Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'chili'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

10 résultats trouvés

  1. L’Inter va-t’elle à nouveau sortir le fouet ? Rien n’en est moins sûr….En effet, Arturo Vidal s’est de nouveau mis en évidence en décidant, sur Tik Tok, de revêtir le maillot de Flamengo Problème, l’international chilien dispose d’un contrat important à l’Inter et celui-ci arrivera à expiration au 30 juin 2023. Toutefois, la solution plus que probable est celle qui le voit quitter le Navire Nerazzurro en échange d’une prime de départ en fin de saison! Les Brésiliens apprécient En effet, moment insolite lors de la rencontre opposant le Chili au Brésil: Les supporters des Rubro-Negros, à l'occasion du match de qualification pour la Coupe du monde 2022 entre le Brésil et le Chili disputé au Maracanà (où évolue d’ailleurs Flamengo), ont applaudi le milieu de terrain chilien, en lui dédiant des refrains et des banderoles. L'entraîneur Paulo Sousa était également présent dans les tribunes. Si sa route est toute tracée, cautionnez-vous tout de même ce comportement de Catin d'Arturo Vidal vis-à-vis de son Employeur actuel ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Le Vice-Président de l’Inter et Parrain d’Internazionale.fr, Javier Zanetti, s’est livré à Clarin, sur son arrivée dans l’anonymat en Italie dans les années 90 et sur sa carrière à en devenir de dirigeant. Meilleur souvenir historique "La plus grande satisfaction que j’ai connu dans ma carrière, c'était le premier salaire important que j’ai perçu à Banfield, j’avais dit à mes parents de penser à raccrocher. Vous ne saviez pas à quel point j’étais excité par ce premier contrat. A ce moment-là, je les ai vu si fier, nous nous sommes fait une accolade, ma mère s’était mise à pleurer, c’est quelque chose qui t’accompagne pour toujours, qui te marque." L’arrivée dans la Botte "Je me souviens que j’étais à l’aéroport entouré de pleins d’amis, tous en larmes, je leur avais dit : "Je ne pars pas pour toujours". Bon, on en est quasiment à 27 années maintenant, mais à l’époque je ne l’aurais jamais imaginé, et même si de temps en temps je rentre en Argentine, j’ai décidé de rester vivre en Italie." Pensiez-vous ne jamais y retourner ? "Non, j’étais jeune et j’avais peur, c’était un très grand saut dans le vide pour moi de passer de Banfield à l’Inter, mais je l’ai bien vécu car c’était ma première grande possibilité. A peine arrivé à l’Inter, je me suis dit: "Je dois faire mon possible, en premier, pour rester". A l’époque, nous ne pouvions avoir que trois joueurs étrangers et l’Inter avait déjà recruté Rambert, Paul Ince et Roberto Carlos, j’étais le quatrième. J’ai donc pensé qu’on allait me prêter mais je m’étais fixé l’objectif de rester au club." "J’ai commencé à m’entraîner et l’entraîneur a commencé à m’apprécier jusqu’au jour où il m’a convoqué dans les bureaux : "Regarde, dans une quinzaine de jours, nous ouvrirons le championnat face à Vincenza, tu joueras à droites et Roberto Carlos à gauche…." C’est là que tout a débuté, Ottavio Bianchi était l’entraineur de Diego au Napoli." Aviez-vous ressenti de la peur ? "Ma peur était de savoir si j’étais assez préparé pour faire le grand saut, c’était pour moi un saut de folie. La chose la plus normal est de passer de Banfield à une grande équipe d’Argentine pour ensuite faire le grand saut en Europe, mais je suis allé directement de Banfield à l’Inter, j’étais convaincu de mes capacités et je m’étais levé prêt à le prouver." Comment gère-t-on, dans la tête d’un enfant, le fait qu’un jour où l’autre, tout peut changer dans la vie de toute sa famille ? "Ce n’est pas facile, et c’est là qu’il faut faire usage de ce fameux mot : L’équilibre. Le dire est une chose, y faire face est compliqué, tout dépend de l’éducation que tu as reçu ta maison. J’ai été assez chanceux car j’ai reçu un soutien familial très important, cela m’a beaucoup aidé." Et si ce soutien n’est pas disponible ? "Les clubs et l’entraîneur doivent prendre le relais, il faut être attentif aux besoins des garçons, je l’ai toujours dit : L’Argentine est une grande ressource de matière première et nous devons y prendre soin : Le joueur argentin séduira toujours en Europe." Comment analysez-vous cette Argentine ? "C’est un noyau, un mix de joueur qui sont présents depuis très longtemps dans l’équipe et d’autres qui veulent y être avec l’objectif de durer dans le temps. Tout ce qu’elle a obtenu, elle se l’est méritée. Elle a repris des fondamentaux pour s’envoler, elle a gagné la Copa America. Je tiens aussi à noter qu’elle est déjà qualifiée pour la Coupe du Monde, ce qui prouve que lorsqu’elle va sur le terrain, face à des rivaux très difficiles comme le Chili, qui est toujours coriace à affronter que, ceux qui endossent le maillot vendent chèrement leur peau. C’est important d’avoir cette identité." A quel point ont pesé les frustrations de ces dernières années, sans titres, lorsque vous étiez sur le terrain ? "C’était une composante émotive très importante, cela te force à donner le meilleur de toi, mais à chaque fois, cela ne suffisait pas. Tant de sélections sont passées, la mienne comprise, mais lorsque nous étions à un pas de l’objectifs, nous n’y parvenions pas. Ces garçons ont insisté, même si rien ne leur a été épargné. Remporter la Copa America a été une libération qui leur permettra de travailler avec plus de sérénité pour le Qatar." Est-ce que le joueur argentin insiste plus que les autres ? "Je crois que oui, nous avons un grand engagement pour notre pays et cela n’est pas visible nulle part ailleurs. J’avais des équipiers de diverses nationalités et personne ne comprenait pourquoi nous faisions parfois 15.000km pour disputer un match amical. Mais nous voulions y être, c’est la Selezione: Lorsque vous passez la porte de la propriété, c'est quelque chose de magnifique. Et vous le vivez à 100 %". Comment est perçue la Nazionale Argentine en Europe ? "Elle est toujours respecté, mais l’important est d’être en forme lors du mois de la Coupe du Monde. En 2002, nous avions survolés les qualifications, battus les plus grandes puissances européennes, mais il s’est passé ensuite ce que nous avions déjà connu. Mais j’ai très confiance en cette équipe, on y retrouve de l’engagement, une identité, le groupe est bon et tous ceux qui rejoignent la sélection y apporte une valeur ajourée, c’est l’essentiel." Comment passe-t-on du statut d’idole à celui de dirigeant ? "Pour être un dirigeant, tu dois te préparer, lorsque l’on m’a dit que j’allais devenir le Vice-Président de l’Inter, j’étais très fier, mais en même temps, j’avais conscience qu’il s’agissait d’une très grande responsabilité, j’ai tout repris à zéro, Zanetti le jouer est resté derrière moi. C’est pour cela que je me suis inscrit à l’université, j’ai repris les études." "Tu ne peux pas devenir un bon dirigeant sous prétexte que tu étais un grand joueur. Si tu veux être un dirigeant, tu dois avoir une vision à 360°. Je suis allé à l’Università Bocconi pour étudier le Sport Management pour me former en marketing, en finances, en relations internationales et en management sportif. Plus tu as de connaissances, plus tu peux être utile pour les différents structures du Club." Comment les egos sont-ils gérés dans ce changement de rôle ? "Il y a une clé qui est la même pour les deux domaines : il faut avoir une équipe engagée, ayant la même vision et que tous suivent le même chemin derrière pour atteindre les objectifs fixés." Comment parvenir à un accord sur l'entrée de capitaux extérieur au monde du football ? Comment rivaliser avec Manchester City, qui par exemple, peut à tout moment, avoir un portefeuille infini ? "C’est vrai que les armes sont différentes, mais tout le monde doit respecter l’Histoire du Club. Lorsque tu as un plan stratégique bien défini, tu te dois de le respecter et de le porter jusqu’au bout, c’est un beau défi. Le plus grand défi de tous les clubs du monde est de parvenir à la soutenabilité et nous travaillons tous pour cela." Ici en Argentine, on parle d’un manque de projet ayant une vision à long terme de la part des clubs. Pensez-vous pouvoir être capable d’entrainer un club argentin ? "La vérité est que je n’y ai jamais pensé, je vis avec conviction mon présent en Italie et je cherche quotidiennement à m’entraîner et à apprendre. Les réalités sont différentes et ont été accentué avec le Coronavirus. Aujourd’hui, en argentine, de nombreux clubs misent sur les jeunes, pas par conviction mais par nécessité, c'est ainsi qu’il leur est possible de survivre." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En effet, actée la défaite face au Real Madrid en Ligue des Champions, l’Inter reprend son parcours en Serie A avec l’arrivée au Stade Giuseppe Meazza du Bologne de Sinisa Mihajlovic et selon la Gazzetta Dello Sport, il devrait s’agir de la première titularisation de la Cola "C’est finalement l’heure de la Cola rafraîchissante et énergisante : Cette équipe de l'Inter, un peu épuisée après sa première défaite de la saison, en a besoin. Il n’y a rien de grave, mais cette gorgée peut revitaliser l'équipe et l'aider à se remettre en selle : Après la pause internationale, le sprint initial a connu un coup d’arrêt." TENTATION FORTE "Simone Inzaghi évaluera demain s’il va adapter son rempart offensif et le confier au duo argentin tant attendu, en prenant une dose de Cola pour se réveiller. La décision sera prise aujourd’hui après avoir mis en lumière la condition physique d’Edin Dzeko, qui est indispensable et sur qui l’on s’appui. Un tour de repos physiologique lui serait bénéfique, tout comme il serait naturel de se fier aux deux plus jeunes armes du rempart offensif." ARGENTINA "Le Toro et Il Tucu y ont déjà été titularisé ensemble à 4 reprises, deux fois dernièrement à l’occasion du dernier cycle de qualification. Ensemble, ils comptabilisent un totale de 110 minutes de jeu. Ce n'est que la première fois, face au Chili et sans Messi, et il y a quelques années, qu'ils ont fait équipe dès le départ." "Ce qui est le plus impressionnant, c'est le sentiment qui circule naturellement entre les pieds de Cola Nerazzurra : Durant ce court laps de temps passé ensemble, Correa a marqué à deux reprise et toujours sur des passes de son jumeau Martinez." Validez-vos ce choix offensif, s’il vient à être confirmé ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. En effet, l’Inter pourrait être sérieusement pénalisée par le système qui a été mis en place par la Fifa : Pour rattraper le report des matchs de la zone Conebol, un nouveau calendrier relatif aux matchs de qualification pour le Mondial 2022 a été dévoilé. Celui-ci met en évidence une que l’Argentine et le Chili, après avoir affronté l’Uruguay et le Paraguay, feront face au Pérou et au Venezuela, le 14 octobre à 20h30 (heure de Buenos Aires) et 21h00 (heure de Santiago du Chili), soit le 15 octobre à 00h30 heure italienne. Ce calendrier aurait pu s’avérer acceptable, à un détail près… En effet, le 16 octobre à 18h00 est planifié le déplacement de l’Inter, à l’Olimpico, pour y défier la Lazio. Soit une rencontre qui s’annonce, déjà à la base, loin d’être une promenade de santé. Ajoutez l’absence des sud-américains, battre l’équipe de Maurizio Sarri s’avèrera bien plus périlleux: "Cette situation représente une problématique très sérieuse pour le club qui devra faire preuve d’une importante diplomatie afin de s’en extirper." On dit merci qui ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Arturo Vidal est actuellement en sélection nationale et comme prévu, les joueurs font de nombreux tests Covid. C'est dans ce contexte que Vidal a été testé positif ce jour. En raison d'une amygdalite pleurale sévère qu'il possédait déjà, notre milieu de terrain est hospitalisé et isolé à titre préventif au moins 72 heures sur recommandation de l'équipe médicale chilienne. Tous les autres membres du groupe ont été testés négatifs pour le moment. Le Chili doit jouer contre l'Argentine dans deux jours et face à la Bolivie une semaine plus tard, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022. Dans le même temps, la Copa America doit se jouer dans deux semaines et après de multiples rebondissements (renoncement de la Colombie et de l'Argentine il y a peu pour organiser la compétition), elle devrait bien se jouer, mais au Brésil cette fois. ®gladis32 - internazionale.fr
  6. Le report du match opposant l’Inter a Sassuolo fait parler en Italie, certains espérant une défaite de la Beneamata sur tapis vert, mais rien n’y fera, le match sera postposé à une date à définir Massimo Galli, infectiologue au Sacco di Milano, justifie ce report La suspension d’Inter-Sassuolo ? "Nous verrons s’il y aura la classique défaite sur tapis vert ou le renvoi de la partie." Est-ce juste de reporter une rencontre lorsqu’il y a quatre joueurs positif ? "C’est juste lorsqu’il y a la crainte que quelqu’un monte sur le terrain avec une positivité qui n’est pas encore déclarée. Si vous suspectez une flambée, je ne vois pas pourquoi vous aller chercher à être confrontés aux problèmes." Walter Della Frera, membre de l’association des joueurs de la Commission Médicale de la FIGC "Le protocole est le seul instrument qui consentira la continuité des championnats de football tel que nous l’avons étudié en avril et qui nous a porté jusqu’ici." "La contagion des variantes en circulation amène à des cas dans des équipes de football qui peuvent s’avérer importants. Le protocole ne concerne pas uniquement la mise en application des tests, mais il requière le maximum d’attention à la distanciation, à l’usage des masques et en respectant toutes les indications de l’autorité sanitaire." "Nous avons toujours soutenu que nous n’aurions jamais une sécurité à 100% si ce n’est lorsqu’il y aura une campagne de vaccination de masse. Je ne vois pas un championnat à risque, ni même la nécessité de suspendre la Serie A." "L’ATS est intervenue car c’est à partir d’elle que débutent les règles : Grace au protocole et donc aux contrôles et aux tests, nous avons préservé le Calcio jusqu’à présent. Il serait extrêmement difficile d’imaginer que l’on puisse disputer un match en courant le risque de contamination. Regardez les chiffres actuels : ils sont similaire à ceux d’octobre-novembre et personne ne parlait, à ce moment-là, de championnat à risque." "Le discours préventif reste le meilleur : Ce serait agréable de voir chaque autorité sanitaire avoir un comportement similaire, mais nous savons que chaque ASL a sa propre philosophie, et sa propre situation territoriale bien précise . Le protocole est établi sans préjudice des dispositions de l’autorité sanitaire. Celui-ci a été certifié par le Comité Technique scientifique et je crois qu’il le sera également par le nouveau CTS." Beppe Marotta toujours écarté C’est une information en provenance de Tuttosport. "Seul Giuseppe Marotta reste positif au Covid-19, mais son état de santé est défini "plus que bon"." La Croatie l'a mauvaise Voici le Communiqué de la Fédération Croate: "La Fédération croate a pris connaissance de la situation relative à l’Inter et est en communication avec le Club, la FederCalcio, la FIFA, l’UEFA et les organismes d’épidémiologiques compétents afin de trouver une solution qui consentirait à Ivan Perisic et Marcelo Brozovic de rejoindre le groupe national." "L'HSN fera tout ce qui lui est possible, sur base du contexte existant, pour avoir son équipe nationale au complet durant la mise au vert en vue des matchs de qualifications face à la Slovénie, Chypre et Malte." Jakob Høyer (Danemark)- Responsable de la Communication de la DBU :" Nous sommes en contact avec Christian Eriksen et nous attendons de recevoir un message de la part du club." Pour Milan Skriniar, la Slovaquie patiente de prendre connaissance des résultats du 22 mars. Alexis Sanchez n’est pas convoqué par le Chili ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Alors que des inquiétudes viennent du Chili sur la condition d'Alexis Sanchez, l'entraineur de la Roja Reinaldo Rueda est venu clarifier tout imbroglio : "Alexis a ressenti une gêne musculaire hier et il a terminé l'entrainement prématurément par précaution. Aujourd'hui il a fait une visite à la clinique où toute situation complexe a été écartée. Nous allons effectuer les entrainements normaux ce jour et voir comment il va réagir pour prendre une décision concernant la rencontre contre le Pérou (samedi minuit, ndlr). Le staff médical prend soin de lui et nous n'allons pas prendre de risque." Peu de temps après, Rueda a tenu à mettre les points sur les i : "Avec tout le respect que j'ai pour les institutions européennes, je voudrais qu'ils respectent nos médecins. Si je peux me sentir fier de quelque chose, c'est de l'équipe médicale de cette sélection nationale. Ils ont un niveau élevé. Ils (le staff milanais) auraient dû nous écouter quand Alexis a joué dans le derby et Mönchengladbach, ils se sont retrouvés dans le même cas que nous. Nous ne sommes plus à l'époque coloniale, si c'est ce qu'ils croient nous devons être clairs à ce sujet." ®gladis32 - internazionale.fr
  8. L’Inter n’a absolument pas apprécié la dernière déclaration du sélectionneur national chilien Reinaldo Rueda en regard à l’état de santé d’Alexis Sanchez. Le club, furieux, a réagi par le biais d’un communiqué officiel "Le Fc Internazionale Milano retient inacceptable, offensant et non-conforme à la réalité les déclarations du sélectionneur national du Chili Reinaldo Reida. Le Club a toujours fait part de son entière collaboration et a toujours entretenu d’excellents rapports avec tous les staffs des différentes sélections nationales. " "Dans le cas précis d’Alexis Sanchez, le joueur a été victime d’un problème physique lors de quasiment toutes ses convocation avec sa propre sélection nationale. L’un d’entre eux s’est révélé être une très grave blessure qui l ‘avait écarté des terrains durant trois mois. Cela avait représenté un très grave dommage sportif pour le club, qui est toujours très attentif à la santé de ses propres joueurs." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. A la suite du match nul contre la Colombie, Alexis Sanchez a lancé une petite pique envers l'ANFP, l'association en charge du football chilien, leur demandant d'accélérer leur travail dans le développement des jeunes talents: "Nous devons vite changer, il n'y a plus de temps à perdre. L'équipe nationale doit faire passer un cap sur beaucoup de plans, y compris sur celui du développement des joueurs. Nous devons faire des efforts dans la formation des jeunes, l'ANFP doit intensifier son travail avec les jeunes parce qu'actuellement je n'en vois aucun prêt à arriver en équipe première. La presse doit aussi donner un coup de main dans ce sens". Le joueur de l'Inter a aussi voulu rassurer les supporters après le coup subi durant le match sur un contact avec James Rodriguez: "Je vais bien, ce n'est rien de grave." Le derby? Je suis toujours prêt à jouer, j'aime mon travail." ®Samus - Internazionale.fr
  10. A la veille de la rencontre opposant le Chili à la Guinée, le Sélectionneur National, Reinaldo Rueda, est revenu sur la blessure d’Alexis Sanchez. "Nous avons perdu Alexis pour ce match et s’il vient à se faire opérer, via l’Inter, il sera absent pour deux ou trois mois. C’est dommage car il était parvenu à rejouer dans son club, en inscrivant deux buts et en disputant la Ligue des Champions." "A présent, ce sont des heures cruciales, nous sommes dans l’attente de la décision qui sera prise par l’Inter. Ils décideront eux de ce qu’il y aura lieu de faire, pour nous c’est Alexis Sanchez, pour l’Inter, c’est un de ces joueurs." Le malheur des uns fait le bonheur des autres : Sebastiano Esposito doit-il saisir cette fenêtre de tir ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...