Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'curva nord'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Giuseppe Marotta s’est livré à Radio Anch'Io Sport afin d’analyser cette première partie de saison, ô combien particulière étant donné le nombre de matchs extrêmement rapprochés et une Coupe du Monde hivernale ! Qu’est-ce qui a changé à l’Inter ? "Depuis hier, rien d’important si ce n’est la conscience que nous pourrions être protagoniste "fino in fondo" dans ce championnat, un championnat que tout le monde défini comme anormal. Aujourd’hui nous en avons terminé avec sa première partie, il reprendra le 4 janvier, c’est quelque chose d’inédit. Nous sommes tous curieux de comprendre les répercussions, surtout dans le domaine de la performance sportive : Entre ceux qui vont à la Coupe du monde et ceux qui vont rester à la maison, il sera difficile et inédit pour les préparateurs sportifs d'assurer un suivi. Nous devrons comprendre, joueur par joueur, les lacunes d'un point de vue athlétique à combler." Qu’est-ce qui a changé au cours de ce mois ? "Nous avons fait face à un handicap silencieux et mystérieux dont nous ne connaissons pas les origines, ensuite l’équipe et l’entraineur ont fait des corrections, il y a aussi cette sensation que nous réalisons une autre compétition à domicile qu’à l’extérieur : Nous avons connu quatre défaites à l’extérieur et on peut mettre en évidence 18 buts encaissés hors de notre base sur un total de 22 buts, c’est énorme: C’est le secteur qui doit nous porter le plus de réflexions avec l’entraineur qui doit trouver des remèdes : C’est son devoir de vacances." Dzeko va-t-il prolonger ou risquons-nous qu’il fasse une Perisic bis ? "Je ne crois pas qu’il fera une Perisic-Bis : Dzeko a démontré vouloir rester avec nous et c’est un joueur qui mérite sans l’ombre d’un doute une prolongation car c’est un très grand professionnel, très attaché au maillot. Comme tant d’ "anciens" en circulation, il a la vision du but, je le considère comme une excellente ressource et tous les clubs doivent l’avoir à l’œil, nous y compris. Au moment opportun nous établirons les contacts, c’est notre désir, mais cela doit l’être aussi, via une volonté explicite du joueur." Comment est la situation sociétale ? "Il faut accorder énormément de respect à la Famille Zhang qui s’est dernières années a injecté tant d’énergie, il me semble 800 millions d’euros : Ils ont tant donné au système du Calcio et à l’Inter, ensuite il est vrai qu’une certaine éthique combiné à tant de contractions financières lié à la pandémie ne leur permet plus de procéder à des investissements de millionnaires. C’est normal, cette contraction force à redimensionner les couts mais il faut savoir être toujours bon pour rester compétitif dans un monde compliqué." Quelles sont les attentes pour l’année 2023 de Romelu Lukaku ? Et pour le Mercato ? "En ce qui regarde Lukaku, il a été sans le moindre doute victime d’une blessure imprévue et imprévisible, conditionnée par la volonté de revenir rapidement et en forme, le tout motivé aussi par la Coupe du Monde. Cela fait partie des risques à prévoir, lorsque tu dispose d’un noyau composé de 25 joueurs, les blessures sont à l’ordre du jour: Je suis d'avis qu'il ne devrait pas y avoir autant de stress compétitif comme il y en a cette saison, car cela entraîne un nombre élevé de blessures." "Nous ne sommes qu'à la moitié de la saison, et nous verrons ce qui se passera plus tard. L'espoir est qu'il puisse revenir dès le 4 janvier, c'est ce que j'imagine et ce que je pense". Inzaghi a-t’ il demandé quelque chose pour le Mercato ? "Il faut saisir les opportunités, on parle d'un grand club, il faut garder les yeux grands ouverts. Mais notre groupe est assez compétitif pour nos objectifs." Est-ce que la rencontre importantissime face au Napoli pourrait être celle de la relance ? "Nous disputerons notre 15ème match à domicile, c'est un nombre impair. Dans le top 7, nous sommes les seuls à avoir joué 7 fois à domicile, et les autres 8. Cela n'a l'air de rien, mais nous avons un parcours gagnant à domicile, cela pourrait équivaloir à un avantage supplémentaire par rapport au classement d'aujourd'hui, qui nous voit être en retard de 4 points comparé à l’année dernière: L’an dernier, le Napoli était également en tête et cette saison, ils ont 5 points de plus et cette performance est la plus extraordinaire à souligner." "Il reste 23 matchs donc 69 points : La rencontre du 4 janvier ne sera pas décisive car il ne faut pas sous-estimer le danger que peuvent représenter les équipes "provinciales" : Il sera problématique, pour tous, de comprendre quel sera son état de forme au retour à la compétition." Qu’en est-il du Giuseppe Meazza ? "L'image générale est que nous sommes en bas de l’échelle : Il y a des stades dont l'âge moyen est de 60 ans et seulement quatre sont de propriété. Au-delà des problèmes de sécurité et de précarité, le stade en tant qu'actif pour augmenter les revenus en Italie est considéré comme un aspect très négatif: Vous devez faire face aux difficultés bureaucratiques, nous devrions avoir un processus plus fluide au lieu de devoir faire face à ces bureaucrates compliquées. La situation, prise en charge par Antonello, est dans l'impasse et j'espère qu'elle pourra être résolue". Et la délinquance dans la Curva ? "Je ne veux pas parler de répression, car c'est un outil extrême. Mais de prévention, et il s'agit de créer un phénomène de plus grande culture. Le stade se révèle parfois être une arène où les gens s'affrontent, s’opposent. Au lieu de cela, il se doit être un contexte d'agrégation et cela fait partie de notre société civilisée. Parfois, les valeurs sont mises de côté, même notre jeunesse a perdu une partie de sa valeur, c'est à nous, en tant que personne un peu plus expérimentés et de sages, de leur inculquer, grâce aux outils disponibles pour valoriser le sport en tant que phénomène social et de croissance, le retour à ses valeurs." La sortie de Cristiano Ronaldo contre Manchester United ? " Au sein d'un club, il est normal qu'il y ait des positions et des visions différentes, mais cela ne signifie pas que j'étais contre cette opération parce que CR7 est une icône, un champion. Ce n'était pas la raison de mon divorce avec la Juventus". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. La première interdiction de stade a été émise en réponse aux scènes qui se sont déroulées dans la tribune nord de San Siro samedi, lorsque les ultras de la Curva Nord ont forcé les fans à quitter leurs sièges. Selon le Corriere della Sera, dix autres personnes ont également été identifiées comme responsables de l'incident. Les autorités ont enquêté sur l'incident survenu à San Siro samedi, en examinant les images de vidéosurveillance et d'autres preuves afin d'identifier tous les membres du groupe d'ultras Curva Nord qui ont utilisé la violence et l'intimidation pour forcer les supporters à quitter la tribune. Aujourd'hui, une interdiction de stade a été prononcée à l'encontre d'un membre du groupe dont il a été établi qu'il avait agi violemment pour forcer certains supporters à quitter la tribune. En outre, dix autres membres du groupe ont été identifiés sur la vidéo comme ayant joué un rôle dans l'incident, et pourraient faire l'objet de poursuites. Selon le Corriere della Sera, les autorités s'appuient sur les plaintes déposées sur les médias sociaux ainsi que sur les plaintes reçues peu après le match. Cependant, aucune plainte formelle n'a encore été déposée par les supporters touchés par l'incident pour que les autorités puissent s'en inspirer. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  3. Javier Zanetti, capitaine emblématique et vice-président de l'Inter, estime que l'actuel défenseur des Nerazzurri, Milan Skriniar, lui ressemble beaucoup en tant que joueur. Dans un entretien accordé au journal milanais Il Giorno, l'actuel dirigeant et ancien capitaine des Nerazzurri a évoqué le caractère du Slovaque. Zanetti, dont l’engagement à l'Inter se poursuit en tant que vice-président, s'est imposé comme l'un des grands noms du club, non seulement pour ses qualités sur le terrain, mais aussi pour le dévouement et l'ardeur au travail dont il a toujours fait preuve. Depuis qu'il a rejoint l'Inter en provenance de la Sampdoria à l'été 2017, Skriniar a montré des qualités similaires. Le joueur de 27 ans est désormais un personnage clé sur le terrain, non seulement en raison de ses compétences techniques et athlétiques, mais aussi pour son caractère et son dévouement qui lui permettent d'afficher un niveau de performance constant. "Je parle souvent avec les gars, et Skriniar apporte quelque chose de spécial en termes d'éthique de travail", a déclaré Zanetti à propos du Slovaque. "J'étais comme ça par le passé", a-t-il poursuivi, "je parlais peu, mais je montrais beaucoup". "J'espère qu'il pourra rester avec nous pendant longtemps", a déclaré le vice-président à propos de Skriniar. Il a noté que "lorsque je suis arrivé à Milan, l'Inter était parfait pour moi, et j'ai passé le reste de ma carrière ici." " Beaucoup de mes coéquipiers de l'époque ont décidé de partir dans d'autres clubs ", a noté Zanetti, " avec le temps, ils m'ont avoué que c'était une grosse erreur de quitter l'Inter. " À propos des scènes qui se sont déroulées samedi soir à San Siro, lorsque des supporters ont été contraints de quitter la tribune nord par des ultras de la Curva Nord, Zanetti a déclaré: " J'espère que cela ne se reproduira plus jamais. " " Cette saison, nous avons joué beaucoup de matches à guichets fermés, un record dans l'histoire du club. " Il a noté que "les fans ont besoin de revenir dans le stade, et je ne pense pas que les gens aient été découragés par ce qui s'est passé." "Mais il faut respecter les valeurs du sport", a-t-il poursuivi. A la question de savoir s'il pense qu'il y a trop de pouvoir avec la Curva Nord, Zanetti a répondu : "Je ne veux pas diviser les supporters, je parle de tout le monde, je n'aime pas voir des choses comme ce qui s'est passé l'autre soir." À propos de la perspective de la démolition de San Siro pour faire place à un nouveau stade à Milan, le vice-président de l'Inter a déclaré: "Il y a une vision romantique, mais l'heure est à la grande innovation." "Nous devons améliorer le stade pour offrir aux fans une expérience à la pointe de la technologie qui va au-delà du simple match." À propos du match de Serie A de ce dimanche contre la Juventus, Zanetti a déclaré que : "la rivalité est toujours là, je ne vois pas de favori malgré le tableau." "Ce match arrive au bon moment pour nous, a-t-il poursuivi, nous ne pouvons pas nous permettre le moindre faux pas." "Nous avons traversé des moments difficiles, mais Simone Inzaghi nous a remis sur le droit chemin", a poursuivi Zanetti, "montrant qu'il sait gérer la pression." "Si les choses vont mal, c'est le problème de tout le monde, les gars ont bien réagi". Zanetti a également parlé de la forme physique de l'attaquant Romelu Lukaku, déclarant que: "C'est normal d'avoir autant de blessures parce qu'il y a beaucoup de pression pour jouer constamment, vous jouez le dimanche et immédiatement de nouveau le mercredi." "Je pouvais récupérer, mais certains joueurs ont du mal à le faire, physiquement et mentalement". "Après la Coupe du monde, ce sera comme une nouvelle saison", a ajouté Zanetti. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  4. L'Inter envisage d'offrir une compensation aux supporters qui ont vu leur expérience du match gâchée lors de la victoire 3-0 contre la Sampdoria. Comme le rapporte FCInterNews.it, de nombreux supporters de la tribune Curva Nord du Giuseppe Meazza ont été forcés de quitter leur siège et harcelés par un groupe d'Ultras rendant hommage à un leader qui a été tué. Alors que les Ultras eux-mêmes avaient tenu à commémorer Vittorio Boiocchi par une manifestation publique en quittant la tribune au milieu du match, ils ont exigé que tous les autres spectateurs, y compris ceux assis dans les coins de la tribune, abandonnent également leurs sièges. L'Inter a donc décidé d'étudier les moyens de dédommager les supporters concernés et a déjà commencé à travailler avec le responsable de la sécurité du stade pour gérer cette situation. Bien que la forme de la compensation n'ait pas encore été décidée, on pense que les fans pourraient se voir offrir un remboursement ou des billets complémentaires pour un autre match à domicile. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  5. Federico Dimarco traverse une très belle période, lui, qui après s’être mis en évidence et avoir marqué en équipe nationale, après avoir marqué face à la Roma, a été finalement l’un des grands artisans de la victoire face au Fc Barcelone Analyse de la Gazzetta Dello Sport "Federico Dimarco est l’un de ceux qui y est parvenu : Un milanais qui a grandi avec l’Inter dans le cœur et le Nerazzurro dans ses veines, lui qui, âgé de trois ans allait déjà dans les bras de son Père dans la Curva, lui qui a neuf ans faisait déjà chanter le ballon avec son pied gauche, un pied gauche qui avec le temps est devenu toujours plus puissant et précis. Peu de personnes doutaient de lui lorsqu’il faisait partie du vivier Nerazzurro : Il deviendra un grand joueur, il arrivera en Serie A et il fera parler de lui." "Simone Inzaghi est d’ailleurs le premier entraineur de l'Inter a lui avoir donné la confiance nécessaire pour s’imposer : S’en est fini de faire des apparitions, Dimarco sous Inzaghi, est devenu une valeur ajoutée et avec le travail, l’abnégation et sa faim, il a atteint un nouveau palier : C’est lui le patron de l’aile gauche laissée orpheline par Ivan Perisic. Et tout ceci est le fruit d’un long parcours qui l’a vu et contraint d’abandonner son confort à la Maison pour grandir en s’éloignant, en passant par Parme et Vérone où la pression était différente." "A présent, Gosens n’est plus sur ses talons car Federico a ce petit plus : Et ce n’est pas uniquement l’Interisme car la Foi footballistique compte jusqu’à un certain point, mais c’est la qualité. Une qualité qui est le fruit d’un travail, de tant de sacrifices qui ont finalement mis en avant le Fils de la Curva Nord." Encensé par Giuseppe Bergomi qui s’est livré à la Rosea Bergomi, qu’est-ce que cela veut dire lorsque l’on grandi à l’Inter et que l’on parvient à s’imposer chez les Grands ? "Ce sont des sensations extraordinaires : Tu regardes derrière toi et tu te félicites du parcours réalisé, des sacrifices qui t’ont porté jusque-là. Pour réussir, tu te dois de franchir énormément de difficultés car rien ne t’est offert." Vous rappelez-vous de vos propres émotions ? "Pour moi, c’était un rêve, mais c’était une autre époque : Je suis arrivé en équipe première et il y avait d’autres garçons qui étaient sortis du vivier comme Bordon, Oriali, Beppe Baresi, Canuti. : Le sens d’appartenance était inné. Et lorsque je suis devenu ensuite le Capitaine, j’ai en tout premier lieu essayé de faire comprendre à tous les nouveaux venus ce que voulait dire "Endosser le maillot de l’Inter"." Quel part du parcours de Dimarco, peut-on retrouver dans son ascension ? "Il y en a énormément, tellement : Le sens d’appartenant et l’Adn de l’Inter sont innés en lui, ce ne sont pas des choses qui s’apprennent, ni qui s’entrainent: Grandir dans le Secteur Jeunesse d’un club comme l’Inter, pour un milanais mais aussi pour un Lombard a beaucoup de significations : Tu apprends depuis ta plus tendre enfance ce qu’est le poids de ce maillot, l’Histoire du club, la responsabilité qui incombe lorsque tu es un joueur Nerazzurro." "Ce qui m’impressionne le plus chez Dimarco c’est sa grande personnalité : Le Giuseppe Meazza est un stade exigeant, dans les moments difficiles, il te met sous pression et lui n’en a que faire, il ne s’effondre pas mais il se magnifie." Voyez-vous dans son regard, ce petit quelque chose en plus, comparé aux autres ? "Federico incarne tout ce qui fait l’état d’esprit Nerazzurro, et comme je l’ai dit, il ne se laisse jamais briser par la pression : Il joue toujours le jeu, il se donne, il frappe. Et même, j’aime son caractère : C’est quelqu’un de généreux, il donne tout sur le terrain et je le vois aussi lorsqu’il vient du banc et qu’il secoue l’équipe et tout l’environnement : S’il se plante, il ne s’effondre pas mentalement mais il continue sa progression." "En ce moment, Dimarco est le joueur avec la meilleure personnalité dans l’équipe : Il y met son cœur et ses jambes font tout le reste." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. L'avenir d'Inzaghi dépendra évidemment des prochains matchs. L'entraîneur joue sa place lors du match contre Sassuolo mais il faudra compter sur la réaction de l'équipe sur le terrain, en plus du résultat. Les mots de la Gazzetta dello Sport. "De retour des États-Unis et espérant une renaissance rapide, il n'imaginait certainement pas tomber encore plus bas. En effet, pour être honnête, Steven Zhang n'avait jamais vécu un psychodrame de cette ampleur en live. Un début de saison aussi morose ne s'était jamais vraiment passé, même sous l'ère de Conte 2.0. Alors que la CN grogne contre Suning, il ponctionne sur le prêt Oaktree : il s'est recapitalisé avec plus de 100 M€ pour sécuriser les fondations du club, en attendant des temps meilleurs et quelque partenaire ou acheteur américain. Malheureusement, les résultats de sa créature se sont terriblement détériorées, ainsi que l'humeur de la petite troupe." "Depuis un an et trois mois, le président a cultivé une relation d'estime, presque d'amitié, avec son entraîneur. Mais, ces derniers temps, l'idylle semble s'être fanée. Pas de contrastes flagrants, mais quelques maux suite à la conférence d'avant match de Simone avec son message délibéré et étonnant avec lequel il a revendiqué des mérites, même dans les comptes de l'entreprise. Aux strates supérieures, cela a été considéré comme une invasion de terrain, aussi parce que le lendemain contre la Louve de Mou les trois points qui auraient fait taire toute polémique ne sont pas arrivés. Au contraire, les mots ont fait un effet boomerang en revenant dangereusement, pas ce qu'il fallait dans un moment aussi délicat." "Les crédits de Simone s'épuisent donc même au sein du club attentif à ne pas prendre de décisions hâtives. Mais il reste très vigilant sur le présent. Le Barça ressemble désormais à l'Everest : ce ne sera pas ce double match de la Champions qui donnera le dernier mot sur Inzaghi. Au contraire, le match à l'extérieur de Samedi face à Sassuolo est plus délicat. Entre autres, en accord avec les entraîneurs, c'est le "comment" qui intéresse le plus le président : outre les points, qu'il y ait des signes de vie sur le terrain." Traduction alex_j via FCInter1908.
  7. Fracture nette, et à certains égards irrémédiable, entre la Curva Nord et la propriété de l'Inter. Le message "Zhang va-t'en" ou "Zhang casse toi", qui est apparu sur le profil Facebook officiel de la Nord et sur un mur près de San Siro, laisse peu de place à l'imagination. Le Corriere dello Sport, Tuttosport et La Stampa ont publié des articles expliquant la situation actuelle de l'Inter et c'est très, très chaud. Le Corriere dello Sport explique que la Curva Nord regarde avec inquiétude vers un avenir sans investissements, comme cela s'est déjà produit les étés précédents, mais Zhang, pour le moment, n'envisage pas de revenir en arrière. "Il est clair que la position de la Nord ne lui plaît pas, mais il est tout aussi évident qu'il ne changera pas ses plans. De Viale della Liberazione, il filtre que Suning ne veut pas vendre la majorité et que, via Goldman Sachs, elle cherche un partenaire pour reprendre les 30% de LionRock. Les milieux financiers assurent plutôt que Zhang n'attend que la bonne offre pour vendre. Il est donc peu probable que le changement de propriétaire devienne une réalité." Tuttosport consacre également un article sur le gros différend entre la Curva Nord et Steven Zhang. La situation du président est assez instable, surtout après que les collègues de Milano Finanza ont rapporté qu'un groupe de banques chinoises, dirigé par China Construction Bank , a déposé une demande d'annulation du procès-verbal du conseil d'administration de l'Inter avec lequel il est établi que Zhang ne reçoit aucune compensation pour son poste d'administrateur de club. Ceci fera l'objet d'un article détaillé Lundi. "Un problème qui s'ajoute à la posture très dure de la Nord. L'accusation portée contre le Suning est celle de vouloir ignorer les offres arrivées pour le club. Cela génère une situation d'impasse qui affecte le travail des dirigeants (les seuls sauvés par la Nord). L'index vise également les joueurs qui ont tenu un comportement fortement critiqué par la partie la plus chaude du Meazza, qui ont produit 'l'acquittement' partiel d'Inzaghi. Le Suning valorise le club à 1,2 B€ et vise à obtenir ce chiffre également grâce à l'approbation du projet de stade, également grâce à l'accord de propriété avec Oaktree qui lui permet de gagner du temps jusqu'en Juin 2024 tout en maintenant le club en autofinancement au vu des comptes dans le rouge; fin Octobre l'assemblée ratifiera un déficit de 140 M€. Une perspective peu réjouissante pour un supporter qui sait déjà qu'un grand joueur sera sacrifié en Janvier ou, tout au plus, d'ici le 30 Juin (Skriniar, Lautaro ou Bastoni pour les usual suspects). Par conséquent, le nouveau Gentleman Agreement avec l'Uefa n'offre pas une grande marge de manœuvre à un nouveau propriétaire qui devrait avant tout solder les comptes." Les offres de reprise de l'Inter ne manquent pas, mais les demandes de la famille Zhang sont toujours supérieures aux offres des repreneurs potentiels. La vente du club des Nerazzurri est dans l'impasse, La Stampa met en avant les raisons de cette impasse. "La question que beaucoup se posent maintenant est de savoir pourquoi Zhang ne vend pas le club puisque, depuis près de deux ans, il n'a plus été en mesure d'ajouter des ressources au club. D'autant plus qu'on ne sait pas pourquoi, face à ces offres, la vente n'arrive pas, étant donné qu'en Mai 2024 le maxi-prêt d'Oaktree Capital au Suning pour l'Inter expire. En cas de non-remboursement (très probable) Zhang perdrait l'Inter qui se retrouverait en gage au fonds californien sans aucun gain pour la Suning. Dans ce contexte, la position ferme des ultras Nerazzurri est apparue, demandant à Zhang de quitter l'Inter." "Il est probable que ce blocage de la vente soit lié aux poursuites que les banques créancières de Zhang ont intentées à Hong Kong et à Milan pour des dettes impayées pouvant atteindre 255 M$. Une poursuite intentée par la China Construction est en suspens devant le tribunal de la capitale lombarde. Il est clair que, dans ce scénario juridique, les banques créancières demanderaient immédiatement à Zhang de rendre compte du produit de la vente d'Inter, identifiant dans cet actif financier un moyen de rembourser les prêts impayés." Tous les détails là dessus Lundi. Traduction alex_j via FCInter1908.
  8. Toujours pas de nouvelles concernant l'avenir corporatif de l'Inter : malgré les rumeurs incessantes de vente et la protestation des supporters, la famille Zhang reste fermement aux commandes du club, et n'entend pas accepter d'offres trop éloignées de leurs demandes. Tuttosport tente de faire le point sur la situation, sans écarter l'hypothèse d'un changement de main non total. "D'un côté, l'idée de trouver un partenaire solide, à qui seule une part minoritaire de l'Inter devrait être vendue, pour injecter des liquidités dans le club et ainsi pouvoir rembourser le prêt d'Oaktree; avec Goldman Sachs qui continue à travailler sur le mandat de Zhang en recherchant des investisseurs potentiels. D'autre part, il y a aussi l'objectif de se retirer complètement, si une offre est jugée appropriée." "Mais qu'est-ce qui freine les choses d'avancer ? Un bilan particulièrement important qui décourage d'éventuels nouveaux repreneurs et des risques qui freinent inévitablement tout type d'opération. En effet, le club des Nerazzurri a un prix très cher : 1,2 B€. Une estimation qui s'inspire certainement de la vente récente du Milan (qui découle d'un accord entre Elliott et RedBird qui privilégie la continuité, avec le vendeur qui a prêté de l'argent à l'acheteur) et qui évidemment ne motive pas énormément les investissements, surtout si vous ne possédez pas votre propre stade." "Ensuite, voici les vicissitudes supplémentaires des propriétaires qui pourraient encore ralentir les négociations susmentionnées. Selon les sources de Milano Finanza, une série de banques chinoises, dirigées par la China Construction Bank, veulent attaquer une partie des avoirs de Steven pour récupérer les 250 M$ de prêts impayés et la caution stipulée par la China Construction Bank avec Great Matrix Ltd, une société contrôlée par Zhang (entre-temps ouvertement attaquée par la Curva Nord). Une requête a donc été présentée au tribunal de Milan pour annuler la directive du conseil d'administration de l'Inter qui établit que le numéro un des Nerazzurri n'accepte aucune compensation." Le torchon brûle entre Zhang et la CN. En effet, la colère des partisans organisés des Nerazzurri envers le président Steven Zhang ne s'est pas apaisée. La Curva Nord a affiché des banderoles avec les mots "Zhang Vattene" autour de la ville de Milan. Le post publié sur le profil Facebook 'The Scream of the North' montre les images des bannières dans les points principaux de la ville. Les slogans organisés expriment clairement et directement leur dissidence contre le Suning et le président Zhang. Traduction alex_j via FCInter1908.
  9. Cette question, nos confrères de Fcinter1908.it se l'est posée, et voici leur analyse: "Steven Zhang, après avoir été fortement soutenu durant très longtemps, se retrouve à présent dans la ligne de mire des Ultras, mais pourquoi ?" "Selon nos informations, le Numéro Un du Club est désormais considéré comme le principal responsable de vouloir profiter de la construction du nouveau stade pour parvenir à la vente du Club: Une façon d’agir qui s’est également reflétée dans les dernières séances des mercatos et durant lesquelles la Propriété n’a pas investi, mais a bel et bien forcé la Direction a mener des campagnes d’achat au moindre frais." "Mais la question du Club n’aurait pas été la seule thématique discutée par le Nord. C'en est fin des chants personnalisé pour les joueurs: En fait, il y aurait aussi eu beaucoup de discussions de terrain sur la période délicate que traverse l’équipe d’Inzaghi, surtout après la défaite à Udine. Et si l’entraîneur des Nerazzurri est certainement considéré comme l’un des responsables, en raison d'erreurs commises, il n’est pas indiqué comme le principal artisan de cette situation!" "Il est évident qu'un changement de cap est nécessaire, mais la Curva accorde toujours sa confiance au Leader des Nerazzurri. Ceux qui doivent se remettre en question le plus tôt possible sont, au contraire, les joueurs qui appelés à faire preuve de fierté après tant de débâcles.... La Curva a décidé de mettre en œuvre une première mesure à cet égard: A partir du prochain match, soit contre la Roma de José Mourinho, il y aura un arrêt total des chœurs personnalisés pour les différents joueurs." "En ce moment difficile, la Nord a pris ses responsabilités et ça fait du bruit." Partant pour scander le nom de José Mourinho à la place ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Un message sans équivoque est récemment paru dans L'Urlo della Nord, l'organe officiel sur les réseaux sociaux de la Curva Nord. Une photo, sans autre commentaire : "Zhang va-t'en." Ce message est arrivé dans la matinée, après le meeting qui s'est tenu hier soir au Baretto, siège des réunions hebdomadaires des ultras. A voir si dans les prochaines heures il y aura d'autres réactions en corollaire de l'image qui vient d'être postée. En attendant, les intentions de la Curva à un peu plus d'une semaine de Inter-Roma apparaissent très claires. D'après ce qui a fuité dans ces heures matinales, les ultras auraient décidé de changer de cap vis-à-vis des propriétaires. Ils sont lassés de voir des mercatos basés avant tout sur les besoins budgétaires et non sur les besoins sportifs de l'équipe. Cependant, la colère est dirigée contre Suning et non vers les dirigeants qui ont également été reconnus pour leur excellent travail lors de la réunion d'hier. Comme Zhang, les joueurs se sont également retrouvés dans le collimateur des ultras, salués en fin du dernier championnat par des acclamations et des applaudissements malgré la perte du Scudetto pour deux points, mais tenus pour responsables d'un début de saison dans lequel les espoirs n'ont pas été exaucés, les réponses n'étant pas arrivées. Pour cette raison, à partir du prochain match, il ne devrait plus y avoir de chants ad hoc pour les joueurs eux-mêmes. Quant à Simone Inzaghi, tout en reconnaissant certaines erreurs, il n'est pas considéré comme le cœur principal des problèmes actuels. A voir comment les choses vont évoluer. Traduction alex_j via FCInterNews.
  11. L'Inter Milan Curva Nord a organisé une rencontre ouverte à tous les fans de Nerazzurri "qui se soucient de l'Internazionale" ce Jeudi 22 septembre 2022, à 20h30, au "Baretto". Message publié sur la page Facebook "Le Cri du Nord". "Vous aurez donc l'occasion de bien comprendre ce que la Curva Nord pense d'une telle situation qui n'est pas du tout agréable. Parce que nous sommes harcelés par demandes de social fans hystériques qui vantent la révolution avec le soutien des autres, généralement le nôtre. La réalité, si elle est abordée d'un point de vue global, est bien plus complexe qu'un #InzaghiOut hâtif." "Les sujets à l'ordre du jour sont les suivants, de la part des plus fervents supporters de la Beneamata : LA TOLÉRANCE EST FINIE; L'entraîneur a certainement fait des erreurs MAIS... AUCUN ALIBI POUR LES JOUEURS qui, depuis que le monde est monde, dans ces situations se vautrent mettant leur ego avant le groupe; ET CE N'EST PAS BON POUR NOUS." "Au retour des équipes nationales, le registre doit changer. Chacun doit être confronté à ses propres responsabilités. Nous luttons ensemble, nous sortons ENSEMBLE. Nous vous attendons !" Traduction alex_j via FCInterNews.
  12. En effet, pour Simone Inzaghi l’heure de la révolte doit sonner, du moins au championnat car aligner trois défaites déjà maintenant au compteur fait tache, même si le Bayern de Munich est perçu comme bien trop fort Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La Propriété s’attend à un changement de cap rapide, car elle est convaincue d’avoir mis à la disposition de l’entraineur le noyau qu’il souhaitait, en le contentant à chaque reprise comme le révèle la confirmation de Milan Skriniar malgré l’instance du Paris-Saint-Germain et à l’acquisition d’Acerbi en dernière minute." " Comment dire : Face au Torino, la révolte est chaudement conseillé!." Dans la ligne de mire pour La Repubblica "Inzaghi est dans l’œil du cyclone, comme cela se passe toujours lors de ce type de situations, ces deux dernières sorties n’ont convaincu personne, aussi bien au niveau des formations initiales que des remplacements en cours de match, sans oublier ses explications en conférence d’après match… L’équipe semble être en retard de préparation physiquement, très en retard même, et la défense est des plus friable, car elle craque dès les premières gouttes des attaques adverses, une situation qui est devenue une constante." La Position de la Direction Italienne Giuseppe Marotta a tenu à assurer ses arrières, l'entraîneur devient un bon alibi, même bien plus qu’une excuse pour les échecs liée leur cause, à la question "Inzaghi a-t-il encore la confiance du club ?" Il a répondu : "Bien sûr qu'il la conserve, il fait un excellent travail, il sait très bien gérer l'équipe." Ce n’est pas lui qui est donc remis en discussion, mais certains comportements : "Nous sommes l'Inter, nous voulons plus de prudence et de motivation de la part de tout le monde. Ce maillot doit être honoré de la meilleure façon possible, nous avons cette obligation envers les 60.000 personnes qui se présentent au Stadio Giuseppe Meazza : Nous devons y croire jusqu'au bout, la saison ne fait que commencer, la deuxième étoile est possible'' Redevenir une équipe pour la Rosea "Nous devons redevenir une équipe" telle était la phrase symbolique qui a surgit de la discussion, entre les joueurs, Simone Inzaghi et son Staff et la Direction, qui s'est tenue aujourd'hui.: "Toutes les thématiques ont été abordées : Les fractures mentales lors de l’apparition des première difficulté, la différence de performance globale par rapport à l'année dernière alors que le noyau est inchangé, les attitudes peu constructives de certains joueurs sur le terrain, la condition athlétique." Si la Direction s’est exprimée, plusieurs joueurs ont également pris la parole, dont le Capitaine Handanovic et Barella , qui sont parmi les plus expérimentés et qui ont fait leur mea culpa, reconnaissant qu'ils étaient coupables dans cette situation difficile "Ce que nous faisons n'est pas suffisant, nous devons en faire plus, y compris en matière d’entrainement." La confrontation a été décrite comme constructive par toutes les parties. Parmi les joueurs, par exemple, certains ont mentionné la condition athlétique, comme s'ils n'avaient pas l'impression que leurs jambes tournaient correctement. Mais les données exposées par le staff technique ont souligné que l'Inter, lors des deux derniers matchs, a couru pourtant bien plus que l'AC Milan et le Bayern: "Si l’Inter courent plus, elle court mais mal…" Une magie rompue le 22 mai 2022 pour Tuttosport "Quelque chose s'est brisé le 22 mai, le jour des larmes sous la Curva Nord pour un Scudetto jeté aux oubliettes. C'est là que la magie qui entourait la première saison de Simone Inzaghi à l'Inter a été brisée: L'idée qu'Inzaghi est le principal responsable de la perte du Scudetto est erronée et peu généreuse, mais, ce qui s'est passé lors des premiers matchs de la saison, avec ses mauvais changements à l'Olimpico et ses remplacements tardifs dans le Derby et même avec le Bayern, a fait gonfler la tête de ses détracteurs, en allant même jusqu’à faire chavirer sa propre base de soutien, car ce mercredi et pour la première fois elle n'a rien pardonné à son 'Inter".' Dejan Stankovic favori à la succession "Simone Inzaghi ne risque pas son poste mais, pour les trois matches à venir qui le sépare de la trêve internationale, il devra redresser le niveau de performance de l'équipe, et ce même si le calendrier est parsemé d'embûches avec la réception du Torino au Giuseppe Meazza, et deux déplacement à l’extérieur à Plzen et à Udine." "Simone est à la croisée des chemin dans un tournant de la saison qui est déjà important pour les ambitions du club en Serie A où il lui sera vital d’engranger un 6/6 pour rester attaché au "Wagon Scudetto" et pour assurer une place, à minima en Europa League, tout en gardant l’espoir de voir le Bayern Munich et Barcelone caler pour entretenir la flamme de la qualification pour les 16èmes de finale de la Ligue des champions." "Jusqu'à présent, LInter n'a jamais pensé à d'autres entraineur, également à cause des raisons que lui propose le marché : Mauricio Pochettino, en raison des coûts qu'il implique, est inatteignable, tandis que Roberto De Zerbi, qui est un entraîneur que Piero Ausilio a toujours apprécié, ne semble pas être l'entraîneur idéal pour prendre une équipe en cours de saison, entre-autre à cause du fait que l'Inter joue depuis des années avec le 3-5-2, un système de jeu très éloigné des idées tactiques de l'ancien dirigeant du Shakhtar Donetsk." "En cas de succession, il est bien plus facile pour l'Inter d'opter pour un entraîneur moins "dogmatique" et présentant un profil agréable à la vue de tous, une identité qui répond parfaitement à celle de Dejan Stankovic, qui a quitté l'Étoile Rouge de Belgrade après y avoir remporté trois championnats consécutifs ainsi que deux coupes de Serbie. Un grand "ex" qui, on peut le parier, répondrait par un grand oui, à l'appel du club avec lequel il a gagné le Triplé." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. En effet, la Curva Nord s’est mise en évidence de la plus mauvaise des façons. Auteur de très belles choses, comme le splendide Tifo sur la Beneamata, elle est également capable de réaliser les pires conneries possibles : Comme le prouve le Tweet ci-dessous, la Curva a traité les Champions d’Italie de juif Le Milan AC, qui nous a proposé de tester la Sodomie en mai dernier, a déposé plainte au Parquet Fédéral pour des propos antisémites. La connerie n’a donc plus aucune limite…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Giuseppe Marotta s’est livré ce vendredi 22 juillet 2022 à DAZN afin de justifier, entre autres, les non-recrutements de Paulo Dybala et Gleison Bremer: "Je m’attends à une saison agressive, riche de détermination, d’ambition, de courage, avec la volonté de conquérir de nouveaux titres et des places." L’Inter est-elle plus forte que les autres ? "C’est difficile à dire car tu es sur d’avoir composé une équipe solide, mais tu dois faire le compte aussi avec les autres équipes. C’est à la fin du mercato que l’on pourra faire certaines évaluations. L’Inter doit toujours jouer un rôle de protagoniste et elle se doit, en tant que telle, être nécessairement compétitive. Le retour de Lukaku ? "Avant tout, je tiens à profiter de l’occasion pour remercier mes collaborateurs Piero Ausilio et Dario Baccin : Ce retour de Lukaku est l’une des plus belles pages tant décriées du Monde du Football : C’est un joueur qui nous a quitté de façon imprévisible et qui a ensuite ressenti le besoin de revenir chez ses amis, dans ces murs, pour endosser ce glorieux maillot qui lui avait permis de gagner un Scudetto. Nous avons eu la chance d’être face à cette situation qui, par la coïncidence de certains facteurs, a fait que ce retour a pu se concrétiser : C’est quelque chose de très beau." L’avez-vous trouvé différent ? "Énormément, il est encore plus Leader qu’auparavant : Hier, je l’ai vu à l’entrainement et il a perdu un mini-match et était très râleur : Cela signifie qu’il est très attaché à son travail : Je suis content qu’il puisse faire partie de notre groupe." Dybala ? "On en a énormément parlé, je peux simplement vous dire que c’est un garçon sérieux, un grand professionnel, mais comme je l’ai dit récemment, nous étions et sommes toujours en nombre dans un secteur offensif très fourni. Il n'y avait pas de place, non pas parce qu'il n'était pas bon, mais parce qu'il n'y avait pas de besoin. Ensuite, tout a été instrumentalisé au risque de faire une mauvaise impression, mais ce n'est pas le cas : Aujourd'hui, l'Inter dispose d'un secteur offensif très précieux auquel nous tenons. Je vois bien Dybala à Rome, je pense que ça pourrait être le lieu idéal pour lui, où il pourra se sentir comme un leader. Je ne dis pas qu'il est l'héritier de Totti, mais c'est un joueur qui peut donner satisfaction aux spectateurs par son jeu. Je lui souhaite le meilleur." Bremer ? "Le mérite en revient à Ausilio, qui travaillait sur lui depuis des mois. Bremer est un grand joueur, alors évidemment nos contraintes liées aux équilibres économiques et financiers ne nous ont pas permis d'arriver à le conclure. Nous avons fait notre chemin, puis quand d’autres offres bien plus éloignées les nôtres arrivent, il est juste que le vendeur fasse son choix, ainsi que le joueur, qui a été un grand professionnel. En conséquence, c’est une opportunité qui a disparu. Nous avons l'obligation d'essayer des pistes qui mènent parfois à des conclusions négatives, cela fait partie du jeu. Il faut apprécier la persévérance avec laquelle nous avons poursuivi cette démarche". Skriniar ? "J’ai rencontré les Tifosi et nous en sommes sortis encore plus forts. J’ai vu une grande passion chez ses représentants, la Curva Nord. J’ai constaté, qu'eux comme des dizaines de milliers d'abonnés, ont cette fois-ci imposé un dogme envers nos couleurs, leur demande de clarification est largement compréhensible : Ce n'est absolument pas une protestation. J’ai dit que, d'une part, nous avons l'obligation de former une équipe compétitive et, d'autre part, nous avons également le devoir de rechercher un équilibre économico-financier." "Skriniar est un joueur très fort, : Il ne doit pas nécessairement être mis sur le Mercato, absolument pas. Nous avons eu des contacts dans les semaines précédentes et ensuite une demande, après quoi tout a été évalué, mais cela fait partie de ce que sont les dynamiques. Les Tifosi doivent rester calmes car l'équipe sera toujours compétitive, elle se doit de l'être, dans le respect de la confiance qu'ils nous ont accordée." "J'ai accepté cette confrontation avec mes collaborateurs, j'ai saisi cette grande passion : Les Tifosi Nerazzurre sont importants, comme nous avons pu le constater lors du dernier match contre la Sampdoria, avec cette vague d'affection qui représentait la juste union entre l'équipe et ses supporters ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. L'ancien défenseur de l'Inter et actuel défenseur de Monza, Andrea Ranocchia, est heureux des adieux que lui a faits la Curva Nord lorsqu'il a quitté les Nerazzurri. Au cours d'un entretien accordé à la chaîne italienne DAZN, le défenseur de 34 ans s'est exprimé sur son départ de l'Inter après douze ans au club, et sur sa nouvelle aventure avec le promu Monza. Ranocchia a quitté l'Inter cet été à la fin de son contrat pour rejoindre Monza, à qui il apportera une grande expérience du haut niveau. Andrea Ranocchia avait remporté le Scudetto pour la première fois lors de son avant-dernière saison sous le maillot de l'Inter, puis la Coppa Italia pour la seconde lors de l'un de ses derniers matches avec le club. Ranocchia a cependant traversé de nombreux hauts et bas avec l'Inter au cours de ses plus de dix ans au club, et la Curva Nord lui a fait des adieux spéciaux à la fin de la saison en reconnaissance de sa longue histoire avec l'équipe. "C'était un moment exaltant qui ressemblait à la récompense des nombreuses années que j'ai passées à l'Inter", a-t-il déclaré à propos des adieux, "c'est un grand souvenir et je ne l'oublierai jamais." "Je ferais tous les choix de la même manière, car cela a fait de moi le joueur et l'homme que je suis maintenant", a-t-il poursuivi. "Je suis satisfait de ma carrière et je peux encore accomplir davantage et construire d'autres souvenirs positifs." ®Oxyred - Internazionale.fr via SempreInter
  16. En effet, en ce jour de fête pour Notre Curva Nord, Javier Zanetti s'est livré à travers une vidéo qui se passe de commentaire Reste juste à espérer que le Fiston suivra les traces de son père! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Demandez-le à n’importe qui, le départ de Romelu Lukaku l’été dernier, n'a pas été très bien digéré, et la Curva Nord ne s'était d'ailleurs pas cachée en déployant des banderoles éloquentes et en détruisant une fresque à son image. A présent, Romelu Lukaku est de retour à l’Inter et la Curva Nord de notre Beneamata a pris position à travers un message publié sur la Page Facebook "L'Urlo della Nord" où les Ultras expliquent leur attitude face au retour du Roi déchu Comme le retour de Lukaku à l'Inter est très probable, il y a quelques points à éclaircir : "La Curva Nord soutient l'Inter et ne fera aucune protestation contre le joueur (malgré son comportement l'été dernier) ; Cela étant dit, personne ne devrait aller l'accueillir avec des écharpes ou des bannières de la Curva ou des groupes qui la composent ; Notre façon d’agir face à lui sera la conséquence du fruit son travail sur le terrain, un travail composé d'humilité et de sueur : Il était soutenu (et traité) comme un roi, maintenant il en est un comme beaucoup d'autres. Qu'il soit également clair pour tout le monde que nous n'encouragerons jamais Lukaku s'il porte à nouveau le maillot de l'Inter." Sans rancune l'ami "Cependant, nous invitons tous les Tifosi de l'Inter à ne pas tomber dans le piège inverse, celui de courir immédiatement après lui. En dehors d'un aspect émotionnel instinctif évident, faire semblant que rien ne s'est passé ne ferait qu'accélérer encore ce processus en cours depuis des années, visant à faire de nous tous des consommateurs muets et dociles. Nous sommes et devons rester le Cœur, l’Âme, la Grinta et l’Interisme: Nous ne sommes pas des personnes que l’on balance de gauche à droite à la merci des agissements des joueurs et des clubs. Nous avons pris note de la trahison de Lukaku et nous nous sommes sentis très mal, trahi. On peut pardonner ces choses à un footballeur avec le temps, mais les cicatrisent restent." "Maintenant Romelu, au travail." "Nous sommes confiants, en route vers un avenir à construire ensemble avec ceux qui feront partie de notre famille NEROAZZURRA. "En avant Interisti ! En avant Curva Nord." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Après sa victoire au "Mapei Stadium" de Reggio Emilia contre la Roma, la Primavera a offert à l'Inter son dixième Scudetto de son Histoire dans cette catégorie. Pour l'occasion, la Curva Nord a félicité l'équipe de Cristian Chivu via Facebook "NOUS SOMMES FIER DE NOS JEUNES! La Curva Nord tient à féliciter la très belle Emprise de notre équipe de jeunes qui a réussi le merveilleux exploit d'avoir remporté le Scudetto dans sa catégorie. Nous espérons que nous aurons bientôt l'occasion de célébrer également ce titre, comme le méritent ces jeunes garçons bourré de talents". Les gars, ils ne sont pas encore majeurs, allez-y mollo! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. En larme en fin de match, Andrea Ranocchia s’est livré sur la fin de son histoire avec l’Inter : "J’espérais arrêter ici d’une façon différente vu comment nous avons travaillé toute l’année. Je dois tous vous remercier, je dois remercier les gars de la Curva, tous les Tifosi qui m’ont toujours été proche, les garçons, ma famille, je suis heureux, je suis heureux, satisfait de ce que j’ai donné et c’est bon ainsi." Comment a changé l’Andrea de janvier 2011 ? "Il était jeune, avec tant d’ambitions, des espoirs, l’envie de gagner. J’ai encore énormément soif de victoires, je vais un peu me reposer et je penserai ensuite à l’avenir." Qu’est-ce qui vous a manqué pour le Scudetto ? "Nous avons traversé une période difficile, nous avons dû affronter tous les rivaux en même temps et c’est là que nous avons perdu le plus de points, il y a de l’amertume sur cela. Mais c’est le football, il faut l’accepter , continuer à aller de l’avant et se divertir." Ou vous retrouver l’année prochaine ? "Je ne sais pas encore je n’en ai pas la moindre idée, je vais un peu me reposer et j’y réfléchirai à tête reposée." Il Capitano des Capitano lui rend hommage A travers un message sur Twitter, Javier Zanetti a rendu hommage à Andrea "Andrea, au fil des années, tu as été un vrai symbole de l'Interisme. Sur le terrain et en dehors. Tu avais toujours le bon mot pour tous, la capacité de répondre toujours présent, il y a tellement de moments indélébiles. L'Inter sera toujours ta maison, avec l'affection et le respect des Interiste. Merci" Suivi de la Curva Nord à sa façon En effet, lors du match contre la Sampdoria, la bannière "Ranocchia, tu es la Fierté de la Nord" est apparue dans la Curva Nord. Une preuve de l'appréciation des Tifosi envers un joueur qui était un exemple de professionnalisme et d'attachement aux couleurs de l'Inter. Qu'est-ce qui vous aura le plus marqué au cours de la Carrière de la Grenouille à l'Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L’Inter termine la saison la tête haute, à deux points d’un surprenant Milan hauteur d’une très belle saison. Victorieux de la Sampdoria, Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse Quel bilan tirez-vous de cette saison ? "Nous avons réalisé une excellente saison qui aurait pu être extraordinaire avec le Scudetto. Nous avons soulevé deux coupes et vous avez vu ce qu’il s’est produit à la fin du match sous la Curva Nord : Des accolades sincères et mérité, le groupe a donné tout ce qu’il pouvait." Qu’aurait dû faire le Monde Nerazzurro pour faire plus que ces 84 points ? 'J’analyserai la situation à tête reposée avec le Club durant la semaine : Nous avons déjà planifié une rencontre, nous devrons organiser la nouvelle saison de la meilleure des façons, en cherchant à conserver les meilleurs joueurs et à ajouter quelque chose pour nous améliorer." La réunion dispose-t ’elle déjà d’une journée fixe ? "Je verrais le Club et le Président entre mardi et mercredi, nous verrons ce qu’il y aura lieu de faire." Comment jugez-vous la saison ? "Elle était excellente, je devrai me montrer lucide et brave pour l’analyser, mais il y a une équipe qui a réalisé 86 points et je me dois de la féliciter. Nous devons comprendre où nous améliorer : Cette année, récolter 84 points n’aura pas suffi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Si la Curva Nord de l’Inter sera la grande absente, étant donné que les Ultras ont refusé de s’inscrire sur le site officiel de la Juventus pour acheter les tickets, l’Allianz Stadium sera comble avec une capacité de 100% comme autorisé par la nouvelle réglementation! La dernière fois qu’il y avait eu 41.000 spectateurs, la Juve accueillait Brescia en février 2020, avant que la pandémie ravage la vie des Tifosi. Environ 2.000 billets ont été mis à la disposition des supporters de l’Inter, et dimanche soir au stade, il sera pratiquement impossible de trouver une place libre et, pour cette raison, la billetterie devrait annoncer une recette record. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. La Curva Nord a l'intention d’abandonner l’Inter ce dimanche 3 avril, lors du déplacement de tous les danger au Juventus Stadium, à cause de la réservation obligatoire des places en échange d'une inscription sur le site officiel de la Juventus Voici le Communiqué Officiel de la Curva Nord "La Nord ne sera pas présente pour Juventus-Inter programmé le 3 avril. Nous ne voulons pas nous justifier pour ne pas ouvrir la porte aux habituelles polémiques inutiles de rapaces. Nous avons nos raisons et cela est suffisant pour ceux qui nous lisent." " Il est important de savoir que c'est une pensée partagée par tous les responsables de groupe. C'est un choix douloureux mais inévitable. Aucun match de championnat, pas même le plus important, ne peut replacer l'essence de ce que nous sommes. Nous sommes le tout qui devient un". Le Saviez-vous ? S'il ne seront pas présent ce dimanche, ils ont quand même eu le courage de placer une belle cartouche au Stadium: "Andrea Agnelli, mets-toi le bien en tête, pour les interistes tu n'es qu'un demi-homme de merde!" Déjà lors du Derby Della Madonnina, la Curva Nord avait protesté en raison de la gestion des coûts des billets de matchs. Celle-ci aurait dû être absente, mais Javier Zanetti en personne, lui avait demandé d’être présente et la Curva avait accepté à sa demande, le tout sans chorégraphie. Cautionnez-vous le comportement de nos Ultras ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Tel un cancer, le racisme ronge le foot italien, et ce depuis plusieurs décades. Ce qui suit est la traduction de "Could points deductions be an effective way to combat racist abuse in Italian Football?" par Tom Guerriero-Davies paru sur The Gentleman Ultra le 09 Janvier 2019. A partir du triste Inter – Napoli du 26/12/2018, l’auteur arrive à une conclusion intéressante. Les gros titres après les premiers matches du Boxing Day 2018 de Serie A n'auraient pas pu être plus éloignés de ce que ses programmateurs avaient prévu. Ce qui aurait dû être un événement phare pour la Serie A, tel revendiqué en tant qu'offre renaissante pour les téléspectateurs mondiaux pendant la période des vacances deNoël, a plutôt été éclipsé par une autre tache sur le bilan plutôt sombre du football italien en matière de racisme et de violence. Après qu'un rassemblement de groupes Ultra près de San Siro ait fait un mort et plusieurs autres blessés, le match du soir entre l'Inter et le Napoli a produit des scènes plus moches dans le stade. Kalidou Koulibaly de Naples a été soumis à de nombreux chants de singes racistes "buu-buu" émanant principalement, mais en aucun cas exclusifs, de la curva nord de l'Inter. À la 80e minute le Sénégalais a poussé Matteo Politano lors d'une contre-attaque et a à juste titre reçu un jaune. La dérision des fidèles de l'Inter est tombée et Koulibaly, manifestement remonté, a applaudi sarcastiquement l'arbitre, un geste auquel les arbitres de Serie A donnent généralement un jaune, et qui a valu à Koulibaly son deuxième. La question de savoir si les abus racistes ont été ou non la cause directe des actions de Koulibaly est sujette à débat, mais dans tous les cas, le fait que Lautaro Martinez ait marqué le seul but du match 10 minutes après l'expulsion, et d'une position dans laquelle le défenseur était susceptible d’être présent, a assuré que le racisme était un point focal de la couverture résultante. L'entraîneur de Naples à cette époque, Carlo Ancelotti, a déclaré qu'il avait demandé à trois reprises la suspension du match, et les avertissements que ce serait le cas si les chants persistaient ont été transmis sur le système de sonorisation du stade. Il semble très probable que la violence qui a précédé le match était dans l'esprit des officiels et de la police à ce moment là. Ils ne voulaient pas d'un autre problème d'ordre public entre leurs mains. La suspension des matches offre des avantages évidents : mettre un terme immédiat aux abus en éloignant les victimes ; en refusant aux auteurs la suite du match ; en envoyant un message clair que le football ne se jouera pas dans de telles conditions. Cependant, outre son potentiel d'incitation à la violence parmi les spectateurs enclins, il offre également la possibilité aux supporters mécontents des événements survenus sur le terrain de faire arrêter le match au profit de leur équipe. Il a été utilisé à plusieurs reprises avec peu de preuves d’un succès sur la durée. Beaucoup de ceux qui ont observé ses événements de loin ont suggéré que le simple fait d'identifier et de punir les délinquants est le seul moyen efficace et juste de traiter le problème. Cela devrait certainement être fait dans la mesure du possible, et il y a de bonnes raisons de penser que la surveillance CCTV dans les stades italiens doit être améliorée. Cependant, ceux qui ont été mécontents d'être à San Siro le lendemain de Noël ou qui ont été témoins d'autres épisodes similaires en Italie savent que la plupart du temps, ce n'est tout simplement pas possible. Ces chants « buu-buu » prennent la forme d'un grondement indiscernable entourant le terrain, clairement audible mais sans origine claire sur laquelle les caméras pourraient facilement se focaliser. Les points d'accès à de nombreux terrains italiens désuets comme San Siro sont tels que l'envoi de la police serait vain et pourrait bien entraîner des affrontements dans les curva, dont les propriétaires n'apprécient guère que les autorités mettent le pied sur leur « terrain ». Ce que la Fédération italienne de football a opté, ce sont des interdictions de stade, deux matches à domicile pour l'Inter à huis clos et un match supplémentaire sans la curva nord. Les sanctions ont été plutôt bien accueillies par les observateurs, mais avec un manque de certitude quant à quel niveau d'abus constitue exactement quel niveau de punition (la Juventus a été punie avec juste une fermeture dans une curva pour abus racistes plus tôt dans la saison 2018-2019). C'est cependant une réponse qui a été utilisée à plusieurs reprises dans le passé et qui n'agit clairement pas comme un moyen de dissuasion efficace. Les auteurs d'abus regarderont les matchs depuis chez eux ou des bars et reviendront par la suite, tandis que de nombreux membres du personnel et des vendeurs irréprochables perdront le revenu de la journée. Finalement, l'image de la Serie A est encore plus délabrée par les matchs joués sans joie devant des places vides. Le fait que la majorité des supporters non racistes soient également sanctionnés est un inconvénient supplémentaire évident. Comme déjà écrit dans un article écrit dans TGU après que la dernière fois des chants racistes ont été entendus à San Siro en 2016, les motifs de cette forme d'abus sont, dans une large mesure, tactiques. L'Inter a aligné deux joueurs africains le lendemain de Noël avec Keita Balde Diao et Kwadwo Asamoah, mais sans surprise, aucun des abus ne les visait. Les chants sont clairement un dispositif utilisé pour se mettre à nerf les joueurs adverses. Le comportement raciste n'est pas considéré par les fans de football italiens comme une ligne à ne pas franchir. La seule voie possible consiste donc pour les autorités à supprimer cette incitation tactique en accordant une déduction de points aux clubs dont les supporters ont été reconnus coupables à grande échelle. Une mesure qui dissuaderait la majorité des auteurs tout en rendant ceux qui persistent comme des parias parmi leurs collègues fans. Cela peut être effectué rétrospectivement et proportionnellement, sans risquer la sécurité de la police ou des supporters lors du match, ni forcer les officiels à prendre des décisions plus fortes à ce à quoi ils devraient s'attendre. Ce ne serait en aucun cas une solution parfaite. De toute évidence, les joueurs ainsi que les spectateurs qui n'ont joué aucun rôle dans les troubles seraient pénalisés, et un lien plutôt inconfortable entre les performances d'une équipe et le comportement d'une minorité de leurs fans se manifesterait sur le classement. Cependant, étant donné la probabilité de succès de cette mesure, ces arguments impliquent intrinsèquement que ces problèmes transitoires sont plus importants que l'éradication du racisme, ce qui n'est pas une position que le football italien peut se permettre de prendre. Certains ont suggéré que cela créerait des opportunités pour les supporters d'assister aux matchs de l'équipe rivale et de crier des injures dans l'espoir de leur coûter des points. Même si cette possibilité devrait être surveillée, une telle conspiration demandant un certain nombre de fans ne pourrait pas passer inaperçue. Cela est difficile à imaginer. Les déductions de points ne feraient bien sûr aucune brèche dans la cause profonde du problème qui est le racisme culturel profondément enraciné dans la société italienne. Les commentaires du vice-Premier ministre Matteo Salvini après le match selon lesquels il ne voyait pas la différence entre les insultes racistes et non racistes offrent un aperçu inquiétant des attitudes dirigeantes, mais qui ne surprendraient personne après les récents développements politiques italiens. Bien que le football ne soit pas en mesure de débarrasser une société de ses maux, il a la responsabilité de se protéger des crimes haineux comme celui qui a eu lieu à San Siro le lendemain de Noël. Cette responsabilité doit peser plus lourdement sur les épaules des instances dirigeantes du football italien qu'elle ne le fait actuellement. Traduction alex_j via The Gentleman Ultra.
  24. Objectif : Se ressaisir et arrêter l’hémorragie... L’Inter se présentera demain soir au Stade Luigi-Ferraris de Gênes pour y défier le Genoa avec l'idée fixe de se Relancer dans la course au Scudetto. Partant de ce constat, Simone Inzaghi s’est livré en conférence d’avant-match: A quel type de partie vous attendez-vous ? "Nous allons trouver un adversaire en forme qui propose un jeu intense, une équipe organisée qui lutte pour le maintien, nous savons que nous disputerons une rencontre délicate." Cette rencontre peut-elle être la bonne pour Lautaro ? Avez-vous discuté avec lui ? "Il s’est dit tant de chose ces derniers jours, l’Inter a toujours la meilleure attaque du championnat et il n’existe aucun problème avec les attaquants, la préoccupation aurait été de mise si l’équipe ne parvenait pas à se créer des occasions. Même face à Sassuolo, et même si ce n’était pas l’une de nos meilleures prestations, nous avons énormément créé, nous allons rapidement retrouver le chemin des buts." Auriez-vous déjà signé, si l’on vous aviez dit, en début de saison, que vous seriez second, en huitième de finale de la Ligue des Champions et en demi-finale de la Coupe d’Italie, en ce moment ? "Je sais ce qu’il m’a été demandé en début de parcours: Objectivement, c’était de conserver une place en zone Champions, d’atteindre les huitièmes et de remporter la Super Coupe. Pour ces objectifs, nous avons été extraordinaire." "A présent, il nous est utile de retrouver de l’équilibre, mais j’en ai vu à l’intérieur du club et dans l’équipe, et les Tifosi étaient extraordinaire dimanche. Le mot équilibre représente un concept, en été, on s’alarmait sur nous, à présent et après une défaite, j’entends énormément de choses : Ici, j’ai analysé avec l’équipe, ce que nous pouvions faire de mieux." A quel point la prolongation de Brozovic était importante ? "Nous connaissons tous son importance, comme celle de Barella, de Lautaro, j’aspire à celle de Perisic et d’Handanovic. Cet aspect revient au Club et j’ai la chance d’avoir des dirigeants toujours présents pour notre équipe, qui travaillent H24, pour faire en sorte que l’Inter soit toujours plus performante." Pouvez-vous expliquer le nombre de buts concédés ? "Nous étions moins vulnérable lors de la phase centrale du championnat, car nous étions plus frais mentalement... Nous avons procédé à des analyses, nous avons le devoir de mieux défendre et de mieux attaquer. Lors des derniers matchs, nous n’avons pas marqué et c’est quelque chose d’inhabituel pour nous, nous travaillons pour mieux concrétiser nos buts et pour mieux nous défendre." Croyez-vos que vos adversaires seront le Milan et le Napoli ? Qui craignez-vous le plus ? "Nous sommes dans une période importante de la saison où rien n’est encore décisif : Nous devons chercher à faire mieux que ce mois-ci, qui a été intense en termes d’engagements. Tout reste encore ouvert, et c’est valable pour la Juventus et l’Atalanta qui, en réalisant un bon parcours, pourraient se rapprocher. Je sais que j’ai aussi la chance et la faculté d’avoir récupéré tout le monde, car nous avions eu quelques défections : Je me souhaite d’avoir vraiment tout le monde à disposition pour avoir du choix." Quelle est l’importance, pour vous, d’être soutenu par les Tifosi au Stade ? "Ils sont fondamentaux, les garçons de la Curva ont été extraordinaire dimanche dernier car ils nous ont soutenu jusqu’à la dernière seconde. Ils seront à nouveau là pour nous et même aujourd’hui, je ressens toujours cette proximité, je suis heureux et je pense qu’ils le sont aussi à la vue de ce que l’équipe propose depuis juillet. Même si nous sommes dans une période de grande incertitude, nous avons réalisé un excellent travail qui est allé au-delà des attentes placées en nous : nous en sommes fier et nous voulons continuer à aller de l’avant" Comment va Gosens ? "Il a réalisé son premier entrainement intégral avec nous, les sensations sont excellentes : Il était indisponible depuis septembre, il est très important pour nous et nous y croyons tous avec force. Il réalisera l’entrainement d’aujourd’hui, nous discuterons et nous verrons, il faudra faire preuve d’encore un peu de patience, mais nous sommes confiant. Je suis aussi en attente du retour de Correa qui, je le pense, devrait être disponible pour le Derby." Gosens à gauche pourrait-il libérer Perisic en attaque ? "Perisic réalise une très grandissime saison, il est monté une bonne série de fois comme attaquant : Il a d’importantes qualité, il réalise une saison extraordinaire, avec Correa, j’aurais tous les attaquants à disposition. Perisic peut rester dans sa position, où il excelle." Quand pourra jouer Caicedo ? "Il a connu un pépin physique à peine arrivé ici, cela l’a ralenti et lui a fait perdre 5-6 jours de travaux. Il travaille assez bien depuis une semaine, j’aurais pu l’aligner dimanche, mais la tournure des évènements ne me l’a pas permis. Il est disponible dans le groupe, sa condition physique est en pleine croissance et c’est une alternative à laquelle je tiens précieusement." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Un point lors des trois dernières journées de championnat, une première place de perdue, même si elle pourrait être reconquise en cas de victoire face à Bologne…... Il y a de quoi avoir les nerfs et pourtant, la Curva Nord, le cœur de la Tifoserie Nerazzurra, a décidé de soutenir les joueurs les plus critiqués, à savoir Samir Handanovic et Lautaro Martinez "Samir, ne t'occupe pas d'eux! La Nord est avec toi" "Forza Lautaro, Nous sommes avec toi" Sans oublier un message destiné à motiver l’équipe : "Avec la volonté on remporte les batailles, Avec le Caractère on remporte la Guerre : La Nord est avec vous!" Retirer de la pression à l’équipe, bonne ou mauvaise idée des Ultras, selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...