Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'arturo vidal'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. L'ex-joueur de l'Inter Beppe Bergomi a suggéré que Denzel Dumfries est à un pas d'occuper la position de piston droit à l'Inter, selon un papier paru dans les médias Italiens aujourd'hui. Alors qu'il s'adresse à la Gazzetta Dello Sport à propos du choc qui verra s'affronter l'Inter et la Juventus ce dimanche soir à Giuseppe Meazza, Beppe Bergomi a expliqué que si Matteo Darmian peut jouer ce match, Denzel Dumfries est voué à prendre sa place de titulaire. "Darmian pourrait jouer. Dumfries a raté sa dernière entrée sur le terrain, mais il est destiné à prendre le poste. Cependant, en perspective du match contre la Juve, je crois que Darmian apportera plus de garantie et plus d'équilibre." (me too) Beppe Bergomi a aussi parlé du dilemme Çalhanoglu/Vidal, et de qui d'entre eux devrait être le troisième milieu de terrain pour cette rencontre. "S'il est en forme, je suppose Çalhanoglu. D'un autre côté, cela peut très bien être Vidal, qui apporte l'intensité physique, fondamentale, et l'expérience pour des matchs comme ceux-ci." L'ex-défenseur a loué le jeu offensif pratiqué cette saison, mais a souligné qu'ils étaient en difficulté à la récupération, ce qui gêne considérablement les trois défenseurs. "L'Inter est magnifique à voir jouer. Ils attaquent avec qualités et idées, mettent beaucoup de joueurs devant le ballon. Quand vous avez de longues phases de possession c'est bien, mais quand vous perdez le ballon il devient difficile de le récupérer, si vous n'êtes pas en mesure d'en reprendre le contrôle immédiatement avec une pression élevée." "Les trois défenseurs sont forts, très forts. Mais comparé au passé, ils sont forcés de défendre plus souvent dans des zones ouvertes, et là l'histoire devient plus complexe." Il serait difficile pour n'importe qui de couvrir parfaitement de si grands espaces. Ils sont puissants, ont un bon timing et font particulièrement attention au marquage individuel. "Cependant, s'ils ont besoin de vitesse, ils n'ont ni cette dernière, ni la réactivité nécessaires pour couvrir les espaces derrière eux." La Juventus est la sorte d'équipe qui peu froidement prendre l'avantage, ce qui est une faiblesse de l'Inter, comme le pointe Beppe Bergomi. "Contre le Shériff Tiraspol il y a eu de dangereuses situations, et quand Bruno a continué de faire l'épine en seconde période, la défense a souffert. Le risque est que vous ne pouvez pas courir après le score contre une opposition telle que Chiesa, Morata ou Cuadrado." Beppe Bergomi pense qu'une défaite pour les hommes de Simone Inzaghi pourrait avoir de sérieuses conséquences pour la suite de leur saison. "Ils vont de l'avant et même pour une place en Ligue des champions, ce sera vraiment difficile cette année. Une défaite dimanche pourrait avoir des répercussions, notamment sur le plan mental." ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  2. Edin Dzeko s’est livré dans la Gazzetta Dello Sport à quelques jours du Derby d’Italie. Auteur de 7 buts et de 3 passes décisives, toutes compétitions confondues sous le maillot de l’Inter, l’international bosniaque se livre à cœur ouvert: "Sur le terrain, je ne suis pas Dzeko, je suis Edin, je suis l’enfant qui a commencé à jouer car je ne savais pas faire sans courir derrière un ballon à la maison. Et pour moi c’est encore ce football : Je deviens fou lorsque je vois un ballon. Je tiens aussi à m’excuser pour mon retard à l’interview, mais je n’avais jamais vu autant de trafic à milan. Je savais que j’arrivais dans un grand club, j’avais comme objectif de me faire apprécier immédiatement : C’est vraiment ce que je voulais. Le reste provient des champions que j’ai retrouvé ici." Reprenons dans l’ordre chronologique: Face au Sheriff vous avez marqué un but, montré décisif en défense et délivré une passe décisive à Arturo Vidal, détaillez-nous ces trois faits de jeu... "Le but est une joie extrême car tant de personnes en attendent toujours plus de moi. Mais c’est normal car je suis un attaquant, ce sprint en défense a été mis en avant, et c’est normal aussi, car si nous ne l’emportions pas, mon but aurait servi à rien." L’Inter est une machine à but, elle se produit des actions en continue, est-ce l’équipe la plus offensive dans laquelle vous avez évolué ? "Oui, avec le Manchester City de Roberto Mancini. Nous attaquons avec énormément d’hommes, nous sommes pro positif, cela s’est aussi vu en Ligue des Champions. Et c’est aussi pour cela que nous prenons plus de buts que ce que nous devrions : C’est sur ce point-là qu’il faut grandir." Justement, Dimanche, c’est la Juve, la Maîtresse de la contre-attaque... "C’est le Derby d’Italie, les points en jeu sont important: Il n’y a pas tant à inventer: Nous devrons neutraliser ce qu’ils ont l’habitude de bien faire, à savoir les contre-attaques." Celui qui perd risque de se retrouver à une distance de 10-13 points de la tête, est-ce déjà une rencontre décisive ? "Le championnat ne se gagne pas en octobre ou en novembre, l’Inter et la Juve le savent bien. Mais si tu perds encore d’autres points maintenant, cela va commencer à devenir difficile de les rattraper." Dzeko contre Chiellini. Est-ce le défenseur le plus fort que vous avez rencontré ? "Il est l’un des meilleurs à son poste sur cette dernière décennie, il est déterminant pour la Juve, C’est un dur, c’est du lourd, il est toujours en train de t’attaquer, même trop. C'est face à lui que j’ai inscrit mon premier but en Italie, mais il m’a empêché de marquer tellement de foi. Je pourrais me passer de lui ce dimanche: Je veux que l’on gagne, même si je ne marque pas." Vous êtes à 7 points du Napoli, est-ce un écart qui respecte la valeur des deux équipes ? "Ils ont gagné tous leur matchs, je les félicite. Mais il suffit d’un rien, d’une étincelle pour revenir sur eux." Racontez-nous l’appel de de l’Inter... "Saviez-vous qui était celui qui m’avait téléphoné ? Kolarov ! C’était lui qui m’avait dit que l’Inter était intéressée et qu’il y avait la possibilité de réaliser le transfert." "Ils te veulent ici, viens !" m'avait-il dit, et me voici." Comment vivez-vous cette comparaison continue avec Lukaku ? "Il a réalisé des choses importantes ici, l’Inter doit lui dire merci, il a remporté un Scudetto avec Conte. Ensuite, il a pris ses décisions et honnêtement, je suis habitué à toujours aller de l’avant." On parle de tant de différence entre vous, mais vous avez tout de même quelque chose en commun ? "Oui, le numéro de maillot." L’Inter, dimanche, doit gagner parce que…. Complétez la phrase... “Il réfléchit…. Gagner démontrera que nous sommes les Champions d’Italie: Si tous les joueurs apportent leurs contributions, pour le bien de l’équipe et pas pour son bien personnel, nous pourrons l’emporter, peu importe la façon : Qu’il s’agisse d’une stratégie offensive ou défense, peu importe, ce qui compte, c’est de l’emporter." Vous avez déjà inscrit six buts en championnat, l’année dernière, vous n’en aviez inscrit que sept au final: Qu’est-ce qui a changé ? "Je n’avais pas sû donner la meilleure version de moi-même, mais il y avait tant de facteurs externes qui ont joué." Est-ce vrai que l’on vous a demandé à vous porter candidat à la Présidentielle de la Bosnie ? "Non et je n’y pense même pas. Je ne me vois pas en politique. Par contre, j’aimerai encore jouer cinq saison au football avant de penser au futur : Qui sait si je pourrais toutes les faire à l’Inter, n’est-ce pas ?" Quel est votre rapport avec Milan ? "Je n’ai pas encore trouvé de maison, actuellement je vis proche du siège du Club." Ibra est-il votre voisin ? "Je ne le sais pas. Je croise souvent Iličić, qui est un ami cher. Milan est bien plus petite que Rome, la vie quotidienne est bien plus facile, tu sais te déplacer facilement pour rejoindre le centre de la ville." Vous, Giroud et Ibra: Milan propose des attaquants qui ont plus de 35 ans, est-ce un hasard ? "Non, ce n’est absolument pas un hasard. Il y en a aussi qui ont déjà arrêté à notre âge. Si nous sommes encore là, malgré notre âge, cela veut dire que nous sommes toujours fort et que nous pouvons encore nous montrer décisif. Je n’ai pas encore tout donné et c’est pour cette raison que je suis ici, encore à jouer : Je ne suis pas encore pleinement satisfait de ma carrière." Etes-vous lassé par les références continuelles sur votre âge ? "Non, la carte d’identité ne fait pas tout. Vous voyez uniquement ce qu’il se passe sur le terrain, mais je travaille tous les jours, avant et après l’entrainement pour rester en forme. Et mentalement, je cherche toujours à éviter tous les sujets qui me prennent de l’énergie." Avez-vous un exemple ? "Ben, les demandes sur mon âge, il rit." A qui donneriez-vous le Ballon d’Or ? "Messi va encore le gagner." Pourquoi en avez-vous toujours été écarté ? Pourquoi êtes-vous toujours perçu comme un ton en dessous de Lewandowski ou de Benzema? "Peut-être que le fait de ne pas être parti au Real Madrid a joué ou peut-être qu’il m’aurait fallu juste un peu plus de continuité. J’ai inscrit tant de buts dans ma carrière, j’en ai marqué partout. Et ce n’est pas encore fin, car lorsque je raccrocherai, c’est que j’aurais tout donné, ce n’est pas encore le cas." Dire que vous auriez pu disputer ce match, dimanche, avec le maillot Bianconero…Pourquoi l’affaire a-t ’elle capotée ? "Première chose: Je ne regarde jamais en arrière, je suis très fier d’être à l’Inter, stop. Seconde chose: C’était la Roma qui avait commencé à discuter et à se mettre d’accord avec la Juve, je n’étais pas au courant de la négociation, je suis rentré en scène seulement plus tard." "Le transfert a sauté car la Roma n’était pas parvenu à me trouver un remplaçant." Qu’-est-ce qui vous a marqué le plus à la Roma, malgré le cas relatif au Capitanat ? "Beaucoup de choses m’ont plu, beaucoup personnes m’ont déçu, mais je préfère penser aux six belles années que j’y ai vécu." Sans aucun titre pourtant... "J’aurai aimé gagner quelque chose, ma seconde année était celle où nous avions une équipe très forte, mais cela devient difficile d’y parvenir lorsque tu vends les joueurs les plus important. A présent, je suis venu ici à l’Inter justement pour combler cette lacune, je veux apporter ma contribution pour gagner. Je veux y parvenir, même si ce n’est jamais facile : Si l'Inter avait gardé Conte, Lukaku et les mêmes joueurs que l'an dernier, une nouvelle victoire du Scudetto n'aurait pas été une fatalité." Auriez-vous aimé être un peu plus entraîné par Mourinho ? "Il m’a vraiment entraîné durant un mois. Je vais vous dire la vérité: Je me suis diverti: Mourinho est Mourinho, pour toujours: Iil est dans le privé comme il est publiquement. Tu as droit à tout avec lui, il sait aussi bien blaguer que s’enrager. C’était de très beaux entrainements, l’équipe se divertissait bien." Qu’est-ce qu’Inzaghi a de Mourinho ? "Mou mise sur la solidité pour développer son jeu, Inzaghi aime plus jouer offensivement." On le dépeint comme un grand frère pour vous, est-ce la vérité ? "Oui, c’est le cas, il est aussi très sincère et direct: Il te dit toujours la vérité, parfois cela peut te plaire, d’autre fois non. C’est aussi ce à quoi je m’attends, car savoir la vérité est toujours bénéfique: Si quelqu’un ne te dit jamais les choses telles quelles sont, tu ne pourras jamais t’améliorer." Vous l’avez connu en qualité d’adversaire lors des Derby l'avez-vous trouvé tel que vous l'attendiez ? "Je me l’imaginais exactement comme cela: Aussi dans sa façon de jouer, j’étais marqué par les qualités de sa Lazio : Je me suis tout de suite dit : Si ici nous jouons de la même façon, je vais bien m'amuser." Vous avez joué avec Aguero, en quoi Lautaro lui ressemble-t ’il ? "Le fait est qu’ils sont argentins…. Blague à part, Lautaro est très jeune et il dispose d’une très grande marge d’amélioration. Je me sens bien avec lui, ce n’est pas seulement un grand joueur, c’est aussi quelqu’un qui pense au bien-être collectif. Regardez-le, A chaque fois que quelqu’un inscrit un but, il exulte comme si c’était lui qui l’avait inscrit. C’est ce type de joueur qu’il faut avoir pour gagner." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. La Gazzetta Dello Sport et Italia1 sont tombés sous le charme d’Edin Dzeko version Nerazzurra, à tel point que l’international bosniaque est en train de faire "oublier" un Romelu Lukaku en perdition à Chelsea! L’analyse de la Rosea "C’est Edin l’authentique arme en plus des Nerazzurri, il est bon dans quasi chaque occasions, peu importe les variations du modulo. Les statistiques le confirment, bien avant même l’affection déjà démontrée par la Tifoserie et le rôle central qu’Inzaghi lui a cousu sur le dos. Ce qui était d’ailleurs la principal préoccupation de ce début de saison suite au renom de Lukaku, s’est révélée être l’une meilleure certitude de la nouvelle Inter." "Là, droit devant, Edin commande en attaque, lui qui a gagné amplement ses galons lors de ses onze premières sorties avec les Nerazzurri. D’ailleurs, le bosniaque est déjà l’auteur de sept buts et de deux passes décisives entre la Serie A et Ligue des Champions. Son parcours démontre neuf présences en qualité de titulaire sur ses onze apparitions, ce qui rend la performance de Dzeko bien meilleure que les chiffres déjà éloquent de Romelu Lukaku lors de sa première saison chez les Nerazzurri." "Lors de ses onze premières sorties officielles avec l'Inter, le Belge est celui qui a le moins marqué (5 buts en tout), et il n'a pas délivré la moindre passe décisive (contre deux pour Dzeko). Le Bosniaque a également dépassé les attentes, se montrant directement décisif au moins deux reprises (contre l'Atalanta et Sassuolo) et en brisant également le long jeûne des Nerazzurri en Coupe d'Europe avec le premier but inscrit contre le Sheriff." "Dans le même laps de temps, Lukaku ne s’était avéré décisif qu’à une seule reprise, lors de la victoire à l’extérieur sur le terrain de Cagliari, dans la rencontre valide pour la deuxième journée , sur un penalty: Pour résumer, en guise de bonjour matinal, on peut considérer que le mariage entre Dzeko et l’Inter est amené à récolter tant d’autres fruits, peut être encore plus juteux que ceux de l’époque du belge." Italia1 souligne la performance malgré son âge avancé Lorsque Inzaghi l’a sorti au profit d’Alexis Sanchez, Edin Dzeko a reçu une standing ovation de la part de tout le Meazza, en fin de match, il soulignait également la prestation d’équipe, n’hésitant pas à souligner les erreurs faites octroyant des contres dangereux aux adversaires : "C’est un signe de sa mentalité : ne jamais se reposer sur ses lauriers et chercher à s’améliorer et, à 35 ans, l’Inter représente pour lui le dernier défi fascinant de sa carrière, en reprenant un héritage important." "Il dispose d’un curriculum vitae et d’une personnalité assez importante pour ne pas se laisser atteindre par les critiques, il dispose aussi de tout le calme nécessaire pour tenter le coup, comme cela s’est vu lors de son but inscrit face au Sheriff : Une reprise de volée incroyable. Il porte également la Griffe de la première victoire de l’Inter en Ligue des Champions et il a sonné la révolte dans un match qu’il qualifié lui-même de “ça passe ou ça casse"." "Il est aussi l’auteur de buts et de passes décisives fantaisistes : Il a récolté un 8 pour son but et pour sa passe décisive à destination à Vidal. Sa côte a augmenté également lorsque, dans les moments les plus délicats de la rencontre, il a cavalé à toute vitesse pour prêter main forte au rempart défensif et interrompre, avec une passe en diagonale réalisée à la perfection, une contre-attaque adverse." "Le Giuseppe Meazza applaudi, Simone Inzaghi applaudi, l’Inter regarde droit devant elle et attend la Juventus au Giuseppe Meazza, un stade où Edin a déjà inscrit cinq de ses sept buts de la saison." Le tacle de Franco Vanni "Lukaku sous le maillot de l’Inter n’a jamais réalisé une telle partie en Ligue des Champions, encore moins lors de la double confrontation face au Borussia Mönchengladbach. Edin Dzeko est un joueur de classe mondiale, il a tout pour lui, malgré son âge." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. La première, et tant attendue, victoire est enfin arrivée pour l’Inter en Ligue des Champions: La bande à Inzaghi prenant le meilleur sur le très surprenant Sheriff Tiraspol. Si le score est flatteur, celui-ci n’est en rien révélateur tant le Champion de Moldavie se sera montré menaçant Et si l’Inter prend immédiatement la possession et s’offre ses premières occasions, Dumfries, Dzeko et Nicolò Barella ne parviennent pas à régler la mire. L'international hollandais gaspillant même plusieurs conclusions pourtant assez simple. Le danger se fait de plus en plus ressentir par Federico Dimarco et Lautaro Martinez, en vain, jusqu’à la 34 minute de jeu. Sur un énième corner botté par Dimarco, Arturo Vidal dévie un ballon qui est repris à la volée par Edin Dzeko dans la surface, celui-ci ne laisse aucune chance au très volontaire Celeadnic. Si le score n’est que de 1-0, l’Inter joue à se faire peur, tant ses reconversions défensives font défaut, même si finalement Samir Handanovic n’est pas mis en très grand danger. Et l’équipe moldave a raison d’y croire dès la reprise et elle se verra d'ailleurs récompensée par le but de la soirée signée Thill à la 52’ sur coup-franc. Après avoir allumé lors de la seconde journée Thibaut Courtois, Samir Handanovic fait partie de son armoire a trophée La réaction de l’Inter ne se fait pas attendre, suite à une combinaison entre Dzeko et Vidal, le chilien est mis en orbite seul face au portier moldave, si celui-ci parvient à toucher le ballon, le tir du sud-américain délivre le Giuseppe Meazza à la 58’. L’Inter fera le break peu après l’heure de jeu et plus précisément à la 66’: Suite à un nouveau corner, Denzel Dumfries parvient enfin a remiser intelligemment vers son compatriote Stefan De Vrij, sa reprise au premier poteau ne laisse aucune chance au Sheriff. L’Inter se relance donc dans la compétition en occupant la troisième place. La manche retour en Moldavie s’annonce ardue, mais il sera impératif de l’emporter pour espérer se qualifier pour le second tour de la Ligue des Champions Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3-1 Sheriff Tiraspol Buteur(s): 34′ Dzeko, 52′ Thill, 58′ Vidal, 66′ De Vrij Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (53’ 95 Bastoni); 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozovic (85’ 12 Sensi), 22 Vidal (75’ 5 Gagliardini), 14 Perisic (85’ 11 Kolarov); 9 Dzeko (75’ 7 Sanchez), 10 Lautaro Martinez Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 19 Correa, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian T1: Simone Inzaghi Sheriff Tiraspol: 1 Celeadnic; 13 Costanza, 2 Arboleda, 55 Dulanto, 15 Cristiano; 21 Addo (75’ 20 Nikolov), 31 Thill; 9 Traoré (89’ 19 Cojocari), 22 Kolovos (84’ 98 Cojocaru), 10 Castañeda (46’ 6 Radeljic); 77 Bruno Souza Banc: 33 Pascenco, 16 Julien, 18 Kyabou, 99 Yansane T1: Jurij Vernydub Arbitre: Makkelie (P-B) VAR: Kamphuis (P-B) Averti(s): Dimarco (I), Cojocaru (S) Expulsé(s): / Affluence: 43.305 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Interviewé par Amazon Prime, Leonardo Bonucci a décidé de déclencher les hostilités à quelques jours du Derby d’Italie: "L’année dernière, même si nous avons remporté deux titres, nous n’avons pas remporté le Scudetto. Nous ne l’avons pas gagné principalement plus à cause de nos démérites, que des mérites de ceux qui l’ont remporté." Le meilleure onze de base possible! Hier soir, lors de l’après -match, Arturo Vidal a été questionné sur le sujet Bonucci a déclaré que l’Inter a remporté le Scudetto grâce à la Juventus… "Je ne dis rien, il rit. Ce sera une revanche pour eux, nous verrons qui sera le plus fort." Stefan De Vrij s'est également exprimé "Nous savons que le match contre la Juve sera très important, nous devrons faire un résultat. Il y aura deux équipes très motivées sur le terrain. Ce sera un bon match." Qu’en pensez-vous ? Le CSA ne cautionnerait pas mon éventuelle réponse ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Simone Inzaghi, Edin Dzeko, Arturo Vidal, Stefan De Vrij et Marcelo Brozovic se sont livré en conférence d’après matchs, soit auprès d’Inter TV, soit auprès de Sky Sport Simone Inzaghi à Inter TV "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comportés comme une équipe en créant tellement, nous avons touché deux fois les poteaux, une fois la transversale en plus de nos trois buts. Nous avons pratiqué un très bon football et nous devons seulement comprendre quand il ne pas se tromper car nous avons pris quelques contres trop dangereux." "Il y a encore énormément de travail, mais c’est un plaisir de voir jouer cette équipe. Ce discours vaut également lors des défaites que nous avons subies face au Real Madrid et à la Lazio. C’est aussi un plaisir de pouvoir retrouver autant de tifosi dans le stade, c’est une arme supplémentaire pour nous, nous avons actuellement disputé tant de match à l’extérieur. Je suis en train de récupérer tous les joueurs et c’est fondamental car j’aurai besoin de tout le monde, vu que l’on joue tous les trois jours." "Nous devons nous améliorer et concéder moins d’occasions, car les contre étaient dangereux, nous devons être plus précis techniquement car nous avons concédé quatre à cinq contre. Nous savons que nous devons nous améliorer sous cet aspect, j’y travaille." "Nous avons marqué très peu de buts vu les occasions que nous nous sommes créés." Vidal? "Arturo s’entraine avec l’enthousiasme d’un jeunot, il veut toujours se montrer disponible, c’est une valeur ajoutée: Lui et Sanchez, malgré le fait qu’ils sont rentrés dans la nuit de samedi, se sont mis à disposition pour être présent à Rome. Mais j’ai préféré les laisser se reposer car je savais qu’ils pourraient s’avérer important pour ce soir, ce qui a été le cas." Simone Inzaghi qui a décidé de ne pas trop se fouler à Sky Sport "Nous avons réalisé le match que nous devions faire, ils sont venu ici avec enthousiasme et nous savions que la rencontre allait être compliquée. Nous nous sommes comporté comme une équipe. Nous nous sommes créé énormément mais selon mois, il y a encore tant à améliorer. Techniquement, nous devons comprendre quand il ne faut pas se tromper car nous avons pris quelques contre trop dangereux." "Comme entraîneur, je peux vous dire que c’est un plaisir de voir jouer cette équipe, mais nous jouons malheureusement trop peu à domicile avec ce public merveilleux qui nous transcende. Nous avons conscience que notre public est une arme supplémentaire, nous savons que nous devons nous améliorer, mais je me diverti comme entraîneur lorsque je vois évoluer l’équipe." "Tous sont sur le retour même si j’ai encore quelques joueurs mis à l’écart comme Correa qui n’est pas encore à 100%. Gagliardini est un autre joueur important qui est bien rentré dans le match, j’attends tout le monde, en jouant tous les trois jours, j’aurai besoin de l’aide de toute l’équipe." "Quand nous faisons face à des équipes comme celle du Sheriff, nous devons être plus concentré techniquement, ma sensation est que nous avons concédé 4 à 5 contres trop dangereux et je sais que l’on doit s’améliorer, nous n’avons pas inscrit assez de but vu les occasions créé. Nous avons, sincèrement développé un bon football, mais nous aurions dû inscrire plus de buts." Le but du Sheriff ? "Je dois le revoir, toutefois Samir est notre Capitaine et il peut aussi se planter, comme les autres se plantent aussi." Vidal ? "Arturo s’entraîne avec enthousiasme, il veut toujours se montrer disponible: Je lui ai dit, tout comme à Sanchez de rester dimanche à la maison, que je préférais les avoir pour ici. Arturo mérite d’avoir du temps de jeu avec son travail, c’est une valeur ajournée pour cette équipe, il a l’enthousiasme d’un jeunot." Edin Dzeko à Sky Sport "Nous étions furieux car nous aurions mérité bien mieux à Rome, mais lorsque tu perds une partie, l’important est de relever immédiatement la tête et de tout donner, comme nous l’avons fait aujourd’hui. Ce soir, nous avons fait une bonne prestation de la première à la dernière minute et c’était fondamental vu que nous n’avions qu’un seul point dans le groupe. Nous sommes toujours en course et ce soir c’était un match “ça passe ou ça casse”." "Le Sheriff a six points et personne ne s’y attendait, ce soir, ils ont prouvé qu’ils étaient très dangereux en contre. Nous avons, de notre côté, bien joué et nous méritons la victoire." Mon but? "Cela peut arriver parfois de rater un but facile et d’inscrire les plus difficiles, l’important est d’avoir trouvé le but et d’avoir récolté les trois points. L’Inter est encore forte, mais nous devons prendre moins de buts, c’est dommage que l’on s’en soit pris un ce soir, avec une telle prestation. Nous nous améliorons et nous ferons mieux à chaque match." Arturo Vidal à Inter TV "Cette victoire était utile, ces trois points nous donnent confiance pour la suite de la Ligue des Champions, mais aussi pour la rencontre face à la Juventus. Nous devons continuer à travailler de la sorte, pour toujours faire mieux." "Je dédie ce but à ma Fille, Elisabetta: Je lui avais promis avant le match d’en inscrire un, elle me regarde du Chili et cela me rend fier d’y être parvenus. Cela me fait aussi plaisir pour les Tifosi qui attendent énormément de moi: Je cherche toujours à donner le maximum, je travaille durement. Ce soir, nous avons réalisé un bon match, c’était important de relever la tête." Stefan De Vrij à Inter TV "C’était comme une finale pour nous et cela s’est vu dans notre façon d’aborder la rencontre, il y avait une grande envie de l’emporter et nous y sommes parvenu. Nous avons eu tant de coups de pieds arrêtés et nous avons de très bons tireurs: Nous sommes parvenu à inscrire deux buts sur ces phases arrêtées. C’était beau de marquer et j’ai remercié Denzel pour la passe décisive, nous étions dans un moment important du match. A présent, nous profitons de cette victoire et nous penserons ensuite à la rencontre face à la Juve." Marcelo Brozovic à Sky Sport "C’était une victoire utile pour aller de l’avant. A présent, une autre partie importante nous attend, mais je suis content de ce que nous avons proposé aujourd’hui. Toutefois, en première période nous avons concédé trop de contre et c’est un aspect du jeu qui ne me plait pas énormément. Nous ne devons pas nous prendre de buts à chaque match, nous nous devons de nous améliorer." Ma prolongation? "Nous verrons dans les prochains jours ce que le Club me proposera" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. La troisième journée de la Ligue des Champions aura lieu ce mardi 19 octobre 2021, à 21h00. Pour l’occasion l’équipe surprise du Groupe D, le Sheriff Tiraspol se déplacera au Stade Giuseppe Meazza avec la casquette de leader du Groupe Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer les déclarations de Simone Inzaghi En analysant les deux rencontres du Sheriff, avez-vous compris où le Real Madrid et le Shakhtar Donetsk ont fauté, vu qu’ils ont tous deux été battus par l’équipe moldave ? "Le Sheriff n’a pas remporté deux match par hasard, ils vont arriver ici avec les ailes de l’enthousiasme: Ils défendent bas, sont bien organisés et ont des hommes talentueux en attaque. Il faudra être bon offensivement, mais sans nous déséquilibrer, cette partie est fondamentale pour la suite de notre parcours en Ligue des Champions." Selon le CIES, l’Inter est l’équipe qui s’est créée le plus d’occasion de but dans le Top-5 des championnats européen, mais elle n’a pas encore inscrit le moindre but en Ligue des Champions. De même, elle concède des buts, quelle est la vérité sur votre équipe ? "Je connaissais cette statistique, mais mes équipes ont toujours l’habitude de créer énormément, nous sommes la meilleure attaque du championnat, mais nous subissons hélas trop de buts. La partie que nous avons perdu samedi dernier nous a fait énormément enrager, j’ai vu des garçons furieux, cela me plaisir car je sais que j’ai à faire à des gagneurs. Face au Sheriff nous devrons avoir une excellente possession de balle et nous devrons concrétiser les occasions que nous aurons, peu importe l’adversaire, nous nous en créons tellement." Y-a-t ’il un problème lié à la Ligue des Champions ? Ces dernières années, votre équipe a toujours connu des difficultés dans la compétition, qu’en pensez-vous ? "Non, il n’y a pas de blocage lié aux Coupes. Face au Real Madrid, c’était un mix de causalité et d’imprécisions. Nous avons, devant, nous l’occasion pour marquer et renouer avec la victoire." Avez-vous revu la rencontre face à la Lazio ? Qu’en pensez-vous? "J’ai procédé à une analyse à chaud après la rencontre de samedi et en la revoyant, j’en ressort encore plus convaincu: Lors des 65 premières minutes de jeu, nous avions réalisé notre meilleure rencontre à l’extérieur de la saison. Le problème est que nous n’avons pas été capable d’inscrire le second but, en conservant la Lazio dans le match. Nous avons commis une faute lors de l’occasion menant au penalty et le dernier quart d’heure est sincèrement à oublier : Une équipe aussi forte que la nôtre doit toujours savoir rester dans son match : J’ai vu de la désillusion et de la rage chez mes garçons, cette défaite nous a fait mal et nous voulons réagir comme une grande équipe." Quel impact peut avoir cette rage compétitrice peut avoir pour la rencontre de ce mardi ? "Nous devrons nous montrer dur, agressif et déterminé: Nous savons que nous ferons face à une rencontre qui ne sera pas simple, qui pour nous sera fondamentale, il faudra faire preuve d’intelligence et de lucidité si nous voulons parvenir à arriver à la victoire." Avez-vous l’intention de relancer Sanchez dès les prochains matchs ? "Aussi bien Sanchez que Vidal se sont bien entraînés depuis le retour d’Amérique du Sud, ils ont réalisé un bon entrainement. Je suis ravi, car la condition physique d’Alexis s’améliore: Il a disputé trois matchs internationaux et il peut certainement représenter une valeur ajoutée." L’année dernière, l’équipe avait commencé avec une philosophie offensive avant de faire marche arrière avec un centre de gravité plus en retrait: Croyez-vous que vous devrez aussi procéder à cette adaptation ? "Je cherche à améliorer l’équipe sur l’aspect défensif, mais paradoxalement, nous parvenons aussi à marquer bien plus: Je dois améliorer les automatismes de l’équipe." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Simone Inzaghi s’est livré, en conférence de presse, à la veille de ce qu’il sera son retour, en qualité d’adversaire, au Stadio Olimpico de Rome face à “sa Lazio” Comment vous préparez-vous au prochain Tour de force ? "Nous savons que plusieurs parties rapprochées nous attendent, nous voulons nous faire trouver prêt pour chacune. Nous étions tout de même peu nombreux à Appiano, mais nous avons su travailler de la meilleure des façons. Certains joueurs sont revenus avec des coups, à présent j’attends le retour sud-américains." A quel point a changé la Lazio sous Sarri ? "La Lazio a réalisé de très bon matchs, du Derby en passant par l’Europa League, c’est une équipe bien construite avec des qualités optimales. Sarri est très bon lorsqu’il s’agit d’organiser ses équipes: Les garçons ont réalisé d’excellents matchs, ils ont perdu leur dernier match et seront vexés. Je sais que nous allons faire face à une équipe qui voudra faire une belle prestation." Quand reviendront les Sud-américains ? Comment va Sensi ? "En ce qui concerne les sud-américains, cela s’était déjà produit face à la Samp. C’est une situation délicate: Sanchez et Vidal ne verront pas Rome, je ne saurais pas les utiliser car ils reviendront à 3h00 du matin. Ils seront plus utile pour mardi, comme Sensi. Ces derniers jours, il s’est entraîné discrètement avec le groupe, mais il ne sait pas encore taper librement de son pied droit, à cause de son entorse. Il a de très bonnes sensations, j’espère qu’il pourra être de retour rapidement." La Liga a repoussé de nombreux matchs pour préserver le parcours européen de ses équipes…. "Je parlerai avec Lautaro, Correa et Vecino, pour voir comment ils iront. La Liga a très bien fait, mais c’était une thématique qui aurait dû avoir lieu en début de saison : nous devrons serrer les dents, nous avons des alternatives pour ces postes et je devrai évaluer, avec attention, dans quelles conditions ils seront en arrivant." Serez-vous en difficulté face au pressing de la Lazio ? "Nous devrons nous montrer propre dans notre façon de jouer et être bon en phase défensive et offensive." C’est un retour particulier à l’Olimpico… "C’est un retour à la maison pour moi, j’y suis resté 22 ans: Je ne vous cache pas que je ressentirai des émotions lorsque je reverrai des garçons qui m’ont toujours tout donné durant ces années, je reverrais aussi des personnes qui ont toujours été spéciales, en coulisses. Elles ont été très importante pour moi, nous avons fêté et souffert ensemble au fil des années, nous avions atteint de grands objectifs." "Demain, je sais qu’il y aura des applaudissements et des sifflets, mais cela fait partie du métier et je l’accepterai, mais ils savent tous que j’ai tout donné pour ces couleurs." Qu’attendez-vous de Lotito ? "Je lis et j’écoute toujours tout, mais au-delà de ce qu’il pense et de ce que pense Tare, ils ont été des personnes très importantes durant ma carrière. J’ai commencé à entraîner grâce à eux et je ne cesserais jamais de les remercier: Nous nous sommes bien trouvé et il faut savoir aussi que nous avons obtenus de grands résultats." La Lazio, le Sheriff et la Juventus. C’est un Test d’endurance pour l’Inter..... "Ce sera, sans aucun doute, une semaine très engagée: Nous voulons aborder les matchs les uns après les autres. Nous devrons faire de notre mieux tout en sachant que ce seront des rencontres très difficiles." Comment évolue Dumfries ? "Il avance, je pensais qu’avec les problèmes linguistiques qu’il lui aurait fallu plus de temps, mais c’est un garçon qui écoute et qui a déjà joué plus de la moitié du temps à disposition. C’est un titulaire fixe des Pays-Bas et plus le temps passera, plus il s’améliorera, j’en suis convaincu." Si vous ne savez pas jouer la carte Lautaro, quelles seront les solutions ? "Elles sont nombreuses, Dzeko jouera, il y a aussi l’opportunité Satriano, mais il y a aussi Perisic et Çalhanoğlu. Je devrai évaluer les conditions de récupération de Lautaro et de Correa." Que manque-t ’il à Çalhanoğlu? "Je suis satisfait de lui car il fait partie intégrante du projet, c’est un garçon qui ne se cache jamais : Lundi, il a été victime d’une sérieuse entorse et il a tout fait pour être à disposition demain, je ne sais pas encore si ce sera le cas. Ses compagnons, tout comme moi, sommes très heureux: Il marque et réalise des passes décisives." Est-ce que l’Inter vous séduit de plus en plus ? "Je me suis senti immédiatement intégré ici, les Tifosi de l’Inter m’ont accueilli d’une manière dont je n’avais jamais songé, et ce dès le premier jour. Ils ont toujours été fantastique avec moi et avec l’équipe, ils sont toujours aussi si nombreux lorsque l’on se déplace à l’extérieur, ils nous font toujours ressentir une chaleur incroyable." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: Suite à la sortie de piste d’Alexis Sanchez, la Rosea a mis en lumière une situation des plus surprenantes : La colonne vertébrale de l'Inter perçoit moins que le banc des remplaçants. Le Chili dans le viseur La polémique d’Alexis Sanchez sur les réseaux sociaux a fini par lasser la Direction Interiste qui songe en premier lieu à une résiliation de son contrat au mois de janvier. Pour Arturo Vidal, , le joueur a envoyé quelque signes de reprise, toujours en partant du banc. Certains avaient même suscité des applaudissements : comme les interventions agressives lors de la remontée en Émilie-Romagne. Toutefois, ses anciens démons ont refait surface : Dernièrement une vidéo du Chilien éméché, faisant d'étranges sauts périlleux dans sa Ferrari, a fait le tour du web et mis le club devant le traditionnel problème de gestion de son milieu de terrain. Lors du mois de janvier Giuseppe Marotta et Piero Ausilio vont donc se pencher sérieusement sur la situation d’Alexis Sanchez et quantifier sa prime de départ en cas de résiliation du contrat, sauf si du mercato des offres intéressantes sont présentées. Concernant Arturo Vidal, le milieu de terrain n’est pas tenté par un départ à la mi-saison, et parvenir à extraire le meilleur de lui sera le défi du Staff jusqu'en mai. Puis il s’agira d’un au revoir sans regrets. Le salaire des deux chiliens sont les plus importants après celui de Christian Eriksen. Actuellement, le salaire de l’international danois est en partie couvert par l’assurance de la FIFA suite à ce qu’il a connu à l’Euro. L'Inter profite du Décret Croissance pour les deux Chiliens Les 7 millions d’euros net d’Alexis Sanchez représente coûte 10,5 millions d’euros bruts. Les 6,5 millions d’euros net d'Arturo Vidal valent un peu plus de 9 millions d’euros. Pour la Rosea, "éliminer les deux salaires seraient une bonne chose pour le club, surtout qu’il ne s’agit pas de deux titulaires." De plus, le fait est que "la colonne vertébrale d'Inzaghi, composée de Bastoni-Brozovic-Barella-Lautaro, présente (pour l'instant) des revenus nets inférieurs à ceux des deux sud-américains. Cette situation est particulière, même s’il faut attendre les renouvellements des contrats." Voici un comparatif entre les joueurs du banc et les titulaires Banc: Alexis Sanchez (7M€), Arturo Vidal (6,5M€), Matias Vecino (2,5M€), Stefano Sensi (2M€), Roberto Gagliardini (1,5M€) Cœur de l’équipe Alessandro Bastoni (4 M€), Stefan de Vrij (3,8 M€), Marcelo Brozovic (3,5M€), Milan Skriniar (3M€), Nicolò Barella (2,5 M€), Lautaro Martinez (2,5 M€) Sur une masse salariale de 140 millions d’euros, les hommes du banc perçoivent 19,5 millions d’euros contre 19,3 millions d’euros pour les titulaires les plus importants de l’équipe ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, après une saison fantomatique sous les ordres d’Antonio Conte, Arturo Vidal semble retrouver une seconde jeunesse au sein de l’entre-jeu de Simone Inzaghi Révélation de Tuttosport "Le chilien est entrain de prouver qu’il peut revendiquer une place de titulaire aux côtés des intouchables titulaires Marcelo Brozovic et Nicolò Barella : Son attitude est extrêmement bien appréciés, par l’équipe, Simone Inzaghi…… et les Tifosi. Le Leadership d’Arturo Vidal devient vraiment important, lui qui souhaite se racheter d’une première saison Nerazzurra anecdotique." "Emblématique a été le geste du joueur chilien avant la transformation du penalty de Lautaro Martinez : L’ancien milieu bianconero s’était adressé aux supporters Nerazzurri, présents dans le secteur opposé du Mapei Stadium, en les incitants avec de larges gestes du bras à faire des acclamations: Il s’agissait d’une façon de motiver Lautaro qui avait la responsabilité de ne pas faillir dans aux onze mètres, après l’échec de Federico Dimarco face à l’Atalanta." Au point de revendiquer sérieusement un poste de titulaire selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Arturo Vidal Informations Générales Nom : Vidal Pardo Prénom : Arturo Erasmo Poste : Milieu relayeur Date de naissance : 22/05/1987 Lieu de naissance : Santiago Pays : Chili Taille : 180cm Poids : 74 Kg Numéro de maillot : Au club depuis : Septembre 2020 Position sur le terrain Biographie Arturo Erasmo Vidal Pardo, né le 22 mai 1987 à Santiago au Chili, est un footballeur international chilien, qui évolue au poste de milieu de terrain au FC Barcelone. D'origine espagnole par ses grand parents paternels, Vidal est né à San Joaquín, quartier ouvrier de la capitale chilienne, Santiago. Il est le second d'une famille de six enfants (trois filles et trois garçons). Ils grandissent avec leur mère Jaqueline. Alors qu'il joue avec le club du Deportes Melipilla, il rejoint à l'adolescence l'équipe jeune de Primera División du Colo-Colo sur les conseils de son oncle. Carrière en Clubs Colo-Colo Ses débuts professionnels ont lieu en 2006 lors du match aller de la finale du tournoi d'ouverture du championnat chilien. La rencontre oppose Colo-Colo à son ennemi juré, l'Universidad de Chile. À moins de dix minutes du coup de sifflet final, Vidal remplace son coéquipier Gonzalo Fierro. Son club remportera le match 2-1 et le championnat également. Lors de la saison suivante (tournoi de clôture 2006), le jeune milieu de terrain s'intègre peu à peu à l'équipe première, et contribue à faire remporter un second championnat d'affilée au club. Il dispute plus de 50 rencontres, inscrit de nombreux buts, notamment en Copa Sudamericana, et attire l'œil de recruteurs européens. Le championnat d'ouverture 2007 sera le dernier de Vidal au Colo-Colo, avant son transfert au club allemand du Bayer Leverkusen. Bayer Leverkusen Le Bayer suivait son parcours depuis quelque temps et ses bonnes prestations au Mondial des -20 ans la même année convainc le directeur sportif Rudi Völler de recruter le joueur, effectuant pour ce faire le voyage jusqu'au Chili pour le convaincre. Les deux clubs tombent d'accord sur une valeur de 11 millions d'euros Leverkusen versant 7,7 millions équivalant à 70 % des droits sportifs de Vidal. Ce transfert fait du milieu de terrain le joueur chilien le plus cher de l'époque (devant les 9 millions d'euros versés par Villarreal pour acquérir Matías Fernández). Pour cause de blessure, Vidal manque le premier match de la saison mais débute le week-end suivant, le 19 août 2007, lors d'une défaite contre Hambourg. Il ne met que trois matchs avant d'inscrire son premier but et débute la moitié des matchs de la saison. Juventus Le 22 juillet 2011, la Juventus officialise l'arrivée de Vidal qui signe un contrat de cinq ans. Pour s'attacher les services du milieu de terrain, le club bianconero aura déboursé la somme de 10,5 millions d'euros payable en 3 fois (5 millions en 2011, 3 millions en juin 2012 et 2,5 millions en décembre 2012). La valeur d'achat pourra être augmentée de 2 millions en fonction des objectifs atteints par le club. Ses premiers mots en tant que joueur de la Juventus sont : "C'est tellement beau, je suis content de mon choix, ici tout est parfait, il y a une société à l'avant-garde, de grands coéquipiers et un très bon entraîneur." Il dispute son premier match sous les couleurs bianconere le 11 septembre 2011 lors d'un succès à domicile 4-1 sur Parme (match comptant pour la 1re journée de Serie A), match au cours duquel il inscrit également son premier but. Avec ses 7 buts en championnat, on peut dire qu'il fut l'un des hommes les plus importants dans l'obtention du Scudetto de la Vieille Dame. Il termine également la saison 2012-13 en tant que meilleur buteur de la Juventus (avec 15 buts, dont 10 en championnat), saison au cours de laquelle il remporte son second scudetto de suite. Il inscrit le 27 novembre 2013 le premier triplé de sa carrière, en ligue des champions face à l'équipe danoise du FC Copenhague. Le 4 mai 2014, Arturo Vidal remporte son 3e titre de champions d'Italie consécutif. En 2015, Arturo Vidal remporte un quatrième titre en championnat avec la Juventus et soulève la coupe d'Italie, réalisant un doublé Championnat-Coupe. En coupe d'Europe, les turinois se qualifient pour la finale de la Ligue des champions contre le FC Barcelone. La prestation de Vidal lors de la finale s'avère décevante. Il se montre à de nombreuses reprises nerveux en commettant des fautes et reçoit logiquement un carton jaune en début de première mi-temps. Le Chilien sera remplacé en seconde période par Pereyra. La Juve s'incline malgré un but de Morata (3-1). Bayern Munich Quatre ans après l'avoir quittée, Vidal retrouve la Bundesliga en signant au Bayern Munich. Son transfert est officialisé le 28 juillet 2015, d'une durée de quatre ans jusqu'en 2019. Il portera le numéro 23. L'international explique son choix de son départ en Bavière : "Je veux m'améliorer comme joueur et gagner des titres importants comme la Champions League. Je pense qu'il y a davantage de possibilités avec le Bayern" Le 1er aout, le Chilien dispute son premier match sous ses nouvelles couleurs lors de la Supercoupe d'Allemagne, perdue aux tirs au but contre le VfL Wolfsburg (1-1, 4-5 t.a.b). Le 9 août, Vidal inscrit sur penalty, en Coupe d'Allemagne, son premier but avec le Bayern Munich. Le 19 septembre, il marque un magnifique but avec le Bayern face à la modeste équipe de Darmstadt (victoire 3-0). La saison suivante, Vidal a un peu plus de mal à s'imposer dans l'effectif du nouvel entraîneur Carlo Ancelotti. Il trouve le chemin des buts à l'occasion de la Supercoupe d'Allemagne remportée par les munichois. Au mois d'avril 2017, en demi finales retour de la Ligue des champions, le chilien écope d'un carton rouge litigieux qui pénalise le Bayern, perdant le match 4-2 et étant sorti de la compétition. Vidal ne débute pas l'exercice 2017-2018 comme titulaire indiscutable, le Bayern ayant acheté Corentin Tolisso et Sebastian Rudy. En manque de temps de jeu, la presse avance un départ éventuel du Chilien. Des rumeurs l'annoncent à l'Inter Milan et au FC Barcelone a l'occasion du mercato estival 2018. FC Barcelone Le 6 août 2018, Vidal rejoint le FC Barcelone pour un montant évalué à 18 millions d'euros. Il débute le 12 août 2018, en remplaçant Ousmane Dembélé lors de la Supercoupe d'Espagne contre le Séville FC. Vidal soulève d'emblée son premier trophée avec le club après une victoire 2-1. Le 28 octobre, Vidal marque son premier but lors du Clásico alors qu'il vient d'entrer en jeu et clôt une large victoire (5-1)20. Le 27 avril 2019, il délivre une passe décisive à Lionel Messi qui marque l'unique but de la rencontre face à Levante, synonyme de sacre en Liga pour les Barcelonais. Ainsi, Vidal remporte trois championnats européens majeurs dans sa carrière : la Serie A, la Bundesliga et la Liga. De plus, c'est son huitième sacre de suite en championnat, le premier étant arrivé en 2012 avec la Juventus. Internazionale Etant laissé libre au sein d'un fantomatique FC Barcelone, Arturo Vidal retrouve la Serie A et s'engage avec l'Inter dans le courant du mois de septembre 2020. Il y retrouvera son mentor Antonio Conte. Equipe Nationale Il fait partie des 23 joueurs chiliens sélectionnés pour participer à la Coupe du monde 2010 mais aussi à la Copa América 2011. Il est d'ailleurs titulaire lors des deux tournois. Vidal participe à la Coupe du monde 2014. Le Chili se qualifie en phase finale, dominant notamment l'Espagne (2-0), tenant du titre. En huitièmes de finale, les hommes de Jorge Sampaoli s'inclinent aux tirs au but contre le Brésil, pays hôte. Lors de la Copa América 2015, organisée au Chili, il marque sur penalty le premier but Chilien du tournoi contre l'Équateur (victoire 2-0). Durant le second match de poules, il marque un doublé au cours d'une rencontre très disputée contre le Mexique, malgré un match nul (3-3). À la suite d'un incident l'impliquant dans un accident routier, Vidal présente ses excuses en conférence de presse et le sélectionneur Sampaoli décide ne pas l'expulser de l'équipe. Le 4 juillet, il participe à la finale de la compétition contre l'Argentine. Ce match tendu ne voit aucune des deux équipes prendre l'avantage. Le titre se joue aux tirs au but et les coéquipiers de Vidal remportent l'exercice. Le Chili s'impose pour la première fois de son histoire en Copa, à domicile. Il conserve ce titre l'année suivante en remportant avec sa sélection la Copa América 2016. Le Saviez-Vous ? Le 1er décembre 2011, son père, Erasmo Vidal (ayant quitté le domicile familial lorsque Arturo n'avait que cinq ans, et donc avec qui il n'a que très peu de contacts), est arrêté pour trafic de cocaïne. Marié à Maria Teresa, avec qui il a deux enfants, Alonso et Elisabetta, Vidal est propriétaire d'une écurie de course, appelée "Stud Alvidal" (pour qui courait comme jockey son meilleur ami Nicholas, mort dans un accident de la route en 2011). En octobre 2014, la Juventus le condamne à une amende de 100 000 euros pour une bagarre devant une boîte de nuit à Turin alors que le joueur était alcoolisé. Durant la Copa América 2015, après une rencontre face au Mexique, Vidal et sa femme sont victimes d'un accident de la route où la voiture du joueur est gravement endommagée. L'international en ressort indemne mais est contrôlé positif au test d’alcoolémie et se voit placé en garde à vue. En février 2016, le journal allemand Bild révèle que Vidal et deux coéquipiers du Bayern Munich, Franck Ribéry et David Alaba, sont sortis en boîte à Turin juste après un huitième de finale de Ligue des champions contre la Juventus. Néanmoins, son entraîneur Pep Guardiola explique que "Les joueurs sont très professionnels, c’est le plus important pour moi." Il est surnommé "El Guerrero" ou bien "El Rey Arturo " Joueur complet, au marquage efficace accompagné d'une vision du jeu qui lui permet d'intercepter de nombreux ballons et de relancer vers l'avant, il est un atout pour son équipe, que ce soit en club ou en sélection. Vidal possède une frappe puissante et précise, pouvant marquer en dehors de la surface et un jeu aérien dangereux, mais il distribue également de nombreuses passes pour ses coéquipiers. Expert dans le domaine du penalty, il se charge souvent de les tirer. En Italie, le Chilien explique que des joueurs tels Andrea Pirlo ou Gianluigi Buffon lui ont permis de mûrir. Palmarès: Colo-Colo Champion du Chili 2006 (clôture) et 2007 (ouverture) Finaliste de la Copa Suamericana 2006 Juventus Champion d'Italie en 2012,2013, 2014 et 2015 Vainqueur de la Coupe d'Italie en 2015 Finaliste de la Coupe d'Italie en 2012 Vainqueur de la Super Coupe d'Italie en 2012 et 2013 Finaliste de la Ligue des Champions en 2015 Bayern Munich Champion d'Allemagne en 2016,2017 et 2018 Vainqueur de la Coupe d'Allemagne en 2016 Fc Barcelone Champion d'Espagne en 2019 Vainqueur de la Super-Coupe d'Espagne en 2018 Chili Vaniqueur de la Copa America 2015 et 2016 Finaliste de la Coupe des Confédérations en 2017 Distinctions personnelles Bayer Leverkusen Membre de l'équipe type de la saison : 2011 Meilleur joueur Chilien de l'année : 2010 Juventus Membre de l'équipe type de la saison : 2012, 2013 et 2014 Élu meilleur joueur Bianconero de la saison : 2013 Membre du 11 idéal de Serie A : 2014 Parcours: En Club: 2005-2007: Colo-Colo 2007-2011: Bayer Leverkusen 2011-2015: Juventus 2015-2018: Bayern Munich 2018-2020: Fc Barcelone Septembre 2020: Internazionale Fc En Sélection: 2006-2007 - Chili U-20 2007 - à ce jour : Chili ©Wikipedia
  12. Chroniqueur Sportif dans le cadre de la Ligue des Champions, Antonio Conte s’est livré à Sky Sport sur les performances réalisées par la Juventus, le Milan Ac et…. L’Inter de Simone Inzaghi Sur la prestation Milanaise "Le Milan a réalisé une excellente rencontre durant une demi-heure à 11 contre 11, il a démontré qu’il avait sa place en Ligue des Champions. L’expulsion fait partie de ces détails qui sont utile pour engranger de l’expérience. Kessié aurait dû faire plus attention. Nous avions aussi conne cela avec le Real : Vidal s’était fait expulser après 20 minutes de jeu. Ce sont des étapes et le Milan les apprends de bonne manières. Jusqu’à la 82ème, il n’a pas autant souffert que cela. Le fait que le résultat ait été inversé fait que les deux prochaines rencontres seront décisives pour les Rossoneri." Sur la Juventus "C’est une victoire importante qui est le fruit d’une stratégie. La Juve voulait réaliser ce type de match, en concédant peu d’espaces défensif et en évoluant dans sa moitié de terrain pour partir en contre avec Chiesa, ce qui s’est avéré être létal. Elle a remporté trois points, elle est première du groupe et elle retrouvé ses esprits en battant les Champions d’Europe. Tu peux toujours parler de possession de balle ou de laisser le jeu, mais avoir le bon état d’esprit est important, ne pas laisser une attaque comme celle de Chelsea inscrire un but est important. Lukaku a eu une occasion importante en fin de mach mais Chelsea aurait dû proposer bien mieux." Sur Romelu Lukaku "Je pense que les caractéristiques d’un entraîneur doué doivent être de pouvoir améliorer les performances de ses joueurs, j’ai réalisé un parcours important avec lui à l’Inter. Amener Lukaku dans la surface est dangereux, il vaut mieux l’en tenir éloigné. C’est difficile de trouver un joueur qui peut être ton point de référence et qui a la capacité de démarrer rapidement du milieu de terrain, il est généreux et c’est aussi quelqu’un qui réalise des passes décisives." "Ces spécificités de Lukaku, je les retrouve aussi chez Haaland ; c’est aussi pour cela que j’avais insisté avec fermeté pour le transférer à Milan. Je le voulais déjà lorsque j’étais l’entraîneur de la Juve, soit bien avant que je devienne le Manager de Chelsea. Il a encore une belle marge d’amélioration technique, mais il est déjà arrivé à un haut niveau. Il doit encore s’améliorer sur certaines phases de jeu, il faut parfois l’allumer aussi. C’est un attaquant impressionnant, un des plus difficile à affronter, il faut toujours le faire jouer, mais Chelsea n’a pas encore compris comment l’utiliser. Le jour où Chelsea le comprendra, elle deviendra l’équipe à battre." Sur l’Inter Fabio Capello lui a dit: "Partir en contre face à ce Chelsea avec ton Inter, avec Barella et les autres, lorsque vous le faisiez, c’était spectaculaire…." "Cela dépend toujours de la stratégie, tu peux aussi opter pour la stratégie d’Allegri. Nous, à l’Inter, nous étions également bon face aux équipes qui refusait le jeu, nous parvenions à trouver des espaces face à des adversaires qui ne t’en laissaient pas." "Face au Shakhtar, c’était une rencontre équilibrée, même si au final le Shakhtar a eu la possession, l’Inter a elle eut les occasions. Les Ukrainiens ont payé la différence de structure avec l’Inter. L'Inter devra se montrer bonne pour profiter des phases arrêtées, comme ce corner dont est né l’occasion de Dzeko. "L’Inter est une équipe qui aime avoir la balle, mais qui souffre en phase de non-possession. Les deux rencontres face au Sherrif seront importantes. Le Sherrif devait être la Cendrillon du groupe et il nous a tous surpris. Cela redistribue les cartes, comme lorsque le Shakhtar est parvenu à battre deux fois, l’année dernière, le Real." L’épopée en Europa League "L’Europa League est une compétition importante, cela fait depuis trop longtemps qu’une équipe italienne n’est plus parvenu à l’emporter. Après la phase de groupe, l’ambiance devient plus chaude. C’est bon que le Napoli, qui propose des belles choses, et avec la manière, et qui dispose d’un excellent noyau, l’aborde avec l’envie de bien faire." La Finale ? "Nous étions parvenus à atteindre la Finale, nous avions terminé le Championnat et nous étions en phase finale en Allemagne. Le Championnat étant fini nous disposions de plus de temps pour nous préparer à chaque match." Comment gérer les doubles confrontations ? "Nous étions bien parvenu à le faire en seizième et en huitième. Remporter l’Europa League t’ouvre les portes de la Ligues des Champions et de la Super Coupe d’Europe. Des cycles ont d’ailleurs débuté en Europa League, comme celui de l’Atletico Madrid". Le Saviez-Vous ? Romelu Lukaku a été bien accueilli au Juventus Stadium : Piégé par la tactique de Massimiliano Allegri, l’ancien numéro 9 de l’Inter a été pris en grippe par les Tifosi Bianconeri qui lui ont adressé des chœurs peu reluisant tels que "Figlio di..." ("Fils de…") suivi de siffler. L’Inter, pourtant absente, en a aussi pris pour son grade avec des chants à son encontre. Et dire que l’on commençait à partir sur une bonne base avec un dénominateur commun…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Simone Inzaghi pense que Nicolò Barella peut jouer au milieu pour l'Inter quand Marcelo Brozović a besoin de repos, rapportent les médias Italiens. L'entraîneur de l'Inter Simone Inzaghi a décidé que quand Marcelo Brozović aurait besoin de repos cette saison, Nicolò Barella devrait être le joueur pour le remplacer, selon un rapport de la presse Italienne aujourd'hui. Comme reporté par Tuttosport, Marcelo Brozović est dans la salle des machines de l'Inter depuis de nombreuses années. C'est pourquoi il est vital de le maintenir en excellente condition physique, comme il dicte souvent le rythme et l'énergie du jeu de l'Inter. L'Inter a énormément de match à jouer cette saison donc il y aura des moments où Marcelo Brozović aura besoin de s'asseoir sur le banc, et Simone Inzaghi aura besoin de quelqu'un pour apporter la même énergie au centre du terrain. L'entraîneur a semble-t-il décidé que Nicolò Barella, qui est généralement utilisé pour jouer à droite du milieu à trois, pouvait apporter l'énergie et le talent nécessaires au milieu. Il serait alors remplacé par un des trois noms suivants : Matias Vecino, Arturo Vidal et Roberto Gagliardini. Pensez-vous que Nicolò Barella serait apte à remplacer Marcelo Brozović en regista ? ®Internazionale.fr - Aurios-Inter Via SempreInter
  14. En effet, l’Inter propose sur son site officiel "Inter Stats", soit un condensé d’informations comme on les aime. Voici les analyses publiées après la victoire 6-1 sur Bologne : "Six buts inscrits, cinq buteurs, une longue liste de protagonistes et surtout trois points d’engrangés qui permettent à l’Inter d’atteindre les 10 points au classement après 4 journées de championnat. Face à Bologne, l’Inter s’est relancée en proposant une prestation typique aux grandes équipes, avec faim et qualité" Dans le signe de la continuité "Pour la première fois en Serie A, Lautaro a marqué lors de 4 rencontres consécutives. De son denier but, face à l’Udinese lors de la dernière journée de la saison écoulée, aux trois buts inscrits cette saison face à l’Hellas Vérone, la Sampdoria et Bologne." "Cette continuité se ressent aussi dans le nombre de buts inscrits par l’équipe : L’Inter a marqué lors de ses 23 dernières rencontres de Serie A. Pour trouver mieux, il faut remonter à 1950 avec le palier de 24 rencontres atteint." "L’Inter a inscrit toujours aussi inscrit au moins trois buts lors de ses cinq derniers matchs à domicile en Serie A. Le record remonte à 2011 avec une série de six matchs." Le Doublé de Dzeko "En rentrant à la demi-heure de jeu à la place de l’infortuné Joaquim Correa, Edin Dzeko a marqué la rencontre de son empreinte en inscrivant son premier doublé sous le maillot interiste. Il s’agit de son 17ème doublé en Serie A. Le précédent remonte au mois d’octobre 2020 face à Benevento." 15 buts en 4 matchs avec 9 buteurs différents "Avec 6 buts inscrit contre Bologne, l’Inter a déjà atteint en 4 journées de championnat le palier des 15 buts inscrits. On retrouve 9 buteurs différents Dzeko (3) Lautaro Martinez (3), Skriniar (2), Correa (2), Vidal (1), Çalhanoğlu(1), Dimarco (1), Vecino (1), Barella (1)." En avoir dans la tête "Nicolò Barella s’est montré, lors des quatre dernières rencontres de Serie A, décisif en étant impliqué à chaque fois dans un but: Il s’agit de sa meilleure série." "Face à Bologne, Milan Skriniar a inscrit son second but de la tête. Depuis son arrivée en Serie A. Six des sept derniers buts du défenseur slovaque ont d’ailleurs été tous inscrit de la tête." Appréciez-vous ce style de statistiques ? Souhaitez-vous les voir apparaître de façon régulière sur le site ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Nos confrères de Fcinter1908.it se sont livré sur l’analyse de la rencontre opposant l’Inter au Real Madrid, une fois la défaite absorbée "Cela doit être dit haut et fort : Hier, l’Inter ne méritait absolument pas de perdre. Nous attendions une grande réponse après le sévère scepticisme entourant le partage à Gênes et elle est arrivée. Le début de la rencontre a été excellent, joué tête haute et sans avoir peur d’un adversaire de tout premier niveau. L’équipe était organisée et solide dans chaque secteur, l’équipe d’Inzaghi a même donné la sensation de pouvoir l’emporter, mais hélas, cela ne s’est pas déroulé de la sorte." "Aux points, un match nul aurait été bien plus juste, probablement que l’Inter était un peu fatiguée et l’épilogue a été le plus cruel possible: Une défaite qui fait mal mais qui enseigne : Les Nerazzurri devront faire un trésor de cette rencontre afin d’éviter d’autres désagréable désillusions pour le reste de la saison." "Inzaghi peut tout de même avoir le sourire. C’est paradoxal, mais l’estime de soi, après un faux-pas de ce genre, peut aussi augmenter. De retour chez soi, chaque joueur pourra se remémorer le déroulement du match et regretter ces situations où une plus grande attention aux détails aurait pu assurer une fin différente. Cette défaite, 0-1, est plus dure à admettre de part les occasions gâchées, comme ce fut le cas l’année dernière et plus récemment à Gênes : En attaque, le manque de concrétisation fait défaut." "L’Inter crée beaucoup mais ne marque pas assez. C’est d’ailleurs son principal ennemi, lorsqu’il faut jouer à armes égale face aux autres grandes équipes : Il faut également mieux gérer son énergie et parvenir à faire un résultat face à des équipes qui sont à sa portée. Ce qui a rompu l’équilibre d’une fin de match sans histoire réside dans un autre facteur : Carlo Ancelotti avait inévitablement de bien meilleures opportunités sur le banc, avec des remplaçant d’un niveau bien supérieur à ceux de Simone Inzaghi." "Si Vidal ne sa’est pas montré aussi désastreux que l’année dernière, il ne s’est pas montré aussi incisif que souhaité : Dumfries reste encore une personnalité mystérieuse et Correa est tombé dans le piège de la défense adverse qui se l’était mise en poche. D’autre part, l’entraîneur adverse a tiré le meilleur de ses bijoux : Camavinga et Rodrygo, ils sont su se mettre en évidence face à un milieu de terrain lessivé de l’Inter : Leur combinaison est d’ailleurs à l’origine du but décisif." "Il faudra faire preuve de patience." Confirmation de Mario Sconcerti "L’Inter d’Inzaghi est bien meilleure en Coupe d’Europe, même si elle a été refroidie par le jeune Rodrygo […] Le Real a été longtemps dominé […] La réalité est que l’Inter a plus risqué de l’emporter que de perdre. La partie apporte un fond de vérité : L’Inter a techniquement le niveau de la Ligue des Champions. Elle conserve ses chances intactes de rester compétitive surtout après la défaite du Shakhtar." Et vous, quelle est, à présent, votre analyse à froid ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Simone Inzaghi vient de connaître la première défaite de sa saison depuis son arrivée à l’Inter. Toutefois l’équipe Championne d’Italie a quitté le terrain avec les honneurs, en étant l’auteur d’une très belle prestation, surtout en première période avec une pluie d’occasion. Si le Real a la chance de rentrer en Espagne avec les trois points, il doit en très grande partie remercier son portier, Thibault Courtois qui a été l’auteur d’une rencontre exceptionnelle. Notre Beneamata s’est livrée sans compter et, cela est tout à fait normal, surtout en début de saison, nombre de nos joueurs ont accusé le coup en seconde période. A tel point que les Nerazzurri ont finalement craqué dans les toutes dernières secondes de jeu, à la 89’ à la suite d’une reprise de Rodrygo, véritable bourreau des Nerazzurri : Lors des trois dernières confrontations, le brésilien aura inscrit 3 buts. Simone Inzaghi s’est également montré cohérent lors des remplacements: Hélas, plusieurs joueurs ne sont pas parvenu à s’installer dans le match, surtout Arturo Vidal et Matias Vecino. A l’inverse, le grand bonhomme du côté Nerazzurro est Milan Skriniar, qui a été tout simplement monstrueux. Si l’Inter a payé le prix fort, nos Nerazzurri ont mouillé le maillot tel que demandé par Simone Inzaghi en avant-match, comme Nicolò Barella qui est sorti du terrain marqué. Contrairement aux éditions précédentes, cette première prestation reste convaincante et de bon augure pour l’avenir. La seconde journée aura lieu le 28 septembre avec le déplacement au Shakhtar Donetsk qui s’est fait surprendre par le Sherrif 2-0 Confirmation du Maestro : "Personne n'aurait eu à se plaindre si ce match aurait terminé sur un partage: C’est la partie la plus difficile du groupe, nous l’avons disputé en souffrant : L’Inter a imposé un rythme élevé et elle l’a payée, la partie était équilibrée et l’Inter a commencé à moins bien jouer. Je pense que l’Inter et nous sommes les deux équipes favorites. Nous avons pris l’avantage grâce à cette victoire. Personne ne s’attendait à une victoire du Sheriff Tiraspol face au Shakhtar, ce qui prouve qu’il faut toujours rester attentif." "Nous avons souffert pour ressortir balle au pied, nous avons perdu trop de ballons. La position haute de Brozovic nous a mis en difficulté : Face à une équipe qui a beaucoup de qualité, ce qui est positif, il faut savoir souffrir. Et plus que les qualités, on peut aussi faire très bien en souffrant et en se sacrifiant. Courtois nous a sauvé en première période, mais nous avons tous bien travaillé, surtout défensivement face à un duo très fort comme l’est celui formé par Dzeko-Lautaro". - Carlo Ancelotti Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 0-1 Real Madrid Buteur(s): 89' Rodrygo Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (55' 2 Dumfries), 23 Barella (84' 8 Vecino), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (65' 22 Vidal), 14 Perisic (55' 32 Dimarco); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (65' 19 Correa) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 7 Sanchez, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1: Simone Inzaghi Real Madrid: 1 Courtois; 2 Carvajal, 3 Militao, 6 Nacho, 4 Alaba; 15 Valverde, 14 Casemiro, 10 Modric (80' 25 Camavinga); 17 Vazquez (66' 21 Rodrygo), 9 Benzema, 20 Vinicius Jr (91' 11 Asensio) Banc: 13 Lunin, 40 Fuidias, 5 Vallejo, 7 Hazard, 16 Jovic, 22 Isco, 24 Mariano, 27 Blanco, 35 Gutierrez T1: Carlo Ancelotti Arbitre: Daniel Siebert (Allemagne) Averti(s): Lautaro Martinez (I), Alaba (R) Expulsé(s) : / Affluence : 37.082 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. D'après le Corriere dello Sport du jour, Simone Inzaghi pourrait tenter de titulariser Arturo Vidal demain contre le Real Madrid. Le chilien prendrait la place de Hakan Calhanoglu, qui a débuté les trois dernières rencontres. Auteur de belles entrées depuis le banc, le coach prend cette option au sérieux pour demain. Pour rappel la saison dernière, Vidal était passé à côté de la double confrontation contre les madrilènes, se faisant même expulser lors de la défaite 0-2 à domicile. Dans le même temps Alessandro Bastoni semble trop juste physiquement pour commencer. Après sa bonne prestation dimanche, Federico Dimarco est en pôle pour le remplacer. A noter que Dumfries n'est toujours pas annoncé. Voici la prédiction du Corriere dello Sport sur l'équipe probable : Handanovic ; Skriniar, de Vrij, Dimarco ; Darmian, Barella, Brozovic, Calhanoglu, Perisic ; Dzeko, Lautaro ®gladis32 - internazionale.fr
  18. En effet, le Corriere Della Sera est revenu sur le fiasco entourant l’affiche tant attendue entre le Brésil et l’Argentine, qui a été interrompue, suite à des violations des règles anti-covid. En tout premier lieu, voici les informations retrancrites par l’AFP dans Libération "A peine cinq minutes après le coup d’envoi de Brésil-Argentine à São Paulo, des représentants de l’agence sanitaire brésilienne Anvisa et de la police fédérale sont entrés sur le terrain… et ont mis fin à la rencontre. La raison de leur courroux : la présence sur le terrain de trois des quatre joueurs argentins évoluant en Angleterre, durement touchée par le Covid, et accusés de violer les protocoles anti-Covid. La Fifa a confirmé dans un communiqué que cette rencontre des qualifications pour le Mondial 2022 avait été "suspendue sur décision de l’arbitre", sans préciser si elle sera reportée ou non à une date ultérieure." "Les Argentins ont pourtant tenté de parlementer, mais ils ont fini par regagner le vestiaire, où ils sont restés pendant plus de trois heures, avant de finalement quitter le stade, une heure après la délégation brésilienne. Les joueurs de l’Albiceleste sont ensuite rentrés à Buenos Aires peu après minuit. "Ça fait trois jours qu’on est ici, pourquoi [les agents de l’Anvisa] ne sont-ils pas venus avant ?" avait auparavant demandé sur le terrain Lionel Messi, aux côtés de Neymar et des sélectionneurs des deux équipes, dans une vidéo de la chaîne argentine TyC." "Fausses informations" des joueurs argentins Selon l’agence sanitaire, Giovanni Lo Celso (Tottenham), Emiliano Martinez (Aston Villa), Emiliano Buendia (Aston Villa) et Cristian Romero (Tottenham) auraient omis de signaler qu’ils avaient séjourné au Royaume-Uni lors des quatorze derniers jours précédant leur arrivée. "A aucun moment nous n’avons été informés que (les quatre joueurs) ne pourraient pas jouer le match. Nous voulions jouer, et les Brésiliens aussi", a assuré le sélectionneur argentin Lionel Scaloni. Quelques heures avant le coup d’envoi, l’Anvisa avait pourtant annoncé dans un communiqué avoir recommandé aux autorités locales de l’Etat de São Paulo que les quatre footballeurs soient «placés immédiatement en quarantaine» pour avoir fourni de "fausses informations" dans le formulaire d’entrée au Brésil. Le président de la fédération argentine de football a pour sa part nié tout «mensonge» de la part des joueurs. Le communiqué de l’Anvisa faisait état d’un "risque sanitaire grave», interdisant aux joueurs de «prendre part à toute activité et de demeurer sur le territoire brésilien". Malgré cette décision, trois des quatre joueurs en question (Lo Celso, Martinez et Romero) avaient été alignés dans le onze de l’Albiceleste et avaient commencé le match. Episode lamentable Une ordonnance ministérielle datant du 23 juin interdit l’entrée sur le territoire brésilien à toute personne étrangère venue du Royaume-Uni, d’Inde ou d’Afrique du Sud, pour éviter la propagation de variants du Covid-19. Le Brésil est le deuxième pays au monde le plus endeuillé par le Covid-19, avec plus de 580 000 morts." Place au Corriere Della Sera : "L’Inter a des joueurs sud-américains dans son noyau, et les dernières rencontres internationales se tiendront à quelques heures de la reprise du championnat qui aura lieu ce week-end. En effet, le charter décollera de Buenos Aires après Argentine-Bolivie dans le courant de la nuit italienne allant de jeudi à vendredi, à son bord, on retrouvera 17 joueurs italiens. A 17h, la première escale aura lieu à Madrid, les italiens sont attendu à 20h. "Quelques heures plus tard, ils devraient tous être sur le terrain pour les matchs de championnat, pour autant que leurs entraîneurs décident de les lancer (croisons les doigts). C'est la dernière folie du football à l'heure du Covid : Pour récupérer quelques journées de qualifications pour la Coupe du Monde, la FIFA a placé trois matchs pour chaque équipe nationale dans cette fenêtre internationale et aussi dans la suivante, début octobre." "L'Inter attend quatre Sud-Américains : en plus de Lautaro et Correa, il y a Vidal et Vecino. Les Nerazzurri concernés, pour faire face à la Samp, auront une nuit supplémentaire pour récupérer du décalage horaire." Explications d'un "Marouane Fellaini" Réaction de la FIFA à Reuters La FIFA a déclaré avoir reçu des rapports d'officiels de match: "Les informations seront analysées par les organes disciplinaires compétents et une décision sera prise en temps voulu", a déclaré l'instance dirigeante du football mondial dans un communiqué." La Fédération argentine de football a déclaré que la FIFA avait donné aux deux associations nationales six jours pour exposer leur position. Situation difficile Gianni Infantino, dans une allocution vidéo à l'assemblée générale de l'Association européenne des clubs, a déclaré que la situation rappelait les difficultés rencontrées pendant la pandémie. "Nous avons vu ce qui s'est passé avec le match entre le Brésil et l'Argentine, deux des équipes les plus glorieuses d'Amérique du Sud", a déclaré Infantino. "Certains officiels, la police, les responsables de la sécurité sont entrés sur le terrain après quelques minutes de jeu pour emmener certains joueurs - c'est fou mais nous devons faire face à ces défis, ces problèmes qui viennent s'ajouter à la crise du COVID." Alejandro Martinez, frère d'Emiliano, a déclaré que les joueurs devaient s'envoler d'Argentine vers la Croatie, qui est un pays de la liste verte du Royaume-Uni, plus tard dans la journée de lundi afin d'éviter la quarantaine obligatoire de 10 jours dans un hôtel lors du retour au Royaume-Uni d'un pays de la liste rouge: "Ils se rendront en Croatie pour y faire leur quarantaine, puis iront en Angleterre", a déclaré Alejandro à la station de radio La Oral Deportiva. "C'était la condition fixée par Aston Villa". La Fédération argentine de football (AFA) a déclaré que Martinez et Buendia avaient été libérés de l'équipe nationale, ce qui signifie qu'ils ne prendront pas part au match de qualification de jeudi à domicile contre la Bolivie. L'AFA a ensuite libéré les deux joueurs des Spurs, Lo Celso et Romero, en déclarant qu'"ils ne sont pas concernés par le match contre la Bolivie et peuvent retourner dans leur club". Le site Internet Football.london a déclaré que les deux joueurs des Spurs pourraient recevoir des amendes à leur retour en Angleterre, car ils ont fait le voyage sans l'autorisation de leur club. Villa et Tottenham se sont refusés à tout commentaire. Réactions de Gianni Infantino à Italpress : "Nous avons besoin de la compréhension des clubs : nous savons que nous ne pouvons pas rendre tout le monde heureux - Il est important de protéger à la fois les clubs et les équipes nationales, le football est un tout et nous devons essayer de trouver le bon équilibre. Nous devons faire quelque chose pour protéger la santé des joueurs et pour cela repenser le calendrier international. Nous avons besoin de la bonne volonté de tous, pour nous il n'y a pas de sujets tabous et la porte de la FIFA est toujours ouverte à toute proposition. Pour un football plus fort, nous avons besoin de l'aide de tous. En mars dernier, nous avons reporté les matches de qualification pour la Coupe du monde en Amérique du Sud à un moment crucial de la saison, afin de permettre aux joueurs de se reposer et de rester dans leur club." "Mais ces qualifications doivent être jouées et j'ai demandé à tout le monde, clubs, fédérations et gouvernements, de faire preuve de solidarité, de ne pas faire de discrimination, il s'agit aussi de soulager les pays qui souffrent et ne voient leurs meilleurs joueurs en action que lorsqu'ils sont en équipe nationale. Nous devons protéger la Coupe du monde, les qualifications et trouver le bon compromis, également en vue des fenêtres d'octobre et de novembre, pour surmonter cette situation particulière - a ajouté Infantino - Nous avons besoin de la compréhension des clubs : nous savons que nous ne pouvons pas rendre tout le monde heureux mais nous devons essayer de nous comprendre". Pensez-vous que Simone Inzaghi alignera son armada sud-américaine, après ce fiasco, ce dimanche à 12h30 ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. S'adressant à InterTV après le match, l'Massimo Paganin a d'abord discuté du match, pour ensuite évoqué Joaquim Correa et a enfin parlé du pénalty non sifflé. Avis général. "L'entraîneur et les gars ont bien performé. Le Hellas a joué un bon match en un contre un sur tout le terrain et a évité de jouer. Le pourcentage de passes jouées était très faible, Vérone n'a jamais construit de l'arrière. La seule erreur qui a été commise a mené au but. Ensuite, le Hellas n'a jamais été dangereux." "C'était un pénality à mon avis, je n'ai pas compris pourquoi Manganiello n'est pas allé au VAR." L'impact de Correa dans le match. "Correa a réussi à se faufiler dans les espaces de Vérone qui avait étiré la distance entre les lignes. Beaucoup de tirs de l'Inter sont venus en seconde période. L'équipe a bien réussi à sortir de l'impasse au début de la seconde mi-temps. Correa est arrivé avec le rythme dont nous avions besoin. Vidal est bien venu. L'équipe a su compenser le manque de qualité et a su sortir avec les changements. C'est important de gagner des matchs comme ce soir, surtout quand on vient de remporter le titre." L'importance de gagner des matchs comme celui d'hier. "Leur capacité de concentration est essentielle. C'est les fameux trois points qu'il faut à tout prix ramener à la maison. La différence doit être faite par ceux qui entrent en jeu et peuvent déterminer le résultat. De l'extérieur, vous voyez ce que vous pouvez faire. A partir de là, les choses ont changé. Tous ceux qui sont entrés ont changé la physionomie du jeu. Ceux qui sont restés savent ce qu'ils doivent faire et comment ils doivent le faire." Sur Matteo Darmian, Arturo Vidal et Matias Vecino. "Darmian a fait un excellent match en termes de concentration, ainsi qu'une passe décisive. Vidal a gagné dans toutes les équipes dans lesquelles il a été. Il sait qu'il a un rôle important dans les équipes. Maintenant, il veut montrer qu'il est un joueur différent, cela fait partie du tempérament d'un joueur. Il n'est pas pour tout le monde. Vous devez attendre Vidal. Aujourd'hui, il a changé la direction que prenait le jeu, Vecino a également très bien fait." Pas pénalty sur Lautaro Martinez? "Je pensais que c'était un penalty clair, même quand je l'ai vu à la télévision. L'adversaire n'a pas du tout touché le ballon. Il a même risqué de faire une entorse à Lautaro. Lautaro était sur le point de tirer. Il y a la VAR, Manganiello aurait dû aller voir l'action. S'il s'était terminé 1-1, nous serions en train de discuter du penalty. Au cours de la saison dernière, j'ai vu des penalties sifflés qui sont moins clairs que celui-ci. Cela m'a semblé vraiment étrange qu'il ne soit pas allé le regarder sur VAR." Concernant le penalty non sifflé, le journaliste italien Maurizio Pistocchi pense clairement qu'il aurait dû être accordé. Voici ce qu'il a tweeté: "Je me demande toujours ce que signifie la phrase 'Pour le protocole, la VAR ne peut pas intervenir car l'action est contrôlée par Manganiello'. Mal contrôlée, étant donné que la faute de Hongla sur Lautaro (58′) est claire, et que la VAR devrait servir à éviter une erreur évidente." Question légitime ... mais ne sombrons pas dans le complotisme
  20. Après sa victoire 1-3 contre le Hellas, notre entraîneur Simone Inzaghi s'est exprimé sur Sky Sport Italia, DAZN et Inter TV. Interview accordée à Sky Sport Italia "Nous avons souffert pour la victoire. Nous l'avions bien commencé, puis nous avons encaissé le but et dans la dernière demi-heure nous n'avons pas fait grand-chose pour reprendre l'avantage. Vérone a réalisé une excellente première mi-temps." "En seconde période, nous nous sommes réorganisés, nous avons réussi à trouver un équilibre et les remplacements nous ont donné quelque chose de plus. C'est une victoire importante, pendant la semaine j'ai dit que ce ne serait pas facile. L'Inter a gagné contre le Hellas, mais nous avons souffert. En effet, on nous a fait souffrir et nous avons remporté une victoire importante. Nous savions que Vérone viendrait en un contre un. Ivan Ilic était bon en pression, la passe de Samir Handanovic devait être meilleur et Brozo pouvait faire mieux aussi." "Nous n'étions pas très mobiles et nous avons fait les mauvais choix, les deux mezzale ont un peu bouché le terrain." Interview accordée à DAZN "Je pense que l'équipe a eu une bonne approche dans le premier quart d'heure. Ensuite, nous avons concédé le but et nous avons subi un coup dur, nous avons fait une erreur sur quelques choix." "Vous ne devez pas toujours simplement regarder les problèmes avec notre équipe, mais aussi féliciter le Hellas qui a joué à un rythme effréné en première mi-temps. J'ai dit à l'équipe que cette équipe diminuerait son intensité parce qu'il ne pouvait pas suivre ce rythme." Sur Joaquin Correa. "Je suis content pour Tucu car, à mon avis, c'est un joueur qui n'a pas encore montré son plein potentiel. Il a tout, il a la technique, la vitesse, le tir, la puissance. Je suis heureux et il est normal qu'il apprécie ce doublé à ses débuts. C'est un joueur important qui nous donne beaucoup." L'équipe plus forte ou plus faible que la saison dernière? "Malheureusement, je n'ai pas vu Hakimi s'entraîner, nous savons quel joueur il est. J'ai entraîné Lukaku pendant une semaine et c'est un joueur dévastateur à plein régime. Le club s'est très bien comporté. En quelques jours, ils m'ont mis à disposition Dzeko, puis Dumfries et Correa. Le club a été clair et m'a dit qu'il fallait avant tout sécuriser l'Inter financièrement. J'ai trouvé de grands joueurs à ma disposition et j'ai compris pourquoi ils ont accompli tant de choses l'année dernière." "Pour un entraîneur, ce qui s'est passé avec le Genoa et ce qui s'est passé aujourd'hui est le meilleur." "Si les joueurs peuvent comprendre que celui qui est venu est celui qui joue, alors tout ira bien. Vidal, Dimarco, Correa, Sensi sont tous entrés sur le banc et ils ont très bien fait. Brozovic a eu un petit problème, il a eu une mauvaise entorse. Vidal a été formidable aujourd'hui." Sur le départ de Cristiano Ronaldo. "Je suis désolé parce que Lukaku et Cristiano Ronaldo laissent un vide dans notre ligue. Nous espérons que d'autres champions arriveront, ce qui reste, c'est la compétitivité qu'il faut pour gagner des matchs." À propos du duo Edin Dzeko et Lautaro Martinez. "Ils ont bien fait, aujourd'hui n'a pas été facile contre la défense du Hellas. Lautaro est revenu d'Argentine et a fait quatre séances d'entraînement avant d'avoir un petit problème. Edin a marqué le but, et n'oublions pas qu'il manque également Sanchez, qui est un joueur important et égal aux trois autres." Interview accordée à InterTV "Je pense que nous avions bien abordé le match dans le premier quart d'heure, puis nous avons concédé ce but et pendant le reste de la mi-temps nous aurions pu faire mieux, mais parfois il est juste de donner crédit à l'adversaire. Le Hellas a joué un excellent match, c'est une équipe organisée et ça va donner du fil à retordre à tout le monde." "Félicitations à toute l'équipe! À Tucu, à Lautaro qui avait eu un problème de blessure qui l'avait ralenti. Tout le monde était bon, alors il était clair que pour Tucu, un début avec deux buts en 10 minutes, c'était une soirée magnifique, pour lui et pour tous les fans qui nous ont encouragés pendant toutes les 90 minutes, et il est juste de dédier la victoire à eux." "Seuls deux matchs ont été joués. Nous savions que le Hellas pouvait nous créer des problèmes et ils les ont créés surtout dans la seconde moitié de la première mi-temps. Nous nous sommes bien organisés et avons joué une excellente deuxième mi-temps." "Nous aurons quinze jours pour travailler, malheureusement j'aurai peu de joueurs mais nous ferons de notre mieux avec les joueurs qui resteront à Pinetina. Malheureusement, le calendrier a indiqué que les deuxième et troisième matches seront à l'extérieur et nous nous préparerons bien pour la Sampdoria."
  21. Une foule à capacité limitée au Meazza était ravie de revoir leurs héros bleus et noirs de près et a pleinement apprécié une excellente performance. Voici ce que nous avons appris de l'excellent départ de l'Inter. La touche de Simone Inzaghi semble prometteuse Ce n'est peut-être qu'un match dans la saison mais c'était très encourageant de voir la touche exposée. Un excellent jeu de liaison entre les nouvelles recrues Hakan Calhanoglu et Edin Dzeko était évident, tandis que le côté défensif était solide comme le roc. L'équipe de la Lazio d'Inzaghi au cours des cinq dernières années a fourni à la Serie A un mélange passionnant de football, quelque chose que l'ancien attaquant de Piacenza essaie clairement de mettre en œuvre à l'Inter. Avec un autre attaquant ajouté, l'Inter pourrait être très agréable à regarder ce trimestre. Hakan Calhanoglu très impressionnant Lorsque l'Inter a récupéré le milieu de terrain turc Hakan Calhanoglu de son rival quelques sourcils se sont levés. Clairement un joueur avec des capacités et du potentiel mais aussi un homme qui a du mal avec la cohérence, ce qui a amené un certain nombre de ses détracteurs à se demander pourquoi l'Inter l'a signé. Cependant, à ses débuts, l'Inter a vu les promesses de Calhanoglu et ce qu'il pourrait lui apporter. Ramassant le ballon en profondeur, jouant dans l'intérieur et autour du numéro 9, d'excellents coups de pied arrêtés et également une finition de loin fracassante, Calhanoglu a séduit ses nouveaux supporters. Lors de son interview d'après-match, une petite touche sournoise sur le fait de jouer avec de meilleurs joueurs ne lui fera pas de mal non plus pour se faire aimer des fans. Un bon début pour Calhanoglu, la régularité est la prochaine étape. Arturo Vidal sorti de nulle part Le très décrié Arturo Vidal a réalisé une excellente performance en tant que remplaçant, marquant et faisant un assist pour Edin Dzeko. Tout l'été, il a semblé que le vétéran chilien quitterait le club avec des rumeurs avec des clubs brésiliens et des équipes de MLS. Donc, quand il a été dans la liste de l'équipe Vendredi, cela a été un peu un choc. L'année dernière, il a lutté pour revenir en forme et a été fortement critiqué pour s'être fait expulser contre le Real Madrid lors d'un affrontement crucial en Ligue des champions. Il semblait que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne soit écarté et que l'Inter réduise ses pertes avec lui. Cependant, ce Samedi pourrait prouver qu'il a encore quelque chose dans le réservoir. Un joueur de son calibre a estimé qu'il n'a été approuvé à sa juste valeur depuis son arrivée, peut-être qu'il pourrait s'avérer être une bonne option de rotation ce trimestre. Edin Dzeko la vraie affaire Cela ne semblait être qu'une question de temps avant que le grand bosniaque ne se retrouve sous un maillot de l'Inter après des années de liens tenus avec le club. À ses débuts, il n'a pas déçu en ouvrant son compteur de buts et en récoltant une passe décisive pour la frappe de loin de Calhanoglu. Malgré ses 35 ans, son mouvement et sa capacité à mener la ligne et à fournir un point focal pour l'équipe étaient excellents et sont très prometteurs. Une signature, a priori décevante, pourrait s'avérer utile pour l'Inter au fil de la saison. La frontière entre l'expérience et le dépassement est mince, mais les preuves apportées par Dzeko hier sont prometteuses. Chapeau à l'équipe, l'entraîneur et aux joueurs pour un bon départ Sur le papier, le Genoa à domicile est une belle ouverture. Cependant, cela en fait une peau de banane potentielle, en particulier pour un club instable en proie à des soucis financiers et à la perte de joueurs clés. Cependant, l'exécution de l'Inter a mis tous les soucis hors du terrain en veilleuse et a donné aux fans une formidable démonstration qu'ils attendaient depuis près de deux ans pour voir ça en chair et en os. Une nouvelle marque passionnante de football fluide a été jouée et il y avait des signes prometteurs de nouvelles recrues ainsi que des visages anciens. Le mérite revient aux joueurs d'avoir remonté leurs chaussettes et d'avoir adopté les méthodes de l'entraîneur qui a excellemment dirigé l'équipe au milieu de toutes ces incertitudes. Ce n'est peut-être que le premier match, mais il y a certainement des signes d'espoir et de promesse que l'Inter peut être digne de tenter de défier en haut du tableau. Source: "Five Things We Learned From Inter This Week: “Edin Dzeko Looks The Real Deal", sempreinter.com
  22. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: Alors que l’Inter avait accordé un week-end de liberté aux joueurs, pour qu'ils puissent se ressourcer en Famille, cinq d'entre-eux ont décidé de continuer à travailler à la Pinetina afin d’améliorer leur condition physique et d’accélérer leur retour avec le groupe de l’équipe première : Il s’agit de Romelu Lukaku, Ivan Perisic, Matias Vecino, Arturo Vidal et Alexis Sanchez, des joueurs qui ont participé respectivement à l’Euro 2020 et à la Copa America 2021. Simone Inzaghi a déjà testé Romelu Lukaku et Arturo Vidal lors de la seconde période de la rencontre face à Crotone. Ce dimanche, Simone Inzaghi souhaite augmenter le temps de jeu du Diable Rouge. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Le milieu de terrain chilien s'est entretenu avec Inter TV après avoir fait son rapport pour l'entraînement de pré-saison cette semaine Arturo Vidal a exprimé son désir de retrouver sa meilleure forme ce trimestre après avoir raté la fin de saison en raison d'une blessure. Le milieu de terrain qui est revenu à Appiano Gentile cette semaine après sa Copa America avec le Chili a également partagé ses réflexions sur l'entraînement de pré-saison et la campagne à venir à Inter TV. "J'ai hâte de recommencer à jouer. J'ai raté les derniers mois de l'année dernière et je veux revenir à mon meilleur niveau maintenant et montrer à tout le monde le vrai Vidal. Je sais que je peux le faire dans cette équipe. Je m'entends très bien avec tout le monde et nous nous faisons tous confiance." "Je suis heureux de revenir ici après les vacances. Nous avons fait un bon parcours en Copa America et j'ai évidemment parlé à Lautaro Martinez et je l'ai félicité après la victoire de l'Argentine. Il a fait un superbe tournoi et cela fera beaucoup pour sa carrière." "Je dois connaître Inzaghi. C'est un super coach qui fait du bien. C'était agréable de revoir mes coéquipiers. Nous nous entraînons bien et dur parce que nous voulons bien faire à la fois en Italie et en Ligue des champions cette année. Nous devons défendre le titre et aller aussi loin que possible en Europe." Concernant son avenir, selon le très sérieux Calciomercato.com, le club espère le vendre cet été avec le montant des salaires dus sur l'année restante de son contrat. Vidal est arrivé l'été dernier de Barcelone mais des problèmes de forme physique l'ont empêché d'avoir un impact chezles Nerazzurri vers la seconde moitié de la saison dernière. Il ne serait pas dans les plans du nouvel entraîneur-chef Simone Inzaghi. Plusieurs clubs sont intéressés par la signature du joueur de 34 ans pour la saison prochaine, notamment Boca Juniors, Flamengo et des clubs de la MLS, mais même sans frais de transfert, il est peu probable qu'un club intéressé puisse accepter son salaire. En conséquence, les Nerazzurri doivent offrir à Vidal une indemnité de départ pour couvrir une partie du salaire restant sur la dernière année de son contrat afin de le décharger cet été.
  24. Il était attendu et il n’a pas déçu : Parmi les protagonistes de cet important succès de l’Inter face à Crotone, lors de cette troisième sortie amicale des Nerazzurri, on retrouve Hakan Çalhanoğlu. Le numéro 20 sur le dos, l’ancien du Milan a été aligné par Inzaghi dans le rôle de Mezzala gauche au milieu du terrain. Un poste tactique qui semble bien correspondre aux caractéristiques du turc, étant donné qu’il a été l’auteur de deux passes décisives : Son corner a atterri sur la tête de Satriano, tandis que sa balle en profondeur a été très bien exploitée par Federico Dimarco. Hakan inscrira également le troisième but au marquoir, une prestation de très haut niveau, le tout en l’espace de 45 minutes de jeu! Simone Inzaghi décide de faire tourner à la reprise en faisant monter Romelu Lukaku, Stefano Sensi et Andrea Ranocchia en lieu et place de Satriano, Nainggolan et Kolarov. Le marquoir s’alourdira via Pinamonti qui avait touché du bois en première mi-temps. Stefano Sensi, qui se doit d’oublier son épouse de temps en temps, est également parvenu à aggraver le score. Çalhanoğlu se verra préserver par Inzaghi, lui qui sera remplacé à l’heure de jeu par Arturo Vidal. Le dernier but Nerazzurro portera la signature de Marcelo Brozovic, idéalement servi par Romelu Lukaku. Pour son premier match de reprise, si Romelu n’a pas débloquer son compteur but, celui-ci a confirmé qu’il restait un homme d’équipe L’Interview de Simone L’entraîneur de l’Inter s’est livré à Sky Sport au terme de la victoire 6-0 des Nerazzurri face à Crotone : “Je suis très satisfait, car nous avons disputé une excellente partie et nous avons réalisé un stage de plus de trois semaine de la meilleure des façons. Je suis dérangé par les pépins qu’ont connu D'Ambrosio et Gagliardini. Je suis très satisfait par ce qu’ont réalisé les garçons en 23 jours, et avec une excellente manière." L’idée de jeu ? Je pense qu’il nous manque encore des personnalités : Vecino et Perisic sont rentrés aujourd’hui et ont commencé à travailler. Lundi, Barella, Bastoni et Lautaro seront de retour, nous allons tous commencer à travailler tous ensemble et ce sera quelque chose de beau!" Çalhanoğlu Mezzala? "Nous l’avons recruté pour cette raison: Il a très bien travaillé avec ses équipiers et aujourd’hui il a vraiment été très bon, comme toute l’équipe : Nous venons d’affronter une équipe qui vient d’être reléguée de la Serie A et qui était très agressive." Satriano ? "C’est un garçon intéressant qui se donne chaque jour, il y a de l’entrainement derrière tout ça. Aujourd’hui, il était fatigué en fin de première mi-temps et je l’ai remplacé. Tout le mérite de son temps de jeu revient par ce qu'il propose à l'origine à l'entrainement. Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 6-0 Crotone Buteur(s): 10' Satriano, 22' Dimarco, 27' Çalhanoğlu, 56' Pinamonti, 58' Sensi, 65' Brozovic INTER (3-5-2) : Handanovic (Cordaz 72') ; Skriniar (Sottini 78'), De Vrij (Moretti 72'), Kolarov (Ranocchia 46') ; Darmian (Carboni 75'), Nainggolan (Sensi 46'), 77 Brozovic (Agoumé 72'), Calhanoglu (Vidal 59'), Dimarco (Zanotti 75') ; Satriano (Lukaku 46'), Pinamonti (Salcedo 72') Banc: Radu, Nunziatini T1: Simone Inzaghi. CROTONE (3-4-2-1) : Festa (Saro 46') ; Nedelcearu, Marrone, Mondonico ; Rispoli (Bruzzaniti 46'), Zanellato ( Juwara 57'), Vulic, Molina; Borello (Giannotti 46'), Rojas (Mulattieri 57'); Kargbo. Banc: D’Aprile, Tutyskinas, Zak, Ranieri, Yakubiv, Petriccione, Nanni, Mulattieri T1: Francesco Modesto ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. En effet, selon Calciomercato.com, la situation actuelle est telle, que l’ancien joueur de Florence, serait un joueur dont il n’est pas possible de se passer..... "L’Uruguayen a été accosté par le Napoli, qui pour l’heure n’a pas encore contacté l’Inter, car pour en extirper le joueur, il faudra présenter une offre convaincante. En effet, le club milanais n’a aucune intention de se priver du joueur né en 1991, lui qui est considéré comme un pion important au sein du dispositif tactique de Simone Inzaghi, surtout qu’il est le seul à proposer un profil unique au sein du noyau." Si Vecino est destiné à rester, un autre milieu de terrain s'est vu présenté la porte de sortie : Arturo Vidal qui propose un salaire bien trop élevé pour les caisses du club : 6,5 millions d’euros "Vecino est intouchable sur le terrain, mais aussi pour ce que propose le mercato actuel : L’Inter cherche à trouver une solution pour Arturo Vidal qui, comme Joao Mario, pourrait quitter le club sur base d’un accord à l’amiable. Le Chilien est d’ailleurs celui qui est classé numéro Un pour quitter l’Inter." " De plus, Marotta et Ausilio savent que céder Vecino reviendrait à devoir intervenir sur un Mercato où il ne leur est pas possible de faire de dépensse : Soit trois problèmes qui se résolvent par une seule solution: Non si tocca a Vecino" ®Antony Gilles – Internazionale.fr