Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'cagliari'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Tout ce dont vous devez savoir avant le match de dimanche soir. Milan - Les Nerazzurri feront face au Torino ce dimanche à 20:45, dans le cadre de la 29ème journée de Série A. Leur dernière rencontre était le 22 Décembre, un match qui a clôturé l'année 2021 de l'Inter par une victoire, grâce à un but décisif de Denzel Dumfries à la 30ème minute de jeu à Giuseppe Meazza. Rencontres précédentes Il y a eu 155 matchs entre les deux équipes. L'Inter mène au nombre de victoire, avec 70 matchs remportés. Le Torino compte quant à lui 36 victoires. Il y a également eu 49 matchs nuls. Seule la Juventus, avec 74, a plus de victoires contre le Toro en Série A. Plus récemment, l'Inter a remporté les 5 dernières confrontations, ainsi que 12 des 17 derniers matchs à l'extérieur, perdant seulement 2 fois et concédant le nul 3 fois. Formes L'Inter arrive à Turin avec une victoire 5-0 contre Salernitana à leur actif. Ils comptent 58 points après 27 journées. Sur leur route, les Nerazzurri ont glané 3 points lors de leurs 3 derniers déplacements, faisant matchs nuls contre l'Atalanta, le Napoli et le Genoa. L'équipe de Simone Inzaghi a concédé seulement 2 buts lors de leurs 8 derniers matchs à l'extérieur en Série A. En fait, depuis début Octobre, aucune équipe dans les 5 championnats majeurs a encaissé moins de buts (6) et obtenu plus de clean sheets (6) hors de leurs stade que l'Inter. Le Torino, pendant ce temps, reste sur un match nul et vierge contre Bologne. Les hommes d'Ivan Juric n'ont pas connu la victoire lors de leurs 6 derniers matchs, avec 3 nuls et 3 défaites. La dernière fois qu'is ont connu une si longue série sans victoire, c'était en Décembre 2020, sous Marco Giampaolo : 8 matchs sans victoire. Leurs résultats contre les meilleures équipes ne sont pas plus réjouissants, ayant perdu 1-0 chacun des trois matchs qu'ils ont joués contre une équipe du top 2 cette année. Note plus positive, le Toro a trouvé le chemin des filets lors de leurs 10 derniers matchs de Série A à domicile, marquant 20 buts au total, soit environ 2 par match. Ils n'ont pas dépassé ce chiffre en une saison depuis Décembre 2018. Statistiques générales Le Torino a la plus grande différence (+14) entre les points obtenus à domicile (24) et à l'extérieur (10) en Série A cette année. La rencontre oppose l'équipe avec le record de point obtenus après avoir été menée, contre l'équipe avec le pire score. L'Inter est allé chercher 17 points depuis une position perdante, alors que le Torino n'en a pris que 4. En revanche, en ce qui concerne la défense, seul Naples (8) a encaissé moins de buts que le Torino (10) avant le coup de sifflet de la mi-temps, tandis que l'Inter (9) a le meilleur bilan défensif de la Serie A en deuxième mi-temps. Focus sur les joueurs Lautaro Martínez a été directement impliqué dans cinq buts lors des cinq derniers matches contre le Torino en championnat, avec quatre buts pour lui et une passe décisive. Il n'y a que contre Cagliari qu'il a un meilleur bilan en première division Italienne, avec sept contributions. Si l'attaquant argentin venait à marquer, il deviendrait le cinquième joueur de l'Inter (depuis le début de la victoire à 3 points) à faire trembler les filets lors de trois matchs consécutifs à l'extérieur contre un même adversaire. Il a marqué en déplacement contre le Toro du 23 novembre 2019 au 14 mars 2021. Les seuls autres joueurs à avoir réalisé cette prouesse depuis sont Christian Vieri (contre Pérouse), Álvaro Recoba (contre Empoli et contre la Reggina), Ivan Perišić (contre la Fiorentina) et Mauro Icardi (contre Cagliari). Pour Edin Džeko, en revanche, la rencontre a été moins fructueuse. De toutes les équipes qu'il a affrontées au moins 10 fois, le Torino est l'un des trois adversaires, avec la Lazio et la Juventus, où il a été impliqué dans le moins de buts (4 au total, avec 3 buts et 1 passe décisive). Nicolò Barella a le plus grand nombre de passes décisives dans le jeu (9) dans les cinq grands championnats européens cette année. Florian Wirtz, Sergej Milinkovic-Savic et Paul Pogba sont juste derrière lui, avec 8. Il pourrait devenir le premier joueur de l'Inter à atteindre les 10 passes décisives en championnat avant la 30e journée depuis 2004/05. Dans le même idée, Hakan Çalhanoğlu est le joueur qui a délivré le plus grand nombre de passes décisives sur coups de pied arrêtés, soit 6 depuis le début de la saison. Si l'on compare avec les autres gardiens de but ayant au moins 25 apparitions en Série A cette saison, Samir Handanović a le meilleur pourcentage d'arrêts, de 77 %. Vanja Milinkovic-Savic est deuxième avec 62%, et Lorenzo Montipò, qui suit de près, avec 61%. Milan Škriniar fera sa 200e apparition en Série A depuis ses débuts en championnat le 24 avril 2016 contre la Sampdoria. En défense, seul Francesco Acerbi a disputé plus de matchs de première division (205). C'est lors de la rencontre à l'aller, en Décembre, que Denzel Dumfries a inscrit son dernier but en championnat. De tous les défenseurs des cinq grands championnats européens, c'est celui qui a touché le plus de ballon dans la surface de réparation adverse (92). Le Torino est la seule équipe contre laquelle Federico Dimarco a marqué plus d'un but en Série A, les deux ayant été inscrits en 2021 pour Vérone sous la direction d'Ivan Juric (le 6 janvier et le 9 mai). Alexis Sánchez a obtenu son plus grand nombre de passes décisives contre une équipe dans cette confrontation, avec 5 en 6 rencontres. Le Chilien a également marqué lors de la rencontre du 22 novembre 2020. C'est contre le Toro que Stefan De Vrij a inscrit son tout premier but avec l'Inter, en Août 2018. Danilo D'Ambrosio, quant à lui, affrontera son ancienne équipe, avec laquelle il a fait 42 apparitions et marqué 4 buts en championnat lors des saisons 2012/13 et 2013/14. Matteo Darmian est également passé de l'autre côté du terrain, puisqu'il a disputé 100 matchs de championnat pour le Toro entre 2012 et 2015, marquant 2 buts. DÉTAILS DISCIPLINAIRES Suspendu : Torino : N/A Inter : N/A À un avertissement d'une suspension : Torino : Aina, Buongiorno, Djidji, Pobega Inter : Lautaro Martínez, Vidal ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter.it
  2. On peut appeler cela un faux-départ, mais la reprise de la nouvelle année solaire en Italie coïncide toujours avec la reprise de la Serie A. Et lorsque celle-ci débute, l'Inter, peu importe son entraîneur, est toujours confrontée à de sérieuses difficultés. Si cela s’est déjà passé personnellement pour Simone Inzaghi, l’Histoire récente de l’Inter nous confirme que l’Hiver est rude lors de la première saison de chacun de ses entraîneurs : Qu’il s’agisse du Champion d’Europe Roberto Mancini, de Luciano Spalletti, voire même d’Antonio Conte lors de la première saison de son mandat! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter d’aujourd’hui n’a remporté que 2 points lors de ses 4 dernières rencontres tout en compromettant sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions suite à sa défaite 2-0 à domicile face à Liverpool. Il y a un an pourtant, lors de cette même période, l’Inter réalisé une série de quatre victoires sur quatre en s’offrant la Fiorentina, la Lazio, le Milan et le Genoa. C’est d’ailleurs-là qu’a débuté l’envolée Scudetto de Conte." "Mais lors de sa première saison sur le banc interiste, Antonio Conte avait été confronté à une série noire de trois match nul face à l’Atalanta, Lecce, et Cagliari pour parvenir à des défaites face à la Lazio et Juventus, entre les deux, l’Inter ne l’avait emporté que face à l’Udinese et le Milan : soit deux victoires en sept matchs. Par la suite, ce fut le Lockdown." "Cette situation fut aussi connue avant 2020 : Avec Luciano Spalletti, lors de la saison 2017/2018, il y avait eu six match nuls, deux défaites et seulement deux victoires entre le 9 décembre et le 3 février." "Avec Roberto Mancini, en 2015-2016, ce fut également un sérieux coup d’arrêt après Noel : 1ere au classement avec une victoire face à Empoli le 6 janvier, l’équipe a enchaîné 4 rencontres sans victoires, pour deux victoires en neuf matchs avec, comme conséquence, une chute à la 5ème place." "L’année dernière, cette malédiction semblait être devenue du passé, mais maintenant, l’angoisse de l’instant est à effacer au plus tôt : Au plus vite l’Inter se remettra sur pied, au mieux ce sera, car il y a le fantôme de la crise qui est à effacer." Même lors de l’Inter du Triplé, l’Inter avait perdu énormément de plumes lors de la période hivernale: Selon vous, s’agit-il d’un blocage psychologique, ou alors d’une mauvaise gestion des entraîneurs ? Car si les effectifs changent, la crise hivernale semble vouloir perdurer dans le temps… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Avec une 26ème journée fracassée et fracassante qui a vu l’Inter, le Milan et Naples se faire surprendre respectivement par Sassuolo, la Salernitana et Cagliari, l’Inter reste tout de même la favorite pour remporter le Scudetto! ★★ Pour Planetwin365, le Tricolore Nerazzurro est côté à 1,50 contre 1,60 pour la Snai. Le Milan oscille entre 4,25 et 4,50 Le Napoli est cité à 4,75 et 5,25 Pour les spécialistes, la Juventus de Massimiliano Allegri est hors-jeu vu qu’elle ne parvient même pas à profiter du faux pas du Top 3: Planetwin365 la propose à 23 contre 25 pour la Snai. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur la visite de la Guardia Di Finanza au siège de l’Inter et sur la documentation analysée, celle-ci fait état d’une somme d’environ 90 millions d’euros. Pour l’heure, il n’a aucun chef d’inculpation Les officiers ont passé quatre heures à la Viale Della Liberazione, au siège des Champions d’Italie, ils sont ensuite partis au siège de la Lega Calcio, lieu où tous les clubs déposent les contrats. Ceux-ci ont fait l’acquisition de tous les documents relatifs au transfert pour la période 2017-2019 : Il s’agit des états financiers, des contrats, des mouvements bancaires sur les échanges afin de s’assurer de la régularité comptable des relatives plus-values comme l’explique dans une note, le Procureur faisant fonction Riccardo Targetti. Les officiers ont ainsi analysé la situations des deux milanais et mis en évidentes quelques éventuelles criticités, encore à vérifier, dans le bilan de l'Inter. Dans le détail, ils veulent comprendre si "la valeur des droits d'enregistrement des joueurs" a été délibérément surévaluée afin d'augmenter les revenus et, par conséquent, de diminuer les pertes, explique La Rosea Selon celle-ci, voici la liste des transactions passées au crible Davide Bettella évalué à 7 millions d’euros (soit que de la plus-value). Davide Bettella est aujourd'hui le défenseur central de Monza avec un total de 17 minutes en Serie B, mais à l'époque il était un récent champion d'Italie avec les Primavera et l'équipe nationale U19 sans la moitié d'un match joué chez les adultes. Son nom est lié à celui de son ami Marco Carraro. Marco Carraro a été vendu à la Dea en 2018 pour 5 millions (dont 4,4 millions de plus-values). Aujourd'hui, Carraro joue plus régulièrement que son ami à Cosenza, mais à l'époque, à peine âgé de 20 ans, il avait derrière lui une moitié de championnat B à Pescara. D'ailleurs, deux jours seulement après son arrivée chez Gasperini, Gasp, il a été immédiatement transféré en prêt à Foggia. Le riche parcours de Bettella-Carraro a eu lieu alors qu'Alessandro Bastoni passait de Bergame à Milan pour 31,1 millions d'euros: cela semblait un pari exagéré, mais le temps a montré que c'était finalement un bon investissement. En 2018, il y a le futur crack Zaniolo valant seulement 4,2 millions (2,6 millions de plus-values) : avec le recul, Nainggolan a été surévalué le premier et Zaniolo sous-évalué le second. Mais cette année-là, la plus grosse plus-value est celle de Davide Santon, vendu à la Roma pour 9,5 millions après une saison décevante avec Spalletti : 8,1 millions de plus-value. Celle-ci figure avec l'affaire Zaniolo, dans la même acquisition lucrative de Radja Nainggolan (39,5 millions). Parmi les protagonistes de cette session figurait Ionut Radu, le second de Samir Handanovic. Mais à l'époque, revenant d'un prêt à Avellino, il est vendu au Genoa pour 8 millions, mais un rachat par les Nerazzurri de 12 millions est également inclus. Comme prévu, l'Inter a levé son option en 2019, même si le Roumain a été laissé en prêt au Rossoblù pour une saison supplémentaire. Finalement, Radu bénéficie désormais d'un contrat de 1,8 million d'euros et des quelques miettes laissées par Handa sur le terrain." Les deux autres jeunes bien notés cette saison-là sont Federico Valietti, un latéral actuellement prêté à Pordenone, acheté au Genoa pour 6 millions d’euros, dont la quasi-totalité en plus-value, et le Danois Jens Odgaard, classe 99, transféré à Sassuolo il y a trois saisons pour 4,6 millions d’euros (pour une plus-value de 3,5 millions d’euros). Le transfert en Emilie-Romagne a eu lieu avant le 30 juin et a été entrelacé avec celui de Matteo Politano de Sassuolo à l'Inter après le 1er juillet. Ce projet est typique de ces années-là, lorsque le club était engagé dans une course contre la montre pour gagner de l'argent avant la date de présentation du budget annuel, lui qui disposait ensuite, de plus de marge de manœuvre dans les semaines suivantes. Dans la même saison, aux 5,3 millions de plus-value du défenseur colombien Murillo, il faut ajouter les 1,2 de l'Albanais Manaj à Albacete. Pour compléter le tableau 2018, d'autres cessions de joueurs qui ne sont plus stratégiques et qui, dans l'ensemble, n'ont pas ou peu apporté au poste des plus-values : Nagatomo, Bardi, Kondogbia, Medel, Jovetic. Dans l'analyse de la deuxième saison dans le viseur du procureur, il suffit de se concentrer sur deux amis, protagonistes du Primavera Scudetto 2017. Ce sont les auteurs des deux buts des Nerazzurri en finale contre la Fiorentina : Zinho Vanheusden, désormais au Genoa de Sheva, et Andrea Pinamonti, qui, prêté à Empoli, retrouve le niveau qu'il avait promis. La vente de "Pina" au Genoa en 2018-19 avait renfloué le budget avec 19 millions de plus-value, pour un retour stratégique à Milan lors de la saison du Scudetto pour 21 millions et un salaire de 2,2. Le Belge de 21 ans, quant à lui, a été vendu il y a deux saisons au Standard de Liège pour près de 11,7 millions (plus-value de 9,5) et a été racheté cette saison : 16, c'est le montant dépensé pour effectuer le trajet retour. Aujourd'hui, Andrea Adorante évolue en tant qu'attaquant à l'ACR Messina en Serie C, mais à l'époque, il avait été vendu à Parme pour une plus-value de 3,9 millions. Marco Sala, un défenseur prêté à Crotone, a fini pour 3 millions à Sassuolo. Le même prix a été payé pour Gabriele Zappa, ensuite vendu à Pescara et depuis 2020 à Cagliari. Le même prix a été payé par Gabriele Zappa, qui a ensuite été transféré à Pescara et sera à Cagliari à partir de 2020. "La sérénité filtre parce que l'on constate que les évaluations des joueurs sont par définition toujours "aléatoires". En fait, même au quatrième étage du Palais de Justice, ils se déplacent avec des pieds de plomb : des cas similaires se sont déjà terminés dans le passé sans rien (en 2008, l'Inter a déjà été acquitté pour des cas similaires) et il n'y a pas de critère 'scientifique' pour déterminer quel est le juste prix d'un joueur", conclu la Gazzetta Dello Sport. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. En effet, l’Inter de Simone Inzaghi ne veut pas et ne veut plus s’arrêter! Preuve en est, l’équipe Nerazzurra tourne à un rythme si exceptionnel, que cela lui a permis de déjà reprendre la tête du Championnat aux dépends du Milan Ac et du Napoli Confirmation de la Gazzetta Dello Sport "La victoire sur Cagliari équivaut au 18ème succès à domicile pour l’Inter en 2021: Personne en Europe ne tient le pas des Nerazzurri. Mais ce n’est pas tout, parmi les caractéristiques principales de l’équipe d’Inzaghi, il y a cette faculté d’arriver rapidement en phase de conclusion et de vouloir marquer des buts." L’Inter d'Inzaghi, à partager avec l'Inter d'Antonio Conte, est également à un pas du record absolu du nombre de but marqués "Un but de l’Inter d’Inzaghi (et celle également de Conte) l’enverra dans les livres d’histoire : Le dernier ballon enfilé par Lautaro porte le nombre de buts réalisé en Serie A à 98 sur l’ensemble de cette extraordinaire année 2021: Il n’en manque qu’un pour égaler le record historique absolu de l’année 1950, et deux pour franchir le mur des 100 buts, un objectif qui est plus que jamais à la portée, avec encore deux rencontres à disputer face à la Salernitana et face au Torino." Prêt à vivre un moment historique ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Alessandro Bastoni s’est livré sur son passé, son présent et son futur, sur et hors du terrain à la Repubblica. La Famille Quand as-tu compris que tu voulais devenir footballeur ? "A Parme en Serie A, la première fois où j’étais titulaire, je me suis dit : "Ale, si tout va bien, c’est fait". Nous avons gagné à Turin et j’ai finalement pu charrier mon père." Il a joué pour Cremonese...... "Quand j'étais enfant, il faisait son malin à chaque fois. Maintenant, c'est moi qui lui rappelle qu'il n'a pas joué la moitié d'un match en Serie A, mais il se croit toujours plus fort que moi. Nous en plaisantons parce que nous savons que nous en sommes arrivés ici ensemble." Sur vos protège-tibias, on retrouve l’image de vos frères…. "Oui et je les embrasse en avant-match, j’ai choisi le numéro 95 car c’est l’année de naissance de mon frère aîné. Le cadet m’a dit : "Et moi?" C’est comme ça que j’ai eu cette idée : Il n’y a pas de jalousie entre nous et j’en suis chanceux." Jouer vous encore au football ensemble ? "Le plus grand est arrivé jusqu’en Serie C et il a ensuite choisi les études, le plus jeune a une aversion pour le football : Il me demande de lui raconter quelque choses pour répondre aux demandes de ses amis." Après l’Euro, êtes-vous retourné là où tout a commencé ? "C’était beau car je me suis identifié aux enfants, j’étais un petit compétitif qui rêvait, comme eux, de devenir footballeur." Comment transforme-t-on le talent en succès ? "Chez les plus jeunes de l’Atalanta, j’ai rencontré des garçons bien plus talentueux que moi, je m’entrîinais avec les plus grands ce qui était difficile. Mon père m’a appris à ne jamais abandonner. Il m’a accompagné durant tant d’années de Cremona à Zingonia en aller-retour : 130 kilomètres sans jamais me le faire ressentir. Avec une autre famille, j’aurais eu un autre métier aujourd’hui." Etiez-vous un Tifoso enfant ? "Papa est de sang interiste et il m’a transmis sa foi, lorsque je commets une erreur en plein match, il m’en veut." Votre mère, lors de la fête du Scudetto vous a offert de la Pizza et vous a essuyé votre bouche avec une serviette… "Elle a toujours été proche de moi. J’aime être avec elle et aller manger un plat de Tortelli. Fais maison: comme ça le nutritionniste n’enrage pas!" Les modèles Vous avez les pieds et la vision d’un meneur de jeu : Qui vous a imaginé au poste de défenseur ? "J’ai toujours joué derrière, les qualités techniques sont apparues à l’Atalanta avec Mino Favini et Gianluca Polistina. Je passais des heures à m’améliorer." Quelle est votre idole footballistique ? "Sergio Ramos : J’admire tout de lui, comment il est sur le terrain, sa personnalité : Pour mon anniversaire, il m’a offert son maillot et j’ai aussi pu échanger avec lui." Que vous êtes-vous dit ? "Belle demande, on parlait espagnol et j’ai perçu la personne, plus que le joueur, il est comme Materazzi." Ramos et Materazzi : La fourberie s’apprend-t’elle ou est-elle innée ? "Cela peut se travailler, mais ce n’est pas simple, tout comme la légende qui dit que les bons joueurs sont techniquement bons sont mous caractériellement." Voudriez-vous être plus vicieux ? "Non, il y a eu une période où je prenais trop d’avertissements, je crois que je peux m'améliorer en tout grâce à d’exceptionnels équipiers." L'Inter d'Inzaghi Jusqu’où peut arriver cette Inter ? "C’est beau d'avoir le Scudetto sur le torse, nous prouverons à tous, et de toutes les façons possible, que nous le conserverons : Il y a aussi la Ligue des Champions." Comment avez-vous réagi lorsque vous êtes passé de l’Ajax à Liverpool, suite à une erreur de tirage...... "Je n’ai pas juré, si c’est votre question: J’ai aussi écrit la préface d’un livre pour un Curé. Blague à part, nous devrons réaliser deux grands matchs : Jouer à Anfield sera extraordinaire." Vous divertissez-vous sur le terrain ? "Oui, Inzaghi nous donne la liberté qui nous permet de nous souvenir que le football est un jeu : Même lorsque tu es mené." Face à Cagliari, vous êtes rentré dans la surface en dribblant une série d’adversaire…. "J’aime énormément sortir de ma zone, et lorsque je vois une possibilité, je tente de marquer. Cela ne s’est pas bien passé, j’espère que cela ira mieux la fois prochaine." Hors du terrain En dehors du terrain, vous semblez toujours être un bon pochtron, est-ce une réalité ou les réseaux sociaux exagère-t ’il la réalité ? "Hélas, les réseaux sociaux n’exagèrent rien, disons que j’aime beaucoup me divertir." Qui est le meilleur aux fléchettes ? "Brozo est le champion indiscuté." Gasperini, Conte, Inzaghi, Mancini. Partant des caractères : quels duos formeriez-vous ? "Je mettrais Gasperini avec Conte et Mancini avec Inzaghi : Les deux premiers sont toujours sur la brèche. Inzaghi et Mancini, en plus d’être fort engagés, attachent une importance au contact humain : Le résultat est que nous somme plus relaxé lors des moments cruciaux." Conte blindait la défense en abaissant le cendre de gravité de l’équipe : Inzaghi, en revanche, augmente le pressing...... "Aujourd’hui, nous avons moins la possibilité de partir en contre : Edin et Romelu sont différents et nous nous sommes adaptés." L’Italie Ressentez-vous la responsabilité de devoir reprendre l’héritage de Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini en défense ? "Oui, je ressens cette urgence, je suis impatient de me montrer protagoniste aussi en équipe nationale." La seule erreur de votre carrière fut lors d’Italie-Espagne à l’Euro, mais vous avez immédiatement démontré être capable de retrouver immédiatement votre niveau : D’où puisez-vous cette maturité ? "C’est caractériel, je suis serein : En plus du football, j’ai en tête d’autres pensées qui m’apaise : A partir de ma fille qui va naître en janvier." Comment allez-vous l’appeler ? "C’est ma compagne qui me le dira lorsqu’elle l’aura trouvé. Elle partage mes valeurs : Léducation, la reconnaissance, la générosité, elle étudie le design, elle aimerait trouver un bon job : Ses réalisations sont aussi importantes que les miennes." Si l’Italie ne devait pas se qualifier en mars, l’absence en Coupe du Monde passerait à 12 années : Cette pensée vous effraie-t ’elle ? "Non, même pas dans l’antichambre de nos cerveaux : Nous sommes Champions d’Europe en titre, nous devons y parvenir." Qui méritait le Ballon d’Or ? "Vu que je n’étais pas en course : Lewandowski ou Jorginho". Allez-vous encore tirer les penalty en équipe nationales ? "Certainement, tout comme Lautaro : Il n’y a que celui qui n’en a jamais tiré qui n’en a jamais raté." Ses anciens équipiers Échangez-vous avec Eriksen ? "Oui, c’est lui qui nous a rassuré et non l'inverse : Je lui souhaite de vivre la vie qu’il désire : En plus du fait d’être un champion, c’est une belle personne." Et avec Hakimi et Lukaku ? "Hakimi est mon compagnon de Playstation, et il est très mauvais. Quant à Romelu, je lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle aventure." Le schéma de la rampe de lancement pour Barella, lors d’Inter-Juve (2-0), a-t-il été importé d’Angleterre par Conte ? "Non, nous l’avons toujours testé : J’ai gagné notre dernière partie d’entrainement avec celui-ci. Le problème est que les adversaires nous étudient : Nous devons imaginer de nouvelles choses." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Javier Zanetti, Vice-Président de l'Inter et Parrain d'Internazionale.fr s’est livré à Sport Mediaset à l’occasion des 20ans de sa fondation: La "Fondazione Pupi." Vous attendiez-vous à une Inter aussi forte en été ? "Oui, je pensais que l’Inter était capable de se confirmer car l’équipe est complète avec différentes alternatives. Je connais l’entraîneur en tant qu’adversaire et il s’est montré être une personne intelligente lorsqu’il entraînait la Lazio. En sortant du Meazza après Cagliari, j’ai vu les Tifosi très fier car l’équipe joue bien." On dit qu’Inzaghi a apporté une certaine légèreté...... "Il exprime au mieux les caractéristiques des joueurs à sa disposition. Nous avons tant d’alternatives, tout le monde se sent concernés : Celui qui rentre veut apporter sa contribution et pour une grande équipe, c’est très important." Pouvez-vous remporter le Scudetto ? "L’Inter se doit de défendre le Scudetto remporté l’année passée et je pense que nous le démontrons dimanche après dimanche. L’équipe y croit et a la conscience d’être forte, mais il y a des équipes comme le Milan, le Napoli et l’Atalanta qui y croient aussi à juste titre : Nous verrons en fin de saison qui arrive en première position." Était-ce mieux de tirer l’Ajax lors du tirage au sort de la Ligue des Champions ? "Il y a de l’amertume pour ce qu’il s’est passé mais c’est inutile de le commenter, nous l’avons tous vu : A présent nous affronterons Liverpool, qui est une très grande équipe de grande tradition : Mais nous sommes l’Inter et nous répondrons présents, nous sommes fiers de notre qualification et nous voulons continuer en Ligue des Champions : Nous aurons le temps et la méthode pour nous préparer au mieux pour cette rencontre." Ou en est la situation post-pandémie ? "Cette reprise est un premier pas, j’espère que tout ira pour le mieux. Nous savons que la situation est toujours compliquée mais nous avons confiance que tout ira vers le mieux." Quelle est votre plus grande satisfaction pour ces 20 ans de la "Fondazione Pupi"? "Au-delà de tout les gens que nous aidons, la plus grande satisfaction restent que toutes les personnes qui nous ont rejoints et qui se sont lancées dans cette aventure, en faisant tout ce qui était possible pour que ce projet se réalise." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Le mercato en Italie est dans l’œil du cyclone : Les officiers de la Guardia di Finanza de Milan, en charge du dossier et sur demande du Parquet, ont exécuté des perquisitions en regard à un agent sportif et ses sociétés. Selon l'Ansa: Ont été exécuté onze demande de consignes de documents, également informatiques, à l’encontre de 11 clubs dont la Juventus, le Torino, le Milan, l’Inter, Verona, Spal, la Fiorentina, Cagliari, l'As Roma, le Napoli et Frosinone. En direct de la Continassa Les faits reprochés sont de nature fiscale, du blanchiment d'argent et de l'auto-blanchiment. Elles concernent les activités du célèbre agent sportif étrange Fali Ramadani en collaboration avec l'agent italien Pietro Chiodi : Au cœur de l’analyse on retrouve les commissions dans diverses opérations d'achat et de vente de footballeurs. Comme le révèle le Corriere Della Sera, aucun club ne se dit inquiet, du moins en apparence: "Parmi les onze clubs auprès desquels les agents de la Guardia di Finanza ont collecté hier des documents et des courriels, le sentiment dominant est la collaboration. La Juventus affiche sa sérénité malgré le fait que les transferts de Pjanic à Barcelone et de Chiesa à la Fiorentina soient passés sous la loupe du parquet de Milan. "Nous ne sommes pas les suspects, ce n’est pas nous." confirme-t ’on à la Continassa Les contrats de Samir Handanovic et d’Ivan Perisic analysés Le Milan, à qui l'on a demandé des documents concernant Rebic et Kalinic (mais ce dernier a été recruté sous la précédente présidence) offre une totale coopération Marotta, l'administrateur délégué de l'Inter, ne semble pas s'en offusquer : "Ce n'est pas la première fois qu'en enquêtant sur des délits fiscaux contre des agents, que la Justice demande des copies de documents. Les contrats de Perisic et Handanovic sont examinés." "Nous ne sommes pas les suspects, ce n’est pas nous" - Pour une fois tiens! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, l’Inter défiait ce dimanche soir le Cagliari de son ancien entraîneur, Walter Mazzarri. L’objectif était simple : en cas de victoire, les Nerazzurri retrouvaient une première place "perdue" depuis la seconde journée de Serie A. Profitant du match nul du Milan Ac, mais surtout de la défaite surprise du Napoli face à l’Empoli, l’Inter entame les prémices d’une envolée. L’homme du match reste incontestablement le portier sarde, Alessio Cragno, auteur de très nombreux arrêts décisif dont un penalty, obtenu par Denzel Dumfries, de Lautaro Martinez. Le premier but tombera à la 29’, le Toro argentin reprenant de la tête un excellent corner botté par Çalhanoğlu, le plus petit des joueurs présents dans la surface avait misé sur son timing pour surprendre le portier italien et ses défenseurs. Et si le score n’est que de 1-0 à la pause, celui-ci aurait pût déjà s’avérer bien plus lourd tant les occasions sérieuses n’étaient pas parvenues à être concrétisés, dont plusieurs tirs de loin de Nicolò Barella et un arrêt miracle de Cragnon sur une reprise, quasiment dans le petit rectangle d’un Alexis Sanchez en feu. Il Nino doublera d’ailleurs la mise sur une séquence à montrer dans les écoles, suite à une remise aérienne de Barella à l'extérieur du grand rectangle, la reprise à bout portant d’Alexis Sanchez à la 50’ ne laisse aucune chance à l’équipe sarde. Notre chilien manquera d’ailleurs d’inscrire un doublé, la faute à la barre transversale. Le missile de la soirée est à mettre à l’actif d’Hakan Çalhanoğlu qui à l’entrée du grand rectangle, et à la 60', se décide de nettoyer la lucarne gauche du portier italien. Avec un Barella en état de grâce ce dimanche soir, l’Inter fini le travail deux minutes plus tard, à la 68', via une passe décisive aérienne dans le dos de la défense sarde, plus réactif que tous, le Toro argentin enchaîne contrôle poitrine et reprise pour fixer le score définitif. Simone Inzaghi se paiera le luxe de faire débuter également à la 82’ le très jeune Zanotti, qui fait là, son premier match en équipe professionnelle et son premier match dans un Meazza en fusion qui ne cessait de reprendre le chant "E se ne va, la Capolista Se Ne va" L’Inter de Simone Inzaghi rappelle plus que jamais la Lazio de Simone lors de la saison 2019/2020. Lancée comme un boulet de canon, celle-ci s’était mêlée dans la course au titre en ne revenant qu’à un seul point de la Juventus entraînée par Maurizio Sarri et avait giflée l’Inter d’Antonio Conte. La suspension du championnat à cause de la pandémie liée au Covid-19 aura foudroyée l’équipe romaine et ses ambitions de titres. A présent, Simone Inzaghi dispose d’une équipe bien plus performante et Championne en titre et, à l’instar de la saison 2019/2020, les Nerazzurri sont lancés tel un boulet de canon. Lorsque l’on sait que la prochaine confrontation opposera l’Inter à la modeste Salernitana, équipe toutefois à ne pas sous-estimer, la Championne d’Italie pourra, en cas de victoire savourer le duel opposant le Milan Ac au Napoli. Pensez-vous et pensiez-vous Simone Inzaghi capable de déjà reprendre la tête de la Serie A en pratiquant un football total ? Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 4-0 Cagliari Buteur(s) : 29’, 68’ Lautaro Martinez, 50’ Sanchez, 66’ Çalhanoğlu Inter : 1 Handanovic ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni ; 2 Dumfries (72’ 32 Dimarco), 23 Barella, 77 Brozovic (72’ 22 Vidal), 20 Çalhanoğlu (76’ 12 Sensi), 14 Perisic (82’ 46 Zanotti) ; 10 Lautaro Martinez (72’ 48 Satriano), 7 Sanchez Banc : 97 Radu, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 9 Dzeko, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio T1 : Simone Inzaghi Cagliari (3-5-2) : 28 Cragno ; 4 Caceres (72’ 25 Zappa), 2 Godin, 44 Carboni (82’ 33 Obert) ; 12 Bellanova, 27 Grassi (59’ 22 Lykogiannis), 8 Marin, 14 Deiola (82’ 21 Oliva), 29 Dalbert ; 10 Joao Pedro, 9 Keita (70’ 30 Pavoletti) Banc: 1 Aresti, 31 Radunovic, 15 Altare, 20 Pereiro, 32 Ceter T1 : Walter Mazzarri Arbitre : Marchetti VAR: Ranghetti Averti(s) : Cragno (C), Deiola (C) Expulsé(s) : / Affluence : 33.712 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Simone Inzaghi, Mattia Zanotti, Hakan Çalhanoğlu et Samir Handanovic se sont livrés en conférence d’après match suite à la retentissante victoire Nerazzurra, mais surtout suite au retour de l’Inter à son rang : La première place du général Simone Inzaghi "Les garçons ont été très bons, j’avais demandé de la concentration et de l’attention car c’était un match particulier face à un Cagliari organisé, lors d’un week-end où toutes les équipes engagées en Coupe d’Europe ont connu des difficultés. J’ai félicité les garçons, même si on avait terminé la première mi-temps seulement sur le 1-0, nous nous devions de continuer sur cette voie pour tuer le match et ils l’ont fait." "J’ai toujours eu des réponses importantes de la part du groupe, il m’apporte son maximum de disponibilité depuis le premier jour. Notre force est que nous sommes là pour jouer, indépendamment de qui se trouve en face. Ces dernières semaines, nous avions rencontré un peu de difficultés, mais tous les garçons ont démontré leurs valeurs à chaque fois que j’ai fait appel à eux." "J’aimerais que l’équipe continue de la sorte, nous sommes redevenus premier et nous avons passé la phase de groupe en Ligue des Champions après une attente de 11 années : C’était notre objectif et nous sommes parvenu à le faire avec une journée d’anticipation sur Noel. Nous avons un parcours clair à poursuivre : L’Inter mérite d’être à cette place. Nous avions un peu de retard en championnat, mais nous n’avons jamais été inquiet, nous nous sommes lancés dans une course importante pour rattraper le retard." "Nous sommes en tête et nous tenons à le rester, mais le championnat est toujours imprévisible, nous étions à 7-8 points de la tête et nous les avons accrochés. Nous sommes confiants, mais nous ne pouvons pas nous arrêter : Vendredi nous serons de nouveau sur les terrains pour un autre match important : la route est longue, mais l’équipe a trouvé son équilibre : c’est indiscutable." Le penalty ? "Lautaro est notre tireur, il y a aussi Çalhanoğlu et Perisic. Aujourd’hui, cela s’est, hélas mal passé aux onze mètres, mais il avait inscrit un but lors de sa précédente tentative, il n’y a que celui qui ne tire jamais qui ne se plante jamais: Moi-même lorsque j’étais joueur je ratais des penaltys. Lautaro doit continuer à travailler de cette façon, il a toujours marqué lors de nos derniers matchs, il se donne tellement aussi à l’entrainement, il sent le but, il travaille pour l’équipe, je suis satisfait de lui comme de tous les autres attaquants." Hakan Çalhanoğlu "Je suis très content d’être ici, j’en suis vraiment très fier. Je tiens à remercier l’équipe car mes équipiers me font me sentir être un joueur important et je cherche à donner le maximum. Je ressens la confiance du club et des tifosi, je ne peux que les remercier." Le penalty ? "Nous sommes une équipe, tout le monde peut le manquer, nous avons très bien joué et Lautaro a réalisé un très grand match avec un spectaculaire doublé : C’est un joueur important pour nous. C’est un Honneur pour moi d’être ici avec ces tifosi. Nous avons réalisé tant de belles prestations lors de si nombreuses parties et, nous sommes, maintenant, premier en ayant dominé toutes les parties, nous voulons continuer de cette façon." Mattia Zanotti Mattia Zanotti a fait ses débuts professionnels face à Cagliari : "Il n’y a pas de mots pour décrire cette soirée, je remercie l’entraîneur et mes équipiers pour l’opportunité qui m’a été donnée : Débuter ici au Meazza, devant nos tifosi, c’est encore plus beau. Mon idole est Zanetti et objectivement, on ne peut pas faire la moindre comparaison, c'est juste agréable d'avoir été sur le terrain sous ces couleurs." "C’était une soirée magnifique, indépendamment de la passe décisive pour Sanchez, s’il avait marqué sur celle-ci, cela aurait été encore plus beau. Je dédie mes débuts à ma famille, à ma petite amie et à mes amis. Lorsque je suis monté sur le terrain, j’ai pensé à toutes les personnes qui me sont proches lors de toutes mes expériences, d’abord à Brescia et ensuite ici à l’Inter : Je les remercie tous." Que vous a dit Inzaghi avant de monter sur le terrain ? "De rester serein et de rester moi-même." Samir Handanovic "Je reviens immédiatement à penser à la rencontre face à Madrid : Nous avons joué tant de fois le Real et nous avons toujours donné la sensation de pouvoir l’emporter, mais nous avons toujours perdu. Cela veut dire qu’il nous manque encore quelque chose comparé à eux vu que nous avons perdu : C’est l’étape supplémentaire que nous devons parvenir à franchir." La Ligue des Champions ? "Indépendamment du verdict du tirage, nous disputerons les matchs Da Inter, à visage découvert, comme nous l’avons fait lors des autres matchs." Walter Mazzarri "Jusqu'à leur premier but, au moins nous étions compacts..... Je n'ai presque rien aimé aujourd'hui, mais il faut dire que l'Inter est dans une forme stratosphérique. Je ne peux pas accepter le fait qu'ils se soient déchaînés pour récupérer le ballon et que nous ayons commis une seule faute dans tout le match. Il faut être agressifs en la phase de non-possession. Je ne les ai pas vus gagner un seul combat. Je suis énervé." "On peut perdre contre l'Inter, mais pas comme ça, en quittant presque le terrain. À la fin de la première mi-temps, nous avions eu une bonne occasion et nous avions parlé d'essayer, mais après le 2-0, nous avons coulé. Nous devons nous battre sur chaque ballon, surtout contre ceux qui nous sont techniquement supérieurs. Nous devons courir deux fois plus vite qu'eux. C'était une mauvaise soirée." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Nicolò Barella s’est livré à Sky Sport suite à la défaite de l’Inter face au Real Madrid. Conscient de son mauvais geste, il a tenu à publiquement s’excuser: Ressentez-vous plus de confiance suite à la prolongation du contrat ? "L’Inter a toujours eu confiance en moi, elle me l’a toujours démontré, même avant le renouvellement. Je suis donc très fier d’avoir prolongé, c’était voulu par les deux parties, j’espère que les tifosi seront aussi contents de mon choix. Je ne peux rien faire d’autre que de remercier aussi bien le club, que ceux qui m’ont toujours soutenu depuis que je suis arrivé." Le brassard de Capitaine ? "Il y a Samir Handanovic, il y a Ranocchia, il y a tellement de joueurs qui ont connu des périodes difficiles à l’Inter, dans des équipes qui n’étaient pas comme la nôtre. Il est donc juste qu’ils puissent profiter de ces instants : Ceux sont eux les capitaines. Nous sommes heureux et ils nous donnent un coup de main." L’expulsion à Madrid semble avoir été indigeste, êtes-vous parvenu à la digérer ? "Je suis déçu, lorsque je revois cette scène, il y a vraiment quelque chose qui me déplaît : J’ai réagi à chaud, c’était moche, mais je pense que Militao était aussi en tort lorsqu’il m’a poussé sur les panneaux publicitaires. Il pouvait éviter de faire cela comme j’aurais dû éviter d’avoir une situation de ce genre. J’ai eu tort de tomber dans son piège et je m’excuse auprès de tout le monde, car j’ai laissé l’équipe à 10 dans une rencontre si importante, c’est ce qui me déçoit le plus." Est-ce qu’une telle défaite au Bernabeu laisse des traces ? "Elle nous laisse avec une prise de conscience, car nous sommes allés à Madrid et nous avons joué le jeu. Ensuite il y a eu des faits de jeu: J’ai raté un but devant la cage, il y a eu un sauvetage sur le tir de Perisic. La rencontre aurait pu aller dans une autre direction, mais c’était à nous, à nous mettre dans la bonne direction. Nous sommes conscients d’avoir joué le Real Madrid, qui est une très grande équipe, au Bernabeu, cela nous laisse quelque chose de positif pour l’avenir." Inzaghi ? "Ce que nous avons vécu l’année passée nous a laissé avec tant de certitudes. Nous avons le Scudetto sur le torse, nous avons appris énormément de nos erreurs. L’entraîneur nous a apporté quelque chose en plus, un peu plus de sérénité et c’est probablement ce qui nous aide après deux saisons intenses et difficile, même si cela nous a apporté tellement de satisfactions." Comment est née votre amitié avec Brozovic ? Que peuvent avoir en commun un sarde et un croate ? "Cela ressemble au début d’une blague…Elle est née car Brozo est un garçon vrai, toujours sincère, nous nous sommes caractériellement trouvés, même si lui est bien plus extraverti sur les réseaux sociaux : Un lien est né, nous nous amusons ensemble, il me fait marrer." Etes-vous préoccupé par le match de barrage en vue de la Coupe du Monde au Qatar ? "Nous sommes Champions d’Europe, les autres aussi se doivent de s’inquiéter, il n’y a pas que nous. C’était une période ou la balle ne semblait pas vouloir rentrer, et nous les avions eu, les occasions pour nous qualifier directement pour le Mondial, mais évidemment, tout ceci était destiné dans notre parcours. Nous allons tout essayer pour aller au Mondial et je suis convaincu que nous y parviendrons." Vous aimez le Vin, nous vous avons préparé une liste particulière, en les associant pour un objectif en 2022, lesquels préférez-vous ? "Le "J’aimerai marquer dix buts en championnat." Marquer un but à Cagliari ? Je ne le veux pas, même si cela s’est déjà passé et que je me suis excusé. Je prendrais le vin du "souvenir d’une passe décisive contre le Real" car il me ferait oublier ma dernière rencontre contre eux." "Dans le magnum, je commanderais celui "Je rêve de la seconde Etoile de l'Inter" : qui serait une confirmation de notre travail, ce serait donnerait une continuité au chemin parcouru. Ensuite, j'aimerais "être là lors de la Coupe du monde au Qatar". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. C’est une information en provenance de la Gazzetta Dello Sport : Nahitan Nandez a déjà prévenu le Président de Cagliari, Tomasso Giulini qu’il ne prolongera pas son contrat, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour le club sarde "La nouveauté est que l’Inter fait face à un rival aguerri qui s’appelle le Napoli. Le club a d’ailleurs présenté noir sur blanc une offre ces derniers jours. L’uruguayen a été demandé par Aurelio De Laurentiis par le biais d’un prêt de six mois accompagné d’un droit de rachat. Toutefois, le club sarde exige l’insertion de l’obligation d’achat pour faire décoller la négociation." Un week-end particulier "Hier, Nandez ne s‘est pas entraîné avec Cagliari, il y a fait l'objet de soins thérapeutiques suite à une gêne ressentie aux muscles fléchisseurs de sa cuisse droite. Mais il tient à tout mettre en œuvre pour surmonter cette faiblesse musculaire et être à son poste dimanche. Ce dimanche, il ne s’agirait pas d’un croisement anodin car sa préférence à toujours été claire : Il n’a rien contre Naples, mais l’Inter a toujours été au sommet de ses préférences. Pour y parvenir, il reste impératif que le club libère une place au milieu." "Matias Vecino, l’équipier de Nandez dans la Celeste, a fait comprendre qu’il n’appréciait pas énormément le fait de rester trop régulièrement sur le banc, et il observe ce qu'il se passe tout autour de lui. Le Napoli pense d’ailleurs à luir s’il ne parvient pas à s’offrir Nandez." Padrino Style "Un arrangement avec Cagliari peut s’annoncer bien plus compliqué que celui trouvé durant l’été. En juillet dernier, un accord avait effectivement été trouvé entre Nahitan et l’Inter avant que le Tsunami Lukaku ne viennent bouleverser les plans de l’Administrateur Délégué Giuseppe Marotta et de Piero Ausilio." "L’évaluation de Giulini reste sensiblement la même : 30 millions d’euros et l’Inter mise sur une opération à longue échéance : Un prêt onéreux (Cagliari exigeait 5 millions d’euros) et une obligation de rachat, non pas en juin prochain, mais dans 18 mois, soit pour la fin de la saison 2022-2023." "L’Inter dispose également d’une monnaie d’échange en la personne de Martin Satriano qu’elle est disposée à insérer : Uruguayen également, il pourrait déjà évoluer en Sardaigne, dès ce mois de janvier, si tout s’emboîte bien." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En effet, perdre Nicolò pour l’ensemble des huitièmes de finale pourrait s’avérer être très problématique pour l’Inter qui verrait, sensiblement, ses chances de passer au tour suivant, s’amoindrir Selon le Corriere Dello Sport, le futur Capitaine de l’Inter s’est présenté dans le vestiaire de l’Arbitre Felix Brych au terme du match, accompagné du Team Manager Tagliacarne pour y présenter ses excuses. "Le fait de se repentir dénote l'intelligence que le joueur de Cagliari avait déjà eu avec Simone Inzaghi, le staff technique et ses coéquipiers. Le préjudice ne concerne pas contre le Real, que l'Inter aurait difficilement pu renverser même s'il n'avait pas été en infériorité numérique, mais l'avenir." Chi Va Piano Va Sanno La sanction ne tombera pas dans l’immédiat selon la Gazzetta Dello Sport: "L’Uefa prendra sa décision le 25 janvier : c’est comme cela que ça fonctionne à l’échelon européen, en étant quasiment juste aux portes des huitièmes de finale de la mi-février. L’Inter craint qu’il y ait deux journées et les précédents sont loin d’être encourageants." "Il est évident qu’une suspension de deux journées serait un véritable coup de tonnere pour Simone Inzaghi, car cela priverait l’Inter d’un point de référence ferme aussi bien pour le match aller que pour le match retour. Avec un tirage au sort qui s’annonce compliqué, se présenter sans Barella transformerait la montagne à venir en Mont Everest." Et l’on critiquera encore les fonctionnaires…… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. L'Inter se déplaçait à Madrid pour tenter d'accrocher la première place du groupe D. L'occasion était belle, le cadre presque idyllique. L'Inter était sur une exellente dynamique, avec une série de 10 matchs sans défaite pour les hommes de Simone Inzaghi. En face, le Real Madrid était également dans une forme olympique, avec pas moins de 8 victoires consécutives. Mais bien malheureusement pour les supporters Nerazzuri, la marche était trop haute pour l'Inter. Dès le début du match, le jeu de possession de l'Inter se met en place. Le ballon circule bien, et le Real défend plutôt bas. Le plan de jeu Merengue est essentiellement basé sur leur diamant Vinícius Jr. Le Brésilien empile les buts et les passes décisives lors de ce début de saison, son génie et sa vitesse étant ses armes principales. Il tente une première percée à la septième minute, déposant Danio D'Ambrosio mais étant repris de justesse par un superbe tacle glissé de Nicolò Barella. Sur l'action suivante, Marcelo Brozović reprend un ballon fort de volée. Sa frapppe passe légèrement au-dessus de la transversale de Thibault Courtois. L'Inter entre dans un temps fort; Barella est acroché par le maillot dans la surface, mais pas suffisamment pour M.Brych, l'arbitre de la rencontre. À la douzième minute, sur un bon centre de Denzel Dumfries, Ivan Perisić fouette bien le ballon à ras de terre. Sa frappe part très bien, mais elle est contrée par Eder Militão. Le Néerlandais réalise un bon début de match, son jeu de remise étant très bénéfique à Barella et D'Ambrosio, ses acolytes de l'aile droite. Le Real est dans un état passif, et à la récupération, l'absence de Karim Benzema se fait ressentir dans la circulation de balle. Mais les Madrilènes n'en ont que faire. Sur une passe de Rodrygo, Toni Kroos, alors seul à 20 mètres du but, envoie une frappe instantanée et puissante dans le petit filet de Samir Handanović. Reprise imparable pour un très grand nombre de gardien, n'en déplaise à certains. Mais l'Inter réagit de suite, par l'intermédiaire de Lautaro Martínez, l'Argentin voit son centre contré et sa frappe passer au-dessus des buts de Courtois. Ensuite, c'est Edin Džeko, peu en vue lors de ce début de match, qui teste le Belge, de la tête, sur un centre de Perisić. Arrêt facile pour le portier du Real Madrid. Globalement, c'est un match plutôt équilibré, avec des situations de part et d'autre. Mais il y a quand même une équipe plus menaçante que l'autre dans la zone de vérité. Sur une nouvelle contre attaque, le Real Madrid se projette à 4, alors que les Nerazzuri ne sont que 3. Brozović sauve les meubles et gagne ce quatre contre trois. Sur un corner, Perisic trouve ensuite l'extérieur du poteau. L'Inter conserve la maîtrise du ballon, mais s'expose aux contre attaque rapides du Real, qui passe souvent par un côté gauche déserté par D'Ambrosio. Vinícius se retrouve souvent en position de force pour déclencher les mouvements dangereux. Sur une énième transition rapide, le Brésilien trouve Luka Jović dans l'espace. Le Serbe, alors en un contre un exentré face à Handanović, trouve le petit filet du Slovène. Brozović, encore une fois stellaire, éteint les situations et le peu de pressing Madrilène. Il organise le jeu à merveille, dicte le tempo de la rencontre. Mais le Croate ne peut pas tout faire. Les errements défensifs des hommes de Simone Inzaghi sont lourds de conséquences. Avant la pause, Rodrygo est trouvé seul en plein milieu de la surface, une anomalie pour la meilleure défense d'Italie. Heureusement pour l'Inter, il trouve le poteau gauche d'Handanović, ainsi que son petit filet sur l'action suivante. Felix Brych, pas tout à fait au niveau ce soir, avec un carton jaune donné à D'Ambrosio sur une faute inexistante sur Vinicius; ainsi qu'un coup franc très dangeureux aux abords de la surface donné à Kroos, sifffle la mi-temps sur ce score de 1-0 pour le Real Madrid. Les deux équipes reviennent sur la pelouse, avec un changemet pour les Nerazzuri : la sortie de Denzel Dumfries, pourtant auteur d'une bonne première période, pour Federico Dimarco. Ce dernier prend la place de Bastoni dans l'axe gauche de la défense, Bastoni passe au centre, Škriniar axe droit et D'Ambrosio piston droit. Des choix pour le moins contestables. Les deux formations maintiennent leurs idées en place. L'Inter a la possession, et le Real contre attaque avec Vinícius et Rodrygo, lancés par Kroos ou Modrić, encores fantastiques ce soir. Une balle d'égalisation est manquée par Barella, trouvé par Hakan Çalhanoglu. La frappe du Sarde passe nettemment au-dessus. Après cela, l'Inter va marquer un coup d'arrêt. Son emprise sur le ballon diminue, les occasions Merengue défilent, avec des frappes de Casemiro et de Vinícius. Arrive l'heure de jeu et le triple changement extrêmement significatif de Simone Inzaghi. Les sorties de Brozović, Çalhanoglu et Džeko pour Vidal, Vecino et Sánchez trahissent les ambitions du coach Italien. Avec la sortie de son métronome et de son point de fixation, l'Inter se retrouve drastiquement diminuée. Il devient alors très difficile de conserver le ballon, face à un milieu du Real techniquement époustouflant. Mais le vrai tournant du match arrive à la soixante-quatrième minute. Sur un long ballon, Nicolò Barella et Eder MIlitão sont à la lutte. Le ballon sort en faveur du Real, mais Barella est violemment projetté par Militão sur les panneaux publicitaires. Le milieu Italien, connu pour avoir fort caractère, craque complètemment et assène un coup de poing à la jambe gauche de Militão. Les esprits s'échauffent. Et ce qui devait arriver arriva. M. Brych sort le carton rouge pour Barella. De son côté, Militão s'en sort (très) bien, avec un simple jaune. Ce rouge est synonyme de suspension pour les huitièmes de finale pour Nicolò Barella, un énorme coup dur pour les champions d'Italie. Barella maintenant exclu, les trois milieux de terrains titulaires se retrouvent hors du rectangle vert. Simone Inzaghi souhaite maintenir son milieu à trois et sort Lautaro Martínez pour Roberto Gagliardini. Le niveau technique du milieu de terrain devient un vrai problème. Mais les entrants s'en sortent plutôt bien et parviennent à ressortir les ballons. Problème, Alexis Sánchez est tout seul devant. Le Chilien n'est pas avare d'efforts, court pour deux hommes. Mais il n'y a pas assez de présence offensive du côté de l'Inter pour espérer quelque chose. Surtout après la balle finale signée Marco Asensio. Sur un corner joué à deux, Asensio est trouvé anormalement seul aux abords de la surface de réparation Interiste. Dimarco ne sort pas sur l'Espagnol. Son pied gauche de velours fait le reste : frappe sublimement enveloppée dans la lucarne droite d'Handanović. Poteau rentrant, 2-0, et les minces espoirs de revenir pour les Nerazzuri sont réduits en poussières. L'Inter ne possède tout simplement plus les ressources pour réagir, et elle s'éteint peu à peu. La fin de match est plutôt anecdotique. Le Real fait tourner le ballon et gère tranquillement, à l'expérience, cette fin de rencontre. Seule une tête puissante de Milan Škriniar sur corner à la quatre-vingt-cinquième minute, directement sur Courtois, donne un dernier petit frisson aux supporters Nerazzuri. M. Brych siffle la fin de ce match, sans temps additionnel. L'Inter ne terminera pas à la première place de ce groupe D, et elle devra avoir à faire à un des huit géants européens ayant terminé premier de son groupe, en huitième de finale. Malgré la, voire les classes d'écart entre les deux équipes, l'Inter a quand même proposé des choses et fait preuve de caractère, ce qui est plutôt encourageant. Mais elle devra passer ce cap, aussi bien sur le terrain que dans la tête, d'ici février si elle souhaite rêver plus grand. En attendant, rendez-vous dimanche, 20:45, à Giussepe Meazza pour la réception de Cagliari. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Real 2-0 Inter Buteur(s): 17' Kroos (R), 79' Asensio (R) Real (4-3-3): 1 Courtois; 2 Carvajal, 3 Militão, 4 Alaba, 23 Mendy; 10 Modrić, 14 Casemiro (71' 25 Camavinga), 8 Kroos (78' 15 Valverde); 21 Rodrygo (78' 11 Asensio), 16 Jovic (24 Mariano Diaz), 20 Vinicius Jr (81' 7 Hazard) Banc: 40 Fuidias, 12 Marcelo, 17 Vazquez, 22 Isco, 13 Lunin, 5 Vallejo, 6 Nacho Entraîneur: Carlo Ancelotti Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni; 2 Dumfries (45' 32 Dimarco), 23 Barella, 77 Brozović (60' 22 Vidal), 20 Çalhanoglu (60' 8 Vecino), 14 Perisić; 10 Martinez (66' 5 Gagliardini), 9 Džeko (60' 7 Sánchez) Banc: 21 Cordaz, 6 De Vrij, 11 Kolarov, 97 Radu, 12 Sensi, 46 Zanotti Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre: Félix Brych VAR: ? Averti(s): 54' D'Ambrosio (I), 64' Militão (R), 74' Bastoni (I) Exclu(s): 64' Barella (I) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  15. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de l’avant-match "Roma-Inter" qui constituera la principale affiche de la prochaine journée de championnat : Une victoire à l’Olimpico permettrait aux Nerazzurri de prendre, provisoirement, la tête du Championnat en attendant de connaitre les résultats du Milan Ac et du Napoli Qu’attendez-vous de cette partie ? "Ce sera demain la rencontre plus importante de ce cycle, car la Roma est forte et a des valeurs importantes : Nous devrons faire une partie très attentive et c’est d’important "Da Vera Inter"." En quoi Lautaro peut s’améliorer ? "Il doit continuer de la sorte, il ne faut pas oublier qu’il est très jeune et qu’il peut énormément s’améliorer, je suis satisfait de ses performances comme de celles de tous les attaquants. Il propose de belles choses aussi en phase de non-possession du ballon, il me satisfait comme les autres, cela fait trois matchs qu’il inscrit des buts, j’espère qu’il va continuer comme cela." Quelle opinion avez-vous de Mourinho ? "Ce sera un plaisir de le rencontrer, je ne l’ai jamais affronté ni connu, cela me fera plaisir. Ce sera une rencontre particulière pour lui, nous devrons faire encore plus attention car nous connaissons ses capacités, elles font partie de son histoire." Allez-vous récupérer quelqu’un ? "Darmian et Ranocchia seront certainement absent, il y a très peu de possibilité pour De Vrij et Kolarov, si je ne les fais pas venir à Madrid, ils seront là pour Cagliari. Bastoni n’était plus fiévreux hier, mais il n’est pas encore sorti d’affaires, il va mieux aujourd’hui." "Il y eu quelques contusions après le match face à la Spezia, je vais évaluer tout le monde." Vous attendiez-vous a revenir aussi vite, avec l’idée d’arriver à Noel en tête ? "Le titre de Champion d’Hiver compte jusqu’à un certain point, même lorsque nous étions distancés j’étais serein car je voyais l’équipe évoluer d’une belle façon et l’équipe s’entraîne toujours de la meilleure des façons. Le classement s’est resserré, nous nous sommes rapprochés, mais les autres n’abdique pas. "Il est nécessaire de de raisonner match après match, il y a encorne tant de points en jeu et demain, nous disputerons la rencontre la plus importante de notre cycle." Est-ce qu’il y a trop de matchs ? Qui peut jouer au milieu de la défense ? "En défense centrale, j’ai eu la possibilité de choisir, j’ai aussi eu une solution à laquelle je n’avais jamais pensé vu que j’avais De Vrij et Ranocchia : Bastoni : Je n’ai jamais eu le moindre doute pour l’aligner au centre, Il a fait une très belle prestation à Venise, tout comme Skriniar face à la Spezia, je ferais mon choix et mes évaluations demain." "J’ai un peu de tout au niveau blessure, ce n’est pas facile et il faut aussi analyser les calendrier avec attention, car il débute avant la reprise du championnat avec bien plus de parties des sélections nationales. Nous les entraîneurs, nous en avons conscience et nous devons jours adapter et je le fais : Face à la Spezia, je me suis retrouvé qu’avec deux défenseurs de métier sur six." En quoi l'Inter est-elle meilleure, comparé aux autres, pour le Scudetto ? "Nous avons récupéré du terrain car nous avons maintenu une continuité de résultats, les prestations ont toujours été bien présente. Nous avons perdu des points pour des penaltys concédés ou raté en fin de matchs, ce sont des choses qui peuvent arriver : Nous devions nous montrer plus brave pour faire en sorte que cela puisse tourner en notre faveur." Comment faites-vous pour obtenir de tels résultats sans dénaturer le beau jeu ? "Nous avons appris à nous connaitre de mieux en mieux avec les garçons : Depuis la rencontre face au Genoa nous avons toujours développé un excellent jeu. Nous avions à un moment peu d’équilibre, mais nous avons ensuite analysé la situation et nous traversons une belle période : Nous nous créons énormément d’occasions, nous sommes la meilleure attaque et nous sommes solide défensivement : Cela te renforce et il ne faut pas regarder derrière soi : Seule la rencontre face à la Roma compte : Nous ferons face à un adversaire de qualité qui aura la rage." Quel effet cela vous fera-t ’il de revenir à Rome ? "Revenir à Rome a toujours un effet sur moi, je le vis comme un match comme un autre. Ce n'est plus un derby pour moi, je me suis installé à 100% dans ce nouveau défi qu’est l'Inter : nous allons affronter une équipe coriace avec un grand entraîneur. Nous devrons nous montrer agressifs, avec du caractère, ce sera un match où il faudra courir à l’Olimpico." Comment va Dzeko ? "Ce sera une rencontre particulière pour lui-même si nous n’en avons pas parlé, il s’entraîne intensément. Face à la Spezia, il était mis au repos et il a fait une belle montée. Ce sera une rencontre particulière pour lui, mais aussi pour nous tous, nous voulons réaliser un grand match." Comment va Barella ? "Il a réalisé un excellent entrainement hier, c’est un joueur fondamental pour nous, j’ai songé à lui donner un jour de repos car nous avons aussi d’autres jours importants : L’équipe a fait une belle prestation et pour lui, ce match de repos lui fera du bien. Quel milieu de terrain auriez-vous pu aligner en défense ? Ce sont des hypothèses forcées, si sur le terrain, il se serait passé quelque chose avec la Spezia, j’aurai changé de système et fait usage de la défense à 4 : J’ai tellement de bons milieux. N’ayant pas de joueur adapté sur le banc, j’aurais changé de dispositif, sinon j’ai aussi Cortinovis qui se débrouille très bien ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Si pour l’heure le Napoli parvient à "garder" ses distances sur l’Inter, l’espoir des Tifosi est de parvenir à colmater ce retard d’ici à Noël et Simone Inzaghi peut compter sur un allié spécial, un allier de taille : Le Stade Giuseppe Meazza ! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La remontée passe par le Meazza, c’est le calendrier qui le dit, lui qui confirme l’histoire récente de l’équipe Nerazzurra : D’ici à Noël, l’Inter d’Inzaghi vise à se rapprocher de la tête, en ayant peut-être l’objectif de passer devant et cela passera par un parcours net et sans bavure entre les murs de la Maison." "Aujourd’hui, à Milan, la Spezia arrive, il s’agit d’un premier adversaire d’une série de match à domicile qui devrait être à la portée : Cagliari et le Torino suivront. Plus que tout, la façon dont l’Inter s’est présentée lors de ces dernières sorties sur le terrain donne confiance au Peuple Nerazzurro." "Depuis un an et demi, c'est-à-dire la saison dernière et les 14 premières journées de ce championnat, personne en Europe n'a gagné autant que les Nerazzurri, qui affichent un total de 21 victoires. L’Inter fait mieux que le Paris-Saint-Germain (20 victoires) que Séville, le Bayern et l'Atletico (19 victoires). Ils sont également meilleurs que Naples, la Lazio et la Roma en Italie, et que Manchester City et le Borussia Dortmund à l'étranger, qui sont eux aussi à 20 victoires." "Les récentes prestations permettent de penser positivement, surtout que le public répond aussi présent de son côté : Face à Spezia, 30.000 tifosi seront présents pour pousser les Nerazzurri à poursuivre ce record à domicile : Il s’agit d’une affluence importante pour une rencontre de milieu de semaine face à un adversaire qui n’est pas de première catégorie, mais le Peuple Nerazzurro n’a jamais fait un pas de côté, même s’il fait l’objet de limitations lié au Covid-19." "Le Meazza est toujours proche, très proche du Sold-Out. Pour ce soir, le stade comble est un objectif lointain, mais le choix d’appliquer des prix contenu est récompensé : Inzaghi et les siens veulent vivre une autre soirée-souvenir : En récoltant les trois points pour lancer l’assaut au titre de Champion d’Hiver." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. En stage avec son équipe nationale, Matias Vecino n’a pas hésité à allumer l’Inter : "Ces derniers mois, j’ai vécu à l’Inter une situation à laquelle je ne m’attendais pas, lorsque j’avais parlé en début d’année avec l’entraîneur et avec le Club." "Il faut toujours respecter les décisions prises par les entraîneurs, rester concentré et s’entraîner au maximum pour répondre présent lorsque l’entraîneur et ton équipe ont besoin de toi. Comme je l’ai dit auparavant, il y a eu des moments, à la fois positif, à la fois négatif." "C’est clair également que si cela devait continuer trop longtemps qu’il faudra en parler pour trouver la bonne solution qui conviendra à tous : Le tout avec le maximum de respect." Cette sortie, l’Inter ne l’a pas énormément apprécié, à tel point que l’Uruguayen pourrait quitter le Club dès le mois de janvier Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Attention au mois de janvier, car il peut se produire quelque chose : Un truc se prépare, et cela lie les noms de Matias Vecino, Nahitan Nandez et Stanislav Lobotka. L'histoire est curieuse : C'est peut-être l'Inter qui va rendre Spalletti heureux, voir Spalletti qui va faciliter le travail d’Inzaghi." "L’Uruguayen sera en fin de contrat en juin 2022, mais vu ses déclarations, la voie est libre pour déjà raisonner sur le mercato de janvier : Et il semble également évident de penser que si Vecino s’est épanché de la sorte, c'est qu’il dispose déjà entre ses mains d’une idée concrète de sa future destination, là où il pourrait jouer deux ou trois mois sans devoir attendre la fin de la saison." "Il n’y a pas qu’une seule équipe qui suit l’évolution de la situation, mais une plus que toutes les autres est sur sa piste : Le Napoli de Spalletti. Ce dernier estime énormément le Vecino au point de l’avoir demandé avec fermeté, lorsqu’il était à l’Inter en 2017." "Le Napoli a besoin de renforcer son milieu de terrain et il pourrait être la solution pour palier à l’absence d’Anguissa qui disputera la Coupe d’Afrique des Nations. Pour Spalletti, il pourrait s’agir d’une solution low-cost, l’évaluation étant forcément impactée par le fait que le joueur pourra, à partir du premier février, signer gratuitement où il veut." "De plus, le Napoli, s’il souhaite opérer sur le mercato, devra aussi libérer une place dans ce secteur : Le candidat numéro un pour le départ est le slovaque Lobotka, qui était déjà en odeur de départ durant l’été." Un problème similaire aussi pour l’Inter "Ce problème, l’Inter l’a aussi, car le milieu de terrain est un rempart très fourni et une arrivée ne serait possible uniquement qu’en cas de départ d’un élément : Les indications mènent à Vecino. Si tel est le cas, Giuseppe Marotta et Piero Ausilio souhaiteraient en profiter pour finaliser l’acquisition d’un joueur polyvalent, capable d’évoluer aussi bien comme meneur de jeu que sur l’aile : Nahitan Nandez." "Nandez n’a jamais quitté les pensées de l’Inter et à présent, elle serait sur le point de revenir à la charge, avec l’accord déjà trouvé avec le joueur : 3 millions d’euros qui est curieusement le salaire qui serait libéré par le départ de Vecino." "Il était resté à Cagliari durant l’été malgré la promesse du Président Tommaso Giulini de l’autoriser à partir : L’affaire ne s’était pas concrétisée mais la promesse du club sarde est toujours valide, même en milieu de saison. Les échanges de l’été dernier pourraient également ne pas s’être interrompu à la fin du mercato estival, période où Giuseppe Marotta et Giulini avait établi une évaluation globale de 25 millions d’euros." "A présent, la transaction pourrait se conclure sur la base d’un prêt onéreux avec un droit de rachat en juin 2023." Valideriez-vous l’arrivée de Nahitan dans de telles conditions ? Comprenez-vous et cautionnez-vous le comportement de Matias Vecino ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Se planter lors d’un match de championnat peut être pardonnable, mais se planter lors du Derby d’Italie est impardonnable : Telle est la situation à laquelle est confrontée Denzel Dumfries Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Arrivé durant l’été en provenance du PSV Eindhoven pour 12,5 millions d’euros, Denzel Dumfries alterne le bon et le très moins bon. A tel point que l’Inter observe aux alentours car elle n’est pas pleinement satisfaite du rendement du joueur néerlandais: Inzaghi va continuer à travailler avec lui, il ne faut d’ailleurs pas exclure qu’il puisse avoir une nouvelle chance déjà demain. Mais en vue du futur, le club Nerazzurro est déjà en mouvement." "Au mois de janvier, le club souhaite disposer d’un joueur déjà prêt et ne compte plus insérer un jeune garçon dans son organigramme. L’exemple d’Ashley Young est révélateur. Le préféré de tous, à Appiano Gentile, est l’uruguayen de Cagliari, Nahitan Nandez, dont l’affaire avait capoté pour deux millions d’euros malgré un accord déjà trouvé avec l’ancien pensionnaire du Boca Juniors." "Nandez n’est pas le seul joueur ciblé, il y a aussi Bereszynski de la Sampdoria et dont l’évaluation financière est bien inférieure à celle de Nandez. Si l’opération serait moins futuriste, elle offrirait a Inzaghi un joueur apte immédiatement, une aptitude à laquelle Dumfries ne peut pas satisfaire en ce moment." "Le temps est encore long pour changer l’histoire, mais la pente est devenue extrêmement raide pour le hollandais : C’est un poste bien trop délicat, une intervention rapide est dès lors nécessaire." Cautionnez-vous et validez-vous, à tête reposée, ce jugement à l’écart de Denzel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. La Gazzetta Dello Sport et Italia1 sont tombés sous le charme d’Edin Dzeko version Nerazzurra, à tel point que l’international bosniaque est en train de faire "oublier" un Romelu Lukaku en perdition à Chelsea! L’analyse de la Rosea "C’est Edin l’authentique arme en plus des Nerazzurri, il est bon dans quasi chaque occasions, peu importe les variations du modulo. Les statistiques le confirment, bien avant même l’affection déjà démontrée par la Tifoserie et le rôle central qu’Inzaghi lui a cousu sur le dos. Ce qui était d’ailleurs la principal préoccupation de ce début de saison suite au renom de Lukaku, s’est révélée être l’une meilleure certitude de la nouvelle Inter." "Là, droit devant, Edin commande en attaque, lui qui a gagné amplement ses galons lors de ses onze premières sorties avec les Nerazzurri. D’ailleurs, le bosniaque est déjà l’auteur de sept buts et de deux passes décisives entre la Serie A et Ligue des Champions. Son parcours démontre neuf présences en qualité de titulaire sur ses onze apparitions, ce qui rend la performance de Dzeko bien meilleure que les chiffres déjà éloquent de Romelu Lukaku lors de sa première saison chez les Nerazzurri." "Lors de ses onze premières sorties officielles avec l'Inter, le Belge est celui qui a le moins marqué (5 buts en tout), et il n'a pas délivré la moindre passe décisive (contre deux pour Dzeko). Le Bosniaque a également dépassé les attentes, se montrant directement décisif au moins deux reprises (contre l'Atalanta et Sassuolo) et en brisant également le long jeûne des Nerazzurri en Coupe d'Europe avec le premier but inscrit contre le Sheriff." "Dans le même laps de temps, Lukaku ne s’était avéré décisif qu’à une seule reprise, lors de la victoire à l’extérieur sur le terrain de Cagliari, dans la rencontre valide pour la deuxième journée , sur un penalty: Pour résumer, en guise de bonjour matinal, on peut considérer que le mariage entre Dzeko et l’Inter est amené à récolter tant d’autres fruits, peut être encore plus juteux que ceux de l’époque du belge." Italia1 souligne la performance malgré son âge avancé Lorsque Inzaghi l’a sorti au profit d’Alexis Sanchez, Edin Dzeko a reçu une standing ovation de la part de tout le Meazza, en fin de match, il soulignait également la prestation d’équipe, n’hésitant pas à souligner les erreurs faites octroyant des contres dangereux aux adversaires : "C’est un signe de sa mentalité : ne jamais se reposer sur ses lauriers et chercher à s’améliorer et, à 35 ans, l’Inter représente pour lui le dernier défi fascinant de sa carrière, en reprenant un héritage important." "Il dispose d’un curriculum vitae et d’une personnalité assez importante pour ne pas se laisser atteindre par les critiques, il dispose aussi de tout le calme nécessaire pour tenter le coup, comme cela s’est vu lors de son but inscrit face au Sheriff : Une reprise de volée incroyable. Il porte également la Griffe de la première victoire de l’Inter en Ligue des Champions et il a sonné la révolte dans un match qu’il qualifié lui-même de “ça passe ou ça casse"." "Il est aussi l’auteur de buts et de passes décisives fantaisistes : Il a récolté un 8 pour son but et pour sa passe décisive à destination à Vidal. Sa côte a augmenté également lorsque, dans les moments les plus délicats de la rencontre, il a cavalé à toute vitesse pour prêter main forte au rempart défensif et interrompre, avec une passe en diagonale réalisée à la perfection, une contre-attaque adverse." "Le Giuseppe Meazza applaudi, Simone Inzaghi applaudi, l’Inter regarde droit devant elle et attend la Juventus au Giuseppe Meazza, un stade où Edin a déjà inscrit cinq de ses sept buts de la saison." Le tacle de Franco Vanni "Lukaku sous le maillot de l’Inter n’a jamais réalisé une telle partie en Ligue des Champions, encore moins lors de la double confrontation face au Borussia Mönchengladbach. Edin Dzeko est un joueur de classe mondiale, il a tout pour lui, malgré son âge." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. "Nicolò Barella fait toujours plus partie de la colonne vertébrale de l’Inter : L’ancien Capitaine de Cagliari s’est transformé en un milieu de terrain total, décisif aussi bien en phase de reconversion qu’en phase construction de jeu, il s’avère également fondamental lorsqu’il faut arracher le ballon du pied de l’adversaire, sans oublier son sens aiguisé du but" - Tel est le constat établi par la Gazzetta Dello Sport "Dans ce nouveau système, l'ancien joueur de Cagliari est plus apprécié pour ses aptitudes de finisseur : Lorsqu’il est dans la surface de réparation adverse, il ne recule pas,et tel un vautour, il plante ses griffes avec celles de ses équipiers." "A présent, les Nerazzurri pratiquent désormais moins l'art de l'attente et, cela se voit surtout lorsqu'ils repartent en contre, tout en cherchant à construire continuellement, ce qui explique la pluie de but actuel, tout comme la pluie de passe décisive: Il n’aura fallu, au numéro 23, qu’un mois pour avoir délivré 4 passes décisives et la sensation est que ce chiffre est amener à grossir très rapidement, bien plus que ses performances de la saison écoulée." "Pour la saison 2020-2021, l’année où Barella a finalement pût goûter aux joies de la victoire, on retrouve la trace de 6 passes décisives sur 36 matchs disputés. Et cette nouvelle vie de "l’Assist-Man" n’est pas le fruit du hasard, certaines statistiques peuvent l’expliquer : Cette année, son nombre moyen de ballon touché à l’intérieur de la surface est de 2,83 par match, soit un de plus comparé à l’année dernière." "Dans un système plus mécanique, Barella avait la rigide consigne de s'écarter sur la droite pour libérer l'énergie d'Hakimi. Aujourd'hui, il profite d’une plus grande liberté, une liberté qui lui permet de jouer plus dans la verticalité et de se montrer plus incisif." Comment jugez-vous le début de saison de notre Captain Futuro ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Interviewé pour le MatchDay Program d’Inter-Real Madrid, Nicolò Barella, le milieu de terrain Nerazzurro s’est livré à cœur ouvert sur ses victoires récentes: Quelles sont tes trois parties inoubliables ? "Fiorentina-Cagliari (0-1), le 13 main 2018. Il restait 180 minutes de jeu avant la fin de la saison 2017/2018 et nous étions avant-avant-dernier, la rencontre au Franchi était fondamentale pour le sauvetage et l’agitation était à son comble. Je me souviens bien des émotions découlant de cette victoire, elle nous avait permis de reprendre en main notre destin." "Inter-Slavia Prague (1-1), le 17 septembre 2019. Les débuts en Ligue des Champions et mon premier but sous le maillot de l’Inter. Jouer au Meazza, face au Slavia Prague, m’a fait ressentir des émotions très fortes, j’ai entendu tout le stade explosé au moment du du but, c’était un moment incroyable qui me fait encore frissonner aujourd’hui, c’était une vraie et une pure injection d’adrénaline." "Belgique-Italie (1-2), le 02 juillet 2021. C’était une étape fondamentale vers la conquête de l’Euro. Je venais de réaliser un mauvais match et inscrire ce but était important pour aider l’équipe, il avait ouvert la rencontre qui nous a permis de nous qualifier pour la demi-finale, c’est une des émotions parmi les plus importante d’un parcours fantastique." "2021 est une année que je n’oublierais pas facilement, elle est si riche en émotion : Gagner le Scudetto et l’Euro a été une aventure passionnante, stimulante, divertissante. Brozovic est une personne authentique, entre nous, une réelle et sincère relation est née. Il m’aide tellement sur le terrain, nous nous comprenons et il cherche toujours à me donner un coup de main." Comment jugez-vous la saison de notre jeune pépite ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. C’est une information en provenance de Gianluca Di Marzio: Après avoir quitté l’Inter suite à la résolution de son contrat, Radja Nainggolan est prêt à dire au revoir à l’Italie. "Nainggolan quitte la Serie A, Après ses expériences à Cagliari, à la Roma, à l’Inter et à nouveau Cagliari, le milieu de terrain belge va retrouver son pays natal. C’est l’Antwerp (Anvers) qui l’a relancé cette nuit et l’accord est tout proche." "Il n’y aura donc pas de retour en Sardaigne pour le Ninja. Si hier matin, il semblait décliner un retour en Belgique, la relance de l’Antwerp a su le convaincre : Les contrats sont en cours d’élaboration." Une arrivée dans un championnat sponsorisée par une marque mondialement connue de bière : Faut-il vraiment être surpris de ce choix de carrière ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. En effet, l’uruguayen est en plein conflit à Cagliari. Celui-ci n’a pas aimé le revirement de situation de la part de son employeur, Tomasso Giulini, vis-à-vis de l’Inter. En effet, une fois le transfert de Lukaku annoncé, le club a décidé de changer les termes de la négociation, celui-ci s'est dit : "Pourquoi devoir passer par un prêt onéreux et un droit d’achat lorsque le Club Nerazzurro vient d'engranger plus de 100 millions d’euros…" Pour rappel, Nahitan Nandez est un profil suivi par l’Inter pour l’aile droite, et ce dernier a décidé de ne pas répondre à la convocation de Cagliari pour le match amical opposant les sardes à Majorque, provoquant la colère de la Direction de son club Toutefois, celui-ci a tenu à livrer sa vérité sur Instagram "Ces derniers jours, tant de choses ont été dites sur ma situation avec le Club. Je sais parfaitement ce qu’il s’y passe, je l’ai raconté immédiatement à mes équipiers afin qu’il prenne conscience de ma situation et ils sont les premiers à me comprendre. Vous connaissez tous le respect que j’ai et l’amour que je porte pour ce Maillot, pour cette Ville, vous m’avez accueilli de la meilleure des façon possible et vous m’avez toujours soutenu depuis mon arrivée, et je vous en serais, pour toujours reconnaissant." "Pour cette raison, je tiens à vous écrire ces mots et à présenter toutes mes excuses à tous les Tifosi de Cagliari qui, ces dernières heures se sont senti offensés. Ces dernières heures sont très difficiles pour moi et mon intention est seulement de m’excuser auprès de vous pour avoir pris une décision qui vous a fait du mal, mais je tiens à vous faire savoir que je n’avais pas d’autre alternative." "Une parole d’Honneur m’a été promise et je tiens à ce qu’elle soit maintenue, comme je l’ai toujours tenu moi-même hors et sur le terrain. Les polémiques ne font aucun bien à personne et encore moins lorsqu’il y a des enjeux médiatiques. Mon intention n’a jamais été de vous manquer de respect, vous, les Tifosi. Vous savez a quel point je suis passionné et avec quelle fierté j’ai défendu le maillot de ce club à chaque instant, même lorsque je connaissais des problèmes d’ordres familiaux.." "J’ai vécu une année très dur, avec énormément de problèmes personnels et l’unique chose qui m’intéresse est vraiment d’être clair avec mes équipiers et avec vous tous, les Tifosi, vous avez toujours été proche de moi et vous m’avez toujours démontré votre affection." L’Inter et Nahitan sont déjà parvenus à s’accorder sur un contrat de 4 ans à hauteur de 3 millions d’euros par saison. Selon vous, Nahitan a-t’il une chance de rejoindre l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Parmi les belles surprises de ce stage estival, on retrouve sans l’ombre d’un doute Martin Satriano. L’attaquant uruguayen âgé de 20 ans a su saisir sa chance, et convaincre Simone Inzaghi, de pouvoir compter sur lui. L’ancien joueur du Nacional, qui avait rejoint l’Inter pour 3 millions d’euros a quitté la Primavera pour rejoindre l’équipe première. La Gazzetta dello Sport nous informer que Satriano, dans son pays natal, a été comparé à un certain Zlatan Ibrahimovic. Toutefois le rêve de notre attaquant est de connaitre une carrière similaire à celle de Luis Suarez: "De nombreuses demandes de prêts sont arrivés à Milan, mais toutes ont été rejetées." Cagliari, qui se l’était déjà fait soufflé par l’Inter, a tenté de l’insérer dans la négociation menant à la cession de Nandez. Mais l’Inter n’entend pas se priver de son nouveau bombardier, qui souhaite être immédiatement protagoniste à Milan. Miseriez-vous sur l’uruguayen issu de notre Primavera ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Aujourd’hui devrait avoir lieu la fumée blanche relative au transfert de Nahitan Nandez vers l’Inter. En effet, selon la Gazzetta Dello Sport, le club Nerazzurro devrait rencontrer, sauf imprévu de dernière minute, Tommaso Giulini pour parvenir à une solution avec Cagliari Dans le cadre de cette négociation, on retrouve à présent l’insertion de Radja Nainggolan qui souhaite retrouver la Sardaigne et suite à la blessure aux ligaments croisés de Marko Rog, l’arrivée du Ninja s’avère à présent plus qu'impérative, ce qui offre une fenêtre de tir pour Giuseppe Marotta! La distance entre l’offre et la demande est connue : Si l’Inter et Cagliari ont déjà défini quel sera le prix du droit de rachat : 21 millions d’euros, la mésentente trouve son origine dans le coût du prêt onéreux : Cagliari en demande 5 contre 3 pour l’Inter. La somme que les Nerazzurri devront débourser au club sarde pour s’assurer les services de Nandez immédiatement dépendra également de l’ancien Diable Rouge. Le Saviez-vous ? Un optimisme modéré filtre de cette négociation, l’Inter se concentrant exclusivement sur Nandez qui propose un profil adapté à plusieurs postes. Selon Alfredo Peddulà, l’uruguayen lui-même ne tient plus en place : "Nandez attend l’Inter avec anxiété, je le répète, il est le premier choix. Demain (ndlr aujourd’hui) aura lieu une rencontre. La blessure de Rog est douloureuse mais paradoxalement elle rend bien plus urgente l’arrivée de Nainggolan à Cagliari. Nandez a pré-réservé deux vols avec une possible arrivée à Milan ce mardi." pour l’uruguayen qui était tout proche de l’Inter, il y a deux ans, avant de signer finalement à Cagliari. ®Antony Gilles – Internazionale.fr