Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'alessandro mazolla'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

5 résultats trouvés

  1. 16 avril 1967. Après une campagne de championnat réussie la saison précédente où les Nerazzurri ont battu de justesse Bologne pour le Scudetto de quatre points, les champions en titre avaient des plans très ambitieux pour commencer la campagne 1966-1967. Le club a tenté de signer à la fois Franz Beckenbauer du Bayern Munich et Eusebio du Benfica après que les deux joueurs aient connu une Coupe du Monde 1966 remarquable. Cependant, à cause des mauvaises performances des Azzurri dans cette même coupe du monde, perdant face à la Corée du Nord, la Fédération italienne avait prolongé la décision d'interdire les joueurs étrangers dans la ligue jusqu'en 1980 afin de promouvoir le développement des joueurs italiens. L'équipe d'Helenio Herrera a plutôt cherché dans la Serie A pour se renforcer. C'était aussi la saison où le club a changé son nom de Football Club Internazionale à Football Club Internazionale Milano. À l'approche de la vingt-huitième journée, les Nerazzurri se préparaient pour une rencontre contre Venezia au Stadio Pier Luigi Penzo. Alors que les champions en titre arrivaient en ville, l'équipe locale de Venise était au milieu d'une saison absolument horrible à tous points de vue. Ils ont réussi à remporter leur premier match de la saison à la 15e journée contre Lecco. Cependant, l'équipe entamait ce match avec de grands espoirs alors qu'elle venait de remporter une impressionnante victoire 3-0 contre Brescia lors de la vingt-septième journée. Pour l'Inter, Giuliano Sarti était dans les buts, avec Aristide Guarneri, Giacinto Facchetti, Tarcisio Burgnich, Armando Picchi en défense. Les milieux de terrain étaient Gianfranco Bedin, Mauro Bicicli, Luis Suarez et le trio offensif de Mario Corso, Sandro Mazzola et Renato Cappellini. Pour Venezia, les onze de départ étaient Giovanni Bubacco, Francesco Cappelli, Eraldo Mancin, Beniamino Cancian, Gianni Grossi, Giulio Cesare Spagni, Candido Beretta, Angelo Pochissimo, Lucio Bertogna, Pedro Waldemar Manfredini et Silvano Mencacci. Les Nerazzurri ont pris un départ parfait, inscrivant le premier but du match en deux minutes. La passe de Facchetti vers Mazzola a été interceptée par les défenseurs de Venezia qui ont mis trop de temps à relancer et Mazzola leur a volé le ballon. Puis il a dribblé devant le gardien de but qui se précipitait pour le fixer dans le coin gauche pour donner à l'Inter une avance rapide. Cependant, l'avance n'a pas duré longtemps puisque Venezia a égalisé à 1-1 à six minutes de jeu, lorsque Manfredini a centré confortablement de l'aile droite pour ramener l'équipe locale dans le match. L'Inter a méthodiquement construit l'attaque au centre avec Sandro Mazzola comme point focal, alimentant constamment l'attaquant solitaire. Cependant, c'est grâce à un brillant coup de pied arrêté de Mario Corso vers la moitié de la première mi-temps que l'Inter reprend la tête. Sur le côté droit, pas très loin de la surface, gardien assez mal placé, tir curvé qui rentre tranquillement. Un pied gauche terrible. L'Inter mène 2 -1. Alors que les leaders de la Serie A espéraient atteindre la mi-temps avec un but d'avance, l'équipe locale a égalisé à 2-2 lorsque Lucio Bertogna a marqué son premier but de la saison avec un retourné sensationnel en effaçant deux défenseurs Nerazzurri. En seconde période, Helenio Herrera a effectué des ajustements défensifs que Venezia n'a pas pu briser tandis qu'en attaque, l'Inter a ouvert les vannes mais a continué à touché le bois. Le but victorieux est venu à la soixante-troisième minute lorsque Mauro Bicicli a marqué son deuxième de la saison et le troisième but vainqueur de l'Inter. Les Nerazzurri ont mené la Serie A pendant trente-trois journées consécutives. Mais, en raison d'une horrible méforme dans la dernière ligne droite où l'équipe n'a pas remporté un seul match au cours des six derniers matches, la Juventus a remporté la Serie A lors de la trente-quatrième journée. De plus, la même année, l'Inter fut battue par le Celtic 1-2 en finale de la C1 à... Lisbonne. Traduction alex_j via sempreinter et connaissances personnelles.
  2. Jurgen Klinsmann pense que Romelu Lukaku est l'un des cinq meilleurs attaquants du monde et a lancé à l'Inter un défi pour le reste de la saison. Sandro Mazzola, quant à lui, pense que l'Inter doit garder les pieds sur terre si elle veut gagner le Scudetto cette saison. Jurgen Klinsmann: "Lukaku parmi les cinq meilleurs attaquants du monde" Voici son interview accordée au diffuseur sportif ESPN. "Lukaku fait partie des cinq meilleurs attaquants du monde, il a un style très particulier. Il n'est pas aussi fluide ou élégant que Robert Lewandowski par exemple ou Zlatan Ibrahimovic, qui a un style différent, mais il a ses forces et il les joue à fond. Je pense qu'il devrait être fier de lui jusqu'à présent. S'il continue comme ça, s'il peut marquer 10 buts de plus dans les 16 matchs restants, ce serait exceptionnel!" "Lukaku a une grande vitesse comme il l'a montré lors du troisième but contre la Lazio pour lequel il a donné la passe décisive à Lautaro. Il a également une grande volonté de travailler dur pour ses coéquipiers, de revenir défensivement et de nettoyer les choses. C'est un excellent coéquipier." Sandro Mazzola: "L'Inter doit rester humble pour remporter le Scudetto" Voici son interview accordée à TuttoMercatoWeb. "La position de l'Inter au classement est un signe qu'ils font du bon travail. S'ils continuent comme ça avec force et humilité, ils peuvent atteindre leur objectif. Je ne sais pas si le derby sera décisif, mais c'est certainement un match important comme il l'était à mon époque. Les fans venaient vers moi et me disaient: "Si nous gagnons, nous sommes les meilleurs à Milan!" Par conséquent, le match est également important pour cela, ainsi que pour le reste de la saison." Sur Romelu Lukaku. "Les individus deviennent importants s'il y a un groupe qui fonctionne, sinon ils se perdent en cours de route», a soutenu Mazzola. Nous devons continuer comme ça. En ce qui concerne les statistiques, Lukaku connaît une saison exceptionnelle. J'essaie de regarder certains détails et je vois qu'il regarde souvent autour du terrain pour comprendre où se positionner, étant au meilleur endroit aussi pour éventuellement aider ses coéquipiers." La bataille entre Marcelo Brozovic et Hakan Calhanoglu, la clé du match? "Oui, cela pourrait être. Cependant, dans ces matches, vous avez besoin d'un joueur qui peut montrer l'exemple et si tout le monde le suit, il peut montrer le chemin de la victoire."
  3. Avant cet Inter-Napoli notre légende Alessandro Mazzola ainsi que deux ex-nerazzurri Alessandro Altobelli et Benoit Cauet s'expriment sur cette Inter. Voici leurs déclarations. Mazzola: "Pas si important pour le Napoli mais cette Inter ne me convainc pas" Dans une interview accordée au quotidien italien Il Mattino, il a déclaré que "Le Napoli entre dans ce match plus serein, s'ils perdent ce n'est pas une tragédie. Gattuso sait bien que même une défaite ne bloquera certainement pas les Azzurri à la lutte pour le Scudetto. La saison est encore très longue." De plus, dans une autre interview accordée à la radio italienne, Radio Marte, il a dit que "Il est peut-être tôt pour le dire, mais ce sera certainement un bon match entre deux équipes qui cette année, avec le Milan et la Juventus, pourront se battre pour le titre." "L'Inter ne me convainc toujours pas à cause de son élimination de la Ligue des champions et d'un manque de cohérence et régularité avec ses performances." Sur l'attitude de Conte. "Conte en colère? Je ne sais pas pourquoi il a choisi ce style de communication agressif, peut-être pense-t-il qu'il pourra tirer le meilleur parti de ses joueurs de cette façon." Sur Christian Eriksen. "Je ne sais pas s'il est bien utilisé, pour moi il serait bon de lui permettre de jouer deux ou trois matchs de suite avant de le juger." Sur Gennaro Gattuso. "Ce Napoli est fort et Gattuso est un bon entraîneur. Je pense qu'ils sont un adversaire puissant et doivent être respectés." Les joueurs du Napoli qu'il prendrait bien. "Peut-être Mertens ou Insigne... mais en fait, si vous y réfléchissez, je ne dirais personne! Il est juste que tous les meilleurs joueurs jouent pour donner vie à un grand match. Et la meilleure équipe gagne. Bien sûr j'espère que mon Inter gagnera." Benoit Cauet: "Important psychologiquement si l'Inter peut vaincre Naples" Notre ex-milieu Benoit Cauet a déclaré dans une interview accordée à la station de radio italienne TuttoMercatoWeb que: "Ce match est très important! L'Inter est éliminée de toutes compétions européennes et doit bien figurer en championnat! Ce Napoli est une équipe qui joue très bien, ce sera un bon test. Cela peut valoir beaucoup d'un point de vue psychologique. Si vous gagnez, vous battez un adversaire du même niveau que vous. Très bon pour la suite!" Sur le plan B de Conte. "Il a changé les choses contre Cagliari mais Conte a sa propre façon d'interpréter ses matchs. Il a toujours joué son jeu et a également un plan B pour le changement. Je ne vois pas Conte changer l'équipe." L'Inter plus forte que le Napoli mais... "Eh bien, l'Inter a plus d'expérience et de maturité. Mais la façon dont le Napoli joue les rend très forts. L'absence d'Osimhen est importante, même si Petagna est un bon joueur. Le match sera ouvert. Devant, ils ont des joueurs dévastateurs, la défense sera décisive." Obligation de gagner? "Ce club continue de construire quelque chose d'important. Quelque chose a été construit pendant au moins trois saisons pour se battre pour le Scudetto. Les conditions pour gagner sont là. Mais je ne parlerais pas d'échec. Tout le monde veut gagner mais un seul peut le faire. L'Inter pose les fondations pour gagner non seulement aujourd'hui mais demain." Alessandro Altobelli: "Les matchs européens ne devraient pas être joués comme contre le Shakhtar!" Dans interview accordée au journal italien Quotidiano Sportivo notre attaquant légendaire Alessandro Altobelli a déclaré que "La campagne européenne a été un échec! L'Inter n'a remporté qu'un match sur six et n'a pas marqué un seul but en deux matchs contre le Shakhtar, comment pouvez-vous espérer de passer?" "Les matches européens devraient être joués à l'opposé de la façon dont l'Inter a joué contre le Shakhtar Donetsk. Ce sont des défis dans lesquels vous ne pouvez pas adopter une stratégie d'attente. Il faut que vous fassiez pression sur l'adversaire, que vous soyez très attaché au maillot et que vous jouiez. Plusieurs fois, les matchs sont gagnés avec volonté. Surtout ceux là! Cette année, je les ai vus jouer des matchs comme en championnat, qui ont été gagnés par des remplacements et ont réagi une fois qu'ils étaient menés, mais cela ne s'est pas produit contre les Ukrainiens!"
  4. Notre Sandro Mazzola a partagé sa conviction que cette Inter ne peut pas être considérée comme un échec malgré son élimination de toutes les compétitions européennes. Voici son interview accordée à FCInter1908.it. "L'Inter peut-il être considéré comme un échec? Non, car y arriver est toujours une chose difficile. Mais une énorme déception, oui." Manque de détermination et d'envie. "C'est toujours difficile à dire. J'ai joué à de nombreux matchs de ce genre, et je peux dire que peut-être avant le match, dans les vestiaires et sur le terrain, vous pensez d'une certaine manière. Puis, à un moment donné, vous pouvez soudainement commencer à penser que vous êtes plus faible que votre adversaire. C'est la pire des choses, car alors peut-être que vous avez un tempo de retard, vous ne pouvez pas dribbler alors que vous devriez au moins essayer. C'est ainsi que le match est perdu." "Ce sont des choses qui arrivent à tout le monde. Ce n'est que lorsqu'ils nous arrivent que nous nous souvenons de tout. C'est quelque chose qui arrive, vous ne pouvez pas faire grand-chose. Cela m'est arrivé aussi, et je peux vous assurer que dans les jours suivants, vous ne faites rien d'autre que penser à ce match: Pourquoi n'ai-je pas eu ce ballon? Pourquoi est-ce arrivé? Vous ne pouvez tout simplement pas vous donner une réponse ferme et définitive." Qui blâmer? "Il est trop facile de critiquer maintenant. Il faut être là, faire l'expérience du vestiaire. Je n'aime pas l'idée de toujours critiquer. Je défends certainement le travail de Conte, c'est toujours positif. Vous savez comment les matchs commencent, mais pas comment ils se terminent." D'accord avec Fabio Capello? "Je pense que l'Inter pouvait également gagner le match étant donné la façon dont ils s'étaient préparés. Il est trop facile de critiquer après le match. Vous devez être là, le vivre, décider à ce moment-là. Parfois, vous ne décidez pas parce que vous pensez avoir raison. Parfois, cela vous fait gagner, d'autres fois, cela vous fait perdre." L'Inter condamnée à gagner le scudetto? "Enlevons ça de notre tête!! Non Non Non Non!!! En tant qu'Interista, je ne veux pas entendre ça. Continuer à faire pression ne peut que créer des problèmes. Il est logique que les fans disent cela, mais quelqu'un qui a vécu de nombreux matchs de ce type pense différemment." Comment l'Inter peut se relever. "Nous avions un système. Herrera nous a montré le plan de match, nous interrompant de temps en temps pour nous laisser parler et analyser les erreurs. Les premières fois, nous avons dit qu'il était fou: C'est une douleur au cul..., avons-nous dit. Puis, après un certain temps, nous sommes arrivés à la conclusion qu'il avait raison, car l'analyse des erreurs nous a également donné plus de clarté pour les matchs à venir. Se parler est toujours la meilleure chose à faire." Sur le traitement concernant Christian Eriksen. "Nous ne sommes ni à l'entraînement ni dans les vestiaires. Le coach n'est pas un idiot. Il peut se tromper, bien sûr, mais il confronte toujours ses entraîneurs et évalue les choses au jour le jour. Donc, je n'ai pas envie de le blâmer." Avec ou sans Conte? "Je continuerais avec Conte. Il a du caractère. À mon avis, il en vaut la peine. Est-il le bon homme? C'est ce que je pense. L'Inter a les qualités pour se battre jusqu'au bout." Un match par semaine, un avantage clair? "Au début, les joueurs repenseront à ce qui s'est passé, et ce sera difficile, mais ensuite, lorsque les résultats reviendront, cela deviendra certainement un avantage."
  5. Notre légendaire vice-président, Javier Zanetti, a admis qu'il était convaincu qu'il pouvait se tailler une place lorsqu'il nous a rejoint en 1995. "C'est vrai que Rambert était présenté comme un joueur plus fort que moi, il était le meilleur buteur du championnat. J'étais le quatrième étranger que l'Inter pouvait aligner car ils avaient signé Ince, Rambert et Roberto Carlos", a-t-il expliqué dans une interview accordée à l'émission Inter Futbol Club. "J'étais convaincu que je pouvais abattre mes cartes. Je savais que l'Inter, avec son histoire, était un grand saut. C'était une belle opportunité et je devais tout faire pour bien faire." Il a ensuite expliqué comment Massimo Moratti l'a découvert. "Il y avait des cassettes à l'époque, ne disons pas combien d'années se sont écoulées depuis!" "J'ai très bien joué dans ce match, mais l'Inter regardait Ortega. Lorsque Mazzola a appelé le président, ce dernier a répondu: «Je veux le numéro 4». C'est comme ça que tout a commencé." Le lien fort entre l'Inter et l'Argentine. "Il est vrai que dans le passé, il y a eu de grands entraîneurs et joueurs qui ont laissé leur empreinte ici, puis nous sommes venus. Je pense que ce sentiment est dû à la passion et à la façon dont nous vivons le football, qui va de pair avec l'ADN de l'Inter." "Pour nous, l'Inter est une famille, nous avons apporté nos coutumes au club, à la Pinetina. Lorsque vous portez ce maillote, vous ressentez quelque chose de spécial et nous, les Argentins, le percevons." Ensuite, Zanetti a rappelé un match au début de sa carrière entre Banfield et Boca Juniors au cours duquel le commentateur a suggéré que son prochain club serait River Plate. "C'est le match où le monde a commencé à me connaître, nous avons gagné à la Bombonera et j'ai fait un très bon match." "Le lendemain, toutes les informations et tous les journaux ont commencé à parler de moi et de l'intérêt du River, mais personne ne connaissait l'Inter." Il a ensuite parlé du fort contingent sud-américain qui était à l'Inter pendant son passage. "Chacun de nous a sa propre personnalité. Je suis proche de beaucoup d'entre eux. En plus des Argentins, je suis proche de Cordoba et de Zamorano." "Parmi nous, il y a eu immédiatement de l'empathie, notre amitié va durer. Ils sont pratiquement frères, il y a eu l'alchimie du premier jour." Son adversaire le plus difficile à marquer. "L'un d'eux est Giggs, nous allions et venions sur l'aile en se défiant à grande vitesse. J'ai eu la chance d'affronter de grands champions, j'ai marqué Zidane qui est quelqu'un à qui vous avez à peine enlevé le ballon." "Kaka du Milan était l'un des adversaires qui vous oblige à toujours rester tout le temps concentré." Pourquoi le numéro quatre? "Pour moi, c'était un numéro important, c'était gratuit, je l'ai pris et je l'ai emporté avec moi aujourd'hui". Ses chansons préférées que les fans lui ont dédiées. "Le chant 'Un capitaine, il n'y a qu'un seul capitaine' ou 'Parmi les Nerazzurri, il y a un joueur qui…' Les fans de l'Inter sont fantastiques, c'est un lien qui durera pour toujours." "Ils m'ont fait sentir le bienvenu dès le premier jour où j'étais un étranger et je n'oublierai jamais cela."
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...