Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'denzel dumfries'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

23 résultats trouvés

  1. Simone Inzaghi n'a pas pu cacher sa déception après que l'Inter ait perdu deux points à domicile face à l'Atalanta suite à un penalty manqué en fin de match. Il s’est exprimé sur DAZN. Voici ce qu’il avait à dire. Sur le match. "C'était un match passionnant, mais nous sommes ravis du résultat. Compte tenu des occasions que nous avons eues en seconde période, je pense que nous méritions plus. Cela n'enlève rien à l'Atalanta, c'est une excellente équipe et elle a très bien joué. Nous avons perdu notre route dans les dernières minutes après le penalty manqué, mais je pense que nous avons été excellents pour les longues périodes, en particulier dans les 20 premières minutes et en seconde période. C'était une excellente performance contre une très bonne équipe." Sur la mentalité des joueurs. "Les gars doivent continuer à s'entraîner comme ils l'ont fait. En tant qu'entraîneur, c'est une joie de voir vos remplaçants arriver et apporter une grande contribution au jeu. Après nos trois premiers changements, nous avons poussé l'équipe plus haut et avons joué de très bonnes choses en deuxième mi-temps." Sur la performance de certains joueurs. "Matias Vecino a brillamment fait tout comme Denzel Dumfries et Alexis Sanchez, ainsi que Dimarco. Je n'oublie pas non plus Danilo D'Abrosio et Roberto Gagliardini: ils sont très importants pour nous. Ils ont eu quelques soucis à la fin de la pré-saison mais on va avoir besoin d'eux comme tout le monde jouant tous les trois jours à ce genre de tempo." Sur le penalty. "J'ai décidé que Dimarco allait être notre tireur. Il s'est entraîné ce matin avec Hakan Calhanoglu, Lautaro et Ivan Perisic. Je pensais que Federico avait l'air plus frais qu'Ivan. C'est dommage car il a fait un superbe début de saison et il méritait de marquer le vainqueur à domicile, devant notre Curva." "C'est décevant de tirer mais j'étais content de voir les gars donner tout jusqu'au bout." A propos de Nicolo Barella qui a produit une cinquième passe décisive en six apparitions cette saison. "Nicolo joue à ce niveau depuis quelques années maintenant. C'est un champion d'Italie et d'Europe donc je n'ai pas été surpris. C'est un milieu de terrain moderne et il n'y a aucune raison pour qu'il ne puisse pas continuer comme ça. Il a juste besoin de continuer à travailler avec les autres en essayant de s'améliorer constamment." Traductions alex_j via le site officiel de l'Inter.
  2. Pour le compte de la 6ème journée de Série A, l'Inter recevait l'Atalanta à Giussepe Meazza. Ce match était le premier d'une série difficile qui attend les Nerazzuri, qui affronteront successivement en championnat Sassuolo, la Lazio et la Juventus. Récit d'un match absolument spectaculaire. Nous sommes passés par tous les états, de la joie à la tristesse, de la frustration au soulagement. Le match s'est décanté en plusieurs parties : de la 1' à 5', de la 5' à 55', de la 55' à 85' et de la 85' à 96'. La première est pour l'Inter. À ce moment là l'Inter joue, dicte le rythme à l'adversaire et marque ce magnifique premier but, un des plus beaux de la saison sans l'ombre d'un doute. Tout le monde faisaient les efforts, notamment Perisìć qui a réalisé un bon match dans l'ensemble. Mais Džeko loupe la balle du 2-0 et ce sera très important pour la suite de la rencontre. Et puis plus rien. On entre dans la seconde partie. L'Atalanta est montée en puissance, physiquement dans le pressing, en s'implantant plus haut dans la moitié de terrain de l'Inter. Celle-ci reste solide mais les occasions s'enchaînent pour la Dea. Et ce qui devait arriver arriva. Škriniar laisse trop de temps et d'espace à Malinovski qui marque un but sublime. Imparable pour n'importe quel gardien. Derrière l'Inter souffre et l'Atalanta (Malinovski) ont la bonne idée de tenter leur chance de loin. Et ça n'a pas manqué. Frappe surpuissante de l'Ukrainien détournée par Handanović. Toloï reprend et marque le 2-1. Fin de la 1ère période, avec des joueurs qui se donnent à fond (à l'image de Džeko qui fait un énorme repli défensif à la 26'); et un Maresca qui distribue des cartons jaunes (4 en 1ère période), comme il distribuait jadis les erreurs d'arbitrages contre l'Inter. Début de la seconde mi-temps sur les mêmes bases que la fin de la première, une Atalanta qui presse haut et une Inter qui a du mal à se créer des occasions et qui négocie mal les situations de contre qui se présentent à elle. À noter la grossière erreur de Maresca à la 50' qui accorde un coup franc totalement inexistant à Malinovski qui vient heurter le poteau. Coup de chaud pour la défense Interiste. Arrive la 55' et les sorties de Darmian, Bastoni et Çalhanoglu pour respectivement Dumfries, Dimarco et Vecino. Nous basculons sur la 3ème partie de ce match. Ces changements apporteront l'énergie dont l'Inter avait besoin pour revenir dans le match, avec mention à Vecino. L'activité au milieu change quand il remplace Hakan. Pareil pour Dumfries et Dimarco. L'Inter reprend le dessus sur l'Atalanta et se crée plusieurs occasions coup sur coup. Notamment cette offrande, ce caviar, ce saussicon de Barella déposé sur la tête de Džeko. Ce dernier reprend bien mais Musso réalise un arrêt décisif. Dommage pour l'Inter de ne pas avoir pris ce très bon gardien. Les occasions défilent, le but ne vient pas, jusqu'à la 71' et ce tap-in Ronaldesque d'Edin Džeko, sur un amour d'extérieur du pied de Barella pour Dimarco, qui voit sa tentative déviée par Juan Musso dans les pieds du Bosniaque. Le match est relancé et l'Inter pousse pour passer devant mais n'y parvient pas. Nous entrons alors dans le moment décisif de la rencontre : le pénalty. Long ballon de Brozović vers Dumfries qui conserve bien son ballon et qui parvient à se retourner. Il envoie un suberbe centre droit sur la tête de Džeko dans les 5m50. Demiral pose sa main sur le crâne du Bosniaque et concède le pénalty. L'occasion de prendre l'avantage est là et c'est Dimarco qui est choisi pour la convertir. Mais Dimarco, se croyant en train de tirer un coup franc, envoie une mine sur la barre de Musso. Trop de responsabilités pour Federico qui aurait sans doute dû laisser sa place à un quelqu'un d'autre. Dernière partie du match après ce pénalty non-converti. L'Atalanta est comme revigorée et pousse pour arracher la victoire. 88', Handanović hésite un peu à sortir sur un ballon contré et dégage maladroitement. C'est récupérer par la Dea, bonne circulation de balle et superbe inspiration de Gosens qui joue en une touche pour Roberto Piccoli qui prend Handanović à contre pied. Ce dernier fait ce qu'il peut et ralentit la course d'un ballon qui finira malgré tout au fond des filets. L'Inter est à terre mais coup du sort, le VAR intervient et invalide le troisième but Bergamasque car le ballon était sortie des limites du rectangle vert. L'Inter est sauvée par la grâce (et la petite hésitation d'Handanović au départ de l'action). L'Atalanta pousse sur la fin de rencontre mais ne parvient pas à s'imposer. Du côté de l'Inter, fin de match discrète mais quand même une dernière occasion pour Džeko à la 96' sur un centre d'Alexis Sánchez. Sa tête finira à côté du but de Musso. M. Maresca siffle la fin d'une rencontre intense et rocambolesque, où tout les scénarios possibles ont pût être imaginés, par des joueurs et des supporters qui sortiront de ce match plutôt frustrés; par le pénalty pour uns et par le but refusé pour les autres. Match d'une très grande intensité qui pèsera sûrement mardi prochain à 18h45 en Ukraine contre le Shakhtar pour le compte de la 2ème journée de Ligue des champions. Inter 2-2 Atalanta, l'Inter laisse filer 2 points contre la Dea et manque l'occasion de reprendre les commandes de la Série A. Tableau récapitulatif Résumé Vidéo Inter 2-2 Atalanta Buteur(s): 5' Lautaro Martinez (I), 30' Malinovski (A), 37' Toloï (A), 71' Džeko (I) Inter (3-5-2): 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (57' 32 Dimarco); 36 Darmian (57' 2 Dumfries), 23 Barella (89' 48 Satriano), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (57' 8 Vecino), 14 Perisic; 9 Džeko, 10 Lautaro Martinez (81' 7 Sánchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 33 D'Ambrosio, 5 Gagliardini, 38 Sangalli T1: Simone Inzaghi Atalanta (3-4-1-2): 1 Musso; 2 Toloï, 28 Demiral, 6 Palomino (70' 3 Maehle); 77 Zappacosta (77' 88 Pasalić), 15 De Roon, 11 Freuler, 8 Gosens; 32 Pessina (63' 19 Djimsiti); 18 Malinovski (63' 72 Ilicić), 91 Zapata (63' 99 Piccoli) Banc: 57 Sportiello, 13 Pezella, 31 Rossi, 59 Miranchuk, 66 Lovato, 7 Koopmeiners T1: Gian Piero Gasperini Arbitre: Fabio Maresca VAR: Aureliano Averti(s): Malinovski (A), Bastoni (I), Palomino (A), Zapata (A), Çalhanoglu (I), Zappacosta (A), Barella (I), Toloï (A) Expulsé(s): / ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter
  3. L'ancien milieu de terrain légendaire de l'AC Milan, Ruud Gullit, pense que son compatriote international néerlandais Denzel Dumfries a pris la bonne décision en rejoignant l'Inter. S'adressant à Sky Sport Italia, la légende des Rossoneri a donné son avis sur l'ancien ailier du PSV et a suggéré que le joueur pourrait continuer son développement en jouant au Giuseppe Meazza. Dumfries a rejoint les Nerazzurri cet été, considéré comme le meilleur joueur pouvant renforcer leur côté droit après le départ d'Achraf Hakimi. Le Néerlandais n'a pas eu un impact significatif lors des premiers matchs de la saison. Il aura attendu sa première titularisation pour se montrer avec une excellente performance lors de la victoire écrasante de son équipe (6-1, NDLR) face au FC Bologne. Gullit pense que Dumfries a choisi de rejoindre le bon club et que ses qualités feront de lui un bon élément du système des Nerazzurri où il pourrait vraiment briller à l'avenir. "Je pense qu'il a choisi la bonne équipe", a déclaré Gullit, "étant donné la façon dont ils jouent, il peut monter et descendre tout le couloir. C'est un joueur au grand cœur, il donne tout ce qu'il a à chaque match." "Il a été très important pour l'équipe néerlandaise, comme de Vrij", a-t-il poursuivi. "De plus, aux Pays-Bas, ils ont compris qu'un défenseur comme de Vrij est important pour l'équipe nationale. Auparavant, l'accent était mis sur les joueurs qui savent bien jouer avec le ballon, mais défendre est une autre affaire." ®Internazionale.fr - Oxyred Via SempreInter
  4. L'Inter voulait une évolution, pas une révolution, après avoir remporté un premier Scudetto en 11 ans. La déroute de Bologne a montré comment. Ceci est une traduction intégrale de ''Inter serve up a storm as Inzaghi looks to blow memories of Conte away'' de Nicky Bandini paru sur le site du Guardian. Comme un oiseau cherchant un abri dans les heures qui précèdent une tempête, Sinisa Mihajlovic savait que les ennuis allaient arriver et pourtant, il était impuissant à les arrêter. "Parlons d'autre chose", a-t-il dit, maudissant librement, après avoir été interrogé Vendredi sur le succès de Bologne à conserver des clean sheets. "Maintenant, nous ne faisons qu'inviter la malchance… si nous concédons un but demain, je vais me fâcher contre vous les gars ! Qu'est-ce que c'est ça? Quand nous ne concédons pas de buts après 20 matchs d'affilée, alors nous pouvons parler de ce genre de choses. Pas après deux matchs.'' Un jour plus tard, Bologne a été balayé par l'ouragan nommé Inter: encaissant non pas un but, mais six. Denzel Dumfries est arrivé comme un coup de vent, ou pas loin vu que c'est ce que l'on peut attendre d'une personne capable d'atteindre une vitesse de pointe enregistrée de 34,38 km/h (21,36 mph), apportant le premier but de Lautaro Martínez à la sixième minute. Ce n'était que le début. Milan Skriniar a doublé l'avance grâce à une tête sur corner et Nicolò Barella a porté le score à 3-0 avant la pause, convertissant un autre centre de Dumfries. L'arrière droit néerlandais offrait une nouvelle occasion à Martínez au début de la seconde période, mais cette fois le tir touchait la barre et le gardien de Bologne au retour Peu importe. Matías Vecino a rapidement ajouté le quatrième, avant qu'Edin Dzeko ne frappe deux fois pour compléter le compteur de l'Inter. Bologne a inscrit son but tardif via Arthur Theate, mais il n'y avait guère de consolation dans ce score final de 6-1. Mihajlovic a déclaré que son équipe n'avait pas eu de chance et que les choses auraient pu se passer différemment si Bologne avait tenté sa chance en première mi-temps. Samir Handanovic a fait un superbe arrêt sur une tentative de Roberto Soriano, mais il était difficile de croire que cela aurait eu de l'importance compte tenu de la supériorité nette de l'Inter. Bologne a poussé trop haut, trop tôt. Quiconque a observé la carrière managériale de Simone Inzaghi doit savoir à quel point il est efficace pour préparer ses équipes à frapper rapidement, en attirant les adversaires et en attaquant les espaces laissés libres. C'est en partie pourquoi l'Inter l'a cherché pour succéder à Antonio Conte. Il existe des lignes claires et partagées dans leur approche, préférant à la fois une défense à trois et un football construit sur des partenzes rapides, des départs rapides de l'arrière, la terminologie était importante pour Conte, qui n'a jamais pu supporter qu'on lui dise que son équipe jouait sur la contre-attaque. L'Inter voulait une évolution, pas une révolution, après avoir remporté son premier titre en 11 ans . Il y avait d'autres raisons de choisir Inzaghi qui était prêt à accepter un tiers du salaire de Conte. Mais la continuité était une considération importante. Beaucoup doutaient que cela puisse être réalisé. En plus de Conte, l'Inter avait fait ses adieux à Romelu Lukaku ainsi qu'à Achraf Hakimi. La Juventus ayant ramené Massimiliano Allegri, peu étaient prêts à nommer l'Inter comme favori pour conserver sa couronne. Quatre matchs dans la saison, les perceptions changent déjà. Cela est en partie dû à la forme lamentable de la Juventus, son match nul contre Milan dimanche prolongeant un départ sans victoire. L'Inter, cependant, a été convaincante, ramassant 10 points pour se hisser en tête du classement. Le nombre de buts de l'Inter est plus aguicheur: 15 en quatre matchs. Depuis que Helenio Herrera était manager des Nerazzurri, en 1960, aucune équipe de Serie A n'avait marqué plus à un stade aussi précoce. Si Inzaghi a cherché à s'appuyer sur le bon travail de Conte alors ce qui a été fascinant a été d'observer des variations dans cette jeune campagne. Il est trop tôt pour des jugements définitifs, mais tactiquement, il y a eu de petits changements, l'Inter occupant des positions plus élevées sur le terrain. Dzeko interprète le rôle du n ° 9 différemment de Lukaku, jouant davantage dos au but et permettant à l'équipe de construire à travers lui au lieu de servir de destination finale aux attaques. Le changement le plus important, cependant, pourrait s'avérer dans l'utilisation du contingent. Bien qu'il ait souvent demandé que son équipe soit élargie, Conte avait tendance à s'appuyer sur un petit groupe de joueurs, avec neuf titulaires pour 29 matches ou plus la saison dernière en Serie A. Parfois, il semblait tentant de souligner l'inexpérience et le manque de préparation des joueurs qu'il avait demandé. Après avoir reçu des critiques après une défaite en phase de groupes de la Ligue des champions contre Dortmund en 2019, il a exigé de savoir : ''À qui sommes-nous censés demander plus ? Nicolò Barella qui est arrivé de Cagliari ? Stefano Sensi, venu de Sassuolo ?'' Inzaghi a adopté une ligne différente, faisant confiance à des joueurs tels que Dumfries plus tôt qu'il ne l'avait prévu. C'était sa première titularisation pour l'Inter et il a plus que justifié son inclusion, terrorisant l'arrière gauche écossais de Bologne, Aaron Hickey. Dumfries nous a rejoint cet été pour remplacer Hakimi. Il faudra plus d'un match pour faire oublier le Marocain, mais la Gazzetta dello Sport a pris grand plaisir à constater que la vitesse de pointe de Dumfries était presque égale à celle de son prédécesseur. Sur le flanc opposé, Federico Dimarco a également commencé et a fait une impression tout aussi forte, construisant les buts de Skriniar et Vecino. Diplômé de l'académie de l'Inter, qui a rejoint le club à l'âge de six ans, Dimarco a été négligé et prêté par les managers successifs, mais il s'agissait de sa deuxième titularisation, à deux postes différents, sous Inzaghi. Son premier match a eu lieu en tant que défenseur central gauche lors du nul 2-2 avec la Sampdoria, lorsqu'il a marqué un superbe coup franc. Bien que Dimarco ait semblé plus à l'aise à l'arrière Samedi, sa polyvalence est appréciée par le nouveau manager, tout comme son coup franc. Inzaghi a été explicite sur son intention de continuer à faire tourner l'équipe pour lutter contre la fatigue. À partir de Mardi, l'Inter entame une course éreintante de huit jours qui les emmène chez une une impressionnante Fiorentina, de retour à la maison pour affronter l'Atalanta, puis à Kharkiv pour affronter le Shakhtar Donetsk. Samedi, ils se remettaient d'une défaite en milieu de semaine contre le Real Madrid. Inzaghi a fait le choix délibéré de laisser au repos Hakan Calhanoglu, Ivan Perisic et Dzeko contre Bologne, mais ce dernier a été contraint à l'action tôt après que Joaquín Correa ait reçu un coup en première mi-temps. La défaite de Madrid a alimenté par les joueurs de l'Inter, Skriniar s'exprimant lors d'une interview à la mi-temps contre Bologne sur un désir commun de soulager cette colère d'un match que lui et ses coéquipiers pensaient qu'ils auraient dû gagner. Inzaghi avait été critiqué pour ses remplacements, accusé d'avoir coupé l'élan de son équipe alors qu'elle dominait. D'une manière ou d'une autre, l'Inter a créé une tempête contre Bologne. Seul le temps nous dira si Inzaghi peut exploiter et convertir leurs énergies aussi régulièrement, voire mieux, que son prédécesseur en une force toujours dévastatrice. Traduction alex_j.
  5. Denzel Dumfries a marqué les esprits ce samedi 18 septembre 2021, en étant l'auteur d’une performance cinq étoiles face à Bologne. Denzel a d'ailleurs été encensé par la Gazzetta Dello Sport: "Son début en tant que titulaire peut être un électrochoc pour la saison de l’Inter : Il semble se confirmer qu’elle pourra continuer toujours à voyager sur les mêmes fréquences que celle de la saison passée." Comparaison inévitable "La succession à droite vole haut, à un rythme très élevé : Denzel, lors de ses accélération a présenté une pointe vertigineuse de 34,38km/h! Nous sommes dans le même registre qu’Achraf qui l’année dernière culminait à 34,52km/h. Face à Bologne, le néerlandais a parcouru quasiment 11km, 10,95 pour être précis, et il a offert une présence physique qui a marqué l’intégralité du staff Nerazzurro. Inzaghi s’était lancé dans l’insertion de son nouvel ailier, un peu dans la précipitation, mais le délai d’attente n’a plus lieu d’être et il n’est plus nécessaire de limiter son utilisation." Une pile électrique "Denzel, nom donné par ses parents en hommage à l’Oscarisé acteur américain Denzel Washington, était obligé, jeune enfant, de réaliser des visites médicales suite à son hyperactivité. A présent, il déploie toute son énergie sur le terrain : Face à Bologne, trois occasions franche, y compris le but d’ouverture de Lautaro, sont venu de ses pieds. Son prédécesseur marocain présentait une moyenne d’une tentative sérieuse par match." "Jusqu’à présent, Dumfries et Hakimi ont démontré également une gestion différente du ballon, la différence se retrouve dans la verticalisation : Hakimi délivrait en moyenne une passe sur quatre vers l’avant, tandis que face à Bologne, Dumfries est resté bloqué à 14% ... Pour être clair, dans cette nouvelle Inter, l’ailier se catapulte toujours vers l’avant mais avec moins de verticalité, sans jamais perdre efficacité. Il faudra bien sur plus de temps pour le confirmer, Mais Denzel semble s’être bien adapté." Encensé par Fabio Caressa…. "L’Inter a obtenu une victoire incroyable. Elle a proposé une démonstration de force physique associé à une force technique totalement incroyable. Ce Dumfries est impressionnant. C’est une Inter qui a vraiment une grande conscience en ses capacités. Dumfries est l’ailier qui, globalement, a marqué le plus de but et délivré le plus de passe décisif en Europe." .....et Beppe Bergomi "L’Inter a toujours cherché à faire le jeu, c’est surtout une équipe qui lorsqu’elle part en contre, fait très mal. C’est aussi cet aspect que l’on retrouve derrière l’intégration de Dumfries. Il est un peu comme Hakimi, mais ses accélérations peuvent briser les défenses adverses, il a un très bon jeu et la façon dont il rentre dans ce dernier avec ses coups de talon lui convient bien. Il peut débloquer les parties, il est important et je suis certain qu’il pourra s’avérer bien meilleur qu’Hakimi en phase défense, car il évoluait dans la défense à 4 du PSV." "L’Inter avait besoin d’un joueur avec des jambes après les départ de Lukaku et d’Hakimi. Dans cet Inter, le seul joueur indiscutable reste Brozovic, Sans minimiser la force de Lukaku qui apportait de la profondeur, l’Inter a trouvé, à présent, plusieurs façons d’attaquer." La Ligue des Champions ? "Pour moi, elle va passer le tour." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. AFP - L’Inter a corrigé Bologne 6 à 1 samedi au stade Guiseppe Meazza et pris provisoirement la tête de la Serie A en attendant les matchs de dimanche et lundi qui pourraient permettre à l’AS Rome, Milan et Naples de refaire leur retard d’un point. Agressifs au pressing, incisifs en contre et précis dans la construction, les Milanais n’ont laissé aucune chance à une équipe de Bologne désorganisée et quasiment incapable de se créer des occasions. Il y a eu cinq buteurs mais s’il faut retenir un trio Nerrazzuro, ce seront les trois milieux qui n’apparaissent pas au tableau d’affichage : défenseurs, attaquants, passeurs, Federico Dimarco, Denzel Dumfries et surtout Marcelo Brozovic, le chef d’orchestre, ont donné le tournis à leur adversaire. Le festival des hommes de Simone Inzaghi a débuté à la 6e minute, Dumfries a débordé côté droit pour centrer vers Lautaro Martinez qui a fusillé Skorupski à bout portant. Skriniar a par la suite devancé de la tête le même gardien polonais, en retard (30e). Brozovic, 4 minutes plus tard, a lancé Dumfries à droite, dont le centre mal repoussé par la défense a échoué sur Barella qui n’avait plus qu’à pousser au fond (3-0). Le discours du coach de Bologne Sinisa Mihajlovic à la mi-temps n’a rien changé, ses hommes ont continué à subir les voies d’eau : Dimarco a repris la marche en avant avec un ballon qui a transpercé toute la surface de réparation et ses acteurs pour finir dans les pieds de Vecino, qui a pris le temps de contrôler pour marquer de près (54e). Brozovic, encore lui, a envoyé à l’heure de jeu un ballon tendu dans la surface adverse, que Lautaro Martinez a laissé très intelligement passer pour Dzeko, buteur du pointu (62e). Le même Dzeko a profité 5 minutes plus tard d’une passe d’Alexis Sanchez contrée par De Silvestri pour longer la ligne de but et frapper en force par dessus la tête de Skorupski dans un angle impossible. La réduction du score anecdotique d’Arthur Theate pour Bologne (6-1) ne suffira pas à apaiser les maux de tête de Mihajlovic après la déroute de son équipe. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 6-1 Bologne Buteur(s): 6' Lautaro Martinez (I), 31' Skriniar (I), 34' Barella (I), 54' Vecino (I), 65', 68' Dzeko (I), 86' Theate (B) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (67' 11 Kolarov); 2 Dumfries, 23 Barella, 77 Brozovic (74' 5 Gagliardini), 8 Vecino, 32 Dimarco; 10 Lautaro Martinez (67' 7 Sanchez), 19 Correa (29' 9 Dzeko) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 14 Perisic, 20 Calhanoglu, 33 D'Ambrosio, 36 Darmian, 48 Satriano T1: Simone Inzaghi Bologne: 28 Skorupski; 29 De Silvestri (77' 6 Theate), 17 Medel, 4 Bonifazi, 3 Hickey (55' 35 Dijks); 8 Dominguez (69' 20 Van Hooijdonk), 32 Svanberg (55' 55 Vignato); 11 Skov Olsen, 21 Soriano, 10 Sansone (55' 99 Barrow); 9 Arnautovic Banc: 22 Bardi, 2 Binks, 5 Soumaro, 6 Theate, 7 Orsolini, 15 Mbaye, 19 Santander, 66 Amey T1: Sinisa Mihajlovic Arbitre: Ayroldi Var: Guida Averti(s): De Silvestri (B), Hickey (B), Dijks (B) Expulsé(s) : / Affluence: 35.278 Tifosi ®AFP
  7. Milan Skriniar, Matias Vecino et Denzel Dumfries se sont livrés suite au déluge dont a été victime Bologne au Giuseppe Meazza ce samedi à Milan! Milan Skriniar, auteur du second but "Je suis heureux de mon but, mais surtout de la prestation de l’équipe. Nous avons bien évolué depuis le début de la rencontre en mettant un terme immédiat aux certitudes et aux espérances de l’adversaire. Nous venions d’enregistrer deux performances négatives et il était important de gagner : Notre attachement vis-à-vis de la rencontre était visible dès la première minute de jeu." Mes contres face au Real ? "Je ne sais pas si c’était mon meilleur match, je me sentais bien. Mais nous l’avons tout de même perdu. Aujourd’hui, c’était important de rentrer à la maison avec les trois points. Je cherche toujours à aider mes équipiers, je ne sais pas ce que veut dire être un Leader, mais je fais de mon mieux." Denzel Dumfries, auteur d’une prestation cinq étoiles "Je suis vraiment heureux, nous avons joué une grande partie. Elle était importante après la défaite face au Real Madrid. Nous avons réagi en équipe, en réalisant une prestation optimale. Je me sens bien, Inzaghi m’a demandé de rester haut et d’attaquer le plus possible. Mes équipiers m’ont aidé et m’ont très bien accueilli. Je suis vraiment heureux et orgueilleux d’être ici, je suis dans un club fantastique, avec des Tifosi exceptionnels. Je suis en train d’apprendre l’Italien et je m’améliore quotidiennement." Matias Vecino, le retour de Casper "Marquer est toujours beau et important, mais ce qui compte c’est de gagner et de réaliser une bonne prestation. Aujourd’hui, nous y sommes parvenus en nous créant tellement d’occasions de buts. Des matchs comme celui-ci te donne confiance car tu fais face à des rencontres rapprochées et difficiles. Nous revenions d’une défaite et nous nous sommes montré bons pour redresser la barre tout de suite. Le but d’ouverture nous a mis sur la voie." La Fiorentina ? "Retourner à Florence est toujours beau, c’est la ville de mon cœur, j’y ai été bien accueilli lorsque je suis arrivé d’Uruguay. Cela reste une rencontre spéciale pour moi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. L'Inter n'a fait qu'une bouchée de Bologne lors de cette 4e journée. Les Nerazzurri ont remporté une nette victoire 6-1. Voici ce que Simone Inzaghi avait à dire sur DAZN. Les six buts interistes ont été marqués par Lautaro Martinez, Milan Skriniar et Nicolo Barella en première MT et Matias Vecino et Edin Dzeko (doublé) en deuxième MT. Arthur Theate consolera Bologne en fin de match. A propos de Denzel Dumfries. "Je pense que Denzel a fait un excellent match. Il se débrouille bien à l'entraînement. Il a besoin de s'installer, mais ce processus s'est déroulé plus rapidement que prévu. C'est un joueur de qualité et il fait un changement. Il apprend l'italien rapidement et nous sommes très satisfaits de lui." Sur le match en lui même après cette cruelle défaite contre le Real. "J'étais méfiant à l'approche de ce match car parfois on peut avoir la gueule de bois après une défaite comme celle de mercredi, mais les gars ont été brillants. Nous voulions bien faire devant nos fans. J'ai félicité les joueurs pour leur prestation face au Real Madrid. Il est naturel d'avoir un sentiment de regret parce que vous ne pouvez pas repartir avec ce résultat après ce genre de performance. Nous avons eu 18 tirs mais n'avons pas marqué, alors que nous avons débloqué le match avec notre premier mouvement aujourd'hui et que le match s'est déroulé dans notre sens. C'est une large victoire mais nos adversaires étaient en forme. Ils avaient remporté des matchs consécutifs, donc l'Inter mérite des éloges." Sur les options au milieu de terrain et de la recherche d'une alternative à Marcelo Brozovic. "J'ai réussi à donner un peu de repos à Brozo lors des deux premiers matchs mais il est irremplaçable pour nous. Ce n'est pas par hasard qu'il a toujours été un starter et un pivot pour tous les entraîneurs qui l'ont eu ici. Nous avons également Barella dans cette position, et Vecino y a joué pour l'Uruguay. Gagliardini est aussi un joueur très utile. Il a eu une terrible blessure mais il se remet et je l'ai rapidement ramené dans le giron pour lui permettre de se remettre en pleine forme." Concernant Alexis Sanchez. "Alexis est un joueur merveilleux et ce n'est certainement pas une nouvelle pour moi. Malheureusement, il a eu un problème à son retour de la trêve internationale. Il travaille extrêmement dur et cette demi-heure lui fera du bien car c'est la première semaine complète au cours de laquelle il parvient à s'entraîner avec l'équipe." "Nous attendons maintenant des nouvelles de Correa qui s'est rendu à l'hôpital pour des contrôles après avoir souffert d'ecchymoses aujourd'hui. Nous aurons besoin de tout le monde cette saison. Nous jouons tous les deux jours et demi. J'ai mis au repos Perisic et Calhanoglu parce qu'ils en avaient besoin. J'aurais reposé Dzeko mais Correa s'est blessé et Sanchez n'a pas encore 70 minutes en lui. Edin est venu et a brillamment fait. Il a vraiment aidé l'équipe." A propos de Lautaro Martinez qui a joué un rôle clé dans la victoire. "Je ne le connaissais qu'en tant qu'adversaire et je savais déjà qu'il était un joueur de haut niveau. Je l'ai vu de plus en plus et je comprends pourquoi il a consolidé sa place en tant que titulaire pour l'Inter et l'Argentine. C'est dommage qu'il n'ait pas marqué un doublé en touchant la barre mais je dois aussi essayer de le protéger car il a tellement joué pour son équipe nationale et nous avons tellement de matchs importants à venir les uns après les autres." Traductions alex_j via le site officiel de l'Inter.
  9. En effet, on est Interiste ou on ne l’est pas…. Et la situation rentre dans une quatrième dimension si on ajoute à cela le fait que vous étiez une Bandiera de la Juventus ! Pourtant, il semble bel et bien qu’Antonio Conte ait du mal à se séparer de l’Inter! Son interview à Sky Sport Dumfries ? "Je pense que nous avons recruté (il stoppe et sourit)…. Ils ont pris un excellent joueur, c’est un excellent remplaçant d’Hakimi." Gianluca Di Marzio a immédiatement saisi l’occasion pour lui souligner le "Nous" "C’est un lapsus, c’est évident qu’il me reste une grande affection, ce furent deux belles et intenses années. J'ai de bons souvenirs avec ce groupe de gars et je souhaite que l’'Inter puisse faire mieux que ce que nous avons fait pendant durant mes deux années." Conte, Uno di Noi ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Nos confrères de Fcinter1908.it se sont livré sur l’analyse de la rencontre opposant l’Inter au Real Madrid, une fois la défaite absorbée "Cela doit être dit haut et fort : Hier, l’Inter ne méritait absolument pas de perdre. Nous attendions une grande réponse après le sévère scepticisme entourant le partage à Gênes et elle est arrivée. Le début de la rencontre a été excellent, joué tête haute et sans avoir peur d’un adversaire de tout premier niveau. L’équipe était organisée et solide dans chaque secteur, l’équipe d’Inzaghi a même donné la sensation de pouvoir l’emporter, mais hélas, cela ne s’est pas déroulé de la sorte." "Aux points, un match nul aurait été bien plus juste, probablement que l’Inter était un peu fatiguée et l’épilogue a été le plus cruel possible: Une défaite qui fait mal mais qui enseigne : Les Nerazzurri devront faire un trésor de cette rencontre afin d’éviter d’autres désagréable désillusions pour le reste de la saison." "Inzaghi peut tout de même avoir le sourire. C’est paradoxal, mais l’estime de soi, après un faux-pas de ce genre, peut aussi augmenter. De retour chez soi, chaque joueur pourra se remémorer le déroulement du match et regretter ces situations où une plus grande attention aux détails aurait pu assurer une fin différente. Cette défaite, 0-1, est plus dure à admettre de part les occasions gâchées, comme ce fut le cas l’année dernière et plus récemment à Gênes : En attaque, le manque de concrétisation fait défaut." "L’Inter crée beaucoup mais ne marque pas assez. C’est d’ailleurs son principal ennemi, lorsqu’il faut jouer à armes égale face aux autres grandes équipes : Il faut également mieux gérer son énergie et parvenir à faire un résultat face à des équipes qui sont à sa portée. Ce qui a rompu l’équilibre d’une fin de match sans histoire réside dans un autre facteur : Carlo Ancelotti avait inévitablement de bien meilleures opportunités sur le banc, avec des remplaçant d’un niveau bien supérieur à ceux de Simone Inzaghi." "Si Vidal ne sa’est pas montré aussi désastreux que l’année dernière, il ne s’est pas montré aussi incisif que souhaité : Dumfries reste encore une personnalité mystérieuse et Correa est tombé dans le piège de la défense adverse qui se l’était mise en poche. D’autre part, l’entraîneur adverse a tiré le meilleur de ses bijoux : Camavinga et Rodrygo, ils sont su se mettre en évidence face à un milieu de terrain lessivé de l’Inter : Leur combinaison est d’ailleurs à l’origine du but décisif." "Il faudra faire preuve de patience." Confirmation de Mario Sconcerti "L’Inter d’Inzaghi est bien meilleure en Coupe d’Europe, même si elle a été refroidie par le jeune Rodrygo […] Le Real a été longtemps dominé […] La réalité est que l’Inter a plus risqué de l’emporter que de perdre. La partie apporte un fond de vérité : L’Inter a techniquement le niveau de la Ligue des Champions. Elle conserve ses chances intactes de rester compétitive surtout après la défaite du Shakhtar." Et vous, quelle est, à présent, votre analyse à froid ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Une chose est sure : la plupart des fans neutres étaient heureux de voir l'Inter Champion de Serie A la saison dernière. Après une décennie de domination de la Juve, c'était agréable de voir une autre équipe remporter le Scudetto. De toute évidence, les fans de l'Inter étaient les plus heureux, voyant leur équipe ramener le 19ème titre de Serie A à San Siro. Cependant, après cette victoire, l’été a connu beaucoup de bouleversements. De quoi l'Inter a-t-elle besoin pour remporter à nouveau le titre et en faire son 20ème trophée historique? La tourmente estivale Les choses ont été très difficiles pour l'Inter cet été. En effet, l'incertitude globale qui régnait au club a rendu assez difficile pour quiconque de juger quoi que ce soit. À la fin de la saison, beaucoup auraient estimé que l'Inter était le favori pour remporter à nouveau le titre. Cependant, après tous les changements qu’il y a eu entre temps, il est assez peu probable de parier sur un nouveau sacre pour l'Inter. Depuis cette victoire, l'Inter a perdu le manager qui a ramené le titre et son meilleur buteur. Conte et Lukaku sont tous deux partis, laissant l'Inter dépourvue à la fois de leadership et d'objectifs. Ajoutez à cela la probabilité qu'Alexis Sanchez parte gratuitement et l'équipe de l'Inter semble beaucoup moins impressionnante qu'elle ne l'était la saison dernière. Il est également important de se rappeler qu'Ashley Young a rejoint Aston Villa, et que Christian Eriksen ne jouera probablement pas cette saison, et pourrait même prendre sa retraite. Alors, que doit faire l'Inter? Bouger sur le mercato Une très bonne décision du conseil d'administration de l'Inter a été de remplacer rapidement l’entraineur. La décision de faire venir Inzaghi était très sensée. Il a beaucoup de similitudes avec Antonio Conte, les deux principales étant le système qu'il aime déployer et sa réputation de tirer le maximum des joueurs qu'il a. Bien que l'activité de transfert menée par le club soit d'une importance vitale, on peut compter sur Inzaghi pour amener les joueurs dont il dispose à jouer à un très haut niveau. L'une des principales réactions de l'Inter est de faire venir Dzeko en remplacement de Lukaku. Cependant, il est évident qu'étant donné que Dzeko a dépassé son apogée, il est peu probable qu'il puisse reproduire l'impact que le Belge a offert la saison dernière. En plus de cela, même s'il parvient à atteindre un niveau similaire, on ne peut pas compter sur lui à long terme. Ce pourquoi la signature Joaquin Correa fut une excellente nouvelle. L'international argentin a déjà été en mesure d'offrir un impact instantané tout en ayant également le potentiel de s'améliorer à un niveau beaucoup plus élevé. C'est ce que l'Inter espère toujours obtenir de Correa. Les signatures de Correa et Dzeko devraient aider à combler les pertes d'Eriksen, Hakimi et Lukaku, surtout si les deux parviennent à développer une bonne entente. L'Inter a déjà tenté de renforcer la défense qui sera légèrement plus faible cette saison après avoir perdu Achraf Hakimi en faisant venir Denzel Dumfries du PSV. L'accord devrait être d'environ 14 millions d'euros, mais comme c'est souvent le cas avec les transferts modernes, aucun chiffre officiel n'a été publié. Malgré cette excellente signature, le club a encore besoin de plus de solidité dans l'axe de la défense. D'autant que la perte de Lukaku risque d'avoir un impact important sur le cours de la saison. Points importants à surveiller Malgré les mesures solides que le club a prises jusqu'à présent, il est toujours important de garder un œil sur la situation financière du club. Le football italien en général n'est pas dans une position aussi forte que par le passé, mais la vente de Lukaku devrait mettre l'Inter dans une meilleure position que les autres. Si le club parvient à maîtriser ses finances cette saison, il devrait être en bonne position pour aller de l'avant. ©Internazionale.fr, via SempreInter - Traduction Oxyred
  12. Calcio&Finanza s’est penché sur l’impact de ce mercato estival sur le bilan financier de l’Inter : Si à la base, nombreux s’attendaient à un démantèlement, Giuseppe Marotta et Piero Ausilio ont démontré qu’ils restent les meilleurs dans leurs domaines En effet, l’Inter a conclu ce mercato par le biais de cinq acquisitions : Joaquim Correa, Denzel Dumfries, Hakan Çalhanoğlu, Alex Cordaz et Edin Dzeko. Il y a lieu d’y ajouter le retour de prêt de Federico Dimarco qui évoluait à l’Hellas Vérone et le rachat, au Standard de Liège de Zinho Vanheusden. Dans le même temps, l’Inter a procédé à deux ventes : Romelu Lukaku et Achraf Hakimi. Il y a lieu d’y ajouter le prêt d’Andrea Pinamonti et les résolutions de contrat de Radja Nainggolan et Joao Mario, sans oublier les départ libres d’Ashley Young et Daniele Padelli L’impact des opérations en entrée sur le bilan financier 2021/2022 La recrue la plus onéreuse est celle de Joaquin Correa (30 millions d’euros à reverser à la Lazio entre le prêt onéreux et l’obligation de rachat) il est suivi du rachat de Zinho Vanheusden (16 millions d’euros reversés au Standard de Liège) et de Denzel Dumfries (12,5 millions d'euros versés au Psv Eindhoven). On retrouve aussi les opérations "gratuites" qui ont permis les recrutements d’Edin Dzeko, et d’Alex Cordaz. Hakan Çalhanoğlu est arrivé également gratuitement, mais il était libre de tout contrat. Selon les estimations de Calcio&Finanza, les opérations en entrée, entre l’amortissement des joueurs acquis à titre définitif, en considérant comme telle l’opération Correa, vu les conditions certaines du rachat, et les salaires bruts, il y a lieu de considérer un coût maximal légèrement supérieur à 43 millions d’euros. L’impact des opérations en sortie sur le bilan financier 2021/2022 Parmi les opérations en sortie, deux ont particulièrement attirée l’attention du mercato estival de l’Inter : Celle d’Achraf Hakimi au Paris-Saint-Germain et celle de Romelu Lukaku à Chelsea, pour un montant global de 175 millions d’euros. Il y a lieu aussi de prendre en considération les ruptures des contrats de Joao Mario et Radja Nainggolan, sans oublier les départs en fin de contrat de Daniele Padelli et Ashley Young. Il faut également noter le départ, en prêt à l’Empoli d’Andrea Pinamonti. Ces opérations en sorties, selon les estimations de Calcio&Finanza ont un impact positif avoisinant les 149 millions d’euros pour le bilan 2021/2022 A ce chiffre, il y a lieu de prendre en considération les plus-values, les moins-values, l’encaissement relatif au prêt, l’épargne sur l’amortissement des joueurs cédés à titre définitif et l’épargne des salaires bruts pour tous les joueurs qui ont quitté le noyau Nerazzurro. La revue du Mercato Entre les entrées et les sorties, l’impact sur le bilan 2021/2022 se traduit par une réduction des coûts d’environ 105 millions d’euros. En considérant exclusivement le solde entre les entrées et les sorties, cette session de Mercato s’avère extrêmement positive pour l’Inter avec un solde positif de 116,5 millions d’euros L'objectif des 80 millions d'euros de plus-value donc été atteint! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Après sa victoire 1-3 contre le Hellas, notre entraîneur Simone Inzaghi s'est exprimé sur Sky Sport Italia, DAZN et Inter TV. Interview accordée à Sky Sport Italia "Nous avons souffert pour la victoire. Nous l'avions bien commencé, puis nous avons encaissé le but et dans la dernière demi-heure nous n'avons pas fait grand-chose pour reprendre l'avantage. Vérone a réalisé une excellente première mi-temps." "En seconde période, nous nous sommes réorganisés, nous avons réussi à trouver un équilibre et les remplacements nous ont donné quelque chose de plus. C'est une victoire importante, pendant la semaine j'ai dit que ce ne serait pas facile. L'Inter a gagné contre le Hellas, mais nous avons souffert. En effet, on nous a fait souffrir et nous avons remporté une victoire importante. Nous savions que Vérone viendrait en un contre un. Ivan Ilic était bon en pression, la passe de Samir Handanovic devait être meilleur et Brozo pouvait faire mieux aussi." "Nous n'étions pas très mobiles et nous avons fait les mauvais choix, les deux mezzale ont un peu bouché le terrain." Interview accordée à DAZN "Je pense que l'équipe a eu une bonne approche dans le premier quart d'heure. Ensuite, nous avons concédé le but et nous avons subi un coup dur, nous avons fait une erreur sur quelques choix." "Vous ne devez pas toujours simplement regarder les problèmes avec notre équipe, mais aussi féliciter le Hellas qui a joué à un rythme effréné en première mi-temps. J'ai dit à l'équipe que cette équipe diminuerait son intensité parce qu'il ne pouvait pas suivre ce rythme." Sur Joaquin Correa. "Je suis content pour Tucu car, à mon avis, c'est un joueur qui n'a pas encore montré son plein potentiel. Il a tout, il a la technique, la vitesse, le tir, la puissance. Je suis heureux et il est normal qu'il apprécie ce doublé à ses débuts. C'est un joueur important qui nous donne beaucoup." L'équipe plus forte ou plus faible que la saison dernière? "Malheureusement, je n'ai pas vu Hakimi s'entraîner, nous savons quel joueur il est. J'ai entraîné Lukaku pendant une semaine et c'est un joueur dévastateur à plein régime. Le club s'est très bien comporté. En quelques jours, ils m'ont mis à disposition Dzeko, puis Dumfries et Correa. Le club a été clair et m'a dit qu'il fallait avant tout sécuriser l'Inter financièrement. J'ai trouvé de grands joueurs à ma disposition et j'ai compris pourquoi ils ont accompli tant de choses l'année dernière." "Pour un entraîneur, ce qui s'est passé avec le Genoa et ce qui s'est passé aujourd'hui est le meilleur." "Si les joueurs peuvent comprendre que celui qui est venu est celui qui joue, alors tout ira bien. Vidal, Dimarco, Correa, Sensi sont tous entrés sur le banc et ils ont très bien fait. Brozovic a eu un petit problème, il a eu une mauvaise entorse. Vidal a été formidable aujourd'hui." Sur le départ de Cristiano Ronaldo. "Je suis désolé parce que Lukaku et Cristiano Ronaldo laissent un vide dans notre ligue. Nous espérons que d'autres champions arriveront, ce qui reste, c'est la compétitivité qu'il faut pour gagner des matchs." À propos du duo Edin Dzeko et Lautaro Martinez. "Ils ont bien fait, aujourd'hui n'a pas été facile contre la défense du Hellas. Lautaro est revenu d'Argentine et a fait quatre séances d'entraînement avant d'avoir un petit problème. Edin a marqué le but, et n'oublions pas qu'il manque également Sanchez, qui est un joueur important et égal aux trois autres." Interview accordée à InterTV "Je pense que nous avions bien abordé le match dans le premier quart d'heure, puis nous avons concédé ce but et pendant le reste de la mi-temps nous aurions pu faire mieux, mais parfois il est juste de donner crédit à l'adversaire. Le Hellas a joué un excellent match, c'est une équipe organisée et ça va donner du fil à retordre à tout le monde." "Félicitations à toute l'équipe! À Tucu, à Lautaro qui avait eu un problème de blessure qui l'avait ralenti. Tout le monde était bon, alors il était clair que pour Tucu, un début avec deux buts en 10 minutes, c'était une soirée magnifique, pour lui et pour tous les fans qui nous ont encouragés pendant toutes les 90 minutes, et il est juste de dédier la victoire à eux." "Seuls deux matchs ont été joués. Nous savions que le Hellas pouvait nous créer des problèmes et ils les ont créés surtout dans la seconde moitié de la première mi-temps. Nous nous sommes bien organisés et avons joué une excellente deuxième mi-temps." "Nous aurons quinze jours pour travailler, malheureusement j'aurai peu de joueurs mais nous ferons de notre mieux avec les joueurs qui resteront à Pinetina. Malheureusement, le calendrier a indiqué que les deuxième et troisième matches seront à l'extérieur et nous nous préparerons bien pour la Sampdoria."
  14. Il semble qu'il y a bien longtemps que l'Inter a levé le Scudetto en ce fin Mai comme cela s'est produit au QG de l'Inter... alors par où commencer est la vraie question. Antonio Conte a retiré le mot pazza à l'hymne car il a déclaré que le club devait perdre son côté fou. Cela n'a duré que deux ans. Alors que la période de Conte n'était pas sans folie, il a été très réussi pour l'Inter. Mais avec lui et d'autres qui partent maintenant après le Scudetto, quel est l'avenir des Nerazzuri ? Décrivons ce que nous avons appris de l'Inter jusqu'à présent cet été. Avec un changement de manager, commence une autre ère Un changement de manager est quelque chose qui se produit souvent à l'Inter mais pas aussi souvent à la suite d'un Scudetto sans véritable avertissement ou explication (il faudrait vérifier, ndlr). À moins d'une semaine de la levée du titre par l'Inter, Antonio Conte a fait ses valises après que le Suning aurait dit à l'homme de Lecce qu'il perdrait ses meilleurs joueurs pour rembourser les dettes. Étant le vainqueur en série et l'autoconservateur qu'est Conte, il est parti et il a depuis été remplacé par l'entraîneur de longue date de la Lazio, Simone Inzaghi. Frère cadet de Pippo, Inzaghi arrive avec une solide réputation après cinq ans de progresion continue à Rome. Il utilise également une formation à trois arrières qui correspond bien aux joueurs à sa disposition. Sa nomination est assez populaire et semble avoir fait bonne impression sur les joueurs. Cependant, il reste à voir dans quelle mesure il sera soutenu par les propriétaires lunatiques du club. Le Suning a fait de l'Inter une risée La pandémie mondiale a eu un effet sur tous les clubs de football... à moins que le FPF ne s'applique pas à vous, comme dans les cas du PSG et de Manchester City. Lorsque les propriétaires de l'Inter ont expliqué que les comptes devaient être équilibrés, peu ont été surpris. Cependant, beaucoup sont devenus agacés car un grand joueur doit être vendu pour (re)financer cela selon la propriété. On a vu le talent le plus prometteur de l'Inter, Achraf Hakimi, partir pour rejoindre le PSG. "Eh bien, du moins, c'était ça", pensaient les fidèles de l'Inter. Ils avaient tord! Le talisman Romelu Lukaku est revenu à Chelsea et au moment de la rédaction de cet article, il pourrait également être possible que Lautaro Martinez prenne la sortie (rumeur, ndlr). Gagner un Scudetto pour ensuite organiser une braderie des joueurs clés derrière le succès a tout simplement été la devise du Suning cet été. Les clubs rivaux ont savouré et se sont moqués! Mais la vraie préoccupation est qu'après dix ans de disette avant ce titre, entrons-nous dans une autre période de stagnation? Lele Oriali quitter le club est un coup dur Parmi le chaos, il est facile d'oublier le départ de la légende de l'Inter Gabriele Oriali. Élément clé de l'équipe de l'ombre d'Antonio Conte et également un facteur clé dans la victoire de l'Italie à l'Euro cet été, le lien d'Oriali entre la direction et les joueurs nous manquera beaucoup. Figure très respectée en Italie et du jeu au plus haut niveau, l'homme qui a représenté l'Inter près de 300 fois en tant que joueur a également été très virulent pour blâmer la propriété pour son départ. Un autre pour toi Suning! Hakan Calhanoglu a déserté le Milan Après cinq ans au Milan, le meneur de jeu turc Hakan Calhanoglu nous a rejoint. Dans un transfert gratuit controversé, Calhanoglu a déclaré qu'il était maintenant à l'Inter pour remporter des titres, ce qu'il n'a pas pu faire au Milan. Blagues à part, il sera très intéressant de voir comment il s'adaptera et comment il sera utilisé par Simone Inzaghi. Suite aux problèmes de Christian Eriksen, il était important que l'Inter agisse rapidement et remplace judicieusement le Danois à court terme par un joueur qui a de l'expérience en Serie A et qui était également un transfert avantageux. Des comparaisons sont faites entre Calhanoglu et Luis Alberto, qui ont également été reprises par le nouveau manager, ce qui est de bon augure pour l'avenir. Dans un été de mauvaises affaires, celle-ci pourrait s'avérer en être une bonne. Il y a toujours la colonne vertébrale de l'ancienne équipe Bien sûr, le meilleur attaquant de la Serie A et sans doute le meilleur arrière ont quitté le club, mais le reste de l'équipe est celui qui a levé le Scudetto il y a à peine trois mois. Notre défense, Milan Skriniar, Stefan De Vrij et Alessandro Bastoni reste intacte tout comme le milieu de terrain, Nicola Barella et Marcelo Brozovic. Denzel Dumfries, qui a connu un solide Euro, remplacera Hakimi tandis que Federico DiMarco est de retour du Hellas Vérone. Lautaro Martinez reste également pour le moment et attend avec impatience un nouveau partenaire devant. Bien que le Suning ait réduit en miettes certaines parties de l'équipe pour couvrir leur mauvaise gestion financière, il est facile d'oublier le talent qui reste dans l'équipe qui est à la disposition d'un bon entraîneur. Conclusion Le top quatre devrait être à portée de main, sinon cela sera un autre coup de couteau au titre!
  15. Dans une interview accordée au FCInter1908, Stéphane Dalmat a expliqué son point de vue sur la situation. La BBC pense que le recrutement est bien fondé. Sur le départ de Conte. "Pour moi, ce fut une surprise au milieu de ses adieux. Avant de gagner le Scudetto, j'ai compris qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas entre lui et le club." Concernant Simone Inzaghi. "Il a fait un excellent travail à la Lazio, c'est un bon entraîneur qui a un excellent travail devant lui : remplacer Conte et recommencer avec une équipe qui a perdu son meilleur joueur. Mais je suis confiant et je suis sûr qu'il s'en sortira bien." Sur les départs de Romelu Lukaku et Achraf Hakimi cet été. "Lukaku a été important pour la victoire du Scudetto et il a permis à l'équipe d'atteindre un niveau élevé. Il sera difficile de le remplacer ainsi que Hakimi qui a fait une saison extraordinaire. Ce sera un combat plus compliqué pour le Scudetto, mais nous devons avoir confiance en Simone Inzaghi." Cependant, la BBC pense que le recrutement est plutôt bon. D'après elle, l'Inter a réagi à la vente de Romelu Lukaku en signant Edin Dzeko. Dzeko a en fait marqué son premier but avec l'Inter contre le Dynamo Kiev à huis clos. Ils ont également ajouté Denzel Dumfries du PSV Eindhoven pour un contrat de quatre ans. Le défenseur Dumfries a produit de bonnes performances en tant qu'arrière latéral offensif des Pays-Bas lors de l'Euro 2020.
  16. S'adressant à la chaîne de médias sociaux du PSV, Denzel Dumfries s'est exprimé sur le PSV et l'Inter. Une chose qui le ronge concernant le PSV. "Le PSV est un club familial. Il est entré dans mon cœur car j'ai été reçu d'une manière fantastique ici. J'ai eu un grand moment même si nous avons pas gagné tous les titres. Ceci est quelque chose qui me ronge beaucoup et qui continuera à me ronger. Je suis venu au PSV pour gagner des trophées et je n'y suis pas parvenu depuis trois ans. On ne peut plus changer ça, même si voir mes coéquipiers remporter la Supercoupe des Pays-Bas était fantastique. C'est dur mais je regarde positivement cette expérience. Et rien ne peut rivaliser avec les liens personnels que j'ai tissés". Le rôle de capitaine et les responsabilités que ce rôle implique. "J'ai dû parler directement avec les managers, notamment pendant la crise du Covid et le problème des impayés. Ce n'étaient pas des conversations faciles mais elles m'ont permis de mieux connaître mes coéquipiers. Certains joueurs peuvent être en colère si vous êtes mauvais, vous devez y travailler. En ce sens, j'ai beaucoup appris." Le grand défi de l'Inter. "Une équipe qui joue en Ligue des champions et qui est devenue championne d'Italie la saison dernière. Tout le monde connaît le club. C'est un club avec une large base de fans et de passionnés partout dans le monde. Maintenant, les choses vont vite mais il y aura un moment où je réaliserai que c'est un bon pas, surtout quand je regarde d'où je viens. Le système à cinq défenseurs qu'ils utilisent me convient. J'ai beaucoup parlé avec Stefan de Vrij quand nous étions avec l'équipe nationale néerlandaise et il a également dit que c'était un club fantastique. Quand nous avons joué au Meazza en Ligue des champions, je me suis dit : 'Wow !' De tous les matchs de groupe auxquels nous avons joué à l'époque, il y avait la meilleure ambiance là-bas, malgré avoir joué au Camp Nou et à Wembley." "Denzel Dumfries quitte le PSV après trois belles années, mais il y a une chose qui le ronge. Denzel Dumfries : le chemin vers le sommet."
  17. Le premier match de Denzel Dumfries à l'Inter a été vécu en tant que supporter. Le néerlandais a vu les nerazzurri battre le Dynamo Kyev 3-0 et s'est dit impatient de rejoindre ses coéquipiers. "C'est une sensation incroyable", raconte le latéral de 24 ans à InterTV. "Je suis très content de rejoindre les champions d'Italie. C'est une grosse opportunité pour moi et je suis très content d'être là". "Je suis un défenseur excentré, j'aime me joindre à l'attaque, je pense que je vais bien m'insérer dans le système de l'Inter similaire à la défense à 5 des Pays-Bas". Une note positive pour Dumfries est bien entendu la présence de son compatriote Stefan De Vrij. "C'est un bon ami, nous sommes originaires de la même ville. Je le connais bien, je suis content qu'il soit là et que nous soyons à présent coéquipiers". Denzel ajoute qu'il espère marcher sur les pas des autres illustres néerlandais qui ont joué au club avant lui et qu'il espère que la saison se passera bien: "Je connais les joueurs de mon pays qui ont joué ici dans le passé, c'est un honneur pour moi d'ajouter mon nom à cette liste. J'espère que nous ferons une grande saison, pourquoi pas reconquérir le Scudetto et que nous ferons de bonnes prestations en Ligue des Champions. Je suis impatient de commencer, Forza Inter!" Bienvenue et bonne chance à l'Inter, Denzel! Internazionale.fr ~ © Samus
  18. Samus

    Denzel Dumfries débarque!

    C'était dans les tuyaux depuis plusieurs semaines, mais l'Inter semble toucher au bout. Denzel Dumfries, le plan A de Marotta et Ausilio pour remplacer Achraf Hakimi vient d'arriver à Milan. Après avoir fait les visites médicales et les formalités administratives demain, il devrait être la prochaine recrue annoncée par les nerazzurri. Le montant du transfert serait de l'ordre de 12.5 millions en plus de bonus aux alentours de 2.5 millions d'euros. L'aventure de Dumfries en Italie est sur le point de commencer, lui qui aura la dure tâche de faire oublier aux tifosi de son prédécesseur Hakimi. Internazionale.fr ~ © Samus
  19. Giuseppe Marotta est chaud, très chaud: Après avoir recruté Edin Dzeko, l'Inter détient à présent le remplaçant d'Achraf Hakimi: "Un accord verbal a été trouvé avec le PSV Eindhoven: La documentation est en cours de préparation avec l'objectif, de peut-être, le faire déjà arriver dans le courant de la journée à Milan!" La Rosea confirme également: "L'Inter a recruté Dumfries: Le PSV recevra 12,5 millions d'euros plus 2,5 millions d'euros de bonus. L'international néerlandais est le successeur d'Hakimi, le premier choix Nerazzurro" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. En effet, c’’est une information de la Gazzetta Dello Sport, après être parvenu à s’offrir les services d’Edin Dzeko en attaque, notre Administrateur-Délégué a décidé de passer à l’offensive pour s’offrir les services de l’international néerlandais, en poste au PSV Eindhoven " L’offre de Giuseppe Marotta est sur le point de partir : Il s’agit de 12 millions d’euros plus bonus. Il y a une grande confiance quant à l’issue de la négociation." En effet, Le PSV s’est toujours montré disponible à un transfert, pour autant que la somme de 15 millions d’euros soit posée sur la table, gageons que les trois millions d’euros manquant sont repris dans les bonus. L’envie de Denzel "L’optimisme est de mise pour les Nerazzurri étant donné que le joueur a envie d’Italie, il a choisi l’Inter depuis longtemps, et ce, en ayant conscience des difficultés du club. Son seul objectif, après avoir écarté la piste Everton, consiste à revêtir le maillot Nerazzurro." Preuve en est que la situation est sur le point de trouver une issue favorable : "Le joueur continue à s’entraîner seul en Hollande, prêt à monter dans le premier vol à destination de Milan dès que le PSV ou son agent, Mino Raiola lui feront part de la bonne nouvelle." Selon la Rosea, le joueur paraphera un contrat de 4 ans à hauteur d’un salaire de 2,5 millions d’euros par saison ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. “Le danger le plus important pour l’Inter, au niveau de son mercato, est de perdre un nouveau joueur de son Onze de base titulaire, après le départ d’Achraf Hakimi"- Tel est l’annonce du quotidien turinois Tuttosport qui fait référence au comportement de Mino Raiola, vis-à-vis de son poulain Nerazzurro : Stefan De Vrij! Raiola travaille dur pour parvenir à amener Stefan De Vrij en Premier League : Le puissant agent a parlé de son client à plus d’un Directeur Sportif afin de sonder le Marché que pourrait représenter l’Angleterre. Il reste toutefois difficile d’imaginer que cela se réalise à l’insu de l’Inter qui est en contact permanent avec lui dans le cadre du dossier Denzel Dumfries. Ce qui est sûr, c’est que la volonté de la Direction Nerazzurra est de conserver l’ensemble de ses Top Players. Simone Inzaghi, qui l’a entraîné à la Lazio connait la valeur et l’importance que pourrait avoir De Vrij au sein de son Inter L’impact financier au cas où Selon le quotidien, l’opération ne coûterait "que" 7,3 millions d’euros en commission d’agent. De Vrij, au 30 juin 2021, ne "pesait que" 2,9 millions d’euros. En juin prochain, il ne représentera "plus qu’une charge" de 1,5 millions d’euros. Cela veut dire que, même "sans une offre pharaonique" qu’au niveau comptable, l’international néerlandais offrirait une bien plus importante plus-value que celle obtenue via la cession d’Achraf Hakimi Toutefois, si De Vrij devrait rester, comme tout le monde le souhaite, à l’Inter, cela voudrait dire que Suning serait parvenu à respecter son pacte en engrangeant des recettes ailleurs. Dans un tel cas, la prolongation du contrat du néerlandais qui périme en 2023 avec un salaire de 4,2 millions d’euros, serait automatique. Une thématique qui a d’ailleurs déjà été abordée entre l’Inter et Raiola L’héritier L’Inter est un club qui ne laisse rien au hasard, surtout depuis l’arrivée de Giuseppe Marotta et comme nous le révèle également Tuttosport, le joueur qui présente l’identikit parfait pour reprendre le poste de Stefan De Vrij se trouve déjà l’Inter : Zinho Vanheusden, qui a été envoyé en prêt sec cette saison au Genoa afin d’engranger de l’expérience après son aventure réussie au Standard de Liège où il en était devenu le Capitaine La seule inconnue pour le belge est liée à un physique de cristal, lui qui s’est déjà fait les croisés à deux reprises. Mais son talent reste indiscutable, comme le prouve le fait que s’il ne s’était pas blessé, qu’il aurait rejoint Romelu Lukaku disputer l’Euro. L’Inter compte sur lui et lui a établi un parcours à la Bastoni qui lui permettra, à l’avenir, de se révéler à la Pinetina en tant que protagoniste: "Vous pouvez être sûr que le 007 Ausilio sera également présent lors du prochain championnat, aussi bien au Marassi, qu’à Monza pour superviser également la bonne croissance de Pirola." Pensez-vous que Mino Raiola pourrait convaincre Stefan de quitter l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. "Vaut mieux avant qu’après, l’Inter a déjà en main le oui d’Hector Bellerin et une ouverture avec Denzel Dumfries, pour lequel elle est en duel avec l’’Everton estampillé Rafa Benitez". Tel est le synopsis de l’article de la Gazzetta Dello Sport en regard à celui qui devra devenir l’héritier d’Achraf Hakimi. L’objectif de l’Inter est de parvenir à finaliser un recrutement d’ici à la fin du mois, afin d’offrir à Inzaghi la possibilité de disposer d’un nouveau renfort avant de partir pour les Etats-Unis Denzel Dumfries est le préféré de l’Inter. Révélation de l’Euro, le PSV est vendeur. Si l’Inter a sondé le terrain, elle a reçu en retour qu’une somme de 20 millions d’euros est exigée, une somme qui actuellement n’est pas possible à atteindre pour le club Nerazzurro. Everton, sur demande de Rafael Benitez, s’est inséré dans la transaction, une réunion avec ses agents est prévue la semaine prochaine pour parvenir à convaincre le joueur d’opter pour cette destination. Dumfries, lorsqu’il a su que l’Inter était intéressé, a marquer immédiatement son accord. Pour l’heure, le PSV n’est pas disposé à se priver de son joueur par le biais d’un prêt avec un droit d’achat De son côté, Hector Bellerin a confirmé à Arsenal, son intention de quitter le club, ce qui met l’Inter en position de force pour parvenir à traiter sur la base d’un prêt avec un droit d’achat. Comparé à Dumfries, l’Inter peut agir avec plus de sérénité. L’objectif est de régaler à Inzaghi au plus vite un joueur qui pourra s’avérer décisif pour le développement de sa nouvelle Inter Le Saviez-Vous ? Alors que la presse italienne annoncée la cession d’Henrique Dalbert à Trabzonspor, celui-ci a refusé cette destination, tel un Joao Mario en puissance. Si l’Inter ne compte pas résilier le contrat du brésilien, elle peut d’ores et déjà "compter sur l’intérêt de Cagliari" selon des révélations dévoilées lors de l’émission Sky "Calciomercato - L'Originale". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. L’Inter a décidé de vendre Achraf Hakimi pour une somme avoisinant les 70 millions d’euros. La bataille fait rage entre Chelsea et un Paris-Saint-Germain qui a pris de l’avance ces derniers jours. Pour le Club Nerazzurro, il est impératif d’engranger au moins 65 millions d’euros, dont une partie sera reversée exclusivement sur le compte financier Révélation de La Gazzetta Dello Sport "Des 65 millions d’euros qui rentreront dans les caisses du Club, 15 seront au maximum réinvesti sur l’aile, ce qui peut déjà mettre hors des radars des joueurs du Top tel que DenzelDumfries du Psv, soit l’une des étoiles de l’Euro en cours. L’Inter va intervenir, mais sans précipitation , pour renforcer probablement ses deux ailes. Mais en attendant, elle s’est déjà préparée à une liste d’éventuelles solutions sur l’aile droite "plus" économique tout en restant fiable." Manuel Lazzari selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr