Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'alexis sanchez'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Simone Inzaghi a salué la résilience et l'attitude inflexible de son équipe après avoir conclu un terrible mois de Janvier avec trois autres points contre Venezia. Les Nerazzurri ont dû riposter après l'ouverture du score de Thomas Henry en première mi-temps mais Nicolo Barella a égalisé avant la pause. La seconde mi-temps a été dominée, mais ce n'est qu'à la 90e minute qu'Edin Dzeko a finalement fait la percée, propulsant dans les filets un centre de Denzel Dumfries. Analyse générale du match. "Les gars n'ont jamais cessé d'y croire, jusqu'à la fin. Ils ont si bien réussi compte tenu de la série de matchs que nous avons dû jouer, ainsi qu'un match très fatigant à Bergame. Prendre un but tôt aujourd'hui aurait pu être un gros coup psychologique. Le terrain est aussi un problème, il devient injouable. Le club essaie de résoudre le problème, avec Milan, car il faut faire quelque chose pour y remédier. Ce n'est pas une excuse mais objectivement ça a été difficile de jouer en Janvier." "Les cinq remplaçants ont été décisifs aujourd'hui car nous avions besoin d'une injection de puissance et de rythme. Federico Dimarco, Arturo Vidal, Alexis Sanchez, Dumfries et Matias Vecino ont tous brillamment réussi." "Cette victoire d'aujourd'hui vaut plus que trois points car lors de nos dix derniers matchs, nous en avons remporté neuf et fait un match nul. Nous sommes qualifiés pour les 8e de la Ligue des champions et en quart de la Coppa Italia et nous avons remporté la Super Coupe. Ce sont tous de bons signes. Nous voulons continuer dans chaque compétition mais nous savons que cela va devenir de plus en plus difficile au fil des semaines." "Nous allons profiter de cette victoire maintenant, nous reposer un peu, puis à partir de mercredi, nous allons reprendre le travail avec ceux qui ne sont pas en trêve internationale et commencer à nous concentrer sur le derby. Malheureusement, les Sud-Américains ne reviendront que deux ou trois jours avant le match, mais nous continuerons, comme nous l'avons fait de Juillet à aujourd'hui." Trois buts encaissés lors de ses deux derniers matches. "Nous aurions pu faire beaucoup mieux avec le but que nous avons encaissé, même si Henry a trouvé une poche d'espace. Nous devons recommencer à être impitoyables, sinon vous pouvez vous compliquer la vie. Nous contrôlions le jeu et le but aurait pu nous faire perdre la cadence. En l'occurrence, nous sommes restés dans le match et nous avons obtenu trois points très importants pour lesquels nous nous sommes battus jusqu'au coup de sifflet final. Après cela, le derby. "Nous travaillerons du mieux que nous pourrons pendant la pause. Heureusement beaucoup de joueurs restent sur place, des joueurs comme Vidal qui est suspendu. Quant aux autres Sud-Américains, ils ont des matchs de qualification importants et les joueurs italiens seront en stage d'entraînement. Nous avons eu une série de matchs exigeants avec à peine deux jours et demi pour se préparer à chacun. Venezia a été très élogieux envers nous après le match et nous souhaitons l'être également après la performance qu'ils ont réalisée ce soir." Traduction alex_j via le site officiel.
  2. Michele Criscitiello, journaliste à Sportitalia et Directeur de TMW, a dévoilé le plan d'action de la Direction de l’Inter en vue de la saison prochaine "Place à l’Inter, place au Mercato : Le joyau Dybala fait l’objet d’une lente réponse à la Juve, plus négative que positive : Il y a une fracture et un jour Dybala en parlera, mais pas maintenant. La Juventus, semble-t-il, a fait une omelette en cassant ses œufs et en serait peut-être même contente, car en mettant de côté les fonds destinés à la prolongation de Paulo Dybala, elle pourrait les employer pour signer Vlahovic." "C'est un fait, le jeu de dupe a débuté, mais il est grave que le numéro 2 du club bianconero, avant même la rencontre de Supercoupe, tire sur son attaquant le plus fort. Ce n'est pas digne de la Juve, mais beaucoup de choses, depuis trois ans, ne sont pas digne de la Juve. Cependant, pour Dybala, il y a Marotta qui est derrière cette situation, qui fait son travail et qui le fait bien." "Cela semble être une opération à la Higuain. Mais à cette époque, il fallait payer les 90 millions d’euros de la clause libératoire du Napoli. A présent, pour le prendre à la Juve, il ne faudra rien débourser, ce qui rend plus belle l’opportunité pour le Beppone. Voilà ce qui arrive lorsque tu pers ton Administrateur-Délégué avec trop de simplicité et lorsque tu ne songes pas à ajouter une clause libératoire pour le prochain triennal à tes joueurs pour éviter de les voir rejoindre un club rival, c’est le bordel." "A présent, Marotta qui connait bien les agents de Dybala, prépare le terrain à la Pinetina : Alexis Sanchez s’en ira en fin de saison, et avec lui, un salaire imposant de 7 millions d’euros. Marotta en ajoutant un million par saison + une série de bonus pour arriver à dix millions d’euros, obtiendrait Dybala pour rien. Avec le même argent que le Chilien, il pourrait plus ou moins s'offrir l'Argentin, un fameux coup de p*te." "S’il le signe, ce serait un belle finition : Car vous conservez Lautaro Martinez, heureux de rester dans un club gagnant et qui serait rejoint à la Maison par son ami Paoletto, tout en confirmant Edin Dzeko, il serait possible d’ y ajouter Scamacca pour former un quatuor complet. Correa pourrait être cédé au moins de juin. De plus, mis à part le secteur offensif, Marotta est prêt à faire un seul voyage à Sassuolo où il y retrouvera son ami Carnevali qui mettrait Frattesi dans sa voiture, ainsi que Scamacca. Une image déjà figée pour l'été. Le tout, sans faire l’objet d’un contre-temps, car la route reste encore longue." Pensez-vous réellement que Giuseppe Marotta puisse être à la base de la situation entourant Paulo Dybala ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Il était écrit qu’Inter-Empoli allait de nouveau être une soirée pour les tifosi avec un cœur solide. Comme ce fut déjà le cas en 2019, avec un match au couperet pour se qualifier en Ligue des Champions, cette fois-ci, la rencontre disputée était une confrontation à élimination directe dans le cadre de la Coupe d’Italie. Et le scénario inattendu s’est répété, la "faute" également à un turnover important mais ô combien nécessaire, procédé par Simone Inzaghi. Son Inter aura dû redoubler d’efforts pour avoir raison d’une équipe toscane très sérieusement coriace, une équipe qui a été capable d’inverser la tendance après l’ouverture du score d’Alexis Sanchez à la 13’. Le but de Bajrami à la 64’ et le but de Cutrone (devenu un auto-but de Radu) à la 76’ avaient créé la sensation. Toutefois, Andrea Ranocchia parvenait à arracher la prolongation au terme d’une reprise acrobatique que n’aurait pas renié un certain Youri Djorkaeff à la 91’. La surprise de la soirée se trouve dans la titularisation de Stefan Sensi en prolongation qui est en passe de rejoindre la Sampdoria. Si l’international Italien ne s’est pas blessé (bonne nouvelle), il est également l’auteur du but décisif à la 104’ (double bonne nouvelle) le tout sans parvenir à se blesser après sa célébration (triple bonne nouvelle). Empoli ne se relèvera pas de ce troisième but et après 120’, l’arbitre de la rencontre Juan Luca Sacchi, siffle la fin d’une rencontre bien plus compliquée que ce qu’elle pouvait paraître sur papier Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3-2 Empoli Buteur(s): 13’ Sanchez (I), 64’ Bajrami (E), 76’ Radu (E, aut.) 91’ Ranocchia (I), 104’ Sensi (I) Inter: 97 Radu; 33 D'Ambrosio, 13 Ranocchia, 32 Dimarco; 2 Dumfries, 5 Gagliardini (78’ 9 Dzeko), 22 Vidal (64’ 23 Barella), 8 Vecino (64’ 20 Calhanoglu), 36 Darmian (64’ 14 Perisic); 10 Lautaro Martinez (94’ 12 Sensi), 19 Correa (5’ 7 Sanchez) Banc: 1 Handanovic, 21 Cordaz, 6 De Vrij, 11 Kolarov, 37 Skriniar, 95 Bastoni T1: Simone Inzaghi Empoli: 22 Furlan; 20 Fiamozzi (71’ 30 Stojanovic), 42 Viti, 6 Romagnoli, 3 Marchizza (85’ 34 Ismajli); 23 Asllani (97’ 16 Fazzini), 5 Stulac, 25 Bandinelli (46’ 10 Bajrami); 27 Zurkowski (46’ 8 Henderson); 99 Pinamonti (46’ 28 Ricci), 9 Cutrone Banc: 1 Ujkani, 13 Vicario, 21 Damiani, 26 Tonelli, 31 Rizza, 36 Pezzola T1: Aurelio Andreazzoli Arbitre: Juan Luca Sacchi Var: Antonio Giua Averti(s): Vecino (I), Romagnoli (E) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Simone Inzaghi s’est livré à Inter TV suite à la qualification des Nerazzurri sur l’Empoli au terme des prolongations "Toutes les rencontres en huitième de finale étaient serrées et nous savions que nous faisions face à une équipe de qualité. En première période, nous aurions dû inscrire quelques buts supplémentaires, mais leur gardien a réalisé des arrêts miraculeux. En seconde période, nous avions perdu un peu sur la distance et un peu en lucidité. Après l’égalisation, nous avions soufferts, mais les garçons ont été très bons pour ne pas abandonner, car nous voulions nous qualifier de toutes nos forces pour les quarts de finale." Stefano Sensi "C’est normal que les autres équipes s’intéressent à Stefano, car il a toujours démontré de grandes qualités, mais tant qu’il portera le maillot de l’Inter je me le garderai. Il méritait de vivre une soirée comme celle-ci car ces derniers mois, s'il n’avait pas eu énormément de temps de jeu, il s’est toujours entraîné de la meilleure des façons. Je l’ai, jusqu’à présent, toujours considéré comme un joueur fort, de qualité." "Si Stefano veut rester, je le garderai volontiers car c’est une grande arme en plus à notre disposition. Il doit faire des évaluations et, étant un garçon intelligent, il saura quoi choisir. Je suis heureux pour lui." La blessure de Joaquin Correa remplacé par Alexis Sanchez "Sanchez est une importante valeur ajoutée qui, lors de ces derniers match, a obtenu un grand temps de jeu qu’il s’est mérité en réalisant des belles prestations. La blessure de Tucu est l’unique point négatif de la soirée, Il n'en avait vraiment pas besoin car il était sur le retour et allait enfin bien. Nous espérons le voir revenir rapidement, mais il semblait faire face à un sérieux problème." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Dans ce choc de la 22ème journée de Série A, l'Inter avait l'occasion de prendre une petite avance sur son dauphin, tandis que l'Atalanta pouvait se décrocher d'une Juventus menaçante pour le top 4. Et malgré les deux meilleures attaques de Série A, la Beneamata et la Dea se sont neutralisées. Du côté de l'Inter, plusieurs changements par rapport à la victoire en Super Coupe d'Italie. Danilo D'Ambrosio prend la place de Stefan De Vrij, faisant basculer Milan Škriniar dans l'axe de la défense; Matteo Darmian remplace Denzel Dumfries et le héros de mercredi, Alexis Sánchez, remplace Lautaro Martínez. Du côté de l'Atalanta, de nombreux absents sont à noté : Duvan Zapata, Robin Gosens, Joakim Maehle, Rafael Toloï ainsi que Ruslan Malinovski. Dès le début du match, on voit une physionomie qui va être quasiment la même durant tout le match. L'Inter tente d'attirer l'Atalanta jusqu'à la surface de Samir Handanović, tandis que l'Atalanta bloque parfaitement les relances Nerrazzuri. Dans les premières minutes, l'Atalanta ne voit pas le ballon, et attends même plus de 5 minutes pour avoir sa première phase de possession. L'Inter tente de perforer cette équipe Bergamasque, avec de nombreuses permutations au milieu, entre Hakan Çalhanoğlu, Nicolò Barella et Marcelo Brozović. Les Interistes ne sont pas dangereux, mais certaines imprécisions techniques les mettent en danger. Par ailleurs, la pelouse du Gewiss Stadium de Bergame ressemblait plus à une grande patinoire verte qu'à un terrain de foot. Brozović et Alessandro Bastoni en ont fait les frais, mais heureusement, sans danger. La première occasion de ce match vient d'un exellent centre de Brozović, depuis la ligne de touche, pour Edin Džeko. Le Bosniaque ne parvient pas à rabattre ce ballon, qui s'envole au dessus des montants de Juan Musso. L'on sent la pression de l'enjeu sur le contenu de la partie, les deux équipes rechignant à prendre des risques. Le match est lent, l'Inter a le ballon, mais est considérablement gênée par le marquage individuel et le pressing de l'Atalanta. Malgré cela, le match va un petit peu s'accélérer à la demi-heure de jeu, avec deux occasions de Sánchez et Džeko, les deux hors cadre. Matteo Pessina teste ensuite Samir Handanović de la tête, sans succès. L'arbitre de la rencontre Davide Massa siffle la fin de cette première période. Les deux équipes rentrent aux vestiaires avec le sentiment que tout reste à faire. Pas de changement à la pause, les mêmes 22 acteurs reviennent sur la pelouse. Et cette fois-ci, le match va redémarrer un peu plus fort. Remo Freuler s'essaie de loin, mais sa frappe est trop sur le portier Nerrazzuri. Puis vient la plus grosse occasion du match. Pessina se présente en face à face avec Handanović, quasiment dans les 5,50 mètres. Et c'est bien le Slovène qui va remporter ce duel, avec un superbe arrêt au sol. S'en suit une nouvelle tête, encore au dessus, de Pessina. L'inter est un peu sonnée par cette reprise, et met du temps à se reprendre. L'on a la sensation que les Nerrazzuri ne sont jamais réellement rentrés dans leur match. À la 59', Džeko tente une frappe angle fermé, un jeu d'enfant pour Juan Musso. Le Bosniaque n'est pas dans son meilleur jour. Il loupe quasiment tous ses ballons offensifs. Sauf à l'heure de jeu, où il déborde sur Freuler, au physique, pour ensuite adresser un centre vers Matteo Darmian. Mais un excellent retour de German Pezzella sauve la Dea et Musso, totalement battu. Simone Inzaghi effectue ses premiers changements à la 66' : Çalhanoğlu, Sánchez et Darmian sortent respectivement pour Arturo Vidal, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Le Néerlandais réalise une bonne entrée, en proposant davantage de solution offensive que son homologue Italien. À la 70', et après un superbe centre de Barella, Dumfries remise parfaitement dans l'axe vers Edin Džeko. Et alors qu'il est seul face au but, il trouve le moyen de mettre ce ballon au dessus. Les changements ont, momentanément, fait beaucoup de bien à l'Inter. À un quart d'heure du terme, c'est Vidal qui tente sa chance aux 16,50 mètres. Juan Musso se montre vigilant et sort ce ballon. L'Atalanta termine ensuite la rencontre tambour battant. La tête de Mario Pasalić est contrée in-extremis par Danilo D'Ambrosio, et sortie en corner. Et à la 81', Luis Muriel s'échappe seul vers le but Interiste, avec l'espoir de clôturé ce match. Mais c'est sans compter sur l'immense Samir Handanović, qui remporte à nouveau son face à face. Le véritable homme du match côté Nerrazzuri. Sur le corner suivant, Merih Demiral tente une reprise, en vain. La frappe passe largement à côté des filets. Inzaghi sort alors sa dernière cartouche de sa poche : Il Toro Lautaro Martínez, ainsi que Stefan De Vrij. Ils prennent la place de Džeko et Bastoni. Pasalić tente pour la dernière fois d'inquiéter Handanović, mais sans succès. Le Slovène fut absolument impérial. La balle de match vient à la 89' : grâce à la superbe inspiration de Barella, D'Ambrosio est trouvé seul face à Juan Musso. Mais bien malheureusement, il croque complètement cette occasion, en envoyant une frappe devisée dans le petit filet. L'Inter tente d'arracher la victoire dans les derniers instants, mais il est trop tard. Davide Massa siffle la fin de cette rencontre. L'Inter prend malgré tout un bon point, et se contentera du nul. Un nul finalement très juste tant les statistiques des deux équipes sont similaires. L'Atalanta de son côté, voit la Juventus revenir dangereusement sur cette 4ème place. Rendez-vous mercredi, 21h00, pour la réception d'Empoli, en 8ème de finale de coupe d'Italie, avant d'accueillir Venezia, samedi à 18h00. Tableau récapitulatif Atalanta 0 - 0 Inter Buteur(s): / Atalanta (3-4-2-1): 1 Musso; 28 Demiral, 6 Palomino, 19 Djimsiti; 11 Freuler, 15 De Roon, 7 Koopmeiners, 13 Pezzella; 32 Pessina (78' 59 Miranchuk), 88 Pasalić (90' 77 Zappacosta); 9 Muriel (86' 99 Piccoli) Banc: 59 Miranchuk, 57 Sportiello, 46 Cittadini, 99 Piccoli, 48 Panada, 45 Zucon, 77 Zappacosta, 42 Scalvini, 31 Rossi Entraîneur: Gian Piero Gasperini Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni (83' 6 De Vrij); 36 Darmian (66' 2 Dumfries), 23 Barella, 77 Brozović, 20 Çalhanoğlu (66' 22 Vidal), 14 Perisić; 9 Džeko (82' 10 Martínez), 7 Sánchez (67' 19 Correa) Banc: 32 Dimarco, 2 Dumfries, 10 Lautaro Martínez, 11 Kolarov, 5 Gagliardini, 6 De Vrij, 22 Vidal, 12 Sensi, 8 Vecino, 97 Radu, 13 Ranocchia, 19 Correa Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre : Davide Massa VAR : Di Paolo Averti(s): 37' De Roon (A), 42' Brozović (I), 62' Çalhanoğlu (I), 84' Palomino (A) Exclu(s): / Internazionale.fr ~ © Aurios-Inter
  6. C’est une information en provenance du Corriere Della Sera, Giuseppe Marotta pourrait parvenir à mettre en place l’opération menant au recrutement gratuit de la Joya: "L’Administrateur-Délégué de de l'Inter sait que l'opération est complexe, mais pas impossible. Les joueurs à coût zéro sont un investissement rentable s'ils sont bons. Sur son tableau de chasse, nous retrouvons entre autres : Andrea Pirlo, Paul Pogba, Dani Alves, Emre Can, Hakan Çalhanoğlu, Alexis Sanchez et Arturo Vidal." Avec Marotta, quand une suggestion se transforme en hypothèse, l’affaire devient possible La stratégie du Padrino "L'Inter croit en l'opération Dybala, même si elle devra surmonter quelques difficultés. La première est la volonté du joueur. L'Argentin est lié à Marotta, mais il devra avoir le courage de quitter la Juventus et de se lier à l'Inter. La seconde est économique, tandis que la dernière est technique : un joueur comme Dybala est-il une opportunité, une nécessité ou un surplus ?" "Les Nerazzurri veulent baisser leur masse salariale et Dybala demande un salaire entre 7,5 et 9,5 millions net par saison (les bonus feront la différence). Un chiffre important, surtout pour un club attentif à l'équilibre financier. Mais Marotta a plusieurs cartes à jouer" "La première est l'expiration des contrats de joueurs disposant de contrat imposant : En juin prochain, les Nerazzurri diront au revoir à Arturo Vidal et Matias Vecino, se libérant ainsi de 9 millions de salaire net (6,5 Vidal, 2,5 Vecino). Si le départ d'Eriksen constitue une moins-value, elle représente une économie de 7,5 millions de salaire net supplémentaire. Soit un Total : 16,5 millions d’euros. Marotta dispose également d’une autre carte dans sa poche, en payant à Alexis Sanchez une indemnité de départ à hauteur de 4,5 millions d’euros en fin de saison. Le contrat du chilien expirant en juin 2023, le gain serait de 2,5 millions supplémentaires (le Chilien gagnant actuellement 7 millions nets)." Les fonds pour recruter Paulo Dybala peuvent donc être trouvé, mais en réalité, il sont déjà disponibles "Les suggestions peuvent se transformer en hypothèses et, parfois, en bonnes affaires. Marotta est un maître en la matière et l'Inter attend des développements, et quoiqu’il en soit : Dybala doit faire le premier pas, décider de ne pas renouveler et de partir à Milan." Une Triple Vendetta ? "En effet, le passif entre la Juventus et Giuseppe Marotta remonte à l’automne 2018, où après avoir été mis hors-jeu par le club turinois, le plus charismatique des Administrateurs-Délégués italien a du publiquement et en direct annoncé son départ. La première pièce de son Triplé à en devenir a d’ailleurs été son arrivée chez l’ennemi-juré en décembre 2018. La seconde pièce du triptyque a été le recrutement de celui qui avait remporté trois Scudetti de suite à Turin : Antonio Conte, ancien Capitaine de la Juve et désormais entraîneur à Tottenham La troisième pièce de ce triptyque pourrait être l’arrivée de Paulo Dybala en provenance de la Juventus à l'Inter, cette fois sans un laps de temps court ou assez long comme on put l’être les recrutement de Giuseppe Marotta et d’Antonio Conte Le Padrino finaliserait un "Triplé sans précédent" en dehors du terrain : Un grand manager, un grand entraîneur et un grand joueur, voilà la chaîne parfaite qui, même si elle a été composée dans le temps, pourrait offrir à l’Inter la possibilité de goûter à de nouveaux succès, en ayant le double plaisir d’avoir vu être reniéle rival historique." "Si cela s’annonce difficile, rien n’est impossible, car Marotta a déjà démontré tout son talent et toute son habilité stratégique." L’avis de Fabrizio Biasin "Personnellement, je ne pense pas que ce soit une solution si simple, ni si "géniale". Choisir de miser sur l'Argentin, qui est très fort soyons clairs, - c'est engager 60 ou 70 millions au minimum entre le salaire, les commissions et un contrat pluriannuel. C’est trop risqué même pour un talent comme le sien, surtout au vu de la récente "discontinuité de ces performances…Mais quand même : Pour l'amour du ciel, tout peut arriver. !" Pensez-vous Giuseppe Marotta et le Suning capable de poignarder et d'humilier pour une troisième fois consécutive la Juventus ? En effet, la Vieille Dame paie au prix fort le départ de l'Administrateur-Délégué Nerazzurro! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. C’est la révélation de l’année, celle de Simone Inzaghi, arrivée dans une Inter "éclatée" durant l’été, il y avait reçu l’objectif de maintenir le Champion d’Italie dans le Top 4 pourtant Simone Inzaghi surclasse les attentes placées en lui, pour le plaisir de tous ! Analyse de la Gazzetta Dello Sport "Simone Inzaghi est parvenu à augmenter la vitesse de croisière de sa machine. Comparé à l’année dernière et au rythme auquel Antonio Conte a voyagé , cela semble être un exploit incommensurable: L’Inter de Simone s’est découvert plus complète, courageuse, plus ambitieuse que celle du Scudetto : Des buts inscrits de n’importe quelle façon à la muraille érigée en défense, des statistiques de victoires au pourcentage de possession de balle et de tentatives de tir, l’histoire de cette saison récompense ce nouveau parcours." "La révolution douce de Simone est arrivée après deux années où Antonio Conte a pressé l’Inter comme une orange : Pour l’Inter qui se voulait passionnante, il était nécessaire de sortir d’une cette période de longue torpeur, de fatigue. C’est pourquoi il était nécessaire d’enclencher la seconde, d’apporter une bouffée d’air frais tout en conservant les bases solides de l’Inter de Conte et son énergie. Mais chaque joueur a plus de liberté, tous le soulignent lors de chaque interview." Comparatif après 21 journées de Serie A Après 21 journées de disputées, car l’Inter attend d’en savoir plus sur le match en retard face à Bologne, l’équipe championne d’Italie totalise 50 points. L’année dernière, l’Inter de Conte en totalisait 47. Cette saison, Milan a déjà été dépassé, l’année dernière Milan fut repris au mois de février. En tête d'affiche, on retrouvait chez Conte, Lukaku, aujourd’hui c’est Dzeko, car il est impossible de renoncer à un compas qui a pour but d’étirer les défenses adverses. Lautaro culmine déjà à 11 buts et Sanchez à inscrit le but décisif en Finale de la Super Coupe d’Italie, On retrouve également Correa qui, s’il n’est pas trop incisif, aura du temps de jeu ce soir face à l’Empoli. Ceci étant dit le nombre de but inscrit est similaire à celui des Champions d’Italie : 51 Inzaghi est parvenu à faire mieux en Ligue des Champions en se qualifiant pour les huitièmes de finale dans un groupe assez similaire à celui de l'Inter de Conte et à la vue du calendrier, le mois de février sera de nouveau décisif pour la tête du championnat. Cette saison, il n’y a pas seulement que les attaquants qui font vivre l'Inter, mais aussi la nouvelle façon dont elle défend, la façon dont sa défense mène aux actions de buts. Bastoni, par exemple, est aussi un Mezzala, un ailier, voire un Trequartista et s'il continue comme ça, un jour, on le retrouvera même juste derrière Dzeko et Lautaro. Ce n'est d’ailleurs pas un hasard si les Nerazzurri ont également augmenté leur nombre de buts de la tête, déjà élevé, en passant de 10 l’année dernière à 13 buts cette saison. Cette nouvelle Inter aime avoir la possession du ballon, dicter le jeu, preuve en est les 56,7% de possession contre 54,2% la saison dernière. La circulation du ballon a également augmenté : Les touchés de balle dans la surface adverse sont passées de 599 à 632 et les tirs de 319 à 358. La défense tient bon, l'Inter n'a encaissé qu'un buts d'Immobile lors de ses huit derniers matches. Soit 11 buts encaissés de moins (21 cette saison contre 32 la saison dernière sur la même période de référence): C'est un fait Inzaghi a trouvé une défense qui sait comment défendre et comment attaquer, l’arme secrète en plus comparé à Antonio Conte. Selon vous, l’Inter peut-elle conserver sa Couronne ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En effet, Simone Inzaghi a un feeling tout particulier avec la Coupe d’Italie : Trois fois titré en tant que joueur, il s’agit aussi de son premier titre remporté en tant qu’entraîneur, à la tête de la Lazio, en 2019. D'ailleurs, l’entraineur Nerazzurro considère cette coupe comme un objectif important. L'avis de la Gazzetta Dello Sport De plus, l’Inter mise également sur le Scudetto et la Seconde Etoile, mais cela ne lui déplairait pas de réaliser ce que certains surnomment le Tripletino : Soit la Super Coupe d’Italie (déjà en poche) suivi du Scudetto et de la Coupe d’Italie. "Car si ce soir, l’équipe Nerazzurra fera l’objet d’un important turn-over, celle ci restera compétitive et aguerrie comme toujours." Marcelo Brozovic sera absent suite à sa suspension, Nicolò Barella devrait être mis au repos tout comme Milan Skriniar, car ce sont les joueurs qui ont évolué le plus cette saison. En attaque, on devrait retrouver le duo argentin Lautaro Martinez et Joaquin Correa. Le premier n’a joué que quelques minutes face à l’Atalanta pour éviter toute surcharge musculaire, le second aura la chance de se mettre en valeur vis-à-vis d’un Alexis Sanchez en feu. Signeriez-vous pour ce Tripletino ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Le Corriere Della Sera s’est livré de la vie au quotidienne de l’Inter, dont Simone Inzaghi, l’entraîneur, a offert comme cadeau de ce début d’année, la Super Coupe d’Italie à Suning: "C’est un long chemin emprunté de la bonne façon, celui emprunté par Inzaghi a fonctionné avec l’Inter et il continue à marcher : L’entraîneur est parvenu à trouver le moyen de rentrer dans la tête des joueurs et d’être en symbiose avec eux." 3 aspect à souligner "Premier point, au retour de Reggio Emilia, après la victoire sur Sassuolo, l’Autogrill a vu arriver le car de l’Inter. Nicolò Barella et Marcelo Brozovic y ont dépensé 200euros et ce y compris en achat de snack et de chocolat pour toute l’équipe." "Second point, La victoire à Salerne, direction l’aéroport vers Milan : Le lendemain les joueurs avaient un entrainement l’après-midi. Ceux-ci ont demandé à Inzaghi de le déplacer en matinée afin de pouvoir disposer d’un jour et demi de repos : requête accordée." "Troisième point, la veille de Real Madrid-Inter, hors caméra au Santiago Bernabeu, Inzaghi demande à Perisic : "Tu es fatigué Ivan ?". "Non, pas lorsque l’ont vit des choses comme ça." Ces trois situations résument à elles-seules le modèle Inzaghi synthétiser en un mot : Liberté. Son Inter gagne et le Corriere Della Sera dévoile le secret de l’entraineur : "Son approche du Groupe. Même Faris, son adjoint a déjà expliqué comment Simone est parvenu à se faire respecter par ses hommes : En adaptant le modulo de telle façon que les joueurs croient plus en leur moyens, en leur faisant confiance." "On lui avait raconté le "lourd héritage " de Conte, e établissant une relation propre avec l'équipe, " une relation directe et accessible". Il partage, il confronte, il prend en charge les demandes", comme lorsqu'il dit en direct que les garçons ont demandé une prime à Steven Zhang, une prime de 500.000€ qui a d’ailleurs été accordé et qui est à répartir entre tous." "Le rapport joueurs-entraineur a changé et l’on comprend, à présent, pourquoi les joueurs Nerazzurre disent se sentir plus libre. Pour Conte, ils auraient tous fait, l’Inter était une armée. La méthode de l’ancien entraîneur a été intériorisé et a fait grandir l’équipe. Inzaghi, lui, a décidé d’être un gestionnaire et un valorisateur du groupe : Il a maintenu la base tactique tout en offrant la possibilité aux joueurs de faire ressortir ce qu’Is ont en eux." "Conte avait télécommandé la Victoire, Inzaghi, comme l'a raconté l'adjoint Farris, a ajouté une interprétation plus offensive, avec les deux défenseurs centraux extérieurs (Bastoni et Skriniar) autorisé à partir dans des raids dans la moitié de terrain de l’adversaire." La vie quotidienne à la Pinetina a également changé : "Les entrainement ne dure qu’une heure contre le double précédemment, l’analyse tactique a lieu lors des partitellas et non plus lors d’exercices bien spécifiques, les analyses vidéos ont lieu la veille du match. Tous les joueurs se sentent concernés, même jusqu’au dernier à jouer, Inzaghi ne dévoile jamais sa formation, la programmation est établie à la semaine et non plus au jour le jour, c’est une nouveauté très apprécié par le vestiaire qui sait s’organiser son temps libre." "Inzaghi est comme le frère aîné, considéré comme un footballeur d’expérience par le groupe qui lui renvoi l’ascenseur via les résultats, le jeu et l’engagement. Alexis Sanchez est emblématique : de rejeté à retrouver, il s’agit d’une autre histoire de revanche. Et il y a également le rapport avec la Direction Nerazzurra, tous sont en parfaite symbiose, tous partagent l’objectif avoué de la Seconde étoile, sur ce long chemin qui mène au Scudetto." La citation du jour signée Ivan Zazzaroni "Dans le football, il faut aussi avoir du cul : Marotta a eu aussi de la chance avec Inzaghi" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Alors qu’au fin fond de la nuit, on semblait tous se diriger vers le douloureux épilogue d’une séance de tirs au buts, alors que l’Inter a dominé son sujet, face à un bunker turinois, le karma a parlé. Si lors du dernier déplacement de la Juve au Giuseppe Meazza Nerazzurro, la Var lui est venue miraculeusement en tête, les Dieux du football ont écrit un thriller pour célébrer le titre Nerazzurro remporté ce soir: A l’ultime seconde de la dernière minute de la dernière prolongation, le Giuseppe Meazza a explosé ! En effet, cette partie était loin de la partie spectaculaire attendue, si l’Inter se créait d’importantes occasions en début de match, la première polémique ne tarde pas à venir: À la 11’, l'Inter réclame un penalty pour une faute de Chiellini sur Barella. Lors du choc entre les Champions d'Europe, c'est le joueur sarde qui s'est emparé du ballon en premier, le capitaine de la Juventus le renversant sur son élan. Après un contrôle rapide de la Var, Doveri fait reprendre le match au milieu des protestations des Nerazzurri. Peu de temps après, Inzaghi a demandé à l'arbitre pourquoi il n'était pas allé revoir le contact sur le moniteur, le quatrième homme Fabbri s'efforçant de le calmer. A la 25’ place à l’ouverture du score qui est turinoise: La poussée de Morata sur Skriniar au début de l’action n’est pas sanctionnée : Le centre de l'Espagnol se situant sur l’aile gauche trouvait McKennie esseulé dans la surface, qui de la tête surprend la défense Nerazzurra, Stefan De Vrij en premier. L’Inter se relance dans le match via… un penalty : A la 34’ Dzeko traverse toute la surface de réparation turinoise et trouve De Sciglio, sur son chemin. Ce dernier, naïf, le touche du pied en négligeant dans le ballon. Doveri n'a aucun doute et désigne immédiatement le point de penalty. Celui-ci sera converti par Lautaro Martinez qui prendra à contre-pied Mattia Perrin. Nouvelle polémique à la 40’ dans la surface de la Juventus : Bastoni se plaint d'un croche-pied de Kulusevski, Doveri ne siffle pas mais ne semble pas si sûr de la décision prise. En effet, la jambe du Suédois est "assez large" et le doute sur l'intensité du contact subsistera. A la fin du temps réglementaire, la Juve fait de la Juve, en l’absence de Cuadrado, McKennie tombe au sol dans la surface de réparation milanaise, en touchant son visage après une main involontaire de Bastoni : Pour Doveri, ainsi que pour l'arbitre de la Var Mazzoleni, il n’y a absolument rien Au cours de la première prolongation, Skriniar et Chiellini "s'entrelacent" dans la surface turinoise, alors que la tête d’Alexis Sanchez, monté au jeu avec Joaquin Correa en remplacement d'Edin Dzeko et Lautaro Martinez, flirte avec la cage de Perrin. Si Doveri siffle, celui-ci indiquera un coup de pied de but. Place à l’épilogue de cette fin de match, une fin de match typiquement Pazza Inter. Alors que nous sommes à la 120’ et que Massimiliano Allegri voit son plan d’action se confirmer, celui d’aller au tirs au but, alors que Leonardo Bonucci se prépare à rentrer, Le Giuseppe Meazza rugit de plaisir: Profitant d’une incompréhension dans la surface turinoise sur un centre de Federico Dimarco, Darmian fait irruption dans la surface, anticipe Chiellini suite à une remise suicidaire de la poitrine d'Alex Sandro pour servir Alexis Sanchez! Et si le Capitaine de la Juventus s’est arrêté à temps pour ne pas provoquer de penalty, le numéro 7 chilien met tout le monde d’accord en faisant trembler les filets : Averti pour avoir retiré son maillot, Alexis se dirige vers le poteau de corner, sous la Curva Nord en étant rejoint par l’intégralité de l’équipe, Simone Inzaghi et son staff inclus. Doveri siffle immédiatement après ce but la fin du match, l’Inter remporte la Super Coupe d’Italie tandis que Bonucci a piqué une crise et a attaqué Le secrétaire de l'équipe-première équipe de l'Inter, Cristiano Mozzillo. Un comportement honteux qui, espérons-le, ne restera pas impuni! La nuit magique est Nerazzurra et Simone Inzaghi ramène déjà son premier titre à la tête de l’Inter à la maison, avec un taux de victoire insolent de 100% en Super Coupe d'Italie! Étiez-vous comme Tramontana ? Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-1 Juventus Buteur(s) : 25’ McKennie (J), 35’ Lautaro Martinez (I, pen.), 120’ Sanchez (I) Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (89’ 36 Darmian), 23 Barella (89’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic (101’ 32 Dimarco) ; 9 Dzeko (75’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (75’ 7 Sanchez) Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Juventus : 36 Perin ; 2 De Sciglio, 24 Rugani, 3 Chiellini, 12 Alex Sandro ; 14 McKennie, 27 Locatelli (91’ 30 Bentancur), 25 Rabiot ; 20 Bernardeschi (79’ 5 Arthur) ; 44 Kulusevski (74’ 10 Dybala) ; 9 Morata (88’ 18 Kean) Banc : 1 Szczesny, 23 Pinsoglio, 6 Danilo, 17 Pellegrini, 19 Bonucci, 21 Kaio Jorge, 38 Ake, 45 De Winter T1 : Massimiliano Allegri Arbitre : Daniele Doveri VAR : Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Bernardeschi (J), Dybala (J), Correa (I), Rugani (J), Vidal (I), Sanchez (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.696 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. La Supercoppa Italia est désormais à sa juste place, dans la salle des trophées du QG de l'Inter. Voici les stats de cette sixième Supercoppa. Le président Steven Zhang et la direction des Nerazzurri étaient là pour accueillir le dernier trophée, notre sixième Supercoppa Italia (41e pièce d'argenterie au total, voir après) après le triomphe sur la Juventus au Meazza. Il s'agit du deuxième trophée remporté par l'Inter sous la présidence de Zhang, après le 19e Scudetto en mai 2021. Steven Zhang a posé avec la Super Coupe aux côtés du vice-président Javier Zanetti, du PDG Corporate Alessandro Antonello, du PDG Sport Giuseppe Marotta, du directeur sportif Piero Ausilio et du directeur sportif adjoint Dario Baccin. Lors de leur dixième participation à la compétition, les Nerazzurri ont remporté leur sixième trophée en battant la Juventus pour la deuxième fois en prolongation, comme ils l'avaient fait en 2005. Cela signifie que l'Inter peut désormais compter 41 trophées dans sa collection : 19 Scudetti, trois Coupes d'Europe/Ligues de champions, deux Coupes intercontinentales, une Coupe du monde des clubs, trois Coupes UEFA (la vraie, ndlr), sept Coppa Italia et six Supercoppa Italia. Les six Supercoppa Italia: 1989: Inter 2-0 Sampdoria 2005: Juventus 0-1 Inter 2006: Inter 4-3 Rome 2008: Inter 2-2 Roma (Inter gagne 8-7 aux tirs au but AET) 2010: Inter 3-1 Rome 2021: Inter 2-1 Juventus Les stats de l'Inter en Supercoppa: En remportant leur sixième Supercoupe d'Italie, seuls la Juventus (neuf) et Milan (sept) en ont gagné plus. La victoire d'hier soir était le premier triomphe des Nerazzurri en Supercoppa depuis 2010. Simone Inzaghi est devenu l'entraîneur qui a battu la Juventus le plus de fois en finale depuis 1929-1930. Ces trois victoires ont eu lieu en Supercoppa, deux avec la Lazio et une avec l'Inter. Simone Inzaghi a le meilleur palmarès de tous les entraîneurs en Supercoppa, trois apparitions et trois victoires. La Supercoppa est allée en prolongation pour la première fois depuis 2016 : lors de cette édition, la Juventus a perdu contre Milan aux tirs au but. Lors des matchs entre l'Inter et la Juventus en Supercoppa, deux sont allés en prolongation (en 2005 et 2022) avec les Nerazzurri victorieux à chaque fois. Au cours des cinq derniers matches entre l'Inter et la Juventus, toutes compétitions confondues, six pénalties ont été sifflés (quatre pour la Juventus et deux pour l'Inter), après seulement deux lors des 10 matches précédents. Le but d'Alexis Sanchez à la 121e minute est le plus tardif dans une finale de Supercoppa : plus tardif que celui de Gonzalo Higuain contre la Juventus en 2014, marqué à la 118e minute. Lautaro Martinez a marqué le premier penalty en finale depuis Paulo Dybala en 2017 contre la Lazio. Les trois penaltys de Lautaro Martinez contre la Juventus sont survenus au Meazza : un en Serie A, un en Coppa Italia et un en Supercoppa Italia. Matteo Darmian a fait sa 50e apparition pour l'Inter lors de la finale. Traduction alex_j via la site officiel.
  12. Auteur du but de la délivrance, Alexis Sanchez, élu homme du match, s’est livré à Mediaset: "Les champions sont comme ça, plus je joue, plus je réalise de belle choses et je concrétise des choses que personne d’autres ne fait." "C’était comme ça aujourd’hui, je me sentais bien, j’avais faim de gagner quelque chose. Nous devons continuer de la sorte, nous sommes sur le bon chemin et nous devons penser aux choses en grand. Quand je ne joue pas, je suis comme un lion en cage, plus je joue, mieux je me sens, je suis extrêmement fier de ce but." Matteo Darmian à Inter TV "Gagner est toujours beau, c’est un autre trophée que j’ai réussi à remporter après une rencontre extrêmement difficile, je pense que la satisfaction est d’autant plus grande lorsque tu rentres à la maison, avec une victoire comme celle de ce soir. Je pense que nous méritions plus la victoire, nous avons toujours tenté quelque chose en étant les plus convaincant, nous y avons cru jusqu’à la dernière seconde et je pense que c’est une victoire mérité vu le travail proposé, nous devons continuer de cette façon." "Nous nous attentions à une Juve difficile à affronter, qui était en confiance car elle n’avait plus perdu depuis plusieurs matchs. Ce n’est jamais facile lorsque tu es mené, mais nous sommes parvenus à revenir au score, nous proposons toujours notre propre style de jeu et une victoire importantissime en a découlé : Je la dédie à nous tous : Au Club, aux Tifosi, aux personnes qui me sont proche. Je veux continuer sur cette voie afin d’offrir d’autres joies à tous." Stefan De Vrij à Inter TV "Je dédie cette victoire à tous ceux qui tiennent à l’Inter, aux tifosi, à mes équipiers, au Club, nous sommes vraiment très heureux. Nous voulions continuer à grandir et nous voulons continuer à nous améliorer, nous avons faims de victoire." Le fait de gagner à la dernière seconde ? "C’est vraiment beau, c’était une partie très intense et l’emporter comme ça à la maison, et voir l’équipe faire la fête avec les Tifosi est incroyable, je les remercie pour le soutien qu’ils nous apportent depuis toujours." "Forza Inter !" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En effet, le comportement à antisportif de Leonardo Bonucci ne peut plus se permettre de rester impuni, il s’est produit devant les délégués, le quatrième arbitre et aux yeux de tous! "A présent Basta. Leonardo Bonucci est un personnage qui non seulement représente le visage de l’insupportable arrogance, mais il est aussi un antisportif, mauvais perdant tout en étant aussi capable de se féliciter d’une victoire, comme il l’a démontré à l’occasion de l’Euro, lorsque sa seule préoccupation était de se moquer des anglais, nous avions fermé les yeux car nous étions du côté des vainqueurs." "Nous le sommes aussi aujourd’hui, mais lui non, lui a perdu le match, il a perdu la possibilité de monter sur le terrain, mais il a aussi perdu la tête en allant brutaliser le secrétaire de l’Inter. Du haut de sa faim, du haut de son rôle présumé de leader, il aurait dû se mettre en avant d’une toute autre façon : Mais Bonucci est comme cela, il est celui qui exulte lorsque doit dire au monde de se rincer la bouche…pour ensuite aller porter ses mains sur le Secrétaire de l’Inter, en présence de 35 caméras qui l’on tous diffusé." "Une impunité, un joueur qui va au face à face avec les arbitres, un joueur qui du banc ne cesse de râler en réclamant des cartons ridicules pour d’évidentes simulations, une personnalité qui s’est auto-proclamé comme un leader. Mais à présent, Basta : Il y a des images télévisées qui peuvent être reprises et on ne peut pas accepter ce qu’il s’est passé hier soir. L'aspect compétitif du but de Sanchez à la 120e minute n'est absolument une excuse pour ce comportement irrévérencieux : On ne peut pas laisser Bonucci s'en tirer pour la énième fois. Il y avait des délégués, il y avait le quatrième homme. Tout le monde l'a vu, on ne peut pas tout balayer d'un revers de main." "C’en est assez de ce faux Pai Mei, qui n'a rien à apprendre à personne. Sauf à leur apprendre comment ne pas se comporter dans le monde du sport. C’est une brute qui doit être sévèrement punie. Parce que les règles doivent s'appliquer à tous. Luciano Spalletti avait été disqualifié pour une célébration devant la caméra. Voyons à présent, ce que vont impliquer ces deux gifles devant la caméra. Attendons le rapport et la sanction." Giovanni Capuano enfonce le clou : "Le comportement de Bonucci au moment du but de Sanchez, dans une période d’une tension d’une fin de match, est difficile à accepter: Il y avait le quatrième arbitre et des délégués dans cette zone : Le discours répété à mainte reprise vaut également : Cela ne peut pas se terminer comme ça, , sans que personne ne fasse écho de ce qu’il s’est produit." Bonucci n’en est d'ailleurs pas à son premier coup d’essai avec l’Inter : Souvenez-vous, il avait également provoqué à de nombreuses reprises Antonio Conte au Stadium turinois en Coupe d’Italie. Selon-vous, mérite-t ’il d’être sévèrement sanctionné ou pensez-vous que la Fédération fermera les yeux ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Scancaleux, absolument scadaleux: Leonardo Bonucci n'a écopé que d'une sanction de 10.000€ suite à son agression envers le Secrétaire de l'Inter Cristiano Mozzillo lorsque Alexis Sanchez a marqué le but victorieux des Nerazzurri à la 120e minute. Les images ont fait le tour du web, et le Giudice Sportivo, soit la Justice Sportive est arrivée à la conclusion suivante: 10.000€ "Pour avoir, à la 16ème minute de la deuxième prolongation, été le protagoniste d'une altercation avec un dirigeant de l'équipe adverse qui a été poussé par ce dernier suite à l'infractrion constaté par le délégué du Parquet Fédéral" Le joueur n'est donc pas suspendu. Mais, le meilleur est à avenir: L'Inter s'est également vu infliger une amende de 5 000 euros "pour ne pas pas empêché l'entrée dans l'aire de jeu d'un dirigeant non inscrit sur la feuille de match qui s'est arrêté près du banc de l'adversaire ; infraction constatée par un délégué du Parquet Fédéral." Une véritable honte! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Damien

    Alexis Sanchez

    Alexis Sanchez Informations Générales Nom : Sánchez Prénom : Alexis Alejandro Poste : Avant-centre Date de naissance : 19/12/1988 Lieu de naissance : Tocopilla Pays : Chili Taille : 169 cm Poids : 62 Kg Numéro de maillot : 17 Au club depuis : 28 août 2019 Position sur le terrain Biographie Alexis Alejandro Sánchez Sánchez, également connu comme Alexis, né le 19 décembre 1988 à Tocopilla, est un footballeur chilien qui joue au poste d'attaquant, à Manchester United. Il débute à Cobreloa avant de passer par le club de Colo Colo, puis en Argentine à River Plate. Après trois saisons passées à l'Udinese où il remporte le titre du meilleur joueur de Serie A en 2011, il signe dans la foulée au FC Barcelone pour une indemnité de 26 millions d'euros ainsi que de bonus, devenant de la sorte le joueur chilien le plus cher de tous les temps Le 10 juillet 2014, il signe un contrat avec Arsenal. Le 22 janvier 2018, Il fait l'objet d'un échange avec Henrikh Mkhitaryan à Manchester United. Il est international depuis 2006. Avec l'équipe du Chili, il remporte deux fois la Copa América, en 2015 et 2016. Lors de sa première saison à Barcelone, Sánchez a joué dans un trio offensif aux côtés de Lionel Messi et David Villa aidant ainsi le club à remporter la Copa del Rey , la Supercopa d'Espagne , la Super Coupe de l'UEFA et la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA . Le trio a inscrit 82 buts la saison suivante, remportant la Liga 2012-2013 et conservant la Supercopa de España, avant que Sánchez ne réalise son meilleur retour au Blaugrana , terminant la saison avec un total de 21 buts et 14 passes décisives. Après l'arrivée de Neymar en 2013, Sánchez a été transféré à Arsenal (Premier League) dans une transaction de 35,8 millions € un an plus tard. À Arsenal, Sánchez s’est rapidement imposé comme la figure de proue de l’équipe, terminant chaque saison en Angleterre avec un double chiffre au classement de buteurs. Il a également remporté le Community Shield ainsi que la FA Cup à deux reprises, marquant dans les deux finales. Au cours de la saison 2016-2017 , Sánchez a marqué 30 buts et fourni 14 passes décisives, son meilleur retour en tant que footballeur professionnel, tout en restant nominé pour la FIFPro World XI . Cependant, après avoir manqué "d'inspiration" à la direction du club, il a signé pour les rivaux de Manchester United lors d'un échange en 2018. Surnommé populairement "El Niño Maravilla" (L'Enfant merveilleux), Sánchez est un joueur international à part entière pour le Chili depuis 2006 et compte 130 sélections , ce qui en fait le joueur le plus capé de tous les temps. Avec 43 buts , il est le meilleur buteur du pays. Il a représenté son pays à deux éditions de la Coupe du Monde de la FIFA , à quatre éditions de la Copa América et à une édition de la Coupe des Confédérations de la FIFA . Il a joué un rôle déterminant en aidant le Chili à atteindre la finale de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2017, tout en menant l’équipe à sa première victoire internationale en Copa América 2015 , marquant le penalty en finale contre l’Argentine. Plus tard, il a contribué à la répétition de ce triomphe, en aidant le club à conserver son trophée en remportant la Copa América Centenario. Style de jeu Sánchez est un joueur rapide, créatif, qui travaille dur et qui a le sens des buts, qui est notamment reconnu pour son énergie, ses compétences et son rythme de travail. Bien qu’il soit naturellement droit, il est capable de jouer n’importe où sur la ligne d'attaque, sur les ailes ou au milieu du terrain, et ce, tout au long de sa carrière. il a été déployé comme attaquant de soutien , comme ailier , comme faux-9 et même comme milieu de terrain offensif. Il a récemment été également utilisé dans un rôle plus avancé et central , en tant que principal attaquant. C'est un talentueux attaquant: Sánchez est doté d'excellentes compétences techniques, d'agilité, de flair et d'accélération, qui lui permettent de dribbler ses adversaires avec des feintes dans des situations en face à face, de créer de l'espace et de marquer lui-même ou de mettre en place ses coéquipiers. Étant un attaquant précis du ballon, il est également efficace sur les coups francs. Le saviez-vous ? Sánchez a fait ériger une statue en son honneur dans sa ville natale, Tocopilla, en mars 2017. En octobre 2015, Sánchez a été nommé ambassadeur de la marque pour Huawei .Il est apparu dans une publicité sur l'air du " One Way or Another " de Blondie pour Huawei, qui a fait ses débuts en novembre 2016. En février 2017, Sánchez a signé un contrat de sponsoring avec Pepsi . Palmarès Colo-Colo Championnat du Chili: 2006 - Clôture, 2007 - Ouverture: 2006 River Plate Championnat d'Argentine Primera División: 2008 Barcelone La Liga: 2012–13 Copa del Rey: 2011–12 Super Coupe d'Espagne: 2011, 2013 Super Coupe de l'Uefa: 2011 FIFA Club World Cup: 2011 Arsenal FA Cup: 2014–15, 2016-17 FA Community Shield: 2014, 2015 International Chili Copa América: 2015, 2016 Parcours: En Club: Cobreloa (2005-2006) Colo-Colo (2006 - 2007 Prêt) River Plate (2007-2008 - Prêt) Udinese Calcio (2008-2011) Fc Barcelone (2011-2014) Arsenal (2014- Mercato Hivernal 2018) Manchester United (Mercato Hivernal 2018-2019) Internazionale FC : Depuis le 28 août 2019 En équipe nationale 2006: Chili 2007: Chili U-20 Distinctions personnelles Udinese Calcio Membre de l'équipe type de série A : 2010-2011 Élu meilleur espoir du football en 2011 FC Barcelone Remplaçant de l'équipe type de la liga : 2013-2014 Arsenal Élu joueur PFA du mois d'octobre : 2014 Membre de l'équipe type de Premier League en 2014-2015 Élu joueur PFA de la saison par les fans : 2015 Élu meilleur joueur d'Arsenal de la saison : 2015 Élu joueur PFA du mois d'octobre : 2015 Chili Meilleur joueur de la Copa América Centenario 2e meilleur joueur de la Coupe des Confédérations 2017 Révélation du mondial 2010 en Afrique du Sud Élu meilleur joueur du match Chili - Australie : Mondial 2014 ©Wikipedia
  16. Après avoir remporté sa sixième Supercoppa Italia, Simone Inzaghi et Steven Zhang se sont exprimés. MILAN – Simone Inzaghi a recommencé après avoir battu la Juventus pour la troisième fois en trois tentatives en Super Coupe. Le but d'Alexis Sanchez à la 120e minute a certainement rendu cette Supercoppa encore plus douce que ses deux précédentes à la Lazio. Inzaghi a laissé son cœur et sa voix sur le terrain pendant qu'il voyait que son équipe dominait à nouveau les débats. La victoire est finalement arrivée et méritée. "Nous étions contre une très bonne Juve. Ils ne nous ont pas rendu la tâche particulièrement difficile. J'ai vu les statistiques et je pense que nous méritions la victoire. Nous étions face à une équipe de premier plan. Ils étaient toujours dans le concours. Ils nous laissent passer le ballon mais ce n'est toujours pas facile de les battre. J'ai un bon bilan contre la Juve en Supercoppa et nous avons maintenant remporté notre premier trophée de la saison devant nos fans, donc je suis ravi. Nous devons continuer. Nous voulions ce trophée car l'Inter n'avait plus remporté la Supercoupe depuis 2010 et c'est trop long. Quant à ce que Steven Zhang nous a dit dans le vestiaire, il nous a félicités et il était content. Les joueurs ont répondu en disant qu'ils aimeraient une prime et je pense que le président leur fera plaisir." "Quant à Sanchez disant qu'il voulait jouer plus, c'est aussi vrai que tout le monde voulait jouer. Roberto Gagliardini était l'un des meilleurs sur le terrain contre la Lazio et il n'est pas entré en jeu aujourd'hui. Je dois prendre des décisions à chaque match. J'ai de merveilleux attaquants et je dois faire des choix à chaque match. Arturo Vidal et Federico Dimarco sont très bien entrés et ont fait la différence." Steven Zhang a tenu à parler après le match sur Inter TV. "C'est un moment vraiment spécial pour nous, nous sommes ravis. L'équipe a très bien joué, nous sommes aussi en tête du championnat, et ce trophée est le fruit du travail de l'entraîneur et des joueurs. Je suis vraiment heureux du résultat. Ce trophée remporté dans une période difficile pour le football nous stimule. Tout cela est dû à tout le travail acharné que nous avons fourni au cours de ces six dernières années. Je voudrais dédier cette victoire à tous les fans de l'Inter à travers le monde et tous ceux qui travaillent pour le club. Ce sont eux qui ont fait avancer ce projet." Traduction alex_j via le site officiel.
  17. C’est une révélation de Sandro Sabatini, journaliste à Sport Mediaset : Alexis Sanchez a été retiré de ce mercato hivernal! "Steven Zhang a déjà rencontré la Direction et sur la table on retrouve la prolongation de leurs contrats. Nous sommes très proche de la prolongation de Marcelo Brozovic, il y a un rapprochement entre l’offre et la demande, mais l’information de la journée concerne Alexis Sanchez : L’Inter le tenait un peu en balance, prête à évaluer les éventuelles offres, mais son excellente prestation d’hier a convaincu le club de le conserver, au moins jusqu’au mois de juin, pour rediscuter par la suite de sa position." Validez-vous ce revirement de situation ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, à Dazn et à Inter TV suite à la très importante victoire de l’Inter, à domicile, face à la Lazio de Maurizio Sarri Son interview à Inter TV "Je pense toujours que les phases défensives partent des attaquants. Nous avons remporté une partie importante, même si je suis déçu pour le but encaissé. Nous tenions à cette victoire, après avoir passé tant de jours sans avoir joué: Nous voulions commencer l'année avec une victoire. Ce n'était pas facile car la Lazio a de la qualité et ils ont proposé une bonne configuration sur le terrain : Nous avons mérité la victoire, face à une telle Lazio, ce n’était vraiment pas simple, je suis très très content de mes garçons." La Super Coupe ? "Nous avons deux jours et demi pour nous y préparer au mieux, et c’est notre objectif. La Supercoupe d'Italie nous attend mercredi. C'est une finale que nous voulons disputer de la meilleure des façons possible." En conférence de presse "C’était une partie importante, très compliquée, j’ai félicité les garçons car ce n’était pas simple face à une équipe costaude et qui était bien installé sur le terrain : Nous avons réalisé une excellente rencontre, c’était une victoire méritée." Bastoni ? "Je pense que c’est de l’Adn de champion, le premier mois, j’ai dû aussi lui trouver un remplaçant car il revenait de l’Euro. Aujourd’hui, il a marqué et réalisé une passe décisive, mais cela fait plus de deux ans et demi que je le vois de l’extérieur et, en match, il ne se trompe que très rarement." La Super Coupe ? "Je ne sais pas qui est le favori, c’est le premier trophée de la saison et nous affronterons une grande équipe, capable de tout, comme elle l’a prouvée aujourd’hui face à la Roma. Ce sera un match ouvert, le dernier où nous pourrons divertir nos tifosi et nous voulons leur offrir une victoire dans une rencontre importante." Buts défensifs "Cela veut dire que la participation est totale, le hors-jeu de Lautaro était dû à la pointe de son pied. Dans des rencontre de ce type, où nos attaquant ne sont pas en réussite pour marquer, c’est une ressource importante." Le retour du Diavolo "Il faudra revoir la même Inter que lors de la phase aller. Nous savons que le Milan, le Napoli et la Juve n’abdiqueront pas." Allez-vous demander un attaquant de poids comme alternative ? "Non, je suis très heureux de ceux que j’ai, j’ai des joueurs qui se complètent et parfois, je me dois de choisir quels sont les deux meilleurs pour le match." Son Interview à DAZN "C’est normal que nous voulions reprendre avec i,e victoire, ce n’était pas simple car nous faisons face à une équipe très bien en place sur le terrain et qui, physiquement, était toujours présente sur le terrain, c’était une victoire mérité, une reprise optimale. A présent, nous avons une finale à disputer de la meilleure des façon possible dans notre stade, nous devons nous y préparer de la meilleure des façons." "J’ai la chance d’entraîner des joueurs importants qui jouent bien, je suis très content d’eux et nous devons continuer de cette façon car le championnat ne s’arrête pas. Aujourd’hui, tous nos antagonistes ont gagné, nous ne pouvions pas être stoppé. Nous étions de retour face à une équipe qui aurai pu avoir plus le ballon, vu comment elle sait jouer. Mais mes garçons ont été bons et je les ai félicités." Qu’est-ce qui vous rends le plus fier ? "La participation de tous, voir Vidal et Gagliardini jouer de la sorte, alors qu’ils ne sont pas toujours titulaires dès l’entame du match, me remplit de fierté : Gagliardini a réalisé une très grande prestation ce soir." Lautaro ? "La suspension lui pendait au nez, mais il a réalisé un très grand match, tout comme Sanchez. Il fallait reprendre la compétition de la meilleure des façons possible et les garçons ont été très doué dans une rencontre qui était loin d’être simple." Que répondez-vous aux entraîneurs qui disent que, seul vous, pouvez perdre le Championnat ? "Qu’en date du 22 octobre, nous étions à 7 points du duo de tête et que je l’entendais beaucoup moins. A présent, le fait de le redire est le mérite des garçons. Après Lazio-Inter, je n’entendais plus personne dire que nous pouvions le perdre nous-même…." Sanchez ? "Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je ne l’ai pas eu à disposition durant un mois et demi. Depuis son retour de blessure, il a cherché à me convaincre à chaque entrainement, il a toujours donné son maximum et c’est une personne positive : Il est d’une très grande ressource pour nous. Les joueurs savent que je dois toujours faire des choix, ils voudraient toujours être aligné, je le sais bien car j’étais un attaquant, mais lui, il est d’une si grande ressource." La Lazio ? "Vous savez tous ce qu’elle représente pour moi, c’était ma vie, j’y ai grandi, ce ne sera jamais une rencontre comme les autres, mais avec ce que l’Inter m’apporte, je tenais énormément à l’emporter ce soir. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Alessandro Bastoni n’avait plus marqué depuis le 28 juin 2020, il n’avait d’ailleurs jamais marqué au Giuseppe Meazza, mais face à la Lazio, il s’est offert une nuit de rêve : Un but des 30 mètres, une passe décisive et une victoire : Extraordinaire dans le but et en passeur décisif, il s’est montré également insubmersible en défense Son interview à DAZN "Je voulais frapper à la volée mais par chance Brozovic, qui était à mes cotés, m’a dit que j’étais seul et j’ai eu le temps de contrôler le ballon et de mieux le placer. Marquer à nouveau est une sensation étrange car cela ne m’était plus arrivé depuis deux ans, mais je suis encore plus heureux pour la victoire d’équipe, c’est la seule chose qui compte. C’est clair qu’en fin de saison dernière, je me disais que je ne reprenais pas les ballons sur nos corners, c’est pour cette raison que j’ai décidé de me placer à l’extérieur de la surface." "Nous avons réalisé une belle prestation et ce n’était pas facile vu ce qu’il s’est passé à Bologne, sans oublier la trêve : C’était un match compliqué car lors de la phase aller, la Lazio était la seule équipe à nous avoir battu. Nous avons le Tricolore sur le torse et nous tenons à le défendre à tout prix : Gagner est beau, nous avons un solide mental, nous nous divertissons sur le terrain et nous voulons continuer de la sorte." "En début de saison, j’ai rencontré quelques difficultés, mais grâce à l’entraîneur, j’ai énormément grandi, j’ai assimilé les mécanismes et l’équipe s’est améliorée dans chaque phase de jeu, nous sommes capables de mettre en pratique ce qu’il nous a demandé. Nous devons continuer à aller de l’avant sur cette voie." Son interview à Inter Tv "Cela faisait deux ans que je ne marquais plus, même si je tente souvent. C’est un football très divertissant et nous nous amusons, il faut continuer comme ça. Le but n’est pas aussi important, ce qui compte c’est la prestation et la victoire qui en découle." La passe décisive à Skriniar ? "Ce n’est pas quelque chose qui arrive tous les jours, vu le rôle que nous occupons, nous sommes là pour mettre en valeur les attaquants. Mais nous voulons aussi faire comprendre à tous, que nous sommes aussi importants qu’eux. Je ne me suis inspiré de personne sur mon pied gauche, mais je remercie Favini qui, à l’Atalanta, m’a en tête une façon de jouer bien défini." "Nous voulions envoyer un message après les deux victoires du Milan, il a montré qu’il faudra compter avec eux jusqu’au bout. Ce soir c’était un match difficile, nous nous félicitons de la victoire et dès demain, nous penserons à la Super Coupe." Milan Skriniar Son Interview à DAZN "C’est toujours un beau moment lorsque je marque un but, je suis heureux pour le but et pour la victoire, et je suis fier car j’ai reçu une très belle passe décisive de mon ami. Je me suis presque écorché les genoux sur la célébration. C’est comme ça que naissent les buts chez nous : Lorsque Sanchez a le ballon, on pense toujours à ce qu’il peut inventer et cette fois-ci, il a lancé Bastoni sur l’aile gauche. "Nous nous félicitons de cette victoire, car après les vacances nous avons bien travaillé et vu que nous n’avons pas joué à Bologne, nous nous sommes encore plus entrainés. Demain, nous penserons à la Super Coupe et ce sera une rencontre difficile, mais nous voulons ce titre pour nous et pour nos tifosi. Ce sera une rencontre spéciale, comme elle l’est toujours face à la Juventus. Nous allons la préparer du mieux possible, j’ai également une pensée pour Federico Chiesa, il se dit qu’il s’est sérieusement blessé, je lui souhaite bonne chance." Milan s’est fait charrier sur Inter TV "Basto a un excellent pied, il a fait un très beau centre et j’y suis allé et j’en suis très content." Allez-vous lui offrir le restaurant ? "Allez, il ne faut pas exagérer." Il s‘agit d’un but de deux joueurs du trio défensif... "Nous savons que nous sommes difficiles à marquer avec les mouvements voulu par l’entraîneur, c’est une question de mobilité." Le but de la Lazio ? "Nous avons commis une erreur d’équipe, pas uniquement tous les défenseurs : Tout le monde aurait pu se mettre devant le ballon. J’aurais pu revenir en courant, mais je pensais que Stefan ou Samir allaient intervenir. Eux ont pensé que j’allais intervenir, c’est une erreur d’équipe et nous aurions pu faire mieux, même si nous avons démontré notre caractère.' Confirmez-vous votre refus d’offrir le resto à Basto ? "Mais allez, je lui offre volontiers, mais pas seulement pour la passe décisive." Une ambiance optimale règne chez les Champions d’Italie ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. En effet, l’Inter a fait preuve de caractère et d’orgueil pour venir à bout de la seule équipe qui était parvenu à la battre lors de la phase aller du championnat! Simone Inzaghi a également définitivement pris le meilleur sur son passé en récoltant trois points fondamentaux, trois points qui, malgré le fait qu’il y ait un match de retard, permet à l’Inter de reprendre la tête du championnat au terme d’un match géré avec sérieux, si ce n’est un dernier quart d’heure de souffrance. L’ouverture du score était de l’œuvre de Lautaro Martinez qui lancé par Alexis Sanchez, se retrouve en position d’hors-jeu pour un orteil. Quelques instants plus tard, le Toro se voit refusé un but par le portier Laziale, sa reprise à bout portant étant miraculeusement repoussée ! Partie remise, car à la 30’ sur un corner botté par l’attaquant chilien, le ballon revient dans l’axe et à l’entrée de la surface sur Alessandro Bastoni qui, après un rapide contrôle, envoie une mine à ras-de-terre du pied gauche, Strakosha se détend en retard et l’ouverture du score est plus que mérité. Auteur de trois tirs cadrés jusqu’au dernier quart. La Lazio parviendra à recoller à la marque des la 35’, Lancé en profondeur, Ciro Immobile profite d’un errement incroyablement entre Stefan De Vrij, Milan Skriniar et Samir Handanovic qui cette fois-ci a voulu se prendre pour Superman, pour marquer dans le but vide. En seconde période et auteur du premier but, Alessandro Bastoni délivre un centre aérien à la 67', un caviar qui voit le ballon épouser le crâne de Milan Skriniar avant d’heurter à pleine puissance la transversale pour rebondir derrière la ligne et dans le plafond du but. La fin du match sera quasiment Laziale, l’Inter ne faisant que reculer, Samir Handanovic sauvera d’ailleurs les siens lors d’un sérieux duel avec Ciro Immobile, en plongeant dans ses pieds pour écarter le danger. L’Inter reprend sa marche impériale et se prépare, à présent, à défier la Juventus privée de Federico Chiesa, de Juan Cuadrado et de Matthijs de Ligt, en finale de la Super Coupe d’Italie, ce mercredi 12 janvier 2022 au Stade Giuseppe Meazza! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéos Inter 2-1 Lazio Buteur(s) : 30’ Bastoni (I), 35’ Immobile (L), 67’ Skriniar (I) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries (77’ 36 Darmian), 23 Barella (82’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 5 Gagliardini, 14 Perisic (82’ 32 Dimarco); 7 Sanchez (73’ 19 Correa), 10 Lautaro Martinez (73’ 9 Dzeko) Banc: 40 Rovida, 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 41 Curatolo T1: Simone Inzaghi Lazio: 1 Strakosha; 23 Hysaj (80’ 29 Lazzari), 3 Luiz Felipe, 26 Radu, 77 Marusic; 21 Milinkovic-Savic, 32 Cataldi (68’ 6 Leiva), 88 Basic (68’ 10 Luis Alberto); 7 Felipe Anderson (60’ 20 Zaccagni), 17 Immobile, 9 Pedro Banc: 25 Reina, 31 Adamonis, 4 Patric, 18 Romero, 19 Vavro, 27 Moro, 28 A. Anderson, 94 Muriqi T1: Maurizio Sarri Arbitre: Luca Pairetto VAR: Marco Bresmes Averti(s): Luiz Felipe (L), Basic (L), Radu (L), Zaccagni (L), Vidal (I) Expulsé(s): / Affluence: 29.471 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Plus de 100 buts en 2021, Çalhanoğlu: une machine à passes décisives, etc... Tous les chiffres clés et les faits derrière notre victoire 5-0 contre la Salernitana. Après le déplacement à Salerne, avec un match riche en buts et en beau jeu, l'Inter a ramené les 3 points à Milan. L'équipe de Simone Inzaghi a inscrit 5 buts, par Ivan Perisić, Denzel Dumfries, Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, menant l'Inter à sa 6ème victoire consécutive en Série A, et à un total de 43 points. Plus de 100 buts en 2021 Avec les 5 buts passés à l'équipe de Stefano Colantuono, l'Inter a marqué plus de 100 buts lors de l'année civile (103) pour la première fois de leur histoire en Série A, battant ainsi le précédent record de 99 buts, en 1950. L'Inter est la 4ème équipe de l'histoire de la Série A à réaliser cette prouesse, avec l'AC Milan (105 en 1949 et 120 en 1950), le Torino (111 en 1947 et 114 en 1948), ainsi que la Juventus (100 en 1933). Les statistiques de Calhanoğlu Depuis début novembre, et le match contre l'AC Milan, Hakan Çalhanoğlu est impliqué sur plus de buts (10, 5 buts et 5 passes décisives) que quiconque dans les 5 grands championnats, et est l'un des deux milieu de terrain avec au moins 6 buts et 6 passes décisives cette saison, au côté de Dimitri Payet. Contre la Salernitana, il a offert sa 5ème passe décisive suite à un coup de pied arrêté en Série A cette saison. Personne ne fait mieux dans les 5 grands championnats en 2021/2022 (égalité avec Vincenzo Grifo). 533 apparitions pour Handanović, 200ème fois qu'Inzaghi gagne des points en Série A Contre la Salernitana, Samir Handanović a décroché son 5ème clean-sheet consécutif en championnat. Et avec 533 matchs joués, il passe à la 10ème place des joueurs avec le plus d'apparitions en Série A, dépassant ainsi Enrico Albertosi (532). En revanche, Simone Inzaghi a récolté des points pour la 200ème fois en tant que coach : l'entraîneur des Nerazzurri cumule 150 victoires et 50 matchs nuls (pour 75 défaites) entre la Lazio et l'Inter. Les buts : Qui, Comment et Quand L'Inter a sécurisé son titre d'équipe avec le plus de buts de la tête dans le top 5 européen en 2021/2022: 12. Les Nerazzurri ont remporté un match à l'extérieur en Série A avec 5 buts pour la première fois depuis mars 2018: 5-0 contre la Sampdoria. Lautaro Martínez a marqué le 4ème but des Nerazzurri, marquant ainsi son 5ème but en autant de match en Série A pour l'attaquant Argentin. Depuis son arrivée à l'Inter en 2019/2020, Alexis Sánchez est impliqué dans 24 buts en 25 matchs titulaire en Série A (11 buts et 13 passes décisives). Il a marqué son 3ème but de la saison, son deuxième consécutif, lors de son 400ème match titulaire dans le top 5 européen. Ivan Perisić a été le premier joueur des Nerazzurri à marquer à l'extérieur contre Salernitana. Pour l'ailier Croate, c'était son 4ème but de la saison, tous inscrits en Série A, égalant son total de la saison dernière, mais en moitié moins de match (16 en 2021/2022 contre 32 en 2020/2021). Denzel Dumfries a marqué son 2ème buts en Série A, tous deux à l'extérieur et en première période (le premier contre la Roma). ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter
  22. Si vous l’auriez dit, il y a encore quatre semaines à Simone Inzaghi, probablement qu’il ne l’aurait jamais cru. Pourtant grâce à la défaite subie à la Lazio, dans un contexte connu de tous, son Inter s’est remise immédiatement sur le droit chemin, alignant actuellement 6 victoires consécutives et reprenant 11 points au Milan Ac et au Napoli pour déjà prendre 4 points d’avance et pour s’offrir le titre de Championne d’Hiver : Dans le duel de ses deux ex, l’Inter aura assisté à la victoire du Napoli de Luciano Spalletti, sur le terrain du Milan Ac de Stefano Pioli. Cette Inter Championne d’Italie s’amuse sur le terrain tout en aimant proposer du beau jeu, Comme l’a souligné Danilo D’Ambrosio: "Elle propose un jeu offensif, mais organisé". Tous, dans le développement d’une action se retrouvent concerné. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise que le marquoir reprend cinq nom de buteurs différent : "Peu importe qui marque, l’important est de gagner" voici ce qui résumé l’équipe de Simone Inzaghi qui ne peut être heureux d’une telle performance: Inspiré, il fera rentrer dans ce match Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, tous deux buteurs. Ivan Perisić ouvrira d’ailleurs le score sur le premier corner de la rencontre via un coup de pied arrêté par Hakan Çalhanoğlu. L’International croate continue à se montrer indiscutable : Il court, il presse, il attaque, il défend, propose le tempo de certaines actions dévastatrices. Ses combinaisons du soir, avec l’international turc auront fait très mal à l’adversaire. Hakan Çalhanoğlu recruté pour remplacer Christian Eriksen répond également présent en ce début de saison, sa passe décisive pour Perisić est la huitième de la saison pour la manche aller du championnat. Il est actuellement à -1 du record historique signé Antonio Candreva qui était parvenu à délivrer 9 caviar. Si Alexis Sánchez retrouve également des couleurs avec un nouveau but inscrit tout en facilité et en confiance, la belle surprise de la soirée est le nouveau but inscrit, sur un caviar d’Edin Džeko, de Denzel Dumfries : L’international hollandais se montre toujours plus mature et en croissance, en augmentant, match après match son niveau. Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini auront inscrit également le 4ème et 5ème but des Nerazzurri. Pour l’argentin, celui-ci est parvenu à égaler son ancêtre, Mauro Icardi, auteur d’au moins un but lors de 5 matchs consécutifs, une performance réussi en 2018. Pluie de record Avec le but de Denzel, l’Inter a battu son propre record historique de buts inscrits sur une année civile datant de 1950: Le palier des 99 buts a été franchi. Mieux encore, Si Denzel a inscrit le 100ème but, ceux d’Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini ont permis à l’Inter d’écrire l’une de ses plus belle page d’histoire avec, encore un match à disputer : Les 103 buts de l’Inter de Simone Inzaghi seront à jamais inscrit dans le marbre devant les 101 buts inscrit lors de la saison 2018 de la Juventus de Massimiliano Allegri Grâce à cette nouvelle victoire, Simone Inzaghi présente également un très beau bilan en carrière en s’offrant avec la manière son 200ème résultat utile : 150 victoires et 50 matchs nuls entre la Lazio et l’Inter: Pour la sixième fois consécutive, une équipe d’Inzaghi l’emporte dans un stade où elle ne l’avait jamais emporté auparavant en Serie A, et elle y est parvenu sans encaisser le moindre but. L’Inter pourrait également écrire une nouvelle ligne d’histoire : Lors de cette première partie du championnat, la Beneamata a déjà inscrit 12 buts de la tête et, si elle parvient à en inscrire un nouveau ce mercredi face au Torino, elle égalerait le record établi en 2005/2006 par la Fiorentina qui est de 13 têtes victorieuses. Le seul point noir de cette soirée a été la prise à partie de Tifosi de l’Inter qui, selon la Gazzetta Dello Sport ont vu des pseudos supporters de la Salernitana les agresser : "Avant le match un groupe de jeunes a pris pour cible un bus de supporters des Nerazzurri qui se dirigeait vers le secteur visiteur ; des fumigènes ont également été allumés et ont fait exploser des pétards alors que la police s'efforçait de chasser les fauteurs de troubles. Un homme de Salerne a été arrêté, d'autres pourraient être identifiés dans les prochaines heures." Dans une moindre mesure, Nicolò Barella, averti pour la cinquième fois, ratera le dernier match de l’année face au Torino : Un repos qui lui sera bien plus que bénéfique. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Salernitana 0-5 Inter Buteur(s) : 11’Perisić, 33’ Dumfries, 52’ Sánchez, 77’ Lautaro Martínez, 87’ Gagliardini Salernitana : 1 Fiorillo; 33 Delli Carri, 31 Gagliolo, 23 Gyomber (80’ 21 Zortea), 26 Bogdan, 19 Ranieri (71’ 4 Jaroszynski); 18 Coulibaly, 20 Kastanos (61’ 8 Schiavone), 22 Obi; 7 Ribery (71’ 15 Gondo); 25 Simy (61’ 11 Djuric) Banc : 72 Belec, 96 Guerrieri, 14 Di Tacchio, 24 Kechrida T1 : Stefano Colantuono Inter : 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 95 Bastoni (56’ 32 Dimarco); 2 Dumfries, 23 Barella (56’ 22 Vidal), 77 Brozović (71’ 5 Gagliardini), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisić (78’ 11 Kolarov); 9 Džeko, 7 Sánchez (56’ 10 Lautaro Martínez) Banc : 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 37 Škriniar, 46 Zanotti, 48 Satriano T1 : Simone Inzaghi Arbitre : Mariani VAR : Giacomelli Averti(s): Barella (I), Gyomber (S) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Auteur d’excellentes prestations récemment, Alexis Sánchez pourrait également revendiquer un poste de titulaire pour défier la Salernitana ce vendredi soir. En effet, sa contribution reste importante pour l’Inter, n’en déplaise au quotidien sportif espagnol Sport .Selon ce dernier, un accord d’échange sur base de prêt aurait vu Alexis Sánchez rejoindre le Barça et Luuk De Jong rejoindre l’Inter : La seule inconnue étant l’avalisation de la négociation de l’entraineur catalan du Fc Barcelone: Xavi Hernandez. Toutefois, selon Il Giorno, l’affaire serait loin d’être faite "Du club Nerazzurro sont arrivés des démentis sur cette incroyable hypothèse du Mercato. L’avenir d’Alexis reste à écrire : Janvier se rapproche et aussi bien l’Inter que le joueur pourraient regarder autour d’eux des destinations différentes que celle des milanais : Le salaire net de sept millions d’euros n’aide pas et c’est pour cette raison qu’un départ sera difficilement envisagé." "La situation pourrait être simplifiée en juin, lorsque Sánchez n’aura plus qu’une année de contrat à honorer ou pas : S’il fait l’objet d’un départ anticipé, Giuseppe Marotta et Piero Ausilio interviendront sur le mercato, et ils pourraient faire usage du salaire épargné par le chilien : Raspadori, Scamacca, Jović, des profils jeunes sont visé : Pour les obtenir, il faudrait obtenir un prêt ou prévoir un investissement important en attaque, mais il n'est pas certain que Suning donne son accord. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. L’ancien Administrateur-Délégué est sans conteste l’un des principaux artisan du renouveau conquérant Nerazzurro: Entré en poste le 13 décembre 2018, Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport de l’Inter. Sur le banc de touche on retrouvait Luciano Spalletti et Mauro Icardi comme capitaine et Leader de l’équipe. Le retour en Ligue des Champions aura vu l’équipe disputer la phase de groupe avant d’être reversé en Europa League. 16 décembre 2021, soit un tout petit peu plus de trois années ont passé et la situation est totalement différente : On retrouve à la tête du groupe Simone Inzaghi et sur le maillot une certaine cocarde tricolore. De plus, le club a retrouvé sa compétitivité aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Italie Le Triennal de Marotta entre passé, présent et futur L’avènement de Marotta fut clairement décisif pour convaincre Antonio Conte d’épouse le projet Nerazzurro. "Pour réduire l’écart avec la Juventus, il n’est pas utile de se lancer dans des proclamations, mais d’avoir une Culture du travail accompagnée du sens d’appartenance envers le club" - Dixit Marotta le jour de son intronisation Des mois intenses et délicats suivantes avec la gestion du cas Icardi et un vestiaire qui a implosé : Mais finalement, le dirigeant est parvenu à redresser la situation, en recrutant Conte à Milan L’été 2019 est celui de la construction de l’Inter qui en deux saison permettra la conquête d’un Scudetto via une campagne de transfert pharaonique : Romelu Lukaku, Nicolò Barella, Stefano Sensi, Alexis Sánchez, Valentino Lazaro et Diego Godin, sans oublier les retouches hivernales Christian Eriksen, Ashley Young et Victor Moses. Pour la première année de Conte, l’équipe accroche la seconde place en Serie A et s’incline en Finale de l’Europa League face à Séville. C’est exactement à partir de ce dernier que débutera la chevauché menant au Scudetto malgré un mercato estival 2020 pratiquement inexistant, la faute à la pandémie liée au Covid-19 qui inflige de sérieuses séquelles à tous, et pas uniquement à l’Inter. Le temps de célébrer un succès retrouvé et l’importante satisfaction d’avoir mis un terme à la Domination de la Juve qu’il avait lui-même créé est bref : Giuseppe Marotta et Piero Ausilio faisant face à un été difficile avec des départs importants : Antonio Conte, Romelu Lukaku et Achraf Hakimi, sans oublier la dramatique situation entourant Christian Eriksen. Pourtant comme le démontre le terrain, les joueurs ont été bien remplacés via les affaires conclus pour s’attacher les services d’Hakan Çalhanoğlu, Edin Džeko, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Ceux-ci sont accompagné par le choix de miser sur le "nouveau Massimiliano Allegri": Simone Inzaghi qui s’est montré capable de reprendre l’héritage d’Antonio Conte avec pragmatisme et empathie envers le groupe, ce qui n’est pas sans rappeler « Max » à Turin en 2014 Le présent et le futur Le parcours de Marotta n’est pas terminé, même si le principal intéressé a confirmé que l’Inter sera le dernier club de sa carrière, lui qui songerait à se renouvellent dans un poste à niveau institutionnel. Giuseppe Marotta n’est pas simplement qu’n très grand gestionnaire de club, d’homme et de vestiaire, c’est un dirigeant compétent en plus sur les terrains, disposant d’un poids politique à la Lega. Giuseppe Marotta est de la Vieille Ecole, comme Adriano Galliani : Il sait et s’occupe de tout. Il se confronte avec les Présidents des Tops Clubs Européens, mais aussi avec les jardiniers d’Appiano Gentile. Comme déjà dit, l’Histoire de Marotta à l’Inter ne prendra pas fin au 30 juin 2022, date de la fin de son contrat actuel. Depuis longtemps, Marotta, comme Piero Ausilio et son adjoint Dario Baccin, sans oublier Samaden, le Responsable des jeunes, est en négociation avec Suning pour prolonger son contrat, et malgré les hauts et les bas connus par la propriété, Giuseppe Marotta restera toujours à la barre Comment jugez-vous et analysez-vous le triennal de notre Padrino préféré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Pour donner suite au tirage au sort de la Ligue des Champions, Jurgen Klopp, l’entraîneur de Liverpool, s’est livré sur le site officiel des Reds sur la confrontation à venir face aux Champions l’Italie "J’ai dû attendre 54 ans pour jouer au Giuseppe Meazza pour la première fois et cette fois-ci, j’irais deux fois en l’espace de trois mois, c’est une bonne nouvelle ! Tout va bien: C’est évidemment un tirage difficile, l’Inter est en tête en Italie, c’est une bonne équipe qui traverse une bonne période. Nous verrons comment iront les choses jusqu’à ce que nous nous rencontrions en février." C’est une équipe qui présente plusieurs joueurs qui ont acquis beaucoup d’expérience en Premier League...... "Oui, il y a objectivement Sanchez et Dzeko que je connais bien. Lautaro Martinez est l’un des meilleurs attaquants au monde. Simone Inzaghi répond présent pour sa première année. L’année dernière, ils ont été champions. C’est le même état d’esprit que celui de Liverpool : Rien n’est facile mais tout est toujours possible, alors essayons ! Ce sera un vrai duel de Ligue des Champions, cela me convient et je suis impatient." Considérez-vous comme justifié le fait de procéder à un nouveau tirage au sort après l’erreur du précédent ? "Tout à fait, je l’ai vu en direct et je me suis dit : Ils ne peuvent pas laisser les choses ainsi, ce n’est pas possible. Il fallait absolument en procéder à un nouveau." ®Antony Gilles – Internazionale.fr