Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'brescia'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Giancarlo Inzaghi, est le père de Simone Inzaghi et de Filippo Inzaghi. Celui-ci s’est livré dans une interview au Corriere Dello Sport Rituel "Lorsque les équipes de mes garçons jouent, je ne vais pas au stade, je m’enferme dans ma chambre avec les volets fermés, la télé à fond et ma femme va dans une autre pièce. Je suis loin d’être un Lord anglais : Je suis colérique et je m’énerve lorsque cela ne se passe pas bien. Du lundi au vendredi, je prends zéro cigarette, mais le week-end j’en fume et un paquet et durant le week-end, je bois de la liqueur." Vu les résultats obtenus cette saison de Simone à la Lazio, le rituel a fonctionné…. "Il y a remporté trois titres, il a permis à la Lazio d’atteindre les huitièmes en Ligue des Champions et il a valorisé tellement de joueurs, il a vécu une aventure importante. Un autre à sa place serait resté 30 ans, vu comment il était estimé et comment on lui voulait du bien, mais il avait envie de se mettre à l’épreuve avec une réalité encore plus importante." Et il a dit oui à l’Inter..... "Je suis très fier qu’il ait trouvé une grande équipe et un grand Club. Pour Simone, c’est une étape très importante après 22 saisons passée à Rome, mais l’Inter est…l’INTER. Il a fait bien de se lancer à la rencontre d’un nouveau et si beau défi, je suis sur qu’il sera à la hauteur." Avez-vous aimé la lettre qu’il a écrit au Corriere Dello Sport, pour saluer les Tifosi de la Lazio ? "Je l’ai trouvé très belle et j’ai reçu 400 messages via WhatsApp par les Tifosi. Il a pensé à "comment partir correctement" en faisant preuve d’une sensibilité remarquable. Je crois qu’il va laisser un beau souvenir à Rome." Simone arrive-t ’il à l’Inter au meilleur moment de sa carrière ? "Il va reprendre l’héritage d’un entraîneur talentueux tel que Conte qui a remporté le Scudetto mais qui n’a rien fait en Coupe d’Europe. Il aura un banc plus profond que celui qu’il avait à la Lazio, il donnera tout de lui-même pour prouver ce qu’il vaut." "Je connais bien mon fils : S’il est actuellement en vacances avec la Famille ; il va déjà penser à comment faire jouer son équipe dans quelques jours." Vous sentez vous capable de prononcer, vous, le mot Scudetto ? "Non, par l’amour de Dieu…(il rit). Il faudra voir ce qu’il se passera lors du mercato car je lis qu’il y a tant de clubs qui ont besoin de vendre avant d’acheter.Pour parler d’objectif, mieux vaut attendre le début du mois de septembre." "Il y a deux ans, lors de la mise au vert de la Lazio, j’avais prédis qu’elle allait marquer le coup et ce fut le cas, du moins, jusqu’à l’arrêt du tournoi à cause du Covid. Peut-être qu’il parviendra encore à faire encore mieux qu’à cette saison-là, je l’espère." En tant que père, comment pourriez-vous nous décrire Simone, l’entraîneur ? "C’est une personne qui sait sourire et qui a de bons rapports avec ses joueurs, mais s’il s’énerve, il peut faire trembler les tables du vestiaire. Il a du caractère, envie de travailler, de l’ambition et il dispose d’un staff de collaborateur bien préparé." "A l’Inter, il retrouvera des professionnels tout aussi sérieux, et un Centre Sportif, la Pinetina, qui lui a fait une impression incroyable." Après avoir aidé Immobile à remporter le classement des meilleurs buteurs et le Soulier d’Or européen, parviendra-t ’il à faire pareil avec Lukaku ? "Je sais qu’il a déjà parlé avec Lukaku et qu’il l’estime tellement comme attaquant, selon moi, Simone va le tenter." Pour clore, votre avis sur le choix de Filippo de rejoindre Brescia ? "Il a dit oui à Cellino car il le voulait à tout prix et parce que le programme est intéressant. Brescia dispose d’un entraîneur qui est présent dès 9h du matin et qui étudie ses adversaires et ses joueurs durant la nuit. Filippo est un maniaque, je lui souhaite de pouvoir défier à nouveau Simone en Serie A, lors de la saison 2022-2023." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. "Buts après buts en Italie et en Europe, il a démontré être un attaquant pur race, en ajoutant à son bagage technique de la volonté, de la générosité et de l’altruisme : Les qualités humaines d’un vrai Leader." Gianfelice Facchetti a motivé de la sorte, pourquoi le prix portant le nom de son père “Giacinto Facchetti - Il bello del Calcio”. a été décerné au Gentil Géant à l’occasion du "Festival Dello Sport", manifestation organisée par La Gazzetta Dello Sport. S’en est suivi l’interview octroyée au journaliste de la Rosea: Luigi Garlando Roger Lukaku, le Père "La discipline et la mentalité : Ce sont les deux choses qu’il m’a enseigné quotidiennement. Le respect pour les autres personnes et les regarder dans les yeux. Des choses très simples qui m’aident dans la vie de tous les jours." Son but qui m’a le plus impressionné ? "Celui face à Anderlecht : J’avais toute sa collection en VHS, mais c’est celui qui me reste en mémoire. Anderlecht était mon équipe préférée, lorsque j’ai grandi." Adolphine, la Mère "Lorsque mon père a arrêté de jouer, j’avais 6 ans. Nous n’avions pas énormément d’argent, c’était une période difficile. Ma mère travaillait au restaurant et j’allais à son travail avec elle le samedi, accompagné de mon frère, après les matchs. Mes parents ne mangeaient pas le soir pour nous nourrir moi et mon frère, ce sont des choses qui me resteront toujours en mémoire. A présent, je veux faire les choses biens au quotidien, car elle a fait tant de sacrifices pour moi et Jordan. Je lui décide chacun de mes buts car sans elle, il n’y a pas de Romelu." Soutien "Depuis mes six ans, j’ai toujours pensé au rêve de devenir footballeur. Ecole, entrainement, maison. Je sortais juste pour jouer au football. Avec mon frère, nous avions cette discipline, la seule idée était de jouer au football. Nous avons eu de la chance d’avoir une mère et un père qui nous ont toujours soutenu." Anciennes Gloires Hasselbaink ? "Je me rappelle son but avec Chelsea face à Manchester United. A ce moment-là, je me suis dit, je veux aussi faire comme lui." Vialli "J’avais la cassette vidéo de son but face à Chelsea. Son but, avec celui de Ronaldo en Finale de la Coupe de l’UEFA face à la Lazio, sont les faits de jeu que j’ai toujours gardé en mémoire." Racisme "C’est la première fois que cela m’est arrivé. A Milan, j’ai toujours ressenti l’amour des tifosi depuis mon arrivée. Après mon but face à Lecce, je me suis incliné pour les remercier. Je reçois tant de messages sur Instagram et Twitter. Il n’y a qu’en Italie que tu vois cela. Lorsque tu es cool avec les personnes, elles te donnent de l’amour. Ce que je souhaite faire, c’est de tout donner avec l’Inter." Huis-Clos "C’est moche, on entend tout…il rit. Lorsque l’on a joué face à Brescia, j’ai dit une chose que je n’aurais pas dû : Biraghi avait tiré et j’étais libre. Cela s’est entendu et les réactions sur Twitter m’ont fait rire. Nous les joueurs ressentons les émotions et évoluer au Meazza sans les tifosi est moche. Les tifosi te donnent de l’énergie. C’est trop beau de jouer avec un stade comble. Ce sont des expériences qui me font du bien, j’espère qu’ils reviendront rapidement." Passions "J’aime mixer, cela me relaxe. Soit je joue au football, soit je joue à la Play Station avec mon frère. A l’entrainement, je suis quelqu’un qui s’enrage très vite…il rit." Conseils aux jeunes "Il faut avoir de l’humilité et vouloir devenir plus fort au quotidien, que la veille." Antonio Conte "Il m’a amélioré en tout. Un joueur qui veut évoluer pour Conte doit comprendre que le Sacrifice est la base de tout, aussi bien physiquement que mentalement. Moi, c’est facile car je vis pour le football. Mon objectif est d’être un bon joueur et de gagner quelque chose." "Je savais que c'était un bon entraîneur et que tu peux grandir dans ses équipe. Depuis que j’ai commencé à travailler, je me suis toujours donné à 100%. Si j’estime que je travaille bien, je dois encore m’améliorer. C’est ma mentalité et c’est celle de l’équipe." La Ligue des Champions "Nous avons fait une belle saison l’année dernière, mais nous devons travailler sur le terrain et pas nous exprimer en dehors." Ses équipiers Les plus divertissants ? "Sensi, Young, Lautaro, Handanovic et Barella." Le plus sérieux ? "Il n’y en a aucun : Nous sommes tous un groupe uni, personne ne reste isolé." Rêve inaccessible Avec qui j’aurais aimé aller au restaurant ? "Mon rêve était de rencontrer Kobe Bryant, Mandela et Tupac Shakur." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. C’est un fait, Sandro Tonali qui avait été courtisé depuis de nombreux mois à l’Inter, a fini par rejoindre le Milan Rossonero, son club de cœur. Mais pour quel motif ? Massimo Cellino avait promis à son joyau de le libérer cet été, outre l’Inter, l’Ac Milan s’était dernièrement inséré dans les transactions en proposant une offre légèrement supérieure à celle interiste. De son côté, Sandro Tonali et Giuseppe Bozzo (son agent) avaient promis de ne pas rompre le pacte mis en place, un pacte qui voyait Sandro rejoindre le Milan Nerazzurro. Toutefois, dans le contexte actuel, l’Inter de Beppe Marotta se devait de vendre certains de ses indésirables afin de libérer une place physique et également financière pour le milieu de terrain de la Rondinelle. A cette fin, Giuseppe Marotta avait demandé une prolongation de l’accord établi jusqu’au 10 septembre pour débroussailler l’entre-jeu. Cette fois-ci, Cellino a décidé de ne plus offrir de nouveau délai à l’Inter et a accepté l’offre milanaise soit 38 millions d’euros bonus compris contre celle de 35 millions d’euros. Sandro Tonali, rassuré par Paolo Maldini sur le projet du Milan, a décidé d’accepter cette offre, une décision loin d’être douloureuse étant donné que le milieu de terrain est tifoso depuis sa plus tendre enfance du Milan. Vidal, Kanté et ... La réalité pourrait également être tout autre. En effet, selon les dernières informations en notre possession, Antonio Conte aurait demandé à avoir des joueurs déjà apte. En conséquence, il semble "facile" de comprendre qu’il est bien plus intéressant de conserver presque 40 millions d’euros pour recruter un joueur du calibre de N’Golo Kanté, plutôt que de miser sur une jeune promesse italienne. Concernant Arturo Vidal, un Derby d’Italie semble se profiler, reste à savoir s’il préférera rejoindre la Juventus ou l’Inter de Conte. Il ne faut pas oublier qu’il serait possible d’ajouter Tanguy Ndombele dans le cadre d’un éventuel échange avec Tottenham et l’insertion de Milan Skriniar ou de Marcelo Brozovic. Cautionnez-vous et validez-vous cette interruption des négociations ? Est-ce plus intéressant de recruter Kanté que Tonali ? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  4. Depuis quelques jours règne un chaos indescriptible autour de Sandro Tonali. Les dernières informations viennent de l'AC Milan, convaincu d'habiller le joueur en rossonero, et aussi bien amusé de s'immiscer dans une négociation avec Brescia alors que l'agent Beppe Bozzo ainsi que Tonali lui-même, semblent avoir un accord depuis des semaines avec l'Inter (contrat de cinq ans à 2.5M€ + bonus). Dans cette affaire, Massimo Cellino le président de Brescia joue le rôle principal et tente légitimement de tirer le meilleur parti d'une vente désormais budgétisée notamment après la relégation en Serie B. Voici la situation actuelle du côté de l'Inter. Beppe Marotta sait qu'il y a un accord entre le joueur et le club, il se concentre donc sur d'autres dossiers. En particulier sur le secteur de Tonali, le milieu de terrain, en plein embouteillage avec les retours de prêts de Perisic, de Joao Mario et de Nainggolan. Dans ce contexte, après la tentative ratée de la Juventus via Pirlo, c'est aujourd'hui l'AC Milan qui tente le coup en augmentant l'offre. Cette pression n'est bénéfique qu'à Cellino, car il pourrait forcer l'Inter a accélérer certains dossiers. Mais le principal allié de Marotta reste Bozzo, qui veut rester fidèle à l'accord. Au cours des dernières heures il a reçu l'assurance de la direction, qui n'a demandé qu'à être patient et attendre une sortie d'un milieu de terrain. Un allié de taille qui permet au club une certaine sérénité. Un pacte qui rassure et qui permet aussi de ne pas se précipiter malgré tout. Une situation qui rappelle l'affaire David Suazo, alors à Cagliari présidé à l'époque par... Massimo Cellino. ®gladis32 - internazionale.fr
  5. C’est une information du Corriere Dello Sport, immédiatement après la Ligue Europa, l’Inter se lancera dans le recrutement de Sandro Tonali, laissé en "stand-by". Après Achraf Hakimi et Alexis Sanchez, le milieu de terrain italien devrait être la troisième recrue Nerazzurra. Cela vaut bien plus qu’une promesse : Tonali a choisi l’Inter et a demandé à Bozzo, son agent, de définir la transaction avec Marotta. Tonali est en vacances, mais sa vision est déjà établie clairement au niveau priorité et projection. Il suit avec intérêt l’épopée de l’Inter en Europa League et attend avec impatience le retour à la négociation avec Brescia afin de boucler la boucle. Sur les autres courtisans : L’Inter n’est pas préoccupée, sauf coup de scène, quant à une insertion du Milan, de la Juve ou du Paris-Saint-Germain. Tonali a exprimé sa préférence : il veut travailler avec Conte, il s’imagine avec la vareuse Nerazzurra et il est convaincu que Milan peut représenter la solution idéale pour le saut de qualité. Contrat déjà préparé Un contrat quinquennal valide jusqu’en juin 2025 et un salaire de 3,5 millions d’euros (bonus compris) attend le milieu de terrain de 20 ans, auteur de 35 matchs, d’un but et de 7 passes décisives pour sa première expérience en Serie A. L’offre qui sera soumise à Cellino est la suivante : un prêt payant de 10 millions d’euros couplé à une obligation d’achat de 25 millions d’euros à débourser en juin 2021. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. L'Inter semble avoir gagné une bataille mais pas la guerre sur le dossier Tonali. Avec l'arrivée d'Andrea Pirlo au poste d'entraineur de la Juventus, grand fan du joyau de Brescia, tout peut changer. Car en dépit d'un dialogue fructueux avec Tonali et son entourage, notamment son agent Beppe Bozzo, aucune offre concrète de l'Inter n'est arrivée sur le bureau du président de Brescia, Massimo Cellino. Selon la Gazzetta dello Sport, Cellino tient toujours les discussions avec la Juventus et Fabio Paratici, en embuscade. L'AC Milan a jeté un coup d’œil aux négociations, mais sa proposition de 25M€ n'a pas fait la différence. C'est pourquoi la Juventus peut toujours être considérée comme en lice pour Sandro Tonali, même s'il est très clair qu'ils doivent d'abord vendre pour acheter. Tout laisse à penser que malgré l'avantage acquis par les nerazzurri sur Tonali, tout reste à jouer. ®gladis32 - internazionale.fr
  7. C’est une information en provenance de la section de Brescia du Corriere della Sera, Sandro Tonali est attendu ce lundi à Milan, la tentative du Milan Ac sur le fil a finalement échoué. Selon le quotidien, le coût du transfert est défini à 35 millions d’euros. Beppe Marotta et Massimo Cellino sont entrain de finaliser les derniers détails Il s’agira d’un transfert à la Barella : un prêt payant de 10 millions d’euros avec obligation d’achat à l’été 2021. Ce lundi 3 août 2020, Sandro qui avait donné sa parole à l’Inter, est attendu au Quartier Général du club. L'Inter et le joueur sont déjà tombés d’accord sur le contrat qui devra être paraphé et qui a été validé par Beppe Bozzo, l’agent de Tonali : Un contrat de 4 ans à 2,5 millions d’euros par saison. "La tentative du Milan Ac a été infructueuse étant donné que les deux parties étaient déjà en phase trop avancées." Vous validez ? Bien sûr que vous validez... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Marotta et Ausilio continuent de travailler particulièrement sur deux dossiers, Emerson Palmieri et Sandro Tonali. Nos dirigeants ont reçu l'accord des joueurs et il reste à négocier avec leurs clubs respectifs. Selon Tuttosport, la demande de Cellino de 50M€ pour son bijou évoluant à Brescia peut être négociée plus facilement, avec le système du prêt avec obligation d'achat, comme pour Barella. C'est par contre beaucoup plus compliqué du côté de Londres. Chelsea reste ferme avec un tarif de 30M€ pour Emerson. Ce n'est pas tellement que le club londonien compte sur le joueur (Lampard ne l'a utilisé qu'une seule fois depuis la reprise, en FA Cup) mais parce que Marina Granovskaia, directrice générale de Chelsea, n'a toujours guère envie de vendre son joueur à Antonio Conte. Pour rappel, les relations entre les deux parties se sont définitivement rompues l'été dernier, quand Conte a décidé de poursuivre Chelsea judiciairement (l'italien a gagné le procès, et Chelsea a dû de nouveau lui verser des indemnités, ndlr). L'Inter a l'intention de ne pas dépasser le montant 20+5M€. A moins que d'autres joueurs rentrent dans la danse, comme Giroud, voir Kanté, ce qui changerait totalement la donne. ®gladis32 - internazionale.fr
  9. C’est une analyse de la Gazzetta Dello Sport qui fait très mal : Cette année, l’Inter pourra se mordre les doigts car en "tuant ses matchs", l’Inter aurait pu engendrer un nombre de points perdus extrêmement importants : 18 points. Si l'Inter avait remporté ses matchs lorsqu'elle menait au score... ...elle occuperait sans contestation possible la première place de Serie A avec 82 points Analyse de la Gazzetta Dello Sport Le poids spécifique des 18 points perdus, après avoir mené au score, est très important pour l’Inter de cette saison, seuls le Torino et Brescia ont fait pire avec respectivement 19 et 31 points de perdus. Les Nerazzurri se sont fait remonter à 8 reprises : Parme ( 1-0 à 2-2), Fiorentina (1-0 à 1-1), Atalanta (1-0 à 1-1), Lecce (1-0 à 1-1), Cagliari (1-0 à 1-1), Lazio (1-0 à 1-2), Sassuolo (3-2 à 3-3) Bologne (1-0 à 1-2). L’information la plus éclatante est que seuls les deux premiers matchs cités ont eu lieu en 2019. La nouvelle année a donc été marquée par un changement de parcours négatif et la reprise de la saison, après le stop imposé suite au Coronavirus, n’a pas amélioré les choses. Pour Conte, au-delà du classement général des remontées subies en Serie A, les confrontations directes auront également une lourde importance sur la distance qui le sépare de la première et la seconde place : La Juve a laissé en cours de route 13 points, ses derniers points ayant été perdus face au Milan La Lazio a perdu 9 points après avoir été battu à Lecce. L’Atalanta n’en a perdu que 13, donc moins que l’Inter L’équipe de Conte reste toutefois l’équipe qui a joué avec le plus de minutes en ayant menée à la marque: Conte revendique 1283 minutes contre : Sarri et ses 1151 minutes Gasperini et ses 1029 minutes Inzaghi et ses 1012 minutes Il serait peut-être utile que les Nerazzurri repartent, sur la base de ce classement, pour reprendre ses distances et pour être devant au classement qui compte. Comment jugez-vous cette statistique ? Regrettez-vous le manque de profondeur de banc ? Le problème se situe-t-il ailleurs selon vous ? Exprimez-vous ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. L'Inter est parvenu à un accord avec Brescia concernant le transfert du milieu de terrain Sandro Tonali, selon Il Messaggero. Les deux clubs aurait un accord général sur Sandro et le montant du transfert serait de 35 à 38 M€. Ce chiffre est bien inférieur aux demandes initiales du président et propriétaire de Brescia, Massimo Cellino, pour Tonali, qui étaient de 50 M€. Le joueur de 20 ans, qui est considéré comme l'un des meilleurs jeunes espoirs italiens du moment, a déjà convenu des conditions personnelles avec l'Inter selon les médias. Cette saison, Tonali, qui est sous contrat avec Brescia jusqu'à la fin de la saison prochaine, a disputé 28 matchs toutes compétitions confondues. Il a marqué un but et fourni six passes décisives.
  11. Davide Bernardi, présent au bord du terrain pour le compte de DAZN à l’occasion d’Inter-Bologne est revenu sur l’épisode du tir au pénalty raté par les Nerazzurri. Un but qui, s’il aurait été inscrit, aurait pu proposer une fin de match bien différente que la seconde défaite de la saison au Meazza "Lukaku a bien pris le ballon oui, mais son geste instinctif a été de le passer à Lautaro qui s’était déjà présenté sur le point de penalty. Lukaku lui a donc laissé le ballon, a embrassé Lautaro sur la nuque et lui a dit dans une sorte de langue espagnole-argentine : Fais-le Lauti." "Lautaro baisse la tête quasi pour le remercier, embrasse le ballon et le pose sur le point de penalty. Il veut tirer ce penalty pour marquer à nouveau, lui qui avait frappé le poteau à Brescia et qui avec sa tête face à Bologne, avait de nouveau touché du bois avant le Tap-In de Lukaku sur le 1-0. Ce but, c’est le moment Lautaro, lui qui est frustré en son fort intérieur malgré le but inscrit par son ami, il ne parvient pas à le cacher." Place au penalty "Lautaro veut le tirer comme celui du derby de l’année dernière: En force et à ras du poteau à la droite du gardien, mais quelque chose d’autre se produit et Skorupski le contre, tout comme il contre la reprise de Gagliardini." "Conte sur le banc hurle un "NOOOOON" instinctif suivi de ce qu’il ressemble beaucoup à un "JE LE SAVAIS" le tout édulcoré par les cris des deux bancs présents. Cette dernière phrase ne peut donc pas être confirmée à 100%, mais cela y ressemblait beaucoup. Lautaro baissera la tête et le la relèvera qu’après un certain temps." "De là, lors de la pause fraîcheur, Conte a peur que le pénalty raté puisse peser sur l’Inter. Il se rapproche de Lautaro et convie aussi l’équipe en criant : "Ne pleurons pas sur nous même, ne pleurons pas sur nous-même.".".... "La suite est connue de tous: Conte dans les vestiaires en "voudra"à Romelu plus qu’à Lautaro. Etant donné que c’est lui le tireur de penalty attitré, Il n’aurait pas du laisser ce tir au but à son équipier, mais faire preuve d’égoïsme pour inscrire un but qui aurait pu tuer le match." Pensez-vous également que le comportement du Big Rom est sujet à discussion ou est-ce un Epic Fail du duo Lautaro/Gagliardini ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. Antonio Conte s'est présenté en conférence d'après match après la belle victoire 6-0 contre le relégable Brescia. Il a commencé par évoquer la performance de Borja Valero en tant que maître du jeu : "Borja trequartista ? C'est quelqu'un avec un QI football supérieur à la moyenne. Il m'a toujours donné une grande disponibilité, même dans les moments délicats. Il a fait une grande performance aujourd'hui." C'est une belle réponse après les dernières contre performances : "Certes oui, cette équipe a une âme, un cœur. J'ai aimé l'attitude de l'équipe. Ce sont des gars qui ont de la générosité et du courage. Comme je le dis souvent, l'étape au dessus doit être fait au niveau mental, car nous avons fait de graves erreurs auparavant. Même en Coppa. Je me répète, je suis fier de ce groupe. Nous voulons jouer un jeu proactif, sans attendre. Parfois nous réussissons et parfois il y a des imprudences qui nous coûtent cher. Aujourd'hui j'ai la satisfaction d'avoir vu une équipe toujours active après chaque but." Quelles sont les notes positives de la soirée ? "Tout dépend de comment vous regardez le verre, à moitié plein ou à moitié vide. Pour l'Inter vous voulez regarder le verre à moitié vide et créer des problèmes, alors que pour moi il n'y en a pas. Attaquez-moi à la place des joueurs ou du club." Quelle est l'importance de toujours marquer, même à la 90' ? "C'est capital. Nous travaillons précisément sur ce type de concept, même au risque de subir des contres et de concéder quelque chose. Je veux une équipe qui va de l'avant, avec et sans ballon, donnant la pression à l'adversaire et ne le subissant pas. Dans ce processus il est inévitable de concéder quelque chose mais je suis sûr que ça nous apportera de nombreux avantages. Aujourd'hui nous avons dominé mais cela s'est également produit sur les autres rencontres. Nous devons continuer. Nous voulons donner la satisfaction à nos tifosi de pratiquer un football courageux quel que soit le résultat." Votre avis sur Lautaro Martinez ce soir ? "D'un point de vue de l'engagement il n'y a rien à reprocher. Certes dans un match comme celui-ci il méritait de marquer pour ses occasions créées et d'avoir une satisfaction personnelle. Mais je suis serein, je sais que nous avons ce mini tournoi à faire et je sais que j'ai des joueurs professionnels qui aiment l'Inter. Ensuite il y a des qualités et des défauts, comme tout le monde. Mais je suis sérieux au sujet de l'investissement des joueurs car ils travaillent beaucoup, et même si dans le jeu parfois il y a des erreurs qui ont des conséquences négatives, j'en suis désolé." Au match aller, comment un Sanchez a-t-il manqué ? Ce genre de rencontres peut peser pour la suite de son aventure ? "Sanchez a été recruté pour avoir un surplus de qualité. Nous avons fait une saison avec Lautaro et Lukaku sans alternatives, faisant parfois jouer Esposito. Lui-même faisait la navette avec la Primavera, titulaire ou pas alors qu'il était un habitué des Allievi (catégorie jeune encore en dessous, ndlr). Maintenant Alexis va bien et même s'il n'est pas encore celui que j'appréciais en Angleterre il est sur la bonne voie. Il est rentré contre Parme avec la bonne attitude et j'ai vraiment aimé son engagement ce soir. Je me sens plus détendu maintenant avec trois attaquants." Quelle est la marge de progression de cette équipe ? "Nous devons terminer la saison de la meilleure façon puis nous pourrons résumer. Nous travaillons. Nous avons également profité de la période de confinement pour proposer quelque chose de différent par rapport au début. Alors parfois le résultat n'est pas au rendez-vous et tout semble négatif, mais honnêtement depuis que nous avons recommencé l'équipe m'a plu." ®gladis32 - internazionale.fr
  13. Après la désastreuse victoire Nerazzurra face à une bienveillante équipe de Parme, les Nerazzurri retrouvaient Antonio Conte à la barre du navire, de retour de suspension, pour faire face au Brescia de Sandro Tonali. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’Inter a abordé le match de la bonne façon : En respectant l’adversaire et en jouant avec sérieux et application. Etant donné le fossé énorme entre les deux écuries, le natif de Lecce avait décidé de faire tourner, au point de laisser au repos pour la première fois de la saison en Serie A, Romelu Lukaku. Le résultat est sans appel : 6-0 avec un premier but 100% Red Devils à la 5’ : Alexis Sanchez centrant idéalement pour Ashley Young, la reprise de l’ailier gauche ne laissait aucune chance à Joronen. La seconde flèche sera plantée suite à un penalty roublard obtenu par Victor Moses. L’attaquant chilien saisira cette occasion pour inscrire son nom au marquoir à la 20’. Le match est sous contrôle et l’Inter domine son adversaire. Le troisième but sera inscrit de la tête par Danilo D’Ambrosio à la 45’. Il sera imité, en seconde période, par Roberto Gagliardini qui inscrira enfin un but, mais avec une semaine de retard, à la 52’. En fin de rencontre, Lukaku rentré en cours de jeu, se créera une belle occasion dans la surface de réparation, son ballon contré par Joronen se retrouvera entre les pieds de Christian Eriksen, l’international danois plus prompt que tous, parviendra à alourdir la marque (83’). La rencontre prendra des allures d’un match de tennis avec un dernier but signé par Antonio Candreva à la 88’. Place à présent à la réception de Bologne, ce dimanche 5 juillet à 17h15 au Giuseppe Meazza pour continuer à y croire. Le Saviez-Vous ? La plus large victoire de l’Inter de Conte en Serie A cette saison a été obtenue sans le moindre but inscrit par la Lula, le terrible duo d’attaquant Nerazzurro formé par Romelu Lukaku et Lautaro Martinez. Un comble lorsque l'on connait l'importance du duo dans le onze de base d'Antonio Conte. Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 6-0 Brescia Buteur(s): 5’ Young, 20’ Sanchez (Pen), 45’ D’Ambrosio, 52’ Gagliardini, 83’ Eriksen, 88’ Candreva Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij (46’ 13 Ranocchia), 95 Bastoni; 11 Moses (68’ 87 Candreva), 23 Barella (59’ 32 Agoume), 20 Borja Valero, 5 Gagliardini (68’ 24 Eriksen), 15 Young; 7 Sanchez, 10 Lautaro Martinez (68’ 9 Lukaku) Banc: 27 Padelli, 2 Godin, 18 Asamoah, 30 Esposito, 31 Pirola, 34 Biraghi, 77 Brozovic T1: Antonio Conte Brescia: 1 Joronen; 2 Sabelli (58’ 19 Mangraviti), 32 Papetti, 3 Mateju, 29 Semprini; 23 Skrabb (46’ 31 Bjarnason), 4 Tonali, 27 Dessena (82’ 19 Ghezzi); 8 Zmrhal (58’ 7 Spalek), 18 Ayé; 9 Donnarumma (46’ 11 Torregrossa) Banc: 12 Andrenacci, 5 Gastaldello, 19 Mangraviti, 24 Viviani, 26 Martella. T1: Diego Lopez Arbitre: Manganiello Var: Mazzoleni Averti(s) : Mateju (B), De Vrij (I), Semprini (B), Agoume (I) Expulsé(s) : / Affluence : Huis-Clos (mesures Covid-19) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Antonio Conte s’est livré à Inter Tv à quelques heures de la réception, au Giuseppe Meazza, du Brescia de Sandro Tonali... "Il n'y a eu que très peu de temps pour préparer la rencontre face à Brescia, mais nous savons quel est notre objectif : faire une bonne partie et chercher à obtenir le maximum, donc les trois points. Nous savons que nous disputons un mini-tournoi et nous sommes dans l’obligation de l’emporter." Parme "Subir un partage des points à domicile face à Sassuolo à la 90’ vous donne un coup derrière la tête au niveau psychologique. Ensuite nous avons joué contre une équipe en bonne santé : Parme. Je reste satisfait de la prestation, surtout en seconde période, où j’ai vu une réaction des joueurs." "Nous avions encaissé un but plus qu’évitable mais nous avons tout de même été bon pour rester sur nos pieds, pour rester sur le ring et pour finir par emporter la rencontre en engrangeant trois points extrêmement importants, face à une équipe qui a de bonnes valeurs." Buteurs "Il y a beaucoup de choses positives. Il faut voir si l’on veut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Nous devons continuer notre chemin, continuer à travailler et à nous améliorer, en sachant que nos adversaires ont un très grand respect lors de nos confrontations." Turnover "Jouer de façon si rapprochée, et avec ces températures, commence à consommer des énergies et c’est normal, surtout en fin de rencontre. Ce sont des changements importants. J’ai la possibilité d'insérer des forces vives dans le match et d'apporter plus de vitalité à la manœuvre avec ceux qui sont sur le banc, car on peut faire 5 remplacements." "Face à Parme, il nous manquait aussi Skriniar pour suspension. En jouant tous les 3-4 jours, il est nécessaire de faire de la rotation par obligation et pour ne pas risquer des blessures. Face à Sassuolo, je ne voulais pas risquer Nicolò Barella qui était marqué par la fatigue." "Il y a des situations nouvelles auxquelles faire face en faisant usage de sa tête et j’ai une grande confiance envers tous les joueurs, je sais ce qu’ils savent faire sur le terrain, ils s’entraînent tous bien, il est donc juste de faire tourner, l’important est que même si on change l’ordre de ceux qui sont insérés, le résultat ne change pas et qu’il s’agisse d’une victoire." "J’ai confiance en tout le noyau et actuellement nous souffrons aussi du manque de présence au milieu du terrain. Brozovic et Vecino sont très proche d’une récupération immédiate, pour Stefano Sensi, il faudra un peu plus de patience." "Les joueurs savent que dans une rencontre, il y a un onze de base et qu’il y aura des remplacements, surtout dans les postes qui demande une grande dépense énergétique, et il faut permettre une alternance en jouant tous les trois jours, aussi bien durant la rencontre, mais aussi match après match." "Celui qui rentre donne toujours le maximum, comme ceux qui débutent la rencontre, parfois cela peut s’avérer déterminant, parfois pas. Je me souhaite que d’ici à la fin de la saison, que ceux qui composent le 11 de base, ainsi que ceux qui rentrent en cours de match, s’expriment toujours en se donnant à 100 %." Brescia "Je m’attends à un Brescia qui se présentera au Meazza pour obtenir un résultat, car ils ont besoin d’engranger des points sur chaque terrain, il faudra donc faire très attention, tout en sachant que, dans le même temps, nous sommes aussi assoiffés de points et que nous voulons l’emporter." Stellini "Pour Stellini, c’était un début optimal, je suis très content du Staff, du travail qu’il réalise et des rapports qui se sont créés avec les joueurs, j’étais très serein sur ce point de vue." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. A quelques heures d’Inter-Brescia, l’international danois, Christian Eriksen, s’est livré sur son aventure Nerazzurra. Les tifosi "C’était une période difficile, durant laquelle beaucoup de personnes se sont battues pour leur vie. Avoir retrouvé le terrain était quelque chose de magnifique. Le protocole impose des règles qui, par la force des choses, te font vivre les matchs différemment comparé à avant : Il manque les tifosi au stade." Thomas Eriksen "Mon entraîneur a toujours été mon père, il m’a tout appris : à être ambidextre par exemple. Lorsque je jouais dans le jardin je tirais un peu avec le pied gauche et un peu avec le pied droit, d’autre fois, il me faisait faire 10 passes avec le pied droit et 10 avec le pied gauche. J’avais du talent et être le fils d’un entraîneur me permettrait, par la force des choses, que l'on pose les yeux sur moi." "Les attentes ont toujours été importantes autour de moi. Plus de responsabilités, plus de pression, mais j’aime être impliqué dans les matchs. J’ai toujours été fier que l’on joue avec moi." Les jeux vidéo "Non, je n’ai jamais été un garçon qui aimait passer des heures devant la console. J’admets avoir joué énormément à Football Manager, mais je passais la plupart du temps avec un ballon entre mes pieds." "A 13 ans, lorsque j’ai commencé, des appels de clubs importants sont arrivés et ma carrière a commencé à prendre forme. Et de cette équipe au pays, j’ai commencé mon voyage : Danemark, Pays-Bas, Angleterre, Italie." Milan "Je n’ai eu que très peu de temps pour découvrir la ville. Un mois et demi après mon arrivée, c’était le lockdown. De ce que j’ai vu lors de mon premier passage, je dois admettre que l’on parle d’une très belle ville, où l’on respire et on ressent clairement la passion des tifosi pour le football et en particulier la chaleur des interistes qui savent comment transcender une partie lorsque l’on joue au stade." Prise de décisions "Il faut prendre des décisions rapidement pour soit passer le ballon à gauche soit passer le ballon à droite, et pour créer la meilleure opportunité. Je sais que ces dernières années, mon rendement au niveau statistique a été important. Mais je ne regarde pas tant que ça ces chiffres, je sais ce que je peux réussir à apporter sur le terrain, pour mes équipiers et pour l’équipe." Le Triplé "Avant de rejoindre la Serie A, j’avais toujours été étroitement lié à l'Inter du Triplé. C’était en 2010 et j’étais admiratif de cet incroyable exploit, et puis j'ai retrouvé des joueurs lors du Mondial en Afrique du Sud, à seulement 18 ans, c’était fou." "Tout doucement, je me suis intéressé à la tradition de ce club et à présent, le moment est venu d’écrire ensemble une nouvelle histoire." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Une nouvelle journée de Serie A débute aujourd'hui avec la Lazio (+4) et la Juventus (+8) qui joueront contre Torino et Genoa, deux matchs pièges car ces équipes doivent assurer leur maintien. Les nerazzurri joueront demain à 19h30 au stade Giuseppe Meazza contre Brescia, 19e au classement et à 8 points du premier non-relégable. On peut s'attendre à un match moins compliqué par rapport à la Lazio et Juventus, mais il faudra confirmer sur le terrain. Antonio Conte disposera d'ailleurs de Marcelo Brozovic, enfin de retour selon la Gazzetta (à confirmer car d'autres journaux disent que non). Il est vital de gagner pour garder le rythme quasi parfait des équipes en tête. Autre match intéressant de cette 29e journée, c'est jeudi entre Atalanta (4e à - 4 points) contre Naples (6e à - 16 points). Un faux pas des noir et bleu pourrait donner de l'air aux interistes, même si 13 points séparent actuellement l'Inter de la 5e place, occupée par la Roma (qui jouera contre l'Udinese). Rendez-vous demain matin pour la probable formation !
  17. Samus

    Combien vaut Tonali ?

    Le président de Brescia, Massimo Cellino s'exprime au sujet de la pépite Sandro Tonali, objectif de l'Inter et de la Juve. "J'ai d'excellents rapports avec Marotta comme avec Agnelli et Paratici mais il y a aussi d'autres clubs sur Tonali, italiens comme étrangers. Il souhaite rester en Italie et nous le lui accorderons mais il doit d'abord bien finir le championnat". "Je n'ai encore approfondi les contacts avec aucune équipe. Je veux juste que le joueur finisse bien son championnat", ajoute-t'il au micros de La politica nel pallone sur Gr Parlamento. "Combien vaut Tonali ? Son prix, c'est l'offre et la demande qui le font. A l'heure où je vous parle, il y a eu des coups de téléphone mais rien de particulier, je n'ai pas forcément envie de parler de ce genre de choses vue la situation actuelle. Je veux qu'il joue bien au ballon comme il sait le faire et qu'il recommence à prendre du plaisir sur le terrain comme avant, je ne veux pas que les rumeurs apportent de nouvelles polémiques et que nos chances de maintien en soient affectées. L'Inter et la Juve? Ce sont deux clubs intéressés, d'autres clubs m'ont aussi contacté mais il veut rester en Italie, nous ferons tout pour le satisfaire". La rumeur parle de 50 millions d'euros pour l'arracher à Brescia, Cellino lui, ne laisse rien filtrer, il précise cependant qu'il n'acceptera pas d'échange: "Les échanges ne nous intéressent pas, nous ne sommes pas venus demander l'aumône".
  18. L’Inter est très proche de signer la jeune pépite italienne Sandro Tonali, courtisé par de nombreux clubs européens, le Derby d’Italie aura tourné en faveur des Nerazzurri. Fcinternews.it nous propose un résumé de la situation Prémices "Le coup de cœur a eu lieu, il y a deux ans, à l’occasion de la rencontre Brescia-Cosenza, suite à la réaction plus qu’enthousiasmante de Giuseppe Baresi pour ce jeune joueur, un milieu de terrain qui rappelait un certain Andrea Pirlo. Depuis lors, il fut l’objet d’un monitoring constant. Recommandé avec brio par l’ensemble du secteur technique et les recruteurs, l’Inter a décidé de défier la Juve ces derniers mois, dans le but de parvenir à s’attacher ses services." Juventus "En janvier, les Bianconeri avait proposé 30 millions d’euros plus bonus et deux jeunes joueurs Tourè et Nicolussi Caviglia à Brescia pour bloquer immédiatement Tonali. Offre immédiatement rejeté par Massimo Cellino qui n’entend encaisser que 50 millions d’euros cash pour la vente de son étoile. Fabio Paratici avait mis sur pied un quinquennal à 2 millions d’euros plus bonus pour le joueur." Base du contrat "L’Inter a retouché l’offre et l’a amélioré en proposant 2,5 millions d’euros plus bonus pour atteindre facilement les 3 millions d’euros. Cette démarche accélérée a écarté les invités de dernières minutes qui étaient Paris, Manchester City et l’Atletico Madrid, ce dernier ayant suivi Tonali depuis très longtemps." Le facteur Conte "La conviction et le pressing de l’Inter ont séduit Tonali, ce dernier ayant reçu des signaux importants également de la part d’Antonio Conte. L’entraîneur Nerazzurro a visionné avec attention les prestations du jeune né en 2000 durant le Lockdown." "Milieu combatif et maître d’œuvre, il pourrait réaliser ce saut de qualité tant attendu en compagnie du natif de Lecce, ce saut qui ferait de lui un champion et un point de référence pour la Nazionale. C’est également pour ces raisons que l’Inter l’a placé en priorité de sa campagne de recrutement estival. Sandro représentant un élément important pour le futur et dont sa destinée est celle de devenir un joueur fondamental." Aval du joueur "Sandro Tonali a dit oui à l’Inter. Le club négocie à présent avec Brescia. Le oui est aussi dû au précieux travail de l’agent Beppe Bozzo, un des spécialistes dans le dénouement des négociations les plus compliquées." Massimo Cellino "L’Inter a mis en place l’offre suivante 35 millions d’euros plus bonus et l’insertion d’un ou deux jeunes pour contenter la Direction Bresciane. Cellino tient la ligne dure pour l’instant et ne compte pas voir sa prétention de 50 millions d’euros revue à la baisse." "Dès lors, l’Inter songe à proposer un prêt onéreux estimé entre 8 et 10 millions d’euros accompagné d’une obligation de rachat estimé entre 30 et 35 millions d’euros. Cellino serait contenté et l’impact du coût de ce transfert serait modéré sur le bilan Nerazzurro 2020/2021." "Pour l’heure, Brescia continue à exiger la somme en cash immédiatement, mais les deux clubs échangent afin d’établir la bonne formule, l’Inter ayant l’avantage de disposer de l’aval du joueur." Si Cellino jouera ses dernières cartes pour monétiser au mieux ce transfert, ce qui est compréhensible pour un club du calibre de Brescia, la route menant Tonali à l’Inter semble toute tracée... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Giuseppe Marotta est l’Administrateur-Délégué de l’Inter et lorsque celui-ci se livre à la presse, autant dire qu’il ne fait pas dans le détail. Internazionale.fr a donc le plaisir de vous relayer les interviews qu’il a octroyé à la Gazzetta Dello Sport, à Sky Sport, et au Corriere Della Sera. Bonne lecture à tous ! Il Padrino à la Gazzetta Dello Sport Lautaro Martinez "Il est difficile de se prononcer sur son futur. Toutefois, je tiens à lui dire de rester concentré sur le présent, il y a une saison qui reprend, des objectifs à atteindre, cela peut apporter des satisfactions. Les joueurs doivent être des protagonistes. La volonté du Suning n’est pas de vendre Lautaro : il est jeune, il a le futur devant lui et c’est un élément fonctionnel pour Conte. Ensuite, c’est évident qu’il y a une clause libératoire ..." Que voulez-vous dire ? Que le raisonnement peut changer après le 7 juillet ? "Je ne sais pas à quoi pense Barcelone, peut-être ont-ils aussi des alternatives… J’espère qu’ils ne paieront pas la clause. En cas de départ, un joueur de très grande valeur arrivera à la place de Lautaro." L’Inter réalisera-t-elle un coup économiquement aussi important que celui de Lukaku, l’été dernier ? "C’est ce que je viens de dire : si Lautaro vient à partir, un Top Player arrivera. Mais dans ce mercato, au niveau européen, la vrai difficulté ne consistera pas à acheter, mais parvenir à vendre." "Je ne suis pas pressé : je comprends cette envie de donner des noms, mais il faut attendre la fin de la saison et voir les clubs qui seront en mesure d’établir des programmes dans le futur. Je tiens à dire une chose, de façon général, les opérations à la Neymar où l’on voit une équipe arriver et transférer un joueur autre part, ne se reverront plus avant de très nombreuses années." Nous allons citer un nom : Cavani "C’est l’une des opportunités, il fait l’objet d’un monitoring étant donné qu’il s’agit d’un joueur en fin de contrat. Mais je ne souhaite pas approfondir la question. En ce moment, il semble plutôt loin de l’Inter." Avec vous, le club a épousé une ligne de conduite italienne. Il y a un an ce fut Sensi et Barella. Maintenant, il est question de Tonali et Chiesa. "On ne peut pas nier que ce sont deux talents. Pour Chiesa, la Fiorentina a des attentes économiques élevées, c’est la raison pour laquelle, actuellement, nous n’avons pas échangé avec eux." Commisso en demande 70 millions ? "Peut-être encore plus..." Et Tonali ? "Il est plus abordable, c’est une opération qui peut se construire de la meilleure des façons. Et c’est un garçon qui est encore en phase de croissance." Mais n’avez-vous pas, sur le Mercato, un petit avantage sur vos rivaux avec la vente d’Icardi ? "Nous avons été bons, c’était une opération très difficile. Nous avions, chez nous, un objectif déterminé favorisé par un délai fixe. Celui de la date du rachat." 50 millions + 8 de bonus : N’est-ce pas peu lorsque l’on repense à Icardi avant l’exposition de cette situation ? "Les opérations de mercato doivent être contextualisées. Celle-ci a été définie dans une période difficile d’un point de vue financier. Il est inutile de repenser à hier, ni même de songer au lendemain. L’accord d’aujourd’hui est satisfaisant. Nous avions fait un choix, il y a un an, sur la base du projet technique et ça a été respecté." Est-ce que l’Inter du futur sera construite autour d’Eriksen ? "Le danois est un joyau, c’est un grand joueur. Conte est le Chef d’orchestre, c’est à lui que revient la création d’un juste équilibre tactique. Ces deux derniers mois nous ont donné des indications pour mieux se connaitre. Cela vaut aussi bien pour le joueur que pour Conte." Faisons un bon dans le temps, à la fin du mercato. L’Inter du prochain championnat, partira d’égale à égale avec la Juventus ou y aura-t-il encore une distance à colmater ? "Je ne regarde pas les autres. Avec l’avènement de Conte, une croissance a été constatée, aussi bien sur le plan culturel que sportif. A présent, il ne faut plus s’imposer de limites, le niveau se doit d’être relevé. J’estime que nous allons de l’avant en étant mandaté par Suning, le propriétaire. Nous voulons la victoire." Vous avez une occasion avec la Coupe d’Italie... "Je la vois devant nous, même si elle semble un peu loin actuellement. Nous devons chercher à récupérer ce titre." Croyez-vous au Scudetto ? "J’ai vu une équipe très motivée à l’entrainement, comme son entraîneur. Cela me fait plaisir. Dans un championnat aussi anormal, tout peut arriver. Je connais la force des adversaires, mais nous devons avoir de l’ambition. Ensuite, il faudra avoir certaines circonstances favorables, comme ne plus connaitre de blessures dans les moments-clés." Marotta, avez-vous un désir personnel ? "Partir à la retraite avec d’autres titres gagnés… Avec l’Inter bien sûr." Beppe à Sky Sport Le futur de Lautaro "Nous voulons renforcer la structure de l’équipe, au sein de celle-ci se retrouve une personnalité importante comme Lautaro, un jeune très intéressant qui est en passe de devenir un champion grâce au travail de Conte, au soutien du Club et grâce à lui-même." "L’Inter ne compte pas le vendre, mais compte se renforcer, nous suivrons cette ligne de conduite. Il y a une clause qui arrive à échéance le 7 juillet. Nous verrons ce que fera Barcelone. Passé ce délai, si nous sommes encore ensemble, nous discuterons. Ce qui compte aujourd’hui, c’est qu’il se mette au service de l’équipe, qu’il y apporte une contribution importante." Tonali ? "La ligne Marotta n’existe pas, c’est le projet Inter qui existe, celui de créer un modèle mixé entre les jeunes et les moins jeunes. Avec les jeunes, tu ne peux pas gagner, tu gagnes avec des jeunes et des joueurs d’expériences. Il faut donc trouver quelques joueurs déjà prêts et quelques jeunes italiens, et mixer le tout dans un équilibre financier et économique." Icardi ? "C’est une opération très positive, le droit de rachat a été exercé par le PSG, avec une légère révision que nous avons garantie. Toutes les parties sont satisfaites. C’était un parcours que nous avions débuté l’année dernière, et qui s’est conclu avec satisfaction. J’en suis fier." Nainggolan ? "L’objective de l’Aire Technique est de favoriser ses propres ressources, Nainggolan est une personnalité importante. Lorsque son prêt à Cagliari prendra fin, il reviendra chez nous. Nous déciderons tous ensemble et nous évaluerons quel sera le meilleur futur pour tous." Si je vais quitter l’Inter ? "Ce sont des Fakes News, je me sens très bien à l’Inter et je n’ai aucune raison de me lamenter. Et il y a aussi la volonté de l’Inter. De mon côté, j’apporte une très grande motivation et je ressens de très grandes satisfactions à faire ce travail, je le continuerai avec beaucoup de plaisir. J’espère être en mesure de prendre et d’apporter, à tous les interistes et au propriétaire, de belles satisfactions en termes de conquêtes de titres." Le Scudetto ? "Aucune possibilité n’est absolument écartée, nous devrons reprendre avec la même détermination qu’au début de la saison, période où nous avions récolté de très importants fruits. Il reste encore 13 matchs à disputer et beaucoup de points à disposition. Une des caractéristiques les plus belles de ce monde est l’imprévisibilité. Prenons-là comme un slogan et comme un objectif à atteindre." Comment avez-vous vécu ces mois d’arrêt et cette reprise qui prend forme ? "Je dois vous dire que de mon côté, il y a une grande préoccupation, surtout que nous sommes dans un contexte territorial particulièrement difficile avec la mort qui serpente à une grande fréquence. Je crois que c’est assez normal d’être préoccupé. Le sport est une façon de voir la vie, la reprise de cette activité servira à essayer de mettre de côté cette mauvaise période". Hier le conseil Fédéral a décidé de miser sur les playoff et playout et de faire usage de l’algorithme comme plan C en cas de nouvel arrête de la compétition. Le Président Gravina a dit qu’il s’agissait de la victoire du Calcio. Une déclaration suite à sa sortie ? "Je crois qu’il n’y a ni gagnant, ni perdant, c’est une situation que je juge assez anormale. Nous avons été pris par derrière par le Conseil d'Administration, c’est une gifle morale, nous avons perdu notre "revendication". 3 votes contre et 18 votes pour en délibération, le tout en faveurs d’une ré-interprétation gouvernementale qui ne reflète pas pleinement l’importance spécifique d’un championnat." Comment changer ? "Je ne critique pas les hommes. Gravina est un dirigeant de grande expérience, il est compétent et je l’estime. Aujourd’hui, je peux critiquer le système de gouvernance du Football en Italie, un système ancré dans la volonté d’une prise de décision qui dépend de beaucoup de composants." "J’espère que la Serie A aura sa propre autonomie à l’instar de ce qu’il se passe en Angleterre, qui garantit à l’ensemble du système le respect des valeurs et l’objectif social des autres championnats." Faisons un pas de retrait. Il y a eu beaucoup de polémiques ces derniers mois sur la façon dont a été gérée la phase d’étude de la reprise. Est-ce que l’on aurait pu tout faire d’une façon plus sereine ? "Je crois que oui et je fais mon autocritique. Nous à l’Inter, nous avons parlé peu par respect à la pandémie et suite aux préoccupations auxquelles nous étions confrontés. C’était un silence fort de préoccupation pour nous tous, nous qui partagions le sentiment de notre jeune président. Sa première pensée a été de mettre tout le monde en sécurité, tous ces milliers de personnes dépendant de l’Inter." "Je crois qu’il serait utile de faire preuve d’une meilleure sensibilité que ce que nous avons connue, surtout dans les déclarations. La fenêtre médiatique qui a été offerte suite à cette pandémie n’aurait pas dû être un espace de confrontations entre factions, mais elle aurait dû être évaluée en termes d’analyse d’un scénario qui ne touche pas seulement cette saison, mais aussi les deux prochaines, aussi bien au niveau calendrier mais également au niveau de l’impact économique suite à ce blocus forcé." Pour manifester vos préoccupations, Zhang avait fait usage de tons très dur il y a deux mois, en visant quelqu’un... Vous-a-t-il présenté des excuses ? "Steven a été mal compris dès le début, sa sortie a été le fruit d’une forte préoccupation vu ce qu’il se passait en Italie et vu qu’il savait ce qu’il s’était déjà passé en Chine. La préoccupation et l’alarmisme envers cette situation ne pouvait, comme cela s’est produit, que dégénérer à un moment ou un autre." "Je tiens à rappeler qu’il y avait de sérieux doutes quant au fait de disputer la rencontre face à la Juve à portes ouvertes. Notre président a lancé un signe prémonitoire, ensuite l’épidémie a dégénéré avec des milliers de morts." Vous allez reprendre avec la Coupe d’Italie ou vous serez appelé à faire une remontée sur le Napoli. N’est-ce-pas désarçonnant vu le calendrier établi ? Allez-vous envoyer la Primavera au San Paolo en Coupe d’Italie ? "Nous avons aussi manifesté notre pensée critique vis-à-vis d’un contexte plus général, celui représenté dans le Monde du Calcio. Je voulais envoyer un message : Nous reprendrons seulement si nous sommes en totale sécurité, une sécurité garantie pour nos joueurs et pour nos employés. A présent, il semble juste de reprendre de la meilleure des façons, sur la base d’un protocole rédigé par le Ministère de la Santé grâce aussi à la Lega Calcio." "S’il est respecté, nous pourrons nous y aventurer avec moins de préoccupation dans cet épilogue étrange et si particulier. Cela nous conduit toutefois à une réflexion à approfondir. En un mois et demi, nous devrons disputer 15 matchs, Getafe compris, ce qui impliquera très certainement un facteur stress et mental important et un risque de blessures pour des joueurs qui reviennent d’une période de repos forcé, une situation à laquelle nous n’avons jamais été confronté." "Nous ferons les comptes à la fin, mais je crois que notre préoccupation est absolument légitime." Que pensez-vous de cette possibilité de disputer les playoff et du facteur "algorithme" ? "Je perçois ces playoff et les playout comme une situation éliminatoire extrême. Je suis convaincu qu’à partir du 20 juin nous aurons plus de possibilités pour terminer le championnat. Dans ce contexte italien de grande difficulté liée à la pandémie Covid, je comprends l’appréhension de notre gouvernement qui a établi un protocole qui se devait d’être très rigide et qui impose la quarantaine en cas de joueur testé positif." "C’est peut-être une limite, mais cela représente un instant très difficile. J’espère que le Bon Dieu nous assistera et que nous concluerons le Championnat de façon naturelle." Il Padrino au Corriere Della Sera Quel est l’objectif de l’Inter ? "Celui d’avant, être protagoniste. Avec 13 matchs à disputer, tout peut arriver. Y aura-t-il une opération Lautaro-Barcelone ? "Lautaro représente un point de référence important pour l’Inter, nous n’avons pas la nécessité de le vendre. Il y a une clause libératoire de 111 millions d’euros qui se termine le 7 juillet. C’est la seule possibilité pour arriver à une vente. Le joueur peut attendre et grandir avec l’Inter." Lautaro veut le Barça… "Je discuterai avec lui, je dois lui faire comprendre qu’une possibilité de ce genre peut se représenter dans le futur, lorsqu’il sera mieux préparé." A quel point l’Inter raisonne-t-elle avec l’esprit Marotta ? "J’ai ajouté quelques éléments importants. L’entraineur et quelques joueurs. En janvier, il y a aussi eu Eriksen. L’Inter a une grande visibilité à présent et fascine. Nous avons retrouvé l'attraction de nos meilleures années." Eriksen reste un point d’interrogation… "Ce n’est pas une interrogation, c’est un bon joueur, Conte trouvera le juste équilibre." Nainggolan, Perisic, Sensi. Qui part et qui reste ? "J’ai une obligation. Ne pas déprécier la valeur de nos joueurs. Je les évalue tous avec l’entraîneur. Nous tenons à conserver Sensi." Pouvez-vous remporter la Coupe d’Italie et l'Europa League ? "Nous y participons pour y être protagoniste. La Coupe d’Italie est la plus proche, l’Europa League est la plus ambitieuse." On parle énormément de Cavani, Chiesa, Tonali… Quel type de joueurs recherche l’Inter ? "Des joueurs prêts, les jeunes italiens restent un objectif important. Il y a aussi les évaluations du marché. Chiesa n’est pas une obligation, il y a une distanciation. Il y a plus de facilité dans les échanges sur Tonali." Votre joueur secret reste-t-il Dybala ? "C’est l’un des plus grands talents. L’année dernière, il y avait de grandes sensations pour y arriver. Aujourd’hui, il se projette à devenir un des grands leaders de la Juve." Est-ce que Conte est aussi difficile avec un dirigeant aussi expérimenté que vous ? "C’est un grand professionnel, il se dédie à son travail, il a la passion et a d’excellentes statistiques. Avec ces promesses, tout est plus simple. C’est lui qui insuffle les dynamiques. Il a toujours eu du respect pour moi, pour le club et pour le Suning : il nous apportera des grandes satisfactions." Est-ce que l’objectif, l’année prochaine est de faire chuter la Juve de son piédestal et de remporter le Scudetto ? "Nous voulons augmenter la difficulté et le niveau qualitatif du Groupe Inter." Quelles sont les ambitions et les valeurs de Marotta et de l’Inter ? "J’ai travaillé à tellement d’endroits. Si je regarde mes deux dernières expériences, il y a des principes qui unissent Agnelli et Zhang. Le grand sens de l’appartenance, la culture de la victoire, du travail et de la passion. L’Inter, à présent, à l’ambition de revenir au sommet." Le saviez-vous ? Selon la Gazzetta Dello Sport, les personnalités qui ont voté contre, au Conseil d'Administration, sont Paolo Dal Pino, Beppe Marotta et Claudio Lotito, soit les trois représentant de la Lega Serie A au Conseil Fédéral Si la saison se joue sur la base de l'algorithme, le Scudetto ne sera pas assigné Selon le CIES, Beppe Marotta a réalisé une belle prouesse dans la vente d'Icardi. Le joueur ne valant plus que 46,8 millions d'euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Le milieu de terrain Sandro Tonali est appelé à reprendre l’héritage d’un certain Andrea Pirlo en équipe Nationale. Courtisé plus que jamais par l’Inter et la Juventus, la pépite de Brescia s’est livrée à Sport Week Croire en sa bonne étoile "Petit, j’avais écrit à une lettre à Sainte-Lucie pour lui demander de venir ou footballeur ou un saint. Ensuite, j’ai réalisé que je devais travailler très durement pour rentrer dans la Sainteté." Pirlo déclare que vous êtes plus complet que lui..... "Il exagère, j'en suis resté sans voix. Le Milan ne m’a jamais pris en considération. Nous ne nous ressemblons pas, et de là à dire que je suis un joueur plus complet que lui….Deux de mes amis m’ont enregistré via leurs smartphones lorsqu’il s’est exprimé de cette façon, et encore maintenant, je reste sans voix, je ne peux que lui répondre par un Merci." Votre modèle ? "Luka Modric" Plutôt Mezzala ou Regista? "J’aime les deux. Cela dépend de comment s’aligne l’adversaire. Face à un 4-4-2, j’ai plus d’espace comme Mezzala. Si je fais face à un Trequartista, j’aime être devant la défense car il peut aussi sauter le milieu." Votre père a déclaré qu’en réalité Enrico, le frère de Sandro était le plus fort des deux..... "Ce n’est pas vrai…il sourit, il a trois ans de plus que moi et cela se voyait dans nos petits matchs." L’idole Gattuso "S’il avait divisé par 10 la détermination qu’il avait en lui, il lui en aurait suffisamment resté pour remplir de détermination tous ces équipiers d’équipe, il n’avait peur de personne." Peur du Covid L’un des pire foyer du Covid a éclaté dans la province où vit Sandro: "L’une des pires éclosions du foyer fut dans notre province. Cela me faisait mal de voir ma grand-mère Gina enfermée chez elle durant 5 mois, sans qu’elle puisse aller au cimetière déposer des fleurs sur la tombe de son mari. Beaucoup de mes amis sont inscrit dans une caisse d’allocation du chômage car ils ont perdu leurs jobs. Nous nous téléphonons tous les jours, car je ne laisse jamais quelqu’un sur le côté." Regrettez-vous le Milan ? En effet, sa première et vraie équipe vu la Lombardia Uno, une équipe affiliée au Milan Ac: "Tous les deux, trois, cinq ou six mois, des enfants étaient convoquée à Vismara où les jeunes du Clubs s’entraînent. Si je ne peut pas dire qu’il m’ont jeté, je peux vous dire qu’ils ne m’ont jamais vraiment pris en considération…J’étais apparemment trop petit." Reprise de la Serie A "Avec le sens des responsabilités de tous, oui, nous pouvons reprendre. Il restera un peu d’appréhension. Lorsque vous aurez le ballon et que quelqu’un viendra vers vous, une pensée pourrait surgir. Mais tôt ou tard, il faut reprendre. J’ai cette envie habituelle de briser le Monde, je suis prêt. J’ai réalisé que je n’ai même pas atteint la moitié de mon propre potentiel et je me sens assez fort à présent pour y parvenir." Un potentiel exploité à 100% par le spécialiste en la matière, Antonio Conte ? Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. L’Inter et Sandro Tonali se courtisent. Et c’est un fait reconnu, la Beneamata est bien plus séduisante que la Vieille Dame.....Comme le réfère Sky Sport, le jeune international italien de Brescia a décidé de donner sa préférence à l’Inter, en cas de transfert dans une nouvelle équipe. La Juve appréciera tout comme Massimo Cellino. Il reste à présente à s’asseoir autour de la table et à définir les modalités du transfert. Roublard, Cellino a très récemment activé, avant la suspension du championnat, une clause favorisant Brescia. Celle-ci, qui se retrouvait dans le contrat de l’héritier d’Andrea Pirlo, a autorisé le Président lombard à rallonger d’une année la date d’échéance du contrat de Sandro. L’architecte italien est donc lié au club de Brescia jusqu’en juin 2022. L’Inter, forte de l’aval du joueur est prête à rentrer dans le vif, mais en prenant son temps, non pas par refus d’acter se transfert, mais elle souhaite savoir quelle sera l’éventuelle concurrence à affronter. En effet, comme c’est le cas pour Lautaro Martinez, la Direction Nerazzurra sait que les délais de négociations seront plus long cette saison Reste à présent à assurer le risque calculé de voir une nouvelle équipe rentrer dans la danse..... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. À la suite de la vente de Mauro Icardi, l’objectif principal de l’Inter est de renforcer son milieu de terrain. Ainsi, le duo Beppe Marotta-Piero Ausilio a décidé de passer à l’offensive afin de signer Sandro Tonali, le bijou de Brescia qui est en position d’être relégué en Serie B. Selon Sport Mediaset, Antonio Conte a déjà marqué son accord pour recruter le jeune talent de Lodi. Si Massimo Cellino est reconnu comme étant très redoutable sur le Mercato, il pourrait bien vaciller suite à la formule présentée par les Nerazzurri : 20 millions d’euros + Andrea Pinamonti estimé à 20 millions d’euros et le prêt sec de Sebastiano Esposito pour une saison. Cette formule offrirait à Brescia une ligne d’attaque Nerazzurra, pour la saison à venir,. L’avis de Cellino sur Tonali "Je suis amoureux de certains joueurs que je n’aimerais jamais vendre, mais je me rends compte également que le joueur a des objectifs personnels importants. Nasser l’aurait voulu à Paris, il m’avait écrit, mais il ne veut pas aller en France, l’Inter et la Juve sont les destinations qu’il préfère. De Laurentiis m’avait offert 40 millions d’euros, sa destiné est déjà scellé." "Barcelone avait proposé 65 millions d’euros plus deux joueurs estimés à 7,5 millions d’euros chacun, dont l’un d’entre eux était un latéral. Je crois que les dirigeants catalans n’ont pas reçu la réponse qu'ils attendaient et ce n’est pas de Tonali." "Sandro est un garçon qui s’illumine dès qu’il voit un ballon, sur le terrain, je l’ai vu réaliser des choses impressionnantes des longs ballons précis de 40 mètres, des contrastes parfaits, les ballons longs et courts sont ses points forts. Dans un milieu à trois, il peut jouer à n’importe quel poste." "Au niveau de sa personnalité, il se sacrifie pour l’équipe. Avant l’arrêt de la compétition, il souffrait d’une inflammation au quadriceps, mais il voulait tout de même donner un coup de main à ses équipiers. Lorsque je l’ai réalisé, j’ai dû intervenir pour le forcer à arrêter." Mercato "Je ne traite avec personne. Il y a encore 12 matchs à jouer et le joueur se doit de rester serein." - Toutefois, selon Sky Sport, l’Inter a obtenu le "Like" du joueur qui est donc disposé à épouser la cause Nerazzurra. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Le pressing de l'Inter concernant Sandro Tonali continue de plus belle. L'objectif est de renforcer le milieu de terrain et dans cette optique, Marotta est à la recherche de la formule adéquate à proposer à Cellino pour le convaincre de laisser partir sa jeune pépite. Selon Il Giorno, l'AD intériste aurait peut-être trouvé la solution, et ce ne serait pas Andrea Pinamonti comme le bruit courait il y a quelques semaines. Si le milieu de terrain rejoignait l'Inter, Brescia pourrait récupérer en contrepartie Sebastiano Esposito qui est un des profils les plus intéressants aux yeux du président Cellino en vue de la prochaine saison. ®Samus - internazionale.fr