Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'bayern munich'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. A la veille de la réception d’un fringant Fc Barcelone, Simone Inzaghi s’est livré à la traditionnelle conférence d’avant-match à Appiano Gentile, si le sort s’acharne contre lui, celui-ci tente de maintenir le cap en compagnie de Matteo Darmian, dont l’interview sera très rapidement disponible Comment vont les blessés ? Et comment va Lautaro, pourrai-t’il jouer demain ? "Lautaro, ce matin, a fait un examen dans lequel rien n’a été mis en évidence, il a terminé le match fatigué, aujourd’hui il va faire un entraînement partiel. Je dois encore parler aux médecins, nous verrons sa condition. Brozovic et Lukaku seront absent, et je dois encore évaluer Gagliardini et Lautaro." Comment sortir de la période actuelle ? "Hier, ceux qui n’ont pas joué ont réalisé un entrainement intensif, et aujourd’hui j’analyserai la rencontre face à la Roma, ensuite nous traversons une période difficile en ce qui concerne les résultats. Samedi, nous avons fait un bon match, mais nous avons pris deux buts, mais de ce que j’ai vu sur le terrain, nous aurions mérité autre chose, nous devons faire plus." Comment rallumer cette étincelle ? "La saison se change avec les victoires et les résultats, demain représente une grande opportunité, nous allons faire face à l’une des meilleurs équipes d’Europe : Elle s’est inclinée à Munich mais a des qualités très importantes, nous devrons réaliser un match fait de courses et de détermination. Après Barcelone, il y aura aussi beaucoup de rencontres: J’évaluerai Lautaro, Correa va bien." "Nous aurons onze matches, un tous les trois jours, à disputer. J’espère que je pourrai avoir l’équipe au complet: Nous avons quelques problèmes, Brozovic et Lukaku ne seront pas là avant un certain temps mais nous avons d’autres joueurs sur lesquels nous reposer." Faut-il trouver une stimulation pour le match de demain ? "Barcelone est une équipe extrêmement forte, complète, avec Manchester City et le Bayern, ils proposent le meilleur football d’Europe : Nous connaissons l’importance de la rencontre, le groupe est ouvert, mais nous sommes dans l’un des plus difficile, et nous le disputerons avec toutes nos forces." Onana jouera-t’il demain dans les buts ? Comment seront prises les décisions pour les prochains matchs ? "Onana jouera demain, mais j’évalue la situation match après match." Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus ? "Barcelone est une équipe complète, agressive qui récupère le ballon haut, c’est une équipe qui sait tout faire et qui s’est rangée derrière un grand attaquant. Je pense d’ailleurs que c’est l’équipe qui récupère le ballon le plus haut sur le terrain en Europe et cette année, ils ont aussi Lewandowski qui est un grand joueur." Pensez-vous que Barcelone est favori ? Quelles sont vos points forts ? "Nous avons déjà payé le prix face au Bayern, et même si nous avions réalisé une bonne prestation, nous avons perdu car nous étions sortis du match lors des moments clés, nous aurions dû profiter au mieux des opportunités, nous savons que demain nous ferons face à une rencontre composée de souffrances, nous devrons parvenir à les limiter et à les frapper au bon moment." Asslani est-il prêt pour jouer deux matchs de suite ? Est-ce normal d’en attendre bien plus de Skirniar ? "Je crois que l’on attend bien plus de tout le monde, c’est une période très compliquée : Asllani a fait un bon match, nous verrons sa condition physique demain et je déciderai du onze de base, mais il est prêt pour jouer aussi demain." Est-ce vous qui avait pris la décision sur Dybala ? "Ce n’est pas toujours moi qui décide : il a fallu faire un choix entre Paulo Dybala et Romelu Lukaku, et c’était un choix partagé : il y a une propriété et nous allons tous dans la même direction depuis un an et demi, nous échangeons quotidiennement : Nous les entraineurs, nous dépendons toujours des résultats et c’est normal que l’entraineur, dans une telle période soit le premier à être mis en discussion, c’est le football." Est-ce que Francesco Acerbi sera confirmé demain ? "Il s’est bien intégré, c’est un joueur de qualité, mais je ne laisse pas De Vrij à l’écart, lui qui a bien joué ces dernières années. Samedi, j’ai fait mon choix, et demain, il a de grandes chances de jouer dès l’entame du match." Comment expliquez-vous la peur découlant des buts encaissés... "C’est le moment : Si je me remémore la rencontre face à la Roma, je n’ai rien à redire en termes de course, d’impact physique et de kilomètres parcourus : Samedi, nous étions face à 70.000 tifosi dans le stade qui nous ont soutenu, mais ce dont souffre le plus l’équipe, c’est le manque de point. Nous ne pouvons, comme en témoigne le second but samedi, connaitre des trous d’air, nous ne le faisions jamais auparavant, mais en ce moment, ça se passe comme ça, nous nous devons de travailler plus et mieux." "Samedi, les garçons ont tout donné sur le terrain, mais ils n’ont pas été récompensé par le résultat." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est une information relayée par Numero-Diez qui cite Calcio&Finanza : Renvoyer Simone Inzaghi en ce mois d’octobre serait, en effet, intéressant financièrement parlant, même si son départ pèserait sur les Finances du club. "C’est une véritable tempête à la Casa Inter : Les Nerazzurri, après avoir perdu le Scudetto face au Cousin du Milan, ont débuté la saison au ralenti : En effet, lors de cette dernière journée de Serie A est tombée la 4ème défaite de la saison, ayant en conséquence des indiscrétions sur un possible renvoi de Simone Inzaghi. Les Nerazzurri, actuellement 9ème en Championnat, ont perdu face à la Lazio, au Milan Ac, à l’Udinese, au Bayern de Munich et la Roma, et demain, ils feront face au Fc Barcelone." L’Analyse de Calcio&Finzanza "Simone Inzaghi, après un excellent parcours à la Lazio, est arrivé à Milan en remplacement d’Antonio Conte : L’actuel entraineur de Tottenham avait quitté l’Inter en remportant le Scudetto et en mettant un terme à l’hégémonie de la Juventus. Le remplacer n’était donc loin d’être une tâche facile, mais Simone Inzaghi avait rejoint le club en paraphant un contrat le liant jusqu’au 30 juin 2022 pour un salaire net de 4,5 millions d’euros, soit 8,3 millions d’euros brut par saison." "Après les victoires en Coupe d’Italie et en Super Coupe d’Italie de la saison écoulée, son contrat a été prolongé jusqu’au 30 juin 2024 et revalorisé à 5,5 millions d’euros, soit 10,1 millions d’euros brut par saison. Actuellement et après 3 mois déjà d’un championnat qui le dérouille, Inzaghi doit encore percevoir 9,6 millions d’euros nets." "Cette somme est répartie de la sorte : 4,1 millions d’euros pour le reste de cette saison et 5,5 millions d’euros pour la prochaine saison, soit une valeur brute de 18 millions d’euros. Ces 18 millions d’euros représente la somme globale que l’Inter se devrait de verser à l’entraineur, sauf en cas d’une prime de reconnaissance. Cette dernière acterait une rupture de contrat pour une somme déterminée entre le Club et l’entraineur." Octobre Rouge "Mais un éventuel renvoi de Simone Inzaghi devrait impérativement arriver avant l’approbation définitive des comptes de la part de l’Assemblée Générale des actionnaires. En effet, ces derniers jours, le Conseil d’Administration de l’Inter a approuvé les comptes financiers qui présentent un solde négatif de 140 millions d’euros pour la saison 2021-2022. Toutefois, l’aval définitif n’arrivera qu’à la fin du mois d’octobre, lorsque l’Assemblée des actionnaire actera le tout par un OK définitif." "Renvoyer immédiatement Simone Inzaghi est une hypothèse plus qu'envisageable : "L’Inter, tout comme la Roma, ont fini dans la ligne de mire de l’UEFA pour avoir violé le Fair-Play-Financier, et l’Inter sera obligée, lors du prochain triennal (saison 2023/2024 => saison 2025/2026) de ne pas enregistrer de perte supérieure à 60 millions d’euros. Un renvoi de Simone Inzaghi immédiatement permettrait à l’Inter d’insérer ce dernier dans les comptes d’une saison qui ne sera pas sous examen de l’UEFA et de son Fair-Play-Financier." Quand les Planètes s’alignent contre Toi, Simone… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En deux jours, deux joueurs interistes ont tiré leur révérence. Raffaele Caruso de FcInterNews a écrit une lettre ouverte à Goran Pandev et Andrea Ranocchia. Voici la traduction. Quelques heures plus tard Goran Pandev, puis Andrea Ranocchia ont annoncé jeudi leurs adieux du football sur les réseaux sociaux. Un double "salut" qui a ravi tous les fans de ce sport, en particulier les fans de l'Inter. Parce qu'il n'est pas nécessaire de marquer 500 buts pour rester dans l'histoire d'un club aussi prestigieux que les Nerazzurri. Humilité, professionnalisme et amour du maillot sont les trois valeurs qui vous rendent éternel et vous permettent de gagner le respect et l'admiration de vos fans. Pandev est un produit de la cantera Nerazzurri. Après avoir vécu plusieurs expériences en Italie, dont la plus illustre à la Lazio, il revient à l'Inter dans la saison des saisons, celle du Triplete. Et il a été un grand protagoniste malgré son arrivée cette saison en Janvier. Goran a été immédiatement utilisé par Mourinho, notamment grâce à l'absence de Samuel Eto'o en Coupe d'Afrique des Nations. Et le Macédonien a tout de suite répondu présent : le 6 Janvier, il fait ses débuts en championnat face au Chievo et est immédiatement décisif, il inscrit son premier but sous le maillot de l'Inter, quelques jours plus tard face à Bari ouvrant le chemin du retour de 2-0 à 2-2 et a répliqué le 24 Janvier dans le derby contre Milan avec un coup franc, marquant le deuxième but. Tout le monde n'a pas ce truc. Il faut avoir la classe pour pouvoir le faire, mais surtout l'humilité pour s'intégrer dans un groupe avec autant de champions. Mourinho se classe lui aussi en finale de la Ligue des champions contre le Bayern Munich, il sera l'un des protagonistes de la course finale vers le Triplete. Et comment oublier le but du 2-3 marqué quelques mois plus tard contre les Bavarois, toujours en Ligue des champions, lors du match retour des huitièmes de finale : il le définira lui-même comme le but le plus important de sa carrière. Comment oublier cette exultation. Et ce jour-là, Andrea Ranocchia était également sur le terrain, dans l'un des matchs les plus emblématiques de son histoire de plus de 10 ans avec le maillot Nerazzurri. L'arrêt sur la ligne de but, avec un poteau. Ses débuts à l'Inter rappellent beaucoup ceux de Pandev. Arrivé à l'Inter lors de la saison en cours à l'hiver 2010-2011, il s'est d'emblée imposé parmi les titulaires aux yeux de l'entraîneur Leonardo , remportant alors son premier titre en fin de saison, la Coppa Italia, remportée contre Palerme. Confirmé plus tard par les entraîneurs suivants, dans la première moitié des années 2010, Ranocchia fait partie des rares jalons de l'équipe interiste : lors de la pré-saison 2014-2015, l'investiture en tant qu'héritier de Zanetti en tant que nouveau capitaine de l'Inter, semble être le prélude à une belle histoire. De manière inattendue, cependant, sa carrière prend une tournure inverse : Andrea ne parvient pas à s'imposer comme le leader du groupe des Nerazzurri et se fait retirer le brassard au profit d'Icardi. Il est ainsi devenu l'un des plus critiqués et ciblés par le public Nerazzurri. Mais jamais un mot déplacé, jamais une interview provocatrice. Ranocchia continue de travailler en silence, s'investissant toujours dans l'entraînement. Pour se retrouver il décide aussi de changer d'air, tentant d'abord l'expérience du prêt à la Sampdoria puis à Hull City. Le premier tournant est intervenu en 2017 avec l'arrivée sur le banc de l'Inter de Luciano Spalletti. La vidéo dans laquelle il défend Ranocchia en retraite des critiques d'un fan des Nerazzurri, elle certifie immédiatement l'importance et la gratitude de l'entraîneur Certaldo envers lui. Ce n'est pas un titulaire, mais il redevient un élément très important pour les rotations en défense et surtout un homme du vestiaire. Un double rôle qui devient encore plus évident avec l'arrivée de Conte à Milan, l'entraîneur qui l'avait lancé au début de sa carrière dans les expériences d'Arezzo et de Bari. Et grâce à lui, Ranocchia remporte son premier Scudetto avec l'Inter après 10 ans. Un championnat qui est venu après tant de chutes, tant de sacrifices, tant de larmes, qui témoigne pourtant de la grandeur d'un vrai homme et joueur, d'un professionnel exemplaire et d'un joueur de l'Inter comme peu d'autres. Nous ne pouvons que remercier Goran Pandev et Andrea Ranocchia. Merci de faire partie de notre histoire et de comprendre l'importance de cet maillot. Pour l'avoir honoré. Merci les gars, ce fut un honneur et un beau voyage. Traduction alex_j via FCInterNews.
  4. Simone Inzaghi est venu en conférence de presse à l'issue du match remporté par les Nerazzurri face au Viktoria Plzen. Voici ses déclarations à TMW. Votre impression. "Nous sommes heureux, car nous savions que l'adversaire ne serait pas à sous-estimer. Nous connaissons le parcours des clubs italiens à Plzen (aucun n'a gagné, ndlr). Les garçons étaient bons, ils sont restés concentrés et je les ai complimentés dans le vestiaire." Le groupe au complet ? "Nous savions que c'était un calendrier compliqué, avec tant de matchs, c'est le troisième en six jours, l'équipe grandit même au niveau individuel. J'ai besoin de tout le monde, tous ceux qui sont disponibles, nous sommes vingt joueurs de champ plus trois gardiens. Maintenant, il nous manque Lukaku, nous serons tous avec lui." Quelle Inter trouves-tu dans ces matchs ? "Compacte, ordonnée, une équipe qui sait ce qu'elle veut. Nous avons eu des moments difficiles mais nous avons été bons pour encaisser peu et rester sur la bonne voie." Avec un Dzeko comme ça, Lukaku peut récupérer sereinement. "Edin a été bon, comme tous ses coéquipiers, j'ai besoin de tout le monde en défense, au milieu de terrain et en attaque. Après la pause internationale, Lukaku reviendra et de temps en temps je choisirai le couple d'attaquants qui entrera sur le terrain." Maintenant qu'Acerbi est là, combien va-t-il gagner dans les rotations défensives ? "Il était très bon, c'était ses débuts, ce n'était pas facile, c'est un joueur que je connais et qui va pouvoir nous aider. L'important c'est que tous les garçons sachent qu'il y a de la compétition entre eux. Je l'ai fait comprendre dans ces huit matchs que j'ai besoin de tout le monde, qu'il y aura des rotations et que tout le monde sera impliqué. En jouant tellement, je dois utiliser tous les joueurs. À Udine, ce sera le quatrième match en dix jours, dans peu de temps je devrai voir quelle sera la meilleure formation pour ce match." Comment voyez-vous le parcours de l'Inter en Ligue des champions maintenant ? Qu'attendez-vous ce soir entre le Bayern et Barcelone ? "Entre le Bayern et le Barça, ce sera un grand match, entre les deux meilleures équipes du monde en ce moment. On sait qu'on va les affronter. Aujourd'hui l'objectif était de ramener les trois points. On a facilité un match qui n'était pas simple, aucun club italien n'avait gagné ici à Plzen. C'est une victoire bien méritée, voulue par les garçons, je suis content." Que pensez-vous de l'expulsion de Bucha ? "Il est clair que l'expulsion nous a donné un avantage mais je pense que jusqu'à ce moment-là, l'Inter contrôlait le match, le seul inconvénient jusqu'à ce moment-là était d'être seulement à 1-0, sans avoir marqué le deuxième but." Vient maintenant le match à l'extérieur à Udine ... "Dimanche, nous aurons un adversaire précieux, dans un excellent moment et avec d'excellents joueurs. Nous essaierons de nous préparer du mieux que nous pourrons." Traduction alex_j via FCInter1908.
  5. Ivan Zamorano s'est exprimé sur Supertele, une émission DAZN. Il a évoqué plusieurs choses. Le début en Serie A. "Nous pensions tous que nous commencerions mieux, mais c'est l'Inter : il est difficile de trouver la bonne condition pour le fan." Le Scudetto perdu. "Oui, l'année dernière, nous avons perdu le championnat, Milan ne l'a pas gagné." Niveau mental. "Les deux Les défaites contre Milan et le Bayern ont eu un impact sur l'équipe, nous espérons continuer à gagner pour faire un bon championnat." Ronaldo. "Ronaldo était numéro un, c'est le meilleur attaquant qui ait jamais été sur un terrain de football." Le maillot 1+8 ? "Il n'y avait pas de problème car le 9 avait le meilleur du monde (Ronaldo, ndlr). Quand c'est le cas, il faut faire preuve d'humilité : j'ai demandé de faire 1 + 8 et Moratti a dit oui." Handanovic-Onana? "Inzaghi doit gérer ça, on ne sait pas ce qui se passe pendant la semaine : pour moi le gardien est le plus important sur le terrain et il a besoin de continuité. Changer souvent enlève aussi la sécurité de l'équipe." La polémique sur le but de Milik annulé dimanche soir. "Quand cela arrivait dans mon temps on parlait de faire justice hein..." L'histoire du maillot 1+8 A son arrivée en 1996 en provenance du Real, Zamorano opte pour le numéro 9. A l'été 1997, un phénomène arrive à l'Inter du Barça, Il Fenomeno, Ronaldo ou R9. Le brésilien arrive mais son numéro fétiche, le numéro qui lui colle à la peau, est sur le dos de Zamorano. Pour sa première saison au club, le génie brésilien choisira le numéro 10 et laissera le 9 à Zamorano. Mais Nike insiste pour que R10 redevienne R9. Zamorano, en grand seigneur et avec grande humilité, lui cèdera. Pas d'échange ? Non car Roberto Baggio a débarqué entre temps et on ne peut pas lui enlever le numéro 10. Zamorano se retrouve alors sans numéro, un peu bête. Sandro Mazzola, directeur sportif, lui émet alors l'idée de choisir deux chiffres dont la somme fait 9. Zamorano propose quelque chose d'encore plus atypique, rajouter un "+" entre les deux chiffres. La ligue italienne de football accepte et l'histoire du numéro 1+8 d'Ivan Zamorano est née. Source principale : https://www.vintagefootballarea.com/blogs/les-articles/ivan-zamorano-numero-1-8 Traduction alex_j via FCInter1908, connaissances personnelles et vintagefootball .
  6. S'adressant aux micros de La Gazzetta dello Sport, Marco Materazzi a évoqué le défi qui attend l'Inter contre Plzen. Materazzi, l'Inter en République Tchèque pour le rachat. Sentiments? "La Ligue des champions, c'est la Ligue des champions. Il faut entrer sur le terrain et ne pas penser à ce que Viktoria Plzen a fait contre Barcelone (perdu 5-1, ndlr). Au contraire, il faut jouer comme Barcelone. 6 points contre Viktoria et puis gagner un match contre l'un des grands!" Avez-vous des suggestions pour l'Inter ? "De l'extérieur, il est facile de parler, de l'intérieur, c'est tout autre chose. Pour passer le tour, vous devez penser que vous êtes ceux de Liverpool et que l'équipe peut le faire contre n'importe qui. L'Inter a grandi ces dernières saisons, ce n'est pas celle d'il y a 3-4 ans. Elle l'a montré à plusieurs reprises et peut probablement rivaliser avec Barcelone. Quand on essaie d'atteindre un objectif, il faut comprendre où se trouve le 'terrain fertile' pour la qualification pour les huitièmes de finale. Le terrain barcelonais est fertile, celui du Bayern, en revanche, l'est beaucoup moins. Il est parmi les meilleurs en termes de prouesses, d'habitude et de construction." Y aura-t-il un leader ? "Dans les matches de ce type, ce n'est pas une question d'individus, mais d'équipe. C'est l'équipe qui bouge. Désormais, Inzaghi a des joueurs qui ont accumulé de l'expérience en Europe même s'ils n'ont jamais remporté la Ligue des champions. Mais j'insiste. Je me souviens du match face à Liverpool la saison dernière. Même le match aller, où l'Inter a perdu. Cette année donc, l'entraîneur a du matériel pour travailler et il y a aussi des joueurs sur le banc et qui peuvent apporter de la qualité, comme Mkhitaryan." Traduction alex_j via FCInter1908.
  7. S'exprimant lors de la conférence à la veille du match de Ligue des champions face à l'Inter, Michal Bílek, entraîneur du Viktoria Plzen, et Lukas Kalvach se sont exprimés en vue du match de demain. Les mots de Michal Bílek Où voyez-vous les forces et faiblesses de l'Inter ? "Ils n'ont aucune faiblesse... C'est une équipe très forte, avec deux attaquants très forts comme Dzeko et Lautaro, mais il en va de même pour les milieux de terrain aussi. Ils sont bons pour attaquer rapidement, il faudra faire attention à ne pas leur donner de l'espace dans les derniers mètres." Pensez-vous que vous aurez plus de chances de marquer des points que contre le Bayern et Barcelone ? "Quand on a vu le tirage au sort, on a compris que ce serait un groupe très difficile à affronter. Mais pour nous c'est important de jouer à domicile, nos supporters nous poussent à aller de l'avant, il faut jouer nos chances. Ce sont trois équipes au même niveau. Tous les matchs du groupe vont être très difficiles. Et avoir les supporters qui nous poussent, je le répète, c'est une chose fondamentale." Vous attendez-vous à un match différent de celui contre Barcelone ? "Au Camp Nou, c'était un match qu'on savait difficile, mais en général on prépare chaque match de la même manière. C'est important pour nous d'être en phase de poules de la Ligue des Champions, il faut tous les préparer au maximum." Dzeko danger numéro un, prêt à l'affronter ? "C'est l'un des meilleurs attaquants qui soient, et le fait que tu joues à l'Inter le prouve. Il faut faire attention à lui, on n'a pas à le faire arriver devant le but car il arrive toujours à marquer. Ce sera important." Vous attendez-vous à une Inter sous pression après la défaite face au Bayern ? "Tous les joueurs de l'Inter sont des professionnels et un match perdu, même en Ligue des champions, n'a aucun effet sur eux. Ils savent qu'il y a d'autres matchs à jouer, nous serons prêts à leur rendre la vie dure." Avez-vous déjà des idées sur la formation à déployer demain ? "Voyons voir, après la dernière saison, Chory a quelques problèmes, voyons s'il peut jouer dès la première minute." Les mots de Lukas Kalvach Le match de demain. "Ce sera très difficile, mais nous jouons à domicile, donc j'espère que nous pourrons donner quelque chose en plus." L'Inter ne vit pas un bon moment. Qu'attendez-vous? "Comme mentionné, nous nous attendons à un match difficile. Nous revenons d'un match contre Barcelone, donc ça devrait être plus facile, nous savons déjà à quoi nous attendre." Compte tenu du groupe, est-ce que demain est le match où vous vous attendez à pouvoir gagner des points ? "On peut dire que l'Inter est plus jouable, mais il faut toujours se préparer, être prêt à 100%, ne leur laisser aucune place pour bien jouer." Lukaku leur manquera-t-il, l'Inter est-elle plus faible sans lui ? "Elle est certes moins forte, c'est l'un des meilleurs joueurs du monde, mais il y a aussi Dzeko qui sait être dangereux." Quel match de l'Inter avez-vous regardé, face au Bayern ou au Torino ? "Nous avons vu la dernière partie du match contre le Toro, quand ils ont marqué. C'était très intéressant, notre force est que nous jouerons à domicile et nous espérons que cela pourra nous faire marquer des points." De quel joueur de l'Inter avez-vous le plus peur pour demain ? "Les attaquants, Dzeko et Lautaro, mais aussi les milieux de terrain sont très forts." Traduction alex_j via FCINter1908
  8. Avant le match contre le Viktoria Plzen, Simone Inzaghi et Milan Skriniar se sont exprimmés. La conférence de Simone Inzaghi Le gardien. "Quant au gardien, j'ai décidé mais pour le moment je ne veux pas le dire, les joueurs ne le savent pas encore car nous n'avons eu qu'une séance d'entraînement. Demain matin nous aurons la réunion technique et il est juste qu'ils sachent." Viktoria Plzen ? "C'est une équipe forte physiquement, qu'on a vue et étudiée dans les deux matchs contre Qarabag et Barcelone. Il a construit cette entrée dans les groupes de la Ligue des champions. Il a des joueurs importants devant, Chory, Mosquera, Sykora : ce sont des joueurs importants, et ils ont un physique très rapide et des relances, ils l'ont prouvé même dans un match difficile comme Barcelone." Un match important ? "C'est un match important, on sait qu'on a fini dans le groupe le plus difficile de toute la Ligue des champions mais on a envie de le jouer. Le début n'était pas le meilleur. On a essayé mais le Bayern était meilleur que nous. Maintenant, on sait que ce match va nous mener dans des marécages, mais on veut y faire face de la meilleure des manières." Match déjà décisif ? "Puisqu'il en reste encore quatre, probablement pas, mais on sait l'importance que ça a. On sait que dix points sont nécessaires pour passer un groupe, neuf fois sur dix. L'année dernière nous étions bons pour les faire, cette année nous savons que le groupe est plus dur mais demain nous voulons marquer les premiers points car nous voulons bouger au classement." Vous vous attendez à un match comme contre le Slavia Prague ? "Mais j'entraînais la Lazio dans ce match, je me souviens que c'était deux matches différents, mais chaque match est une histoire en soi." La conférence de Milan Skriniar Prolongation ? "Je n'ai jamais parlé et je préfère rester comme ça. On est venu ici pour jouer ce match et je ne veux pas parler de mon avenir et de mon contrat, je ne pense pas que ce soit le moment. Quand il y aura des nouvelles, vous le saurez de moi et de personne d'autre, je n'ai jamais parlé et je préfère que cela reste ainsi." Match spécial ? "Ce sera un match spécial, la Slovaquie est plus proche depuis Plzen, parents et amis viendront. Beaucoup de gars que je connais jouent à Plzen, ce sera spécial. Nous avons certainement vu comment l'équipe a progressé sous cet entraîneur, physiquement ils sont très forts et préparés. Ils travaillent vite sur la contre-attaque et il faudra faire attention à ceux-là." Content du tirage au sort ? "Pour moi personnellement, j'étais heureux, la Slovaquie est plus proche ici. Nous savons que ce sera difficile. Ce n'était pas facile après le derby et le Bayern, mais on a réussi à échanger dans le vestiaire. Cela nous a certainement aidés à gagner le dernier match." Traduction alex_j via FCInter1908.
  9. C'est une révélation de la Gazzetta Dello Sport: "Le turnover dans les buts de l'Inter est appelé à se poursuivre : Face au Torino, le capitaine reviendra en qualité de titulaire." "Les débuts positifs d’Onana contre le Bayern Munich ne changent rien à la situation : Contre le Torino, le capitaine Handanovic reviendra en tant que titulaire, comme l’a annoncé Inzaghi. Une alternance qui destinée à durer, au moins dans ces premiers mois car cette phase de transition inévitable a besoin de temps. Et si demain, entre les poteaux contre le Torino, il y aura à nouveau Handanovic, Onana est destinée à prendre de plus en plus de place." "C’est pour cette raison que, selon toute vraisemblance, mardi prochain à Plzen en Ligue des Champions, le gardien sera à nouveau le Camerounais. Cette phase se veut en douceur car Handanovic est aussi le Capitaine de l’équipe, un joueur qui, à l’intérieur du vestiaire, a un poids spécifique à prendre en compte, un poids qui ne peut être ignoré. Toutefois, la relève de la arrière-garde est inévitable et tôt ou tard, Inzaghi devra prendre la décision, lui qui a déjà été confronté à cette situation d’abord avec Strakosha-Marchetti puis avec Strakosha-Reina." "Ce qui est certain, c'est que les débuts d’Onana contre le Bayern ont été jugée positivement par le Staff d’Inzaghi et globalement par l'équipe qui était habituée à se défendre avec un autre type de gardien entre les poteaux. Pour l'équipe, passer d' Onana à Handanovic entraîne au moins deux conséquences de nature tactique. La première : La façon dont la défense doit se déployer sur les phases arrêtées vu la Tendance naturelle à sortir du Camerounais contrairement au Slovène." "La seconde: Onana, bien plus que le Capitaine, fait du jeu long sa spécialité: Il s'agit d'une arme à exploiter supplémentaire, surtout lorsque Lukaku sera à nouveau dans l’équipe. Toutefois, ce type de jeu long, face au Bayern, a été à exagéré: Brozovic, pour ne citer qu’un équipier d’Onana, s’est parfois retrouvé hors-position, en étant constamment contourné" Chacun sa compétition selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Le gardien Andre Onana a fait ses débuts dans le match et a ensuite donné son avis dans un message sur son compte Twitter. "Vous avez le droit de tomber, mais ensuite vous devez vous relever. On va se relever, rester unis et tout donner sur le terrain. Merci aux fans des Nerazzurri pour votre soutien lors de mon premier match au Meazza, un rêve devenu réalité." Concernant son match, voir l'article ci-dessous: Traduction alex_j via Sempreinter.
  11. La "vraie" Inter a semblé disparaître lors de la défaite face au Bayern Munich, selon les médias italiens. Dans un Tweet, Fabio Ravezzani a nommé Thiago Motta comme une option possible pour remplacer Simone Inzaghi. La performance des Nerazzurri contre les champions d'Allemagne a fait l'objet de critiques dans le Corriere della Sera qui suggère que l'équipe n'a pas montré ce dont elle est capable car elle a été surclassée toute la soirée. L'Inter a semblé être agressive et s'imposer parfois face au Bayern. Mais elle n'a eu que des succès très limités, tandis que les Bavarois semblaient très à l'aise pour trouver des chemins pour éventrer les Nerazzurri tout en restant en sécurité et bien gardés à l'arrière. Cette performance du Bayern était ce qu'on attendait d'eux, mais de la part de l'Inter, notamment au Meazza devant leurs supporters, ce fut une déception. Les Nerazzurri ont montré dans le passé sous Simone Inzaghi que même face à l'opposition la plus redoutable, ils sont capables de se défendre, le Real et Liverpool, mais contre les champions d'Allemagne, ils ressemblaient à une autre équipe, une équipe fantomatique. Tweetant après la défaite 2-0 des Nerazzurri face au Bayern Munich, Fabio Ravezzani a donné son avis sur la situation de Simone Inzaghi et a nommé Thiago Motta comme une option possible pour prendre sa place. "L'Inter est une équipe ennuyeuse avec un entraîneur qui a perdu ses repères et s'est disputé avec plus d'un joueur. Peut-être qu'ils doivent agir avant qu'il ne soit trop tard. La solution la plus raisonnable (en termes de tactique et de salaire) pourrait être Thiago Motta." Traduction alex_j via Sempreinter.
  12. S'adressant à Sky Sport Italia, Simone Inzaghi a félicité le Bayern et a estimé que son équipe avait commis trop d'erreurs défensives un soir où elle devait être pratiquement parfaite. Le Bayern meilleur. "Au cours des vingt premières minutes, nous avons effectué de nombreux tacles contre une équipe intense et extraordinaire, l'une des plus fortes d'Europe. Après le premier but, où nous devions faire mieux en équipe en réagissant plus rapidement au ballon de Kimmich, nous nous sommes créés de nombreuses occasions mais techniquement, il nous manquait le geste final." "Ensuite, nous avons mis la pression et avons eu les occasions de revenir dans le match. Bien sûr, vous devez jouer le match parfait contre des adversaires comme celui-ci, il n'y avait pas de match entre nous, mais nous étions contre une équipe absolument de première classe." À propos du premier but. "Nous avons dû couvrir le ballon car il y avait deux joueurs à côté de Kimmich. Puis Sané marque un superbe but après avoir ramené le ballon. Nous devions faire mieux, nous devions être parfaits et nous ne l'avons pas été." Trop d'erreurs défensives cette saison ? "Absolument, oui, dans le derby, nous avons fait des erreurs qui nous ont coutés les deuxième et troisième buts qui étaient facilement évitables." "Ce soir, je ne me souviens pas de trop d'arrêts décisifs d'Onana, mais nous avons dû mieux lire le jeu car ils avaient des joueurs qui savent comment créer un danger dans n'importe quelle situation." "Nous n'aurions pas dû encaisser le deuxième but car à ce moment-là le match était ouvert, il y avait des espaces qui s'ouvraient pour pénétrer leur surface de réparation mais ils ont bien défendu." Barella sur le banc. "C'est un choix que j'ai fait. J'ai décidé de lui donner une pause, il a aussi eu un peu de mal depuis le début de la saison même s'il est un gars généreux et qu'il veut toujours jouer." "Ce soir, je voulais le sauver, puis quand c'était 1-0, j'étais sur le point de le faire entrer, mais ensuite nous avons encaissé le deuxième but, et j'ai décidé de le laisser continuer à se reposer. Je pense qu'il sera de retour Samedi." À propos de la mauvaise passe, troisième défaite de la saison après seulement six matches. "Nous devons recommencer. Ce soir, nous avons joué avec intensité dans les vingt premières minutes après le match de Samedi." "Puis le seul vrai moment d'inattention de notre part dans la mi-temps nous a vu concéder un but. Sane a marqué un superbe but. En deuxième mi-temps, nous aurions pu égaliser en fonction de ce que nous avons créé, mais nous avons raté trop d'occasions alors qu'eux ne l'ont pas fait, c'est la différence." "Neuer et Onana ont fait le même nombre d'arrêts, mais nous avons perdu 2-0. Nous voulions faire mieux mais nous nous sommes heurtés à la meilleure équipe d'Europe. Nous aurions pu faire plus, mais le Bayern est clairement un adversaire très, très difficile à affronter." Un message envoyé à l'équipe avec ses rotations ? "Pas de message. Je suis l'entraîneur et je dois faire beaucoup de choix chaque jour, jouant tous les trois jours." "Dans un peu plus de 48 heures, nous serons de retour sur le terrain, donc aucun message n'est envoyé, juste des choix. J'ai décidé de mettre au repos des joueurs qui, je pense, seront de retour Samedi." La sélection d'André Onana permanente ? "Absolument pas. Le choix dépendra des matchs, Handanovic jouera Samedi." La performance contre le Bayern représente un pas en arrière ? "Non, absolument pas." "C'étaient des matches similaires, car ce soir j'ai eu le sentiment qu'on pouvait faire mal à ces meilleures équipes, même si on n'a pas réussi. Nous avons créé de bons moments mais nous étions peut-être un peu trop pressés. Cependant, je pense que c'était similaire aux matchs de la saison dernière." Traduction alex_j via Sempreinter.
  13. Stéphane Dalmat, Paolo Condo et Antonio Cassano s'expriment sur la défaite de l'Inter contre le Bayern. S'exprimant sur Instagram, Stéphane Dalmat a estimé que la défaite des Nerazzurri reflétait un manque de qualité dans leur équipe malgré les bons début d'André Onana. "Hier, j'ai vu un match dans lequel l'Inter a mal joué. C'est vrai que le Bayern Munich est fort, mais Liverpool aussi. Et en voyant Naples battre Liverpool 4-1, je me dis que par rapport à l'Inter, il y a un problème de qualité. Sans Lukaku c'est une Inter différente. Romelu est le seul qui peut faire la différence et faire peur aux adversaires, il leur manque d'autres joueurs de haut niveau, il faut avoir des joueurs comme ça au niveau de la Ligue des champions. André a eu un match extraordinaire et a montré qu'il pouvait être le gardien titulaire, je n'ai rien vu de mal de sa part." S'adressant au diffuseur italien Sky Sport Italia, Paolo Condo estime que l'Inter s'est bien comportée contre le Bayern Munich, en particulier en seconde période, mais qu'il leur manquait un joueur mortel en contre-attaque. "L'Inter n'aurait probablement pas pu sortir de son mauvais moment qui a commencé avec les défaites contre le Milan et la Lazio, face à un adversaire du plus haut niveau. Il y avait peut-être un peu d'illusion qui a été provoquée en se souvenant de leurs performances impressionnantes la saison dernière contre le Real et Liverpool. Compte tenu des espaces laissés derrière les Allemands, un joueur contre-attaquant comme Lukaku aurait été très utile. Sans le Belge, l'Inter devra être absolument bonne pour ramasser quelques points à Plzen puis revenir avec son avant-centre lors des deux matches contre Barcelone qui devrait décider de la deuxième place du groupe." S'exprimant dans un post sur son compte Instagram, Antonio Cassano a estimé que la qualité de la performance des champions allemands devait être prise en compte avant de juger les Nerazzurri, et que les Bavarois étaient tout simplement trop fort. "J'ai entendu beaucoup de critiques, beaucoup de choses ont été dites contre l'entraîneur et les joueurs. Le Bayern est beaucoup plus fort, il pratique un autre sport. l'Inter a des problèmes, ils n'ont pas bien joué, c'est vrai, mais le Bayern est l'une des trois équipes les plus fortes du monde. Je ne peux pas mettre trop de critiques sur l'Inter ou sur l'entraîneur, ils ont fait ce qu'ils pouvaient, l'adversaire était tout simplement trop fort." Traduction alex_j via Sempreinter.
  14. Edin Dzeko, Robin Gosens et Danilo D'Ambrosio s'expriment après la défaite 0-2 contre le Bayern en UEFA CL. Edin Dzeko à InterTV "C'était un match difficile, mais nous nous attendions exactement à cela. Le Bayern est l'une des équipes les plus fortes de la compétition et aujourd'hui, ils ont montré pourquoi." "Nous avons eu nos chances, nous avions la possibilité de marquer et de changer le jeu, mais malheureusement nous n'y sommes pas parvenus, et nous avons donc perdu." "En première mi-temps, il manquait le geste final. Ensuite, dans la seconde, nous avons eu deux ou trois occasions où nous n'avons pas pu marquer, puis si vous donnez à une équipe comme celle-là de l'espace, ils vous puniront." "Concernant la Serie A, nous sommes encore au début de la saison, cela n'a pas été un début facile jusqu'à présent, mais il y a beaucoup de matches à venir et nous devons immédiatement oublier cela et pensez au Torino parce que c'est un match important pour le championnat, où nous avons déjà perdu quelques points." Robin Gosens à Sky Sport Italia "A la mi-temps, nous avons dit que nous devions y croire davantage, puis nous avons très bien joué les 10-15 premières minutes de la seconde période." "Si nous avions marqué un but, cela changerait peut-être toute la mentalité du match, car si vous faites 1-1 au lieu de 2-0, cela devient un tout autre match car cela signifie que nous jouons à égalité contre une équipe incroyablement forte." "Nous devons apprendre de nos erreurs et les garder à l'esprit lorsque nous y allons pour le match." Danilo D'Ambrosio à Sky Sport Italia "Nous savions que ce serait un match difficile. Ils sont l'un des trois principaux candidats à tout remporter. Mais nous avons essayé de leur rendre la vie difficile et de créer des opportunités. Cependant, si vous donnez une demi-chance au Bayern, ils vous punissent." "Pour combler l'écart avec l'élite européenne? Je ne sais pas, je peux dire que vous pouvez atteindre des sommets incroyables avec du travail. Il faut être obsédé par le travail, l'obsession bat le talent." "Nous n'abandonnons pas, poursuit-il, nous n'avons pas l'habitude d'abandonner et nous voulons tout faire pour atteindre nos objectifs. Après avoir analysé le derby on a compris qu'on aurait pu gagner mais on n'a pas été assez lucide. Nous allons également analyser cela." Traduction alex_j via Sempreinter.
  15. S'adressant à Sky Sport Italia, Beppe Marotta estime qu'il n'y a absolument aucune raison pour que la confiance du club en Simone Inzaghi soit remise en question à ce stade et estime que remporter le titre de Serie A pour obtenir la deuxième étoile était réaliste. L'Inter a connu un début de campagne difficile, avec des défaites contre la Lazio et le Milan en championnat suivies d'une défaite face au Bayern Munich en Ligue des champions, soulevant de sérieux doutes sur le niveau de l'équipe. Cela a même conduit à une ou deux questions sur la position de Simone Inzaghi malgré le fait de voir son contrat prolongé au cours de l'été. Cependant, en ce qui concerne Marotta, il n'y a pas de tels doutes de la part du club. L'ambiance au sein du club. "Un réalisme sain, car chaque défaite entraîne une analyse plus approfondie des problèmes. La confrontation fait partie du travail d'un directeur, notre équipe technique et d'entraîneurs est très soudée, et des confrontations, il ressort toujours quelque chose de significatif qui est positif pour l'avenir." La différence entre l'Inter et le Bayern. "Nous savons maintenant que le football italien représente une position de deuxième rang dans l'ordre hiérarchique. La puissance de la Premier League, de la Liga et de la Bundesliga est désormais visible. Donc ces équipes ont le pouvoir de dépenser et le luxe d'offrir des joueurs de haut niveau. En Italie, c'est beaucoup plus difficile mais cela ne devrait pas être une excuse. Hier, nous avons perdu contre une équipe plus forte, mais nous devons rechercher les défauts à corriger." À propos des problèmes de mentalité dans l'équipe. "L'inquiétude ne doit pas conduire à l'anxiété ou à la peur, mais apporter avec elle une analyse approfondie et le courage qu'il faut pour prendre de grandes décisions, comme l'a montré hier Inzaghi, puis des améliorations à la fois individuellement et collectivement. Sachant que l'Inter est toujours l'Inter et que nous avons une crête et une histoire importantes. Nous devons toujours être compétitifs, peu importe qui est sur le terrain." Sur la rotation importante sur le onze de départ. "C'est du courage, comme je l'ai dit il y a un instant. L'entraîneur doit gérer un groupe qui est actuellement très stressé en raison du nombre de matchs d'ici le 13 novembre. Inzaghi a une équipe de haute qualité qu'il doit utiliser de la meilleure façon possible et basée sur l'adversaire et sur ce qu'il voit à l'entraînement. Je crois qu'il le fait du mieux qu'il peut, même si malheureusement il y a eu deux défaites lors des deux derniers matchs." Inzaghi a toujours la confiance du club ? "Bien sûr, Inzaghi fait un excellent travail, il sait très bien gérer l'équipe et sait comment les former de la bonne manière. Nous sommes l'Inter, et, si nous devons dire une chose importante, nous avons besoin de plus d'attention et de motivation de la part de tout le monde, des directeurs au staff technique jusqu'aux joueurs." "Nous devons honorer ce maillot qui a une belle signification. Nous sommes désolés pour les fans qui sont venus au Meazza, car nous avons l'obligation de leur rendre leur confiance. Nous devons croire complètement au succès car la saison ne fait que commencer et ces erreurs ne peuvent être que quelque chose dont nous tirons du positif pour l'avenir." Sur l'absence de Romelu Lukaku. "Le football est un jeu collectif, il est joué par onze joueurs, il ne faut donc jamais compter sur un seul joueur, même si c'est un grand joueur comme Lukaku. Je crois que les joueurs qui prennent sa place doivent être à la hauteur du défi. Nous sommes l'Inter, nous ne pouvons pas mettre toutes nos attentes sur un seul individu. L'équipe est composée de professionnels. Pour le moment, nous ne nous en sortons pas bien et nous devons avoir confiance, être conscients et donner le meilleur de nous-mêmes." La deuxième étoile ? "L'Inter, lorsque nous participons à une compétition, a l'obligation de lutter pour le maximum absolu que nous pouvons atteindre. La deuxième étoile serait un rêve qui, je pense, peut être atteint, nous devons y croire jusqu'au bout. Nous avons de puissants rivaux, mais ils ne peuvent absolument pas nous intimider ou nous effrayer. A la fin, la meilleure équipe gagnera, et que nous soyons en forme ou non, nous avons le devoir de nous battre pour elle jusqu'au bout." Traduction alex_j via Sempreinter.
  16. Massimo Moratti s'est exprimé au téléphone avec l'ANSA sur le match perdu contre le Bayern et le débuts d'André Onana. "J'ai vu un Bayern Munich qui était très, non, trop fort et une Inter pas encore au top physiquement. Mais c'est peut-être encore tôt dans la saison." "C'est un moment à surmonter, mais il faut dire que nous avons perdu contre des équipes fortes, pas contre des petites." "Ça peut arriver de perdre ces matches contre les grands, évidemment il y a du boulot à faire. Mais en championnat, on est encore proche du top et même en Ligue des champions il y a largement le temps de se rattraper." "Onana ? Il était très bon dans les buts! Il avait une grande aisance et une grande tranquillité pour ses débuts." Traduction alex_j via FCInter1908.
  17. Andre Onana semble sur le point de devenir le gardien n°1 devant le capitaine Samir Handanovic après son impressionnante prestation contre le Bayern Munich en Ligue des champions. Ceci selon un article imprimé dans la Gazzetta dello Sport qui rapporte que la balance penche vers le Camerounais dans nos buts après avoir remboursé la confiance de Simone Inzaghi pour son premier match pour le club. Onana a été lancé directement par son entraîneur, le joueur de 26 ans faisant sa première apparition en compétition pour les Nerazzurri dans un match à haute pression contre l'une des équipes les plus fortes de toute l'Europe. Le match dans son ensemble ne s'est guère déroulé comme l'Inter l'aurait souhaité, avec une défaite 2-0, mais le gardien de but était pratiquement le joueur le moins fautif. Onana a fait une démonstration impressionnante qui, à part quelques moments de nervosité, l'a vu produire les arrêts nécessaires, et en tout cas, il a empêché le score de s'aggraver. De plus, le Camerounais a semblé injecter quelque chose dans l'équipe, stylistiquement parlant, par sa présence dynamique derrière la défense et par sa classe et son sang-froid. Onana ressemble à l'avenir de l'Inter. Cela faisait très longtemps qu'il n'y avait pas eu de véritable concurrence pour Handanovic concernant la place de titulaire dans nos buts. Maintenant Onana semble rapidement prêt à accélérer sa progression. Le plan avait à un moment donné semblé être de donner au joueur de 26 ans le temps de trouver progressivement ses marques et d'entrer dans le rôle désigné du successeur de Handanovic, mais le calendrier semble s'être considérablement accéléré après sa prestation contre le Munich. Traduction alex_j via Sempreinter.
  18. En effet, quelques instants après le coup de sifflet final, scellant la victoire logique du Bayern Munich face à une Inter "en rodage" en Ligue des Champions, une bombe journalistique signé Elio Corno a fait le tour du Web Et Si une partie de la frange des Tifosi demande déjà le renvoi de Simone Inzaghi, face a leurs téléviseurs et en direct sur SportItalia, les tifosi Nerazzurro ont été surpris par la déclaration Elio Corno, le chroniqueur historique de confession Nerazzurra L’Inter vendue à PIF "J’ai appris que le Club Nerazzurro a été vendu pour plus d'un milliard d’euros, le tout sera officialisé lors de la pause relative à la Coupe du Monde au Qatar:C ’est une information financière de très grande ampleur, vu les chiffres en jeu. Tous le savent, mais il n’y a encore une aucune officialisation sur cette négociation qui, de fait, est déjà conclu." Sport Italia confirme l’Indiscrétion devant l’incrédulité des Tifosi Peu de Tifosi croient en la déclaration d’Elio Corno, eux qui sont toujours marqué par la défaite infligée par le Bayern "Si c'est vrai, je vais mettre du champagne au frigo", assez souvent suivi de " e sont des canulars: Elio Corno avait dit exactement la même chose l'année dernière que "L’Inter a déjà été vendue, il dit qu’il est le premier à le révéler…Je serais tout de même heureux d’avoir tort." Pour certains, il faut analyser plus loin: "Si tu veux un club comme l’Inter, tu ne dois pas attendre jusqu’à la fin novembre, il suffit juste de voir comment s’est déroulé le changement de propriété du Milan." Tandis que pour d’autres : “Ce truc de Pif, c'est la nouvelle d'il y a 2 ans qui vient d’arriver sur le dos d'une mule. Vous verrez la semaine prochaine, il nous dira que Barella quitte Cagliari et que Maneskin mériterait de gagner Xfactor." Mais surtout une très grande partie ressentent ceci : "Selon vous, une négociation d’un milliard deux millions de putain d’euros aurait été passé sous silence, au moins jusqu’ici ?" Et pour finir: "Ainsi, une négociation de 1,2 milliard, déjà conclue, entre l'un des fonds les plus riches du monde et l'un des clubs les plus célèbres d'Europe, parvient magistralement à esquiver tous les grands médias, mais ne peut échapper aux comptables d'Elio Corno et Criscitiello…ok". Coup de buzz, coup de pute, ou réelle information ? Qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Le premier but de Leroy Sané en première mi-temps et le but contre son camp de D'Ambrosio après la reprise condamnent l'Inter à la défaite lors de la première journée du groupe C de la Ligue des champions. Le bavarois est un entremet pour lequel de la crème bavaroise, crème dérivée de la crème anglaise à laquelle on a ajouté de la crème fouettée et de la gélatine, est versée dans un moule et démoulée après prise. Il peut être aromatisé, en particulier avec une mousse de fruits. Si le bavarois est un excellent dessert, il peu vite devenir difficile à digérer, surtout quand nous avons deux défaites sur l’estomac. Récit de cette funeste soirée. La campagne européenne de l'Inter a commencé par une défaite, le Bayern Munich s'étant imposé 2-0 au Meazza. Les Allemands ont marqué un but dans chaque mi-temps, Sané ayant une patte dans les deux. Ce fut une soirée amère au Meazza, les visiteurs dictant le jeu pendant de longues périodes, même si l'Inter avait ses chances. Dans l'autre match du groupe C, Barcelone s'est imposé 5-1 face au Viktoria Plzen que les Nerazzurri affronteront en République tchèque mardi prochain. Le Bayern a pris un bon départ, construisant et mettant l'Inter en grande difficulté. Leurs premières tentatives étaient de loin, mais Onana, pour ses débuts, est resté vigilant. Sélectionné en défense, D'Ambrosio a apporté une contribution notable dès le début, essayant également de se projeter en attaque. Cependant, l'Inter a pris un but à la 25e minute: Sané a passé Onana placé le ballon dans le but vide. Les Nerazzurri ont eu du mal à trouver une réponse adaptée, malgré les meilleurs efforts de Dzeko pour inspirer l'équipe. Le Bayern restait l'équipe la plus menaçante. Sous l'impulsion du Meazza, l'Inter a fait preuve d'une réelle détermination en début de seconde période. D'Ambrosio a de nouveau fait sentir sa présence en attaque, avec un tir au-dessus de la barre, tandis que Dzeko a tiré directement sur Neuer depuis une bonne position. Le bosniaque a ensuite eu une tête bloquée par Neuer. Pourtant, à la 65e minute, le Bayern a porté le coup décisif. Après avoir combiné avec Coman dans la surface, Sané a réussi à battre Onana via une intervention malheureuse de D'Ambrosio qui n'a pas réussi à dégager le ballon sauf dans ses propres filets. L'Inter s'était retrouvée devant une montagne à gravir et Inzaghi a essayé de faire bouger les choses pour redonner vie à son équipe. Correa aurait pu donner de l'espoir à l'Inter à la 83e minute, mais il a raté sa tentative loin. C'était la dernière occasion de l'équipe lors d'une soirée décevante. Attendons une réaction... INTER 0-2 BAYERN INTER (3-5-2) : 24 Onana ; 33 D'Ambrosio, 37 Skriniar (6 De Vrij 72'), 95 Bastoni (32 Dimarco 72') ; 2 Dumfries (36 Darmian 72'), 22 Mkhitaryan, 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (5 Gagliardini 81'), 8 Gosens ; 9 Dzeko (11 Correa 72'), 10 Lautaro. Remplaçants : 1 Handanovic, 21 Cordaz, 12 Bellanova, 14 Asllani, 15 Acerbi, 23 Barella. Entraîneur : Simone Inzaghi. BAYERN MUNICH (4-2-3-1) : 1 Neuer; 5 Pavard, 4 De Ligt (2 Upamecano 75'), 21 Hernandez (44 Stanisic 84'), 19 Davies ; 6 Kimmich, 18 Sabitzer (8 Goretzka 62') ; 11 Coman (7 Gnabry 75'), 25 Müller, 10 Sané (42 Musiala 84') ; 17 Mané. Remplaçants : 26 Ulreich, 35 Schenk, 13 Choupo-Moting, 38 Gravenberch, 38 Tel, 40 Mazraoui. Entraîneur : Julian Nagelsmann. Avertis : De Ligt (BM), Dimarco (I). Temps additionnel : 1' - 3'. Arbitre : Turpin (FRA). Adjoints : Danos, Gringore (FRA). Quatrième arbitre : Brisard (FRA). VAR : Delajod (FRA). Assistant VAR : Buquet (FRA). Traduction alex_j via le site officiel.
  20. S'adressant à InterTV après le match, André Onana a réagi sur le match qui est une étape personnelle pour lui tout en étant un gros revers pour l'équipe. Il n'y a pas grand-chose qu'Onana aurait pu faire pour les deux buts du Bayern. En fait le Camerounais a effectué quelques bons arrêts et avait l'air largement à l'aise malgré ses débuts dans une situation à haute pression contre une forte opposition. Malheureusement, le gardien a dû récupérer le ballon dans son propre filet à deux reprises, et c'est l'impression finale qui lui est restée même s'il y avait beaucoup de points positifs à retenir de sa première titularisation pour son club. "C'était un match difficile. Nous avons affronté un grand adversaire. Nous avons fait notre travail, nous ne pouvions tout simplement pas trouver le chemin du but. Cela ne s'est certainement pas passé comme nous l'espérions, mais nous sommes sûrs que si nous continuons dans cette voie, les résultats viendront." "Quand quelqu'un fait ses débuts, il est toujours heureux, mais face à la défaite, il est toujours difficile d'être heureux, ce genre de moments est compliqué. Le plus important pour moi est toujours que l'équipe gagne, évidemment j'espère que la prochaine fois ça ira mieux." "Je m'attends à ce que ce soit un match difficile, ce n'est jamais facile car tout le monde donne toujours tout contre l'Inter, et le Torino est une équipe qui joue bien au football. Il faut tout donner et revenir à prendre trois points dès que possible." Traduction alex_j via Sempreinter.
  21. En effet, André Onana est appelé à devenir le futur gardien numéro un de l’Inter de la prochaine décennie. En concurrence directe avec un Samir Handanovic désormais très loin de ses standards, l’international camerounais devrait débuter, selon la presse transalpine face à l’Ogre bavarois…. Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Il peut apporter de la fraicheur, mais sa procédure de surpassement n’est pas encore complétée : Handanovic d’un côté, André Onana de l’autre : Tel est le plus grand point d’interrogation de Simone Inzaghi en cette veille de match: La certitude est que le camerounais, ancien de l’Ajax, aura bientôt l’occasion d’être titularisé. Il pourrait déjà l’être ce soir car l’entraineur s’est laissé le temps de la réflexion jusqu’à aujourd’hui." "Hier, l’équipe n’est pas restée à Appiano, ils vont tous se retrouver ce matin pour définir la formation "Anti-Bayern"et l'exclusion de Samir Handanovic serait retentissante : Non pas à cause de la situation en elle-même, car Onana a été recruté dans l’optique de devenir LE titulaire, mais à cause du moment et de l'occasion choisi : A savoir les débuts de l'Inter en Ligue des Champions. Dans une telle situation, le brassard de capitaine se retrouverait au bras de Marcelo Brozovic." Pour Tuttosport "Aligner André Onana face le Bayern : Pour Simone Inzaghi, c'est bien plus qu'une tentation car ce soir, le gardien de but camerounais, sauf imprévu lors de la toute dernière séance d'entraînement, devrait faire ses débuts avec l'Inter lors de l’une des périodes les plus cruciale de la saison. Ce n'est pas un pari d'Inzaghi car Onana est considéré comme un titulaire à part entière aux côtés de Handanovic, et il est juste de le tester dans un match: Mais il s’agit d’un signal à destination d’Handanovic : Le club a la volonté d’éviter de répéter ce qu’il a connu par le passé avec tous ses vices." "De plus, aligner l'ancien joueur de l'Ajax pour une telle occasion signifierait "montrer à tous" l’estime de la part de l’Inter envers le portier camerounais, étant donné que le joueur serait choisi dans un match clé et non dans un match des plus facile. De même, psychologiquement, si le moment est encore délicat pour les Nerazzurri et que renoncer à Handanovic est complexe, pour Inzaghi c’est bien plus qu’un rejet du Slovène, il s’agit, en réalité, d’un désir de secouer tout l'environnement, avec certains joueurs importants qui se sont perdus lors du Derby face au Milan Ac." Pour le Corriere Della Sera "Simone Inzaghi pourrait opter pour Onana entre les poteaux au lieu de Handanovic. Le gardien slovène a, une nouvelle fois, été critiqué pour son manque d'explosivité qui, selon de nombreux Tifosi, l'a empêché de contrer le but d’Olivier Giroud. De son côté, le gardien de but camerounais est arrivé précisément pour remplacer Samir Handanovic, qui connait plus que probablement sa dernière année entre les poteaux à l'Inter. Toutefois des doutes subsistent, même si durant la présaison, André Onana a su faire preuve d'ingéniosités." Pour le Corriere Dello Sport "La façon dont l’Inter a perdu le Derby a poussé Simone Inzaghi à vivre une veille de match pleine de doutes et de réflexions. Pas en attaque, où Dzeko sera le partenaire de Martinez, mais dans les autres secteurs, but compris.. Car ce soir, ou peut-être contre le Torino, Onana pourrait faire ses débuts : Hier, l'entraîneur n'a pas donné de certitudes quant à l'utilisation du capitaine Handanovic, jusqu'à présent toujours titulaire. Dimanche d’ailleurs, le Slovène s'est plaint d'une légère blessure, mais il a travaillé régulièrement hier. Le choix du Camerounais, qui a travaillé sous une une charge de travail complète, serait donc d'ordre technique." L’avis de Barzaghi (Sky Sport) "J’essaie de savoir si Onana ou Handanovic jouera. Jusqu'à hier, je pensais qu'il ne jouerait pas, mais à présent, les chances de voir Onana comme titulaire contre le Bayern commencent à augmenter." Encensé par Oliver Khan à Sport Bild en avril dernier "Onana fait partie du top 5 des meilleurs gardiens de but du monde : Il est agile, rapide et puissant, il est aussi très bon avec ses pieds. C’est une sorte de mélange entre Marc-André ter Stegen et Alisson Becker. Il peut devenir le meilleur s'il continue à travailler dur." Selon vous, est-ce « suicidaire » de l’aligner ce soir pour ses débuts officiels avec l’Inter ou est-ce, en revanche, l’occasion rêvée pour devenir le Numéro 1 indiscutable ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Interrogé par La Gazzetta dello Sport, l'ancien attaquant de l'Inter Diego Milito s'est exprimé sur le match face au Bayern qui s'est soldé par un doublé fantastique en finale 2010, l'Inter et Lautaro Martinez. Un match dur ? "Dur? Oui, difficile. Mais quelle chance l'Inter a eu." Dans quel sens "chance" ? "Qu'un grand match soit la meilleure chose qui puisse être pour oublier le derby." Vous avez perdu trois derbies contre Milan. Et deux fois sur trois, elle a également été battue lors du match suivant. "Vrai. Je me souviens de 2011, KO en championnat puis en Ligue des champions contre Schalke, en une semaine on a jeté à la fenêtre et le championnat et l'Europe. Mais je crois qu'Inzaghi et les joueurs ne sont que dans une période compliquée. Ce soir ils ont l'opportunité de tout laisser derrière eux." Rembobinons la bande : Inter-Bayern, c'est ton match : 2010, deux buts et champions. "C'est un match qui restera en moi pour toujours. Je me souviens de tout, de chaque émotion, du cri des fans." Dis la vérité : ils avaient été étudiés en vidéo, les défenseurs du Bayern. "Bien sûr, oui, je connaissais bien leurs faiblesses. Et puis j'ai eu de la chance : au Bayern il y avait Demichelis, mon coéquipier en équipe nationale. Très fort, mais je savais tout de lui…" Qu'est-ce que Mou t'a dit avant ce match ? "Il a parlé directement, nous rassurant. Voulez-vous savoir pourquoi nous avons gagné ce soir-là ? Parce que pour nous, la Ligue des champions n'était pas une obsession, mais un rêve. Un tableau à compléter, après la Coupe d'Italie et le Scudetto. C'était une opportunité à saisir pour beaucoup d'entre nous. Mais on avait déjà compris qu'on arriverait au bout après le second tour." Quels objets gardes-tu de cette nuit ? "Quelle question... tout, je garde tout avec moi. Chez moi j'ai un vrai musée : à l'intérieur il y a le maillot, les chaussures portées, la balle de ce match. Malheur à qui les touche." Qu'est-ce qui ne va pas avec l'Inter maintenant ? "J'ai une grande confiance en l'Inter, c'est une superbe équipe avec un bon entraîneur. Je suis donc optimiste pour la saison. La solidité défensive doit certainement être retrouvée, sur les derniers matchs il y a eu un affaiblissement. C'est le bon défi pour le prouver. L'examen est très difficile, mais aussi stimulant. Gommer la déception du derby est obligatoire. Le match contre Milan a apporté quelques doutes. Mais tout n'était pas mauvais dans cette soirée. Perdre est douloureux, ne pas se racheter le serait encore plus." Elle s'est retrouvée au milieu du mercato avec Skriniar cet été. Peut-on lire ainsi les difficultés du défenseur ? "Je ne crois pas. J'ai le sentiment que Milan est très content d'être à l'Inter. C'est une baisse de forme. Bientôt il redeviendra la référence dans la ligne défensive." Bientôt signifie ce soir? "Ces matches se décident dans les zones. Si l'homme clé m’est demandé, je réponds par deux noms : Skriniar et Lautaro." Ton Lautaro... "J'ai un faible pour lui, il s'améliore d'année en année, maintenant il a aussi pris de l'expérience. L'Inter est en sécurité avec lui." Inzaghi dit qu'il faudra 10 points pour passer. Où les obtenir ? "L'Inter doit essayer de gagner les trois matchs à domicile. Mais réfléchir à long terme est fausx. La Champions n’est pas comme ça. C'est le match. Et les défis avec le Real Madrid et Liverpool ont montré qu'Inzaghi et son équipe peuvent jouer sur un pied d'égalité avec tout le monde. Dans le football, les invincibles n'existent pas. Ça se joue au Meazza, l'histoire de l'Inter demande une mentalité de gagnant. Passer le cap est un objectif, pas une entreprise impossible." Traduction alex_j via FCInter1908.
  23. S'adressant au diffuseur italien SportMediaset, Hakan Calhanoglu a souligné que, plutôt que d'avoir une baisse de régime, les Nerazzurri ont toujours leur destin entre leurs mains. "Non, ce n'est pas une baisse de régime, c'est peut-être douloureux parce que nous avons perdu un derby important. Nous devons nous relever immédiatement car en Europe le niveau est élevé. Nous sommes prêts après avoir analysé notre adversaire." "Nous avons analysé nos erreurs. Les matches dépendent toujours de nous. On a perdu le derby et c'était de notre faute, on a déjà tout analysé et on travaille pour s'améliorer." "Oui, je me suis beaucoup amélioré je dirais. En phase défensive j'ai beaucoup progressé, idem au niveau tactique. Je connais bien le Bayern, j'ai hâte de les défier." "Tout est entre nos mains. Nous avons dominé contre le Real et Liverpool, mais au final, nous avons commis de petites erreurs qui nous ont coûté des matches. Nous devons nous améliorer dans ce sens." Traduction alex_j via Sempreinter.
  24. Demain, l'Inter affronte le Bayern en ouverture de l'UEFA CL. Simone Inzaghi s'est exprimé lors de la conférence d'avant match. Le mot du coach : "Demain les supporters vont être d'une grande aide, on sait quel adversaire on va affronter, le match contre le Bayern doit être une opportunité car il vient après une déception. On sait ce qu'un tel match représente pour les supporters et les clubs." Les erreurs. "Je ne parle pas des erreurs individuelles après une défaite, il y a encore des doutes sur la formation et il faut marquer 10 points dans ce groupe qui est très difficile par rapport à l'an dernier. Mais on est l'Inter et demain il faut saisir cette opportunité." Opportunité. "Les défaites doivent devenir des opportunités. Il y a eu des moments où on a fait mieux et eux aussi dans leurs bons moments ils ont marqué. On a eu un passage à vide où on a trop encaissé. A 3 - 2 on eut un chance de faire un match nul. Nous devons travailler plus dur." Gardien. "Les critiques sur Handanovic ? Ils m'ont parlé de Bastoni et de Barella, on me pose des questions sur Handanovic. Dans une défaite on cherche toujours un coupable. C'est moi en premier car je suis l'entraîneur. Un championnat qui avance lentement par rapport à l'année dernière, pas seulement nous, les autres aussi. Maintenant nous devons regarder match par match et nous améliorer jour après jour." Adversaires. "Quant à Manè, nous l'avons déjà rencontré l'année dernière tandis que Lewa contre la Lazio je l'ai rencontré aussi. Maintenant, nous allons les rencontrer à nouveau, des matchs difficiles mais stimulants." Après le derby. "On a analysé la défaite et la plus grosse erreur qu'on a faite c'est sur l'égalisation où on a arrêté de faire ce qu'on avait fait pendant 25 minutes. Un épisode qui peut arriver mais l'équipe doit rester dans le match et mieux réagir." Henrikh Mkhitaryan. "Il est très bien entré dans l'équipe, il nous aidera beaucoup. Il est sorti d'une préparation tardive en raison d'une petite blessure après le match de Lecce. Maintenant, il travaille à pleine capacité et peut être une solution mais je déciderai demain de la formation." Robin Gosens. "Il s'entraîne très bien. On ne l'a pas vu la saison dernière car il n'était pas disponible. Il paie une longue indisponibilité mais je suis content de la façon dont il s'entraîne." Le Bayern. "J'ai vu les deux derniers match et au niveau des chiffres et des statistiques il n'y avait pas photo. Les adversaires étaient bons et avec une agression continue, ils ont limité cette équipe." Réactions du vestiaire. "Oui, il y en avait et à l'entraînement ces jours-ci, ils en étaient la preuve. Nous avons perdu les deux premiers gros matches mais ce qui compte, c'est le terrain d'entraînement et ces jours-ci, malgré la défaite, j'ai vu l'équipe s'entraîner de la meilleure façon." Critiques. "Les critiques dans le football sont quotidiennes, j'aime écouter les constructives, je dois faire des dizaines de choix chaque jour et je les ferai pour le bien de l'Inter." Traduction alex_j et Anthony Gilles via FCInter1908 et Sempreinter.
  25. C’est la thématique qui a été mise en lumière par la Gazzetta Dello Sport : Est-ce qu’une défense aussi catastrophique, que celle qui est proposée par l’Inter en ce moment, peut-elle déjà lui coûter le Scudetto, en ce début de saison ? Jurisprudence positive "8 buts encaissés lors des 5 premières journées de Serie A ont fait sonner la sirène d’alarme à la Casa Inter : Il est impossible de gagner le Scudetto avec une moyenne aussi élevée…… Mais il y a un précédent qui peut faire sourire Simone Inzaghi: En 2020, Antonio Conte avait débuté de la même façon en présentant une telle statistique après 4 journées et, après quelques semaines d’étude, l’entraineur était parvenu à systémiser ce rempart et blinder la défense, en allant ensuite remporter le Scudetto…. Et il y est parvenu avec les mêmes interprètes qu’Inzaghi a, encore aujourd’hui, à sa disposition, il s’agit donc d’un déjà-vu dont on sait comment en sortir." "Toutefois, Stefan De Vrij semble être l’ombre de lui-même depuis longtemps, et encore plus dans le Derby. Milan Skriniar a du mal a retrouver la forme depuis un été chahuté par le Mercato et Alessandro Bastoni présente des difficultés, comme jamais il n’en a connu depuis qu’il est arrivé à l’Inter. Enfin, Samir Handanovic, s’il n’est pas le premier sur les bancs des accusés est loin d’être au niveaux des miracles réalisés par Maignan en présentant un total de 8 buts encaissés sur 19 tirs et un pourcentage de balle contrées qui s’élève à 58%. Une telle statistique le fait plonger à la 18ème place possible dans ce classement global des gardiens." " A présent, la priorité d’Inzaghi est d’objectivement d’avoir la même trajectoire qu’Antonio Conte, en fermant la porte aux incursions adverses afin d’en tirer profit à long terme. Et même, il y a 12 mois, la première Inter d’Inzaghi avait mis aussi un peu de temps pour s’imperméabiliser défensivement, avec les premiers clean-sheet réalisés consécutivement après une dizaine de journée de Serie A. Cette alarme n’est donc pas un drame, mais il est impératif de trouver la solution au plus vite car le Bayern est une équipe qui ne pardonne pas, s’en suivra la confrontation avec le Torino avant une alternance entre Ligue des Champions et championnat." "Si l’Inter marque énormément, elle se doit d’avoir la certitude de ne jamais débuter le la rencontre avec un but contre au compteur, ce qui représente un malus très nocif : Simone Inzaghi l’a répété après le Derby : Nous ne pouvons pas nous prendre de tels buts, nous encaissons trop facilement l'Inter.... Le premier patch de soin Nerazzurro doit précisément être mis là." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...