Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'daniele orsato'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

12 résultats trouvés

  1. En effet, se déplacer sur le terrain de la Sampdoria n’est pas sans danger! La saison dernière, l’Inter d’Antonio Conte s’y était d’ailleurs incliné. Ajoutez à cela une trêve internationale inédite avec trois matchs à disputer et le retour de Daniele Orsato aux commandes du match: La rencontre au Luigi Ferraris avait tout d’un match piège Et le danger était constamment présent avec des joueurs génois qui avaient décidé de prendre les Nerazzurri à la gorge dès l’entame du match. Si la Sampdoria dominait sur le terrain, l’ouverture du score tombera du côté interiste. Profitant de la malice de Lautaro Martinez, Federico Dimarco inscrira son premier but pour l’Inter sur un coup-franc exceptionnel à la 18ème minute de jeu. Le club hôte reviendra à la marque à la suite d’une partie de billard dans la surface de réparation : En voulant écarter le danger sur une phase arrêtée, Ivan Perisic renvoie un ballon aérien, de la tête, vers Maya Yoshida, si le tir du nippon n’est en rien puissant, une malencontreuse déviation d’Edin Dzeko bat un Samir Handanovic très loin d’être rassurant. L’Inter reprend l’avantage à la 44ème minute de jeu : Suite à un ballon gagné dans l’entrejeu par Hakan Çalhanoğlu, Nicolò Barella part dans un raid solitaire en direction du but génois, altruiste, le Champion d’Europe délivre un délice de centre pour Lautaro Martinez, la reprise instantanée du Toro argentin ne laisse aucune chance à Emil Audero, le portier génois. En seconde période, l’Inter se mange le but du mois: Antonio Candreva, contrairement à ses années interistes parvient en centrant, à ne pas viser un stadier, mais à trouver Augello dans la surface de réparation nerazzurra, la reprise de volée sans contrôle fusille Samir Handanovic. L’Inter, toujours dans les cordes parvient à se créer trois possibilités réelles pour reprendre une troisième fois l’avantage, en premier lieu par Ivan Perisic qui sert un rien trop fort Edin Dzeko dans le petit rectangle génois, ensuite par Çalhanoğlu dont le tir lointain flirte avec le poteau d’Audero et enfin par Joaquim Correa dont la reprise à bout portant est dévié par le portier Italie. Si le portier de la Sampdoria apporte une certaine garantie, la situation était diamétralement à l'opposée du côté des Champions d'Italie : Sans l’intervention miraculeuse de Danilo D’Ambrosio, un nouvel arrêt du regard du gardien slovène aurait valu aux Nerazzurri de concéder leur première défaite de la saison. L’Inter terminera également ce match à 10 contre 11, non pas par suite d’une expulsion d’un joueur, mais à la suite d’une nouvelle blessure de Stefano Sensi : Monté au jeu dans le dernier slot disponible à la 67ème minute de jeu, suite aux 5 changements procédés par un Simone Inzaghi très réactif, l’homme en cristal de l’Inter se blesse 8 minutes plus tard. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une blessure qu’il s’est occasionné tout seul : A la 75′, lors à la suite d’un sérieux contact et d'un choc avec Maya Yoshida pour récupérer un ballon, Sensi a immédiatement ressenti une douleur. Immédiatement éclaté, l’ancien de Sassuolo tentera en vain de continuer à jouer. Hors-service sur le terrain, l’italien ne touchera que très peu de ballon avant de définitivement sortir du terrain à la 88ème minute de jeu. Vu le déroulement de la rencontre, et les différents paramètres à prendre en compte, l’Inter rentre à Milan avec un très bon point gagné sur un terrain hostile et sous les applaudissements des tifosi qui avait rejoint Gênes. Place à présent au premier choc de la saison avec la réception, ce mercredi 15 septembre à 21h00 du Real Madrid de Carlo Ancelotti Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Sampdoria 2-2 Inter Buteurs: 18' Dimarco (I), 33' Yoshida (S), 44' Lautaro Martinez (I), 46' Augello (S) Sampdoria: 1 Audero; 24 Bereszynski, 22 Yoshida, 15 Colley, 3 Augello (78' 29 Murru) 87 Candreva, 5 Silva (89' 9 Torregrossa), 2 Thorsby, 38 Damsgaard (78' 8 Verre); 10 Caputo, 27 Quagliarella (67' 16 Askildsen) Banc: 33 Falcone, 4 Chabot,11 Ciervo, 12 Depaoli, 19 Dragusin, 20 Ihattaren, 25 A. Ferrari, 70 Trimboli T1: Roberto D'Aversa Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic (53' 22 Vidal), 20 Calhanoglu (67' 12 Sensi), 14 Perisic (53' 33 D'Ambrosio); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (62' 19 Correa) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 7 Sanchez, 8 Vecino, 11 Kolarov, 13 Ranocchia T1: Simone Inzaghi Arbitre: Daniele Orsato Var: Nasca Averti(s): Brozovic (I), Thorsby (S), Colley (S), Adrien Silva (S), Dzeko (I), Vidal (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, la Repubblica s’est penchée sur la désignation arbitrale qui a fait sensation : Après 1233 jours, après un Inter-Juventus polémique, l’arbitre italien sera à nouveau l’arbitre principal d’un match important de l’Inter ! Révélation de la Repubblica Orsato s’est déjà défilé la saison dernière En cette année de refondation, l’équipe arbitrale devra faire face, comma la saison écoulée, à un changement générationnel: Imaginez un peu la difficulté de ne pas pouvoir aligner votre meilleur arbitre pour un Inter-Milan avec le Scudetto en jeu. Pour tout vous dire, ce retour aurait également pu avoir lieu la saison dernière. Sur base d’une désignation de l’ancien responsable des arbitres, Nicola Rizzoli, Daniele Orsato aurait dû diriger la rencontre de fin de saison opposant Crotone à l’Inter. Mais des problèmes personnels relatif à Orsato ont fait que celui-ci a été contraint de se retirer à la dernière minute : Qui sait, peut-être que ces dernières années, lui aussi a développé une certaine résistance, après les critiques – souvent réalisées de façon instrumentales - et sur les enquêtes qui ont découlé de cette fameuse direction arbitrale. Pensez-vous que Daniele Orsato serait, à nouveau, capable de se défiler ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. La Fédération Italienne de Football a dévoilé l’équipe arbitrale qui officiera au Stade Luigi-Ferraris de Gênes ce dimanche à 12h30 à l’occasion du déplacement du Champion d’Italie en titre sur le terrain de la Sampdoria. Le retour du prodige! Arbitre: Daniele ORSATO Assistants: PERETTI – PAGLIARDINI 4ème arbitre : BARONI VAR: NASCA AVAR: GIALLATINI ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Massimo Moratti a ainsi parlé aux micros de Radio Marte de notre équipe, de la Super League et de l'éventuelle victoire du Scudetto. "Ce titre viendrait après un certain temps, il faudrait gagner ce titre pour maintenir notre standing international. Je ne parlerai pas des points perdus par superstition car ils ne sont jamais comptés. On attend que les mathématiques nous donnent raison, il me semble que l'équipe est absolument dans une situation très positive." "Conte est très bon. Il a créé un environnement et une façon de jouer qui ont rendu l'équipe très forte et adaptée à ce championnat. Il est arrivé en tant qu'ancien Juventino mais c'est un professionnel très sérieux et très compétent. Cela a donné des résultats qui ne sont jamais faciles. Concernant la course de la Ligue des champions, ce soir, nous aurons des idées plus claires. Il me semble que Naples et l'Atalanta sont les deux meilleures équipes. L'Atalanta est maintenant une réalité, plus une surprise." "Pour la Super League, il est désormais facile pour tout le monde de dire que nous n'aurions pas adhéré. La même demande m'a été faite il y a des années, c'est une situation ancienne: j'ai refusé! La solution actuelle tient à un besoin fort de certains clubs de joindre les deux bouts et cela a toujours été un problème. Disons que ce n'était pas le bon moment. Avec le temps, cela guérira peut-être mais ce n'est pas facile. Déjà à l'époque, les gens essayaient de faire certaines choses avec le fair-play financier, mais ce sont des objectifs difficiles à atteindre. La Super League était une illusion." "Qui est-ce que je prendrais pour l'Inter aujourd'hui? Kantè." "Pourquoi Orsato n'arbitre plus l'Inter? Honnêtement, je n'ai pas remarqué et je ne sais pas pourquoi. C'est un bon arbitre, peut-être qu'ils le feront arbitrer le dernier match." "Quelque chose a-t-il changé avec le VAR? Parfois, il vous met en position d'avoir des doutes mais beaucoup de choses ont changé, les arbitres sont plus détendus, je pense." "Revenir à l'Inter? Non, j'espère que Zhang résoudra les problèmes avec brio."
  5. L'ancien arbitre Gianluca Paparesta affirme que Daniele Orsato ne devrait plus arbitrer les matchs impliquant l'Inter en raison des précédentes controverses. Orsato a dirigé la défaite très controversée 3-2 de l'Inter contre la Juventus en avril 2018 et a été critiqué pour avoir expulsé Matias Vecino mais pas Miralem Pjanic, tandis que les transcriptions du VAR ont été révélées par la suite avoir disparues. Apparaissant sur la station de radio Radio Kiss Kiss, Paparesta a insisté sur le fait que l'arbitrage en Italie était toujours d'un bon niveau et que les erreurs étaient vraies, mais a estimé que ne pas utiliser VAR pour vérifier les faits était inexcusable. "Il n'y a pas d'idées préconçues ni de décisions anticipées. Les erreurs sont des erreurs, même Nicola Rizzoli (le désignateur des arbitres, ndlr) l'a clairement indiqué. Regardez les pénalties non attribués lors de Juventus - Napoli. En fin de compte, les erreurs persistent bien qu'elles soient moins nombreuses que par le passé. Refuser d'utiliser VAR est à exclure et ce serait très grave. Orsato n'arbitre plus l'Inter pour des raisons d'opportunité." L'Inter s'est vu attribuer Daniele Doveri comme arbitre pour le match contre Naples, tandis qu'Orsato arbitrera Atalanta contre Juventus. L'ancien arbitre Paparesta a été impliqué dans le scandale de Calciopoli en 2006 et a officiellement pris sa retraite de l'arbitrage en 2010.
  6. Daniele Orsato était l’invité de 90', ce dernier s’est livré sur l’introduction de la Var, mais également sur la polémique qui a suivi un certain Derby d’Italie…. Lorsque je me trompe ? "Je n’en suis certainement pas fier et je pars immédiatement voir où je me suis planté, la raison : la télé te fait voir immédiatement là où tu t’es planté. Je cherche à travailler sur ce type d’erreurs et à ne plus les répéter. Je ne suis absolument pas fier. Je suis le premier à être critique de notre façon d’arbitrer." L’Inter-Juve avec la non-expulsion de Pjanic? "C’est très certainement une erreur, cela ne sert à rien d’aller la revoir après trois ans. Je l’ai revue immédiatement et c’était une erreur. La proximité de l’action ne m’a pas permis de voir ce que la télévision a montré: Je l’ai vécu d’une façon totalement différente et pour moi, il y avait un contraste au vol et physique que j’ai certainement mal évalué. La Var ne pouvait pas intervenir. Vous devez penser que toutes les erreurs ne peuvent pas être rectifiées par la Var." "Je crois qu’elle se verra utilisée pour clarifier les choses entre les médias et les arbitres, c’est ce que l’AIA souhaite, car si elle était utilisée pour susciter des polémiques, nous n’irions nulle part. Il faut saisir cette opportunité pour offrir de la clarté : bénie soit la Var." "Je monte sur le terrain, sans y penser, si je me plante, elle peut me sauver. La Var n’est pas un outil nuisible pour les arbitres. En ce qui concernent les échanges avec les joueurs, cela peut devenir problématique : Il faut toujours faire preuve de respect et d’éducation. Le rapport arbitre-joueur s’est nettement amélioré ces dernières années." Le fait que Cristiano Ronaldo a touché ma montre ? "Il m’a demandé si le ballon était entré et je lui ai répondu que non, car la montre ne me l’avait pas signalé, il voulait savoir comment elle fonctionnait. "C’est évident que le Président de l’AIA devra trouver des méthodes pour recruter de jeunes arbitres, nous avons besoin, nous les arbitres de Serie A et B, d’être des exemples. Je dirais aux jeunes hommes qu’ils sont en capacité de rentrer dans le monde du football, peut-être pas comme joueur, mais comme arbitre." "Le public nous manque aussi à nous, il manque aux joueurs, mais aussi aux arbitres. J’espère que les tifosi pourront revenir rapidement dans les stades." Etes-vous favorable au fait de rendre public les échanges entre les arbitres ? "Nous n’avons rien à cacher, si les autorités compétentes le décident, ce ne sera pas un problème pour nous." Pensez-vous que vous allez arbitrer à nouveau l’Inter, vu que deux ans et demi se sont écoulés depuis votre dernier match ? "Je vais là où m’assigne le désignateur des arbitres. Oui, je n’ai plus arbitré l’Inter depuis avril 2018." Croyez-vous-en la sincérité de Daniele Orsato ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. La défaite controversée de l'Inter face à la Juventus en 2018 a été regardée avec horreur par feu Diego Maradona, a révélé son fils, Diego Jr, sur Canale 8. Maradona était loin d'être impressionné par le mauvais arbitrage de Daniele Orsato qui n'a pas expulsé Miralem Pjanic après un tacle sévère sur Rafinha. De plus, il n'était pas du tout surpris de voir les Bianconeri obtenir une décision favorable dans un match décisif pour le titre. "J'ai vu ce match avec papa à Dubaï. La Juventus était surclassée, mais quand Pjanic est resté après son tacle sur Rafinha, il s'est tourné vers moi et m'a dit: 'Tu verras, maintenant ils vont trouver un moyen de les laisser gagner.' Et ce fut ainsi. Je ne pouvais pas y croire, Diego a vu des choses avant nous. Nous sommes des humains et il venait d'un autre monde." S'il est vrai que Diego Maradona venait d'une autre planète, nous pouvons également dire qu'il avait l'habitude de ce genre de décisions.
  8. Daniele Orsato, l’arbitre international de la Section de Schio et représentant des arbitres italiens en activité a été élu Meilleur arbitre au monde pour l’année 2020! Ce titre lui a été décerné par l’IFFHS (International Federation of Football History and Statistics). Il recevra très prochainement le World Awards 2020. Communiqué de Gabriele Gravina - FIGC "C’est une reconnaissance extraordinaire pour les qualités personnelles de Daniele Orsato et pour le niveau général de l’école arbitrale italienne. C’est un prix qui a aussi une signification particulière, car il conclu une année difficile, arbitres compris, qui ont tous été marqué par les souffrances et les difficultés générée de cette terrible pandémie." "Orsato, que je tiens à féliciter au nom de la Fédération représente la tête de proue d’un secteur, caractérisé par le sacrifice, la justesse et la passion dont la FIGC est fière." Le Saviez-Vous ? Après Pierluigi Collina (1998 à 2003), Roberto Rosetti (2008) et Nicola Rizzoli (2014 and 2015), Daniele Orsato est la quatrième arbitre italien à remporter le "World's Best Man Referee Of The Year" Rafinha Likes This..... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Antonello Valentini, l’ancien Directeur Général de la FIGC s’est livré au Corriere Dello Sport à travers une longue lettre: "Je me suis confronté à Nicola Rizzoli, le désignateur des arbitres de la Serie A. L’audio de ce fait de match n’a pas disparu, comme le raconte Pecoraro. Il n’existe tout simplement pas, car ce n’était pas un cas pour la Var." "Cet audio n’existe pas m’a rappelé Rizzoli : "La Var ne pouvait pas intervenir car ce n’était pas possible de le faire, cela ne figurait pas dans l’un des quatre cas prévu dans le protocole : Echange de personne, rouge direct (Pjanic avait déjà été averti), penalty, buts." "Rizzoli a également rappelé que la Direction de l’AIA avait, en son temps, convoqué le Procureur Fédéral sur le cas Orsato. Il lui avait été expliqué pourquoi cet audio ne pouvait pas exister. Ce n’est donc pas une disparition mystérieuse comme pouvait l’insinuer l’interview de Pecoraro publié dans Il Matinno ces derniers jours." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  10. Ces derniers jours, Giuseppe Pecoraro, ancien Chef du Parquet de la FIGC, s’est livré au quotidien "Il Mattino". Dans son collimateur, Daniele Orsato et le Derby d’Italie 2018 polémique perdu par l’Inter 2-3 alors qu’elle s’était retrouvé quasi immédiatement en infériorité numérique. Plus que ce Derby d’Italie perdu, cette rencontre se sera avérée fondamentale pour la Juventus dans son duel à distance avec le Napoli. Rafinha / Pjanic Ce fut un match décisif dans la course au Scudetto 2017-2018, avec le Napoli de Maurizio Sarri voyant la Juve battre l'Inter 3 buts à 2 au Meazza le 28 avril 2018. La plupart seraient d'accord pour dire que Miralem Pjanic a été extrêmement chanceux de ne pas recevoir un deuxième jaune pour sa faute sur Rafinha, d'autant plus que Matias Vecino avait déjà reçu un rouge direct. Le procureur de la FIGC, Pecoraro, s'est entretenu avec le journal Il Mattino et a révélé certaines anomalies lorsqu'il a tenté d'enquêter. "C'est l'arbitrage d'Inter-Juventus par Daniele Orsato qui m'a conduit à avoir des tensions avec les arbitres", a déclaré Pecoraro qui a démissionné de son poste en décembre 2019. "J'avais reçu des plaintes concernant ses performances de diverses associations et groupes de tifosi. Je ne pensais pas que nous trouverions quelque chose d'ennuyeux, mais par précaution, j'ai essayé d'ouvrir une enquête. J'ai demandé à l'AIA (Association des Arbitres Italiens) puis à la Lega Serie A, juste pour être sûr, d'écouter le dialogue audio-vidéo entre le VAR et l'arbitre pendant ce match." "J'ai dû insister, sinon quel genre de procureur suis-je ? Ils ne nous ont remis les fichiers qu'au début de la saison suivante, mais il y avait une surprise en stock… Nous avons ouvert le dossier et la seule partie qui n'avait pas été enregistrée était la seule qui nous intéressait : Le passage entre Orsato et le VAR lorsque Pjanic n'a pas été expulsé. La raison ? Ils m'ont dit que ce n'était pas là et que c'est tout ce qu'ils avaient. Nous avons besoin de plus de transparence." Pour rappel, la Juventus a ensuite dépassé le Napoli pour gagner le Scudetto cette saison-là. Cependant, l'ancien arbitre Luca Marelli a souligné la raison pour laquelle il n'y a aucune intervention du VAR : "Ce n'est tout simplement pas dans le protocole d'intervenir pour un avertissement, même s'il s'agit d'une deuxième faute punissable. Donc, alors que la faute de Pjanic aurait dû être sanctionnée par un carton jaune, ce n'est pas ce sur quoi le VAR était autorisée à intervenir." Présentation à la Justice Lors de ce match, l’Inter, alors en infériorité numérique, avait pris le meilleur sur la Juventus, avant de s’écrouler dans les dernières minutes de jeu. Si à 10 contre 11 le match était déséquilibré, à 10 contre 10, le match aurait pu connaitre une autre destinée : victoire de l’Inter, match nul ou même une victoire Bianconera. Quoiqu’il en soit, cet évènement aura entaché le titre remporté au forceps par la Juve sur le Napoli. Sur la base de cette information, et comme le rapporte le Corriere Dello Sport, cette situation sera consignée au Procureur de la République de Milan, pour la compétence territoriale, et au Procureur de la République de Rome car c’est là que se trouve les bureaux de la FIGC et de l’AIC. L’enquête devra mettre en lumière s’il y a eu une falsification des documents d’enregistrement entre la salle VAR représentée par l’arbitre Valeri et l’assistant Galliatini, et l’arbitre Daniele Orsato. "A l’époque, Pecoraro avait demandé des explications sur la non-présence de l’audio. Pour éclaircir les faits, une note de la Liga et des emails entre Nicola Rizzolli, le désignateur des arbitres, Roberto Rossetti, responsable en son temps du projet VAR et Alexandro Arduino, Chef du projet HawkEye Italia et qui octroye la VAR, avait été présenté." "L’Audio n’avait pas été repris, celui relatif à l’incident, car il ne rentrait pas dans le protocole de l’IFAB (Assignation d’un but, d’un pénalty, d’une exclusion directe ou d’une erreur de personne) Les faits relevant du protocole se retrouvent eux archivés pour des raisons d’études et pour la mise en application de la VAR." "Pecoraro avait également souligné que le matériel fut transmis à la Lega et qu’en l’absence d’une irrégularité évidente, que le dossier avait été archivé." Mais "Les arbitres font l’usage de quelques stratagème pour contourner le protocole stricte afin de venir en aide à l’arbitre sur le terrain. Et c'est ce qui se serait passé au Meazza dans les échanges entre le VAR et l’arbitre de terrain ." "Déjà dans les jours qui ont suivi le match, les faits qui se sont produit au Meazza laissaient entrevoir et suggérer une sorte d'échange de la VAR à l’abitre international de la section de Schio. Il s’agissait de signalisations indirectes, qui sont souvent utilisées" "Étant donné que sur un second avertissement manqué, le Protocole de l’IFAB ne présentait pas ce cas de figures, la phrase qui aurait été employé fut la suivante : "Ce n’est pas un rouge, ce n’est pas un rouge", mais pour confirmer l’erreur d’interprétation, ceci aurait été communiqué : "La faute commise ne recommande pas un rouge directe, mais sans aucun doute un carton jaune." Le Corriere souligne qu’Orsato, à cet instant précis, n’a pas suivi cette recommandation, depuis lors, il n’a plus arbitré un seul match de l’Inter à tel point qu’il représente la plus longue séparation entre un arbitre et un club de Serie A. Le Corriere Dell Sport se demande également si l’intérêt d’Orsato n’est pas de rester à l’écart des Nerazurri étant donné que Rizzoli l’a pratiquement écarté d'une telle possibilité. Le meilleur pour la fin Et préparez vos sachets pour vomir : alors que l’affaire reprends de l’ampleur, l’AIA a annoncé la promotion, en qualité de "Nouveau représentants des arbitres en activité", de Daniele Orsato. ®Antony Gilles & Alex_J - Internazionale.fr
  11. Lors du Derby d’Italie, qui s'est tenu ce samedi 28 avril, il était déjà écrit qu'Orsato et la Juve allaient avoir la peau d’une Inter héroïque. L’Inter a joué un bon match, sans doute le plus beau et le plus rude de sa saison, mais elle a perdu. Pourquoi ? Car, elle a joué presque toute la partie en 10 contre 11 et qu’elle était menée au score lors de cette expulsion. Nous pouvons tous nous rassembler, se faire « moquer », mais la vérité est qu’il n’y a aucun commentaire à réaliser sur une partie qui n’as pas eu lieu, c’était un non-match, avec un vainqueur désigné à l’avance, sauf que le Courage de nos Nerazzurri a bien failli bouleverser certains plans. Ce samedi, la mise en scène réalisée dans la Scala du Calcio, pourrait être comparé à un mélange de Retour vers le futur et de Ghostbuster, à savoir voire resurgir "les fantômes du passé", Ce match est, à présent, une référence qui fait resurgir une toute histoire autre sportive de la Juventus, une histoire d’un arbitre qui prends plusieurs décisions controversées et qui sont toutes en faveur de l’équipe Turinoise. Comme quoi, 20 ans après l’épisode Ronaldo-Iuliano, rien n’a changé…. Gagner sans gloire et rêver du Triplé À la fin, les " vainqueurs" sur papier, ceux qui empochent les trois points sont les Bianconeri gagnent, ceux qui se plaignent et qui restent une victime non-consentantes, restent les Nerazzurri. Et la presse s’en donne à cœur joie, avec un tel match, aucune chance de perdre les 10 millions de clients/lecteurs potentiels qui choisissent de ne pas rester trop écarté du sujet. Revenons sur le match Suite à une indécision de la défense Nerazzurra, Douglas Costa ouvre "méritoirement" le score pour la Juventus. Trois minutes plus tard, le spectacle peut commencer Un duel d’homme a lieu, Daniele Orsato averti Vecino pour une faute qui mérite un carton « Orange », en effet, même si Mandzukic s’en sort avec dix points de sutures, Vecino ne part pas délibérément pour blesser le joueur. D’ailleurs, le premier réflexe de l’arbitre est d’avertir Vecino. Mais le mal et fait et "un joueur Juventine" est blessé, et ce dernier reste étrangement et anormalement longtemps sur le terrain... Quoi de mieux, pour passer le temps que d’utiliser la Var ? Problème la Var peut être consultée en cas de discussion sur un penalty, des buts inscrits sur hors-jeu (comme ce fut le cas pour Icardi lors du Derby Della Madonnina) ou inscrit sur base d’une irrégularité, voire l’expulsion directe d’un joueur (Dans le cas où l’arbitre expulse le mauvais joueur, il peut visionner les images pour corriger le tir), mais en aucun cas, la Var ne peut être employée pour revisionner une faute similaire à celle de Vecino. Dans un tel cas, la Var aurait dû être employé à l’encontre de Barzagli et de Pjanic, plus tard dans le match, il n’en a rien été. Après visionnage, Orsato estime que l'intervention est passible d'expulsion. C'est donc un rouge prétentieux qui tue le match dès le quart d’heure. L’erreur principale d’Orsato a été de ne pas sortir un rouge direct. À partir du moment où il sort le jaune, il se devait de conserver ce jugement. Conséquence sur le match, une pluie de carton est annoncée sur le Meazza, les deux équipes s’affrontent avec nervosité et Orsato décide de compliquer la vie à la Bande à Icardi qui ne sait plus saquer depuis plusieurs matchs à enjeux. La Juve aurait dû finir à 9, l’Inter aussi, mais dans les arrêts de jeu de la seconde mi-temps... Pjanic avait été averti en première mi-temps. Auteur d’une première faute passible d’un jaune sur un Nerazzurri, ce dernier se voit immunisé. En seconde mi-temps, le fantôme Ronaldo-Iuliano est de retour et Pjanic utilise son collier d’immunité : Sous les yeux d’Orsato, Pjanic se permet de foncer sur Rafinha avec ses genoux et le coude, le Nerazzurri fini au sol. Cette faute, et la presse est unanime méritait amplement un second avertissement. Allez demander au Torino ce qu’ils pensent de ce type de faute, eux qui ont été victime, dans le sens d’inverse, de l’expulsion de l’un des leurs, pour une faute similaire, contre la Juventus, à savoir une faute de Baselli sur Pjanic, dans un match arbitré par Orsato… Plus que des paroles, l’image parle d’elle-même… De même Barzagli a également était l’auteur d’une faute de niveau "Orange" sur Mauro Icardi en première période. Le niveau de dangerosité était similaire à celui de Vecino, si l’interiste a été exclu, le juventine aurait dû l’être également, car il s’en prend au pied d’appui et Icardi aurait pu quitter le terrain réellement blessé. Mais il est interdit de s’en prendre à un Bianconero déjà averti, surtout que si Pjanic avait été expulsé, l’Inter aurait affronté une Juventus, à arme égale, réduite à dix également, mais surtout l’Inter avait créé l’exploit de revenir non seulement au score, mais de prendre l’avantage à la marque, à ce moment-là, l’impact psychologique aurait été énorme. Mais l’arbitrage en Italie est ce qu’il est : Pjanic a descendu Rafinha et le deuxième jaune pour le bosniaque semblait inévitable, pourtant, c’est bel et bien D’Ambrosio qui reçoit un avertissement pour protestation, avec en conséquence, une suspension pour le prochain match de championnat. Dans un match faussé, Notre Inter, dont on dit qu’elle a le mental fragile a fait preuve de courage, à l’image de son Capitaine, qui a prouvé à tous, qu’il a notre maillot dans le sang. Elle a disputé une rencontre avec courage, avec de la qualité et ce match aurait pût rentrer dans la légende Nerazzurra. Tout vol en éclat L’Inter est épuisée sur le terrain en cette fin de rencontre et la Juve joue l’attaque totale. Luciano Spalletti prend alors deux décisions qui vont lui coûter le match, mais il fallait procéder à des remplacements, jouer à 10 contre 11 face à une équipe qui joue l’attaque totale est très dur à encaissé pour une équipe qui n’a eu de cesse de se donner. Luciano assumera également son erreur de jugement en conférence de presse son erreur, allant même à dire qu’il est prêt à en assumer les conséquences. Quelles erreurs ? Les remplacements : Rafinha sort pour Valero. L’idée était bonne : Renforcer le milieu de terrain avec un joueur défensif plutôt qu’offensif. Ensuite, l’erreur à ne surtout pas commettre : Remplacer Mauro Icardi et aligner Davide Santon. Ce changement consistait à la base à blinder notre défense et à contenir les assauts finaux de la Vieille Dame en jouant en 5-2-2 (ou 5-4-0 c’est selon) avec le duo Candreva-Perisic en "pointe". Notre Inter a donc été retouchée au milieu de terrain, améliorée sur l'aile droite et déforcée en attaque, la conséquence est simple, le bloc de la Juve, avec le départ d’Icardi et de Rafinha a pu monter d’un cran et cela se sera avéré payant. La charge virile de Skriniar, en toute fin de rencontre, aurait pu et aurait du, vu l’impartialité d’Orsato être sanctionné d’un carton rouge directe. En effet, sans cette charge, l’argentin partait seul au but défier un fantomatique Handanovic. Cependant, cet épaule contre épaule est également une preuve de la force mentale de l’Inter. Tu peux nous provoquer, nous n’hésitons pas à te rentrer dedans, nous ne nous laisserons jamais abattre. Skriniar a continué à jouer, Higuain, lui se tenait son épaule…pauvre chou… Spalletti a merdé c’est un fait, mais Spalletti est la pierre angulaire, à partir de laquelle le club doit se reconstruire avec patience. Il est clairement impossible de croire que l’on peut remporter un Scudetto, voir disputer les premiers rôles de Serie A, en une saison, et en ne faisant pas preuve de stabilité et en révolutionnant à tout va. Ce football, cette Serie A, ne tourne pas rond et répond à une logique de Patronage qui ne crée que des fans vulgaires, des personnes qui ont perdu cette étincelle pour le Calcio. Preuve en est la vague d’insultes dont a une nouvelle fois été victime Davide Santon, « coupable » idéal sur les deux buts inscrit par la Juve en fin de match. Seuls les fans bien éduqués peuvent se rendre compte que ce résultat est le fruit d’un match hypocrite. La Juventus aurait pu concéder la plus cuisante de ses défaites lors d’un Derby d’Italie, et au lieu de la jouer correcte, elle est partie dans la provocation, avec Higuain qui a titillé le Meazza en imitant la célébration de Mauro Icardi, honteux ! Ce genre de match vous fait perdre l'amour de ce sport et augmente certaines vérités dont le Calcio n’a pas vraiment besoin. Une vérité qui se reflète sur les terrains Européens : Comment une équipe qui remporte six titres de suite, dans un Championnat aussi tactique et complexe, n’est pas capable de remporter la Ligue des Champions ? La réponse est toute simple : En Europe, la Juventus n’est pas protégée, et lorsque tu disputes une rencontre à armes égales devient également très compliqué. Jindong Zhang furieux Dans un pays, la Chine où le Respect et les Règles prédominent, voir l’Inter se faire "voler" de la sorte, n’a pas plus au numéro Un du Suning : Benvenuto à l’Inter Signore Zhang ! Est-ce que cette rencontre changera sa vision des choses sur notre club et la Serie A en particulier, rien n’en est moins sûr… Ce qui est sûr par contre, c’est que les relations entre la Direction Interiste et Juventine sont à nouveau détériorées, comme à l’époque où le club était présidé par Massimo Moratti L’Inter a des raison d’être furieuse contre Daniele Orsato, un arbitre peut apprécié pour son passé récent. Orsato est, actuellement, celui qui a réduit quasiment à néant les rêves de qualification en Champion’s League, de l’équipe à Spalletti. Mais il a également permis à l’Ac Milan de se sauver « ses fesses » lors du Derby retour de la saison passée. Il est également celui qui a permis l’exclusion pour plusieurs match d’Icardi, lors du précédent Derby d’Italie en étant pourtant pas l’arbitre principal de la rencontre… Comme le révèle le Corriere della Sera, le Club Nerazzurro n’entend pas rester une victime consentante, ce que l’on aurait pu croire après la déclaration "diplomatique" de Steven Zhang. L’Inter veut faire entendre sa voix auprès du Procureur Fédérale Giuseppe Pecoraro, à la FIGC. Jindong Zhang a également l’intention de dénoncer cette situation auprès de l’AIA et d’autres autorités plus importantes dans le domaine du football, mais il semblerait qu’Orsato soit dans les bons papiers de Pierluigi Collina. L’ancien arbitre respecté de tous, qui occupe à présent une place importante à l’UEFA dans le cadre, justement de l’arbitrage. De son côté, la Juve ne se cache plus d’adopter un comportement inadéquat, sur le terrain avec un Higuain qui, au culot, imite la célébration de buts d’Icardi, De plus, un échange, filmé devant la presse entre Allegri et « Taglia », le quatrième arbitre pose question. De même, Allegri a préféré miser sur le basket en interview d’après-match, lorsqu’il s’est retrouvé dans les cordes, face aux critiques d’un Ex-Nerazzurro : Daniele Adani. Traduction raccourcie de la vidéo : « C’était du bon travail » (Allegri) « Promis » Tagliavento. Ces deux déclarations « raccourcie » peuvent être sujette à plusieurs interprétations. Rizzoli doit intervenir On apprend également que Nicola Rizzoli a pris l’option de laisser une journée de championnat de repos à Daniele Orsato ou de l’envoyer s’occuper de la Var lors de la prochaine journée de Serie A. L’Inter a voulu réagir tête froide Ce dimanche, la Direction Interiste s’était donnée rendez-vous à Milan, après avoir revisionné le match, Luciano Spalletti, Piero Ausilio et Giovanni Gardini n’ont pu contenir leur calme. Une colère qui se fait également ressentir au niveau du Suning, car Jindong Zhang a très mal vécu la rencontre, A un point tel qu’un communiqué du club a été réalisé. Pour autant, l’Inter peut conserver 10% d’espoir de se qualifier pour la Champion’s, il faut espérer que la Lazio ne réalise pas un six sur six lors de ces deux prochains matchs. L’Inter, elle, devra réaliser un neuf sur neuf pour avoir l’espoir de jouer sa « Finale », un match où le vainqueur sera qualifié pour la Champion’s League. Pour se faire, l’Inter devra espérer un faux-pas de la Lazio, dont le match le plus dur sera face à l’Atalanta. La blessure de Ciro Immobile, qui est incertain également face à l’Inter, pourrait avoir une incidence sur cette incroyable fin de saison L’Inter et Le Napoli, même combat ? Maurizio Sarri, l’entraîneur du Napoli s’est également livré sur la rencontre à Sky Sport : "Le Napoli est l’équipe qui est revenu le plus souvent au score en Serie A, nous ne sommes donc pas une équipe de débiles. Il existe des arguments qui peuvent confirmer certaines théories. Vous connaissez le fond de ma pensée. Quoiqu’il en soit, aujourd’hui, le Napoli, a fait un très mauvais match. Mais certaines situations peuvent avoir d’importantes répercussions." Orsato ? Comment peut-on récupérer cette passion pour la Serie A ? "Je veux penser uniquement qu’au terrain. C’est qu’clair qu’en Angleterre, voir chaque année un champion différent te permet d’avoir plus d’affections pour les équipes de Premier League, il faut y réfléchir. Ici, la situation est très différente et le risque est de perdre des milliers de passionnés, car ils savent qu’ils n’auront aucune chance de titres et que des dés sont pipés à l’avance. Cette situation appauvri le système au final et cela appauvri également les « Riches » et se répercute également sur l’équipe nationale." Solidarité Nerazzurra Brozovic s’est fendu d’un message sur Instagram : pour lui, peu importe ce qu’il s’est passé lors du match, c’est bel et bien l’Inter qui en est ressortie victorieuse en disputant la rencontre, durant plus de 70 minutes en infériorité numérique, suite à une expulsion qui fait débat. Rafinha, qui est l’ultime joueur à être arrivé à l’Inter est tombé amoureux de l’Inter. La flèche de Cupidon porte la marque des Tifosi qui font preuve d’affection pour le joueur. Le brésilien souhaite continuer son aventure à Milan car il a compris ce sens d’appartenance unique qui n’appartient qu’à l’Inter et au groupe Nerazzurro : "À la suite d'un des derbys les plus électriques d'Italie, le footballeur brésilien a ressenti un amour très important envers sa personne. Et le Brésilien a tenu à renvoyer l’ascenseur aux Tifosi sur les réseaux sociaux : "En si peu de temps, je ressens un sentiment que je ne peux pas expliquer. Je suis Fier de faire partie de cette équipe, plus unis que jamais, je n’arrêterai jamais d’y croire." La déclaration de Rafinha a des implications qui vont au-delà d'une relation de plus en plus proche avec les Tifosi de l'Inter. Il représente une énième phrase qui démontre son attachement à l’Inter et sa volonté de rester à Milan, également au terme de la saison. Cette situation n'est pas du tout évidente compte tenu de la somme plutôt élevée exigée par le Fc Barcelone lors du transfert en Italie en janvier, néanmoins, l’Inter tentera de satisfaire Rafinha et, ce après le 20 mai. Le club commencera à traiter avec les Catalans pour étudier les formules possibles pour conserver le Brésilien à Milan. Ausilio l'a placé parmi les objectifs prioritaires de la prochaine saison et s'entretiendra avec Barcelone pour les convaincre de répondre aux besoins de l'Inter et de ceux de Rafinha qui se sent de plus en plus partie de la famille Nerazzurri. En fin de match, le Capitaine Mauro Icardi a fondu en larmes. Après avoir vu la victoire de l’équipe d’Allegri, cette image est très similaire à celle de Ronaldo le 5 mai 2002, période où l'attaquant n'a pas pu se retenir sa tristesse de voir un objectif fixé lui échapper, une similitude qui n’échappera à personne, puisqu’il s’agissait également de la dernière journée de championnat et que le match se tenait au Stadio Olimpico…Espérons juste, que cette fois-ci l’histoire finale sera différente : Ronaldo, Champion du Monde, allait signer au Real durant le Mercato estival qui avait suivi… Icardi, suite à ce match, s'est avéré être un vrai interiste, Il Capitano, un surnom qui, ces dernières années, pouvait seulement être attribué à Javier Zanetti.. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il a repris le brassard de Capitaine de notre Vice-Président, de notre Parrain, de Pupi. Le groupe a brillé samedi, même dans le drame. Icardi est resté seul sur le terrain avec Ivan Perisic pour recevoir une standing ovation des Tifosi. Icardi n’a pas eu honte de pleurer devant quatre-vingt mille personnes et des millions de fans qui suivaient son désir à la télévision. Paulo Dybala est allé le serrer dans ses bras et l’a soutenu également au retour au vestiaire…. C’est dans ce genre de moment qu’un joueur peut révéler sa vrai nature et Icardi a prouvé son amour pour l’Inter. Il l’a d’ailleurs toujours déclaré en public : "Porter le brassard du capitaine et jouer en Ligue des Champions avec Inter est le désir que j'ai toujours eu. » Rester Zen immédiatement en après-match La Direction Interiste a également pris la décision d’envoyer Steven Zhang, le Numéro deux du Club. Soyons réaliste, Erick Thohir n’en a plus rien à faire de l’Inter. Luciano Spalletti a été également envoyé pour les interviews. Il s’agit là d’une décision prise avec une grande lucidité, afin de pouvoir protéger les êtres humains que sont nos joueurs. En effet, le but était de protéger nos joueurs d’une déclaration à la Buffon lors du match de Madrid, car des sanctions similaires à celles de 1998 étaient à prévoir en cas de faux-pas…. L’Inter a fait le choix de laisser parler la presse et de faire gérer sa tension par Luciano Spalletti, notre entraîneur a d’ailleurs su se montrer adroit vis-à-vis des chroniqueurs de la Rai. Ces trois points de perdu laisse la Juventus s’envoler vers un septième Scudetti depuis une partie surréelle et remplie d’émotions : Des émotions qui traversent tout le peuple Nerazzurro mais qui confirme l’évidence : Il était écrit que l’Inter ne pouvait pas gagner ce match et ne devait surtout pas être capable d’arracher un point à la Juventus. Une vieille Dame qui voit un bien aigri Gianluigi Buffon, faire le show sur les réseaux sociaux. Joao Cancelo, de son côté a également brillé sur les réseaux sociaux : Enrico Varriale, chroniqueur sportif italien a également tenu à s’exprimer sur le Derby et sur le sort du Napoli : "Ce soir, j’ai vraiment tout vu et tout entendu. Du sang, de la discrimination lors de la faute Barzagli sur Icardi, qui aurait dû valoir un second avertissement au joueur turinois, et donc une expulsion. Pourquoi personne ne s’exprime sur le fait que Pjanic pas été exclu pour un double avertissement ? Pjanic, à plusieurs reprises aurait dû être expulsé. C’est normal que le Napoli a fini par céder, il était confronté à quelque chose que l’on ne sait pas combattre." NB : Le Napoli a d’ailleurs, pour une toute autre raison, disputé l’intégralité de son match face à la Fiorentina à 10 contre 11. Mourinho avait raison… En 2010, alors que l’Inter venait d’être sacrée Championne d’Europe, Josè Mourinho s’était entretenu une dernière fois avec Massimo Moratti. Lors de cette entrevue, le lusitanien avait déclaré "Ils vont vous faire payer pour ce que nous venons de réaliser". Réponse de Moratti : "Je sais". Huit ans plus tard, nous en avons la confirmation. Pour clôturer ce spectacle à la Scala, la Curva Nord pourrait être vidée de ses supporters pour deux rencontres. En effet, le Procureur Fédéral a accepté le fait de se pencher sur les épisodes découlant des échanges entre Matuidi et les Ultras de l’Inter. L’Inter était déjà « avertie » suite à un comportement similaire de ses Tifosi, au terme du match Inter-Napoli. L’Inter ne sera jamais la Juve, preuve en est, lorsque l’Inter dispute une Finale Européenne, elle, elle la gagne ! Piu Che Mai, Fiero d’Essere Interista ! Tableau Récapitulatif Résumé du match Réactions de Tramontana Inter 2-3 Rubentus Buteur(s) : 15’ D.Costa (J), 52’ Icardi (I) ,65’ aut Barzagli (J), 87’ Aut Skriniar (I), 89' Higuian(J) Inter (4-2-3-1): Handanovic; Cancelo, Skriniar, Miranda, D'Ambrosio (94’ Karamoh ) ; Brozovic, Vecino; Candreva, Rafinha ( 80’ Borja Valero), Perisic; Icardi (85’ Santon) Sur le banc : Padelli, Berni, Lisandro Lopez, Ranocchia, Dalbert, Eder, Pinamonti Entraineur : Luciano Spalletti Rubentus(4-3-3): Buffon; Cuadrado, Rugani, Barzagli, Alex Sandro; Khedira( 61’ Dybala), Pjanic( 80’Bentancur), Matuidi; Douglas Costa, Higuain, Mandzukic(65’ Bernardeschi). Sur le banc: Szczesny, Pinsoglio, Lichtsteiner, Benatia, Howedes, Asamoah, Marchisio Entraineur: Massimiliano Allegri Arbitre: Orsato di Schi(f)o Averti(s): 5’ Cuadrado (J), 15’Vecino (I), 21’ Pjanic (J), 45’Barzagli (J), 52’ Mandzukic (J), 57’ D’Ambrosio, 77’ Alex Sandro (J) Espulsé(s): 18’ Vecino (I) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Daniele Orsato, l’arbitre qui a conditionné le Derby d’Italie opposant l’Inter à la Juve, traverse actuellement des journées difficiles… En effet, à Recoaro, son lieu de résidence, l’arbitre vie actuellement sous tension. Comme le déclare le Corriere di Verona : “Les Orsato di Recoaro sont nombreux, géographiquement bien dissimulés et pratiquement introuvables, mais des milices de la haine, sont parvenu à retrouver sa trace. Le nom milice est important, car ce type de personne ne peut être associé au nom de Tifoso d’un quelconque club, que ce soit, l’Inter, le Napoli, ou autre. Dans ce lieu de résidence, on trouve une route qui se termine, une église, une boulangerie et une aire pour enfant où deux têtes blondes ont dû rentrer chez eux précipitamment, lorsque leur mère a réalisé qu’il y avait la présence de journalistes, qui n’avaient aucune idée de l’identité de ces derniers." Cette dernière, anxieuse, a déclaré : "Je suis l’épouse de Daniele Orsato et Non, je ne fais pas de déclarations. Je ne dirais rien" Avez-vous peur ? "Ne voyez-vous pas à quel point nous en sommes arrivés". Cette déclaration est réalisée en même temps qu’un geste rapide de ses mains, preuve qu’il y a bien une source d’angoisse, malgré le fait qu’il s’agisse d’un environnement paisible. Ici, apparemment, il n’y a rien à craindre, nous sommes dans les montagnes, il y a des prairies verdoyantes triomphantes, aucun véhicule. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes installés ici, si vous vous parlez à mon mari, je vous prie de patienter, ici, mais de rester dehors. L’arrivée d’Orsato Daniele Orsato vient soudainement de derrière, comme tout droit sorti de l’un de ces ravins que l’on peut croiser sur la route, il porte une vareuse bleue au couleur de l’Italie et pousse ses enfants à l’intérieur de son domicile. "Je suis bouleversé et je ne veux pas qu’ils s’en rendent compte." Si je suis inquiet ? "Téléphonez à la Fédération si vous avez des questions à me poser, je n’ai rien à déclarer. Orsato reprend la même gestuelle que son épouse pour montrer l’environnement : Vous ne voyez pas où nous vivons ?" Par téléphone, le Coordonnateur Rizzoli, ne souhaite pas s’exprimer d’avantage sur le sujet, mais il confirme également les craintes de ce qui est évident :"Il suffit de regarder comment vit Orsato." Remarque : il n’y a aucune personne ici, sinon des amis de la Famille Orsato, qui se sente menacé par ce nuage de haine qui perce l’idylle d’un village qui voit sa sérénité en prendre un coup. Néanmoins Des policiers ont été mis en place et assurent un service discret mais attentif de vigilance, de patrouille, parfois, ils vont même à faire le tour de la région. Le football n’est qu’un sport, certes, le Derby d’Italie fait couler beaucoup d’encres et en fera encore couler, mais en aucun cas un match de football ne peut faire couler une quelconque goutte de sang. Le comportement de ces énergumènes ne peut être tolérable et toléré, ces derniers sont plus à étiqueté d’hooliganisme. Mais face à ce genre d’énergumènes, hélas Daniele Orsato, a donné, un motif, un bâton pour se faire battre, à savoir un arbitrage controversé dans le match « maudit » de la Serie A. Pour arbitrer un Derby d’Italie, il faut en avoir et savoir se faire respecter, voir être déjà respecté. Ce n’est peut-être pas pour rien qu’à une époque, les arbitres désignés étaient du niveau de Pierluigi Collina…. Le Corriere della Sera, qui confirme le quotidien de Vérone, Orsato s’est réfugié en Famille et cherche à rester à son domicile. "Pourtant Orsato reste un arbitre de qualité en Italie, il sait au fond de lui qu’il s’est loupé, samedi soir en n’expulsant pas Pjanic. La confirmation est d’ailleurs arrivée de la Direction de l’AIA, l’association italienne des arbitres." Pour cette dernière, il est conseillé de laisser Orsato au repos pour la prochaine journée, ou de l’envoyer à la Var. Il semble par contre extrêmement compliqué qu’il soit désigné comme arbitre principal pour les affiches Roma-Juve de la 37ème journée de Série A et également de la dernière rencontre Lazio-Inter. Orsato aura très certainement besoin de repos, lui qui sera de la partie au Mondial en Russie : La FIFA a diffusé la liste des arbitres retenus exclusivement pour gérer la Var, qui fera ses grands débuts en Coupe du Monde. Parmi les 13 arbitres désigné, on y retrouve : Massimiliano Irrati, Daniele Orsato et Paolo Valeri. Le seul arbitre de terrain italien, mais qui pourrait être également désigné à se retrouver à la Var, se nomme Gianluca Rocchi, il sera assisté des juges de ligne : Elenito Di Liberatore et Mauro Tonolini. ®Antony Gilles – Internazionale.fr