Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'corriere dello sport'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

25 résultats trouvés

  1. La défaite suivie du match nul contre l'Inter sont le prélude d'une tuerie économique pour la Barça alors que le pauvre Xavi ne comprend pas ce qui lui arrive. Récit du Corriere dello Sport et de Tuttosport. Xavi aurait opté pour une punition contre l'équipe d'après le Corriere. On pouvait lire qu'"En ces heures troublées, la décision punitive a également été prise d'annuler le congé du Vendredi, initialement accordé aux joueurs. Le protégé de Guardiola a passé une nuit blanche. Incrédule pour les erreurs défensives, qualifiées d'impardonnables et graves ou de gaffes pour Piqué et de ses compagnons de garde." Après le match, l'ancien milieu de terrain a clarifié la situation. "La Ligue des champions est désormais une chimère, mieux vaut se concentrer sur la Liga, à commencer par le Clasico dimanche prochain. Le but de Lewandowski, à la fin, qui sur le plan théorique entretient encore un mince espoir, est en fait vécu comme un prolongement ironique de l'agonie." Cependant, nous pouvons nous demander si Xavi a bien mesuré l'ampleur du désastre économique annoncé. Selon Tuttosport, les Catalans avaient inclus dans les prévisions budgétaires une accession en quart de finale de la Champions comme objectif minimum. En cas d'élimination, ces 20 M€ ne pourront être récupérés qu'en remportant la Ligue Europa. La victoire finale de la Liga a également été inscrite au budget alors que Barcelone est premier avec le Real Madrid. Mais ce titre reste encore hypothétique avec un long chemin à parcourir." "Si l'on ajoute à ce panorama les dégâts institutionnels et, donc, à l'image de l'entreprise, on comprend pourquoi les cadres blaugrana, après l'enthousiasme affiché des derniers mois, froncent les sourcils. La marque Barça fonctionne et continuera de fonctionner mais quand une équipe gagne, les sponsors sont prêts à mettre quelques dizaines de millions d'euros de plus dans la balance. Ainsi, une élimination dans la Champions serait une tuerie sportive, économique et institutionnelle. La situation en Ligue des champions est pour Barcelone une demi-catastrophe. Bien sûr, si Messi revient tout serait différent, conclut Tuttosport Traduction alex_j via FCInternews et FCInter1908.
  2. Le Corriere dello Sport nous explique que l'Arable Saoudite et la Hongrie sont intéressées par la Supercoppa Italiana. Voici les chiffres. Selon un article publié dans le Corriere dello Sport qui rapporte que le match de Supercoppa aura lieu cette saison à Riyad, en Arabie saoudite, comme prévu, mais que dans un proche avenir, il pourrait se tenir en Hongrie. En effet, la Lega Serie A envisage une offre de la Hongrie pour accueillir la Supercoppa Italiana en 2024, la nation offrant 8 M€ pour accueillir le match. L'Inter a disputé le match de Supercoppa la saison dernière, battant la Juventus 2-1 en prolongation pour remporter la compétition pour la première fois en onze ans, alors qu'ils y joueront également cette saison, affrontant nos rivaux du Milan à Riyad en Janvier. Le prix total du match a été déterminé à 7,5 M€, tandis que le résultat du match déterminera la répartition entre les deux équipes. Rappelons que la saison dernière, le match a eu lieu au Meazza après que l'Arabie saoudite n'ait pas réussi à parvenir à un accord avec la Lega Serie A, bien que cette fois-ci un tel accord ait été trouvé. Maintenant la Lega envisage une proposition de la Hongrie pour organiser le match suivant, en 2024. Traduction alex_j via Sempreinter.
  3. Fracture nette, et à certains égards irrémédiable, entre la Curva Nord et la propriété de l'Inter. Le message "Zhang va-t'en" ou "Zhang casse toi", qui est apparu sur le profil Facebook officiel de la Nord et sur un mur près de San Siro, laisse peu de place à l'imagination. Le Corriere dello Sport, Tuttosport et La Stampa ont publié des articles expliquant la situation actuelle de l'Inter et c'est très, très chaud. Le Corriere dello Sport explique que la Curva Nord regarde avec inquiétude vers un avenir sans investissements, comme cela s'est déjà produit les étés précédents, mais Zhang, pour le moment, n'envisage pas de revenir en arrière. "Il est clair que la position de la Nord ne lui plaît pas, mais il est tout aussi évident qu'il ne changera pas ses plans. De Viale della Liberazione, il filtre que Suning ne veut pas vendre la majorité et que, via Goldman Sachs, elle cherche un partenaire pour reprendre les 30% de LionRock. Les milieux financiers assurent plutôt que Zhang n'attend que la bonne offre pour vendre. Il est donc peu probable que le changement de propriétaire devienne une réalité." Tuttosport consacre également un article sur le gros différend entre la Curva Nord et Steven Zhang. La situation du président est assez instable, surtout après que les collègues de Milano Finanza ont rapporté qu'un groupe de banques chinoises, dirigé par China Construction Bank , a déposé une demande d'annulation du procès-verbal du conseil d'administration de l'Inter avec lequel il est établi que Zhang ne reçoit aucune compensation pour son poste d'administrateur de club. Ceci fera l'objet d'un article détaillé Lundi. "Un problème qui s'ajoute à la posture très dure de la Nord. L'accusation portée contre le Suning est celle de vouloir ignorer les offres arrivées pour le club. Cela génère une situation d'impasse qui affecte le travail des dirigeants (les seuls sauvés par la Nord). L'index vise également les joueurs qui ont tenu un comportement fortement critiqué par la partie la plus chaude du Meazza, qui ont produit 'l'acquittement' partiel d'Inzaghi. Le Suning valorise le club à 1,2 B€ et vise à obtenir ce chiffre également grâce à l'approbation du projet de stade, également grâce à l'accord de propriété avec Oaktree qui lui permet de gagner du temps jusqu'en Juin 2024 tout en maintenant le club en autofinancement au vu des comptes dans le rouge; fin Octobre l'assemblée ratifiera un déficit de 140 M€. Une perspective peu réjouissante pour un supporter qui sait déjà qu'un grand joueur sera sacrifié en Janvier ou, tout au plus, d'ici le 30 Juin (Skriniar, Lautaro ou Bastoni pour les usual suspects). Par conséquent, le nouveau Gentleman Agreement avec l'Uefa n'offre pas une grande marge de manœuvre à un nouveau propriétaire qui devrait avant tout solder les comptes." Les offres de reprise de l'Inter ne manquent pas, mais les demandes de la famille Zhang sont toujours supérieures aux offres des repreneurs potentiels. La vente du club des Nerazzurri est dans l'impasse, La Stampa met en avant les raisons de cette impasse. "La question que beaucoup se posent maintenant est de savoir pourquoi Zhang ne vend pas le club puisque, depuis près de deux ans, il n'a plus été en mesure d'ajouter des ressources au club. D'autant plus qu'on ne sait pas pourquoi, face à ces offres, la vente n'arrive pas, étant donné qu'en Mai 2024 le maxi-prêt d'Oaktree Capital au Suning pour l'Inter expire. En cas de non-remboursement (très probable) Zhang perdrait l'Inter qui se retrouverait en gage au fonds californien sans aucun gain pour la Suning. Dans ce contexte, la position ferme des ultras Nerazzurri est apparue, demandant à Zhang de quitter l'Inter." "Il est probable que ce blocage de la vente soit lié aux poursuites que les banques créancières de Zhang ont intentées à Hong Kong et à Milan pour des dettes impayées pouvant atteindre 255 M$. Une poursuite intentée par la China Construction est en suspens devant le tribunal de la capitale lombarde. Il est clair que, dans ce scénario juridique, les banques créancières demanderaient immédiatement à Zhang de rendre compte du produit de la vente d'Inter, identifiant dans cet actif financier un moyen de rembourser les prêts impayés." Tous les détails là dessus Lundi. Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. Steven Zhang continue de croire Simone Inzaghi est l'homme idéal pour sortir les Nerazzurri de leur crise de début de saison, pour l'instant... Selon un article imprimé dans le Corriere dello Sport, Inzaghi aurait le soutien total de notre président bien aimé qui ne considère pas le limogeage comme une option sérieuse... pour le moment. Cependant, la patience ne durera pas éternellement surtout si Inzaghi ne peut finalement pas remettre le navire à flots. Pour l'instant, Zhang estime qu'il serait beaucoup trop hâtif de limoger un entraîneur qui avait engrangé tant de confiance la saison dernière et qui a reçu une prolongation de contrat 5,5 M€ net par saison durant l'été. Le président sera bientôt en Italie où il prévoit d'assister aux matches de l'Inter contre la Roma et Barcelone après la trêve internationale. De plus, il s'entretiendra également avec Inzaghi qu'il continue de soutenir pleinement... pour l'instant. Notons que SportMediaset va dans le même sens que le Corriere dello Sport. Après la série de quatre victoires et trois défaites en Serie A et une victoire et une défaite en Ligue des champions, certains se demandent si Inzaghi a la carrure pour entraîner l'Inter. Les dirigeants du club ne partagent pas ce sentiment, pour l'instant, car ils estiment qu'ils devront attendre et voir comment les choses vont tourner après la trêve internationale. Si les choses se passent bien, ils auront toujours confiance en Inzaghi. Si les choses tournent mal, il faudra songer à trouver quelqu'un d'autre, surtout si la quatrième place est en jeu. A Simone Inzaghi de nous montrer qu'il peut entraîner un club particulier comme l'Inter en surmonter ces difficultés. Traduction alex_j via Sempreinter.
  5. Le Corriere dello Sport publie les mises à jour sur le numéro DigitalBits. "La certitude est qu'en janvier, lorsque la Serie A reprendra après la Coupe du monde et les vacances de Noël, la marque DigitalBits ne sera plus sur les maillots de l'Inter. Sauf si DigitalBits arrête de faire défaut et paye les versements d'été (sautés) et d'octobre. Mais comme cette éventualité à viale della Liberazione est considérée comme utopique, la recherche d'un autre sponsor principal a depuis longtemps commencé, une opération qui prend normalement au moins un an et qui, cette fois, devra être achevée en 2-3 mois." "Parmi les nombreuses enquêtes réalisées, il y a 3-4 pistes jugées plus intéressantes, mais au moins officiellement la fumée blanche n'est pas envisagée de suite. Début 2023, cependant, il y a l'espoir d'avoir une nouvelle marque sur le maillot, peut-être avec un accord pluriannuel. Autrement, les solutions évaluées seront au nombre de deux : jouer sans le sponsor principal; mettre pour la deuxième partie de saison une marque caritative, comme Barcelone l'a fait par exemple avec l'Unicef." "Dès la confirmation officielle de l'annulation à DigitalBits, l'Inter rejoindra les équipes, il ne manque plus que les Nerazzurri et les Giallorossi, qui, grâce au partenariat signé par la Lega Serie A, travaillent avec OneFootball et Sorare pour les cartes NFT." Traduction alex_j via FCInter1908.
  6. Si Paulo Dybala est officiellement devenu Romain jusqu’au 30 juin 2025, la Gazzetta Dello Sport et le Corriere Dello Sport nous dévoilent les coulisses de cette étrange clause libératoire Pour la Rosea "Cet accord, qui a pris 36 heures pour être conclu, représente l'un des contrats les plus élaborés de l'histoire des Giallorossi. Il s'agissait d'un contrat très long et articulé, qui est passé par Albufeira, Milan où se situe la Whiterwolrdwide, le cabinet pour lequel travaille Ferrari, l'agent de Dybala, Miami et Buenos Aires, et où l’on retrouve à chaque vois de nombreux contacts des différents secteurs de la société avec laquelle Dybala gère son monde." Dans le contrat de trois ans signé par l'Argentin dont le salaire est estimé à 4,5 millions par saison, qui peut grimper jusqu’à 6 millions d’euros avec les bonus, il y a plusieurs points important à retenir: "Qu’il s’agisse des médias, du merchandising ou encore du sponsoring tout indique quand et de quelle façon Dybala doit se comporter pour faire des publicités pour l'équipe, quand il doit porter le maillot de la Roma et quand il est autonome pour gérer ses propres droits d'image (y compris les droits non-sportifs liés aux marques de vêtements). Ces droits rapportent à Dybala entre 20 et 30 millions d'euros par an." "Il y a également l’option pour une quatrième année via un contrat privé séparé. Les bonus sont eux assez faciles à atteindre et ils sont liés aux performances de l'équipe et aux performances personnelles: En plus des apparitions et des buts, les passes décisives et les pénaltys ont été pris en considération." La thématique la plus complexe concerne la Clause Libératoire. Pour vous la détailler, nous passons au Corriere Dello Sport: Il existe effectivement une clause libératoire assez faible, autour de 20 millions, que la Roma peut annuler en remodelant le salaire du joueur: "Il ne s'agit pas de la clause libératoire classique, mais elle est structurée en plusieurs niveaux, le joueur a un pourcentage sur la clause qui fluctue en fonction de différents paramètres. La Roma a, elle, la possibilité d'utiliser des paramètres pour annuler la clause et pour garder le joueur." "Dybala reste gagnant même s'il est confirmé chez les Giallorossi. En substance, les Romains ont conclu un partenariat avec l'Argentin, qui est évalué en fonction des performances et sur lequel ils peuvent négocier." "Place aux Commissions: Celles-ci sont Ils sont conformes à la politique de la propriété. Aucune commission de courtage n'est payée, seulement celles sur le salaire du joueur, qui sont d'environ 10%. Ils sont différés de sorte que le club les verse annuellement tant que le joueur reste à la Roma." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Les fans de l'Inter déchargent en ligne leurs frustrations concernant le Suning alors que la possibilité de voir Alessandro Bastoni aux Tottenham Hotspurs cet été devient de plus en plus concrète. Selon l'édition du jour du Corriere dello Sport, le fameux hashtag #SuningOut est en tendance sur Twitter alors que les supporters réagissent aux rumeurs au sujet de Bastoni. Beaucoup de tifosi étaient déjà frustrés de la direction du club sous Suning après les ventes d'Achraf Hakimi et Romelu Lukaku l'été dernier, et sont maintenant anxieux de voir le club réaliser une autre vente majeure cet été comme cela fut rapporté dans la presse. De récents rapports suggèrent que Bastoni est le gros nom dont le départ est le plus probable, Tottenham proposant 70 Millions d'Euros pour le joueur de 23 ans à la demande de son ancien coach Antonio Conte. Le défenseur est heureux à l'Inter et n'a pas de vrai désir de quitter les Nerazzurri, mais pourrait accepter un transfert et une réunion avec Conte dans le cas où le club accepterait l'offre des Spurs. Même si des promesses répétées ont été faites par le président Steven Zhang et d'autres figures importantes que le club se renforcerait durant l'été pour être compétitif, la colère et le scepticisme des fans perdurent. Les Nerazzurri sont proches de signer Andre Onana et Henrikh Mkhitaryan, en fin de contrat dans leurs clubs respectifs, alors que Paulo Dybala pourrait rapidement suivre et qu'un retour de Romelu Lukaku ne parait pas irréaliste. Cependant, le fait est qu'un transfert lucratif d'un jeune joueur pilier de la défense Nerazzurra comme Bastoni serait un symbole de la direction négative du club aux yeux de nombreux fans. Actuellement l'atmosphère parmi les supporters Nerazzurri est tendue, voir bouillante... En témoignent les 13,000 tweets contenant le hashtag #SuningOut recensés à ce jour. ©Internazionale.fr, via Corriere dello Sport - Traduction Trent_FCI
  8. Le capitaine de l'Inter, Samir Handanovic, et le défenseur Alessandro Bastoni risquent de ne pas être remis de leurs blessures à temps pour le match de dimanche contre l'Udinese. C'est ce qu'indique le Corriere dello Sport, qui rapporte que le club espère faire tout son possible pour que les deux hommes reviennent, mais qu'ils pourraient manquer le match contre les Bianconeri. Handanovic a manqué le match de Serie A d'hier soir contre Bologne en raison d'un problème au bas du dos, et son absence s'est avérée coûteuse puisque son remplaçant, Andrei Radu, a fait une énorme erreur en fin de match, ce qui a entraîné une défaite Bologne. De son côté, Bastoni a manqué son match en raison d'une fatigue musculaire et Simone Inzaghi a décidé d'aligner Federico Dimarco à sa place dans le onze de départ. L'état de santé des deux hommes sera évalué à l'entraînement, mais les signes ne sont pas prometteurs pour un retour contre l'Udinese. Arturo Vidal devrait être de retour de son problème à la cheville, tandis que Robin Gosens et Felipe Caicedo devraient également être disponibles pour le match. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  9. L'Inter serait prête à offrir Andrea Pinamonti et Cesare Casadei à Sassuolo dans le cadre d'une transaction pour Gianluca Scamacca et Davide Frattesi. Selon le Corriere dello Sport, les Nerazzurri seraient en train de raffermir l'idée d'une offre cash plus joueurs pour les pépites de Sassuolo. L'évaluation de Scamacca et Frattesi pourrait s'avérer délicate puisque les Neroverdi les évaluent respectivement à 40-45 millions d'euros et 20-25 millions d'euros. Pour Frattesi, il y a aussi la concurrence de la Juventus, la Roma et le Napoli. Cependant, les Nerazzurri seraient prêts à inclure Pinamonti pour répondre à l'évaluation de Sassuolo, l'attaquant étant évalué à environ 25 millions d'euros grâce à sa forme impressionnante en prêt à Empoli. Casadei a également connu une saison exceptionnelle avec l'équipe Primavera de l'Inter, et les Nerazzurri espèrent que son insertion dans une transaction pourrait convaincre Sassuolo, étant donné que les Neroverdi ont l'habitude de signer de jeunes joueurs prometteurs. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  10. L'Inter serait prêt à laisser partir Lautaro Martinez pour une offre d'environ 70-80 millions d'euros cet été. C'est ce qu'indique le Corriere dello Sport, qui rapporte que les Nerazzurri écouteront les offres pour leur attaquant de 24 ans et que l'Atletico Madrid reste intéressé. L'Inter est soucieux de s'autofinancer sur le marché des transferts et, pour cette raison, envisagerait des offres pour des joueurs, même des cadres du club, comme la saison dernière, et Martinez serait l'un des plus susceptibles de partir. L'Atletico avait été très intéressé l'été dernier mais l'Argentin est finalement resté au club et a signé un nouveau contrat, mais les Colchoneros restent intéressés. Le contrat précédent de Martinez contenait une clause libératoire d'une valeur de 111 millions d'euros, mais son contrat actuel ne contient pas de clause libératoire. Cependant, les Nerazzurri seraient prêts à considérer des offres aux alentours de 70-80 millions d'euros, ce qui serait encore élevé pour les Colchoneros, bien qu'il puisse également y avoir un intérêt de la part des clubs de Premier League. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  11. Le journaliste italien Mario Sconcerti estime qu'il n'y aura pas de surprise d'un point de vue tactique lors de la demi-finale retour de la Coppa Italia entre l'Inter et l'AC Milan ce soir. Dans son article paru hier dans le Corriere dello Sport, Sconcerti prédit qu'aucun des deux entraîneurs n'apportera de changements majeurs à leurs approches et à leurs compositions. L'entraîneur de l'Inter Simone Inzaghi a montré des idées claires sur la façon dont il veut que son équipe joue depuis qu'il a pris en charge les Nerazzurri l'été dernier, et son homologue Rossonero Stefano Pioli a également une philosophie tactique assez évidente. Les deux équipes tenteront probablement d'aligner leurs meilleurs éléments dans ce qui sera un match très important dans le contexte de leurs saisons respectives, et qui est sur le fil du rasoir avec le 0-0 du match aller. Pour Sconcerti, le match sera un concours de choix des deux entraîneurs plutôt qu'un match plein de changements et de surprises. "Milan-Inter sera un match avec une identité claire", écrit-il. "On ne connaît pas encore le résultat, mais on sait exactement le style des deux équipes". "Il n'y a pas de détails cachés", poursuit-il. "L'Inter a une composition précise, si tant est que leur limite est qu'au moins six ou sept joueurs n'ont pas de véritables remplaçants (Skriniar, Perisic, Brozovic, Barella, Calhanoglu, Handanovic, Dzeko)." "Milan n'a que deux variables, Messias pour les Saelemaekers et l'espace vide laissé par Diaz que personne ne peut vraiment remplir", poursuit-il. "C'est donc un match déjà vu mais pas encore décidé". ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  12. Selon un rapport de la presse italienne, le milieu de terrain de la Juventus Federico Bernardeschi apparait comme un possible remplaçant d'Ivan Perisic à l'Inter cet été. Comme l'a rapporté le Corriere dello Sport, si Ivan Perisic quitte le club à la fin de cette saison, l'Inter aura besoin d'un ailier gauche de secours et Federico Bernardeschi de la Juventus apparait comme une option car il sera disponible gratuitement. Le club est heureux d'avoir fait venir Robin Gosens lors du mercato de janvier car il est à la recherche d'un latéral gauche de premier choix. Si un accord ne peut être trouvé avec Ivan Perisic, un autre joueur sera nécessaire à ce poste. Federico Bernardeschi est surtout utilisé en tant que milieu offensif mais il peut aussi jouer sur l'aile gauche si nécessaire. Cet été, il sera libre de s’engager gratuitement, ce qui est très intéressant pour l'Inter. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  13. Selon la presse italienne, il y a encore une chance que l'Inter se voit attribuer une victoire 3-0 contre Bologne pour le match qui n'a pas été joué en janvier. Comme l'a rapporté le Corriere dello Sport, la situation concernant le match reporté de l'Inter contre Bologne en janvier est loin d'être terminée. Le match n'a pas eu lieu au début de l'année en raison de la mise en quarantaine, par les autorités locales de Bologne, des Rossoblu qui avaient quelques cas de Covid-19 dans leur camp. Le match a maintenant été reporté au mercredi 27 avril, mais il reste un scénario dans lequel le match pourrait ne pas se dérouler. Le 13 avril, l'appel de l'Inter demandant une victoire automatique 3-0 sera discuté par les autorités compétentes. Il y a encore une chance que l'Inter obtienne une victoire 3-0. La date du match a été fixée de manière à ce que les clubs aient suffisamment de temps pour organiser leur logistique si le match a lieu. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  14. L'ancien (Ndlr: Aïe) milieu de l'Inter Christian Eriksen pourrait être au Meazza pour le match de Dimanche contre la Lazio, où il pourrait saluer une dernière fois les supporters de l'Inter. C'est le Corriere dello Sport qui rapporte cette information. Selon le journal Romain, le Danois de 29 ans sera dans le public pour ce match. Eriksen a quitté officiellement l'Inter le mois dernier, une fois qu'il est devenu absolument clair qu'il ne pourrait pas rejouer sur les pelouses Italiennes à cause de règles sanitaires en vigueur dans le pays. Le Danois se garde en forme dans l'espoir de retrouver les terrains, avec l'Ajax ou un retour en Premier League pour objectif principal. Eriksen espère pouvoir faire ses adieux aux Nerazzurri et aux supporters, et pourrait bien en avoir l'occasion lors du premier match de l'année 2022. ©Internazionale.fr, via Corriere dello Sport - Traduction Trent_FCI
  15. Les propriétaires de l'Inter, Suning, ne sont intéressés que par la vente d'une part minoritaire du club, alors que tous les acheteurs potentiels ne sont jusqu'à présent intéressés que par une prise de contrôle totale. C'est ce que révèle le Corriere dello Sport, qui rapporte que la société chinoise a du mal à trouver des acheteurs pour une participation minoritaire. Les propriétaires de l’Inter n'ont jamais caché qu'ils cherchaient des investisseurs, cherchant à couvrir les problèmes de dettes et de liquidités auxquels le club est confronté. Cependant, jusqu'à présent, ils ont maintenu qu'ils n'avaient pas l'intention de vendre le club, mais seulement une part minoritaire. Cela s'est avéré délicat jusqu'à présent, car aucun investisseur n'a montré d'intérêt pour une participation, telle que les 31,05% détenus par LionRock. Les Nerazzurri ont déclaré des pertes de 245,6 millions d'euros dans leurs derniers états financiers, et même avec la perspective d'un nouveau stade dans un avenir proche, ils sont loin d'être une perspective attrayante pour les investisseurs sans la possibilité d'avoir le contrôle dans la prise de décision et la stratégie de l'entreprise. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  16. Le piston de l'Inter Ivan Perisić a communiqué au club son intention de ne pas renouveler son contrat au terme de cette saison, et donc de partir libre l'été prochain. C'est une information du Corriere dello Sport, qui rapporte que le joueur de 32 ans ne souhaite pas signer un nouveau contrat avant l'été prochain, quand celui-ci prendra fin. Il quittera le club libre. Perisić est lié aux Nerazzuri jusqu'au 30 Juin 2022, date à laquelle son contrat prendra fin. Il n'a toujours pas reçu d'offre, mais le club pourrait envisager de renouveler le Croate, étant donné son importance grandissante pour l'équipe de Simone Inzaghi. L'on s'attendait à ce que Perisić quitte Milan cet été, mais il est resté, et il a prouvé son importance en ce début de saison, de sorte que le club pourrait réfléchir à conserver l'international Croate au delà de cette saison. Cependant, il ne semble pas que le joueur de 32 ans ait l'intention de rester. L'inter et Perisić sont donc voués à se séparer au terme de cette saison. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  17. Renzo Ulivieri, président de l'Association des entraîneurs italiens, est sympathique à la colère ressentie par les entraineurs de Serie A à propos de la VAR, à la suite de la controverse autour du penalty tardif de la Juventus contre l'Inter ce dimanche. S'adressant au journal romain Corriere dello Sport, l'ancien entraîneur a donné son point de vue sur certains des problèmes et des incohérences de la VAR après la polémique qui a suivi le Derby d’Italia. Il ne faisait aucun doute qu'il y avait eu un contact entre le latéral de l'Inter, Denzel Dumfries, et le latéral gauche de la Juventus, Alex Sandro, lorsque le Néerlandais a fait un geste maladroit aux bords de la surface vers la fin du match. L'arbitre Maurizio Mariani semblait être en position parfaite pour voir l'incident, et sa décision initiale était qu'il n'y en avait pas assez pour accorder une faute et un penalty alors qu'il faisait signe de continuer à jouer. Cependant, la VAR a conseillé à Mariani de revoir l'incident, et après avoir regardé la rediffusion à l'écran, il a jugé que le geste méritait une sanction, permettant auxs Bianconeri d’égaliser. Les joueurs de l'Inter étaient en colère contre la décision tandis que l'entraîneur Simone Inzaghi a reçu un carton rouge pour ses protestations, et Ulivieri le comprend. "Je dis qu'il doit y avoir des réunions conjointes qui se tiennent pour aborder des questions spécifiques ", a-t-il déclaré. " Il faut penser à bien arbitrer. Les entraîneurs veulent faire le moins d'erreurs possible, comme aime à le dire Allegri ". "Je pense par exemple qu'un entraîneur a aussi le droit d'être en colère ", a-t-il poursuivi, "sachant cependant qu'il n'a pas le droit de l'exprimer, surtout de manière exagérée. C'est ce que disent les règles. Elles doivent être interprétées." Et de poursuivre : "la vérité est qu'il peut y avoir des protestations ou de la colère, levant les bras, secouant la tête, en signe de dissidence. Et entre les deux, il y a un monde. Je pense que la colère peut aussi faire partie du match." "Écoutez, je suis un fan de l'arbitrage", a-t-il ajouté. "Et je vous dis que le travail est bon. Sérieusement. Parce que leur engagement est de contribuer à augmenter la qualité du match. Comment? Siffler moins, prendre le risque de jouer à un bon rythme. Si je ne veux pas laisser passer les incidents il y a un moyen classique et simple : ralentir les jeux, les interrompre. Les entraîneurs doivent aussi comprendre cela." Renzo Ulivieri reconnait qu’il y a un problème avec l’interruption du jeu par VAR : "Mais cela corrige de nombreuses erreurs. Et ceux commis par la VAR représentent un pourcentage très faible. A condition de ne pas tomber dans l’erreur de fragmenter l’action, avec une lente analyse « y a-t-il une touche ou pas ». L'arbitre vidéo doit aussi rester un arbitre, au cœur du jeu et de son développement." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  18. L'Inter espère accueillir plus de 100 000 spectateurs entre ses deux prochains matches au Giuseppe Meazza : le match décisif en Ligue des champions contre le Sheriff Tiraspol ce mardi, puis le Derby d’Italia contre la Juventus ce week-end. Selon le Corriere dello Sport, les Nerazzurri estiment atteindre ce nombre sur la base de la réglementation en vigueur pour la capacité du stade. L'Inter a été reconnaissant de jouer devant ses tifosi après plus d'une saison à jouer dans des stades vides, même si pour l'instant il s'est avéré impossible de jouer avec une foule à pleine capacité. Le club revient donc au Giuseppe Meazza, après son déplacement à Rome, et vise la barre des 45 000 spectateurs pour regarder leur confrontation décisive en phase de groupes de la Ligue des champions, contre le Sheriff. L’Inter recevra la Juventus ce week-end, et le club s'attend à atteindre les 100 000 spectateurs au total pour les deux matches en moins d’une semaine. ®Oxyred - Internazionale.fr
  19. L'avenir des fonds disponibles de l'Inter cet été dépendra fortement du futur de quatre joueurs : Icardi, Joao Mario, Lazaro et Perisic. Les quatre sont prêtés avec droit de rachat. En raison de la situation actuelle et de son impact financier évident, il est à craindre que les dépenses du club soient réduites au minimum. Cela vaut aussi pour les clubs qui doivent lever les options de nos joueurs. Le Corriere dello Sport fait le point. PERISIC Il assurerait aussi un bonus confortable, puisque le Bayern a un droit dessus à hauteur de 20M€. Ces dernières semaines le club allemand a signifié au croate son intention de le garder, mais en demandant une petite remise de l'Inter. Mais depuis, beaucoup de choses ont changé et rien n'est dit que les bavarois ont gardé les mêmes intentions. ICARDI C'est le gros morceau. Le PSG peut l'acquérir pour 70 millions d'euros, la quasi-totalité serait une plus-value puisqu'il représente 1.8M€ au bilan du club. Cependant juste avant l'arrêt des différents championnats, la situation du bomber argentin s'est dégradée et le PSG n'est pas sûr de définitivement lever l'option d'achat. Auteur de 20 buts en 31 matchs, il a commencé 2020 sur le banc et n'a pas joué une seule minute contre Dortmund en Champions League. Icardi lui-même n'est pas convaincu par l'idée de rester dans la capitale française. JOAO MARIO Il a eu un impact positif au sein du Lokomotiv Moscou. Si le club russe le rachète, cela donnerait un gain d'un peu plus de 5M€. LAZARO Son sort est incertain. Prêté à Newcastle fin janvier il a eu le temps de disputer quatre rencontres de Premier League et une en FA Cup (1 but). Est-ce que ce sera suffisant pour voir les Magpies investir 23M€ ? Difficile à imaginer... ®alex_j & ®gladis32- internazionale.fr
  20. Ivan Zazzaroni est revenu sur le litige qui lie son quotidien, le Corriere Dello Sport, à l'Inter et plus précisément à Antonio Conte. Voici sa déclaration à Radio 1 Avez-vous été en contact avec Conte ? "Non, je ne pense pas que la paix avec Conte sera aussi simple, cela revêt un caractère particulier. Nous nous sommes échangés des messages "affectueux". Je lui ai écrit et il m'a répondu. Ce que l'on s'est dit, je le garde pour moi, mais ce n'était pas quelque chose de particulièrement plaisant." "Je ne peux pas faire la paix avec quelqu'un qui fuit et encore moins avec quelqu'un qui extrapole le cas Mihajlovic, ce qui n'avait pas lieu d'être, ce n'était même pas à en parler." Zazzaroni est revenu sur l'interview qui a eu lieu ce mercredi de Salvo24, le tifoso de Bologne "à l'origine" de tout "En réalité, il se nomme Franco et c'est un ami de Fabio Canino, juge dans Danse avec les Stars. Je n'ai pas encore compris ce qu'il a fait de mal. Il a un langage de supporter, je ne crois pas que c'était une raison pour annuler la conférence de presse. C'était un moment de grande tension pour Conte et il a très probablement fait usage de cette situation comme prétexte." Le Black Friday "La dernière chose à laquelle je songeais, c'est que cela prenne une ampleur internationale. J'ai reçu des messages de soutien dont celui d'Alessadro Di Battista. Un appel très sympathique alors que je ne le connais pas personnellement. Cela m'a agréablement surpris et il m'a exprimé toute sa solidarité car il a lui aussi été victime d'attaque de ce genre." "Salvo2410" s'exprime Il se nomme en réalité Salvatore Francesco: "Salvo2410 c'est moi et j'ai 70 années de football. Je vis à Rome, mais je suis sicilien de Catane. Je l'ai quitté à l'âge de 13 ans lorsque mes parents ont déménagé pour travailler. J'ai fêté mes 70 ans le 24/10, cela explique mon pseudo.." Sur votre photo de profil, WhatsApp vous faites beaucoup plus jeune...... "C'est une photo récente en plus. J'en suis à ma troisième épouse, j'ai connu deux autres femmes et j'ai un fils de 17 ans." Vous êtes à l'origine du mail qui a fait décoller, et c'est un euphémisme, Antonio Conte et l'Inter. "Je ne comprends toujours rien. Je ne voulais pas offenser Conte en le disant dépassé. Peut-être que j'aurais du le qualifier de tarentule vu comment il se bouge sur le terrain. Mais pour un tifoso, dépassé a une signification bien différente. Cela n'a pas été interprété correctement." "Lorsque je l'ai remarqué, je me suis excusé auprès de Cucci, le Maestro, pour tout ce qui en a découlé. Je le répète: je n'aurais jamais imaginé une telle réaction en chaîne. Je me suis dit que la réponse de Cucci a du déranger la Direction, vu que le problème est passé de l'entraîneur au club, suite au clin d'oeil français d'Icardi." Êtes-vous vraiment un tifoso de Bologne? "Bien sûr. Et je garde la carte "Bologna Rossoblù Club" de Rome. Je me suis inscrit en '92 -'93 grâce à l'honorable Monsieur Fini ". Que voulez-vous dire ? "Je lui ai vendu une voiture, j'ai travaillé chez un concessionnaire important et sachant qu'il était fan de Bologne je lui ai parlé de ma passion pour la même équipe, et il m'a parlé du club. Après quelques mois, j'étais parmi les membres les plus fidèles et les plus actifs. Mon fils, par contre, est pour la Roma, pour qui j'y ai un peu de sympathie." "J'ai écrit plusieurs fois à Cucci pour critiquer Pallotta et comparer sa gestion à celle de Saputo. Qu'à Bologne, chaque fois qu'on parle du club, on y parle de développement pour le stade, une approche différente de l'américain." Combien de fois avez-vous écrit à "Post", la rubrique de Cucci dans le Corriere dello Sport? "Le Corriere a toujours été mon journal. J'achète chaque matin deux journaux, le sportif et le Corriere della Sera. J'ai du déjà envoyer une trentaine de courriels à mon Maestro, le premier c'était lorsqu' Inzaghi était à Bologne. Je me demande encore comment ils ont pu penser qu'un professionnel du niveau de Cucci, et avec son histoire professionnelle, aurait pu inventer ce mail." Ils ont également affirmé que votre adresse n'existait pas...... "C'est du Bullshit. La première fois, Cucci a supprimé les deux derniers chiffres pour m'éviter de recevoir des commentaires désagréables. Barbano m'en a envoyé un avec des "xxxx". Peut-être qu'il voulait vérifier mon existence ... J'ai joué au niveau semi-pro. J'aime discuté avec ceux qui comprennent quelque chose et je continuerai à le faire." Allez-vos faire plus attention ? Mais oui, vous ne méritez pas tout ce gâchis, je tiens à vous le dire. Crédible ou pas ? Qu'en pensez-vous ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Mauro Icardi est arrivé au Paris-Saint-Germain en provenance de l'Inter. Déchu du brassard de Capitaine et du numéro Neuf, l'attaquant argentin s'est livré sur son aventure parisienne: "Je me sens très bien. J'ai eu la chance de bien débuter avec le club. Je suis venu ici avec beaucoup de motivation pour montrer ce dont j'étais capable sur le terrain. Pour le moment, cela fonctionne bien. Je n'avais pas encore joué que j'avais déjà parlé avec mes équipiers en disant ce dont j'étais capable, comment j'aime recevoir le ballon. C'est aussi la raison qui fait que tu as de bons rapports avec tes équipiers." "Tout ont apporté leur contribution pour m'aider à m'intégrer très rapidement. Mon style de jeu est naturel. Je n'y travaille pas beaucoup, je cherche toujours à être à la meilleure place possible pour être le plus précis possible. Lorsque j'ai la possibilité de marquer, je dois être concentré en mode Killer. J'ai inscrit quasi 150 buts et ils sont tous quasi égaux, c'est mon style." Quels sont les objectifs de cette seconde partie de saison ? "Je suis venu pour aider l'équipe à remporter le plus grands nombre de titres possible. L'objectif du club et des supporters est de voir le Paris-Saint-Germain gagner. Je ferai tout mon possible sur le terrain pour y parvenir." Envie d'ailleurs.... Auteur de 13 buts en 16 matchs et d'un droit de rachat sur Icardi, le Paris-Saint-Germain n'est pas le seul à décider de l'avenir de l'argentin. En effet, le dernier mot reviendra à Maurito. S'il est vrai que Mauro a déjà signé le contrat qui le lierai au club pour l'année prochaine, il dispose d'une clause qui lui octroie la possibilité de dire non au rachat et de retourner à Milan. Cette clause avait permis à Salah de ne pas rester à la Fiorentina par exemple. Pour les Icardis, il ne serait pas surprenant de les voir abandonner Paris. L'objectif avoué serait de voir le Real Madrid frapper à la porte interiste. Mauro considérant ce dernier comme étant le club le plus prestigieux au Monde. Il s'est également fait une raison sur le Barça où dû à la présence de Lionel Messi, ses chances d'y être transféré sont nulle. Si le Real contacte l'Inter, toute la Famille partira pour de bon à Milan, dans le cas contraire, il ne serait pas étonnant de voir tout ce petit monde revenir du côté d'Appiano... Icardi meilleur que Lukaku, vraiment ? Si Icardi a bien débuté en Ligue 1, Big Rom a également très bien débuté en Serie A. Qui plus est, il est impossible de comparer deux joueurs au profil si différents. Néanmoins, voici l'impact des deux joueurs au niveau du jeu en équipe0 Map & Stat d'Icardi Map & Stat de Romelu L'impact du Diable Rouge au service de son équipe est sans appel.. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Ce vendredi 13 decembre 2019 , le Corriere Dello Sport a publié une lettre Anti-Inter, relayée et contesté exclusivement par Fcinter1908.it. S’en est suivi une annulation de la conférence de presse d’avant-match Fiorentina-Inter et une procédure en justice intentée par le club. Internazionale.fr vous propose de faire le point de cette situation : L'Article incroyable et surrealiste du Corriere Dello Sport suite à l’élimination de l’Inter en Ligue des Champions Un article a été publié dans l’espace réservé aux lecteurs d’Italo Cucci, une lettre d’un soi-disant partisant de Bologne "très crédible" a été publiée "Cher Monsieur M. Italo, je jouis (peut-on le dire? ) de voir la Grande Inter être surclassée par le Barça B, qui a montré comment on joue au football à un entraîneur dépassé. D’entendre le deux commentateur signifier les absences de Barella et Sensi. C’est bien que pour épargner son pain (ndr le salaire) que l'on puisse dire n’importe quoi, mais faire preuve d'honnêteté ne ferait pas de mal : Ils ont joué contre le Barça B." "J’allais oublier, je ne suis pas un tifoso de la Juve ni d’autres équipes de haut niveau, juste de Bologne. Toutefois cette béatifications de Conte qui, dans sa carrière et malgré des victoires, ne m’a jamais proposé de beau matchs. Il s’est également plaint de la campagne de recrutement, mais il me semble que l’Inter a dépensé plus de 150 millions d’euros (regardez voir Lukaku, Sensi, Barella, Lazaro, Sanchez, Godin, etc.) soit bien plus que toute autre équipe italienne. Mais alors, si tu ne sais pas battre le Slavia et que tu t’inclines contre le Borussia Dortmund, à quoi peux-tu prétendre ?" Réponse de Italo Cucci qui y met la dose "A votre méchanceté, j'ajoute la mienne. Je suis prêt à la transformer en Slogan. Lorsque les Managers se confesseront, et même leurs amis. C’’est destiné aux tifosi de l’Inter qui sans Icardi ont été sorti de la Ligue des Champions : "No Icardi, No Party." Suite à cet article, l’Inter a annulé la Conférence d’avant-match de Fiorentina-Inter. La Gazzetta Dello Sport prend partie pour le Corriere Dans une réaction signée Stefano Barigelli: " Mao, dans l’une de ses plus fameuse maxime réservé à ceux qui le critiquait, avait dit, qu'il avait besoin d’en toucher un pour en éduquer cent autre. C’était une autre Chine, et un autre monde." "La décision d’annuler la conférence de Presse de Conte a été une sanction exemplaire et préventive contre tous les médias qui ont reçu cette même saveur d’injustice sommaire. Si la raison est une lettre offensive diffusée sur un quotidien, il suffisait de limiter l'interdiction au quotidien concerné au maximum" "Punir tout le monde et expliquer à travers un communiqué que l’on parle d’un message révoltant à l’entière communauté de ceux qui s’occupent des Nerazzurri et non de l’Inter en elle-même. Un club qui s’est gagné la sympathie générale lorsqu’il ne gagnait pas. SURTOUT lorsqu’il ne gagnait pas. Perdre en Ligue des Champions n’est pas grave. Perdre son propre été d’esprit, oui." Les Maestri, l'Organisation des Journalistes exigent des excuses de Conte "Il est vraiment difficile de demander des excuses dans ce pays. Et ce peut importe le niveau et le lieu, peu importe les catégories. Que tu sois un joueur ou un dirigeant, voir même un journaliste. Tu te trompes c’est évident. Il y a lieu de faire deux distinction. La première est le respect. Le respect pour les opinions des autres, pour le travail des autres. Pour les autres qui sont des personnes et des professionnels." "La seconde à avoir avec l’éthique qui régit notre travail. Nous cherchons toujours à écrire de bonne foi, a raconter les faits qui nous ont été rapporté, en nous limitant pas à de simple publications vicieuses. Il faut contrôler et toujours vérifier, le tout plus d’une fois. Il faut s’élever de ce qui peut être notre opinion personnelle et offrir une information la plus proche de la réalité, dire la vérité." "On ne peut pas engager le lecteur. Les opinions et les faits sont deux choses totalement différentes, entre elles. Et même si elle peuvent dangereusement s’entrecroiser, elles sont de bonne fois. A condition que le contexte de bonne foi n’est pas proposé d’une façon confuse." "Le journalisme est fait de choix. De décisions sur les choses à écrire, sur comment l’écrire et comment le présenter aux lecteurs. Le choix du titre, des mots, des adjectifs et des virgules. Choisir de diffuser la lettre d’un supporter qui hausse le ton, sans prendre le temps de ce dissocier de ce que souhaite dire le lecteur, choisir au dernier instant également de partager sa méchanceté ne peut pas être suffisant, lors d'une interprétation personnelle à commenter. Par là, c'est attiser la Haine sur le web et la carte de presse en prend aussi. Ce qui nous amène à la demande suivante." "Pourquoi t’es-tu servi d’un tifoso pour remettre en discussion Antonio Conte, la Valeur de l’Inter et ses résultats sportif. Était-il nécessaire d’aller les offenser ? Était-il nécessaire de parler de dépassement pour Conte en tentant de contester ses approches, ses déclarations, ses actions personnelles ?" "D’un Maitre parti tant d’autres, nous nous attendions à quelque chose de plus littéraire, de plus noble. Nous ne nous attentions pas à ces attouchements de vos main avec les haineux du web qui, conteste quotidiennement ce qu’a fait l’Inter en Ligue des Champions, son mercato, son noyau, ses blessés.... Ceux qui contestent Conte. Nous nous attendions à une thèse soutenue de façon raisonnée et non faite de slogan divertissant sur un joueur qui ne porte plus le maillot de l’Inter." "Les paroles sont importantes, les offenses nous rabaissent au contraire. Cela jette le discrédit sur celui qui fait son travail avec passion et honnêteté, et qui n’enseigne rien. Nous voudrions tranquilliser Cucci. Je ne crois pas que Conte, ni Marotta ont besoin de se jeter dans nos bras ou dans celui de Pistocchi pour se consoler de l’Europe perdue." "Nous étions aussi dehors lors de l’annulation de la Conférence de Presse d’Antonio Conte. Nous pouvons comprendre la décision de l’Inter, de toute l’Inter et non de Conte ou d’un dirigeant, mais du club en tant que tel. Mais jusqu'au dernier moment, nous ne pensions pas qu’il s’agissait à du point le plus important de la question." "Etes-vous intéressé par le devoir à l’information ? Cela fait la différence, comme l’a publié l’Ordine et l"Ussi pour qui Conte a un émolument de millionnaire. Ce point n’a pas lieu d’être même s’il existe. Le point important est la lettre de Salvo et de l’annexe répondue d’une façon journalistique inadaptée." "Avez-vous procéder à un test de vérification ? Représentez-vous le droit à la Critique ? Avez-vous offensé quelqu’un ? Nous demandons à l’Ordre des Journalistes d’intervenir lorsqu’il y a lieu de défendre un collègue plus qu’un autre. A la lettre du Tifoso qui a comme intitulé la Beatification de Conte, et à laquelle ont été ajouté des accusations grave et pesantes, tout comme de la part des chroniqueurs d’Inter-Barça. Des choses que l’on ne peut pas dire juste pour gagner sa croûte de pain, comme l'insinue le lecteur publié dans le Corriere Dello Sport." "Nous déclarons que aujourd'hui, Cucci propose un satisfaisant car Bertagna a enfin une belle pièce dans son journal. Cela dit, Nous n'avons jamais écrit à Cucci. Notre article a été pris et publié dans son journal sans avertissement, Nous avons écrit pour un journal pendant des années. Et nous savons que pour de nombreux journalistes, l'article sur le web est quelque chose à classer à un niveau inférieur à celui de la presse, mais dans la pratique, cette distinction n'existe pas." "A moins que l'Ordre des Journalistes ne veuille s'exprimer en ce sens et établir qu'un journaliste qui écrit sur le web doit être considéré comme un journaliste de la série B. Je voudrais aussi des excuses et non à ma personne. Je voudrais des excuses à la catégorie, qui je pense est beaucoup mieux que ce qui a été pointée du doigt dans cette triste histoire." "Conte doit s'excuser auprès de Cucci, qui a légitimé l'infraction d'un supporter. Conte est un vendu, comme Bertagna et même Pistocchi. Mais nous attendons les excuses d'Antonio Conte à Italo Cucci, cela est manquant. Ensuite, nous pourrons tous revenir à l'écriture heureuse dans ce monde inépuisable du football. . On scanne les insultes, on critique avec envie. Faisons en un peu un bar sportif sain. Parce que c'est notre boulot, non ?"" La Stampa allume l'Inter "Silence. Antonio Conte se tait. Et l'Inter a annulé la conférence alors qu'il ne restait que quelques minutes à attendre." Pourquoi ? "A cause du "Corriere dello Sport et d'une une lettre offensante qui a été publiée contre notre entraîneur", justifiant l'agression." Le But ? "Envoyer envoyer un signal à tous les médias "qui doivent assurer le respect du peuple". "Sans entrer dans le fond, il est surprenant que le club Nerazzurro mette tout le monde dans le même bateau, en fermant les portes aux journaux et aux journalistes qui n'ont rien à voir avec l'affaire. Et plus encore est le paradoxe d'invoquer le respect par manque de respect, en songeant tout d'abord aux tifosi désireux de connaître la pensée de l'entraîneur." "Toujours est-il que vous avez saisi la balle au bon pour éviter d'inconfortables questions sur l’élimination en Ligue des Champions." Le Corriere Della Sera suit le mouvement "Punir les médias, et donc des lecteurs...Il faut en laisser de côté un pour en éduquer dix.. Certaines représailles sont inutiles, nous ne devrions pas tous être suspendus. Un échange aurait permis de clarifier la situation, car si vous demandez le respect des médias, vous devez être prêt à donner le vôtre. L'élimination de la Ligue des Champions et les critiques qui en ont découlé ont irrité Conte." "La réponse de l'Inter n'est pas, comme l'a écrit le club, "un signal à tous les médias", mais un geste autoritaire. En se refermant sur sa base arrière dans un style militaire. Il s'agit d'un combat avec l'Histoire de l'Inter qui a toujours été démarqué par sa tolérance." "Il s'agit d'une punition injustifiée mais également sévère et disproportionnée par rapport à la gravité du fait, ce qui le rend plus fort. Mais il est nécessaire d'éduquer l'éducation à la critique, mais vouloir éduquer la critique est toujours une réaction très dangereuse. Conte défendu par la profession "Écrire cette déclaration ne nous plaît pas: Pour le respect que nous avons envers l'Ussi et pour le parcours que nous avons entrepris et que nous souhaitons continuer à faire tous ensemble." "Toutefois, nous nous devons de réagir et de prendre parti non pas parce que Conte est un entraîneur, mais pour le sens de la Justice. Le courriel d'un lecteur sportif publié par le Corriere dello Sport est offensant et "le professionnel de l'information estimé "maître de nombreuses personnes" s'est trompé. Parce qu'il n'était pas obligé de le publier et il n'était même pas obligé de le partager: "A votre méchanceté, j'ajoute la mienne"." "Je voudrais reprendre l'article 21 de la Constitution: "Chacun a le droit d'exprimer librement ses pensées avec des mots, des écrits et tout autre moyen de diffusion". Je pense que cela s'applique aussi à Conte qui "par tout autre moyen", et en annulant la conférence de presse, a voulu exprimer ses pensées. Nous ne pouvons pas partager l'idée que ceux qui offensent, sans faire une référence minimale à l'infraction commise, de ceux qui se prennent le droit d'évaluer la mesure de la réponse suite à cette infraction." "Et qui plus est, et peut-être à cette occasion, je pense que nous pouvons parler d'arrogance, il y a lieu aussi d'opter pour le temps des excuses, en après-match. Je partage le point de vue selon lequel le respect des autres est la base de la civilité, mais je pense que cela vaut aussi la peine de d'avoir en tête que si vous souhaitez avoir du respect, vous devez en tout premier lieu respecter." "Avec son communiqué, l'Ussi, a par inadvertance, corroborer la thèse que "Je peux écrire que vous êtes un vendu, vous devez vous taire et ne prétendre à rien". Si cela est adopté, ce n'est pas l'article 21 qui saute, mais également les valeurs d'idéaux et de morales auxquelles notre Constitution s'est inspirée." "Nous croyons que Conte ne doit pas présenter d'excuses, du moins pas celle que l'Ussi voudrait imposer. Si quelque chose doit se produire, cela pourrait avoir lieu dans quelque jours par le biais d'une réunion qui serait la solution la plus pacifique, sans déranger le parquet fédéral." - Renzo Ulivieri, Président de l'AIAC Froideur turinoise Pour Fabrizio Biaisin, l'Inter devient aussi "froide" que la Juventus "Le fait est que l'Inter a officiellement changé de comportement. Elle arrête d'être indifférente, d'avoir de la patience. A présent, il est temps de se faire respecter, au prix même d'être détesté. Le choix de la propriété est évidemment le même que celui de l'Administrateur-Délégué, Giuseppe Marotta qui a importé le Modèle Juve. Celui du changement d'humeur envers ceux qui manque de respect. " "Le modèle consiste à parler des faits , ce qui a toujours porté ses fruits à Turin, sur le terrain et aussi à l'extérieur. Conséquence, il n'y a pas eu de conférence d'avant-match lors de Fiorentina-Inter, avec un visage fermé, même pour ceux qui ont dépensé beaucoup pour obtenir les droits de diffusion de tel et tel événement". "Il est évident qu'à l'Inter, il n'y a pas cette intention d'inimitié tous les médias nationaux. Si il y a une coupure nette, avec le passé, et cela peut être vrai ou présumé, c'est que dans le passé, en cas d'attaque d'un organe de presse, tout été adopté en silence, de façon discrète, ce qui avait tendance à énerver les tifosi." Et vous que pensez-vous de toute cette histoire ? #100%conl'Inter ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Cible du Corriere Dello Sport ce vendredi, Antonio Conte a sorti -à juste titre- la sulfateuse lors de la conférence d’après match. Antonio Conte sur Inter TV "Au niveau de la prestation, nous nous sommes créés des occasions pour inscrire des buts. Cependant nous ne les avons pas concrétisé et nous avons encaissé un but qui fait mal. C'est cela depuis nos trois dernières sorties, face à la Roma, Barcelone et ici Florence. C’est dommage car aujourd’hui, nous avons proposé une belle partition en défense. C’est décevant de prendre un but à la 90’ sur un contre. Tout en étant déçu, cela veut dire que nous devons travailler encore plus, évaluer les situations et nous améliorer. Cela fait partie de la progression. Il faut se montrer patient, en cherchant à travailler et à nous améliorer. Il faut vouloir faire mieux." Êtes-vous encore vif, incisif ? "Certainement. Il ne faut pas oublier que nous avons évolué sur un terrain difficile, comme peut l’être celui de Florence. Nous méritions la victoire. Nous avons fait preuve de maturité, en concédant peu." "Nous avons engrangé peu de points comparé à d’autres fois. Nous devons faire preuve de patience, d'envie et de travail. C’est un peu tout ce qui tourne autour qui me laisse amer. Je préfère ne pas penser aux suspensions de Lautaro et Brozovic, cela va me provoquer de l’anxiété. J’étais déjà inquiet avant cela et vu les situations où j’ai déjà dû espérer et prier en espérant que plus rien n'arrive à personne... Pourtant ce sont des situations déjà connues, qui se répètent. Nous avons du mal aujourd’hui à trouver quelque chose, mais je vais y songer durant la semaine." C'est sur Sky Sport qu'il a vu rouge Premier à annoncer la maladie de Mihajlovic avant même sa conférence de presse. Puis il y a eu le cas du Black Friday avec Lukaku et Smalling en couverture et à présent Conte… Le quotidien a un passif, mais là le coach a explosé avec en ligne de mire Ivan Zazzaroni, le directeur du Corriere Dello Sport : Mais d'abord retour sur la prestation : "Nous avons engrangé moins de points lors de ces deux derniers matchs. Face à Barcelone, nous avons payé le fait de ne pas avoir marqué et d’avoir concédé deux occasions où nous aurions pu faire mieux. Aujourd’hui c’était une belle réponse de l’équipe. Je suis déçu car nous méritions plus lors de ces dernières parties. Nous devons chercher à nous améliorer dans toutes les situations." Trois matchs sans victoire, est-ce la fatigue ou autre chose ? "Aussi bien face à la Roma, que face à Barcelone, ou aujourd’hui, nous aurions pu parler de trois potentielles victoires. Je ne pense pas que j’’ai quelque chose à incriminer aux garçons sur leur engagement et leur détermination. C’est un processus de croissance, nous devons chercher tous à avoir la volonté d’être patient. Si nous ne le sommes pas et si nous pensons pouvoir remporter chaque rencontre car nous nous appelons l’Inter, cela ne va pas le faire, ce n’est pas encore le cas." Êtes-vous déçu de ne pas avoir tuer le match ? "Nous avons eu des occasions, même en seconde mi-temps. Nous parlons de joueurs qui jouent toujours, qui par la force des choses sont toujours les mêmes. La fatigue nous le fait un peu payer. C’était un terrain difficile et je suis amer d’en être ressorti qu’avec un point." Un apport mineur des attaquants aujourd’hui… "Ils sont en bonne condition physique, mais lorsque tu joues 7 matchs en 21 jours, cela te coute forcément quelque chose. Il y a des situations particulières à annexer comme la blessure de Sanchez qui aurait pu les appuyer. Je peux juste les remercier, ils ont besoin de se reposer, mais je ne peux pas me le permettre." Aujourd’hui, nous vous avons vu reculer. Quel est l’impact d’avoir pris un but comme celui-là lors d’un match aussi tactique ? "Ce sont des situations que je vais analyser et travailler. Je suis déçu d’avoir pris un tel but en contre. Nous devons évaluer le tout avec calme et travailler en étant plus précis." Un feu minier s'est déclaré depuis l’annulation de la conférence de presse : "Tout est entre les mains de l’avocat, nous allons en justice. C’est un choix de l’Inter, pas de mon fait. Nous parlons ici de respect et cela a pris une tournure personnelle. C'est fait par des gens qui n'ont pas l'habitude de manager, qui ne pensent qu'à leur propre personne. Si tu voulais faire un exemple, tu devais le faire avec toute la catégorie afin de ne pas manquer de respect. Ici c'en est un, clairement. Je suis surpris, personnellement que l’USSI (Union des médias sportif italiens) a fait cette déclaration, c’est absolument honteux." "On me manque de respect et ce serait à moi à m’excuser ? Un jour, ils font un titre sur le racisme alors que le monde entier rigole d'eux. Un autre ils anticipent la conférence de Mihajlovic. Et il y a encore autre chose cette fois. Tous doivent s’imposer une limite, il faut y mettre un frein. Celui qui possède le stylo ne peut avoir autant de puissance et d'irrespect. Nous avons demander à voir qui est à l’origine de cet émail, il pourrait aussi s’agir d’un mail fantôme. Nous verrons..." ®Antony Gilles - internazionale.fr
  24. A travers un communiqué paru sur les réseaux sociaux, Romelu Lukaku est revenu sur la Une, honteuse, du Corriere Dello Sport. ""Au lieu de se concentrer sur un duel entre 2 équipes, le Corriere dello Sport vient avec la Une la plus débile jamais vue dans ma carrière. Vous entretenez la négativité et le racisme. Au lieu de parler de ce beau match, qui sera disputé au Meazza, entre deux grands clubs..." "L'éducation est la clé. Vous, Corriere dello Sport, devriez faire un meilleur travail que cela. Merci aux Tifosi et aux autres journalistes pour le soutien apporté." "Regardons tous vers le match de demain. Forza Inter". Espérons que Lukaku sera se montrer sous son meilleur jour ce soir, courage Big Rom! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  25. Milan - L’Inter, et plus particulièrement le Suning, tiennent à l’œil les nouvelles recrues. Dans la vision du Suning, il y a aussi la carte d’identité des nouvelles acquisitions, qui a une importance non-négligeable. Par exemple, la piste qui porte à Yann Karamoh, l’ailier droit de Caen, qui est âgé de 19 ans pourrait devenir le Vice-Candreva. L’international italien n’a pas encore reçu d’offre officielle de Chelsea. De son côté, l’Inter compte le recruter pour 5M€ et les français en veulent 9M€. Si ce n’est pas possible maintenant, l’alternative est de le recruter en 2018 en fin de contrat. Un autre jeune jouant en Ligue 1 intéresse particulièrement le Suning, il s’agit de l’international allemand de 23 ans : Julian Draxler. Le PSG souhaite recruter Joao Mario et l’Inter songe à faire insérer l’allemand dans la transaction. Considéré comme intransférable, le joueur allemand pourrait bénéficier d’un bon de sortie avec l’arrivée de Neymar. Toujours en France, Sabatini et Ausilio sont tombé sous le charme d’Adrien Rabiot. Serge Aurier étant extra-communautaire, l’Inter hésite à le recruter. Henrique Dalbert, lui est attendu dans les prochains jours à Milan pour finaliser son transfert. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...