Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'daniel levy'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

8 résultats trouvés

  1. Après avoir quitté l’Inter sur le toit de l’Italie, Antonio Conte a accepté de relever un nouveau challenge en reprenant les rennes des Spurs de Tottenham. Durant ce week-end, le natif de Lecce s’est livré dans les colonnes de la Gazzetta Dello Sport. Conte, votre repos n’aura duré à peine que quatre mois…. "Seule l’attrait de la Premier League pouvait me convaincre de revenir aussi vite. Lorsque le président Levy m’avait contacté la première fois en juin, je l’avais remercié, mais je ne le sentais pas. Mon biennal avec l’Inter a été primé par un Scudetto dont on comprendra mieux son extraordinaire emprise, sur base de la qualité du travail réalisé en deux ans à peine pour le remporter, en détruisant l’hégémonie de la Juventus." "Cela m’avait laissé beaucoup de toxines à éliminer, car ce fut un travail total et extrêmement dur, du point culminant de la joie pour le résultat obtenu en passant par une très grande désillusions suite aux changements de programmes et de perspectives qui ont porté à la séparation : j’avais besoin de faire une pause." "Lorsque Lévy est revenu à la charge en me démontrant qu’il me voulait à tout prix, cela m’a convaincu : Son projet, la perception de sa vision, ce sont des paroles qui me sont chères." Pourriez-vous mieux nous l’expliquer ? "Je parle de l’ambition et de l’envie d’exceller que la propriété a déjà mis en exécution, en dotant le club de structures incroyables. D’un stade qui est un joyau de modernité et qui est confortable avec un coût d’un milliard d’euros, d'un Centre Sportif qui m’a laissé bouche ouverte : C’est sans aucun doute le meilleur qu’il m’a été donné de voir." "Je pense qu’une telle réalité aussi bien organisée mérite d’avoir des résultats sportifs en adéquation. J’ai vu face à moi un défi, une lumière qui a mes yeux, a multiplié mes énergies. A présent, il y a deux écarts à colmater." Gagner ici serait le défi le plus important de votre carrière ? "J’ai toujours repris des équipes en difficultés. Des équipes qui ont traversé des moments difficiles, qui devait se reconstruire : La Juve était hors des Coupes d’Europe, la Nazionale n’était pas parvenu à passer la phase de groupe au Mondial 2014, Chelsea était dixième, l’Inter ne gagnait plus depuis 2010. Je n’ai jamais fait de choix accommodants, mais ce Tottenham est très certainement le défi le plus compliqué et c’est pour cela que j’en suis stimulé." Quel est le chef d’œuvre de votre carrière ? "Recréer le cycle de la Juve était dur car elle faisait face au Milan d’Ibra, Nesta et Thiago Silva, face à l’Inter du Triplé et le Napoli de Cavani, Lavezzi et Hamsik... Mais mon vrai chef d’œuvre a été le Scudetto avec l’Inter : En deux saisons j’ai renversé une monarchie sportive, si ce n’était pas nous qui étions parvenu à interrompre le cycle bianconero, la Juve serait encore là-devant : Lorsque tu bats quelqu’un de la sorte, tu lui brises ses certitudes." Auriez-vous cru, il y a six mois, vous retrouver en Premier League en compagnie de Lukaku et de Ronaldo ? "Non, absolument pas, je ne pensais pas que mon aventure Nerazzurra allait se terminer." C’est pour cela qu’ils vous ont recruté ? "J’ai conscience de la confiance qui est placé en moi et j’en suis fier. Je serais en mesure de combler l’écart plus rapidement dans un autre championnat, avec un Staff technique au top et de telles structures: Mais ici, nous sommes en Premier League, dans le championnat le plus difficile au monde : Il y a quatre colosses come les deux Manchester, Chelsea et Liverpool, mais il y a aussi des équipes riches et ambitieuses comme Everton, Arsenal et West Ham. Nombreux sont ceux qui veulent investir en Angleterre comme cela s’est vu dernièrement avec Newcastle." Quel est l’importance, dans votre choix, de retrouver à vos côtés, un dirigeant comme Fabio Paratici ? "C’est surement un élément important en plus : Savoir travailler avec quelqu’un qui te connais bien est important, il a des qualités et des ambitions qui nous aideront énormément." Quelles sont les trois premières choses à faire à présent pour grandir ? "Avant tout : Éliminer l’alternance haut-bas : Lorsque je suis arrivé à l’Inter, je l’ai dit immédiatement : Je ne voulais plus entendre parler de la Pazza Inter! Pour rester au sommet, tu dois faire preuve de stabilité, de continuité dans la prestation des résultats : Si tu gagnes face au Leader pour perdre ensuite contre l’avant-avant dernier, cela ne te servira à rien." "En second lieu, il faut changer la mentalité : Tu ne dois plus te contenter mais tu te dois de croire que tu peux gagner : Tu dois retirer tout cet aspect négatif qui fait partie d’une série d’équipe qui, finalement, n’ont jamais gagné. Pour finir, j’apporte ma méthode : Travailler avec intensité, le souci du détail et de la tactique." Si ces trois choses fonctionnent, pensez-vous atteindre la quatrième place synonyme de la Ligue des Champions ? "On signerait tous pour cela, cela voudrait dire que nous serions parvenus à surclasser l’un des quatre colosses. L’équipe est jeune, elle a une très grande marge d’amélioration, l’envie de s’engager et d’apprendre : Il y a une grande disponibilité de la part de tout le monde : L'équipe paye toutefois un manque d’expérience, elle doit le compenser avec la dévotion, le travail et l’enthousiasme." A l’Inter, vous étiez fier d’acquérir Lukaku, cette fois-ci vous avez déjà un grand attaquant de la maison : Kane... "C’est un joueur de très grand niveau, j’ai eu le plaisir de l’entraîner que quelques jours, mais c’est un Top Player qui comprend tout immédiatement. Je lui ai dit une chose et la minute d’après, il l’avait déjà mis en pratique : Il a le talent, les qualités, le physique, le sens du but et l’intelligence footballistique. J’en ai croisé que très peu comme lui : Son rêve est de gagner avec Tottenham et je suis ici pour l’aider à le réaliser." Avez-vous été surpris par les départs de Romelu Lukaku et de Cristiano Ronaldo ? "Ce sont des situations différentes, mais lorsque l’on t’offre l’opportunité de revenir en qualité de protagoniste en Premier League, c’est dur de dire non. Leurs départs ont sans aucun doute appauvri le Calcio, ce sont deux stars." Cela pourrait-il avantagé le Milan et le Napoli dans leur échappée en tête ? Comment voyez-vous la Course au Scudetto ? "Il me semble que c’est, à présent, une course à trois avec l’Inter, mais je suis maintenant engagé à penser à qui se bat en tête de la Premier League." Quel est la première différence perçue dans votre retour en Premier League comparé à celui de la Serie A ? "Une plus grande intensité et un aspect tactique moindre rendent les parties plus spectaculaires : Il y a de constantes explosions d'activités. Il y a un athlétisme différent. Si un joueur n'est pas costaud, rapide et résistant, il ne peut pas jouer en Premier League. Même les petits joueurs ici sont en roc." "Le championnat anglais vous améliore : c'est valable aussi bien pour les joueurs que pour les entraîneurs. Et en général, il y a l’environnement tout autour, le spectacle sur le terrain, le respect pour les protagonistes, la manière de vivre la rencontre comme un grand évènement sportif, tout cela est différent de l’Italie. Ici on ressent moins les sournoiseries et les polémiques." Comment est perçu d’Angleterre le Calcio ? "Il est toujours très respecté, car ils savent qu’il y a tellement de travail derrière les équipes, ils ont pu s’en rendre comptes à l’Euro : Notre Nazionale est celle qui a connu le moins de difficulté de préparation face au Covid car nos joueurs savaient déjà ce qu’ils devaient faire sur le terrain." A propos de la Nazionale, en quatre mois, elle passe de Championne d’Europe à barragiste pour la Coupe du Monde : Que s’est-il passé ? "Nous avons remporté un Euro en surprenant tout le monde, même nous. Quand tu réalises une telle emprise, un peu imprévue, cela veut dire que tout a fonctionné à la perfection et que les étoiles étaient toutes alignées : Durant le parcours européen, l’enthousiasme et la confiance ont grandi : Nous avons connus des faits de jeu favorable : Un ballon qui fait poteau rentrant, le but d’Arnautovic qui est annulé pour un rien, un joueur qui se blesse avec son remplaçant qui décide de l’issue du match, les rencontres face à l’Espagne et l’Angleterre gagnées aux penaltys." "Après que tu aies remporté le titre, la pression grandie et ceux qui te font face disputent la rencontre de leurs vies, les attentes augmentent. Et il peut aussi se comprendre que le ballon qui rentrait après avoir touché le poteau, cette fois-ci ne rentre pas, que le but de l’adversaire est valable, que tu as raté les deux penaltys face à la Suisse, tiré par Jorginho qui n’en avait jamais raté. L’Italie doit retrouver sa magie, une bonne rage et espérer que les étoiles vont de nouveau s’aligner." Durant ces derniers mois, Mancini a continué à miser sur l’optimisme, n’est-ce pas mieux de faire augmenter un peu le sentiment de peur ? "Il a voulu transmettre de la positivé dans l’environnement, il ne manque pas d’humilité mais il veut transférer la conscience d’être fort : La peur de se planter est saine, si elle te permet de conserver ton attention au maximum." Manque-t’il un grand attaquant ? "Nous n’avons pas de Top Player tel que Lukaku ou Kane, mais il ne faut pas défavoriser Immobile, il reste pour moi indispensable. Il est dévalué dans le travail qu’il abat : A chaque match, il court plus que tout le monde, il attaque la profondeur, se bat…" Parviendra-t ’elle à se qualifier ? "J’espère que oui, un seul adversaire me fait peur : Le Portugal! C’est une équipe forte composée de joueur de qualité, il n’y a pas que Ronaldo. Les autres équipes ne m’inquiètent pas, mais avec eux, nous serions à armes égales." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est à travers un tweet sur son site officiel, que l’Association européenne des clubs, plus communément appelle ECA, a annoncé l’entrée au sein de son association de l’Administrateur-Délégué de l’Inter Alessandro Antonello ! Une première étape avait été franchie le 16 août 2021 avec la réintégration de l'Inter au sein de l'ECA: "Le Conseil d'administration de la CEA accepte les demandes des clubs de conserver leur adhésion, achevant la réintégration des clubs dans le football européen. Cette décision du conseil d'administration de l’ECA marque la fin d'un épisode regrettable et turbulent pour le football européen et s'inscrit dans l'objectif inlassable de l’ECA de renforcer l'unité dans le football européen." Il s’agit d’un retour extrêmement important étant donné le fiasco lié à la Super League Européenne qui avait entraîné la démission, entre autre, de Steven Zhang. Outre l’arrivée d’Alessandro, il y a lieu de noter les intégrations de Miguel Angel Gil, CEO de l'Atletico Madrid et de Daniel Levy, le Président de Tottenham. Le Saviez-vous ? Aleksander Ceferin et Nasser Al-Khelaïfi ont allumé la Super League Nous avons le plaisir de vous relayer les informations relatées par le10sport.com: "Le camp des opposants à la Super Ligue a décidé de rallumer la mèche ce lundi, à l’occasion de l’assemblée générale de l’ECA. Le premier à dégainer a bien sûr été Aleksander Čeferin: "Rien n'a été comme prévu en 2020 et 2021. Nous voulons revenir à la normale. Pour cela, nous devons être unis devant cette imposture qu’est la Super Ligue. Nous espérons que ce n'était qu'un épisode et nous ne voulons plus revivre ça » a expliqué le président de l’UEFA, d’après des propos rapportés par SPORT. "Nous devons rester unis. Nous devons être un modèle pour le football. Nous devons embrasser toute la famille du football." Mais le plus beau reste le tacle parisien La véritable attaque est pourtant venu de Nasser Al-Khelaïfi, qui a pris la place du "rebelle" Andrea Agnelli, président de la Juventus et ancien président de l’ECA. "Pour relever les défis du football d'aujourd'hui, l'ECA doit évoluer avec un objectif plus fort. Pour être le cœur du football européen, il doit être décisif et puissant, pour diriger la famille unie du football européen. Récemment, certaines personnes ont essayé de nous diviser, ont essayé de nous séparer, ont essayé de nous affaiblir. Ils ont raté" a déclaré le président du Paris Saint-Germain et donc nouveau président de l’ECA, d’après Sky Sports. " Ils ont fait le contraire : ils nous ont unis et nous sommes plus forts. Je ne vais pas perdre de temps à parler de cette Super Ligue, car je n'aime pas me concentrer sur les contes de fées et les échecs. Ensemble, nous avons défendu les intérêts du football européen pour tous : pour les joueurs, les clubs, les ligues, les fédérations nationales et surtout, les supporters." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En effet, selon le Corriere Dello Sport, l’Inter aurait décliné, en accord totalement avec Lautaro Martinez, l’offre proposée par les Spurs: "Tottenham a mis sur la table 85 millions d’euros plus 10 millions d’euros de bonus, soit un chiffre bien supérieur à ce que les médias anglais indiquait : 60 millions de livre sterling (= 71 millions d’euros)." La réponse a été lapidaire : "Martinez n’est pas en vente, notre mercato en sorti est clos. Reste à savoir comment se comportera à présent le Président Levy." Le Saviez-Vous ? Selon Tuttomercatoweb, en cas de départ de Lautaro Martinez, celui qui l’aurait remplacé aurait été Ciro Immobile: "Il y avait déjà le consentement de Simone Inzaghi : Si Lautaro serait parti, le préféré pour l'attaque serait devenu le napolitain, mais il aurait fallu faire les comptes avec la Lazio.. Il n’y a eu aucune négociation, mais l’idée pourrait prendre forme d’ici quelques semaines : La sensation est que le mercato de l’Inter, en entrée, décollera après la mi-août." Selon Sky Sport, Andrea Belotti est également une hypothèse à écarter: "Andrea Belotti ne sera pas le second attaquant recruté par les Nerazzurri. L’attaquant turinois n’est pas une piste particulière chaude explorée par la Direction de l’Inter. Elle place ses espoirs dans d’autres noms, avec l’idée de conclure la négociation au plus vite afin d’offrir à Inzaghi un nouvel attaquant." La ligne offensive italienne ne sera pas composée par le duo Champion d’Europe : Bonne ou mauvaise nouvelle selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Selon the Guardian, Tottenham a refroidi sérieusement la piste Conte. Explications. Tottenham a annulé sa décision de nommer Antonio Conte comme nouveau manager un peu plus de 24 heures après avoir cru être proche d'un accord. Le club londonien est prêt à embaucher Fabio Paratici au poste de directeur sportif alors que le président, Daniel Levy, planifie un retour à une structure de gestion à deux niveaux. Mais ils sont maintenant froids pour Conte après s'être inquiétés de ses exigences. Conte était apparu comme une cible improbable pour remplacer José Mourinho, une cible qui ne correspondait pas tout à fait au profil de manager que Levy avait publiquement déclaré vouloir, bien que les discussions aient progressé rapidement cette semaine. La grande question concernait la somme d'argent que Conte exigerait pour une refonte de l'équipe, qui est devenue tardive et, en supposant qu'il s'agisse d'un montant important, où Levy pourrait le trouver étant donné que les Spurs ont été durement touchés par la pandémie. Levy pourrait lever une grosse somme en vendant Harry Kane mais le président est contre cette idée. On ne sait pas si les Spurs reviendraient à la table des négociations si Conte assouplit ses exigences, mais cela semblait peu probable laissant Levy réfléchir à sa prochaine décision. Levy a limogé Mourinho le 19 avril et la recherche d'un remplaçant permanent a été marquée par une frustration. Levy a déclaré qu'il souhaitait que le nouveau manager "embrasse notre désir de voir les jeunes joueurs s'épanouir dans notre académie aux côtés de talents expérimentés". On sait qu'il a largement cherché une figure dans le moule de Mauricio Pochettino. Conte avait quitté l'Inter la semaine dernière parce qu'il n'était pas satisfait de leur projet de vendre environ 80 M€ de joueurs cet été. Il avait voulu un soutien pour de nouvelles recrues et une plus grande chance de tirer parti de sa victoire au titre. L'effondrement de l'accord potentiel de Conte augmentera encore la pression sur Levy après une saison désastreuse. Les négociations de Paratici sont indépendantes de celles avec Conte et, à condition que les pourparlers finaux se déroulent comme prévu, l'homme qui a travaillé pendant 11 ans en tant que directeur sportif de la Juventus rejoindra toujours les Spurs. Plus tôt vendredi, alors que les doutes commençaient à grandir quant à savoir si Conte croyait en ce qui était proposé par les Spurs, le diffuseur DAZN a publié une interview avec lui. Dans ce document, Conte a confirmé qu'il était prêt à travailler en dehors de son Italie natale, mais a également souligné qu'il voulait rester compétitif. Voici certaines de ses déclarations: "J'aimerais avoir plus d'expériences à l'étranger. Je pense que je ne suis pas quelqu'un qui se contente d'une situation confortable. J'ai toujours choisi la situation la plus difficile à la place. En tant que joueur, j'ai gagné tout ce qu'il était possible de gagner, mais j'ai aussi beaucoup perdu. Quand tu perds, ça laisse en toi l'envie de ne plus revivre ça, donc tu fais tout pour transmettre ça à tes joueurs quand tu es entraîneur. Tout vient de vos cicatrices et de vouloir éviter d'en avoir plus." Moralité: Who's next?
  5. Selon The Guardian, Tottenham a entamé des discussions avec Antonio Conte pour devenir leur manager. Daniel Levy a supervisé une recherche approfondie pour trouver un successeur à José Mourinho et Conte est désormais considéré comme le principal candidat. Levy a discuté personnellement avec Conte pendant que les Spurs tentent également de recruter l'ancien directeur sportif de la Juventus Fabio Paratici. Ceci indique que Levy envisage de revenir à une structure de gestion à deux niveaux et ceci soulève des questions sur l'avenir de Steve Hitchen responsable du recrutement. Levy a déjà employé Damien Comolli, Frank Arnesen et David Pleat dans le rôle de directeur sportif. La Juventus a annoncé mercredi dernier que le contrat de Paratici ne serait pas renouvelé, le faisant partir après 11 ans. Conte a travaillé avec lui entre 2011 et 2014 lorsqu'il a remporté trois Scudetti. Conte, qui a remporté la Premier League avec Chelsea en 2017, serait un recrutement excitant même si un peu en décalage avec le profil du manager que Levy a privilégié. Certains milieux sont sceptiques quant à la conclusion d'un accord entre Conte et Levy. Conte a quitté l'Inter parce qu'il n'était pas satisfait de leur projet consistant à vendre environ 80 M€ de joueurs pour combler les trous dans leur bilan financier. Il avait voulu un soutien pour des signatures et une plus grande chance de s'appuyer sur son Scudetto. Le manager de 51 ans s'attendrait raisonnablement à se voir offrir une chose quelque peu similaire par Levy, mais on ne sait pas d'où proviendrait l'argent, les Spurs ayant récemment subi de grosses pertes. Levy a écrit dans ses notes de programme de fin de saison qu'il voulait un manager dont ''les valeurs reflètent celles de notre grand club et ramènent l'équipe à jouer au football avec le style pour lequel nous sommes connus, fluide, offensif et divertissant, tout en continuant à embrasser notre désir de voir s'épanouir les jeunes joueurs de notre académie aux côtés de talents expérimentés.'' À bien des égards, le modèle était un patron dans le moule de Mauricio Pochettino, l'entraîneur avant Mourinho, qui a fait des merveilles avec un budget relativement restreint, développant une multitude de jeunes joueurs alors qu'il obtenait sa qualification en Ligue des champions pendant quatre saisons consécutives. Pochettino a rejoint le Paris Saint-Germain en janvier et Levy a exploré la possibilité de le faire revenir. Le PSG a indiqué qu'il n'était pas disposé à le laisser partir; il a encore deux ans sur son contrat. Levy a déjà parlé à Erik ten Hag de l'Ajax, qui reste candidat, bien que son club ait déclenché une prolongation d'un an de son contrat. Hansi Flick était également dans le viseur, seulement pour qu'il quitte le Bayern Munich et accepte de succéder à Joachim Löw en tant que manager de l'Allemagne après l'Euro 2020. Et il y a eu des discussions avec Ralf Rangnick qui serait sur le poste de directeur. L'intérêt des Spurs pour Julian Nagelsmann et Brendan Rodgers n'a abouti à rien, le premier passant du RB Leipzig au Bayern et le second déclarant qu'il était attaché à Leicester.
  6. Milan Skriniar est resté à l’Inter pour une raison bien précise, une raison qui souligne à quel point chaque geste posé, lors d'une négociation, peut être sujet à d'importantes conséquences: Une raison révélée par nos confrères de Calciomercato.com Christian Eriksen En Effet, Steven Zhang, le Président de l’Inter a décidé de renvoyer l’ascenseur à Daniel Levy : Le Numéro Un Nerazzurro s’est comporté de la même manière, dans les négociations avec Tottenham concernant Milan Skriniar, que le Président des Spurs, lorsque l’Inter était en discussion pour Christian Eriksen. En effet, n’ayant obtenue aucune "remise" lors du recrutement du milieu danois, payé à 20 millions d’Euros à six mois de la fin de son contrat, l’Inter a donc décidé qu’il fallait satisfaire aux 60 millions d’euros qui ouvrait la voie à un transfert du milieu de terrain slovaque. Si les offres ont grimpé jusqu’à 45 millions d’euros, Zhang n’a pas bougé d'un iota et le transfert ne s’est jamais concrétisé. Cautionnez-vous le comportement de notre Président ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Selon la Repubblica, Christian Eriksen devrait arriver dans les prochaines heures à Milan. En effet, l’international danois est allé en personne voir le propriétaire de Tottenham, Daniel Levy, afin de lui confirmer son engagement envers l’Inter. Dans le courant de la journée à venir, une nouvelle rencontre aura lieu entre Martin Schoots et la Direction anglaise. Ce rêve bleu "L’objectif de Schoots est de mettre un terme à cette transaction ce jeudi. A présent, la différence entre l’offre et la demande est minimale et si, comme il faut s’en douter, Tottenham refusera de descendre sous le palier des 20 millions d’euros, l’Inter déposera une telle offre sur la table de Levy." Les Nerazzurri ont déjà un accord blindé avec le joueur : un contrat d’une portée de 4 ans. Si la transaction est finalisée, Eriksen devrait être présent et présenté au Meazza avec Inter-Cagliari. S’il est peu probable de le voir aligné sur le terrain, il ferait tout de même partie du public dans un espace qui lui serait réservé. Steven Zhang ne fêtera pas le nouvel an chinois En effet, c’est une révélation du Corriere Dello Sport : "Le Numéro Un Nerazzurro était présent en Chine en Janvier pour des questions de relations liées au Suning, et il est revenu la semaine dernière à Milan. Il y restera jusqu’à la fin de la campagne de recrutement hivernale, ne participant pas de ce fait aux festivités relatives au nouvel-an chinois." Une recrue importante à prévoir ? Steven Zhang devrait être présent pour les débuts de Young à Milan ce dimanche, voir peut être celui de Moses. Il se pourrait également qu’il présente Eriksen et Giroud, si le français signe malgré le transfert échoué de Politano vers la Roma. "Ensuite, il retournera à la Maison, avec l’espoir entre temps que son Inter, grâce à ses nouvelles acquisitions, s’envolera à nouveau vers les sommets comme ce fut le cas en automne." Steven qui reste à Milan, bon signe pour la signature d’un joueur marquant ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Depuis le vendredi 22 novembre 2019 et une rencontre organisée à l’Hotel Gallia, l’Inter courtise Christian Eriksen par l’intermédiaire de son agent, Martin Schoots qui s’était entretenu avec Giuseppe Marotta. Sur la table, un contrat de 4 ans de 10 millions d’euros net par saison a été proposé. Cette offre est, pour l’heure, la plus convaincante de toutes. De leur côté le Real et l’Atletico ont également sondé le terrain. Si l’option parisienne est aussi la plus économiquement avantageuse, l’aspect technique n’est pas séduisant. De con côté, Tottenham a vu ses propositions de prolongation toutes refusées. En conséquence, le club de Daniel Levy s’est mis en tête de rentabiliser le départ d’Eriksen. Ce mercredi matin, celui-ci a contacté Martin Scoots pour lui annoncer l’arrivée d’une offre sur la table en provenance de Manchester United : 20 millions de livre sterling, soit 23,6 millions d’euros. L’objectif principal des Red Devils étant de brûler la concurrence. Hélas pour les Mancuniens, l'offre a été refusée pour la seconde fois en l'espace de quelques mois. L’Inter est actuellement en pole dans l’attente d’importantes relances de la part de Paris, mais surtout du Real. Pour Schoots, Eriksen n’aurait pas à partir dès cet hiver pour être libre de signer où il veut. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...