Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'antonio conte'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. S'adressant à la Gazzetta dello Sport dans une interview publiée aujourd'hui, Milan Skriniar a parlé de son ambition de conserver le Scudetto et de plusieurs de ses coéquipiers. Sur le départ de Conte. "Il m'a surpris! Avec Conte, nous étions devenus comme une famille dans les vestiaires et puis il est clair que lorsque vous gagnez le Scudetto, vous aimeriez continuer à vous battre ensemble pour atteindre de nouveaux buts. Mais c'est comme ça que ça s'est passé. Cependant, maintenant, nous n'avons plus à penser au passé, nous devons nous concentrer sur l'avenir." Sur Simone Inzaghi. "Il se révèle être un entraîneur préparé et de haut niveau. Nous voulons atteindre une grande satisfaction avec lui et son personnel." L'objectif pour la saison prochaine. "Conserver le Scudetto, certainement oui! Après avoir remporté le championnat, vous ne pouvez pas viser moins. Nous travaillerons à répéter nos réalisations même si nous savons que ce ne sera pas facile. Nous devons viser à gagner chaque match pour prouver que nous sommes toujours les plus forts." "L'Inter doit désormais ne penser qu'à elle-même car nous sommes les champions d'Italie. Et cette fois, ce sont les autres qui doivent nous chasser." À propos de Nicolo Barella et Alessandro Bastoni champions d'Europe. "Je suis vraiment content pour l'Italie et les Italiens. J'ai dit dès le début qu'ils jouaient bien et étaient extrêmement organisés. Je suis content pour Nico et Basto – après le Scudetto ils ont fêté l'Euro, donc ils reviendront prêts à nous aider. Avec Bastoni et De Vrij, l'entente est maintenant complète: l'année dernière, nous étions très bons." Sur Christian Eriksen. "Je l'ai vu en direct à la télévision et j'avais tellement peur. Je me sentais malade jusqu'à ce que nous soyons rassurés grâce au chat d'équipe. Chris est un super mec il est jeune et c'est un champion, on l'attend sur le terrain. Le plus important, c'est qu'il aille bien maintenant." Sur le départ d'Achraf Hakimi. "Je suis désolé pour Hakimi, c'est un grand joueur et il va beaucoup nous manquer. C'est au club et à l'entraîneur d'évaluer comment le remplacer mais il y a déjà des gens prêts dans l'équipe et je pense que même sans lui, nous pouvons faire une belle saison. Nous devons penser au mercato mais travailler uniquement pour le bien de l'Inter." Enfin,à propos de Hakan Calhanoglu. "Rien de particulier, c'est comme toute nouvelle recrue, peu importe s'il vient de Milan. Nous sommes heureux de l'avoir avec nous car il est techniquement très doué et sur coups de pied arrêtés, il est phénoménal."
  2. Après avoir remporté la Serie A pour la première fois en 11 ans, l'Inter entame la nouvelle saison avec l'espoir de conserver son Scudetto. Peuvent-ils vraiment le faire ? Cet été, les footballeurs de toute l'Europe ont connu ce qui semble être la saison morte la plus courte. Après la fin de la saison des clubs et de l'Euro, les équipes ont déjà commencé les préparatifs de la saison à venir. La Serie A commence le 22 août et il semble que nous ayons une saison très imprévisible devant nous. L'Inter a remporté son 19e titre de Serie A la saison dernière et entre dans la bataille pour le trône en tant que champion en titre. Tout fan de sport sait qu'il est difficile de remporter un titre, mais encore plus difficile d'en défendre un. Le changement le plus important est le nouvel entraîneur Simone Inzaghi. Antonio Conte a réussi à amener l'Inter au sommet de la Serie A après seulement deux saisons au poste d'entraîneur, mais malgré cela, la direction a décidé de ne pas poursuivre la coopération avec lui. Conte a exigé des garanties pour que le noyau de l'équipe gagnante reste inchangé, en donnant la priorité à la prolongation du contrat avec le meilleur buteur du club, Romelu Lukaku. De telles garanties n'ont pas été données, ce qui a mis fin à son passage à l'Inter. Simone Inzaghi est probablement le meilleur jeune entraîneur d'Italie, peut-être même d'Europe. Il a passé les cinq dernières saisons sur le banc de la Lazio menant l'équipe à la victoire en Coupe d'Italie en 2019. Inzaghi est connu comme l'entraîneur des joueurs, un entraîneur qui s'est bâti la réputation de tirer le meilleur parti de ses joueurs. Comme Conte, Inzaghi préfère un 3-5-2 avec des ailiers qui aiment aller de l'avant et rejoindre la ligne offensive. Dans sa formation préférée, deux attaquants centraux sont épaulés par un milieu de terrain offensif qui est devant les deux autres milieux. C'est un système tactiquement fluide qui ressemble à un 5-3-2 hors de possession alors que les ailiers reviennent en défense. Inzaghi est également connu pour sa polyvalence dans la façon dont il prépare son équipe à défendre. Au cours de son passage à la Lazio, il a mis en œuvre à la fois une pression haute et un bloc central pour récupérer le ballon lorsque leurs adversaires étaient en possession. L'équipe actuelle de l'Inter permettra à Inzaghi de mettre en œuvre son style de jeu et la direction de l'équipe le considère comme un entraîneur à long terme. Cependant, la vraie question est de savoir si Inzaghi est capable de mener l'Inter à un autre titre lors de sa première saison ? Conte a réussi à y parvenir lors de sa deuxième saison, mais contrairement à Inzaghi, Conte est un entraîneur beaucoup plus expérimenté qui a déjà remporté des titres, trois avec la Juventus et un avec Chelsea. Inzaghi a certainement la qualité d'entraîneur pour un grand succès, mais étant donné qu'il s'agit de son premier emploi en dehors de la Lazio, remporter le titre cette saison serait un énorme défi. La mise en œuvre de sa façon de jouer prendra certainement du temps et les cinq, sept premiers matchs seront cruciaux pour le succès de l'Inter la saison prochaine. Si Inzaghi parvient à remporter la majorité des points au cours de cette période, les fans de l'Inter peuvent s'attendre à une autre saison réussie. Bien sûr, la compétition est toujours énorme mais l'Inter a la qualité pour remporter des titres consécutifs. À cette fin, Inzaghi aura la majorité de joueurs qui a atteint le trône la saison dernière. Les principaux joueurs de son équipe seront Romelu Lukaku, Alessandro Bastoni, Nicolò Barella et Stefan de Vrij. Le plus grand changement dans la liste est certainement la situation avec Christian Eriksen. Nous avons tous été témoins des scènes dramatiques du match entre le Danemark et la Finlande dans lequel Eriksen était au bord de la mort. Bien que, heureusement, le joueur danois se soit rétabli, le pronostic médical indique qu'il ne pourra plus jamais jouer au football professionnel. De l'effectif de l'an dernier, Simone Inzaghi ne pourra pas compter sur Ashley Young, qui est revenu à Aston Villa, Achraf Hakimi est parti pour le PSG, Daniele Padelli est allé à l'Udinese alors que le sort d'Aleksandar Kolarov est encore incertain. Jusqu'à présent dans le mercato, les nouveaux arrivants sont Matteo Darmian, Hakan Calhanoglu et Alex Cordaz. Matteo Darmian a déjà joué pour l'Inter en prêt de Parme mais l'équipe lui a finalement fait signer un contrat. C'est un défenseur expérimenté et on s'attend à ce qu'il soit régulier dans l'équipe première d'Inzaghi. Hakan Calhanoglu a joué pour le Milan au cours des quatre dernières saisons. Le Turc joue à merveille au milieu de terrain et devrait immédiatement remplacer Christian Eriksen. Il a d'excellentes compétences en matière de jeu et est un excellent passeur. Ce qui le rend encore plus dangereux, c'est son tir qui est souvent une menace pour le but adverse. De plus, il a une compréhension distinguée du moment où changer de direction lorsqu'il est sur le ballon. Cela le rend particulièrement dangereux dans les demi-espaces centraux de la moitié adverse, car les défenseurs ont du mal à se rapprocher de lui. Alex Cordaz reprendra le poste de gardien de réserve laissé vacant après le départ de Daniele Padelli. Cordaz est un vétéran de 38 ans qui a passé les six dernières saisons à Crotone.
  3. Dans leurs journaux respectifs, Alessandro Vocalelli, Gennaro Gattuso et Michele Cristcitiello s'expriment sur l'arrivée de Simone Inzaghi. Si les deux premiers semblent emballés, le dernier est plus mitigé. Écrivant dans sa chronique dans la Gazzetta dello Sport, Alessandro Vocalelli a donné son avis sur le projet naissant de Simone Inzaghi. "On serait prudent, avouons-le, sinon sceptique sur les chances de l'Inter la saison prochaine, précisément à cause du choix de l'ancien entraîneur de la Lazio. Et s'il est compréhensible qu'Antonio Conte ait laissé sa marque, il est néanmoins franchement incompréhensible pourquoi la qualité du choix de Marotta et Ausilio n'est pas pleinement appréciée. Car, et c'est le maître mot, l'Inter était un choix, et non un parachute. Il y avait d'autres entraîneurs libres, mais l'Inter voulait Inzaghi, à cause de son style de jeu et plus encore." ''L'Inter ne continuera pas à jouer comme ils l'ont fait avec Conte, peut-être dans la forme mais avec plus de ballon, ce qui est presque tout, plus court, plus rapide, moins intense et moins agressif, et avec une idée du football si différente que les joueurs se sentent au centre d'un nouveau projet. Oui, parce que le projet, bien sûr, est de confirmer le Scudetto, de continuer à gagner." S'adressant au journal napolitain Il Mattino, Gennaro Gattuso a rendu son verdict sur les qualités de l'Inter avant la prochaine saison de Serie A. ''L'arrivée d'Inzaghi changera peu, le système tactique sera le même, même après les adieux de Conte. Inzaghi est jeune mais préparé. Il est clair qu'il y aura une certaine pression, c'est normal si vous allez entraîner les champions d'Italie.'' Écrivant dans sa chronique pour Tuttomercatoweb.com, Michele Cristcitiello a prédit que Simone Inzaghi aura du mal à succéder à Antonio Conte. ''Ce ne sera pas une année facile pour l'Inter. Si vous ne faites pas le mercato et ne remplacez pas ceux qui partent, vous ne pouvez pas penser que vous êtes plus fort que les autres simplement parce que vous avez le drapeau tricolore sur la poitrine.'' ''La vérité, c'est que l'Inter a changé ses plans et qu'en pensant à gagner pour faire grandir la marque même en Chine, ils sont passés de la réduction des coûts au fameux 'continuons à avancer'. L'année dernière, ça s'est bien passé parce que Conte a agi en tant que manager et coach psychologique, mais aussi parce qu'il n'y avait personne en mesure de s'y opposer." ''La Juventus de Pirlo était plus que moyenne et Milan a abandonné trop tôt car ils n'avaient pas les qualités pour rester à la première place. Perdre Conte et essayer de le remplacer est un désastre. Inzaghi aura du mal, on parle de gagner le Scudetto et d'être favori en Ligue des champions, on ne dit pas qu'il ne finira pas dans les quatre premiers, car reprendre le vestiaire de Conte avec les hommes de Conte n'est pas anodin.'' ''Tout en voulant faire venir des fidèles, l'ancien entraîneur de la Lazio n'est pas en mesure de le faire. Cette année, l'Inter doit tenir compte du fait que la Juventus sera la favorite au Scudetto et que le club romain aura un bon championnat.''
  4. Rolando Maran, l’ancien entraîneur de Cagliari s’est livré à la Gazzetta.it sur le milieu de terrain uruguayen pisté par l’Inter Quel type de joueur est Nandez ? "C’est un milieu moderne, capable de combiner des qualités et un dynamisme hors du commun." Comment était-il engagé dans votre Cagliari ? "En Mezzala dans le 4-3-2-1 avec Joao Pedro et Nainggolan en Trequartisti. Mais Nandez peut aussi se mouvoir entre les lignes. Dans le 3-5-2 d’Inzaghi, il peut jouer aussi bien sur toute l’aile droite que sur toute l’aile gauche, comme cela s’est d’ailleurs produit avec Semplici, en fin de saison." "Il pourrait être un homme d’entre jeu, entre Barella et Calhanoglu." Croyez-vous qu’il pourrait ne pas réaliser le saut de qualité à l’Inter, vu que l’environnement et la pression sont bien différents comparé à Cagliari ? "Absolument pas, c’est un joueur de 22 ans, et il a su gérer sans problème la Bombonera, il n’aurait aucun problème au Meazza. C’est une personne qui peut te transcender, l’Inter réaliserait un très grand coup." Nandez suffirait-il pour remplacer Hakimi ? "Ce n’est pas à moi de le dire. Je peux juste vous dire que Nahitan a réalisé de très belles prestations à ce poste en le couvrant, en s’engageant, en centrant, en délivrant des passes décisif, voir même en marquant des buts." L’Inter, avec Nandez, pourrait-elle encore remporter le Scudetto ? "Je crois qu’il y a 4 ou 5 équipes qui peuvent l’emporter et parmi elles, il y a certainement l’Inter. C’est sûr que remplacer Conte n’est jamais facile, mais Inzaghi est très doué lorsqu’il s’agit d’exploiter le maximum du noyau à sa disposition, il a réalisé de grandes choses avec la Lazio." "Et le noyau de l’Inter, le classement de l’an dernier le prouve, est bien plus fort." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Cristian Stellini, l’entraîneur adjoint d’Antonio Conte s’est livré à TMW sur son l’Inter et l’arrivée d’Hakan Calhanoglu : Est-ce que le milieu de terrain sera plus fort avec lui ? "C’est le terrain qui le démontrera: Ce qui détermine la force d’une équipe, ce sont les résultats. C’est sur qu’il y a deux joueurs important à l’Inter et Calhanoglu devra s’insérer dans un nouvel environnement." Est-ce qu’il aurait plu à Conte ? "C’est un nom qui n’a jamais été discuté." Pourquoi le travail de Conte, à l’Inter, n’a pas continué ? "Lorsque l’on parle de programmation, on ne parle jamais d’une vente. Le transfert d’Hakimi est arrivé plus tard. C’est plus une problématique de programmation dont le Club et Conte avaient discuté. La continuité d’un certain travail n’était pas assuré, c’est pour cela qu’il y a eu le départ." Quelle sera la difficulté que pourrait rencontre Inzaghi, dans un environnement comme celui de l’Inter ? "Si des problèmes arrivent, ils proviendront du terrain. Tant de choses vont bien, et on peut aussi cavaler suite à l’enthousiasme de l’arrivée d’un nouvel entraîneur. C’est un très bon choix: Il peut apporter de la continuité au travail réalisé, mais lors des moments difficiles, la bravoure de l’entraîneur se devra de resurgir." Quand avez-vous eu connaissance de la décision de Conte ? "Je l’ai su lorsque tout a été officialisé." A quel poste devra le plus travailler Inzaghi ? "Il devra remplacer Hakimi, ce qui n’est pas quelque chose de simple à faire, c’est difficile d’en trouver un comme lui." Si l’on revient en arrière, comment est-ce possible que l’Inter soit sortie si prématurément de la Ligue des Champions ? "C’était inévitable que l’Inter allait souffrir dans la première partie de saison : Elle venait de terminer sa saison en août pour devoir débuter la nouvelle quasiment immédiatement, Nous n’avions pratiquement pas eu de pause, nous n’avions même pas su réaliser une préparation adaptée. L’Inter allait nécessairement souffrir durant cette phase, elle a manqué d’énergie dans les moments-clés." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. En effet, l’Euro a permis de mettre en valeur plusieurs personnalités évoluant à l’Inter, parmi elles, l’on retrouve Nicolò Barella, Milan Skriniar et Romelu Lukaku , trois joueurs sérieusement pistés par deux grands clubs anglais Liverpool Selon la Repubblica : "Les prestations et l’énergie de Barella ont séduit de très nombreux clubs de Premier League et plus particulièrement Liverpool qui serait disposé à offrir 70 millions d’euros. Manchester United y pense également. De son côté l’Inter a promis à Inzaghi qu’elle ne compte plus céder d’autre Top Players depuis le départ d’Achraf Hakimi." Tottenham Selon Calciomercato.com : "Fabio Paratici, qui avait déjà tenté de recruter le joueur lorsqu’il était à la Juve, a tenté sa chance. Toutefois, le joueur slovaque n’entend pas quitter Milan, il se reconnait en l’Inter et il a déjà démontré son propre amour pour les Nerazzurri. La première fois que la situation s’était présentée, il avait coupé les ponts avec son agent historique en renouvelant seul son contrat. La seconde fois, il a accepté de s’asseoir sur le banc d'Antonio Conte et de se battre pour regagner sa place. Si Tottenham pense à Skriniar, Skriniar pense exclusivement à l’Inter" Chelsea Selon Sport Mediaset, le club champion d’Europe a décidé de tenter sa chance pour recruter le Diable Rouge évoluant à l’Inter à la suite du refus systématique du Borussia Dortmund de descendre sous le palier de 170 millions d’euros pour céder Erling Haaland. "De son côté l’Inter s’est montrée catégorie : Si vous ne présentez pas 120 à 140 millions d’euros, ce n’est même pas la peine d’en parler." Vu les sommes en jeu, accepteriez-vous de céder, à nouveau, l'un des piliers du Scudetto 2021 de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazonale.fr
  7. Questionné ce jeudi 08 juillet 2021 lors de sa conférence de presse l’intronisant entraîneur de la Roma, le portugais s’est livré de la sorte sur l’Inter: Etes-vous déçu de ne pas rencontrer Antonio Conte, lorsque vous rencontrerez l’Inter ? "Il y a des entraîneurs qui font partie de l’Histoire du Club et qui ne peuvent pas être comparé. Lorsque l’on parle de Liedholm ou de Capello, on ne peut pas les comparer à d'autres. A l’Inter, personne ne peut être comparé ni à moi, ni à Herrera, on ne peut pas faire ça ." Suning en prend aussi pour son grade Deux missiles envoyés avec accusé de réception à destination d'un certain natif de Lecce et à un certain groupe basé à Nankin! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En ce mercredi 07 juillet 2021 est né officiellement, à 13h00, l’Inter de Simone Inzaghi. Celui-ci a été présenté par Giuseppe Marotta au parterre de journalistes présents pour l'occasion. Giuseppe Marotta "Nous débutons officiellement la nouvelle saison, une saison qui sera difficile. Je vous présente Simone Inzaghi, qui est un motif de fierté car le projet de l’Inter va continuer, lui qui est confié entre les mains de l’un des entraîneurs parmi les plus conquérants, qui est jeune et préparé, qui fait preuve de passion, de compétence, d’enthousiasme et qui dispose de la culture du travail." "Nous traversons un moment difficile, postpandémique, qui est un moment qui se caractérise par de la souffrance aussi économique. Le football est à la recherche d’un modèle soutenable, il a vécu durant des années sous un modèle de mécénat qui était aux antipode des résultats sportifs et financiers. A présent, c’est devenu impossible, il faut savoir faire preuve de soutenabilité, et nous sommes à la recherche d’un modèle idéal." "L’Inter veut continuer à écrire sa propre histoire dans le respect de ses engagements patrimoniaux. Ce sera du ressort du Management que de préparer une équipe importante et compétitive, tout en respectant l'équilibre économique. Nous sommes confrontés à un scénario inquiétant qui nous réservera encore des situations des plus désagréables, la situation économique présente un football en difficulté, nous aurons besoin de liquidités. La propriété de l'Inter a injecté environs 700 millions d'euros de liquidités dans l'Inter et nous ne pouvons pas lui demander plus d’efforts." "La règle n’est pas : Celui qui dépense le plus, l’emporte : Certains choix douloureux ont été faits, comme la vente d'Hakimi, qui nous permet de maintenir une continuité. L'espoir est que notre public revienne bientôt, nous espérons pouvoir rouvrir bientôt les stades car le football reste un phénomène social important et les supporters font partie du patrimoine d’un club de football". Simone Inzaghi "Je suis très enthousiaste pour cette nouvelle aventure, j’ai de grandes motivations, je me projette sur un travail important. C’est un si beau défi, j’ai été convaincu par tout le monde, car tous ont fait preuve d’une grande motivation pour me recruter. Je suis conscient que je vais retrouver un groupe fort, un club fort et les tifosi que j’ai déjà pu rencontrer durant mes vacances sont très chaud." Changement "Ce qui m’a motivé, c'est que l'on m’a fait comprendre que l’on me voulait à tout prix : Nous sommes l’Inter et je ferais tout pour défendre le Scudetto qui a été remporté, je félicite les garçons et l’entraîneur Conte." Renforts "Je pense qu’il y a eu peu d’activité, le mercato sera encore long et c’est une période délicate pour tous. J’avais été prévenu du départ d’Hakimi, mais j’ai, dans le même temps eu la garantie que l’équipe restera compétitive et forte. J’ai un contact direct avec le Club, notre objectif est de défendre le Scudetto et de mieux avancer en ligue des Champions. J’ai vu que, depuis la saison 2010-2011, l’Inter ne parvient plus à aller en huitième de finale." Immobile - Lukaku "J’ai parlé avec Lukaku à plusieurs reprises, il est pour l’instant déçu par l’élimination, c’est un joueur extrêmement important, une garantie prouvée sur le terrain. C’est un joueur fort qui remplit son rôle et qui a bien été entouré ces dernières années." Eriksen "J’ai parlé avec lui avant l’Euro, mais nous n’avons plus échangé depuis l’incident. C’est un joueur sur qui compter, il fait partie de l’Inter et il aura besoin de temps, le club a été bon pour saisir l’opportunité Çalhanoğlu, c’est un joueur qui me plait énormément, mais j’attends Chris les bras ouvert." Différences avec Conte "Je devrais apporter de la continuité au travail réalisé de la meilleure des façons. Le changement d’entraîneur apportera de la motivation aux joueurs." La Lazio "J’y ai vécu 22 années intenses, je les remercie tous, j’y étais très bien. J’ai eu la chance d'y connaitre la victoire comme joueur et comme entraîneur, mais le moment de changer était arrivé. L’envie de l’Inter était si forte et me voilà ici." La Griffe Inzaghi "Je veux une équipe qui se montre toujours intense en match, une équipe forte et qui sait réagir face aux événements, l’intensité est ce que je demande en premier." La Juventus "J’avais connaissance du départ d’Hakimi, c’est une douleur mais préventive, c’était le joueur demandé par toute l’Europe. Nous vivons actuellement une période difficile, mais l’équipe restera compétitive, le club est déjà intervenu sur le Mercato." Stefan De Vrij "J’ai parlé avec tous les joueurs, j’ai déjà entraîné De Vrij, et j’ai joué avec Kolarov et Handanovic, c’est un plaisir de les revoir. Pour les autres, je les ai connu comme des adversaires, mais j’ai une grande relation avec tous les joueurs." Le changement, c'est maintenant "Après 251 matchs disputés avec la même équipe, il était venu le moment de changer et lorsque tu as une telle opportunité qui se présente, tu n’y réfléchis pas deux fois, tu l’acceptes immédiatement." La Ligue des Champions "Comme je l’ai dit, l’objectif est de passer la phase de groupe, c’est une compétition extrêmement difficile, physique. Il faudra aussi prendre en compte les autres équipes évoluant à l’étranger et qui ont moins ressenti la problématique lié au Covid-19. Jouer tous les trois jours demandera énormément d’exigences, aussi bien physique que mentale." Supporter la pression "Je dois vous dire la vérité que Rome m'a été un bon entrainement, il y a de la pression de partout. Celui qui s’est lancé dans ce métier fera toujours face à de la pression. J’aime les défi, je n’aurais pas accepté cette proposition si elle ne m’avait pas séduite. Ce sera un championnat long, mais nous devrons nous montrer bons face à la difficulté et bien nous compacter pour en retirer le meilleur." "Dietrofront" Lazio "Je pense que dans la vie des choix doivent être fait, j’avais rencontré Lotito et je l'en remercie: C’est un excellent président, mais un cycle s’est conclu. J’étais avec lui au restaurant, mais j’avais besoin de prendre du temps pour donner ma décision et le lendemain, lorsque j’ai pris la décision de partir, je l’ai immédiatement averti." Mercato "Je savais pour Hakimi et il m’a été dit que les autres joueurs important allaient rester à l’Inter. Nous devrons faire quelque chose sur le mercato, surtout sur les ailes, car elles sont importante pour moi. Nous le ferons ensemble, avec le Club, sans trembler, nous ferons des choix." Objectif "Comme je l’ai dit, mon objectif est celui d’apporte de la continuité, je sais où je mets les pieds: J’arrive dans une équipe composé d’un grand groupe de joueurs, une équipe qui fait preuve d’un grand enthousiasme et qui a une grande tifoserie, j’ai déjà rencontré les représentants de la Curva et nous aurons une équipe qui donnera tout sur le terrain." Derby Della Madonnina "Je sais ce que représente le Derby de Rome, je connais aussi la grande rivalité qu’il y a aussi, ici, à Milan. Le Milan a réalisé un excellent championnat en se montrant très compétitif avec un entraîneur que je connais bien." Le Luis Alberto Nerazzurro "Je pense que Çalha présente des caractéristiques similaires, en quantité et en qualité, et il est très bon sur les phases arrêtées. C’est clair que nous avons aussi Eriksen qui est un joueur important, mais étant donné ce qu’il s’est passé, nous l'avons pris aussi. Il nous apportera une grande satisfaction." Dimarco & Ivan Perisic "Dimarco a fait de très belle choses à Vérone, je l’évaluerai, c’est un produit de notre vivier: Il faut miser dessus. Perisic a fait de belles choses l’année dernière, en étant dans le milieu à cinq. Hélas, il a été touché par le Covid et est en quarantaine. Je l’attends à bras ouvert et je suis certain qu’il fera de très bonne choses." Activité sur le mercato "Nous chercherons à améliorer le noyau, ce ne sera pas simple, mais nous chercherons à y parvenir : J’évaluerai tous les joueurs lors de la mise au vert." Barella-Bastoni-Lautaro qui sont en finale "Ce sont déjà des joueurs conquérants et plus je dispose de joueurs qui ont la gagne, mieux je me porte Je suis très content de ces finales. J’ai déjà parlé avec Lautaro, il est motivé pour la saison à venir et je lui souhaite de remporter la Copa America, comme je souhaite à Barella et à Bastoni de remporter l’Euro." L’Inter de Conte "Ces deux dernières années, l’Inter a été tant appréciée, nous nous sommes souvent croisés. C’est une équipe solide qui donné l’idée d’être très compacte : C’est difficile de marquer face à l’Inter. De mon côté, j’avais une équipe qui divertissait les tifosi tout en marquant beaucoup." La Nazionale "Je dois féliciter Roberto, c’était mon équipier et mon entraîneur, à présent je croise les doigts." Sensi "J’ai une très grande confiance et une très grande estime pour lui. Il est très intelligent, j’ai parlé avec lui. Il a connu tellement de problèmes et il devra se montrer bon avec nous pour parvenir à s’entraîner de la meilleure des façons possible." Retour sur une intervention de Giuseppe Marotta liée à la réouverture des stades "La Lega, tout comme les clubs, échange continuellement avec le Gouvernement pour parvenir à ré-ouvrir les enceintes. Cela pourrait aussi représenter un spot pour inciter à la vaccination. Les informations récentes font état d’une réouverture totale ou partielle, je ne le sais pas encore, mais ce serait tout de même un grand succès. Jouer sans publique est désolant. En deux saisons, nous avons enregistré un manque à gagner au niveau des recettes du stades d’environ 100 millions d’euros." Benvenuto Mister! Buon Lavoro Simone! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. S'adressant à la chaîne de presse italienne Tuttomercatoweb Radio, Riccardo Ferri a évoqué la conférence de presse de Beppe Marotta et Simone Inzaghi. Pour Ferri, la continuité de la vision du club de Marotta a assuré la continuité, et c'est ce qui a permis aux Nerazzurri de remporter le Scudetto pour la première fois en onze ans. L'ancien défenseur central a également donné son avis sur des signatures potentielles et à quoi il aimerait que l'équipe ressemble pour la saison prochaine bien qu'il fasse confiance au club pour prendre les bonnes décisions à l'avenir. Ses paroles: "Son choix d'Inzaghi comme manager n'est pas une option de repli, mais est dû au fait qu'il fallait choisir un coach de qualité pour mener à bien un projet ambitieux. Dans le passé, il a montré qu'il pouvait gérer certaines situations. Je pense qu'il devrait être placé dans un club ambitieux, mais il peut aussi bénéficier d'un travail extraordinaire accompli par Conte." "Aujourd'hui, il y a la conscience d'être fort, de ne pas être satisfait et de faire encore plus. Cette direction a fait face à des situations difficiles et je pense que le club fera tout pour saisir les opportunités du marché." "Un joueur large qui pourrait prendre la place d'Hakimi ? Lazzari est un joueur intéressant qui parvient très bien à jouer à gauche. Les administrateurs sont cependant beaucoup plus compétents et profiteront des opportunités qui se présenteront." "Qui ne doit pas être vendu ? Marotta. Je pense qu'il a fait un travail extraordinaire, à commencer par le choix de Conte, dont beaucoup étaient dubitatifs. Ses choix ont toujours été parfaits."
  10. Romelu Lukaku s’est livré au Magazine Vogue dans une interview à cœur ouvert La "Belle" …. Personne : Car Big Rom est un Gentil Géant qui n’aime pas perdre et sur le terrain, et si cela s’avère nécessaire, il est prêt à réveiller le Diable qui sommeille en lui La pauvreté a été sa stimulation..... "J’ai compris que nous étions à terre, j’ai compris que je devais devenir un champion." .....Alors qu’Antonio Conte a été son mentor "Trois fois par semaine, il me plaçait devant le Ball Launcher, celui que l’on utilise pour les gardiens de buts, j’étais aux prises avec des missiles envoyés à 50 km/h que je devais contrôler pour ensuite dribbler des adversaires imaginaire." A présent, Lukaku est plus qu’un joueur, c’est aussi devenu un fantastique ambassadeur pour les marques de mode, lui qui aime bien s’habiller: Jusqu’à récemment, vous aviez encore des traits enfantins..... "Oui, des trait de bébé je dirais, mais mon frère Jordan en a encore plus que moi, on se devait compenser cela en lançant des regards agressifs, même si dans la vie je souris toujours: Je parais toujours heureux même si je vis traverse des périodes difficiles, en fait personne ne le remarque." "Un peu avant mes vingt ans, j’ai décidé que c’en était terminé de ce baby face, même les filles avec qui je sortais me le reprochais. J’ai donc décidé de faire pousser ma barbe, avec elle ma masculinité s’est exprimée avec plus de fermeté. Jusqu’à mes 22 ans j’étais toujours le joueurs le plus jeune de l’équipe où j’évoluais, et je voulais paraître plus mature. Je vivais encore à Manchester lorsqu’un jour j’ai dit à ma mère : "Allez je vais me raser les cheveux". Elle ne me croyait pas et je l’ai fait : Barbe et cheveux à zéro." Nouveau départ "Pour un homme l’apparence est importante, j’ai toujours eu confiance en moi mais à un certain moment, c’était important que cette confiance en moi soit visible par les autres. Après cela, tout s’est amélioré : Les relations personnelles, les relations professionnelles, les histoires d’amour, je parvenais à paraître sérieux et à "apparence excellente doit correspondre des prestations excellentes"." Sa nouvelle image "Le magnétisme qui entoure un homme est important aussi pour son esprit." Qui vous l’a enseigné ? "Il m’a juste suffi d’observer les géants tel que Michael Jordan qui est toujours impeccable. Tu te dois de l’être aussi lors des interview d’après-match : Tu ne dois jamais être négligé, toujours en costard, être parfaitement à l’aise : Cristiano Ronaldo est, en ce sens, aussi un exemple. Ou David Beckham si l’on veut parler du passé. J’éssaye, à ma manière, de faire quelque chose de similaire, je veux que cela se voit, que l’on m’entende, celui qui me croise à présent doit pense : C’est ça Lukaku." …...Et la Bête "Je suis un bon garçon, je le suis du plus profond de moi. J’aime entrer dans une pièce et observer ce qu’il s’y passe : Cerner les gens et prendre possession de la place, j’aime me divertir avec tous ceux avec qui j’’interagis et avec qui je me sens bien J’aime bien les vannes et je ne me choque pas lorsque cela me vise directement. Mais si je me rends compte que l’on me cherche vraiment des problèmes, et si je te prends vraiment au mot, tu trahis tout ce que je t’avais accordé, et même si je n’irais pas aussi loin, j’irai directement là où tu voudras arriver. Et là : Wow, tu fais face au Mec : C’est aussi ce qui se passe en moi lorsque la bête qui sommeille en moi se réveille." Que fait la Bête ? "C’est là que c’est un problème mon gars, car je déteste perdre, je chasse mon adversaires, je leur fais dire les choses horribles qu’ils ont à me dire et je réponds à mon tour." Mais c’est une attitude négative… "Non, c’est bénéfique et cela me permet de rester en vie. C’est là même chose avec l’entraîneur : Lorsqu’il me hurle depuis le banc, dès que je marque je lui réponds en criant : "Et maintenant ? Tu en veux encore un autre ?" Cela me motive et le motive : C’est une compétitivité personnelle, si elle est absente, tu ne gagnes pas." "Vous savez pourquoi j’ai aimé le documentaire The Last Chance sur les Chicago Bulls ? Car cela démontre qu’il ne faut pas nécessairement être amis pour atteindre le sommer. Derrière les victoires, on ne retrouve pas que des bouquets de roses et des fleurs, croyez-moi." Pourquoi, avant d’arriver en Italie vous sembliez avoir j’avais les bras tombant "Je ne le sais pas, je dirais qu’il me manquait simplement la force intérieure pour prendre par la main mes équipiers et les porter ailleurs. Je répondais absent lorsqu’ils avaient besoin de moi, je n’avais pas assez de carrure pour qu’ils puissent s’appuyer sur moi, c’est comme ça. J’avais simplement besoin de traverser une telle période douloureuse, aussi mystérieuse, pour grandir et me retrouver ici." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Giuseppe Marotta et Piero Ausilio se sont livrés à Rimini dans le cadre du lancement de la session estival du Calciomercato. Voici les déclarations de notre Padrino devant le parterre de journalistes présent à Rimini, suivi de celles octroyées à Sky Sport La vente la plus lucrative sera celle d’Hakimi : Où en sommes-nous actuellement ? "Nous sommes en train de finaliser une opération que notre Directeur Sportif a réalisé d’une façon retentissante, il s’agit d’une opération douloureuse que nous réalisons avec énormément de souffrance, mais elle s’avère nécessaire pour donner de l’oxygène au club et pour nous apporter les outils nécessaire pour apporter de la continuité et de la stabilité qu'exige un club de football. Cela ne veut pas dire que l’Inter n’ambitionne pas d’objectifs importants car, à côté de l’aspect financier, il y a la créativité et la compétence inhérente aux dirigeants pour composer une équipe compétitive pour l’Histoire et pour les résultats." Les tifosi se questionnent : Y-aura-t ’il d’autres ventes aussi excellente ou c’en est terminé avec Hakimi ? "Nous sommes, aujourd’hui, dans les conditions de dire que cette opération nous permettra de faire face à tout avec sérénité. La règle du Mercato est que si un joueur manifeste sa volonté de partir, qu’il sera difficile de le conserver, mais en ce moment, il n’y a pas personne qui présente ce type de symptôme chez nos joueurs. J’espère et je me souhaite que l’on puisse confirmer quasiment la totalité de ce groupe de gagnants." Comment se passe la situation relative à Lautaro, avez-vous parlé de prolongation ? "Nous avons débuté un échange dont la finalité sera une prolongation du contrat." Bellerin peut-être être l’idéal pour l’après-Hakimi ? Lazzari est-il le préféré d’Inzaghi ? "Ce sont des noms de joueurs intéressants. Mais en ce moment, nous devons nous comporter avec calme. Le plus important à retenir est que nous n’avons pas la capacité de réaliser des investissements très pesant, c’est évident que nous devrons agir en faisant preuve d’une grande créativité pour saisir les opportunités que le mercato nous offrira." Le fait de ne pas pouvoir investir vous impact à quel point ? "Cela vaut pour tous les clubs, ce n’est pas que pour nous. Il y a une contraction économique qui nous pousse à procéder à une gestion plus attentiste d’un point de vue administratif et financier." Quel est votre premier ressenti sur Inzaghi ? "Il est positif: Je retrouve en lui les caractéristiques conquérantes d’un entraîneur comme Conte. Je suis certain que cela apportera une continuité au projet avancé par Conte. Il est le profil le plus adapté pour être reconnu, à juste titre, comme son héritier." Avez-vous discuté au club d’InterSpac ? "Pas encore, mais il y a un dénominateur commun entre être cette initiative, Zhang et le Suning : Le bien et le futur de l’Inter. Je dois aussi souligner que la famille Zhang a injecté à profusion des ressources financiers : 700 millions d’euros. Toutes les initiatives sont évaluées, nous sommes dans une phase interlocutrice. Je ne peux pas m’exprimer étant donné que je n’ai pas d’autres éléments qui m’ont été porté à ma connaissance." Sur l’aile gauche, vous semblez bien, l’échange Drągowski-Sensi est une possibilité ? "Non, ce n’est pas une opportunité. Nous devrons saisir des opportunités sans faire de folies." Il Padrino à Sky Sport "L’ouverture du mercato reste un moment historique, il n’y aura pas de grands transferts très onéreux, la créativité y aura une grande place." Hakimi-Paris ? "C’est une opération sur laquelle Piero Ausilio a travaillé, nous en sommes dans sa phase finale, il y a des formalités à accomplir, ce qui est normal lorsque l’on traite avec l’étranger. Je pense que l’on peut arriver à sa conclusion dans un délai d’une journée." "C’est un transfert douloureux, mais comme Administrateur, j’ai l’obligation de garantir au club sa soutenabilité. Le mercato n’est pas encore entré dans le vif, et je tiens à souligner la difficulté à parvenir à transférer un joueur en obtenant uniquement du cash, il faut le savoir. C’est normal que le club souhaite confirmer tous ses joueurs, saut si ceux-ci manifestent leur intention de vouloir aller ailleurs, là il faut discuter." "Lorsque Hakimi sera officiellement au Paris-Saint-Germain, nous pourrons respirer. Je ne tiens tellement pas à devoir vendre d’autres joueurs, je veux maintenir l’organisme qui nous a donné tant de satisfaction." Lautaro ? "L’Inter a, devant elle ,des objectifs sportifs à atteindre au-delà de la soutenabilité financière. Avec les joueurs, Lautaro Martinez compris, nous avons débuté des petites approches pour prolonger les contrats. Lui et tant d’autres joueurs sont jeunes et l’Inter mise sur eux. Ce n’est pas une entreprise facile, mais nous devons veiller à défendre le patrimoine historique de ce club riche de succès. Ces couleurs présentent un palmarès riche de succès que nous devons continuer à maintenir à un niveau important. Il faut également souligner que nous sommes dans une période de contraction économique et financière." Y-a-t ’il des avantages et des inconvénients vis-à-vis des joueurs en fin de contrat ? "Tout dépend du point de vue. Si tous font preuve de rigidité dans la gestion de cette situation, cela sera un inconvénient contrairement à avant. Les salaires ont atteint des niveaux insoutenable et dans n’importe quelle autre société, celles qui ne font pas partie du monde du football, nous aurions été en face d’un scénario de faillite." Comment remplacer Hakimi ? "Nous travaillons en équipe, il y a l’entraîneur et les collaborateurs, nous devons faire preuve de sérénité car il n'y aura pas de demandes de clubs vendeurs, nous devons saisir les opportunités et être imaginatifs, je ne prévois pas de grands mouvements entrants du club. Mais le fait de confirmer un groupe gagnant comme le nôtre représente un point de départ important". L’approche populaire ? "Cela concerne la propriété, je ne peux pas m’exprimer aussi bien par respect, que par manque de connaissance des éléments. C’est normal que nous devrons, nous aussi créer un nouveau modèle, nous faisons face à un changement d’époque, il n’y aura plus d’opération pharaonique. On travaille sur les compétences, l’inventivité, l’opportunité, et sur le secteur des jeunes qui représentent un grand patrimoine." Eriksen ? "Nous ne l’avons pas entendu directement, pour des raisons de vie privées. Le médecin, oui, ce qui compte c’est de retrouver Eriksen l’Homme, avant le joueur. La première intervention réalisée par les médecins, dans le stade, a été miraculeuse et efficace, nous parlons ici de quelque chose de merveilleux. Ce n’est pas le moment de parler de l’après, il doit retrouver de la sérénité et sa santé." "La fierté d’une direction est aussi de voir ses propres joueurs évoluer en équipe nationale, à l’Euro. Vendredi, ce sera Belgique-Italie avec nos joueurs, le tifo est acquis, à présent dire que le meilleur gagne ne compte plus, mais que l’Italie gagne. Mais je reste fier de nos joueurs." Inzaghi ? "Nous travaillons en équipe, tout le monde doit chercher à prendre des décisions dans le bien de la collectivité. Je me souhaite qu’Inzaghi soit l’héritier de Conte, en tout et pour tout, dans les résultats et sous l’aspect professionnels. Avec lui, il y a des échanges quotidien, il échange avec Ausilio trois ou quatre fois par jours, avec moi, très peu. Je pense qu’il a passé ses vacances au téléphone, il a déjà démontré un grand sens d’appartenance." Conte ? "Cela fait quelque temps que nous n’avons pas échangé, je sais qu’il est parti en vacances et c’est bien ainsi. Il restera un souvenir splendide de deux années extraordinaires passées avec des résultats atteints." Le Scudetto ? "Nous devons nécessairement tenir élevé la bannière de l’Inter pour l’Histoire du Club. Même si l’on n’a pas de finances, on retrouve les motivations et les compétences, car sans elles, il n’est pas possible d’atteindre les objectifs." Piero Ausilio se livre à Sky Sport depuis Rimini Que pensez-vous de la photo d’Insigne, avec le maillot de l’Inter, enfant ? "Je m’en souviens. Chaque fois que nous finissons par jouer le Napoli, elle me poursuit, je ne sais plus à quel âge il l’a fait. Mais il se moque toujours de moi lorsque nous nous croisons." Y-a-t ‘il la possibilité d’en trouver un lendemain ? "Non, il n’y a rien à voir absolument avec cela, c’est une chose divertissante, c’est une photo qui fait du bien dans la tête." On savait que l’Inter allait devoir sacrifier au moins un joueur titulaire et que ce serait Hakimi. A quel point cela vous déçoit-il vu que vous l’aviez suivi durant tellement d’années et que vous l’aviez recruté pour 40 millions d’euros ? "Notre temps n’est jamais celui qui compose le mercato: Selon vous, nous avions été très rapide, en brûlant quasiment toute la concurrence, mais nous avions respecté les délais. Nous parlons avec Paris et il y a une opportunité, nous sommes encore à distance de la finalisation. Nous prenons notre temps pour, lorsque tout sera prêt, qu’il puisse s’agir de quelque chose de définitif." Les Tifosi se demande s’il s’agira de la dernière vente d’un Big. Lautaro, Skriniar, Bastoni, Barella… "Je sais que vous avez aussi questionné Marotta, l’idée était de sacrifier un joueur avec lequel le mercato pouvait se conclure, et Hakimi en était le plus proche, nous ne pensons pas aux autres. Nous devrons faire tant de petites choses pour arriver à l’objectif fixé par la propriété, nous pensons pouvoir le centrer d’ici à la fin août." Comment est née l’opération Calhanoglu ? "Nous avons dû en parler suite à la situation particulière entourant Christian. Nous avons le devoir, en tant que club, de répondre présent. Nous attendons Eriksen, nous savons qu’il fera face à un long parcours et nous lui sommes proche, nous lui donnerons tout le temps nécessaire et nous souhaitons qu’il puisse revenir à faire ce qu’il a toujours fait. Nous sommes l’Inter et nous devions aussi penser au bien du club et à l’opportunité Calhanoglu”. Etes-vous intéressé par Raspadori? "Ce n’est pas la bonne soirée pour en parler. Bonan est devenu plus vicieux que Di Marzio (il sourit). Je peux seulement vous dire que c’est un joueur que toute l’Italie apprécie pour ses qualités et son sérieux, je le connais et l’apprécie depuis le secteur jeunesse. Selon moi, il profitera encore de Sassuolo quelques temps." "Carnevali est un coriace qui ne vend pas facilement et nous ne sommes pas en mesure de nous présenter sérieusement pour Raspadori. Nous considérons qu’il n'est pas sur le marché et que notre parc d’attaquant est au complet." Bellerin et Zappacosta ont été cité pour être deux bons remplaçants d’Hakimi, Onana pourrait ‘il représenter une opportunité pour un futur sans frais ? "Hakimi est encore un joueur de l’Inter je ne parle pas de remplaçant tant qu’il n’y a rien de définitif. Je contrôle et je connais le Mercato., nous répondrons présent s’il est possible de réaliser quelque chose. Je lis et j’entends tellement de nom,s aussi celui d'Onana qui est récemment sorti, mais notre parc de gardien est suffisamment qualitatif, il peut couvrir aussi bien le présent que le futur. Il ne faut pas oublier que Stankovic est très fort et que Brazao fera rapidement parler de lui, car il est vraiment très doué." Geoffrey appréciera Un échange sympathique a eu lieu entre Adriano Galliani et Piero Ausilio. L’actuel Administrateur-Délégué de Monza est revenu sur le duel à distance qui a mené au recrutement de Geoffrey Kondogbia : "L’Inter a été très bonne, même si je dois prendre aussi en considération la mauvaise relation avec Nelio Lucas son agent. J’avais besoin aussi à ce moment-là de sa contre-signature car nous étions en phase de vente du club" - Galliani Piero allume le français : "Il avait recruté Pessina pour 30.000€ et nous Kondogbia pour 30 millions d’euros. A postériori, nous aurions mieux fait de recruter Pessina, rien n’a bien tourné. L’investissement n’avait pas porté ces fruit vu les prestations qui en ont suivi." Pas même un auto-but de 50 mètres ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. La Belgique affrontera l'Italie en quarts de finale de l'Euro 2020 ce Vendredi alors qu'une "génération dorée" tente à nouveau de remporter, enfin, un titre majeur. Roberto Martinez a déclaré ceci lors d'une interview accordée à Goal (seules les parties dédiées à Lukaku sont traduites). Question: Si je vous donnais 100 €, les parieriez-vous sur Romelu Lukaku gagnant le Ballon d'Or? "Je partagerais 50 € pour Romelu Lukaku et 50 € pour Kevin De Bruyne. Je pense que les deux, dans leurs rôles, ont été les meilleurs du football mondial. J'espère donc qu'ils pourront obtenir les récompenses qu'ils méritent." Sur le but dédié à Christian Eriksen. "Cela vous montre qui est Romelu. C'est une personne attentionnée. Il y a des valeurs qui sont plus importantes que simplement gagner ou perdre. La façon dont vous gagnez est la façon dont vous vivez la vie. Et je pense que c'était un moment merveilleux que Romelu Lukaku avait traduit comme: 'L'importance de ce moment est que Christian aille bien'. Et nous voulions célébrer avec lui." Sur la progression de Romelu Lukaku. "Nous parlons d'un Romelu Lukaku qui est plus qu'un buteur depuis qu'il a rejoint l'Inter. Il est arrivé dans le bon club, au bon moment, avec le bon entraîneur, Antonio Conte, et a développé cette incroyable maturité. Ce n'est pas seulement le buteur que nous connaissons tous. C'est quelqu'un qui peut affecter le jeu, il peut affecter les joueurs autour de lui. Il peut vraiment vraiment influencer ce que vous allez faire sur le terrain." "Il n'a toujours que 28 ans, les records de buts sont incroyables, mais je pense que Romelu Lukaku est devenu un footballeur très mature au cours des 14 derniers mois." De son côté, s'adressant au magazine italien L'Uomo Vogue, le joueur de 28 ans a parlé de l'expérience de la défaite de la finale de la Ligue Europa en 2020 et de l'effet que cela a eu pour galvaniser son désir de concourir pour les trophées. "Si je regarde en arrière, par rapport à il y a deux ans en Angleterre, je suis passé au sommet. Maintenant, nous sommes champions d'Italie et c'est magnifique. Ma priorité maintenant est de profiter du moment, de célébrer avec mes coéquipiers. L'amour des fans ici en Italie est différent : ici, il est plus chaleureux et sincère qu'en Angleterre, les gens ici expriment vraiment leur affection pour les joueurs et pour l'équipe. La saison dernière a été fantastique." "Après la finale de la Ligue Europa, j'étais très triste, mais malgré la défaite contre Séville, j'ai reçu de l'affection et de la compréhension de la part des fans. Puis j'ai réalisé que je devais faire tout ce qui était en mon pouvoir, à partir de ce moment, pour aider amener l'Inter à la victoire, pour pouvoir aider l'équipe, l'entraîneur, mes coéquipiers." Moralité: Une petite finale Belgique - Angleterre avec un Romelu Lukaku crucifiant the Three Lions en guise pied de nez aux fans anglais?
  13. Selon des médias, Gabriele Oriali semble prêt à quitter son rôle de directeur technique de l'Inter après l'Euro. Il serait remplacé par Ricardo Ferri. L'ancien joueur de l'Inter et de l'Italie travaille avec Roberto Mancini et concentre actuellement toute son attention sur le match contre la Belgique ce Vendredi en quart de finale. Oriali s'entretiendra avec le club concernant son avenir une fois l'Euro italien terminé. Il semble maintenant que le résultat probable sera son départ. D'après le Corriere dello Sport, le club a son remplaçant en tant que Riccardo Ferri. Oriali nous a rejoint à l'été 2019 avec Antonio Conte agissant en tant que directeur technique. D'après Tuttosport, si Conte était resté comme manager, Oriali serait probablement resté pour continuer à travailler avec lui pendant au moins une saison de plus et ne resterait probablement pas dans son rôle actuel avec Simone Inzaghi. Enfin, s'adressant au média italien L'Interista, Riccardo Ferri a minimisé les rumeurs de son retour au club et a souligné qu'il ne suivait l'histoire que dans les médias. En effet, il a déclaré : ''Je lis aussi tout dans les journaux. Je peux dire que j'ai le plus grand respect pour le propriétaire de l'Inter et pour Oriali, et je n'ai rien de plus à ajouter.''
  14. L’ancien entraîneur de l’Inter, Antonio Conte, s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur la performance de la Squadra Azzurra de Roberto Mancini et sur la rencontre à venir face à la Belgique de "son" Romelu Lukaku "Face à la Belgique nous allons jouer à 50/50, nous pouvons les mettre en grande difficultés, les battre et aller de l’avant. Anticipativement à cela, il faut analyser la situation générale de l’évènement, qui est un Euro itinérant, qui a pour tous une signification plus que sportive : Il s’agit d’une reprise et d’un retour vers la normalité après un an et demi de pandémie.La présence du public dans les gradins, dans certains cas avec un stade comble, nous a permis de savourer à nouveau ce qu’est l’essence du football et que nous avions toujours donné pour acquis." "Je sais, par expérience, ce que veut dire jouer dans un stade vide, sans la présence du public et comment il est compliqué de maintenir élevée la concentration et l’adrénaline de l’équipe. : Entendre les chœurs et la grogne, revoir les joueurs exulter sous les tribunes, écouter les hymnes changé par les athlètes et les tifosi n’a pas de prix. Le Covid ne peut, pas encore, être considéré comme un mauvais souvenir, il ne faut pas baisser la garde : La pandémie a certainement et énormément conditionné la préparation des équipes et le niveau de jeu des grandes Nations qui n’a pas toujours été si captivant." "Comparé au passé, ce tournois semble présenter plusieurs sélections composées de joueurs qui se présentent avec leurs propres physionomies, une propre identité, un propre ADN. C’est aussi pour cela que je retiens qu’il est bien plus difficile pour les sélectionneurs de travailler en profondeur sur des systèmes de jeu, sur des mécanismes à mémoriser via une répétition constante d’entrainement et de mise au vert à cause du Covid." "De nombreux buts et de nombreuses erreurs sont dues aux limites du travail tactique : Il y a tant de gestion de la part des joueurs. En temps normal, un Sélectionneur dispose de moins de temps qu’un entraineur de club pour gérer le groupe, et cette année et demie emplie de difficulté a vraiment été exaspérante. Cette situation est valable pour tout le monde, mais aussi pour ceux qui ont su construire une équipe équilibré sur les deux phases, pour ceux qui ont permis de façonner un collectif jeune, ambitieux et solidaire. Je parle ici de notre Sélectionneur Mancini." "La victoire en phase de groupe a mis en évidence une bonne qualité de jeu qui nous fait immédiatement espérer. La partie face à l’Autriche, qui est une équipe rude, physique, nous a mis au banc d’épreuve en mettant en évidence notre capacité à souffrir et à nous compacter dans des moments de difficultés. Cette difficulté pour atteindre la victoire peut être même bien plus utile comparé à une victoire facile, car elle a fait comprendre à tous, ce que le Groupe Azzurro avait déjà cerné : SI l’on souhaite aller de l’avant, on ne peut plus se tromper, aussi bien en phase de possession qu’en phase de non-possession, aussi bien de façon individuelle que collective , dans chaque passe, en cas de pressions haute, lors de transversales, de tackle, de verticalisation du jeu ou pour faire tourner le ballon, chaque geste est devenu décisif." "Cela vaut aussi au niveau psychologique et dans la façon d’aborder la rencontre : Il est indispensable de disposer d’un mix de Grinta, de concentration, d’entraide, de capacité à souffrir et de ne jamais vouloir abdiquer: Une rencontre de ce niveau peut être décidé par le moindre détail, par le développement d’une faute d’un côté, d’une distraction ou d’un centimètre de plus ou de moins sur base de la ligne tracée par la Var." "Chaque joueur doit mettre ses qualités au service du collectif. Trois qualités font la différence entre les joueurs du Top et les joueurs normaux de ce football moderne : La force, la rapidité et la résistance. Je ne cite pas les qualités techniques, car je les considère pour acquise. Tout cela représente la base minimale pour atteindre des objectifs important et notre équipe nationale a déjà démontrée qu’elle avait pu y ajouter sa propre physionomie, sa propre identité de jeu alors que d’autres équipes l’ont mois démontrés en préférant s’appuyer sur des individualités importantes, d’individualité capable de décider seule du sort d’une rencontre ou quasiment. J’ai vu cette façon de faire par quelques grandes nations, qui sont données pour favorites." "La Belgique, qui est notre prochaine adversaire, est une équipe forte individuellement et collectivement : Lukaku est une force de la Nature, c’est un rempart à lui tout seul, mais on découvre l’eau chaude si l’on vient à dire que les présences de De Bruyne et d'Hazard peuvent changer l’équilibre des choses vendredi. J’ai beaucoup d’estime pour le sélectionneur Martinez, pour le travail abattu durant des années, mais la prestation face au Portugal ne m’a pas convaincu, que ce soit en phase d’agressions offensives, qu’en phase défensive." "Nous pouvons très certainement le mettre en difficulté via les ailes et le temps de jeu que sait offrir Jorginho sera fondamental. Mancini n’a pas besoin de conseil, au niveau de la tactique, les entraîneurs italiens savent préparer les parties comme très peu. Roberto proposera sur le terrain une équipe qui sera capable gérer chaque situation." L’Euro a démontré jusqu’à présent ce que les équipes savent faire sur le terrain, n’importe qui a sa chance : La vraie surprise négative est l’emprise de la Suisse face à la France. Il y a aussi l’optimale République Tchèque et la surprenante équipe du Danemark, mais elle mérite un discours à part. Ce n’est plus une question technico-tactique, mais dans le moment le plus dramatique, à savoir la lutte entre la vie et la mort de Christian Eriksen sur le terrain, une alchimie s’est créée, une force extraordinaire a pris vie dans ce groupe, le tout en créent une histoire sportive et humaine qui a tous les contours d’un comte de féé : Le Danemark est devenu l’équipe de Tous et il semble être poussé par un vent de légèreté qui le rend rapide, imprévisible, qui apporte de la fraîcheur. Je ne sais pas jusqu’où ira son parcours, car même parfois les contes de fées claque contre la réalité, mais je leur souhaite de continuer à aller de l’avant : Ce serait, aussi, le plus beau des cadeaux pour Christian". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Après l’Euro 2020, l’Inter va rencontrer Gabriele Oriali, qui est actuellement en poste avec la Nazionale aux côtés de Roberto Mancini, pour répondre à la question suivante: L'aventure va t'elle se poursuivre avec la Légende Nerazzurra suite au départ d’Antonio Conte ? Révélation de Calciomercato.com Actuellement, la priorité est donnée à l’Euro, mais après celui-ci, l’Inter et le First Technical Manager Nerazzurro devront se regarder droit dans les yeux pour définir du futur: "Il est inutile de tourner autour du pot, de rentrer dans une ambiance de départ, encore plus après la résolution du contrat d’Antonio Conte" Si l’entraîneur et l’ancien milieu de terrain ont travaillé ensemble à l’unisson, au sein du club, il s’agit de deux entités différentes, un choix qui a d’ailleurs permis de scinder leurs rapports: "L’idée de la Direction était d’avoir deux figures distinctes que sont Oriali et Antonio Conte, l’actuel Team Manager de la Nazionale a d’ailleurs été intégré au Staff directement par le Club." Oriali a toujours travaillé comme un Homme de Conte, en faisant preuve également de perplexité en regard à la propriété et si les rapports ne sont pas dans un niveau optimal historique, le départ est loin d’être acté: "Dans le même temps, Beppe Marotta a également commencé à scruter l’horizon, car l’Inter n’a aucunement l’intention de laisser, vacant, le poste actuellement occupé par Oriali. Parmi les noms qui plaisent à la Direction, celui de Riccardo Ferri se distingue, lui qui a été lié depuis toujours aux couleurs Nerazzurre." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Giancarlo Inzaghi, est le père de Simone Inzaghi et de Filippo Inzaghi. Celui-ci s’est livré dans une interview au Corriere Dello Sport Rituel "Lorsque les équipes de mes garçons jouent, je ne vais pas au stade, je m’enferme dans ma chambre avec les volets fermés, la télé à fond et ma femme va dans une autre pièce. Je suis loin d’être un Lord anglais : Je suis colérique et je m’énerve lorsque cela ne se passe pas bien. Du lundi au vendredi, je prends zéro cigarette, mais le week-end j’en fume et un paquet et durant le week-end, je bois de la liqueur." Vu les résultats obtenus cette saison de Simone à la Lazio, le rituel a fonctionné…. "Il y a remporté trois titres, il a permis à la Lazio d’atteindre les huitièmes en Ligue des Champions et il a valorisé tellement de joueurs, il a vécu une aventure importante. Un autre à sa place serait resté 30 ans, vu comment il était estimé et comment on lui voulait du bien, mais il avait envie de se mettre à l’épreuve avec une réalité encore plus importante." Et il a dit oui à l’Inter..... "Je suis très fier qu’il ait trouvé une grande équipe et un grand Club. Pour Simone, c’est une étape très importante après 22 saisons passée à Rome, mais l’Inter est…l’INTER. Il a fait bien de se lancer à la rencontre d’un nouveau et si beau défi, je suis sur qu’il sera à la hauteur." Avez-vous aimé la lettre qu’il a écrit au Corriere Dello Sport, pour saluer les Tifosi de la Lazio ? "Je l’ai trouvé très belle et j’ai reçu 400 messages via WhatsApp par les Tifosi. Il a pensé à "comment partir correctement" en faisant preuve d’une sensibilité remarquable. Je crois qu’il va laisser un beau souvenir à Rome." Simone arrive-t ’il à l’Inter au meilleur moment de sa carrière ? "Il va reprendre l’héritage d’un entraîneur talentueux tel que Conte qui a remporté le Scudetto mais qui n’a rien fait en Coupe d’Europe. Il aura un banc plus profond que celui qu’il avait à la Lazio, il donnera tout de lui-même pour prouver ce qu’il vaut." "Je connais bien mon fils : S’il est actuellement en vacances avec la Famille ; il va déjà penser à comment faire jouer son équipe dans quelques jours." Vous sentez vous capable de prononcer, vous, le mot Scudetto ? "Non, par l’amour de Dieu…(il rit). Il faudra voir ce qu’il se passera lors du mercato car je lis qu’il y a tant de clubs qui ont besoin de vendre avant d’acheter.Pour parler d’objectif, mieux vaut attendre le début du mois de septembre." "Il y a deux ans, lors de la mise au vert de la Lazio, j’avais prédis qu’elle allait marquer le coup et ce fut le cas, du moins, jusqu’à l’arrêt du tournoi à cause du Covid. Peut-être qu’il parviendra encore à faire encore mieux qu’à cette saison-là, je l’espère." En tant que père, comment pourriez-vous nous décrire Simone, l’entraîneur ? "C’est une personne qui sait sourire et qui a de bons rapports avec ses joueurs, mais s’il s’énerve, il peut faire trembler les tables du vestiaire. Il a du caractère, envie de travailler, de l’ambition et il dispose d’un staff de collaborateur bien préparé." "A l’Inter, il retrouvera des professionnels tout aussi sérieux, et un Centre Sportif, la Pinetina, qui lui a fait une impression incroyable." Après avoir aidé Immobile à remporter le classement des meilleurs buteurs et le Soulier d’Or européen, parviendra-t ’il à faire pareil avec Lukaku ? "Je sais qu’il a déjà parlé avec Lukaku et qu’il l’estime tellement comme attaquant, selon moi, Simone va le tenter." Pour clore, votre avis sur le choix de Filippo de rejoindre Brescia ? "Il a dit oui à Cellino car il le voulait à tout prix et parce que le programme est intéressant. Brescia dispose d’un entraîneur qui est présent dès 9h du matin et qui étudie ses adversaires et ses joueurs durant la nuit. Filippo est un maniaque, je lui souhaite de pouvoir défier à nouveau Simone en Serie A, lors de la saison 2022-2023." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. S'adressant au média italien L'Interista, notre légende de 78 ans a félicité les Nerazzurri d'avoir profité de la situation de Calhanoglu au Milan. Il a également donné son avis sur les joueurs de l'Inter dans l'équipe nationale italienne. "J'aime beaucoup Hakan Calhanoglu. C'était parfaitement juste de l'amener à l'Inter. Ils ont bien fait de profiter de la situation qui s'était présentée. Evidemment ça fera plaisir aux fans qu'il vienne de Milan, et c'est normal qu'on en parle. Par exemple, j'attends déjà un but de lui dans le derby (il a ri, ndlr)." "Faites une équipe qui peut continuer à se battre en haut de tableau, mais ne me laissez pas en dire plus, sinon je devrai courir dehors et toucher du bois." "Je dis juste que j'aime Inzaghi, il sait comment sortir une équipe qui gagne et veut réussir. Quant à Conté ? Il est juste que vous partiez si vous n'avez plus le même état d'esprit qu'au premier jour." "Mancini fait un excellent travail. Les garçons le suivent jusqu'au bout, ce qui me fait penser qu'ils peuvent aller jusqu'au bout de cet Euro. J'ai adoré Barella, mais aussi Bastoni contre le Pays de Galles. Nicolo a l'esprit de Burgnich et Facchetti, il peut devenir le capitaine de l'Inter et de l'équipe nationale à l'avenir."
  18. Pour Radio Rai, Antonio Conte est revenu sur les progrès de la Squadra Azzurra lors de cet Euro. Il évoque aussi Christian Eriksen et son avenir. Voici ses propos : L'Italie est-elle la meilleure en ce moment ? Voyez-vous une surprise dans cette compétition ? "Honnêtement je ne vois pas un seul outsider capable de remporter cet Euro. Le jugement sur l'Italie est certainement positif. Ils sont devant d'une manière brillante, avec unité, cohésion et une grande envie. C'est de bon augure. Elle a fait preuve de régularité et elle a un grand mérite de vouloir gagner tous ses matchs. Elle est l'une des candidates pour aller au bout. Pour le reste, les autres équipes nationales confirment. J'aime la France et l'Allemagne. Elles ont l'expérience et des joueurs forts. La Belgique est une excellente équipe et si De Bruyne et Witsel reviennent au top ils seront dangereux." Qu'avez-vous le plus aimé dans cette sélection ? "Ce que j'aime c'est qu'elle transmet de la confiance. Quiconque regarde l'équipe y voit l'équilibre et le bloc compact entre les phases défensives et offensives. C'est important quand vous voulez aller au bout. Il faut attendre des matchs plus exigeants mais c'est très positif. Il ne faut sous-estimer ce que fait la Nazionale." Voyez-vous des similitudes entre cette équipe et la vôtre en 2016 ? "Le fait que les deux sont compacts. C'est un grand point en faveur de l'Italie et nous étions comme ça aussi." Y avait-il trop d'euphorie après la victoire contre l'Espagne lors du huitième de finale en 2016 ? "Non je ne pense pas. Nous étions premiers, nous avons battu l'Espagne et nous avons joué l'Allemagne, les champions du monde en titre. Nous avons réussi à jouer un très bon match mais cela s'est joué aux tirs au but. Avec tout le respect que je dois à ceux qui ont déjà rencontré l'Italie, à partir du second tour les choses se compliquent." Il pourrait y avoir la Belgique en quarts. C'est plus fort qu'en 2016 ? "Ces dernières années ils ont toujours été hauts dans le classement FIFA, malgré tout ils n'ont toujours rien gagné. De par les joueurs qu'ils possèdent, ils sont candidats à la victoire finale. Vous devez prouver que vous avez en vous le saut de qualité. Ce sont les trophées qui vous font entrer dans l'histoire." Autre facteur de réussite, la Serie A s'est également améliorée : "Le niveau de qualité a beaucoup augmenté ces dernières années. Beaucoup de grands joueurs sont arrivés, c'en est la preuve." Comment évaluez-vous le travail des arbitres ? "De par mon expérience en Italie et à l'étranger il y a certainement une manière différente d'arbitrer. En Angleterre le contact est souvent non sifflé, même s'il est fougueux et volontaire. En Italie et en Espagne c'est l'inverse. Dans certains pays le football est plus viril, dans d'autres non. Je préfère quand ça laisse jouer." Un commentaire sur ce qui est arrivé à Eriksen ? "Ce furent des moments horribles que j'ai vécus seul. J'ai eu la chance de vivre en contact étroit avec lui et ça m'a fait me sentir mal, ça m'a frappé. Je suis heureux que ça soit résolu, c'est le plus important. Je remercie toutes les personnes pour ce qu'ils ont fait et pour leur sang-froid. Je souhaite que Christian reste serein et en famille, ensuite viendra le temps viendra pour d'autres évaluations. Le foot vient après." Est-ce une année sabbatique pour vous ? "Ce sera une année dans laquelle je vais tenter d'étudier et continuer d'enquêter sur certains contextes. Je veux tirer le meilleur parti de cette situation indésirable. Mais ce n'est pas grave, je vais profiter de cette période pour être avec ma famille et pour regarder le football, qui évolue constamment." ®gladis32 - internazionale.fr
  19. C’est une information de nos confrères de Fcinter1908.it qui s’est penché sur la situation de de la pépite française : Lucien Agoumé En effet, l’Inter de Simone Inzaghi sera différente de celle proposée par Antonio Conte. En effet, l’objectif déclaré de Steven Zhang n’est pas le Scudetto, ce qui pourrait offrir du temps de jeu à certains jeunes joueurs prometteurs méritants. Selon Fcinter1908, l’Inter a confirmé à l’agent de Lucien, Djibril Niang, quel est le plan mis en place pour son poulain: "Sauf en cas d’offre indécente, le joueur débutera la mise au vert sous les ordres de Simone Inzaghi qui analysera s’il pourra faire du jeune Nerazzurro, le Vice-Brozovic. Ce sera à l’entraineur à définir s’il lui sera possible de l’intégrer dans un système de rotation." Si tel est le cas, Agoumé restera à Milan car l’Inter est certaine de disposer d’un jeune joueur différent de ceux dont elle dispose dans son vivier. Pour l’Inter "Lucien est le jeune le plus talentueux, un joueur spécial à faire grandir à la maison… le tout avec l’aval d’Inzaghi." Si l’objectif annoncé n’est qu’une façade pour la presse, pensez-vous que Lucien Agoumé a les épaules assez solide pour intégrer le milieu de terrain Nerazzurro ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Steven Zhang le Président de l’Inter, Championne d’Italie s’est livrée sur la conquête du Scudetto, mais également sur d’autres thématiques telles que le gouffre abyssal financier dû à la fermeture des stades…. Son interview à la presse chinoise La victoire du Scudetto "J’en suis très fier, c’était un moment spécial pour tout le peuple interiste, pour les Tifosi, pour Milan. Lors de ces neufs dernières années, nous faisions face à un adversaire redoutable qui avait toujours gagné. La dernière fois que nous avions remporté le championnat remonte à onze années. Cela démontre que notre travail, lors de ces cinq dernières années est allé dans la bonne direction. Objectivement, voir toute la ville et les tifosi heureux était quelque chose de satisfaisant." Les tifosi étaient, hélas, absents du stade durant toute la saison. Qu’est-ce que cela signifie pour un grand club comme l’Inter ? "Malheureusement, la pandémie a changé l’environnement du football international et cela a impacté de nombreuses industries, et plus particulièrement celles engagées dans les services offline. L’industrie du football, et du sport, a été durement touchée. Les tifosi ne savent plus voir physiquement les rencontres, de nombreux vendeurs et restaurant sont restés fermés. Cela a effectivement marqué notre secteur." "Si l’on se fie uniquement sur la saison 2019-2020, l’industrie du football européen semble avoir perdu entre 2 et 3 milliards d’euros. Sur l’ensemble des deux saisons, les pertes ont doublée pour rejoindre les 5 à 6 milliards d’euros, cela a impacté de nombreux clubs et de nombreuses personnes du monde du football." "Nous ne récupèrerons pas ces chiffes rapidement....tant de situations ne reviendront pas à la normale comme ce fut le cas lors de l’ère pré-covid: A présent, tous les clubs doivent penser à réduire les dépenses et à maintenir une soutenabilité lors des années à venir. Il faudra se reprendre, suite à l’impact de cette épidémie, dans le temps." "Il faudra penser à savoir comment attirer l’attention des tifosi, de penser à savoir comment faire usage des plateformes digitales, des réseaux sociaux pour satisfaire ceux qui ne savent pas venir au stade, soit les Tifosi qui regardent les rencontres depuis leurs maisons." "Nous devons nous concentrer sur cela à présent, mais nous étions déjà au travail, avant la pandémie, pour établir un système d’infrastructure stable au club. Nous avons mis au point de nouveaux produits depuis l’épidémie et nous avons apporté quelques adaptations à notre système." La thématique sur la Super League sera-t ’elle de retour sur la table, à l’avenir ? "Je pense que cette série d’événements nous a inspiré : Nous devons collaborer avec la FIFA et l’UEFA pour améliorer la qualité du jeu, pour savoir quels changements doivent être apportés au mercato, pour écouter les souhaits des tifosi et pour savoir comment il est possible de leur offrir une meilleure expérience." "L’épidémie nous a poussé dans cette vision nécessaire de changement, d’innovation. Peu importe quelle sera la méthode utilisée, il est impératif de savoir qu’il est nécessaire de comprendre le marché, de comprendre quelle sera la situation post-pandémique, de changer le système du football et de l’améliorer." Président, vous avez déclaré vouloir reconquérir l’attention des supporters et établi des programmes afin d’attirer de nouveaux tifosi. N’êtes-vous pas inquiet par le fait de rester éloigné de l’Inter de ne la vivre que par le biais des plateformes digitales ? "C’est une nouvelle façon de concourir avec les autres clubs : Nous devons être bon pour offrir des contenus toujours plus intéressants afin d’attirer les consommateurs. Objectivement, j’estime qu’il y a une nouvelle génération de jeunes de mon âge qui prêtent plus attention aux médias digitaux, nous savons qu’il y a une sorte de compétition, mais que cela reste aussi une opportunité pour nous d’avoir plus de tifosi" "Les plateformes de médias digitaux vous offrent de meilleures opportunités pour vous rapprocher de ces tifosi, de ces consommateurs, qui par le passé, n'étaient pas possible à atteindre. Pour se battre sur ces plateformes, nous devons nous assurer que notre secteur est capable de fournir des contenus toujours plus intéressants, surtout en dehors de terrain de jeu." "Je pense donc qu’il est bénéfique que nous visions les jeunes qui sont les plus attirés par ce type de plateforme, que nous analysions aussi quelle est la tranche d’âge de ces personnes, et que nous songions à leurs proposer différents contenus." Quel est l’importance de viser les marchés étrangers pour le futur du club ? Comme par exemple, le marché chinois ? "Pour un club comme l’Inter, les tifosi italiens seront toujours la base, la partie la plus importante, mais la globalisation de l’industrie sportive et de l’ère de l’information, de la production de contenus, est devenu globale comme l’est justement le nom de notre propre club, plus "Internazionale"." "Le club représente des idées et des concepts culturels et internationaux différents. On constate que la moitié du public provient de l’étranger et la Chine est certainement un marché important. Les tifosi qui s’intéressent au club depuis l’étranger ne s’intéressent pas qu’au Calcio, mais ils veulent en savoir plus sur la culture italienne, et sur chaque nouveautés ou information de la ville de Milan: C’est la source de la croissance du marché et cela ne vaut pas que pour nous, mais pour tous les clubs européens." "Le public chinois représente une tranche importante : Nous devons comprendre quels sont les besoins des tifosi qui suivent l’Inter depuis la Chine : Quels sont les contenus intéressants, car ils ne savent évidemment pas suivre le club depuis l’Italie, mais uniquement à travers internet et les cellulaires." Son interview à Sky Sport Le Covid-19 "L’industrie du Sport et, plus en particulier, celle du football doit face à une concurrente inégale sur le marché. Si nous pensons aux statistiques, à la visibilité, au temps passé par les personnes dans le monde du football, tout diminue." "L’expérience a changé, surtout sans les tifosi au stade, à cause du Covid. Nous devons toujours évoluer, rivaliser sur les réseaux sociaux avec les autres sports, pour parvenir à occuper le temps des personnes. Il y a tant de choses à faire en particulier avec les nouvelles générations comme les jeux vidéo, Tik Tok." "En qualité de groupe de divertissement, nous devrons toujours nous questionner sur les produits à introduire sur le marché, aux adaptations à effectuer, à améliorer, là où innover. Les quatre-vingt-dix minutes de jeu ne suffisent plus, les futurs investissements veulent s’engager dans une vision qui va bien plus loin qu’une simple rencontre, en visant d’autres canaux , comme le sociétal, voire les jeux vidéo dont il est possible de faire usage pour les pays où il ne t’est pas simple de voyager comme les Etats-Unis ou la Chine." "Nous devrons être innovant et courageux en nous remettant toujours en question afin de savoir si notre produit est suffisamment consistant pour nos tifosi." La Super League "La meilleure façon d’agir est de trouver une solution en travaillant avec la FIFA et l’UEFA pour arriver à un résultat d’un format de compétition qui sera un jour adapté aux grands clubs, et au plus petits, soit en intégrants toutes les parties prenantes du monde du football." Milan "Milan représente la mode, la créativité, c'est la capitale mondiale pour la formation d’artistes et de designer. L’Inter représente la ville, ou du moins sa moitié. Je travaille ici depuis presque cinq années, en la traversant par toutes ses artères, elle est pratiquement devenu ma maison. Voir les tifosi de cette ville fiers m’a offert des émotions et une connexion très profonde." "L’Inter, pour nous, n’est pas qu’un business, mais c’est aussi de la passion, de la connexion, un échange culturel entre les pays. Le jour où je partirai les personnes seront fier de l’histoire que j’aurais ériger pour le club en observant la salle des trophées et en y retrouvant une nouvelle collection de coupes, les personnes seront fier de notre parcours." Soulever la Coupe "C’est une sensation incroyable, une grande satisfaction d’avoir levé ver le ciel un titre avec des compétiteurs aussi forts, il n’y avait qu’une équipe qui l’avait remporté durant 9 ans de suite, et nous ne l’avions plus remporté depuis 11 ans." "Je ne pensais pas que ce jour n’allais jamais arriver, Tu ne peux pas imaginer ce que tu peux ressentir lorsque tu vois la ville et les tifosi aussi fier, en particulier dans une période aussi difficile dans l’Histoire, pour tous. Dans de nombreux pays, la normalité n’est pas encore revenue." "Apporter de l’espoir, de la lumière est quelque chose de spécial. Je ne sais pas si l’histoire se répétera, mais c’est surement une période qui restera marquant dans la mémoire de millions de personnes." Les sacrifies "Personnellement, le Scudetto est une satisfaction car nous nous sommes beaucoup engagés dans le club, financièrement mais aussi au niveau de l’énergie mentale et physique, afin d’arriver, avec l’équipe, à ce titre." "Un club comme l’Inter doit toujours être compétitif, conquérant ou sur la route pour l’emporter. Ce titre est la démonstration que nous lui avons rendu honneur et que nous avons fait quelque chose d’important pour cette équipe." "Nous avons apporté de la satisfaction à la ville et cela nous prouve que le travail paye malgré les difficultés." Un souvenir inoubliable "La photo de nous tous à Appiano, après la victoire : Tous, avec le staff, l’entraineur. Je vais l’encadrer et la mettre dans ma chambre, elle sera pour toujours dans mon cœur et dans mon esprit." Big Rom "Tous les joueurs sont importants, même ceux qui sont hors du terrain. C’est évident que Lukaku est spécial, et pas uniquement comme joueur, mais aussi comme personne : Il a un grand cœur, il est amical avec tout le monde, affectueux, il est éduqué et fait toujours preuve de respect pour tous. C’est rare de rencontrer quelqu’un avec un cœur aussi grand. Je me souviens, il y a deux ans, lorsque Conte l’a demandé avec insistance, et il a eu raison de nous forcer à réaliser cet investissement économique : C’est le joueur idéal." Le Stade "C’est très important de construire un nouveau stade, une nouvelle structure innovante pour le club, afin d’offrir une expérience de haut niveau aux supporters. Sans lui, nous serons toujours derrières les autres clubs qui ont déjà fourni des meilleures structures à leurs supporters." Le Saviez-vous ? Selon Calciomercato.com, l’Inter va connaitre une "Thohir Bis" En effet, très prochainement, Steven va quitter Milan et aucune date de retour n’est programmée. Si la logique veut qu’il va se lancer à la poursuite du futur Main Sponsor, il semble déjà acté le fait qu’Oaktree deviendra le futur propriétaire de l’Inter En effet, si Suning dispose de trois ans pour rembourser Oaktree selon des consignes très strictes, comme les coupes budgétaires de cette fin de saison, il semble que l’idée réelle du groupe américain sera de "prendre le contrôle du club, une fois les comptes remis en ordre…. Un peu comme l’avait fait Erick Thohir à son époque avant de vendre le club à Suning: Avant le Covid, la machine lancée par Suning tournait à plein régime jusqu'à ce que tout s’arrête, même au niveau du Main Sponsor dont la question a été gelée." Malgré tout, ce 10 juin, la haute direction de l’Inter s’est fait plaisir en s’offrant une petite virée à la Villa d'Este où l’on a pu retrouver l’intégralité du Senior Management du Club pour célébrer la conquête du Scudetto de cette saison. Au centre du cliché, on retrouve Steven Zhang accompagnée de la Coupe ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Le Président Steen Zhang n’a pas trop tourné autour du pot : "L’Inter a la nécessité de réaliser une plus-value importante d’ici à la fin de cette session du mercato" le tout en assurant de vouloir "conserver une équipe compétitive" C’est d’ailleurs la raison principale qui est à l’origine du départ d’Antonio Conte qui n’a pas accepté qu’on lui impose des consignes sur ses choix du mercato. Toutefois, grâce au natif de Lecce, des joueurs ont explosé sous les couleurs de l’Inter : Lukaku, Hakimi ou Barella pour ne citer qu’eux ont remporté un Scudetto et ont été finaliste de la Ligue Europa. Mais quel serait l’impact d’une vente d’ Achraf Hakimi et/ou Lautaro Martinez ? Etant donné que Romelu Lukaku est un pilier de l’équipe et que la prolongation du contrat d’Alessandro Bastoni, a déjà écarté deux autres joueurs courtisé par l’Europe Révélation de Calcio&Finanza Débutons par Achraf Hakimi, l’ailier marocain a été recruté, il y a seulement un an en provenance du Real de Madrid. Son transfert avait été retranscrit dans le bilan du 30 juin 2020 : soit 40 40.504.040 euros. En ayant signé un contrat courant jusqu’au 30 juin 2025, sa part d’amortissement est égale à 8,1 millions, cela veut dire qu’en date du 30 juin 2021, la valeur net du joueur sera égale à 32,4 millions. Si l’on prend en considération l’offre du Paris-Saint-Germain, 60 millions d’euros et les exigences de l’Inter, soit 80 millions d’euros, la plus-value varierait entre 27,6 millions et 47,6 millions d’euros. Mais il serait fondamental pour l’Inter de disposer de liquidité pour solder ce que l’Inter doit au Real Madrid. Cette liquidité n’est pas une variable banale pour un club comme l’Inter, qui se trouve confronté à des problèmes de versements des salaires au joueurs. Car S’il est vrai qu’un bilan peut être réglé à des fins comptable par des plus-values qui, parfois ne prévoient pas d’entrée et de sorties financière, mais seulement des échanges, il reste tout aussi vrai que les salaires des joueurs se doivent d’être réglé en liquide, peu importe la source de la caisse La situation est encore plus intéressante en cas de vente de Lautaro Martinez qui fait partie d’un "Mercato" à part vu les chiffres en question en regard au Top Player Dans le cas du Toro, l’Inter refusera toute offre inférieures à 80/90 millions d’euros et selon la presse sportive, l’Inter a déjà refusée une offre estimée entre 40 et 50 millions d’euros en provenance de L’Atletico Madrid de Diego Simeone Si les désirs des Nerazzurri viennent à se concrétiser, l’Inter n’encaisserait pas seulement 80 à 90 millions d’euros nécessaire pour la gestion ordinaire, mais elle réaliserait la meilleure plus-value de son Histoire, qui est actuellement détenu par Mauro Icardi et ses 47,1 millions d’euros. Le cout historique de Lazutaro, arrivé à l’Inter lors de la saison 2018/2019 est équivalent à 28.234.000 euros. Son amortissement annuel est de 5,8 millions d’euros, si celui-ci valait encore 17,4 millions d’euros au 30 juin 2020, il ne "pèsera" plus que 11,6 millions d’euros à dater de ce 30 juin 2021 Avec une vente à hauteur de 80 ou 90 millions d’euros, la plus-value s’avèrerait monstrueuse en culminant à 68,4 ou 78,4 millions d’euros. "Une vente difficilement atteignable pour d’autres joueurs, si ce n’est Romelu Lukaku." Une somme qui pourrait garantir un bon retour de flux financier au Club ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. En effet, si pour certains il faut choisir entre boire ou conduire, pour d’autres, il faut choisir entre épargner ou rester aux commandes du club. Et si le départ d’Antonio Conte offre une double "prime" en allégeant la masse salariale et en qualifiant automatiquement l’Inter en Ligue des Champions, il est hors de question de redimensionner de façon excessive l'équipe. Avec des challengers qui se sont tous renforcés, en passant de la Roma à la Juventus, les places pour la Ligue des Champions 2022-2023 vont valoir leur pesant d’or! Et il est hors de question de perdre la possibilité de récolter les 60 millions d’euros qu’offre l’Europe au Grandes Oreilles Révélation de la Gazzetta.it "Outre le fait que Suning exige une place constante parmi les quatre premiers au championnat, Oaktree Capital Managment, qui a dernièrement acté un financement à hauteur de 275 millions d’euros pour l’Inter, et qui a également la possibilité de devenir la future patronne du club dans le cas où Suning ne parvient pas à la rembourser dans un arc de cercle de trois années, intérêts inclus, entend selon des sources internes du club, ne pas vouloir déboussoler le club et l’équipe en ayant la conviction, que cela serait de courir un risque, que de ne pas se qualifier pour la Ligue des Champions 2022-2023" Partant de ce constat, l’activité centrale du mercato, qui était de récolter 100 millions d’euros a été revue à la baisse pour atteindre, à présent, 70 millions d’euros : "Il y a eu la prise de conscience que si pour épargner 30 millions d’euros, il faille céder un second Top Player, que le risque de perdre le butin garanti par la Ligue des Champions était trop grand et que le jeu n’en valait pas la chandelle et ce même si le bilan, à la fin du mois risque de se clôturer avec un déficit de -170 à -180 millions d’euros." La destinée de Lautaro est également prise en considération dans ce raisonnement: "Si l’objectif es de viser les 70 millions d’euros, la cession d’Hakimi au Paris-Saint-Germain ou à Chelsea, qui ont déjà proposé 60 millions d’euros, seront complété par le trésor garanti des ventes de Joao Mario, Radja Nainggolan, Valentino Lazaro et Dalbert." Ce qui permettrait de viser tout de même le palier de 100 millions d’euros d’actif, sans passer par le sacrifice d’un second top Player ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Selon Duncan Castles, journaliste du Times, dix joueurs du Real auraient imposé leur veto sur la venue d'Antonio Conte. "S’il vient, nous partons". C’était la phrase courte mais catégorique et retentissante que 10 joueurs du Real Madrid ont dit à Florentino Perez d'après Duncan Castles le dans le podcast "Transfer Window". Toujours d'après le Times, les joueurs ont appelé Florentino Perez lorsqu’ils ont appris qu’il négociait avec l’entraîneur italien pour le menacer de quitter le club si le transfert était acté. Le style dur de l’Italien n’allait pas être bien accueilli dans le vestiaire des Merengue et c’est pourquoi Florentino a décidé de faire revenir Carlo Ancelotti. Cependant, le média n’a pas révélé les noms des 10 joueurs mais donne des indices: "il s’agit des cadres de club Meringue." Même Sergio Ramos qui a un pied en dehors du club est le premier à se montrer contre cette venue. Le capitaine Espagnol n’a jamais entretenu une bonne relation avec Conte et les deux hommes se sont taclés dans les médias il y a quelques années. En effet, en 2018 déjà, Sergio Ramos avait ouvertement affiché ses réticences concernant une possible venue de Conte: "Conte ? Le respect se gagne, il ne s'impose pas. Il y a les entraîneurs avec lesquels on a gagné des titres. La gestion du vestiaire est plus importante que la connaissance d'un entraîneur."
  24. Antonio Conte s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur son départ de l’Inter Conte, vous revenez à Milan en n’étant plus entraineur de l’Inter…. "C’est une sensation particulière, je ne peux pas le nier: Il y a encore très peu de jours, nous fêtions le Scudetto, mais le voile de la tristesse et de la mélancolie a été immédiatement remplacé par la satisfaction énorme de rencontrer tellement de tifosi qui, dans la rue, me démontre des marques d’affections, d’estime et de gratitude." "Leur mécontentement et ce "Grazie Mister" qui me reviennent continuellement valent pour moi un Scudetto. C’est une prise de conscience des gens, qui ont constaté à quel point je me suis dévoué et engagé durant ces années. De l’énorme travail qui a été réalisé pour replacer le Club, l’équipe et les Tifosi là où ils méritent d’être. J’ai vraiment tout donné et les gens le savent." Pourtant, Massimo Moratti, qui est un symbole Interiste, dans "Il Fatto Quotidiano" a vu en votre départ un manque d’attachement "Je ne peux pas nier que cela m’a surpris et rendu amer de lire les déclarations de Moratti, qui est un homme élégant, intelligent et passionné, et qui, avec sa famille représente l’Histoire de l’Inter, connait encore toutes les dynamiques et ses revers." "Mais nous nous sommes entendu au téléphone et le Président s’est excusé pour ces phrases qui ne représentent pas le fond réel de sa pensée. Ceux qui me connaissent, et pas seulement lui, savent quel est mon attachement pour la représentation de ces couleurs, qu’ici ma dévotion, était totale: Corps et âme." "Peu importe où je suis passé, j’y ai toujours construit des groupes qui ont gagné en posant des fondations importantes pour le futur. Il y en a qui laissent des équipes totalement pressée avec des champions qui ont tout donné et qui ne savent pas donner plus." "J’ai toujours laissé, dans ma carrière, des équipes composées de jeunes joueurs valorisés et améliorés, des groupes qui se sont unis à cette mentalité conquérante qui ne s’achète pas sur le Mercato, Elle est le fruit d’un travail défini, quotidien qui prend en considération les moindres détails, le tout sans jamais abandonner." "Chacun est à sa place pour le bien commun et c’est l’addition de ces particularités qui, finalement font la différence . Je plaisante mais pas trop, lorsque je vous dis que les victoires passent également par le fait que le gazon doit être bien coupé aussi sur les terrains d’entrainement." Est-ce que les déclarations du Président Zhang vous ont influencé sur les nécessité immédiate du clubs ? A la Gazzetta, il nous a déclaré : "Conte est un gagnant, mais nous avions des idées différentes. Ce qui n’étais pas fondamental pour lui, l’était pour le Club et vice-versa." "Je peux seulement vous dire que mon projet n’a jamais changé. Cela n’aurait pas de sens de parler maintenant de cela, je ne tiens pas à entrer dans une quelconque polémique, ou a être questionné sur le mercato ou sur d’autres choses : Je respecte le Président Zhang et je le remercie pour m’avoir choisi, je veux le meilleur pour l’Inter, pour l’équipe et pour les Tifosi." "Je souhaite sincèrement bonne chance à Simone Inzaghi qui est un entraineur doué, capable, ambitieux, je souhaite au Monde Nerazzurro les meilleurs succès." A l'étranger celui qui gagne est encensé, en Italie on a toujours tendance à rechercher le côté obscur. "C'est une vieille et une mauvaise habitude. Nous réclamons en premier de l'excellente, mais après un certain laps de temps, nous avons tendance à vouloir la détruire. Je pourrais vous citer de nombreux exemples, même hors du milieu sportif, mais je ne tiens pas à élargir de trop le champs d'action: Tout le monde parle, juge et vous pointe du doigt. C''est peut être dû au fait que la médiocrité rapproche tout le monde. Moi, au contraire, je la refuse et je la combat." Le Saviez-vous ? Antonio Conte espérait secrètement rejoindre le Real Madrid ou les Spurs de Tottenham. Pour le club ibérique histoire, pas moins de dix joueurs sont montés au créneau pour marquer une opposition franche à l’arrivée du natif de Lecce. Concernant le club britannique, Antonio Conte se serait montré bien trop « gourmand », Paulo Fonseca, ancien entraineur de la Roma, est à présent donné favori pour occuper l’ancien poste de José Mourinho ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. L’ère Simone Inzaghi a officiellement débuté à l’Inter ! Si celui-ci a repris en main le club Champion d’Italie, il reste toutefois un vide à combler dans le secteur offensif, une situation que même Antonio Conte n’était pas parvenu à régulariser : Celle de disposer d’un vice-Lukaku Direction Lazio Selon Tuttomercatoweb.com, l'Inter évaluerait sérieusement l’idée de signer l’attaquant équatorien, auteur de 9 buts en 30 matchs cette saison. "Ce "soldat" d’Inzaghi présente les caractéristiques idéale pour être le Vice-Lukaku" Lors de ses années à la lazio, il a su faire apprécier sa capacité à souvent se montrer décisif en montant en cours de jeu, il peut également occuper le poste de premier ou de second attaquant. " En considérant son âge, 33 ans en septembre et son contrat qui arrivera à expiration en juin prochain, il n’est pas à exclure qu’il puisse laisser la Capitale sans devoir débourser un montant considérable." Le Saviez-vous ? Selon la Gazzetta Dello Sport, Caicedo n’aura pas un impact négatif sur la masse salariale : Si cette saison, il faudra débourser une certaine somme pour se l’offrir, "son salaire net de 2 millions d’euros vaut celui de Pinamonti !" Valideriez-vous ce recrutement ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr