Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'club'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Annonces & Support
    • Présentations
    • La Curva du Forum
    • Vos Déplacements
    • Questions
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Contact et inscriptions de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers
  • Football

Catégories

  • Gardiens
  • Défenseurs
  • Milieux
  • Attaquants

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Inter Women
  • Dates clés
  • Super Coupe d'Italie

Fonctionnalités

Catégories

  • Carte du Monde des Nerazzurri

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Ville


Joueurs

  1. Les poursuites judiciaires contre le président de l'Inter, Steven Zhang, se poursuivent dans le procès de plus de 300 millions d'euros impayés contre China Construction Bank (Asia) Corporation (CCBA). Ces derniers mois, comme le rapporte Calcio e Finanza, les créanciers avaient ouvert un procès aux États-Unis pour tenter d'obtenir des informations, entre autres, sur la relation entre l'Inter et Zhang auprès de grandes institutions financières occidentales telles que Goldman Sachs et Oaktree Capital Management. En conséquence, la CCBA avait demandé au tribunal américain l'autorisation de signifier des assignations à comparaître à plusieurs institutions financières ayant des bureaux à New York, notamment Goldman Sachs, Oaktree Capital Management et Bain Capital. La succursale de la banque publique chinoise cherche à entrer en contact avec ces institutions financières car elle pense qu'elles pourraient avoir des informations sur l'Inter et ses relations avec Steven Zhang et le groupe Suning. Une action en justice qui s'achemine vers sa conclusion. Ces derniers jours, comme indiqué dans les documents consultés par Calcio e Finanza, le tribunal du district sud de New York a rejeté l'appel présenté par Zhang et ses avocats afin de rejeter complètement la demande d'accès aux documents. Cependant, dans la sentence, la même Cour souligne que "la demande des intervenants (Zhang et Suning, ndlr) d'annuler totalement l'assignation est infondée", tout en indiquant toutefois qu'elle convient "avec les intervenants, que l'assignation en tribunal est excessif". Entre autres questions, CCBA a demandé l'accès à des documents à partir du 1er janvier 2015 et portant sur des situations générales, ainsi que des négociations potentielles pour la vente de l'Inter et toute la documentation liée à l'opération de financement du club Nerazzurri. La liste définitive des documents à remettre a été portée à la connaissance des parties en visioconférence ces derniers jours et devrait être rendue public après la décision du juge dans les prochaines semaines. La demande d'accès aux documents est effectuée par les créanciers pour utiliser les documents dans les autres procès qu'ils mènent entre Milan et Hong Kong. Il s'agit de trois procédures différentes : elles débuteront le 10 juillet par une nouvelle audience à Hong Kong qui portera sur ce qu'on appelle "l'examen du débiteur". En particulier, selon les documents déposés aux États-Unis par les créanciers, Zhang sera « interrogé oralement pour lui demander s'il a des dettes, combien de dettes lui sont dues et de quels autres actifs ou moyens il dispose pour satisfaire à la peine" avec laquelle il a été obligé de rembourser plus de 300 millions de dettes. En outre, Zhang devra également "produire tout livre ou document en sa possession ou en son pouvoir" concernant ses actifs et ses passifs. Nouvelle audience rendue nécessaire par le fait que ni Steven Zhang ni le cabinet d'avocats retenu ne s'étaient présentés le 24 avril, date de la dernière audience prévue. Le 12 juillet, en revanche, ce sera au tour du tribunal de Milan, qui a fixé la première audience à cette date après la demande des institutions bancaires de procéder à l'exécution de la peine, avec la demande de reconnaissance de la peine également en Italie. Si la peine de Hong Kong était également reconnue en Italie, les établissements bancaires chinois auraient le feu vert pour mettre la main sur tout actif présent dans le pays pouvant remonter jusqu'au président de l'Inter. Par ailleurs, les créanciers ne renoncent pas au procès intenté au tribunal civil qui demande l'annulation du procès-verbal du conseil d'administration du club Nerazzurri qui établit que Zhang ne reçoit aucune indemnité pour sa fonction de président. Dans cette affaire, la première audience a eu lieu en avril dernier et pour la nomination ultérieure, la date du 12 septembre a été indiquée par la juge Alima Zana "afin de discuter de l'éventuelle admission de moyens d'enquête". Un vrai bourbier en coulisse ...
  2. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  3. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  4. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  5. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  6. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  7. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  8. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  9. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  10. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  11. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  12. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  13. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  14. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  15. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  16. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  17. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  18. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  19. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  20. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  21. Damien

    1908 Inter HQ

    © Marco Cappelletti

  22. Il y a un peu plus d’un an, l’Inter est entrée dans l’Ere du Suning. Une conférence de presse a annoncé officiellement le rachat du club détenu, par le Colosse Chinois, des mains d’Erick Thohir et Massimo Moratti. Mais comment avons-nous été racheté ? Faisons un petit retour en arrière.... Calcioefinanza.it est entré en possession des documents officiels de l’assemblée des actionnaires Nerazzurri, qui étaient présent à Milan et qui était sur le point de procéder à la mise en vente de leurs actions pour le Suning, afin que ce dernier devienne l’actionnaire majoritaire, et par conséquent, le propriétaire de l’Inter L’accord entre le Club et le Groupe Suning, comme on peut en prendre lecture sur le procès-verbal du Conseil d’Administration de l’assemblée, a été signée initialement le 27 mai 2016 pour être révisé par la suite le 13 juin. Un accord qui s’est réalisé en plusieurs phase, qui à présent, nous permettre de connaitre exactement les détails, de la composition sociétale avant l’arrivée du Suning, à la Composition actuelle (l’Article datant du 01 juillet 2016, des nouvelles interventions n’y sont pas reprises) L’actionnariat de l’Inter avant l’Opération Suning Actionnaires Nombres d’actions % International Sports Capital (Thohir) 8.166.666.667 70,00% Internazionale Holding (Moratti) 3.440.835.074 29,49% Autres actionnaires 59.164.926 0,51% Total 11.666.666.667 100,00% Le premier pas de l’opération est venu des mains d’Erich Thohir et de Massimo Moratti, l’Indonésien avait en fait acheté la totalité des parts de Massimo Moratti (3.440.835.074, pari al 29,49% des actions) à travers la Nusantara Sports Venture HK Limited, une holding appartenant à la Galaxie Thohir. Phase 1 – L’actionnariat de l’Inter avant l’augmentation du Capital Actionnaires Nombres d’actions % Nusantara Sports Ventures HK (Thohir) 3.440.835.074 29,49% International Sports Capital (Thohir) 8.166.666.667 70,00% Autres actionnaires 59.164.926 0,51% Total 11.666.666.667 100% C’est à ce moment précis que rentre en jeu, le Suning Commerce Group L’accord entre l’Inter et le groupe Chinois prévoyait la souscription, de la part du Suning, à travers la société de droit luxembourgeoise “Great Horizon S.a.r.l., siégeant au Luxembourg, et constituée le 21 juin dernier avec Yang Yang, Dirigeant du Suning et Administrateur Unique) d’une augmentation de capitaux réservé à l’émission de 3.263.021.485 nouvelles actions ordinaires, ce qui représente 20,86% du capital social après augmentation, en versant la somme de 142M€ dont 137.804.686,66 € de charge avant le 30 juin (soit deux jours avant l’Assemblée générale). Le capital social de l’Inter a donc bondi de 15M€ à 19.195.313,34 €. Dans cette augmentation contemporaine de Capitale, Thohir, via un contrôle des opérations, à procéder au transfert des 29,49% des actions de Massimo Moratti (3.440.835.074 actions, devenue 23,05% après l’augmentation des capitaux) à la Nusantara Sports Ventures HK pour ensuite aller à l’International Sports Capital. Et c’est International Sports Capital qui a ensuite cédé le tout au Suning Holding Group à savoir, les 3.440.835.074 actions (soit les 23,05% après augmentation des Capitaux). En ce sens, voici la composition de notre actionnariat après l’augmentation de Capital. Phase 2 – L’actionnariat de l’Inter suite à l’augmentation du Capital Actionnaires Nombre d’actions % Suning Holdings Group Co., Ltd 3.440.835.074 23,05% Great Horizon Sarl (Suning) 3.263.021.485 21,86% Totale Suning 6.703.856.559 44,90% International Sports Capital 8.166.666.667 54,70% Autres actionnaires 59.164.926 0,40% Total 14.929.688.152 100,00% http://www.calcioefinanza.it/wp-content/uploads/2016/07/Schermata-2016-09-05-alle-19.21.31.pngLe passage des 46,64% des actions, qui ajoutée au 21,86% de l’augmentation du capital ont permis au Suning de grimper jusqu’au 68,55% annoncés. Deux phases auront donc été utile pour le transfert de propriété de Thohir, vers le Groupe Suning, selon le rapport du Conseil d’administration, avec un premier pas seulement du 23.05 % ci-dessus et plus tard (en 2016 et fondée sur la présence de certaines conditions, déclaré dans le document officiel) le reste, à savoir les 23,64 %. En réalité, la transition a été faite entièrement avec Suning (entièrement par Great Horizon Sarl, en fait l’actionnaire majoritaire de l’Inter, même si Suning n’est pas décrit dans les documents concernant les actionnaires) qui est déjà passé à 68,55 %. Dans une note officielle, nous pouvons y lire : "L’investissement de la part du Suning sera très avantageuse pour la société sous divers profils. Sur les profils commerciaux et Opérationnels, le Suning aidera le Club à développer une présence forte sur le marché chinois. Au niveau du profil sportif, l’investissement consentira une étroite collaboration entre l’Inter et le Jiangsu Suning Football Club, par le biais de prêts des joueurs, de collaboration entre entraineurs et recruteurs des clubs. Suning fournira au club l’accès à la croissance au niveau des liquidités et renforcera la situation du patrimoine du Club." Inter-Suning, la chaîne de contrôle http://www.calcioefinanza.it/wp-content/uploads/2016/07/inter.jpgLa chaine de contrôle ne s’arrête pas à Great Horizon. La Holding Luxembourgeoise, comme le révèle Radiocor, elle est contrôlée à 100% par la Société de Hong Kong Suning Sports International Limited, son capital est entièrement détenu par une autre Holding basée en Asie, la Suning Culture International Limited. À son tour, ce dernier est contrôlé par le Suning Culture Investment Management, qui possède également un bureau en Chine. Nous arrivons à la dernière étape avec le capital de ces véhicule chinois – qui d’après les documents de l’Administration d’État pour l’industrie et le Commerce de la Chine – est détenue par le Suning Holdings Group, le coffre-fort de Zhang Jindong à 90% et 10% à par Chen Yan à 90 %. L’identité de ce dernier reste un petit mystère comme le souligne Radiocor. Il ne s’agit pas clairement d’une personne physique, comme par exemple un manager de la Galaxie Suning (dans le passé, Jindong Zhang a déjà récompensé ses fidèles avec des riches paquets d’actions), ou s’il s’agit d’une société en commandite reconnue par le patron. En tout cas, ces 10 % – d’après les documents de Beijing – aurait été souscrits mais non payés. La question : Vu qu’il y a des accords qui peuvent permettre au marché chinois de tirer profit du rachat de l’Inter et d’une collaboration entre l’Inter et le Jiangsu: Pour quel motif le Suning est mis sous pression par son propre pays ?
  23. Après la défaite de notre équipe favorite contre Séville, pas d'article concernant une analyse post-mortem. Au lieu de cela, nous vous proposons un retour dans le passé avec une présentation de la méthode déployée par Helenio Herrera, le Catenaccio. Considéré comme l'un des meilleurs entraîneurs de tous les temps, Helenio Herrera est synonyme de "Catenaccio". La tactique utilisée par Herrera, en particulier à l'Inter Milan entre les années 1960 et 1968, est considérée comme notoire, négative et cynique par beaucoup, encore maintenant ! La Serie A est considérée principalement comme une ligue se concentrant sur la défense et la base de ce cela a commencé avec l'Inter Milan de Herrera. Bien qu'il n'ait peut-être pas lancé la tendance à pratiquer un football pragmatique et défensif, il a définitivement jeté les bases de son succès. La tactique consistant à utiliser des hommes supplémentaires en défense a en fait été lancée par Karl Rappan à l'époque du Servette de Genève. Il a expérimenté la tactique dans un club qui se battait pour sa survie. Dans un tel cas, il était nécessaire de renforcer la défense. Cependant, il a plus tard obtenu un grand succès avec quand il a imposé la même stratégie lorsqu'il était entraîneur de l'équipe de Suisse dans les années 1930. L'idée n'a pas été vraiment bien reçue à ce moment-là et n'a été que peu utilisée ici et là. Ce n’est qu’au début des années 60 que le Catenaccio a pris le devant de la scène en tant que philosophie ou modèle de football. Fait intéressant, ce n’est pas Herrera qui a initialement introduit cette idée en Italie. C'est plutôt le manager de Salernitana, Giuseppe Viani, qui a obtenu un certain succès en utilisant de telles tactiques après avoir supervisé son équipe pour une promotion. Cela en a inspiré d'autres, en particulier Nero Rocco, qui a utilisé le système au Milan et avec lequel ils ont décroché la Coupe d'Europe sous ses ordres en 1963. Cela ne faisait que retarder l'inévitable car La Grande Inter est devenue le top sujet en Europe. Le Catenaccio deviendrait légendaire et ne sera certainement jamais oublié. Helenio Herrera a été le premier pour de nombreuses choses. Herrera a introduit l’idée de collecter des crédits pour la performance de l’équipe. Le club italien a obtenu d'énormes distinctions sous le directeur argentin et a été appelé "Grande Inter". Herbert Chapman, inventeur de la formation en WM (un 3-2-2-3, ce qui forme un W et un M) et Karl Rappan avec Herrera sont devenus les personnes les plus notables dans le domaine des tactiques de football. La Grande Inter de Herrera est devenue la première ère déterminante du football car elle a été la première de la ligne dans laquelle le Milan de Sacchi, le Barca de Pep et d'autres équipes dominantes ont traversé. Selon le célèbre livre de Jonathan Wilson, "Inverting the Pyramid", Helenio avait cité ce qui précède. On lui a souvent reproché de pousser ses joueurs à un point où il ferait n'importe quoi pour réussir. Hererra était un pur pragmatiste et était très pratique sur les choses qui étaient censées arriver et comment il pouvait les changer pour en tirer le résultat le plus bénéfique pour lui et son équipe. Les joueurs étaient cependant très dévoués et croyaient en ses idées théoriques. Après avoir décroché le premier Scudetto avec l'Inter, les joueurs, qui manquaient un peu de compétences linguistiques, l'ont joyeusement appelé "Signor Mr". Il a dit: "Mais j'ai simplement mis en œuvre des choses qui ont ensuite été copiées par chaque club : travail acharné, perfectionnisme, entraînement physique, régimes et trois jours de concentration avant chaque match." Herrera était un homme discipliné selon sa fille. Ses matins commençaient par le yoga et sa nourriture se limitait principalement au parmesan et à l'huile d'olive. Pendant son passage à Barcelone, Herrera a trouvé un livre sur le mysticisme qui contenait des détails sur les exercices physiques du XVIe siècle. Cela lui a donné l'idée de retraites de football. Comme mentionné précédemment, Herrera est redevenu le premier en quelque chose quand il a introduit ces retraites dans le football. Pour la première fois dans l'histoire, des joueurs de football ont été envoyés pour se détendre dans des endroits verts et sereins pour atteindre la paix intérieure. Ils étaient encouragés à être dans des espaces silencieux, à penser de l'intérieur, à étudier les tactiques et à mener une vie solennelle. L'idée de passer des vacances en équipe et les programmes de rééducation après des blessures ou une baisse de forme a été initiée par Helenio Herrera quand il était à Barcelone en 1959. L'année suivante, Herrera a pris en charge l'Inter et le reste est de l'histoire, disent-ils. Sa contre-attaque défensive a été très critiquée et n'a pas été appréciée pour la façon dont son équipe a pu créer et occuper avec brio des espaces dans le territoire adverse lors des contre-attaques. Herrera était obsédé par la mentalité des joueurs et de toutes les personnes impliquées dans l'équipe. Il voulait que tout le monde donne tout. La mentalité positive et gagnante était plus importante pour Helenio Herrera. Même dans les conférences de presse, les joueurs n'étaient pas autorisés à exprimer ce qu'ils ressentaient. Ils étaient encouragés à livrer des messages positifs aux médias. Ils seraient condamnés à une amende s'ils s'étaient écartés du scénario pré-établi. Comme indiqué précédemment, les régimes alimentaires des joueurs ont été soigneusement surveillés et contrôlés. Sur le terrain d'entraînement, Herrera a été le premier manager à s'écarter des méthodes précédentes. Il a apporté des exercices dont personne n'avait jamais pensés auparavant. Il a eu une vision qu'aucun n'a jamais eue auparavant. Il a parlé de sa philosophie pendant les exercices, explique les attaques rapides comme l'éclair, des profondeurs et la valeur du chevauchement des arrières latéraux. Les joueurs étaient des athlètes bien entraînés, une vie propre et un esprit sain, comme l'indique le livre "Road to Lisbon: A Novel." Herrera a même été le premier manager à motiver ses joueurs comme aucun autre. Il épinglait des citations et des phrases de motivation sur les murs de la loge et s'assurait que tout le monde les voyait facilement. Le style de Herrera à Barcelone était scintillant et il parlait de sa confiance en lui. Il a déployé les milieux offensifs dans les espaces larges du milieu de terrain, ce qui leur a donné la créativité au milieu de terrain. Au cours de la saison 1958-59, Barcelone avait remporté la ligue par quatre points en amassant 96 buts en 30 matchs. La saison suivante, Herrera a remporté son deuxième titre de champion avec le Barça uniquement grâce à la différence de buts, mais il a perdu la C1 contre le Real Madrid, score total de 6-2. Cela a incité aux dirigeants de Barcelone à le limoger et il a choisi l'Inter. La tactique à l'Inter était très rigide et précise. Les joueurs défendraient en profondeur et une fois que les défenseurs gagneraient le ballon, il serait donné à Jair qui exploserait dans le bon passage ou à Suarez qui était le chef d'orchestre. Suarez était habile à trouver les joueurs dans les vastes zones. Corso et Mazzola étaient souvent déployés derrière l'attaquant. Picchi était le libéro de l'équipe, le défenseur central libre et bas, dont son nom. Le positionnement du libéro est plus libre et fluide que celui des autres défenseurs puisqu'il était le dernier homme avant le but de Sarti. Facchetti était l'un des joueurs clés de l'équipe de Grande Inter, il était celui qui a soutenu Herrera lorsque beaucoup l'ont accusé d'être de le gourou de la négativité. "J'ai inventé le Catennacio. Le problème est que la plupart de ceux qui m'ont copié m'ont mal copié. Ils ont oublié d'inclure les principes d'attaque que mon Catennacio incluait." Il y avait des ajustements dans l'équipe ici et là à chaque fois qu'un joueur se blessait ou qu'il y avait un changement dans l'approche. Le changement de philosophie n'a cependant jamais été visible. L’équipe d'Herrera a prouvé que ses détracteurs avaient tort et a joué aussi bien qu’elle a obtenu des distinctions et personne n’a pu les remettre en question. Ils ont remporté la Serie A en 1963, 1964 et 1966 et deux championnats d'Europe consécutifs dans les années 1964 et 1965. La tactique de la Grande Inter tournait principalement autour des facteurs suivants: Le libero, Picchi; L'arrière latéral, Facchetti; Les ailiers, Jair et Corso; Le 10, Suarez. Picchi, le joueur qui a enseigné à tout le monde le rôle de Libero, était l'épine dorsale du Catennacio. Leurs performances défensives collectives ont fourni aux joueurs attaquants la plate-forme pour être impitoyable dans les attaques. Picchi peut être appelé à bien des égards le balayeur ou le libéro, c'est lui qui représente le terme "verrou". L'utilisation du verrou signifiait que la moitié centrale offensive était conservée, mais les ailiers sont retirés dans la ligne défensive. La moitié centrale est restée le point focal offensif de l'équipe et c'était Luis Suarez dans la plupart des cas. Bien que Picchi ait manqué un peu de flair, il s'est assuré que son gardien de but ne soit pas dérangé par sa discipline de position. Selon Kenneth Wolstenholme, l'auteur de The Pros, "Si un joueur dépassait la ligne de quatre, soit en dribblant, soit en créant un espace avec un une-deux avec un collègue, il serait confronté à Picchi. Tout joueur qui courrait pour récupérer une longue passe serait confronté à… Picchi. Tout lob haut ou centre qui flottait dans la surface de l'Inter serait enlevé par… Picchi." Facchetti, souvent reconnu comme le premier arrière offensif de son genre, Giacinto Facchetti est l'un des meilleurs joueurs jamais produits par l'Italie. Il a montré de l'excellence dans le jeu et ce que les défenseurs pouvaient faire au lieu simplement défendre. Les arrières latéraux de cette époque et avant étaient contraints à une zone spécifique et ont simplement été invités à passer le ballon aux avants. Peut-être le premier défenseur à avoir jamais possédé les compétences nécessaires pour avancer, il faut dire que Herrera l'a utilisé avec brio. Facchetti était un ailier au début de sa carrière avant qu'Herrera ne fasse subir à Facchetti sa métamorphose. Son instinct offensif et ses exploits de but à l'avant étaient dus au fait qu'il était un ailier avant. Le rythme de travail de Facchetti et son désir de travailler pour l’équipe ont été évalués au-dessus de ses compétences techniques, ce qui a amené Herrera à le convertir en un arrière latéral idéal... cet idéal arrière latéral montant dans son plan directeur. Sur Facchetti, Herrera a déclaré: "J'avais Picchi comme balayeur, oui, mais j'avais aussi Facchetti, le premier arrière à marquer autant de buts qu'un attaquant." "En attaque, tous les joueurs savaient ce que je voulais: du football vertical à grande vitesse, avec pas plus de trois passes pour atteindre la surface adverse. Si vous perdez le ballon en jouant verticalement, ce n’est pas un problème, mais si vous le perdez latéralement, vous le payez avec un but." Jair da Costa était un ailier brésilien offensif capable de jouer en tant que deuxième attaquant lorsque son équipe en avait besoin. C'était un "express" extrêmement rapide à droite, possédant une technique brillante. Il était également connu pour son incroyable capacité de frappe. C'était un brillant spécimen d'ailier parfait pour l'Inter. En 119 apparitions pour la Grande Inter, le Brésilien a marqué 39 buts. Mario Corso, quant à lui, a passé la majeure partie de sa carrière chez nous. Semblable à Jair, Corso était ultra rapide sur les flancs avec un rythme sur le ballon. Étant gaucher, il était réputé pour ses passes astucieuses et sa capacité à distribuer le ballon. Il était capable de jouer sur les deux flancs, mais sa capacité de franchissement d'un pied gauche plus fort le limitait au flanc gauche dans la plupart des occasions. Cependant, certains de ses traits n'étaient pas similaires à ceux de son partenaire. Jair était un ailier typique alors que Corso ne l’était pas. L'Italien est connu pour sa capacité à lui donner un rôle gratuit et joué entre les lignes. Son pied gauche lui a valu le surnom de "pied gauche de Dieu" car il était très mortel. Il était également un très bon tireur de coups francs. On se souvient de Luis Suarez pour différentes choses. Seul Espagnol à avoir remporté le Ballon d’Or jusqu’à ce jour, il a été la catapulte de l’équipe de La Grande Inter. Surnommé "l'architecte", Suarez était au centre des choses pour l'Inter. Il a été utilisé comme attaquant à Barcelone, mais à son arrivée à l'Inter, Helenio avait des idées différentes. Herrera le mette plus en arrière et le déploya en tant que créateur de jeu en profondeur. Il avait la vision de trouver des joueurs devant lui. Son large éventail de passes en a fait un pivot dans les plans de Herrera. La Grande Inter d'Herrera avait annulé presque toutes les vulnérabilités en tant qu’unité défensive et était brillante au niveau compteurs. Les versions qui sont venues plus tard n’ont jamais été à la hauteur de ce que l’équipe d'Herrera avait utilisé. Cependant, le centre de la défense était souvent un problème lorsqu'ils affrontaient une équipe offensive et cela s'est avéré coûteux lorsque le Celtic a battu l'Inter en finale de la C1 en 1967 et a montré au monde qu'une équipe offensive peut se frayer un chemin dans une équipe défensive. Malgré le grand succès remporté par Herrera avec son équipe de l'Inter, il y avait un sentiment amer au milieu de tout cela. Le Celtic de Jock Stein a mis fin à la suprématie de l’Inter en Europe lors de la finale de 1967 avec Bill Shankly citant la victoire du football ce jour-là. L'Inter a été brillante sur le terrain sans aucun doute, mais ce n'était pas sans sa juste part de "délits" en dehors du terrain. Les rapports de vandalisme, de hooliganisme et de corruption étaient toujours répandus lorsque l'Inter jouait. Leurs adversaires n'ont jamais été autorisés à dormir et à se reposer paisiblement dans leurs hôtels avant les jours de match alors qu'il y avait de nombreux rapports de favoritisme dans l'arbitrage. Des fautes grossières sont passées inaperçues sur le terrain tandis que le niveau d’obsession de ses joueurs augmentait à tel point que beaucoup d’entre eux vomissaient avant la finale de 1967 contre le Celtic. Il a été dit qu'Armando Picchi avait demandé au gardien Sarti de laisser entrer le ballon après un point pendant le match, affirmant qu'il était inutile de continuer à défendre et que le Celtic finirait par marquer. Les joueurs n'ont pas cru que Picchi lui-même disait cela, mais c'était l'agonie mentale que les joueurs ont dû subir pour se conformer aux exigences d'Helenio Herrera. Il a quitté l'Inter pour entraîner la Roma après cette saison et il était difficile de trouver une période stellaire par la suite. Dans les dernières étapes de sa vie, Herrera s'est impliqué dans le journalisme et a commencé à écrire pour les journaux. Il ne pourrait jamais reproduire les mêmes niveaux de succès en raison des exigences et de la concentration qui ont été nécessaires pour créer un tel modèle. Même à l'Inter, comme c'était le cas lors du match contre le Celtic, l'Inter a décliné et cela était dû aux méthodologies adoptées par l'Argentin. Le fait que les joueurs n'étaient pas autorisés à voir quelqu'un d'autre que leurs coéquipiers entre les matches était contre-efficace. La nervosité et la tension qu'elle créait avant les matches seraient insupportables même pour les joueurs les plus forts. De tels échecs ne doivent pas et ne peuvent pas nuire au succès et à la grandeur d'Helenio Herrera. Il a laissé un héritage qui ne pouvait être reflété par personne et, ce faisant, il a laissé une identité pour le football et sa culture non seulement en Italie mais dans toutes les régions du monde. Cela s'est justifié lorsque l'Inter Milan de Jose Mourinho a remporté le triplété avec un style similaire. Beaucoup peuvent mal comprendre ses idées et se méprendre sur sa philosophie, mais il était un type de manager très différent et le premier du genre. Dans La Grande Inter, le Franco-Argentin a non seulement créé une équipe dominante mais aussi une équipe qui a révolutionné le jeu. Helenio Herrera est l'une de ces âmes qui ne peuvent jamais être mises en parallèle et l'homme est à juste titre l'un des plus grands entraîneurs de tous les temps. A bien noter : Contrairement à la croyance populaire, Herrera N'A PAS MIS UN BUS. La connotation peut être attachée à la mise en place de lignes parallèles de joueurs conçues pour étouffer le jeu adverse au détriment de la mobilité. Quelque chose dont Jose Mourinho, pour le meilleur ou pour le pire, est un maître. Herrera n'a pas fait ça. Certes, l'équipe a mis en place des lignes organisées pour maintenir une forme fixe. Mais Herrera n'a pas sacrifié la fluidité pour cela. Au lieu de cela, il a innové et créé un poste qui peut être décrit comme un demi-arrière. Sur la droite, le Brésilien Jair da Costa était converti en attaquant. Son rôle était de charger en avant chaque fois que la possession était gagnée. En fait, Jair était le débouché pour Suarez, Corso, Zaglio et Pichhi chaque fois qu'ils gagnaient le ballon. Parmi ceux-ci, Suarez, Corso et Pichhi étaient des passeurs particulièrement accomplis connus pour leur autonomie. Cela complétait parfaitement la capacité de Jair à avancer. L’aile gauche était peut-être l’un des premiers exemples mondiaux d’ailier inversé. Bien que naturellement gaucher, Giacinto Facchetti était réputé pour la finition. Il a marqué 59 buts sur 450 matches pour l'Inter. Ce serait sans égal, même aujourd'hui. Facchetti et Jair étaient les deux joueurs qui ont fourni l'équilibre et la poussée à la machine Inter. Ils ont veillé à ce que l'équipe reste organisée avec des hommes derrière le ballon lorsque l'opposition a le ballon, mais aussi que cela ne les gêne pas lorsqu'ils décident d'aller de l'avant.
  24. Notre club favori affronte Séville ce soir pour un quatrième trophée en C3. Pour mémoire, voici la finale de 1991, Inter - Roma, racontée par notre légende Walter Zenga. Lorsque nous parlons des Inter vs Roma, nous pensons immédiatement à des matchs spectaculaires pleins de buts, de remontées et de drames jusqu'à la dernière minute. Les deux équipes se sont affrontées dans six finales au total ! Cinq en Coppa Italia (trois gagnées par l'Inter) et une fois en Coupe UEFA. Cette finale en 1991 a apporté aux Nerazzurri leur première Coupe UEFA de l'histoire après deux matchs aller et retour : une victoire 2-0 à San Siro et une défaite 1-0 à l'Olimpico. Hé oui, les finales de la C3 étaient jouées en aller et retour, jusqu'en 1997. C'était l'Inter de Giovanni Trapattoni et le trio allemand constitué de Brehme, Matthäus et Klinsmann, avec Berti et Bergomi, et bien sûr Walter Zenga comme dernière ligne de défense. Un vrai grand gardien et un fan inconditionnel de l'Inter qui a porté le maillot des Nerazzurri pendant une grande partie de sa vie. Notre Spider-Man nous ramène dans le temps en se remémorant ses souvenirs contre les Giallorossi. "Cette Inter, quelle équipe !! C'était une saison folle, nous avons dû beaucoup nous battre en championnat mais nous volions littéralement en Coupe d'Europe. On a failli se faire sortir par le Rapid de Vienne et nous le serions sans mon double arrêt à la 90e minute… C'était juste ça. Comme je l’ai déjà dit, le match que j’aimerais rejouer est celui de mes débuts pour l’Inter. De cette façon, j’aurais la chance de disputer 472 autres matches sous les couleurs des Nerazzurri." Un lien éternel avec le Club qui a été significativement renforcé lors de cette finale remportée contre la Roma : "La finale aller et retour a vraiment été difficile. Ce furent deux matchs pleins de tension, tous les deux avec des stades pleins de supporters qui étaient tous fous d'impatience ! Matthäus et Berti ont tous deux marqué au match aller, je n’ai pas eu à effectuer de grands arrêts. San Siro était bondé, notre équipe était solide et nous avions beaucoup de caractère. Il y avait plus de 70 000 fans à l’Olimpico, c’était une atmosphère vraiment difficile à jouer. Mais nous étions si forts et nous savions que même après le but de Rizzitelli dans les dernières minutes, nous n’allions pas nous effondrer. Nous savions gérer les situations les plus délicates. De plus, je jouais avec Bergomi et Ferri, avec les Allemands, j'étais bien protégé, en fait ce but contre la Roma a été le premier que j'ai concédé dans la coupe pendant un moment après une série de clean sheets." "Lothar a marqué un pénalty au match aller, même si pendant la semaine, je me tenais entre les poteaux et mettais Andy Brehme au défi de me maltraiter, il marqua dix pénalty sur dix contre moi ! Cinq du pied droit et cinq du gauche. Un vrai phénomène ! Mais Matthäus était tout simplement incroyable. De temps en temps pendant le match, il revenait dans la zone et me disait : "Donne-moi le ballon et je m'en occupe." Nous avons joué sans Serena à Rome après s'être blessé à l'épaule. Je me souviens de la joie sur le terrain et des gens qui nous attendaient à l'aéroport quand nous avons ramené la coupe à la maison." Cette équipe a ensuite remporté à nouveau la Coupe UEFA trois ans plus tard, contre Salzbourg à San Siro. C'était le dernier match de Walter Zenga sous notre maillot. Une aventure de douze ans qui s'est terminée par une série d'arrêts incroyables: "Personne ne pourra jamais me retirer la joie que j'ai ressentie ce soir-là. Je savais que ce serait mon match d'adieu avec l'Inter. Cela avait été une longue saison difficile. San Siro se balançait, tout le monde chantait mon nom. Jonk a marqué et nous avons gagné devant tout le monde. Un scénario parfait et inoubliable." Voici une petite vidéo de la finale aller, remarquons l'ambiance incroyable : Et une vidéo de la finale retour : Que de beaux moments que nous voudrions revivre ce soir!
  25. Steven Zhang est rentré à Milan ce mercredi soir et il a repris en main le club faisant immédiatement le point de la situation. En effet, le Président était absent depuis plusieurs semaines en raison de la pandémie. Cependant, il s’est toujours entretenu par téléphone avec la Direction et avec son entraîneur. Révélation de la Gazzetta Dello Sport La nouvelle Inter est prête à naître sous le signe de Steven Zhang, et même si les Nerazzurri sont à Düsseldorf en vue de la préparation à la Demi-Finale de la Ligue Europa qui l’opposera au Shakhtar Donetsk, le Président a débarqué à Milan et a repris avec confiance le Monde Nerazzurro. Son objectif est unique : être proche de Conte et de l’équipe en ce moment si important. Il parlera avec Conte uniquement après l’Europa League, comme cela a été acté la semaine dernière via une communication téléphonique entre les deux parties. La position du Club est claire : L’Inter veut continuer à investir de façon ciblée, elle croit en l’importance du travail réalisé par Conte et veut continuer à travailler avec Conte car elle sait qu’il est l’Homme juste pour gagner. Une série de conditions sera tout de même imposée à Antonio et il devra les respecter : Suning est prêt à satisfaire les demandes de l’entraîneur sur le Mercato, mais il devra y un rapprochement avec la philosophie prônée par le Suning, qui ne tolérera plus une nouvelle sortie comme celle de Bergame." Nous ne savons pas encore ce que répondra Conte, mais ce qui est certain et connu, c’est ce désir de franchir une nouvelle étape pour Steven Zhang, soutenu par Jindong Zhang, son père. Après une saison qui a vu l’Inter atteindre la seconde place à un seul point de la Juve et la Ligue Europa qui peut être remportée, la Mission du Suning est de construire une Inter encore plus forte. Le Saviez-vous ? Une consigne du Suning a été imposée à Steven Zhang : peu importe l’issue de cette fin de saison, il y aura une clarification entre Antonio Conte et Steven Zhang. Le Suning est irrité par l’accusation d’être considéré comme une entreprise faible. Si Antonio Conte doit être remercié par l’Inter, et non par le biais d’une démission, cela passera par la voie juridique et le licenciement pour faute grave suite à ses déclarations après Atalanta-Inter. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...