réfléchir, il fallait faire plus, donc ce n'est pas bien.'' Ressentez-vous le même sentiment avec l'équipe ? ''Absolument oui, 3 défaites en 7 matchs ce n'est pas bien, il faut s'améliorer.'' La Roma sans Brozovic et Barcelone, des défis décisifs ? "Ce seront deux matchs difficiles, coriaces, que nous essaierons de préparer non pas avec beaucoup de joueurs mais en espérant qu'ils reviendront tous en bonne santé de leurs équipes nationales respectives.'' Interview sur Sky Sport "Le double changement ? Ils étaient avertis et parce qu'on a perdu tous les duels. Nous étions en difficulté, à ce moment-là, j'ai pensé que peut-être avec deux changements... Bastoni et Mkhitaryan sont sortis que parce qu'ils étaient avertis, mais l'Udinese s'est mieux approché et a mérité la victoire." "Nous devons panser nos blessures. Nous ne pouvons pas donner de continuité, malheureusement il y a trois matches consécutifs à l'extérieur où nous prenons l'avantage et perdons 3-1. Je suis responsable, mais je serai un motif d'analyse car ce n'est pas bon. Nous devions définitivement faire plus et mieux." "Il y a beaucoup de petites erreurs individuelles. La trêve? Il faut trouver des certitudes, on espère qu'il n'y aura pas de problèmes avec les joueurs qui iront en équipe nationale." Traduction alex_j via FCInter1908.
  9. Alessandro BASTONI Informations générales Nom : Bastoni Prénom : Alessandro Poste : Défenseur central Date de naissance : 13/04/99 Lieu de naissance : Casalmaggiore Pays : Italie Taille : 190 cm Numéro de maillot : 95 Au club depuis : 30/08/17 Position sur le terrain Biographie Pur produit de la formation de l'Atalanta Bergame où il y fait toutes ses classes, Alessandro Bastoni s'affirme comme un cadre naturel en défense durant toutes ces années. Il est notamment champion des U-17 en 2016. Il marque même en finale contre l'Inter... Remarqué par Gian Piero Gasperini, il débute son premier match pro contre Pescara en Coppa Italia (30/09/16). Régulièrement convoqué avec les A, il est titulaire en Serie A pour la première fois au mois de janvier 2017, contre la Sampdoria. Sa seconde expérience sera plus contrastée puisqu'il rentrera 30min contre l'Inter, lors de la lourde défaite des siens 7-1. Repéré par les scouts de l'Inter, il signe en août 2017 mais reste dans l'effectif de l'Atalanta sous forme de prêt. Il jongle entre la Primavera et les A où il ne jouera que 87 minutes (4 apparitions seulement). Peu satisfait de ce temps de jeu, l'Inter l'envoie à Parme en prêt pour la saison 18/19. D'abord blessé, il intègre petit à petit l'équipe et c'est en novembre qu'il se fait une place, qu'il ne quittera plus. En doublette avec le vétéran Bruno Alves il participe au maintien du club en Serie A. 24 apparitions et son premier but en Serie A plus tard, il revient à Milan et signe une prolongation de contrat jusque 2023. Il y découvre Antonio Conte aussi. Ce dernier compte sur lui dans la rotation. Le même schéma qu'à Parme se répète, Bastoni commence à s'imposer comme un titulaire viable. Parcours: En Club: Atalanta (jeunesse-2017) Internazionale FC (2017- en cours) Atalanta (2017-2018 - prêt) Parme (2018-2019 - prêt) En équipe nationale 2014: Italie U-15 & U-16 2015: Italie U-17 2017: Italie U-19 2018: Italie U21 ©Wikipedia
  10. Le Corriere dello Sport explique que Simone Inzaghi est frustré par les performances récentes de notre défense pendant que la Gazzetta dello Sport évoque l'absence d'Ivan Perisic. Selon un article imprimé d'aujourd'hui dans le Corriere dello Sport, Simone Inzaghi était particulièrement ennuyé par la manière dont les défenseurs n'ont pas réagi face à un danger évident lorsque les Rossoneri attaquaient. Inzaghi a été frustré par le premier but du Milan causé par une passe mal placée de Hakan Calhanoglu qui a provoqué une contre-attaque rapide sur notre côté droit. Il a cependant estimé qu'il s'agissait d'un problème structurel qui montrait où l'équipe avait besoin de travail. Pour les deuxième et troisième des Rossoneri, il a estimé que ses joueurs se sont simplement éteints lors des moments décisifs, semblant rester immobiles et ne faisant en grande partie rien pour empêcher Olivier Giroud ou Rafael Leao de trouver le fond du filet. Pour être plus complet, un article imprimé dans la Gazzetta dello Sport blâme les performances du duo vieillissant Samir Handanovic - Stefan de Vrij, la forme bâclée d'Alessandro Bastoni et la perte de l'influence d'Ivan Perisic provoquant une défense poreuse des Nerazzurri. Handanovic et de Vrij ont indéniablement très bien performé pour les Nerazzurri par le passé, mais aucun des deux n'a montré de son mieux cette saison. En effet, ils ont semblé lents à réagir au danger à divers moments, peut-être le reflet d'une baisse de forme voire d'un déclin? Dans le cas de Bastoni, l'âge peut difficilement être mis en avant pour le déclin que le joueur de 23 ans a montré cette saison. Il a également indéniablement semblé bâclé et lent à réagir au danger lors des récentes apparitions. Pour la Gazzetta, le départ de Perisic pourrait jouer un rôle clé dans tout cela, car l'énergie et le rythme de travail du Croate pour aider sur le côté gauche avaient été la clé de la forme défensive de l'équipe pendant une grande partie de la saison dernière, et ils n'ont pas encore trouvé comment reproduire son influence. Traduction alex_j via Sempreinter.
  11. Demain, l'Inter affronte le Bayern en ouverture de l'UEFA CL. Simone Inzaghi s'est exprimé lors de la conférence d'avant match. Le mot du coach : "Demain les supporters vont être d'une grande aide, on sait quel adversaire on va affronter, le match contre le Bayern doit être une opportunité car il vient après une déception. On sait ce qu'un tel match représente pour les supporters et les clubs." Les erreurs. "Je ne parle pas des erreurs individuelles après une défaite, il y a encore des doutes sur la formation et il faut marquer 10 points dans ce groupe qui est très difficile par rapport à l'an dernier. Mais on est l'Inter et demain il faut saisir cette opportunité." Opportunité. "Les défaites doivent devenir des opportunités. Il y a eu des moments où on a fait mieux et eux aussi dans leurs bons moments ils ont marqué. On a eu un passage à vide où on a trop encaissé. A 3 - 2 on eut un chance de faire un match nul. Nous devons travailler plus dur." Gardien. "Les critiques sur Handanovic ? Ils m'ont parlé de Bastoni et de Barella, on me pose des questions sur Handanovic. Dans une défaite on cherche toujours un coupable. C'est moi en premier car je suis l'entraîneur. Un championnat qui avance lentement par rapport à l'année dernière, pas seulement nous, les autres aussi. Maintenant nous devons regarder match par match et nous améliorer jour après jour." Adversaires. "Quant à Manè, nous l'avons déjà rencontré l'année dernière tandis que Lewa contre la Lazio je l'ai rencontré aussi. Maintenant, nous allons les rencontrer à nouveau, des matchs difficiles mais stimulants." Après le derby. "On a analysé la défaite et la plus grosse erreur qu'on a faite c'est sur l'égalisation où on a arrêté de faire ce qu'on avait fait pendant 25 minutes. Un épisode qui peut arriver mais l'équipe doit rester dans le match et mieux réagir." Henrikh Mkhitaryan. "Il est très bien entré dans l'équipe, il nous aidera beaucoup. Il est sorti d'une préparation tardive en raison d'une petite blessure après le match de Lecce. Maintenant, il travaille à pleine capacité et peut être une solution mais je déciderai demain de la formation." Robin Gosens. "Il s'entraîne très bien. On ne l'a pas vu la saison dernière car il n'était pas disponible. Il paie une longue indisponibilité mais je suis content de la façon dont il s'entraîne." Le Bayern. "J'ai vu les deux derniers match et au niveau des chiffres et des statistiques il n'y avait pas photo. Les adversaires étaient bons et avec une agression continue, ils ont limité cette équipe." Réactions du vestiaire. "Oui, il y en avait et à l'entraînement ces jours-ci, ils en étaient la preuve. Nous avons perdu les deux premiers gros matches mais ce qui compte, c'est le terrain d'entraînement et ces jours-ci, malgré la défaite, j'ai vu l'équipe s'entraîner de la meilleure façon." Critiques. "Les critiques dans le football sont quotidiennes, j'aime écouter les constructives, je dois faire des dizaines de choix chaque jour et je les ferai pour le bien de l'Inter." Traduction alex_j et Anthony Gilles via FCInter1908 et Sempreinter.
  12. C’est la thématique qui a été mise en lumière par la Gazzetta Dello Sport : Est-ce qu’une défense aussi catastrophique, que celle qui est proposée par l’Inter en ce moment, peut-elle déjà lui coûter le Scudetto, en ce début de saison ? Jurisprudence positive "8 buts encaissés lors des 5 premières journées de Serie A ont fait sonner la sirène d’alarme à la Casa Inter : Il est impossible de gagner le Scudetto avec une moyenne aussi élevée…… Mais il y a un précédent qui peut faire sourire Simone Inzaghi: En 2020, Antonio Conte avait débuté de la même façon en présentant une telle statistique après 4 journées et, après quelques semaines d’étude, l’entraineur était parvenu à systémiser ce rempart et blinder la défense, en allant ensuite remporter le Scudetto…. Et il y est parvenu avec les mêmes interprètes qu’Inzaghi a, encore aujourd’hui, à sa disposition, il s’agit donc d’un déjà-vu dont on sait comment en sortir." "Toutefois, Stefan De Vrij semble être l’ombre de lui-même depuis longtemps, et encore plus dans le Derby. Milan Skriniar a du mal a retrouver la forme depuis un été chahuté par le Mercato et Alessandro Bastoni présente des difficultés, comme jamais il n’en a connu depuis qu’il est arrivé à l’Inter. Enfin, Samir Handanovic, s’il n’est pas le premier sur les bancs des accusés est loin d’être au niveaux des miracles réalisés par Maignan en présentant un total de 8 buts encaissés sur 19 tirs et un pourcentage de balle contrées qui s’élève à 58%. Une telle statistique le fait plonger à la 18ème place possible dans ce classement global des gardiens." " A présent, la priorité d’Inzaghi est d’objectivement d’avoir la même trajectoire qu’Antonio Conte, en fermant la porte aux incursions adverses afin d’en tirer profit à long terme. Et même, il y a 12 mois, la première Inter d’Inzaghi avait mis aussi un peu de temps pour s’imperméabiliser défensivement, avec les premiers clean-sheet réalisés consécutivement après une dizaine de journée de Serie A. Cette alarme n’est donc pas un drame, mais il est impératif de trouver la solution au plus vite car le Bayern est une équipe qui ne pardonne pas, s’en suivra la confrontation avec le Torino avant une alternance entre Ligue des Champions et championnat." "Si l’Inter marque énormément, elle se doit d’avoir la certitude de ne jamais débuter le la rencontre avec un but contre au compteur, ce qui représente un malus très nocif : Simone Inzaghi l’a répété après le Derby : Nous ne pouvons pas nous prendre de tels buts, nous encaissons trop facilement l'Inter.... Le premier patch de soin Nerazzurro doit précisément être mis là." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. S'exprimant sur Instagram, Antonio Cassano a réaffirmé ses opinions précédentes selon lesquelles Alessandro Bastoni n'est pas à un niveau suffisamment bon défensivement parlant. Cassano a déjà clairement exprimé son point de vue sur Bastoni, affirmant lors d'apparitions précédentes que Bastoni est surestimé et non un défenseur de haut niveau. Le joueur de 23 ans est conscient des critiques de Cassano et a répondu sur les réseaux sociaux. Malheureusement, Cassano estime que la réponse devrait venir sur le terrain plutôt que sur les réseaux sociaux, ce qu'il n'a pas vu de Bastoni qui faisait partie d'une défense très fragile des Nerazzurri contre Milan. "L'Inter a du mal, surtout derrière. Au lieu de me faire **** sur les réseaux sociaux pour des likes, Bastoni devrait se réveiller et se concentrer sur le marquage des attaquants !!" "Il fait des erreurs désastreuses. L'Inter concède beaucoup d'occasions. Quand vous donnez des occasions comme celle-là aux meilleurs joueurs, vous concédez trois buts !!" "En pré-saison, c'était comme ça. Bastoni doit se réveiller au lieu de prêter attention aux likes et aux followers des réseaux sociaux !!" Traduction alex_j via Sempreinter.
  14. Écrivant dans sa chronique pour TuttoMercatoWeb, Michele Criscitiello estime qu'il y a encore beaucoup de doutes autour de notre équipe après les arrivées du mercato estival. Criscitiello a particulièrement noté la situation du gardien de but Andre Onana comme une situation exceptionnelle qui persiste malgré la fermeture du mercato. "L'Inter a fait face à de graves problèmes en raison de l'incapacité à identifier le remplaçant de Handanovic au fil des ans et a fini par en faire le premier choix chaque saison." "Cordaz, Radu, Padelli, au fil du temps, le club aurait dû travailler pour trouver de vrais remplaçants, et à la place, ils ont juste amassé une collection de gardiens de troisième choix." "Maintenant, ils doivent juste accorder une confiance inconditionnelle à Onana. Sinon il restera assis sur le banc pendant 35 matches et s'épuisera avant de vraiment commencer." "Inzaghi a ses défauts, bien sûr, mais cette équipe a trop de points d'interrogation qui sont traînés depuis le mercato. Soit vous prolongez les joueurs, soit vous les trouvez en train de jouer leurs contrats et prendre la porte à mi-chemin." Cependant, tout mettre sur le dos d'Handanovic serait simpliste. En effet, la Gazzetta dello Sport pointe que l'Inter a souffert d'erreurs défensives graves et d'absences de concentration. Le journal met en lumière les moments bâclés et les manques de concentration de Stefan de Vrij et Samir Handanovic en particulier. De Vrij était en partie responsable des deux premiers buts des Rossoneri, pris dans un no man's land lors du contre qui a mené au premier but, et un défaut de réaction sur leur deuxième but. Sur le troisième but, de Vrij et Alessandro Bastoni se sont éteints, la Gazzetta affirmant que seul Milan Skriniar a réagi pour éviter les buts. Le capitaine Handanovic est également critiqué par la Gazzetta, car même si le joueur de 37 ans n'a commis aucune erreur majeure, le sentiment était qu'il n'a pas réagi rapidement à l'un des deux premiers buts du Milan, contrairement à Mike Maignan qui a semblé être en mesure de nous contrarier. Traduction alex_j via Sempreinter.
  15. C’est la révélation de la Gazzetta Dello Sport, la retentissante défaite, dans la manière, du Derby Della Madonina, a fait sauter toutes les immunités possibles, La Direction allant même à parler d’humilité, à la Pinetina, au lendemain d’une soirée chaotique à San Siro : "L’équipe s’était présentée sur le terrain en faisant preuve d’un manque de concentration, de courage et de motivation : Ceux qui auraient dû transcender leurs équipiers ne l’ont pas fait, surtout les Bigs qui sont tous sous examens: Pour cette raison, il n’existe plus d’intouchable dans le vestiaire, plus personne n’est sur de son poste dans un futur proche : De Nicolò Barella à Alessandro Bastoni, une fois leader une fois l’ombre d’eux-mêmes, en passant par Hakan Çalhanoğlu, sans oublier le duo Milan Skriniar - Stefan De Vrij qui, pour diverses raisons, a fait l’objet de distraction et d’un manque évident de concentration." Handanovic et Inzaghi est aussi dans le viseur "Car Romelu Lukaku mis à part, les nouvelles recrues ont été peu ou pas du tout utilisées par Simone Inzaghi en ce début de saison. Le cas le plus emblématique est celui d'André Onana, qui n'a toujours pas joué la moindre minute en match officiel : Est-il possible que l'Inter puisse garder un numéro un mondial potentiel sur le banc pendant une saison?" s'interroge la Rosea "L'entraîneur avait été clair lors de la présaison au sujet de Samir Handanovic comme titulaire, mais le tourment des critiques et des Tifosi au sujet de la mise sur le banc du capitaine en faveur du Camerounais a repris de plus belle après le Derby au cours duquel la comparaison à distance avec Mike Maignan s’est avéré impitoyable." "L'ancien joueur de l'Ajax n'est pas le seul à être resté aussi longtemps inactif lors des cinq premières journées de championnat : les deux jeunes Kristjan Asllani et Raoul Bellanova, présents sur le terrain pour un total combiné de 35 minutes (24' et 11'), attendent également une véritable chance. L'Albanais, après un été au sommet a été mis en veilleuse, tandis que l'ancien joueur de Cagliari est "bloqué" par les nombreux cinquièmes changement de l'effectif, et notamment à droite avec Denzel Dumfries. Et il ne faut pas oublier l'expérimenté Henrikh Mkhitaryan, qui est monté en cours de jeu après s'être remis d'une blessure : "C’est un exemple tangible de la façon dont l'Inter a besoin de nouvelles énergies, à la fois technique et nerveuse: L'entrée de l'Arménien dans le Derby a été plus qu’un électro-choc en apportant du temps, en offrant une meilleure gestion du ballon avec des choix lucides et toujours justes au moment de lancer les offensives." Selon vous, De Vrij, Bastoni, Handa, pour ne citer qu’eux, doivent-ils être "rangés" au placard en ce moment ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. S'exprimant lors de sa conférence de presse au Suning Training Center avant le Derby della Madoninna, Simone Inzaghi a déclaré qu'il prendrait une décision concernant Alessandro Bastoni aujourd'hui et qu'il est satisfait du mercato. Alessandro Bastoni présent demain ? "Il manque l'entraînement d'aujourd'hui, demain matin nous ferons l'échauffement musculaire. Bastoni n'était pas à 100% avant Cremonese, sa fièvre était montée. J'ai préféré le laisser sur le banc, il a eu une maladie ces deux derniers jours ; il sera de retour avec le groupe aujourd'hui et je déciderai." Qui sera le partenaire de Lautaro Martinez en attaque ? "Pareil pour l'attaque, il y en aura trois sans Lukaku : il faudra que je choisisse le partenaire de Lautaro. En ce qui concerne les ailiers, j'espère que Bastoni pourra être drafté, nous aurons 19 joueurs plus trois gardiens de but." Satisfait du mercato ? "Absolument oui, le club a bien fonctionné, réussissant à garder des joueurs importants sachant qu'il y avait beaucoup en jeu. Je suis très satisfait de l'équipe, après deux marchés financièrement positifs, l'équipe est compétitive et nous le prouverons encore cette année." Quel genre de match ce sera samedi soir ? "Les duels seront très importants, on sait tous ce que représente un derby. L'équipe avance bien, nous avons récupéré mentalement et physiquement. Aujourd'hui, nous aurons l'avant-dernière séance d'entraînement, demain il y aura un match important." Le rôle de Hakan Calhanoglu et Lautaro Martinez dans le dernier derby. "Nous avons gagné le dernier derby 3-0, nous savons ce qui s'est passé lors du match retour en championnat." "J'ai des gars avec beaucoup d'envie et de personnalité, on affronte les deux premiers du championnat de la saison dernière, avec leurs propres principes de jeu. Les quatre matches de la saison dernière ont tous été très équilibrés, il va falloir diriger le match." Sur l'absence de Romelu Lukaku. "L'espoir est de le récupérer avant la pause internationale. Cela prendra du temps mais le staff médical travaille pour le mettre à notre disposition au plus vite." L'équipe la plus forte de l'Inter qu'il ait entraînée ? "Cela sera dit par ceux qui sont sur le terrain. Comme je l'ai déjà dit, nous avons bien travaillé avec le club en gardant des joueurs importants. C'était un mercato intelligent, avec un mélange de joueurs jeunes et expérimentés qui nous aideront beaucoup." Sur la médiatisation de l'Inter par rapport au Milan. "Je l'ai dit à la fin du match contre Cremonese, la défaite contre la Lazio a été évoquée dans l'actualité. C'est normal car nous sommes l'Inter. Je sais que nous pouvons améliorer notre situation car nous avons de grands joueurs, plus nous jouons, mieux c'est." Sur la signature de Francesco Acerbi. "On le connaît, c'est un joueur avec beaucoup d'expérience et qui a déjà travaillé avec moi. C'est un joueur important, un joueur de l'équipe nationale, il nous sera d'une grande aide." "Il peut jouer en tant que défenseur central et en tant que capitaine, il peut être aussi important que Ranocchia l'était l'année dernière, faisant de nombreuses apparitions. Ranocchia a été inestimable pour nos trophées." Sur l'importance de battre Cremonese. "C'était un match important, au-delà du derby, car on sortait de trois jours où on parlait trop de la défaite à Rome. Je voulais la réaction qui est venue, nous avons joué un match sérieux contre un adversaire qui a récolté moins que ce qu'il méritait." Une chance que Robin Gosens ait pu rejoindre le Bayer Leverkusen ? "Je ne savais rien, le joueur est concentré à 100% sur l'Inter. Après six mois d'inactivité il travaille avec envie et détermination, en ce moment je préfère le faire sortir du banc. Sur ce côté, je peux le choisir, Darmian et Dimarco. Il y a beaucoup de matchs, les minutes vont augmenter pour tout le monde." Sur les contre-attaques du Milan. "Nous analysons ces choses de temps en temps, je pense que la différence dans des matches comme celui-ci se fait par la motivation et les attitudes. Nous sommes les mêmes que l'an dernier, nous devons probablement améliorer notre condition. Quand vous concédez des buts, je ne parlerais pas seulement des défenseurs." Sur les célébrations du titre du Milan. "Chacun fait ce qu'il veut avec les célébrations, je me souviens personnellement des nuits des deux trophées avec nos fans le 22 mai. Les fans nous ont applaudis pour la saison que nous avons eue, alors nous savons que demain est important." La plus renforcée cet été ? "Les équipes se sont toutes renforcées, mais on a vu à quel point il est difficile de gagner les différents matches qui sont peut-être considérés comme faciles. C'est normal qu'il y ait 6-7 équipes qui se battent pour le Scudetto, clairement au final une seule gagnera." Traduction alex_j via Sempreinter.
  17. Après son commentaire caustique dans lequel il critiquait durement le travail du Suning, Enrico Mentana, directeur de LA7 a corrigé le tir avec ses nouvelles déclarations sur son profil Facebook. "Un gros soupir de soulagement du fond du cœur en tant que fan : l'Inter a résisté à l'assaut du millionnaire Le PSG, et le joyau défensif Skriniar a été retenu! A ce stade, le mercato s'est fermé. Il faut dire merci aux dirigeants. En effet, on connais la masse de pression qu'ils ont eu, et comment les problèmes économiques ont empêché ou ralenti des coups préparés depuis un certain temps." "L'Inter cette année à mon avis est plus forte sur le papier que celle de la saison dernière. Celle qui a remporté la deuxième place, la Coupe d'Italie et la Super Coupe. Si nous avions dû vendre Bastoni ou Skriniar pour joindre les deux bouts, comme cela s'est produit il y a un an avec Hakimi, nous aurions été en colère, et énormément. Mais pour cette raison même, au contraire, aujourd'hui il faut être heureux. On l'aurait fait tout le temps mais c'est alors plus facile, chers riches du PSG, les pétro-euros ne suffisent pas toujours." Traduction alex_j via Sempreinter.
  18. S'exprimant lors d'une interview avec Inter TV, DAZN et Sky Sport à l'issue de la défaite 3-1, Alessandro Bastoni a tenté de rester assez positif possible et s'est exprimé sur Skriniar. Interview accordée à Inter TV "C'est mieux que ces défaites arrivent maintenant, c'est déjà arrivé l'année dernière donc on repartira certainement plus fort." "Le problème n'est pas physique, du terrain il y avait un bon feeling, à 1-1 on avait le sentiment qu'on pouvait le gagner, puis ça a mal tourné. Maintenant, nous devons partir du bon pied pour le match de mardi." "C'était un match ouvert, le sentiment du terrain était bon, nous avions le match entre nos mains. Puis on s'est étiré et on a perdu la distance, espérons que cette défaite nous servira à repartir au mieux." Interview accordée à DAZN. "Concernant Milan, les journaux écrivent beaucoup, inventent souvent des choses. C'est un gars avec une bonne tête, un de mes meilleurs amis. Je le vois calme." "Une défaite maintenant mieux qu'après? Certainement, c'est mieux qu'une raclée comme ça vienne au début. Nous devons retrouver la compacité de l'année dernière, mais c'est le troisième match et nous allons certainement nous rattraper." "C'était un match étrange, jusqu'au 2-1, on avait le sentiment qu'on pouvait faire mal à la Lazio. Maintenant, il faut analyser cette défaite et repartir fort dès Mardi. Si nous avons encaissé trois buts, nous avons fait quelque chose de mal. Il faut analyser avec l'esprit clair sans se prendre la tête, il reste tellement de matchs." Interview accordée à Sky Sport. "Étrange défaite car jusqu'au but de Luis Alberto, nous avions le sentiment que nous pouvions la gagner." "Il faut analyser les erreurs et repartir mentalement pour affronter ce championnat de la meilleure des manières." "Il est certainement fondamental de défendre tous ensemble comme nous l'avons fait l'année dernière, en gardant le but inviolé pendant de nombreux matchs. Nous sommes confiants dans notre travail : maintenant, nous devons rester calmes mentalement et nous nous rattraperons." Traduction alex_j via Sempreinter.
  19. Simone Inzaghi pense que les Nerazzurri ont été le sujet de beaucoup de spéculations de transferts, et qu'il est toujours présumé qu'ils vont vendre des gros joueurs plutôt qu'en faire venir. S'adressant à Sky Sport Italia après la victoire de son équipe 2-1 sur le terrain de Lecce dans le premier match de la saison 2022/23, le coach Interiste réitère ce qu'il a dit vendredi en conférence de presse. À savoir qu'il espère que l'équipe sera maintenue telle qu'elle est malgré les rumeurs annonçant le départ de joueurs. Les mots du coach arrivent à un moment où un nuage d'incertitude plane au dessus de la tête des Nerazzurri à cause d'intérêts rapportés par la presse pour des joueurs clés comme Denzel Dumfries ou Milan Škriniar, mais il pense que les journalistes sont responsables pour mettre l'accent sur ces rumeurs : "Je n'ai pas envie de plaisanter à ce sujet", dit-il. "Les autres équipes achètent des joueurs tous les jours pendant que nous, nous apparaissons dans les journaux uniquement quand nous vendons, mais nous serions aussi favoris..." A-t-il une quelconque indication de la direction qu'une telle vente est en approche ? "Absolument pas, mais je veux réitérer que l'équipe est celle-ci et que nous avons seulement besoin d'un défenseur central en remplacement de Ranocchia car nous sommes engagés sur 3 fronts, et le club s'en occupe." Au sujet de la victoire tardive de son équipe, le coach déclare : "C'était une victoire que nous voulions de tous nos cœurs. Nous nous en sommes crus capables jusqu'à la fin." "Et c'est l'aspect le plus positif de la soirée, parce qu'après la première demi heure où nous avons bien joué, nous avons perdu notre calme après une faute sur Lautaro. Nous allons devoir analyser pourquoi nous avons dû attendre jusqu'à la 95ème minute pour marquer le but de la victoire." Concernant son utilisation des remplaçants durant la partie : "J'ai de nombreuses solutions sur le banc. Ces joueurs qui sont rentrés ont très bien joué, tout comme ceux qui ont démarré." "Vers la fin nous jouions moins un football de possession et nous allions plus directement dans la surface. Nous aurions pu marquer avant, mais nous devions tuer le match plus tôt." Concernant les titularisations de Darmian et Dimarco à la place de Dumfries et Bastoni : "J'avais des doutes jusqu'à ce matin." "Puis j'ai décidé que Dumfries serait plus décisif en rentrant en cours de match (Ndlr : bien vu!), alors que Darmian et Gosens ont très bien joué jusqu'à leurs sorties." "Bastoni doit encore améliorer sa condition physique, mais c'est la même chose pour tout ceux qui sont revenus tard." "Nous savons que les matchs peuvent être décidés jusque dans les dernières minutes, donc c'est normal de voir des buts inscrits quand les deux équipes sont fatiguées." "Ce soir sous avons fini en jouant en 4-2-4. Quand vous avez la chance de pouvoir mettre Dzeko et Lukaku dans la surface, ça rend les choses difficiles pour l'adversaire." L'équipe avait-elle besoin d'un déclic psychologique ? "Non, mais nous devions commencer par gagner; Nous sommes matures en tant qu'équipe. Nous avons perdu de notre contenance après la faute sur Lautaro mais les images montrent ce qu'il s'est passé, pas besoin de plus de controverse." C'est la crise à l'Inter... Selon la presse. ©Internazionale.fr, via Sempreinter.com & Sport.sky.it - Traduction Trent_FCI
  20. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l’interview intégrale du Champion d’Europe Italien Bastoni, Lens mis à part, où en est la préparation ? "Nous l’avons débuté il y a une dizaine de jours et elle ne peut pas déjà être au top. Nous avons concédé quelques erreurs ces derniers temps, mais cette défaite à Lens ne nous préoccupe pas. Nous sentons tous que nous allons rapidement retrouver notre meilleur niveau." Est-ce la bonne année pour se consacrer, également, au niveau international ? "C’est certain, mais c’est une consécration qui trouve son origine dans ce qu’est notre groupe : Cela fait plusieurs années que nous jouons ensemble et plus le temps passe et plus tu es intégré dans le groupe, chacun s’est amélioré individuellement. Romelu est aussi de retour et il va nous donner un grand coup de main aussi bien en Italie, qu’en Europe. Ce qui est sûr c’est que nous voulons le maximum dans chaque compétition." Répondez en tant que Tifoso, car vous en êtes un comme Barella : Que vous ont laissez comme impressions les images des festivités du Milan ? "Je l’admets, elles ont été très dures à digérer : Déjà ne pas gagner est moche, si maintenant ceux qui l’emportent vivent près de chez toi, cela l’est encore plus. Nous ferons tout pour être ceux qui feront la fête, la prochaine fois, dans la ville." On a énormément parlé de Bastoni comme clé du Mercato, mais le club a décidé ensuite de vous blinder : qu’est-ce que cela veut dire ? "Cela veut dire beaucoup, énormément : Je n’ai jamais eu la moindre intention de quitter l’Inter, ici, j’ai tout ce qui m’est utile être bien et m’exprimer de la meilleur des façons : Je me sens très bien avec mes équipiers, le Club, j’adore Milan, alors pourquoi aller voir ailleurs ? Je suis content d’être ici et je m’y vois encore pour de très nombreuses années, j’espère continuer encore à gagner beaucoup de titres sous ce maillot." Quel Lukaku avez-vous retrouvé ? "La même et identique belle personne et le même grand attaquant : Je n’ai pas été surpris par son choix : Je n'ai pas été impressionné par son choix : Quand on se sent si bien quelque part, on a envie d'y retourner d'une manière ou d'une autre. C’est un sentiment naturel et humain : Nous l’avons accueilli à nouveau d’une belle façon : Il n’y a ni regret, ni remord : Il suffit à présent qu’il nous fasse gagner comme ce fut le cas, il y a deux ans." Comment voyez-vous l’intégration de Romelu dans un jeu aussi différent que celui proposé par Simone Inzaghi ? "Je connais Romelu, nous savons qu’il a des qualités incroyables qu’il mettra à la disposition de l’entraineur : Son physique fera le différence et notre jeu continuera à être pro positif, offensif, courageux, comme nous l’avions déjà démontré. Et j’espère, que dans ce système, Romelu marquera comme il l’a toujours fait : C’est une machine à buts et il sera aidé part d’autres grands attaquants comme Lautaro, Correa et Dzeko." A quel point est-il important, pour l’Inter, de préserver son socle de joueurs italien ? "Conserver notre mur porteur est décisif, en général, je ne me réfère pas qu’aux italiens comme moi et Nicolò : Il y a des garçons comme Handanovic et Skriniar qui’, s’ils ne sont pas italien de nationalité, incarne l’esprit Interiste : Ils sont eux aussi décisif pour la conservation du groupe." A ce sujet, avez-vous entendu ce qu’a déclaré votre Capitaine Handa à la Gazzetta : Vous aussi vous pensez que Skriniar ne doit pas être vendu ? "Milan s’est parfaitement intégré depuis des années et moi je me suis intégré à lui dans un secteur que nous avons construit ensemble : Qui plus est, c’est mon meilleur ami dans le groupe, ce sera dommageable de le laisser partir, j’espère qu’il restera ici : Je pense que nous avons encore tant de grande chose à faire ensemble." La Concurrence augmente en Serie A : Quel est l’équipe que vous voyez comme la plus armée ? "La Juve s’est énormément renforcée, je la considère comme l’adversaire le plus dangereux : Elle a recruté des joueurs très fort comme Di Maria, Pogba et Bremer: Elle va être dure à cuire." Bonucci a raison alors lorsqu’il dit que la Juve est de retour ? "C’est vrai, mais c’est tout aussi vrai que l’Inter n’est jamais partie : Nous connaissons nos qualités et notre force : Nous avons remporté le Scudetto il y a deux ans, et nous avons tout en main pour y parvenir à nouveau." Est-ce que cette saison, l’Inter est plus forte que la saison dernière ? "Ben, nous jouons ensemble depuis plusieurs années : Nous nous connaissons mieux, nous connaissons nos mécanismes de jeu, la force de notre groupe, je dirais donc que: Oui, selon moi notre équipe est plus forte que l’année dernière et elle peut être capable de faire de très belle chose dans chaque compétition." A quels détails faut-il prêter attention pour le plus revivre ce si beau rêve qui s’est évanoui, comme il y a quelques mois... "Dans une saison comme celle-ci, qui sera si condensée et compacte, ce qui comptera par-dessus tout ce sera l’aspect physique et la gestion des ressources. Ce sera important que nous nous sentions tous bien durant le plus de temps possible et nous pourrons aussi énormément faire tourner car il y aura un risque d’usure vu le nombre élevé de rencontres rapprochées, sans parler du stop lié à la Coupe du Monde qui reste une variable imprévisible." A ce sujet, allez-vous observer avec une attention toute particulière vos équipiers aux Qatar ? "Ce qui est clair c’est que ce sera douloureux de le regarder, mais plus que me concentrer sur des défenseurs, je regarderai les attaquants, j’ai de la sympathie pour l’Argentine et vu l’absence de l’Italie, je serai le Tifo de Correa et de Lautaro." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Alessandro Fontanarosa s'est livré à la presse suite à ses débuts en Equipe-Première: "Cela s’est assez bien passé, je suis très heureux, je dois remercier le Club, l’entraîneur, les équipiers, le secteur Jeunesse pour le parcours qu’ils m’ont permis de réaliser. La route est encore longue et j’ai besoin de m’améliorer." Son interview à Inter TV Quelles ont été les consignes d’Inzaghi ? "De jouer simple, d’être toujours serein, de comprendre les mouvements de jeu et de comprendre comment les autres se déplacent." Y-a-t-il un défenseur avec lequel il y a un feeling plus particulier ? "J’attends le retour de Bastoni, l’année dernière je m’entraînais avec lui et je lui piquais tout ce qui était possible de piquer : J’espère pouvoir l’observer et apprendre, à nouveau, de lui." Votre avis sur les attaquants ? “Lukaku et Lautaro sont les plus forts, mais là-aussi j’apprends car je suis en confrontation avec eux et je comprends immédiatement à quel point est élevé le niveau." Alessandro à Sportitalia "Je suis si fier de mes débuts, je remercie le club et les Jeunes pour m’avoir fait grandir, en plus de mes équipiers qui m’aident sur et hors du terrain." Qu’avez-vous ressenti à l’idée de jouer avec Lautaro et Lukaku ? "Je suis très ému mais ce n’est encore rien car la route est longue." Que vous a demandé Inzaghi ? "De bien jouer, de ne pas prendre de risque et de me divertir car "ce n’est seulement" qu’une partie." Appréciez-vous l’intégration des jeunes Made In Inzaghi ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Soit Gianluca Di Marzio en a fumé de la bonne, soit Milan Skriniar semble trahir l’Inter. Personnellement, nous songeons plus à la première option La décla de Di Marzio au site allemand Wettfreunde.net "Tous les clubs savent que l’Inter doit vendre un joueur et qu’il s’agira d’un défenseur. Paris le sait et il a offert 50 millions d’euros et une contrepartie. L’Inter, elle, ne veut pas de contrepartie, elle veut entre 70 et 80 millions d’euros. A présent, il faudra trouver la bonne formule pour l’équipe qui voudra s’offrir le joueur et pour l’équipe qui doit le vendre." "Je crois que ce transfert se concrétisera, je ne sais pas quand, mais l’Inter devra vendre Skriniar car elle n’a pas voulu vendre Bastoni et parce qu’il reste à Skriniar qu’une seule année de contrat et qu’il ne prolongera pas. Si elle ne le vend pas maintenant, elle pourrait le perdre gratuitement en février, la question est de trouver le bon prix : Paris le veut et je crois qu’ils pourront finaliser l’opération. " C’est officiel : Si Milan prolonge à l’Inter, ne plus jamais se fier sur Di Marzio ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. La presse italienne s’est enflammée au terme de la conférence de presse d’ouverture de la saison. En effet, si l’objectif est de parvenir à un solde positif de 60 millions d’euros, celui-ci n’est pas à obtenir au plus tard au terme de cette session estivale, mais au plus tard au 30 juin 2023, lorsque le bilan financier de la saison à venir sera dressé. Conséquence directe : L’Inter ne devra céder qu’un seul joueur important et comme l’a souligné Simone Inzaghi en conférence de presse, le rempart défensif semble être celui qui sera impacté. De ce qu’il se filtre donc à la Viale Della Liberazione, un seul joueur, entre Milan Skriniar et Stefan De Vrij sera donc cédé. Qui plus est, cela explique également le refus de la Direction Nerazzurra au 60 millions d’euros proposés par le Paris-Saint-Germain pour le joueur slovaque. De son côté, Alessandro Bastoni, lui, a déjà refusé les avances des plus grands clubs, dans le sillage d’ailleurs de l’Inter. Gleison Bremer pourra donc arriver soit à la place de l’international néerlandais, soit à la place du slovaque car la Direction le voit comme un renfort de poids pour la défense à trois et non comme un simple défenseur centrale. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Bien que Romelu Lukaku attire toute l'attention, aujourd'hui est également un jour spécial pour Kristjan Asllani, le milieu de terrain né en 2002, prêté pour 4 millions d'euros avec obligation de rachat fixé à 10 millions d'euros par Empoli Celui qui est amené à suivre les traces de Marcelo Brozovic portera la vareuse Nerazzurra en fin de journée. Un achat sur lequel l'Inter a travaillé dur pour obtenir un remplaçant jeune présentant une grande marge de progression. S'il est jeune, il est surtout prêt à seconder Marcelo Brozovic! Le Saviez-vous ? Asllani est le 7ème U-20 le plus "cher" de l'Histoire de l'Inter! Alessandro Bastoni domine ce prestigieux Top 10 ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. C’est une révélation définitive de la Gazzetta Dello Sport: Milan Skriniar a dit oui au Paris-Saint-Germain. Et sauf démenti officiel de sa part dans le courant de la journée, il faudra considérer cette information comme officielle! "Milan Skriniar a dit oui au PSG. Le Slovaque lui-même avait d'abord souligné, entre les lignes, une légère déception pour une opération qui n'émanait pas de son désir. Ces derniers jours ont permis d'atténuer la rigidité de Skriniar : le temps, le besoin absolu de l'Inter de gagner de l'argent et aussi (et surtout) la maxi-offre de Paris l'ont fait revenir à des conseils plus doux. En effet, ils l'ont amené à prononcer les deux lettres manquantes : SI." "Milan a dit un oui définitif et est convaincu par le projet (lucratif) du Psg: Skriniar est donc prêt à dire au revoir à l'Inter, mais il faut d'abord trouver un accord entre le club, ce qui n'est toujours pas le cas." Trahi par un ancien "Un coup de fil avec Achraf Hakimi, l’ailier marocain qui courait comme un TGV lors de la dernière année de Conte, mais qui n’est pas parvenu à réitérer cette performance à Paris sous Pochettino, a permis à Milan de dissiper ses derniers doutes. La détermination du nouveau Directeur Sportif, Luis Campos, et un contrat de base de 7,7 millions nets, soit plus du double de ce qu'il gagne actuellement, ne suffisaient pas à Skriniar : Le défenseur central slovaque voulait aussi avoir connaissance des considérations tactiques précises: Hakimi lui-même a répété que le club veut construire un 11 plus équilibré et que cela passe par une défense renforcée et ce n'est pas un hasard si une maxi-offre pour Milan a été définie." Place aux clubs "En début de semaine, une première augmentation considérable est arrivé de la France: l'offre initiale de 50 millions ayant été portée à 60 millions d'euros, mais une nouvelle démonstration de force qatarie devrait bientôt arriver: Attention également car Giuseppe Marotta et Piero Ausilio restent fermes sur la Montagne à gravir de 80 millions d'euros." "Le point de bascule, similaire à celui connu précisément par Hakimi est réaliste, car l’international marocain est allé à Paris pour un total de 68 millions d'euros, primes comprises, il suffirait d'aller un peu plus haut cette fois-ci" Une vente record Sauf démenti officiel du principal intéressé, Milan a donc succombé à la tentation, peu importe la raison, et n’est pas Alessandro Bastoni ou Javier Zanetti qui veut. Financièrement parlant sa vente représenterait dans l’absolu la seconde vente la plus cher de l’histoire du club. En effet, déjà avec 70 millions d’euros et un contrat, bonus compris à hauteur de 9 millions d’euros, Milan Skriniar ne serait devancé que par un certain Romelu Lukaku au niveau des transferts les plus lucratifs de l’Histoire du club. Skriniar, dans ce classement, devancerait: Zlatan Ibrahimovic, vendu au Fc Barcelone en 2009 pour 69,5 millions d’euros (49.5 millions d’euros et Samuel Eto’o), Achraf Hakimi et ses 66,5 millions d’euros en 2021, Mauro Icardi et ses 50 millions d’euros en 2020, Ronaldo, il Fenomeno, pour 45 millions d’euros au Real Madrid en 2002 Sans prise de position officielle pour démentir de la part du principal intéressé: Amour du maillot ou Amour de l’Argent…. Vous avez la réponse ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...