Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'danilo d’ambrosio'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2021/2022
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. 20 ans après Vratislav Greško, un nouveau joueur peut rentrer dans le livre des plus sombres histoires de l’Inter, son nom ? Ionut Radu auteur de l’impardonnable, ce mercredi 27 avril 2022 à la 81,’ d’une faute professionnelle scandaleuse pour un joueur de ce niveau, une erreur qui peut coûter très cher à l’Inter: Le Scudetto. Sur un terrain hostile qui avait vu la Juventus et le Milan Ac se casser les dents, Ivan Perisic parvient pourtant à ouvrir le score dès la troisième minute de jeu. Sur sa première réelle occasion après une demi-heure de domination Nerazzurra, Arnautovic permet à Bologne de revenir au score à la 28’. En seconde période, l’Inter joue à se faire peur en faisant le forcing devant le but de Skorupski, auteur lui d’un arrêt cinq étoiles sur une reprise de Joaquin Correa. Toutefois, à chaque ballon perdu, des contre-attaques qui auraient pu s’avérer destructrices étaient offertes à l’adversaire du soir. Place enfin au tournant de la saison, cette 81’ où suite à une remise en jeu, Ivan Perisic décide de jouer vers l’arrière et si Stefan De Vrij laisse passer le ballon (s’agit-il d’un manque de communication ?) Ionut Radu reçoit le ballon entre ses pieds, Nicola Sansone pourtant à bonne distance "ne presse pas" le portier roumain qui, de son pied gauche se toile totalement et rate sa passe vers Danilo D’Ambrosio, si le ballon n’a aucune "force" le doute est permis quant à savoir si avec plus de puissance il aurait fini dans les filets interistes sans l’intervention de l'attaquant italien qui ne ratera absolument pas l’immanquable et permettra à Bologne de remporter trois points. Les Felsini ont joué le jeu, un jeu honnête sans trop déranger le remplaçant de Samir Handanovic, mais à dix minutes de la fin, celui-ci a commis une faute impardonnable, peu importe l’issue du championnat 2 points de retard à 4 journées de la fin n’est en rien insurmontable, le Scudetto peut même se jouer lors de la dernière journée de Serie A, mais le modus operandi est simple : L’Inter, si elle veut être sacrée Championne d’Italie devra, à minima, avoir un point de plus que l’Ac Milan, dans le cas contraire, la seconde étoile ne sera qu’un doux rêve caressé tout au long de la saison La déclaration qui fait mal "J’espère que Maldini va m’appeler pour me remercier et qui sait me proposer un prêt l’année prochaine pour que je puisse disputer la Ligue des Champions." En espérant, à présent, que Gianluca Scamacca, cible prioritaire de l’Inter en attaque, puisse faire mordre la poussière à l’Ac Milan "histoire" de lui renvoyer l’ascenseur. Simone Inzaghi a également eu le courage de se présenter en conférence de presse car, la faute professionnelle de Radu ne peut en aucun cas lui être imputable "Il y a de la déception, c’est normal après une défaite comme celle-ci. L’état d’esprit n'est évidemment pas le meilleur, Radu a fait une erreur comme cela peut m'arriver ou peut à un autre joueur. Évidemment, quand un gardien de but fait une erreur, l'erreur est plus évidente. "C'est une défaite qui pique mais nous devons réagir immédiatement. Dans trois jours, nous avons un autre match, puis trois autres rencontre avec la Finale de la Coppa Italia entre les deux. Nous devrons affronter les derniers matchs de la meilleure façon possible, même si nous savons que nous ne sommes plus maîtres de notre destin". "Le but d'Arnautovic nous a pénalisé, il est arrivé lors d’une bonne période pour nous. Nous avons eu une approche parfaite, le seul problème a été de ne pas marquer le deuxième but, l'inertie du jeu était de notre côté et nous aurions pu éviter leur but. C'est une négligence dont nous avons payé le prix fort et vous ne pouvez pas permettre cela avec un tel enjeu. En deuxième mi-temps, nous nous sommes bien approchés, pendant 15-20 minutes nous avons fait de belle choses, puis malheureusement nous sommes devenus un peu nerveux parce que nous n'arrivions pas à trouver le chemin du but. Puis, il y a eu cette faute de Radu qui a affecté la fin de match." "C'est une faute qui mal, un coup d’arrêt qui nous pénalise, c'est normal. Mais nous devons aller de l’avant en sachant que nous sommes derrière. Nous avions tout en main et maintenant nous devons courir. Nous avons déjà été derrière au classement, , mais maintenant nous avons l’obligation de gagner tous nos matchs." Pour cette prochaine journée de championnat, le Milan Ac recevra à 15h00 la Fiorentina tandis que l’Inter jouera au Friouli pour défier l’Udinese Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Bologne 2-1 Inter Buteur(s) : 3' Perisic (I), 28' Arnautovic (B), 81' (Radu) Sansone (B) Bologne: 28 Skorupski; 5 Soumaoro, 17 Medel, 6 Theate; 29 De Silvestri, 32 Svanberg, 30 Schouten (67' 8 Dominguez), 21 Soriano (67' 20 Aebischer), 3 Hickey; 9 Arnautovic (87' 7 Orsolini), 99 Barrow (77' 10 Sansone) Banc: 22 Bardi, 2 Binks, 4 Bonifazi, 14 Viola, 15 Mbaye, 19 Santander, 55 Vignato, 71 Kasius T2: Emilio De Leo Inter: 97 Radu; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (70' 33 D'Ambrosio); 2 Dumfries (80' 36 Darmian) 23 Barella (63' 7 Sanchez), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu (80' 5 Gagliardini), 14 Perisic; 10 Lautaro Martinez, 19 Correa (63' 9 Dzeko) Banc: 1 Handanovic, 21 Cordaz, 8 Vecino, 13 Ranocchia, 38 Sangalli, 47 Carboni, 95 Bastoni T1: Simone Inzaghi Arbitre: Doveri VAR: Fabbri Averti(s) : Inzaghi (I), Arnautovic (B), Dumfries (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. A travers un communiqué sur son site inter.in, le Club Champion d’Italie a officialisé la prolongation de Marcelo Brozovic: "Le FC Internazionale Milano annonce être parvenu à un accord pour la prolongation du contrat du joueur Marcelo Brozovic : le milieu de terrain né en 1992 sera Nerazzurro jusqu'au 30 juin 2026." Analyse de Calcio&Finanza Le joueur qui était auparavant en fin de contrat au 30 juin 2022 voit son aventure se prolonger de quatre années. S’il va au terme de son nouveau contrat, Marcelo Brozovic aura donc 34 ans à l'expiration de celui-ci ! Cette annonce était attendue depuis très longtemps et elle était de plus en plus dans l’air ces derniers jours. A présent, parmi les joueurs en fin de contrat au 30 juin 2022, on retrouve: Samir Handanovic (salaire actuel 3,2 millions d’euros) Ivan Perisic (salaire actuel 5 millions d’euros) Matias Vecino (salaire actuel 2,5 millions d’euros) Danilo D’Ambrosio (salaire actuel 2 millions d’euros) Arturo Vidal (salaire actuel 6,5 millions d’euros avec une option pour être prolongé jusqu’au 30 juin 2023) Aleksandar Kolarov (salaire actuel 1,5 millions d’euros) Andrea Ranocchia (salaire actuel 1,8 millions d’euros) Alex Cordaz (salaire actuel 0,15 millions d’euros) Un salaire de Crocodile Le milieu de terrain croate est arrivé à l’Inter en Janvier 2015 en provenance du Dinamo Zagreb via un prêt avec une obligation d’achat. La valeur historique que représente le joueur sur les comptes équivaut à présent à 5,7 millions d’euros. En paraphant son nouveau contrat, Brozovic percevra 6,5 millions d’euros par saison, soit une nette augmentation comparé au 3,5 millions d’euros repris dans son précédent contrat. Au niveau des finances de l’Inter, celui-ci représentera un coup de 12 millions d’euros brut sur base du nouveau salaire perçu! Une prolongation bien plus que méritée ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Tout ce dont vous devez savoir avant le match de dimanche soir. Milan - Les Nerazzurri feront face au Torino ce dimanche à 20:45, dans le cadre de la 29ème journée de Série A. Leur dernière rencontre était le 22 Décembre, un match qui a clôturé l'année 2021 de l'Inter par une victoire, grâce à un but décisif de Denzel Dumfries à la 30ème minute de jeu à Giuseppe Meazza. Rencontres précédentes Il y a eu 155 matchs entre les deux équipes. L'Inter mène au nombre de victoire, avec 70 matchs remportés. Le Torino compte quant à lui 36 victoires. Il y a également eu 49 matchs nuls. Seule la Juventus, avec 74, a plus de victoires contre le Toro en Série A. Plus récemment, l'Inter a remporté les 5 dernières confrontations, ainsi que 12 des 17 derniers matchs à l'extérieur, perdant seulement 2 fois et concédant le nul 3 fois. Formes L'Inter arrive à Turin avec une victoire 5-0 contre Salernitana à leur actif. Ils comptent 58 points après 27 journées. Sur leur route, les Nerazzurri ont glané 3 points lors de leurs 3 derniers déplacements, faisant matchs nuls contre l'Atalanta, le Napoli et le Genoa. L'équipe de Simone Inzaghi a concédé seulement 2 buts lors de leurs 8 derniers matchs à l'extérieur en Série A. En fait, depuis début Octobre, aucune équipe dans les 5 championnats majeurs a encaissé moins de buts (6) et obtenu plus de clean sheets (6) hors de leurs stade que l'Inter. Le Torino, pendant ce temps, reste sur un match nul et vierge contre Bologne. Les hommes d'Ivan Juric n'ont pas connu la victoire lors de leurs 6 derniers matchs, avec 3 nuls et 3 défaites. La dernière fois qu'is ont connu une si longue série sans victoire, c'était en Décembre 2020, sous Marco Giampaolo : 8 matchs sans victoire. Leurs résultats contre les meilleures équipes ne sont pas plus réjouissants, ayant perdu 1-0 chacun des trois matchs qu'ils ont joués contre une équipe du top 2 cette année. Note plus positive, le Toro a trouvé le chemin des filets lors de leurs 10 derniers matchs de Série A à domicile, marquant 20 buts au total, soit environ 2 par match. Ils n'ont pas dépassé ce chiffre en une saison depuis Décembre 2018. Statistiques générales Le Torino a la plus grande différence (+14) entre les points obtenus à domicile (24) et à l'extérieur (10) en Série A cette année. La rencontre oppose l'équipe avec le record de point obtenus après avoir été menée, contre l'équipe avec le pire score. L'Inter est allé chercher 17 points depuis une position perdante, alors que le Torino n'en a pris que 4. En revanche, en ce qui concerne la défense, seul Naples (8) a encaissé moins de buts que le Torino (10) avant le coup de sifflet de la mi-temps, tandis que l'Inter (9) a le meilleur bilan défensif de la Serie A en deuxième mi-temps. Focus sur les joueurs Lautaro Martínez a été directement impliqué dans cinq buts lors des cinq derniers matches contre le Torino en championnat, avec quatre buts pour lui et une passe décisive. Il n'y a que contre Cagliari qu'il a un meilleur bilan en première division Italienne, avec sept contributions. Si l'attaquant argentin venait à marquer, il deviendrait le cinquième joueur de l'Inter (depuis le début de la victoire à 3 points) à faire trembler les filets lors de trois matchs consécutifs à l'extérieur contre un même adversaire. Il a marqué en déplacement contre le Toro du 23 novembre 2019 au 14 mars 2021. Les seuls autres joueurs à avoir réalisé cette prouesse depuis sont Christian Vieri (contre Pérouse), Álvaro Recoba (contre Empoli et contre la Reggina), Ivan Perišić (contre la Fiorentina) et Mauro Icardi (contre Cagliari). Pour Edin Džeko, en revanche, la rencontre a été moins fructueuse. De toutes les équipes qu'il a affrontées au moins 10 fois, le Torino est l'un des trois adversaires, avec la Lazio et la Juventus, où il a été impliqué dans le moins de buts (4 au total, avec 3 buts et 1 passe décisive). Nicolò Barella a le plus grand nombre de passes décisives dans le jeu (9) dans les cinq grands championnats européens cette année. Florian Wirtz, Sergej Milinkovic-Savic et Paul Pogba sont juste derrière lui, avec 8. Il pourrait devenir le premier joueur de l'Inter à atteindre les 10 passes décisives en championnat avant la 30e journée depuis 2004/05. Dans le même idée, Hakan Çalhanoğlu est le joueur qui a délivré le plus grand nombre de passes décisives sur coups de pied arrêtés, soit 6 depuis le début de la saison. Si l'on compare avec les autres gardiens de but ayant au moins 25 apparitions en Série A cette saison, Samir Handanović a le meilleur pourcentage d'arrêts, de 77 %. Vanja Milinkovic-Savic est deuxième avec 62%, et Lorenzo Montipò, qui suit de près, avec 61%. Milan Škriniar fera sa 200e apparition en Série A depuis ses débuts en championnat le 24 avril 2016 contre la Sampdoria. En défense, seul Francesco Acerbi a disputé plus de matchs de première division (205). C'est lors de la rencontre à l'aller, en Décembre, que Denzel Dumfries a inscrit son dernier but en championnat. De tous les défenseurs des cinq grands championnats européens, c'est celui qui a touché le plus de ballon dans la surface de réparation adverse (92). Le Torino est la seule équipe contre laquelle Federico Dimarco a marqué plus d'un but en Série A, les deux ayant été inscrits en 2021 pour Vérone sous la direction d'Ivan Juric (le 6 janvier et le 9 mai). Alexis Sánchez a obtenu son plus grand nombre de passes décisives contre une équipe dans cette confrontation, avec 5 en 6 rencontres. Le Chilien a également marqué lors de la rencontre du 22 novembre 2020. C'est contre le Toro que Stefan De Vrij a inscrit son tout premier but avec l'Inter, en Août 2018. Danilo D'Ambrosio, quant à lui, affrontera son ancienne équipe, avec laquelle il a fait 42 apparitions et marqué 4 buts en championnat lors des saisons 2012/13 et 2013/14. Matteo Darmian est également passé de l'autre côté du terrain, puisqu'il a disputé 100 matchs de championnat pour le Toro entre 2012 et 2015, marquant 2 buts. DÉTAILS DISCIPLINAIRES Suspendu : Torino : N/A Inter : N/A À un avertissement d'une suspension : Torino : Aina, Buongiorno, Djidji, Pobega Inter : Lautaro Martínez, Vidal ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter.it
  4. Simone Inzaghi s’est livré à DAZN sur la période trouble qui a frappé l’Inter de plein fouet en ce mois de février. Que vous-a-t ’il manquer pour rentrer à la maison avec les trois points ? "Je pense aux faits de jeu, nous aurions pu mieux aborder les vingt premières minutes, nous avons concédé durant cette période une occasion au Genoa, puis, nous avons pris la mesure sur un terrain toujours difficile à jouer. En seconde période, vu ce que nous avons créé comme occasions, nous aurions mérité un but. En ce moment, les faits de jeu ne nous sont pas favorable, nous devons faire plus car face à Sassuolo et au Genoa, nous avons tiré une quarantaine de fois au but sans marquer, nous sommes encore la meilleure attaque, mais nous devons faire plus." Dzeko a parlé de fatigue mentale... "Il peut y en avoir car les déplacements s’accumulent, les mise au vert…. Face à Sassuolo, nous avons couru plus qu’eux, mais nous avons mal couru. L’équipe est physiquement bien, c’est très probable qu’il y ait de la fatigue mentale, mais nous devons continuer. Cela fait quatre matchs que nous ne gagnons plus, nous étions habitué à autre chose, je dois chercher à bien analyser le tout et à travailler bien plus." Y-a-t ‘il aussi un peu de fatigue physique ? "Je pense que oui, le Genoa jouait souvent long, les équipes se sont un peu étirées, ce n’étais pas simple, mais mis à part les vingt première minutes, nous proposions une possession de balle de 72% et nous avions obtenus 14 corner à rien, nous avons tiré non-stop, il ne manquait que le but. C’est la troisième partie où l’on n’y arrive pas, nous devons être meilleur pour que les faits de jeu tournent en notre faveur." Y-a-t ‘il quelque chose qui vous inquiète ? "Oui et le fait de tirer 40 fois au but sans marquer m’inquiète clairement. Aujourd’hui, nous n’avons rien concédé, nous avons réalisé une belle prestation défensive, aussi via nos attaquants. Mais nous devons être bon pour marquer et reprendre du bon pied. L’occasion de D’Ambrosio est retentissante, mais en ce moment, nous n’y parvenons plus, nous devons faire plus." Est-ce seulement une question que cela aille à nouveau en votre faveur ou est-ce que quelque chose ne va plus ? "Je serai bien plus inquiet sans création d’actions. Entre Sassuolo et le Genoa, nous avons créé énormément, mais nous devons avoir plus de lucidité dans la dernière passe, comme lorsque nous étions parvenu à le faire auparavant, on y travaille quotidiennement pour y parvenir." Lautaro était-il sur le banc à la suite d’un Turnover ? "Je pense bien, comme c’était le cas pour Skriniar et les autres. Depuis le 20 août, nous jouons tous les jours, je dois donc chercher à alterner, quand cela m’est possible, mes joueurs." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Une nouvelle occasion de reprendre la tête de balancée, un retour dans la course au titre de la Juve et une seconde place obtenue dans les dernières secondes par le Napoli : Cette 27ème journée de championnat a clôturé un mois de février cauchemardesque! Et si Simone Inzaghi doit se rendre compte, qu’ici ce n’est pas la Lazio, ce n’est pas faute pour les Nerazzurri de ne pas avoir essayé! Selon Sky Calcio Club, qui a analysé l’attaque entre les équipes du Top 3, on note une importante différence entre l’Inter du premier tour et l’Inter actuelle. Pour le premier tour, sur les 49 buts inscrits, les attaquants en ont marqué 25 avec un pourcentage de 51,02%. Sur la phase retour actuel, sur 6 buts réalisés, les attaquants en ont marqué 2 avec un pourcentage de 33,33%. L'équipe d'Inzaghi est l'équipe qui dispose d'une dépendance fondamentale de la part de ses attaquants, eux "absents", elle s'est mise en difficulté. Les deux derniers matches contre Sassuolo et le Genoa sont emblématiques. Face à l'équipe de Dionisi, les Nerazzurri ont tiré 29 fois. Contre le Grifone, 21 tirs ont été effectués, mais aucun but n'a été marqué dans les deux cas. Si les attaquants sont muets, Danilo D’Ambrosio avait eu la meilleur occasion en touchant du bois sur un corner. De son côté, le Genoa a su résister aux assauts jusqu’à parvenir à mettre hors-jeu une équipe qui n’est plus que l’ombre d’elle-même! Place à présent au Derby Della Madonnina ce mardi pour la manche aller de la demi-finale de la Coupe d’Italie, mais surtout la réception, ce vendredi, de la Salernitana où marquer et l’emporter va s’avérer impératif, surtout pour mettre la pression sur le Milan et le Napoli qui s’affronteront……et garder une Juventus retrouvée via le recrutement de Dusan Vlahovic à distance! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Genoa 0-0 Inter Buteur(s): / Genoa : 57 Sirigu; 36 Hefti, 52 Maksimovic (53' 50 Cambiaso, 61' 16 Calafiori), 55 Ostigard, 15 Vasquez; 27 Sturaro, 47 Badelj; 11 Gudmundsson (82' 8 Amiri), 10 Melegoni, 90 Portanova (82' 65 Rovella); 45 Yeboah (61' 91 Kallon) Banc: 1 Semper, 22 Marchetti, 18 Ghiglione, 23 Destro, 32 Frendrup, 33 Hernani, 99 Galdames T1: Alexander Blessin Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio (87' 88 Caicedo), 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries, 23 Barella (83' 8 Vecino), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (74' 22 Vidal), 14 Perisic (83' 32 Dimarco); 9 Dzeko, 7 Sanchez (74' 10 Lautaro Martinez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 13 Ranocchia, 36 Darmian, 37 Skriniar T1: Simone Inzaghi Arbitre: Daniele Chiffi VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Perisic (I), Blessin (G), Ostigard (G) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Face à Sassuolo son absence s’était faite ressentir, comme ce fut le cas face à Empoli. En effet, arrivé en 2014, Marcelo Brozovic avait été recruté pour évoluer au poste de Trequartista dans l’Inter de Roberto Mancini. S’il n’y avait pas trouvé sa place, l’arrivée de Luciano Spalletti qui l’avait recadré devant la défense a fait de lui un joueur, LE joueur essentiel de l’Inter. Révélations de Sky Sport "Il dicte le tempo de l’équipe, il est extrêmement capable de conserver le ballon même sous pression, il cherche toujours la meilleur solution, il cherche à permettre à l’équipe de réaliser le saut de qualité. Si Spalletti lui avait permis de s’exprimer d’une nouvelle façon sur le terrain, Antonio Conte l’avait aidé à trouver sa détermination et une continuité de rendement, faisant de lui un joueur extrêmement fiable." "Les statistiques font état d’une présence en constance augmentation, de quelques buts en moins, mais d’un impact sur le terrain toujours plus fort. Et lorsque l’on repense que tout a commencé lors d’une partie où il avait été sifflé au Giuseppe Meazza, où il avait dû présenter ses excuses au Peuple Nerazzurro le jour de la Saint-Valentin, il faut reconnaître la particularité de cet amour lié au croate. Et même lorsqu’il était sur le point de partir, il décidait finalement de rester." "Marcelo Brozovic fait, à présent, parti des "Sénateurs", soit des joueurs qui comptent le plus de présences dans l’équipe depuis des années. Si Samir Handanovic a disputé 423 matchs sous le maillot Nerazzurro, Brozo, qui en a disputé 275, occupe la seconde place de ce podium. Parmi les joueurs "en mouvement" sur le terrain, on retrouve après lui Danilo D’Ambrosio (248 matchs) et Ivan Perisic (238 matchs)." "Pour Simone Inzaghi, Marcelo Brozovic est irremplaçable, c’est d'ailleurs un joueur qui n’a pas de remplaçant au Club, et comme l’a souligné Giuseppe Marotta, la prolongation de son contrat sera très rapidement annoncée: Ll’histoire d’amour avec l’Inter est amenée à perduré au moins jusqu’au 30 juin 2026. Après avoir ressenti qu’il manquait tant aux interistes, la Brozo-Dépendance semble être désormais une bonne et juste chose pour les tifosi : Soit une prolongation actée et extrêmement méritée." Selon vous, est-ce que l’Inter est, plus que jamais comparé notre passé, dépendante à ce point d’un seul et unique joueur ? Marcelo Brozovic mériterait-il selon vous le brassard de Capitaine ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Milan Skriniar s’est livré à Sport Mediaset suite à la qualification de l’Inter pour les demi-finales de la Coupe d’Italie: "Sanchez a vraiment marqué un très beau but, cela nous a aidé à tuer le match. Pour nous, c’était important de bien gérer la rencontre et de la tuer dès que la bonne occasion s’est présentée, comme nous l’avons fait." Le sauvetage sur Zaniolo ? "J’ai vu le but vide et j’ai tenté de rattraper le ballon, par chance je l’ai repris même si au final, il y avait hors-jeu, mais à ce moment-là, je ne le savais pas, c’est pour cela que j’y suis allé. Nous avons vécu trois journées difficiles, mais cette équipe de la Roma a également prouvé sa valeur. Nous avions besoin de cette victoire pour continuer à avancer en Coupe d’Italie. C’était notre objectif et maintenant d’autres matchs important nous attendent." Etes-vous excédé par les critiques ? "J’estime que nous réalisons une saison plus que bonne, nous sommes satisfaits. Nous devons continuer à travailler en nous donnant toujours plus." Danilo D’Ambrosio "J’ai dit à Skriniar à quel point il est fort, il n’y a rien de nouveau. Ce n’est pas facile de se montrer prêt, mais le plus important est de toujours s’entraîner à 100%. Nous sommes une équipe composé de joueurs forts, d’hommes qui connaissent leurs qualités humaine et footballistiques. Être critiqué fait partie du jeu, nous en avons l’habitude ici à l’Inter, surtout ceux qui sont ici depuis des années." "On se recentre sur nous-même, nous avons un parcours à suivre. Il y avait de l’amertume pour un Derby perdu d’une façon imméritée, mais nous ne nous serions même pas contenté d’un match nul, car notre mentalité nous porte toujours à viser la victoire." Le Napoli ? "Ils ont eu toute la semaine pour se préparer à cette grande affiche, nous allons seulement y penser à présent." La Juventus ? "Je ne l’ai pas regardé, j’étais avec mes enfants. Vlahovic vaut ce qui a été déboursé pour lui, ils avaient déjà des individualités fortes et ils ont ajouté un joueur de qualité qui sait marquer." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Dans ce choc de la 22ème journée de Série A, l'Inter avait l'occasion de prendre une petite avance sur son dauphin, tandis que l'Atalanta pouvait se décrocher d'une Juventus menaçante pour le top 4. Et malgré les deux meilleures attaques de Série A, la Beneamata et la Dea se sont neutralisées. Du côté de l'Inter, plusieurs changements par rapport à la victoire en Super Coupe d'Italie. Danilo D'Ambrosio prend la place de Stefan De Vrij, faisant basculer Milan Škriniar dans l'axe de la défense; Matteo Darmian remplace Denzel Dumfries et le héros de mercredi, Alexis Sánchez, remplace Lautaro Martínez. Du côté de l'Atalanta, de nombreux absents sont à noté : Duvan Zapata, Robin Gosens, Joakim Maehle, Rafael Toloï ainsi que Ruslan Malinovski. Dès le début du match, on voit une physionomie qui va être quasiment la même durant tout le match. L'Inter tente d'attirer l'Atalanta jusqu'à la surface de Samir Handanović, tandis que l'Atalanta bloque parfaitement les relances Nerrazzuri. Dans les premières minutes, l'Atalanta ne voit pas le ballon, et attends même plus de 5 minutes pour avoir sa première phase de possession. L'Inter tente de perforer cette équipe Bergamasque, avec de nombreuses permutations au milieu, entre Hakan Çalhanoğlu, Nicolò Barella et Marcelo Brozović. Les Interistes ne sont pas dangereux, mais certaines imprécisions techniques les mettent en danger. Par ailleurs, la pelouse du Gewiss Stadium de Bergame ressemblait plus à une grande patinoire verte qu'à un terrain de foot. Brozović et Alessandro Bastoni en ont fait les frais, mais heureusement, sans danger. La première occasion de ce match vient d'un exellent centre de Brozović, depuis la ligne de touche, pour Edin Džeko. Le Bosniaque ne parvient pas à rabattre ce ballon, qui s'envole au dessus des montants de Juan Musso. L'on sent la pression de l'enjeu sur le contenu de la partie, les deux équipes rechignant à prendre des risques. Le match est lent, l'Inter a le ballon, mais est considérablement gênée par le marquage individuel et le pressing de l'Atalanta. Malgré cela, le match va un petit peu s'accélérer à la demi-heure de jeu, avec deux occasions de Sánchez et Džeko, les deux hors cadre. Matteo Pessina teste ensuite Samir Handanović de la tête, sans succès. L'arbitre de la rencontre Davide Massa siffle la fin de cette première période. Les deux équipes rentrent aux vestiaires avec le sentiment que tout reste à faire. Pas de changement à la pause, les mêmes 22 acteurs reviennent sur la pelouse. Et cette fois-ci, le match va redémarrer un peu plus fort. Remo Freuler s'essaie de loin, mais sa frappe est trop sur le portier Nerrazzuri. Puis vient la plus grosse occasion du match. Pessina se présente en face à face avec Handanović, quasiment dans les 5,50 mètres. Et c'est bien le Slovène qui va remporter ce duel, avec un superbe arrêt au sol. S'en suit une nouvelle tête, encore au dessus, de Pessina. L'inter est un peu sonnée par cette reprise, et met du temps à se reprendre. L'on a la sensation que les Nerrazzuri ne sont jamais réellement rentrés dans leur match. À la 59', Džeko tente une frappe angle fermé, un jeu d'enfant pour Juan Musso. Le Bosniaque n'est pas dans son meilleur jour. Il loupe quasiment tous ses ballons offensifs. Sauf à l'heure de jeu, où il déborde sur Freuler, au physique, pour ensuite adresser un centre vers Matteo Darmian. Mais un excellent retour de German Pezzella sauve la Dea et Musso, totalement battu. Simone Inzaghi effectue ses premiers changements à la 66' : Çalhanoğlu, Sánchez et Darmian sortent respectivement pour Arturo Vidal, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Le Néerlandais réalise une bonne entrée, en proposant davantage de solution offensive que son homologue Italien. À la 70', et après un superbe centre de Barella, Dumfries remise parfaitement dans l'axe vers Edin Džeko. Et alors qu'il est seul face au but, il trouve le moyen de mettre ce ballon au dessus. Les changements ont, momentanément, fait beaucoup de bien à l'Inter. À un quart d'heure du terme, c'est Vidal qui tente sa chance aux 16,50 mètres. Juan Musso se montre vigilant et sort ce ballon. L'Atalanta termine ensuite la rencontre tambour battant. La tête de Mario Pasalić est contrée in-extremis par Danilo D'Ambrosio, et sortie en corner. Et à la 81', Luis Muriel s'échappe seul vers le but Interiste, avec l'espoir de clôturé ce match. Mais c'est sans compter sur l'immense Samir Handanović, qui remporte à nouveau son face à face. Le véritable homme du match côté Nerrazzuri. Sur le corner suivant, Merih Demiral tente une reprise, en vain. La frappe passe largement à côté des filets. Inzaghi sort alors sa dernière cartouche de sa poche : Il Toro Lautaro Martínez, ainsi que Stefan De Vrij. Ils prennent la place de Džeko et Bastoni. Pasalić tente pour la dernière fois d'inquiéter Handanović, mais sans succès. Le Slovène fut absolument impérial. La balle de match vient à la 89' : grâce à la superbe inspiration de Barella, D'Ambrosio est trouvé seul face à Juan Musso. Mais bien malheureusement, il croque complètement cette occasion, en envoyant une frappe devisée dans le petit filet. L'Inter tente d'arracher la victoire dans les derniers instants, mais il est trop tard. Davide Massa siffle la fin de cette rencontre. L'Inter prend malgré tout un bon point, et se contentera du nul. Un nul finalement très juste tant les statistiques des deux équipes sont similaires. L'Atalanta de son côté, voit la Juventus revenir dangereusement sur cette 4ème place. Rendez-vous mercredi, 21h00, pour la réception d'Empoli, en 8ème de finale de coupe d'Italie, avant d'accueillir Venezia, samedi à 18h00. Tableau récapitulatif Atalanta 0 - 0 Inter Buteur(s): / Atalanta (3-4-2-1): 1 Musso; 28 Demiral, 6 Palomino, 19 Djimsiti; 11 Freuler, 15 De Roon, 7 Koopmeiners, 13 Pezzella; 32 Pessina (78' 59 Miranchuk), 88 Pasalić (90' 77 Zappacosta); 9 Muriel (86' 99 Piccoli) Banc: 59 Miranchuk, 57 Sportiello, 46 Cittadini, 99 Piccoli, 48 Panada, 45 Zucon, 77 Zappacosta, 42 Scalvini, 31 Rossi Entraîneur: Gian Piero Gasperini Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni (83' 6 De Vrij); 36 Darmian (66' 2 Dumfries), 23 Barella, 77 Brozović, 20 Çalhanoğlu (66' 22 Vidal), 14 Perisić; 9 Džeko (82' 10 Martínez), 7 Sánchez (67' 19 Correa) Banc: 32 Dimarco, 2 Dumfries, 10 Lautaro Martínez, 11 Kolarov, 5 Gagliardini, 6 De Vrij, 22 Vidal, 12 Sensi, 8 Vecino, 97 Radu, 13 Ranocchia, 19 Correa Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre : Davide Massa VAR : Di Paolo Averti(s): 37' De Roon (A), 42' Brozović (I), 62' Çalhanoğlu (I), 84' Palomino (A) Exclu(s): / Internazionale.fr ~ © Aurios-Inter
  9. Il y avait beaucoup d'occasions mais aucun but à Bergame alors que le match a vu l'Atalanta et l'Inter faire un match nul. Les Nerazzurri n'ont pas réussi à en faire une neuvième victoire consécutive en championnat. Cependant, ils ont réussi à faire une clean-sheet pour un cinquième match à l'extérieur en Serie A. L'entraîneur adjoint de l'Inter, Massimiliano Farris, a donné son avis après le match: "Simone n'a toujours pas retrouvé sa voix après la victoire de la Super Coupe mercredi, alors il m'a demandé de le remplacer dans les interviews. Ce soir, nous avons essayé de trouver de l'espace devant en construisant de l'arrière. Nous sortions de 120 minutes extrêmement difficiles et éprouvantes contre une équipe de la Juventus très physique. Dépenser tant d'énergie physique et mentale pour ensuite affronter l'Atalanta avec trois jours d'intervalle n'allait jamais être facile. Nous sommes satisfaits de notre performance, mais nous sommes un peu déçus compte tenu du nombre d'occasions que nous avons eues. Cela étant dit, nous devons donner du crédit à nos adversaires qui sont une grande équipe." "Pendant le match, nous avons réussi à garder le ballon pendant plusieurs minutes. C'est ce que nous visons même si nous ne voulons pas avoir le ballon et ne rien en faire. Nous arrivons à nous adapter aux situations et aussi améliorer notre mouvement avec nos défenseurs. Nous avons une grande confiance en nos capacités, quelle que soit la qualité de nos adversaires. Il y a une grande solidarité et une prise de conscience. Nous sommes satisfaits de ce que nous avons fait jusqu'à présent. Mais nous voulons continuer dans cette direction car il y a beaucoup de grandes équipes." Son 200e match de Serie A sous le maillot de l'Inter aurait pu être couronné d'un but crucial car à la 90e minute face à l'Atalanta. Danilo D'Ambrosio a eu l'occasion d'arracher la victoire. Les trois points n'étaient pas au rendez-vous mais c'est quand même un match nul important dans le contexte de la saison. "Je suis allé au premier poteau et j'ai pu voir le gardien sortir. C'est dommage que je ne l'aie pas mis au fond des filets. Ce fut une rencontre assez uniforme malgré l'absence de quelques joueurs de l'Atalanta. Ils ont joué leur jeu habituel et c'est une équipe avec une identité très forte. Nous voulons toujours gagner lorsque nous arrivons sur le terrain, peu importe qui on a en face. Mais vous devez faire face à vos adversaires. Je pense que c'est un point gagné. Ils ont très bien joué, donc je pense que c'est un résultat juste." "J'en suis fier (d'atteindre les 200 matchs, ndlr), mais vous voulez toujours viser haut et essayer de vous améliorer. À la fin de votre carrière, vous voulez parler du nombre de trophées que vous avez gagnés, pas du nombre de jeux auxquels vous avez joué. Je veux essayer de gagner plus." "Le match contre Empoli ne doit pas être sous-estimé. C'est un match unique et Empoli fait une excellente saison. Nous voulons aussi nous qualifier pour la finale." Le jour de sa 350e apparition pour l'Inter, Samir Handanovic a réalisé l'une de ses plus belles performances sous le maillot des Nerazzurri face à l'Atalanta. En plus de quelques arrêts fabuleux contre Matteo Pessina et Luis Muriel, notre gardien a passé plus de quatre minutes en possession du ballon, effectuant 69 touches et 56 passes. "En regardant comment le match s'est déroulé, un match nul est un bon résultat. Nous avons eu une grande chance avec Danilo D'Ambrosio à la fin mais ils auraient pu marquer aussi. C'est toujours difficile de jouer contre l'Atalanta et nous y sommes entrés après un match très fatiguant mercredi, donc dans l'ensemble je pense que c'est un bon point pour nous. J'ai davantage gardé le ballon ce soir car un gardien doit pouvoir dicter le rythme du jeu." "Quant à mon arrêt sur Muriel, c'est le genre de chose pour laquelle je m'entraîne. Le travail d'un gardien de but est avant tout de garder le ballon à l'extérieur. De plus, je n'ai pas eu à trop l'étudier car je le connais depuis que nous étions ensemble à l'Udinese." "Il reste encore beaucoup de matches à jouer. Nous avons un match en moins et il y a un long chemin à parcourir donc il n'y a pas de pression en tant que telle. Rien n'est encore décidé. Si vous ne pouvez pas gagner un match, la meilleure chose à faire est de repartir avec un match nul." Traduction alex_j via le site officiel.
  10. Le défenseur de l'Inter Danilo D'Ambrosio a une perspective unique sur les succès actuels et la forme positive des Nerazzurri, ayant été au club durant des périodes bien plus difficiles. S'adressant à la Gazzetta dello Sport, le joueur de 33 ans explique que pour lui les succès des Nerazzurri ont une saveur spéciale à cause du chemin parcouru. Danilone est arrivé à l'Inter en provenance du Torino en Janvier 2014, à une période où l'Inter est déjà depuis quelques temps tenue à l'écart des phases de poules de la Champions League, et encore plus du Scudetto. Cela prendra du temps pour se relever, l'Italien faisant partie des rares joueurs consistants durant une période difficile que les Nerazzurri traverse sans trophées et glissant même vers le milieu du classement. Les dernières saisons verrons des améliorations progressives, les arrivée d'éléments clés comme le Suning en tant que propriétaires, Beppe Marotta en tant que CEO, ainsi que l'ancien Coach Luciano Spalletti et des signatures de joueurs intelligentes, verrons augmenter significativement le niveau de l'équipe. Antonio Conte arrive à l'été 2019 pour remplacer Spalletti. Ses deux saisons au club culmineront sur un Scudetto bien mérité. Maintenant, le successeur de Conte Simone Inzaghi a déjà réussi à emmener l'Inter en 8ème de finale de la Champions League pour la première fois en 10 ans, et trône fièrement en tête de la Serie A à la mi-saison. "Handa, Rano et moi, nous qui avons connu l'obscurité, nous apprécions aujourd'hui encore plus car nous avons vécus certains moments personnellement" nous dit Danilo. "J'ai vu San Siro se vider tôt (Ndlr: avant la fin de matchs) en signe de protestation, et maintenant j'entend les fans chantés mon nom," ajoute-t-il. "Etant parti de là, arriver là où nous sommes aujourd'hui est doublement gratifiant." Sur ce qu'il attends de 2022: "Que nous nous développions encore. Nous ne sommes pas encore satisfait même si cela devient toujours un peu plus dur de surprendre les gens. Le faire une fois est une chose, mais pour répéter les succès il vous faut quelque chose en plus." Sur les difficultés des Nerazzurri l'été dernier: "Beaucoup s'attendaient au pire, mais dans le vestiaire nous étions bien plus calme que ceux qui nous regardaient de l'extérieur." "Un nouveau coach est arrivé et nous a donné des idées fraiches sans retiré les fondations de l'année dernière. Le travail de tout le monde est excellent jusqu'ici." Se qualifier pour la Champions League après son sauvetage dramatique contre Empoli lors de la saison 2018/2019: "Atteindre la Champions League a permis au club de faire des investissements qui nous ont emmené où nous sommes aujourd'hui", se souvient-il au sujet de l'importance de ce moment. "Après cet arrêt, et aussi après mon but la saison d'avant contre la Lazio, j'ai commencé à sentir une appréciation différente de la part des supporters." Au sujet de la course au titre cette saison, il dit " Ce ne sont que des chiffres, on peut nous rattraper si nous faisons des erreurs." "De toute façon, Napoli, l'Atalanta et le Milan (Ndlr: ) continuerons de se battre jusqu'au bout. Maintenant c'est à eux d'essayer de nous mettre la pression mais pendant longtemps c'était nous qui étions dans la position du chasseur." Retour sur l'été dernier: "Mon contrat avait expiré et, à cause du COVID, il y avait de l'incertitude." "Parler de renouvellement était gênant. A ce moment là deux club m'avaient fait des offres importantes, mais j'ai attendu jusqu'au dernier moment pour que l'Inter fasse son offre et j'ai choisi de baisser mon salaire pour rester car jouer pour ces couleurs est ma priorité." "Mon rêve est de finir ma carrière ici." Il parle ensuite de son partenaire Denzel Dumfries, arrivé cet été pour remplacer Achraf Hakimi: "Achraf et Denzel ont eu tout les deux des difficultés à leurs débuts, mais ce sont deux joueurs différents et la façon dont joue l'Inter aujourd'hui est différente. Leurs développements respectif sont en revanche similaires." Au sujet d'une récente interview d'un ancien coéquipier évoluant (Ndlr: En quelque sorte) maintenant en Angleterre, il plaisante: "Qui ? Jorginho ??" "Sérieusement, concernant Romelu je peux dire que quiconque dit ce qu'il pense, dans les mots se trouvent des conséquences." "Pour nous hier c'est le passé et demain c'est le futur. Seul le présent compte. Seul le présent de l'Inter compte." Quel homme. ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Trent_FCI
  11. Si l’Inter de Simone Inzaghi domine à présent la Serie A, l’entraîneur Nerazzurro s’est montré élogieux envers son équipe à Sky Sport, tout en n’hésitant pas à égratigner l’élaboration du nouveau système du calendrier pour la phase retour "Nous réalisons une belle série, il reste un dernier effort à fournir mercredi face au Torino : Nous avons été bon pour ne pas nous laisser abattre lorsque nous n’étions pas en tête. J’aurais préféré pour la phase retour un calendrier traditionnel : le début d’année 2022 sera très relevé. Cette rencontre, lorsque tu regardes le classement, peut sembler simple, mais les garçons ont été bon dans leur mentalité : Nous sommes tous concernés, nous devons tous continuer de la sorte: Face au Torino, il s’agira de la neuvième rencontre en moins d’un mois." "Nous avons été bons pour ne pas nous démobiliser dès le début, à présent, nous sommes en tête et nous voulons le rester. Il y a tellement d’équipes fortes et bien composée, nous devons continuer de la sorte. Nous vivons une belle période mais je dois vous dire aussi que les garçons ne sont jamais reposés sur leurs lauriers, il faut prendre en considération les prestations en équipes nationales. Je crois qu’il est juste que l’on dispute ce dernier match et qu’ensuite il y ait un break pour récupérer des forces, aussi bien physique que mentale." Le calendrier 2022 "C’est évident, vu les confrontations à venir, que j’aurai bien mieux préféré le calendrier traditionnel, le même calendrier que la phase aller. Nous sommes les seuls dans toute l’Europe à avoir un calendrier aussi élevé. C’est normal qu’il soit relevé car il y a la Super Coupe d’Italie et la Coupe d’Italie dedans, mais cela n’arrive qu’à nous : Aussi bien en Italie qu’à l’étranger, nous sommes les seuls à avoir toutes les confrontations directes : Nous en connaîtrons le jugement bien plus tard." Liverpool "Liverpool était parmi les équipes à éviter avec Manchester City et le Bayern Munich, mais nous sommes en huitième de finale et nous jouerons le jeu, en sachant que nous ferons face à une équipe qui a remporté ses six matchs de groupe et qui a remporté la Ligue des Champions, il y a deux ans." Ivan Perisic "C’est facile de faire belle choses lorsque l’équipe joue de la sorte, cette victoire alimente nos certitudes: Nous faisons de belle choses depuis quelques semaines, nous devons continuer ainsi car nous sommes sur la bonne voie. Nous sommes dangereux lorsque nous attaquons et nous avons trouvé plus d’équilibre en défense : La victoire face au Napoli est arrivée depuis les matchs internationaux. Nous étions à -7 et cela nous a donné un grand coup de main." Danilo D’Ambrosio "Nous prenons peu de buts grâce à l’ensemble de l’équipe. Tout le monde impose une grande pression et les attaquants sont nos premier défenseurs lorsque nous ne sommes pas en possession du ballon. Comparé aux autres années, il y a une pression différente, car nous avons gagné la saison dernière. La chose principale est de prouver sa valeur, comme nous le faisons." Milan-Naples "Lorsqu’il y a des confrontations directes, nous avons un devoir : Gagner de façon à pouvoir prendre des points indépendamment du résultat de l’autre match, et nous l’avons fait." Christian Eriksen "Chris était un équipier exceptionnel, il a d’énormes qualité humaines bien plus importantes que celle techniques : Lors de son expérience à l’Inter, il s’y est montré grand, ce qui lui est arrivé nous a tous marqué, nous sommes fiers de l’avoir eu comme équipier, à présent nous l’attendrons au Giuseppe Meazza, nous tenons à le saluer devant notre public." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Si vous l’auriez dit, il y a encore quatre semaines à Simone Inzaghi, probablement qu’il ne l’aurait jamais cru. Pourtant grâce à la défaite subie à la Lazio, dans un contexte connu de tous, son Inter s’est remise immédiatement sur le droit chemin, alignant actuellement 6 victoires consécutives et reprenant 11 points au Milan Ac et au Napoli pour déjà prendre 4 points d’avance et pour s’offrir le titre de Championne d’Hiver : Dans le duel de ses deux ex, l’Inter aura assisté à la victoire du Napoli de Luciano Spalletti, sur le terrain du Milan Ac de Stefano Pioli. Cette Inter Championne d’Italie s’amuse sur le terrain tout en aimant proposer du beau jeu, Comme l’a souligné Danilo D’Ambrosio: "Elle propose un jeu offensif, mais organisé". Tous, dans le développement d’une action se retrouvent concerné. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise que le marquoir reprend cinq nom de buteurs différent : "Peu importe qui marque, l’important est de gagner" voici ce qui résumé l’équipe de Simone Inzaghi qui ne peut être heureux d’une telle performance: Inspiré, il fera rentrer dans ce match Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini, tous deux buteurs. Ivan Perisić ouvrira d’ailleurs le score sur le premier corner de la rencontre via un coup de pied arrêté par Hakan Çalhanoğlu. L’International croate continue à se montrer indiscutable : Il court, il presse, il attaque, il défend, propose le tempo de certaines actions dévastatrices. Ses combinaisons du soir, avec l’international turc auront fait très mal à l’adversaire. Hakan Çalhanoğlu recruté pour remplacer Christian Eriksen répond également présent en ce début de saison, sa passe décisive pour Perisić est la huitième de la saison pour la manche aller du championnat. Il est actuellement à -1 du record historique signé Antonio Candreva qui était parvenu à délivrer 9 caviar. Si Alexis Sánchez retrouve également des couleurs avec un nouveau but inscrit tout en facilité et en confiance, la belle surprise de la soirée est le nouveau but inscrit, sur un caviar d’Edin Džeko, de Denzel Dumfries : L’international hollandais se montre toujours plus mature et en croissance, en augmentant, match après match son niveau. Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini auront inscrit également le 4ème et 5ème but des Nerazzurri. Pour l’argentin, celui-ci est parvenu à égaler son ancêtre, Mauro Icardi, auteur d’au moins un but lors de 5 matchs consécutifs, une performance réussi en 2018. Pluie de record Avec le but de Denzel, l’Inter a battu son propre record historique de buts inscrits sur une année civile datant de 1950: Le palier des 99 buts a été franchi. Mieux encore, Si Denzel a inscrit le 100ème but, ceux d’Alexis Sánchez, Lautaro Martínez et Roberto Gagliardini ont permis à l’Inter d’écrire l’une de ses plus belle page d’histoire avec, encore un match à disputer : Les 103 buts de l’Inter de Simone Inzaghi seront à jamais inscrit dans le marbre devant les 101 buts inscrit lors de la saison 2018 de la Juventus de Massimiliano Allegri Grâce à cette nouvelle victoire, Simone Inzaghi présente également un très beau bilan en carrière en s’offrant avec la manière son 200ème résultat utile : 150 victoires et 50 matchs nuls entre la Lazio et l’Inter: Pour la sixième fois consécutive, une équipe d’Inzaghi l’emporte dans un stade où elle ne l’avait jamais emporté auparavant en Serie A, et elle y est parvenu sans encaisser le moindre but. L’Inter pourrait également écrire une nouvelle ligne d’histoire : Lors de cette première partie du championnat, la Beneamata a déjà inscrit 12 buts de la tête et, si elle parvient à en inscrire un nouveau ce mercredi face au Torino, elle égalerait le record établi en 2005/2006 par la Fiorentina qui est de 13 têtes victorieuses. Le seul point noir de cette soirée a été la prise à partie de Tifosi de l’Inter qui, selon la Gazzetta Dello Sport ont vu des pseudos supporters de la Salernitana les agresser : "Avant le match un groupe de jeunes a pris pour cible un bus de supporters des Nerazzurri qui se dirigeait vers le secteur visiteur ; des fumigènes ont également été allumés et ont fait exploser des pétards alors que la police s'efforçait de chasser les fauteurs de troubles. Un homme de Salerne a été arrêté, d'autres pourraient être identifiés dans les prochaines heures." Dans une moindre mesure, Nicolò Barella, averti pour la cinquième fois, ratera le dernier match de l’année face au Torino : Un repos qui lui sera bien plus que bénéfique. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Salernitana 0-5 Inter Buteur(s) : 11’Perisić, 33’ Dumfries, 52’ Sánchez, 77’ Lautaro Martínez, 87’ Gagliardini Salernitana : 1 Fiorillo; 33 Delli Carri, 31 Gagliolo, 23 Gyomber (80’ 21 Zortea), 26 Bogdan, 19 Ranieri (71’ 4 Jaroszynski); 18 Coulibaly, 20 Kastanos (61’ 8 Schiavone), 22 Obi; 7 Ribery (71’ 15 Gondo); 25 Simy (61’ 11 Djuric) Banc : 72 Belec, 96 Guerrieri, 14 Di Tacchio, 24 Kechrida T1 : Stefano Colantuono Inter : 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij, 95 Bastoni (56’ 32 Dimarco); 2 Dumfries, 23 Barella (56’ 22 Vidal), 77 Brozović (71’ 5 Gagliardini), 20 Çalhanoğlu, 14 Perisić (78’ 11 Kolarov); 9 Džeko, 7 Sánchez (56’ 10 Lautaro Martínez) Banc : 97 Radu, 8 Vecino, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 37 Škriniar, 46 Zanotti, 48 Satriano T1 : Simone Inzaghi Arbitre : Mariani VAR : Giacomelli Averti(s): Barella (I), Gyomber (S) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. L'Inter se déplaçait à Madrid pour tenter d'accrocher la première place du groupe D. L'occasion était belle, le cadre presque idyllique. L'Inter était sur une exellente dynamique, avec une série de 10 matchs sans défaite pour les hommes de Simone Inzaghi. En face, le Real Madrid était également dans une forme olympique, avec pas moins de 8 victoires consécutives. Mais bien malheureusement pour les supporters Nerazzuri, la marche était trop haute pour l'Inter. Dès le début du match, le jeu de possession de l'Inter se met en place. Le ballon circule bien, et le Real défend plutôt bas. Le plan de jeu Merengue est essentiellement basé sur leur diamant Vinícius Jr. Le Brésilien empile les buts et les passes décisives lors de ce début de saison, son génie et sa vitesse étant ses armes principales. Il tente une première percée à la septième minute, déposant Danio D'Ambrosio mais étant repris de justesse par un superbe tacle glissé de Nicolò Barella. Sur l'action suivante, Marcelo Brozović reprend un ballon fort de volée. Sa frapppe passe légèrement au-dessus de la transversale de Thibault Courtois. L'Inter entre dans un temps fort; Barella est acroché par le maillot dans la surface, mais pas suffisamment pour M.Brych, l'arbitre de la rencontre. À la douzième minute, sur un bon centre de Denzel Dumfries, Ivan Perisić fouette bien le ballon à ras de terre. Sa frappe part très bien, mais elle est contrée par Eder Militão. Le Néerlandais réalise un bon début de match, son jeu de remise étant très bénéfique à Barella et D'Ambrosio, ses acolytes de l'aile droite. Le Real est dans un état passif, et à la récupération, l'absence de Karim Benzema se fait ressentir dans la circulation de balle. Mais les Madrilènes n'en ont que faire. Sur une passe de Rodrygo, Toni Kroos, alors seul à 20 mètres du but, envoie une frappe instantanée et puissante dans le petit filet de Samir Handanović. Reprise imparable pour un très grand nombre de gardien, n'en déplaise à certains. Mais l'Inter réagit de suite, par l'intermédiaire de Lautaro Martínez, l'Argentin voit son centre contré et sa frappe passer au-dessus des buts de Courtois. Ensuite, c'est Edin Džeko, peu en vue lors de ce début de match, qui teste le Belge, de la tête, sur un centre de Perisić. Arrêt facile pour le portier du Real Madrid. Globalement, c'est un match plutôt équilibré, avec des situations de part et d'autre. Mais il y a quand même une équipe plus menaçante que l'autre dans la zone de vérité. Sur une nouvelle contre attaque, le Real Madrid se projette à 4, alors que les Nerazzuri ne sont que 3. Brozović sauve les meubles et gagne ce quatre contre trois. Sur un corner, Perisic trouve ensuite l'extérieur du poteau. L'Inter conserve la maîtrise du ballon, mais s'expose aux contre attaque rapides du Real, qui passe souvent par un côté gauche déserté par D'Ambrosio. Vinícius se retrouve souvent en position de force pour déclencher les mouvements dangereux. Sur une énième transition rapide, le Brésilien trouve Luka Jović dans l'espace. Le Serbe, alors en un contre un exentré face à Handanović, trouve le petit filet du Slovène. Brozović, encore une fois stellaire, éteint les situations et le peu de pressing Madrilène. Il organise le jeu à merveille, dicte le tempo de la rencontre. Mais le Croate ne peut pas tout faire. Les errements défensifs des hommes de Simone Inzaghi sont lourds de conséquences. Avant la pause, Rodrygo est trouvé seul en plein milieu de la surface, une anomalie pour la meilleure défense d'Italie. Heureusement pour l'Inter, il trouve le poteau gauche d'Handanović, ainsi que son petit filet sur l'action suivante. Felix Brych, pas tout à fait au niveau ce soir, avec un carton jaune donné à D'Ambrosio sur une faute inexistante sur Vinicius; ainsi qu'un coup franc très dangeureux aux abords de la surface donné à Kroos, sifffle la mi-temps sur ce score de 1-0 pour le Real Madrid. Les deux équipes reviennent sur la pelouse, avec un changemet pour les Nerazzuri : la sortie de Denzel Dumfries, pourtant auteur d'une bonne première période, pour Federico Dimarco. Ce dernier prend la place de Bastoni dans l'axe gauche de la défense, Bastoni passe au centre, Škriniar axe droit et D'Ambrosio piston droit. Des choix pour le moins contestables. Les deux formations maintiennent leurs idées en place. L'Inter a la possession, et le Real contre attaque avec Vinícius et Rodrygo, lancés par Kroos ou Modrić, encores fantastiques ce soir. Une balle d'égalisation est manquée par Barella, trouvé par Hakan Çalhanoglu. La frappe du Sarde passe nettemment au-dessus. Après cela, l'Inter va marquer un coup d'arrêt. Son emprise sur le ballon diminue, les occasions Merengue défilent, avec des frappes de Casemiro et de Vinícius. Arrive l'heure de jeu et le triple changement extrêmement significatif de Simone Inzaghi. Les sorties de Brozović, Çalhanoglu et Džeko pour Vidal, Vecino et Sánchez trahissent les ambitions du coach Italien. Avec la sortie de son métronome et de son point de fixation, l'Inter se retrouve drastiquement diminuée. Il devient alors très difficile de conserver le ballon, face à un milieu du Real techniquement époustouflant. Mais le vrai tournant du match arrive à la soixante-quatrième minute. Sur un long ballon, Nicolò Barella et Eder MIlitão sont à la lutte. Le ballon sort en faveur du Real, mais Barella est violemment projetté par Militão sur les panneaux publicitaires. Le milieu Italien, connu pour avoir fort caractère, craque complètemment et assène un coup de poing à la jambe gauche de Militão. Les esprits s'échauffent. Et ce qui devait arriver arriva. M. Brych sort le carton rouge pour Barella. De son côté, Militão s'en sort (très) bien, avec un simple jaune. Ce rouge est synonyme de suspension pour les huitièmes de finale pour Nicolò Barella, un énorme coup dur pour les champions d'Italie. Barella maintenant exclu, les trois milieux de terrains titulaires se retrouvent hors du rectangle vert. Simone Inzaghi souhaite maintenir son milieu à trois et sort Lautaro Martínez pour Roberto Gagliardini. Le niveau technique du milieu de terrain devient un vrai problème. Mais les entrants s'en sortent plutôt bien et parviennent à ressortir les ballons. Problème, Alexis Sánchez est tout seul devant. Le Chilien n'est pas avare d'efforts, court pour deux hommes. Mais il n'y a pas assez de présence offensive du côté de l'Inter pour espérer quelque chose. Surtout après la balle finale signée Marco Asensio. Sur un corner joué à deux, Asensio est trouvé anormalement seul aux abords de la surface de réparation Interiste. Dimarco ne sort pas sur l'Espagnol. Son pied gauche de velours fait le reste : frappe sublimement enveloppée dans la lucarne droite d'Handanović. Poteau rentrant, 2-0, et les minces espoirs de revenir pour les Nerazzuri sont réduits en poussières. L'Inter ne possède tout simplement plus les ressources pour réagir, et elle s'éteint peu à peu. La fin de match est plutôt anecdotique. Le Real fait tourner le ballon et gère tranquillement, à l'expérience, cette fin de rencontre. Seule une tête puissante de Milan Škriniar sur corner à la quatre-vingt-cinquième minute, directement sur Courtois, donne un dernier petit frisson aux supporters Nerazzuri. M. Brych siffle la fin de ce match, sans temps additionnel. L'Inter ne terminera pas à la première place de ce groupe D, et elle devra avoir à faire à un des huit géants européens ayant terminé premier de son groupe, en huitième de finale. Malgré la, voire les classes d'écart entre les deux équipes, l'Inter a quand même proposé des choses et fait preuve de caractère, ce qui est plutôt encourageant. Mais elle devra passer ce cap, aussi bien sur le terrain que dans la tête, d'ici février si elle souhaite rêver plus grand. En attendant, rendez-vous dimanche, 20:45, à Giussepe Meazza pour la réception de Cagliari. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Real 2-0 Inter Buteur(s): 17' Kroos (R), 79' Asensio (R) Real (4-3-3): 1 Courtois; 2 Carvajal, 3 Militão, 4 Alaba, 23 Mendy; 10 Modrić, 14 Casemiro (71' 25 Camavinga), 8 Kroos (78' 15 Valverde); 21 Rodrygo (78' 11 Asensio), 16 Jovic (24 Mariano Diaz), 20 Vinicius Jr (81' 7 Hazard) Banc: 40 Fuidias, 12 Marcelo, 17 Vazquez, 22 Isco, 13 Lunin, 5 Vallejo, 6 Nacho Entraîneur: Carlo Ancelotti Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni; 2 Dumfries (45' 32 Dimarco), 23 Barella, 77 Brozović (60' 22 Vidal), 20 Çalhanoglu (60' 8 Vecino), 14 Perisić; 10 Martinez (66' 5 Gagliardini), 9 Džeko (60' 7 Sánchez) Banc: 21 Cordaz, 6 De Vrij, 11 Kolarov, 97 Radu, 12 Sensi, 46 Zanotti Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre: Félix Brych VAR: ? Averti(s): 54' D'Ambrosio (I), 64' Militão (R), 74' Bastoni (I) Exclu(s): 64' Barella (I) ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  14. MADRID - Milan Skriniar, Samir Handanovic, Danilo D'Ambrosio et Denzel Dumfries se sont exprimés sur InterTV. Milan Skriniar a réalisé une performance exceptionnelle pour les Nerazzurri, d'abord en tant que défenseur central avant d'être déplacé vers la droite. Le Slovaque a parlé à Inter TV après la défaite contre le Real Madrid : "Nous savions que ce serait un match difficile. Nous avons bien commencé, créant de nombreuses occasions tout en faisant bien circuler le ballon et en combinant bien. Pourtant, si vous ne tentez pas votre chance contre une équipe comme le Real Madrid, vous le payer! Nous aurions dû être plus décisifs dans la première demi-heure. Mais je suis fier de cette équipe. Nous sommes venus à Madrid pour leur tenir tête et terminer en tête du groupe. Maintenant, nous allons penser à la Serie A; nous avons besoin de poursuivre nos bonnes performances en Serie A." Samir Handanovic a fait le point après que l'Inter ait été battue 2-0 contre le Real Madrid lors de son dernier match de groupe de la Ligue des champions. "Nous devions être plus agressifs et tirer plus aux buts. Nous avons assez bien joué en termes de performance globale : comme lors du match aller, nous avons mis le Real Madrid sous pression. La grande différence était dans le geste final. Nous n'avons pas tenté notre chance alors que le Real profite toujours au maximum des opportunités qu'il crée. Nous devions faire un peu plus." "Les fans ont pu voir un bon match. Malgré la défaite, ce match montre que nous faisons beaucoup de choses bien mais s'il y a une chose que nous pouvons apprendre, c'est que nous devons être plus cliniques et cyniques. Dans tous les cas, nous sommes qualifiés pour le tour suivant qui était notre premier objectif de la saison. Nous sommes venus ici en cherchant à terminer premier mais nous allons commencer maintenant et nous concentrer sur la Serie A." Un sentiment de déception tout en sachant que son équipe a également réalisé une bonne performance : Danilo D'Ambrosio a fait part de ses réflexions à Inter TV suite à la défaite des Nerazzurri face au Real Madrid. "Quand c'était à 11 contre 11, nous les avons regardés en face! De plus, nous avons eu beaucoup d'occasions. C'est toujours difficile d'affronter le Real Madrid; d'autant plus quand vous êtes un homme expulsé. Nous sommes venus à Madrid dans le but de les battre mais au moins nous avons atteint les huitièmes. Ma devise est : 'Soyez toujours prêt.' Il n'y a pas que moi qui suis cette devise, c'est toute l'équipe, nous allons tous dans le même sens. Nous pensons déjà au match de dimanche contre Cagliari." S'adressant à InterTV après le match au Bernabeu, Denzel Dumfries a souligné l'importance de tirer parti des aspects positifs de leur performance, puis d'obtenir trois points contre Cagliari ce week-end. "Je pense qu'en première mi-temps, nous avons eu de bonnes chances. Nous avons rendu la vie difficile au Real. Malheureusement, nous n'avons pas été assez cyniques devant le but et après le rouge, c'était encore plus difficile. Je pense que nous grandissons en tant qu'équipe. De toute évidence, ce soir, nous avons dû faire face à une défaite mais nous devons tirer confiance de cette performance. Maintenant, nous avons Cagliari, nous sommes complètement concentrés sur ce match. Nous savons que nous devons gagner les trois matches que nous avons avant les vacances de Noël." Traduction alex_j via le site officiel et sempreinter.
  15. Cette analyse tactique est une traduction de Inter Milan: How they look under Simone Inzaghi par Lorihanna Shushkova publiée sur le site totalfootballanalysis.com en Octobre 2021. Il y a donc des choses qui ont évoluées. De plus, la traduction ce genre d'articles n'est pas aisé ; les mots ayant des sens peu commun, il faut veiller à la cohérence. N'hésitez pas à réagir et/ou commenter. Bonne lecture. Introduction L' Inter Milan, championne de Serie A de la saison dernière, s'est lancée dans un nouveau défi avec un changement de manager qui rendra sa défense du titre encore plus intrigante. Antonio Conte est parti après les avoir aidés à remporter leur premier titre depuis 2009-2010 avec José Mourinho. Après son départ, l'Inter a présenté son nouveau manager, Simone Inzaghi qui a quitté la Lazio après cinq ans avec le club pour aider au développement de l'Inter et les pousser non seulement à défendre leur titre mais aussi à les conduire à de meilleurs résultats en UEFA Champions League. Inzaghi s'est imposé comme l'un des entraîneurs de Serie A les plus prometteurs de ces dernières années et est arrivé au Meazza après une saison plutôt réussie avec son ex-club. Être le successeur de Conte semblait être une décision logique compte tenu de leurs styles et stratégies de coaching respectifs qui présentent certaines similitudes. Cependant, il était difficile de prédire sa tactique et ses performances en raison des quelques départs de joueurs au cours de l'été qui ont laissé l'Inter dans une position difficile. Leurs meilleurs joueurs Achraf Hakimi et Romelu Lukaku ont quitté le club pour rejoindre respectivement le PSG et Chelsea. Les deux joueurs ont joué un rôle crucial dans la course au titre de l'Inter l'année dernière et il était difficile d'imaginer l'équipe répéter son exploit en leurs absences. Heureusement, l'équipe a fait quelques bons coups sur le marché des transferts et a vu l'arrivée de Hakan Çalhanoğlu, Joaquin Correa et Edin Džeko qui ont tous prouvé leur qualité avec leurs clubs précédents. Maintenant, les choses vont mieux pour Inzaghi qui s'est assuré de s'appuyer sur l'équipe gagnante au lieu de passer à une toute nouvelle stratégie. Cette décision pourrait s'avérer cruciale dans leur campagne 2021-2022 car il n'essaiera d'améliorer leurs performances qu'en mettant en œuvre ses propres convictions. Cette analyse tactique examine les tactiques d'Inzaghi et la façon dont l'Inter s'occupe de ses premiers matchs de la saison. Effectif et formations actuels L'Inter est actuellement dans une meilleure position avec la profondeur de son effectif même si elle doit encore se renforcer à certains postes. Bien que leur onze de départ potentiel semble complet, son banc n'est pas aussi impressionnant bien qu'elle ait de solides remplaçants dans les zones avancées. L'équipe n'a pas beaucoup d'options sur chaque position, ce qui pourrait affecter ses performances futures en cas de blessures et compte tenu de sa participation à quelques tournois. En commençant par les gardiens de but, le premier choix est Samir Handanović qui a maintenant 37 ans et approche de sa 10e année avec l'Inter. Le joueur slovène a concédé le moins de buts en Serie A en deux saisons consécutives et devrait toujours être un titulaire régulier pour l'équipe. Son remplaçant est le Roumain Ionuț Radu qui vient de revenir après un prêt à Parme où il n'a obtenu aucune minute de jeu. Le manque d'expérience et de temps de jeu régulier pourrait être un problème pour les Nerazzurri à l'avenir car il n'y a pas de véritable concurrence et de remplacement de qualité pour Handanović. Ceci est plutôt risqué avec la charge de leur calendrier. La troisième option est l'expérimenté Alex Cordaz, 38 ans, venu de Crotone. Inzaghi a poursuivi l'héritage de défense à trois de Conte, s'en tenant à la même configuration qu'il a également favorisée à la Lazio. Ses options de défenseur central sont cependant plutôt limitées. Milan Škriniar, avec ses performances solides, devrait être le titulaire régulier au poste de défenseur central droit, tandis que l'option pour son poste serait Danilo D'Ambrosio. Matteo Darmian est une autre option mais il est plus susceptible de commencer en tant qu'arrière droit. Stefan de Vrij joue au centre de la défense avec Andrea Ranocchia disponible pour ce poste également. Ranocchia n'a joué qu'environ 700 minutes en Serie A la saison dernière et remplacer le crucial De Vrij pourrait être un défi. Alessandro Bastoni devrait être le titulaire régulier au poste d'arrière central gauche avec l'expérimenté Aleksandar Kolarov en renfort, bien que son approche du jeu soit beaucoup plus risquée. Federico Dimarco est une autre option même s'il pourrait préférer jouer au poste d'ailier gauche. Certains des défenseurs de l'Inter sont interchangeables, ce qui facilite la vie d'Inzaghi. Comme mentionné, Darmian couvrira l'ailier droit avec une autre nouvelle recrue, Denzel Dumfries, étant une option supplémentaire intéressante et montrant un énorme potentiel lors de ses premiers matchs pour l'équipe. L'Inter a l'air un peu plus polyvalent au centre, bien que Marcelo Brozović semble irremplaçable au poste de milieu défensif pour le moment. Il peut être remplacé par Stefano Sensi et Nicolò Barella si nécessaire, bien qu'ils semblent être plus à l'aise dans des postes plus avancés. Sensi et le nouvel ajout Çalhanoğlu semblent interchangeables au poste de LCMF, tandis que Barella qui est le titulaire régulier au milieu de terrain droit pourrait être remplacé par Arturo Vidal et Matías Vecino. Barella pourrait également jouer à gauche, Vecino prenant la bonne place comme contre Bologne. L'arrière gauche, qui sert beaucoup plus souvent d'ailier, est Ivan Perišić, dont l'option de sauvegarde est Dimarco, comme mentionné. Il semble que la troisième ligne finale soit solide, Lautaro Martínez, Alexis Sánchez, Džeko et Correa étant assez flexibles dans leur positionnement et interchangeables. Ils ont également Martín Satriano, 20 ans, en option en attaque. L'équipe actuelle est conçue pour s'adapter au 3-5-2, ce à quoi Inzaghi s'en tient à son arrivée. L'objectif de l'Inter est d'avoir le contrôle du ballon et d'avoir plus de possession bien qu'ils aient tendance à laisser l'initiative et à rester plus profond contre des équipes plus pressantes. L'équipe compte sur des passes courtes et implique tous les joueurs pour contourner la pression et faire progresser le ballon. Défensivement, leur approche est plus risquée qu'avant, impliquant une pression plus intense et s'appuyant sur la récupération du ballon dans les zones les plus avancées. Leurs chiffres PPDA se sont améliorés par rapport à la saison dernière mais leur nouvelle approche défensive a également entraîné une augmentation du nombre moyen de fautes et de cartons jaunes par match. Phase de progression Inzaghi n'a pas changé la façon dont l'Inter construit de l'arrière et a conservé la possession en impliquant le gardien de but qui se combine souvent avec les défenseurs et permet à l'équipe de passer dans une position plus avancée et d'aider à contourner la pression. La ligne à trois s'élargit pour permettre au reste de l'équipe de se déplacer dans une position plus avancée et d'avoir une meilleure couverture centrale pour ouvrir les couloirs de passes et faire progresser le ballon. L'un des milieux de terrain centraux (le plus souvent Brozović) descend plus bas pour récupérer le ballon et aider l'équipe à esquiver la première ligne de défense adverse. Il descend dans la défense pour offrir une option au gardien, tandis qu'un des défenseurs centraux est positionné plus haut. Les arrières latéraux offrent également leur soutien bien qu'ils restent principalement sur la ligne centrale, voire plus haut, pour pouvoir surcharger la moitié adverse et rejoindre les actions dans le dernier tiers également. Cela permet à l'équipe d'avancer rapidement et de faire progresser le ballon par tous les canaux. Ils descendent parfois plus profondément pour briser les lignes pressantes de l'opposition et entraîner les joueurs, libérant ainsi de l'espace au centre. L'équipe utilise beaucoup de mouvement dans son jeu de construction sans lignes clairement définies. Chaque joueur se déplace souvent de haut en bas du terrain pour ouvrir les couloirs et offrir une option de passe pour faire des combinaisons à une touche et progresser. Cependant, ils ont du mal à construire contre des équipes qui pressent haut. C'est à ce moment-là qu'ils impliquent encore plus le gardien de but, ce qui s'avère souvent délicat car la prise de décision de Handanović sous pression n'offre pas toujours la meilleure solution pour l'équipe et entraîne des actions risquées dans leur propre tiers. Les Nerazzurri jouent également avec la largeur bien que leur nombre moyen de croisements ait diminué cette saison. Lors de la construction à travers les côtés, les joueurs s'appuient sur un jeu de liaison ainsi que sur des pistes qui se chevauchent. Bastoni est le défenseur central qui évolue dans une position plus avancée et soutient la progression du ballon avec ses courses où il peut se combiner avec Dimarco/Perišić et Çalhanoğlu. Ensuite, l'un d'eux va plus loin et centre. Ils agissent de la même manière à droite où Barella offre souvent une option de passe et change également de position avec Darmian et Škriniar, essayant de faire sortir les joueurs de leur position. L'équipe est plus active sur les centres depuis la gauche, tandis qu'à droite, elle utilise souvent le positionnement avancé de Barella pour lui fournir le ballon afin qu'il puisse pénétrer dans la défense. L'Inter essaie de s'installer entre la ligne centrale et le bord du dernier tiers et essaie souvent d'avoir plus de nombres entre le milieu de terrain adverse et la ligne défensive. Cela leur donne une supériorité numérique et leur permet d'ouvrir des espaces avec leur mouvement. Mouvement final Il ne fait aucun doute que Lukaku était le joueur clé de l'Inter la saison dernière mais son départ ne signifie pas nécessairement que l'équipe aura du mal en attaque. En fait, avoir Džeko, Correa et Martínez les rend plus polyvalents dans le dernier tiers et leur donne une perspective différente car ce sont des types d'attaquants différents. L'équipe se déplace de manière à libérer les milieux de terrain qui peuvent faire avancer le ballon ou cherche à étendre la défense jusqu'à l'aile et à créer des situations de 1 contre 1 pour essayer de faire déplacer plus de joueurs vers la surface pour créer un avantage numérique. Les Nerazzurri comptent sur beaucoup de mouvement dans les zones avancées. Chaque fois qu'ils ne se concentrent pas sur la pénétration via leurs centres, ils ont tendance à créer des triangles d'attaque et à briser les défenses en ouvrant des espaces les uns pour les autres avec leur mouvement en utilisant des passes à une touche pour échapper à la pression et entrer dans une position de tir. Les joueurs n'hésitent pas non plus à tirer de loin. Çalhanoğlu a apporté une menace supplémentaire à l'extérieur de la surface et son arrivée pourrait augmenter l'efficacité de l'équipe en attaque. Leur mouvement libère souvent de l'espace pour les tirs à distance. Dans chaque cas, ils engagent plus de corps dans les actions offensives en essayant de toujours avoir un avantage numérique dans et autour de la surface. Ils comptent également sur un changement de jeu si la zone autour du porteur du ballon est surchargée et exploitent les espaces grâce à leur vitesse. Le mouvement sans ballon est intelligent et se traduit souvent par des tentatives réussies de la tête. Cinq de leurs 15 premiers buts cette saison ont été marqués de la tête après un centre ou un corner. L'équipe est également compétente en contre-attaque. A chaque fois qu'ils parviennent à récupérer le ballon, ils ne manquent pas une occasion de surprendre leurs adversaires. Ils utilisent la vitesse de Martínez et de Barella pour contrer, et l'Argentin est souvent le joueur à utiliser ces chances. Dumfries est un autre joueur performant en vitesse qui a contribué à quelques-uns des six buts de l'Inter contre Bologne. Ses courses sur et hors du ballon pourraient être bénéfiques pour l'équipe à l'avenir. Pression et transitions défensives Comme mentionné, l'intensité de la pression des Nerazzurri a augmenté. L'équipe applique désormais une approche homme à homme plus agressive qui l'aide à faire pression sur l'opposition et à la forcer à perdre le ballon mais présente également un plus grand risque. L'équipe est maintenant plus vulnérable si l'adversaire échappe à cette pression car les joueurs ont besoin de plus de temps et d'efforts pour se regrouper et défendre en tant que bloc. Cela signifie qu'ils sont plus enclins à dépendre de la performance et des actions individuelles dans ces situations, plutôt que collectives. Cependant, ils n'appuient pas trop haut préférant concentrer leurs actions au milieu de terrain pour minimiser le risque de laisser trop d'espace derrière et éviter les situations susmentionnées. Dans les cas où ils contre-pressent immédiatement après avoir perdu le ballon, ils augmentent leur attention et s'assurent d'avoir la ligne défensive en place au cas où l'opposition parviendrait à contourner la pression initiale. La plupart du temps, ils parviennent à modifier leur structure défensive si l'opposition entre dans leur moitié de terrain. Brozović est souvent le premier à rejoindre la ligne défensive surtout lorsqu'il s'agit de fermer l'espace ou d'être pris sur un contre. Les joueurs essaient de limiter autant que possible l'espace de mouvement du porteur du ballon. A chaque fois qu'ils lui engagent plus de joueurs sur le porteur et s'éloignent de leur marquage homme à homme, l'équipe augmente le risque de laisser des espaces libres. Ils ont également une approche plus agressive en termes de défis physiques car ils créent des situations 2vs1 (et aussi 3vs1), entourant le porteur du ballon, en particulier lorsqu'il se rapproche du tiers défensif. Cela, cependant, nécessite un meilleur soutien de la part des milieux de terrain qui doivent couvrir la profondeur ou sortir pour couvrir le porteur du ballon afin que les défenseurs puissent retourner à leur position. Cela se produit plus fréquemment lors de la défense de zones étendues où ils doivent non seulement arrêter les tentatives de croisement potentielles, mais également arrêter tout chevauchement/sous-chevauchement des joueurs hors du ballon. Coups de pied arrêtés L'Inter a également été efficace dans ses coups de pied arrêtés depuis le début de la saison. Quatre de leurs 15 buts sont issus de coups de pied arrêtés grâce à leurs qualités de positionnement et d'anticipation. L'équipe essaie de profiter de ses chances en prenant le dessus sur l'adversaire dans les airs ou en interceptant le ballon en se déplaçant devant ses marqueurs. Les défenseurs rejoignent leurs coéquipiers dans la surface dans ces situations et constituent une menace supplémentaire. Jusqu'à présent, Škriniar a mis quelques têtes en utilisant les corners. Ils restent généralement compacts et surchargent le bord de la surface de but tandis qu'un des joueurs effectue toujours une course individuelle derrière les actions et que quelques joueurs restent en dehors de la surface en cas de rebonds ou de revirements. Conclusion Comme le montre cette analyse, Inzaghi a pris la décision intelligente de s'en tenir au modèle de jeu existant et de mettre en œuvre ses tactiques dans des domaines particuliers où il estimait qu'une amélioration était nécessaire. Il s'est appuyé sur une équipe qui a déjà réussi dans son 3-5-2 et a apporté des joueurs précieux qui pourraient combler les manques laissés par Lukaku et Hakimi. Essayer de dominer mais aussi savoir quand donner l'initiative et utiliser leurs compétences en contre-attaque est très important dans le style de jeu actuel de Nerazzurri. Leur équipe plus équilibrée leur a permis de commencer leur saison en force et avec une confiance croissante qui pourrait les aider dans la défense de leur titre. (Bonne?) Traduction alex_j.
  16. Lautaro Martinez s’est livré à Sky Sport et à Sport Mediaset à la suite de la victoire de l’Inter, sur son terrain, face à la Spezia Sur sa prolongation de contrat "J’ai parlé énormément avec ma famille et je suis content d’être resté ici, je m’y sens bien. Milan est une ville qui me plait énormément et les projets du club m’ont séduit, j’ai aimé la façon dont on m’a parlé, dont les choses m’ont été proposées. Je suis content d’être resté à l’Inter et ma famille aussi." Maturité "Je suis devenu papa et j’ai énormément mûri sur et hors du terrain, je cherche toujours à faire les meilleurs choix en tant qu’homme et sur le terrain : Parfois je m’énerve rapidement, mais je cherche toujours à rester serein, je veux défendre le Scudetto gagné l’année passée, c’était important pour nous de le retrouver sur notre torse après tant d’années." Simone Inzaghi "Je travaille en répondant aux demandes de l’entraîneur, je cherche toujours à faire de mon mieux et à aider mes équipiers, parfois j’y parviens, d’autres fois non, mais comme je le dis toujours, je me sens bien : Je me sens bien avec le groupe, mes équipiers, c’est important car cela veut dire que je me sens bien et que j’ai ma tête ici." "J’ai un grand rapport avec notre nouvel entraîneur, Inzaghi me donne un grand coup de main, il est arrivé ici alors que j’étais en l’Argentine, et même lorsque j’étais en Coppa America, j’échangeais avec lui au téléphone, il m’a donné un grand coup de main, il m’aide beaucoup dans ce que je réalise. Je cherche toujours à apprendre des entraîneurs, il a de l’expérience et il sait ce qu’il y a de mieux pour tout le monde." La Roma et Le Real "Nous nous préparons pour la rencontre qui arrive : La Roma est une équipe forte avec un entraîneur qui sait bien jouer au football, nous allons devoir bien nous reposer, aller là-bas et proposer notre jeu sur le terrain. Il y aura une chaude ambiance avec leur tifosi et nous tenons à envoyer un message au Championnat." "Ensuite, nous penserons à Madrid, nous irons là-bas pour l’emporter et si nous y parvenons, ce sera un signal envoyé à tout le monde : Ce sera une rencontre importante pour la croissance, elle est très importante pour nous tous." Est-ce vrai que Messi te voulait à Barcelone ? "Oui c’est vrai, nous en avions énormément parlé en équipe nationale. Il me parlait de la situation de Barcelone, mais je suis toujours resté serein, j’ai toujours parlé avec le club pour parvenir à un accord car je suis fier d’être ici, je suis fier d’être resté ici car je me sens bien ici, tout comme ma famille." Selon vous, Lukaku va-t-il regretter d’avoir quitté ce groupe ? "Je ne le sais pas, c’est un choix personnel, il était heureux ici. On parlait énormément, il a décidé de partir car il en ressentait le besoin. Je suis ici et je veux faire le maximum pour l’Inter." Le Saviez-Vous ? Lautaro est comme un Mini-Zamorano, ultra-motivé : Une scène particulière a eu lieu lors du pénalty qu’il s’était procuré face à la Spezia Immédiatement après que l’arbitre ait sifflé, Çalhanoğlu s’était planté devant le point de penalty. Dans le même laps de temps, Lautaro a embrassé le ballon pour le convertir. Brozovic a tenté de lui parler, mais il a été gentiment éloigné, tout comme Çalhanoğlu l’a été par Danilo D’Ambrosio. Il n’y a pas eu de polémique, mais reste à savoir comment est défini l’ordre des tireurs de penalty! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. À la suite des examens médicaux réalisé ce matin à l’Instituto Humanitas di Rozzano, il est officiellement confirmé que : Matteo Darmian souffre d’un ressentiment musculaire interne au niveau de la face interne de la cuisse gauche.la cuisse gauche. Andrea Ranocchia souffre d’un ressentiment musculaire au niveau du court adducteur de la cuisse droite. Les conditions des deux Nerazzurri seront réévaluées dans quelques jours. Reste à savoir ce que décidera Simone Inzaghi, mais il se pourrait fort bien que l’ailier droit italien soit mis au repos, au moins pour cette semaine. et Selon la Gazzetta Dello Sport, Denzel Dumfries pourrait avoir enfin sa chance: "On ne sait pas s’il s’agit d’un claquage pour l’ailier, mais le ressenti n’était pas encore positif 24 heures après la Blessure à Venise. Dans la meilleure des hypothèses, Darmian manquera au moins trois matchs : Face à la Spezia, face à la Roma et face au Real Madrid. "La première solution, le plan B mène à Dumfries même si d’un autre côté Danilo D’Ambrosio présente un choix "plus conservateur". Mais il est logique de penser qu’il s’agisse de l’heure de Dumfries, le hollandais a été décevant jusqu’ici. Il n’avait d'ailleurs été acquis pour être le remplaçant de Darmian, l’investissement de l’Inter, 12,5 millions d’euros est également tr!s onéreux: L’apprentissage ne peut pas durer éternellement même si à Appiano, il est dit que l’Inter a établi un plan d’action pour lui. "Dumfries effectue, pratiquement quotidiennement, des séances d'entrainement supplémentaire, en plus de ceux d’équipe pour pour accélérer son intégration à l'Inter. Car le rôle qu’il occupe est un rôle clé pour le jeu d'Inzaghi, il faut des mouvements codifiés et une lecture non triviale du jeu." L’Inter a deux exigences : D’un côté, il est nécessaire de miser sur un investissement onéreux, De l’autre, il faut, au cas où, avoir rapidement une alternative de haut niveau pour l’aile droite. "Dans l’immédiat, le train passera déjà mercredi face à la Spezia et il est à penser que si le Hollandais vient à ne pas envoyer de signaux d’amélioration d’ici Noël, que le club puisse agir sur le Mercato hivernal en misant sur Nahitan Nandez, afin de régaler à Inzaghi un titulaire supplémentaire." Selon vous, s’agit-il de l’instant de vérité pour Denzel Dumfries ? Son aventure Nerazzurra pourrait-elle déjà être terminée ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. VENISE – Simone Inzaghi avait de nombreux points positifs à tirer de la performance de son équipe contre Venezia. En effet, les buts de Hakan Calhanoglu et un penalty de Lautaro Martinez ont assuré la victoire des Nerazzurri au Stadio Pier Luigi Penzo près de deux décennies après leur dernière visite. Sur le match. "C'est une excellente période pour nous et ce fut une grosse semaine. Ce n'était pas facile pour nous de jouer ces trois matchs en une semaine. Mais nous avons fait preuve d'un grand caractère contre un adversaire en forme. Nous avons joué un beau football et le seul inconvénient était que nous n'avons pas pu marquer le deuxième but plus tôt. Laisser le jeu ouvert contre une équipe dangereuse et bien entraînée comme Venezia est toujours risqué. Mais c'était notre troisième match en peu de temps et les gars ont fait un travail fantastique." Le point sur la saison jusqu'à présent. "Certaines personnes ont dit que c'était censé être une année de transition pour reconstruire. Je suis entré et le club m'a aidé dans tout. Ces joueurs sont magnifiques et je pense que nous nous améliorons de jour en jour. Il faut continuer comme ça. Nous avons atteint notre premier objectif qui était d'atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des champions, et maintenant nous pouvons nous concentrer sur la Serie A, sans oublier le match à Madrid, où nous aurons la chance de terminer en tête du groupe." "J'entraîne un groupe de grands joueurs et de grands hommes. Nous nous sommes immédiatement mis au travail cet été et malgré la perte de Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen, nous avons recruté des joueurs adaptés à la façon dont nous voulons jouer. Maintenant, nous continuons à grandir étape par étape." A propos de Matteo Darmian et Ivan Perisic. "Ils se débrouillent très bien. C'est dommage pour le problème de Matteo; il a ressenti un pincement à la cuisse mais j'espère que ce n'est rien de grave. Il est un joueur très important pour nous. Dans tous les cas, Dumfries et D'Ambrosio sont des options pour nous. Denzel apprend beaucoup et Danilo a été un joueur fiable pour l'Inter pendant la majeure partie d'une décennie." Sur Calhanoglu. "Il joue pour une grande équipe et joue avec une réelle confiance. Il s'en sort brillamment, mais à la mi-temps, il s'est fait masser l'arrière de la cuisse. Après trois matchs consécutifs, je ne voulais pas prendre de risques, alors je l'ai retiré dix minutes après le début de la seconde mi-temps." Sur Marcelo Brozovic. "C'est un joueur unique. Il nous donne l'équilibre et nous aide à construire notre jeu. Tôt ou tard, je devrai lui donner du repos mais il va bien en ce moment et ce fut un match délicat. Nous sommes sortis en forme du match du Shakhtar et les gars ont très bien fait : ils n'ont pas essayé de forcer le passage au milieu, nous laissant potentiellement ouverts au contre. Nous avons réussi un match difficile avec maturité. C'était une belle victoire de l'Inter." Traduction alex_j via le site officiel.
  19. C’est la question soulevée par la Gazzetta Dello Sport qui propose trois personnalités aux caractères bien différents pour assurer ce poste fondamental dans le Onze de base de Simone Inzaghi : Andrea Ranocchia "L’Ombrien de 33 ans a toujours répondu présent lors des trois occasions où Stefan a pu se reposer : face à Bologne, au Sheriff et face à l’Udinese. C’est évidemment un joueur qui est loin d’être rapide et qui devra faire face à la fraîcheur d’un Osimhen. Toutefois ce problème concerne l’ensemble du rempart Nerazzurro composé de joueurs coriaces mais loin d’être agiles." "De Vrij pallie son manque de rapidité par une lecture du jeu préventive. Ranocchia devra s’adapter et venir en aide à ses équipiers. Peu habitué à jouer dès la première minute de jeu, il devrait difficilement pouvoir garantir une bonne prestation face au Shakhtar, trois jours après le Napoli. Il ne serait pas étonnant que l’ancien Capitaine, qui fait parti des plus anciens dans le noyau, ne soit titularisé que lors d’un seul de ces deux matchs-clé." Federico Dimarco "L’ancien joueur de Vérone alterne souvent son poste sur toute l’aile gauche avec Ivan Perisic, un poste auquel il a appris à jouer sous la direction de Juric. Il a également joué plus bas à de nombreuses reprises en remplaçant Alessandro Bastoni. Il pourrait s’avérer être la meilleure garantie pour aller au duel face à l’ancien de la maison, Matteo Politano. Il pourrait pousser le jeu vers l’avant via son pied gauche qui pourrait parvenir à trouver de nombreuses têtes du noyau." "Le doute est lié à Bastoni, car même si Federico revient d’une légère blessure musculaire, il peut tenir physiquement, et que si l’ancien de l’Atalanta dispose d’une maturité assez intrigante pour ses 22 ans, il lui est déjà arrivé d’évoluer dans l’axe de la défense en présentant un manque de familiarité à ce poste. Toutefois, son jeu de pied et sa vision du jeu jouent en sa faveur, il peut se montrer important à la relance lorsque Marcelo Brozovic fait l’objet d’un marquage devenu quasiment habituel sur l’Homme." Danilo D’Ambrosio "Il s’agit de la possibilité la moins probable, mais certainement pas à cause d’un manque de fiabilité de Danilo D’Ambrosio. Entre Bastoni et Skriniar, le slovaque est celui qui est le plus fort au marquage et il est donc très compliqué de le placer dans l’axe. Dans un tel cas, D’Ambrosio devrait s’occuper d’Insigne." "Comme Dimarco, l’ancien du Torino est un couteau suisse qui est capable aussi de se montrer incisif en attaque. Avant d’être titularisé face à l’Empoli, il n’était monté au jeu que durant simplement quelques minutes de jeu. Au Castellani, il avait dû jouer au poste de Skriniar et il s’était montré convaincant avec un but inscrit, une habitude qui ne lui fait jamais défaut, et en réalisant une performance plutôt convaincante en défense." Entre les trois personnalités, qui a la faveur des pronostics selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Les deux internationaux italiens se sont livrés à la presse suite à la Victoire des Nerazzurri sur le terrain de l’Empoli Federico à Inter TV "J’aurais aussi pu inscrire le second but, j’ai mis trop de temps et le ballon est sort!." Les chœurs des tifosi ? "Pour moi, l’Inter a toujours été ma maison depuis les juniors jusqu’à l’équipe première. C’était une rencontre disputée, nous avons obtenu un résultat important, c’est très bon aussi d’avoir tué le match." Lautaro? "Je le remercie pour sa passe décisive." Moi déterminant ? "Je travaille énormément c’est certain, je sais ce que j’ai connu ces dernières années, ce que je gagne ici est le fruit de mes sacrifices, j’en suis heureux." Federico à Sky Sport "C’est sûr que le partage face à la Juve nous avait un peu coupé les jambes, c’était important de venir ici et de bien aborder la rencontre. Ce sont trois points importants." Le Scudetto ? "Nous sommes un grand groupe et nous travaillons tous avec conviction pour rester concerné. Ce sera difficile, mais nous n’abandonnerons jamais." "Je ne m’attendais pas à jouer autant, mais je sais d’où je reviens. C’est en travaillant que j’obtiens ce qui m’est accordé maintenant, contrairement mes précédentes années." Federico à DAZN "Aujourd’hui c’était une victoire très importante pour le classement, car ils carburent à un rythme important devant nous et nous devons maintenir la cadence." Le but ? "Je suis content, Lautaro m’a transmis un beau ballon. Ce qui m’est donné a été récolté en travaillant. C’était une partie disputée, Empoli est une très bonne équipe, ils ont réalisé de très bons résultats ici, comme face à la Juve." "C’est bien de rentrer à la maison avec les trois points." Pensez-vous au Derby ? "Non, il y a l’Udinese en premier et ensuite le Sheriff." Danilo à Inter TV Ma célébration ? "En ce qui me concerne, c’est un geste juste, normal: Notre concept est l’union, le groupe, la force du Nous, c’est ce que nous cherchons à mettre en valeur, c’est ce qui a fait la différence ces dernières années. Je cherche à apporter ma contribution en défense, je cherche aussi à conclure du mieux possible en phase offensive, Sanchez m’avait délivré un très bon ballon." "Je pense que ma carrière parle avec des faits, même si les années passent: Travailler dur est une constante de ma carrière et je cherche toujours à le prouver dans les faits : Un beau but grâce à un bel assist." "Les derniers buts que nous avons pris sont sur des phases arrêtées et sur penalty. C’est important de ne pas prendre de buts sur des phases actives, mais nous devons aussi travailler pour ne plus en prendre sur les phases arrêtées. J’ai un point commun avec Andreolli, c’était aussi un exemple de professionnalisme sur et hors du terrain." Danilo à Dazn Dumfries? "Je ne le trouvais pas et lui n’avait pas compris que je cherchais après lui, il y avait une petite incompréhension. C’est juste d’être là pour lui d’avoir ce concept du Nous et non du Je. C’est la force du groupe qui nous a porté à réaliser d’excellent résultat ces dernières saisons et nous devons continuer à suivre cette voie. "La chose la plus importante est de porter ce concept en avant, ce concept que Conte nous a transmis et qu’Inzaghi prône à merveille. Nous, qui étions avec Conte depuis deux ans, devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour continuer de ce manière: La passe décisive de Sanchez était exceptionnelle." Inzaghi? "Au début de l'année dernière, Conte nous a demandé de faire les mêmes choses, et nous avons dû ajusté notre approche car nous souffrions trop en contre-attaques. Puis il y a eu ce tournant et nous avons joué et défendu d'une manière différente." La faute ? "C’est faute lorsque l’arbitre siffle: Selon moi, son interprétation sur le terrain est la bonne. Tu ne peux pas siffler, sinon tu dois faire un autre sport. Il y a eu deux pas après mon léger contact, pour moi c’était une décision correcte." La citation de la soirée "D'Ambrosio est excellent joueur. Il a perdu actuellement son poste, mais il s’est toujours montré bien plus fonctionnel que d'autres noms plus renommés." - Guiseppe Bergomi Validez-vous cette dernière analyse ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Les Nerazzurri n’ont pas failli, malgré l’absence de Simone Inzaghi sur le terrain, suite à son exclusion lors du Derby d’Italie, les Champions en titre ont défait l’Empoli d’Andreazzoli au Castellani. Vu la nature de l’adversaire, un turn-over important avait été mis en place. Et si dès l’entame du match, l’Inter faisait face à une équipe organisée et dynamique, les trois points sont à destination de Milan. L’équipe proposera une réaction de caractère et les joueurs les moins utilisés offriront bien plus qu’une simple solution de remplacement, tel Danilo D’Ambrosio auteur d’un but à la 34’ après avoir précédemment sauvé Samir Handanovic. Sa célébration en direction de Denzel Dumfries est également révélatrice de l’ambiance environnante au vestiaire La reprise verra également Empoli se retrouver à dix suite à un attentat de Ricci sur Nicolò Barella, l’Inter prendra dès lors le contrôle du terrain, le break aura d’ailleurs à la 67' suite à un but de Federico Dimarco. Lautaro Martinez étant auteur de passe décisive. Le score aurait pu être bien plus lourd également, mais les buts d'Alexis Sanchez (54' hors-jeu) et de Roberto Gagliardini (74' but marqué de l'épaule sur corner) ont été justement invalidé. Les Champions d’Italie restent donc “au contact” du duo de tête, contrairement à la Vieille Dame qui a été puni par l’ancien marseillais Maxime Lopez à la 95': Cheh! . Le bilan présenté après 10 journées est tout de même de belle facture pour Simone Inzaghi, vu l’été mouvementé Place à présent à la prochaine confrontation entre l’Inter et l’Udinese qui se tiendra ce dimanche 31 octobre à 12h30! Veuillez également noter qu’il y a le changement d’heure ce week-end, cela vous évitera toute mauvaise surprise ! Quel est votre avis sur l’Inter d’Inzaghi après cette première partie du championnat ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Empoli 0-2 Inter Buteur(s): 34’ D’Ambrosio, 67’ Dimarco Empoli: 13 Vicario; 30 Stojanovic (82’ 20 Fiamozzi), 33 Luperto, 34 Ismajli, 65 Parisi; 27 Zurkowski (67’ 23 Asllani), 28 Ricci, 25 Bandinelli (67’ 8 Henderson); 10 Bajrami (57’ 32 Haas); 9 Cutrone (68’ 7 Mancuso), 99 Pinamonti Banc: 1 Ujkani, 3 Marchizza, 5 Stulac, 19 La Mantia, 26 Tonelli, 35 Baldanzi, 42 Viti T1: Aurelio Andreazzoli Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij (80’ 11 Kolarov), 95 Bastoni; 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic (72’ 8 Vecino), 5 Gagliardini (84’ 12 Sensi), 32 Dimarco; 10 Lautaro Martinez (84’ 9 Dzeko), 7 Sanchez (72’ 19 Correa) Banc: 97 Radu, 2 Dumfries, 13 Ranocchia, 14 Perisic, 20 Calhanoglu, 22 Vidal, 37 Skriniar T2: Massimiliano Farris Arbitre: Chiffi Var: Valeri Averti(s): De Vrij (I), Luperto (E), Brozovic (I), Gagliardini (I) Expulsé(s): 52’ Ricci (E) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Dans la journée de ce mercredi 20 octobre 2021, Vincenzo Pisacane, l’agent de Danilo D’Ambrosio, mais également et surtout celui du Capitaine Napolitain Lorenzo Insigne a été aperçu au club siégeant à la Viale Della Liberazione. Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La négociation entre l’attaquant et le Napoli est dans une phase de blocage: De Laurentiis a proposé un quinquennal, au joueur, à hauteur de 4,6 millions d’euros par saison, une proposition qui a reçu une fin de non-recevoir de la part du joueur. D’autres signaux continuent à être négatifs: la demande d’Insigne est celle d’un bonus à la signature d’environ 7 millions d’euros." "De plus le nom d’Insigne s'est déjà retrouvé sur la table de Giuseppe Marotta et Piero Ausilio. Son nom ayant été cité dans les jours suivant le départ de Lukaku. Toutefois, le club avait préféré emprunté la route la plus simple menant à offrir à Inzaghi un joueur qu’il demandait et connaissait déjà : Joaquin Correa. A distance de deux mois, l’agent s’est montré au siège Nerazzurro, non pas pour répondre aux rumeurs, mais certainement pas sans une prise de connaissance de la part de tous les protagonistes concernés." "Au-delà du démenti, il est clair que le nom d’Insigne a été cité hier: Après tout, nombreux sont ceux qui disent que la destination Interiste ne serait pas du tout déplaisante pour le numéro 24 du Napoli. La partie est ouverte et la rencontre d’hier ne sera certainement pas la dernière. Dans un peu plus de trois mois, Insigne pourra signer gratuitement pour une éventuelle nouvelle équipe." "Et le Napoli doit le reconquérir, car de l’étranger, il est confirmé que Manchester United s'est déjà renseigné. L'Inter écoute sournoisement, car aujourd'hui sa priorité est donnée aux renouvellements des contrats de Brozovic et Barella, pour lesquels il pourrait y avoir des nouvelles la semaine prochaine. De plus, les Nerazzurri se sont toujours montrés prudents avec les recrutements à paramètres zéro." "Si Insigne ne peut pas encore l’être aujourd’hui, ne pensez-vous pas que le nom d’Insigne n'a pas fait l’objet d’un raisonnement ? Ne pensez-vous pas que celui-ci ne circule pas dans les couloirs vu le niveau du joueur et le fait que la signature avec De Laurentiis est tout sauf imminente ? Pisacane et l'Inter en ont conscience." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. En effet, se déplacer sur le terrain de la Sampdoria n’est pas sans danger! La saison dernière, l’Inter d’Antonio Conte s’y était d’ailleurs incliné. Ajoutez à cela une trêve internationale inédite avec trois matchs à disputer et le retour de Daniele Orsato aux commandes du match: La rencontre au Luigi Ferraris avait tout d’un match piège Et le danger était constamment présent avec des joueurs génois qui avaient décidé de prendre les Nerazzurri à la gorge dès l’entame du match. Si la Sampdoria dominait sur le terrain, l’ouverture du score tombera du côté interiste. Profitant de la malice de Lautaro Martinez, Federico Dimarco inscrira son premier but pour l’Inter sur un coup-franc exceptionnel à la 18ème minute de jeu. Le club hôte reviendra à la marque à la suite d’une partie de billard dans la surface de réparation : En voulant écarter le danger sur une phase arrêtée, Ivan Perisic renvoie un ballon aérien, de la tête, vers Maya Yoshida, si le tir du nippon n’est en rien puissant, une malencontreuse déviation d’Edin Dzeko bat un Samir Handanovic très loin d’être rassurant. L’Inter reprend l’avantage à la 44ème minute de jeu : Suite à un ballon gagné dans l’entrejeu par Hakan Çalhanoğlu, Nicolò Barella part dans un raid solitaire en direction du but génois, altruiste, le Champion d’Europe délivre un délice de centre pour Lautaro Martinez, la reprise instantanée du Toro argentin ne laisse aucune chance à Emil Audero, le portier génois. En seconde période, l’Inter se mange le but du mois: Antonio Candreva, contrairement à ses années interistes parvient en centrant, à ne pas viser un stadier, mais à trouver Augello dans la surface de réparation nerazzurra, la reprise de volée sans contrôle fusille Samir Handanovic. L’Inter, toujours dans les cordes parvient à se créer trois possibilités réelles pour reprendre une troisième fois l’avantage, en premier lieu par Ivan Perisic qui sert un rien trop fort Edin Dzeko dans le petit rectangle génois, ensuite par Çalhanoğlu dont le tir lointain flirte avec le poteau d’Audero et enfin par Joaquim Correa dont la reprise à bout portant est dévié par le portier Italie. Si le portier de la Sampdoria apporte une certaine garantie, la situation était diamétralement à l'opposée du côté des Champions d'Italie : Sans l’intervention miraculeuse de Danilo D’Ambrosio, un nouvel arrêt du regard du gardien slovène aurait valu aux Nerazzurri de concéder leur première défaite de la saison. L’Inter terminera également ce match à 10 contre 11, non pas par suite d’une expulsion d’un joueur, mais à la suite d’une nouvelle blessure de Stefano Sensi : Monté au jeu dans le dernier slot disponible à la 67ème minute de jeu, suite aux 5 changements procédés par un Simone Inzaghi très réactif, l’homme en cristal de l’Inter se blesse 8 minutes plus tard. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une blessure qu’il s’est occasionné tout seul : A la 75′, lors à la suite d’un sérieux contact et d'un choc avec Maya Yoshida pour récupérer un ballon, Sensi a immédiatement ressenti une douleur. Immédiatement éclaté, l’ancien de Sassuolo tentera en vain de continuer à jouer. Hors-service sur le terrain, l’italien ne touchera que très peu de ballon avant de définitivement sortir du terrain à la 88ème minute de jeu. Vu le déroulement de la rencontre, et les différents paramètres à prendre en compte, l’Inter rentre à Milan avec un très bon point gagné sur un terrain hostile et sous les applaudissements des tifosi qui avait rejoint Gênes. Place à présent au premier choc de la saison avec la réception, ce mercredi 15 septembre à 21h00 du Real Madrid de Carlo Ancelotti Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Sampdoria 2-2 Inter Buteurs: 18' Dimarco (I), 33' Yoshida (S), 44' Lautaro Martinez (I), 46' Augello (S) Sampdoria: 1 Audero; 24 Bereszynski, 22 Yoshida, 15 Colley, 3 Augello (78' 29 Murru) 87 Candreva, 5 Silva (89' 9 Torregrossa), 2 Thorsby, 38 Damsgaard (78' 8 Verre); 10 Caputo, 27 Quagliarella (67' 16 Askildsen) Banc: 33 Falcone, 4 Chabot,11 Ciervo, 12 Depaoli, 19 Dragusin, 20 Ihattaren, 25 A. Ferrari, 70 Trimboli T1: Roberto D'Aversa Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco (67' 2 Dumfries); 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic (53' 22 Vidal), 20 Calhanoglu (67' 12 Sensi), 14 Perisic (53' 33 D'Ambrosio); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (62' 19 Correa) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 7 Sanchez, 8 Vecino, 11 Kolarov, 13 Ranocchia T1: Simone Inzaghi Arbitre: Daniele Orsato Var: Nasca Averti(s): Brozovic (I), Thorsby (S), Colley (S), Adrien Silva (S), Dzeko (I), Vidal (I) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Simone Inzaghi s'entraîne avec la moitié du groupe et doit évaluer l'état des joueurs qui reviendront des équipes nationales. La trêve internationale oblige l'Inter à s'adapter. Simone Inzaghi entraîne actuellement un groupe réduit de moitié et devra l'état des joueurs qui reviendront des sélections dans quelques jours. Une situation difficile qui pourrait contraindre l'entraineur à revoir ses plans en vue du match de dimanche contre la Sampdoria (12h30). Outre le retour de Stefano Sensi aux côtés d'Edin Dzeko, l'entraîneur des Nerazzurri pourrait également entreprendre un changement plus surprenant, celui d'aligner Danilo D'Ambrosio en défense centrale. Ce dernier prendrait alors place de Milan Skriniar, laissé au repos. KarimGipuzcoa - Internazionale.fr
  25. En effet, selon la presse transalpine, le duo formé par Giuseppe Marotta et Piero Ausilio pourrait sévir et renforcer l’Inter, à coup de transfert gratuit, au terme du prochain mercato hivernal, pour la saison prochaine ! Au niveau du poste de gardien Selon le Corriere Dello Sport, André Onana rejoindra les Nerazzurri à l’été 2022, sauf en cas de catastrophe industriel au niveau de Samir Handanovic : "Le faire venir en Italie en janvier n'est pas envisagé, sauf si les performances de Handanovic s'effondrent. L'Inter dispose d’une place pour un joueur extracommunautaire dans l'effectif, mais ils n'ont pas l'intention de dépenser pour l'avoir six mois à l'avance." L’Inter et le portier dispose également d’un accord verbal (à différencier d’un pré-contrat) Au niveau de la défense Selon Tuttosport, l’Inter pourrait ramener à la base Zinho Vanheusden et Lorenzo Pirola, étant donné qu’Andrea Ranocchia, Danilo D’Ambrosio et Aleksandar Kolarov seront en fin de contrat. "Il sera nécessaire de compléter ce secteur avec un joueur expérimenté et, dans ce sens, parmi ce que le mercato offre à ce poste, avec entre autres Luiz Felipe (proche du renouvellement avec la Lazio), Antonio Rüdiger et Andreas Christensen. Il faudra aussi se concentrer sur Matthias Ginter que l'Inter avait l’intention de recruter, avant qu’il ne prolonge l’aventure avec le Borussia Mönchengladbach". Au milieu du terrain L’Inter aurait dans son viseur, selon Tuttosport, Corentin Tolisso dont le contrat avec le Bayern de Munich prendra fin le 30 juin 2022 "Il y a un joueur dont le contrat expire que Marotta et Ausilio connaissent depuis longtemps, il s'agit de Corentin Tolisso dont la parabole au Bayern Munich semble avoir atteint la dernière courbe si l'on considère que le Français est un réserviste de luxe dans l'équipe bavaroise depuis un certain temps." Pour l’attaque Selon Tuttosport, Lorenzo Insigne est séduit par l’Inter : "Toutes les pensées se tournent vers Lorenzo Insigne que l'Inter a essayé de recruté pendant l'été avant de se tourner finalement vers Correa. Dans le cas où la rupture avec Aurelio De Laurentiis serait toujours évidente, il est évident que les Nerazzurri seront au premier rang pour la star de Naples qui, en plus de mettre tout le monde d'accord techniquement, est un pilier de l'équipe nationale, soit une information importante pour Marotta, qui a toujours été convaincu de l'idée qu'une grande équipe qui ambitionne le Scudetto , se doit d’avoir un noyau important représenté par des Italiens". Confirmation de la Rosea: "Le président du Napoli joue à la baisse (3,5 millions) contre les 4,6 actuels, alors que le joueur et son agent Pisacane visent les 5,5 millions d’euros. Tout le monde en parle, tout le monde connaît le problème. Pourtant, les protagonistes de cette affaire ne se parlent pas. Personne n'est intéressé par la perte d'un temps précieux. Il a été question d'un intérêt des Nerazzurri pour Insigne." Andrea Belotti Selon Calciomercato.com, "L'idée d'Andrea Belotti était là, mais maintenant que le mercato est terminé et que Joaquin Correa est arrivé à Milan et a déjà rejoint l'Inter, l'avenir du Gallo n'est plus aussi proche des Nerazzurri. S'il ne renouvelle pas son contrat avec les Granata, la possibilité d'un retour de flamme pourrait être là, mais aujourd'hui Belotti est loin de l'Inter". Fantasme journalistique ou réelles opportunités à saisir, qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr