Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'carlo festa'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

8 résultats trouvés

  1. En effet, Selon Carlo Festa, le célèbre journaliste toujours bien informé d’Il Sole 24 Ore, Suning a revu sa position vis-à-vis de l’Inter: "Actuellement, si une offre de 700 millions d’euros arrive, les Zhang s’en iront, Ils n’ont jamais été aussi mal en point avec leur propre groupe" Pif ou Hercule ? "Que Pif souhaite investir dans le football européen est connu. Qu’il soit dans une négociation avancée avec Suning pour l’Inter, je n’ai pour l’instant pas de nouvelles ou de retour, Cela me surprendrait, mais si une offre correcte est présentée, Suning partira." S’offrir l’Inter reviendra aussi se livrer dans l’un des douze travaux d’Hercule tant Suning s’est toujours montré réticent à la vente totale du club: Mais selon Zuheir Shammasi, journaliste au Al Yaum, l’un des journaux parmi les plus célèbres d'Arabie Saoudite, le Colosse chinois serait en négociation pour céder la moitié de ses actions: “Suning est en négociation avancée pour céder la moitié de ses actions de l’Inter. Je ne suis pas encore capable de vous informer auprès de quel Fonds ou auprès de quel pays ce Fonds siège. Je ne peux pas vous dire s’il se trouve ou pas en Arabie Saoudite. Je veux être juste et claire: L’information que j’ai est que la négociation est continue, Suning va vendre la moitié des actions en sa possession, soit 35% de son pack d’actions étant donné qu’il en possède 70%." Démenti pour la forme du Club ? En effet, ce n’est pas la première fois qu’une telle information est lancée, et surtout, la précédente relative à l’arrivée d’un fonds d’investissement pour aider l’Inter s’était finalement avérée exacte ! Selon la Repubblica, "Au Quartier Général Nerazzurro, les nombreuses informations sont considérées par de nombreuses personnes comme un canular. Que le Fond saoudien Pif serait prêt à rentrer dans le Capital de l’Inter fait rêver beaucoup de supporter à coup de Mercato lié à des centaines de millions d’euros." "Cette information a circulé sur les comptes Twitter de journalistes et d'initiés arabes qui s'occupent de football et de finances. Mais vu de Milan, cette perspective semble pour l'instant plus un mirage qu'une possibilité concrète. En fait, il n'y a pas eu de contacts récents entre la propriété chinoise de l’Inter et d'éventuels investisseurs du Moyen-Orient" confirme aujourd'hui la Repubblica. Pif vraiment hors course ? "Ce n'est pas un secret : le fonds saoudien Pif, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 430 milliards en 2020, investirait volontiers dans le football européen. Avant que le Chinois Yonghong Li ne devienne président du Milan AC en 2017, des cadres du fonds souverain saoudien ont été reçus à Arcore par Silvio Berlusconi pour recueillir des informations sur le club." "Et des émissaires de son Altesse Royale Mohammad bin Salman ont tenté l'an dernier d'acheter Newcastle en Premier League, en proposant 332 millions d'euros sur la table, mais ils ont dû se retirer face à la réticence politique du système de football anglais. Pif ne souhaiterait donc pas renouveler une pareille expérience, du moins pas dans l’immédiat et sous cette formule. Au lieu de présenter un retour positif à la suite de l’acquisition d’un club reconnu, l’acquisition avortée de Newcastle a dévié sur les violations des Droits de l’homme par l’Etat arabe." Est-ce que cela veut dire que les Saoudiens ne tenteront jamais de s’offrir l’Inter ? "Non, bien sûr que non. Mais il est peu probable qu'ils le fassent à très court terme", souligne la Repubblica. Le chant du Cygne ? "En effet, l’'aventure de Suning à la tête de l'Inter pourrait être de courte durée. Le géant chinois fait face à une grave crise financière impliquant de nombreux milliardaires chinois. L'effondrement d'Evergrande a également de fortes répercussions sur la Famille Zhang, déjà aux prises avec une crise financière liée à la stabilité du groupe Suning." "Selon l'estimation de ceux qui ont étudié en profondeur les comptes de l'Inter, via le prêt Oaktree obtenu dans l’année, le Groupe est obligé de recapitaliser! Une recapitalisation comme il ne l’a jamais fait les précédentes années: Il se retrouve dans l’obligation de faire entrer de nouveaux actionnaires ou de vendre le club dans son intégralité afin d’être dans la capacité d’honorer les prêts existants et de garantir en même temps la continuité de la gestion du Club et de son projet sportif, qui a conduit l'Inter à se qualifier régulièrement pour la Ligue des Champions au cours des trois dernières saisons et à remporter le dernier Scudetto." Qui dispose de tels finances ? "Les fonds d’investissements!" confirme la Repubblica. Un puits sans fonds "En plus de la réduction de la moitié des recettes du stade liée à la pandémie du Covid, les intérêts que l'Inter doit payer aux créanciers pèsent sur la gestion ordinaire. Chaque année, plus de 40 millions d'euros sont versés en intérêts. Le fonds américain Oaktree qui a octroyé un emprunt à Suning, et non à l’Inter, soit les 275 millions d’euros à la Holding qui contrôle le club a négocié à un taux d’environ 9%." "Le club est directement lié par ses deux obligations : La première est une obligation de 300 millions à un taux de 4,8 % et la seconde est une obligation de 75 millions, à honorer avec un intérêt de 6 %. Les deux expirent et seront relocalisés sur le marché en décembre prochain. À moins de miracles, les taux futurs seront au moins en ligne avec ceux d'aujourd'hui", écrit encore Repubblica. Le Giuseppe Meazza "Gagner du temps est nécessaire à Suning pour arriver à la signature du nouveau contrat pour la construction du nouveau stade du quartier de San Siro, qui est détenu en copropriété avec le Milan : En paraphant tous les contrats pour la nouvelle enceinte, avec le développement immobilier connexe de sa zone urbaine, les Zhang en vendant l’Inter environ 700 millions d'euros, pourraient ainsi récupérer au moins une partie des investissements qualifié de non-performants réalisés jusqu'à présent." Un Hara-kiri lorsque l’on repense que la BC Partners était prête à verser entre 800 et 850 millions d’euros ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Comme Carlo Festa l'a rapporté sur Twitter, journaliste à Il Sole 24 Ore et expert en économie du sport, les deux clubs milanais pourraient subir des changements drastiques très prochainement. Concernant le Suning, Carlo Festa affirme que les propriétaires chinois accepteront la première offre "correcte" qui se présente. Tant qu'ils sont satisfaits du montant, ils veulent arrêter de faire partie de l'Inter et mettre fin à leur projet. Cela peut être une bonne nouvelle pour de nombreux fans de l'Inter. Pour le Milan, il semble que le hedge fund américain Elliot Management arrive au terme de sa période d'investissement et sera ouvert aux offres d'autres riches et entreprises. "L'Inter et Milan sont tous deux potentiellement à vendre. Le Suning acceptera la première offre appropriée. Elliott approche de la fin de son horizon de placement. Les investisseurs pourront choisir entre deux équipes milanaises." Enfin une bonne nouvelle?
  3. Dans une interview exclusive avec FCInter1908, Carlo Festa décrit en détail la situation financière de la famille Zhang et explore son lien avec la situation financière actuelle de l'Inter. L'analyse de Festa est très perspicace et il explique les raisons pour lesquelles des circonstances sous et hors du contrôle du Suning ont rendu la propriété de l'entreprise intenable à l'heure actuelle. Festa brosse un tableau quelque peu sombre de la situation de l'Inter, dans laquelle aucune solution ne sera totalement à l'abri des problèmes posés par l'incapacité du Suning à financer le club et la dette contractée par la suite. Cependant, Festa pense que les fans de l'Inter auront une meilleure idée de la structure de propriété du club dans un an. Festa a donné un aperçu de la signification des récentes déclarations de Zhang. ''Les problèmes financiers d'Inter sont dus à la santé du Suning. Les Nerazzurri ont une structure de propriété définie depuis des années, ce qui a conféré une stabilité à l'ensemble. Désormais, cette certitude n'existe plus. On ne sait pas qui sera le propriétaire de l'Inter dans un an. Par conséquent, un plan de croissance et de développement défini et certain ne peut pas être donné dans cette situation. Zhang a gardé le club à un moment où il pouvait le vendre, entre Janvier et Février, mais ce faisant, il s'est lourdement endetté. Il n'a pas augmenté la dette d'Inter, qui avoisine déjà les 400 M€, mais a encore endetté l'actionnaire luxembourgeois qui appartient à la famille Zhang. Il l'a fait en mettant en gage des actions de l'Inter. Dans un certain sens, donc, l'avenir de l'Inter est engagé pour Oaktree, qui à tout moment lorsque les conditions préétablies du prêt ne sont pas respectées, deviendrait rapidement le nouveau propriétaire d'Inter de plein droit.'' Allant plus loin, Festa a élaboré sur les fondements économiques sous-jacents aux problèmes financiers actuels bien connus de l'Inter. "La situation économique de l'Inter n'est pas la meilleure, même si dans le football nous vivons dans une situation de 'mal comune, mezzo guardio', en d'autres termes, les problèmes de l'Inter ne sont que relatifs à la situation d'autres clubs qui ont des problèmes similaires. L'Inter, par rapport à d'autres clubs, présente deux faiblesses à son bilan : d'une part, la situation de la dette qui voit 375 M€ d'obligations arrivant à échéance en 2022, à rembourser ou à refinancer; la deuxième faiblesse réside dans le fait que l'Inter brûle actuellement de l'argent et ne génère aucun revenu. Pour pallier ce problème, il existe deux solutions: d'une part, que des augmentations de capital soient effectuées en permanence, même si l'on voit que le Suning ne peut pas gagner d'argent en Chine; le second est de réduire les coûts en augmentant les revenus, ce que tentent de faire les dirigeants. Mais ce n'est pas une tâche facile étant donné que l'Inter a une masse salariale élevée qui est compliquée de réduire, étant donné qu'elle risque de fragiliser l'équipe. La situation est complexe, même si elle touche de nombreux clubs. L'Inter est dans une situation nettement moins bonne car elle doit faire face à la dette et à la situation des obligations arrivant à échéance en 2022.'' Festa est également entré dans les détails concernant l'importance des nouvelles directives du gouvernement chinois pour déterminer les problèmes rencontrés par le Suning. "C'est à moitié vrai que ces directives ont empêché le Suning de diriger avec succès l'Inter. L'intérêt de Pékin pour le football a toujours été un grand fantasme. La Chine ne s'est jamais vraiment intéressée au football, sauf pendant une brève période où le gouvernement chinois a tenté d'investir en Occident. Au départ, la Chine voulait investir dans d'autres secteurs, mais le football était un excellent véhicule publicitaire. Lorsqu'ils ont réalisé que cet investissement n'était pas nécessaire, l'intérêt pour le football est revenu à zéro. L'exemple est la Super League chinoise qui se voulait l'expression du mouvement interne: elle s'est considérablement affaiblie, à tel point que les sponsors ne peuvent même plus associer leur nom à celui des équipes. Le Suning a laissé tomber le Jiangsu Suning et cela veut tout dire. Dans les prochaines années, à moins qu'il n'y ait un changement de cap majeur que je pense peu probable, la Chine sera complètement hors du football. En conséquence, les entreprises chinoises seront incitées à se développer à l'étranger mais dans d'autres secteurs. Cela étant dit, le Suning a eu des problèmes majeurs, à la fois à cause du COVID, et à cause d'une tendance négative dans l'immobilier. Tout s'est passé lorsque le Suning a dû rembourser des obligations de plusieurs centaines de millions d'euros. Par conséquent, à Najing, ils ont décidé de vendre des actions de leur entreprise à l'État. Parce que Pékin ne s'intéresse pas au football, l'argent collecté ne servira pas à financer des activités liées au football, notamment à l'étranger. Au contraire, ils serviront à stabiliser le Suning et la Chine afin d'éviter de licencier des employés. Il n'y a aucun moyen pour le Suning de retirer des capitaux de Chine pour le football. Elle ne pouvait le faire qu'à travers des filiales externes: par exemple, le Suning a des participations au Japon. À moins que nous ne voyions des surprises, l'Inter n'aura pas d'argent provenant du Suning pour la prochaine année et demie et devra partir seule. La seule lueur d'espoir est que les droits de télévision pourraient rapporter plus de revenus.'' Festa a expliqué les principales différences entre Oaktree Capital et Elliott Management. ''La principale différence est qu'Elliott est un fonds qui gère également des entreprises, tandis qu'Oaktree a une perspective plus purement financière. Dans le cas où ils deviennent propriétaires, il est difficile pour Oaktree de gérer l'Inter pendant quelques années. En revanche, je pense que la spéculation selon laquelle le fond peut immédiatement lancer un processus de vente du club à un autre investisseur, éventuellement américain, est plus crédible.'' Au sujet de ce que l'avenir réserve au Suning et aux Zhang à l'Inter, Festa a été assez clair quant à ce qu'il prédit ce que le résultat sera. ''Si je devais faire une prévision pour les prochains mois, en regardant les chiffres, je ne pense pas qu'il y ait trop d'incertitudes. Les chiffres de l'Inter parlent clairement: avec ces chiffres et avec un actionnaire qui ne peut pas sortir de l'argent de Chine, il est pratiquement certain que l'Inter aura bientôt un autre actionnaire majoritaire. L'important est qu'aucun dommage supplémentaire ne soit causé au bilan du club et que les actifs des joueurs du club soient respectés. Cela dit, personne pour le moment n'achète l'Inter pour un milliard d'euros. Cependant, à 600-700 M€, cela peut être fait une fois la pandémie terminée. Il est important que Zhang ne mette pas le club encore plus en péril financier dans les mois à venir. La situation de l'Inter est également compliquée car le nouvel acquéreur devra mettre en œuvre une sorte de révolution: si l'on regarde le bilan, une grande partie de l'argent provient de sponsors chinois, avec des noms inconnus. Lorsque le Suning sera parti, ces sponsors disparaîtront. Par conséquent, le nouveau propriétaire devra inverser complètement le model business du club et trouver de nouveaux sponsors. Zhang aura un travail préparatoire à faire avant la vente, sur le front du budget et des sponsors. Je pense qu'à ce stade, l'Inter sera vendue d'ici deux ans.'' Malgré de nombreuses discussions sur l'actionnariat des supporters et le projet InterSpac, Festa a exprimé un grand scepticisme quant à la faisabilité d'un tel projet. ''Au Bayern Munich, c'est vrai qu'il y a un actionnariat populaire, mais il y a aussi des sponsors qui sont de grands groupes. C'est un modèle mixte. Ces modèles sont potentiellement applicables aux équipes italiennes, mais pas à l'Inter étant donné son état actuel. Pensons à l'aspect économique: combien d'argent cet actionnaire doit-il lever? Quel devrait être le quota pour chaque actionnaire? Soit, prenez, par exemple, un million de personnes payant chacune un forfait, soit cela devient un fantasme de penser à un tel projet. Assez problématique à mettre en œuvre surtout à court terme, c'est ce dont on parle, car ce n'est pas un projet sur cinq ans. Je dis cela sur un plan purement fantasmatique, spéculatif: le groupe Luxottica, avec le supporter de l'Inter Leonardo del Vecchio, pourrait entrer dans le club avec une part de 5 à 10 %. Ce n'est pas un projet impossible, mais c'est quand on considère les conditions dans lesquelles se trouve actuellement l'Inter. Zhang en particulier, ayant investi 800 M€ dans le club, ne négociera certainement pas avec InterSpac. Cela ne l'intéresserait pas. Il n'y a pas de temps." Festa a également dissipé l'idée que l'Inter a à un moment donné été confrontée à la possibilité d'une faillite, délimitant le sens dans lequel les problèmes rencontrés par le club diffèrent de la faillite en tant que telle. ''La faillite, non. Mais il est toujours problématique d'avoir des dettes et de ne pas les payer. Il se peut que certains créanciers passent par les tribunaux. Le gros problème, c'est le remboursement de l'obligation en 2022. Là, nous pourrons comprendre comment l'Inter compte évoluer. Entre fin 2021 et début 2022, il y aura une étape importante. Si une caution n'est pas remboursée, la société fait défaut. Parmi les principaux souscripteurs de l'obligation se trouve Oaktree avec 100 M€, mais il y a aussi d'autres groupes financiers qui pourraient demander la vente de l'Inter dans ce cas.'' Un point important clarifié par Festa dans l'interview est que malgré le délai de trois ans du prêt signé entre Suning et Oaktree, la situation avec la propriété d'Inter devrait être totalement clarifiée beaucoup plus tôt que cela, probablement dans un an. ''Oui, je pense que dans un an, la situation sera parfaitement claire. Soit le Suning sera de retour sur selle, soit il y aura un autre propriétaire.''
  4. En effet, Suning veut conserver le contrôle de l’Inter et pas seulement jusqu’à la fin de cette saison. Comme le révèle Carlo Festa d’Il Sole 24 Ore, le colosse chinois compte procéder en deux étapes: Mise à jour de la situation "Au Quartier-Général de Suning à Nankin, Steven Zhang et son bras droit Simon Yang, seraient entrain d’échanger depuis quelques semaine avec la Goldman Sachs New-Yorkaise, qui vient à s’ajouter à la branche asiatique qui a déjà en main le dossier interiste depuis plusieurs mois." Le plan en 2 hypothèses La vente du club n’est plus dans les cartons : Du moins pas avant le Scudetto et l’offre démentielle du milliard d’euros. C’est également valable pour le financement hybride longuement présenti: "La première hypothèse prévoit un prêt à hauteur de 50 millions d’euros pour tenir jusqu’en fin de saison et faire face aux échéances, à commencer par le versement des salaires, sans oublier le versement des intérêts sur les obligations, qui sont programmés en fin juin et ensuite en décembre." "La seconde hypothèse passe par la recherche d’un nouveau soutien financier disposé à rentrer minoritairement en lieu et place de la LionRock, qui possède les 30,5% du club. Pour se faire, Suning, financé par son nouveau partenaire devrait, comme cela figure dans les pactes sociaux, en premier lieu racheter les parts de la LionRock, et ce même sans l’option put&call." "Suning ferait ensuite rentrer son nouvel allié dans le Club par le biais d’une augmentation en capital. Selon des calculs complexe, il s’agit d’une opération à hauteur de 200 millions d’euros. Le problème principal reste de parvenir à trouver un partenaire disposer à s’engager de façon minoritaire sur un club qui, finalement, sera encore plus endetté." Les candidats en lice sont Bain Capital Crédit accompagné par les avocats de Linklaters, Fortress avec Grande Stevens International, Avec d’autres organismes, ceux-ci ont fait des avancées relatives à un financement. Le Fond Souverain PIF, représenté par le bureau d’avocat Freshfields, semble s’être retiré. "Le chrono tourne et à la fin juin, il y aura déjà les premières échéances relatives aux intérêts sur les obligations: Ce sera donc LA deadline cruciale qui nous permettra de comprendre quel sera le futur de l’Inter gérée par Suning et la viabilité ou pas de son plan." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Carlo Festa et Ben Jacobs s'expriment sur le rachat de l'Inter. Ils nous donnent des détails intéressant qui se recoupent. Le Suning ne peut rester notre propriétaire que s'il trouvent 250 M€ dans les semaines à venir, selon Carlo Festa, un expert italien du financement du football. Le Corriere della Sera a déclaré que Steven Zhang réitérerait son engagement envers les Nerazzurri lors d'une réunion du conseil d'administration ce Mardi, bien que le Suning reste à la recherche de nouveaux investissements. S'adressant à Calciomercato.it hier soir, Carlo Festa, journaliste à Il Sole 24 Ore, a expliqué les difficultés auxquelles le Suning est confronté et pourquoi Fortress est en pole position pour conclure un accord avec le Suning. "Le Suning ne peut pas garder l'Inter dans les circonstances actuelles. C'est un grand groupe avec de nombreuses filiales, on ne peut donc pas dire qu'ils ont des problèmes de liquidité; ils ont une dette assez élevée, mais je pense qu'ils peuvent y faire face. Le problème est qu'ils ne peuvent pas exporter des capitaux à l'étranger pour le moment parce que le gouvernement chinois les arrêterait. La vraie question est: est-ce que Suning pourrait injecter 250 M€ supplémentaires dans l'Inter (s'ils ne pouvaient pas obtenir cet argent d'un autre groupe, comme Fortress) sans aucune restriction? Le gouvernement de Pékin s'oppose à ce genre d'opérations, donc dans ces conditions, Zhang Jindong devrait vendre l'Inter. L'Inter a plus ou moins 400 M€ de dettes avec un chiffre d'affaires à peu près identique, ce qui est déjà une charge financière assez lourde en soi. Si vous contractiez ensuite un prêt d'environ 250 M€, cela signifierait que vous atteindriez près de 700 M€ de dette totale et ce serait insoutenable pour un club qui n'apporte pas de liquidités. Pour cette raison, l'option que l'Inter pourrait étudier est une opération similaire à celle que le Milan a faite avec Elliott, où vous accumulez la dette dans la partie luxembourgeoise du club où l'Inter a ses participations. Le groupe basé au Luxmebourg prendrait le prêt de 250 M€, puis le renverrait à l'Inter, auquel point le groupe luxembourgeois et l'ensemble d'Inter seraient promis au groupe (ie Fortress) qui a signé cet accord. C'est le scénario le plus probable, et le groupe qui tente de l'arranger est Fortress, un fonds américain très spéculatif comme Elliott. Bain Capital Credit est un autre groupe actif dans ce type d’opérations." "Les négociations avec BC Partners sont à peu près terminées, ou du moins elles le sont jusqu'à la fin de la saison. C'est parce que Steven Zhang a déclaré que l'Inter ne serait vendue que pour 1 milliard d'euros et que personne au monde ne donnerait cet argent à Suning. PIF est le seul groupe à négocier l'achat d'une participation minoritaire, mais nous devons voir à quel point ils sont vraiment intéressés par l'achat d'une telle participation minoritaire. Les Saoudiens doivent améliorer leur réputation internationale et acheter une partie de l'Inter aurait du sens pour cette raison, mais il n'y a pas non plus de sens financier à acheter une participation minoritaire dans un club de football." "À mon avis et de ce qui émerge de la Chine, l'Inter n'est plus une priorité pour Suning. Donc, s'ils trouvaient un parti offrant ce qu'ils voulaient, ils vendraient. Le problème est de trouver quelqu'un qui valorise l'Inter à 1 milliard d'euros." Le fait que BC Partners n'est plus réellement dans la course a été relayé par l'écrivain sportif Ben Jacobs sur Twitter car les parties sont toujours à 300 M€ d'écart dans leurs évaluations pour l'Inter. De plus, la société n'est pas non plus intéressée par l'achat d'une participation minoritaire, ce qui signifie que les deux seuls groupes intéressés sont désormais Fortress et le Public Investment Fund (PIF) d'Arabie saoudite. Fortress est actuellement en pole position pour conclure un accord de prêt avec le Suning, bien que Jacobs ait suggéré que cela pourrait être dû au fait qu'ils sont la "seule option'' qui reste de manière réaliste aux propriétaires de l'Inter. Le Suning a besoin d'un capital d'environ 200 à 250 M€ avant la fin du mois de mai pour résoudre les problèmes financiers de l'Inter, ce qui signifie qu'ils doivent bientôt obtenir une sorte d'investissement. Le PIF reste intéressé à adhérer au club, mais il prend son temps pour évaluer toutes les options et les négociations devraient "s'accélérer considérablement" si un accord devait être conclu avant mai. Les Saoudiens "ne voient aucune valeur'' à acheter Inter purement et simplement parce que le Suning veut 1 milliard d'euros pour la vendre, mais Yasir Al Rumayyan (qui mène les négociations de PIF) a discuté de l'achat d'une participation pouvant atteindre 30%. PIF procède actuellement à une vérification car, bien qu'ils évaluent également l'Inter à moins d'un milliard d'euros (comme l'a fait BC Partners), ils voient un grand potentiel d'investissement dans les Nerazzurri. Le besoin du Suning de sécuriser le capital avant la fin de la saison joue contre PIF, plaçant Fortress aux commandes pour le moment. Cependant, Jacobs qui a suivi les tentatives de PIF d'acheter Newcastle United ces derniers mois a souligné que Fortress et PIF avaient des liens étroits, de sorte qu'un prêt de Fortress n'exclurait pas nécessairement que PIF s'implique à l'Inter à l'avenir. Voici son Tweet: "Mise à jour de la prise de contrôle de l'Inter. Est dit que BC Partners ne poursuit plus activement un achat. Parties proches de 300 M€ en valorisation. BC n'est pas intéressée par une participation minoritaire. Cela laisse Suning dans une position difficile car des capitaux urgents (au moins 200 M€. Certains disent 250 M€) sont nécessaires d'ici mai."
  6. La thématique relative à l’évolution sociétale est en mouvement constant, comme le rapporte Carlo Festa, journaliste d’ Il Sole 24 Ore, la Famille Zhang continue à traiter avec les différents intéressés, pour procéder à un financement à hauteur de 250 millions d’euros qui garantira à la propriété actuelle d’arriver en fin de saison avec le Scudetto en poche, sans oublier une solution financière, par la suite, plus adaptée au futur du club. Si cette solution semble intriguer, il y a trois colosses prêt à tenter le coup: Fortress qui est en pole position Bain Capital Pif Cession du club L’hypothèse d’une cession du pack majoritaire d’action de l’Inter semble actuellement écartée. Bc Partners, le fond londonien de Private Rquity, était disposé à offrir 700 millions pour prendre le contrôle du club, mais la négociation a échoué étant donné la différence sur l’évaluation du Club, Suning n’ayant jamais accepté d’aller deçà du milliard d’euros : Trop pour tous, décourageant pour chacun "L’un des enjeux des négociations fait référence aux sponsorisations chinoises qui s’élèvent à 100 millions d’euros, mais qui, en cas de départ de Suning, aurait signifié une réduction importante du chiffre d’affaires" Cession d’actions minoritaires Carlo Festa y va d’une nouveauté importante : "Il est fait état, que la semaine dernière, des avancées ont eu lieu, selon les rumeurs entre Suning et les avocats de Freshfields qui représente le fond saoudien PIF : Les discussions sont en phase initiales." Le saviez-vous ? Selon la Repubblica, l’Inter va verser d’ici à ce mercredi les 10 millions d’euros dû au Real Madrid pour le transfert d’Achraf Hakimi. Pour tout ce qui concerne le reste : Romelu Lukaku et les salaires, tout est déjà en règle. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. C’est une information en provenance de Carlo Festa d’Il Sole 24 Ore, le géant américain des Fonds d’investissements Fortress serait à investir dans l’Inter, mais celui-ci ne viendrait pas seul, il s’associerait au Fonds souverain Mubadala qui est basé à Al Mubarak. Qui est Fortress ? Fortress Investment Group est une société américaine de gestion de placements basée à New York. Fortress Investment Group LLC a été fondé en tant que société de capital- investissement en 1998 par Wesley R. Edens, Rob Kauffman et Randal Nardone. Lorsque Fortress a été lancé sur le NYSE le 9 février 2007, c'était la première grande société de capital-investissement aux États-Unis à être cotée en bourse. Au 30 juin 2020, la société gérait environ 45,5 milliards de dollars d’actifs alternatifs en capital - investissement , en fonds spéculatifs liquides et en fonds de crédit. Qui est Mubadala Investment Company ? Voici ce que nous révèle l'article "Les fonds souverains du Golfe parmi les plus puissants au monde" "Les fonds souverains de la région du Moyen-Orient ont démontré leur influence dans le système monétaire et financier international. Leur rôle a été déterminant dans le sauvetage du système financier international en particulier lors de la crise financière de 2007 en injectant plusieurs dizaines de milliards dans le capital des institutions financières. Ces mesures ont non seulement permis de soutenir les institutions financières en évitant toute crise systémique, mais aussi ont contribué à soutenir le dollar américain." […] Émirats Arabes Unis "Aux Émirats Arabes Unis, on compte au moins trois fonds souverains : Mubadala, Emirates Investment Authority (EIA) et le plus puissant d’entre eux, l’Abu Dhabi Investment Authority (ADIA). Mubadala, un fonds entièrement détenu par l’Émirat d’Abu Dhabi et placé sous l’autorité du Prince héritier Sheikh Mohamed Bin Zayed, disposerait, lui, de près de 226 milliards de dollars d’actifs. Sa mission essentielle consiste à investir ses ressources dans des projets structurants et stratégiques pour l’économie d’Abu Dhabi, au premier rang desquels figurent l’énergie, les grands projets d’infrastructures et l’aéronautique en partenariat avec les grandes entreprises internationales qui apportent leur savoir-faire, leurs technologies et leurs capitaux. Mubadala détient des participations directes dans des groupes industriels considérés comme importants pour le développement de l’Émirat : dans l’aéronautique (Piaggio Aero), les TIC (avec l’opérateur Du), dans le capital investissement et le capital-risque (Carlyle et GE), dans la microélectronique (ATIC et AMD) et dans le tourisme (avec la chaîne américaine Viceroy). Dans un souci d’une meilleure efficacité, Mubadala a récemment fusionné avec deux autres fonds souverains, Abu Dhabi Investment Council et Aabar, plus orienté vers les actifs industriels." Valideriez-vous l'arrivée de ce nouveau duo d'investisseurs ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Carlo Festa, journaliste d’Il Sole 24 Ore, a fait le point de la situation sur la négociation entre BC Partners et Suning En effet, selon le journaliste, la phase exploratoire touche à sa fin et BC Partners est à présent appelé à faire son offre à l’Inter, aussi bien pour une entrée en qualité d’actionnaire minoritaire que pour devenir l’actionnaire majoritaire, autant dire que les prochains jours s’annoncent chaud Lors des deux semaines à venir, le programme du futur propriétaire Nerazzurro devrait être plus clair: "Il y aura deux piliers qui porteront le plan de Bc Partners, associé à Tifosy. D’un côté, il s’agira de faire de l’Inter une Media Company, de l’autre, il faudra travailler sur une structure comptable soutenable." "Le modèle économique que Bc Partners devrait suivre serait proche de celui de l’Atalanta qui reste le meilleur club en Italie pour acquérir, cultiver, faire grandir et vendre des joueurs, et non celui de la Juventus: L’objectif serait de miser sur un noyau jeune et prometteur sans se retrouver ni l’otage des salaires de ceux-ci, ni de la volatilité des résultats." Suning ne voulait pas vendre le Club Interviewé à 90° minuto, le programme historique de la Rai, Marco Bellinazzo a confirmé cet état d’esprit du Suning "La crise économique et le diktat de Pékin ont créé une condition impensable, il y a encore six mois. En ce moment des fonds d’investissements s’intéressent énormément au Calcio et en particulier à l’Inter. Suning, qui n’avait pas l’intention de vendre, voit cette pensée lui traverser l’esprit : De plus, ce type de Fonds, pourrait également trouver une entente entre eux afin de soutenir cet engagement." "Suning évalue le Club entre 400 et 500 millions d’euros. Ensuite, en incluant les dettes, la somme culminerait entre 900 millions d’euros et un milliard. Ce n’est pas une opération des plus facile, et je pense qu’il devrait y avoir quelques surprises dans les prochaines semaines sous ce point de vue." Terminé les ambitions de titres ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr