Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'beppe marotta'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Apparaissant sur Sky Sport 24 hier, Giorgio Perinetti, directeur sportif de Sienne, a mis en valeur deux jeunes attaquants et Beppe Marotta. "Nous connaissons un peu les problèmes de l'entreprise à l'Inter mais Marotta travaille dur pour les résoudre, avec imagination. L'argent est ce qu'il est, pas seulement à l'Inter, et il faut de la patience pour trouver des solutions alternatives." "L'Inter a de bons jeunes joueurs, Satriano et Salcedo peuvent soudainement s'épanouir cette saison. Bien sûr, ce ne sont pas des certitudes et l'Inter a besoin de certitudes." L'Uruguayen Satriano s'est entraîné avec l'équipe première ce mois-ci après avoir impressionné pour la Primavera la saison dernière et a suscité l'intérêt de nombreux clubs. Salcedo a passé la dernière saison en prêt au Hellas Vérone et pourrait être prêt pour un autre départ au Stadio Giuseppe Meazza.
  2. Beppe Marotta a fait savoir que Romelu Lukaku n'est pas à vendre. L'international belge a été le meilleur buteur des Nerazzurri la saison dernière alors que ses 24 buts en Serie A ont propulsé le club vers son premier Scudetto depuis 2010, sa forme et ses performances attirant l'attention de toute l'Europe. Cependant, dans une interview accordée à la chaîne de télévision italienne SportMediaset, avant le match amical de pré-saison contre Pergolettese , Beppe Marotta a clairement indiqué les intentions du club concernant l'avenir de Lukaku. "De notre côté, nous pouvons le dire absolument, oui, Lukaku n'est pas à vendre. Lukaku est une pièce importante sur l'échiquier." L'attaquant de 27 ans a repris l'entraînement de pré-saison aujourd'hui après son Euro 2020 avec la Belgique.
  3. Beppe Marotta a averti que les clubs ne peuvent pas se permettre d'avoir des spectateurs en nombre limité indéfiniment et a poussé à davantage de discussions sur le retour des fans. Voici ses déclarations à l'ANSA. Les clubs jouent pour la plupart à huis clos depuis le déclenchement de la pandémie du COVID-19 en Mars 2020. Bien que le gouvernement italien ait annoncé que les supporters vaccinés pourraient revenir cette saison avec une jauge de 50%. Cependant, en raison des structures de la plupart des stades en Italie, on pense que seul le stade Allianz de la Juventus atteindra son chiffre, le Stadio Giuseppe Meazza ne remplissant probablement que 33% de sa capacité. "Il serait utile d'éliminer la distance entre un endroit et un autre en gardant 'l'espace vert' obligatoire qui représente pour le moment la protection maximale pour tout le monde. Avec la mesure de distanciation, la capacité initialement prévue à 50% serait réduite à 25-30%. Cette situation causerait des dommages considérables aux finances du club. Tout en appréciant la décision de réouverture, nous devons essayer de travailler ensemble pour rendre les stades plus sûrs et plus vivables, sans perdre de vue les revenus." L'Inter commence la défense de son titre de Serie A avec la visite du Genoa au Stadio Giuseppe Meazza le 21 Août. Avec les restrictions actuelles, seuls 24 000 fans pourraient entrer dans le stade.
  4. Dans leurs journaux respectifs, Alessandro Vocalelli, Gennaro Gattuso et Michele Cristcitiello s'expriment sur l'arrivée de Simone Inzaghi. Si les deux premiers semblent emballés, le dernier est plus mitigé. Écrivant dans sa chronique dans la Gazzetta dello Sport, Alessandro Vocalelli a donné son avis sur le projet naissant de Simone Inzaghi. "On serait prudent, avouons-le, sinon sceptique sur les chances de l'Inter la saison prochaine, précisément à cause du choix de l'ancien entraîneur de la Lazio. Et s'il est compréhensible qu'Antonio Conte ait laissé sa marque, il est néanmoins franchement incompréhensible pourquoi la qualité du choix de Marotta et Ausilio n'est pas pleinement appréciée. Car, et c'est le maître mot, l'Inter était un choix, et non un parachute. Il y avait d'autres entraîneurs libres, mais l'Inter voulait Inzaghi, à cause de son style de jeu et plus encore." ''L'Inter ne continuera pas à jouer comme ils l'ont fait avec Conte, peut-être dans la forme mais avec plus de ballon, ce qui est presque tout, plus court, plus rapide, moins intense et moins agressif, et avec une idée du football si différente que les joueurs se sentent au centre d'un nouveau projet. Oui, parce que le projet, bien sûr, est de confirmer le Scudetto, de continuer à gagner." S'adressant au journal napolitain Il Mattino, Gennaro Gattuso a rendu son verdict sur les qualités de l'Inter avant la prochaine saison de Serie A. ''L'arrivée d'Inzaghi changera peu, le système tactique sera le même, même après les adieux de Conte. Inzaghi est jeune mais préparé. Il est clair qu'il y aura une certaine pression, c'est normal si vous allez entraîner les champions d'Italie.'' Écrivant dans sa chronique pour Tuttomercatoweb.com, Michele Cristcitiello a prédit que Simone Inzaghi aura du mal à succéder à Antonio Conte. ''Ce ne sera pas une année facile pour l'Inter. Si vous ne faites pas le mercato et ne remplacez pas ceux qui partent, vous ne pouvez pas penser que vous êtes plus fort que les autres simplement parce que vous avez le drapeau tricolore sur la poitrine.'' ''La vérité, c'est que l'Inter a changé ses plans et qu'en pensant à gagner pour faire grandir la marque même en Chine, ils sont passés de la réduction des coûts au fameux 'continuons à avancer'. L'année dernière, ça s'est bien passé parce que Conte a agi en tant que manager et coach psychologique, mais aussi parce qu'il n'y avait personne en mesure de s'y opposer." ''La Juventus de Pirlo était plus que moyenne et Milan a abandonné trop tôt car ils n'avaient pas les qualités pour rester à la première place. Perdre Conte et essayer de le remplacer est un désastre. Inzaghi aura du mal, on parle de gagner le Scudetto et d'être favori en Ligue des champions, on ne dit pas qu'il ne finira pas dans les quatre premiers, car reprendre le vestiaire de Conte avec les hommes de Conte n'est pas anodin.'' ''Tout en voulant faire venir des fidèles, l'ancien entraîneur de la Lazio n'est pas en mesure de le faire. Cette année, l'Inter doit tenir compte du fait que la Juventus sera la favorite au Scudetto et que le club romain aura un bon championnat.''
  5. Sur Sky Sport Italia, Giuseppe Marotta a évoqué les objectifs de l'Inter pour la saison peu avant le match amical contre Lugano. "Nos objectifs sont les mêmes que d'habitude: honorer le maillot et défier les trophées. L'histoire de l'Inter exige cela : c'est un club avec un passé glorieux et couronné de succès. Nous avons également le devoir d'honorer le Scudetto que nous portons sur nos maillots. Nous avons une grosse saison devant nous." "Nous attendons toujours le retour de nombreux joueurs qui ont participé à l'Euro et à la Copa America, mais à part vendre Achraf Hakimi, nous prévoyons de garder cette équipe ensemble. Ils nous ont donné de quoi se réjouir la saison dernière et ont prouvé à quel point ils sont une grande équipe." "Nous avons également des joueurs comme Federico Dimarco qui auront la chance de montrer à Inzaghi ce qu'ils peuvent faire. Il est le présent et l'avenir de l'Inter et je pense qu'il pourrait surprendre quelques personnes cette saison, mais cela vaut également pour tous les autres jeunes joueurs qui jouent pour l'Inter."
  6. Giuseppe Marotta était le représentant de l'Inter lors de la cérémonie dévoilant la liste des matches de Serie A pour la saison 2021-2022 ce Mercredi. Voici ce qu'a dit notre CEO: "En début de saison, il y a toujours des équipes qui sont considérées comme favorites. Contrairement à des compétitions plus courtes telles que la Ligue des champions, la ligue nationale a tendance à être remportée par la meilleure équipe bien qu'il puisse parfois y avoir des outsiders. Vous devez montrer à chaque équipe le même respect et aborder chaque match avec le bon état d'esprit et la bonne détermination." "Ce n'est que lorsque vous atteignez le milieu de la saison que vous commencez à avoir une meilleure idée de qui sont les prétendants potentiels au titre. Nous sommes les champions en titre et nous sommes prêts pour le prochain défi. Vous devez toujours regarder vers l'avenir dans le football." Sur Christian Eriksen et Hakan Calhanoglu. "Nous sommes vraiment heureux pour Christian parce que sa santé s'améliore et c'est la chose la plus importante. Nous espérons qu'il pourra rejouer mais nous aurons besoin de patience et de temps pour comprendre si c'est le cas. L'essentiel est qu'il puisse revenir à la normalité dans sa vie de tous les jours." "Calhanoglu était une opportunité de transfert qui s'est présentée. Cela n'a certainement pas été fait pour contrarier le Milan. Avec la façon dont le football est en ce moment, quelque chose de similaire pourrait aussi se produire dans l'autre sens."
  7. S'adressant à la chaîne de presse italienne Tuttomercatoweb Radio, Riccardo Ferri a évoqué la conférence de presse de Beppe Marotta et Simone Inzaghi. Pour Ferri, la continuité de la vision du club de Marotta a assuré la continuité, et c'est ce qui a permis aux Nerazzurri de remporter le Scudetto pour la première fois en onze ans. L'ancien défenseur central a également donné son avis sur des signatures potentielles et à quoi il aimerait que l'équipe ressemble pour la saison prochaine bien qu'il fasse confiance au club pour prendre les bonnes décisions à l'avenir. Ses paroles: "Son choix d'Inzaghi comme manager n'est pas une option de repli, mais est dû au fait qu'il fallait choisir un coach de qualité pour mener à bien un projet ambitieux. Dans le passé, il a montré qu'il pouvait gérer certaines situations. Je pense qu'il devrait être placé dans un club ambitieux, mais il peut aussi bénéficier d'un travail extraordinaire accompli par Conte." "Aujourd'hui, il y a la conscience d'être fort, de ne pas être satisfait et de faire encore plus. Cette direction a fait face à des situations difficiles et je pense que le club fera tout pour saisir les opportunités du marché." "Un joueur large qui pourrait prendre la place d'Hakimi ? Lazzari est un joueur intéressant qui parvient très bien à jouer à gauche. Les administrateurs sont cependant beaucoup plus compétents et profiteront des opportunités qui se présenteront." "Qui ne doit pas être vendu ? Marotta. Je pense qu'il a fait un travail extraordinaire, à commencer par le choix de Conte, dont beaucoup étaient dubitatifs. Ses choix ont toujours été parfaits."
  8. Giuseppe Marotta a reçu aujourd'hui le Lion d'or du mérite professionnel. Notre Beppe Marotta a reçu le prestigieux prix, symbole du célèbre Festival du Film de Venise, au siège de la Région Vénétie à Venise, en présence du président d'honneur et Lion d'Or pour la Paix Mario Baccini et du président de l'Ordre du Lion d'Or Comité Sileno Candelaresi. Le Lion d'Or du Sport a été créé en 2019 sous le patronage du CONI et du Comité Paralympique. "Venise est une ville qui compte beaucoup pour moi. J'ai passé de bons moments ici, surtout lorsque nous avons obtenu la promotion en Serie A en 1997-1998." "Je suis extrêmement fier de recevoir ce prix. Je pense que c'est une reconnaissance de mon engagement dans le football en général, quel que soit mon travail de management. Mon travail n'est pas seulement de gérer des joueurs vedettes ; il y a aussi un côté éducatif et social. De plus en plus de garçons et de filles s'intéressent au football et ce sport offre une énorme opportunité d'éducation. Le football est un phénomène social et ce prix me donne une motivation supplémentaire pour l'avenir, continuer à travailler pour apporter de la joie au plus grand nombre."
  9. L'Inter continuera à fonctionner comme d'habitude malgré les discussions entre le Suning et Alibaba pour participation majoritaire dans la société chinoise. Beppe Marotta s'est exprimé sur la situation actuelle. Selon le Corriere dello Sport, peu importe ce qui se passe avec le Suning pour le moment. De plus, les Nerazzurri sont financièrement en sécurité, . La société chinoise Alibaba Group Holding Ltd. dirige un consortium qui s'apprête à racheter Suning.com, la société mère de nos propriétaires, capitalisant sur les récents problèmes d'endettement et de liquidité rencontrés par nos propriétaires. Cependant, les craintes que cela puisse affecter les opérations de l'Inter ne sont pas fondées car les propriétaires du club ont déjà utilisé les prêts du fonds américain Oaktree Capital pour atteindre les objectifs imposés par la FIGC et rattraper les salaires impayés des joueurs, environ 45 M€ au total. La prochaine étape de l'Inter et du Suning n'est pas claire, le club étant sur le point de s'en tenir à un plan financier diligent cet été. Mais pour le moment, ils devraient rester sur leur trajectoire actuelle. De son côté, Beppe Marotta a été chargé de diriger le projet sportif du club tout en respectant les restrictions budgétaires alors que les Nerazzurri cherchent à atteindre des objectifs financiers stricts. S'exprimant lors du forum pour la journée d'ouverture du mercato à Rimini, l'exécutif a déclaré que l'environnement financier actuel n'est pas durable et que les clubs devront travailler pour le changer. Les paroles de Marotta reflètent ses expériences face aux défis financiers imposés à l'Inter à cause de la pandémie et aux difficultés rencontrées par le Suning en raison de leurs problèmes d'endettement et de liquidité en Chine. Voici ce qu'il a dit: "Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un modèle de référence modifié. Avant avec Berlusconi, Moratti ou Sensi, le seul objectif était de gagner, et puis il y avait l'alignement budgétaire. Aujourd'hui, la situation s'est inversée, et cela peut être attribué à un modèle commercial. La famille Zhang est arrivée à Milan avec enthousiasme, elle a investi 600 M€ mais après la crise du COVID, nous devons nous aussi faire passer ce modèle commercial avant d'autres considérations."
  10. Lors du Finlande - Danemark, Eriksen s'est effondré sur le terrain vers la fin de la première période. Si les premières images choquantes pouvaient laisser présager le pire, l'Association danoise de football a confirmé via Twitter que Christian Eriksen est réveillé et a été envoyé à l'hôpital pour d'autres tests dans un hôpital local. Toujours via tweeter, l'UEFA a confirmé l'état de Christian. Notre Beppe Marotta a parlé d'un "optimisme prudent" au micro de Sky Sports. L'agent du joueur Martin Schoots a également réagi auprès de NPO Radio 1, après avoir eu le père du joueur qui est à ses côtés, à l'hôpital : "Christian Eriksen respire et peut parler. Il est réveillé." Le directeur technique de la Fédération danoise a assuré dans les médias danois que Christian Eriksen avait pu parler avec ses coéquipiers depuis son lit d'hôpital. Enfin Fabrizio Romano s'est montré également rassurant. The Guardian, a résumé le match comme suit: "C'était un match qui semblait à la fois extraordinairement trivial et extrêmement important. Lorsque Christian Eriksen s'est effondré quatre minutes avant la mi-temps, ayant besoin d'un massage cardiaque sur le terrain, il semblait inconcevable, impensable, que cela puisse continuer. Alors qu'il gisait entouré de coéquipiers protecteurs et clairement en détresse, il semblait possible que le tournoi soit annulé. Et pourtant, une heure et 45 minutes plus tard, ils étaient de retour. La vue de Mathias Jensen venant remplacer Eriksen était extrêmement poignante, un acte banal prêté à la profondeur par le contexte. L'hypothèse, alors même que l'on annonçait qu'Eriksen était réveillé à l'hôpital, était que ce match devrait au moins être reporté. Pourtant, les joueurs et entraîneurs, après avoir été consultés dans les vestiaires, ont accepté de continuer à jouer. Cela, à son tour, reflétait peut-être un thème plus large de ce tournoi. L'Euro 2020 s'appelle toujours Euro 2020 en grande partie pour des raisons de marketing, mais le jouer 12 mois plus tard et s'en tenir résolument au nom d'origine rappelle également que le tournoi lui-même est un symbole de résilience. Bien sûr, il est possible, peut-être même correct, de voir cyniquement le roulement constant des matchs comme une indication du besoin éternel du football de générer des revenus, mais il y a plus que cela. Voir des supporters dans un stade, ressentir l'attente, ressentir à nouveau le frisson d'un tournoi qui démarre a offert un sens bienvenu de la vie, qui commence enfin à revenir à la normale. Le résultat en était un qui, dans des circonstances normales, aurait été célébré comme un exploit, les débutants du tournoi (Finlande) battant une équipe largement considérée comme d'éventuels quarts de finaliste dans leur propre stade. Qui sait à quoi pensaient les joueurs lorsqu'ils ont décidé de jouer ? Qui sait ce qui les a motivés ? Les footballeurs jouent au football ; il se peut que beaucoup préféraient l'idée de simplement continuer, de garder les choses aussi normales que possible, plutôt que de s'attarder sur l'horreur dont ils avaient été témoins. Peut-être que certains y ont vu une façon de bien faire par Eriksen ; Romelu Lukaku lui a rendu hommage après avoir marqué dans l'autre match de groupe. Et peut-être qu'une profonde reconnaissance que ce tournoi consiste à continuer, à faire avancer les choses, pour le meilleur ou pour le pire, a donné une impulsion supplémentaire au désir de jouer jusqu'au bout. Alors que les supporters attendaient après la suspension, ils avaient lancé un appel et une réponse du nom d'Eriksen, et les joueurs finlandais ont applaudi le retour du Danemark sur le terrain." Internazionale.fr, admins, staff, et membres souhaitent un prompt rétablissement à Christian Eriksen et pensent fort à toute sa famille.
  11. La Gazzetta dello Sport a déclaré que Simone Inzaghi devrait garder Lele Oriali en tant que team manager de l'équipe pendant que le Corriere dello Sport a déclaré que Beppe Marotta, Piero Ausilio et Dario Baccin signeraient tous des accords d'un an avec les Nerazzurri. La Gazzetta dello Sport a déclaré qu'il était presque sûr que Simone Inzaghi voudrait garder l'ancien milieu de terrain en tant que team manager de l'équipe. Inzaghi doit décider si Oriali lui serait utile après être devenu l'entraîneur des Nerazzurri, mais il a toujours eu ce genre de personnage à ses côtés depuis qu'il a commencé sa carrière d'entraîneur dans la Lazio Academy. Oriali attendra que Beppe Marotta prenne contact avant de décider de son avenir. En attendant, il travaille pour l'Italie avant l'Euro. Conte a amené Oriali à l'Inter après leur expérience précédente avec les Azzurri, mais La Gazzetta a indiqué qu'il y avait "un mythe à démystifier" concernant le lien d'Oriali-Conte. En effet, Oriali est un Interista avant d'être un disciple de Conte et son avenir ne dépend pas du départ de Conte il y a deux semaines. Le Corriere dello Sport a déclaré que le PDG Beppe Marotta, le directeur sportif Piero Ausilio et le vice-directeur sportif Dario Baccin signeraient tous des accords d'un an avec les Nerazzurri. Tous les trois ont des contrats qui expirent en 2022, ce qui signifie que la saison prochaine devrait être leur dernière année à l'Inter dans l'état actuel des choses. L'Inter traitera la question à partir de septembre, après la clôture du mercato estival. Marotta, Ausilio et Baccin ont un travail difficile à accomplir cet été alors que l'Inter cherche à réduire les coûts et à générer des profits sur les ventes de joueurs.
  12. Chelsea veut signer Romelu Lukaku cet été alors que Thomas Tuchel continue de constituer une équipe pour remporter la Premier League. Les problèmes financiers de l'Inter ont fait naître la possibilité que Lukaku soit vendu pour lever des fonds, mais l'attaquant belge est la figure la plus importante du club. Comment s'en sortiraient-ils sans lui ? Davide Bighiani de Eurosport Italie qui est plus proche de la situation à l'Inter, a pu donner un aperçu des chances de Chelsea de signer Lukaku. S'il accepte l'idée que tout peut arriver sur le marché des transferts, il insiste: "Nous sommes convaincus que Giuseppe Marotta et Steven Zhang ont en tête que l'Inter ne peut pas se permettre de perdre Lukaku, qui est le leader technique et spirituel des Nerazzurri." Bien sûr, la nouvelle de l'intérêt de Chelsea pour Lukaku intervient quelques jours seulement après la sortie d'Antonio Conte, mais Bighiani ne pense pas que le départ du manager influencera nécessairement la décision de l'attaquant. "Le Belge a déjà eu l'occasion de s'entretenir avec le nouvel entraîneur Simone Inzaghi qui l'a rassuré sur la compétitivité de l'effectif et la façon dont l'équipe jouera. Tous des signes clairs sur la façon dont Big Rom est un pilier de l'Inter dans le présent et dans l'avenir." Conte a réussi à tirer le meilleur du Belge et c'est donc un coup dur pour Lukaku que Conte ait quitté le San Siro. Chelsea n'a pas vu le meilleur de Lukaku lors de son premier passage au club, mais le Belge s'est beaucoup amélioré depuis. Serait-il attelé à Stamford Bridge de la même manière qu'il l'a été en Serie A ces deux dernières saisons ? Bighiani pense qu'une offre d'environ 100 ou 120 M€ suffirait à forcer l'Inter à envisager de vendre l'attaquant même si les champions italiens ont plutôt l'intention de vendre Achraf Hakimi pour lever des fonds. "Roman Abramovich nous a habitués à tout, mais pour le moment, nous sommes convaincus que l'objectif de l'Inter est de sacrifier un seul grand joueur, probablement Hakimi", a conclu Bighiani.
  13. L'Inter devrait proposer de nouvelles offres à Beppe Marotta et Piero Ausilio la saison prochaine selon le Corriere dello Sport. Le journal indique que l'Inter réglera ce problème après la fermeture du mercato. Cependant, l'impression est que Marotta et Ausilio resteraient au club au-delà de 2022. L'Inter serait particulièrement susceptible de prolonger leurs contrats si ils parviennent à répondre à toutes les exigences du club pour cet été, qui impliquent de réduire les coûts et de vendre des joueurs. Antonio Conte a quitté l'Inter la semaine dernière après avoir décidé qu'il ne pouvait pas accepter les projets du Suning consistant à réduire la voilure après le triomphe en Serie A. Marotta et Ausilio restent dans le board et travaillent déjà d'arrache-pied pour stabiliser la position financière de l'Inter, avec de nombreuses ventes nécessaires avant la fin de l'exercice en cours, c'est à dire le 30 juin.
  14. Nos deux légendes Riccardo Ferri, Alessandro Altobelli et le journaliste Sandro Sabatini se sont exprimés sur le départ de d'Antonio Conte et la venue de Simone Inzaghi. On s'attend à ce que Simone Inzaghi prenne la barre. Dans une interview publiée dans La Gazzetta dello Sport, Riccardo Ferri a estimé qu'il était la meilleure disponible. ''Inzaghi est certainement un nom important, le meilleur parmi ceux en lice pour le poste de manager de l'Inter. Au fil des années à Lazio, il a montré qu'il savait gérer des situations difficiles tout en obtenant d'excellents résultats. Je suis favorable à ce type de choix, aussi parce qu'il donne une continuité au projet entamé avec Conte.'' ''Le départ d'Antonio m'a surpris. Je ne sais pas ce qui a pu se passer entre l'entraîneur et le club, même si je m'abstiens de porter des jugements sans être conscient de la dynamique interne. Conte était évidemment un entraîneur spécial pour l'Inter, il a apporté une excellente mentalité et a mené au Scudetto.'' ''Mais je tiens à souligner le travail du club, l'entraîneur a eu un rôle important ainsi que Beppe Marotta, qui est toujours en place. Le club a fait un travail extraordinaire ces dernières années.'' ''J'ai le fort sentiment que l'Inter peut encore être protagoniste pour le titre. Je le répète pour la énième fois, Marotta est une garantie absolue. Le plan a été un peu reformulé, mais je suis toujours confiant. Simone a une occasion très importante de faire un saut pour sa carrière. L'Inter peut encore être protagoniste en Italie et en Europe, pour Inzaghi c'est une opportunité à ne pas manquer.'' ''Je ne suis tout simplement pas la bonne personne pour répondre aux questions sur les finances du club.'' Apparaissant en tant qu'invité sur la station Radio Rai 2, Alessandro Altobelli pense que le départ de Conte était de son propre fait qu'il n'avait donc pas droit à une forte indemnité de départ. ''J'étais très contrarié par la sortie de Conte. Ils ne lui auront pas donné les bonnes garanties pour rester, mais je n'ai pas compris son discours. Il avait un contrat pour une année supplémentaire, s'il n'aimait pas les conditions, il aurait pu quitter mais sans rien demander. Il décide de partir et reçoit une indemnité de départ de 7,5 M€. Comment donner une telle somme à quelqu'un qui a décidé de partir?'' ''Quand j'ai quitté l'Inter, il me restait encore un an sur mon contrat, mais je l'ai déchiré et je suis parti sans rien attendre. Le club a économisé un total de 3 milliards de lires, je peux dire que j'ai laissé quelque chose à l'Inter.'' ''Simone a très bien fait à la Lazio en termes de jeu et de résultats, j'ai toujours aimé sa façon de jouer. Je n'ai pas aimé le fait qu'il ait trouvé un accord avec Claudio Lotito et qu'il ait ensuite signé avec l'Inter. J'aime les gens sérieux qui tiennent parole et je dois dire que ce truc ne m'a pas très bien plu.'' Apparu sur la chaîne de télévision Sport Mediaset, Sandro Sabatini a critiqué Conte pour sa conduite et a estimé qu'il aurait dû rester à la barre. ''Conte m'a déçu. Quitter l'équipe qui a remporté le Scudetto avant même de savoir ce qui allait se passer était une trahison. Cela le satisfaisait à tous les égards jusqu'à présent !''
  15. S'exprimant lors d'un événement organisé par Foglio Sportivo, Beppe Marotta s'est exprimé sur le départ de Conte et la Curva Nord. "Nous pourrions obtenir officieusement le nouvel entraîneur d'ici la fin de ce soir." "Antonio Conte est un gagnant, il parvient à remporter des victoires en dépensant beaucoup d'énergie. Il y met son esprit et son corps; à un certain moment, vous arrivez au point où vous pensez que vous devriez vous arrêter et réfléchir." "Conte a un ADN de gagnant, ce qui est typique de beaucoup de champions. Il a un syndrome gagnant. Il l'a fait à la Juventus et à l'Inter, dans une atmosphère où il y avait beaucoup de problèmes." "Le Scudetto est en grande partie dû à Conte." "Il y a eu une manifestation de la Curva Nord devant les bureaux hier. La chose la plus simple que je pensais pouvoir faire était de rencontrer trois représentants." "J'ai fait un résumé de la situation, la Curva a compris et vous l'avez vu quand ils ont publié une déclaration aujourd'hui (promettant leur plein soutien à Marotta et Ausilio)." "L'Inter n'avait pas gagné depuis 11 ans et c'était quelque chose d'extraordinaire de le gagner à nouveau. Ce n'était pas grâce à moi, tout le monde mérite d'être reconnu. L'entraîneur a fait un travail extraordinaire pour créer la bonne alchimie." "Le fait qu'on change de managers après avoir gagné est une pure coïncidence. En ce qui nous concerne, les journaux ont bien expliqué les choses: le monde du football est devenu un business, où il y a plus de mobilité parce que la pression a augmenté." "La Super League est un acte de grand désespoir, les 12 clubs impliqués étaient parmi les plus exposés à la situation insoutenable actuelle. Ils ont réalisé qu'ils étaient déjà en difficulté avant, puis les dettes ont augmenté avec le COVID-19." "Ce n'était pas une décision rationnelle, mais cela a envoyé un message: les institutions européennes doivent intervenir et créer un modèle durable. Vous ne pouvez pas avoir de plafond salarial dans le football, mais il y a une norme introduite pour la saison 2021-2022 qui se poursuivra en 2022-2023." "Aucun club ne peut augmenter ses coûts de fonctionnement par rapport à ses états financiers au 30 juin de cette année, et les années suivantes, vous devez les réduire de 15 à 20%. C'est un moyen de dissuasion que nous pouvons utiliser avec les joueurs."
  16. S'adressant à la chaîne de télévision italienne DAZN avant le coup d'envoi d'Inter-Udinese, Beppe Marotta a insisté sur le fait qu'il était confiant quant à l'avenir d'Antonio Conte au club, l'entraîneur devant rencontrer le président Steven Zhang demain. "Je suis toujours optimiste. Aujourd'hui, nous voulons profiter de cette journée, à partir de demain, nous nous focaliserons sur la nouvelle saison, au service des intérêts de l'Inter mais aussi dans le respect des professionnels qui travaillent ici." "C'est une sensation douce-amère. Célébrer c'est beau, mais nous ne pouvons le faire que partiellement car nos fans sont absents et ne peuvent pas partager le trophée avec l'équipe. C'est dommage. Chaque victoire est toujours une grande joie. Gagner avec l'Inter est inoubliable pour tout le monde. C'est le résultat d'un grand sacrifice et du grand travail de tous, de l'entraîneur aux personnes impliquées dans l'équipe." "Ce Scudetto a une valeur incommensurable. L'Inter championne d'Italie n'est pas une chose anodine."
  17. Dans une interview diffusée aujourd'hui sur la Rai, Beppe Marotta a souligné ce remplacement, la décision de décharger l'ancien capitaine Icardi et de faire Romelu Lukaku l'un des facteurs essentiels de leur succès. "Nous devons garantir un engagement maximum, c'est-à-dire tout donner pour de nouveaux objectifs. L'équation selon laquelle ceux qui dépensent le plus gagne ne fonctionne pas toujours, mais il y a aussi le facteur humain et motivationnel qui a une grande valeur." "Quand je suis arrivé, après avoir fait connaissance avec le club, j'ai parlé avec le propriétaire d'un nouveau projet. Nous en avons discuté avec Piero Ausilio et élaboré un programme avec de nouveaux choix et une nouvelle structure, car il était juste de faire des changements." "Conte a été le grand architecte de ce parcours, avec les joueurs qui ont répondu à ses instructions et le club qui les a soutenus. Tous ensemble, nous nous sommes réjouis de façon inattendue pour ce Scudetto qui est arrivé avec quatre matchs restant à jouer. C'est donc aussi un petit disque et nous en sommes fiers." "L'écart, non seulement pour l'Inter mais avec tous les clubs italiens jouant pour les compétitions européennes, est évident. Ce n'est pas un hasard si la finale de la Ligue des champions cette année se déroule entre deux équipes anglaises, Chelsea et Manchester City, et Manchester United est encore en Ligue Europa. Nous sommes loin des performances du début des années 2000, nous devons travailler et revoir notre modèle." "Le phénomène du COVID-19 a conduit à une baisse significative d'une activité déjà difficile à maintenir. Aujourd'hui, notre premier objectif est de réduire les coûts, les salaires affectant fortement cela, puis de tirer le meilleur parti de nos ressources."
  18. Dans une interview accordée à FcInterNews.it, Andrea Stramaccioni s'est livré sur Lukaku, Brozovic et le mercato. Entre Ronaldo et Lukaku, lequel est le plus utile? "Lukaku est plus fonctionnel pour son équipe et aide davantage le collectif. Ronaldo a inévitablement été affecté par la mauvaise saison de la Juventus, il ne s'agit évidemment pas de la valeur absolue des deux joueurs." Le Belge comme le symbole du triomphe interiste cette année. "Avec chaque jour qui passe, il est devenu de plus en plus un leader. L'Inter avait besoin d'un grand talisman et Lukaku a gagné ce rôle avec ses buts et ses performances. Il a acquis des qualités de leader sur et en dehors du terrain après son clash avec Zlatan Ibrahimovic dans le derby de Milan." "Lukaku est un attaquant moderne qui est unique dans sa capacité à combiner force physique dévastatrice et excellente capacité de course. Il marque régulièrement des buts et je pense qu'il prouvera qu'il peut également faire la différence à un niveau supérieur (par rapport à la Serie A, ndlr) avec les prochains Euro et l'UEFA Champions League la saison prochaine." Des mots sympas pour Achraf Hakimi et Marcelo Brozovic. "Maicon était Maicon et reste un joueur unique pour son rôle dans l'histoire de l'Inter. Hakimi a cependant connu une saison extraordinaire, s'imposant comme un joueur clé dans la course au titre. Le système de Conte tire le meilleur parti de lui et couvre quelques-unes de ses faiblesses." "Un joueur moins médiatisé mais qui a symbolisé la victoire de l'Inter cette saison est Brozovic. Il a été le cœur et le moteur de l'Inter et a fait d'énormes améliorations depuis sa défaite en finale de la Coupe du Monde 2018 avec la Croatie. Vous appréciez à quel point Brozovic est important pour l'Inter quand il n'est pas là." "Je dirais aussi que Samir Handanovic a été important, le symbole de la défense interiste et aussi leur caractère." Antonio Conte et Beppe Marotta considérés comme les architectes du scudetto. "Conte est un gagnant et il a fait un travail extraordinaire. Beaucoup d'entraîneurs auraient pu être détruits par la triple élimination de l'Inter de la Ligue des champions, de la Ligue Europa et de la Coppa Italia plus tôt. Mais Conte a transformé les moments négatifs en énergie positive, comme un leader, et à partir de là, il a mis l'Inter dans une marche imparable vers le scudetto." "Marotta et Piero Ausilio ont, quant à eux, très bien fait pour garder le club uni derrière l'entraîneur et l'équipe dans les moments les plus difficiles, quand il aurait été plus facile de trouver de petites excuses. Je les féliciterais également pour la détermination avec laquelle ils ont signé Lukaku il y a deux ans et pour leur signature de Stefan de Vrij sur un transfert gratuit. Ils ont également eu une grande intuition de signer Lautaro Martinez, Achraf Hakimi, Nicolo Barella et Alessandro Bastoni." L'Inter a ce qu'il faut pour commencer un cycle gagnant? "Ils sont obligés de tenter leur chance. Il y a une opportunité pour eux de le faire en Italie et l'Europe attend un grand protagoniste de la Serie A." Quelques conseils avant le mercato. "Je ne ferais pas l'erreur de recruter quatre ou cinq bons joueurs qui augmentent théoriquement le niveau de l'équipe, je concentrerais toutes les ressources sur un ou deux grands joueurs. L'Inter a besoin de joueurs d'un niveau incontestable qui peuvent améliorer un onze de départ qui n'est pas si facile à améliorer. Ngolo Kante au milieu de terrain et un joueur comme Jordi Alba ou Robin Gosens à gauche en seraient des exemples." "Concernant les joueurs à ne pas jamais vendre, il en y a deux: Lukaku et Lautaro."
  19. Dans une interview accordée à Il Giornale, Nicola Berti parle d'Antonio Conte, Nicolo Barella et des renforcements que l'Inter devrait faire. Sur Conte. "Il doit absolument rester. Conte doit racheter les deux mauvaises campagnes qu'il a menées en UEFA Champions League à l'Inter et faire avancer son projet réussi." "Nous avons besoin de trois ou quatre signatures cet été, mais nous avons déjà sept ou huit joueurs qui pourraient jouer en Ligue des champions les yeux fermés. Nous sommes sur la bonne voie pour bien faire en Europe également avec Conte à la tête, et nous avons besoin de quelques signatures pour passer à l'étape suivante." Sur Barella. "Il sait tout faire. Barella a la qualité, la classe, l'élégance et la substance et il sera le capitaine de l'Inter pour les 10 prochaines années. Que dois-je dire de plus?" Trois ou quatre renforts. "Nous savons tous où Inter doit intervenir." "Par exemple, je ne laisserais pas quelqu'un comme Rodrigo de Paul me glisser entre les doigts, il doit donc être signé." "En attaque, nous devons recruter quelqu'un qui a les bonnes caractéristiques pour remplacer Romelu Lukaku lorsqu'il est indisponible. Si Lukaku se blesse, l'Inter est en difficulté, alors ils doivent faire quelque chose pour se préparer à une éventuelle absence." Sur le titre de Serie A cette saison. "Ils ne l'ont pas gagné par hasard, il y a eu un énorme travail fait par Conte, Beppe Marotta, toute la direction et le club." "Maintenant, nous devons continuer parce que nous ne pouvons pas nous permettre de nous arrêter. C'était la bonne année pour revenir à la victoire au scudetto après 11 ans, Conte a fait en sorte que tout le monde se sente important et il n'y a donc rien que vous puissiez dire pour critiquer l'Inter."
  20. Dans une interview accordée à la chaîne Sky Sport Italia avant le match de l'Inter contre Crotone au Stadio Ezio Scida, Marotta a affirmé qu'il cherchait à entamer une période de succès avec l'Inter. "Je suis arrivé ici, à l'Inter, après avoir parlé avec Steven Zhang et je veux commencer une période de domination de l'Inter. L'année dernière, nous avons atteint la finale de la Ligue Europa, ce serait bien de continuer cela et même avec les difficultés, telles que la réduction des revenus liés au COVID-19." "Même à la Juve, Antonio Conte nous a donné, à nous et aux propriétaires, tout son soutien. Aujourd'hui, nous nous trouvons dans la même situation. Conte a pu améliorer l'équipe disponible. Nous sommes proches de la victoire, il y a la bonne pression et la bonne motivation pour nous faire franchir la ligne. Le sentiment est positif, mais nous n'avons encore rien réalisé. Il est juste d'affronter ce test aussi, qui semble facile mais Crotone aura de la motivation. Nous devons jouer un jeu déterminé pour obtenir un résultat positif." "Tout d'abord, Steven a profité de cette apparente tranquillité post-COVID-19 pour vivre la fin de saison avec nous et parler de l'avenir au bon moment. Aujourd'hui, nous nous concentrons sur la fin de la saison, mais il a trouvé un groupe compact grâce au travail de l'entraîneur qui a mis l'accent sur la cohésion du groupe." "Nous avons des professionnels sérieux, nous n'avons eu aucun problème. Conte a un style de leadership très fort et tout le monde a suivi l'entraîneur. Toute pomme pourrie aurait été isolée par le groupe avant même que l'entraîneur ne le fasse. Cette équipe a montré un sentiment d'appartenance et d'attachement au maillot. Peu d'entre eux ont remporté des titres et cela ajoute de la pression, mais aussi une motivation pour atteindre une étape importante qu'ils ne s'attendaient pas à atteindre si tôt." "Il y a des joueurs qui se développent plus lentement. Nicolo Barella a rejoint immédiatement, Sensi a également eu des problèmes physiques qui ont affecté sa cohérence. Mais l'Inter parie sur lui, il est jeune et avec Barella et Alessandro Bastoni, il représente l'avenir de l'équipe."
  21. Dans le journal Leggo, Riccardo Ferri, ancien grand défenseur de l'Inter et de l'équipe nationale, donne son interprétation du désormais presque-Scudetto des Nerazzurri, qui arrivera Dimanche en cas de succès contre Crotone et si l'Atalanta ne gagne pas contre Sassuolo. Quel est le goût de ce titre pour lequel ce n'est plus qu'une question de temps? "C'est le résultat d'un projet précis et bien défini qui n'a pas seulement commencé avec la venue d'Antonio Conte. En prenant un peu de recul, je dirais quand Beppe Marotta est venu. Disons que si Conte a élevé la barre dans le vestiaire, Marotta l'a levée dans le bureau. Deux personnes professionnelles et ambitieuses, désireuses d'obtenir des résultats importants. L'année dernière, il y eut la finale de la Ligue Europa et la deuxième place en Serie A. Cette année, l'équipe en ressort encore plus avec ses caractéristiques: un grand sentiment d'appartenance, de solidité, d'envie de se battre pour elle jusqu'au bout." Quel était le principal mérite de Conte? "La grande capacité à continuer son travail malgré la pression et les critiques, qui furent très nombreuses cette année. Puis l'attention à tous les détails, pendant la semaine et pendant le match." Mais est-il vrai que cette Inter gagnante mais pas belle? "La beauté et le charme d'une équipe peuvent être vus sous différents angles. Dans certaines situations, l'Inter a été concrète pour moi, dans d'autres cynique, dans d'autres encore, souffrante mais toujours solide. Mais je la voyais aussi belle, même si la beauté est subjective." Trouvez-vous des similitudes avec l'Inter de 1988-1989? "Il est difficile de faire des comparaisons entre les joueurs et les équipes. Mais à l'Inter, surtout dans cette deuxième partie de saison, j'ai vu la même attitude, le même esprit d'appartenance, la même volonté de renverser l'action et d'imposer son identité que celle de l'Inter de Giovanni Trapattoni." Comment voyez-vous le combat serré pour la qualification pour la Ligue des champions? "Tout d’abord, je voudrais dire que c’était et reste un championnat fascinant, malgré l’absence du public. Pour la Ligue des champions, ce sera un combat avec une photo au finish. A mon avis, les deux premières positions sont déjà définies, avec l'Inter première et l'Atalanta second. Les deux autres places seront jouées par Naples, la Juventus et Milan, avec l'affrontement direct entre les bianconeri et les rossoneri qui en dira long." Comment commentez-vous les difficultés de la Juve? "Elle a fait beaucoup d'efforts pour imposer son propre jeu, pendant longtemps basé essentiellement sur les exploits de Cristiano Ronaldo. Elle a eu des difficultés en défense et au milieu de terrain. Puis elle a souffert de l'absence de Dybala et du manque d'alternatives à Morata." Et ceux du Milan? "Il a eu une baisse sur le plan physique, mais aussi sur le plan mental quand il a perdu l'objectif du championnat. Ne pas pouvoir jouer jusqu'à la fin quelque chose qui aurait rendu sa saison magnifique, a pesé. Et puis les absences ont influencé, notamment celle d'Ibrahimovic."
  22. L'Inter ne sera pas autorisée à jouer en Serie A si elle rejoint une autre ligue séparatiste à l'avenir, comme l'explique la Gazzetta dello Sport. La Gazzetta a confirmé que la Fédération italienne de football (FIGC) avait adopté une nouvelle législation pour empêcher les équipes de rejoindre des compétitions telles que la Super League européenne. L'article 16 du règlement normatif de la FIGC stipule désormais qu'il sera interdit aux équipes de jouer en Serie A si elles jouent dans des compétitions qui ne sont pas reconnues par la FIFA, l'UEFA ou la FIGC. La loi a été adoptée à l'unanimité lors de la réunion du conseil fédéral d'aujourd'hui, Beppe Marotta votant également pour.
  23. Le succès probable de l'Inter en Serie A sera encore plus impressionnant compte tenu des problèmes hors-terrain des Nerazzurri cette saison, selon Paolo Condo dans une colonne de l'édition imprimée de La Repubblica. "La crise soudaine de Suning a rendu la saison de l'Inter plus difficile. Il est clair que les directeurs de Conte et de l'Inter ont dû faire face à une situation potentiellement explosive. Si nous n'avons pas entendu une seule plainte hors du vestiaire pendant cette période, bien qu'il y ait peut-être eu des plaintes à l'intérieur, le mérite devrait leur revenir." "Beppe Marotta est le meilleur manager du football italien depuis un certain temps." "Nous avons l'habitude de voir Conte célébrer avec ses joueurs sur le terrain, mais il y avait quelque chose de définitif à ce sujet cette fois. L'Inter a mis fin à la plus longue période de domination de l'histoire de la Serie A, les neuf titres remportés d'affilée par la Juventus." "Il suffit de penser à la puissance du club qu'ils détrônent pour avoir une idée de cet exploit."
  24. Notre ancien manager Ernesto Paolilo a longuement parlé à FCINTER1908. Il s'est penché sur la Super League, l'équipe et le Suning. On a beaucoup parlé de la Super League, quelle idée avez-vous de ce projet qui a échoué en 48 heures? "Dès le début j'ai dit que c'était une vraie folie. C'est un projet qui aurait affaibli tout le système du football d'une part, et d'autre part aurait créé un tournoi assez étrange pour cette élite. Un cirque qui voyagerait partout dans le monde pour jouer à des matchs ensembles. Il y aurait eu un vainqueur mais sans l'attrait de battre tout le monde. J'ai aussi eu l'idée qu'il était en fait temps de revenir à la distribution des revenus de l'UEFA. Dans ses bilans, les revenus devraient être redistribués et le mécanisme devrait être plus gratifiant pour ceux qui ont les meilleurs résultats." Disons que l'objectif d'obtenir plus de revenus est compréhensible, les moyens et la manière dont cela a été communiqué sont complètement à côté de la plaque... "Bien sûr, j'aurais préféré qu'un combat sévère soit d'abord mené avec l'UEFA pour la redistribution des fonds. Et puis une scission aurait eu lieu si vous étiez pénalisé ou ne trouviez pas d'accord. Sans bataille, les 12 s'autoproclamant être l'élite n'est pas bon. En fait, vous avez vu comment les fans ont réagi." D'après les entretiens réalisés par Marotta et Maldini, on a compris à quel point c'était un discours mené par les entreprises. Est-il possible que ces cadres ne savaient rien ou du moins en savaient peu sur ce projet? "C'est possible. Je vois comment cela se passer. Cela commence par des négociations secrètes et puis ça continue, par peur de le transmettre aux collaborateurs par crainte qu'une rumeur puisse fuiter. Ces choses doivent d'abord être réfléchies au sein de la direction et ensuite discutées avec tout le monde. Il est possible que Marotta et Maldini n'en savaient rien." Maintenant, comment ces clubs s'en sortent-ils à la fois au niveau national et international? "L'UEFA s'est avérée assez sage, quiconque revient est automatiquement pardonné. À ce stade, j'aimerais que les 12 clubs démontrent le bien fondé de leurs revendications en engageant une discussion sur les méthodes de redistribution. Ce serait légitime. Si je voulais faire scission parce que je n'étais pas content de la façon dont les choses allaient, alors j'aurais expliqué pourquoi j'attends une alternative." D'un certain point de vue, il partage le raisonnement de Conte qui condamne la Super League, mais l'UEFA doit faire un pas vers ces grands clubs... "Absolument. Mais il faut être juste, même les clubs doivent faire un peu d'autocritique: il n'est pas possible de souffrir tout ce qu'ils ont souffert à cause du Covid et de tout donner aux joueurs et aux agents pour les retenir. Quelque chose ne va pas du côté des coûts et pas seulement du point de vue des revenus." Ce projet de Super League à votre époque, avec vous dans la direction et Moratti en tant que président, aurait-il été réalisé? "Non, je pense que l'Inter se serait retirée. La bataille aurait été menée à l'UEFA sur la redistribution des revenus et non en organisant un championnat ad personam, à la société." Conte a demandé plus de clarté aux propriétaires. Comment jugez-vous la situation? L'arrivée de Zhang peut-elle arranger les choses? "Conte a travaillé en harmonie avec le club même lorsque les salaires n'étaient pas payés. Il a su maintenir la relation avec les joueurs, créer la confiance et surmonter ce moment. Garder la continuité et la stabilité est important pour rester compétitif. Il me semble correct pour un entraîneur de demander ces garanties, peut-être faudrait-il en demander plus au sein de l’entreprise et moins dans les journaux." Comment résoudre la question d'entreprise? Le Suning devra-t-il vendre un joueur, un nouveau partenaire se joindra-t-il? "Seul le Suning le sait. J'espère que la situation économique en Chine s'améliorera. Le pays est le moteur de la hausse du PIB et de la reprise de l'économie mondiale. Le gouvernement sera progressivement libéré." Si ça va bien avec le Scudetto, alors il va falloir investir pour faire un pas de plus en Europe... "Absolument oui, mais les dépenses doivent toujours être prudentes. Parfois, vous dépensez beaucoup et vous ne gagnez pas. L'affaire Cristiano Ronaldo en est la preuve." Comment voyez-vous l'Inter après ces deux matchs nuls? "Même avec la Spezia, elle méritait de gagner. A Naples, le but est venu d'un csc, puis ils ont égalisé et ce n'est pas facile contre une bonne équipe comme le Napoli. Et elle méritait de gagner. Un match est passé et l’avantage s’est accru. Maintenant il faut aussi savoir gérer et ne pas se jeter la tête la première. Je suis résolument optimiste."
  25. Calcioefinanza.it a révélé que Dal Pino avait eu des "mots très durs'' envers les Nerazzurri et la Juventus après leur tentative de rejoindre la Super League européenne. L'Inter et la Juventus étaient deux des sept clubs (avec l'Atalanta, Fiorentina, Lazio, Naples et Hellas Verone) à s'opposer à un accord qui aurait vu la Serie A vendre une participation de 10% dans sa société de nouveaux médias à un consortium de capital-investissement pour 1,7 milliard d'euros. Dal Pino les a accusés d'avoir tenté de saboter cet accord et de nuire à l'image de la ligue avec leur tentative de rejoindre la Super League. Autrement dit, pendant la journée, quelqu'un a tissé la toile d'intérêt de la Ligue de Serie A, la nuit, il l'a démontée. L'Inter faisait partie de plusieurs clubs qui auraient réclamé la démission de Dal Pino la semaine dernière, mais il a insisté - à la fin d'un discours qui a duré plus d'une demi-heure - qu'il continuerait et espérait revenir à un dialogue constructif. Beppe Marotta pourrait être contraint de démissionner de son poste de conseiller de la Fédération italienne de football après le fiasco de la Super League, mais les clubs ont décidé que la question serait discutée à une date ultérieure.