Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'beppe marotta'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. L'ailier de l'Inter, Ivan Perisic, est heureux d'avoir aidé son équipe à triompher 4-2 en finale de la Coppa Italia contre la Juventus, grâce à deux buts décisifs en prolongation. S'adressant au diffuseur italien SportMediaset après le match, le joueur de 33 ans a exprimé sa fierté du résultat, et a également parlé de la situation de son contrat. Comme lors de la Supercoppa Italiana en janvier, l'Inter a eu besoin de la prolongation pour venir à bout des Bianconeri ce soir. Mais contrairement à ce qui s'était passé alors, ils n'ont pas eu besoin d'aller jusqu'au bout, puisque Perisic a marqué deux fois dans la première moitié de la prolongation pour sceller le sort du match, une fois sur le point de penalty et une fois sur un tir à distance. "J'ai toujours cru que nous pouvions gagner, même lorsque nous étions menés 2-1", a-t-il déclaré. "Je savais que nous pouvions gagner." "Nous avons essayé de relever la tête et nous avons perdu le fil pendant dix ou quinze minutes, mais je pense qu'au final la victoire est méritée", a-t-il ajouté. Le Croate a ajouté que "lorsque l'équipe est forte, il est plus facile d'être un leader, lorsque vous gagnez, vous n'êtes pas fatigué." Il a également souligné l'importance des rencontres de championnat restantes, déclarant que "Il reste encore deux finales à disputer, nous devons tout donner et ensuite attendre et voir car tout est possible dans le football. Nous y croyons encore." Interrogé sur le fait de savoir s'il envisage de prolonger son contrat, Perisic a déclaré : "Pour le moment, je ne peux pas en parler." À propos du fait que Beppe Marotta a déjà reconnu qu'un accord pourrait être proche, il a déclaré : "On n'attend pas le dernier moment avec les joueurs de haut niveau. C'est certainement aussi vrai". ®Internazionale.fr via SempreInter - Traduction Oxyred
  2. A l'occasion de l'évènement Il Foglia à San Siro, l'administrateur délégué de l'Inter, Beppe Marotta a parlé notamment de la course au scudetto. "Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre. Nous devons chercher à nous recompacter, nous sommes en colère, pas abattus. Il manque encore 4 matches, le sort n'est pas scellé comme cela se voyait dans les années 70 ou 80. Même les équipes qui n'ont virtuellement plus rien à jouer auront leur mot à dire". Il y a eu une sorte de nivellement du championnat italien, par le haut comme par le bas, comment cela s'explique-t'il? "Effectivement, il y a ce nivellement, personne n'a encore remporté le trophée, personne n'est encore relégué, les places en Europe ne sont pas encore toutes attribuées. C'est l'un des championnats les plus intéressants de ces dernières années. Nous avons gagné l'année passée avec beaucoup d'avance après une longue domination de la Juve, pour notre championnat qui s'est appauvri, c'est une bonne chose". A maintenant un an de la Superligue, deux ans après le début de la pandémie, quelle est la situation? "Nous sommes en grande difficulté, pour un motif historique, déjà avant la pandémie, les coûts étaient insoutenables comparés aux recettes. Aujourd'hui avec la pandémie qui a généré cette situation économique, c'est encore pire. Les championnats domestiques, comme l'a dit Andrea Agnelli, sont dominés par la Premier League et pour tous les autres ce sont de grandes difficultés. Heureusement, il semble que ce n'est pas celui qui dépense le plus qui gagne. Les compétences des uns et des autres émergent ainsi, et ce, dans toutes les entreprises. Il faut être créatifs dans la manière de rechercher ses compétences pour ceux qui ont cette responsabilité, cela permet d'inculquer une mentalité gagnante". Exit Conte, Lukaku et Hakimi, Eriksen lui n'avait plus le droit d'évoluer en Italie, mais vous êtes toujours compétitifs. Les huitièmes de Ligue des Champions la finale de Coppa Italia, le scudetto qui se dispute encore. Quel est le secret de Marotta pour rester plus ou moins au même niveau sans sentir le contrecoup de ces départs? "Ce n'est pas celui qui dépense le plus qui gagne. Cela a généré une secousse bien sûr, des joueurs sont partis, à part Eriksen, vu que ce n'était pas de sa volonté. Lukaku et Hakimi ont exprimé leur envie d'ailleurs et de notre côté nous avions l'opportunité de réaliser des opérations financières importantes. Nous avons fait comme les autres années, en essayant de garder l'équipe compétitive avec un entraîneur jeune et émergent comme Inzaghi qui satisfait pleinement nos exigences. Nous sommes en lutte pour le scudetto, nous avons gagné la Supercoupe, nous sommes en finale de Coppa Italia, globalement nous sommes contents. Nous espérons encore avoir deux cerises de plus sur notre gâteau. Tout ceci est dû à la structure et à la solidité du club". Revenons sur trois moments de votre carrière. "Recoba à Venise? C'est un coup de chance et sûrement fruit d'une circonstance favorable. Il a totalement changé Venise qui semblait destiné à la relégation. L'individualité a pris le pas sur le collectif pour porter à des résultats finaux. Recoba gagnait des matches tout seul et il nous a porté au maintien. Des rêves se réalisent et permettent d'ouvrir de nouvelles pages, il y a eu la Champions League avec la Samp. J'ai remporté 7 scudetti avec la Juventus, même à l'Inter je ne m'imaginais pas arriver et y remporter le scudetto. Dans le sport tout est possible, le temps l'enseigne. La caractéristique fondamentale est l'expérience dans la vie de tous les jours, cette expérience qui permet de savoir où je me suis raté et comment pour trouver les remèdes et aborder les objectifs différemment". Le présumé décès de Mino Raiola. "On m'a dit que ce n'est pas le cas. J'espère que non". Le rôle des agents dans le football… "Moi je faisais signer les plus vieux en premier et les jeunes suivaient par peur de répercussions. Je ne pouvais pas appliquer la loi de Boniperti. Mino est un agent toujours très préparé, fourbe, astucieux, très correct aussi. Il a cette manière de toujours dire ce qu'il pense. Ses revendications étaient toujours onéreuses mais claires. L'opération Pogba à United, je l'ai géré à la Juventus et il a été très compétent pour l'amener à bon port. C'est le meilleur". Pouvez-vous mieux définir le rôle d'agent? "Autrefois les contrats étaient à vie puis ils ont tendu à plus se libérer et donc ces lignes de métiers se sont formées. Les agents des fois sont très peu professionnels. Souvent nous avons à faire avec des gens incompétents, qui ne savent pas travailler dans l'intérêt de leur client, au-delà de l'aspect économique. Puis il y a les bons agents. Chaque transfert comporte des intermédiaires, ce que j'espère c'est qu'un jour les agents réalisent que des fois il vaut mieux ne pas gagner à la fin si cela fait la fortune de leur client". L'Italie non qualifiée pour le second Mondial d'affilée… "Le gros problème de l'Italie c'est l'absence d'un ministère des Sports. Aujourd'hui, la crise est dans toutes les disciplines sportives, il n'y a plus personne qui transmet la passion. Avec un ministère, tu peux faire comprendre l'intérêt du sport dans les écoles. Avant il y avait plus de passion, cela tend à disparaitre, de même que les clubs amateurs, c'est nécessaire d'inclure le sport à l'école. Il n'y a plus de structures et c'est de là que provient cette crise du Sport. Il n'y a plus de formations, plus les enseignants dans le domaine du football, du basket, du volley. Plus de bons élèves, plus de formateurs, le monde de la politique doit comprendre l'importance du sport.Les résultats des équipes amènent des émotions en plus de recettes copieuses. Au niveau des jeunes, il y a un manque de culture de la part des dirigeants, une culture de la défaite. La manière dont on évalue les entraîneurs est absurde, les dirigeants doivent comprendre leur rôle, former des athlètes qui seront les hommes de demains, pas forcément des professionnels d'ailleurs. Les entraîneurs, eux, par peur de se faire limoger, sont pressés par les résultats. Il faut apprendre à évaluer les entraîneurs sur leurs aspects positifs, comment ils entraînent les jeunes joueurs". Lors de Manchester City - Real Madrid, nous nous sommes exaltés devant le football pratiqué en Ligue des Champions. "Les matches ont souvent pour protagoniste le Real Madrid, un club avec un très bon entraîneur et de bons joueurs qui ne lâchent jamais rien. Je suis sûr qu'ils figureront bien au retour aussi. Cela dépeint une image positive du format de tournoi qui apporte, lors des phases finales, des émotions et du spectacle et surtout des buts. Le but est l'élément central". Qui est l'entraîneur le plus divertissant que vous ayez vu? "Un grand porteur d'innovation en Italie pour moi, qui aurait peut-être pu avoir une meilleure carrière n'eut été son caractère: Eugenio Fascetti. Il m'a énormément enseigné car j'étais jeune et j'apprenais facilement". La question du stade… "Antonello parlera du stade plus tard… Le stade fait aussi la différence dans les résultats sportifs, dans le sens d'appartenance, l'impression d'être chez soi. Le supporter peut y être fortement impliqué pour son équipe, et cela en plus d'apporter d'autres bénéfices. Je suis absolument en faveur d'un stade de propriété, cela a son importance". Comment ça se passe avec Inzaghi? "Tout est au beau fixe, nous sommes très content de Inzaghi. Il a de bons résultats et présente d'importantes marges de progression. Quand il aura l'âge des Conte, Ancelotti, Allegri, il pourrait être l'un des meilleurs entraîneurs en circulation". Internazionale.fr ~ © Samus
  3. Selon un rapport des médias italiens aujourd'hui, le directeur délégué de l'Inter, Beppe Marotta, a mis en place un plan pour signer l'attaquant de la Juventus Paulo Dybala chez les Nerazzurri pour la saison prochaine. Comme le rapporte La Gazzetta dello Sport, Beppe Marotta sait qu'il devra faire face à de sévères restrictions financières cet été pour construire une équipe capable de remporter la Serie A et d'aller plus loin en Ligue des champions. C’est un grand admirateur de Paulo Dybala et est très désireux de le faire venir à l'Inter. C’est de plus en plus évident, ces dernières semaines, que Paulo Dybala ne renouvellera pas son contrat avec la Juventus. L'Inter doit d'abord se séparer d'Alexis Sanchez, que ce soit par un transfert ou en rachetant son contrat d'un an. Ensuite, Beppe Marotta offrira à Paulo Dybala le salaire maximum autorisé par les directives du club, soit 7 à 7,5 millions d'euros par saison, primes comprises. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  4. Le Directeur Délégué de l'Inter, Beppe Marotta, estime qu'il ne fait aucun doute que l'équipe continuera avec Simone Inzaghi comme entraîneur, quelle que soit la fin de la saison. Au cours d'un entretien avec le diffuseur italien DAZN, le dirigeant des Nerazzurri a donné son avis sur l'avenir du club sur le terrain et sur le banc, ainsi que sur l'énorme face-à-face qui attend l'équipe ce soir. L'avenir d'Inzaghi a été mis en doute par les médias italiens en raison de la baisse de forme des Nerazzurri depuis le début du mois de février. Inzaghi, qui avait mené son équipe à une position dominante en haut du tableau à la fin du mois de décembre, a vu son équipe s'effondrer et être obligée de suivre l'AC Milan et le Napoli en tête du classement. Aujourd'hui, à l'occasion d'un énorme choc contre les Bianconeri, l'équipe revient de la trêve internationale en sachant qu'elle a une véritable course au Scudetto devant elle, en commençant par l'un de ses plus grands défis de la saison. Rien ne garantit qu'Inzaghi sera en mesure de guider l'équipe vers un deuxième titre consécutif en Serie A, mais Marotta ne pense pas à l'avenir de l'entraîneur pour autant. "Aujourd'hui, nous regardons en arrière sur un parcours extraordinaire jusqu'à la fin du mois de janvier, puis sur une période où les résultats n'ont pas correspondu à la qualité de nos performances", a déclaré Marotta. "Mais cela fait partie du jeu", a-t-il souligné. "Inzaghi bénéficie de notre grand respect pour ce qu'il a fait jusqu'à présent, ce qu'il a réalisé et ce qu'il fera". "Il a été critiqué récemment parce que l'entraîneur est le premier en ligne de mire quand les résultats ne suivent pas", a-t-il ajouté. "Ce n'est pas comme ça que ça se passe avec Inzaghi, nous avons évalué positivement ses performances et nous irons de l'avant avec lui", a été clair le dirigeant. "Maintenant, nous devons voir pourquoi il y a eu une période de mauvaise forme". A propos du derby d’Italie, Marotta a déclaré "J'espère que ce sera un match passionnant et une publicité pour notre football. Nous espérons que ce sera une bonne soirée". Concernant les liens de transfert avec l'attaquant de la Juventus, Paulo Dybala, Marotta a déclaré : "J'ai travaillé avec lui les saisons passées et obtenu de bons résultats." "Mais je ne peux pas parler de la dynamique qui l'a conduit à ne pas prolonger son contrat", a-t-il ajouté. "Je prends acte de la nouvelle". Il a poursuivi en disant que "Nous avons une attaque qui répond à nos besoins, y compris des jeunes joueurs qui réussissent bien en prêt comme Satriano." "Il y a beaucoup de joueurs qui partent en transfert libre le 30 juin, pas seulement de la Juve", a-t-il ajouté. "Ce sont toutes les dynamiques du marché des transferts à évaluer à huit journées de la fin de la saison." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  5. L’Administrateur Délégué de l'Inter, Beppe Marotta, a été au cœur de deux processus de "reconstruction" dans des clubs italiens de premier plan au cours de la dernière décennie, d'abord à la Juventus puis chez les Nerazzurri. C'est ce que souligne le journal milanais Gazzetta dello Sport, qui met en évidence l'importance du dirigeant dans l'histoire récente des deux clubs avant leur confrontation en Serie A ce week-end. Marotta est arrivé à la Juventus à l'été 2010. Impressionnés par son travail à la Sampdoria, le Club Turinois l’a chargé de reconstruire le club pour qu'il soit capable de se battre pour le Scudetto. Pour sa première saison, Marotta a amené avec lui l'entraîneur Luigi Delneri et a fait un certain nombre de recrutements qui n'ont pas vraiment fonctionné : les Bianconeri ont terminé en milieu de tableau. À l'été 2011, le dirigeant a relancé le projet en nommant l'ancien capitaine du club Antonio Conte pour remplacer Delneri et en procédant à des recrutements qui se sont avérés plus concluants. Lors de la première campagne de Conte, la Juventus a remporté le Scudetto pour la première fois depuis son retour en première division après le scandale du Calciopoli, et il a également remporté le titre lors des deux saisons suivantes. Conte a quitté les Bianconeri à l'été 2014 après des désaccords avec le conseil d'administration, et l'ancien entraîneur de l'AC Milan, Max Allegri, a été nommé pour le remplacer. Allegri n'était pas une nomination très populaire auprès des fans du club, mais il s'est avéré efficace puisqu'il a porté la série de Scudetti consécutifs des Bianconeri à huit et a atteint deux fois la finale de la Ligue des champions. Tout au long de ce processus, l'influence de Marotta a été déterminante, signant et vendant de nombreux joueurs comme Andrea Barzagli, Andrea Pirlo, Paul Pogba, Arturo Vidal, Paulo Dybala et Gonzal Higuain, pour n'en citer que quelques-uns. Marotta a quitté la Juventus en 2018 après avoir eu des désaccords de son côté avec le conseil d'administration du club, et il s'est rapidement installé à l'Inter où il a été chargé de superviser un renouveau du Scudetto similaire à celui qu'il avait fait avec les Bianconeri. Les propriétaires du club, Suning, ont donné au dirigeant la liberté de nommer Conte dans un second club à l'été 2019, et également de signer des joueurs clés tels que Romelu Lukaku, Nicolo Barella et Stefano Sensi. Lors de la première saison de Conte à la tête des Nerazzurri, il n'a pas tout à fait réussi à réitérer son exploit de la Juventus de remporter le titre de Serie A dès sa première tentative, terminant second derrière la Juventus de Maurizio Sarri. Cependant, pour sa deuxième saison, il remporte le Scudetto, le premier du club en onze ans. Entre-temps, Marotta a renforcé l'équipe avec des joueurs comme Christian Eriksen, Achraf Hakimi et Arturo Vidal. L'été dernier, Conte a quitté l'Inter après seulement deux saisons à la tête du club, estimant que le projet ne bénéficiait pas du soutien financier nécessaire pour poursuivre sur sa lancée et ses succès. Il a été remplacé par l'ancien entraîneur de la Lazio, Simone Inzaghi, que Marotta a rapidement identifié et fait venir avant qu'il ne signe une prolongation de contrat avec les Biancocelesti. Inzaghi a dû faire face aux ventes importantes de Hakimi et Lukaku ainsi qu'au retrait forcé d'Eriksen en raison de problèmes de santé au cours d'un été de grands bouleversements. Cependant, Marotta a su soutenir le nouvel entraîneur tout en respectant d'importantes restrictions budgétaires, en faisant venir des joueurs comme Hakan Calhanoglu, Edin Dzeko, Denzel Dumfries et Joaquin Correa au cours de l'été. Aujourd'hui, le Patron de l’Inter verra son équipe actuelle et son ancienne équipe s'affronter dans un match qui pourrait être la clé des ambitions des Nerazzurri pour le Scudetto, et bien qu'il ait toujours des liens à Turin, il se concentre strictement sur l'obtention d'un maximum de succès avec l'Inter. L'équipe a du retard à rattraper dans la course au titre, mais elle semble avoir la qualité nécessaire pour être de vrais prétendants au titre pour une deuxième saison consécutive, et ils peuvent remercier Marotta, et espérer qu'il continue le travail dans la même veine. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  6. S'exprimant sur DAZN avant le derby, Beppe Marotta a fait un point sur Gosens, Perisic et Brozovic. Gosens est venu de l'Atalanta dans le cadre d'un accord de prêt initial qui devrait devenir un accord permanent jusqu'en 2026 sous certaines conditions. L'Allemand devrait jouer un rôle important à gauche pour les saisons à venir. Cependant, Perisic a également été en pleine forme dans cette position jusqu'à présent cette saison. Selon Marotta, le club est d'accord avec deux options de à ce poste, et la signature de Gosens n'affecte pas leur prise de décision concernant la situation de Perisic. "A gauche, nous avons profité d'une opportunité, nous remercions les propriétaires de nous avoir permis de faire un investissement important. Maintenant, l'équipe est plus compétitive, mais elle était déjà à un niveau élevé au départ." "Ivan est un professionnel sérieux, il pourrait également être utilisé à droite. Dans le jeu d'Inzaghi, l'ailier arrière est un élément clé. L'achat de Gosens ne vise pas à restreindre les opportunités de Perisic, il s'agit de donner à Inzaghi un autre joueur de qualité." "À propos de la situation de Brozovic, nos désirs sont de continuer ensemble, c'est la confirmation officielle. Nous travaillons pour trouver une solution. On espère pouvoir fermer rapidement, c'est ce que tout le monde veut." "Milan Skriniar pourrait éventuellement être nommé capitaine, l'amour des fans est un aspect important, mais ce n'est pas encore quelque chose que nous avons sérieusement envisagé. Il y a beaucoup de profils dans l'équipe qui ont les qualités nécessaires à un bon capitaine. Il sera temps d'y réfléchir. Pour l'instant, nous sommes satisfaits de Handanovic et espérons qu'il restera encore un moment. Nous voulons continuer avec lui." "Concernant le derby, c'est un match spécial, nous espérons que ce sera une excellente publicité pour le football italien (l'interview s'est faite avant le match, ndlr). Il reste encore 45 points à gagner, tout résultat que nous obtiendrons ne sera pas définitif. Nous affrontons ce match avec une conscience de ce qu'il signifie, nous voulons en prendre le dessus par fierté, et nous voulons continuer la marche qui nous a menés au sommet du classement." Traduction alex_j via sempreinter.
  7. Au sortir de ce mercato d'hiver, tendance très différente entre l'Inter Milan et la Juventus : régularité pour conserver notre trône et politique de grands travaux pour retrouver de sa superbe concernant la Juventus. Inter Milan : la recherche d'une stabilité nécessaire L'Inter a opté pour une stratégie sur le long terme durant ce mercato d'hiver, avec l'objectif de trouver un équilibre entre joueurs confirmés et jeunes à développer. Pas d'étincelle surmédiatisée, mais plutôt des atouts sélectionnés judicieusement afin d'amener une continuité à notre domination en Italie. Beppe Marotta a finalisé l'arrivée de l'international allemand Robin Gosens et a ajouté une autre recrue hivernale, l'attaquant équatorien Felipe Caicedo arrivé en prêt jusqu'à la fin de saison pour apporter de la profondeur. Un recrutement ciblé puisque l'entraîneur Simone Inzaghi connaît parfaitement Caicedo pour l'avoir dirigé à la Lazio (2017-2021), où il était devenu une pièce majeure de son système. Cependant, l'Inter voudrait poursuivre la course pour la signature de deux joueurs libres en Juin : Paulo Dybala (28 ans, Juventus), qui s'est fritté avec les dirigeants de la Juventus, et Franck Kessié (25 ans, AC Milan). Marotta a confirmé que l'attaquant argentin figurait parmi nos principales cibles ''Quand des joueurs de haut niveau comme Paulo Dybala sont en fin de contrat dans six mois, il est normal de faire des tentatives, cela fait partie du marché.'' Des éventuels renforts à la portée symbolique puisqu'ils quitteraient nos rivaux honnis, également concurrents directs pour le titre. Le dernier gros dossier de l'Inter sera la prolongation de contrat de Marcelo Brozovic (29 ans), libre de s'engager avec le club de son choix depuis le 1er Janvier. Les discussions avanceraient bien pour un nouveau bail jusqu'en 2026 accompagné d'un salaire de 7M€. Juventus : restauration autour de Dusan Vlahovic Après avoir accroché son ticket pour la Ligue des champions, sur le fil la saison dernière (un peu aidée ? ndlr), la Juventus est une nouvelle fois dos au mur cette année. La Vieille Dame est toujours convalescente et le retour de Massimiliano Allegri n'a pas encore permis de guérir ses maux. Pour tenter de retrouver sa domination en Italie, la Juventus a réalisé un premier grand coup durant ce mercato hivernal. L'attaquant serbe de la Fiorentina Dusan Vlahovic a décliné les offres de Premier League pour rallier Turin. L'opération avoisinerait les 80 M€, dont 10 de bonus payables sur trois ans, avec à la clé un contrat de quatre ans et demi et un salaire de 7 M€ net annuels. La Juventus tient dorénavant le visage de sa reconstruction et envoie un message fort en donnant à sa nouvelle recrue le numéro 7. Le dossier Paulo Dybala est donc brûlant et en attendant une issue positive ou négative, les dirigeants se sont activés pour dégraisser leur masse salariale avec les ventes de Dejan Kulusevski (21 ans) et Rodrigo Bentancur (24 ans) à Tottenham, pour une somme combinée avoisinant les 70 M€ bonus compris. Le milieu Aaron Ramsey (31 ans) a également plié bagage pour les Glasgow Rangers en prêt Un bon moyen de faire de la place dans la rotation pour la nouvelle recrue Denis Zakaria (25 ans), arrivée cet hiver en provenance 'Gladbach pour 4.5 M€. Quid des dirigeants ? Entre Andrea Agnelli qui a pris du recul depuis le projet de Super Ligue avorté, Maurizio Arrivabene, directeur délégué à la zone du football, Federico Cherubini, le nouveau directeur sportif, et Pavel Nedvev, le flou existe sur le pouvoir décisionnaire du club. Tant que ces doutes ne seront pas levés, il y aura des répercussions sur le sportif. Source : l’Équipe, "Stabilité ou nouveau cycle, l'Inter Milan et la Juventus sont opposées sur les transferts" article rédigé par Valentin Feuillette le 3 Février 2022.
  8. Dans une interview accordée à Libero, notre légende Beppe Bergomi s'est exprimé sur le derby et a effectué diverses comparaisons. Un derby décisif? "Il est trop tôt. Ce n'est pas une réponse diplomatique, je suis honnête : il reste encore beaucoup de matchs et l'Inter est toujours en Ligue des champions, il faudra voir s'ils vont continuer et à quel point le grand défi à Liverpool affectera le mental et l'état physique de l'équipe. Même au match aller, on a dit que c'était décisif parce que Milan avait sept points d'avance, puis l'Inter est revenue." Quelle équipe joue le mieux? "Ils jouent bien tous les deux. Mais je dois dire que l'Inter joue mieux cette année. Ils veulent dominer et ils réussissent. Milan, c'est le même que l'an dernier, quand ça fonctionnait déjà : une équipe 'box to box', avec de bons joueurs qui attaquent à la verticale, sans trop de fioritures. Cependant, ils doivent être bien physiquement et mentalement : avec un jeu aussi intense, vous ne pouvez pas vous permettre de perdre en condition." Simone Inzaghi ou Stefano Pioli ? "Je dis Inzaghi car Pioli ne me surprend pas. Simone, en revanche, oui. Je pensais qu'il pourrait rencontrer plus de difficultés. Voir Bastoni qui en théorie est un défenseur mais en réalité il joue comme un ailier, un milieu de terrain, c'est excitant." "Conte a donné une empreinte et une trace profondes, mais pardessus il y a beaucoup d'Inzaghi : les cinq sont plus hauts, les milieux de terrain attaquent différemment et, ayant des points focaux différents de Lukaku, l'équipe a commencé à dribbler plus tard sur le terrain." Beppe Marotta ou Paolo Maldini ? "Paolo Maldini fait un excellent travail. Il a bien fait de ne pas bouger sur le mercato de Janvier, même s'il avait un besoin au centre de la défense : s'il n'y a pas un joueur qui change son équipe, mieux vaut éviter les erreurs. Cela certifie que Maldini travaille pour l'avenir, sans l'angoisse de gagner tout de suite, mais toujours en visant le maximum. La main de Marotta est évidente à l'Inter : il anticipe les mouvements, il résout les problèmes avant qu'ils ne surviennent. Ce sont deux philosophies différentes mais toutes deux réussies, qui porteront leurs fruits." Le meilleur joueur. "Avec le 3-5-2 de l'Inter, Theo Hernandez à gauche serait parfait, même si Gosens vient d'arriver. Pour la façon dont Milan joue, cependant, je dirais encore Bastoni : idéal pour défendre vers l'avant et sortir de derrière avec la première passe nette." Traduction alex_j via sempreinter.
  9. S'exprimant sur TeleLombardia, Beppe a souligné le travail de Zhang avec des choses positives à dire sur la manière dont Zhang gère le club et estime que la vision du président est au cœur de tout ce qui s'est bien passé. Il a également évoqué Maurizio Zamparini qui est décédé. "Quand un réalisateur occupe un poste de haut niveau comme le mien, il est important d'avoir une excellente diplomatie, des compétences interpersonnelles et de la confiance, c'est l'arme la plus importante dont nous disposons. Le reste vient de la prévoyance des propriétaires et j'ai de la chance de travailler avec des propriétaires avec une vision à long terme." "Je suis désolé d'apprendre le décès de Maurizio Zamparini (ancien propriétaire du Venezia, ndlr) car je l'ai rencontré en tant qu'ami avant même de le connaître en tant que président. Je l'ai exhorté à acheter Venezia. J'ai passé cinq années merveilleuses avec lui, pleines d'émotions fortes et aboutissant à une promotion. Je repense à lui avec respect et admiration. Il a également signé un noyau dur de l'équipe nationale 2006, -Toni, Zaccardo, Barzagli, Grosso. Il avait le sens du talent." La vision de Marotta semble être confirmée par la Gazzetta dello Sport qui explique que le Suning vendrait des parts minoritaires sans vendre le club intégralement. Rappelons que le Suning a déjà résisté aux tentatives d'achat des Nerazzurri, y compris à des moments où leur contrôle du club semblait être en péril financier. Désormais, avec une récente obligation de 415 M€ émise pour refinancer la dette du club et le travail effectué avec le prêt d'Oaktree Capital depuis l'été, le club peut garantir des liquidités pour les deux prochaines saisons. Ainsi, même si les propriétaires sont toujours à la recherche d'investisseurs minoritaires pour injecter de l'argent dans le club via la banque d'investissement américaine Goldman Sachs, ils n'ont aucun intérêt à vendre le club. Pour terminer, toujours selon la Gazzetta dello Sport, l'Inter vise un contrat de 25 M€ par saison avec le nouveau sponsor DigitalBits à partir de la saison prochaine. La société de banque numérique a également un partenariat bancaire avec le club, et la valeur totale du partenariat, y compris celui-ci et le sponsoring, s'élève à 12,5 M€, passant à 13,4 M€ si le club remporte le Scudetto. Cependant, avec DigitalBits prenant le relais en tant que sponsor principal du maillot cet été, le partenariat deviendra beaucoup plus lucratif et le club vise un accord d'une valeur d'au moins de 25 M€ par saison. Traduction alex_j via sempreinter.
  10. C'est un signal d'alarme qui est lancé par Beppe Marotta dans son interview accordée à Sole 24 Ore. L'AD nerazzurro est préoccupé par les conditions dans lesquelles évoluent les clubs italiens fortement touchés par la pandémie. "C'est un système au bord du gouffre qui souffrait déjà d'un déséquilibre avant le Covid et qui n'a reçu aucune aide durant ces deux années de pandémie. Les marges de résistance des clubs se font de plus en plus fines", déclare-t'il. "En précisant quand même que la santé des tifosi reste notre premier intérêt. Il ne fait aucun doute qu'avec les masques FFP2, le super Green Pass, la réduction de la capacité des stades à 50%, ces lieux ouverts sont des endroits sûrs pour se réunir. Avoir dû se résoudre à limiter le nombre de spectateurs à 5000 démontre que la situation est prise au sérieux et c'est un autre sacrifice pour nous. Voilà pourquoi lors des derniers arrêtés et décrets du Gouvernement nous nous attendions à un peu plus de considération". Vous demandez la réouverture des stades? "Oui, avec les mesures qui existent déjà. Si la France s'apprête à accueillir 100% des supporters comme en Angleterre, du reste, quel intérêt pour nous de rester à des audiences plus basses?". A propos de la France, le gouvernement de Macron a concédé des aides directes et indirectes au monde du football professionnel à hauteur d'un milliard d'euros. Il a aussi annulé 200 millions d'IRPEF (Impôts sur le Revenu des Personnes Physiques). Nous, de notre côté, nous avons du mal à ne serait-ce qu'étaler le paiement des taxes et cotisations sur plus de 4 mois. Trouvez-vous que la politique applique trop souvent un registre de populisme par rapport au monde du football? "On pense que le monde du football est toujours le football des présidents riches qui s'amusent à jeter l'argent par les fenêtres. Notre monde éprouve de grandes difficultés lorsqu'il essaye de se faire reconnaître comme ce qu'il est, pourquoi est-ce si difficile de voir le football professionnel comme un environnement industriel comme un autre? Qui a un Chiffres d'Affaires de 4 milliards et qui en reverse 1.2 au Trésor Public?". Même certaines mesures "gratuites" n'ont pas été concédées, comme la remise en place des contrats de sponsoring avec des entreprises de pari interdit depuis 2019. "Exact. 100 millions d'euros en contrats se sont vaporisés. A l'extérieur, et en accord avec l'UEFA, nous devons affronter des clubs sponsorisés par des entreprises de ce secteur qui produisent un CA de plus de 10 milliards d'euros sur les évènements footballistiques. Pourquoi ne pas nous reconnaître des droits de copyright et d'importantes retombées grâce à ce volume d'affaires disponibles?" Le monde du football est perçu comme un monde de privilégiés et de nababs. Comment vivez-vous cela? "Il ne fait aucun doute qu'il faut essayer de créer un modèle soutenable en diminuant notamment les salaires. Les footballeurs et leurs agents ne peuvent pas se réfugier derrière des contrats de princes signés durant l'époque pré-covid. Attention cependant à trop réduire ces salaires. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre encore plus de compétitivité par rapport aux autres championnats. Ce serait un cercle vicieux. Il nous faut augmenter les recettes. Il faut intervenir pou favoriser la construction de nouveaux stades, il faut repenser les Media Company, peut-être en partenariat avec des fonds comme la Liga l'a fait. Ils sont entrain d'étudier de nouvelles lois et de nouveaux formats de compétitions en accord avec les clubs qui supportent les risques de ces projets et ce, sans être bloqués par la Fifa ou l'UEFA". Il faudrait une politique pour la football en tant qu'industrie. "Exact, mais à l'heure qu'il est, je me contenterais d'un ministre des Sports qui concentrerait pouvoir et ressources et pourrait nous aider dans le dialogue pour sauver le monde du football et le réformer". Internazionale.fr ~ © Samus
  11. Le CEO de l'Inter a eu un impact significatif pour les Nerazzurri depuis qu'il les a rejoint en 2018 en provenance de la Juventus. Dans l'édition du jour de la Gazzetta dello Sport, le journal Milanais pointe du doigt comment le dirigeant Interiste a su inversé la tendance en Serie A durant les dernières saisons. Marotta a quitté les Bianconeri en Octobre 2018, en parti à cause d'un désaccord avec le club au sujet de l'achat de Christiano Ronaldo, et en parti à cause de la montée en puissance de Fabio Paratici. Les premiers signes de la présence de Marotta à l'Inter se sont vraiment fait ressentir à l'été 2019, alors qu'il réussi à battre la Juventus dans la course à la signature de Romelu Lukaku. Les Bianconeri étaient prêt a tenté de trouver un accord pour l'attaquant de Manchester United (à l'époque) et auraient envoyé dans le même temps Paulo Dybala chez les Red Devils. Cependant, Dybala refusera de rejoindre l'Angleterre et Marotta convaincra Lukaku de rejoindre l'Inter à la place, plaçant un pion important pour l'obtention du Scudetto deux saisons plus tard. De plus, lors de cet été là, les Nerazzurri réussissent a se délester d'un Mauro Icardi devenu indésirable sur la base d'un prêt au Paris Saint-Germain, tout en incluant une clause stipulant que le club Français ferait face à une pénalité financière si l'Argentin venait à rejoindre les Bianconeri par la suite. La perspicacité de Marotta sur le marché des transferts était un facteur majeur de la période qui a vu la Juventus remporté neuf Scudetti consécutifs, et maintenant il semble qu'il produise le même effet à l'Inter. ©Internazionale.fr, via Gazzetta dello Sport - Traduction Trent_FCI
  12. L'édition imprimée de la Gazzetta dello Sport donne un aperçu des projets du Suning pour le club et a souligné son engagement continu à en être propriétaire malgré les rumeurs avec PIF. Suning a rencontré des difficultés financières, ce qui a conduit à penser qu'ils pourraient devoir vendre le club avec le fonds saoudien PIF parmi les acheteurs les plus répandus. Cependant, leurs signaux restent clairs: ils restent propriétaires et poursuivent les objectifs stratégiques pour stabiliser le club, alors qu'il y a également des signaux que PIF a refroidi son intérêt. Une priorité continue, note la Gazzetta, est le développement de la marque Inter parmi les fans chinois, ainsi qu'un engagement à développer le football des jeunes en Chine conformément aux diktats du gouvernement chinois. Le Suning continue de considérer les Nerazzurri comme ayant un potentiel important sur le marché chinois du football. Un autre élément clair des plans de Suning pour l'Inter est la vente de joueurs à but lucratif suivie d'un remplacement intelligent sur le marché. Hier, dans une interview, Beppe Marotta a souligné l'importance de cet aspect de la gestion du club, note la Gazzetta. Le journal poursuit en rapportant que cela signifie qu'il n'y a pas de joueurs et de club « non transférables », mais que les propriétaires sont absolument déterminés avec leurs administrateurs à veiller à ce que les départs puissent être remplacés de manière adéquate, comme dans le cas d'Edin Dzeko arrivé en été pour prendre la place de Romelu Lukaku. Le Suning reste déterminé à prolonger les contrats de Marotta et d'autres directeurs clés, dans le but d'assurer la continuité dans cet aspect du projet sportif. Les propriétaires se sont également engagés à refinancer la dette actuellement aux Nerazzurri, avec une annonce officielle attendue avant la fin décembre. Le club devrait refinancer les deux obligations actuelles, d'une valeur totale de 375 M€, en une obligation unique d'une valeur de 400 M€ qui aura une nouvelle échéance de 2027. Enfin, le projet de nouveau stade à construire aux côtés du Milan reste une priorité majeure pour les propriétaires afin d'augmenter leurs revenus. Plutôt que les rumeurs d'une vente du club à un prix élevé à un acheteur comme PIF, suggère la Gazzetta, le Suning considère comme clé l'augmentation des revenus et la modernisation des infrastructures représentées par un nouveau stade. Les Nerazzurri ainsi que les Rossoneri restent pleinement déterminés à poursuivre le projet du nouveau stade, et le Suning y voit une composante nécessaire de leur contrôle continu du club. Dans un court laps de temps, un certain nombre d'annonces importantes peuvent être attendues des propriétaires, notamment les développements concernant le nouveau stade, le renouvellement des principaux directeurs une fois que le président Steven Zhang pourra se rendre en personne depuis la Chine, et le refinancement des obligations. En attendant, cependant, la prolongation du contrat du milieu de terrain Marcelo Brozovic est un autre développement clé sur le plan sportif pour le club, et cela pourrait bien être la première annonce majeure à venir. Traduction alex_j via sempreinter.
  13. Interviewé durant l'évènement 'La Squadra di Milano e le sue sfide presenti e future', Beppe Marotta a abordé divers thèmes, en premier la qualification des nerazzurri en huitièmes de finale de Ligue des Champions. "Ils ont réussi à se qualifier, c'est une réalisation importante. Dans le sport, il ne faut jamais rien juger à l'avance, il faut procéder avec calme et prudence parce l'équation selon laquelle celui qui dépense le plus finit par gagner ne se vérifie pas toujours. C'est sûr qu'avoir un portefeuille bien fourni aide dans certaines circonstances et pour atteindre certains objectifs mais quand ce n'est pas le cas, il faut faire appel à la compétence, à l'humilité, la passion et ce sont des vertus que j'ai trouvé et que j'ai tenté de renforcer à l'Inter". "Nous sommes revenus sur une scène européenne plus conforme avec l'histoire du club". Etonné des débuts de Inzaghi? "Je ne suis pas surpris plus que cela. J'ai eu l'occasion de connaître Inzaghi le joueur à la Sampdoria. Il répond aux critères dont avait besoin l'Inter sur le plan humain et puis on connaît ses capacités d'entraîneur. Ce qu'il a fait à la Lazio, c'est vraiment l'image parfaite de l'entraîneur compétent, jeune et dynamique. Nous avons tout bouclé en quelques heures, tout a été facilité par le fait qu'il joue avec le même schéma que Conte. Il s'est très bien intégré et ses résultats sont plus que positifs". Que ce serait-il passé s'il avait finalement prolongé à la Lazio? "Il était dans nos petits papiers, nos décisions ont été faites de manière collégiales. Même hors du terrain nous devons jouer en équipe, même si la responsabilité maximale sera la mienne. Nous avons voulu faire un choix courage, car c'est ce qu'il faut dans le football. Nous avons tout fait en quelques heures pour, justement, anticiper une possible signature avec la Lazio". La situation des deux Croates Brozovic et Perisic "Le prérequis est que les joueurs veuillent rester à l'Inter. La volonté des joueurs est fondamentale. De notre côté, nous ne pouvons pas laisser certains contrats se terminer. Si la volonté du joueur est de rester et qu'ils comprennent le nouveau modèle économique qui est instauré dans le football italien et à l'Inter en particulier, je pense que nous pouvons continuer ensemble. Je peux dire avec fierté que l'Inter est capable de beaucoup donner à ses joueurs. Ailleurs, il est difficile de trouver cette affection, ce professionnalisme, ce sérieux, cette structure et cette compétitivité". Suning "Les propriétaires ne sont pas toujours impliqués dans la gestion quotidienne des clubs. Il y a des managers pour cela, l'important reste que les propriétaires procurent une sécurité et une stabilité. Je dois dire qu'il ne faut pas oublier ce que la famille Zhang a fait. Steven est quelqu'un de très passionné. En quelques années ils ont dépensé des centaines et des centaines de millions d'euros, il ne faut pas oublier cela. Si l'Inter a retrouvé de la stabilité qui a mené à son renouveau, c'est à la famille Zhang qu'elle le doit. Il est clair que la pandémie a créé de gros problèmes économiques et la famille Zhang a aussi fortement été affectée mais ils n'ont jamais cessé d'être au chevet du club. Le rapport que Steven entretient avec moi et le reste de l'équipe de management n'est pas quotidien mais reste très fréquent. Ils nous garantissent une certaine couverture. Il faut maintenant trouver des modèles de gestion différents. C'est la bonne chose à faire sur le plan éthique". "Il faut reconnaître du mérite à Conte pour avoir posé les bases qui nous ont porté à la victoire. Nous sommes entrain de continuer ce travail". Comment sera le prochain mercato? "Il sera caractérisé par très peu de clubs en solde négatif. Le modèle italien est resté statique pendant longtemps et cela a permis aux autres championnats de nous passer devant. Il faut se réinventer et trouver un équilibre entre dépenses et recettes. Les coûts sont aujourd'hui disproportionnés. Nous devons être forts et limiter ces coûts, en essayant de profiter des valeurs que nos joueurs locaux réussissent déjà à exprimer comme nous l'avons vu durant l'Euro". Lukaku "La volonté du joueur a été fondamentale jusqu'au bout. La volonté du joueur de retourner dans le championnat où il voulait évoluer a fait la différence. D'un autre côté, il y a aussi la situation économique et financière, le club ne pouvait pas refuser cette opération. Mais sans la volonté du joueur, nous ne serions même pas là à en parler aujourd'hui. C'est faux de dire que Zhang voulait vendre Lukaku". Le mercato hivernal "Il faut voir, l'effectif ne souffre pas de grosses grosses failles, il est plutôt homogène et donne satisfaction en championnat et en Europe. Il mérite de continuer son parcours. C'est difficile en Janvier, il nous faudra sauter sur les opportunités à la hauteur pour nous permettre de nous améliorer. Maintenant que nous garantissons une certaine compétitivité, il n'y aura pas de révolution". Dans le passé, vous auriez pu finir au Milan "J'étais à la Juventus à l'époque et je n'ai pas considéré d'autres clubs". Vlahovic ou (Julian) Alvarez "Le fait que Baccin soit en Argentine actuellement rentre dans son activité ordinaire. Il faut surveiller les autres championnats et identifier les joueurs qui correspondent à notre modèle. Vlahovic est un très grand talent, un attaquant moderne. Je sais qu'ils sont dans une certaine situation avec la Fiorentina et j'espère qu'ils réussiront à la résoudre parce qu'en tant que club, ce n'est jamais agréable de voir son patrimoine aller dans un autre club. Ce serait bien qu'ils puissent continuer ensemble. Cela dit, je peux dire que Vlahovic représente l'un des jeunes les plus intéressants du championnat italien. Nous avons un secteur offensif où nous faisons un mix de jeunes et d'expérimentés qui apportent de la qualité". Les plus-values ainsi qu'une prolongation de contrat "Le modèle italien doit comprendre les mouvements des joueurs, c'est ce qui permet de faire des recettes comme dans le cas de Lukaku. Notre championnat est devenu un point de transition avant de finir en Premier League ou dans les clubs comme le PSG. L'Inter impliquée dans l'enquête concernant les plus-values? Absolument pas. Une prolongation de contrat? En tant que management, nous avons tous de bons rapports avec Steven Zhang. Il faut voir comment le Covid conditionnera son retour en Italie mais disons que Samaden, Ausilio, Baccin et moi sommes tous très content de continuer avec l'Inter et que le club est dans les mêmes dispositions. Je pense que dès la prochaine visite de Steven, les éléments seront en place pour que tout se concrétise". Internazionale.fr ~ © Samus
  14. S'adressant au journal milanais Gazzetta dello Sport dans une interview publiée aujourd'hui, Alvaro Recoba pense que Beppe Marotta a joué un rôle important dans la bonne forme actuelle du club. Marotta s'était déjà forgé une très bonne réputation dans le football italien avant de rejoindre l'Inter de nos rivaux honnis, mais son travail chez nous a mis en valeur ce qu'il est capable de faire dans un club. Il a réussi à aider à construire une équipe qui a remporté le Scudetto pour la première fois en onze ans, puis au cours de l'été, il a réussi à faire face à des départs de telle sorte que l'équipe soit néanmoins compétitive sur tous les fronts cette saison. Recoba connaissait Marotta depuis toujours lorsque l'exécutif travaillait à Venezia, où l'Uruguayen a passé la saison 1998-1999 en prêt. "Beppe Marotta était et est une personne formidable. A Venezia, vous pouviez déjà voir son calme, sa capacité à trouver des solutions, à créer une unité entre le club et les joueurs, à l'époque, nous avions un entraîneur un peu fou et un président un peu fou, mais il a tout maintenu avec un profil bas." "Ce qui est bien, c'est qu'il n'a pas changé. Parfois, lorsque vous montez en statut et en pouvoir, vous devenez une autre personne, il est le même qu'il était il y a 23 ans, humble et professionnel. Même s'il a tout gagné à la Juve et a maintenant remis l'Inter sur pied." "Je me souviens d'une fois où Zampa (l'ancien propriétaire de Venezia Maurizio Zamparini, ndlr) m'a dit : - Si tu marques, tu prends ce que tu veux dans le magasin. J'ai marqué et sorti une télé gigantesque. La plus grande que vous verrez jamais. Quand Beppe l'a vu, il a dit: - Chino, c'est trop!" "On peut voir la travail de Simone Inzaghi. Au-delà des résultats, vous pouvez immédiatement voir qu'il y a une idée, une main directrice qui travaille derrière eux. Ils peuvent toujours se battre pour le Scudetto et en Europe, ils peuvent aussi aller jusqu'au bout. En général, ce n'est pas facile d'entraîner dans un grand club et, dans ce cas, il est encore plus difficile pour Inzaghi d'être à la hauteur de ceux qui l'ont précédé." "Je n'ai pas suivi le marché des transferts pendant deux jours et puis j'ai lu sur Internet que Lukaku s'était retrouvé à Chelsea… et c'était après la vente d'Hakimi au Paris Saint Germain ! Le club a peut-être été contraint de faire ces choix. Mais ils ont bien fait de reconstruire immédiatement l'équipe. Ils l'ont rendu compétitif; à commencer par Dzeko qui a ajouté son expérience. Parfois dans le football, vous pouvez penser que quelqu'un est irremplaçable, mais ils ne le sont jamais si l'équipe est derrière le projet. "Je sais seulement que Lautaro marque presque toujours, et c'est quelque chose qui le rendra toujours convoité. Il est inutile de se cacher car tôt ou tard, un club arrivera avec une offre énorme. Cela ne veut pas dire qu'il va ou veut absolument partir, mais c'est une éventualité à prendre en considération." "J'aimerais l'avoir à Milan pendant dix ans. Mais ce ne sera pas facile de le garder. La seule chose que l'Inter peut faire en ce moment, c'est de le chouchouter, comme on le fait toujours avec les joueurs spéciaux." Traduction alex_j via sempreinter.
  15. L'ancien directeur de l'Inter, Ernesto Paolillo, estime que les Nerazzurri ont du mal à être cliniques et à tuer le match malgré le fait qu'ils jouent bien la plupart du temps. Au cours d'un entretien accordé à la radio TMW, l'ancien directeur a donné son avis sur le déroulement de la saison de l'Inter, tout en évoquant les problèmes rencontrés par l'équipe cet été et en félicitant le directeur général Beppe Marotta pour son travail. L'Inter n'a pas le même visage que la saison dernière et n'a pas encore retrouvé l'instinct de tueur qu'elle avait lorsque Romelu Lukaku et Achraf Hakimi étaient dans dirigée par Antonio Conte. Paolillo en prend note et suggère que le manque de buts dans les moments clés nuit aux ambitions de son ancienne équipe, mais il a également trouvé beaucoup de choses à louer sur la façon dont Marotta a construit l'équipe. Il estime que le match nul de dimanche dans le derby contre l'AC Milan met en évidence les difficultés de l'Inter dans les grands matches, contre ses rivaux directs, déclarant : "Je ne suis pas satisfait, aucune des deux équipes n'avait besoin d'un match nul - ni l'Inter ni le Milan." "C'était l'occasion idéale de gagner trois points sur tout le monde", a-t-il poursuivi, "surtout parce que des occasions ont été créées. Mais sans buts, cela ne sert à personne." "Il a manqué le bon instinct de tueur en attaque pour mettre le ballon au fond des filets", a-t-il poursuivi. Au sujet de la mauvaise forme récente de Lautaro Martinez dans les buts, il a déclaré : "Nous assistons à un moment normal qu'un attaquant peut avoir, mais la détermination fait défaut à ceux qui sont à côté de lui. Un attaquant peut être bon techniquement mais il doit avoir envie de mettre le ballon au fond des filets". A propos de ce qui manque à l'équipe en l'absence de Conte, Paolillo a affirmé "L'équipe sait comment insuffler une motivation et un esprit de compétition intense à ses joueurs. C'est ce qui fait la différence : il y a peut-être trop de gentillesse à leur égard." Concernant les problèmes avec les propriétaires de l'Inter, Suning, il a déclaré : "J'espère qu'en Chine les choses vont se calmer un moment et que la grande crise redoutée dans le secteur immobilier va se calmer. Peut-être que l'attitude des autorités chinoises envers les investissements étrangers, même dans le football, changerait." "Si cela ne change pas, il sera difficile pour la famille Zhang de construire un Inter plus forte", poursuit-il. "Cet été, Marotta a fait des miracles, croyez-moi". Sur la question de savoir si l'équipe doit investir sur le marché des transferts en janvier, il a répondu : "Seulement si l'opportunité se présente : signer quelqu'un du même niveau que celui que vous avez déjà reviendrait à jeter de l'argent par la fenêtre." Et à propos des postes pour lesquels des renforts sont nécessaires, il a précisé : "En attaque. Il y a beaucoup de milieux de terrain, mais nous aurions besoin de quelqu'un avec plus de tranchant devant eux. Mais uniquement en cas d’une bonne opportunité." Enfin, il s'est exprimé sur le projet du nouveau stade pour l'Inter et l'AC Milan, déclarant : "Une ville comme Milan a absolument besoin d'un nouveau stade, San Siro est très daté et ne peut pas être remodelé. Les quartiers se modernisent de façon remarquable, je suis convaincu qu'il faut choisir rapidement : si on tarde encore, on risque davantage de difficultés." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  16. L’Administrateur Délégué de l'Inter, Beppe Marotta, estime que les commentaires de Leonardo Bonucci à propos du Scudetto de l’Inter ne font que motiver les Nerazzurri pour performer à un niveau supérieur. S’adressant aux micros de SportMediaset, le Boss de l’Inter a estimé que les propos du défenseur turinois, selon lesquelles les Nerazzurri n'ont pu remporter leur Scudetto la saison dernière parce que le niveau des Bianconeri avait baissé, ne font que motiver les joueurs de l'Inter. La Juventus a remporté un record de neuf Scudetti d'affilée à partir de la saison 2011-12, et Bonucci a été un élément clé de la défense des Bianconeri pour toutes les saisons sauf une, lorsqu'il a rejoint l'AC Milan. La saison dernière, l'Inter a mis un terme à la série des Bianconeri, remportant le Scudetto avec la manière, en témoigne la victoire contre la Juventus au Giuseppe Meazza, un match clé dans leur marche vers le titre. La Juventus revient à San Siro pour affronter les Nerazzurri dans un Derby d'Italia qui s'annonce hostile après les déclarations de Bonucci, ce dernier estimant que l'Inter devait compter sur des dérapages des Bianconeri la saison dernière dans sa conquête au Scudetto. "Leo est très doué", a déclaré Marotta, "mais sa déclaration ne peut que nous motiver davantage." ®Oxyred – Internazionale.fr
  17. Le CEO de l'Inter Beppe Marotta exclut toute autre vente de joueur majeur dans un futur immédiat, histoire d'apaiser les supporters. S'exprimant lors du Trento Sport Festival, Marotta explique que le football est un sport qui demande de l'investissement financier pour obtenir du succès et c'est pourquoi l'Inter ne vendra pas d'autres joueurs clé après Achraf Hakimi et Romelu Lukaku. Propos rapportés par FCInter1908. "Nous l'excluons totalement. Je veux rassurer les fans qui sont de grands supporters: l'Inter existe et existera dans le futur." "La compétitivité est garantie et en football, celui qui dépense le plus gagne. Joueurs, entraineurs, staff... Si cette équipe est forte et a un but, ils peuvent aller très loin au-delà du nom des joueurs." Beppe admet que l'Inter voulait enrôler Edin Dzeko bien avant qu'il rejoigne les Nerazzurri pour de bon. "Quand vous pensez à un remplacement, vous préparez une liste grâce au scouting et aux opportunités de marché: il y a des buts atteignables et d'autres non. Cependant vous devez toujours être conscient qu'il y a des buts à atteindre." "Dzeko était une priorité depuis la saison dernière: les circonstances favorables, une promesse de le laisser libre en cas d'offre, ont facilités les choses. Nous saluons le sérieux de la Roma qui a tenu sa promesse." Marotta confirme que l'Inter était très sérieuse dans sa volonté de recruter l'attaquant serbe de la Fiorentina, Dusan Vlahovic, cet été. "Vlahovic est un grand talent, nous nous sommes trouvés dans une situation difficile que nous n'avons pas pu conclure. Il était la deuxième cible pour compléter l'attaque: un joueur prêt immédiatement (Dzeko) et un pour le futur (Vlahovic). Ca aurait été l'idéal. Nous sommes heureux de l'opération Dzeko." Nicolo Barella est devenu un joueur star de l'Inter durant la saison passée et Beppe Marotta attribue cela à son professionalisme. "C'est un de ces cas où le talent deviens un champion. J'ai connu de nombreux talents: Cassano était un imbécile, malgré son talent il n'est jamais devenu un champion. Je n'ai jamais eu de joueur plus fort que lui. Mais il n'avait aucun but, aucune vision précise de la profession." "Barella a prouvé qu'il s'affirmer de plus en plus avec continuité et aujourd'hui nous nous trouvons face à un champion: il est juste de le récompenser financièrement pour ce qu'il a accompli. Ce n'est pas un renouvellement, c'est une récompense. C'est important d'adapté (Ndlr: le salaire) pour un groupe important de joueur." "Capitaine ? Ce serait beau. Handanovic est plus vieux: Le capitanat est une qualification qui ne peut pas être offerte, vous devez avoir les qualités humaines et professionnelles pour être un leader. Barella peut commencer à devenir capitaine." Pas un mot sur Skriniar futur capitaine ? Tiens donc... ©Internazionale.fr, via FCInter1908 - Traduction Trent_FCI
  18. L'Inter pourrait appeler du renfort pour l'équipe durant la fenêtre de mercato de Janvier, le club se préparant à une signature ou deux. Selon Beppe Marotta, le club est prêt a chercher des solutions pour recruter d'autres joueurs même s'il ne peut pas trop dépenser. Dans le même temps, il donne des nouvelles au sujet des prolongations de contrats de deux joueurs importants. "Si besoin, nous sommes prêt à agir en Janvier et ramener un ou deux cadeaux. Nous voulons soutenir Inzaghi dans son élan, mais sans jamais perdre de vue les besoins relatifs au budget. Nous ne pouvons pas dépenser, mais nous pouvons utiliser notre imagination." Marotta est également confiant au sujet de la situation de Lautaro Martinez dont la prolongation est attendue. Il explique aussi que le club est prêt à rapidement prolongé le contrat du milieu de terrain clé Marcelo "Epic" Brozovic. "Nous parlerons avec Sanchez en temps voulu mais d'ici dix jours nous annoncerons le renouvellement de Lautaro, une pierre angulaire du futur de l'Inter que nous voulons absolument conserver. Et la semaine prochaine nous allons discuter au sujet de Brozovic. De ce coté là aussi nous sommes très confiant." ©Internazionale.fr - Traduction Trent_FCI
  19. Giovanni Cernevali, CEO de Sassuolo, a admis dans une interview donnée au Corriere dello Sport l'intérêt de Beppe Marotta pour Gianluca Scamacca et Giacomo Raspadori. Il explique que Marotta s'est bien renseigné au sujet des deux jeunes attaquants de Sassuolo mais les Neroverdi ont voulu les conserver car ils estiment beaucoup la jeunesse. "Il m'a demandé des renseignements sur Gianluca Scamacca et Giacomo Raspadori, mais les discussions ne sont pas allés plus loin. Nous voulons nous concentrer sur les jeunes, et pour ça nous avons vendu Francesco Caputo: maintenant Giacomo et Gianluca auront plus d'opportunités pour se montrer." "Notre club n'as pas besoin de vendre à tout prix et nous réalisons certaines opérations seulement quand nous les jugeons appropriés. Aussi, et par dessus tout, nous prenons en compte le bien de l'équipe." Certains croient que l'amitié qui lie les deux CEO signifie que l'Inter à les meilleures chances de signer Giacomo Raspadori l'été prochain, mais il ne semble pas que ce soit le cas. "Quiconque pense cela commet une grosse erreur. Nous sommes deux professionnels et nous voulons le bien de nos sociétés respectives." "C'est pourquoi plusieurs de nos négociations par le passé se sont avérées compliqués: nous en avons conclu certaines, d'autres non. C'est un ami, mais c'est aussi une personne intelligente qui connaît les lois du football." Au sujet de l'intérêt de clubs étrangers pour le jeune attaquant: "Considérant qu'il se sent bien chez nous maintenant et que nous ne comptons pas nous priver de lui, il me semble que les clubs recommencent à se concentré sur le marché italien et ne veulent plus laisser s'échapper leurs meilleurs éléments. Mais quelqu'un comme Raspadori est observé par des clubs étrangers." "Pour Raspadori il n'y avait pas qu'une offre de l'Inter. D'autres clubs en Italie ont montré un intérêt. J'en ai déjà suffisamment dit au sujet de Marotta avec qui nous ne sommes jamais aller jusqu'à discuter de chiffres." Au sujet des espoir de scudetto des Nerazzurri: "Ils sont l'un des plus sérieux candidats. Il me semble que le championnat est très équilibré cette année. Pour moi, ce sera un combat jusqu'au bout." ©Internazionale.fr via SempreInter.com - Traduction Trent_FCI
  20. Houleux, intense, désespérant, ranimé. Le mercato d'été de l'Inter n'a cessé d'être chamboulé entre ces quatre adjectifs. Les tifosi ont assisté aux départs de Conte, Hakimi et Lukaku. Ils craignaient par ces départs voir leur équipe s'affaiblir dans la course à la deuxième étoile. Mais c'était juger sans le travail exceptionnel réalisé par Marotta et Ausilio dans un contexte économique plus que compliqué. Ces derniers auront malgré cela réussi à inverser le cap, en faisant venir à Milan des joueurs de très haut niveau comme Dzeko, Correa, Dumfries et Calhanoglu. Le reste fut à la charge d'Inzaghi, pourtant arrivé sur la pointe des pieds mais déjà apprécié de tous. Sa vision du football bien différente de son prédécesseur se voit déjà sur le terrain, tant dans le jeu que par les résultats. Deux victoires en deux rencontres, de quoi dégager un optimisme chez les supporters. FcInter1908 fait le point à ce sujet avec Franco Vanni, spécialiste de l'Inter chez nos confrères de La Repubblica. On voit une Inter transformée et vu le début de saison, il n'est pas exclu qu'elle soit la seule favori pour le Scudetto. "Absolument, et ça c'était avant même que la Juve ne vende Cristiano. L'Inter est sortie du marché parfaitement équipée pour remporter le championnat. Alors certes ça ne te garantit pas la victoire, mais ça te place en posture favorable pour viser un nouveau sacre. Pour le reste je mets la Juve dans le lot ainsi que le Milan qui me semble en progression par rapport à la saison dernière. Marotta et Ausilio, compte tenu des contraintes financières, ont accompli des miracles pour construire cette équipe." Êtes-vous d'accord avec ceux qui qualifient cette équipe de plus faible qu'en 2020/21, mais plus équilibrée ? "Quelle soit plus faible que la saison dernière, ça reste à prouver. La force de cette équipe sera évaluée en fonction des résultats en championnat, mais davantage en Champions League ou elle l'avait l'habitude de pécher en phases de groupes. Quand on regarde l'effectif, je suis d'accord pour dire qu'Hakimi sur le plan technique est supérieur à Darmian et Dumfries. Seulement il ne faut pas soustraire que le marocain a fait preuve parfois d'irrégularité la saison dernière, mais souvent les fans ont tendance à ne retenir que les choses positives. Par ses stats Lukaku est en partie artisan du Scudetto. Néanmoins qu'en coupes d'Europe, il n'a pas eu le rendement attendu et son remplacement par Dzeko n'est pas une perte considérable. Ce dernier fait également parti des meilleurs, sa seule faiblesse est son âge. Ajoutons que l'Inter a également pris Correa, pour un prix très attractif. Le vrai problème à l'avenir est que l'attaque devra surement être retravaillée, étant donné l'âge de Dzeko. Quant au milieu ils ont été rusés avec l'arrivée de Calhanoglu à paramètre zéro. C'est une bonne recrue réalisée par Marotta si l'on prend en considération l'affaiblissement d'un adversaire direct". A ce propos, les noms de Belotti et Insigne sont en ce moment évoqués pour intégrer l'attaque. "Remplacer Dzeko par Insigne n'aurait guère de sens, compte tenu de leurs caractéristiques différentes. A mon avis pour le futur, l'Inter aurait besoin d'une pointe comme Dzeko : fort de la tête, capable de jouer des deux pieds et bon dos au jeu. Insigne est un joueur fantastique, mais dans un profil différent". Quelle note donnez-vous au mercato de l'Inter ? "Il mériterait facilement un 8/10 mais personnellement je lui met 7,5. De mon ressenti c'est un mercato très correct et je ne comprends pas d'ailleurs la raison pour laquelle certains fans critiquent Suning. Les joueurs comme Lukaku et Hakimi ont été remplacés comme convenu alors à quoi bon tant de haine. En plus ces derniers possèdent le mérite de s'être entourés d'un grand directeur sportif en la personne de Marotta. Il était la clé manquante pour ouvrir la porte de la victoire. Dommage qu'il n'ait pas pu dépenser durant ce mercato l'intégralité de l'argent issue des ventes, le résultat n'aurait été que meilleur". @KarimGipuzcoa - Internazionale.fr
  21. Dans son édition du jour, le quotidien Il Giornale nous fait part de quelques coulisses liées au départ de Cristiano Ronaldo. La Juventus était persuadée en juillet dernier de pouvoir conserver l'attaquant portugais, une impression qui la poussera à abandonner la piste Dzeko le jetant directement dans les bras de l'Inter. Continassa, Vendredi 27 Aout , vers 10 heures du matin : "Merci pour la patience que vous avez eue". Par cette phrase, Cristiano Ronaldo clôture son aventure à la Juventus après trois ans et 101 buts inscrits, saluant ensuite Max Allegri ainsi que le staff technique. Pourtant quelques jours plutôt, Nedved et Allegri étaient convaincus qu'il resterait, l'exprimant même devant la presse. Samedi 31 Juillet : Un acteur de la cellule sportive (Nedved ou Cherubini ?) contacte l'agent de Dzeko."A cet instant il n'y a rien, vous avez vos chances sur ce dossier". En effet en deux mois personne n'a frappé à la porte pour le Bosniaque. Et puis ce jour là à Turin, on avait aucun doute sur le fait que Ronaldo resterait. La suite nous la connaissons, l'Inter a vendu Lukaku et la Juve s'est retrouvée avec Kean. Ils auront tenté Icardi, en vain faute de temps. L'incertitude causée par Cristiano lui même à empêche la Juventus d'agir à temps sur le mercato, laissant échapper Dzeko vers l'Inter. Un double préjudice qui risque fortement de laisser des traces dans la lutte au Scudetto. @KarimGipuzcoa - Internazionale.fr
  22. Interviewé par Marca En Zona sur Instagram, Javier Zanetti, vice-président de l'Inter a parlé du tirage de la Ligue des Champions qui s'est déroulé à Istanbul. "La Champions League est une compétition de grand prestige, nous affronterons le Real et le Shakhtar de nouveau en plus du Sheriff qui participe pour la première fois de son histoire, nous préparerons chaque match avec beaucoup d'humilité". "Nous jouerons une grosse équipe comme le Real Madrid qui a une longue tradition dans cette compétition, donc ça ne sera pas facile, nous donnerons le meilleur de nous-même comme toujours. On connaît aussi De Zerbi qui a fait du bon travail à Sassuolo et qui entraîne désormais le Shakhtar, ses équipes jouent un bon football, donc là aussi, ce seront des rencontres délicates. Dans cette compétition, tous les matches sont compliqués, il faut les préparer minutieusement. Il faut participer avec enthousiasme, sachant que nous sommes une équipe qui veut et peut aller le plus loin possible. Nous allons viser les huitièmes de finale qui nous échappent depuis des années, nous espérons y arriver cette fois-ci et ensuite une fois-là, nous aviserons". Interviewé en vidéoconférence depuis Appiano Gentile par SkySports, Beppe Marotta a lui aussi donné son avis sur le tirage des nerazzurri. Un groupe homogène "Il faut faire la distinction entre le championnat, où la meilleure équipe gagne, et la Ligue des Champions où il y a d'autres paramètres à prendre en compte. C'est sûr que c'est inhabituel de retrouver les mêmes trois équipes dans le même groupe deux années d'affilées. Il y a notamment De Zerbi au Shakhtar et la Sheriff Tirasspol qui est une équipe inédite. C'est un groupe ouvert mais l'important c'est d'être au rendez-vous. Le Real? Aller gagner au Bernabeu est toujours difficile, c'est un plus pour eux de rejouer dans leur stade de nouveau". Le mercato "L'effectif? Nous devions répondre aux indications des propriétaires pour mettre le club en sécurité. Ausilio et Baccin ont vraiment très bien travaillé. Après les grosses ventes nous avons pris des joueurs qui nous correspondaient financièrement et sportivement. Nous avons eu des circonstances favorables, Calhanoglu libre, Dzeko qui a pu faire prévaloir une promesse que la Roma lui a faite. Peut-être que cette année nous aurons des caractéristiques différentes, nous serons plus imprévisibles. Remplacer Lukaku et Hakimi n'est pas aisé mais je reste confiant parce que nous avons fait du bon travail, Inzaghi est un bon entraîneur et il est très enthousiaste pour cette saison". Fin du mercato "Je ne penses pas qu'il y aura d'autres arrivées. L'équipe est cohérente et nous avons remplacé au mieux ceux qui sont partis tout en mettant le club en sécurité. Je suis sûr que les tifosi comprennent nos difficultés". La Ligue des Champions "La victoire en Ligue des Champions est un souvenir important, l'histoire de l'Inter est pavée de succès. C'est une compétition difficile à gagner mais nous ferons de notre mieux". Internazionale.fr ~ © Samus
  23. Avant le match opposant les nerazzurri au Genoa, Beppe Marotta, AD de l'Inter s'est exprimé aux micros de DAZN. Ce sont des jours très intenses pour l'AD Marotta. Entre le terrain et le mercato, il est présent sur plusieurs fronts, la mission est simple donner à Inzaghi les armes pour faire une saison à la hauteur des attentes et défendre le scudetto. Il a déclaré: "C'est le début d'une nouvelle saison, nous avons le scudetto cousu sur la poitrine et nous devons l'honorer en gardant à l'esprit qu'il y a bien 7 équipes candidates au titre. L'Inter est un grand club et nous voulons tout donner avec l'équipe mise à disposition de Inzaghi". "Inzaghi? Très bonne première impression. Nous savions que c'était un professionnel sérieux et c'était le meilleur profil à notre disposition. Nous sommes honorés de l'avoir avec nous, nous savons que ce sera un vrai leader pour le groupe. Nous aurons beaucoup de motifs de satisfaction malgré le départ de Lukaku. Face à une demande de transfert explicite, le club a les mains liées. Cette vente a permis de mettre le club en sécurité au regard de la situation financière actuelle. Suning a investi plusieurs centaines de millions d'euros. Michael Jordan disait: 'Le talent te fait gagner un match, l'équipe te fait gagner le titre'". "La prolongation de Lautaro? C'est l'un des joueurs qui ont explicitement souhaité rester avec nous, et ce, malgré les offres reçues. Nous sommes fiers de lui, il veut encore s'améliorer et démontrer qu'il est le champion qu'on a pu entrevoir et nous avons confiance en lui pour cela". "Un autre attaquant? Nous sommes entrain d'en chercher, en restant dans le champ de nos possibilités. Nous sommes sûr que le choix qui sera fait sera le meilleur, je veux être optimiste et rassurer les tifosi. Nous devons nous donner à fond, c'est la seule manière d'obtenir les résultats que nous visons". Internazionale.fr ~ © Samus
  24. Apparaissant sur Sky Sport 24 hier, Giorgio Perinetti, directeur sportif de Sienne, a mis en valeur deux jeunes attaquants et Beppe Marotta. "Nous connaissons un peu les problèmes de l'entreprise à l'Inter mais Marotta travaille dur pour les résoudre, avec imagination. L'argent est ce qu'il est, pas seulement à l'Inter, et il faut de la patience pour trouver des solutions alternatives." "L'Inter a de bons jeunes joueurs, Satriano et Salcedo peuvent soudainement s'épanouir cette saison. Bien sûr, ce ne sont pas des certitudes et l'Inter a besoin de certitudes." L'Uruguayen Satriano s'est entraîné avec l'équipe première ce mois-ci après avoir impressionné pour la Primavera la saison dernière et a suscité l'intérêt de nombreux clubs. Salcedo a passé la dernière saison en prêt au Hellas Vérone et pourrait être prêt pour un autre départ au Stadio Giuseppe Meazza.
  25. Beppe Marotta a fait savoir que Romelu Lukaku n'est pas à vendre. L'international belge a été le meilleur buteur des Nerazzurri la saison dernière alors que ses 24 buts en Serie A ont propulsé le club vers son premier Scudetto depuis 2010, sa forme et ses performances attirant l'attention de toute l'Europe. Cependant, dans une interview accordée à la chaîne de télévision italienne SportMediaset, avant le match amical de pré-saison contre Pergolettese , Beppe Marotta a clairement indiqué les intentions du club concernant l'avenir de Lukaku. "De notre côté, nous pouvons le dire absolument, oui, Lukaku n'est pas à vendre. Lukaku est une pièce importante sur l'échiquier." L'attaquant de 27 ans a repris l'entraînement de pré-saison aujourd'hui après son Euro 2020 avec la Belgique.