Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'appiano gentile'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Gifler historiquement la Juventus, qui plus est en Finale d’une compétition n’a pas de prix. Si l’ambition de l’Inter est de donner du fil à retordre et une pression maximale sur l’Ac Milan, ces deux derniers jours ont été marqué par la célébration de la 8ème Coupe d’Italie Et parmi les protagonistes de la fête on retrouve, avec une agréable surprise, le Président Steven Zhang : Dans le vestiaire Nerazzurro, il a passé un appel vidéo émouvant à son père, Jindong, avec la Coupe. "Durant cette nuit romaine, après avoir regagné les vestiaires avec l’équipe et de très nombreuses célébrations, Steven, la Coupe dans les bras et devant les joueurs, a pris le téléphone et a lancé un appel vidéo en direction de la Chine, le destinataire était nul autre que son Père : Jindong Zhang, le propriétaire de l’Inter, mais tout le monde à Appiano l’appelle "Président." "Les rôles se sont alors mélangés entre la discussion d’un fils et d’un père qui partage un grand succès professionnel, mais aussi celui d’un Chef d’Entreprise qui fait face au Numéro Un dans l’absolu : Moment de partage et de vive émotion, une joie débridée, admirée par quasi tout le monde, même ceux qui ont été totalement submergés par les confettis, les baisers, les embrassades et le champagne pendant une heure et demie" Ont-il fini par un Saké ?! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. C’est une révélation du Corriere Dello Sport: Au Stade Giuseppe Meazza, pour ses matchs à domicile, Simone Inzaghi a tenu une cadence Da Scudetto en remportant 39 points en 17 matchs : Personne n’a d’ailleurs fait mieux que les Nerazzurri. "Le Milan a lui récolté 37 points en 18 matchs, la Fiorentina et la Roma 35 points en ayant respectivement joués 17 et 18 matchs, il y a ensuite la Juve avec 34 points en 18 matchs et le Napoli avec 33 points en 18 matchs. A domicile, l’Attaque des Champions d’Italie est létal avec 41 buts inscrits, personne n’est capable de tenir un tel rythme et la rencontre d’aujourd’hui est l’avant-dernière à domicile avant la réception de la Sampdoria." "Handanovic&Cie auront donc une très bonne base de départ pour ce soir, en sachant le niveau de sécurité que peut lui garantir le Giuseppe Meazza. En même temps, il sera impératif de ne pas se faire surprendre car rien n’est donné pour acquis : En février sont arrivées les défaites face à Milan et Sassuolo et sans oublier le partage face à la Fiorentina en mars." "Le moindre faux pas à 270 minutes de la fin du championnat pourrait s’avérer fatal dans la Course au Scudetto, alors que tous veulent à Appiano Gentile continuer à espérer au titre jusqu’à la toute dernière journée de la compétition: Et le seul moyen d’y parvenir est de faire jouer le Milan sous pression face à l’Hellas." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Si dans un passé récent, l’Inter disposait d’un Vestiaire éclaté, l’arrivée de Giuseppe Marotta, associé à une série de personnalités du vestiaire ont rendu ses Lettres de Noblesses aux Nerazzurri. En effet, plusieurs joueurs se sont révélés ces dernières saisons à tel point qu’il n’y a plus à proprement parler d’un seul Capitaine, mais de Capitaines, de Leaders qui guide l’équipe de Simone Inzaghi Révélation de la Gazzetta Dello Sport Ivan Perisic et Marcelo Brozovic "Le premier est le leader technique, le phare qui illumine le terrain et qui traverse une période d’omnipotence comme si rien ne semblait pouvoir l’arrêter : L’exigence de prolonger son contrat pour une paire d’année trouve justement son origine de par son statut gagné marche après marche. Pour comprendre l’importance de l’autre croate, il suffit simplement de se replonger dans les deux mois d’enfer Nerazzurro, lorsque le Scudetto était pourtant en poche : De très nombreux point ont été perdu en l’absence de Brozo." "Si Perisic a un caractère plus glacial, lui qui est presque un robot concentré sur l'entraînement, Brozo est l'ami préféré de tous : il ne se passe pas un voyage à l'Inter sans que Marcelo ne tourmente la vie de ses coéquipiers: Ceux qui dorment sont réveillés, ceux qui se détendent sont emmerdés." Samir Handanovic Au début de l'année, lorsqu’il s’agissait du repas de Noël ou lors de la période désastreuse de février à avril, il y a eu des dîners d'équipe, loin des projecteurs et sans traces sur les smartphones, une vrai constante dans la saison qui a consolidé l’esprit d'équipe: "Et si Samir est d’ailleurs une personnalité peu bavarde, et s’il n’a pas consolé de façon théâtrale le pauvre Ionit Radu devant les caméras après "Le désastre de Bologne", il a fait usage des bons mots dans les jours qui ont suivi pour réconforter le roumain." Milan Skriniar Véritable point de référence pour ses équipiers sur et hors du terrain: "A Turin contre la Juve, et en plein milieu du chaos qui a précédé la "séance de tirs au but de Çalhanoğlu" , les yeux furieux de Nicolò Barella occupaient le devant de la scène, mais lui, Milan, rappelait "ses" hommes en leur imposant de s’éloigner des flammes. La cavalerie d'ailleurs formée par Danilo D'Ambrosio, Marcelo Brozovic et Alessandro Bastoni a suivi, mais la protestation la plus vive autour d'Irrati est celle du défenseur slovaque : Son carton jaune en est d’ailleurs la preuve." "Milan aime défendre ses équipiers, mais il connait aussi bien l’art de la consolation car bien avant ses penalty au Stadium, Çalhanoğlu, en tant qu'ancien Milanais, avait du mal à trouver sa place chez les Nerazzurri, et c'était précisément Skriniar qui le rassurait à Appiano. Le Turc avait besoin de temps et de confiance, et maintenant qu’il il est là et bien là, il est devenu un joueur décisif au cœur du jeu interniste." À trois journées de la fin de la saison, Simone Inzaghi encourage son équipe car il est convaincu que la lutte pour le Scudetto n'est pas encore terminée: "Les Nerazzurri savent que neuf points en trois matches pourraient ne pas suffire et cela n'incite pas à l'optimisme, mais les Nerazzurri ont décidé de cultiver la pensée positive : Inzaghi a convaincu tout le monde de ne penser qu'à eux-mêmes, en se concentrant sur les événements que l'équipe peut contrôler car il est, en fin de compte, inutile de gaspiller du temps et de l’énergie en pensant au Diavolo." Et si bien plus que le Scudetto cette saison, l’Inter a su former un réel groupe solidaire, tel celui formé par l’équipe du Triplé....N’est-ce pas en fin de compte là, le Chef d'Oeuvre de la saison, même si conserver la cocarde associée à une seconde étoile n’aurait pas de prix ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Au cours d’une interview octroyée par Dazn, Alessandro Bastoni s’est livré sur une curieuse anecdote devant la très envoûtante Diletta Leotta Raconte-moi à présent comment tu passes tes jours "OFF", à la PlayStation ? "La PlayStation c’est seulement au camp d'entraînement d'Appiano Gentile, elle a été bannie de la maison, il y a seulement des couches. Ma fille a trois mois et elle commence à comprendre dans quelle maison de fou elle se trouve. On s'amuse bien." Azzurra fait-elle référence à la Nazionale ? "Non, en fait je pense à en faire une seconde que j’appellerai Nera…. Pour faire Nera et Azzurra"....." il rit Réponse de Diletta: "Pour cette réponse, tu mérite une punition...." Pouvons-nous te remplacer Alé ? Qui est partant pour une partie de ping-pong ^^ ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Un rêve fou pour l’Inter, fou mais qui ne lui est pas impossible, à savoir former le duo d’attaque composé de Paulo Dybala et Romelu Lukaku pour la saison prochaine. Preuve en est la Direction Nerazzurra est déjà en plein travail selon la Gazzetta Dello Sport Intro: Dybala et/ou Lukaku "Dybala ne prolongera pas avec la Juventus, il est donc libre de signer selon ses préférences, tandis que la situation relative à Lukaku dépendra beaucoup du futur de Chelsea. La seule certitude est que Big Rom, déçu par sa saison de retour à Londres, est impatient de revenir à Milan, version Nerazzurro. Et il a déjà pris contact avec les dirigeants pour un retour fracassant après son transfert estival de 115 millions d'euros." Acte I : Les avantages du recrutement Dybala "Le point principal en faveur de Dybala est qu’il partira gratuitement de la Juventus, il ne faut donc pas payer son transfert mais "juste" définir son salaire, ainsi que la commission relative à son agent qui ne sera certainement pas basse. En octobre, un accord avait été trouvé avec la Juventus pour environ 10 millions d’euros. L’Inter raisonne sur d’autres chiffres en lui proposant un rôle fondamental, en incluant des bonus et la durée du contrat." "Ce qui joue en faveur de Dybala, c’est son très grand rapport avec Giuseppe Marotta qui l’avait recruté de Palerme vers la Juventus. L’Administrateur Délégué de l’Inter l’a toujours estimé et réaliser ce transfert, indépendamment de comment se terminera la Course au Scudetto, enflammerait certainement le Peuple Nerazzurro. Bien plus en tout cas que Lukaku qui, en été, à trahi un grand nombre de Tifosi dans les paroles et dans les faits. Acte II : Les inconvénients du recrutement de Dybala "Le nombre important de pépins physiques de ces dernières saisons sont un paramètres à prendre en compte : Dybala ne parvient plus à retrouver une continuité, aucune garantie ne peut être apporté, et c’est ce qui fait surement réfléchir l’Inter. C’est d’ailleurs l’élément clé qui est à l’origine de la non-prolongation de l’argentin avec la Juventus. De plus, le fait qu’il soit en fin de contrat est à double tranchant : Il aura plusieurs options sur la table et il choisira celle qui le satisfera le plus à tout point de vue : économiquement parlant et en termes de projet surtout." "Un autre aspect négatif est sa position : Dans un 3-5-2, un 10 comme Dybala peut iniquement jouer en second attaquant. Simone Inzaghi n’a pratiquement jamais changé son module de jeu et l’argentint ne pourrait pas évoluer dans la position qui lui est la plus appropriée : Celle du Trequartista, libre de varier et de créer du jeu. Dybala aime aussi revenir au milieu de terrain pour dicter le jeu, une caractéristique similaire à celle d’Edin Dzeko et Lautaro Martinez, si ce dernier n’est pas sacrifié en cas d’arrivée de l’argentin." "En résumé, il s’agirait d’un second ou troisième attaquant présentant des caractéristiques similaires, celle d’un créateur et non d’un finisseur." Acte III : Les avantages du recrutement de Lukaku "Il connait déjà très bien l’environnement et il voulait déjà revenir à l’Inter en décembre dernier, lorsqu’il jouait encore comme titulaire à Chelsea et qu’il marquait quelques buts. Il s’est confessé devant tous et il échange lui-même, en personne, pour revenir à Appiano Gentile : Il n’est pas heureux à Londres, il regrette son choix de l’été dernier et il est aussi disposé à réduire ses prétentions salariales pour reprendre le travail débuté avec Simone Inzaghi l’été dernier, ce dernier avait tenté de le cajoler après le départ d'Antonio Conte." "Il présente des caractéristiques qui, il est vrai, font défaut à l’Inter d’Inzaghi cette saison : C’est un vrai et propre finisseur capable d’arriver à inscrire 30/40 buts par saison. C’est le type de joueur qui attaque la profondeur, une demande qu’Inzaghi a d’ailleurs fait à sa Direction pour compléter son secteur offensif. Il peut être un point de référence qui permet, à n’importe quel moment d’une rencontre ou de la saison, de changer la façon de jouer, en proposant également de long ballon, soit pour avoir un plan B." Acte IV : Les inconvénients du recrutement de Lukaku "C’est évident que le fait d’avoir choisi de partir pour Londres ne joue pas en sa faveur : Ni aux Tifosi, ni à la Direction qui en le cédant à 115 millions d’euros a réalisé un pur Chef d’œuvre sur le Mercato en sortie. Il ne pourrait revenir qu’en prêt, peut-être un biennal, avec une obligation de rachat dont il conviendrait de s’assurer une viabilité sous certaines conditions." "Il devrait également réduire ses émoluments : Lukaku perçoit 12,5 millions d’euros par saison, et s’il ne se montre pas enclin à accepter un contrat similaire à son précédent contrat interiste, soit 7,5 millions d’euros, il n’y aurait aucune marge de manœuvre possible." Acte V : Conclusions "S’engager dans une opération à la Lukaku voudrait également dire investir moins dans d’autres secteurs. S’engager avec Dybala gratuitement, l’Inter disposerait d’une meilleure marge de manœuvre pour se concentrer aussi dur d’autres cibles pour renforcer le noyau à disposition de Simone Inzaghi." Que feriez-vous ? Recruteriez-vous uniquement Dybala, uniquement Lukaku ou opteriez-vous pour le duo Dybala-Lukaku en sacrifiant probablement Lautaro Martinez…Ou tout simplement vous tourneriez-vous vers d’autres cibles ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. L'Inter a offert le défenseur Federico Dimarco au Torino, en plus d'une certaine somme d'argent pour amener Gleison Bremer à Appiano Gentile cet été. C'est ce que rapporte le quotidien Turinois Tuttosport, qui indique que les Nerazzurri ont fait une offre incluant l'Italien Dimarco, au côté de 15 millions d'euros. L'Inter est le club qui a bougé le plus vite pour Bremer, le Brésilien étant suivi de près par la Juventus, le Milan, le Napoli, mais aussi par d'autres cadors étrangers, tels que le Bayern Munich ou bien des équipes de Premier League. Les dirigeants Interistes ont même d'ors et déjà fait une offre aux Granata, avec l'espoir de dépasser la concurrence avant que celle-ci ne puisse répliquer. De son côté, Dimarco a déjà travaillé avec l'entraîneur du Torino, Ivan Jurić, durant 2 saisons, en prêt, au Hellas Vérone. Les Nerazzurri espèrent que ces antécédents suffiront à convaincre le Toro de lâcher sa muraille Brésilienne. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  7. C’est une révélation de Marco Barzaghi, le journaliste de SportMediaset confirme le nouvel état d’esprit, qui s’annonce primordial, pour la fin de la saison! "Je peux vous dire que depuis hier, à Appiano Gentile, on peut y respirer un air frais différent, on voit des visages différents. Il y a de l’enthousiasme, de la conviction…ce désir et cette faim de gagner et de remettre les choses à leur place. Aux yeux de tous, il y a cette grande conviction malgré la fatigue qui est toujours présente." Le Milan est averti, on va lui faire péter sa rondelle ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. APPIANO GENTILE - Le championnat a repris et pour l'Inter, c'est le Derby d'Italie qui l'attend. Les Nerazzurri sont prêts à reprendre le chemin de la compétition après la trêve internationale. Ils affronteront la Juventus de Massimiliano Allegri lors de la 31e semaine de Serie A à l'Allianz Stadium de Turin. Simone Inzaghi, l'entraîneur de l'Inter, était au rendez-vous à la conférence de presse d'avant-match, au cours de laquelle il a fait le point sur sa forme récente et évoqué ses attentes pour le match. Nous arrivons à la fin de la saison et le coup d'envoi sera donné demain par la Juve contre l'Inter : qu'attendez-vous de ce match ? "Ce match est de la plus haute importance. Il n'y a pas de meilleur match pour envoyer un message fort aux autres équipes et à nous-mêmes." Comment se porte Marcelo Brozovic ? Il a récemment renouvelé son contrat et a repris l'entraînement : est-il disponible ? "Tout le monde sait combien Brozovic est important pour nous, c'est un joueur crucial. Ces derniers jours, il va plutôt bien . Lui et Stefan de Vrij participeront à l'ensemble de la séance d'entraînement, nous verrons comment ils se portent." Comment se porte l'équipe ? Sont-ils tous conscients du fait que si vous revenez avec moins de trois points demain, vos espoirs de titre pourraient s'envoler ? "Hier, nous avons eu une bonne séance d'entraînement. C'est à nous maintenant de canaliser notre colère et notre caractère pour en faire plus. Nous avons perdu des points lors des sept derniers matches, avec des résultats décevants. Nous savons que nous allons avoir besoin d'énergie, d'agressivité et de détermination pour jouer continuer à nous battre. Nous avons affaire à un adversaire difficile à battre sur son terrain. Nous allons jouer avec personnalité et caractère." Pourquoi l'Inter a-t-il autant trébuché lors des derniers matchs alors qu'il avait si bien réussi les mois précédents ? "Toutes les équipes de haut niveau ont connu des moments difficiles. Il se trouve que les nôtres ont coïncidé avec la double confrontation contre Liverpool et je pense que cela a commencé avec le derby. Si vous m'aviez dit au début de l'année que nous aborderions le mois d'avril avec la Supercoupe d'Italie en poche, que nous aurions atteint les huitièmes de finale de la Ligue des champions et que nous serions toujours en course pour le Scudetto, j'aurais été très satisfait. C'est ce que le club voulait". Ce match pourrait remettre l'Inter sur le droit chemin : qu'en attendez-vous ? "Je m'attends à obtenir un bon résultat. Nous avons toujours réalisé de bonnes performances et créé tant d'occasions, même si nous sommes repartis récemment avec seulement sept points en sept matchs. Nous sommes déçus de notre nombre de points, alors nous voulons faire un bon résultat. Il reste neuf matches cruciaux à jouer et celui de demain est le plus difficile." Vous avez un bon bilan dans les rencontres uniques contre la Juventus : vous préparez-vous comme s'il s'agissait d'un match décisif ? "Nous savons que c'est un match important. Le résultat aura un impact sur le moral et le classement du championnat. Ensuite, il nous restera huit matchs de championnat à jouer, ainsi que la demi-finale de la Coppa Italia." Pensez-vous qu'il y a trop de négativité autour de l'Inter en ce moment ? "Nous devons accepter toutes les critiques, en séparant les commentaires constructifs de ceux qui ne le sont pas, que nous ignorons." Le dernier entraîneur de l'Inter à avoir gagné à Turin était Andrea Stramaccioni. Il a dit que pour battre la Juventus sur son terrain, il fallait être courageux et jouer comme des champions... "Il a tout à fait raison. Nous avons déjà joué la Juve en Supercoupe et nous l'avons battue. En championnat, nous avons fait match nul à cause d'un penalty dans les dernières minutes. Nous savons qu'ils vont très bien en ce moment. Ils arrivent dans ce match après une série de résultats positifs, ce qui les rapproche de la tête du championnat, là où tout le monde l'avait prédit." Qui, parmi Dusan Vlahovic et Juan Cuadrado, avez-vous le plus étudié ? "La Juve s'est améliorée depuis l'arrivée de Vlahovic et Denis Zakaria en janvier. Ils étaient déjà forts auparavant. La ligne d'attaque de la Juve compte de nombreux attaquants à surveiller." Y a-t-il un problème dans votre façon d'aborder les matchs ? "Je n'étais pas satisfait de notre approche des matchs contre la Fiorentina et le Torino, mais nous avons ensuite très bien joué en seconde période. Avec la Juve, il sera crucial de bien commencer dès le début." Pensez-vous que vous serez encore à l'Inter l'été prochain ? "En tant qu'entraîneurs, nous nous appuyons sur les résultats et les performances. Je suis très heureux et fier de la décision qui a été prise en juin. Ils étaient champions et avaient perdu deux de leurs meilleurs joueurs. Grâce au travail acharné du staff, les attentes de chacun ont été revues à la hausse. Bien que nous soyons dans la course au titre et que nous ayons déjà un trophée en poche, il est normal que nous soyons confrontés à des critiques. Mais c'est toujours le cas". Comment va Nicolo Barella ? Il n'a pas eu de bons moments ces derniers temps... "Ces derniers jours, il va bien, tout comme Alessandro Bastoni, Arturo Vidal et Alexis Sanchez, qui sont tous revenus déçus de la pause internationale. Ils doivent immédiatement porter leur attention sur le match de demain." Allegri pense que vous êtes les favoris pour le titre... "Nous avons un grand respect mutuel et c'est ce qu'il pense". Vous avez battu la Juve à de nombreuses reprises et vous savez comment le faire : est-ce votre arme secrète ? "L'importance du match va nous inspirer, évidemment. Nous jouons à l'extérieur, ce sera donc une expérience différente de celle vécue à San Siro, mais nous devrons réaliser une performance classique de l'Inter." Lors des derniers matchs, les milieux de terrain ont été moins impliqués dans le jeu offensif, avec peu de buts. Pensez-vous devoir vous améliorer dans ce domaine ? "Nous somme toujours aussi dangereux qu'en début de la saison. Nous cherchons toujours à nous améliorer et nous allons commencer par le faire demain." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  9. Le Derby d’Italie en poche, Simone Inzaghi, Milan Skriniar, Samir Handanovic et Alessandro Bastoni se sont livrés en après-match à Inter TV En voiture Simone "C’était une étape fondamentale car, en ce moment, nous sommes dans la position du chasseur et nous voulions rester au contact du Milan et du Napoli. Nous avons perdu des points, nous en sommes conscient et nous chercherons à les reprendre lors des prochains matchs. Ce n’est pas une question de pression car nous sommes plus loin que ce que l’on pensait et à l’Inter c’est normal d’être toujours sous pression : Je n’oublie pas ce que l’on disait déjà sur notre parcours l’été dernier." "Les favoris sont les autres, ils diront peut-être que ce sera encore nous : Je me souviens de ce qu'on disait au début et que cela faisait 11 ans qu'on n'avait pas gagné ici. Cette victoire nous rend fier mais nous n’avons rien fait. "Il nous a manqué les résultats lors des derniers matchs, mais nous avons dû faire aussi avec l’absence de joueurs importants, comme cela arrive aussi dans d’autres équipes. Chez nous, on a parlé de dispositif erroné et d’autres choses : La route est encore longue, c’est seulement une étape qui nous permet d’être proche du Napoli et du Milan." Le penalty ? "Il y avait faute, et le but aurait déjà dû être validé. Lorsque j’ai jeté ma chemise au match aller, j’ai été expulsé, ici je n’ai rien dit, j'ai fait un match nul silencieux et j'ai pensé à l’après-match. La Juventus nous a mis peu en difficulté : leur barre transversale provenait d’ une faute manifeste, en seconde période mes joueurs ont peu concédé peu à une grande Juve." Ma prolongation ? "J’ai un contrat de deux ans et le club a déjà hypothéquer de le prolonger, mais j’ai demandé à en parler en fin de saison. Nous sommes l’Inter et une période de sept mois s’est retrouvée assombrie par une série de match nuls. Je ressens la grande confiance du Club et des Tifosi, hier aussi ils étaient venu à Appiano pour nous encouragé avant le départ pour Turin. Nous nous divertissons depuis sept mois et nous savons comment cela se passe dans le football : Il faut seulement se concentrer sur des critiques constructives." Alessandro Bastoni "Gagner ici n’est pas facile, c’était une belle partie, disputée depuis la première minute de jeu: Ils nous ont donné du fil à retordre." La défense ? "A la différence des autres matchs où nous avons moins subi, ici nous savons bien plus subi, mais cela s’explique aussi par la qualité des attaquant de la Juve. Mais c’est aussi grâce à Samir que nous sommes parvenu à garder la cage inviolée et nous en sommes ravis." Milan Skriniar "Nous savions tous à quel point cette partie était importante, nous sommes fier de notre équipe, nous avons combattu jusqu’à la dernière minute et ces trois points valent leur pesant d’or. Nous tenions à cette victoire qui est le fruit de sacrifice. Je pense que cela nous donnera coup de boost pour les prochaines rencontres. Les rencontres se gagnent comme cela, le plus important est de faire des points, pas le jeu. Nous connaissions l’importance de ce match, nous l’avons remporté et tout est encore possible." Samir Handanovic "Ce sont de très belles sensations, c’est la victoire qu’il nous fallait en ce moment, c’était la bonne partie. Elle était aussi décisive pour la suite du championnat, je suis impatient de jouer le prochain match. C’est une victoire de caractère, c’était important de gagner, ce n’est jamais un match normal lorsqu’il s’agit de défier la Juventus au Stadium: Nous profitions de cette victoire et de la façon dont nous avons gagné." Mes 359 présences titularisations à l’Inter en Serie A ? En effet, Samir est le 7ème joueur au classement de tous les temps de l’Histoire de l’Inter en Serie A : "Je ne pense pas autant aux statistiques, j’y penserais surement lorsque je raccrocherai les crampons. Je pense que c’est un bel objectif." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. C’est une information en provenance de Sport Mediaset : Joaquin Correa pourrait déjà quitter l’Inter en fin de saison ! Une saison et puis s’en va ? "Une saison avec plus d’ombres que de lumières, avec seulement quatre buts inscrits et répartis sur deux rencontres et, énormément de blessures : La première année de Joaquin Correa à l’Inter est loin d’être inoubliable. Le Club Nerazzurro, convaincu par Simone Inzaghi, avait dépensé 31 millions d’euros pour l’acheter à la Lazio, mais l’investissement consenti n’a, jusqu’à présent, jamais porté les fruits espérés." "C’est aussi pour cette raison qu’un départ de l’attaquant argentin cet été n’est, à priori, pas à exclure : Lille aurait des vues sur Joaquin Correa, lui qui souhaite renforcer son secteur offensif. L’Intérêt du club français pourrait permettre de procéder à l’établissement d’un échange avec l’attaquant canadien Jonathan David qui est depuis longtemps dans le viseur de l’Inter." "L’Opération pourrait permettre à David, âgé de 22 ans et auteur de 17 buts en 39 matchs, de rejoindre Milan pour le plus grand bonheur de toutes les parties à Appiano Gentile. Il reste à présent à voir, si dans les prochaines semaines, la négociation entrera dans le vif." Un échange bénéfique pour l'Inter selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. S'exprimant lors d'un événement United by Alessandro Moggi à Milan, l'administrateur délégué de la Juventus, Maurizio Arrivabene, a évoqué la fumée noire avec Paulo Dybala et le non-renouvellement du contrat de la "Joya", qui expire le 30 juin prochain : "Le changement le plus important est ce dont on a parlé aujourd'hui, à savoir que la Juventus a décidé de ne pas prolonger avec Paulo Dybala. C'est la différence qu'il y a eu d'octobre à aujourd'hui." "Je suis très très clair. Il y a eu un changement dans ce sens avec le mercato de janvier et l'arrivée de Vlahovic : la configuration technique de l'équipe a changé. Notre projet a subi des modifications et une partie de ces modifications concerne le contrat de Dybala, qui n'a pas été renouvelé aujourd'hui. Il y a eu une réunion aujourd'hui, amicale et très claire, respectueuse pour une raison : Il aurait été facile pour la Juventus de faire une offre très basse mais pas très respectueuse envers Paulo. C'est un joueur qui a passé 7 ans avec nous." "Une telle offre n'aurait pas montré le respect que nous avons pour lui et ne l’aurait certainement pas aidé l'avenir de sa carrière. La décision a été prise, nous y avons beaucoup réfléchi. Il est important de souligner une chose : la direction de la Juventus ne prend pas de décisions contre la Juventus mais pour la Juventus. Nous avons eu une approche très, très sincère. Avec les achats effectués en janvier, avec l'arrivée de Vlahovic, la position de Paulo n'était plus au centre du projet. Nous avons donc préféré prendre cette décision." Il Padrino en Pole selon le Corriere Della Sera La future destination de la Joya pourrait être l'Inter, Beppe Marotta travaillant déjà pour convaincre l'Argentin d’épouse le projet Nerazzurro: "L’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta, est en pole position pour faire venir l'Argentin à Appiano. En arrière-plan, il y a Tottenham, l'Atletico Madrid, qui s'est déjà intéressé à Dybala par le passé, Barcelone et le Betis Séville". "Avec le départ d’Alexis Sanchez, un quadriennal à 7 millions d’euros par saison est possible." Dybala pour Sanchez, vous validez ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, Simone Inzaghi s’est entretenu hier à Appiano Gentile, en tout premier lieu avec les joueurs et ensuite avec la Direction "Inzaghi est déterminé à procéder au ControSorpasso, et les joueurs présent ont bien compris à quel point il était motivé : Avant de s'enfermer dans un conclave avec Marotta et compagnie, l'entraîneur des Nerazzurri a véritablement passé un savon à toute l'équipe en faisant usage de décibels plus élevés que d'habitude, des mots fermes et durs…. Soit un appel à la motivation et à la fierté : Pour être clair, un nouvel appel aux armes utilisée en début de saison. Inzaghi ne veut plus se voir se répéter ce genre d'approche lente des matches qui a coûté des points à l'équipe ces derniers mois." Le conclave "La période actuelle n’est pas des plus facile, l'Inter de février est bien loin de l'équipe admirée jusqu'en janvier, et cette situation inquiète aussi bien Inzaghi et son staff que la direction des Nerazzurri. Hier, tous se sont réuni à Appiano Gentile dans le cadre d’un tête à tête franc, parmi les membres de la Direction, on y retrouvait notamment Giuseppe Marotta, Piero Ausilio et Dario Baccin." "Cette longue discussion a été utile mettre un terme à l’hémorragie et se reprendre : La demande faite à l'entraîneur était évidente et elle a immédiatement acceptée :Les joueurs ne disposeront plus d’aucun alibi et il est temps qu’ils reprennent leurs responsabilités. Hier, tous étaient d’accord sur la cause principale de ce mystérieux effondrement : la fatigue, tant physique que mentale." "L’équipe a été pressée comme un citron et les maux se sont manifestés, tous ensembles entre le mois de février et ce début de mois de mars : Le classement n’est plus un allié car les Nerazzurri ne sont plus maîtres de leur destin. Les 10 journées encore à disputer seront un test également pour acter la croissance de Simone Inzaghi en personne, lui qui en est, à sa première expérience dans une équipe de haut niveau avec des ambitions de succès." Est-ce que le message est bien passé ? Aujourd’hui, à Appiano Gentile, c’était l’heure des bonnes grillades: "Un signe important de la volonté du groupe de rester uni dans un moment délicat. Sur le terrain, on peut noter la réintégration d’Arturo Vidal." Marcelo Brozovic et Stefan De Vrij étaient encore à part." nous dévoile Matteo Barzaghi Pensez-vous vraiment que l’Inter est "déjà" à court de jus ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport : "Steven Zhang démontre une nouvelle fois sa proximité avec l’Inter et avec son entraîneur." En effet, le Président de l’Inter a embarqué avec ses troupes, en direction de la Premier League Le feeling entre Simone Inzaghi et le Président est particulier "La syntonie est totale, renforcé par le comportement d’Inzaghi qui a séduit Zhang dès leurs premiers échanges, au mois de mai 2021. Tout est une question de style, de déclarations jamais exagérée, et allons-y, de résultat. C’est évident que le bilan est absolument partiel, mais l’entraîneur a déjà atteint deux objectifs prédéfinis : La Super Coupe d’Italie et la qualification en huitième de finale de la Ligue des Champions. " "C’est donc loin des projecteurs et au terme de la saison, qu’arrivera la proposition d’une prolongation du contrat de l’entraîneur : L’Inter et Zhang n’ont pas la moindre intention de bâtir la nouvelle équipe avec un entraîneur en fin de contrat. A Appiano, tout le monde est d’accord. Son contrat arrivera à expiration en juin 2023 et celui-ci devrait être prolongé jusqu’au 30 juin 2024 avec une option jusqu’au 30 juin 2025. Le salaire actuellement perçu de 4,5 millions d’euros serait réévalué à 5 millions d’euros plus des bonus à définir." Le Saviez-vous ? Si Steven Zhang est prêt à embarquer avec son équipe pour Liverpool, il y a lieu de retenir que les déplacements du Président, en compétitions européennes, sont très rare. Son dernier déplacement était un soir d’été 2020, lors de la Finale de l’Europa League opposant l’Inter au Fc Séville: "C’est une nouvelle preuve de la volonté de Zhang de vouloir être proche de son équipe et de son entraîneur." Sachant que Luciano Spalletti venait de prolonger pour deux saisons avant l’arrivée d’Antonio Conte, est-ce judicieux de prolonger d’un an Simone avec "une option" pour une seconde année ou vaut-il mieux ne courir aucun risque et proposer immédiatement un contrat pour deux saisons supplémentaires ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. C’est une révélation de Tuttosport, l’expérience d’Inzaghi, le joueur, peut justifier un tel changement de cap: "L’entraîneur a annulé la mise au vert à Appiano Gentile pour laisser libre les joueurs de rentrer dormir chez eux, et pour se présenter ce matin à la Pinetina pour la dernière séance d’entrainement d’avant-match." "Cette décision a été prise pour ne pas accumuler trop de nuitées rapprochées suite aux nombreuses mises au vert actuelle, la faute aux matchs à répétitions. Cette situation s’est déjà produite lors de la première partie de la saison, mais un peu moins en ce début d’année.C’est aussi sa façon d’apaiser la tension pesante au sein de l’équipe qui traverse cette période de turbulence débutée par la défaite du Derby retour en championnat." "Il est, à tout prix fondamental, de retrouver la fluidité du jeu proposée jusqu’aà Noël. Et cela peut aussi passer plus facilement par le biais d’une approche qui aide les joueurs à avoir la tête libre." Psychologique le Simone ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Et la comparaison mérite d’avoir lieu : L’amour que porte Milan Skriniar pour l’Inter ne doit pas être si loin que l’amour porté par Javier Zanetti pour la Beneamata. En effet, celui-ci a le prouve à nouveau à Milan.... Révélation de Calciomercato.com "Ayant fêté ses 27 ans, il s’agira pour lui du cadeau parfait. En effet, une rencontre s’tes tenue avec Piero Ausilio à Appiano Gentile: Quelques échanges informels ont déjà eu lieu, à nouveau sans présence d’un agent. Ausilio a déclaré au défenseur qu’après avoir fait face aux priorités Samir Handanovic et Ivan Perisic, dont les contrats prennent fin en juin 2022, il sera le prochain sur sa liste pour discuter d’une prolongation." En réponse, Skriniar a répété de vouloir poursuivre son aventure à l’Inter : "Le défenseur a répété sa ferme intention de poursuivre son union d’intention en Nerazzurro, et il existe déjà une base solide sur laquelle débuter. Dans un mois, tout sera mis question en pratique mais les premiers échanges entre l'Inter et Skriniar sont déjà de bon augure." Après la prolongation de son contrat en 2019 qui le lie à l’Inter jusqu’au 30 juin 2023, il est maintenant disposé à négocier pour une prolongation via une légère augmentation : 4,5 millions d’euros par saison: "Qu’il est loin le temps où l’on parlait de le vendre et de le remplacer par Kumbula." Donnez-lui le brassard ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. La Gazzetta Dello Sport l’a baptisé : La "bataille de Printemps". Et elle ne fait pas référence au Scudetto, mais à la rivalité entre l'Inter et la Juventus qui va croiser la route de Franck Kessié. En effet, l’international ivorien, qui qui n'a pas encore renouvelé son contrat avec le Milan AC, s'est retrouvé dans le viseur des deux rivaux historique. Pour la Rosea, "la prolongation du contrat est désormais impossible, c’est pour cette raison que Giuseppe Marotta s’est d’ailleurs renseigné, mais le club Nerazzurro n’est pas le seul : On retrouve aussi les Bianconeri et le Tottenham de Conte a également sondé les agents du joueur." "Le nom du joueur est écrit en lettres claires dans le carnet de Marotta et celui d'Arrivabene aussi. Il est depuis longtemps dans les petits papiers de l'Inter, qui était tout près de l'échanger contre Vecino il y a deux ans. Avec le départ de l’Uruguayen à la fin de l’année, Kessié pourrait virtuellement prendre sa place tout comme celle de Vidal." "Si jusqu'à présent il n'y a pas eu de oui à l'offre présentée de six millions et demi par le Milan, le joueur pourrait vouloir changer d'air et exiger plus en termes de salaire. L’Inter y a pensé, et dans le sillage de Çalhanoğlu, elle sait que la demande est forte. Le club Nerazzurro, pour cette raison, s'est renseigné mais n'a pas fait d'offre actuellement. De plus, il semble que le Turc ait également donné à son ancien équipier quelques conseils sur la vie de l’autre côté de Milan." "La Juve, en prenant Vlahovic, a envoyé un signal à la Serie A et en peu de temps d'autres opérations ont été débloquées sur le Mercato. Les Bianconeri devront prendre un milieu de terrain pour la saison prochaine et le profil de Kessié n'est pas à exclure. Allegri l'aime bien et le club a décidé de ne pas dépasser 7 millions d'euros pour son salaire. La Juve est donc en mesure de surmonter l'offre de 6,5 millions faite par les Rossoneri avec ce montant. Dybala gagnant 7,3 millions à la Juventus, son départ (lui qui reste dans le viseur des Nerazzurri) pourrait faire de la place à l'Ivoirien." "Mais aujourd'hui, la nouvelle est différente : "L'Inter s'est assise à la table pour Kessie. Les Nerazzurri ont ouvert le menu et choisissent : l'appétit est là, l'espace pour un gros coup aussi. Car après tout, il reste 50 jours avant le début printemps, ce qui n'est pas beaucoup même pour Kessie." 3en1 "L'Inter s'est renseigné, comme il est logique qu'un club le fasse pour des joueurs en fin de contrat. Elle sait que les exigences sont élevées, au point qu'aucune offre n'a été formulée pour le moment. Mais l'agent de Kessié sait que l'Inter ne doit pas être exclu de la course. Après tout, il y en a un qui a déjà fait le voyage de Milanello à Appiano l'été dernier : Hakan Çalhanoğlu. Et celui-ci pourrait donner quelques conseils en la matière à son ancien coéquipier, dont il est un grand ami. Et qui sait, peut-être l'a-t-il déjà fait, comme certaines personnes bien informées sont prêtes à le jurer." "Aujourd'hui, derrière le milieu de terrain titulaire formé par Barella, Brozovic et Çalhanoğlu, il y a Vidal, Sensi (qui va à la Samp), Gagliardini et Vecino. Kessie serait capable de remplacer les trois derniers cités dans leurs rôles, il peut jouer en tant que meneur de jeu et récupérateur de ballon, il peut jouer dans la percussion et il occupe aussi le poste de Trequartista en équipe nationale : Ce serait une sorte de joker que Simone Inzaghi pourrait vraiment apprécier." Le Saviez-Vous ? Il y a un point commun entre Bastoni et Kessié: Ils présentent les mêmes statistiques en termes de pourcentage de passes réussies, progressions dans le dernier tiers du terrain de l’adversaire, dans les tacles, les interceptions, les ballons récupérés. En fait, Bastoni défend mais joue aussi au milieu ou comme attaquant. Kessie, à l'Inter, pourrait faire ce qu'Alessandro fait sur la gauche. Enrôler un second Rossonero en l’espace de deux ans…ou Lorsque Giuseppe Marotta se lance dans un recrutement made in FIFA 2022 ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. C'est le jour de Robin Gosens à l'Inter. L’international allemand a passé la traditionnelle visite médicale ce matin, avant de se rendre au siège des Nerazzurri. Le joueur y a signé un contrat qui le lie au Champion d’Italie jusqu'au 30 juin 2026. Gosens a très récemment quitté le Siège Nerazzurro pour se rendre à Appiano Gentile où il aura l'occasion de prendre connaissance du nouveau Centre d'entraînement. Toutefois, Comme le révèle Sky Sport, Robin Gosens ne sera pas immédiatement disponible pour Simone Inzaghi et l'Inter. La nouvelle recrue doit toujours faire face à une une rechute après sa blessure aux ischio-jambiers. Le temps de récupération exact, soit un retour complet et opérationnel dans le groupe est d'environ un mois. Robin sera donc à la disposition de Simone Inzaghi entre fin février et début mars. Willkommen Robin! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Giuseppe Marotta ne changera donc jamais : Après avoir recruté Robin Gosens au cours d’une opération éclaire avec l'Atalanta, il offre à Simone Inzaghi un second cadeau, l'attaquant équatorien, Felipe Caicedo! La transaction est la suivante : Un prêt sec jusqu’au 30 juin 2022. Le joueur a déjà dit oui à Simone Inzaghi, tout en acceptant de revoir ses émoluments. En effet, le joueur a décidé de renoncer à une partie de ses 2,5 millions d’euros actuels octroyé par le Genoa. "Il est improbable que l’acquisition saute" - la Gazzetta Dello Sport Felipe percevra donc jusqu’au 30 juin environ un million d’euros, soit un peu moins que le salaire épargné de Stefano Sensi, parti également en prêt sec à la Sampdoria. Si l’Inter tient toujours au chaud la solution interiste : Eddie Salcedo prêté à la Spezia, le choix est fait et rien ne s’oppose à la négociation liée à Caicedo. L’idée de son recrutement est née immédiatement après la blessure de Joaquin Correa lors de la rencontre face à Empoli. Il est logique de penser que le joueur équatorien se présentera vendredi à Appiano Gentile pour faire connaissance de ces nouveaux équipiers. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Robin Gosens est "désormais" un joyau interiste, voici l’éditorial de Fcinternews.it qui lui a consacré: "La dernière information de taille à la Casa Inter est celle qui concerne Robin Gosens et son arrivé plus que probable en ce mois de janvier, à la Cour de Simone Inzaghi." "Dans le Monde du Mercato, on ne sait jamais rien, il est donc mieux de continuer à utiliser le conditionnel pour définir ce qui serait un coup du mercato présent. SiCelui-ci n’est pas imminent vu la blessure dont est victime le joueur, il s’agit d’un coup pour le futur et pour plusieurs raisons." "En tout premier lieu, l’épineuse prolongation du contrat d’Ivan Perisic qui est toujours en stand-by. L’arrivée du joueur allemand, lors de ces derniers jours du mercato de janvier, consentirait à Beppe Marotta et Piero Ausilio de protéger, avec plusieurs mois d’anticipation, l’aile gauche surtout si finalement le joueur croate prenait la décision d’emprunter de nouvelles routes et de vider son casier dans le vestiaire d’Appiano Gentile pour débuter une nouvelle aventure sous un autre maillot." "En second lieu, la programmation : La carte d’identité de Gosens fait état de deux joueurs disposant d’un âge différent : Ivan le Terrible est un Expert né en 1989, il soufflera ses 32 bougies le 02 février. L’ailier de l’Atalanta est né en 1994 et il soufflera ses 28 bougies le 5 juillet, mais ce n’est pas tout: Ces dernières années, l’allemand s’est tout doucement affirmé comme l’un des meilleurs ailier gauche "Tutta fascia" parmi les plus incisif d’Europe, il fait très certainement partie du Top en Italie et en Serie A." "Les statistiques parlent pour lui, malgré cette année malchanceuse qui l’a contraint à de fatigantes blessures et de rechutse. Pourtant, il a en poche un but inscrit contre Sassuolo et une passe décisive en six matchs. En Ligue des Champions, il s’est offert également un but, face à Villareal, sur deux matchs disputés. Si nous élargissons le rayon d’action, soit depuis son arrivée en Italie lors de la saison 2017-2018, le natif d’Emmerich Am Rhein comptabilise 25 buts et 18 passes décisives en 121 matchs de championnat." "Sa meilleure saison reste celle du dernier championnat où il a été l’auteur de 11 buts et 6 passes décisives en 32 matchs. Dans l’Europe qui compte, il a été l’auteur de 3 buts en 17 matchs. De plus, Gosens n'est pas un joueur du style à s'emballer et il serait un ajout important à l'équipe en termes de rendement. Il ne faut également pas sous-estimer la nature tactique de l’opération." "Lors de ses années à Bergame sous les ordres de Gian Piero Gasperini, Gosens a démontré, à merveille, qu’il pouvait endosser le rôle d’ailier "Tutta Fascia" dans le 3-5-2, soit le dispositif cher à Simone Inzaghi qu’il a affiné lors de sa période à la Lazio et qu’il a confirmé, avec la manière, sur ses six premiers mois au Biscione. L’entraineur natif de Piacenza connait l’importance vitale de disposer de joueurs associant qualité et quantité dans un tel style de jeu. Il sait également que l’arrivée quasi certaine de Robin qui est un joueur qui connait très bien le championnat italien et le rythme qu’il exige ne nécessite aucun temps d’adaptation." "Exception faite de la blessure qui le force à retrouver les terrains seulement dans un mois, il dispose déjà d’un profil tactiquement adapté et d’une adaptation logistique déjà actée. L’inverse de ce qu’a connu d’ailleurs Denzel Dumfries. L’international hollandais est arrivé à Milan après avoir connu un championnat totalement différent : L’Eredivisie." "Il a dû apprendre, en le démontrant à présent, une nouvelle langue, et il a dû s’adapter, piano piano, à un nouveau schéma tactique, à une nouvelle interprétation du poste occupé. Pour son insertion graduelle, on retrouve fondamental le travail précis et ponctuel réalisé par un professeur tel que Matteo Darmian. A présent, l’Inter récolte les fruits de l’investissement réalisé en misant sur l’ancien du PSV." "Lors de cette dernière journée de championnat, il est rentré et s’est montré décisif en délivrant un centre fondamental qui a permis à Edin Dzeko d’inscrire un bût lourd d’importance face à Venise, en offrant par la même occasion à la Beneamata la possibilité de prendre quelques points sur ses rivaux en tête du championnat. Il ne faut d’ailleurs pas oublier ses 3 buts et 5 passes décisives entre la Serie A, la Ligue des Champions et la Coupe d’Italie pour ses premiers mois sous la vareuse Nerazzurra. L’aile droite de l’Inter envoie des signaux positifs, et avec l’arrivée sur l’aile opposée de Robin, l’objectif fondamental était d’offrir à l’Inter les ailes lui permettant de continuer voler." Dumfries et Gosens sont-ils les ailes du futur ? "C’est très probable : Les courses sur les ailes Nerazzurre pourraient être synthétisé par les initiales D&G, mais cette fois, la Mode ne rentre pas en ligne de compte, plus le plus grand plaisir de l’Inter." Validez-vous la D&G Nerazzurra ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, Steven Zhang s’est remis en question vis-à-vis de l’entraîneur de l’Inter, Simone Inzaghi, après avoir connu deux saisons où il était souvent la cible d’Antonio Conte En effet, le Président Nerazzurro veut rencontrer Inzaghi en personne pour lui parler de son futur : "La thématique de la prolongation de son contrat doit encore être approfondie, mais elle n’est en aucun cas remise en discussion : Un véritable feeling existe entre les deux parties et les confirmations hebdomadaire, et pas seulement au niveau des résultats sportifs, confirme cette intention." "Le président a toujours aimé l'attitude de l'entraîneur et les mots qu'il a prononcés publiquement sur le club dans sa période la plus difficile, soit celle qui a suivi la vente de Romelu Lukaku Il s’agit d’un un changement de cap considérable par rapport au passé car, avec Antonio Conte, le club s'est souvent retrouvé dans l’œil du cyclone, également en termes de déclarations. Ce n'est pas une question de détail, car il y avait aussi le fond et la forme C’est pourquoi tout porte à croire que le lien entre Inzaghi et l'Inter est destiné à durer. Tout le monde aime Simone. Et Steven le confirmera de lui-même, après l'avoir fait par voie électronique avant Noël, dans les prochains jours" L’agenda présidentiel "Dans l'agenda du Président, il y a évidemment sa présence à Appiano Gentile dans les jours qui précéderont la rencontre face à la Juve, mercredi prochain. Ce sera, pour lui, une façon de motiver les joueurs, qui sont à la recherche d'un deuxième trophée consécutif. Mais il s’agira surtout de l’occasion idéal pour rencontrer l’entraîneur, comprendre ses besoins, afin de comprendre comment améliorer le monde de l'Inter et la structure du club." "Il y aura également la thématique liée au Mercato même s’il est évident que celle-ci est principalement débattue entre Simone Inzaghi, l'administrateur délégué Giuseppe Marotta et le Directeur-Sportif Piero Ausilio. Mais l’entraîneur aura l'occasion de réitérer ses souhaits à Zhang, de la nécessité de renforcer l'effectif là où c'est possible, notamment sur le côté gauche. Et peut-être qu'ensemble, lors d'une réunion avec le secteur technique, ils essaieront de tracer les lignes directrices pour l'avenir. Après tout, l’esprit du club est déjà projeté vers l'avant : Le recrutement d’André Onana en est la preuve, tout comme la pression mise sur Matthias Ginter." Le Saviez-Vous ? Le Président devrait rester au moins deux semaines en Italie Il a également tenu à démentir formellement les voix relative à la vente du club. Dans le courant de ce mois de janvier, l’obligation de 400 millions d’euros sera refinancée. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. En effet, Simone Inzaghi a déjà atteint le premier objectif de la saison, il y a quelques semaines : Les huitièmes de Finale de la Ligue des Champions. A présent, il est parvenu à atteindre le second objectif de ce début de saison : Être champion d’Hiver avec une journée d’avance...... Et c’est un fait, les six premiers mois de Simone Inzaghi à la tête de l’Inter sont extrêmement positifs: L’objectif déclaré à présent est celui de remporter le Scudetto, celui qui équivaut à la seconde étoile, celui qui pourrait faire rentrer l’ancien entraîneur de la Lazio dans l’Histoire du Club Nerazzurro dès sa première tentative. Seuls trois entraîneurs ont remporté immédiatement le Scudetto après le "titre" hivernal! C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : "Les signaux envoyés sont positifs, mais ils ne sont plus que des signaux : Pour dire la vérité, un demi-Scudetto a été remporté hier soir avec le Titre de Champion d’Hiver, un titre honorifique que même Antonio Conte n’était pas parvenu à remporter, il y a un an." "Cette performance a été réalisée uniquement par trois entraîneurs : Alfredo Foni, Giovanni Invernizzi et José Mourinho...... eux qui sont à jamais marqué sur la Carte du Club. A présent, Simone Inzaghi peut devenir le quatrième entraîneur a remporter le Scudetto de cette façon: En combinant le titre hivernal au Scudetto lors d'une première saison sur le banc de l’Inter en 114 ans d’Histoire." Une prolongation déjà prête "Inzaghi est actuellement le Monsieur Plus d’Appiano Gentile, il s’est rapproché intelligemment du Monde Nerazzurro en s’insérant immédiatement dans une réalité qui lui était inconnue et dans un environnement jamais connu auparavant en carrière: Il n’avait jamais été à la tête d’un Top Club. Les paroles ont un poids et l’étoile polaire est une définition assez engagée, mais on ne peut pas dire que cela soit si surprenant." "L'année 2022 apportera aussi, avec elle, la prolongation du contrat de Simone Inzaghi. Rien ne presse actuellement, celle-ci devrait avoir lieu à l’aube du printemps étant donné que personne n’a l’idée de débuter la saison 2022-2023 avec l'entraîneur en fin de contrat : A meilleure raison que, dans le même laps de temps, Simone sera à jamais retranscrit sur cette fameuse Carte exclusive du Club." Selon vous, Simone Inzaghi est-il dans les pas de Roberto Mancini ? Lui aussi arrivé de la Lazio et qui est l’entraineur le plus titré en termes de Scudetti remporté ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. L’ancien Administrateur-Délégué est sans conteste l’un des principaux artisan du renouveau conquérant Nerazzurro: Entré en poste le 13 décembre 2018, Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport de l’Inter. Sur le banc de touche on retrouvait Luciano Spalletti et Mauro Icardi comme capitaine et Leader de l’équipe. Le retour en Ligue des Champions aura vu l’équipe disputer la phase de groupe avant d’être reversé en Europa League. 16 décembre 2021, soit un tout petit peu plus de trois années ont passé et la situation est totalement différente : On retrouve à la tête du groupe Simone Inzaghi et sur le maillot une certaine cocarde tricolore. De plus, le club a retrouvé sa compétitivité aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Italie Le Triennal de Marotta entre passé, présent et futur L’avènement de Marotta fut clairement décisif pour convaincre Antonio Conte d’épouse le projet Nerazzurro. "Pour réduire l’écart avec la Juventus, il n’est pas utile de se lancer dans des proclamations, mais d’avoir une Culture du travail accompagnée du sens d’appartenance envers le club" - Dixit Marotta le jour de son intronisation Des mois intenses et délicats suivantes avec la gestion du cas Icardi et un vestiaire qui a implosé : Mais finalement, le dirigeant est parvenu à redresser la situation, en recrutant Conte à Milan L’été 2019 est celui de la construction de l’Inter qui en deux saison permettra la conquête d’un Scudetto via une campagne de transfert pharaonique : Romelu Lukaku, Nicolò Barella, Stefano Sensi, Alexis Sánchez, Valentino Lazaro et Diego Godin, sans oublier les retouches hivernales Christian Eriksen, Ashley Young et Victor Moses. Pour la première année de Conte, l’équipe accroche la seconde place en Serie A et s’incline en Finale de l’Europa League face à Séville. C’est exactement à partir de ce dernier que débutera la chevauché menant au Scudetto malgré un mercato estival 2020 pratiquement inexistant, la faute à la pandémie liée au Covid-19 qui inflige de sérieuses séquelles à tous, et pas uniquement à l’Inter. Le temps de célébrer un succès retrouvé et l’importante satisfaction d’avoir mis un terme à la Domination de la Juve qu’il avait lui-même créé est bref : Giuseppe Marotta et Piero Ausilio faisant face à un été difficile avec des départs importants : Antonio Conte, Romelu Lukaku et Achraf Hakimi, sans oublier la dramatique situation entourant Christian Eriksen. Pourtant comme le démontre le terrain, les joueurs ont été bien remplacés via les affaires conclus pour s’attacher les services d’Hakan Çalhanoğlu, Edin Džeko, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Ceux-ci sont accompagné par le choix de miser sur le "nouveau Massimiliano Allegri": Simone Inzaghi qui s’est montré capable de reprendre l’héritage d’Antonio Conte avec pragmatisme et empathie envers le groupe, ce qui n’est pas sans rappeler « Max » à Turin en 2014 Le présent et le futur Le parcours de Marotta n’est pas terminé, même si le principal intéressé a confirmé que l’Inter sera le dernier club de sa carrière, lui qui songerait à se renouvellent dans un poste à niveau institutionnel. Giuseppe Marotta n’est pas simplement qu’n très grand gestionnaire de club, d’homme et de vestiaire, c’est un dirigeant compétent en plus sur les terrains, disposant d’un poids politique à la Lega. Giuseppe Marotta est de la Vieille Ecole, comme Adriano Galliani : Il sait et s’occupe de tout. Il se confronte avec les Présidents des Tops Clubs Européens, mais aussi avec les jardiniers d’Appiano Gentile. Comme déjà dit, l’Histoire de Marotta à l’Inter ne prendra pas fin au 30 juin 2022, date de la fin de son contrat actuel. Depuis longtemps, Marotta, comme Piero Ausilio et son adjoint Dario Baccin, sans oublier Samaden, le Responsable des jeunes, est en négociation avec Suning pour prolonger son contrat, et malgré les hauts et les bas connus par la propriété, Giuseppe Marotta restera toujours à la barre Comment jugez-vous et analysez-vous le triennal de notre Padrino préféré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport :"S’il n’était pas facile de remplacer Antonio Conte qui venait de ramener le Scudetto à Milan après une décennie, Simone Inzaghi s’est parfaitement bien intégré à l’environnement interiste." "Simone Inzaghi est entré dur la pointe des pieds à Appiano Gentile, sans perturber le plan de jeu, mais en y ajoutant ses propres idées : un football plus proactif et plus divertissant. L’entraîneur a déjà conquis l’Inter qui pense à prolonger son contrat qui arrivera à échéance en juin 2023. L’entraîneur est parvenu à convaincre tout le monde qu’il était l’Homme adapté pour ouvrir quelque chose de similaire à un cycle : Aussi bien du côté des Tifosi qui l’adorent après un début de saison sceptique, que le Management qui a un projet précis." "Il est même plus que convaincu par le choix de l’entraîneur pris été, mais ils veulent relancer ce pari : Dans une période proche lorsque l’on entrera dans le cœur de la saison et, sauf un tremblement de terre qui ne se laisse absolument pas entrevoir actuellement, débutera la phase de la prolongation. Sa bonne issue est prévisible, même si rien n’est jamais acquis, car Simone est aussi très heureux à Milan." "L’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta, en accord avec Piero Ausilio, est convaincu de la bonté d’une loi ancestrale qui n’est pas écrire dans le monde du ballon rond : Il est toujours préférable de ne jamais laissé un entraîneur avec une seule année de contrat à son actif. Dans ce métier, la stabilité est bénéfique pour le travail au quotidien, mois après mois. C’est pour cette raison, qu’à la fin de cette année, on devrait parler d’une prolongation et ce sont les résultats obtenus qui impose cette accélération." "Déjà aux alentours du mois de mars tous s’assiéront à la table pour discuter d’une prolongation du contrat avec une revalorisation économique : Percevoir six millions d’euros est un horizon crédible car Simone démontre avec les faits d’être parvenu à atteindre un niveau supérieur du jeu vidéo. Il n’est plus considéré comme un entraîneur de talent à former, mais il est considéré comme un produit fini et bâti pour la victoire, avec l’objectif : une prolongation allant jusq’en juin 2025." Un entraîneur et une équipe considérés comme des produits finis et bâtis pour la victoire: Le mariage parfait selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. D’un match à l’Olimpico à un autre, d’une seule défaite en Serie A dans des conditions connues de tous, à l’atomisation de l’ancien rival Historique : C’est un fait, l’Inter est à l’image de son entraîneur : Courageuse, belle, qui se diverti et qui diverti, cette façon de jouer a même été baptisé sur les réseaux sociaux de "Inzaghi Ball" nous confirme la Gazzetta Dello Sport Simone Style "Pour beaucoup, de très nombreux même, le fils du "Simone Style" plait énormément à Appiano Gentile : Des sourires et de la bonne humeur rayonnent du Vestiaire même si l’on y entend des hurlements, mais qui ont toujours lieu au moment opportun, car il en faut aussi. Mais il y a surtout les bonnes intuitions sur le terrain, l’arrière garde n’hésite pas à remonter le ballon pour s’insérer tel des ailers pour servir les trois nouveaux arrivants : "La liste de l’Inzagate" s’épaissi même." "L’Inter planifie les détails de la prolongation du contrat de Simone qui a touché le Gros Lot. S’il n’a pas perdu l’ancienne solidité Contienne, il a apporté ce petit truc à l’équipe. Ce qui est surprenant, c’est le peu de temps qu’il lui a fallu pour mener à bien son plan : Inzaghi a réalisé son emprise grâce au bon sens qui l’a toujours guidé depuis ses débuts, depuis son arrivée dans un club qui a changé de mentalité et qui est conquérant." "Lorsqu’il a touché de ses propre mains le travail d’un Antonio Conte toujours omniprésent, il est parvenu à rentrer dans la tête et le cœur des joueurs sans procéder à une révolution présomptueuse : Il valait mieux vaut suivre l'ancienne voie et, avec le temps, apporter ses petites touches personnelles. Pour résumer, à Appiano Gentile, Simone a fait honneur au passé et a greffé sa méthode très personnelle, très différente de celles de ceux qui l'ont toujours précédé." "L'équipe n'a plus un Père strict, mais un Grand frère tolérant mais toujours exigeant. Il sait quand il faut serrer la vis et quand il faut savoir relâcher." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. L’Inter a gagné avec la manière face à la Spezia, mais Simone Inzaghi pourrait devoir grimacer suite au comportement d’Arturo Vidal qui nous a fait une Sensi en boitant quelques minutes après sa montée en jeu Analyse de la situation selon Tuttosport "A moins de disposer de nouvelles importantes, l’Inter ne devrait compter sur Stefan De Vrij pour le match de ce samedi soir à l’Olimpico face à la Roma. […] Le défenseur central s’est blessé le 13 novembre et si l’objectif était de le récupérer pour la Roma, les sensations actuelles de ces dernières heures ne laissent pas beaucoup d’espoir : Hier, De Vrij a suivi une séance d’entrainement à Appiano, mais personne à la Casa Inter ne veut prendre le risque de voir le joueur rechuter et terminer anticipativement l’année 2021. Les pensées se dirigent vers le mardi 7 décembre, journée où l’Inter sera à Madrid pour disputer la première place du Groupe en Ligue des Champions face au Real." Alessandro Bastoni, Matteo Darmian et Andrea Ranocchia "Face aux Giallorossi, à moins d’une surprise, Inzaghi va récupérer Alessandro Bastoni qui était absent hier soir suite à une gastro-entérite et à de la fièvre qui l’a frappé dans la nuit de ce mardi à mercredi. L’objectif du staff médical est de le remettre sur pied car Inzaghi devra se passer des services d’Andrea Ranocchia et de Matteo Darmian. De son côté, Aleksandar Kolarov pourrait faire son retour sur le banc." Si le short de l’Inter, ce samedi, est blanc, je vous invite à bien analyser celui de notre numéro 95 ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr