Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'daniele adani'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

10 résultats trouvés

  1. Daniele Adani explique son concept de bien jouer à Bobo TV sur Twitch. "C'est créer les conditions pour mériter un résultat favorable. C'est le sens du beau jeu. Ce n'est pas avoir un concours de dribbles, de tirs sur la barre transversale ou de faire comme des phoques avec le ballon sur la tête. Bien jouer, ce n'est pas faire mille passes. C'est créer les conditions sur le terrain pour mériter un résultat. Plus vous avez de chances de mériter la victoire, plus vous avez de chances de gagner le match." "Sans prendre conscience de leurs difficultés, les Nerazzurri n'auraient pas pu songer à mener le match à Barcelone. Nous avons vu de nombreux ingrédients comme qualité, sacrifice, engagement, spectacle. Elle a donné une leçon à Barcelone. Je n'ai pas aimé la façon dont Xavi a préparé le match, la façon dont l'univers blaugrana a accueilli ses adversaires. L'histoire de Barcelone le dit clairement, ils ne préparent pas un match comme s'il s'agissait d'une bataille. Le football a parfois raison." Traduction alex_j via FCInternews.
  2. Comme nous le savons tous, l’Inter a hérité du groupe de la mort avec le Bayern, le Barça et Plzen. Voici les réactions de Carlo Ancelotti, Hasan Salihamidzic, Jordi Cruyff et Daniele Adani. S'exprimant lors d'une interview avec Sky Sport Italia après le tirage au sort, Carlo Ancelotti a admis que les Nerazzurri n’ont pas été gâtés. "L'Inter est dans un groupe difficile avec Barcelone et le Bayern. Naples est dans un groupe plus équilibré. La Juve a le PSG… Dans quelques mois, il y a tellement de matches, on joue tellement en peu de temps, ça ne sert à rien de faire des pronostics." S'exprimant via les chaînes officielles du club du Bayern Munich, Hasan Salihamidzic n'a pas hésité à dire que notre groupe est très difficile même s'il est content de jouer contre nous. "C'est sûr que c'est un groupe difficile, mais nous l'attendons avec impatience. Jouer contre des adversaires de haut niveau comme ceux-ci dans des stades exceptionnels sera très amusant. Les garçons devront donner le meilleur d'eux-mêmes dès le début et trouver la bonne attitude à chaque match. Évidemment, nous visons à terminer premiers et nous essaierons de gagner tous les matchs de cette belle manche." S'exprimant lors d'un entretien avec Mundo Deportivo, Jordi Cruyff n'a pas hésité à dire qu'il s'agit du groupe le plus dur, du moins sur papier. "Ce sera difficile, avec des équipes fortes et importantes, un groupe de la mort pour s’amuser et souffrir. Pour Lewandowski, ce sera un match spécial, mais aussi pour nous parce que nous avons eu trois ou quatre matchs très, très difficiles contre eux, mais nous avons une équipe différente des autres saisons et je pense que nous pouvons le jouer." "L'Inter s'est renforcé avec Lukaku et ce sera un match difficile. Et il ne faut jamais perdre de vue la quatrième équipe, qui est généralement une équipe très physique, il faut respecter tout le monde." S'exprimant lors d'un entretien avec La Gazzetta dello Sport, Daniele Adani a laissé entendre que la première place du groupe C était déjà hors de portée pour l'Inter. "Dans la préparation du challenge, il faut considérer que ce sont deux grosses équipes habituées à imposer leur football. Barcelone a un plan clair, il suffit de penser à la façon dont ils ont gagné à domicile contre la Real Sociedad, avec De Jong, Gabi, Pedri, Rafinha, Ansu Fati et Lewandowski sur le terrain." "Quant au Bayern, si Ancelotti le permet, est mon favori pour un succès ultime avec City et Liverpool. Mané s'est déjà installé. À part Lewa lui-même, dont d'autres marqueront des buts, ils ont gardé tous les grands joueurs. Et De Ligt ne peut que grandir." "Viktoria n'a aucune chance, le Bayern est supérieur à tous, alors que pour la deuxième place, je dirais le Barça 60% et l'Inter 40%. Inzaghi aime aussi imposer le jeu, l'an dernier il a su regarder le Real Madrid et Liverpool dans les yeux." "Les bases ont été posées d'abord par Spalletti puis Conte, mais Simone a su moderniser le jeu et diversifier les manières d'attaquer. L'Inter est prêt pour la Ligue des champions. Certes, il a perdu Perisic, mais maintenant il ajoute le poids de Lukaku." Comme l'a suggéré La Gazzetta dello Sport, l'Inter a un groupe très dur. L'équipe allemande est toujours capable de produire des performances étonnantes et elle semble particulièrement forte en début de saison. Barcelone a une superbe équipe malgré un été marqué par une controverse financière. Simone Inzaghi doit entrer dans le tournoi avec le sentiment qu'il n'y a rien à perdre car beaucoup s'attendent à ce que les Nerazzurri terminent à la troisième place. Il doit également utiliser le sentiment lorsque l'Inter a battu le Bayern Munich et Barcelone pour remporter le tournoi en 2010. Traduction alex_j via Sempreinter.
  3. Le débat est lancé par un ancien joueur de l’Inter Milan, Daniele Adani, qui s’est exprimé dans les colonnes du journal Libero. D’après lui, « la réintégration de Lukaku ne se fera pas directement et nécessitera un temps d’ajustement pour comprendre le style de jeu d’Inzaghi ». Romelu Lukaku n’a passé qu’une saison éloigné de l’Inter, mais le football va très vite et de nombreux paramètres ont changé entretemps. Tout d’abord, certains de ses coéquipiers sont partis : Exit Hakimi, Eriksen et plus récemment Perisic ; les ballons sont maintenant distribués par Dumfries, Calhanoglu et Gosens. Mais le plus grand changement est certainement sur le banc de touche, puisque Antonio Conte a été remplacé par Simone Inzaghi. Ce dernier, pour sa première saison à la tête de l’Inter, a déjà laissé son empreinte sur l’équipe en leur faisant adopter une philosophie de jeu assez différente de ce à quoi elle était habituée durant les deux saisons précédentes. Adani précise que « dans le jeu de Conte, le géant Belge avait un rôle crucial. Inzaghi, lui, a diversifié ce rôle et réparti la charge tactique. Romelu, dans une condition physique optimale, va devoir s’y adapter ». Inzaghi fait partie de ceux qui ont le plus poussé pour obtenir le retour de Lukaku au club. C’est donc évident qu’il a la volonté de travailler avec le buteur de 29 ans. Jusque-là, le feeling semble très bon et réciproque, mais il se peut également que l’alchimie entre les deux ne soit pas immédiatement aussi intense qu’entre le joueur et Conte. Notre ex-défenseur conclue en soulevant une question franche : « Vous ne vous demandez pas pourquoi Lautaro vient de faire sa meilleure saison sans Lukaku ? » Le terrain parlera Lukaku, de son côté, fait tout son possible pour être à sa meilleure condition physique dès le 1er match de la saison, face à Lecce. En effet, la Gazzetta dello sport nous révèle que, même s’il est assuré d’un poste de titulaire, Romelu ne compte pas monter en puissance progressivement. Il veut être au top de sa forme immédiatement, et pour cela, le joueur endure des entrainements individuels supplémentaires, axés notamment sur la prévention des blessures. Les derniers à avoir suivi ce programme étaient Ivan Perisic et Edin Dzeko, avec des résultats concluants durant la saison 2021/2022. Le buteur Belge a bien conscience qu’une bonne entrée en matière le 13 Août contre Lecce l’aiderait sérieusement dans la reconquête de la Curva Nord. Pour les prochains matchs amicaux contre l’Olympique Lyonnais et Villarreal, Il est attendu un changement de rythme visible comparé aux matchs joués jusqu’à maintenant. La confiance est de mise Compte tenu de son premier passage réussi chez nous, tout laisse à croire que Lukaku va rapidement s’intégrer au schéma et retrouver son niveau. L’espoir est bien là, et tout le monde autour du club y va de sa petite déclaration. On note l’analyse pertinente de notre ancien coach primavera, Fulvio Pea, selon qui : « Le retour de Lukaku est un très bon choix. Cela va avoir un impact très positif, tant pour les qualités techniques que physiques du joueur. Dès qu’il aura atteint une excellente condition athlétique, il va revenir faire rêver les fans, qui accordent plus d’importance à son retour qu’à son départ ». Enfin, la déclaration surprise nous vient d’Arrigo Sacchi, le coach du « Grand Milan AC », qui ne cesse de complimenter l’Inter dans la Gazzetta dello sport : « L’objectif est le scudetto! L’inter a un bloc très consolidé, j’espère voir des mouvements plus fluides et courageux. Inzaghi est bon et a apporté des améliorations remarquables. L’inter a une identité précise, mais j’aimerais qu’il ose plus. » et lorsqu’on lui demande quel joueur fera la différence « Facile à dire : c’est Lukaku ! Son retour crée de l’enthousiasme, qui va être un carburant très utile, surtout au début. Mais tu as toujours besoin du soutien de l’équipe » D’après vous, Lukaku sera-t-il à nouveau le MVP de la saison ? ®QG1989 – Internazionale.fr
  4. Sur la chaîne Twitch de Christian Vieri, Bobo TV, Daniele Adani a analysé la remarquable série de 11 victoires remportées par l'Inter en Serie A. Sur Eriksen et Conte. "Eriksen et Conte sont comme deux lignes de chemin de fer qui se sont rencontrées au milieu. Les gens ont dit que l'Inter avait perdu le Scudetto la saison dernière parce qu'ils avaient perdu trop de temps à chercher comment intégrer Eriksen, mais la vérité est qu'ils vont le gagner cette saison parce qu'Eriksen est entré pleinement dans l'équipe. L'Inter joue avec les idées de Conte et les qualités d'Eriksen et c'est pourquoi ils remporteront la Serie A. On nous a dit qu'Eriksen n'était pas fonctionnel pour le jeu de Conte, mais je lève mon chapeau à l'homme et au joueur. Il fait la différence dans cette équipe, il a même changé la manière dont ils défendent maintenant. Eriksen vous aide à contrôler le tempo et à bien lire le jeu; ce sont des choses que Roberto Gagliardini ne peut pas vous donner." Les critiques... vraiment bien fondées? "L'Inter mériterait de gagner le Scudetto, il n'y a aucun doute là-dessus. Nous ne pensions pas qu'ils méritaient le titre en début de saison quand il y avait des doutes sur le travail qu'ils faisaient, mais maintenant ils s'améliorent constamment. Conte a amélioré chaque joueur de l'Inter et de leur collectif, et il obtient des résultats. Il laisse parfois le ballon à ses adversaires, mais il contrôle le fait et en plus l'Inter sait ce qu'elle doit faire lorsqu'elle est en possession. Ils ont marqué trois ou quatre beaux buts cette saison."
  5. Hier soir lors d'une émission sur Bobo TV, sa chaîne Twitch officielle, Christian Vieri a dit que la victoire de l'Inter contre Turin st le genre de match qui permet aux équipes de remporter le Scudetto. "Ce n'était pas un bon match, mais ce n'était pas facile de jouer contre le Torino qui a défendu bas et en nombre. C'est le genre de matches qui vous font gagner le Scudetto, l'Inter n'a pas abandonné jusqu'à la fin. À 1-1, je pensais que cela finirait par un match nul, mais avec Alexis Sanchez et Christian Eriksen sur le terrain, le but décisif de Lautaro est arrivé." "Vous ne pouvez pas bien jouer pendant 38 matchs dans une saison, mais la victoire était tout à fait méritée de toute façon. L'Inter a gagné deux matchs en sortant ses griffes et elle s'avère être une équipe solide." Toujours sur Bobo TV, Daniele Adani pense que Alexis Sanchez et Christian Eriksen seront les joueurs clés dans la course à notre Scudetto. "Ce sont deux joueurs qui ne se chient pas dessus quand les adversaires mettent le bus. Sanchez et Eriksen apporteront à l'Inter le Scudetto, notamment parce que tout le monde était déjà présent la saison dernière. Les buteurs de l'Inter restent les mêmes, mais maintenant ces deux joueurs ajoutent leur propre qualité." "Avec Eriksen, l'Inter a récolté 28 points sur 30 tandis que Sanchez a marqué deux fois contre Parme et le Genoa, et a donné une passe décisive pour Lautaro contre le Torino. Alexis et Eriksen vous donnent l'imprévisibilité, nous avons dû expliquer depuis un an que ces deux joueurs devraient commencer!" "Contre le Toro, ce n'était pas un bon match car il faut deux équipes pour jouer au football, et le Torino défendait avec son bus."
  6. Selon notre ancien défenseur Daniele Adani, la décision d'Antonio Conte de mettre Christian Eriksen dans le onze de départ de l'Inter était attendue depuis un certain temps, a-t-il déclaré sur la chaîne Twitch de Christian Vieri, Bobo TV. "L'Inter a réalisé de bonnes performances contre Genoa, en particulier de Matteo Darmian, Alexis Sanchez et Eriksen. Le Danois aurait dû être dans le onze de départ depuis plus d'un an maintenant. Eriksen est le baromètre de l'Inter, il est le pouls de l'équipe. Ce sont les joueurs qui mènent, qui sont sur le terrain pour laisser les autres les regarder. Maintenant, Eriksen se sent enfin en confiance." Sur les commentaires optimistes de Conte après la victoire de l'Inter ce week-end. "Je ne mettrais pas l'Inter au même niveau que les huit équipes qui se battent pour remporter la Ligue des champions. En Italie, l'Inter a montré qu'elle pouvait gagner avec ce style de football, mais elle a payé pour certains des choix faits en Europe. Si Eriksen ne joue que 11 minutes contre Shakhtar Donetsk, c'est un choix que vous payiez cash. Eriksen a de nouveau changé l'Inter en quatre matches, mais cette équipe ne peut pas rivaliser avec Liverpool, Manchester City et le Real Madrid. L'Inter est également dominante et sait attaquer, mais en Europe, c'est autre chose. Maintenant, cependant, il faut dire qu'ils jouent un bon football. Auparavant, ils étaient incomplets à bien des égards et, à juste titre, ils n’avaient pas progressé en Ligue des champions." L'Inter mérite d'être en tête de la Serie A. "Maintenant, ils ont rassemblé toutes les pièces du puzzle et le travail sérieux porte ses fruits. L'Inter est une équipe de qualité et motivée. Les joueurs croient en ce qu'ils font, mais la question est: est-ce que l'Inter mérite tout cela?" "La réponse est oui, mais je ne parlerais qu’en Italie, je ne parlerais pas d’eux étant compétitifs en Europe." Sur Nicolo Barella. "Il s'est amélioré après le premier confinement, maintenant il est un joueur complet. Mais si nous voulons parler des meilleurs milieux de terrain du continent, nous devons penser à Ilkay Gundogan, Frenkie de Jong, Toni Kroos et Kevin de Bruyne." Un peu dans la même veine, Christian Eriksen a aidé l'Inter à transformer sa façon de jouer et joue désormais un bien meilleur football, selon le célèbre journaliste Fabrizio Biasin, dans son dernier éditorial pour TuttoMercatoWeb. "L'Inter joue maintenant un bon football et cela n'arrive pas par hasard. Antonio Conte a réussi à améliorer certains mécanismes et le reste a été fait par Christian Eriksen, qui joue avec deux touches au plus, a accéléré la phase d'attaque et permet à Marcelo Brozovic d'avoir moins de pression et de responsabilité." "Concernant la situation actuelle du club, il est inutile de prétendre que tout est calme et normal, car ce n'est pas le cas. Il est également inutile de dire -ça finira comme ça-, car les informations de la maison mère n'arrivent pas. Pour le moment, nous ne pouvons que nous en tenir aux quelques déclarations officielles: -Nous tiendrons nos engagements jusqu'à la fin de la saison -. C'est très peu, mais que pouvons-nous faire d'autre?" Mais toujours sur Bobo TV, Nicola Ventola pense, au contraire, que l'Inter aurait sa place en C1 maintenant. "Je suis d'accord, l'Inter d'aujourd'hui aurait pu concourir en Ligue des champions. L'Inter a trouvé son onze de départ, elle a de la qualité, se déplace en équipe et joue de l'arrière. Pour moi, ils ont toujours été l'équipe la plus complète, la plus solide et la plus continue et maintenant ils ont également ajouté la qualité de Christian Eriksen. À mon avis, l'Inter pourrait se défendre contre n'importe qui maintenant, en particulier avec un joueur à la Lukaku qui fait partie des trois premiers au monde." Comme on dit, chacun son opinion.
  7. Simone Inzaghi était furieux en conférence d’après-match, à la suite du pénalty accordé à l’Inter à la 21ème minute de jeu…pourtant, l’analyse vidéo donnera raison à Fabbri "L’arbitre était trop déterminé à décider de l’avenir de ce match après 25 minutes de jeu. Il y a eu l’intervention de la Var, mais les garçons ne l’ont pas accepté. J'ai revu l'action à 10 reprises, on peut le donner, mais pas de la façon dont l’a fait Fabbri. Nous avions dominé ce match jusqu’à ce pénalty." "On est devenu trop nerveux après un tel penalty. Ils ont défendus bas et j'ai donc essayé de mettre un peu de physique. Une fois que nous sommes revenu au score, nous avons commis une erreur en encaissant un nouveau but. Si nous devions rejouer 4 ou 5 fois ce match, jamais il n’est perdu…Passons au prochain match…" Analyse de la Rosea "Ce n’était pas un match facile pour Fabbri, mais il confirme son bon état de forme, en commettant peu d’erreur, même s’il subsiste un doute sur le jaune délivré à Lukaku. Il a confirmé son état de forme surtout lors de la prise des décisions les plus importantes." "A la 20ème minute, il y a pénalty pour l’Inter : Lautaro est seul devant Reina. Hoedt tente une intervention désespérée par derrière. Si le néerlandais parvient effectivement à toucher le ballon, il touche, auparavant, avec son pied droit Martinez." "Fabbri siffle après un moment d’hésitation et la Var confirme la sanction : Il est juste de délivrer une carte jaune et non une carte rouge : Si c’est une très évidente occasion de but, Hoedt y va avec l’intention de toucher le ballon dans la surface." "Peu avant la mi-temps, le doublé de Lukaku : Le Belge est en jeu, à la suite de la carambole entre Brozovic et Lazzari, par Patric. Il est important de souligner que si Lukaku avait été placé après le dernière défenseur de la Lazio, au moment du touché de Brozovic, que le but aurait été à annuler, car le touché de Lazzari ne peut pas être catalogué comme un ballon joué." Daniele Adani a réagit à la déclaration de Simone Inzaghi: "Il n’y a pas de doute, il lui touche la jambe, dans ce cas-là c’est toujours pénalty : Il voulait dégager le ballon, mais à la place, il a stoppé la course de Lautaro en allant quasi le harponner." Et pour vous et sans l’intervention de la Var : auriez-vous donné pénalty ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Notre ex-défenseur Marco Materazzi s'est entretenu avec l'ancien gardien Sébastien Frey via Instagram, discutant de sa carrière et de ses souvenirs liés à l'Inter, sa déclaration a été intégralement rapportée par FcInterNews. L’ancien gardien de but a rappelé une anecdote de la Legends Cup 2020 organisée en Russie, remportée par l’équipe All-Stars de Materazzi. "Nous sommes allés en Russie pour la Legends Cup. Les Russes gagnent depuis douze ans, tu es venu et as dit : « C'est la première fois et peut-être la dernière que je suis ici, mais les Russes ne gagnent pas cette année.» " "A trois minutes de la fin de la finale, tu es parti parce que tu as paniqué, tu as dit qu'il y avait trop d'injustice. À un moment, il y a eu une interruption de quarante minutes, les joueurs ne voulaient pas revenir jusqu'à ton « revenez », personne n'est revenu jouer. En fin de compte, ce match a été joué et gagné." L'ancien défenseur central de 46 ans vainqueur de la Coupe du Monde 2006, né à Lecce, a souligné à quel point il était une personne qui n'aime pas l'intimidation. "Je me bats avec personne, mais je déteste l’intimidation et ceux qui l'utilisent pour gagner. En fait, il y a peu d'équipes que je déteste dans le monde, que celles qui intimident. On ne donne pas de noms, je dis juste le nom de l'équipe que j'aime, l'Inter." Il a ensuite répondu à une question de fans concernant une équipe rivale en particulier et ses sentiments envers elle. "Sportivement, j'exècre la Juve. Mais uniquement sur le plan sportif, car je les connais tous. Mais si l'Inter gagne, je suis plus heureux." Materazzi a évoqué la puissance de l'équipe Nerazzurra de Jose Mourinho. "Nous étions déjà très forts la première année, puis la deuxième année, quand tu sais que Lucio, Eto'o, Milito, Thiago Motta, etc. sont arrivés. À un certain moment, à la fin, avec les adversaires, il semblait que nous faisions tomber des quilles. Pensez aux trois derniers matchs, tous ont été décisifs. Sienne, la semaine précédente, la finale de la Coppa Italia à l'Olimpico avec tout le monde contre nous. Et Sienne puis Madrid, les deux marqués par Milito." Materazzi a ensuite évoqué sa relation avec Samuel Eto’o. "Super! C'est un frère et je le remercie éternellement car il m'a amené la Ligue des Champions. Il me l'a promise et il me l'a apportée, je l'aime. Avant qu'il ne vienne, je lui ai envoyé un message, je lui ai dit "viens tu peux gagner". " Materazzi a ensuite évoqué sa relation avec Mourinho. "Que puis-je dire ? C'était un bouclier, un père, un frère. Celui qui s'est mis en colère nous a donné des leçons incroyables. Il trouvait les mots justes, et en fait, il a atteint ses objectifs. J'ai arrêté de jouer au football avec lui. J'avais 37 ans. La relation que j'avais avec lui était une relation de confiance et de respect. Je pouvais jouer un ou vingt matchs mais je savais que j'avais toujours son estime. On m’a dit que j’étais en colère contre celui qui était venu après lui mais je ne l’étais pas. J'avais une excellente relation avec Mourinho parce qu'il était cohérent. Avec la personne qui est venue après, je n'avais pas de bonnes relations parce qu'il n'était pas cohérent." L’homme de 46 ans a parlé de l’Inter après le départ de Mourinho. "Difficile, oui, mais il faut être intelligent. Mais si, dans la manière de faire, vous vous approchez de Leonardo, vous risquez de gagner le Scudetto et nous aurions pu le gagner si la saison avait commencé en janvier avec 19 points d'avance sur Milan. Si nous n’avions pas perdu le derby où Pato a marqué un but au début du match, nous aurions pu le gagner. Je vous assure que Leo a copié tout ce qui a été fait avant les six derniers mois, c'était intelligent." Il a parlé de l'ancien défenseur italien Daniele Adani. "L'une des rares personnes à vous faire tomber amoureux du foot. Il est impartial et l'apprécie comme s'il était un enfant, et là, il fait croire à tout le monde qu'il est au stade. Il sait tellement de choses, il est préparé, il est l'un des rares à en savoir autant." Materazzi a révélé qu'il existe un groupe WhatsApp regroupant à la fois les gagnants de la Coupe du monde 2006 et l'équipe du Triplé de 2010. "Nous avons un groupe WhatsApp de la Coupe du Monde et aussi du Triplé. Nous nous réunissons. Nous organisons un tournoi que nous ne pouvons pas faire maintenant, mais nous le reportons à octobre. Ensuite, nous en ferons de nouveau un avec les Legends. C'est bien parce que nous nous rencontrons tous à nouveau, une reprise de bons matchs comme Inter vs Roma ou Inter vs Barcelone." Le vainqueur de la Coupe du Monde 2006 a parlé de l'ancien attaquant brésilien Ronaldo. "J'ai eu la grande chance de jouer avec Ronie, ne serait-ce que sur une courte période. Puis, quand il est revenu au Milan, il n'était plus le même qu'avant, mais il savait qu'avec moi il allait doucement avec les shimmies, je ne les comprenais pas. Si vous le mettiez à côté de moi au moment où il était en pleine forme, je concéderais 20 buts! Colonese a fait plus de passes décisives à Ronie qu'à Ventola, m'a-t-il dit. Ciccio Colonnese, l'épine dorsale de cette Inter. Je ne sais pas si tu te souviens de lui à Paris en Coupe UEFA." Il a abordé la finale de la Coupe du monde 2006, où il a été frappé par Zinedine Zidane. "La veille, je les ai vus s'entraîner sous l'eau, y aller comme des robots. J'espérais finir le match bientôt, si vous vous souvenez de la 120e minute, j'ai balancé la dernière balle hors du terrain. Je pensais qu'on irais aux pénos et advient ce qu'il advient. Le penalty accordé à la France pendant le match n'était pas justifié ? Eh bien, ça fait longtemps maintenant." Materazzi évoqua un match particulier qu'il aimerait rejouer. "5 mai 2002 (l'Inter perd le titre suite à une défaite 4-2 contre la Lazio, ndlr). Je rejouerais celui-là. Après le 5 mai, je ne suis pas sorti pendant des semaines. Le 5 mai, nous quittions le stade, nous étions dans le bus et Gresko a demandé: "Pourquoi êtes-vous tous en colère ?" Di Biagio l'a regardé et a dit: "De quoi tu parles ?" Et il répondit: "C'est la troisième fois que cela m'arrive." Effectivement, en un an, Gresko (alors au Bayer Leverkusen, ndlr) avait perdu la finale de la C1, le titre de champion le dernier jour, la Super Cup en août et la finale de la Coupe d'Allemagne. Quatre sur quatre." Il a également parlé de l'ancien attaquant de l'Inter et de City, Mario Balotelli. "Mario est numéro un, c'est un gars formidable. C’est que... parfois je devais lui donner quelque chose, une fois il est arrivé avec les chaussettes du Milan AC et je les ai toutes découpées. Une fois à Barcelone, il est devenu fou et moi, eh bien, je lui ai dit que je lui aurais botté le cul. Mais je l'aime trop. Mario n'est pas méchant, c'est un bon gars, un grand garçon." L'homme de 46 ans a parlé de l'ancien attaquant de l'Inter et de la Roma, Antonio Cassano. "Si nous étions dans des soirées, nous nous amusions. Il est super aussi et c'est un grand connaisseur de football, il connaît tous les footballeurs du monde. Il a dit que j'étais décisif et le meilleur sur le terrain, donc je ne peux pas dire du mal de quelqu'un qui a dit ces choses à mon sujet." Il a évoqué un futur remplaçant du capitaine Samir Handanovic. "Je pense qu'il restera encore plus de deux ans, même 3-4. Il est tellement fort, il effectue beaucoup d’arrêts décisifs. J'aime beaucoup Musso aussi." Enfin, Materazzi a parlé du défenseur de l'Inter Alessandro Bastoni. "Je l'aime tellement, il est méchant, il a de la personnalité et un bon avenir." Rédigé par Alex_j - Internazionale.fr
  9. Interviewé par Radio Deejay, Lele Adani a répondu à Massimiliano Allegri suite à ses déclarations à "Che Tempo Che Fa?” découlant au conflit d’après-match. "Moi, quand je cherche un échange, qu’il s’agisse de Mourinho ou Allegri, je mets en condition la personne pour qu’elle s’exprime en faisant preuve d’un maximum de respect, je cherche également à apporter un avis détaché, sans avoir d’arrière-pensée en cherchant à mettre un entraîneur devant ses propres responsabilités et qu’il puisse argumenter." "Je savais que, dans le cas d’Allegri, la discussion n’allait pas être en rapport avec le nul face à l’Inter, mais qu’elle allait se tourner vers le parcours en Ligue des Champions. Cette interview cherchait à offrir des réponses envers ceux qui nous écoutent. Si d’un côté, cela part en insubordination, cela se fait au dépend de la communication.." "Cette sortie est acceptable, mais lorsque tu occupes un poste aussi important, tu dois toujours savoir argumenter. Lorsqu’il y a eu la double confrontation face à l’Ajax, j’ai argumenté sur les défenseurs adverses avertis ou sur le fait d’aller aux pénaltys, j’ai aussi déclaré que les grandes équipes remportent les grands matchs et l’Ajax n’a qu’un dixième de la puissance de la Juventus." "Je crois qu’il n’avait pas d’argument qui pouvait justifier un tel parcours et je l’ai dit après l’élimination. Je me suis toujours dit : Un analyste n’a pas les capacités pour être entraîneur, mais un entraîneur doit être analytique. Si tu ne parviens pas à l’être, comment bâtis-tu ta stratégie ?" "A la Juve, on ne lui a pas demandé de remporter le Scudetto, on n’a pas recruté Ronaldo pour battre le Chievo, mais bien pour s’imposer en Europe. Allegri a été très mal poli, mais je le saluerai, je n’ai pas de rancœur... Il a été pris de court, mal-éduqué et arrogant. Sa déclaration sur les victoires des Scudetti est un manque de respect envers nos téléspectateurs et tous ceux qui vont au stade." "J’ai aussi le droit d’avoir des opinions différentes, il a préféré mettre un terme à la conversation en envoyant valser le micro. Il aurait du savoir faire face à cet échange." Moi, Anti-Juve ? "Je suis Pro-Calcio." Ce lundi soir, Allegri a répondu à Adani Staffelli : "Nous avons vu que Daniele Adani vous a catégorisé d’arrogant, de mal éduqué…." Allegri : "Très arrogant. Adani est un défenseur, il me semblait que c’était un bon garçon. Il est réputé comme un bon professionnel. Je suis parti car mes amis m’attendaient au restaurant, et on ne touche pas au repas d’après-match." Staffelli le relance : "Une personne comme vous, qui enseignez à vos hommes à dribbler, aurait dû agir de la sorte face à cette situation. Vous n’auriez pas du tenir tête à Adani." Allegri : "J’y suis allé franco, en ligne droite, sans réfléchir, comme au basket." Staffelli : "Vous étiez à l’oreillette avec Ambra, n’aviez-vous pas eu d’indications ?" Allegri : "Non, ce soir-là, je n’en disposais pas." Staffelli demande enfin à Allegri s’il est fier pour le Scudetto ou déçu pour la Ligue des Champions....Réponse d’Allegri : "Pour la Coupe, nous avons aussi l’année prochaine, l’important, c’est d’avoir des occasions, certains n’y parviennent pas." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. L'ancien défenseur de l'Inter a parlé de la nouvelle équipe à disposition de Luciano Spalletti et de ce que l'on pouvait attendre de la nouvelle saison des Nerazzurri. A quelques jours de la fermeture du mercato, l'Inter est-elle l'anti-Juve ? "Pas seulement l’Inter, j'aime aussi la Roma avec ses jeunes, comme le Milan d’ailleurs. Il y a beaucoup de variables, le mercato a permis à ces équipes de se renforcer, alors que le Napoli me semble un peu en retard, quelque chose devrait être fait. La Lazio dépendra beaucoup de la performance de ses trois stars, Immobile, Luis Alberto et Milinkovic-Savic : si les perfs sont les mêmes que l’année passée, alors la Lazio sera toujours dans le haut du classement". Ce mercato, réalisé par Ausilio et Gardini, a été le meilleur depuis le triplé ? "Je dirai que oui, ils ont inclus des hommes importants dans chaque compartiment du jeu, l'Inter a été complété par des joueurs fonctionnels et de qualité avec des caractéristiques différentes de celles déjà présentes dans l'équipe. L'Inter s’est qualifiée en Champions League et avec ce mercato elle s’est mise dans de bonnes conditions afin d’y être compétitive. Spalletti a des solutions pour gagner le match dès la première minute mais aussi en cours de jeu". En tant que grand connaisseur du football sud-américain, j'imagine que vous n’êtes pas surpris par l'impact de Martinez ? "Absolument et ceux qui l’ont présenté comme attaquant devant évoluer uniquement dans la surface me font bien rire, ça signifie qu’ils se sont mal informés." Lautaro a joué derrière une pointe, sur le côté gauche en 4-3-3 ou 4-2-3-1, parfois en pointe, mais il a surtout progressé en jouant avec Lisandro Lopez, en second attaquant avec énormément de qualités. Il doit apprendre et acquérir de nouvelles compétences, mais il a un potentiel infini, et sa performance dépendra beaucoup du désir d’Icardi de lui laisser de l'espace". Les derniers matchs amicaux semblent confirmer cela ? "J'attends beaucoup de la saison d'Icardi, il doit trouver du plaisir à jouer pour et avec les autres. Sa nature est d’être un finisseur, mais s'il s'améliore et prend gout à devenir passeur, alors il grandira et fera grandir l’Inter avec lui. Si Icardi s’ouvre à l’équipe, alors les Politano, Nainggolan, Martinez, Keita et Perisic seront en mesure d’entrer plus souvent dans la surface et augmenteront le nombre de buts marqués car lui continuera de toute façon à marquer ses 20 et quelques buts par saison". Grâce aux nouveaux joueurs, Spalletti pourra se lâcher au niveau tactique ? "Cette Inter est forte et variée, mais il y a quelques étapes à franchir et je pense que nous verrons une équipe gagnante au début, évoluant dans un système pratique et linéaire. Spalletti partira d’un 4-2-3-1 consolidé, mais par la suite, il y aura des nouveautés, parce que Vrsaljko est un arrière droit différent de D'Ambrosio. Nainggolan ? Le Ninja peut tout faire., Je le préfère plus reculé plutôt que meneur de jeu car il est plus apte à se jeter dans les espaces que de recevoir le ballon dos aux buts ". L'année dernière, Spalletti a réinventé le « régista » Brozovic, mais qui sera le "chanceux" de cette saison ? "Il y a beaucoup de joueurs, mais je pense à Perisic, il est physiquement imparable, mais il doit arrêter de penser en numéro 10. Perisic n’a pas ces caractéristiques et quand il essaie de jouer comme cela il commet des erreurs. Par contre s'il réfléchi en tant qu’ailier et qu’il se met à courir devant tout le monde il devient très fort car il réussit des choses uniques, et je pense que si Perisic apprend à se sacrifier en tant que latéral, mais surout continue à penser en tant qu'ailier, l'Inter pourrait devenir dévastatrice car Spalletti, dans certains matchs, pourrait le mettre à gauche derrière Keita." ®JY DS - Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...