Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'christian eriksen'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Christian Eriksen Informations Générales Nom : Eriksen Prénom : Christian Dannemann Poste : Milieu offensif Date de naissance : 14/02/1992 Lieu de naissance : Middelfart Pays : Danemark Taille : 182cm Poids : 76 Kg Numéro de maillot : Au club depuis : Mercato Hivernal Position sur le terrain Biographie Christian Dannemann Eriksen, né le 14 février 1992 à Middelfart au Danemark, est un footballeur international danois évoluant au poste de milieu offensif à Tottenham Hotspur Football Club. Christian Eriksen commence le football très tôt à l'âge de trois ans dans le club de sa ville natale de Middelfart, le Middelfart G & BK, où son père Thomas est l'un des entraîneurs. En 2004, avec les moins de 12 ans il participe au bon parcours de son équipe en championnat qui termine invaincu pour la troisième fois en quatre ans. Il reste dix ans dans ce club où il apprend toutes ses gammes. En 2005, il change de club pour signer au OB Odense. Dès sa première année, il participe au championnat danois de jeunes où son club atteint les demi-finales, perdues contre les jeunes de Brøndby IF mais il remporte le titre individuel de Meilleur joueur technique du tournoi. L'année suivante, en 2006, il remporte le tournoi en marquant un but. Après de bonnes participations avec les moins de 16 et 19 ans d'OB Odense et les moins de 17 ans danois, Christian Eriksen est contacté par de grands clubs comme Chelsea et le FC Barcelone pour effectuer un essai, mais ce sont les Néerlandais de l'Ajax Amsterdam qui signent un contrat avec le club danois en octobre 2008, pour un transfert officiel en janvier 2009 pour la somme de 1,1 million d'euros. Fin 2008, il est élu Meilleur joueur de moins de 17 ans danois par la Fédération du Danemark de football. Juste après le prix, il marque contre le Portugal. Eriksen est considéré au Danemark comme l'un des plus grands talents du pays depuis Michael et Brian Laudrup. Carrière en Clubs Ajax Amsterdam Le 17 octobre 2008 Christian Eriksen signe un contrat de deux ans et demi avec l'Ajax Amsterdam qu'il rejoint en janvier 2009. Les frais de transfert perçus par OB étaient estimés à 1 million d'euros (847 199 £), tandis que Middelfart recevait également une somme de 35 000 €, utilisée par la suite pour la construction d'un terrain de football. Il joue pendant un an dans les équipes jeunes du club et est ensuite intégré à l'équipe professionnel en janvier 2010, où il porte le numéro 51. Le 17 janvier 2010, il participe à son premier match en Eredivisie contre NAC Breda en étant titularisé. Il laisse sa place à Siem de Jong à la 84e minute et le match se termine sur un score nul (1-1). Il participe également à la double confrontation contre la Juventus en Ligue Europa le 18 février (défaite à domicile 1-2) 4 et le 25 février (match nul 1-1). Le 7 mars 2010, lors du match de championnat contre le Sparta Rotterdam remporté par l'Ajax sur le score de trois buts à zéro il se distingue en délivrant sa première passe décisive sur le but de son compatriote Dennis Rommedahl. Eriksen inscrit son premier but en professionnel lors du déplacement à Deventer pour affronter Go Ahead Eagles le 25 mars de la même année, en Coupe KNVB. Il est titulaire au poste d'ailier gauche ce jour là et son équipe s'impose 6-0. Il remporte également le premier titre de sa carrière cette saison là en jouant la finale de cette compétition face au Feyenoord Rotterdam. Eriksen participe d'ailleurs aux deux matchs de la finale, le 25 avril (2-0 pour l'Ajax) et le 6 mai (victoire 1-4 de l'Ajax). Au terme de cette première saison en pro il compte 21 matchs toute compétitions confondues, avec un but et une passe décisive. Eriksen, qui choisit ensuite de porter le numéro 8, obtient une place à part entière dans l'équipe de l'Ajax au cours de la saison 2010-2011 grâce à ses performances. Le jeune Danois joue sa première rencontre de Ligue des champions le 28 juillet 2010 lors du match nul (1-1) face au PAOK Salonique en match de qualification. Il débute bien la saison en marquant notamment dès la 4e journée de championnat sur la pelouse de De Graafschap, le 29 août 2010, où son équipe s'impose sur le score de cinq buts à zéro. Il inscrit un autre but en championnat le 12 décembre 2010 face au Vitesse Arnhem, donnant la victoire à l'Ajax, qui s'impose par un but à zéro. Le club termine troisième de son groupe de Ligue des champions et est reversé en Ligue Europa. Le match aller se joue le 17 février 2011 face au RSC Anderlecht et Eriksen est auteur d'une prestation éblouissante. En effet, avec un but et deux passes décisives le Danois est impliqué dans l'intégralité des buts de son équipe, qui s'impose par trois buts à zéro. L'Ajax est finalement éliminée au tour suivant face au FK Spartak Moscou. Le 1er mai 2011 il est encore l'auteur d'une belle prestation en marquant un but et délivrant une passe décisive contre le SC Heerenveen, permettant à son club de gagner 1-2. Cette saison là il est sacré pour la première fois Champion des Pays-Bas avec l'Ajax, en étant un joueur majeur puisqu'il totalise en tout 47 matchs 8 buts et 16 passes décisives toutes compétitions confondues. Le 2 novembre 2011, il offre deux passes décisives grâce à deux talonnades face au Dinamo Zagreb en Ligue des champions et permet à son équipe de l'emporter 4 à 0. Il est élu cette année-là joueur danois de l'année. En juin 2012, les médias néerlandais font état d'une offre du FC Barcelone afin de recruter Christian Eriksen pour environ 20 millions d'euros. Tottenham Hotspur Le 30 août 2013, Christian Eriksen est transféré à Tottenham Hotspur. Il est élu joueur danois de l'année 2013. Le 23 mars 2014 il inscrit un doublé et donne une passe décisive pour Gylfi Sigurðsson permettant la victoire des siens sur le fil 3-2 face à Southampton. Deux semaines plus tard, il inscrit un but et offre deux passes décisives à Emmanuel Adebayor et Harry Kane face à Sunderland. Le 12 avril suivant, il inscrit le but égalisateur dans les arrêts de jeu à l'occasion du déplacement à West Bromwich Albion pour un score final de 3-3. Il s'impose peu à peu comme le joueur clé des Spurs. Le 4 octobre 2015, Eriksen réalise un doublé sur coup-franc qui permet aux Spurs de revenir au score contre Swansea (2-2). Le 26 février 2017, il délivre deux passes décisives pour Harry Kane (qui inscrit un triplé) sur un score net de 4-0 face à Stoke City. Le 12 mars 2017, il inscrit le premier but de la rencontre face à Millwall en FA Cup ainsi que deux passes décisives pour Tottenham Hotspur large vainqueur 6-0. Le 19 mars 2017, il inscrit le premier but de la rencontre face à Southampton et s'impose sur le score de 2-1. Le 1er avril 2017, il inscrit le dernier but de la rencontre dans les arrêts de jeu et permet de finir large vainqueur 3-1 de Swansea. Le 26 avril 2017, il est le seul buteur de la rencontre sur le terrain de Crystal Palace vainqueur 0-1. Le 18 mai 2017, il délivre deux passes décisives face à Hull City et termine la rencontre large vainqueur 7-1. Le 23 juillet 2017, il inscrit un but des 30 mètres face au Paris Saint Germain en International Champions Cup en finissant vainqueur 4-2. Le 5 août 2017, il inscrit le but du 2-0 (qui sera le score final) face à la Juventus Turin. Le 13 août 2017, pour le premier match de la saison 2017-2018 du championnat de Premier League, il délivre deux passes décisives et finit vainqueur 2-0 sur la pelouse de Newcastle United. Le 9 septembre 2017, il inscrit le but du 2-0 contre Everton. Le 23 septembre 2017, il marque le but du 3-0 face à West Ham United et finit victorieux malgré avoir été remonté 3-2. Le 14 octobre 2017, il inscrit le seul but du match face à Bournemouth. Le 1er novembre 2017, il marque le but du 3-0 face au Réal Madrid en Ligue des champions et finit premier de sa poule avec aucune défaite. Le 9 décembre 2017, il inscrit le but du 5-0 face à Stoke City. Le 16 décembre 2017, il marque le but de "l'honneur" face à Manchester City en concédant une lourde défaite 4-1. Le 13 janvier 2018, il inscrit le but du 4-0 contre Everton vainqueur sur ce score. Le 31 janvier 2018, il inscrit un but au bout de 9 secondes de jeu face à Manchester United. Le 13 février 2018, au cours des huitièmes de finale de Ligue des champions face à la Juventus Turin, il marque le but égalisateur du 2-2 sur coup-franc. Au mois de mars 2019, il égale un record de David Beckham, celui d'avoir délivré au moins dix passes décisives en championnat lors de quatre saisons d'affilée. Le 3 avril 2019, Eriksen joue son 200e match de Premier League le jour du premier match de Tottenham dans son nouveau stade, le Tottenham Hotspur Stadium. Il marque un but et délivre une passe décisive durant une victoire 2-0 contre Crystal Palace. Internazionale Lors du Mercato Hivernal 2020 , et après de nombreuses tractations, il rejoint l'Inter de Milan entrainée par Antonio Conte Equipe Nationale Après des participations avec les équipes des moins de 17, 18 et 19 ans danois, il est sélectionné pour la première fois avec l'équipe nationale du Danemark en 2010. Le 3 mars 2010, il rentre lors du match contre l'Autriche à la 57e minute à la place de son compatriote Daniel Jensen (1-2). Le 6 juin 2017, il inscrit le premier but de la rencontre face à la Mannschaft. Le 10 juin 2017, lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, il inscrit le but du 2-0 sur penalty face au Kazakhstan. Le 1er septembre 2017, il marque le but du 4-0 face à la Pologne. Le 4 septembre 2017, il marque le but du 2-1 face à l'Arménie. Le 5 octobre 2017, il inscrit le but du 1-0 face au Monténégro, ce qui sera le score final. Le 8 octobre 2017, il inscrit le premier but du match face a la Roumanie sur penalty. Le Danemark finit deuxième de son groupe juste derrière la Pologne et fait partie des meilleurs deuxièmes pour accéder au barrage face à l'Irlande. Le match aller se traduit d'un 0-0 tandis qu'au match retour les Danois s'imposèrent 5-1 avec un triplé du meneur de jeu danois. Christian Eriksen finit meilleur buteur danois des qualifications de la coupe du monde 2018. Le Saviez-Vous ? Eriksen est en couple avec Sabrina Kvist Jensen depuis Août 2012, avec ils ont eux un enfant nommé Alfred Eriksen, né quelque jours avant le mondial 2018 Palmarès: Ajax Amsterdam Champion des Pays-Bas en 2011, 2012 et 2013. Vice-champion des Pays-Bas en 2010. Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas en 2010. Finaliste de la Coupe des Pays-Bas en 2011. Vainqueur de la Supercoupe des Pays-Bas en 2013. Tottenham Hotspur Vice-champion d'Angleterre en 2017. Finaliste de la Coupe de la Ligue anglaise en 2015. Finaliste de la Ligue des Champions en 2019. Distinctions personnelles Meilleur joueur danois de moins de 17 ans en 2008. Meilleur jeune joueur du championnat des Pays-Bas en 201120. Joueur danois de l'année en 2011 et 201321,16. Membre de l'équipe-type de Premier League en 2018. Parcours: En Club: 2010-2013: Ajax Amsterdam 2013-Janvier 2020: Tottenham Hotspur Janvier 2020: Inter En Sélection: 2007-2009: Danemark U-17 2009: Danemark U-18 2009: Danemark U-19 2010: Danemark 2011: Danemark Espoirs ©Wikipedia
  2. Une machine non pas à but, mais à délivrer des passes décisives : Çalhanoğlu avait une mission des plus périlleuses : Remplacer Christian Eriksen et parvenir à se montrer indispensable pour Simone Inzaghi Meilleurs passeurs en Serie A 10 assist: Berardi, Çalhanoğlu, Milinkovic 9 assists: Barella 8 assists : Luis Alberto, Candreva, Veretout Et le moins que l’on puisse dire est que l’international turc trône en tête du classement des hommes qui ont délivré le plus de caviar cette saison. Arrivé gratuitement en provenance du... Milan, il est l’Homme qui fait actuellement la différence cette saison. Auteur d’un but convaincant sur penalty justement dans le Derby, il est en concurrence directe pour faire face à la dernière ligne droite de cette saison. Buteur lors du Derby, il a aussi marqué face à la Juventus et face au Napoli, sans oublier deux passes décisives face à la Roma. Avec Nicolò Barella et Marcelo Brozovic, il forme un trio détonnant, preuve en sont les 9 passes décisives également du champion d’Europe italien. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Un rêve fou, fou mais réaliste : Former le duo Dybala-Lukaku et l’Inter y pense très sérieusement pour la Gazzetta Dello Sport : "La Direction Nerazzurra tente d’évaluer comment mettre sur pied une opération qui s’annoncerait retentissante" Acte I : Vendre "La différence entre céder un ou deux Top Players passera aussi par l’éventuel trésor qui pourra être disponible en provenance des nombreux joueurs en prêt : Il ne faut pas oublier Stefano Sensi, Andrea Pinamonti, Sebastiano Esposito, en passant par Zinho Vanheusden, Dalbert, Valentino Lazaro , Eddie Salcedo, Lorenzo Pirola, et Michele Di Gregorio, il y a de la marge pour récolter une somme intéressante ou pour faire usage de ces derniers en les insérant pour obtenir des contreparties intéressantes." "Le sacrifice de l’un ou l’autre Top permettrait aussi de tailler sérieusement la massa salariale. Aussi bien Lautaro Martinez qui perçoit 6 millions d’euros net plus bonus et Stefan De Vrij qui perçoit à peine 4,2 sont les deux candidats pour être vendu, mais seulement en cas d’offres incongrue : Soit pas moins de 80 millions d’euros pour le Toro et 20 millions d'euros pour l’hollandais." Acte II – La Masse salariale "Pour faire place à ce duo, il est nécessaire aussi de tailler dans la masse salariale. Depuis le départ de Christian Eriksen, le plafond salarial sera allégé par les salaires insoutenables d'éléments qui ne font plus partie du projet: Le contrat de Matias Vecino qui perçoit 2,5 millions d’euros va expirer. Arturo Vidal, pour sa dernière année de son contrat aurait dû percevoir jusqu'à 9,5 millions d'euros, mais il existe une indemnité de départ de 4 millions d'euros qui permettra au club d'économiser considérablement sur son salaire brut." "Cette échappatoire n’existe en revanche pas pour Alexis Sanchez a qui il reste encore une année de contrat à hauteur de 7 millions d’euros, avec toutefois un salaire brut de 9 millions d’euros amorti va le Décret Croissance, il ne sera pas facile de le convaincre de faire un effort." Acte III – L’effort Paulo Dybala et Romelu Lukaku devraient aussi faire un effort : "Les 10 millions d’euros que Dybala demandait à la Juve sont inconcevables, mais s'il acceptait 7 millions d'euros, cela ouvrirait une fenêtre de tir. Avec Lukaku, en revanche, le saut mortel serait triplement plus important : Big Rom touche actuellement 12,5 millions d'euros par saison. S'il ne s'approche pas de son ancien salaire Interiste de 7,5 millions d’euros, aucune marge de négociation ne lui sera possible." Acte IV – Le Chef d’œuvre du Padrino selon Sport Mediaset Giuseppe Marotta et Piero Ausilio ont l’intention de recruter Paulo Dybala sans devoir toutefois sacrifier Lautaro Martinez, voici le plan stratégique mis en place par le duo Nerazzurro selon Marco Barzaghi, journaliste à Mediaset: "L’Inter veut éviter un sacrifice important : Stefan De Vrij sera probablement vendu s'il ne renouvelle pas son contrat. A la Viale Della Liberazione, ils essaieront de percevoir des sommes via les prêts en cours et des jeunes seront sacrifiés. Toutefois, l’Inter ne veut plus vivre le même été que la saison dernière." "Marotta et Ausilio ont l'intention d'arriver à Dybala sans sacrifier Lautaro : il y a eu de nouveaux contacts avec la Joya: L'Inter lui a demandé d'attendre, en proposant sur la table un investissement de plus de 100 millions sur 5 ans. Dybala, s’il attend l’Inter se verra récompensé par un salaire de 8 millions plus 2 millions de bonus. Même s’il y a un intermédiaire international bien connu qui propose Dybala autour de lui, celui-ci a déjà refusé plusieurs fois la Premier League." Croyez-vous la Beneamata capable de proposer une ligne d’attaque composé, à minima de Romelu Lukaku, Paulo Dybala, Edin Dzeko... ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Hakan Çalhanoğlu, buteur lors du Derby d’Italie, s’est livré à Sport Mediaset Est-ce que ce penalty était le plus important de ta carrière ? "Oui, c’était un instant pesant : Je voulais gagner la rencontre, le premier je l’ai loupé mais j’étais plus sur de moi pour le second car j’étais en confiance. Après le but j’étais heureux car il était lourd d’importance : Nous l’avons ensuite remporté et c’est tout ce qui compte." N’as-tu pas pensé le laisser à quelqu’un d’autre ? "Non, je n’ai pas pensé à cela: J’étais sur de marquer, j’avais confiance en mon tir, j’étais sur de moi, je n’ai pas pensé à le laisser à quelqu’un d’autre." Tous tes penaltys ont été converti... "Je suis content, je veux continuer de cette façon." Pourquoi t’être excusé ? "Pour m’être planté sur le premier penalty, j’avais conscience de la valeur de cette partie : L’Inter n’avait plus gagné depuis dix ans à Turin, j’ai demandé pardon aux tifosi, mais j’étais dans le même temps heureux." Quelle est l’importance d’avoir remporté ce match pour la fin de saison ? "Cette partie donne un boost en plus : Ce n’est jamais simple de l’emporter face à la Juve. Nous devons continuer de la sorte, nous n’avons peut-être pas réalisé notre meilleure rencontre, mais cela ne nous intéresse pas, ce qui compte, ce sont les trois points." Place à Vérone à présent... "Nous regardons droit devant nous, nous voulons gagner à domicile car les Tifosi sont toujours très proche de nous : Nous traversons à présent une bonne période, nous sommes tous positif et nous voulons remporter le Scudetto." Cette victoire donne-t ’elle un plus ? "Je l’espère. A présent nous ne pouvons plus nous planter, nous devons à chaque fois remporter les trois points." Pensez-vous atteindre une statistique à deux chiffre ? "Je veux toujours donner le maximum, lorsque je suis arrivé à l’Inter, je savais que cela n’allait pas être facile de remplacer Christian Eriksen, il a remporté le Scudetto avec Achraf Hakimi, mais nous sommes des nouveaux joueurs de qualités et nous voulons gagner avec l’Inter. Je ne prête pas attention aux statistiques mais j’en suis ravi." Plus que jamais, vous croyez au Scudetto... "Nous y croyons, personnellement, je n’aime pas trop en parler, mais nous y croirons "Fino alla fine". Je veux rester ici à l’Inter, vous connaissez déjà mon rêve : Gagner quelque chose ici avec l’Inter, et aussi ne pas me blesser (il rit)." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. L'Inter a poursuivi ses déboires actuels avec deux matchs nuls 0-0 en championnat et en Coppa Italia. Dans un match très médiocre vendredi contre le Genoa en Serie A, l'Inter a de nouveau tiré plus de 20 fois sur le but adverse sans marquer, ce qui signifie qu'ils en sont maintenant à 59 tirs au but depuis leur dernier but en championnat. Voici 5 chose à savoir sur cette l'Inter en mode panique : 1) Des attaquants qui ne savent plus marquer Il n'y a pas assez d'occasions franches et c'est un point qui sera abordé plus loin dans cet article, mais les attaquants du club sont actuellement au plus bas. Lautaro Martinez connait son pire passage à vide depuis qu'il a rejoint le club. Edin Dzeko fait son âge, et Alexis Sanchez n'a tout simplement pas assez d'impact sur le jeu dans le dernier carré. Ces trois joueurs ne parviennent pas à offrir un point focal en attaque et n'atteignent pas la surface de réparation quand il le faut. L'Inter a besoin de ses attaquants et, étant donné leur manque de confiance, ce serait parfait s'ils pouvaient marquer un but en début de match contre Salernitana pour leur redonner confiance. 2) Hakan Calhanoglu en panne d'inspiration Malgré ses promesses de début de saison et sa forme avant Noël, Hakan Calhanoglu commence à se fatiguer et cela se ressent sur son équipe. Sans aucun remplaçant viable à son poste en raison des départs de Christian Eriksen et Stefano Sensi, le fait qu'il ne soit pas aussi performant qu'en début de saison ne fait que peser davantage. L'Inter a besoin de retrouver le Calhanoglu confiant qui a malmené l’AC Milan lors du premier derby pour se remettre en forme et prendre la tête de la course au Scudetto. 3) Le retour de Joaquin Correa et Robin Gosens donne des options à l'Inter Avec le retour de Joaquin Correa et de Robin Gosens, l'Inter a l'occasion parfaite de rafraîchir une équipe fatiguée. Correa donne à l'Inter la possibilité de rafraîchir une attaque en sommeil et Gosens pourrait également apporter plus de rythme et de physique offensif sur le côté gauche. Correa pourrait même permettre à l'Inter de passer à une sorte de 3-5-1-1 avec Dzeko qui pourrait jouer le rôle de point central et Correa qui pourrait parfaitement jouer le rôle de liaison. Il ne faut pas précipiter le retour à l'action de ces deux joueurs. Une place sur le banc de touche dans la semaine serait peut-être souhaitable, mais le fait qu'ils soient de nouveau disponibles devrait améliorer leur situation actuelle. 4) Oublier Liverpool et la Ligue des Champions C'est tellement frustrant de devoir dire cela, mais le match contre Liverpool doit être mis au second plan dans la liste des priorités de l'Inter. Une défaite plutôt décevante dans un match où ils ont bien joué mais où ils n'ont pas été à la hauteur à cause de leur attaque en « poudre ». Compte tenu de la situation actuelle de l'Inter, le titre de champion doit être LA priorité. S'ils parviennent à passer le cap de l’AC Milan, la Coppa Italia devient également une option, donnant à l'Inter l'opportunité de devenir détenteur des trois trophées nationaux, ce qui serait un bel exploit. Il est peu probable que l'Inter se rende à Anfield et gagne 3-0, il serait donc sensé d’envisager une rotation tout en évitant l’humiliation. 5) Le match contre la Salernitana sera déterminant pour la saison de l'Inter Après deux semaines plutôt brutales, le moral de l'Inter est au plus bas. Depuis qu'ils ont perdu le derby à cause de 10 minutes de folie où ils se sont endormis au volant, l'avance de l'Inter en tête du championnat a disparu. Leur match en retard à Bologne est maintenant devenu une victoire obligatoire pour les ramener au sommet. Le dernier mois a été le pire pour l’Inter, depuis l'arrivée d'Antonio Conte il y a plus de deux ans, et risque de devenir plus commun à moins qu'Inzaghi ne trouve une formule gagnante. Éviter la défaite contre l’AC Milan était essentiel, mais la manière de jouer a été épouvantable. Un gros coup de pouce est nécessaire et, plus que tout, un vrai rafraîchissement de l'équipe pour qu'elle redevienne menaçante. Le combo Correa-Gosens et un but précoce contre Salernitana pourraient faire la différence avant un calendrier qui commence à s'alléger… Lentement. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  6. 259 jours après sa crise cardiaque pendant Danemark-Finlande, Christian Eriksen a rejoué pendant 38 minutes ce Samedi avec Brentford. Pour lire ses émotions, il faut probablement le connaître, et comprendre ce qu'il cache. À la 52e minute de Brentford-Newcastle (0-2), samedi après-midi, quand Christian Eriksen est redevenu un footballeur professionnel, 259 jours après que son cœur se fut arrêté pendant cinq minutes, il n'a rien montré. Tout était à l'intérieur, ses émotions, et le défibrillateur, juste à côté du cœur. Le stade était debout, les applaudissements ont duré, même de la part des fans de Newcastle, mais le milieu offensif danois n'a pas concédé un sourire, ni le moindre geste, en remplaçant son compatriote Mathias Jensen, ce qui était un autre signe du destin : Jensen était l'homme qui avait pris sa place, le 12 juin dernier, après qu'Eriksen avait été emmené vers l'hôpital où il allait être opéré. 259 jours après son malaise cardiaque, l'international danois (30 ans, 109 sélections) a joué 38 minutes, dans un match compliqué pour Brentford, réduit à dix après l'exclusion de Da Silva (11e), et qui fait glisser les "Bees" vers l'inquiétude, après une seule victoire en huit matches. Voici ses mots au micro de Sky Sports : "En dehors du résultat, je suis un homme heureux. Après avoir traversé ce que j'ai traversé, être de retour est un sentiment merveilleux. Cela a été une journée spéciale. Tout le monde était là, ma famille, mes parents, mes enfants, ma belle-mère et quelques médecins qui m'ont aidé. Ce que nous avons traversé a été encore plus difficile pour eux que pour moi." Le retour de Christian Eriksen a été un grand moment d'émotion, qui s'est notamment propagé du côté de Tottenham, où ses anciens coéquipiers ont accueilli la nouvelle avec une joie profonde. À l'image de Harry Kane : "On est tellement heureux pour Chris, de le voir rejouer quelques minutes, et revenir en Premier League. Tout le monde se souvient de ce jour de juin, alors le voir de retour, aujourd'hui, est vraiment un sentiment spécial." Le Danois va maintenant se battre pour assurer le maintien de Brentford, dans son stade flambant neuf de l'ouest de Londres, et pour tenter de redevenir progressivement le joueur créatif et décisif qu'il était jusqu'en juin dernier. "Il faut d'abord retrouver les sensations, le toucher", avoue-t-il. Cela ne reviendra pas en un jour, mais Christian Eriksen a déjà gagné. Source, l'Equipe.
  7. Christian Eriksen a signé un contrat de six mois pour Brentford, faisant un retour remarquable en Premier League sept mois seulement après avoir subi un arrêt cardiaque. Eriksen a quitté l'Inter Milan en Décembre par consentement mutuel après avoir été suspendu par l'autorité médicale italienne en raison d'une règle interdisant l'utilisation d'un défibrillateur automatique implantable (ICD) qu'il a fait installer. Le joueur de 29 ans a fait installer le ICD après avoir subi un arrêt cardiaque lors du match contre la Finlande à l'Euro 2020 à Copenhague. Il a passé tous les contrôles médicaux nécessaires et est apte à reprendre le football. Dans une interview avec Brentford, lorsqu'on lui a demandé quand il avait commencé à croire qu'il pouvait rejouer au football, Eriksen a déclaré: "Deux jours plus tard. J'étais dans l'instant, et j'ai réalisé ce qui m'était arrivé plus tard dans la nuit, puis dans le jours suivants ce qui se passait réellement. Tous les tests commencent et les résultats ont commencé à arriver. Des questions ont été posées pour savoir si je pouvais faire ceci ou cela, j'ai écouté les médecins, puis cela a lentement repris.'' "Si je pouvais faire le programme avec les tests que le médecin m'a imposé, alors je pourrais lentement me remettre à jouer au football un jour. Tout d'abord, il y avait beaucoup de tests pour voir comment le cœur réagissait à nouveau à l'entraînement physique. Heureusement, rien n'en est sorti, donc tout allait bien. Chaque mois, je pouvais vraiment le pousser et ensuite je pouvais jouer. Même avec un ICD, il n'y a pas de limites. Même avec cette condition, il n'y a pas de limites.'' "Vous pouvez courir un marathon, nager en plongée profonde ou autre, cela dépend simplement du diagnostic et de ce que vous en pensez. J'ai dit à Sabrina (sa femme, ndlr) que je laisserais mes crampons mais aussi de ne pas être surprise si dans quelques jours, je changeais d'avis si tout allait bien. Heureusement, ça s'est bien passé.'' Eriksen a déclaré que son cœur n'était "pas un obstacle" pour reprendre le foot. En Angleterre, les athlètes ont l'autonomie de décider eux-mêmes de continuer ou non en fonction des risques. Il n'est pas intierdit au Royaume-Uni pour Eriksen de jouer avec un ICD et il deviendra le premier à jouer avec un en Premier League. Eriksen insiste sur le fait que son départ Brentford lui donne l'opportunité de revenir à quelque chose de plus proche d'un mode de vie "normal", et le Danois veut éventuellement être à nouveau considéré comme un footballeur découplé de l'incident de Juin 2021. "C'était difficile. Les trois premiers mois, je n'ai rien fait mais ensuite les trois ou quatre derniers mois, j'ai suivi le programme de rééducation. C'était difficile de voir des matchs au début parce que vous pensez toujours que vous voulez être là. J'ai même commencé à ne plus suivre les matchs parce que vous vous concentrez sur autre chose ou sur la famille. Mais ces derniers mois, ça revient. J'ai pu toucher le ballon, j'ai senti l'odeur de l'herbe, les chaussures de foot se sont enfilées toutes seules et tout commence à revenir en toi, l'excitation du stade, les fans, l'équipe et le match.'' "Le défi consistait davantage à surmonter ce qui s'était réellement passé. Vous voulez revenir à la normale, mais pour moi, la normale était de rejouer en Italie mais je n'avais pas le droit de le faire. Donc pour moi, le normal devait changer. Nous avons la chance de reprendre une vie normale à Brentford. C'est mon objectif (d'être à nouveau vu comme Eriksen le footballeur d'élite, ndlr). J'ai reçu le feu vert des médecins, que je suis capable d'être le footballeur Christian. Bien sûr, je l'aurai toujours avec moi, et tout le monde aura le souvenir de ce qui s'est passé, mais c'est maintenant le moment de créer de nouveaux souvenirs et de regarder vers l'avenir." "Je suis ravi de montrer que vous pouvez, avec un ICD. Si vous avez eu un arrêt cardiaque, si vous faites les tests appropriés et que tout va bien, alors vous pouvez jouer à nouveau. J'en suis heureux." Traduction alex_j via skysports.com.
  8. Massimo Moratti, Président Historique de l’Inter s’est livré au cours d’une très longue interview au Corriere Dello Sport sur la réception de la Roma de José Mourinho, une première pour le portugais qui n’avait plus foulé la pelouse version "Nerazzurra" depuis un certain mois de mai 2010 Comment imaginez-vous le retour de Mourinho au Giuseppe Meazza ? "Je l’admets, cela va me faire une drôle d’impression de le voir se diriger du vestiaire, monter les escalier et s’asseoir sur le banc, mais pas celui de l’Inter. Je sais que je serai ému car des flash-backs me reviendront en tête, lorsque nous étions protagonistes : José a offert tant de choses à l’Inter, et elles ne s’oublieront jamais même si le temps passe." A vous entendre, vous transmettez la sensation que le rapport ne s’est jamais interrompu entre vous...... "Ces derniers jours nous n’avons pas discuté, et ce n’est pas un hasard, peut être que nous parlerons ensemble après le match ou dans les prochains jours. Nous nous téléphonons régulièrement et il est toujours très affectueux et très gentil envers moi. Nous sommes resté liés, c’est vrai, et pas uniquement pour ce que nous avons gagné, mais aussi pour la personne que Mourinho est." Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle aurait été l’histoire de l’Inter, si après le triomphe en Ligue des Champions à Madrid, le 22 mai 2022, Mourinho n’avait pas quitté l’Inter pour signer au Real ? "Il est impossible de s’exprimer sur certains sujet, c’est comme ça que cela s’est passé, il avait aussi l’envie de tenter l’expérience au Real Madrid. Avec le temps et à tête reposée, je me dis que cela s’est terminé de la meilleure des façons pour tout le monde : Lui était satisfait des résultats obtenus lors de cette saison et il avait accepté un nouveau défi. Nous car nous avions obtenu le maximum, à savoir goûter à un succès attendu depuis tant d’années, le Triomphe en Coupe des Clubs Champions : S’il fallait en venir à une séparation, il n’y avait pas de meilleur épilogue." Quelques tifosi en ont pourtant voulu au portugais de ne pas être revenu cette nuit-là à Milan, pour fêter la victoire en Ligue des Champions, à l’aube au Meazza...... "De l’eau a coulé sous les ponts, il avait déjà pris sa décision bien avant la finale, mais nous n’en avions pas parlé car lors de ce mois de mai, nous étions en course pour les trois titres et nous ne voulions pas rompre le charme. Notre accolade sur le terrain du Bernabeu après la victoire sur le Bayern et notre dîner deux jours après chez moi, ont éclairci tout le reste." Ce soir, il s’agira aussi des "retrouvailles" entre José et le Peuple Nerazzurro...... "Il sera accueilli avec beaucoup d’affection et de sympathie, je n’ai aucun doute à ce sujet. S’il entraîne à présent la Roma, il a écrit l’Histoire avec nous, et quelle histoire." L’Unique équipe italienne à avoir réalisé le Triplé...... "Cela continue à toujours bien sonner avec le temps...... il rit. Et c’est pour cela que ce sera un plaisir de revoir Mourinho au Meazza. Pour vous dire la vérité, je suis moi aussi curieux de le voir avec sa nouvelle vareuse. Jusqu’à présent, au Meazza, je l’ai vu au Meazza comme adversaire du Milan, jamais de l’Inter." Allez-vous le soutenir ? "Non, non je ne suis pas fou. Même si j’ai beaucoup de sympathie pour lui, je supporte l’Inter, José le sais et il le comprendra." Mourinho pourrait-il être touché par le fait de faire face à son ancien public ? "Je crois que oui, car il y a à l’Inter et chez les interistes un vrai lien, mais personne ne se fera de cadeau." Ses récentes sorties sur les arbitres vous rappellent-elles celles vécues lors de ses deux années à l’Inter ? "Tu sais quoi ? Le temps a beau passé, mais José se défendra toujours...... et il le fait assez bien (il rit)". Peut-être parce que les arbitres italiens ne lui sont pas sympathique ? "Je ne le dirais pas de cette façon car je ne crois pas que c’est le cas. José est tout simplement une personne qui n’est pas hypocrite, lorsqu’il défend son club, il le fait en mettant les mains dans le cambouis et en disant toujours ce qu’il pense. Ensuite, c’est Mourinho et lorsqu’il fait quelque chose, il le fait pour le bien." Comme ce geste du 20 janvier 2010 lorsqu’il a protesté en mimant les menottes face à Tagliavento qui venait d’expulser Samuel et Cordoba ? "J’ai souris ce jour-là et je souris encore maintenant lorsque j’y repense. Au-delà de la raison pour laquelle il a fait ce geste, il faut vraiment avoir un esprit spécial, comme le sien, pour protester de cette façon à chaud, c’était génial, vraiment génial." Au-delà des protestations arbitrales, passées et actuelles, le portugais ne parvient plus à la Roma à obtenir de grands résultats...... "Au début de saison, je pensais qu’il avait une bonne équipe mais qu’il ne disposait pas d’un noyau complet pour disputer le titre et je ne me suis pas trompé. A présent, il me semble que l’équipe s’est améliorée et il peut disputer une bonne seconde partie de saison. Pour lui, c’est une nouvelle aventure dans une place chaude et ce n'est jamais simple : Il faut lui donner du temps, mais il fera de belles choses." Vous êtes convaincu par le fait qu’il peut aussi gagner dans la Capitale ? "Selon moi, oui, sa carrière parle pour lui. C’est évident qu’il faut lui donner le temps de tout construire, mais je n’ai aucun doute sur ses capacités et sur le fait que c’est un gagneur." En attendant, il est parvenu à rentrer dans le cœur des tifosi Giallorossi...... "C’est normal, c’est quelqu’un qui vous veut du bien, il est aussi doué, sérieux et professionnel. Il séduit tout le monde car il ne prend pas les choses qui se présentent à lui de façon superficielle, il donne tout pour obtenir les résultats qui lui ont été demandé, voire plus." Friedkin a bien fait de l’engager alors ? "Je pense qu’il a pris l’un des meilleurs entraîneurs en circulation, et son retour a aussi été important pour le Calcio, c’est un entraîneur intelligent, sa présence est médiatique et ses capacités professionnelles sont une valeur ajourée pour la Serie A." Quelle est l’atout Plus du Special One ? "Au-delà de sa capacité à bien faire jouer l’équipe et à faire ressortir le meilleur de chacun, comme par exemple Zaniolo, je dirais qu’il excelle dans le fait de créer un rapport exceptionnel avec le groupe et qu’il sait toujours quelle chose dire." Avez-vous une anecdote ? "Lors de l’année du Triplé, lors du Derby retour, nous étions devant au score (1-0) mais Sneijder avait été expulsé et je voyais de la nervosité sur le terrain. J’étais parti au vestiaire pour tranquilliser les garçons et je les ai tous vu concentré et à l’écoute de Mourinho. Il expliquait ce qu’l fallait faire pour doubler la mise et tuer le match, même à dix, il y avait un calme olympien, on n’entendait pas une mouche voler." "D’autres entraîneurs pour motiver l’équipe aurait chargé l’arbitre mais José parlait uniquement de tactique, avec le sang-froid d’un pilote qui sait qu’il doit faire face à une situation des plus difficile. Pandev doublait la mise et nous l’avons emporté. Je ne me souviens plus en revanche de ce qu’a dit Mourinho en conférence de presse sur l’arbitrage, il rit." Quel match sera Inter-Roma ? "C’est difficile de le dire, les Giallorossi se présente suite à un match nul face au Genoa caractérisé par de nombreuses polémiques, l’Inter se présente après avoir jeté le Derby par la fenêtre d’une façon que je ne m’attendais pas, surtout vu comment s’était déroulé la rencontre." Si vous aviez été Président, qu’auriez-vous fait ? "Je laisse tomber certains discours, je suis resté surpris par la perte du rythme que l’Inter imposait depuis 65-70 minutes et le Milan en a profité. Les Derbys sont dangereux pour une équipe qui a l’avant et cette fois, nous avons pris une leçon nous. Une défaite de ce genre est riche d’enseignements et il faut surtout renouer immédiatement avec la victoire car ce mois de février est composé de match de haut niveau." Avez-vous peur que le Derby ait miné les certitudes du groupe ? "Je ne crois pas, l’équipe existe, elle est forte, composé de bons joueurs et d’un excellent entraîneur. Inzaghi s’est, pour moi, intégré très rapidement au Monde Nerazzurro et il est capable d’apporter encore plus à un groupe qui a gagné avec Conte. Tout le monde pensait avoir vu à ce moment-là l’Inter a son meilleur niveau. Pourtant sans Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen, elle est parvenue à faire mieux, le mérite en revient à Inzaghi qui a des capacités importantes. De temps en temps, des erreurs peuvent se produire, comme dans le derby, mais je pense qu'il fait beaucoup mieux que ce que beaucoup attendaient." Serez-vous un Tifoso serin et optimiste ? "Je le suis et les autres tifosi doivent l’être aussi, je suis convaincu que l’Inter vivra une belle fin de saison." Reste-t ’elle la favorite pour le Scudetto ? "Je ne parle pas de favorite, je dis qu’elle peut l’emporter, mais que ce ne sera pas facile, le Napoli m’impressionne énormément, il dispose d’un axe central redoutable et il me semble qu’il a surmonté sa période de difficulté." Pensez-vous à la seconde étoile ? "Elle serait si belle sur ce Maillot Nerazzurro, j’en suis convaincu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Que représente financièrement parlant le noyau de l’Inter après les retouches de ce mercato hivernal ? Cette question a été analysée par Calcio&Finanza: L'Inter devrait clôturer la saison 2021/22 avec un coût global de son noyau (soit les salaires bruts, les dépréciations et les amortissements) à hauteur de 225 millions d’euros, ce qui représente une baisse de 31 millions d’euros comparé à la saison 2020/2021. Explications En respect au coût de l’effectif calculé en début de saison, les opérations en entrée et en sorties finalisées au 31 janvier 2022 ont contribué à augmenter le coût de l'effectif d'environ 3 millions d’euros : Des prolongations de contrats ont été officialisées, le contrat de Christian Eriksen a été rompu. Au cours de la session hivernale du Mercato, l’Inter comptabilise deux opérations en entrées : Robin Gosens en provenance de l’Atalanta Felipe Caicedo (en prêt sec) en provenance du Genoa Pour l’équatorien, le club ne lui versera que 800.000€ jusqu’au 30 juin 2022. Pour le latéral allemand, l’affaire s’est conclue sur la base d’un prêt de 18 mois avec une obligation de rachat obligatoire activée sous certaines conditions pour un montant total de 25 millions d’euros. En prenant en considération les conditions à remplir du rachat, tel que le premier but inscrit par l’Inter au cours de la saison 2022/2023, l’Inter doit donc retranscrire immédiatement l’acquisition du joueur en qualité de recrutement définitif. Le mercato en sortie a enregistré le départ, en prêt sec de Stefano Sensi à la Sampdoria Les opérations du mois de janvier Acquisition de Robin Gosens en provenance de l’Atalanta : 25 millions d’euros Acquisition de Felipe Caicedo en provenance du Genoa : En prêt sec jusqu’à la fin de la saison Cession de Stefano Sensi a la Sampdoria : En prêt sec jusqu’à la fin de la saison "Vu qu’il s’agit qu’il s’agit d’opérations finalisées, aussi bien en entrée et en sortie, nous constations la présence d’une économie d’environ 5 mois sur les émoluments de Robin Gosens, vu l’épargne réalisée par le départ de Stefano Sensi. Ont également été pris en considération l’impact des prolongations des contrats de Lautaro Martinez, Nicolò Barella et Federico Dimarco, sans oublier la résolution du contrat de Christian Eriksen qui représente une dévaluation négative sur le bilan à hauteur de 15,3 millions d’euros. Au niveau du coût sur l’effectif, ce départ permettra d'économiser six mois d'amortissements et de salaire (couvert toutefois par une contribution de la FIFA après le problème cardiaque dont a été victime l’international danois l'été dernier)." Les chiffres joueurs par joueurs Ci-dessus, vous retrouverez le tableau réalisé sur base de la simulation proposée par Calcio&Finanza, le coût global de l'effectif de l'Inter pour la saison 2021/22, prend en compte les transactions entrantes et sortantes réalisées lors de ce mercato hivernal. Il y a donc lieu de considérer qu’à la suite de la fenêtre hivernal du mercato, que le coût de l’effectif de l’Inter pour la saison 2021/2022 est de 224,9 millions d’euros: Soit une baisse de 31 millions d’euros comparé aux estimations proposé pour la saison 2020/2021. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. A travers un communiqué sur son site officiel, le Brentford FC confirme la signature du milieu de terrain international danois Christian Eriksen, sous réserve des autorisations internationales. Le joueur de 29 ans a signé son contrat après avoir passé une évaluation médicale. Il a signé jusqu'à la fin de la saison 2021/22. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. C’est une information de Calcio&Finanza : Le chiffre d'affaires total de l’Inter pour le trimestre clôturé au 30 septembre 2021 a diminué de 48,3 millions d'euros (soit 40,4 %) pour atteindre 71,2 millions d'euros, contre 119,5 millions d'euros pour le trimestre clôturé au 30 septembre 2020. Cette comparaison est fortement impactée par la pandémie COVID-19 et, plus particulièrement: Le report de la dernière partie de la saison 2019/2020 au deux premiers mois de la saison 2020/2021, ce qui a entraîné un report des recettes à hauteur de 62,0 millions d'euros de l'exercice clos au 30 juin 2020 vers le trimestre clôturé au 30 septembre 2020, ce qui a augmenté les recettes commerciales et médiatiques pour le trimestre au 30 septembre 2020 (soit 19,0 millions et 43,0 millions d’euros respectivement). Le report du début de la saison 2020/21 au mois de septembre 2020, ce qui a entraîné la reconnaissance différée de revenus à hauteur de 16,0 millions d'euros ajouté aux derniers trimestres de l'exercice terminé au 30 juin 2021, en diminuant les revenus commerciaux et médiatiques pour le trimestre au 30 septembre 2020, (de 6,0 millions d'euros et de 10,0 millions d'euros respectivement) Tous les matches joués à huis clos au cours du trimestre se clôturant au 30 septembre 2020 en comparaison aux matches disputé à 50 % de la capacité du stade au cours du trimestre se clôturant au 30 septembre 2021, en générant une augmentation des recettes pour chaque journée, lors du trimestre se clôturant au 30 septembre 2021 (soit 6,1 millions d'euros) De plus, il y a une diminution nette de recettes globales au cours du trimestre clos le 30 septembre 2021 par rapport aux trimestre clos le 30 septembre 2020. Il faut également prendre en compte, la rupture du contrat liant l’Inter à Beijing Imedia Advertising Co., Ltd à compter du 1er juillet 2021 (alors qu’au cours du trimestre clôturé au 30 septembre 2020, 6,3 millions de recettes dans le cadre de cet accord avait été comptabilisé). Les coûts opérationnel totaux de l’Inter au trimestre clos au 30 septembre 2021 ont augmenté 18,9 millions d'euros (soit 17,1%) pour atteindre 129,3 millions d'euros, contre 110,5 millions d'euros pour le trimestre clôturé au 30 septembre 2020, menés par : Les coûts directs (frais d'agent et la contribution de solidarité de la FIFA) découlant des ventes et des droits d'enregistrement d'Achraf Hakimi au Paris Saint-Germain Football Club en juillet 2021 et de Romelu Lukaku au Chelsea Football Club en août 2021 Une dépréciation des actifs à hauteur de 15,3 millions d'euros pour le trimestre clos le 30 septembre 2021 (il n’y avait rien au trimestre clos le 30 septembre 2020), relative à la dépréciation de la valeur comptable nette des droits d'enregistrement à la date de la résiliation, et d'un commun accord, du contrat du joueur de l’équipe-première: Christian Eriksen qui, à la suite d'une grave blessure survenue lors de l’Euro en juin 2021, a été interdit par l'Autorité Sanitaire Italienne de jouer en Serie A en décembre 2021 ; Les coûts directs pour l'organisation des match à domicile suite à la réouverture partielle du Giuseppe Meazza Une pénalité découlant de l'annulation de la tournée commerciale estivale prévue initialement en Floride et annulée pour éviter tout risque lié aux infections par le COVID-19. "L'augmentation du total des coûts d'exploitation a été partiellement atténuée par la baisse de l'amortissement des droits d'enregistrement des joueurs (en baisse de 7,0 millions d'euros, soit 20,7 %) en raison des mesures prises dans le cadre de la campagne du mercato estival 2021, en particulier, (i) la résiliation anticipée des contrats de certains joueurs et de la vente des droits d'enregistrement des joueurs avec des taux d'amortissement élevés remplacés par des joueurs avec des coûts d'acquisition plus faibles." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Les derniers jours de Stefano Sensi ont semblé étrange, toujours sur le banc et ne disposant que d’un faible temps de jeu, il était en passe de rejoindre la Sampdoria. Pourtant, un but en fin de rencontre en Coupe d’Italie, semble lui avoir changé sa destinée, comme ce fut le cas d’ailleurs avec un certain Christian Eriksen... Comme le rappelle Fcinter1908.it, Simone Inzaghi en fin de match avait déjà envoyé un signal clair : "Si Sensi veut rester, je me le garderai" Et c’est ce que le club Nerazzurro a décidé de faire : Conserver le joueur à Milan, la faute également à la blessure de Joaquin Correa. Sensi pourrait donc rester Nerazzurro, au moins jusqu’à la fin de la saison. Une réponse définitive est attendue lundi selon Gianluca Di Marzio En effet, selon le spécialiste du Mercato italien, le Club Nerazzurro n’a pas définitivement fermé la porte au prêt du joueur. Toutefois, le club a demandé à la Samp une pause de trois à quatre jours. Le Club génois reste confiant car il y a eu, encore hier, des contacts avec la Direction interiste et le joueur ne s’est pas défilé, en répétant sa volonté d’avoir un temps de jeu qu’il n’a pas encore eu à Milan. Ce vendredi, auront lieu les examens de Correa et une fois les résultats obtenu, des évaluations seront faites, celles qui porteront à une réponse définitive du club Nerazzurro. La volonté du joueur d’être transféré rend optimise le club Blucerchiato sur la bonne conclusion de la négociation Sensi en chiffre Cette saison, Stefano, même s’il pratique un football d’une beauté inégalable, n’a totalisé que 12 présences, donc 1 seul match en qualité de titulaire. A 7 reprises, il s’est retrouvé dans les tribunes pour blessure. Il a également été le plus souvent sur le banc, à 20 reprises. Après la trêve internationale, l’équipe d’Inzaghi fera face à de sérieux obstacles à surmonter et Joaquin Correa pourrait être au moins sur la touche durant une vingtaine de jours. Ne disposant plus que de trois attaquants pour ces nombreuses confrontations, l’Inter n’est donc plus aussi pressée de céder son milieu de terrain. Selon vous, serait-il judicieux de conserver le joueur, contre son gré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Les déclaration de Giuseppe Marotta ont été claires, peu avant la rencontre face à l’Empoli : "C’est normal que l’attention soit portée sur ce type de garçons, eux qui font partie des Tops Clubs." Révélation de La Gazzetta Dello Sport "L’Inter est là et observe : Elle s’est informée de la situation, elle connait tout de l’argentin et elle a assez de marge pour tenter l’approche. Mais à présent, elle doit simplement attendre la suite des évènements : Comprenez, la rencontre qu’aura Dybala avec la Direction de la Juventus, elle qui n’aura pas lieu avant début février." Acceptera-t ’il de réduire ses émoluments pour la Juve ? "Il se susurre qu’il pourrait percevoir moins que les 7,3 millions d’euros net qu’il perçoit actuellement, il s’agirait d’un triennal et non plus d’un quinquennal. Partant de cette base de négociation, les échanges relatif à la prolongation seraient remis en question : Il pourrait donc s’ouvrir avec une plus grande conviction la piste d’un départ." "L’Inter est prête à rentrer en piste avec une telle décision, elle dispose de la marge suffisante pour lui proposer un contrat de 7,5 millions d’euros, comme lorsqu’elle avait enrôler Christian Eriksen. Dans le fonds, l’International danois était moins une exigence technique, mais bien plus une opportunité à saisir et Marotta ne se fait jamais prier, quitte à avoir surpayé le coût de son transfert." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. C’est une information en provenance du Corriere Della Sera, Giuseppe Marotta pourrait parvenir à mettre en place l’opération menant au recrutement gratuit de la Joya: "L’Administrateur-Délégué de de l'Inter sait que l'opération est complexe, mais pas impossible. Les joueurs à coût zéro sont un investissement rentable s'ils sont bons. Sur son tableau de chasse, nous retrouvons entre autres : Andrea Pirlo, Paul Pogba, Dani Alves, Emre Can, Hakan Çalhanoğlu, Alexis Sanchez et Arturo Vidal." Avec Marotta, quand une suggestion se transforme en hypothèse, l’affaire devient possible La stratégie du Padrino "L'Inter croit en l'opération Dybala, même si elle devra surmonter quelques difficultés. La première est la volonté du joueur. L'Argentin est lié à Marotta, mais il devra avoir le courage de quitter la Juventus et de se lier à l'Inter. La seconde est économique, tandis que la dernière est technique : un joueur comme Dybala est-il une opportunité, une nécessité ou un surplus ?" "Les Nerazzurri veulent baisser leur masse salariale et Dybala demande un salaire entre 7,5 et 9,5 millions net par saison (les bonus feront la différence). Un chiffre important, surtout pour un club attentif à l'équilibre financier. Mais Marotta a plusieurs cartes à jouer" "La première est l'expiration des contrats de joueurs disposant de contrat imposant : En juin prochain, les Nerazzurri diront au revoir à Arturo Vidal et Matias Vecino, se libérant ainsi de 9 millions de salaire net (6,5 Vidal, 2,5 Vecino). Si le départ d'Eriksen constitue une moins-value, elle représente une économie de 7,5 millions de salaire net supplémentaire. Soit un Total : 16,5 millions d’euros. Marotta dispose également d’une autre carte dans sa poche, en payant à Alexis Sanchez une indemnité de départ à hauteur de 4,5 millions d’euros en fin de saison. Le contrat du chilien expirant en juin 2023, le gain serait de 2,5 millions supplémentaires (le Chilien gagnant actuellement 7 millions nets)." Les fonds pour recruter Paulo Dybala peuvent donc être trouvé, mais en réalité, il sont déjà disponibles "Les suggestions peuvent se transformer en hypothèses et, parfois, en bonnes affaires. Marotta est un maître en la matière et l'Inter attend des développements, et quoiqu’il en soit : Dybala doit faire le premier pas, décider de ne pas renouveler et de partir à Milan." Une Triple Vendetta ? "En effet, le passif entre la Juventus et Giuseppe Marotta remonte à l’automne 2018, où après avoir été mis hors-jeu par le club turinois, le plus charismatique des Administrateurs-Délégués italien a du publiquement et en direct annoncé son départ. La première pièce de son Triplé à en devenir a d’ailleurs été son arrivée chez l’ennemi-juré en décembre 2018. La seconde pièce du triptyque a été le recrutement de celui qui avait remporté trois Scudetti de suite à Turin : Antonio Conte, ancien Capitaine de la Juve et désormais entraîneur à Tottenham La troisième pièce de ce triptyque pourrait être l’arrivée de Paulo Dybala en provenance de la Juventus à l'Inter, cette fois sans un laps de temps court ou assez long comme on put l’être les recrutement de Giuseppe Marotta et d’Antonio Conte Le Padrino finaliserait un "Triplé sans précédent" en dehors du terrain : Un grand manager, un grand entraîneur et un grand joueur, voilà la chaîne parfaite qui, même si elle a été composée dans le temps, pourrait offrir à l’Inter la possibilité de goûter à de nouveaux succès, en ayant le double plaisir d’avoir vu être reniéle rival historique." "Si cela s’annonce difficile, rien n’est impossible, car Marotta a déjà démontré tout son talent et toute son habilité stratégique." L’avis de Fabrizio Biasin "Personnellement, je ne pense pas que ce soit une solution si simple, ni si "géniale". Choisir de miser sur l'Argentin, qui est très fort soyons clairs, - c'est engager 60 ou 70 millions au minimum entre le salaire, les commissions et un contrat pluriannuel. C’est trop risqué même pour un talent comme le sien, surtout au vu de la récente "discontinuité de ces performances…Mais quand même : Pour l'amour du ciel, tout peut arriver. !" Pensez-vous Giuseppe Marotta et le Suning capable de poignarder et d'humilier pour une troisième fois consécutive la Juventus ? En effet, la Vieille Dame paie au prix fort le départ de l'Administrateur-Délégué Nerazzurro! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Si la Gazzetta Dello Sport a lancé la véritable bombe du Mercato, celle-ci étant toujours très bien informée de ce qu’il se passe à l’Inter, son pendant à Turin est Tuttosport et celui-ci confirme également les manœuvres interiste: "L’autofinancement est le mot-clé de la gestion de Suning, cela signifie qu’il faut éviter de procéder à des dépenses folles, mais garantir une dizaine de millions d’euros annuel à Dybala ne parait pas aussi utopique." "Il s’agirait clairement d’une exception, en considérant que le joueur le mieux payé jusqu’à la rupture de son contrat était Christian Eriksen à hauteur de 7,5 millions d’euros. Ces 10 millions d'euros représentent le point d'arrêt des négociations entre la Juve et les agents du joueur.. Ces dix millions pour Paulo serait synonyme d’une fumée blanche." "Dix millions entre un salaire fixe et des bonus représente une somme bien différente comparé aux 7 millions d’euros perçu actuellement plus bonus. Et si la possibilité se présente, un manager avisé comme Beppe Marotta ne la laissera pas passer." L’avis de Fabrizio Biasin "Dybala est-il fort ? C’est évident, il y a deux ans, il remportait le prix du meilleur joueur de Serie A et encore maintenant, il peut se montrer potentiellement létal. Pour l’engager, il faudrait un minimum de 70 millions d’euros : 4 années de salaire brut + les commissions. Est-ce que cela a du sens ? Non car c’est trop risqué." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Avant de dispter la finale de la Super Coupe d’Italie, Milan Skriniar s’est livré à DAZN dans le cadre de l’émission "1vs1". Voici les déclarations de la Bête Nerazzurra A présent, ton surnom est Skrigno...... "Certains m’appellent encore Milan, mais ils sont très peu." Tu es très fort cette année... "Oui, nous sommes une bonne équipe." Es-tu le plus fort d’Italie dans les 1 contre 1 ? "Je ne sais pas si je suis le plus fort, mais lorsque je joue face à des adversaires, je les regarde en vidéos pour connaitre les mouvements qu’ils réalisent, c’est pour cette raison qu’l m’est plus facile de lire leur jeu, même s’ils sont talentueux : Je ne les étudie pas, mais je regarde énormément de vidéo de mes adversaires, surement qu’ils font eux aussi la même chose." Est-ce que la défense composée avec Alessandro Bastoni et Stefan De Vrij est la plus forte dans laquelle tu as pu jouer ? "Je dirai oui, nous avons remporté aussi le Scudetto : Depuis mon arrivée ici, c’est la plus forte." Qui est le défenseur le plus fort ? "En ce moment, le Napoli est la défense qui encaisse le moins de but, ils sont fort: Mais je pense que nous réussirons à les rattraper : Nous sommes les plus fort et nous voulons le rester." Comment te sens-tu avec Simone Inzaghi ? "Très bien, mais je ne suis pas le seul à le penser, ce sont tous les gars : Il est l’Uno di noi. Il y a encore quelques années, il jouait sur les terrains, c’est vraiment une bonne personne, c’est comme un compagnon d’équipe : Nous nous sentons vraiment bien avec lui." Quel est l’attaquant le plus fort que tu aies dû marquer ? "Comme numéro 9, je dirais que Romelu Lukaku était difficile à marquer, mais par chance c’était uniquement lors de nos entraînements. Edin Dzeko me donnait aussi du fil à retordre quand il était notre adverse, il est massif et protège bien le ballon, il était aussi difficile à marquer. Comme ailiers, ils sont nombreux, mais cette année, je dirais que Vinicius, qui est très rapide, est vraiment très difficile à marquer." Bastoni ? "Je l’appelle Gerry, comme une girafe : Il est très grand et a un long cou, d’où ce surnom : Nous avons d’excellent rapports, c’est mon frère, depuis son arrivée, nous nous sommes très bien trouvé et entendu, nous sommes toujours à deux dans les chambres et nous regardons les matchs, nous sommes toujours ensemble." Pinamonti ? "C’est un autre frère, il était déjà là à mon arrivée et nous sommes rapidement devenu amis. Il habitait près de chez moi et j’allais le cherchais pour aller à l’entrainement car il n’avait pas encore le permis : C’est un très brave garçon et je lui veux le meilleur, nous nous appelons quotidiennement: Il est devenu plus massif que moi." Eriksen ? "J’ai très mal vécu ce qui lui est arrivé, j’avais si peur et je ne comprenais rien car le chroniqueur parlait en russe. Après, lorsque j’ai vu la photo où il s’était réveillé, j’étais heureux. Nous étions tous affectés : Christian ne peut plus jouer en Italie, mais à présent, le plus important est sa santé : Je sais qu’il va bien actuellement et je suis heureux pour lui." Penses-tu au brassard de Capitaine ? "Oui, j’aimerai le devenir c’est sûr, être le Capitaine de l’Inter est quelque chose de si beau. Mais je n’y pense pas, selon moi le Capitaine n’est pas uniquement celui qui porte le brassard, mais nous tous qui sommes sur le terrain, nous devons nous comporter comme des capitaines et venir en aide à l’équipe." La seconde étoile ? "C’est l’objectif sur lequel nous travaillons tous, nous sommes un groupe fort, nous le démontrons quotidiennement, nous avons des joueurs très fort et un staff fantastique. Nous nous sentons bien, nous devons continuer ainsi jusqu’à la dernière journée et nous verrons où nous en serons. L’objectif est la seconde étoile, c’est un rêve pour nous." Quelle est ta meilleure partie en carrière ? "Mon premier match en Ligue des Champions." Quelles sont les chansons que tu écoutes avant les matchs ? "Les nouvelles de l’Inter, je les écoute toujours dans le car, j’ai un casque pour moi et un pour Bastoni : Je les écoute toujours dans le car, mais il n’y a pas qu’elles, j’écoute toujours des chansons italiennes." Qui est ton idole ? "Ronaldo il Fenomeno, enfant, je jouais en attaque, c’était le plaisir le plus fort qu’il soit." Qui est l’équipier qui te fait le plus rire ? "Ils sont nombreux : Dimarco, Cordaz, Bastoni, Barella, Brozovic, Ranocchia, sont si drôles, chacun à leur manière." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. L'ancien milieu de terrain de l'Inter, Christian Eriksen, a admis qu'il a adoré le temps qu'il a passé au club et trouve dommage que cela doive se terminer. Lors d'une interview sur la chaîne de télévision danoise Sport Tv2, via FCInter1908, le footballeur danois s'est confié sur l'arrêt cardiaque dont il a été victime pendant l'Euro 2020 et qui a failli lui coûter la vie. Cet événement a eu pour conséquence qu'il ne pourrait plus jouer en Italie en raison du dispositif médical dont il est équipé pour réguler son rythme cardiaque. Son contrat avec le club a récemment été résilié par consentement mutuel afin qu'il puisse retourner jouer au football ailleurs. Christian Eriksen a expliqué que c’est dommage de ne plus pouvoir jouer pour l'Inter mais qu'il devait prendre les meilleures décisions en pensant à sa famille et que sa femme soutenait son choix de quitter l'Inter. "Dans l'ambulance, je me suis dit : gardez mes chaussures. C'est fini. Je ne joue plus au football. J'ai dit la même chose à ma petite amie, Sabrina : je ne joue plus, je n'y crois pas. Je voudrais retourner à ma vie quotidienne normale." "Après tout, je suis un joueur de football. C’est ce que je veux être, et j'espère l'être à nouveau, bientôt. L'Inter ? C'est dommage car j'ai adoré le temps passé dans cette équipe. Je dois prendre la meilleure décision avec ma famille et j'ai le soutien de Sabrina pour cela." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  18. Christian Eriksen : " Je ne sais pas quand je reviendrai à San Siro, mais je sais que je le ferai" L'ancien milieu de terrain de l'Inter, Christian Eriksen, souhaite revenir à San Siro après avoir officiellement quitté les Nerazzurri, mais il ne sait pas encore quand cela se fera. Dans un entretien accordé à la Danish Broadcasting Corporation, le joueur de 29 ans a clairement exprimé son désir de revenir à San Siro dans un avenir proche. Eriksen a officiellement quitté les Nerazzurri le mois dernier après que son contrat a été résilié par consentement mutuel une fois qu'il a été clair qu'il ne pourrait plus jouer pour le club en raison de la réglementation sur la santé en Italie. La prochaine étape pour le Danois n'est pas encore claire, mais il est certain qu'il aimerait être de nouveau à San Siro, même si c'est seulement en tant que tifoso. Le retour d'Eriksen au stade sera un moment émouvant et devrait lui donner l'occasion, ainsi qu'aux supporters, de se dire correctement au revoir. "Je ne sais pas exactement quand je vais revenir à San Siro", a-t-il expliqué, "mais je sais certainement que je veux le faire." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  19. Christian Eriksen s’est exprimé, en personne et pour la première fois, depuis ce maudit 12 juin où il fut victime d’une crise cardiaque foudroyante lors de la rencontre valide pour l’Euro 2020, Danemark-Finlande. Remercié à contre-cœur par l’Inter, Chris s’est exprimé sur la chaîne danoise DR1: "C'était fantastique de voir tellement de personnes qui ont eu l’envie de m'envoyer des messages et des fleurs. Ce que j’ai vécu a impacté tellement de personnes et ils ont voulu me démontrer leur sympathie envers moi et ma a famille. Cela m'a rendu fier. Il y avait de plus en plus de fleurs qui arrivaient à l’Hôpital, c’était même étrange car je ne m'attendais pas à toute cette proximité, je suis mort durant cinq minutes. Et après cela, c’était extraordinaire et cela m’a beaucoup aidé de recevoir autant de soutien de la part de tout le monde, merci à tous." "On m’écrit encore, je tiens à remercier en personne les docteurs, les gens que j’ai rencontré, mes équipiers d’équipe et tous ceux qui m’ont fait preuve de soutien, que ce soit en Italie et au Danemark : Je tiens à remercier tout le monde car j’ai reçu du soutien des quatre coins du monde." "J’ai envie de disputer la Coupe du Monde au Qatar, c’est mon objectif de toujours, je ne sais pas si j’y parviendrais, mais c’est tracé sur mon horizon : Je veux revenir, je suis sur d’y parvenir car je ne me sens pas si différent que par le passé. Physiquement, je suis dans mon meilleur état de forme. Mon rêve est de revêtir à nouveau le maillot du Danemark et de jouer à nouveau au Parken (ndr : Il s’agit du stade où il a été foudroyé sur le terrain) et prouver que ce qu’l s’est passé ne se reproduira plus. Je veux montrer que je suis capable de le faire, mon cœur n’est pas un obstacle." Le saviez-vous ? Selon le Daily Mail, le futur d’Eriksen pourrait se diriger vers la Premier League où des clubs huppés, mais non dévoilé pour l’instant, ont fait part d’un sérieux intérêt Martin Schoots le révèle, l'Inter ne voulait pas se séparer de Christian: "Ce qu'il s'est passé n'a rien à avoir avec la situation personnelle de Christian. Il s'agit de réglementations existantes depuis des décennies et qui s'appliquent à tous. Quelques jours après l'Euro, je savais déjà que l'Italie allait être dans une impasse et que nous devions en parler à nos avocats sur place: L'Inter voulait continuer avec Christian!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L'ancien (Ndlr: Aïe) milieu de l'Inter Christian Eriksen pourrait être au Meazza pour le match de Dimanche contre la Lazio, où il pourrait saluer une dernière fois les supporters de l'Inter. C'est le Corriere dello Sport qui rapporte cette information. Selon le journal Romain, le Danois de 29 ans sera dans le public pour ce match. Eriksen a quitté officiellement l'Inter le mois dernier, une fois qu'il est devenu absolument clair qu'il ne pourrait pas rejouer sur les pelouses Italiennes à cause de règles sanitaires en vigueur dans le pays. Le Danois se garde en forme dans l'espoir de retrouver les terrains, avec l'Ajax ou un retour en Premier League pour objectif principal. Eriksen espère pouvoir faire ses adieux aux Nerazzurri et aux supporters, et pourrait bien en avoir l'occasion lors du premier match de l'année 2022. ©Internazionale.fr, via Corriere dello Sport - Traduction Trent_FCI
  21. L'ancien milieu de terrain de la Juventus et de l'Inter et ex-entraîneur de l'Inter, Marco Tardelli, estime que les Nerazzurri sont actuellement au sommet de la Serie A. S'adressant au journal milanais Gazzetta dello Sport, Tardelli a exposé certaines des raisons pour lesquelles il pense que l'Inter est actuellement l'équipe la plus forte de Serie A. L'Inter a connu un bon début de saison, mais s'est retrouvé à la traîne de l'AC Milan et du Napoli, qui ont connu un début de saison presque parfait. Au cours des dernières semaines, cependant, la force des Nerazzurri a commencé à se manifester et ils se sont établis en haut du classement, garantissant mathématiquement le statut de "Champions d'Hiver". Tardelli estime que cela reflète bien leur qualité par rapport à leurs rivaux, et il pense également qu'ils ont une bonne chance contre Liverpool, leur adversaire des huitièmes de finale de la Ligue des champions. "C'est l'équipe la plus forte avec une certaine marge d'avance", a-t-il déclaré au sujet des Nerazzurri. "Et pas seulement parce que le tableau le dit". "Je les vois comme une équipe très calme", a-t-il poursuivi, "avec des joueurs qui ne montrent aucun signe de stress. Inzaghi a bien réussi à changer le style de jeu, à gérer le vestiaire. Il était le choix parfait". "Les raisons de ce succès vont bien au-delà du fait qu'il a maintenu le système 3-5-2", a-t-il ajouté. "Ce n'était pas facile de repartir sans Lukaku, Hakimi, Eriksen, ainsi que Conte, après tout ce que l'équipe avait fait avec lui. Bien sûr, Antonio a montré plus de stress. Inzaghi a cependant dû relever le défi d'établir sa crédibilité immédiatement", a-t-il ajouté. "Je dirais qu'il l'a très bien travaillé". Il a expliqué que "pour le moment, leurs chiffres sont impressionnants. Ils marquent plus que n'importe qui d'autre et ils n'ont pas encaissé de but en cinq matchs." "Mais les matchs se décident toujours au milieu de terrain, sauf si vous avez un Maradona qui va tout décider tout seul", a-t-il poursuivi. "Le milieu de terrain protège la défense et met en place l'attaque", a-t-il poursuivi. "Il suffit de regarder comment Brozovic et Perisic jouent. Marcelo n'a jamais été décisif, il dirige toute l'équipe, prend des risques et pourtant ne perd pas de mauvais ballons en dehors de sa zone." "Ivan est dévastateur, beaucoup plus régulier que la saison dernière", a-t-il ajouté. "Inzaghi lui a donné un nouveau souffle". Au sujet de la forme de Calhanoglu cette saison, Tardelli a déclaré : "Sa qualité a toujours été là, mais je pense qu'il bénéficie de faire partie d'une équipe qui pratique un bon style de football." Il s'est également penché sur le match de Ligue des champions contre Liverpool, déclarant que "J'entends dire que Liverpool est injouable. Mais aucune équipe ne l'est, surtout pour cette Inter, qui peut tout faire." "L'important est qu'ils aillent sur le terrain et prennent du plaisir à jouer au football", a-t-il poursuivi. "Mais contre un adversaire comme Liverpool, il faut avoir une attitude différente, en termes d'intensité et de relation avec les arbitres." "Les fautes commises lors du match d'hier entre Liverpool et Tottenham auraient entraîné des suspensions de dix jours en Italie, a-t-il ajouté. Liverpool est aussi presque arrogant, trop conscient de sa force", a suggéré Tardelli. ®Oxyred – Internazionale.fr via InterSempre.
  22. Si l’Inter de Simone Inzaghi domine à présent la Serie A, l’entraîneur Nerazzurro s’est montré élogieux envers son équipe à Sky Sport, tout en n’hésitant pas à égratigner l’élaboration du nouveau système du calendrier pour la phase retour "Nous réalisons une belle série, il reste un dernier effort à fournir mercredi face au Torino : Nous avons été bon pour ne pas nous laisser abattre lorsque nous n’étions pas en tête. J’aurais préféré pour la phase retour un calendrier traditionnel : le début d’année 2022 sera très relevé. Cette rencontre, lorsque tu regardes le classement, peut sembler simple, mais les garçons ont été bon dans leur mentalité : Nous sommes tous concernés, nous devons tous continuer de la sorte: Face au Torino, il s’agira de la neuvième rencontre en moins d’un mois." "Nous avons été bons pour ne pas nous démobiliser dès le début, à présent, nous sommes en tête et nous voulons le rester. Il y a tellement d’équipes fortes et bien composée, nous devons continuer de la sorte. Nous vivons une belle période mais je dois vous dire aussi que les garçons ne sont jamais reposés sur leurs lauriers, il faut prendre en considération les prestations en équipes nationales. Je crois qu’il est juste que l’on dispute ce dernier match et qu’ensuite il y ait un break pour récupérer des forces, aussi bien physique que mentale." Le calendrier 2022 "C’est évident, vu les confrontations à venir, que j’aurai bien mieux préféré le calendrier traditionnel, le même calendrier que la phase aller. Nous sommes les seuls dans toute l’Europe à avoir un calendrier aussi élevé. C’est normal qu’il soit relevé car il y a la Super Coupe d’Italie et la Coupe d’Italie dedans, mais cela n’arrive qu’à nous : Aussi bien en Italie qu’à l’étranger, nous sommes les seuls à avoir toutes les confrontations directes : Nous en connaîtrons le jugement bien plus tard." Liverpool "Liverpool était parmi les équipes à éviter avec Manchester City et le Bayern Munich, mais nous sommes en huitième de finale et nous jouerons le jeu, en sachant que nous ferons face à une équipe qui a remporté ses six matchs de groupe et qui a remporté la Ligue des Champions, il y a deux ans." Ivan Perisic "C’est facile de faire belle choses lorsque l’équipe joue de la sorte, cette victoire alimente nos certitudes: Nous faisons de belle choses depuis quelques semaines, nous devons continuer ainsi car nous sommes sur la bonne voie. Nous sommes dangereux lorsque nous attaquons et nous avons trouvé plus d’équilibre en défense : La victoire face au Napoli est arrivée depuis les matchs internationaux. Nous étions à -7 et cela nous a donné un grand coup de main." Danilo D’Ambrosio "Nous prenons peu de buts grâce à l’ensemble de l’équipe. Tout le monde impose une grande pression et les attaquants sont nos premier défenseurs lorsque nous ne sommes pas en possession du ballon. Comparé aux autres années, il y a une pression différente, car nous avons gagné la saison dernière. La chose principale est de prouver sa valeur, comme nous le faisons." Milan-Naples "Lorsqu’il y a des confrontations directes, nous avons un devoir : Gagner de façon à pouvoir prendre des points indépendamment du résultat de l’autre match, et nous l’avons fait." Christian Eriksen "Chris était un équipier exceptionnel, il a d’énormes qualité humaines bien plus importantes que celle techniques : Lors de son expérience à l’Inter, il s’y est montré grand, ce qui lui est arrivé nous a tous marqué, nous sommes fiers de l’avoir eu comme équipier, à présent nous l’attendrons au Giuseppe Meazza, nous tenons à le saluer devant notre public." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Interviewé par 90° Minuto diffusé sur la Rai2, Giuseppe Marotta a fait le point en cette mi-saison de championnat Simone Inzaghi "J’imaginais qu’il y allait rencontrer plus de difficultés, mais en réalité, il s’est immédiatement inséré dans notre environnement, avec le soutien de la Direction. Il est parvenu à démontrer sa valeur et il représente, aujourd’hui, la valeur ajouté de notre aire technique." Souviens-toi l’été dernier "Durant l’été, nous avons été investis de turbulences temporelles, mais nous avons trouvé notre Etoile du Nord, prête à nous guider de la meilleure des façons. Nous avons su compenser les départs d’Antonio Conte, d’Achraf Hakimi et de Romelu Lukaku, en plus du problème qu’a connu Christian Eriksen. Le travail d’Inzaghi s’exprime au mieux." La seconde étoile "C’est l’objectif que nous avons tous préfixés et que nous voulons atteindre." Antonio Conte Si Conte s’en veut ? "Je ne le crois pas. Ce n’est jamais utile d’aller ressasser le passé. Je crois qu’il a laissé une empreinte importante dans notre processus croissance, sous l’aspect tactique et mental : Son travail a été très fructueux, comme l’est celui d’Inzaghi : Nous voulons répéter la victoire de l’année dernière, j’y tiens pour nos tifosi et pour la propriété." Mauro Icardi Icardi à la Juve ? "L’Italie n’est plus l’Eldorado du football: Aujourd’hui, nous sommes un championnat de transition. C’est normal que, si des joueurs importants puissent revenir ici, qu'il s'agira de quelque chose de bénéfique : Je ne parle pas de lui, c’est un joueur du Paris-Saint-Germain. Je suis content des attaquants qui sont à notre disposition." Mondial Biennal "L’hypothèse de la Super League est née comme un cri d’alarme des clubs adhérents. Ce football ne représente plus un modèle soutenable et il a besoin d’un réaménagement général. Même notre Gouvernement a dû démontrer plus d’attention et de sensibilité envers le Calcio qui représente un modèle d’agrégation très important. C’est une partie de notre industrie, qui verse dans les caisses de l’Etat, un milliard d’euro par an. Nous ne demandons pas de réductions, mais plus d’attention et de collaboration." Joe Baronne "J'ai soumis une demande à la Lega pour que tous les clubs présentent, au nom de la transparence, leurs dettes aux membres et aux autorités fiscales. Tant en ce qui concerne la saison dernière que celle en cours. Cela témoigne du fait que l’Inter a toujours tout respecté. A l'Assemblée, je lui ai dit ce que j'avais à lui dire, que l’Inter est pour la transparence, ce qui a mis en lumière cette situation. Nous avons toujours rempli nos obligations, en respectant tous les délais. Je lui ai demandé de limiter ces remontrances désagréables". Marcelo Brozovic "Nous avons diverses thématiques à affronter : Je suis content des joueurs en fin de contrat et nous sommes avancés dans les négociations les concernant, je me souhaite de pouvoir les finaliser positivement : Il a exprimé sa volonté de vouloir rester à l’Inter, nous devons trouver l’accord économique, mais je suis optimiste." Luis Alberto "C’est tôt, je ne veux pas m’exprimer sur le futur, j’aborderai ces sujets au moment opportun." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Si vous l’auriez dit, il y a encore quatre semaines à Simone Inzaghi, probablement qu’il ne l’aurait jamais cru. Pourtant grâce à la défaite subie à la Lazio, dans un contexte connu de tous, son Inter s’est remise immédiatement sur le droit chemin, alignant actuellement 6 victoires consécutives et reprenant 11 points au Milan Ac et au Napoli pour déjà prendre 4 points d’avance et pour s’offrir le titre de Championne d’Hiver : Dans le duel de ses deux ex, l’Inter aura assisté à la victoire du Napoli de Luciano Spalletti, sur le terrain du Milan Ac de Stefano Pioli. Cette Inter Championne d’Italie s’amuse sur le terrain tout en aimant proposer du beau jeu, Comme l’a souligné Danilo D’Ambrosio: "Elle propose un jeu offensif, mais organisé". Tous, dans le développement d’une action se retrouvent concerné. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise que le marquoir reprend cinq nom de buteurs différent : "Peu importe qui marque, l’important est de gagner" voici ce qui résumé l’équipe de Simone Inzaghi qui ne peut être heureux d’une telle performance: Inspiré, il fera rentrer dans ce match Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, tous deux buteurs. Ivan Perisić ouvrira d’ailleurs le score sur le premier corner de la rencontre via un coup de pied arrêté par Hakan Çalhanoğlu. L’International croate continue à se montrer indiscutable : Il court, il presse, il attaque, il défend, propose le tempo de certaines actions dévastatrices. Ses combinaisons du soir, avec l’international turc auront fait très mal à l’adversaire. Hakan Çalhanoğlu recruté pour remplacer Christian Eriksen répond également présent en ce début de saison, sa passe décisive pour Perisić est la huitième de la saison pour la manche aller du championnat. Il est actuellement à -1 du record historique signé Antonio Candreva qui était parvenu à délivrer 9 caviar. Si Alexis Sánchez retrouve également des couleurs avec un nouveau but inscrit tout en facilité et en confiance, la belle surprise de la soirée est le nouveau but inscrit, sur un caviar d’Edin Džeko, de Denzel Dumfries : L’international hollandais se montre toujours plus mature et en croissance, en augmentant, match après match son niveau. Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini auront inscrit également le 4ème et 5ème but des Nerazzurri. Pour l’argentin, celui-ci est parvenu à égaler son ancêtre, Mauro Icardi, auteur d’au moins un but lors de 5 matchs consécutifs, une performance réussi en 2018. Pluie de record Avec le but de Denzel, l’Inter a battu son propre record historique de buts inscrits sur une année civile datant de 1950: Le palier des 99 buts a été franchi. Mieux encore, Si Denzel a inscrit le 100ème but, ceux d’Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini ont permis à l’Inter d’écrire l’une de ses plus belle page d’histoire avec, encore un match à disputer : Les 103 buts de l’Inter de Simone Inzaghi seront à jamais inscrit dans le marbre devant les 101 buts inscrit lors de la saison 2018 de la Juventus de Massimiliano Allegri Grâce à cette nouvelle victoire, Simone Inzaghi présente également un très beau bilan en carrière en s’offrant avec la manière son 200ème résultat utile : 150 victoires et 50 matchs nuls entre la Lazio et l’Inter: Pour la sixième fois consécutive, une équipe d’Inzaghi l’emporte dans un stade où elle ne l’avait jamais emporté auparavant en Serie A, et elle y est parvenu sans encaisser le moindre but. L’Inter pourrait également écrire une nouvelle ligne d’histoire : Lors de cette première partie du championnat, la Beneamata a déjà inscrit 12 buts de la tête et, si elle parvient à en inscrire un nouveau ce mercredi face au Torino, elle égalerait le record établi en 2005/2006 par la Fiorentina qui est de 13 têtes victorieuses. Le seul point noir de cette soirée a été la prise à partie de Tifosi de l’Inter qui, selon la Gazzetta Dello Sport ont vu des pseudos supporters de la Salernitana les agresser : "Avant le match un groupe de jeunes a pris pour cible un bus de supporters des Nerazzurri qui se dirigeait vers le secteur visiteur ; des fumigènes ont également été allumés et ont fait exploser des pétards alors que la police s'efforçait de chasser les fauteurs de troubles. Un homme de Salerne a été arrêté, d'autres pourraient être identifiés dans les prochaines heures." Dans une moindre mesure, Nicolò Barella, averti pour la cinquième fois, ratera le dernier match de l’année face au Torino : Un repos qui lui sera bien plus que bénéfique. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Salernitana 0-5 Inter Buteur(s) : 11’Perisić, 33’ Dumfries, 52’ Sánchez, 77’ Lautaro Martínez, 87’ Gagliardini Salernitana : 1 Fiorillo; 33 Delli Carri, 31 Gagliolo, 23 Gyomber (80’ 21 Zortea), 26 Bogdan, 19 Ranieri (71’ 4 Jaroszynski); 18 Coulibaly, 20 Kastanos (61’ 8 Schiavone), 22 Obi; 7 Ribery (71’ 15 Gondo); 25 Simy (61’ 11 Djuric) Banc : 72 Belec, 96 Guerrieri, 14 Di Tacchio, 24 Kechrida T1 : Stefano Colantuono Inter : 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 95 Bastoni (56’ 32 Dimarco); 2 Dumfries, 23 Barella (56’ 22 Vidal), 77 Brozović (71’ 5 Gagliardini), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisić (78’ 11 Kolarov); 9 Džeko, 7 Sánchez (56’ 10 Lautaro Martínez) Banc : 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 37 Škriniar, 46 Zanotti, 48 Satriano T1 : Simone Inzaghi Arbitre : Mariani VAR : Giacomelli Averti(s): Barella (I), Gyomber (S) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. L'Inter dit au revoir à Christian Eriksen après la résiliation du contrat du joueur d'un commun accord. Nous nous souvenons encore de ce moment, d'excitation mêlée d'attente. Lorsque vous attendez quelque chose que vous savez être bon, vous avez presque envie d'attendre un peu plus longtemps pour pouvoir en profiter davantage. 28 janvier 2020 : les rideaux se sont ouverts au théâtre de la Scala, la scène où les premières apparitions sont toujours spéciales. Et quand la classe rencontre l'élégance, Christian Eriksen et l'Inter, cela ne peut être que spécial. Il y avait le maestro Danois tissant sa magie dans notre milieu de terrain. Le bruit sourd du ballon qui frappe la barre se fond dans le "ohhh" d'étonnement des fidèles Nerazzurri lorsque Christian tire un coup franc d'une distance ridicule, à quelques centimètres de la gloire. À cet instant, nous avons su qu'il s'agissait d'un compositeur de la plus belle musique. Nous avons partagé des moments de classe, des batailles, des buts inattendus, comme lorsqu'il a marqué directement depuis le poteau de corner contre Naples, ainsi que quelques déceptions, comme à l'été de cette interminable saison 2019/20, lorsque nous avons fait un magnifique parcours, pour finalement manquer de peu ce Scudetto. Un autre coup franc, un autre derby, dans la Coppa Italia. Un moment emblématique de l'histoire récente de l'Inter. Un but splendide et crucial, non seulement pour nous qualifier pour le prochain tour, mais aussi pour donner un second souffle à l'histoire de Christian et de l'Inter, un lien qui s'est renforcé match après match. Christian a été un personnage clé dans notre marche vers le Scudetto - un effort d'équipe auquel Eriksen a contribué par sa vision, son intuition, ses passes, ses passes décisives et ses buts, dont certains très importants. Contre Naples, contre Crotone, dans ce qui a finalement donné le titre. Puis un autre coup franc délicieux pour célébrer le titre à San Siro lors du dernier match de la saison. C'est notre dernier souvenir, heureux et nostalgique, de Christian sur le terrain sous le maillot de l'Inter. Parce que parfois la vie prend un tour inattendu et vous envoie sur un chemin que vous n'aviez pas imaginé. Tous les fans de l'Inter, tous les fans de football, ont regardé en silence, en espérant pour Christian. Le revoir à Appiano Gentile avec ses coéquipiers, en tant que champion d'Italie, était une joie que nous n'oublierons jamais. Bien que l'Inter et Christian se séparent maintenant, le lien ne sera jamais brisé. Les bons moments, les buts, les victoires, les célébrations du Scudetto avec les fans à l'extérieur de San Siro - tout cela restera à jamais dans l'histoire des Nerazzurri. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter.it