Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'coppa italia'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. " Suning à toutes les intentions du monde de rester aux Commandes de l’Inter." - Cette confirmation trouve son origine dans un document confidentiel qui est entre les mains de la Goldman Sachs, l’aile américaine qui vient en aide à la propriété chinoise, qui est à la recherche d’un investisseur disposé à concéder au Colosse de Nankin un prêt de 250 millions d’euros. Révélation de la Reppublica Un document confidentiel de dix-huit pages, dans lequel Goldman Sachs, fait état du mode opératoire avec lequel Suning s’engage àconserver le contrôle de l’Inter, en recherchant un nouveau prêteur: La manœuvre avec laquelle Zhang veut rester en place passe par la simplification de la structure sociétale : Dehors l’actionnaire minoritaire qu’est la LionRock, afin de laisser la place à un éventuel nouveau partenaire La banque newyorkaise, qui est identifiée par la propriété de l’Inter comme Conseillère, met en place les 31,05% du club détenu par le fond de Hong Kong. Les actions vont être liquidées par le biais d’un prêt qui sera versé à la société luxembourgeoise Holco1, qui indemnisera immédiatement la LionRock en lui versant 33 millions d’euros cash : Soit la différente entre les 166 millions de la valeur globale du pack d’actions et les 133 millions d’euros que Suning a prêté au fond lors de l’acquisition d’un tier du capital de l’Inter. Pas de départ douloureux Le prêt demandé par l’Inter sera utilité pour couvrir les dépenses arrivant à échéances au 31 mai, avec un taux d’intérêt d’environ 9% En garantie de se prêt, le nouveau prêteur aura le droit d’être informé de toute opération supérieure à 25millions d’euros. Il s’agit d’une assurance sur le fait que l’Inter, dont les fonds pourraient arriver en tant que prêt sociétaire ou en augmentation de capitaux, ne s’appauvrira pas en vendant ses précieux actifs, comme les meilleurs joueurs du noyau. Une autre condition fait état que pour financer de façon indirecte l’Inter, il faudra que celle-ci participe aux tournois de la FIGC (La Serie A, La Coupe d’Italie, la Super Coupe d’Italie) et la Ligue des champions. De plus, en cas de vente définitive du club, ceux qui viendraient à rentrer dans le capital du Club se verrait immédiatement remboursés par Suning. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, Paolo Dal Pino, le Président de la Lega Serie A, s’est livré à la suite du feu vert du Gouvernement italien, à la demande d’accueillir à nouveau des Tifosi dans un stade "Je remercie le Gouvernement pour avoir accepté notre demande de faire revenir le public dans un stade à l’occasion de la prochaine finale de la Coupe d’Italie. Il s’agit d’un signe vers un retour à une normalité dont nous avons tous besoin." "Je reste confiant sur le fait d’ouvrir les stades, également à un millier de spectateurs et en toute sécurité, pour les deux dernières journées de championnat." Voici la réaction d’Andrea Costa Le Sous-Secrétaire au Ministère de la Santé liée au Sport s’est livré à Sky Sport: "L’aval du Gouvernement au public présent dans le stade, à l’occasion de la Finale de la Coupe d’Italie, est une belle nouvelle. Nous raisonnons sur une capacité de 20%. Le CTS est au travail pour définir quel seront les protocoles qui garantiront les flux d’entrées et de sorties et la santé publique." Le public dans les stades pour les derniers matchs de Serie A ? "Nous débattons sur le sujet, il y a des réflexions en cours, nous devons viser un objectif à la fois: Aujourd’hui, l’objectif de la Finale de la Coupe d’Italie est important vu comment le Gouvernement s’est mis en position pour proposer, via un groupe de travail, les conditions destinées à augmenter les réouvertures et à garantir au football et au sport, la présence du public." "Il faut tenir à l’esprit que lorsque nous faisons preuve de disponibilité, que cela envoie un signal à tout le pays: Il y a ce besoin de revenir graduellement à la normalité et je crois que cette information doit alimenter un climat de positivité, d’espérance et de confiance envers l’avenir." "Jours après jour, nous analysons les données de l’épidémie et du plan vaccinal. Nous cherchons à créer les conditions qui nous permettront de retourner graduellement à la normalité : Le Sport et le Calcio ont, une fois de plus, ouvert la voie." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Une fois la victoire contre la Lazio archivée, Romelu Lukaku est revenu sur les faits qui se sont passés lors d'Inter-Milan en Coppa Italia. L'attaquant a parlé au bureau du Procureur de son altercation avec Ibrahimovic. "Aux cotés du Belge, il y avait Angelo Cappellini, avocat de l'Inter et le substitut du procureur Fabio Esposito. A Rome, connectés par visioconférence figuraient les autres substituts, Giorgio Ricciardi et Luca Scarpa ainsi que le procureur Giuseppe Chinè. En à peu près une demi-heure, en partant de la transcription écrite, Romelu a du expliquer sa furieuse réaction" explique la Gazzetta dello Sport. Et la suite alors? La Gazzetta essaye de clarifier le processus. "Il est probable que la conduite reprochée à Ibrahimovic soit déclassifiée de 'discriminatoire' (art. 28, sanction de 10 journées minimum ou temporaire) à 'gravement antisportive'. Ce serait là une infraction moins grave qui prévoirait deux journées, possiblement réduit à une". Aucune décision n'est attendue avant le derby dans tous les cas. La sensation reste qu'un arrangement pourrait être trouvé, une solution qui pourrait permettre de réduire la peine pour les deux protagonistes de l'épisode. Au final, on se dirigerait vers une amende ou une suspension en Coppa Italia. Dans tous les cas, le 05 Février, Ibra avait été entendu. Persistant que ses propos n'avaient aucune connotation raciste et faisaient plutôt allusion à un fait dans le passé qui est connu de tous, en effet, en 2017, Farhad Moshiri, propriétaire d'Everton, avait déclaré que Romelu avait refusé la proposition de prolongation de contrat à cause " d'étranges rites vaudou de sa mère". Des paroles qui avaient alors offensés le belge et qui continuent à l'offenser aujourd'hui, quel que soit le résultat de l'enquête de la FIGC. ®Samus – internazionale.fr
  4. Antonio Conte a été impliqué dans une joute verbale avec Andrea Agnelli après le match selon un grand diffuseur italien. Retour sur cet évènement et les déclarations de Conte sur cet incident. Selon Sky Sport Italia, la tension au stade Allianz a commencé lors de la première mi-temps avec quelques échanges entre Conte et Bonucci. Suite à cela, il y a eu aussi une controverse à la fin de la première mi-temps car les deux bancs ont eu une altercation dans laquelle Agnelli aurait été impliqué. Les choses sont devenues encore plus tendues à la fin quand Agnelli s'est retrouvé dans une rangée avec Conte et Beppe Marotta. Il y avait également des tensions qui se sont répandues entre les deux groupes, bien qu'aucun autre détail n'ait été fourni dans le rapport de Sky. Sur cet incident, voici les déclarations de Conte à Rai Sport: "Ils devraient dire la vérité, le quatrième arbitre a vu ce qui s'est passé pendant tout le match, ils devraient être plus corrects. Il n'y a rien à dire mais il faut plus d'esprit sportif et de respect pour ceux qui travaillent." Les cadeaux de l'Inter à la Juve. "À mon avis, nous aurions dû capitaliser sur les occasions que nous nous sommes créées et c'est dommage car au cours des 180 minutes, nous avons vu deux équipes se battre jusqu'au bout. Nous avons payé les cadeaux que nous avons faits à la Juventus. Jusqu'à la fin, nous avons essayé de marquer parce que nous savions qu'en marquant un but, cela leur causerait des ennuis. Je suis désolé parce que ces matchs se jouent sur 180 minutes, nous avons essayé de renverser la tendance mais nous n'avons pas pu le faire. Nous devons apprendre de nos erreurs et recommencer et réessayer." Sur Romelu Lukaku et Christian Eriksen. "C'était un match difficile et nous jouions contre une équipe de la Juventus qui a d'excellents joueurs." "Romelu ne semblait pas être à 100% mais même aujourd'hui, il a tout donné. Il y a des moments où vous êtes en meilleure forme et d'autres quand vous l'êtes moins, mais c'est un joueur important pour nous." "Est-ce que j'attendais plus de Christian? Christian a fait sa part, nous voulions avoir deux meneurs de jeu avec lui et Brozovic, nous avons causé des problèmes à la Juventus, nous avons joué le match que nous voulions, je suis content de ce qu'il a donné." Seul objectif, la Serie A. "Nous essayons toujours de lever les yeux, même en Ligue des champions, nous avons essayé d'arriver au bout, parfois vous réussissez, d'autres fois non. En Coppa Italia, nous sortons en demi-finale comme nous l'avons fait l'année dernière et nous devons travailler pour essayer d'être là où nous voulons être. Un voyage a commencé, nous devons apprendre de nos erreurs et nous continuons à travailler mais l'Inter a retrouvé sa crédibilité. L'Inter est à nouveau un épouvantail pour ses adversaires maintenant et ce soir, elle a effrayé la Juve." Stefano Sensi. "Stefano doit revenir à donner à 100%. Malheureusement, il a eu une année pourrie par des blessures et cela vous fait perdre confiance. J'essaie de lui faire prendre confiance sur le terrain et de travailler avec lui sur le plan psychologique."
  5. L'Inter a de nouveau payé par son manque de mordant devant le but contre la Juve, selon notre ancien défenseur, Beppe Bergomi. En effet, l'Inter a eu sa chance d'ouvrir le score à l'Allianz Stadium mais a très moyenne dans le dernier tiers, un problème récurent qui l'a souvent pénalisée cette saison. "Il y avait un manque de hargne pour sortir de l'impasse", a remarqué Bergomi sur Sky Sport Italia. "L'Inter a tenté de contrôler le match contre une équipe de la Juve qui défendait bien. Les deux erreurs du match aller ont eu un impact mais je ne voyais pas une équipe comme étant supérieure à l'autre. Conte aurait pu changer tactiquement Inter, mais lorsque vous avez une façon de jouer qui est bien définie, il devient difficile de le faire." A propos de Christian Eriksen. "Je pense que les titulaires sont Marcelo Brozovic, Nicolo Barella et Arturo Vidal, puis il y a des joueurs qui peuvent alterner avec eux. L'Inter doit prendre conscience de sa force, il y avait un bon équilibre. Ils doivent rester calmes et poursuivre leur route." Sur les nombreux échanges houleux qui ont eu lieu pendant le match (Conte étant apparemment impliqué dans une bagarre avec Andrea Agnelli). "La rivalité entre l'Inter et la Juventus a commencé dans les années 1960 et il y a toujours une certaine tension. En général, les bancs, à mon avis, exagèrent souvent les choses juste pour encourager leurs coéquipiers mais dans le respect de leurs adversaires." Les bons points. "Samir Handanovic a bien joué lors des deux derniers matches après avoir reçu quelques critiques." "Achraf Hakimi est un acteur fondamental en raison du danger qu'il parvient à créer." Mais... "L'Inter a la meilleure attaque de Serie A, mais quand ils se heurtent à une équipe qui se tient profondément, il devient difficile pour eux d'avoir des occasions. Ils n'ont pas de joueurs capables de battre leur homme, dans les espaces ouverts, ils sont très forts mais ils n'ont pas de bonnes alternatives. Alexis Sanchez est le seul joueur qui donne à l'Inter un peu d'imprévisibilité." La course au titre. "Le Milan est celui qui mérite le plus le titre, il est en tête depuis le début."
  6. Antonio Conte s’est livré en conférence d’après-match à la suite du fiasco Nerazzurro, à domicile, face à l’ennemi-juré turinois dans le cadre de la manche aller de la demi-finale de la Coupe d'Italie. Avez-vous des regrets vu vos occasions ? "Ils doivent être énormes: Nous avons tout fait nous-même. Nous avons offert deux buts à la Juve, même si nous en avons inscrit un et obtenu tellement d’occasions." "Nous devons être plus méchant, il y a de l’amertume, nous pouvions faire mieux. La prestation est importante, c’était un match particulier…mais deux cadeaux de ce genre…Nous devons comprendre que nous devons toujours élever le niveau." Ce sont des erreurs importantes..... "Se tromper fait partie du jeu, il existe des erreurs mineurs d’autres très graves. Aujourd’hui, nous en avons commis deux très graves par naïveté." Sanchez semblait épuisé en fin de match... "Je ne sais pas, il a cherché à tout donner, mais il doit être plus méchant devant les buts car pour un attaquant ses statistiques sont impitoyables, elles doivent être meilleures." Vous devrez inverser la tendance en 90 minutes… "Tout peut arriver, nous irons à Turin pour y parvenir. A présent, nous allons nous concentrer sur le match face à la Fiorentina, puis nous penserons à la Juve où nous devrons faire sans Sanchez et Vidal." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. La Gazzetta Dello Sport s’est livrée sur la performance Nerazzurra à la suite de la défaite de l’Inter, face à la Juve, ce mardi 02 février 2021 "Une défaite qui fait mal, mais il est déjà temps de penser à la Fiorentina puis au match retour face à la Juventus, Bonne nuit à tous les tifosi: Merci pour votre soutien sans faille" "Pour cette seconde manche, l’élève Pirlo a battu le Maître Conte. Il ne lui a pas non plus proposé l’écrasante domination proposée par les Nerazzurri en championnat, mais il a présenté une Juve solide, pratique et déterminée, qui a du mérite, malgré les aimables offrandes de son adversaire." "Pour prendre la place de la Juve, il ne suffit pas de la battre une fois, il faut savoir y parvenir à nouveau et en avoir l’envie. Hier, à l’Inter, il n’y a pas eu que l’absence de Lukaku et d’Hakimi, mais il a, avant tout, manqué l’envie d’agressivité à chaque second ballon, la disponibilité à se sacrifier et une concentration maximale." "Le symbole est l’erreur de Bastoni sur le doublé de CR7 : Le garçon qui avait propulsé Barella avec une transversale à la Suarez, s’est fait dérober un ballon décisif, un geste bâclé avec la collaboration tout aussi malheureuse d’Handanovic. Le pénalty a aussi été offert par Young. Il s’agit d’un pas en arrière dans le parcours de croissance de l’Inter de Conte et une confirmation supplémentaire : Sans Lukaku et sans sa profondeur, son envie de se battre, sa force et sa générosité, l’Inter est tout autre chose." "L’ouverture du score fait bien plus mal à l’Inter qu’à la Juve : C’est le ressenti : Car les Nerazzurri, inconsciemment, se sont convaincus que cela allait être facile, un match similaire à celui du 17 janvier dernier en championnat. Là, Conte avait fracassé l’aile droite avec Hakimi, ici c’était Barella déjà à la 9ème minute, lancé par un très bon travail d’Alexis Sanchez, aux dépends de Demiral. Le sarde avait pris l’espace et délivré un centre vers Lautaro qui brulait la politesse à De Ligt et profiter de la largesse de Buffon: C’était la première tentative des Nerazzurri." Trop Facile ? "C’est évident, mais cela n’aurait jamais été comme la fois dernière, car trouver la profondeur sans Hakimi et sans Lukaku est bien plus difficile, vous enlevez là, l’une de ces solutions préférées : Les ballons aériens et les profondeurs." "Mardi prochain, l’Inter devra réaliser une performance pour passer le tour, elle devra l’emporter avec au moins deux buts inscrits à l’Allianz Stadium pour inverser le sort de la qualification…Sans Vidal et Sanchez, mais avec le retour de deux piliers fondamentaux : Hakimi et Lukaku." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Pas de Hakimi ni de Lukaku suspendus pour cette demie aller de Coppa Italia. Darmian et Sanchez prennent le relais dans une disposition classique pour notre part. A 180 minutes d'une finale et d'un éventuel trophée, nous avons pour le moment gâché la première moitié. La rencontre commence doucement et la véritable action arrive à la neuvième minute. En contre, Alexis Sanchez se joue de Demiral, temporise parfaitement et transmet à Barella. Dans le couloir droit il adresse un centre dans la course de Lautaro qui reprend à ras de terre. Buffon n'a pas la main assez ferme pour repousser (1-0). Quelques minutes plus tard Demiral se venge sur le chilien avec un tacle dur par derrière. Le match est bien lancé. La suite est assez calme jusqu'à la 25' où nous allons enchainer deux erreurs vraiment évitables. C'est d'abord Young qui s'illustre. Sur un centre irrattrapable de Bernadeschi, il accroche dans la surface Cuadrado, qui n'en demandait pas tant. L'arbitre visionne la vidéo et siffle le pénalty, que Cristiano Ronaldo transforme en force (1-1). Cinq minutes après, Stefan de Vrij est sous pression au milieu de terrain. Il remet en retrait une balle assez longue, dans l'intervalle de Bastoni et Handanovic. Le slovène part très loin de son but et les deux ne se comprennent pas. Cette mésentente bénéficie à Cristiano Ronaldo qui n'a plus qu'à tirer dans le but vide (35' 1-2). Deux fautes qui à ce niveau se payent cash, surtout contre le portugais. Plus rien ne se passe et les deux équipes rentrent aux vestiaires. La Juventus reprend par un défi physique, Barella n'est pas loin d'en faire les frais après un découpage en règle de De Ligt. Sur l'action qui suit Young préchauffe Buffon. Handanovic n'est pas en reste non plus. Il dévie de justesse le tir détourné de Bernardeschi en corner. Les premiers changements arrivent, Perisic remplace Young notamment. 57', Alexis Sanchez a une énorme action après une perte de balle de Bentancur. Le chilien frappe au but alors que Buffon n'est plus dans ses cages, mais Demiral est sur la trajectoire du ballon. Incroyable occasion. Là tout s'accélère et nous partons à l'assaut du but adverse. 69' Darmian efface bien Bernardeschi revenu défendre, mais Buffon est à la parade (1100è match de sa carrière au passage). Deux minutes après Lautaro met son tir au dessus tandis que Barella voit son ciseau passer de peu à côté. Quant à Eriksen il écrase trop sa frappe. Après ce rush, extinction des feux de chaque côté et la partie se finit tant bien que mal. Il est frustrant de sortir de cette rencontre avec une telle défaite. Deux erreurs fatales, assez bêtes, qui coutent la victoire alors même qu'il y avait possibilité de prendre une nouvelle fois cette Juventus. Le retour à Turin se fera sans Vidal et Sanchez, mais avec Hakimi et Lukaku normalement. Rendez-vous vendredi soir pour le championnat avec le déplacement à Florence. Résumé vidéo Inter 1-2 Juventus Buteurs: Lautaro 9' - C.Ronaldo 26' sur pénalty & 35' Inter: Handanovic ; Skriniar, de Vrij, Bastoni (Pinamonti 85') ; Darmian, Barella, Brozovic (Sensi 85'), Vidal (Eriksen 73'), Young (Perisic 66') ; Sanchez, Lautaro Remplaçants: Padelli, Radu, Gagliardini, Vecino, Kolarov, Sensi, Ranocchia, Perisic, Eriksen, D'Ambrosio, Pinamonti Entraineur: Antonio Conte Juventus: Buffon ; Cuadrado, Demiral, De Ligt, Alex Sandro ; Bernardeschi (Danilo 69'), Bentancur (Arthur 76'), Rabiot, McKennie (Chiellini 90') ; Kulusevski (Chisea 90'), C. Ronaldo (Morata 77') Remplaçants: Szczesny, Pinsoglio, Chiellini, Arthur, Morata, Danilo, Bonucci, Chiesa, Dragusin, Frabotta, Fagioli, Peeters Entraineur: Andrea Pirlo Avertis: Demiral, C.Ronaldo, De Ligt, Arthur - Young, Vidal, Sanchez DIFFIDATI: Brozovic, Eriksen, Ranocchia, Sanchez, Skriniar, Vidal (I); Chiesa, Bentancur, Bernardeschi, Rabiot (J) Arbitres: Calvarese & Irrati à la VAR ®gladis32 - internazionale.fr
  9. Les deux coachs ont légèrement fait tourner. Alors que l'AC Milan est en 4-2-3-1, nous alignons notre habituel 3-5-2. Pas de Bastoni, de Hakimi ou de Lautaro, ce derby s'est révélé très intense, avec pas mal d'évènements exceptionnels. Et cela commence assez fort avec une première tentative de Rafael Leao de peu à côté. Nous réagissons timidement avec Lukaku, au contraire de nos adversaires qui débutent mieux. Brahim Diaz est lui vraiment proche de trouver la faille quelques minutes après. Deux belles frayeurs dans le premier quart d'heure. Il faut patienter la 24' et voir Tatarusanu effectuer un beau sauvetage après un bon travail dos au but de Lukaku. La rencontre reste équilibrée mais... Après un mauvais dégagement plein axe de Darmian, Meite donne directement pour Ibrahimovic. Il prend le temps, rentre dans la surface et tire malgré Kolarov devant lui. Sa frappe passe entre les jambes du serbe et trouve le poteau opposé, ce qui laisse Handanovic pantois (31' 0-1). Comme à notre habitude quand nous sommes menés, nous réagissons directement et nous prenons le match en main. Sur un centre de Perisic, Sanchez place une tête qui semble être détournée du bras de Hernandez. L'arbitre ne siffle pas. Les esprits s'échauffent depuis l'ouverture du score et la rencontre lui échappe petit à petit. Un duel de costaud prend alors place. Lukaku et Ibrahimovic se montent la tête et prennent tous les deux un jaune. Alors que Brozovic voit sa reprise flirter avec le montant adverse, Valeri renvoie tout le monde au vestiaire. Un retour bouillant. A la reprise Hakimi remplace Darmian, en grande difficulté sur son couloir. Même schéma avec une forte domination des nôtres. Tatarusanu se met en évidence en effectuant une parade réflexe suite à un tir de Sanchez. Juste après Lukaku voit sa tentative repoussée par Tomori. L'AC Milan enchaine les fautes pour casser la dynamique, avec Barella qui subit un traitement spécial durant tout le match (21 fautes à 8 au final). A la 58' Zlatan est expulsé après une faute sur Kolarov et prend un second jaune. Stefano Pioli réagit immédiatement et réorganise son équipe. Mais rien ne change pour eux, nous contrôlons toujours les débats. Au contraire de l'arbitre qui ne tient toujours pas les joueurs. La pression se fait de plaus en plus forte et Perisic est tout proche de marquer. Quelques minutes après Barella est fauché dans la surface par Leao. L'arbitre ne signale rien et attend l'arrêt de jeu suivant. Il vérifie à la vidéo et indique le point de pénalty. Lukaku transforme en force, sous la barre (71' 1-1). Fait inhabituel, l'arbitre Valeri se fait remplacer après ce qui s'apparente à un claquage. La manœuvre dure plusieurs minutes et promet de longs arrêts de jeu pour la suite. Nous monopolisons le cuir mais le show Tatarusanu continue. Il arrête successivement les tentatives de Hakimi et de Lukaku, mais surtout à la 90' il effectue une splendide parade sur le plat du pied du belge, à bout portant. Dans ces dix minutes de temps additionnel, le Milan tente de survivre. Rentré dix minutes avant, Eriksen a la possibilité de briller avec un coup franc à 20m, dans l'axe. Il ne laisse aucune chance à Tatarusanu avec une balle travaillée, quasiment en lucarne. Fin du match et victoire logique. La joie est communicative, pourtant ça ne reste qu'un quart de finale de Coppa, gagné à 10 contre 11 sur deux coups de pied arrêtés même si nous avons largement dominé notre adversaire. Mais avec les évènements en cours du match cette victoire a un goût particulièrement savoureux. Lukaku et Hakimi seront indisponibles pour la demie finale aller, qui sera soit contre la Juventus ou la SPAL. Prochain rendez vous samedi contre Benevento. Ce sera sans Conte sur le banc, suspendu deux rencontres. Match complet Inter 2-1 AC Milan Buteurs: Ibrahimovic 31' - Lukaku sur pénalty 71' & Eriksen 90'+7 Inter: Handanovic ; Skriniar, de Vrij, Kolarov (Young 90'+2) ; Darmian (Hakimi 46'), Barella, Brozovic (Eriksen 88'), Vidal, Perisic (Lautaro 37') ; Lukaku, Sanchez Remplaçants: Padelli, Radu, Hakimi, Gagliardini, Lautaro, Sensi, Ranocchia, Young, Eriksen, Bastoni, Pinamonti Coach: Antonio Conte AC Milan: Tatarusanu ; Dalot, Kjaer (Tomori 20'), Romagnoli, Hernandez ; Meite, Kessie ; Saelemakers (Castillejo 85'), Diaz (Rebic 60'), Leao (Krunic 85') ; Ibrahimovic Remplaçants: A.Donnarumma, Jungdal, Calabria, Castillejo, Rebic, Hauge, Kalulu, Tomori, Maldini, Krunic Coach: Stefano Pioli Avertis: Kjaer, Ibrahimovic expulsé (deux jaunes), Rebic, Kessie - Lukaku, Brozovic, Hakimi Arbitres: Valeri & Chiffi VAR: Banti ®gladis32 - internazionale.fr
  10. Antonio Conte, entraîneur de l'Inter a parlé en conférence de presse à l'issue de la victoire des nerazzurri en Coppa Italia contre la Fiorentina. "Nous méritions de nous qualifier au bout des 90 premières minutes, devoir aller en prolongation pouvait générer un peu d'anxiété, mais les joueurs ont été braves. Ils ont tenu et ont créé beaucoup d'occasions qui n'ont pas abouti, du fait de la bonne prestation de leur gardien mais aussi de trop de précipitation de notre part, nous ne les avons pas concrétisé". " C'est une qualification qui nous donne un peu d'énergie positive pour Dimanche, nous affronterons une équipe forte et ce match nous permettra de mesurer nos ambitions. Je ne pense pas que les prolongations auront beaucoup d'influence, les joueurs sont bien entraînés et nous avons fait tourner, il y a cet aspect positif. Nous avons obtenu cette qualification grâce à l'apport de joueurs comme Kolarov, qui a eu le Covid, Ranocchia qui est resté longtemps sans jouer. C'était une opportunité pour nous de voir que tous se sentaient concernés et de permettre à certains de souffler pour récupérer en vue du championnat". Eriksen? "J'ai toujours dit que nous devions nous montrer capables de profiter à 100% du potentiel de l'effectif. Christian est quelqu'un de positif, il fait beaucoup d'efforts, nous avons eu l'opportunité de tester pendant une semaine et nous avons voulu l'essayer comme regista à la place de Brozovic vu que c'est un rôle où nous ne sommes pas très fourni. J'y ai essayé Barella, mais ses caractéristiques sont différentes, c'est un peu plus un joueur qui attaque l'adversaire, nous continuerons à travailler avec Eriksen. Nous faisons en sorte qu'il soit inclus, après moi je fais les choix, j'espère que ce match lui permettra de prendre confiance en lui et être plus décisif". Les propriétaires "Avec les joueurs, j'ai une relation très proche, il y a une grande unité. J'ai été très clair avec eux, nous devons penser à travailler et seulement à travailler, faire de notre mieux et rendre les supporters fiers de nous. Personne ne peut dire qu'on ne doit pas s'y intéresser, c'est faux, mais c'est une situation qui ne doit pas nous perturber. Nous savons que des situations particulières pourraient arriver mais les joueurs sont conscients qu'ils doivent être concentrés sur le terrain: tout donner pour rendre fiers les supporters". Sensi? "Il a eu un souci au mollet, le joueur a parlé avec le médecin et ne souhaitait pas courir de risques. Nous cherchons à le protéger pour qu'il retrouve confiance en lui, ce sera pour la prochaine fois". "Lukaku? Il a été bon, il a eu du mal à rentrer dans le match, il a un petit problème physique depuis le match contre Crotone et lui aussi nous cherchons à le préserver. Après la Roma il a fait un travail de décrassage mais il est toujours prêt à aider, il aura le temps de récupérer et être prêt pour Dimanche. Nous attendons le match contre la Juventus pour voir où nous en sommes en terme de classement et d'ambitions au bout d'un an et demi". ®Samus - internazionale.fr
  11. Petit aparté Coppa Italia avec ce match à Florence où Antonio Conte a fait tourner. Il place Eriksen en 6 à la Brozovic, Sensi devait démarrer mais il s'est blessé lors de l'échauffement donc Vidal revient titulaire. Il aligne une défense à trois Skriniar-Ranocchia-Kolarov. Autant vous dire qu'en première mi-temps il ne s'est pas passé grand chose. Il a fallu attendre la 37' pour avoir le premier tir cadré de la partie. Eriksen porte le ballon et n'est pas attaqué, il tente donc sa chance de loin. Son tir est mal repoussé des deux poings par Terracciano. Sanchez, qui a bien suivi, arrive à placer un plat du pied qui vient heurter le poteau. Mais pendant ce temps le gardien florentin vient faucher le chilien dans l'action. Après visionnage l'arbitre désigne logiquement le point de pénalty. Arturo Vidal le transforme ras de terre plein centre (0-1). De suite dans l'engagement, la Fio part à l'offensive et Kouamé se présente face à Skriniar. Le slovaque reprend le ballon manière régulière mais l'arbitre Massa siffle pénalty. Après vérification vidéo, il se rend compte de son erreur et revient sur sa décision. Fin de la première mi-temps. La reprise commence par une énorme occasion ratée de Lautaro. Perisic récupère un bon ballon et centre pour l'argentin qui, à 7m de la cage, contrôle poitrine et envoie sa frappe enchainée à côté du cadre. Prandelli sent que son équipe perd pied et réagit avec un double changement (52'). Les résultats viennent après quelques minutes de possession totale. Après un gros cafouillage dans notre défense entre Ranocchia et Gagliardini, Kolarov relance plein axe. La balle arrive sur Kouamé tout seul à l'entrée de la surface. Il prend le temps et frappe fort au but. Le premier tir cadré de la Fiorentina est aussi leur premier but du jour (1-1 57'). Alors que Perisic et Lautaro tentent de scorer, Conte fait entrer Lukaku et Hakimi à la 69'. Réaction positive dans l'immédiat puisque les deux combinent bien et le marocain est tout proche de trouver le cadre. Quelques temps après, Alexis Sanchez manque de manière folle la cage après un centre de Perisic. Les dix dernières minutes sont pour nos adversaires, avec un bel arrêt de Handanovic sur un missile de Bonaventura, et surtout Hakimi qui vient sauver les meubles sur un excellent retour défensif suite à une perte de balle d'Eriksen. L'arbitre siffle au bout des 90 minutes. Dans ce contexte de calendrier ultra condensé, nous pourrions croire que la séance de tirs au but viendrait directement mais non, les prolongations sont toujours en place... Ça recommence avec un Perisic toujours aussi virevoltant qui voit son centre dévié sur la barre transversale. Vient ensuite un enchainement d'occasions franches où Terracciano est à chaque fois sur la trajectoire. D'abord sur la tête de Sanchez (102'), puis le tir enroulé d'Eriksen (105') et enfin sur la tête à bout portant de Lukaku à la 116'. La séance fatidique approche à grand pas mais la délivrance arrive à une minute de la fin. Barella seul côté droit centre parfaitement pour Lukaku totalement isolé dans la surface. Il ne se fait pas prier pour aligner d'un coup de crâne puissant qui ne laisse aucune chance au portier adverse (1-2). Direction les quarts de finale fin du mois normalement, avec une belle confrontation contre les cousins de l'AC Milan. Mais en attendant c'est la Juventus qui se pointe ce dimanche en championnat. Eux aussi ont dû passer par une prolongation pour venir à bout du Genoa. Espérons que tous seront physiquement prêts pour nous offrir un beau derby d'Italia. Fiche du match Fiorentina 1-2 (a.p) Inter Buts: 40' Vidal sur pénalty 119' Lukaku - 57' Kouamé Fiorentina: Terracciano ; Milenkovic, Martinez Quarta, Igor ; Caceres (Venuti 53'), Castrovilli, Amrabat, Biraghi ; Bonaventura, Eysseric (Vlahovic 52') ; Kouame (Callejon 97') Remplaçants: Brancolini, Dragowski, Borja Valero, Duncan, Vlahovic, Pezzella, Venuti, Barreca, Montiel, Krastev, Dalle Mura, Callejon Coach: Cesare Prandelli Inter: Handanovic ; Skriniar (de Vrij 61'), Ranocchia, Kolarov ; Young (Hakimi 69'), Gagliardini (Barella 81'), Eriksen, Vidal (Brozovic 94'), Perisic ; Sanchez, Lautaro (Lukaku 69') Remplaçants: Padelli, Radu, Hakimi, de Vrij, Lukaku, Sensi, Barella, Brozovic, Bastoni Coach: Antonio Conte Avertis: Eysseric, Bonaventura, Kouamé, Igor Julio - Skriniar, Eriksen, Vidal, Ranocchia, Hakimi, Sanchez, Lukaku Arbitre: Massa Var: Aureliano
  12. Victorieuse contre la Fiorentina après les prolongations, l'Inter se qualifie en quarts de finale de la Coppa Italia où les nerazzurri retrouveront le Milan. Les joueurs ont eu l'occasion de s'exprimer à l'issue de la rencontre. Auteur du but de la victoire, Romelu Lukaku a été interviewé par la Rai Sports: "Un derby contre le Milan en quarts de finale? Nous n'y pensons pas encore, nous sommes focalisés sur le présent". "Nous sommes content d'avoir gagné le match d'aujourd'hui contre une grande équipe avec un grand entraîneur. C'est important pour la confiance et nous devons continuer ainsi". "L'équipe recule trop et prend des risques? Nous travaillons sur cet aspect, nous en avons parlé entre nous après le match contre la Roma. Ca ne doit plus arriver. Nous sommes une équipe jeune, nous devons apprendre de ces moments. Nous sommes encore entrain de progresser et de nous améliorer". " La Juve? Ce sera un match très tactique, deux équipes qui ont de bons résultats. C'est une grande équipe avec un entraîneur qui fait du bon travail. Nous sommes prêts et nous devons bien nous préparer à les affronter". Autre homme en forme côté nerazzurro, Achraf Hakimi a fait une bonne entrée contre la Viola, il a parlé à InterTV: "C'était notre objectif de se qualifier, nous sommes contents. Nous savions que ce serait un match compliqué, il nous fallait bien l'entamer et bien gérer le match, c'était capital". "A présent, nous devons récupérer pour le match contre la Juventus, nous espérons une victoire". "Le derby en quarts? Ce sera un match difficile, ils sont en forme, là aussi ce sera un peu une question de vie ou de mort mais notre objectif est d'aller au bout de la compétition et soulever le trophée". "Vidal? Je suis content pour son but, c'est un joueur très important pour nous, j'espère que c'est le premier d'une longue série. Il a été très critiqué mais c'est un joueur très fort". ®Samus - internazionale.fr
  13. Le footballeur italien Paolo Rossi, héros de la Coupe du Monde 1982 remportée par l'Italie, est mort à 64 ans, ont annoncé sa veuve et les médias italiens. Son épouse, Federica Cappelletti, a annoncé sa mort sur Instagram, publiant une photo du couple avec la légende "Forever," suivie d'un coeur. "Il n'y aura jamais plus quelqu'un comme toi, unique, spécial", a-t-elle aussi écrit sur Facebook. La nouvelle de son décès a été reprise dans la nuit de mercredi à jeudi par les médias italiens, qui ont aussitôt rendu hommage au légendaire attaquant italien surnommé "Pablito". "Paolo Rossi, l'aimable poète du foot qui a fait la joie de toute l'Italie en 1982 est mort", souligne sur son site le quotidien Il Corriere della Sera, qui évoque la "maladie incurable" dont il souffrait. Il était "l'homme qui fit pleurer le Brésil et emmena les azzurri de Bearzot à la conquête de la Coupe du Monde", relève de son côté le journal La Repubblica. "Je me souviens d'un footballeur extraordinaire, d'une excellent coéquipier et d'un ami. Parce que cette équipe du Mondial de 1982 était une équipe composée d'amis", a commenté le gardien de but Dino Zoff, lui aussi champion du monde 1982. "Rossi avait des qualités incroyables, ils faisait les choses justes au bon moment. Il était irremplaçable dans ce groupe". "Une partie d'entre nous s'en est allée avec lui, une partie de ma vie s'en va avec lui", a commenté son autre coéquipier Fulvio Collovati. "Douleur profonde" Le président de la Fédération italienne de foot Gabrielle Gravina a déploré une "douleur profonde, une blessure au coeur de tous les passionnés (de foot) qui sera difficile à guérir (...) Il a inspiré avec son style de jeu de nombreux attaquants des nouvelles générations". "La Serie A pleure un immortel de notre football, aimé du monde entier", a réagi son côté le président de la Serie A, Paolo Dal Pino. L'annonce du décès de Rossi intervient moins de deux semaines après celui de la légende argentine Diego Maradona, qui avait remporté la Coupe du Monde 1986. Paolo Rossi, qui n'aurait pas dû jouer la Coupe du Monde 1982, en est finalement devenu le héros avec six buts et un triomphe. Suspendu pour trois ans en mars 1980 dans le "Totonero", une affaire de scandale de matches de football truqués et de paris illégaux en Italie, il avait cependant été convoqué pour le Mondial 1982 en Espagne, après une réduction de sa sanction, malgré le scepticisme de la presse et des tifosi. Au "Mundial", Rossi explose avec un triplé lors d'un mythique Italie-Brésil (3-2) qui élimine la Seleçao et envoie les Azzurri en demies. Face à la Pologne, il s'offre un doublé et une place en finale. Lors de cet ultime match contre la RFA, le Toscan marque le premier des trois buts italiens (3-1). L'Italie remporte sa 3e Coupe du monde, Rossi finit meilleur joueur et buteur. Et le Ballon d'Or vient couronner cette année exceptionnelle. "Capocannoniere" Sa carrière en club est plus contrastée. Déniché adolescent par les recruteurs de la Juventus, ses premières années bianconere sont ternies par trois blessures à un ménisque. Meilleur buteur de Serie B avec 21 buts et montée en Serie A: avec le Lanerossi Vicenza, rejoint en 1976, il connaît ses premiers succès. La saison suivante, son club titille la Juventus pour le scudetto et il finit à nouveau "capocannoniere" (24 buts). La Juventus tente alors de le récupérer, en vain. Après une dernière saison et une relégation avec Vicence, il part pour Pérouse, où son passage est chamboulé par le Totonero. Deux ans de suspension plus tard, Rossi revient à la Juve. La saison 1983-84 est synonyme d'apogée pour Rossi. Il forme un redoutable trio avec Platini et Zbigniew Boniek et accumule les trophées: Serie A, Coupe d'Italie, Coupe des Coupes, et Supercoupe d'Europe. En 1985, la "Vieille Dame" remporte la Coupe des clubs champions lors de l'effroyable finale du Heysel et ses 39 morts, qui sera le dernier match de Rossi avec les Bianconeri. Il file chez le rival, l'AC Milan. Handicapé par des blessures, son épisode milanais est un échec. Tout comme celui à l'Hellas Vérone. En 1987, Rossi décide de tourner la page à 31 ans après près de 400 matches de championnat, 154 buts et 48 sélections (20 buts). ®Rtl.be
  14. La Serie A TIM et la Tim Cup ont vécu! Cette dernière qui a repris ses droits la semaine dernière aura donc connu ses derniers faits d’armes avec les clubs les plus importants d’Italie: L'Inter, Naples, Juve et le Milan. En effet, à partir déjà de ce mercredi 17 juin 2020 et pour la saison 2020/2021, Coca-Cola sera le sponsor officiel des deux compétitions italiennes de football Always Coca Cola Voici le communiqué officiel de la Lega Serie A: "Il s’agira d’une Finale riche d'initiatives à travers les réseaux sociaux, digitaux et de Gaming qui toucheront un public à domicile avant, durant et au terme de la rencontre. Cela consolidera également la relation débutée en décembre dernier après la Coca Cola Super Cup. Coca Cola devient le Title Sponsorphip de la Coupe d’Italie 2019-2020. La marque mondiale emblématique va aussi devenir l’Official Partner de la Lega Serie A 2020/2021." "Ce partenariat s’inscrit dans un processus de stratégie et d’internationalisation qui ont été définis comme prioritaires par la Lega Serie A et qui réaffirme la position de Coca-Cola dans le monde du Football avec des valeurs de positivités, d’inclusion et d’égalité, qui ont toujours inspiré la marque." Réactions à chaud des principaux intéressés "Nous sommes enthousiastes. Coca Cola est l’une des marques parmi les plus importantes du Monde. Cette collaboration est la conséquence d’un processus de repositionnement de la marque Serie A et de la valorisation de nos actifs commerciaux qui ont été construits ces derniers mois, en parfaite collaboration avec les 20 clubs associés." "Notre Coupe nationale, assumera encore plus ces valeurs grâce à de nombreuses initiatives de marketing et de communications qui seront proposés durant une finale qui s’inspirera toujours des valeurs de la marque." - Luigi De Servio, Administrateur Délégué de la Serie A "Depuis de nombreuses années, Coca-Cola soutient le sport et le football à travers le monde, et je crois que la Coupe d’Italie peut être une occasion supplémentaire pour unir les personnes à travers la célébration du sport le plus populaire au monde. Nous voulons recommencer à vivre de ces émotions du football comme jamais auparavant." - Alex Zigliara, General Manager de Coca Cola Prôner des valeurs égalitaires et de positivités avec la Juventus (sponsorisée par Coca-Cola) en Finale d'une compétition italienne...Comment dire.... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Après la publication de la prochaine édition de la Serie A, l’Inter a pris connaissance du parcours à entreprendre si elle souhaite soulever la Coupe d’Italie à l’issue de l’édition de la saison 2020-2021. Etant donné son classement en championnat, l’Inter débutera directement en huitième de finale, elle a été tirée comme troisième tête de Serie devant la Roma (4), le Napoli (5), le Milan (6), Sassuolo (7), et la Lazio (8), mais derrière la Juventus (2) et l’ Atalanta (1) L’Inter débutera sa campagne en janvier 2021 où elle rencontrera le vainqueur du 4ème tour éliminatoire programmé le 25 novembre. L’Inter aura donc un œil attentif sur la prestation de Livorno, Pro Patria, Vicenza, et e l’Udinese d’un côté et de Padova, Breno, Frosinone et la Fiorentina de l’autre. Les Nerazzurri ont été versé dans la partie du tableau du Milan et de la Juventus qui pourront être affronté respectivement en quart et en demi-finale Dates à cocher dans le calendrier Les huitièmes de finales auront lieu les : mercredi s13, 20 janvier 2021 Les quarts de finale: mercredi 27 janvier 2021 Les demi-finales (Aller et Retour): mercredis 3 et 10 février 2021 La finale : le mercredi 19 mai 2021 ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Antonio Conte s’est livré à Sky Sport et à Inter Tv suite à la victoire de l’Inter, 2-1, au Giuseppe Meazza, face à une bienveillante Sampdoria Interview à Sky Sport "Il faut tuer l’adversaire, je le dis toujours à mes joueurs. Nous avions eu des occasions. Face au Napoli aussi la rencontre était limpide, nous avions énormément créé, tu fais 1-1,tu rentres à la maison et tu es sujet aux critiques." "Aujourd’hui, il fallait être déterminé, cynique, car après une action tu peux être mis sous pression. Nous sommes passés du 3-0 au 2-1, cette rencontre était pour nous vitale. Nous n’avons pas la possibilité de nous planter, nous avions eu les occasions pour faire 3-0 et nous n’en avons pas profité. Nous voulons revenir dans la course, nous sommes à 6 points et il reste 12 match." "Mon souhait est d’avoir tout le monde à disposition, je veux pouvoir jouer avec toutes nos cartes, en sachant que notre marge d’erreur est minime. Cette rencontre doit être un signal : Lorsque l’on peut tuer l’adversaire, il faut le faire." "Ce n’est pas une question de personnalité, mais si tu veux être protagoniste et gagner, tu dois apprendre à être méchant et lorsque tu as la possibilité de marquer un but, tu dois tuer l’adversaire. C’était juste de dire que nous étions hors-course pour le Scudetto, lorsque nous étions à 9 points, si nous avions remporté nos confrontations directes, nous serions à égalité avec la Juve, la différence est là, nous avons une marge de croissance et je suis satisfait de ce que j’ai vu." "Nous avons fait une belle prestation, mais si nous voulons réaliser quelque chose d’extraordinaire, nous devons être plus incisifs. Je suis très confiant, il faut être vicieux, nous devons alimenter l’espoir : Je suis satisfait de notre rempart offensif, nous avons tant créé, je pense que nous avons réalisé un bon match." "Eriksen pouvait inscrire une paire de but minimum, il doit aussi devenir plus vicieux, être déterminé à inscrire aussi des buts. Nous avons travaillé aussi bien tactiquement que techniquement avec lui. Je suis content de tous, mais j’ai trouvé le point faible. Nous avons pansé nos blessures face au Napoli, pas ce soir." "Ceux qui sont devant nous peuvent se planter, la Lazio a toute les cartes en main pour réaliser quelque chose d’extraordinaire. La Juve a prouvé sa supériorité ces dernières années, cette saison, c’est plus difficile est c’est une situation que recadre les choses de façon inattendue. Pour moi, la Juve reste une équipe très très forte, habitué à jouer avec détermination ses matchs et la Lazio peut faire quelque chose d’ important." "Nous voulions nous y insérer et briser ce cadre jusqu’au bout du bout, nous voulons nous battre pour quelque chose d’important. Nous devons penser à la victoire si nous voulons nous construire avec une mentalité conquérante, nous ne devons pas exclure d’objectifs. Je suis déçu pour la Coupe d’Italie car nous aurions mérité plus. Nous devons donner notre vie à chaque match, ne pas avoir de regret. Je suis fier d’être l’entraîneur de ces garçons." Interview à Inter Tv Le fait que j’étais marqué lors de la minute de silence ? "J’ai une profonde tristesse pour les victimes du Covid. Nous avons vécu et nous vivons d’une façon plus sereine, c’est si incroyable et inattendu et cela laisse aussi beaucoup d’amertume. Je suis tellement attristé par la vision de ces victimes en Italie mais aussi dans le Monde. C’est difficile de trouver les mots, je suis aussi triste pour la perte d’un champion et par-dessus tout d’un Homme : Mariolino Corso que j’ai eu la chance de connaitre." "C’était une personne solaire qui aimait l’Inter et c’était un plaisir de discuter avec lui. C’est triste et c’était aussi si imprévu. C’est Lele Oriali qui m’a prévenu. Je suis très proche, avec l’équipe, de la Famille. C’était un champion de Vie, une très belle personne. C’est toujours triste quand de tels champions partent." "Je pense que nous avons tout fait ce soir : C’était une prestation optimale, nous avons tant créé. Là où l’on pèche, c'est que l'on crée énormément mais que l'on inscrit seulement deux buts. Nous devons apprendre à être plus vicieux et à tuer sportivement l’adversaire. Je n’oublie pas qu’il y a une semaine à Naples, nous avons connu une situation similaire et qu’au final, ce sont eux qui ont remporté la Coupe d’Italie, pendant que nous étions entrain de manger une pizza en regardant le match à la télé." "Il faut apprendre à analyser les différences durant les phases de la rencontre. Aujourd’hui, nous aurions dû terminer le match, le tuer….A la place, sur un corner et après deux occasions incroyables pour nous, ils reviennent dans le match et la partie prend une tournure émotionnelle. Pour nous, c’était le match de notre vie. Si nous voulons garder l’espoir, qu’il soit petit, moyen ou grand, il est important pour moi que l’on croit à cet espérance. Nous devions gagner et nous devrons gagner lors de nos prochaines rencontres. Nous n’avons pas de grande marge d’erreur." "Cette équipé y croit, j’y crois, nous y croyons tous. Nous sommes accordés et nous voulons y aller jusqu’au bout du bout. Et c’est juste que cela se passe de la sorte pour une équipe comme l’Inter. C’est une situation nouvelle pour quasi tout le monde : Nous allons jouer tous les trois jours, ce qui proposera des situations anormales, nous devrons avoir de la chance aussi et je dois pouvoir compter sur tout le noyau." "Je suis très content de notre façon de travailler, de l’envie démontrée et du fait que nous y croyons. Aujourd’hui, nous avons un impératif catégorique : Ne pas gagner aujourd’hui aurait laissé trop de point de distance, avec six points de retard, nous mettons la pression sur les autres." Eriksen? "J’ai profité de cette période pour chercher à proposer et à travailler sur de nouvelles solutions tactiques, en cherchant à intégrer au mieux un joueur comme l'est Christian. Il était arrivé en janvier et je n’avais pas eu cette possibilité, il était arrivé dans une très grande méforme physique." "Aujourd’hui, il aurait pu inscrire au moins deux buts, il a les qualités pour marquer et pour faire des passes décisives. Ici, il devait marquer. Nous devons devenir encore plus vicieux et cynique si nous voulons nous battre jusqu’àu bout du bout pour quelque chose d’important." Le Scudetto? "Nous devons alimenter nos espérances et l’envie de vivre un final de championnat de la meilleure des façons, nous sommes à 6 points à 12 matchs de la fin. Pour nous, il n’est pas tolérable de nous planter. La Juve et la Lazio peuvent se planter, pas nous. Nous devrons nous montrer plus féroce devant le but et tuer le match. Si tu le fais, tu peux être plus serein durant le match et aussi reprendre des forces , au lieu de te faire secouer." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Un match nul a suffi au Napoli pour s'envoler vers la finale de Coppa Italia. Une reprise à la compétition à la douceur d'une soirée de juin, sans public. Une situation inédite gérée de bonne manière, selon Antonio Conte. Il l'explique dans sa conférence d'après match : "Je suis satisfait du type de match joué. C'est le football que nous voulons pratiquer ; une équipe agressive sans le ballon, et dominante avec. C'était le cas aujourd'hui. C'est dommage de ne pas être en finale, nous le méritions. Nous devons garder les choses positives pour continuer à grandir et progresser. Franchir les étapes en gardant l'ambition de nous battre pour gagner. Prenons cette colère et transformons-la en quelque chose de positif." Etes-vous satisfait du travail effectué sur Eriksen, mais aussi sur Brozovic et Barella ? "Oui beaucoup. Nous avons eu l'occasion de travailler dessus et de créer un costume sur mesure pour tous les joueurs. Eriksen a pu travailler avec nous d'un point de vue tactique et physique. Sensi peut également jouer dans cette position, avec deux milieux en soutien. J'ai aimé les phases offensives au centre du terrain ce soir." Le fait d'envoyer plusieurs joueurs en phase d'attaque, avec la capacité de tirer par exemple, offre de nombreuses variantes : "Nous sommes beaucoup plus imprévisibles en effet, mais il ne faut pas perdre notre équilibre cependant. Si aujourd'hui je devais nous donner une appréciation, je dirais que l'objectif est atteint mais que le résultat, au tableau des scores, n'est pas permis. Nous allons travailler dessus. Le chemin emprunté est le bon et nous voulons pratiquer ce genre de football, qui véhicule la passion." Y a-t-il eu un manque de fraicheur de la part de Lukaku et Lautaro ? "Je vois le verre à moitié plein, j'ai aussi vu beaucoup de sauvetages d'Ospina. C'est inévitable, il y a toujours quelque chose à améliorer, mais j'ai très peu de choses à reprocher aujourd'hui. Nous avons fait ce que nous avons travaillé à l'entrainement, tout en essayant d'améliorer ce que nous faisions auparavant. Je suis désolé pour eux, tous méritaient de jouer la finale." Satisfait des cinq remplacements possible ? "Absolument oui. Quelque chose de fou nous attend et cela peut atténuer le risque de blessure. A ce jour tout le monde est disponible et j'en suis très heureux. Je peux faire tourner, en sachant que tous savent ce qu'il doivent faire sur la pelouse." Sur le but de Mertens, il n'y a pas de défenseurs de l'Inter autour, ce sont Eriksen et Young qui sont présents. Pourquoi ? "Sur les angles les positions étaient bonnes, mais ensuite sur le développement de l'action nos joueurs se sont perdus. Nous devons comprendre ce qu'il s'est passé. Ce sont sur des détails que les différences se font." Dans quelle mesure jouer sans public affecte l'équipe ? "Nous devons être concentrés et faire de notre mieux malgré tout. Je suis désolé de jouer à huis clos mais la situation l'impose. Nous devons nous adapter en jouant de la même manière malgré cela." ®gladis32 - internazionale.fr
  18. Ce mercredi 17 juin aura lieu la Finale de la Coupe d’Italie. Celle-ci mettra aux prises la Juventus de Sarri face au Napoli de Gattuso. Si le Napoli s’est qualifié pour la finale, il le doit en grande partie à son portier Ospina. Si après deux minutes de jeu, celui-ci s'est fait surprendre comme un amateur sur un corner direct de Christian Eriksen, il sera l’auteur de nombreuses parades qui auront permis au Napoli de franchir ce dernier palier. En effet, après l’ouverture du score et mis-à-part un contre meurtrier à la 42’ qui voyait Mertens égaliser, via une relance rapide du portier Napolitain vers Insigne, l’Inter n’a eu de cesse de se montrer agressive, tentant à plusieurs reprises de tirer au but, Naples se contentant la plupart du temps de courir après le ballon. Le bus napolitain garé devant Ospina tiendra bon, même si celui-ci aura réalisé deux super parades face à Lukaku et Candreva. La seconde période sera également tintée de bleue et de noir, mais le score ne bougera plus. Ce sera donc un Napoli craintif et loin d’être convaincant qui ira défier la Juventus au Stadio Olimpico de Rome Selon vous, est-ce bénéfique (ou pas) d’avoir été éliminé en demi-finale ? En effet, l’Inter "s’évite" de la sorte un nouveau match qui aurait été intense, lui laissant une semaine pour bien aborder la rencontre face à la Sampdoria.... Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Napoli 1-1 Inter Buteur(s): 2′ Eriksen (I), 42′ Mertens (N) Napoli (4-3-3): Ospina; Di Lorenzo, Maksimovic, Koulibaly, Hysaj; Elmas (65′ Fabian), Demme, Zielinski (84′ Allan); Politano (65′ Callejon), Mertens (74′ Milik), Insigne (84′ Younes) Banc: Meret, Karnezis, Ghoulam, Luperto, Mario Rui, Fabian, Allan, Lozano, Younes, Callejon, Milik, Llorente T1: Gennaro Gattuso Inter (3-4-1-2): Handanovic; Skriniar, De Vrij (88′ De Vrij), Bastoni; Candeva (72′ Moses), Brozovic, Barella, Young (72′ Biraghi); Eriksen (88′ Sensi); Lautaro (72′ Sanchez), Lukaku Banc: Padelli, Berni, Gagliardini, Sanchez, Moses, Sensi, Ranocchia, Asamoah, Borja Valero, Esposito, Pirola, Biraghi T1: Antonio Conte Arbitre: Rocchi Averti(s): Young (I), De Vrij (I), Ospina (N) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Voici la formation probable de l'Inter pour le match de Coppa Italia contre le Napoli de Gennaro Gattuso. Certaines présences sont escomptées, notamment le duo d'attaque de Lautaro Martinez et Romelu Lukaku avec juste derrière eux Christian Eriksen plutôt que Stefano Sensi dans un schéma qui transformerait donc l'habituel 352 en 3412. Au milieu de terrain place à Marcelo Brozovic et Nicolo Barella avec Ashley Young sur la gauche et Antonio Candreva inamovible à droite. Quelques interrogations en défense pour le trio qui se placera devant capitaine Handanovic, le seul indiscutable est Milan Skriniar qui devrait être associé à Alessandro Bastoni en fin de convalescence et de Stefan De Vrij qui pourrait être totalement rétabli. En cas de forfait, Andrea Ranocchia sera prêt à jouer à sa place. SkySport.
  20. La Rai a officialisé la grille horaire des demi-finales retour de la Coupe d’Italie. En effet, la chaîne historique italienne diffusera les trois matchs de la compétition encore à disputer: Les demi-finales et la Finale. Juve-Milan se jouera le vendredi 12 juin à 21h00 Naples – Inter se disputera le samedi 13 juin à 21h00 Pour rappel, les Nerazzurri devront impérativement inverser la tendance, eux qui ont été surpris 0-1 au Meazza lors de la manche aller. Un but signé Fabian Ruiz. Le Saviez-vous ? La Lega Serie A a adapté le règlement de la compétition pour la fin de cette saison cette saison. En cas de match nul après 90 minutes de jeu, il n'y aura pas de prolongations: Ce sera directement la séance des tirs aux buts. Cela vaut pour les deux demi-finales à disputer et la Finale qui se tiendra mercredi prochain. Validez-vous cette grille horaire et cette façon de terminer le tournoi ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. La demi-finale retour de Coupe d’Italie mettant aux prises l’Inter au Napoli, au San Paolo, approche à grand pas. Toutefois, une nouvelle peu rassurante ressort dans les colonnes du Corriere Dello Sport : "Antonio Conte doute encore de la formation." "Conte risque de ne pas présenter sur la ligne de départ De Vrij et Bastoni, les deux sont monitorés par le Staff Nerazzurro dans l’espoir d’une récupération." Le natif de Lecce anticiperait ce cas de figure, en misant actuellement sur Danilo D’Ambrosio et Andrea Ranocchia. Sur l’aile droite, nous devrions retrouver soit Antonio Candreva, soit Victor Moses ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport, l’Inter est furieuse de l’élaboration du calendrier à venir, qui propose immédiatement un match couperet : Le Napoli au San Paolo, dans le cadre de la demi-finale retour de la Coupe d’Italie. Beaucoup de suggestions laissent songer à une provocation : à Naples, les Nerazzurri pourraient rentrer sur le terrain avec la Primavera. La colère est justifiée, l’Inter, dès la reprise de la compétition devra disputer au moins trois matchs. L'Inter est la seule grande équipe à disposer d’un calendrier aussi intense. La demi-finale retour face au Napoli aura lieu le 14 juin. En cas de qualification, l’Inter devrait jouer la Finale le 17 juin à Rome. Trois jours plus tard, il s’agirait de la reprise de la Serie A, en cas de confirmation, et à nouveau trois jours plus tard, aurait lieu Inter-Sampdoria. Si le championnat reprend avec les matchs en retard de la 25ème journée, l’Inter sera la seule équipe appelée à faire face à un tel tour de force. Comprenez-vous et validez-vous le comportement de la Direction Nerazzurra ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Le Gouvernement italien a marqué son accord : Le 13 juin 2020 est la date de reprise officielle de la saison du football italien. Interrompu depuis le mois de mars à cause de la Pandémie Covid-19, cette décision a été prise au terme d’une réunion où l’on retrouvait le Ministre des Sports Vincenzo Spadafora, la FIGC, les ligues et les associations des joueurs, entraîneurs et des arbitres. La Coupe d’Italie en premier ! En effet, le samedi 13 juin, c’est la Coupe d’Italie qui reprendra ses droits avec les demi-finales retour. Seront donc disputés : Juve-Milan et Napoli-Inter. La Finale de la Coupe d’Italie devrait avoir le mercredi 17 juin. Devrait, car c’est le dernier point qui doit être approuvé par la FIGC. 20 juin, reprise de la Serie A Voici les déclarations du Ministre Spadafora : "J’ai participé à une réunion avec tous les parties prenantes de la Figc. Comme je l’avais promis, le Calcio se devait de reprendre via l’autorisation du Comité Technique Scientifique sur les protocoles présentés." "Il est donc juste que le Calcio reprenne, le Comité Technique Scientifique a souligné la nécessité d’une quarantaine fiduciaire si un joueur s’avère positif. Je dispose également de garantie sur la thématique des tampons, ce qui représente quelque chose qui ne nuira en aucune façon aux besoins des citadins, il n’y a pas de canal préférentiel pour le Calcio." "Je peux vous dire, aujourd’hui, que la Serie A reprendra le 20 juin. Si le championnat venait à devoir stopper à nouveau, la Figc m’a assuré soit une tenue des playoff soit la cristallisation du classement. Je me souhaite, à titre personnel que l’on puisse donner un signal positif en faisant usage des 13 et 20 juin pour clôturer la Coupe d’Italie. Il s’agira de donner un message important étant donné qu’il ne reste que trois matchs. Nous devons toutefois attendre l’autorisation de la Figc et, comme prévu, le Service Public garantira la retransmission en clair de la Coupe d’Italie." "Des contacts sont également en cours avec les détenteurs des droits télés sur le championnat. L’espoir est que Sky offre une réponse importante, mes derniers contacts avec celui-ci, qui se sont tenus aujourd’hui, étaient positifs. La priorité doit être d’assurer le spectacle pour les italiens, en garantissant toutefois des mesures de sécurités et de l’ordre public." "Dans le même temps, le Ministre Gualtieri a ratifié en un temps record, le bonus de 230 millions d'euros pour les licenciés du monde du football. J’ai travaillé afin de garantir une sécurité totale pour tout le sport. Les horaires devront être décidés par les organismes compétents." Les dates Ce vendredi, la Lega doit fixer d’une façon ferme et définitive les jours et heures de matchs, en débutant avec l’établissement du calendrier de la Coupe d’Italie. Pour le championnat, la 27ème journée devrait avoir lieu les 20-21 juin. Le 24 juin devrait être la date définie pour les matchs en retard de la 25ème journée de Serie A : Inter-Sampdoria, Verona-Cagliari, Torino-Parma et Atalanta-Sassuolo. La date à retenir est celle du 4 juin, ou au plus tard du 8 juin, journée où le Conseil Fédéral devra établir et délimiter une ligne de conduite pour un éventuel plan B (les playoff). Le plan C étant de procéder à la cristallisation du classement. ®Antony Gilles - Internazionale.fr