Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'benito mussolini'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

2 résultats trouvés

  1. Demain, l'Inter affronte le Torino. Voici un article sur le père de notre légende Sandro Mazzola, Valentino, qui fut le leader légendaire d'Il Grande Torino. Ceci est la traduction de ''Valentino Mazzola the iron man of Il Grande Torino'' par Jim Hart paru le 25/02/2016 sur le site These Football Times. Lorsque Valentino Mazzola a retroussé ses manches sur le terrain, cela signala au reste de l'équipe qu'il était sur le point de prendre le relais, que le plus grand joueur du calcio était sur le point de s'attacher, de mettre toute sa fureur dans le match, et rien ne le ferait l'empêcher ou empêcher le Torino de gagner. Ses pouvoirs étaient si grands non seulement pour changer un match par lui-même, mais pour inspirer ses compatriotes à monter sur ses épaules, que peu de choses pouvaient arrêter cette grande équipe une fois que Valentino avait atteint les profondeurs, ignoré toute la douleur des coups agressifs qu'il a pris, toutes ces tête qu'il poursuivait avec un abandon téméraire et toute cette fureur; une fois ces manches relevées, c'était fini, game over, try again. Sans les événements du 4 mai 1949, le nom de Valentino Mazzola serait probablement placé parmi les meilleurs joueurs de tous les temps. Ce jour-là, les membres d'Il Grande Torino, la première super-équipe à émerger après la Seconde Guerre mondiale, ont presque tous été tués sur une colline près de Turin, à la basilique de Superga, dans une catastrophe aérienne qui a coûté la vie à presque tous les partants non seulement de Torino, mais aussi des Azzurri, l'équipe nationale italienne. C'est une date qui vit dans la douleur pour les adeptes du calcio. Valentino Mazzola était un homme secret en dehors du terrain, un homme strict qui gardait ses pensées pour lui et au sein de sa famille. Il ne vieillirait jamais assez pour voir son fils, le grand Sandro Mazzola, devenir lui-même un héros de la Grande Inter, ou pour voir la montée des Suédois à Milan, ou l'un des autres grands chapitres du football italien à venir. La catastrophe de Superga a enlevé tant de rêves à tant de personnes. Et a changé le cours de l'histoire à bien des égards. Valentino venait d'une région à l'extérieur de Milan, où son père pouvait trouver le peu de travail qu'il y avait. C'est alors que son père perdait tout ce qu'il avait après le krach de Wall Street en 1929 qu'un jeune Valentino apprenait les joies du football et faisait ses premiers pas sur le chemin de la gloire. C'est ici, dans les rues de Cassano d'Adda, que Valentino a pris le surnom de ''Tulen'', qui signifie familièrement ''ferblantier'', nous donnant un indice sur sa jeunesse; il travaillait ces bidons qui lui servaient de ballons comme un maître ferblantier, les faisant chanter sur son ton. C'était son Scudetto de la rue, une zone de moyens maigres et durs près de la romantique Milan où Valentino et ses quatre frères ont grandi. La légende de Valentino en tant que héros a commencé à un âge précoce alors qu'il jouait près de la rivière Adda et a remarqué un jeune garçon qui se débattait dans le courant. Valentino, plus intrépide que jamais, des traits qu'il démontrera plus tard devant une nation qui l'observait, a plongé dans les eaux et a sauvé le jeune Andrea Bonomi de la noyade. Bonomi avait quatre ans de moins que Valentino mais vivra plus longtemps que Mazzola et deviendra lui-même un footballeur célèbre, capitaine de l'AC Milan et remportant de nombreux honneurs. L'aura de bravoure et d'altruisme avait commencé à apparaître, et les événements remarquables de la vie de Mazzola battaient leur plein. Mazzola a commencé à jouer au football organisé dans le quartier local avec les clubs Tresoldi et Fara d'Adda. Bien que les records de cette époque du football des jeunes soient au mieux sommaires sinon inexistants, de 1934, lorsque Valentino avait 15 ans, jusqu'en 1937, il a joué de ces deux côtés jusqu'à ce qu'il soit remarqué par un scout de l'équipe Alfa Romeo. Alfa Romeo était une bénédiction pour le jeune Mazzola et sa famille. Le père de Valentino avait été tué dans un accident impliquant un camion et la famille avait des difficultés financières depuis sa mort. En effet, la chance de jouer pour Alfa Romeo s'accompagnait également d'une offre d'emploi pour devenir mécanicien et apprendre un métier, ce qui était rare à l'époque où peu d'emplois et moins d'opportunités pour la main-d'œuvre non qualifiée. Valentino a sauté sur l'occasion de jouer au jeu qu'il aimait tant et d'aider sa famille qui luttait si fort. Sur une vague de maturité et de leadership, il a embrassé les défis que la vie lui a lancés. Comme pour tant de joueurs de l'époque, la guerre était à l'horizon et dans l'esprit de tous ceux qui étaient impliqués dans le sport; cela a affecté tout le pays car le fascisme sévissait et tous les jeunes hommes valides devaient faire leur devoir au service de Benito Mussolini. Mazzola n'a pas fait exception : il a été appelé au service et enrôlé sur un navire de la marine italienne. Il a servi pendant une période près de Venise (bien que l'emplacement exact soit presque impossible à établir) et c'est au cours de ces longues et sombres journées que Valentino a suivi des études pour acquérir des qualifications pour la vie sûrement inévitable en dehors du football qui l'attendrait, démontrant son autodiscipline et la volonté de s'améliorer. Il craignait d'être appelé directement dans l'effort de guerre, mais ses talents de footballeur et un peu de chance l'ont empêché d'être en première ligne. Mazzola a continué à jouer au football et à s'entraîner dur de 1939 à 1942, il a fait 61 apparitions pour Venezia et a commencé à affiner et à perfectionner son jeu. Déjà un excellent milieu de terrain, Mazzola était en train de devenir ce que nous pourrions appeler aujourd'hui un milieu de terrain box-to-box, avec la capacité de jouer également au poste d'avant-centre. Son jeu était si polyvalent qu'il pouvait pratiquement jouer à n'importe quel poste sur le terrain, même gardien de but. Étudiant du jeu, étanchant sa soif de connaissances qui l'a amené à étudier et à se former en tant que mécanicien, Mazzola passait des heures à apprendre les subtilités du calcio et comment il pouvait influencer le jeu grâce à un meilleur positionnement. Il était naturellement du pied droit mais passait des heures avec un ballon et un mur à travailler son pied gauche afin qu'il puisse ouvrir le jeu en recevant de chaque côté. C'était un processus de réflexion qui n'est enseigné que maintenant en tant que compétences obligatoires dans de nombreuses régions du monde. Son ambition était d'être le joueur parfait, il a refusé d'être défini. L'opposition essaierait tout pour l'empêcher, même à un âge précoce, de lui donner des coups de coude au visage, mais il a appris à jouer dans un état zen, ignorant la douleur. Il se lançait pour une tête, ce qui était souvent une tactique inhabituelle à l'époque en raison de la lourdeur du ballon et de la brutalité des défenseurs, avec un abandon téméraire, ne se protégeant pas avec ses bras pour pouvoir sauter plus haut que l'opposition. Il n'était pas aussi grand que ses ennemis les plus brutaux, seulement 170 cm, il avait donc besoin d'une portance supplémentaire pour s'élever dans le ciel sur les corners pour atteindre le sommet et la fin des centres. Il était le modèle même d'un joueur moderne dans le jeu d'aujourd'hui, des décennies en avance sur son temps, tant sur le plan technique que professionnel. Aussi strict qu'il était sur le terrain, Valentino reflétait cette discipline à la maison. Valentino et sa femme ont eu deux fils, qui ont tous deux grandi pour devenir des footballeurs professionnels, Alessandro et Ferruccio, qui porte le nom du président du Turino de l'époque. Sandro a connu une grande renommée à l'Inter Milan et a joué pour l'équipe nationale italienne, tandis que Ferruccio a hérité de nombreux traits têtus et déterminés de son père, mais malheureusement pas autant de talent, et a continué à profiter de piges dans un certain nombre de bons clubs italiens connus dont la Fiorentina et la Lazio. Ferruccio était un ardent critique des drogues améliorant la performance et a été quelque peu ostracisé dans le football italien pour sa position, une position que beaucoup regardent maintenant avec une grande tristesse. Sandro, quant à lui, était un héros des Nerazzurri et a été capitaine de l'équipe pendant plusieurs années, sa moustache emblématique le rendant facile à repérer sur le terrain. En 1942, Valentino Mazzola a été amené au Torino par le président Ferrucio Novo pour la somme de 1,3 million de lires, environ 150 000 dollars américains à l'époque. Avec lui est venu son mezzala (milieu de terrain extérieur dans le lexique calcio) et son partenaire dans le crime, Ezio Loik, qui a aidé à former un partenariat qui allait devenir le point central d'Il Grande Torino. Valentino et Loik avaient joué ensemble au Venezia, où ils avaient connu un début difficile, Ezio étant un peu paranoïaque et calme et Valentino étant le leader vocal sortant. Mais ces deux-là formaient le couple parfait pour diriger le milieu de terrain. Ils avaient un sens presque télépathique de l'endroit où ils se trouvaient sur le terrain et pouvaient se faire une passe avec une perfection digne d'un laser. Ensemble, ils ont remporté la Coppa Italia pour Venezia, le premier honneur de ce genre pour les nordistes. Valentino et Ezio avaient récemment fait leurs débuts avec les Azzurri, disputant un match contre la Croatie et se distinguant par une victoire 4-0. Le partenariat durera jusqu'à leur mort à Superga. Ils sont venus au Turino avec de grands espoirs, même s'ils savaient que la guerre pouvait tout changer en un rien de temps, ce qu'elle a finalement fait. Après la saison 1942, la Serie A est restée inactive pendant deux ans dans ce qu'on appelle maintenant les ''saisons de guerre''. Pendant ces deux années, les joueurs et les entraîneurs se sont entraînés et ont joué quelques matchs alors que la guerre faisait rage autour d'eux, bien que beaucoup aient été tués à cette époque, avec des craintes pour des hommes comme Egri Erbstein, le manager du Torino qui était un juif hongrois ex-pat vivant à Italie. Erbstein était un génie. Il avait joué au football à Budapest avec un certain succès et avait servi dans l'armée des Habsbourg pendant la Grande Guerre en 1916; envoyé sur le front italien, il a eu la chance de n'avoir à servir qu'un an, au lieu des trois ans prescrits à beaucoup de son âge. Erbstein est revenu du service pour poursuivre sa carrière de footballeur à Budapest au BAK, mais la Hongrie était mûre pour la révolution et son rôle de leader dans l'armée était considéré comme un plus pour le renversement du gouvernement actuel, un acte qui a finalement réussi. L'agitation politique et le sentiment anti-juif sévissaient dans toute l'Europe et Erbstein était assez intelligent pour savoir quand bouger et quand garder la tête baissée. En 1942, les astres se sont alignés lorsque les incroyables talents du Torino se sont réunis sous la tutelle du génie errant d'Erbstein. Un match parfait, le coach avait trouvé à Torino une équipe qui pouvait répondre à sa philosophie sur la façon dont une équipe moderne devait jouer, avec une vitesse venant des flancs et une défense de pression élevée. Le Torino jouait un foot gourmand, comme si le ballon leur appartenait; dans leur esprit, si l'autre équipe avait le ballon, ce devait être une erreur, ils ne le méritaient pas et ils insisteraient agressivement pour le récupérer. Une fois que le ballon est revenu entre les mains du Torino, il a été poussé sur le terrain vers l'un des flancs par la star et pin-up du calcio, Valentino Mazzola. Le héros italien a toujours su quoi faire avec le ballon, qu'il s'agisse d'une passe précise à un avant-centre ou d'un tir fulgurant au but, Valentino prit les décisions. Il faisait rarement des erreurs. Après la guerre, la Serie A a finalement repris son plein essor, le Torino dominant la Serie A; aucune autre équipe n'a pu toucher la grandeur des footballeurs talentueux d'Erbstein, tous dirigés par leur leader vocal et expressif Mazzola. Lorsque Mazzola sentait que l'équipe manquait de concentration ou d'effort, il soulevait les manches de sa chemise pour signaler à ses coéquipiers de monter d'un cran. Souvent, c'était son jeu, son leadership, qui amènerait l'équipe à saisir la journée et à gagner le match. Mazzola est même intervenu en tant que gardien de but à une occasion, gardant une clean sheet et remportant encore plus d'applaudissements pour la foule en adoration. Sa légende grandit et grandit. À la fin de la saison 1948, les Azzurri étaient presque entièrement composés de joueurs du Torino. L'équipe était si dominante que personne en Serie A n'a failli égaler ses exploits. L'Europe en était aux premiers stades de la création de ce qui allait devenir la Coupe d'Europe et éventuellement la Ligue des champions, et bien sûr le Torino était considéré comme la force dominante pour remporter tous les honneurs. Seule une tragédie comme Superga pourrait empêcher que cela se produise. Le Real Madrid a remporté cinq titres consécutifs dans les années 50, mais il est stupéfiant de penser à quel point l'histoire aurait pu changer, en Italie et en Europe, si le Torino n'avait jamais embarqué sur ce vol fatidique au départ de Lisbonne. Aurions-nous une hiérarchie différente dans le football d'aujourd'hui ? Nul ne le sait. Mazzola, l'Iron Man de cette grande équipe du Torino, était un joueur des décennies en avance sur son temps; une superstar en Italie et la première pin-up de calcio. Ses talents étaient indéniables et beaucoup de ceux qui l'ont vu jouer ont dit même des années plus tard que Mazzola était tout simplement le meilleur. La tragédie de Superga ne peut pas être mesurée car elle a abattu tant de jeunes hommes au sommet de leur carrière, pas seulement Mazzola, mais Loik et le grand marionnettiste lui-même Erbstein, qui est arrivé au bon endroit au bon moment pour enflammer cette équipe. On se souvient aujourd'hui d'Il Grande Torino comme d'un joyau parfait et honoré pour son éclat pendant leurs courtes années ensemble. En souvenir des 31 morts le 4 mai 1949 à la Basilique de Superga : les pilotes Pierluigi Meroni et Cesare Biancardi ; les membres d'équipage Antonio Pangrazi et Celeste D'Inca ; l'organisateur de la tournée Andrea Bonaiuti; les journalistes Renato Casalbore, Renato Tosatti et Luigi Cavallero ; les directeurs du club Rinaldo Agnisetta et Ippolito Civalleri ; le masseur Ottavio Cortina; l'entraîneur de l'équipe première Leslie Lievesley; l'équipe Grande Torino : Valerio Bacigalupo, Aldo Ballarin, Dino Ballarin, Emile Bongiorni, Eusebio Castigliano, Rubens Fadini, Guglielmo Gabetto, Ruggero Grava, Giuseppe Grezar, Ezio Loik, Virgilio Maroso, Danilo Martelli, Valentino Mazzola, Romeo Menti, Piero Operto, Franco Ossola, Mario Rigamonti et Giulio Schubert ; et leur manager Ernő Egri Erbstein. Traduction alex_j via thesefootballtimes.co.
  2. Faisant fi des protestations et de l'impopularité sauvage qu'elle suscita en 1938, l'Italie, championne du Monde en titre, se rendit en France pour défendre avec succès "sa" couronne. "Le moment critique a été... lorsque nos joueurs ont levé la main pour effectuer le salut fasciste... Je suis entré dans le stade avec eux, alignés dans un pure style militaire, et je me suis tenu sur la droite. Au salut, nous avons, comme on pouvait s'y attendre, rencontré une vague assourdissante de sifflets, d'insultes et de remarques. Il semblait que nous étions en Italie tant les expressions résonnaient de nos idiomes et dialectes. Combien de temps ce brouhaha a duré, je ne pourrais le dire. J'étais rigide, avec un bras tendu horizontalement, je ne pouvais estimer le temps. L’arbitre allemand et les joueurs norvégiens nous ont regardés avec inquiétude. À un moment donné, ce chahut commença à diminuer en intensité puis cessa… Nous venions de baisser les bras et la violente manifestation a recommencé. De suite : "L'équipe est prête. Saluer." Et nous avons de nouveau levé la main pour confirmer que nous n'avions pas peur… Nous avions joué en ayant gagné la bataille de l'intimidation." Le souvenir du match du premier tour de la Coupe du Monde de 1938 de l'Italie contre la Norvège laissé par l'entraîneur de l'équipe nationale, Vittorio Pozzo, résuma bien l'approche résolue et sans compromission du fascisme pour conserver la première étoile qu'il avait remportée à domicile quatre ans plus tôt. Conscient de l'attrait transnational du jeu et de ses pouvoirs de propagande, le régime fasciste investit énormément dans la rationalisation et la régénération du jeu italien. Lente à s'industrialiser, l'Italie vint tard dans le football, le boom footballistique venant de part et d'autre de la première guerre mondiale (plusieurs fédérations européennes et sud-américaines autorisèrent le professionnalisme à partir des années 1920, ndlr). Gagner la guerre mais perdre la paix a provoqué une désaffection généralisée qui, combinée à la menace du communisme, a alimenté la rapide ascension au pouvoir de Mussolini et du régime fasciste (Mussolini commença en 1918 pour accéder au pouvoir en 1922 - voir, la marche sur Rome. Le 24 novembre 1922, Mussolini obtint les pleins pouvoirs en matière économique et administrative jusqu'au 31 décembre 1923 afin de rétablir l'ordre, ndlr). Après avoir établi la dictature, Il Duce se focalisa sur la mobilisation de la nation derrière le régime. Le sport était fondamental dans ce domaine et malgré son manque d’enthousiasme initial, ainsi que son déficit incontestable de talent, pour le football ou "calcio" comme le demandait le nationalisme linguistique fasciste, le "calcio" est devenu sa clé de voute. La charte de Viareggio de 1926 a fait du calcio un jeu fasciste. Dirigée par le chef fasciste bolognais, Leandro Arpinati, la fédération a entrepris de révolutionner le jeu. La plus notable réforme fut la formation d'un championnat national, la Serie A. Le but était double : d'une part, forger un sentiment d'identité nationale et, d'autre part, créer une structure plus forte et plus compétitive qui aboutirait à une équipe nationale capable de rivaliser avec les meilleures. Les investissements faits ont commencé à porter leur fruit au début des années 1930, alors que les équipes italiennes contestaient la suprématie des clubs de l'Europe centrale et de la Grande-Bretagne (par exemple, la Mitropa Cup, ndlr). La génération s'est épanouie en 1934 lorsque l'Italie a accueilli et remporté la Coupe du Monde. Mais deux doutes persistants sapèrent les prétentions italiennes à la suprématie : l'absence de l'équipe anglaise et les rumeurs de corruption et achats d'arbitres. Il y a peu de preuves concrètes pour confirmer les rumeurs de corruption, mais l'Angleterre est restée une sacrée épine dans le pied du calcio avec une Italie incapable d'obtenir une victoire en trois matchs très "rudes" durant les années 1930 (voir par exemple la bataille Highbury le 14 Novembre 1934, ndlr). Alors que l'Angleterre restait formidablement isolée, France 1938 fut l'occasion pour l'Italie de conserver "son" trophée dans un pays étranger et de balayer ainsi ces rumeurs. Mais au moment où le tournoi vit le jour, il y avait d'excellentes raisons de détester ce qui fut un régime particulièrement nauséabond, ce que beaucoup en France, en particulier, venaient à réaliser. Selon les rumeurs, Carlo Rosselli, l'un des intellectuels antifascistes les plus charismatiques et influents d'Europe, vivant depuis 1929 en exil en France, aurait comploté divers complots pour assassiner Mussolini. Son soutien à l'extension de la guerre civile espagnole à une guerre antifasciste européenne plus générale a fait de lui l'un des ennemis les plus dangereux du régime, ce qui l'a placé en première ligne d'une liste de personnes recherchées. Avec son frère Nello, un historien réputé, il a été tué sur une route de campagne en Normandie, le 9 juin 1937. Tous deux ont été poignardés, Nello ayant été achevé avec un pistolet. Près de 200 000 personnes auraient assisté à leurs funérailles à Paris. Alors que la presse italienne tentait de relier leurs assassinats à des activistes communistes et autres anarchistes antifascistes, la responsabilité incombait en fait à un groupe secret d'extrême droite français, Cagoule (initialement Organisation secrète d'action révolutionnaire nationale, ndlr), qui avait des liens avec les services secrets français. Bien qu'il n'y eut pas de preuves irréfutables connectant directement Mussolini à ce double assassinat, la police secrète italienne surveillait Carlo Rosselli dans son hôtel. Quelques jours après leur assassinat, Leon Blum a présenté sa démission en tant que Premier ministre du Front populaire, une coalition "anti-fasciste" (l'expression "coalition de partis de gauche qui gouverna la France de mai 1936 à avril 1938" est plus précis, ndlr). En effet, les 21 et 22 juin, Léon Blum, qui a obtenu de la chambre les pleins pouvoirs en matière financière, se les voit refuser par le Sénat. Il réunit son gouvernement qui prend la décision de démissionner. Camille Chautemps succède à Léon Blum à la présidence du Conseil le 29 juin. Les relations franco-italiennes ne furent en rien aidées par les déclarations anti-françaises/pro-franquistes de Mussolini le 14 mai 1938. Déclarant son soutien au général Franco dans la guerre civile espagnole, son annonce d'un accord politique avec l'Angleterre menaçait l'encerclement de la France. Ce fut dans ce contexte politique lourd que l'équipe italienne arriva en France en 1938. Les manifestations antifascistes "classiques" devinrent les vagues mexicaines de cette Coupe du Monde (note de traduction: en anglais "a Mexican wave" est une vague mexicaine est un effet ressemblant à une vague en mouvement produite par des sections successives de la foule dans un stade debout, levant les bras, les abaissant et se rasseyant). Arrivé avec l'équipe italienne à Marseille, où il y avait une forte présence d'exilés italiens, Ugo Locatelli (milieu gauche de l'Inter à l'époque, l'équipe avait été changer son nom pour Ambrosiana Inter) a rappelé plus tard que 3000 manifestants français et italiens (voire plus) étaient contrôlés par une police montée et armée de matraques. Son récit contrasta fortement avec celui de la presse italienne qui relata un accueil courtois à la gare d'un certain nombre de dignitaires ainsi qu'un enthousiasme excessif de la part des supporters locaux et italiens. En 2001, un journaliste du Guardian a interviewé Piero Rava (arrière-gauche de la Juventus à l'époque, ndlr), le seul membre survivant de cette équipe. Il n'a pas pu se souvenir de la prétendue vague de protestations. Est-ce que sa mémoire avait été réduite au fil des ans ou était-elle délibérément sélective ? Impossible de le vérifier. Mais étant donné que de tels incidents se sont poursuivis tout au long de la compétition, les souvenirs de Locatelli semblaient toujours "monnayables". Moins de doute concernant le destinataire des protestations : l'équipe italienne. En tant que représentante du régime plutôt que de la nation, elle a récolté ce que le fascisme avait semé 12 ans plus tôt avec sa politisation du football. "Naturellement" impopulaire, cet accueil "chaleureux" n’était pas le genre de choses à troubler Vittorio Pozzo, journaliste à la Stampa et commandant suprême non rémunéré de l’équipe nationale, qui a insufflé un fort sens du militarisme à ses enfants et à ceux de Mussolini (comprenez, les joueurs de l'équipe, ndlr). Réglant les rivalités interclubs potentiellement conflictuelles et donc nuisible à l'équipe, en forçant les joueurs antagonistes à se regrouper dans la même chambre, l'ambiance de ses camps d'entraînement ressemblait davantage à ceux des forces armées. Étroitement lié à la hiérarchie fasciste, Pozzo a incarcéré son équipe et les marches à travers les bois devinrent l'ordre du jour. Ses tactiques de motivation étaient souvent résolument nationalistes. Par exemple, un voyage en Hongrie en 1930 inclut un détour vers le monumental cimetière de la Première Guerre mondiale de Redipuglia où, parmi les morts de la guerre, les joueurs se rappelaient de leurs responsabilités et des sacrifices de leurs ancêtres. Le match d'ouverture, à Marseille, a vu des Azzurri affronter la Norvège sur le terrain et environ 10 000 exilés politiques italiens sur les terrasses, même si le journaliste du Corriere della Sera, Emilio De Martino, a affirmé que les fortes tendances pro-scandinaves de la foule étaient davantage le reflet du plaisir occasionné par l'élimination anticipée et inattendue de l'Allemagne (erreur ou imprécision du journaliste car la Suisse avait fait 1-1 contre l'Allemagne la veille et gagné 4-2 lors du match d'appui 4 jours après, ndlr). Pozzo, cependant, a rappelé : "… un contexte de polémique politique. Injustement. Parce que nos joueurs n'ont même jamais rêvé d'en faire quelque chose de politique. Ils représentaient leur pays et ils portaient naturellement ses couleurs et son symbole. Le problème était que ce symbole était le Fascio Littorio, un ensemble de bâtons et une hache. Porté par les Romains comme un signe d'ordre public, le régime fasciste s'en était approprié pour des raisons similaires. L'hymne du fascisme Giovinezza (Jeunesse) également joué lorsque l'équipe est entrée dans le stade, mais c'est le salut romain de l'équipe, également repris par le régime fasciste, qui a exacerbé la foule, en particulier lorsque sa répétition a été ordonnée" Sous pression, les Azzurri ont été bien loin d'être impressionnants en arrachant une petite victoire 2-1 après prolongation ! "Vittoria ma non basta" (Victoire mais pas suffisant) résume la déception générale de la presse. Le général de milice fasciste et chef de la fédération de football, Giorgio Vaccaro (officier général de l'armée italienne et membre du Parti national fasciste, il est considéré comme le manager le plus victorieux de l'histoire du football italien en vertu des deux titres mondiaux et de la médaille d'or olympique remportée par l'équipe nationale de football entre 1934 et 1938, sous sa présidence, ndlr), était également mécontent de la présence en défense du "vieillissant" Eraldo Monzeglio (défenseur de l'AS Rome à cette époque, ndlr) au lieu d'Alfredo Foni (défenseur de la Juventus à cette époque, ndlr). Pozzo clama que la pression venait de la Villa Torlonia, la résidence romaine de Mussolini où Monzeglio était souvent présent comme entraîneur de football et jouant au tennis avec Il Duce et ses fils. L'intervention de Vaccaro a mis fin à la carrière internationale de Monzeglio (après 1938, il ne joua plus aucun match en sélection nationale, ndlr) et a bien mis en évidence l'interférence politique dans la sélection de l'équipe qui, selon Pozzo, l'avait forcé à choisir uniquement des joueurs membres du parti en 1934. Les remous marseillais se sont faits sentir à Paris, où l'Italie a rencontré la France en quart de finale. Si les manifestations antifascistes ont ébranlé la confiance des Azzurri à Marseille, du "théâtre de l'hostilité", ce fut le stade de Colombes où l'équipe italienne trouva son inspiration. Dans son récit détaillé des deux victoires mondiales et médaille d'or italiennes, Pozzo a ignoré ce match (celui contre la Norvège, ndlr), tout comme le régime le faisait avec les "mauvaises" nouvelles. Les deux pays jouant normalement en bleu, un tirage au sort a été effectué pour décider qui devait changer. L'Italie a perdu et dû jouer en noire plutôt que de porter sa traditionnelle couleur blanche (l'équivalent du away-jersey, ndlr). Ayant été affecté par le mauvais accueil de Marseille, la décision est souvent considérée comme émanant directement de Mussolini. Alors que la maglia nera (chemise noire) avait été portée par l’équipe d’étudiants victorieuse à Berlin, c’était la seule fois qu’elle apparaissait dans une compétition internationale sous cette couleur. Présentant un Fascio Littorio loin d'être subtil sur la poitrine gauche, c'était une représentation directe du régime et un "deux doigts" indubitable pour tous les manifestants antifascistes (note de traduction: en anglais, l'expression "two fingers" est souvent l'équivalent du V de victoire). La foule "manifestement hostile" fut réduite au silence par une confortable victoire italienne 3-1 (contre la France, ndlr). Comme le quotidien fasciste Il Popolo d'Italia l'a reporté, l'équipe a réalisé sa meilleure performance du tournoi: "C'est l'Italie -la chemise bleue avec le bouclier de Savoie et le Fascio Littorio sur la poitrine- qui a gagné le droit de disputer la finale à Paris", (après sa victoire 2-1 contre le Brésil en demie finale, ndlr). Pour le régime fasciste, l'importance de la victoire était évidente. Mais au-delà des lauriers darwinistes qui ont associé la réussite à la régénération apparente de la race italienne "fasciste", il y avait aussi ces rumeurs de corruption durant la CdM 1934 qui devaient être balayées. Tel un désespoir, une légende urbaine fut développée autour d'un télégramme apparemment envoyé à l'équipe par Mussolini, juste avant la finale, avec la simple instruction "Vaincre ou Mourir". Sans surprise, le gouvernement ne l'a pas archivé parmi d'autres dépêches étrangères et Rava ne lui a pas non plus accordé tant de crédit que ça. "Non, non, non, ce n'est pas vrai. Il a envoyé un télégramme nous souhaitant bonne chance, mais jamais «gagner ou mourir»." Parfois, la vérité fait obstacle à une bonne histoire. Lors de la finale jouée contre la Hongrie, alors qu'elle était à égalité 1-1, l'Italie a montré sa classe avec 20 minutes de football largement acclamé au cours desquelles elle a marqué deux buts, obtenu le titre et a apparemment conquis la foule. Rava a déclaré: "Au cours de ces 20 minutes de jeu spectaculaires, ils ont oublié leurs préjugés politiques et ethniques". La finale se termina par 4-2. Pour leurs efforts, chaque membre de l'équipe a été récompensé par une prime de 8 000 lires (environ trois mois de salaire) et une médaille d'or fasciste donnée par Mussolini lors d'une réception de 15 minutes au Palazzo Venezia à Rome. Chose intéressante, étant donné sa mégalomanie et son enthousiasme pour la domination mondiale, le "sportif n°1 de l'Italie" n'a jamais levé le trophée lui-même. Le fascisme avait déjà les yeux rivés sur un troisième trophée consécutif en 1942, mais le déclenchement de la seconde guerre mondiale mit un terme à ce rêve. Après la chute du régime en 1943 et la libération de l'Italie 18 mois plus tard, Pozzo effectua la transition entre la dictature et la République démocratique. Il est resté entraîneur italien jusqu'en 1948 et a continué à écrire pour La Stampa jusqu'à sa mort 20 ans plus tard. Mais pour tout le talent incontestable de l'Italie et son succès sans précédent, les signes politiques d'une chemise noire (note traduction: le journaliste fait un jeu de mot car black shirt peut se traduire par chemise noire ou maillot noir) et d'un double salut romain qui ont incarné la montée du football italien sous le fascisme étaient extraordinaires, en particulier dans le contexte de la France à l'époque et de ce qui allait arriver. Le fascisme a peut-être gagné la bataille de l'intimidation sur le terrain, comme l'avait dit Pozzo, il perdrait bientôt la guerre et la chemise noire ainsi que le salut romain seraient consignés dans l'un des moments les moins édifiants (note de traduction: l'adjectif "edifying" est utilisé pour qualifier quelque chose qui va vous être bénéfique. Il faut prendre le mot édifiant au sens propre et non au sens ironique) mais ouvertement politiques de la Coupe du Monde et de la FIFA. "Sport Italia" de Simon Martin, publié en 2011 par IB Tauris, raconte l'histoire de l'Italie moderne à travers la passion nationale du sport. Traduit de The Guardian par Alex_j pour Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...