Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'alessio dionisi'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

5 résultats trouvés

  1. Giacomo Raspadori, Alessio Dionisi, et Giovanni Carnevali se sont livrés à TMW à quelques jours de la réception décisive du Milan Ac sur leurs terres Giacomo à TMW Le Milan se présente à présent avec une partie décisive pour le Scudetto... "Nous devons penser qu’elle est décisive pour nous, nous voulons terminer à la dixième place et nous irons sur le terrain avec le solide sérieux qui nous caractérise depuis toujours." Vous l’aviez remporté au match aller... "Nous sommes conscients que nous pouvons faire de belles choses, pour nous, les jeunes, c’est important de se confronter aux meilleurs." Que feriez-vous en cas de but décisif face au Milan ? "Rien de particulier, comme tous mes buts, ce serait une émotion très grande: Pour nous les attaquants, les buts sont notre essence vitale." Vous sentez-vous prêt pour le grand saut vers un Big ? "Je ne pense pas qu’il soit opportun d’en parler actuellement, nous avons encore un match à jouer, je veux faire ce dernier effort, ensuite nous verrons ce qu’il en sera de mon futur au bon moment." Depuis petit vous supportez l’Inter, est-ce que cela vous motivera encore plus ? "Je ne pense pas que j’en ai besoin, je suis toujours motivé, à tout instant. Cela ne dépend pas de qui j’affronte, j’apporte une juste importance à toutes les rencontres." Qui mérite de remporter le Scudetto ? "C’est la dernière journée qui le révèlera, je dirais, celui qui l’aura mérité, ce sont deux très grandes équipes qui ont réalisé un excellent parcours." Alessio Dionisi à TMW A quel match faut-il se préparer ? "J’avais hâte de vivre cette semaine, je ne pouvais pas rêver mieux que de terminer face à une équipe qui aura tant à jouer. Nous lui ferons face de la meilleure des façons possible et avec enthousiasme. Nous aimerions finir la saison positivement, même si nous savons qu’il s’agira d’un match compliqué." Que vous enseigne la victoire sur l’Inter à Milan ? "Rien, dans le football mon passé fait partie de la préhistoire. Peu importe ce que nous sommes parvenu à faire par le passé, nous espérons que tous se rappelleront ce que nous ferons dimanche." Vingt ans après, est-ce que l’Inter peut inverser l'Histoire en respect au 5 mai ? "Je me limite à parler de Sassuolo, je ne fais aucune faveur à aucune équipe." Giovanni Carnevali à Tmw Le Milan joue le Scudetto face à Sassuolo, à quelle semaine vous préparez-vous ? "Je ne rate jamais rien, dès que nous en aurons terminé avec ce match important de dimanche, il y aura ensuite la finale de la Primavera. Il y a une grande attente pour le match contre l'AC Milan, nous avons eu une demande folle pour les billets, nous avons vendu tous les billets et ce sera une grande fête du football. Milan a son propre objectif, nous avons le nôtre : Le match sera joué avec un grand professionnalisme afin d'obtenir le meilleur résultat." Au Corriere Della Sera sur Gianluca Scamacca... "Peu de joueurs présente ses caractéristiques, il est très prometteur : Il plait aux Nerazzurri comme à d’autres, mais le Calcio ne traverse actuellement pas une période de prospérité économique. J’aimerai bien qu’il reste en Serie A car cela donnerait plus de valeur pour la Nazionale, mais je pense plus qu’il fera l’objet d’um Mercato à l’étranger." Y a plus qu’à espérer…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. L’absence de Marcelo Brozovic s’est extrêmement fait ressentir, ce dimanche, au Stade Giuseppe Meazza. Comme jamais depuis trois saisons, l’Inter ne s’est faite autant dominer à domicile, comme jamais l’absence d’un joueur s’est fait autant ressentir. Une défense catastrophique, une absence de connexion au milieu de terrain et une attaque alignée qui n’a plus inscrit le moindre but en championnat depuis la mi-décembre : Simone Inzaghi, contraint de procéder à un turnover, s’est tiré une balle dans le pied car l’opportunité était très (trop ?) belle de passer devant le Milan tenu en échec à la Salernitana. Si l’Inter s’est incliné suite aux buts inscrit dans la première demi-heure par Raspadori dans un contre assassin à la 8’ et par Gianluca Scamacca, futur Nerazzurro qui ne l’a pas fêté à la 26’, Domenico Berardi a tapé du bois et Milan Skriniar s’est chargé d’éviter la correctionnelle vu l'absence "physique" de Samir Handanovic . De son côté, l’Inter se verra un but de Stefan De Vrij refusé par la VAR suite à un touché d’épaule de Federico Dimarco au début de l’action, à la 95'. Les statistiques pour les Nerazzurri sont éloquentes et une image vaut bien plus qu’un paragraphe L’équipe d’Alessio Dionisi a tout simplement mérité sa victoire et elle y est parvenu avec la manière. Ce mois de février 2022 est tout simplement cauchemardesque avec 3 défaites (Milan, Liverpool, Sassuolo) et un nul (Naples) pour ces 4 derniers matchs. A présent, l’Inter va devoir prouver qu’elle dispose du mental nécessaire pour remporter le Scudetto : Le calendrier lui est favorable et Sassuolo considéré comme l’équipe piège vient d’être joué. Simone Inzaghi va devoir prouver qu’il a l’étoffe d’un Grand à en devenir: Le prochain match de Serie A aura lieu ce vendredi à 21h face au Genoa où il sera grand temps de poser les couilles sur la table : La "seule" bonne nouvelle sera de retrouver sur le terrain, non seulement Marcelo Brozovic, mais également Alessandro Bastoni. Vu ce qu’il a montré : Scamacca mérite-t ’il de porter le maillot Nerazzurro ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 0-2 Sassuolo Buteur(s): 8' Raspadori, 26' Scamacca Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco; 36 Darmian (46' 2 Dumfries), 5 Gagliardini (46' 9 Dzeko), 23 Barella, 20 Calhanoglu, 14 Perisic; 10 Lautaro Martinez, 7 Sanchez Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 22 Vidal, 33 D'Ambrosio, 38 Sangalli, 42 Casadei, 47 Carboni, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Sassuolo: 47 Consigli; 17 Muldur, 5 Ayhan (46' 44 Tressoldi), 21 Chiriches, 77 Kyriakopulos; 16 Frattesi (70' 97 Matheus Henrique), 8 Maxime Lopez; 25 Berardi (89' 13 Peluso), 18 Raspadori, 23 Traoré; 91 Scamacca (70' 92 Defrel) Banc: 24 Satalino, 56 Pegolo, 4 Magnanelli, 6 Rogerio, 7 Oddei, 11 Ciervo, 15 Ceide T1: Alessio Dionisi Arbitre: Francesco Fourneau VAR: Paolo Valeri Avertis): Raspadori (S), Muldur (S), D'Ambrosio (I) Expulsé(s) : / Affluence: 38.324 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. L'Inter pourrait bouger pour le buteur de Sassuolo Giacomo Raspadori, qui n'est pas satisfait de sa situation dans son club. Et comme le rapporte la Gazzetta dello Sport, les Nerazzuri devront en premier lieu trouver un nouveau club pour Alexis Sanchez s'ils veulent signer l'attaquant de 21 ans dès janvier. Selon le média Italien, Raspadori n'est pas heureux dans l'équipe coachée par Alessio Dionisi, et plus particulièrement frustré d'être souvent remplaçant durant les matchs. Il pourrait pousser pour quitter les Neroverdi en Janvier. Les Nerazzuri considèrent l'attaquant comme une cible à long terme. Sassuolo évalue Raspadori à pas moins de 40M€, mais l'Inter pourrait chercher à le prendre sous forme de prêt avec obligation d'achat. Plusieurs joueurs pourraient être offert dans le cadre de ce transfert, incluant Samuele Mulattieri, Martin Satriano, le milieu de terrain Lucien Agoumé et le défenseur Lorenzo Pirola. Mais avant de considérer la venue de Raspadori, les Nerazzuri devront trouver une porte de sortie à Alexis Sanchez. Le Chilien reste insatisfait du temps de jeu qui lui est donné, et il prend un salaire conséquent de 10,5M€ annuels jusqu'en 2023. L'Inter recherche un club pour El niño Maravilla afin de s'épargner son salaire. Pour le moment, aucune offre sérieuse n'est arrivée pour Sanchez de la part de clubs Européens, qui n'est pas intéressé par les propositions des clubs de MLS ou des Emirats. Si les Nerazzurri parviennent à trouver un nouveau club pour le joueur de 32 ans, il pourrait être sur le point de partir et les Nerazzurri seraient potentiellement libres de recruter Raspadori. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  4. Encore une fois un match, une première période très difficile. C'est un fait l'Inter a du mal à performer lors des premières mi-temps. Un Sassuolo très séduisant s'est douloureusement heurté à la loi des champions d'Italie en 2ème période. Récit d'un très beau match de football. L'Inter entame bien son match, avec un bon pressing et des joueurs qui se trouvent bien dans les espaces. Elle se crée une première occasion par Barella, qui manque sa frappe des 16 mètres. Mais plus les minutes s'égrainent plus Sassuolo met en place un pressing qui va mettre en grande difficulté les Nerazzuri. Sassuolo se montre de plus en plus dangereux au fil des minutes, mettant en énorme difficulté l'Inter à la relance, avec un grand Maxime Lopez au milieu de terrain et un Djuricić bloquant constamment les lignes de passes vers Marcelo Brozović. Offensivement, Sassuolo est aussi très entreprenant, notamment par l'intermédiaire de Jérémie Boga, le français étant le détonateur principal de l'attaque Neroverdi. Handanović retarde l'échéance mais l'inévitable arrive. Boga déborde côté gauche, pénètre dans la surface et vient gagner un penalty, au nez et à la barbe de Milan Škriniar via un crochet intérieur foudroyant. Ce dernier accroche Boga et concède le pénalty. Berardi s'en charge et envoie son ballon dans le petit filet d'un Samir Handanović pourtant partit du bon côté. Sur un corner suivant son premier but, Berardi voit même sa volée du pied droit frôler la transversale du Slovène. L'Inter est dépassée par le pressing des hommes de Dionisi. Elle voit s'évaporer son bon début de match et semble en retard sur chaque duel. Les attaquants, notamment Joaquin Correa, ne se montrent pas suffisamment et sont dans les poches des centraux de Sassuolo. Défensivement les Nerazzuri sont coupables d'erreurs grossières, representées par un Stefan De Vrij nettement en dessous lors de ce début de saison, avec deux relances totalements manquées qui auraient pu, qui auraient dû faire but pour Sassuolo. Handanović ira même jusqu'à risquer l'exclusion juste avant la pause sur un ballon en retrait anormalement manqué par le défenseur central néerlandais. Grégoire Defrel joue mal le coup. L'inter s'en sort très bien. La mi-temps arrive comme une bouffée d'oxygène pour une Inter asphyxiée. Début de la seconde période, sur les mêmes bases que la première. Sassuolo attaque, l'Inter défend et n'arrive pas ressortir le ballon. Pendant dix minutes en début de seconde mi-temps les occasions s'enchaînent pour les Neroverdi. Handanović est mis en difficulté mais repousse les assauts des coéquipiers de Jérémie Boga, ce dernier mettant totalement le feu au demi-espace gauche des Interistes. Arrive LE tournant du match à la cinquante-septième minute et le QUADRUPLE changement opéré par Simone Inzaghi, sentant que son équipe est en train de couler. Hakan Çalhanoglu, transparent, pour Arturo Vidal, Denzel Dumfries, trop timide, pour Matteo Darmian, Alessandro Bastoni, en difficulté à la relance, pour Federico Dimarco (nous saluons tous ton crâne rasé digne d'un Borja Valero des grandes années); et Joaquín Correa, pas du tout inspiré, pour Edin Džeko. La minute suivante, Ivan Perisić dépose un exellent centre sur la tête du Bosniaque, qui trompe Andrea Consigli sur son premier ballon. L'Inter revient et montre un regain d'énergie remarquable. Elle vient s'installer dans le camp de Sassuolo et pousse pour passer devant au tableau d'affichage d'un Mapei Stadium en fusion. Džeko est déterminant dans la résurrection de l'Inter dans ce match, parvenant à faire ce que Correa n'a pas réussi: peser sur le quatuor défensif de Sassuolo. L'Inter arrive à conserver un peu plus le ballon dans la moitié de terrain adverse. Au milieu de terrain, Arturo Vidal transcende ses coéquipiers avec une agressivité et une grinta qui ont manquées à Çalhanoglu. La phase de domination Nerazzuri se conclut d'une bien belle manière: sur un délice de passe de Marcelo Brozović, Edin Džeko vient provoquer un penalty face à un Consigli un peu perdu sur le coup. Lautaro Martinez inscrit le second but et fait passer devant les champions d'Italie. Sassuolo reprend un peu les choses en mains sur la fin du match, se crée quelques occasions, mais Handanović répond présent. Les coéquipiers de Domenico Berardi ont même failli se faire piégés dans les dernières minutes, encore par le diable Bosniaque Edin Džeko. Son but sera refusé pour un hors-jeu dans les cinq mètres cinquante, sur un centre de l'hyperactif Nicolò Barella. Le score en restera là. L'Inter prend trois très bons points sur le terrain de Sassuolo avant une nouvelle trêve internationale interminable. Rendez-vous le samedi 16 octobre, 18 heures à l'Olimpico pour affronter la Lazio, giflée par Bologne (3-0). Quel est votre ressenti sur le match de nos champions ? Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Sassuolo 1-2 Inter Buteur(s): 22' Berardi (sp)(S), 58' Džeko (I), 78' Lautaro Martinez (sp)(I) Sassuolo (4-2-3-1): 47 Consigli; 17 Muldur, 21 Chiriches, 31 Ferrari, 6 Rogerio; 16 Frattesi (86' 91 Scamacca), 8 Lopez; 25 Berardi, 10 Djuricic (75' 23 Traore), 7 Boga; 92 Defrel (64' 18 Raspadori) Banc: 22 Toljan, 97 Henrique, 4 Magnanelli, 77 Kyriakopoulos, 56 Pegolo, 13 Peluso, 5 Ayhan, 3 Goldaniga, 20 Harroui T1: Alessio Dionisi Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (57' 32 Dimarco); 2 Dumfries (57' 36 Darmian), 23 Barella, 77 Brozovic, 20 Çalhanoglu (57' 22 Vidal), 14 Perisic; 19 Correa (57' 9 Dzeko), 10 Lautaro (89' 33 D'Ambrosio) Banc: 7 Sanchez, 21 Cordaz, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 5 Gagliardini, 97 Radu, 8 Vecino T1: Simone Inzaghi Arbitre: Luca Pareitto Averti(s): 63' Muldur (S), 67' Perisic (I), 70' Lopez (S), 70' Barella (I), 76' Consigli (S), 80' Raspadori (S) Expulsé(s): / Internazionale.fr ~ © Aurios-Inter
  5. En souhaitant analyser le travail réalisé par Roberto Mancini, Alex Frosio s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur la façon dont la consécration du Sélectionneur National italien peut se voir absorbée par les entraîneurs des différentes écuries italiennes en activité. "Ceux qui ont les idées les plus proche de Mancio sont très jeunes : Italiano a permis à Spezia de se sauver d’une façon exceptionnelle, en misant sur le courage. Sur ce classement, il est second derrière l’Atalanta en ce qui concerne les récupérations du ballon dans la partie de terrain de l’adversaire. A présent, il officiera à l’échelon supérieur avec la Fiorentina. On retrouve également Dionisi et Zanetti qui ont permis à l’Empoli et au Venezia de retrouver la Serie A en pratique un football spectaculaire basé sur l’attaque. Le premier a d’ailleurs été choisi pour remplacer De Zerbi à Sassuolo." "Si l’entraîneur vénitien est moins porté sur un pressing à outrance, on retrouve aussi de l’autre côté Gasperini qui n’a pas cette obsession de construire de derrière, tout comme Mancini ne pousse pas à l’anticipation exaspérée dont s’inspire la Dea. Pourtant, l’Atalanta est l’équipe qui se rapproche le plus de ce que propose les Azzurri, qui joue à trois derrière en possession, avec un double playmaker avec des ailiers qui monte et qui n’hésite pas à tirer (Spinazzola et Chiesa contre Maehle et Gosens), on retrouve aussi une certaine technique lors des combinaisons offensives." "Pioli et Sarri sont des "frères" de Mancini : Ils se sont formés durant des années, ils ont innovés et ils se sont adaptés dans le temps en proposant toujours un football dominat et pro-positif." Et les grands entraîneurs ? "Le discours est plus complexe : Allegri aime la technique, mais ce n’est pas un fanatique de la possession de balle ou de la construction par derrière. Et son credo "corto muso" est une synthèse philosophique de sa façon impeccable d’agir, une façon de faire qui ne trouverai pas sa place dans le lexique "Manciniano"." "Mourinho s’est construit durant des années par sa façon de garer le Bus, mais il reste le seul entraîneur en activité en Serie A a avoir remporté la Ligue des Champions." "Simone Inzaghi est le plus "Allegriano" de la nouvelle vaque et il aime énormément le jeu de transition et de domination, quelque chose qu’il sait faire. Et Juve mise à part, c’est l’entraîneur le plus titré de ces dernières années." Le Saviez-vous ? Y-a-t ’il déjà une belle ambiance du côté de la Vieille Dame ? En effet, à peine de retour aux commandes du club, Massimiliano Allegri a taclé sérieusement Leonardo Bonucci en conférence de presse: "Bonucci capitaine ? S'il veut un brassard, il n'a qu'à aller dans la rue et s'en acheter un. En allant à Milan, il a perdu sa place dans la hiérarchie." - Le Champion d'Europe appréciera..... Et si en fin de compte Simone était le coup de poker gagnant de Giuseppe Marotta ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...