Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'calcio e finanza'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

18 résultats trouvés

  1. Enorme séisme dans le Calcio et plus précisément à Turin avec le départ officialisé de l’intégralité du Conseil d’Administration de la Juventus, Andre Agnelli inclus ! Cette photo retrace à la perfection ce qu'il se passe à Turin en ce moment! Selon Marco Bellinazzo, journaliste au Il Sole 24 Ore, les démissions seraient liées à l’Affaire Prisma, SERAIT, car il est encore bien trop tôt pour en avoir confirmation: "Cette démission a été un coup de tonnerre alors que l'enquête en cours était connue de tous. Le communiqué publié par le club bianconero parle à la fois du cas des plus-values et du cas des salaires. Lors de la pandémie, il était question de quatre mensualités économisées sur les salaires des joueurs, mais la réalité est qu'il y aurait eu des paiements à des moments différents et selon des modalités différentes de celles que l'accusation considère comme correctes. En plus de travailler sur les bilans, la Juventus a décidé que le Conseil d'Administration devait "démissionner". L’avis de Federico Ferri, directeur de Sky Sport, s'est exprimé sur le séisme qui frappe de plein fouet la Juve sur Sky Sport 24 "Ce qui s'est passé et ce qui se passe ces dernières heures à Turin est totalement lié à l'enquête Prisma, aux plus-values, et à l'hypothèse d'une fausse comptabilité, ainsi qu’aux conclusions de la Consob. Il est clair que nous ne nous dirigeons pas seulement vers une mise en accusation, mais il y a aussi une prise de position du Club qui, pour se défendre au mieux, a décidé d’exiger la démission de l'ensemble du conseil d'administration. Il s'agit clairement d'une décision de la propriété, cela ne fait aucun doute". "Il y aurait la détention de pièces à conviction, des écoutes téléphoniques, des mises en accusations sont en cours en ce moment : Le niveau de gravité de la situation est comparable à celui de 2006." Révélation du Monde et de l’AFP "Déjà plongée dans de sérieux problèmes sportifs, financiers et judiciaires, la Juventus de Turin sombre un peu plus dans la crise. Le club italien a annoncé, lundi 28 novembre, la démission de la totalité des membres de son conseil d’administration, y compris son président, Andrea Agnelli. Cette décision fait suite aux enquêtes menées par la justice italienne depuis plus d’un an, qui mettent directement en cause les dirigeants de la Juve." "La brigade financière de la police italienne avait perquisitionné en novembre 2021 les bureaux du club, dans le cadre d’une enquête sur les mouvements de joueurs au cours des trois dernières saisons, et sur la manière dont les résultats financiers annuels ont été présentés entre 2019 et 2021." Plus-values "fictives" "Le Parquet de Turin s’intéresse également aux « faux échanges » de joueurs qu’aurait pratiqués la Juve : des ventes croisées avec d’autres clubs, sans échange d’argent mais permettant d’inscrire des plus-values dans les bilans. Les magistrats ont chiffré ces plus-values « fictives » à quelque 155 millions d’euros entre 2018 et 2021. Le club, coté en Bourse, aurait, en outre, caché à ses investisseurs l’existence d’accords privés avec des joueurs, dont l’attaquant vedette portugais Cristiano Ronaldo. Cette pratique lui aurait permis de régler certains salaires en différé." Dans le rouge depuis cinq ans "A ces déboires judiciaires s’ajoutent des problèmes financiers inédits pour un club de cette envergure. Dans le rouge ces cinq dernières années, le club a enregistré la saison passée 255 millions d’euros de pertes. Un déficit record dans le football italien." La « Vieille Dame » a aussi été éliminée dès les phases de poules de la Ligue des champions cette année. Cette sortie prématurée de la compétition engendre un manque à gagner de quelque 20 millions d’euros, selon le site Calcio e Finanza. Le directeur général, Maurizio Arrivabene, a été chargé de rester en place et d’expédier les affaires courantes le temps qu’un nouveau conseil soit constitué, a précisé le club. La prochaine assemblée générale est prévue le 18 janvier 2023. Le Monde avec AFP Et pour rappel, en 2006, ce fut le Scandale du Calciopoli…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Calcio e Finanza a analysé les documents liés aux états financiers au 30 Juin 2022 d'Inter Média et Communication. Le journal nous livre les chiffres liés aux impayés de Digitalbits et explique que l’Inter recherche également des sponsors pour le naming entre autres. Digitalbits n'a pas versé à l'Inter les primes liées aux résultats de la saison dernière ainsi que les deux premières tranches des termes pour la saison en cours. C'est ce que l’Inter explique dans les documents liés aux états financiers au 30 Juin 2022 d'Inter. L'Inter fait ainsi le point sur le contrat avec Zytara Labs LLC, la société dirigée par Digitalbits. Dans le détail, le club explique que Digitalbits est devenu : le nouveau Official Global Cryptocurrency and Sleeve Partner, pour la saison de football 2021-2022 moyennant une redevance de 5 M€ et une redevance variable liée à aux performances sportives de l'équipe; le nouveau Global Main Jersey Partner pour les trois saisons sportives de 2022-2023 à 2024-2025 pour un montant total de 80 M€ (24 M€ à échéance 2022-2023, 26 M€ à échéance 2023-2024 et 30 M€ à échéance 2024-2025 ), en plus de la redevance variable liée aux performances sportives de l'équipe. À ce jour, cependant, Digitalbits n'a payé intégralement que la redevance de base de 5 M€ due pour la saison de football 2021-2022 et une prime de performance de 100 000 € pour avoir atteint à nouveau les huitièmes de finale de la Ligue des champions la saison dernière. Ils n'ont cependant pas encore été payés : des primes d'un montant total de 1,6 M€ prises en rapport avec le classement final en Serie A 2021-2022 et la victoire de la Coupe d'Italie 2021-2022; les deux premières tranches d'un montant total de 16 M€ (dont la première émise en Juin 2022 pour 8 M€) dues sur le montant de base de 24 M€ dû au titre de la saison de football 2022-2023. "En plus de ce qui précède, le partenaire n'a pas encore présenté le projet contractuellement envisagé relatif à l'intégration de l'écosystème numérique du groupe qui vient d'être renouvelé par notre club", ajoute l'Inter. Le Nerazzurri poursuit ensuite que "nous comprenons que la crise du secteur des crypto-monnaies, qui s'est aggravée au cours du deuxième trimestre 2022, a considérablement affecté la capacité du client à remplir ses obligations. Nous nous réservons toutes actions et recours pour protéger nos intérêts et droits contractuels et, dans l'intervalle, nous avons retiré de notre site les logos partenaires ainsi que sur les panneaux publicitaires et les maillots des équipes jeunes et féminines, tout en conservant, pour le moment, la présence du sponsor sur le maillot de l'équipe première." Cependant, comme l'a également expliqué Alessandro Antonello, l'Inter cherche déjà des solutions alternatives pour le sponsor du nouveau maillot. "La Société a déjà engagé toutes les actions nécessaires sur le marché en engageant diverses discussions pour la recherche d'un éventuel nouveau partenaire au travers de sa structure commerciale afin que le nouveau partenaire puisse prendre le relais dans les meilleurs délais. En ce moment nous avons de nombreux interlocuteurs, nous ne sommes pas encore dans la phase pour l’identification d’un secteur de produit spécifique. Le sponsor maillot est important, tous les partenaires qui viennent chez nous doivent faire des propositions concrètes. Il y a beaucoup de discussions ouvertes, on espère la clore au plus vite." De plus l'Inter recherche non seulement un nouveau sponsor principal pour le maillot mais également de nouveaux accords liés au sponsor de la manche, au maillot d'entraînement et aux droits de naming de la Pinetina. Dans le détail, en effet, l'Inter explique qu'actuellement pour la saison 2022-2023, elle a des accords commerciaux et liés à des sponsors qui rapporteront 46 M€ environ. Cependant, ces accords ne comprennent pas : le sponsor sleeve, étant un atout pour lequel un partenaire n'a pas encore été trouvé après l'accord pour la saison sportive 2021-2022 avec Digitalbits; il n'inclut pas les droits de naming du maillot d'entraînement et du centre sportif car il s'agit d'un actif pour lequel un partenaire n'a pas encore été trouvé après l'expiration du contrat avec Suning au 30 Juin 2022; ne tient pas compte du contrat actuellement en place avec Zytara Labs LLC en raison de l'incertitude actuelle sur la capacité du partenaire à payer les montants contractuels, comme expliqué plus haut. Les 46 M€ pourraient donc augmenter compte tenu des recherches en cours pour les sponsors maillot, de la manche et du centre d'entraînement/maillot d'entraînement. En 2021-2022, des sponsors du maillot, l'Inter a collecté 28,9 M€ de Socios, Zytara / Digitalbits et Lenovo, avec 12,5 M€ supplémentaires de Nike. Les autres sponsorings s'élevaient à environ 27 M€. Parmi les autres revenus prévus pour la saison 2022-2023, le club souligne qu'il attend un minimum de 72 M€ de revenus issus des droits TV de la Serie A, pouvant monter jusqu'à 92 M€ en cas de succès en championnat, en plus d'un minimum de 53 M€ (sanction de 4 M€ pour le FPF retirée) de revenus provenant des droits TV de la Ligue des champions. Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  3. Calcio e Finanza a publié le détail des comptes du bilan financier de l'Inter. Voici les chiffres. États financiers L'Inter a clôturé ses états financiers au 30 Juin 2022 avec une perte de 140,0 M€, soit une amélioration d'environ 105 M€ par rapport à l'exercice 2020-2021 qui avait clôturé sur une perte de 245,6 M€. Le chiffre d'affaires du club des Nerazzurri s'est élevé à 439,6 M€, contre 364,7 M€ pour l'exercice clos le 30 Juin 2021. Les charges ont diminué à 527,9 M€, contre 568,7 millions en 2020-2021. Il s'agit, net du chiffre lié aux plus-values, d'une gestion économique qui présente encore un fort déséquilibre entre les recettes et les charges liées à l'équipe (rémunérations, primes et amortissements) qui s'élèvent à 283 M€, représentant 86 % des revenus de base. Chiffre d'affaires Au total, l'Inter pour la saison 2021-2022 a enregistré 439,6 M€ de revenus, contre 365,7 M€ en 2020-2021. Le poste le plus conséquent est celui relatif aux droits TV, égal à 146 M€ de plus-values (189,7 M€ dans les comptes précédents, chiffre toutefois impacté par le report d'une partie des recettes de la saison 2019-2020 ), tandis que les revenus des ventes des joueurs se sont élevés à 108,9 M€, avec des plus-values de 105 M€, encaissées notamment sur les cessions de Lukaku (66,8 M€) et Hakimi (33,5 M€). Parmi les revenus commerciaux, 43,9 M€ sont liés aux parrainages maillot de Nike, Socios, Lenovo et Zytara-Digitalbits. Voici les recettes poste par poste: Recettes des appels d' offres : 41,7 M€ (0 € en 2020-2021) ; Revenus des sponsors, publicités et redevances : 81,7 M€ (101,9 M€ en 2020-2021) ; Revenus des droits TV : 146,5 M€ (189,7 M€ en 2020-2021) ; Revenus de gestion des ventes des joueurs et autres revenus : 108,9 M€, dont 105,2 M€ de plus-values (8,4 M€, dont 2,2 M€ de plus-values en 2020-2021) ; Autres revenus : 60,6 M€ (64,7 M€ en 2020-2021). TOTAL : 439,6 M€ (364,7 M€ en 2020-2021). Elles font apparaître une croissance évidente après la fermeture des stades lors de la saison 2020-2021. Il faut également rappeler que dans les derniers états financiers il y avait une part de revenus liée à la conclusion en juillet et août de la saison 2019-2020. Les coûts Les coûts budgétaires pour l'Inter ont diminué en 2021-2022 pour atteindre 527,9 M€, contre 568,7 M€ en 2020-2021. Dans le détail, l'essentiel des charges est lié aux salaires et traitements du personnel, à 248,4 M€ (contre 261,1 M€ en 2020-2021) et aux amortissements et dépréciations pour 168,7 M€ (209,1 M€ en 2020-2021). . Plus précisément, les seuls frais du personnel inscrit se sont élevés à 197,5 M€ (215,7 M€ en 2020-2021), dont 152,5 M€ au titre des indemnités aux joueurs (153,3 M€ en 2020-2021), 13 M€ au titre des honoraires des entraîneurs (33,3 en 2020-2021), 29,5 M€ de primes de résultat (26,0 en 2020-2021) et 2,4 M€ de droits à l'image (2,9 en 2020-2021). S'agissant des amortissements en revanche, ceux liés aux joueurs se sont élevés à 101,0 M€ contre 137 M€ en 2020-2021. Parmi les dépréciations, 16,5 M€ sont liées aux dépréciations de la valeur comptable de Eriksen, Vidal et Sanchez après la résiliation des contrats, tandis que 25,8 M€ sont liées au risque de mauvaises positions de crédit. Les autres charges comprennent celles des prestations égales à 64,3 M€, en hausse par rapport aux 51 millions de la saison précédente, principalement en raison de l'augmentation des charges liées aux agents, qui sont passées de 10,9 à 22,9 M€. Voici les coûts article par article pour la saison 2021-2022 : Coûts des matières premières, auxiliaires, consommables, biens : 5,2 M€ (2,2 M€ en 2020-2021) ; Coûts des services : 64,3 M€ (51,6 M€ en 2020-2021) ; Coûts d'utilisation des actifs de tiers : 12,7 M€ (12,5 M€ en 2020-2021) ; Frais de personnel : 248,4 M€, dont 152,5 M€ pour la rémunération des joueurs (261,1 M€, dont 153,3 M€ pour les joueurs en 2020-2021) ; Amortissements et dépréciations : 168,7 M€, dont 101,0 M€ pour les joueurs (209,5 M€, dont 137 M€ pour les joueurs en 2020-2021) ; Autres charges : 28,3 M€ (31,1 M€ en 2020-2021). TOTAL : 527,9 M€ (568,7 M€ en 2020-2021). Résultat net La différence entre le chiffre d'affaires et les coûts est ainsi égale à -88 M€, contre -203,0 M€ en 2020-2021. Le résultat avant impôt est de -136,6 M€ environ (avec un impact de 48,8 M€ de charges financières contre 33,4 M€ en 2020-2021), contre -239,4 M€ en 2020-2021. Le résultat net est de -140,0 M€ contre -245,6 M€ en 2020-2021. Dettes et capitaux propres Les capitaux propres consolidés au 30 Juin 2022 sont de -86,6 M€, contre des capitaux propres de +53,4 millions en 2021. Cependant, l'Inter a choisi d'exploiter une close liée à l'urgence Covid pour différer le règlement de la perte au cinquième exercice suivant celui clôturé, soit le 30 Juin 2027. Enfin, sur le front de la dette, le total des dettes a augmenté à 881 M€ (827 M€ au 30 Juin 2021), croissance tirée par le nouvel emprunt obligataire avec une dette obligataire de 407 M€ (344 M€ au 30 Juin 2021). La dette financière nette, en revanche, s'élève à -268 M€, contre -297 M€ au 30 Juin 2021, compte tenu de l'augmentation de la liquidité de 139,1 M€. Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  4. Luciano Mondellini, éditorialiste à Calcio e Finanza, nous livre une analyse détaillée sur la vente de l’Inter. Le Financial Times est, avec le New York Wall Street Journal, le principal journal des marchés financiers mondiaux. Et il est évident que lorsque, dans la semaine, le journal londonien a publié un article sur la recherche d'un nouvel acheteur pour l'Inter, le dossier de la vente du club a pris dès ce moment une dimension mondiale. La presse italienne, et notamment Il Sole 24 Ore avant tout le monde, avait déjà donné la nouvelle ces dernières semaines. Mais comme il est hautement probable, sinon certain, que des repreneurs potentiels seront recherchés hors de la botte, la parution de la nouvelle dans un tel journal sonne comme l'officialisation que les choses s'échauffent. En effet, désormais tout investisseur de la Californie à l'Extrême-Orient sait que l’Inter est sur le marché. Cette chronique, en revanche, du 8 Octobre dernier avait expliqué comment une indiscrétion était arrivée à la rédaction. Elle parlait d'une offre d'un géant étranger pour 100% du capital. Cette proposition, a expliqué la source, ne prévoirait pas d'actionnaires minoritaires ce qui obligerait donc les Zhang à se retirer totalement du capital de l’Inter. Cette indiscrétion nous est venue d'une source d'exception qui, déjà dans le passé, a fait preuve d'une crédibilité et d'un sérieux absolus. Le seul détail que l'on peut ajouter est que la rumeur est venue de New York. En revanche, pour en revenir à l'article du Financial Times, la partie selon laquelle seule une minorité du club est en vente n'est pas très crédible. L'Inter n'a pas fait de bénéfices depuis des temps immémoriaux et peut-être jamais dans son histoire n'a-t-elle distribué de dividendes; elle ne l'a certainement pas fait au cours des 20 dernières années. Alors pourquoi un investisseur achèterait-il une participation minoritaire dans un club qui a encore d'énormes pertes ? En effet, c'est une chose si une entreprise réalise des profits et verse des dividendes de façon régulière. À ce stade, un investisseur peut également décider de percevoir le prorata du bénéfice distribué en fin d'année. Mais dans un club déficitaire comme l'Inter, pourquoi le faire ? Participer aux pertes sans même pouvoir influencer les décisions ? Dans ce contexte, une explication plausible pourrait être celle pour laquelle vous achetez une participation de temps en temps puis revendez la participation dans quelques années en espérant que l'actionnaire majoritaire ait valorisé le club. Dans le cas de l'Inter, un possible moteur de cette éventuelle amélioration serait en premier lieu le processus de consolidation budgétaire en cours. Mais il faut être précis : il est vrai que le déficit est passé cette année de 245 M€ à 140 M€, mais cela a été possible surtout grâce aux énormes plus- values sur les ventes de Hakimi et Lukaku. D'autres motivations pourraient le nouveau stade, ce qui en théorie devrait augmenter considérablement les revenus. Ou même projet de la Super League récemment relancé. En revanche, il semble plus simple et plus plausible que ceux qui veulent rejoindre l'Inter veuillent le faire pour la commander (donc acheter au moins la majorité, 51%). N’oublions pas que la famille Zhang n'a plus beaucoup de temps pour prendre des décisions car, en Mai 2024, arrive à expiration le prêt signé avec le fonds américain Oaktree. Si la propriété chinoise ne parvient pas à rembourser le prêt, le fonds américain reprendrait 100% des parts du club désormais détenu par Zhang via LionRock. Un vrai coup de poing financier étant donné que les Zhang ont investi environ 800 M€ depuis 2016 entre les versements et les revenus des sponsors. Et pour compliquer encore les choses, il y a un fait pas moins important : comme le révèle Calcio e Finanza, Suning.com, la principale société du groupe Suning, avait plus de 4 B€ d'impayés au 30 juin 2022. Une position qui, lorsqu'elle est enregistrée dans les états financiers de la même entreprise, soulève des doutes sur la continuité des activités. D'un autre côté, les Zhang ont aussi un avantage : l'Inter est l'un des très rares clubs avec le plus haut rang en Europe (ou avec la plus haute valeur marchande) à être sur le marché. Et cela pourrait évidemment aider à faire grimper le prix. Mais quelle pourrait être l'évaluation de l'Inter ? Les rumeurs circulant dans le milieu indiquent qu'une valorisation globale de 1,2 B€ pourrait être celle à laquelle l'opération pourrait passer, une somme proche du Milan AC. Est-ce réaliste ? Il pourrait être. Les deux clubs milanais ont beaucoup en commun aux yeux des investisseurs étrangers : le projet du nouveau stade, un processus de consolidation fiscale en cours (même si Milan est loin devant), remplissent presque toujours le stade avec plus de 70 000 spectateurs, disposent d'une zone de chalandise proche du stade qui est parmi les plus peuplées d'Europe et certainement la plus riche d'Italie. Enfin, ils ont un nombre équivalent de fans et aussi de revenus : l'Inter a clôturé les comptes au 30 Juin 2022 avec 439 M€ de revenus, dont 100 M€ liés aux plus- values; Milan a enregistré des revenus en 2021-2022 un chiffre de 297 M€. On peut le dire, Milan a sept C1 dans sa vitrine tandis que l'Inter en a trois. Et très probablement, en faisant un tour sur les différents réseaux sociaux, les followers des Rossoneri sont supérieurs à ceux des Nerazzurri. Mais, prenons un instant du côté de Zhang. Nous continuons également à émettre l'hypothèse que les deux clubs peuvent valoir le même montant parce que le nombre de scudetti remportés est le même et le nombre de titres mondiaux est similaire : Milan quatre, Inter trois (d'ailleurs les titres mondiaux sont très intéressants pour les investisseurs non européens et manquent peut-être de culture footballistique). De plus, cela est certainement vrai, pour un investisseur qui injecte des capitaux puis gagne de l'argent dans un avenir proche, il est particulièrement important de savoir comment le palmarès d'un club et son histoire peuvent affecter ses performances financières. Et quant aux deux clubs milanais, le palmarès leur permet d'être inclus dans l'élite du football européen. Dernier point, mais non des moindres, Zhang peut contracter cet effet de rareté parmi les clubs à vendre ayant un tel palmarès. Bref, admis que la valorisation puisse avoisiner les 1,2 B€, il y a un aspect qui ne sera certainement pas le même : c'est la collecte pour le groupe vendeur. Le fonds Elliott, en effet, après avoir investi environ 700 M€, a effacé les dettes du Milan et l'a vendu à Cardinale pour 1,2 milliard, encaissant ainsi une plus-value de 500 M€ environ. La famille Zhang, d'autre part, après avoir investi environ 800 M€ depuis 2016 possède un club avec des dettes totales de 900 M€ environ. Les dettes doivent nécessairement être incluses dans le cadre de l'évaluation. Pour l'expliquer de manière brutale, si une personne achète une maison d'une valeur de 300 000 € en payant 150 000 € en espèces et 150 000 € via une hypothèque, ce n'est pas que le jour d’après que la maison cesse de valoir 300 000 €. Elle continue à valoir ce montant qui reflète précisément le montant payé en espèces et ce qui sera payé par la dette. Ainsi, même si la valorisation de l'Inter devait être de 1,2 B€, il serait pratiquement impossible pour le groupe de Nankin de sortir de l'investissement sans enregistrer une perte. Mise en garde. Cela ne signifie pas qu'il n'est pas pratique pour le Zhang de vendre. Compte tenu des problèmes de la société mère, un peu d'argent ferait du bien à tous égards. De plus, compte tenu également des tensions géopolitiques en cours, il n'est peut-être même pas inopportun de quitter un quadrant économique, celui de l'Europe, dans lequel Suning est pratiquement inexistant en tant qu'entreprise. Une fois tout cela dit, si la transaction aboutit, il ne sera pas possible de ne pas reconnaître les énormes mérites de Zhang, qui resteront non seulement dans l'histoire de l'Inter, mais aussi dans le football italien : la famille Nanjing a d'abord ramené l'Inter à la Ligue des champions après les nuages de l'ère Thohir, la rendant ainsi à nouveau attractive pour les investisseurs internationaux. Et puis sur le plan sportif, c'était la première propriété étrangère à remporter quelque chose d'important (le championnat 2020-2021) en Italie. Montrer qu'il est possible d'obtenir des succès sportifs dans un football compliqué comme notre football à domicile, même pour des entrepreneurs venus de loin. À l'inverse, cependant, combien il est important pour l'Inter, l'héritage du football italien (et finalement de l'Italie en tant que pays) de redevenir la propriété entre des mains occidentales, dans un scénario géopolitique orienté pour revenir divisé sur des pôles opposés. Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  5. Calcio e Finanza donne les chiffres d'un retour définitif de Lukaku chez nous. Il n'a pas encore pu donner le meilleur de lui-même cette saison à cause d'une blessure qui l'éloigne des terrains depuis plusieurs semaines. Romelu Lukaku se sent chez lui à l'Inter, et comme le rapporte La Gazzetta dello Sport, il pourrait rester chez nous plus d'une saison. La décision finale sera officiellement prise d'ici la fin de la saison, lorsque l'Inter et Chelsea se rencontreront pour discuter de l'avenir de l'attaquant. Il y a déjà un gentlemen agreement pour lequel Lukaku resterait avec les Nerazzurri également pour 2023-2024, rien de définitif cependant. Les signaux venant de Londres disent que la nouvelle propriété des Blues n'a non seulement aucun intérêt pour le moment à récupérer l'attaquant. Mais, ils pourraient également ouvrir une fenêtre dans le nouvel accord pour le retour définitif du Belge à l'Inter. Lukaku a fait ses adieux à l'Inter à l'été 2021 pour une opération à 115 M€ pour les Blues et un contrat de 12 M€ net par saison. Pour le Chelsea actuel, Lukaku n'est pas nécessaire. Le changement de banc ne semble pas avoir changé les choses. Les Londoniens, dans leur marché record avec plus de 300 M€ investis, ont même engagé un nouvel avant-centre, Pierre Aubameyang. Le prêt pour cette saison s'est clôturé sur la base de 8 M€ plus 3 M€ de bonus. Un prêt onéreux, officiellement uniquement pour 2022-2023. C'est le point de départ car l'Inter a cet accord non écrit de son côté pour une autre année à Milan. Cependant, ils peuvent travailler pour un meilleur plan sachant que Chelsea n'a pour l'instant aucune motivation pour reprendre Lukaku. Une autre saison avec un prêt onéreux, garantissant au moins 10 M€ supplémentaires et continuant à payer le salaire du joueur, est la base à partir de laquelle les discussions vont commencer. Le but est d'insérer au moins une option de rachat en notre faveur à l'été 2024 et de viser un retour définitif du Belge à Milan. Il ne reste plus qu'à se demander, à ce moment-là, quelle somme l'Inter devrait mettre dans la balance pour verrouiller définitivement le retour du joueur. À l'été 2024, Lukaku aura une valeur d'environ 46 M€ dans le bilan des Blues. C'est la somme qu'ils devraient encaisser pour ne pas générer de perte. De plus, la signature de Big Rom sera discutée car il touchera à peine les 12 M€ de Chelsea. Il devra tout de même être un joueur de premier plan. Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  6. Calcio e Finanza livrent des détails intéressants concernant Digitalbits. Pour l'instant, il n'y a pas de positions officielles prises par DigitalBits concernant leur sérieux retard de paiements à verser à l'Inter dans le cadre de l'accord de partenariat. La seule version qui a fuité est apparue sur le groupe Telegram de la plateforme de crypto-monnaie. Telegram est le seul canal où il est possible de demander ou recevoir des informations. "Ce ne sont que des rumeurs, le logo est toujours sur le maillot de l'Inter. Il n'y a aucun problème avec tout partenariat, il suffit de répandre des rumeurs ici," a déclaré un administrateur représentant de Digitalbits qui a été rapporté par Calcio e Finanza. "Zytara est le sponsor, DigitalBits est la marque," a ajouté un autre. Une situation pour le moins nébuleuse, à tel point que notre club a décidé de passer au choc frontal en se déclarant prêt à boucler le partenariat fin Octobre. Cela fait suite au non-paiement de la première échéance de la saison 2022-2023 en ce qui concerne le sponsoring du maillot. Rappelons que cette année le sponsoring devrait valoir 23 M€, pour ensuite monter à 27 et 30 M€ dans les deux prochaines années. Mais comme le soulignent Calcio e Finanza, la prime de qualification pour la Ligue des champions n'aurait même pas été versée alors que la plateforme n'était qu'un sponsor sur la manche. Mais DigitalBits ferait de ne pas nous prendre pour des guignolos car un 8e en Ligue des champions représente, comme d'habitude, un multiplicateur en termes de marques. La Gazzetta dello Sport souligne qu'"en Janvier, l'Inter aura à la fois un nouveau sponsor principal et une nouvelle marque sur la manche. Et force est de constater que la visibilité européenne ne peut qu'aider, dans ce sens, étant donné que la recherche d'entreprise est toujours en cours." Traduction alex_j via FCInterNews.
  7. Zoom sur les pertes et l'endettement des grands clubs de Serie A dans les pages en ligne de Calcio e Finanza. La situation de l'Inter est plus complexe que celles de la Juventus et de Milan. Le club des Nerazzurri, après avoir enregistré une dette record la saison dernière (comme le Milan l'année précédente), s'est engagé dans une voie de reprise qui a traversé les ventes de Lukaku et Hakimi. Cela a permis au budget 2021-2022 de clôturer sur une forte diminution des pertes qui sont tombées à 140 M€. Cette année pourtant, les maxi plus-values budgétées n'ont pas abouti, du moins jusqu'à présent, considérant qu'il reste le marché en Janvier et le mois de juin pour conclure éventuellement des transactions sortantes. Il faudra donc voir comment le rapport actuel se clôturera. Par rapport à cela, l'Inter est assise sur une dette financière nette comprise entre 300 et 400 M€, le total est donc de 900 M€. Cela entraîne, entre autres, une charge uniquement pour les intérêts d'environ 30 M€ par an. Alors qu'en 2024, l'engagement avec le fonds Oaktree expirera, des trois, c'est certainement celui de l'Inter dont l'avenir est le moins clair. A tel point que les rumeurs sur la possible vente du club par les Zhang ne se calment pas. Le dernier en date arrivé à la rédaction parle d'une grosse offre arrivée d'un géant étranger ces derniers jours pour 100% du capital. Les acheteurs potentiels ne voudraient pas d'actionnaires minoritaires. Par conséquent, les Zhang devraient se retirer entièrement. En gros, si cela est véridique, voilà ce que les Zhang devraient faire: Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  8. Selon ce qui a été rapporté aujourd'hui par Calcio e Finanza, il y aurait un problème de continuité des activités pour Suning.com, la principale entreprise de la galaxie Suning. Les problèmes continuent pour la famille Zhang. Comme on peut le lire dans les états financiers au 30 juin 2022, certains chiffres liés à la situation d'endettement de l'entreprise émergent et ils ne laissent pas présager d'un avenir serein. Les revenus se sont effondrés de 60% (de 13,1 B€ à 5,2 B€), même si les pertes ont été ralenties (de -525 à -415 M€, puis ajustées à -385 M€). Les dettes sont très préoccupantes. Au 30 juin, le passif courant (essentiellement la dette à court terme) s'élevait à 15,8 B€, et dépassé les actifs circulants d'environ 5,3 milliards B€. En particulier, les emprunts à court terme et les obligations à moins d'un an inclus dans les passifs courants se sont élevés à 5,4 B€, le tout contre des liquidités et moyens équivalents du groupe égaux à 955 M€. Par ailleurs, au 30 Juin, certaines dettes du groupe étaient échues (incluant principalement les dettes fournisseurs, les loyers et les remboursements d'investissement) pour un total d'environ 4,2 B€. Les événements ou circonstances ci-dessus indiquent qu'il peut exister des incertitudes importantes qui pourraient faire naître de sérieux doutes quant à la capacité du Groupe à poursuivre ses activités. Des doutes subsistent quant à la capacité de la direction du groupe à mettre en œuvre les plans et mesures, avec des incertitudes liées notamment à un soutien adéquat des gouvernements provinciaux et municipaux. Suning pourrait vendre la participation dans d'autres sociétés pour avoir de nouveaux revenus, garantissant ainsi le remboursement de ses dettes dans les 12 mois à compter du 30 Juin 2022. En clair et en deux mots: ça pue! Traduction alex_j via FCInterNews.
  9. C'est la dernière idée en date concernant un match des stars, typique du sport américain comme le rapporte The Times. L'équipe de stars de la Serie A rivaliserait avec celles de la Premier League, de la Liga et de la Bundesliga, avec des compétitions qui pourraient être organisées dans le monde entier afin d'élargir la base de fans à l'échelle mondiale, selon le Times. Organiser des matches à travers l'Europe ou ailleurs dans le monde pendant l'été ou la trêve hivernale serait un moyen de faire défiler les stars des grands championnats européens sur les marchés en expansion. Selon des sources de la Premier League citées par le journal anglais, l'idée devrait être suivies par d'autres suggestions sur de nouvelles façons de continuer à augmenter les audiences et donc à augmenter les droits de télévision à l'étranger pour, bien entendu, enfranger plus de sous. L'idée du All Star Game a récemment été lancée par le copropriétaire milliardaire de Chelsea, Todd Boehly qui a suggéré d'introduire un match Nord contre Sud avec toutes les stars de la Premier League. Il a déclaré : "Cela pourrait bénéficier financièrement à l'ensemble de la Premier League. Les gens veulent plus d'argent pour l'ensemble de la pyramide du football anglais. Lors du All-Star Game de la MLB cette année, nous avons fait 200 M$ avec juste un lundi et un mardi." La proposition a été fortement critiquée par Jürgen Klopp : "Oh super, quand vous trouvez une date disponible sur le calendrier, vous pouvez m'appeler. Dans les sports américains, les joueurs ont quatre mois de congé, ils sont donc assez heureux pour pouvoir pratiquer pendant leurs pauses. C'est complètement différent dans le football." "Il n'a pas froid aux yeux, il n'attend pas longtemps. Je ne suis pas sûr que les gens veulent voir les joueurs de Manchester United, Liverpool, City, Everton réunis. Ce n'est pas une équipe nationale." Plus tard, le président de la ligue de Serie A, Lorenzo Casini, a déclaré : "L'idée d'un Serie A All Star Game mérite l'attention. Nous étudierons le projet et les entreprises de l'assemblée évalueront tous les pour et les contre." Dans le même temps, la FIFpro, le syndical mondial des joueurs, a lancé hier un nouveau conseil des joueurs dans le but que ces derniers apportent leur voix sur leurs conditions de travail. La FIFpro a créé ce vendredi un nouveau conseil mondial des joueurs. Celui-ci regroupe 29 membres, dont l'Anglaise Lucy Bronze et l'Italien Giorgio Chiellini, et permet aux acteurs du jeu de s'impliquer davantage sur des questions clés au niveau international. Le Conseil assistera la FIFpro et ses 66 associations nationales affiliées sur des problématiques telles que le calendrier des matches, les normes d'emploi ou encore les abus sur les médias sociaux. Giorgio Chiellini a déclaré : "C'est le meilleur moyen de commencer à faire entendre notre voix auprès des autorités du football", David Aganzo, le président de la FIFpro, complétant : "Tous ces joueurs sont des leaders sur et en dehors du terrain dans différents pays du monde et feront un travail fantastique en représentant leur profession au niveau international." Traduction alex_j via Calcio e Finanza, RMC Sport, l'Equipe, AFP.
  10. Calcio e Finanza a publié les déclaration d'Alessandro Antonello sur le projet du nouveau stade. Pas seulement le président de Milan Paolo Scaroni, Alessandro Antonello a également participé ce matin, au studio Barabino du Foro Buonaparte, à la conférence de presse pour parler du nouveau stade à Milan. Une réunion à la veille du débat public sur le projet de construction du nouveau stade de l'Inter et du Milan dans le quartier de San Siro, à Milan. "Dans un projet de régénération urbaine, San Siro dispose d'un quartier multifonctionnel à vocation sportive. Nous sommes à San Siro et cet aspect sera également renforcé dans le nouveau projet. La nouvelle installation sera un point d'arrivée et par rapport au projet initial les clubs ont remodelé les volumes pour plus d'un tiers, nous avons plus que doublé le vert." "Je voudrais vous rappeler que cela va devenir une zone à trafic limité , peut-être la plus grande de Milan. Nous pensons que le nouveau stade peut être une valeur ajoutée non seulement pour les clubs mais aussi pour les citoyens. Nous avons répondu à d'autres demandes qui nous ont été faites par la Municipalité. Aujourd'hui, nous sommes ici pour montrer le projet mis à jour avec les demandes faites par l'administration." "L'autre aspect important que je voudrais mettre en avant, c'est que le Milan et l'Inter font partie de l'histoire de cette ville et ont toujours fait partie de la partie active de cette ville. Par conséquent, l'intention est que les clubs continuent d'investir à Milan et pour Milan. Car Milan est destiné non seulement aux fans mais aussi à la citoyenneté. L'investissement sera d'environ 1,3 B€ et garantira des milliers d'emplois. Les objectifs sont clairement sportifs car le stade est désormais un élément incontournable à améliorer. Viennent ensuite les objectifs environnementaux, sociaux et durables. La durabilité est fondamentale dans des projets comme ceux-ci." "L'expérience que les fans exigent aujourd'hui est différente de celle d'avant. Aujourd'hui ils veulent une expérience immersive, avec des services supplémentaires qui nous rapprochent des plus hauts standards européens. La zone sera accessible et ouverte à la communauté, le projet respectera les normes de qualité les plus élevées. Un projet qui créera une nouvelle zone d'agrégation sociale pour la ville de Milan, pour renouveler le sentiment d'appartenance entre l'Inter, Milan et la ville de Milan." "Les données montrent qu'avant la pandémie, la capacité moyenne était d'environ 61 000 spectateurs, pour Milan un peu moins. Dans l'après-pandémie, les résultats des deux clubs et le désir de vie sociale ont conduit à une plus grande participation. 63 000 spectateurs relèvent de la gamme européenne." En particulier, la forme du système change, ce qui laisse place à une structure plus arrondie au lieu de celle carrée que l'on a vue jusqu'à présent. Cependant, il faut considérer que la forme de la Cathédrale rénovée n'est qu'une "suggestion" et est destinée à changer à nouveau dans la phase de projet exécutif. Ceci dit, elle a perdu l'image carrée connue ces dernières années. Il convient également de noter que, selon les prévisions, à côté de la maison du futur stade de l'Inter et de Milan, il n'y aura plus de partie festive du Meazza : en 2027, lorsque les équipes entreront dans la Cathédrale, le stade sera démoli pour faire place au parc public et au quartier commercial qui sera prêt en 2030, avec une citadelle sportive de trois étages (pour les fonctions commerciales, de divertissement, sportives et muséales) qui représente le grande nouveauté du schéma directeur. Traduction alex_j via Calcio e Finanza et FCInter1908.
  11. Steven Zhang est pris dans une tourmente juridico-financière. Calcio e Finanza nous livre les derniers détails. Ces derniers jours, après une ordonnance d'un juge hongkongais, le procès de certains créanciers contre Steven Zhang appelé à rembourser plus de 250 M$ a de nouveau été évoqué. Les créanciers qui, comme l'ont rapporté leurs collègues de Milano Finanza, ont activé les actions exécutives de du jugement de Juillet, y compris la demande au tribunal de Milan, avec une demande déposée le 27 Juillet devant le tribunal civil et attribuée à la section spécialisée pour les entreprises, d'annuler le procès-verbal du conseil d'administration du club interiste avec lequel il est établi que Zhang ne perçoit aucune rémunération pour le poste de président. Notons que Zhang avait affirmé qu'il n'avait pas signé les documents et n'était pas au courant du refinancement mais n'ayant pas interjeté en appel, les actions exécutives de la condamnation de Juillet dernier ont été activées. Dans la résolution avec laquelle l'assemblée des actionnaires des Nerazzurri a approuvé le nouveau conseil d'administration, il est indiqué que "les administrateurs nouvellement nommés (y compris Zhang, ndlr) n'ont droit à aucune rémunération conformément à l'article 2389, premier alinéa, du Code civil italien pour les fonctions d'administrateurs de la Société, étant entendu que les nouveaux administrateurs ont déjà préalablement exprimé leur consentement à ne percevoir aucune rémunération au titre de leur mandat (à l'exception de ceux d'entre eux qui ont déjà une relation de travail avec la Société, qui perçoivent déjà une rémunération dans le cadre du contrat de travail respectif)." C'est le point sur lequel les créanciers veulent intervenir : en annulant la résolution, ils obligeraient l'Inter à indiquer un émolument pour Steven Zhang qui finirait pourtant directement dans les poches des créanciers, même si ces frais auraient encore un impact négatif sur les caisses des Nerazzurri. Interrogé ces dernières semaines par Wall Street Chine, l'avocat Kang Jian a tenté d'expliquer les raisons qui ont poussé les créanciers à arriver à Milan : "Nous avons appris que les biens personnels et précieux détenus directement par Zhang Kangyang (le vrai nom de notre président, ndlr) sont très rares et l'exécution ultérieure ne sera pas très simple et directe." La première audience a été fixée au 8 Mars 2023 et la China Construction Bank, l'une de ces quatre grandes banques publiques de Pékin, a clôturé l'opération avec Great Matrix Ltd détenue à 100 % par Steven Zhang lui-même. Le président Nerazzurri a nié l'opération et a réitéré pour sa défense que les signatures sur les documents de garantie de refinancement étaient falsifiées et qu'il n'était pas au courant du refinancement, une affirmation que le juge a rejetée. Traduction alex_j via Calcio e Finanza et FCInterNews.
  12. Calcio e Finanza a dévoila le top 10 des pertes sur une saison de la Serie A. La Juve a battu notre triste record. La Juventus a battu le record de pertes de l'histoire du football italien. Le conseil d'administration du club de la Juventus a approuvé hier le bilan arrêté au 30 Juin 2022 qui a marqué la perte la plus élevée parmi les clubs italiens : 254,3 M€. Les bianconeri ont vu leurs pertes augmenter par rapport à l'exercice 2020-2021 qui s'était clôturé sur un résultat net négatif de 209,9 M€ et qui était, jusqu'à hier, la deuxième perte de l'histoire du football italien. La perte de 254,3 M€ sur l' exercice 2021-2022 a ainsi dépassé celle de l'Inter en 2020-2021, 245,6 M€. Dans les quatre premières positions du classement des pertes de l'histoire ne figurent désormais que les Bianconeri et les Nerazzurri. La Roma, qui a enregistré une perte de 204 M€ en 2019-2020 (la première saison touchée par l'urgence sanitaire) chute à la cinquième place. En sixième place une autre perte à cause du Covid, celui du Milan 2019-2020. Les Rossoneri ont terminé la saison dernière avec une perte de 194,6 M€ qui a été affecté par le manque de participation aux compétitions européennes et les dépenses incontrôlées de la direction post Berlusconi. Voici le top 10 des comptes dans le rouge en Serie A : Juventus 2021/22: -254,3 M€; Inter 2020/21: -245,6 M€; Juventus 2020/21: -209,9 M€; Inter 2006/07: -206 M€; Roma 2019/20: -204 M€; Milan 2019/20: -194,6 M€; Inter 2005/06: -181,4 M€; Inter 2008/09: -154,4 M€; Inter 2007/08: -148,3 M€; Milan 2018/19: -145,9 M€. L'Inter de Moratti est apparue quatre fois entre 2005 et 2009. Au cours de ces saisons influencées par le scandale du Calciopoli, les Nerazzurri ont dominé la Serie A et remporté cinq Scudetti consécutifs. Les Milanais sont les clubs les plus présents au classement (cinq fois les Nerazzurri et deux les Rossoneri), et donc pour clore le classement on retrouve le Milan en 2018-2019, des résultats issus des objectifs ratés réalisés malgré des campagnes de signatures pharaoniques (notamment à l'été 2017). Traduction alex_j via Calcio e finanza.
  13. Calcio e Finanza nous donne en détail tous les coûts pour la construction du nouveau San Siro : l'Inter et le Milan devront débourser 1,3 milliards d'euros. Comme le rapporte Calcio e Finanza, l'Inter et Milan devront investir 1,3 B€, 1 milliard et 294 millions d'euros (hors TVA) pour être précis, pour la construction du nouveau San Siro. Les données proviennent des documents officiels consultés par Calcio e Finanza. Les sources de dépenses ont été essentiellement divisées en trois secteurs : le coût de construction dans la zone de San Siro, les sommes disponibles pour l'administration et la contribution du coût de construction. En proportion, l'Inter et le Milan prévoient de dépenser 1,037 B€ pour le premier poste (1,036 B€ dans la précédente estimation) et un peu plus de 235 M€ pour le second (environ 164 M€ dans la précédente estimation). Il y a ensuite plus de 21 M€ pour les frais de construction (plus de 31 M€ en 2019). Ci-dessous, tous les postes de dépenses en détail avec le montant relatif. Coût de construction de la zone de San Siro : Secteur Stade - 603 501 752 euros Centrale énergétique - 23 013 525 euros Fonds polyvalent - 359 030 757 euros Démolition du Meazza - 52 070 085 euros TOTAL - 1 037 616 119 € Soft cost, sommes dont dispose l'administration : Montants de base - 68 813 391 euros Frais techniques - 144 436 164 euros Commissions de conseil et maîtrise d'ouvrage - 1 537 616 euros Autres dépenses prévues par le cahier des charges particulier - 13 499 010 euros Autres - 7 284 065 euros TOTAL - 235 570 246 € Coûts de construction : Centre commercial - 14 735 099 euros Divertissement - 1 598 395 euros Secteur tertiaire - 4 817 339 euros TOTAL - 21 150 834 € Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  14. Dans ces heures, le Conseil de la municipalité de Milan a ordonné le lancement du débat public sur le nouveau San Siro. Calcio e Finanza a dévoilé tous les chiffres de revenus que l'Inter et Milan ont l'intention de réaliser si le projet se concrétise. Selon les dernières estimations, les deux clubs prévoient de récolter 120,4 M€ par saison, hors TVA, grâce à la construction du nouveau stade de la ville. Le chiffre sort des documents officiels que Calcio e Finanza a pu consulter et qui font état de "l'estimation sommaire des revenus" des activités du nouveau stade qui a été révisée à la baisse de 3 M€ par rapport à novembre 2019 (123,9 M€ à l'époque). Dans le détail, on note que les sources de revenus sont essentiellement divisées en deux : le secteur des stades et le secteur polyvalent. L'Inter et Milan sont convaincus qu'ils récolteront les deux tiers du total, soit 80,1 M€, des activités liées au stade, tandis que les 40,3 M€ restants proviendraient du secteur polyvalent. La disproportion entre les recettes s'est accrue par rapport à l'estimation précédente qui prévoyait 68,8 M€ du stade et 55,1 millions du secteur polyvalent. En partant du secteur des stades, voici les postes et les revenus associés considérés : - Droits de naming - 17,88 M€ - Autres sponsors - 9,0 M€ - Stationnement - 1,0 M€ - Concessions / Marchandises (net) - 5,5 M€ - Visite / Musée - 18,129 M€ - Visites touristiques - 12,0 M€ - Événements d'entreprise / Concerts - 11,4 M€ - Bar / Restaurant / Restauration - 5 209 183 euros REVENUS ANNUELS TOTAUX - 80 118 183 euros. Voici les postes et les revenus associés considérés pour le secteur polyvalent : - Chiffre d'affaires du Centre de Congrès - 910 066 euros - Bureaux - 8 861 625 € - Parking bureaux - 419 813 euros - Parking commercial - 6 884 904 € - Activités Loisirs & Spectacles (dont activités commerciales) - 23 208 092 euros REVENUS ANNUELS TOTAUX - 40 284 500 euros. La somme des deux secteurs fait bien 120,4 M€ de revenus supplémentaires, un chiffre que le Milan et l'Inter estiment atteindre en 2030, lorsque les travaux liés au secteur polyvalent seront également achevés. En fait, il devrait commencer à partir du minimum estimé à 40,2 M€ en 2025 (du seul stade en fait) et croître dans les années suivantes jusqu'à atteindre sa pleine capacité en 2030. Traduction alex_j via FCInter1908.
  15. Selon Calcio e Finanza, la municipalité de Milan a (enfin) donné son accord concernant le projet du nouveau stade. La municipalité de Milan, par l'intermédiaire du département de régénération urbaine, a donné son feu vert au projet actualisé de construction du nouveau stade par l'Inter et le Milan, avec les modifications demandées par le conseil. Le projet mis à jour a été livré par les équipes le 5 septembre. Désormais, la documentation sera envoyée par la municipalité à la commission nationale du débat public qui devra ensuite donner son feu vert pour lancer la concertation à Milan concernant la construction du nouveau stade. La proposition mise à jour est "une amélioration par rapport à la précédente car elle prévoit la mise en place d'espaces verts équivalant à environ 50 000 mètres carrés", comme indiqué dans le document publié au tableau d'affichage municipal. Le projet actualisé des deux équipes renforce également la reconfiguration du quartier en quartier sportif, avec la soi-disant "Citadelle du sport". Le projet prévoit également la construction d'ouvrages d'urbanisation sur le domaine communal. Ces travaux comprennent la construction de nouveaux espaces verts publics, de cheminements piétonniers et le réaménagement de la voirie existante, notamment pour assurer l'accessibilité au système de stationnement souterrain desservant le stade. Traduction alex_j via Calcio e Finanzia.
  16. L'Inter pourrait remplacer DigitalBits par un nouveau sponsor principal avant le début de la Coupe du Monde. De plus, la masse salariale de l'Inter a baissé de 7% en coût cette saison par rapport à celle de la saison 2021-2022. Comme le révèle un article publié dans le Corriere dello Sport, sur le maillot Nerazzurri que les joueurs porteront ce soir, il y aura toujours le sponsor DigitalBits. Bien que ce dernier soit en défaut, compte tenu des difficultés financières de la société de crypto-monnaie, il sera retiré lorsqu'il y aura un nouveau partenaire. En théorie, cela devrait arriver en Janvier, après la Coupe du monde. Cependant, si les hommes de Viale della Liberazione identifieront une marque prête à entrer dès les prochaines semaines, le changement sera immédiat. En effet, les recherches sont bien engagées, et pourraient déjà trouver leur conclusion dès Novembre. Comme souligné par Calcio e Finanza, la masse salariale brute totale des Nerazzurri de 211 M€ est une réduction par rapport aux 227,8 M€ bruts que les Nerazzurri ont versés la saison dernière. Le revenu le plus élevé de l'Inter est Romelu Lukaku, qui gagne 8,5 M€ nets par saison, une réduction significative par rapport à ce qu'il a gagné à Chelsea mais toujours plus élevé que Marcelo Brozovic, qui gagne 6,5 M€ nets par saison. Malgré le fait que l'Inter ait recruté un nouveau plus gros revenu cet été, le départ de Alexis Sanchez, Arturo Vidal, Matias Vecino et Aleksandr Kolarov a permis aux Nerazzurri de réduire leurs dépenses. Calcio e Finanza note également que les chiffres ne sont que préliminaires. En effet, l'Inter pourrait ajouter ou supprimer des montants de sa masse salariale totale en fonction de ce qu'elle fera dans mercato de Janvier. Tradcution alex_j via FCInter1908 et Sempreinter.
  17. Revenus de l'Inter Champions League - Sur la base des données disponibles, Calcio e Finanza a estimé les revenus minimaux de l'Inter pour l'exercice 2022-2023. Ceux-ci reposent fondamentalement sur la prime de participation, le classement historique / décennal et sur la première partie du pool de marché, défini sur la base de la position au classement prise par chaque équipe dans le championnat qui vient de se terminer. A ces chiffres s'ajouteront ensuite la deuxième partie du pool de marché, dont un chiffre minimum a été estimé, et les bonus pour les résultats en phase de groupes et celles dérivant des éventuels qualifications en huitièmes de finale (huitièmes de finale, quarts de finale , demi-finales et finale). En particulier, pour la deuxième partie du pool de marché, le pire scénario a été pris pour l'Inter, ce qui nous rendrait le quota minimum. On sait donc que pour la participation chaque club récoltera 15,64 M€ (le chiffre restera le même jusqu'en 2023/24), alors que pour le classement historique, l'Inter récoltera près de 16 M€. Concernant le pool de marché, le premier voit les Nerazzurri récolter 6 M€ et 2,73 M€ pour le deuxième. Au total, en additionnant toutes les sommes minimum garanties, l'Inter récoltera 40,3 M€. Ce chiffre sera certainement amélioré par les résultats bonus lors de la phase de groupes. La deuxième partie du pool de marché sera probablement plus élevée. Au contraire, l'amende infligée par l'UEFA pour violation du fair-play financier sera soustraite du total, soit 4 M€. Traduction alex_j via Calcio e Finanza.
  18. Selon les médias italiens, l'Inter devrait gagner plus d'argent que la Juventus pour sa participation à la Ligue des champions cette saison. Comme l'a rapporté Calcio e Finanza, le fait que la Juventus ait été éliminée en huitième de finale par Villareal signifie que l'Inter gagnera plus qu'elle cette saison. En effet, si la Juventus s'était qualifiée pour les quarts de finale, elle aurait reçu plus de recettes et de droits télé. La raison pour laquelle l'Inter reçoit plus d'argent est qu'elle a terminé première de la Serie A la saison dernière. 20 millions d'euros relatifs à la participation en Ligue des Champions sont distribués en fonction du classement dans le championnat la saison dernière, soit 8 millions d'euros pour l'Inter, 6 millions d'euros pour l'AC Milan, 4 millions pour l'Atalanta et 2 millions d'euros pour la Juventus. Les deux équipes reçoivent 5,7 millions d'euros en fonction des accords de diffusion et du nombre de matchs joués dans le tournoi. Le total pour l'Inter s'élève à 13,7 millions d'euros et celui de la Juventus à 7,7 millions d'euros. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...