Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'derby d’italie'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

11 résultats trouvés

  1. Moise Kean et Moise Ken également, après avoir replacé le malade imaginaire parisien, là où il le mérite, c’est-à-dire sur le banc, le jeune international italien devrait faire l’objet d’un derby d’Italie lors du prochain mercato estival. En effet, Giuseppe Marotta a une carte à jouer pour satisfaire aux exigences d’Everton. Révélation de Tuttosport Pour la saison à venir, et surtout pour éviter qu’en cas de blessure de l’un de ses deux Tops, l’Inter reste bredouille, il y a la nécessité de s’attacher les services d’un quatrième attaquant de valeur: Parmi les options évaluées, il y a celle menant à Moise Kean La Garantie du Padrino Marotta le connait bien, il connait ses qualités comme ses défauts : Le joueur a grandi rapidement à Paris, lui qui est auteur de 18 buts en 36 matchs. Il a également conquis Mancini qui songe à le convoquer pour l’Euro. De son côté, le Paris-Saint-Germain est engagé dans différentes négociations dont les renouvellements des contrats de Kylian Mbappé et de Neymar. L’intention ne serait donc pas de racheter le joueur appartenant à Everton, mais celui-ci ne devrait toutefois pas le rapatrier Sur Moise Kean, on retrouve en premier lieu, la Juventus, qui est l’équipe qui l’a vu grandir et explosé. Les rapports avec Raiola sont optimaux, ce qui ouvre un canal préférentiel. Mais l’Inter y pense car elle propose Matias Vecino qui dispose d’un bon de sortie et qui est un vieil objectif de Carlo Ancelotti. L’équipe qui proposera la bonne offre à Everton et qui garantira les meilleurs garanties techniques au joueur, l’emportera. Aujourd’hui l’Inter est spectatrice, mais Kean a le profil, technique et personnel qui pourrait se révéler idéal pour la croissance de l’équipe Valideriez-vous l’arrivée du jeune international italien ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, dès ce samedi, la Serie A reprend ses droits avec un duel à distance entre l’Inter, le Milan et la Juventus qui sont, pour l’heure, les trois seules équipes encore en course pour le titre de Champion d’Italie. Le tout sans trêve internationale: Le tournoi livrera donc le nom de son vainqueur dans les semaines à venir. Analyse de la rédaction de Fcinter1908.it Jamais un championnat n’a été aussi équilibré et ouvert lors de ces 10 dernières années. Si dans la dernière édition, les Nerazzurri étaient à bonne distance des Bianconeri, Futur champions d’Italie, après la suspension du tournoi à cause du Covid, ceux-ci sont parvenu à la reprise à revenir à un seul petit point de la formation entrainée alors par Maurizio Sarri. Cette fois-ci, ce sont bel et bien les hommes d’Antonio Conte qui mènent la danse et qui regardent le monde d'en haut. Le classement actuel est le suivant : L’Inter 65 points, Milan est second avec 59 points, la Juventus est troisième avec 55 points. Mais les Nerazzurri et les Bianconeri doivent encore disputer une rencontre, respectivement face à Sassuolo et le Napoli. Le classement pourrait donc être bouleversé d’une façon considérable en cas de victoire d’une des quatre formations susmentionnées. Après cette pause internationale, il reste 10 matchs de Serie A, sans interruption, d’ici à la fin du tournois: 9 match pour confirmer l’actuel classement ou pour le bouleverser, non seulement dans l’optique du Scudetto, mais également dans la course la qualification à la Ligue des champions. Voici le graphique du chemin à parcourir pour le Top 3 Si l’Inter et Milan se divise équitablement les rencontres à domicile et à l’extérieur, la Juventus pourra compter sur une rencontre supplémentaire au Stadium. La Juventus aura l’avantage de disputer ses deux confrontations directes, face au Milan et à l’Inter, à domicile. Parlant de confrontations directes, les trois prétendants à la couronne seront engagés dans des matchs de très haut niveau à trois reprises: L’Inter, d’ici à la fin de la saison défiera le Napoli, la Roma et la Juve Le Milan fera face à la Lazio, à l’Atalanta et à la Juventus La Juventus fera face à l’Atalanta, le Milan et l’Inter Final de feu Les trois dernières journées seront cruciales pour les Nerazzurri qui défieront deux équipes actuellement en course pour la Ligue des Champions ou le Scudetto. Cela débutera avec la confrontation face à la Roma, tandis que la Juventus et le Milan seront engagés respectivement sur les terrains de Sassuolo et du Torino Lors de l’avant dernière journée aura lieu le Derby d’Italie à Turin, tandis que le Milan recevra, au Meazza Cagliari La dernière journée verra l’Inter défier l’Udinese à Domicile, tandis que le Milan se déplacera à l’Atalanta et la Juventus ira à Bologne Quel est votre pronostic de bookmaker pour cette fin de saison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Vincent Duluc de l’équipe a allumé très durement le Président de la Juventus et de l’ECA suite à son comportement lors du Derby d’Italie qui s’est tenu en Coupe d’Italie ce mardi soir à Turin "C’est l’un des hommes qui fait le plus mal à l’idée de l’universalité de ce sport, qui a déclaré comme illogique la présence de l’Atalanta en Ligue des Champions. Ceci est fondamentalement dangereux et injuste pour le football européen qu’il conçoit avec quelques amis." "Agnelli est l’un des acteurs qui a proposé le format de la Nouvelle Ligue des Champions, définie comme la "Fille" de la dictature des grands clubs, de leurs avidités et de la faiblesse de l’UEFA." Stefano Salandin de TMW enchaine Agnelli ? "On ne peut se comporter comme le dernier des Tifosi, Il se doit de faire un effort pour tout ce qu’il représente." Vu de l’extérieur, cautionnez-vous, de façon général, un tel comportement d’un Président d’un grand club européen ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Le Derby d’Italie de ce mardi 09 février risque d’être aussi retentissant que celui de 1998 et l’épisode Juliano/Ronaldo. Si dans les années 1990, il s’agissait d’un évènement du terrain, cette fois-ci la polémique prend une tournure vicieuse digne des plus mauvais film de Serie B Eclaircissements de la Gazzetta Dello Sport 'L’Inter est convaincue que les insultes continues en provenance de la Tribune de la Juve en direction de Conte ont été préméditées: Dès la première minute de jeu, l’objectif clair était de rendre nerveux l’entraineur, d’où le fait que l’indignation était de mise hier." "Andrea Agnelli, selon les Nerazzurri, aurait à plusieurs reprises, au moins trois fois insulté Conte de "Couillon". Des tribunes de la Direction sont partis "Un Clown" et un "Pense à entrainer Couillon" ce qui explique le doigt d’Honneur et le Stronzo (Conard) hurlé en retour" Confirmation des faits: "Agnelli a continué à insulter Conte en passant très près de lui dans la zone menant aux vestiaires, le traitant à plusieurs reprises de couillon, l’entraineur lui a répondu : Si tu as du courage, viens me le dire en face" "Leonardo Bonucci s’est rendu coupable de paroles insultants envers Nicolò Barella, ce qui explique le comportement d’Oriali qui est intervenu pour tenter de retrouver un peu de sérénité: Il s'est tourné vers Bonucci et lui a demande de ne pas parler aux joueurs des Nerazzurri, mais de simplement parler à ses coéquipiers. Une demande que Bonucci accepte comme raisonnable, mais c’est là que Paratici prononce une phrase menaçante envers Lele "Vous, taisez-vous sinon je vais vous frapper!" Ce comportement exagéré de la part de la Juventus, n'est pas anondin, celle-ci déjà au matchs aller, s’en était pris avec véhémence au Chef de la Sécurité interiste Claudio Sala. Selon la Gazzetta, "Conte s’est senti trahi à titre personnel par des personnes avec qui il avait traversé un long parcours dans le club bianconero...." Pour les images, on repassera "Les images non-télévisées appartiennent au groupe de la Juve qui était productrice de l’évènement." La promesse du quatrième arbitre Conte insulté, Agnelli qui le cherche dans les vestiaires, la réponse de celui-ci…. Si Agnelli s’est senti tout puissant, il a omis la présence du quatrième arbitre Daniele Chiffi Celui-ci est intervenue pour tranquilliser l’entraineur Nerazzurro : "J’ai tout entendu Mister, j’ai tout entendu." Sur base de cela, Le Procureur de la FIGC est entré dans la danse en ouvrant une enquête relative aux comportement des dirigeants et employés turinois et milanais lors du match retour de la Coupe d’Italie. Mais ce qui est surtout attendu, c’est le rapport qui sera rendu et les informations communiquées par Daniele Chiffi, le quatrième arbitre "Un excellent rapport détaillé de ce qui a été entendu est attendu. Car il est vraiment difficile d’expliquer, comment à Turin, dirigeants et entraineurs peut crier n’importe quoi sans risque la moindre amendes ou le moindre avertissements." "Dans le monde du football, celui qui comment des erreurs doit tout simplement payer....Mais vous savez, à Turin, les règles ont tendance à être établie selon des interprétations propres et cela ne date certainement pas d’hier." Javier Zanetti s’exprime en toute diplomatie En citant tout simplement Giacinto Facchetti : "Il y a des jours où être interiste est facile, il y a d’autres jours où l’être est un Honneur" Le Saviez-vous ? Maurizio Pistocchi lâche une bombe : Paratici s’en est pris à Barella!: "De Milan circule une rumeur selon laquelle la Direction Interiste est devenu furieuse suite au comportement de Paratici qui, à plusieurs reprise, à tenter de convaincre Barella d’abandonner l’Inter pour la Juve.!" Confirmation par Nicolò en personne: "Conte a su par Barella que Paratici l’a contacté à plusieurs repirse pour le convaincre de rompre avec l'Inter et d'aller à la Juve Réservez votre week-end du 15-16 mai 2021. Il s’agira de l’avant-dernière journée de Serie A et du Derby d’Italie qui se disputera à nouveau à Turin. Gageons que Conte et sa bande auront envie de tout faire pour célébrer le titre sur le terrain de l’ennemi-juré… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Ivan Zazzaroni n’y va pas avec le dos de la cuillère dans les colonnes du Corriere Dello Sport à la suite de la polémique entourant le dernier Derby d’Italie: "Antonio Conte ne sera pas le prochain entraineur de la Juventus, les certitudes ont pris fin ici." "Passons aux hypothèses : Ce n’était pas la première fois qu’Antonio affrontait, en tant qu’ancien, la Juve d’Andrea Agnelli. Je présume donc que quelque chose ou que quelqu’un a dû se montrer provocateur de façon insupportable pour déclencher sa réaction (le majeur montré à deux reprises aux dirigeants), on peut considérer comme provocateur également les mots de Bonucci lorsque l’entraineur a contesté la décision de Mariani: "Respecte l’arbitre." Pour moi, il n’y a pas de sous-entendu ou de motif futile : qu’a-t-il reçu comme offenses intolérable ?" "Reste toutefois que ce mardi soir, nous avons assisté à un extraordinaireet renonçable moment de vérité, un moment grâce auquel le prophète de l’exaspération constructive Conte, a coupé le cordon ombilical qui le lait depuis 30 ans à la Juve : Une authentique frange idiote prétend, à présent, à retirer son ’étoile." "Dès aujourd’hui, Il Feroce Salentino est un peu plus interiste, et ce à travers l’épisode qui s’est produit en Coupe d’Italie, que je retiens comme le tournoi le plus chaud de la saison...La preuve définitive lié trouve l'origine de cette rixe remonte au stage de présaison le 15 avril 2014 : La Famille n’aime pas qu’on l’abandonne!" La résonance apportée à cette querelle mérite une étude plus poussée: En premier lieu, ce n’est pas vrai que l’on soit imperméable à tout : à la mauvaise éducation et à la grossièreté lorsque l’on est pris par surprise. En second lieu : la Pandémie a provoqué la fermeture des stades, s'ouvrant de la sorte à une saison qui révèle des grossièretés dans un silence assourdissant, des événements que beaucoup saluent de façon béate sans tenir compte de l’esprit qui anime le football depuis ses origines : Ce qui se passe sur le terrain doit rester sur le terrain .e. L’avis de Marcello Lippi "J’ai tant suivi Conte, même quand il était en équipe nationale. Pareil pour Pirlo. J’ai trouvé que Pirlo faisait preuve d’une grande sérénité tandis qu’Antonio était égal à lui-même : Une personne qui transcende, un exemple comme lorsqu’il était joueur et maintenant qu’il et entraineur. Rappelez-vous que l’entraineur qui l’emporte est celui qui est le meilleur pour entrer dans la tête de ses joueurs." Le saviez-vous ? Eder est dans la tourmente, sous contrat avec le Jiangsu Suning, le demi-frère de l’Inter, celui-ci, à l’Instar de Mauro Icardi, Joao Mario et Gary Medel à liké le post Instagram de Cristiano Ronaldo se félicitant de la qualification en finale de la Coupe d’Italie Un comportement qui passe mal vis-à-vis de la propriété! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. La première année de Milan Skriniar aux côtés d’Antonio Conte a été extrêmement compliqué pour le joueur slovaque, toutefois, The Beast a su intégrer les mécanisme de la défense à trois, au point d’être à présent indéboulonnable, lui qui était très courtisé par Tottenham Son interview à Sport Aktuality "J’ai un âge où il m’était important de vivre une telle expérience: Je suis heureux de m’être repris, je me suis fait face, je me motivé intérieurement et je me suis prouvé à moi-même que je pouvais y arriver. Je ne me suis jamais dit que j’allais avoir du mal pour ne pas me battre, au contraire, je voulais démontrer que c’était possible et que je serais de retour." "La saison dernière j’ai quasiment toujours joué en championnat, j’ai uniquement manqué deux matchs, ceux où l’entraineur changeait la formation. Je n’ai pas disputé l’Europa League, une compétition où l’équipe a bien performé: Nous jouions quasi toujours avec les mêmes joueurs et je n’appartenais pas à ce groupe." "Mais jamais à aucun moment, je ne me suis énervé, au contraire, je voulais plus que tout aider l’équipe, je savais que c’était difficile d’être aligné sur le terrain. La situation est différente, mais il est aussi claire que lorsqu’il y a au moins deux joueurs de qualité dans l’équipe, que chacun doit avoir son rôle dans l’équipe." Dans cette défense à trois, tu es associé à Stefan de Vrij et Alessandro Bastoni, comment te sens-tu avec ces joueurs ? "Je pense que cela tourne bien, comme équipe nous avons encaissé un peu plus de buts que l’année dernière, mais c’est aussi dû au fait que nous sommes plus offensif. Et même si on se prend plus de buts, on parvient toujours à en inscrire un de plus." L’unique point noir est la Ligue des Champions..... "C’est évident que la Ligue des Champions a été un moment difficile pour nous, car nous ne sommes pas parvenu à la poursuive, c’est douloureux. Nous avons encore deux compétition où il nous est possible de nous battre. Nous avons nos objectifs et je crois que nous nous devons de viser le plus haut possible sur tous les fronts." En Serie A, vous pouvez revendiquer la première place. Est-ce que le mot "Scudetto" a déjà été cité dans le Vestiaire ? "Nous sommes l’Inter et nous sommes une excellente équipe. Ce mot s’écrit surtout dans les journaux italiens. Dans le vestiaire, nous en parlons, mais en faisant preuve d’humilité. C’est en même temps normal d’avoir que des grands objectifs." "J’estime que nous tournons bien et que sur ces neufs dernières années, nous sommes une équipe pour gagner, c’est une chose que nous tenions à changer. Le championnat est plus équilibré que ces dernières années et il est évident que nous devrons le gérer, mais pas uniquement lors des grands matchs." Tes deux buts sont la preuve que tout tourne mieux pour toi en cette saison..... "Objectivement, je suis très fier de mes buts. Mais ce qui me fait le plus plaisir c’est qu’ils ont pu aider de façon significative l’équipe: Celui face à Vérone était le but de la victoire, et face à la Roma, c’était celui de l’égalisation. C’est intéressant de voir que ceux sont deux buts similaires." Un avis sur la saison..... “Je suis content que non seulement moi, mais aussi que toute l’équipe, tourne bien. Nous avons disputé d’excellents matchs en obtenant des victoires importantes. J’en suis ravi, mais la saison est encore très longue. Lors de chacun de nos prochains duels, nous devrons confirmer par une bonne prestation et en cherchant à améliorer ce que nous sommes déjà parvenu à obtenir jusqu’à présent." Lorsque l’on parle de victoire importante, il y a sans le moindre doute le triomphe face à la Juve en championnat n’est-ce pas ? "C’est évident, et pas seulement parce que c’est le Derby d’Italie, mais l’Inter ne l’emportait plus face à la Juve depuis si longtemps. C’était un résultat extrêmement important pour nous et pour les tifosi, nous sommes très fier de cette rencontre." Quelle est la saveur de la victoire 2-1 sur le Milan ? "Elle est douce, c’était aussi un duel important. C’était un message non seulement pour le Milan mais aussi pour les autres concurrents : Nous sommes ici pour nous battre jusqu’au bout et pour obtenir la meilleure des places." "Nous avions eu de nombreuses occasions, mais c’était une fin de match folle car l’arbitre s’était blessé et qu’il y avait tellement d’arrêts de jeu. Durant ceux-ci, Christian Eriksen a botté un beau coup-franc qui nous a assuré une belle victoire et la qualification." Tu as disputé 19 matchs de championnat et tes prestations t’ont porté au Top 11 de la Serie A. Qu’est-ce que cela signifie pour toi ? "Cela me rend fier. C’est également vrai qu’en fin de saison dernière, j’étais sorti de l’équipe titulaire vu le parcours en Europa League. L’entraineur n’avait donc aucun motif de changer son onze de base." "Après cette première partie de saison, tout est revenu aux origines. J’ai connu une période malchanceuse avec le Covid, mais j’ai continué ensuite à jouer des matchs entier." "L’Inter est une excellente équipe, l’entraîneur a le libre choix car il y a une forte concurrence. Il faut pratiquement se battre pour sa place quotidiennement. Je dois toujours chercher à conserver mon poste et le fait d’être de retour dans un laps de temps assez brefs est une satisfaction pour moi." "A présent, je dois seulement songer à aller de l’avant et à travailler sur moi-même afin que rien ne puisse me fairedévier de cette trajectoire. Mes prestations sont bonnes, mais cela ne veut pas dire qu’elles ne peuvent pas être meilleures, il y a toujours de la place pour réaliser de nouveaux progrès." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Que vaut la demi-finale de la Coupe d’Italie ? Certainement pas mal d’animations sur le tableau de Tiki Taka L'entrainement proposé par Antonio Conte à ses troupes Massimo Mauro a lancé la polémique : "Pour la Juve, la demi-finale contre l’Inter est un match entrainement très important, je le pense comme ça." Réponse directe de Francesco Graziani : "La présomption des Juventines." Ivan Zazzaroni a immédiatement réagi : "Mais pourquoi défendre Mauro ? Il a raison sur un point, La Juve a la Ligue des Champions comme objectif, le championnat en suite. Ce n’est pas un match d’entrainement mais le troisième objectif." Giuseppe Cruciani enfonce le clou : "Mauro a tort, pour la Juve affronter l’Inter et se qualifier est fondamental, surtout vu les choses qui ont été dite sur l’inexpérience de Pirlo." Et pour conclure Zazzaroni: “Ce n’est pas le cas, vous verrez qui il va aligner." Chaude ambiance…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Après une victoire convaincante contre la Vieille Dame, cette analyse introduit la construction de l'Inter, discute de la structure défensive et de la façon dont elle a cherché à attaquer la Juventus. Il est expliqué comment tout s'est mal passé pour la Juventus. Compositions L'Inter est toujours alignée avec son 3-5-2 qui passait en un 5-3-2 très discipliné en défense et un 3-3-4 en attaque, avec les arrières latéraux Ashley Young et Anchraf Hakimi agissant comme ailiers, et Nicola Barella liant le jeu entre les milieux de terrain, Marcelo Brozovic et Arturo Vidal, aux attaquants. Du côté de la Juve, étaient absents Paulo Dybala et Matthijs de Ligt. Ils sont indispensables car Dybala est le lien entre le milieu de terrain et l'attaque cette saison pendant que Ligt a renforcé sa réputation comme l'un des espoirs défensifs les plus brillants. La Juventus s'est alignée dans un 4-4-2 qui passait en 3-4-3 en attaque (voire 2-3-5), avec Aaron Ramsey rentrant plus au centre, et Federico Chiesa rejoignant la ligne avant de Cristiano Ronaldo et Alvaro Morata. L'Inter verrouille le centre Passer le ballon de la défense au milieu a été difficile pour la Juventus. Lautaro Martínez et Romelu Lukaku ont été chargés de filtrer les milieux de terrain de la Juventus. Dans l'exemple ci-dessous, il ne s'agit que de Rodrigo Bentancur. Aaron Ramsey est trop loin de l'action, mais a souvent été surveillé par Barella. Leonardo Bonucci a la balle mais il n'a pas d'option de passes au milieu de terrain, juste l'arrière droit Danilo et ses coéquipiers les plus avancés. La Juventus avait rarement des options de passes dans ce match, grâce au monitoring intelligent de l'Inter. La Juventus a eu du mal à créer des occasions dans ce match et ce pour de nombreuses raisons. La première est le manque de service aux joueurs du milieu de terrain. Ci-dessous, nous voyons une fois de plus que Lukaku et Martínez filtrent Bentancur, avec Barella surveillant de près Ramsey alors que nous voyons le jeu se déplacer sur le côté droit du terrain vers Chiellini. La Juventus a été obligée de faire des passes latérales qui n'ont jamais menacé l'Inter. Une fois la balle déplacée de chaque côté du terrain, les flancs les plus larges des joueurs faisaient le pressing. Par exemple, Lukaku et Barella cherchent à changer de direction ci-dessous. Si la Juventus devait avancer, l'arrière droit Hakimi pouvait presser. Une défense de fer L'Inter a des joueurs tactiquement astucieux et polyvalents. Ci-dessous, nous voyons un exemple de cela. Chiellini entre dans le camp de l'Inter, alors Hakimi presse le plus proche ailier, Frabotta. Lorsque Hakimi presse, l'espace laissé derrière lui pouvait être occupé par Ramsey. Pour éviter toute menace, Barella a marqué Ramsey et le suivait alors que Ramsey s'enfonçait dans le dernier tiers. La Juventus a souvent essayé de surcharger les joueurs d'un côté du terrain pour se créer des occasions. Pour défendre, l'Inter est resté dans son 5-3-2. Young s'approche de Ronaldo, qui a le ballon. Bastoni marque Rabiot, tandis que Barella et Brozovic prêtent une attention particulière aux options de passes centrales. La forme défensive de l'Inter peut être illustrée par les lignes jaunes ci-dessous. La Juve touchée en contre Le thème récurrent de la Juventus était de surcharger un côté du terrain. Bien que ce soit une tactique solide, ce ne devrait pas être la seule à utiliser. Ci-dessous, Barella lance l'une des nombreuses contre-attaques. Lorsque la Juventus tentait ces surcharges, elle laisserait le flanc opposé vulnérable. Pour aggraver le tout, la Juventus a également déployé une ligne défensive très élevée composée de Giorgio Chiellini, 36 ans, et de Leonardo Bonucci, 33 ans, des joueurs peu connus pour leur vitesse. La Juventus a bêtement surchargé le côté gauche du terrain et poussé Frabotta sur le flanc opposé pour ajouter de la largeur. Dès que la possession a été perdue, l'Inter a puni la Juventus avec ses contres rapides. Ci-dessous, nous voyons un cinq contre cinq dans la moitié de terrain de l'Inter alors qu'ils construisent la défense. Barella a eu la liberté de se déplacer là où il était nécessaire en tant que principale ouverture de l'Inter, il aidait donc à relier le jeu d'un milieu de terrain plus profond comme Brozovic dans l'exemple ci-dessous, à l'attaque. Lukaku colle le défenseur tandis que Hakimi est dans l'aile au milieu du terrain. L'Inter peut attirer les joueurs de la Juventus dans la vaste zone car ils savent que Barella trouvera de l'espace pour recevoir le ballon. La Juventus a souvent basculé entre un bloc bas étroit et compact à une pression agressive dans la moitié de terrain de l'Inter. Cependant, comme nous l'avons vu, ces différents styles de défense ne se complètent pas très bien. Les joueurs semblaient être dans une indécision qui s'est avérée désastreuse sur le terrain. Une construction impeccable Ci-dessous, nous voyons un exemple de construction de l'Inter et comment la Juventus n'a jamais menacé de gagner le ballon devant. Dans la phase de préparation, l'Inter passait d'une ligne à 5 arrières à une ligne à 4, tandis qu'un défenseur entrait dans le milieu de terrain. Dans cet exemple, c'est Stefan de Vrij. Désormais, l'Inter a trois options de passes au milieu de terrain en plus de ses coéquipiers arrière Young et Hakimi. Antonio Conte a mis en place son équipe de manière à ce qu'ils aient toujours des options de passe lorsqu'ils tentent de jouer hors de leur défense. En jouant de l'arrière, l'Inter utilisait les flancs pour presser la Juve tandis que ses milieux de terrain se déplaçaient dans l'espace laissé derrière. Ci-dessous, nous voyons ça. Brozovic est sur le point de recevoir le ballon. Il a une option de passe immédiate à Hakimi, qui a perdu son marqueur, Frabotta. Brozovic a attiré trois joueurs de la Juventus, laissant un espace pour Barella et Vidal. L'Inter ne restait pas sur les flancs plus longtemps que nécessaire et chercherait à déplacer le ballon au centre, vers un joueur comme Vidal dès que possible afin de lancer une attaque. L'Inter à l'attaque L'Inter déployait les arrières latéraux Hakimi et Young devant, les chargeant d'étirer la ligne arrière de la Juventus afin qu'un milieu de terrain comme Brozovic ou Vidal puisse exploiter les trous avec des courses dans la surface. Ci-dessous, nous voyons comment Hakimi avait capté l'arrière latéral gauche Frabotta, tout en incitant Ramsey à quitter son poste de milieu de terrain pour aider à défendre. La ligne d'attaque de l'Inter, illustrée par les lignes noires, va en 1 contre 1 contre la ligne défensive de la Juventus, illustrée par les lignes jaunes, tout en entraînant tout le milieu de terrain de la Juventus plus profondément dans sa propre moitié de terrain. L'Inter a six joueurs devant, mais la Juventus en avait besoin de sept pour se défendre en raison de la facilité avec laquelle l'Inter exploitait les zones. Lorsque la Juventus restait serrée, l'Inter avait l'un des arrières latéraux replié plus au centre, tandis que l'autre restait vers les flancs. Ci-dessous, nous voyons Young sur l'aile gauche, tandis que Hakimi se déplace au centre. Sur le ballon, Brozovic cherche à jouer vers Barella qui peut exploiter le bon espace. La Juventus a eu du mal à défendre les grands espaces et les zones centrales, en particulier lorsque l'Inter a attaqué les deux en même temps. Pour défendre, la Juve aurait dû charger Ramsey et Chiesa de marquer Hakimi et Young. Conclusion Conte a battu Pirlo tactiquement dès le début. La Juventus n'a pas semblé prête à se défendre contre l'Inter lors des contre-attaque, ni lorsque l'Inter a pu profiter de longues périodes de possession. De plus, la Juventus sortait rarement de sa propre moitié alors qu'elle n'avait qu'à dépasser Lukaku et Martínez, la première ligne du bloc intermédiaire de l'Inter. La Juventus n'a malheureusement pas joué comme les champions de Serie A. Conte a été vivement critiqué pour ses mauvais remplacements cette saison, et à juste titre. Cela peut être la seule vraie lacune de l'Inter. Tant que Conte ne bricolera pas trop son équipe au moment de faire des changements, l'Inter restera tout autant favorite pour le titre que le Milan.
  9. C'était une performance parfaite de l'Inter et ce, du début à la fin. Les Nerazzurri ont dominé le derby d'Italie pendant 97 minutes, battant la Juventus 2-0 grâce aux buts de Vidal et Barella. Les trois points sont largement mérités et n'ont jamais fait de doute. Voici les déclarations de Conte après le match: Était-ce le match parfait? Quelle est la meilleure chose que vous ayez vue ce soir? "Pour battre une équipe forte comme la Juventus, vous devez jouer le match parfait. Nous étions vraiment bien ce soir. Au-delà du résultat, nous nous sommes parfaitement préparés et le meilleur sentiment pour moi est que les joueurs ont fait ce sur quoi nous avons travaillé à l'entraînement afin de causer des problèmes à nos adversaires. Nous avons respecté notre plan de match et je suis heureux pour les garçons car ces victoires vous donnent beaucoup de confiance et vous aident à comprendre que vous êtes sur la bonne voie. Ce chemin que nous avons engagé il y a un an et demi porte ses fruits. Mes compliments aux gars parce qu'ils ont toujours très bien travaillé. Nous allons dans la bonne direction pour réduire l'écart." L'Inter peut-elle gagner le Scudetto? "L'Inter est en lice. C'est une sensation incroyable pour moi après un an et demi de travail. Le Club a son estime au niveau national et international; vous n'allez pas à une finale européenne sans mériter cette estime. Être éliminé de la Ligue des champions fait toujours mal; nous aurions aimé aller plus loin dans cette compétition, mais les garçons le savent et qu'il faut trouver la bonne motivation pour s'améliorer après la déception." Gagner sans buts de la part des attaquants, un problème? "Nos attaquants n'ont pas marqué ce soir mais nous avons créé beaucoup d'occasions. Lautaro et Romelu étaient un peu malchanceux; cette équipe crée beaucoup. Parfois, nous n'avons pas cet instinct de tueur mais, en même temps, beaucoup de nos joueurs ont des chances de marquer parce que nous attaquons en nombre. La constante était les nombreuses chances que nous avons créées et je ne suis pas inquiet car je peux voir les bonnes réponses sur le terrain. C'était une étape importante en termes de mentalité car nous devons comprendre que vous devez épuiser vos adversaires dans certains matchs. J'ai vu la bonne réponse, mais nous n'en sommes qu'au début et je veux qu'ils soutiennent cela. Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais une victoire contre la Juventus montre sûrement que nous sommes sur la bonne voie."
  10. Ce Dimanche, l'Inter affronte la Juventus dans un match qui s'annonce capital pour la lute du Scudetto. Cet article présente une rapide analyse tactique de la Juve de Pirlo en se basant sur ses matchs contre la Samp et la Louve. Phase offensive: construction La sous-phase de construction de sa phase offensive est la partie la plus structurée et la plus complexe du jeu de possession. Pirlo veut que son équipe joue de l'arrière et pendant la phase de préparation, il souligne qu'une "sortie propre est essentielle". Il modifiera ses mécanismes de construction en fonction d'une analyse de l'adversaire, pour s'assurer que son équipe peut jouer à partir de l'arrière aussi efficacement que possible. Lors de la construction, il y a 3 options pour les joueurs: "Mener", "Filtrer", "Augmentez le temps et l'espace disponibles". Pirlo veut surmonter la pression de l'adversaire en utilisant la verticalité pour trouver le troisième homme qui, d'après Xavi, est "impossible à défendre". Il y parvient en utilisant une structure en losange pour progresser. Le joueur à la base du losange est le porteur du ballon, il a des options de chaque côté, ainsi qu'une option verticale. Ce "sommet" semblera positionné entre les lignes, et la priorité principale sera de trouver ce "sommet" par un jeu vertical et les mouvements du troisième homme. Ci-dessous, nous pouvons voir un diagramme représentant la structure en losange que Pirlo veut implémenter. La base du losange peut, bien sûr, être le gardien, que Pirlo veut utiliser pour se préparer, en particulier contre une pression haute. Nous pouvons voir un exemple d'une progression en losange de Pirlo dans l'image ci-dessous contre la Sampdoria de Claudio Ranieri. Ci-dessous, nous pouvons voir un autre exemple contre la Roma de Paulo Fonseca. Dans la première phase de construction, Pirlo veut avoir exactement un avantage d'un joueur. Avoir un joueur supplémentaire a l'avantage évident de fournir un avantage numérique pour fournir la progression propre que Pirlo souhaite. Cependant, il ne veut pas plus d'un joueur afin de ne pas "gaspiller" des joueurs supplémentaires, car il souhaite qu'ils occupent des zones plus avancées. La principale priorité lors de la construction est de jouer dans les zones centrales. Cela rend le pressing de l'adversaire plus compliqué et il y a plus d'options lorsque le ballon est au centre, ce qui rend la construction centrale plus pénible pour l'adversaire. En effet, sur les ailes par exemple, le ballon est envoyé vers le centre, tandis qu'au centre, le ballon peut être joué dans n'importe quelle direction. Pirlo souligne qu'il ne veut pas que son équipe abuse du jeu vertical. Il veut plutôt utiliser des rotations et des échanges pour désorganiser l'adversaire afin de créer des ouvertures pour une progression verticale. L'organisation offensive de Pirlo se produit à deux vitesses. Lorsque le ballon est "derrière", le jeu est lent et méthodique. Lorsqu'un joueur libre le reçoit entre les lignes, le jeu devient beaucoup plus rapide et plus direct vers le but adverse. Lorsque le porteur du ballon est dans l'espace, Pirlo veut que les autres joueurs attaquent en profondeur, tandis que le porteur du ballon dribble. Si la structure du losange est correctement formée, le sommet se préparera pour un 1-2. Si le porteur du ballon est sous pression, les autres joueurs reviennent pour lui apporter leur soutien. Pirlo souhaite que ses joueurs maintiennent la structure en possession, ce qui garantit que la progression du ballon est aussi propre que possible tout en fournissant des structures de contre-pressing favorables pendant la transition défensive. Si un joueur qui n'a pas la possession du ballon est libre, il doit constamment chercher à le recevoir entre les lignes. Pirlo veut que son équipe recherche des passes en diagonale et cherche toujours à trouver ce fameux troisième homme. Phase offensive, Principe de développement 1: largeur Pirlo veut qu'un seul joueur soit sur chaque aile, occupant la position la plus large possible. Il ne veut qu'un seul joueur sur chaque aile afin de positionner les autres joueurs au centre. Cela oblige l'arrière adverse à faire un choix. Rester large et laisser de l'espace au centre, ou dans le demi-espace, ou se déplacer au centre et laisser le joueur dans la largeur avec du temps et de l'espace. Si la balle est d'un côté, le joueur large opposé doit rester haut et large afin de garder une option de changement disponible, ce que Pirlo souhaite que son équipe utilise souvent. "Nous dérivons vers la droite pour attaquer à gauche." Nous pouvons voir un exemple de cette largeur extrême sur les deux flancs dans l'image ci-dessous. Phase offensive, Principe de développement 2: trouver des joueurs dans la zone de finition Pirlo définit la "zone de finition" comme une zone mobile qui se trouve entre les lignes défensive et médiane de l'adversaire. Trouver des joueurs dans cet espace est l'objectif principal de la phase offensive. Les joueurs positionnés dans la zone de finition doivent constamment chercher à échapper à la couverture de leur adversaire et recevoir dans l'espace. Au moins deux joueurs doivent être constamment positionnés dans cette zone, les autres se joignant souvent. Si le porteur du ballon est dans l'espace et fait face au but, au moins deux joueurs doivent immédiatement attaquer en profondeur. Phase offensive, Principe de développement 3: attaquer constamment en profondeur Ce que Pirlo veut dire quand il se réfère à "attaquer en profondeur", c'est faire des courses derrière. Ceci est fréquemment mentionné dans sa thèse et semble être la principale méthode de création aléatoire de Pirlo. La ligne défensive de l'adversaire doit être constamment sous pression. Nous pouvons voir que le recrutement et la sélection des joueurs de Pirlo conviennent à cela. On peut s'attendre à ce que des joueurs tels que Cristiano Ronaldo, Dejan Kulusevski, Álvaro Morata et Aaron Ramsey prospèrent dans ce système offensif. Pirlo cite trois raisons pour son insistance sur des attaques constantes en profondeur: Forcer la ligne défensive de l'adversaire plus profondément - soit en repoussant la ligne de milieu de terrain, donnant ainsi aux joueurs plus de temps, soit en augmentant la taille de la zone de finition si la ligne de milieu de terrain ne descend pas plus profondément. Gardez les défenseurs adverses constamment, mentalement engagés. Créez des occasions de but. "Attaquez l'espace, recevez le ballon… marquez!" Pirlo jouera soit avec un ou deux attaquants centraux. S'il joue avec deux, ils font des mouvements opposés, l'un descendant plus profondément, tandis que l'autre attaque en profondeur. S'il joue avec un seul - et que le joueur est dans la zone de finition - l'attaquant dans la largeur du côté faible attaquera en profondeur. Phase offensive: Attaquer la ligne défensive Un autre principe clé du jeu offensif de Pirlo est l'occupation des cinq zones verticales (les deux ailes, les demi-espaces et le centre), ainsi la ligne avant doit être composée d'au moins cinq joueurs, avec potentiellement plus de jonction. Pour faciliter cela, Pirlo veut que son équipe attaque en 2-3-5 ou 3-2-5. Dans ses deux premiers matchs, il a utilisé le 3-2-5. Le 3-2-5 permet à l'équipe d'avoir une structure 3-2 lui permettant de créer les angles de passage diagonaux souhaités par Pirlo, tout en assurant également la solidité en transition défensive. Dans l'image ci-dessous, nous pouvons voir ce 3-2 contre la Sampdoria. Même lorsqu'ils se sont alignés à quatre arrière sur la feuille de match contre la Roma, Danilo à l'arrière droit, s'est déplacé dans les trois arrière tandis que Juan Cuadrado à l'arrière gauche poussait plus haut pour devenir le joueur haut et large sur la gauche. Phase défensive La phase défensive se présente pas de particularités. La Juve effectue un pressing haut et revient, en général, avec un 4-4-2 afin de limiter des espaces. Ceci dit, une fois acculée dans sa surface, le positionnement des joueurs mérite attention. Dans ce cas Pirlo veut créer des surcharges défensives de type 2 contre 1, avec un joueur fournissant une couverture, tandis que l'autre presse le porteur du ballon. Lorsqu'il défend des zones larges, Pirlo évoque la possibilité qu'un milieu de terrain central tombe dans la ligne défensive afin de donner aux défenseurs larges un meilleur accès aux ailes sans créer de faiblesses. Pirlo a divisé la surface de réparation en six zones, comme illustré dans le diagramme ci-dessous. Pirlo veut que chaque défenseur occupe une zone en fonction de la position du ballon. Par exemple, lorsque le ballon est sur le côté droit côté défense, le côté central du côté le plus proche se déplacera dans la zone 1, tandis que le côté le plus éloigné du centre occupera la zone 2. Le côté opposé arrière couvrira la zone 3. Si son équipe n'a pas assez de joueurs dans la surface, un milieu de terrain central descendra dans la zone 5, tandis que le joueur large de l'autre côté occupera la zone 5, avec des orientations vers la zone 6, dépendant du contexte. L'exemple donné par Pirlo est clairement adapté à la formation avec quatre défenseurs, mais nous pouvons voir une structure défensive très similaire dans l'exemple illustré ci-dessous, où la Juventus défend le ballon à sa gauche. Danilo joue le rôle d'arrière latéral (FSFB), occupant la zone 2. Leonardo Bonucci est l'arrière central (NSCB), occupant la zone 3. Adrien Rabiot en tant que milieu de terrain central (CM) est tombé dans la zone 6, tandis que Cuadrado agit comme l'ailier du côté éloigné (FSW) et occupe la zone 5. Gianluca Frabotta joue le rôle d'arrière latéral (NSFB) et rencontre l'adversaire à l'extérieur.
  11. Stefan De Vrij s’est livré à Dazn sur la reprise de la compétition, mais également sur les Derbys d’Italie et Della Madonnina Juve-Inter "Hélas, durant ce match, la Juve nous était supérieure, elle a gagné avec mérite. C’était un match différent, joué sans tifosi. Nous devons nous y habituer au cours de la prochaine période." Inter-Milan "En première période, Milan nous avait mis en difficulté, nous étions mené. L’entraîneur nous a dit de rester calme à la mi-temps. Brozovic nous a aidé en marquant directement.....Nous y avons cru et ensuite, objectivement, c’était aussi très beau de marquer." Eriksen ? "Il peut devenir décisif et je pense qu’il va commencer à l’être. Il est habitué à notre jeu, il commence à apprendre la langue. Nous voyons tous ses qualités à l’entrainement, il est très fort. Vous vous en rendrez compte rapidement sur le terrain." La reprise ? "La première rencontre est toujours la plus importante, nous travaillons afin d’arriver dans les meilleures conditions possible à ce match." ®Antony Gilles - Internazionale.fr