Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'appiano gentile'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, c’est la grande révélation de la journée signée la Gazzetta Dello Sport : "Si l’on ne considère pas la saison 2016-2017, vu que Steven Zhang n’était pas encore aux manettes, nous assistons à la pire phase aller de l’Inter du Suning : Bien pire que les 39 points récoltés lors de la seconde saison de Luciano Spalletti." "A présent, remporter les deux coupes italiennes ne suffira plus : Il a été demandé à Inzaghi tout autre chose : Ne pas se terminer en Zone Champion’s serait considéré comme une faillite : Qui plus est, la façon dont l’équipe devra y parvenir sera également analyser: Les joueurs devront y parvenir sans faire preuve d’une anxiété exacerbée et sans même plonger dans des température sibériennes comparé au Napoli : Ils devront jouer les 19 prochaines matchs avec l’état d’esprit d’une équipe qui se bat pour remporter le Scudetto même si à présent la seconde étoile n’est plus qu’un mirage." "La qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions est, par contre, bien plus réaliste vu qu’elle permettrait d’engranger à minima 5 millions d’euros entre les primes en provenance de l’UEFA et les recettes du Giuseppe Meazza car si Porto représente un danger, il n’est pas imbattable." "S’il faudra parvenir à comprendre comment l’équipe peut se montrer si agressive face au Napoli et le Milan comparé à des équipes d’un blason inférieur comme le sont Monza, Vérone, Parme et Empoli, il sera important de compter sur des individualités retrouvés que sont Robin Gosens, Denzel Dumfries et Romelu Lukaku: Romelu semble en avoir terminé une fois pour toute avec ses pépins physique, il doit à présent se mettre des minutes dans les jambes et lancer la machine à but et à Appiano, il y a un programme bien spécifique qui l’attend pour l’installer d’une façon durable au cœur de l’attaque car on ne peut pas compter éternellement sur Edin Dzeko." " Si à ses côtés on retrouvera Lautaro Martinez qui va de certitudes en certitudes, Joaquin Correa réalise continuer a aligner les flops : la destinée des deux argentins est diamétralement à l’opposée. Le troisième argentin, lui, reste un regret car il y a quelques mois il aurait fallu parvenir à trouver une voie de sortie au Tucu afin de ne pas de gâcher la chance Paulo Dybala." Une soufflante aux joueurs Simone Inzaghi s’est entretenu avec les joueurs en leur disant qu'ils devaient absolument réagir après la défaite face à Empoli en Serie A et se ressaisir à l’occasion de la rencontre face à Cremonese Le natif de Piacenza a "insisté sur le fait que louper la Ligue des champions serait un "désastre" car si l'Inter avait abordé le match contre Empoli avec le sentiment qu'il restait un faible espoir de rattraper Naples en tête du classement de la Serie A, ce sentiment laisse à présent la place à l’incertitude de parvenir à terminer dans le Top 4. Et vu la victoire d’une dominante Lazio sur l'AC Milan, combinée aux résultats de la Roma et de l'Atalanta ce week-end, cela signifie que finir dans les quatre premiers est encore moins certain pour les Nerazzurri." "Cet échec ne serait rien de moins qu'un "désastre", une "faillite" pour les Nerazzurri sur le plan financier car le club a planifié son budget en fonction de la manne financière provenant de l’UEFA pour la participation à la plus grande compétition de clubs d'Europe qui parviennent à s’y qualifier: S'en priver, ce serait un énorme coup dur." C’est également pour cette raison qu’Inzaghi a insisté auprès de ses joueurs sur le fait qu'ils ne pouvaient pas se permettre de considérer la défaite d'hier contre Empoli comme autre chose qu'un faux pas temporaire, et qu'ils devaient réagir pour se remettre sur les rails contre Cremonese ce week-end." Validez-vous le comportement de notre Direction : La C1 ou la Porte vu que le Napoli réalise une saison digne du Bayern de Munich en Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, à travers deux articles, la Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur la situation entourant Romelu Lukaku et son avenir à l’Inter, un avenir qui est loin, très loin d’être déjà tout tracé: "C'est maintenant officiel, l'inflammation du tendon de sa cuisse gauche empêchera Romelu Lukaku d'être disponible pour le match de la Coppa Italia qui se disputera ce soir. Mais en y réfléchissant, ce n'est pas ce qui est le plus inquiétant: Ce n'est pas ce match en lui-même qui est problématique." "Un programme de Romelu : physiothérapie, piscine et vélo d'appartement, au moins jusqu'à demain, le tout sans voir le terrain. Ensuite, entre jeudi et vendredi, Simone Inzaghi et le staff médical comptent le remettre sur le terrain, au moins pour un travail dit athlétique, afin d'éviter que l'attaquant ne soit absent trop longtemps et que son reconditionnement devienne donc également un problème. Le match contre Vérone, de ce samedi doit être considéré comme un risque : au mieux, le Belge ira sur le banc." "Mais personne à Appiano ne peut actuellement le garantir, tout dépendra de l'évolution de la situation dans les prochaines heures. Pour être clair : Ce n'est pas une blessure des plus importantes, l'inflammation est légère, elle n'est pas liée à ses deux coups d'arrêts d'août et d'octobre, elle est liée à l'intérieur de la jambe. Mais nous sommes dans une histoire clinique, relative à cette saison, qui est déjà très compliquée. Et cela oblige tout le monde à agir avec une extrême prudence." La Super Coupe en prio "Tous d'Inzaghi aux joueurs ont les idées tournées vers la Supercoupe. Tout le monde compte sur la présence du Belge à Riyad. Pour faire face au Milan, au net du travail athlétique qu'il effectuera ces jours-ci, il sera en fait de nouveau disponible après un autre coup d'arrêt, deux semaines après sa dernière apparition comme titulaire contre Naples. Reste donc à savoir si Inzaghi pourra et misera sur lui dès la première minute. D'autant plus si Dzeko et Lautaro, dans une semaine, doivent continuer à donner des garanties physiques, ainsi que des garanties de performance." En fait, la saison de Lukaku a maintenant tourné au "calvaire" "Quelque chose ne fonctionne pas. Et cela ne peut qu'affecter le futur raisonnement que le club sera amené à prendre: Soit une décision ferme sur la possibilité de renouveler le prêt de Romelu avec Chelsea pour une saison supplémentaire. L'Inter ne peut pas faire de faux pas, ni d'un point de vue technique, ni d'un point de vue économique. Tout dépendra de la capacité de Lukaku à redresser la barre à partir de maintenant. Et ce nouveau stop, même s'il est limité dans le temps, n'aide certainement pas à penser positivement" Sauvé par le Décret Croissance ? "Les arrêts continus de Lukaku inquiètent l'Inter, qui pense aussi à l'avenir. Le prêt du Belge à Chelsea expire à la fin de la saison et le club Nerazzurri va devoir s'asseoir et négocier via également le "Décret Croissance " et pour Romelu Lukaku, c'est mieux qu'un centre Dimarco. En ne payant que 25 % (et non 45 % de taxe sur les salaires), les 8,5 millions de salaire net de Romelu pèsent un peu plus de 12 millions d'euros brut, soit en adéquation avec ce que perçoivent les autres gros bras de l'effectif, de Lautaro à Brozovic. Pour l'instant, le contrat de prêt est de 8 millions d'euros, plus 4 millions de bonus, et celui-ci expire le 30 juin 2023 : Après cette date, en l'absence de nouveaux accords, le Belge serait contraint de retourner tristement à Londres: L'idée de vivre là-bas, de porter le maillot des Blues et de finir dans le hachoir de la Premier League n'est certainement pas son souhait" "Comme Romelu a signé son premier contrat en Italie à l'été 2019 et les avantages du Decreto Crescita pour lui dureront cinq ans, jusqu'en 2024. Il lui suffit de résider ici chaque année pendant au moins 183 jours (plus de la moitié de la période fiscale de 365 jours) pour en profiter : ce n'est pas un hasard si l'été dernier, tout a été mis en œuvre pour le faire signer avant le 30 juin. Dans le meilleur des cas, au terme d'un éventuel prêt-bis en 2024, le contrat de Big Rom sera "allégé" de trois années d'amortissement et pèsera donc sur les caisses de Chelsea autour de 45 millions. Ce n'est pas un chiffre insignifiant, mais indicatif sur l'idée de la somme qui serait nécessaire pour le faire revenir, à titre permanent, à Milan" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Notre international turc s’est livré sur la seconde partie de saison à venir, entre sa relation avec Simone Inzaghi, Romelu Lukaku, Lautaro Martinez et la Couse au Scudetto, Hakan n’élude aucune question: "Je me sens bien, j’ai aussi bossé durant les vacances pour rester en forme, je veux être encore plus important pour l’Inter. Ici, j’ai immédiatement été aidé et on m’a fait me sentir chez moi. Je tiens à renvoyer l’ascenseur pour cette confiance en remportant un autre titre, peut-être le Scudetto." Vous êtes à 11 points du Napoli, Leader, croyez-vous en une remontée ? "Oui, c’est certain que j’y crois: Si on redémarre avec la même qualité que celle proposée lors de nos derniers matchs avant la trêve, nous pouvons y arriver." Le 4 janvier, c’est immédiatement Inter-Napoli... "Ce sera une rencontre décisive qui fera comprendre tant de chose au reste du Championnat : La remporter s’avère importantissime. Nous jouerons à domicile, nous serons les Favoris. Je m’y prépare de la bonne façon, je veux le bien de l’équipe : Je veux montrer ce que j’ai en moi." Avez-vous déjà reçu un appel d’Ausilio en rapport avec le renouvellement de votre contrat qui expirera en 2024 ? "Non, pas encore, j’ai envie d’en parler, mais j’attends que ce soit lui qui m’appelle." Milan Skriniar va-t-il rester à l’Inter ? "J’espère que oui, c’est un très grand joueur, un des leaders de notre équipe avec Samir. C’est à lui de prendre sa décision avec le Club, mais j’espère qu’il restera." Quels sont vos rapports avec Simone Inzaghi ? "Excellent, c’est l’une des personnes qui m’a le plus voulu à l’Inter, il a montré immédiatement qu’il croyait en mes qualités dès mon premier jour: Il m’a aussi félicité pour la façon dont j’ai su remplacer Brozovic. Nous avons remporté deux coupes ensemble, il ne nous reste que le Scudetto." Avez-vous regardé la Coupe du Monde remporté par l’Argentine de Lautaro ? "Je n’ai regardé que la Finale qui était une très belle partie, mais dans le tournoi, il manquait ma Turquie et l’Italie. Je suis heureux pour Lautaro, nous sommes amis et je sais à quel point il tenait à ce Mondial. Je l’attends à Appiano comme Champion du Monde pour que l’on puisse faire tous ensemble la fête." Comment avez-vous retrouvé Romelu Lukaku à son retour du Qatar ? Il devrait être disponible dès janvier… "Je l’espère… Il rit. C’est évident qu’avec lui, nous sommes une équipe différente, plus forte. Mais nous avons de toute façon de très grands joueurs. Il faut aussi remercier Dzeko qui, avec ces buts, nous a permis de rester à flot alors que nous traversions des périodes difficiles. Si nous sommes quatrième, nous le devons énormément à lui, c’est un Exemple. Il sera encore important tout comme Correa et tout ceux qui rentreront en cours de match : Nous devons tous être unis." En Ligue des Champions, vous ferez face à Porto... "Remporter la Ligue des Champions est l’un de mes rêves: Cette année, j’y crois! Je ne sais pas bien la raison, mais j’ai ce présentiment particulier : Nous avons su prendre le meilleur dans un groupe très difficile, nous avons relevé la tête après notre défaite face au Bayern, nous avons prouvé de quoi nous étions capable: Porto est une équipe forte, mais si nous jouons nos matchs comme ceux que nous avons disputé face à Barcelone, nous pourrons nous qualifier au tour suivant." Le 18 janvier, ce sera la Super Coupe face au Milan "Les finales sont spéciales et elle se disputent avec un état d’esprit différent : Nous irons à Riyad pour la remporter." Lorsque vous avez quitté Milan, votre ancien club, il a remporté le Scudetto, avez-vous des regrets ? "Je respecte le Milan, j’ai de bons rapports avec Pioli, Maldini et Massara. En gentleman, je les ai félicité pour le Scudetto remporté l’année dernière : Les amis n’ont pas de couleurs, mais pour moi, Milan représente le passé, je pense exclusivement à l’Inter à présent." Qui arrivera en premier à décrocher la Seconde Etoile : L’Inter ou le Milan ? "Il sourit…. Dieu seul le sait." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. En effet, l’Inter peut se féliciter de retrouver, en la personne de Lautaro Martinez, un Champion du Monde dans ses rangs à Appiano Gentile, une victoire qui grâce à l’effet Coupe du Monde fait exploser la valeur marchande du joueur! Révélation de la Gazzetta Dello Sport : "Lors de la signature de son premier contrat, l’Inter avait prévu une clause libératoire de 111 millions d’euros, une somme qui sans le Covid-19 en 2020, aurait plus que probablement était payée par le Fc Barcelone. A présent, cette clause n’existe plus et la valeur de Lauti est retourné à la hausse, mais pour combien ? A la Viale Della Liberazione, tous soutiennent une somme à trois chiffres. Et grâce à l’effet Coupe du Monde, le Toro ne sera pas le sacrifié sur l’hôtel des bilans." "L’élu pour mettre en place les comptes ,et qui est donc prié de faire ses valises se nomme Denzel Dumfries. Et l’Inter se présente à nouveau un élément dans son noyau capable de remporter la Coupe du Monde depuis Marco Materazzi et Fabio Grosso, qui s’il était à Palerme, avait déjà paraphé son contrat à l’Inter, en 2006. Wesley Sneijder en 2010, Rodrigo Palacio en 2014 et le duo Marcelo Brozovic-Ivan Perisic en 2018 avaient été stoppé net lors de l’ultime match de la Coupe du Monde." En revanche hier Lauti souriait pour ce qui sera plus que probablement, la plus belle nuit de toute sa carrière, une nuit que l’argentin n’est pas près d’oublier en se livrant à chaud: "Ma Famille a fait le tour du Monde pour venir me voir , elle m'a toujours soutenu: Je la dédicace à ma fille qui a changé ma vie. Merci à tous!" Suivi de: "Le Qatar est pourtant si loin, mais j’avais l’impression de jouer à domicile : Je ne parviens pas encore à réaliser ce que nous avons fait : Je pense immédiatement à ma Famille et à tout le peuple argentin qui nous attends pour faire la fête: C’était mon rêve depuis que j’ai commencé à jouer." Si Lautaro s’est mangé beaucoup d'occasions, trop peut-être, il s’est toujours donné sans compter en sprintant comme toujours vers le but. Moins technique que Julian Alvarez, cette Coupe du Monde porte aussi sa signature comme en témoigne son tir aux buts face au Pays-Bas. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. André Onana s’est livré au cours d’une très longue interview dans le cadre de Sport Week le complément hebdomadaire de la Gazzetta Dello Sport : "J’étais à l’Ajax et, il y a déjà une paire d’années, Piero Ausilio venait de contacter pour la première fois mon agent, il lui avait expliqué comment était clairement la situation, sans tourner au tour du pot, quelque chose que j’aime." "Dès cette première minute, je me sentais déjà Nerazzurro avant que la négociation commence, j’ai commencé à me ressentir comme le gardien de l’Inter, jour après jour. Quand un tel club de cet envergure pense à toi, comment peux-tu dire non ? Tu es flatté et heureux. A présent, je suis ici, dans une ville si magnifique avec une Tifoserie incroyable qui commence à m'aimer." Mais avant d’arriver à l’Inter, que signifiez, pour vous, le Fc Internazionale ? "Ce serait trop facile de dire Samuel Eto’o vu le lien que nous avons, mais ce n’est pas nécessaire d’attendre d’endosser le maillot pour connaitre l’Inter, vu les nombreux champions qui sont passé ici, avec de grands gardiens interistes en passant de Toldo qui était le cauchemar de Franck De Boer à Julio Cesar qui est l’un de mes préférés, quand je repense qu’il a été quasiment le premier à avoir connaissance de mon transfert." Pourquoi quasi ? "Tout était prêt, réglé, mais je ne pouvais en parler à personne. Je déjeunais à Barcelone et un ancien joueur de l'Inter, Houssine Kharja, s'est approché de ma table et m'a couvert d’éloges, il a ensuite appelé un ancien équipier par téléphone et j’entends qu’il lui dit : "Julio, je suis avec Onana, tu sais à quel point il est très fort, qui sait, peut-être qu'un jour il sera comme toi à l'Inter !". Il me passe le téléphone et Julio s’est immédiatement montré très gentil, il me dit de continuer ainsi, je le remercie mais je me mords la langue : je ne pouvais pas lui dire que Kharja, sans le savoir, m'avait pris en flagrant délit...." "À partir de ce moment-là, j'ai souvent parlé avec Julio Cesar, en plaisantant sur cette situation : Il m’avait aussi surmotivé avant la rencontre du Nou Camp, en me disant aussi de rester très calme et de profiter de la soirée. Des mots spéciaux, qui sont restés gravé en moi." Etes-vous surpris par le fait d’avoir été, en si peu de temps, titulaire ? "Non, car je sais qui je suis, je sais ce que je vaux et je continue mon parcours de croissance, entrainement après entrainement, je sais qu’en faisant du bon travail, que mon moment allait arriver rapidement. Avant d’arriver, j’avais conscience que j’allais devoir disputer cette place avec un gardien extraordinaire, qui a écrit l’histoire du club, mais qui est aussi et vraiment très différent de moi." Pourriez-vous nous en dire plus sur cette diversité ? "Si quelqu'un me demande "Samir est-il votre modèle ?", je ne peux que lui répondre... "non". C'est précisément en raison de cette diversité entre nous. Mais j'ajouterais aussi que c'est un très grandissime champion car sinon, il ne serait pas resté ici, à ce niveau, pendant 11 ans : Face à Handanovic, je ne peux que lui tirer mon chapeau. Il appartient à une école italienne différente de la mienne : il est très bon et sûr entre les poteaux, alors que je me sens comme un gardien moderne et "proactif". Je suis celui qui prend des risques, qui sort, accepte le un contre un et qui joue beaucoup avec ses pieds. Ce sont simplement des façons différentes d’occuper le poste de gardien, c’un enseignement différent du traditionnel, auquel on s'habitue." "Au début, nous nous regardions bizarrement à l'entraînement et l'un disait à l'autre : "Ne fais pas ça, tu le fais mal". Et l'autre lui répondait : "Non, c’est toi qui tu le fais mal" (il rit, ndlr). Personnellement, je fais face à des nouveaux types d’entraînements que je ne comprenais même pas au début, mais qui peuvent me permettre surtout d’évoluer." Quels sont vos rapports, maintenant que vous êtes parvenu à lui prendre sa place ? "Nous parlons beaucoup plus qu’auparavant, Samir se comporte comme un vrai Capitaine, c’est un Leader reconnu et on le perçoit dans tellement de petite chose, il ne suffit pas de penser qu’à moi, mais à tous les aspects au quotidien de l’équipe. J’apprécie le fait qu’il me donne des conseils, qu’il me félicite pour une belle parade et qu’il me corrige si je me trompe. Et même, il faut se rappeler d’une chose : L’Inter, en tant qu’Institution, est quelque chose de plus important que moi, que lui, ou que quelqu’un d’autre : Nous avons tous le devoir d’honorer et de défendre ce maillot, nous sommes seulement de passage alors que le Club et le Peuple Interiste restera, ces derniers points sont ceux qui comptent vraiment." Est-ce mieux de débuter d’une façon banale ou de débuter face à une super équipe comme le Bayern, comme cela s’est produit pour vous ? "Tu ne peux pas te prononcer avant, car si le Bayern t’en colle 5, c’est le pire des débuts. En 2017, je me suis incliné avec l’Ajax en finale de l’Europa League face à Manchester United, ce n’était pas parce que nous étions inférieur à eux, mais parce que nous en avions eu peur. Le lendemain du match ma mère m’a appelé et m’a dit : "Je ne veux plus que tu aies peur sur un terrain de football, même si tu dois jouer face au Barça et au Real réunis : Si tu perds, ce ne doit plus être parce que tu as tremblé ou baissé le regard, mais parce que ton adversaire aura été supérieur." C'est devenu une règle de vie. En général, je m'entraîne et je vis pour défier de grandes équipes comme le Bayern et au final , ça s'est plutôt bien passé, même si je ne me réjouirai jamais d'une défaite." Ressentez-vous le fait que vous avez changé l’Inter, de par votre présence entre les cages ? "Je peux vous dire que l’équipe s’est habituée à mon style: A présent, si sur un centre je ne sors pas, Skriniar me lance un regard noirs et Dumfries me hurler Onaaaaa !Je leur réponds que je ne peux pas toujours sortir, pas toujours, mais le fait qu’eux sont sur mes talons comme ça me rend fier, cela veut dire qu’ils se fient à moi, qu’ils m’ont compris, qu’ils veulent que je prenne des risques. De plus, j’aime les rencontres où il y a des combats en défense, rien de plus ne peut m’exalter plus qu’une rencontre comme celle que nous avons tous joué au Nou Camp." "Je regardais de loin l’équipe et c’était un spectacle, elle était compacte, rapprochée, unique, elle bougeait comme un seul homme, patiente, même si mes anciens équipiers en catalogne nous ont accusé d’être sur la défensive. Quand on voit Skriniar s'en prendre à un joueur avec une telle hargne, je me prends dans la gueule sa motivation et je me dis : "Quel guerrier !. J'irais toujours au combats avec lui, tout le temps !" Mais tous nos défenseurs, sont si grands, si costauds, ils me font me sentir protégé. Même si je sais que nous encaissons trop de buts jusqu'à présent...". Pour certains, il se dit que vous exagérez à sortir avec une telle imprudence... "Je me bats pour l'équipe, pas pour ce qui se dit à l'extérieur. Si je peux attraper une balle haute, alors je peux relancer l’équipe vers l’avant rapidement. Plus je sors, plus on peut se relancer : Le gardien est le premier créateur de jeu maintenant." Une grande partie du mérite, à Barcelone sur le 2-3 de Robin Gosens, vous en revient… "Non, c'est toute l’Inter, c’est une équipe de très très haute qualité : Nous devons juste être conscients de notre potentiel et nous pourrions nous montrer des plus dangereux en Ligue des Champions, croyez-moi. Ce jour-là, j’ai relancé rapidement car j'ai vu Lautaro faire un mouvement avec sa main, comme un signal, et le reste de son action de jeu a été phénoménale avec une conclusion parfaite de Robin:Cette équipe de l’Inter est composée d’énormément de joueurs technique." Est-ce que Lukaku vous manque ? "Enormément, mais lorsqu’il reviendra, il donnera, comme toujours, son maximum. Et d’un autre côté, le peuple interiste l’adore, mais il l’adore vraiment : Lorsqu’il a commencé à s’échauffer face au Viktoria Plzen au Giuseppe Meazza, j’ai entendu un “ohhhh” incroyable accompagné d’un tremblement de terre sous mes pieds : Je n’avais jamais connu une telle manifestation d’amour, je n’avais jamais vu une Tifoserie aussi passionnée, mais savez-vous qui est vraiment le plus grand champion de l’Inter ?" Nous vous le laissons dire... "Alex Cordaz : C’est la personne la plus positive que j’ai pu rencontrer, c’est un être humain merveilleux, si tu arrives à Appiano triste suite à ta contre-performance, tu le regardes en face-à-face et il parvient à te changer ton humeur : S’il n’est pas là, ça ne le fait pas, il fait la toute la différence du monde, et ce n’est pas valable que pour moi, mais aussi pour tous mes équipiers. Ce n’est pas un fou mais c’est aussi grâce à Cordaz que Barella va plus vite : Je lui répète quotidiennement : Alex, c’est un Honneur pour moi de m’entrainer à tes côtés." Mais s’il y a autant de qualité dans l’équipe, pourquoi êtes-vous aussi en retard en championnat ? "Nous devons rester serein et dans le même temps admettre que nous avons mal démarré : Les choses peuvent changer vite aussi bien dans la vie que dans le Calcio, et nous savons que cette fois-ci nous disputerons deux championnats. Personne ne peut savoir, à la reprise, si le Napoli sera encore comme celui qu’il était jusqu’à présent. Mais, en attendant, nous sommes parvenus à redresser définitivement la tête hors de l’eau et à montrer que nous sommes tous vraiment fort, nous serons présent comme ça en février et ensuite, qui sait…" Qui vous a, hors du terrain, le plus aidé à vous intégrer ? "Je dirais un peu tout le monde: En plus de Rom, je partage une belle amitié avec Calha et Dumfries, qui est un autre joueur sur le terrain qui me plait car il n’abdique jamais, il se donne, il tente de toujours y aller en allant jusqu’au bout. Nous ne faisons pas énormément partie de la vie mondaine, mais je suis fier du groupe que nous sommes parvenu à nous créer: Il y a vraiment un très beau climat dans cette Inter." Comprenez-vous que les Tifosi aient déjà de l’affection pour vous ? "En plus de mes parades sur le terrain, j’apporte de l’énergie, de la folie, mais toujours positivement." Pour finir : Un message pour votre nouvelle Tifoserie ? "Je pourrais me toiler, mais je travaillerai quotidiennement pour être à la hauteur de l‘Inter pour que vous, les Tifosi, soyez fier de moi!." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C'est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, la défaite au Stadium de Turin est loin d'être digérée par la Direction Nerazzurra: "Hier, en cette journée de veille de match, une réunion s'est tenue à Appiano Gentile, et le fil conducteur était le suivant : "Ce n'est pas assez". "L'Inter ne peut plus commettre de faux pas en championnat, après avoir rechuté à Turin en commettant des erreurs et en proposant une attitude qui semblait être derrière elle après un mois d'octobre presque parfait. Deux réunions ont eu lieu hier à la Pinetina : la première entre la Direction et Simone Inzaghi, la seconde entre l'entraîneur et l'équipe: Il a été exigé à tous de se donner plus" Ici ce n'est pas la Lazio "Les dirigeants ont souligné à Inzaghi leur mécontentement quant aux performances de l'équipe en championnat, qui sont loin d'être à la hauteur des attentes, contrairement à la Ligue des Champions. et deux concepts principaux ont été souligné: On ne vit pas sur base d'un résultat obtenu, comprenez un résultat positif obtenu ou un objectif atteint ne peut pas "adoucir" l'approche du match à venir. L'autre point abordé, qui avait déjà émergé avec la déclaration de l'Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta il y a deux jours, est la différence de performance entre les matchs à domicile et à l'extérieur." "Ce comportement est intolérable et "un remède" doit être trouvé rapidement, surtout compte tenu du match à l'extérieur de ce dimanche à Bergame, une rencontre source d'inquiétude, surtout en termes de classement: Inzaghi, pour sa part, a assuré que des changements technico-tactiques seront effectués, afin de garantir une plus grande solidité à l'équipe. Il ne s'agit pas de changer de module, mais simplement de mieux se comprendre." "Et c'est à Inzaghi, quelque chose qui est cher à au Dirigeants, de trouver LA solution: Il se doit de trouver le moyen de corriger la mire fixé sur le navigateur. Comme il l'était déjà parvenu à le faire après les défaites contre l'Udinese et la Roma: Le match d'aujourd'hui contre Bologne sera déjà un test et une occasion de se remettre sur les rails pour réduire "en faux pas" la rencontre face à la Juve." "En effet, avant le Derby d'Italie, l'Inter était de nouveau sur les rails avec une prise de conscience en championnat, en plus de son parcours particulier en Ligue des Champions. Toutefois, pour l'équipe, les "bonus sont terminés".... Et hier, Inzaghi a demandé un changement de rythme à son équipe sur quatre points : Arrêter les baisses de concentration, faire plus attention au marquage préventif, élever le niveau de méchanceté, retrouver la compacité." Pensez-vous que l'Inter se retrouvera après la trêve internationale vu ce début de saison totalement anormal ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. A la veille de la réception d’un fringant Fc Barcelone, Simone Inzaghi s’est livré à la traditionnelle conférence d’avant-match à Appiano Gentile, si le sort s’acharne contre lui, celui-ci tente de maintenir le cap en compagnie de Matteo Darmian, dont l’interview sera très rapidement disponible Comment vont les blessés ? Et comment va Lautaro, pourrai-t’il jouer demain ? "Lautaro, ce matin, a fait un examen dans lequel rien n’a été mis en évidence, il a terminé le match fatigué, aujourd’hui il va faire un entraînement partiel. Je dois encore parler aux médecins, nous verrons sa condition. Brozovic et Lukaku seront absent, et je dois encore évaluer Gagliardini et Lautaro." Comment sortir de la période actuelle ? "Hier, ceux qui n’ont pas joué ont réalisé un entrainement intensif, et aujourd’hui j’analyserai la rencontre face à la Roma, ensuite nous traversons une période difficile en ce qui concerne les résultats. Samedi, nous avons fait un bon match, mais nous avons pris deux buts, mais de ce que j’ai vu sur le terrain, nous aurions mérité autre chose, nous devons faire plus." Comment rallumer cette étincelle ? "La saison se change avec les victoires et les résultats, demain représente une grande opportunité, nous allons faire face à l’une des meilleurs équipes d’Europe : Elle s’est inclinée à Munich mais a des qualités très importantes, nous devrons réaliser un match fait de courses et de détermination. Après Barcelone, il y aura aussi beaucoup de rencontres: J’évaluerai Lautaro, Correa va bien." "Nous aurons onze matches, un tous les trois jours, à disputer. J’espère que je pourrai avoir l’équipe au complet: Nous avons quelques problèmes, Brozovic et Lukaku ne seront pas là avant un certain temps mais nous avons d’autres joueurs sur lesquels nous reposer." Faut-il trouver une stimulation pour le match de demain ? "Barcelone est une équipe extrêmement forte, complète, avec Manchester City et le Bayern, ils proposent le meilleur football d’Europe : Nous connaissons l’importance de la rencontre, le groupe est ouvert, mais nous sommes dans l’un des plus difficile, et nous le disputerons avec toutes nos forces." Onana jouera-t’il demain dans les buts ? Comment seront prises les décisions pour les prochains matchs ? "Onana jouera demain, mais j’évalue la situation match après match." Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus ? "Barcelone est une équipe complète, agressive qui récupère le ballon haut, c’est une équipe qui sait tout faire et qui s’est rangée derrière un grand attaquant. Je pense d’ailleurs que c’est l’équipe qui récupère le ballon le plus haut sur le terrain en Europe et cette année, ils ont aussi Lewandowski qui est un grand joueur." Pensez-vous que Barcelone est favori ? Quelles sont vos points forts ? "Nous avons déjà payé le prix face au Bayern, et même si nous avions réalisé une bonne prestation, nous avons perdu car nous étions sortis du match lors des moments clés, nous aurions dû profiter au mieux des opportunités, nous savons que demain nous ferons face à une rencontre composée de souffrances, nous devrons parvenir à les limiter et à les frapper au bon moment." Asslani est-il prêt pour jouer deux matchs de suite ? Est-ce normal d’en attendre bien plus de Skirniar ? "Je crois que l’on attend bien plus de tout le monde, c’est une période très compliquée : Asllani a fait un bon match, nous verrons sa condition physique demain et je déciderai du onze de base, mais il est prêt pour jouer aussi demain." Est-ce vous qui avait pris la décision sur Dybala ? "Ce n’est pas toujours moi qui décide : il a fallu faire un choix entre Paulo Dybala et Romelu Lukaku, et c’était un choix partagé : il y a une propriété et nous allons tous dans la même direction depuis un an et demi, nous échangeons quotidiennement : Nous les entraineurs, nous dépendons toujours des résultats et c’est normal que l’entraineur, dans une telle période soit le premier à être mis en discussion, c’est le football." Est-ce que Francesco Acerbi sera confirmé demain ? "Il s’est bien intégré, c’est un joueur de qualité, mais je ne laisse pas De Vrij à l’écart, lui qui a bien joué ces dernières années. Samedi, j’ai fait mon choix, et demain, il a de grandes chances de jouer dès l’entame du match." Comment expliquez-vous la peur découlant des buts encaissés... "C’est le moment : Si je me remémore la rencontre face à la Roma, je n’ai rien à redire en termes de course, d’impact physique et de kilomètres parcourus : Samedi, nous étions face à 70.000 tifosi dans le stade qui nous ont soutenu, mais ce dont souffre le plus l’équipe, c’est le manque de point. Nous ne pouvons, comme en témoigne le second but samedi, connaitre des trous d’air, nous ne le faisions jamais auparavant, mais en ce moment, ça se passe comme ça, nous nous devons de travailler plus et mieux." "Samedi, les garçons ont tout donné sur le terrain, mais ils n’ont pas été récompensé par le résultat." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. C’est une information que nous relaye Tuttosport : "Jusqu'à il y a quelques semaines, l'Inter ne prévoyait pas cette possibilité, mais ces derniers jours, l'orientation du club a changé lors des réunions organisées pour analyser les performances de l'équipe et dont l’objectif est d’évaluer la préparation athlétique." "Quelque chose n'a pas fonctionné est sous les yeux de tous, même si selon les données en possession du Staff de Simone Inzaghi il n'y aurait pas de points alarmants et s’il est inutile de ne pas ressasser le passé, mais de se concentrer sur l'avenir, c’est parce que tous sont convaincu que le Tournant de la saison aura lieu après la Coupe du Monde au Qatar." "Et c’est précisément là où le Club compte s’envoler, étant donné que le 18 janvier, la Super Coupe d’Italie se disputera à Riyadh contre le Milan AC et le premier trophée revêtira une importance toute particulière à la lumière des étincelles qui ont produit les derniers derbys: Avec l'élimination de l'Italie, Simone Inzaghi aura beaucoup d’éléments avec qui travailler, comme les joueurs présents hier à Appiano : Alex Cordaz, Samir Handanovic, Danilo D’Ambrosio, Matteo Darmian, Roberto Gagliardini, Henrik Mkhitaryan, Hakan Çalhanoğlu et Romelu Lukaku. Mais le Big Rom sera lui "absent" car occupé au Mondial avec la Belgique. Toutefois, il y aura la présence des Francesco Acerbi, Nicolò Barella, Alessandro Bastoni, Federico Dimarco, Edin Dzeko, Milan Skriniar et Raoul Bellanova, sans oublier Joaquin Correa et Robin Gosens qui ne sont pas sûr de disputer le Mondial avec l’Argentine et l'Allemagne." "Cette thématique sera d’ailleurs abordée aujourd'hui à la Pinetina lors de la rencontre entre Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Simone Inzaghi entouré de son staff. L'objectif est que tous se regardent droit dans les yeux pour tout mettre en œuvre pour inverser la tendance de la saison… Et un stage dans la chaleur qatarie pourrait, peut-être, être la première clé d'un nouveau départ après la Coupe du Monde." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, André Onana est appelé à devenir le futur gardien numéro un de l’Inter de la prochaine décennie. En concurrence directe avec un Samir Handanovic désormais très loin de ses standards, l’international camerounais devrait débuter, selon la presse transalpine face à l’Ogre bavarois…. Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Il peut apporter de la fraicheur, mais sa procédure de surpassement n’est pas encore complétée : Handanovic d’un côté, André Onana de l’autre : Tel est le plus grand point d’interrogation de Simone Inzaghi en cette veille de match: La certitude est que le camerounais, ancien de l’Ajax, aura bientôt l’occasion d’être titularisé. Il pourrait déjà l’être ce soir car l’entraineur s’est laissé le temps de la réflexion jusqu’à aujourd’hui." "Hier, l’équipe n’est pas restée à Appiano, ils vont tous se retrouver ce matin pour définir la formation "Anti-Bayern"et l'exclusion de Samir Handanovic serait retentissante : Non pas à cause de la situation en elle-même, car Onana a été recruté dans l’optique de devenir LE titulaire, mais à cause du moment et de l'occasion choisi : A savoir les débuts de l'Inter en Ligue des Champions. Dans une telle situation, le brassard de capitaine se retrouverait au bras de Marcelo Brozovic." Pour Tuttosport "Aligner André Onana face le Bayern : Pour Simone Inzaghi, c'est bien plus qu'une tentation car ce soir, le gardien de but camerounais, sauf imprévu lors de la toute dernière séance d'entraînement, devrait faire ses débuts avec l'Inter lors de l’une des périodes les plus cruciale de la saison. Ce n'est pas un pari d'Inzaghi car Onana est considéré comme un titulaire à part entière aux côtés de Handanovic, et il est juste de le tester dans un match: Mais il s’agit d’un signal à destination d’Handanovic : Le club a la volonté d’éviter de répéter ce qu’il a connu par le passé avec tous ses vices." "De plus, aligner l'ancien joueur de l'Ajax pour une telle occasion signifierait "montrer à tous" l’estime de la part de l’Inter envers le portier camerounais, étant donné que le joueur serait choisi dans un match clé et non dans un match des plus facile. De même, psychologiquement, si le moment est encore délicat pour les Nerazzurri et que renoncer à Handanovic est complexe, pour Inzaghi c’est bien plus qu’un rejet du Slovène, il s’agit, en réalité, d’un désir de secouer tout l'environnement, avec certains joueurs importants qui se sont perdus lors du Derby face au Milan Ac." Pour le Corriere Della Sera "Simone Inzaghi pourrait opter pour Onana entre les poteaux au lieu de Handanovic. Le gardien slovène a, une nouvelle fois, été critiqué pour son manque d'explosivité qui, selon de nombreux Tifosi, l'a empêché de contrer le but d’Olivier Giroud. De son côté, le gardien de but camerounais est arrivé précisément pour remplacer Samir Handanovic, qui connait plus que probablement sa dernière année entre les poteaux à l'Inter. Toutefois des doutes subsistent, même si durant la présaison, André Onana a su faire preuve d'ingéniosités." Pour le Corriere Dello Sport "La façon dont l’Inter a perdu le Derby a poussé Simone Inzaghi à vivre une veille de match pleine de doutes et de réflexions. Pas en attaque, où Dzeko sera le partenaire de Martinez, mais dans les autres secteurs, but compris.. Car ce soir, ou peut-être contre le Torino, Onana pourrait faire ses débuts : Hier, l'entraîneur n'a pas donné de certitudes quant à l'utilisation du capitaine Handanovic, jusqu'à présent toujours titulaire. Dimanche d’ailleurs, le Slovène s'est plaint d'une légère blessure, mais il a travaillé régulièrement hier. Le choix du Camerounais, qui a travaillé sous une une charge de travail complète, serait donc d'ordre technique." L’avis de Barzaghi (Sky Sport) "J’essaie de savoir si Onana ou Handanovic jouera. Jusqu'à hier, je pensais qu'il ne jouerait pas, mais à présent, les chances de voir Onana comme titulaire contre le Bayern commencent à augmenter." Encensé par Oliver Khan à Sport Bild en avril dernier "Onana fait partie du top 5 des meilleurs gardiens de but du monde : Il est agile, rapide et puissant, il est aussi très bon avec ses pieds. C’est une sorte de mélange entre Marc-André ter Stegen et Alisson Becker. Il peut devenir le meilleur s'il continue à travailler dur." Selon vous, est-ce « suicidaire » de l’aligner ce soir pour ses débuts officiels avec l’Inter ou est-ce, en revanche, l’occasion rêvée pour devenir le Numéro 1 indiscutable ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Rage et frustration : Tels sont les deux sensations qu’a ressenti Romelu Lukaku suite à la défaite de son Inter face au Milan. Blessé pour la rencontre qu’il avait coché dans le calendrier, il souhaite à présent guérir au plus vite Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Hier, Lukaku s’est envolé pour Bruxelles en accord avec le Staff médical de l’Inter pour poursuivre son processus de guérison, il a pris l’avion avec son thérapeute personnel, l’homme qui vit et travaille avec lui et le masse 365 jours par ans. Il rencontrera d’ailleurs, aujourd’hui, le staff médical de la sélection nationale guidée par Roberto Martinez pour continuer à se soigner avec une espérance bien précise, voir ambitieuse et à examiner : Être de retour avant la trêve internationale liée à la Ligue des Nations." "En effet, durant cette période de deux semaines, Rom devrait rester à Milan pour travailler sur sa condition physique. Il reviendra ce vendredi à Milan et sera présent dans les tribunes du Giuseppe Meazza face au Torino. De plus, son voyage en Belgique est intrinsèquement lié à la Coupe du Monde qui prendra vie dans deux mois et demi: Le Qatar approche et son équipe nationale, avec des talents éparpillés partout et avec Lukaku comme arme de destruction massive devant, fait partie des candidats à la victoire finale." "Dans sa patrie, il ne subira pas de nouveaux examens spécifiques, ce n’est pas nécessaire, mais il continuera simplement ses travaux de rééducations dans d’autres structures après sa blessure aux fléchisseurs de la cuisse gauche dont il a été victime, à l’entraînement, lundi dernier. Le rêve de Lukaku et du staff médical est de voir le Belge de retour sur le terrain le 18 septembre contre l’Udinese, après avoir manqué la Cremonese, le Milan, le Bayern Munich, le Torino et le Viktoria Plzen." "Concrètement, aucun risque ne sera pris. Comprenez : Si Lukaku est effectivement sur le terrain du Friouli, cela voudra dire que le risque de rechute est éliminé. Dans tous les cas et avec un travail supplémentaire à Appiano Gentile, l’attaquant pourrait vraiment se rapprocher du sommet prévu après la trêve internationale et être disponible pour le 1er octobre au Giuseppe Meazza, en vue de la réception de la Roma d’un certain José Mourinho." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. C’est une information relayée par nos confrères de Fcinter1908.it, l’Inter a décidé d’enfoncer le clou avec son "Main Sponsor" : DigitalBits! Comment le résumer en quelques secondes! Après avoir déjà retiré la marque des panneaux publicitaires en ce début de saison, qu’il s’agisse des terrains d’entrainement d’Appiano Gentile ou en match amical, le Club Nerazzurro a officiellement retiré la marque des maillots des Womens Présentée ces derniers jours, voici comment Alessia Da Piazza et Stefanie Van Der Gragt ont été présentées : Des photos officielles sans la présence de l’agence de cryptomonnaie… Une marque "Digital" qui s'est donc pris un petit coup de "Bits" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. En effet, à Appiano Gentile, un dîner s’est tenu entre Simone Inzaghi et la Direction de l’Inter. Si l’italien était inquiet au niveau du Mercato, celui-ci s’est vu rassuré : Révélation de Calciomercato.com "A Appiano Gentile, il y a eu un dîner entre la direction et Simone Inzaghi, l'entraîneur s’est montré inquiet auprès de celle-ci, vu que le Mercato pourrait présenter quelques pièges d’ici à sa fin et, même les messages de Steven Zhang en provenance d'Amérique, où le président a rejoint sa mère et sa sœur, ne suffisent pas à le rassurer." "Pourtant, le Club s’est déjà exposé en déclarant le Scudetto comme objectif, l'entraîneur a fait de même en se plaçant dans le sillage de sa Direction, mais à condition de garder le noyau dur de l'équipe inchangé." "En effet, Inzaghi a déjà du mal à faire passer la pilule du départ Perisic et il espère que celui-ci restera sa seule déception estivale. Inzaghi espère, résiste, mais il a surtout reçu une assurance de la part de Piero Ausilio : Si aucune offre irréfutable n'arrive dans un délai maximal de dix jours, tout le monde sera retiré du Mercato et « on en reparlera l'été prochain."." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. C’est une révélation, une mini-bombe du mercato signé La Gazzetta Dello Sport, qui est toujours très bien informée sur l’actualité de l’Inter : "Le défenseur Slovaque, courtisé depuis pas mal de temps par le Paris-Saint-Germain, ne veut pas quitter Milan et de Paris, plus rien n’arrive, aucune relance pour débloquer l’affaire." "Chaque jour qui passe rapproche Skriniar de la Permanence, car il n’y a rien, de Paris ou de Londres, aucun signale concret confirmant un nouvel assaut en direction du Slovaque. Chelsea, par exemple, après voir perdu Kondé parti à Barcelone, a viré sur Fofana de Leicester City. Paris est, lui-même, très occupé avec ses propres ventes, et il ne donne plus signe de vie: Même l’intermédiaire qui gérait la négociation n’a plus frappé à la porte de l’Inter, car aujourd’hui, Skriniar est plus que jamais proche de rester Nerazzurro, pour la plus grande joie de Simone Inzaghi qui s’est personnellement impliqué pour s’assurer de la permanence du slovaque." "Ce qui est certain, c’est que le club ne descendra jamais sous l’évaluation qui a été définie et fixée, soit les 70 millions d’euros." Mais comment satisfaire Maître Zhang ? "Il y a cinq joueurs à vendre qui, en termes de masse salariale, pèsent 20 millions d'euros brut : Il s’agit d’Alexis Sanchez, d’Andrea Pinamonti, de Valentino Lazaro, d’Eddie Salcedo et de Lucien Agoumé: Des histoires différentes toutes les unes des autres, mais des joueurs dont les Nerazzurri ont du mal à se débarrasser. Marotta et Ausilio ont besoin, afin d’atteindre la réduction de 15 % de la masse salariale exigée par les propriétaires, de se rapprocher le plus possible de ces 20 millions d’euros et il ne sera pas possible de le faire entièrement, car une partie sera allouée aux fameuses primes de départ" "Ce ne sera pas un tour de force simple car les dirigeants Nerazzurro sont sous pression, il faudra faire preuve encore et toujours de patience avec l’objectif d’atteindre l’objectif : L’Inter a d’ailleurs déjà diminué d’environ 35 millions d’euros sa masse salariale brute, le tout au net de la déduction faite de la prime accordée à Vidal et les départs déjà actés jusqu’à jusqu'à présent. Dépasser le palier des 50 millions d’euros signifierait atteindre l'objectif demandé par la Propriété. Le tout en ayant peut-être fait de la place pour intervenir une dernière fois sur le mercato et acquérir le défenseur central demandé par Simone Inzaghi pour compléter son rempart défensif." Place au cas par cas Alexis Sanchez "C'est la situation la plus épineuse. Le Chilien ne trouve pas d'équipe, et à Appiano il fait chambre à part : Il ne participe pas aux matchs amicaux, et il sera donc également absent ce samedi contre Lyon à Cesena. L’Inter a déjà rencontré son agent Felicevich, il y a 20 jours. Mais rien ne s'est passé depuis, si ce n'est que Sanchez continue de refuser toutes les destinations proposées. Légitimement, bien sûr, car il aspire à jouer dans un championnat de haut niveau." "L'Inter a les mains liées en ce sens car le joueur a dit qu'il était prêt à négocier une indemnité de départ mais seulement après avoir trouvé une équipe. Les rumeurs concernant Naples n'ont pas été confirmées, tout comme celles venant d'Espagne et d'un intérêt présumé de Séville. Le rêve d'Alexis, qu’il maintient toujours en vie, est de retourner à Barcelone. A l'Inter, son salaire est de 10 millions bruts, grâce aux avantages du "Decreto Crescita". Andrea Pinamonti "L'attaquant a un salaire de 2 millions net et plait beaucoup sur le Mercato. Mais la vérité est qu'il a compliqué les plans des Nerazzurri avec son non à la Salernitana, un club dont les Nerazzurri auraient perçu 20 millions d'euros pour un transfert permanent. L'attaquant attend l'Atalanta ou Sassuolo, qui négocieront vraisemblablement avec l'Inter un prêt avec "rachat"." Valentino Lazaro "L'Autrichien, contrairement à Sanchez a été utilisé lors des matchs amicaux par Simone Inzaghi, mais il ne faut pas interpréter cela comme une marque d’ouverture pour son avenir : L’ailier ne fait pas parti des plans de l’Inter, il se cherche un nouvel habitat et jusqu’à ce jour, seule la Bundesliga a fait part d’un timide intérêt." Eddie Salcedo & Lucien Agoumé "En Italie, cela bouge pour Salcedo et Agoumé, mais il n’y a rien de concret pour l’instant : Ils représentent à eux deux, 2 millions d’euros que le Club géré par Steven Zhang aimerait économiser." Validez-vous cette liste de départ ? Pensez-vous qu’à l’avenir, il est conseillé de recruter "chilien" ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Comme le révèle la Gazzetta dello Sport, une étape très importante a été franchie dans la négociation apparemment sans fin entre l'Inter et Paulo Dybala : le Joya a accepté le contrat proposé par les Nerazzurri. Accord total sur le salaire Et ce n'est pas un détail, car c'était l'un des deux nœuds à défaire pour célébrer le mariage. L'autre, évidemment, est la sortie d'un attaquant actuellement dans l'effectif en plus d'Alexis Sanchez et d'Andrea Pinamonti: "Antun et ses associés ont accepté les conditions proposées par Marotta il y a un mois déjà, c'est-à-dire les fameux cinq millions de base fixe et le million supplémentaire lié aux apparitions effectives du joueur, pour une part égale à 50% des matchs de la saison de l'Inter" "Il reste des détails à définir, qui cette fois sont bel et bien des détails. Ce qui compte, c'est le sens général de ce nouveau contexte : Dybala a dit oui à l'idée de lier une partie de son salaire aux performances sur le terrain. S'il avait fait cela il y a un mois, aujourd'hui il serait un joueur de l'Inter, il serait déjà en stage avec Inzaghi à Appiano. Le reste de l'histoire est connue : ralentissements sur la négociation, accélérations sur le retour de Romelu Lukaku et nous y voilà." "A présent, Dybala commence à montrer des signes d'impatience : il a choisi la destination Nerazzurra il y a des semaines, et il est quotidiennement en contact avec Marotta et Zanetti : L'harmonie n'a jamais fait défaut. C'est pourquoi il s'impatiente devant ce stand-by prolongé. La Bien-Aimée, après l'accord sur le salaire, doit conclure ses ventes pour l'amener chez elle et éviter le risque de l'insertion concrète d'autres clubs. Des insertions qui, pour l'instant, sont restées très superficielles." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. C’est une révélation de Gianluca Di Marzio, ces dernières heures, le Paris-Saint-Germain aurait décidé de rester ferme sur l’offre de 50 millions d’euros mais mieux encore "Le Paris-Saint-Germain, pour Skriniar, reste ferme sur l’offre de 50 millions d’euros, et il s’est également informé sur Koundé qui joue à Séville. Il faudra voir ce qu’il se passera et s’il décidera de changer d’objectif et voir quelles seront les répercussions éventuelles pour Milan Skriniar." Paris “perdu” Selon Sky Sport Italia: "Les Nerazzurri n'accepteront pas moins que le prix demandé pour le joueur de 27 ans et prolongeront son contrat en cas de rupture des négociations avec le PSG. Paris ferait pression pour conclure un accord avec Skriniar, et espère trouver un accord à peu près similaire à celui qui a permis à Achraf Hakimi de quitter l'Inter : soit environ 60 millions d'euros plus 5 millions d'euros de bonus. Les Parisiens hésitent à aller jusqu'à 70 millions d'euros, en partie à cause du fair-play financier." "A présent les Nerazzurri pourraient rompre les négociations si les champions de France ne font pas une offre qui leur convienne, et chercheraient alors à prolonger le contrat de Skriniar." The Beast rassuré par l’Inter De retour à Appiano Gentile, Milan Skriniar a eu un entretien avec Piero Ausilio et selon le Corriere Dello sport: "Le Directeur Sportif de l’Inter lui a répété que l’Inter n’avait pas décidé de le mettre sur le marché des transferts, mais que c’est bel et bien le Paris-Saint-Germain qui a décidé d’aller de l’avant : Un prix a été défini mais cette somme réclamée à l’Emir n’est pas encore arrivée sur la table." Pensez-vous que l’Inter puisse céder à la pression parisienne ? En sachant qu’elle peut se permettre le luxe de sacrifier un "Top" en juin 2023... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. En effet, Steven Zhang et Giuseppe Marotta ne comptent pas fléchir d’un seul millimètre et pour la Gazzetta Dello Sport, l’Inter ne reculera pas devant le minimum syndical : Non à moins de 70 millions d’euros cash pour vendre Milan Skriniar! Et le comportement du Paris-Saint-Germain est latent, au point d’avoir posé un ultimatum au club de la Capitale : "Si aucune relance ne vient à être présenté, le Club Nerazzurro lui-même se sentirait le devoir de chercher d’autres solutions en sortie, avec peut-être toujours le secteur défensif ou des ailiers qui s'en verrait impacté, avec peut-être même que les noms de De Vrij et de Dumfries qui y seraient liés." En effet, la Direction Nerazzurra et le joueur slovaque en ont marre de mijoter : "Skriniar est d’ailleurs attendu ce dimanche au stage d’entraînement à Appiano Gentile." Deux Bêtes pour le prix d’une ? L’Inter est également pressée de finaliser la transaction menant à Bremer: En effet, une rencontre officielle a eu lieu hier avec le Torino, avec d’un côté Piero Ausilio, de l’autre Vagnati: "Si rien n’a été résolu, cette entrevue a servi surtout à définir les contours de l’opération. On parle d’une possible insertion, d’une contrepartie technique liée au nom de Casadei que l’Inter ne souhaite pas vendre à titre définitif. Mais à présent, les Nerazzurri ont poussé sur l’accélérateur, une nouvelle rencontre, encore à programmer, avec le Club Granata est prévu pour la semaine prochaine. Marotta veut accélérer afin d’éviter de voir d’autres clubs s’insérer dans la négociation menant à Bremer." Simone en remet une couche C’est une révélation de Don Balón : "Malgré la pression du Paris Saint-Germain, les chances de voir Milan Skriniar rejoindre l'ombre de la Tour Eiffel s'amenuisent. Un mur Nerazzurro c’est cette fois érigé à la Viale Della Liberazione, où les Parisiens semblent avoir trouvé une opposition significative au départ du Slovaque lors de cette fenêtre de mercato : Milan Skriniar est considéré comme indispensable au jeu par Simone Inzaghi, et fondamental dans le système de relance de l'équipe milanaise. Simone Inzaghi, l'entraîneur des Nerazzurri, aurait poussé la direction à rompre les discussions entre les deux clubs, brisant ainsi l'envie d'Al-Khelaïfi, qui devra probablement se tourner vers d'autres profils même s'il ne jette pas totalement l'éponge." Appréciez-vous le comportement de Simone Inzaghi ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. C’est une information en provenance de Tuttosport et qui pourrait expliquer le comportement de la Direction Nerazzurra dans le cadre de la négociation menant à Milan Skriniar : "Il n’est pas exclu que l’Inter puisse prendre la décision d’éviter une vente excellente lors de cette session de mercato estivale, elle pourrait très bien le faire juste avant le 30 juin 2023" Et comme le confirme Sky Sport : "L’Inter a fixé le prix de Skriniar : 80 millions d’euros. Et pour l’instant qu’il s’agisse du Paris-Saint-Germain ou de Chelsea, personne n’a offert une telle somme. Le Slovaque semble donc rester un pilier de l’équipe Nerazzurra." "Dans le secteur défensif, seul un joueur au maximum partira. Si Milan était le premier cité, le Mercato peut offrir d’autre surprise, mais quoiqu’il en soit, le Club n’est pas satisfait par les propositions reçues." L’avis de Fabrizio Biasin Et Milan est attendu d'ailleurs le 10 juillet à Appiano Gentile PARIS, PARIS.....****** ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. 321 jours après son départ houleux de l’Inter, Romelu Lukaku est de retour à Appiano Gentile. Après avoir passé sa traditionnelle visite médicale, Big Rom s’est livré à Inter TV Bienvenue Romelu, quelle émotion ressens-tu à l’idée de retourner à l’Inter ? "C’est une émotion forte, je pense que ce que j’ai vécu avec cette équipe, il y a plus d’un an, était une belle histoire. Pour l’équipe, pour les tifosi, mais aussi pour moi personnellement. L’Inter m’a tant donné et j’espère, à présent, parvenir à faire mieux qu’avant. Il est maintenant arrivé le moment de tous travailler ensemble, en espérant faire mieux que précédemment." Tu as passé beaucoup de temps avec le Président, vous avez parlé et vous êtes accosté. Vous sembliez très fier, quel effet cela t’as fait de le revoir ? "Nous avons parlé d’énormément de choses, de comment cela semblait impossible pour moi de revenir ici, mais nous l’avons fait et je dois aussi le remercier pour cette raison, car il a continué à pousser à croire que cela pouvait être possible : Finalement nous y sommes parvenu et j’en suis très heureux." Tu retrouves aussi une Ville qui t’a accueilli et où tu t’étais intégré à la perfection. C’est comment d’être de retour à nouveau à Milan ? "C’est comme revenir à la maison, je pense que Milan est, pour moi et ma famille, un lieu où nous nous sentons vraiment bien grâce au peuple, aux tifosi, à mes équipiers. Du premier jour où je suis arrivé, ils m’ont tous tant aidé, je suis vraiment très heureux. Je n’avais même pas laissé "ma maison" en partant suis parti en Angleterre, cela montre à quel point je suis heureux de revenir, à présent je veux seulement revoir les gars sur le terrain." Qu’est-ce qui t’a convaincu de redevenir Nerazzurro ? "L’affection des Tifosi et aussi de mes équipiers, tout comme l’opportunité de travailler avec le Mister. Je suis resté en contact avec lui durant toute la saison écoulée. Je pense qu’il a fait de très belle choses avec l’équipe. Je peux apporter ma contribution et faire de belles choses pour ce club." Un sourire retrouvé! L’année dernière, tu as eu un aperçu de la façon de travailler avec Simone Inzaghi, a-quel point as-tu l’envie de travailler avec lui ? "J’en ai très envie, j’ai aussi vu l’équipe jouer à un très hautniveau la saison dernière, je suis déçu qu’elle ne soit pas parvenue à remporter le Scudetto, mais elle a remporté deux titres vraiment important. Tant de joueurs ont pris de l’expérience de façon importante, nous devons continuer de la sorte. A présent, nous sommes dans la position de défier tous les autres : Je tiens à bien me préparer pour la nouvelle saison et à continuer sur le parcours que nous avons déjà emprunté." As-tu déjà échangé avec tes anciens et nouveaux équipiers ? "Avec pratiquement tout le monde, la majorité. Je les remercie tous car je voulais revenir ici mais eux aussi ont poussé pour mon retour... Je dois les remercier car pour moi, ils sont comme ma famille, ce sont mes frères." 95 matchs et 64 buts avec l’Inter. Ta nouvelle aventure reprend sur base de ces statistiques..... "Je ne suis pas individualiste, je pense toujours à l’équipe, je veux que l’Inter gagne. Je ferai tout mon possible, aussi bien à l’entrainement que sur le terrain, pour faire gagner l’Inter." As-tu un message pour les Tifosi Nerazzurri qui sont déjà prêt à te revoir au Giuseppe Meazza ? "Je suis content d’être de retour ici, je donnerais tout, au quotidien, pour vous rendre de nouveaux heureux vous, et mes équipiers." Il n’y a plus qu’à Romelu ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. C’est une information en provenance de La Gazzetta Dello Sport : "Ionut Radu est prêt à revenir dans le Game, mais loin de l’Inter, pour mettre derrière lui ce qui s'est passé en fin de saison." Révélation de La Gazzetta Dello Sport "Sa nouvelle vie commencera bientôt et très probablement et toujours en Lombardie. Car pour le le malheureux gardien roumain de l'Inter, auteur d'une erreur retentissante dans le match perdu à Bologne, il y aurait du Crémonais. En effet, Cremonese, nouvellement promu en Serie A, a construit sa "fortune" grâce à des prêts judicieux de jeunes qui, sous la direction de Fabio Pecchia, sont parvenus à des résultats extraordinaires." "Si Cremonese viendrait à ne plus avoir Carnesecchi, le roumain de 25 ans qui a encore deux ans de contrat avec l'Inter est en pole! Celui-ci veut absolument bouger d’Appiano Gentile car sa relation là-bas s’est détériorée : Si certains équipiers l’ont réconfortés, d’autres l’ont également pointé du doigt." Reste juste à en tirer un bon prix…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Steven Zhang, Le Président de l’Inter a pris la parole à Inter TV pour tirer un bilan sur la saison qui vient de s’écouler et pour l’Inter du Futur Président, une saison d’émotion et riche de satisfaction s’est conclue pour l’Inter et les Tifosi "C’était une belle saison durant laquelle nous avons ajouté deux trophées dans notre vitrine, nous sommes aussi allé de l’avant à l’Internationale en nous qualifiant pour les huitième de Finale de la Ligue des Champions..Dans le même temps, nous ne sommes pas parvenu à remporter le Scudetto mais nous nous sommes battu jusqu’à la dernière journée. Je félicite naturellement le Milan et je présente mes compliments à tous nos autres adversaires du championnat." "Je suis heureux d’avoir vu nos tifosi faire la fête, content pour nous, mais aussi pour eux, c’est une saison que nous retiendrons tous historiquement parlant." Vous avez rencontré, aujourd’hui, l’entraîneur Simone Inzaghi et la Direction pour programmer la saison à venir, c’est un signe que ce partage des tâches est la clé du succès pour le club? "Cette saison vient à peine de se terminer mais nous ne faisons pas un pas de côté, nous continuons à travailler en pensant déjà à la saison prochaine. Comme équipe de football, notre objectif est de rester compétitif et de nous battre pour les titres les plus importants, nous regardons droit devant nous et nous voulons le maximum. La rencontre d’aujourd’hui nous a permis de planifier la prochaine saison, car nous nous efforcerons à faire mieux que celle écoulée, je veux toujours le maximum." En parlant de cette rencontre, cela veut dire que l’Inter restera compétitive pour continuer à poursuivre le cycle conquérant débuté par Suning ? "Nous l’avons débuté, il y a déjà six ans, et nous avons enfin remporté le Scudetto l'année dernière. Cette année, nous avons ajouté deux autres coupes dans notre salle des trophées, c’est la preuve que nous sommes sur la bonne voie. Ces dernières années, nous avons réussi à améliorer notre classement, surtout lors de ces trois dernières années: Le nombre de points récolté est impressionnant. Cela montre que les joueurs et Staff à Appiano vont dans la bonne direction." "Je tiens aussi à remercier tous les employés travaillant dans les bureaux, c'est un travail d'équipe. Le travail des employés ainsi que le soutien des Tifosi nous ont permis d'atteindre ces résultats au cours des six dernières années. Il y a eu des hauts et des bas, mais nous pensons être sur la bonne voie. La saison prochaine, nous aurons toujours cette même motivation pour aller de l'avant." Président, tout le monde met en avant votre rapport particulier avec Simone Inzaghi, quelles sont les grands mérites du Coach ? "J’ai dit, il y a quelques mois au Mister que travailler avec lui m’apportait de la sérénité, c’est un plaisir de travailler avec une personne telle que lui dans ce secteur. C’est un homme intelligent, un excellent entraîneur comme le prouve les résultats, il a réussi à maintenir un climat serein, aussi bien dans les bureaux que dans les vestiaires. Nous continuerons donc à aller très certainement ensemble de l’avant : Je vois à quel point il est attaché au Monde Nerazzurro, il y notre soutien total et celui des tifosi." Quel est le plus beau souvenir à retenir de cette saison et comment analysez-vous la saison à venir ? "La prochaine saison, selon moi, sera encore plus compétitive, bien plus que par le passé. L’objectif est de toujours nous améliorer, les résultats sportifs sont l’objectif principal du club, tout le reste coule de source. De plus, en tant que l'un des clubs de football parmi les plus importants au monde, nous devons être perdurer dans le temps et à tous les niveaux : Employés, dirigeants et joueurs, en tenant compte de la structure et de l'organisation des coûts, de la culture d'entreprise, des aspects marketing et commerciaux. Cela passe par le soutien de nos partenaires, et de nos sponsors, tout en apportant de la joie à nos Tifosi à travers le monde entier." "En ce qui concerne la saison qui vient de s'achever, le plus beau moment a été le retour des Tifosi au stade : les voir soutenir nos joueurs, c'était le moment le plus mémorable de la saison, qui, je l’espère, nous continuerons à voir et à vivre la saison prochaine." Le Saviez-vous ? Steven Zhang ne veut absolument pas redimensionner l'équipe. L'objectif est de toujours viser plus haut avec Inzaghi à la barre: "Après une période de six mois à Milan, Steven pourrait quitter l'Italie dès la fin du mois de mai mais parmi les nombreuses consigne qu'il laissera derrière lui, il y a surtout ceci : "S'il faut trouver une soixantaine de millions à travers les ventes et, si cela passe par un sacrifice important, à son retour, Steven Zhang exige de retrouver une Inter toujours aussi forte, si pas plus. Et avec la présence d'un "joyau" argentin dans la Cour de Simone II" nous révèle la La Gazzetta dello Sport. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. C’est désormais Officiel, le Scudetto sera décerné en Italie le samedi 22 mai sur le coup de 20h. Si le Milan est tout proche de l’emporter, l’Inter a décidé de proposer aux Cugini une Finale à distance. Et si le Milan dispose de deux résultat sur trois positif, pour être Champion, il y a lieu de ce souvenir du 14 mai 2000 turinois, du triste 5 mai 2002 ou bien plus proche de ce fameux Lazio-Inter à l’Olimpico marqué par la victoire des Hommes de Luciano Spalletti Certes, l’Inter n’a plus son destin entre ses mains, mais la défaite face à Bologne aurait également très bien pu se produire au mois de janvier. Dans cette dernière ligne droite, les Nerazzurri et les Rossoneri se rendent coup pour coup, sans perdre le moindre moins ! Et Si le Milan a terrassé une Atalanta au rabais de Gian Piero Gasperini, l’Inter a surclassé Cagliari malgré les difficultés et un stade sarde bouillant: Dans le premier quart d’heure un but refusé de Milan Skriniar via la Var donnait le ton avant d’assister à un but Ronaldinesque de Matteo Darmian de la tête à la 25’... Inter-Sampdoria affichera Sold-out! L’Inter fatiguée de sa Finale de la Coupe d’Italie joue un match sérieux et Lautaro Martinez double la mise à la 51’. Toutefois le bijou de la soirée est à mettre à l’actif de Lykogiannis qui envoie un missile surpuissant à l’entrée de la surface, Handanovic, pour le coup, ne peut absolument rien. Dans une fin de match quelques peu débridée, Lautaro Martinez mettra fins aux espoirs sarde en réalisant un doublé et en franchissant de la sorte, ce soir, le palier des 20 buts inscrit en Serie A en une saison. Place à présent au duel à distance, qui aura lieu le dimanche 22 juin à 18h00 et qui verra tout le peuple Nerazzurro soutenir Scamacca, Fratesi, Berardi et Raspadori pour ne citer qu’eux: Peu de personne croyaient en cette Inter déboussolée en début de saison : Disputer le titre lors de la dernière journée avec deux Coupes remportées face à la Juventus restera quoiqu’il arrive un très bel accomplissement pour la première saison de Simone Inzaghi arrivé en plein chaos à Appiano Gentile. Son meilleur résultat restera quoiqu’il arrive l’Historique victoire à Anfield Road face à Liverpool, qui n’aura connu là que sa seule et unique défaite à domicile en 2022 ! Chapeau Bas Mister! Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Cagliari 1-3 Inter Buteur(s): 25' Darmian (I), 51', 84' Lautaro Martinez (I), 54' Lykogiannis(C) Cagliari: 28 Cragno; 23 Ceppitelli, 15 Altare (79' 44 Carboni), 22 Lykogiannis; 12 Bellanova, 6 Rog (56' 18 Nandez), 27 Grassi, 8 Marin (78' 4 Baselli), 29 Dalbert; 10 Joao Pedro, 30 Pavoletti (56' 9 Keita) Banc: 1 Aresti, 14 Deiola, 16 Strootman, 20 Pereiro, 21 Luvumbo, 25 Zappa, 40 Walukiewicz, 66 Lovato T1: Alessandro Agostini Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (70' 33 D'Ambrosio); 36 Darmian (58' 2 Dumfries), 23 Barella (58' 5 Gagliardini), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu, 14 Perisic; 9 Dzeko (70'19 Correa), 10 Lautaro Martinez Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 7 Sanchez, 13 Ranocchia, 18 Gosens, 22 Vidal, 32 Dimarco, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Arbitre: Doveri VAR: Di Bello Averti(s): Darmian (I), Çalhanoğlu (I) Expulsé(s) : / Affluence: 15.443 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Gifler historiquement la Juventus, qui plus est en Finale d’une compétition n’a pas de prix. Si l’ambition de l’Inter est de donner du fil à retordre et une pression maximale sur l’Ac Milan, ces deux derniers jours ont été marqué par la célébration de la 8ème Coupe d’Italie Et parmi les protagonistes de la fête on retrouve, avec une agréable surprise, le Président Steven Zhang : Dans le vestiaire Nerazzurro, il a passé un appel vidéo émouvant à son père, Jindong, avec la Coupe. "Durant cette nuit romaine, après avoir regagné les vestiaires avec l’équipe et de très nombreuses célébrations, Steven, la Coupe dans les bras et devant les joueurs, a pris le téléphone et a lancé un appel vidéo en direction de la Chine, le destinataire était nul autre que son Père : Jindong Zhang, le propriétaire de l’Inter, mais tout le monde à Appiano l’appelle "Président." "Les rôles se sont alors mélangés entre la discussion d’un fils et d’un père qui partage un grand succès professionnel, mais aussi celui d’un Chef d’Entreprise qui fait face au Numéro Un dans l’absolu : Moment de partage et de vive émotion, une joie débridée, admirée par quasi tout le monde, même ceux qui ont été totalement submergés par les confettis, les baisers, les embrassades et le champagne pendant une heure et demie" Ont-il fini par un Saké ?! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. C’est une révélation du Corriere Dello Sport: Au Stade Giuseppe Meazza, pour ses matchs à domicile, Simone Inzaghi a tenu une cadence Da Scudetto en remportant 39 points en 17 matchs : Personne n’a d’ailleurs fait mieux que les Nerazzurri. "Le Milan a lui récolté 37 points en 18 matchs, la Fiorentina et la Roma 35 points en ayant respectivement joués 17 et 18 matchs, il y a ensuite la Juve avec 34 points en 18 matchs et le Napoli avec 33 points en 18 matchs. A domicile, l’Attaque des Champions d’Italie est létal avec 41 buts inscrits, personne n’est capable de tenir un tel rythme et la rencontre d’aujourd’hui est l’avant-dernière à domicile avant la réception de la Sampdoria." "Handanovic&Cie auront donc une très bonne base de départ pour ce soir, en sachant le niveau de sécurité que peut lui garantir le Giuseppe Meazza. En même temps, il sera impératif de ne pas se faire surprendre car rien n’est donné pour acquis : En février sont arrivées les défaites face à Milan et Sassuolo et sans oublier le partage face à la Fiorentina en mars." "Le moindre faux pas à 270 minutes de la fin du championnat pourrait s’avérer fatal dans la Course au Scudetto, alors que tous veulent à Appiano Gentile continuer à espérer au titre jusqu’à la toute dernière journée de la compétition: Et le seul moyen d’y parvenir est de faire jouer le Milan sous pression face à l’Hellas." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Si dans un passé récent, l’Inter disposait d’un Vestiaire éclaté, l’arrivée de Giuseppe Marotta, associé à une série de personnalités du vestiaire ont rendu ses Lettres de Noblesses aux Nerazzurri. En effet, plusieurs joueurs se sont révélés ces dernières saisons à tel point qu’il n’y a plus à proprement parler d’un seul Capitaine, mais de Capitaines, de Leaders qui guide l’équipe de Simone Inzaghi Révélation de la Gazzetta Dello Sport Ivan Perisic et Marcelo Brozovic "Le premier est le leader technique, le phare qui illumine le terrain et qui traverse une période d’omnipotence comme si rien ne semblait pouvoir l’arrêter : L’exigence de prolonger son contrat pour une paire d’année trouve justement son origine de par son statut gagné marche après marche. Pour comprendre l’importance de l’autre croate, il suffit simplement de se replonger dans les deux mois d’enfer Nerazzurro, lorsque le Scudetto était pourtant en poche : De très nombreux point ont été perdu en l’absence de Brozo." "Si Perisic a un caractère plus glacial, lui qui est presque un robot concentré sur l'entraînement, Brozo est l'ami préféré de tous : il ne se passe pas un voyage à l'Inter sans que Marcelo ne tourmente la vie de ses coéquipiers: Ceux qui dorment sont réveillés, ceux qui se détendent sont emmerdés." Samir Handanovic Au début de l'année, lorsqu’il s’agissait du repas de Noël ou lors de la période désastreuse de février à avril, il y a eu des dîners d'équipe, loin des projecteurs et sans traces sur les smartphones, une vrai constante dans la saison qui a consolidé l’esprit d'équipe: "Et si Samir est d’ailleurs une personnalité peu bavarde, et s’il n’a pas consolé de façon théâtrale le pauvre Ionit Radu devant les caméras après "Le désastre de Bologne", il a fait usage des bons mots dans les jours qui ont suivi pour réconforter le roumain." Milan Skriniar Véritable point de référence pour ses équipiers sur et hors du terrain: "A Turin contre la Juve, et en plein milieu du chaos qui a précédé la "séance de tirs au but de Çalhanoğlu" , les yeux furieux de Nicolò Barella occupaient le devant de la scène, mais lui, Milan, rappelait "ses" hommes en leur imposant de s’éloigner des flammes. La cavalerie d'ailleurs formée par Danilo D'Ambrosio, Marcelo Brozovic et Alessandro Bastoni a suivi, mais la protestation la plus vive autour d'Irrati est celle du défenseur slovaque : Son carton jaune en est d’ailleurs la preuve." "Milan aime défendre ses équipiers, mais il connait aussi bien l’art de la consolation car bien avant ses penalty au Stadium, Çalhanoğlu, en tant qu'ancien Milanais, avait du mal à trouver sa place chez les Nerazzurri, et c'était précisément Skriniar qui le rassurait à Appiano. Le Turc avait besoin de temps et de confiance, et maintenant qu’il il est là et bien là, il est devenu un joueur décisif au cœur du jeu interniste." À trois journées de la fin de la saison, Simone Inzaghi encourage son équipe car il est convaincu que la lutte pour le Scudetto n'est pas encore terminée: "Les Nerazzurri savent que neuf points en trois matches pourraient ne pas suffire et cela n'incite pas à l'optimisme, mais les Nerazzurri ont décidé de cultiver la pensée positive : Inzaghi a convaincu tout le monde de ne penser qu'à eux-mêmes, en se concentrant sur les événements que l'équipe peut contrôler car il est, en fin de compte, inutile de gaspiller du temps et de l’énergie en pensant au Diavolo." Et si bien plus que le Scudetto cette saison, l’Inter a su former un réel groupe solidaire, tel celui formé par l’équipe du Triplé....N’est-ce pas en fin de compte là, le Chef d'Oeuvre de la saison, même si conserver la cocarde associée à une seconde étoile n’aurait pas de prix ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Au cours d’une interview octroyée par Dazn, Alessandro Bastoni s’est livré sur une curieuse anecdote devant la très envoûtante Diletta Leotta Raconte-moi à présent comment tu passes tes jours "OFF", à la PlayStation ? "La PlayStation c’est seulement au camp d'entraînement d'Appiano Gentile, elle a été bannie de la maison, il y a seulement des couches. Ma fille a trois mois et elle commence à comprendre dans quelle maison de fou elle se trouve. On s'amuse bien." Azzurra fait-elle référence à la Nazionale ? "Non, en fait je pense à en faire une seconde que j’appellerai Nera…. Pour faire Nera et Azzurra"....." il rit Réponse de Diletta: "Pour cette réponse, tu mérite une punition...." Pouvons-nous te remplacer Alé ? Qui est partant pour une partie de ping-pong ^^ ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...