Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'diego godin'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Si Lukaku et Lautaro continuent de transcender l’Inter à coups de buts, l’Inter doit également son rendement actuel à la croissance exponentielle de son rempart défensif Analyse De Sky Sport " L’Inter s’améliore même au niveau de son rempart défensif, c’est une équipe qui continue à marquer énormément de buts, plus que tout le monde, comme l’ont démontré les confrontations directes avec 3 buts à la Lazio et au Milan et 2 buts à la Juventus." "Au niveau défensif, elle s’est également retrouvé en croissance avec un seul but subit lors des six derniers matchs." Milan Skriniar, le Symbole de la Nouvelle Inter Parmi les joueurs qui ont haussé de façon notable le niveau de jeu, on retrouve Milan Skriniar qui est redevenu titulaire indiscutable, une garantie absolue pour Conte et l’Inter: "L’an dernier, à la même période, il se débattait et sa confiance en avait été affecté. A présent, il s’est bien adapté à un rôle qu’il interprétait en méfiance, il y a une année : Il joue toujours, il reprend des ballons, parfois, il marque quelques buts, il défend avec Grinta" "Milan est devenu un élément essentiel et inamovible en compagnie de De Vrij et de Bastoni, qui étaient des piliers fondamentaux déjà confirmé lors du trio avec Godin." Skriniar s’est repris le maillot de titulaire et il réalise de belles choses : "Il est le symbole de la confiance qui contamine tout et avec des résultats, estime de soi et première place incluse, qui renforcent les certitudes d'une Inter qui présente cette saison la meilleure attaque et la seconde meilleure défense : Des statistiques décisives lorsque l’on analyse à la loupe, la période positive de l’équipe de Conte." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Une faillite, un contrat non-respecté, une honte…L’Inter a dit adieu à la Ligue des Champions de la pire des façons ce mercredi…. Recruté afin de faire passer un cap à l’Inter, Antonio Conte aura réussi à déclencher la fureur du Suning : Si à l’heure d’écrire ces lignes, le poste de l’entraîneur n’est pas encore remis en question, l’Inter va payer au prix fort sa prestation Révélation de Tuttosport "Pas de victoire, plus de Ligue des Champions, ni même l’Europa League : La Campagne en Coupe d’Europe de l’Inter s’est très mal terminée et Nankin ne le prend absolument pas bien. Si ces dernières années, Suning semblait déjà lassé par les éliminations, cette année, il l’encaissera avec encore plus de difficultés." Attentes trahies "On ressent un certain agacement en Chine suite à ce qu’il s’est passé en Coupe d’Europe, avec une seule victoire en six matchs et la dernière place d’un groupe considéré comme complexe, mais surmontable étant donné que l’on retrouvait le pire Real Madrid de ces dernières années. On retrouvait également le Shakhtar qui avait été battu 5-0 en demi-Finale de la Ligue Europa en août dernier et le Borussia Mönchengladbach, actuel septième de Bundesliga." "Le tout après avoir investi en deux saisons plus de 230 millions d’euros, ventes exclues et avoir recruté un entraîneur à hauteur de 12 millions d’euros par saison…. La Famille Zhang s’attendait à quelque chose de mieux." Pas de Mercato "Cette élimination va avoir des répercussions sur le Mercato. Si en septembre Marotta et Ausilio ont dû acquérir des joueurs à bas prix, seulement après avoir réalisé des ventes: Soit moins de 5 millions d’euros pour s’offrir Kolarov, Vidal et Darmian, via les départs de Godin, Asamoah, Dalbert et Candreva." "Il est à présent difficile de penser que Suning va ouvrir le portefeuille : La désillusion est immense et les comptes du club, comme ceux de tous les autres de la planète, ont plongé dans le rouge à cause du Covid. La qualification en huitième de finale aurait permis à l’Inter d’engranger 15 millions d’euros." "Avec seul le championnat a disputer, la propriété s’attend à un résultat important, peu importe ce qui a été dit lors de la fameuse confrontation à la Villa Bellini, et la Coupe d’Italie, il est plus que certain que Zhang n’autorise aucun investissement." Cautionneriez-vous ce comportement de la part de Suning ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Un nombre de buts encaissés impressionnants pour ce début de saison qui inquiète. Encore plus en comparaison à l'an dernier. Beppe Bergomi tente d'expliquer cet épisode défavorable pour la Gazzetta dello Sport. Qu'arrive-t-il à la défense de l'Inter ? "Peut-être que Conte refusera de l'admettre, mais il me semble que la façon de défendre est différente de l'année dernière. Je vois une équipe qui accepte plus le un contre un. Antonio dans ses déclarations dit toujours que l'équipe a bien fait, comme si dans la vision de dominer l'adversaire dans certaines parties du terrain il faut accepter les un contre un derrière. Les joueurs sont bons et ils font de leur mieux, mais il n'y a pas de défenseurs rapides pour jouer dans de telles situations ouvertes. Dans ce contexte de Vrij a été le meilleur l'an dernier. Mais devoir sortir très haut, comme lors du 3-2 du Real, c'est plus compliqué car il faut alors couvrir tout le terrain derrière." La phase défensive n'est pas seulement l'occupation des trois défenseurs. Ont-ils besoin de plus d'aide ? "L'année dernière, au milieu l'homme qui savait structurer le devant de la défense, c'était Brozovic. Il avait trouvé l'équilibre avec ses deux autres milieux comme Barella et Gagliardini. Les choses ont changé dans la tentative de défendre différemment et dans celle d'insérer un meneur de jeu, ce qui conduit à moins d'assise défensive au milieu." Sept défenses différentes en neuf matchs : "Conte communique d'une manière différente cette année. Mais il doit aussi composer avec le Covid et le fait d'avoir terminé le plus tard la saison passée. Et il a perdu un joueur qui n'était peut-être pas parfait pour la défense à trois, Godin, mais qui avait du charisme et une personnalité. Cela n'a pas été remplacé." Une nouvelle devise entre elle aussi en jeu : mieux vaut un 5-4 qu'un 0-0 ? "Je suis de la vieille école. Celui qui prend le moins de buts gagnent à la fin. La Juventus de l'année dernière était à part. Liverpool et le Real avaient la meilleure défense. Si vous défendez bien, vous attaquez mieux." Les erreurs individuelles pèsent-elles plus que le manque d'équilibre ? "Ce sont des erreurs de personnes qui n'étaient pas habitués à postés là, à ce moment-là. Mais cela ne me dérange pas, à moins que cette tendance perdure. Le retour de Skriniar ? Oui je le vois dans le trio titulaire. Comme pour Godin c'est une question d'adaptation, il y arrivera." ®gladis32 - internazionale.fr
  4. Notre attaquant légendaire, Alessandro Altobelli, a partagé sa conviction que l'Inter avait actuellement la meilleure équipe de toute la Serie A, malgré son début pire que prévu. Voici ses déclas à Il Giornale. "Si nous regardons l'équipe, l'Inter est incomparable, mais il semble y avoir une grande différence entre la théorie et la pratique. L'Inter est actuellement incapable d'exprimer son potentiel sur le terrain et je pense qu'il y a un problème de confiance mais aussi de tactique." "L'année dernière, tant en championnat qu'en coupes européennes, ils ont fait beaucoup mieux. Sans parler du championnat où l'Inter a perdu sa solidité défensive. Conte, en ce moment, doit essayer de s'appuyer sur un 11 bien étudié pour obtenir ce que tout le monde s'attend à voir sur le terrain." Conte différent de son attitude habituelle? "Oui, c’est vrai, j’ai remarqué cela. A la Juventus, dans toutes ses expériences et même l'année dernière, il bougeait beaucoup plus, il criait, il hurlait peut-être aussi parce que jusqu'à il y a quelques mois il y avait aussi des fans et c'était plus difficile de se faire entendre. L'autre soir, j'étais à San Siro pour Inter-Borussia Monchengladbach et même maintenant s'il parle doucement, vous pouvez l'entendre dans les gradins, peut-être qu'il n'est plus nécessaire de crier. Je ne le vois pas détendu mais comparé au Conte de l’année dernière, il manque un peu de mordant." Une tactique trop rigide? "Ayant été voir le match, je peux dire que lors du même match contre Gladbach il a changé plusieurs fois de formation mais au final, ce n'est pas tant une question de formation car ce sont les joueurs qui vous font gagner ou perdre les matchs. En ce moment, beaucoup ne s’expriment pas au mieux. Lautaro Martinez et surtout Lukaku font des choses exceptionnelles. Même la malchance fait rage avec trop d'infections et de blessures. Je le répète, je pense qu'il a ses idées tactiques mais au final, ce sont les joueurs qui déterminent votre résultat." L'impact du Covid. "Espérons le moins possible. L'Inter a dû se passer de nombreux joueurs, ainsi que la Juventus avec CR7 et autres, Naples et surtout le Genoa. Malheureusement, toutes les équipes devront vivre avec cette situation absurde qui ne facilitera certainement pas le travail des entraîneurs." Sur le derby perdu. "Quand l'Inter est menée 2-0 après 16 minutes, quelque chose ne fonctionnait pas. Je ne dis pas qu’elle était mal préparée, mais j’ai vu une équipe un peu insouciante et pas concentrée. Je ne peux pas dire qu’ils ne se sont jamais remis car ils ont eu une très bonne seconde période. Aux points, peut-être qu'ils auraient mérité la victoire et pas seulement le nul, mais si vous faites beaucoup d'erreurs en défense et en attaque, vous le payez. Le Milan a joué son match et à la fin, il l'a même ramené les trois points." L'Inter digne d'être en course pour le scudetto? "Il est difficile de répondre à cette question, je pense que nous revenons à la normalité. L'Inter a certainement de bonnes chances de réussir. L'équipe a les joueurs pour gravir les échelons car il n'est pas normal d'avoir cinq points de retard sur le Milan après quatre journées et d'avoir fait match nul contre 'Gladbach, mais le football est comme ça et si je devais parier quelque chose sur les Nerazzurri, évidemment, je le ferais parce qu'en tant que groupe, ils n'ont rien à envier à personne." Conte, a-t-il fait des erreurs? "Bien sûr, je pense que D’Ambrosio et Kolarov jouent dans une défense à trois alors qu’ils sont deux arrières latéraux, qui peuvent jouer arrière central mais qui ont dû être adaptés. Ce sont des erreurs pour lesquelles vous payez malheureusement cher. Avec la vente de Godin, l'ostracisme dans certaines circonstances contre Skriniar, il me semble que la meilleure défense de la saison dernière a été démantelée trop tôt mais je pense qu'il est temps de rattraper les erreurs." Conte manager la saison prochaine? "Cela dépendra beaucoup de cette saison, s’il ne gagne pas le Scudetto ou ne termine pas dans le top deux et que l’Inter est virée de la Ligue des champions, tout peut arriver. Les entraîneurs dépendent des résultats et évidemment Conte serait limogé si la saison se terminait mal." Sur Vidal et Eriksen contre 'Gladbach. "Lorsque vous avez Vidal devant la défense, il perd un petit truc à cause de son âge et de ce qu'il est. Conte l'a fait jouer là mais je le vois mieux au milieu de terrain. Au final, jouer devant la défense vous vous exposez à plus de risques et quelqu'un comme lui, qui est très impulsif, a commis deux erreurs. Quant à Eriksen, par contre, je peux dire que l'ayant vu en direct, je l'ai étudié de près. Je le vois découragé, il ne risque rien. Il fait le strict minimum, il fait la passe courte de peur de se tromper, cet Eriksen ne sert à rien ni à l'Inter ni à lui-même, il doit jouer plus serein, plus calme. Il doit avoir une personnalité et un caractère qu'il ne montre pas pour le moment." Lukaku digne remplaçant d'Icardi? "Icardi a eu de belles saisons à l'Inter marquant 124 buts. L'Inter a peu dépensé pour lui et l'a bien vendu. Maintenant je peux dire que le club l'a plus que dignement remplacé par Lukaku, qui ne fait regretter personne. Romelu est un joueur extraordinaire, il mérite tous les compliments et je suis sûr qu'il fera encore mieux."
  5. Diego Godin Informations Générales Nom : Godin Leal Prénom : Diego Roberto Poste : Défenseur central Date de naissance: 16/02/1986 Lieu de naissance : Rosario Pays : Uruguay Taille : 187 cm Poids : 79 Kg Numéro de maillot : Au club depuis : Ouverture du mercato estival 2019 Position sur le terrain Biographie Né à Rosario, Diego Godín (surnommé El Faraón) commence à jouer au football à l'âge de cinq ans. Le jeune uruguayen rêve de jouer pour la Celeste, à l'instar de son idole, Enzo Fransescoli. À l'âge de quinze ans, Godín quitte Rosario pour Montevideo, où il évolue avec le Defensor Sporting Club, mais l'expérience est peu convaincante. Il rejoint alors le Club Atlético Cerro, un autre club de la capitale. Carrière en Clubs: Diego Godín commence sa carrière professionnelle en 2003 à l'âge de 17 ans au sein du CA Cerro. Milieu offensif à son arrivée, Godín deviendra peu à peu défenseur central. Ses bonnes performances lui permettent de se faire remarquer par le prestigieux club Nacional de Football, également basé dans la capitale uruguayenne. Après une saison passé au Nacional, Godín est recruté par Villareal pour la saison 2007-2008. En effet, Villareal avait besoin d'un défenseur central faute d'avoir pu garder Roberto Ayala. Godín et le Villareal atteindront la deuxième place en ligue espagnole. En août 2010, Godín quitte Villareal pour l'Atlético de Madrid, club champion d'Europa League en titre, où il joue comme défenseur central. Godin remporte peu après son arrivée à Madrid la Supercoupe d'Europe, mais son équipe est éliminée en phases de groupe de Ligue Europa, malgré un but de Godín face à Rosenborg. En 2011, Godín commence à porter le numéro 2 (numéro qu'il gardera par la suite) qu'il obtient à la suite du départ de Juan Valera à l'été 2011. Godín est titulaire lors des victoires des Colchoneros en finale de l'Europa League 2012 et en Supercoupe d'Europe 2012 le 31 août 2012. Lors de la 2013/2014, Godín et l'Atlético remportent le championnat espagnol pour la première fois depuis 18 ans. Le titre leur revient après le match nul (1-1) face au FC Barcelone lors de la dernière journée de championnat grâce à l'égalisation de Godín. L'Atlético arrivera également en finale de la Champions League le 24 mai 2014 face au Real Madrid, où Godín ouvre le score. Cependant, le Real égalise et marque trois autres buts, dont un sur pénalty à la suite d'une faute de Godín. En août 2015, Godín décide de prolonger son contrat jusqu'en 2019, malgré l'intérêt que lui portent d'autres clubs européens. Le 28 mai 2016, Godín et ses coéquipiers ne parviennent pas à prendre leur revanche sur le Real Madrid en finale de Champions League et s'inclinent sur pénaltys face à leur rivaux madrilènes. Au cours de la saison 2017/18, Godín et l'Atlético terminent troisième de leur groupe en Ligue des Champions, ce qui entraîne leur élimination mais aussi leur repêchage dans un autre tournoi, la Ligue Europa. L'Atlético remporte la finale de la Ligue Europa face à l'Olympique de Marseille, et Godín fait partie, en raison de ses bonnes prestations, des trois candidats au prix du meilleur joueur de l'Europa League (trophée en fin de compte remporté par son coéquipier Antoine Griezmann). En août 2018, à la suite du départ de Gabi, Godín devient capitaine des Colchoneros. Il remporte peu après sa troisième Supercoupe de l'UEFA en battant le Real Madrid 4-2. Le 25 janvier 2019, Diego Godin passe sa visite médicale avec l'Inter Milan qu'il rejoindra l'été 2019. Le 22 février 2019, Beppe Marotta, confirme que Diego Godin rejoindra l'Inter Milan et officialisera bientôt son transfert. Le 7 mai 2019, lors d’une conférence de presse, Diego Godín annonce avec émotion qu’il quittera l’Atlético Madrid à la fin de la saison, après neuf ans passés au club. Equipe Nationale: Le 26 octobre 2005, alors qu'il est âgé de 19 ans, Godín est appelé par Jorge Fossati pour sa première sélection en équipe nationale, à l'occasion d'un match amical face au Mexique. En 2007, Godín est appelé par Óscar Tabárez pour participer à la Copa América. Tabárez lui donne une place de titulaire lors du premier match face au Pérou, mais confie par la suite la défense centrale à Andrés Scotti et Diego Lugano. C'est sur le banc que Godín assistera à l'élimination de son équipe en demi-finale face au Brésil. Diego Godín dispute sa première Coupe du monde en 2010, après que son équipe se soit qualifié en barrages face au Costa Rica. Il occupe la place de défenseur central aux côtés du capitaine uruguayen Diego Lugano. Blessé lors du dernier match de poules face au Mexique, Godín voit son équipe se qualifier pour les huitièmes de finale, une première pour l'Uruguay depuis 1990. Signe de l'efficacité de la défense uruguayenne, Godín et ses coéquipiers n'encaissent aucun but en phase de groupes. Pourtant présent lors de la victoire en huitièmes, il manque les quarts de finale face au Ghana à nouveau en raison d'une blessure, mais dispute la demi-finale face aux Pays-Bas ainsi que le match pour la troisième place face à l'Allemagne (matchs tous deux perdus). Godín fait partie de l'effectif uruguayen lors de la Copa América 2011. Malade, Godín ne peut disputer la plupart des matchs, ce qui n'empêchera pas son équipe de remporter le tournoi. En fin de compte, il ne jouera que deux minutes lors des derniers instants de la finale face au Paraguay. La victoire en Copa América ouvre à l'Uruguay les portes de la Coupe des Confédérations 2013. Godín y joue tous les matchs, à l'exception de l'écrasante victoire face à Tahiti (score: 8-0). Il ne parvient pas à éviter l'élimination de son équipe en demi-finale face au Brésil15. Diego Godín aide son équipe à se qualifier à la Coupe du Monde 2014, en jouant les deux matchs de barrages face à la Jordanie. Au Brésil, l'Uruguay débute très mal sa Coupe du Monde en perdant son premier match face au Costa Rica (score : 1-3). De plus, Diego Lugano, capitaine d'équipe, ne peut participer aux matchs face à l'Angleterre et l'Italie en raison d'une blessure au genou. Godín obtient donc le brassard de capitaine et occupe à présent la charnière centrale avec son coéquipier à l'Atlético Madrid, José María Giménez. La Celeste parviendra tout de même à se rattraper en battant l'Angleterre puis l'Italie. Face aux Italiens, Godín marquera l'unique but du match de la tête sur corner, qualifiant son équipe dans la foulée. L'aventure s'arrêtera cependant en huitièmes à la suite de la défaite 2-0 face à la Colombie. Par la suite, Godín gardera le rôle de capitaine, tandis que son coéquipier Giménez obtiendra une place de titulaire dans la défense centrale uruguayenne. Les deux défenseurs font partie de l'effectif uruguayen pour la Copa América 2015. La Celeste, tenante du titre, est éliminée en quart de finale par les Chiliens, futurs vainqueurs du tournoi. Titulaire lors la Copa América Centenario en 2016, Godín et l'Uruguay quitteront le tournoi à l'issue des phases de poules. C'est au cours de ce tournoi que le défenseur uruguayen effectuera son centième match en sélection nationale. Après avoir aidé son équipe à se qualifier (notamment en inscrivant trois buts), Diego Godín est sélectionné par Óscar Tabárez pour participer à la Coupe du Monde 2018. Avec leur défense efficace, Godín et ses coéquipiers forment la seule équipe à ne pas avoir encaissé de buts durant la phase de groupes. L'Uruguay atteindra les quarts de finale, où elle s'inclinera face à la France. Le 25 mars 2019, à l'occasion d'un match amical face à la Thaïlande, Godín honore sa 126ème cape en équipe d'Uruguay, devenant ainsi le joueur le plus capé de histoire de l'équipe en battant le record de Maxi Pereira. En mai 2019, il est à nouveau appelé à disputer la Copa América au Brésil. Le saviez-vous ? Il est le parrain de la fille d'Antoine Griezmann. Depuis le 28 juillet 2011, il possède la nationalité espagnole. Il épousa en décembre 2018, sa compagne de longue date Sofia Herrera. Palmarès: Atletico Madrid Vainqueur de la Ligue Europa (2) : 2012 et 2018 Vainqueur de la Supercoupe UEFA (3) : 2010, 2012 et 2018 Champion d'Espagne (1) : 2014 Vainqueur de la Coupe du Roi (1) : 2013 Vainqueur de la Supercoupe d'Espagne (1) : 2014 Finaliste de la Ligue des champions en 2014, 2016 Uruguay Vainqueur de la Copa America: 2011 Parcours: En Club: Ca Cerro (2003-2006) Nacional (2006-2007) Villareal (2007-2010) Atletico Madrid (2010 - 2019) Internazionale FC : Ouverture du mercato estival 2019 En équipe nationale 2005 - A ce jour: Uruguay Distinctions personnelles Joueur du mois en Liga: avril 2014, mai 2014 Membre de l'équipe-type de l'année en Liga: 2014, 2016 Membre de l'équipe-type de l'année UEFA: 2014 Membre de l'équipe-type de la Ligue des Champions: 2014, 2016, 2017 Prix LFP du meilleur défenseur de l'année: 2016 Membre de l'équipe-type établie par European Sports Media: 2016 Membre de l'équipe type de la Coupe du monde 2018 Nommé pour le Ballon d'or en 2016 et 2018 ©Wikipedia ================================================== MESSAGE ORIGINAL : ================================================== En fin de contrat avec l'Atlético de Madrid en juin prochain, Diego Godin pourrait se tirer de la capitale espagnole. Les médias transalpins, Sky Italia en tête, annoncent que le défenseur international uruguayen s’est même déjà entendu avec l’Inter de Milan sur un contrat de deux ans (plus un avec option) à compter de la saison prochaine.
  6. Calcio&Finanza s’est lancée dans l’analyse de l’état financier de l’Inter en cette fin de mercato estival. Si le club recherche à finaliser son mercato, il y a lieu de constater qu’il y a eu beaucoup d’arrivées, pour très peu de vente. Achraf Hakimi, Arturo Vidal et Aleksandar Kolarov représentent les trois principaux coups d’éclat de l’été Nerazzurro, mais le club, en cette dernière semaine de mercato souhaite offrir à Antonio Conte, son milieu de terrain rêvé, si les ventes le permettent... Le "Calciomercato" se terminera le lundi 5 octobre 2020 et l’analyse ci-dessous tient à mettre en évidence l’élargissement des coûts du noyau Nerazzurro (salaire + amortissement + coûts des joueurs en prêt) pour la saison 2020/2021, en tenant compte des opérations conclues actuellement, afin de comprendre la marge de manœuvre encore disponible pour l’Inter Point de départ de l'analyse: le noyau 2019/2020 Le point de départ de cette analyse est le coût du noyau de la saison 2019/2020 qui a été publié par Calcio&Finanza à la clôture du mercato hivernal du mois de janvier, une session caractérisée par le recrutement de Christian Eriksen en provenance de Tottenham. Selon les calculs effectués l’hiver dernier par le site spécialisé italien, les coûts du noyau 2019/2020 ont tourné autour de 228,3 millions d’euros. Après l’officialisation des coûts relatif au Mercato, de Lukaku à Eriksen compris, les nouvelles analyses ont livré le verdict d’un coût de 232 millions d’euros. Les Ventes Jusqu’à ce jour, l’Inter a conclue 4 ventes, sans oublier deux joueurs qui sont arrivés en fin de contrat Les trois opérations en sortie analysées sont: Diego Godin à Cagliari. Vendu à titre définitif à la suite d’une dévaluation de sa valeur au bilan qui devrait être repris dans le bilan du 30 juin 2020 Antonio Candreva à la Sampdoria : Prêté avec une obligation de rachat fixée à 2,5 millions d’euros Valentino Lazaro au Borussia Mönchengladbach sous la forme d’un prêt onéreux Lucien Agoumé à Spezia, sous la forme d’un prêt sec Les joueurs en fin de contrat qui ont été libérés sont Tommaso Berni et Borja Valero. Ces transactions, dans l’immédiat, n’apportent pas de recettes particulière au club, si ce n’est à un niveau mineur des amortissements pour 3,5 millions d’euros. Pour Candreva, le coût de son amortissement annuel est à hauteur de 4,5 millions d’euros, l’effet voulu sera donc actif lorsqu’il sera officiellement racheté par la Sampdoria. A ces opérations, au niveau du bilan et des épargnes sur le coût du noyau, il y a lieu d’ajouter les ventes de Mauro Icardi, Matteo Politano et Gabriel Barbosa. Les plus-values seront retranscrites au bilan du 30 juin 2020, mais l’impact sera également positif sur le bilan 2021 avec une épargne de 7,5 millions d’euros entre amortissements mineurs et salaires mineurs L’économie, en regard aux autres dépenses s’élève à 25,4 millions d’euros. Parmi celles-ci, on retrouve Victor Moses et Cristiano Biraghi, deux joueurs qui sont reparti dans leurs clubs respectifs à la fin de la saison écoulée. Globalement, l’impact positif des opérations en sortie s’élève à 37,7 millions d’euros Les achats Cinq opérations ont été conclue en entrée à titre définitif: Achraf Hakimi en provenance du Real Madrid ; Aleksandar Kolarov en provenance de la Roma ; Arturo Vidal en provenance du Fc Barcelone Andrea Pinamonti en provenance du Genoa Alexis Sanchez en provenance de Manchester United. L’impact de ces nouvelles acquisitions s’élève à 38 millions d’euros, réparti comme suit : 26,9 millions d’euros pour les salaires bruts et 11,1 millions d’euros d’amortissements A ceux-ci, il y a lieu d’ajouter : Le rachat de Stefano Sensi en provenance de Sassuolo pour 20 millions d’euros. Les retours des joueurs en prêt : Andrei Radu, Dalbert, Ivan Perisic, Radja Nainggolan et Joao Mario. L’opération pour le milieu de terrain né en 1995 est celle qui entraîne le plus d’amortissement, tandis que son salaire reste le même. Les autres joueurs proposent seulement des salaires plus importants que ceux de la saison écoulée. En effet, ceux-ci étaient pris en charge par les clubs emprunteurs. L’impact des opérations en entrée représente un coût plus important : 67,8 millions d’euros réparti comme suit : 51,7 millions d'euros de salaire bruts et 16,1 millions d’euros d’amortissement Les coûts liés au noyau 2020/2021 Selon l’étude présentée, en date du 28 septembre 2020, les coûts relatifs au noyaux pour la saison 2020/2021 s’élèvent à 257,8 millions d’euros. Soit une croissance de 25,7 millions d’euros (+11,1%) par rapport aux estimations de l’étude relative aux coûts liés au noyau 20192021. Ci-dessous le détail des coûts liés par joueurs Coûts liés au noyau de l’Inter 2020/2021 au 28 septembre 2020 Conclusions Les dépenses sont donc bien supérieures, si l'on se compare à la dernière saison écoulée, le tout fait suite à une absence de ventes. C’est également la raison pour laquelle la Direction Interiste a décidé d’agir en s’axant d’abord sur les opérations en sortie, afin de pouvoir renforcer le noyau par la suite. Les joueurs indésirables, mis à part Andrea Ranocchia, dont la Direction a jugé bon son maintien au club, ne sont pas les seuls joueurs destiné à quitter l’Inter. A titre d’exemple, la vente d’un joueur tel que Milan Skriniar pourrait représenter une plus-value importante étant donné que sa valeur net au 30 juin 2020 tourne aux alentours des 15 millions d’euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Suite au départ de Diego Godin, l’Inter devrait continuer à dégraisser. Voici un résumé de la situation : Après Godin , Cagliari pourrait retrouver Radja Nainggolan. Selon SportItalia, l’Inter refusera toute offre de prêt. La mise à prix du joueur est de 12 millions d’euros. Antonio Candreva a déjà la valise à la main : L’Inter et la Sampdoria sont parvenu à un accord. Un contrat triennal de 1,5 millions bonus inclus lui a été proposé. Il ne manque plus "que" l’accord du joueur. Lucien Agoumé rejoint Spezia en prêt. Son départ, confirmé par son agent Djibril Niang, va permettre l’arrivée de Matteo Darmian en provenance de Parme qui a déjà trouvé son remplaçant en la personne du Monégasque Giulian Biancone. Avant de quitter Milan, Lucien paraphera une prolongation de contrat le liant à l’Inter jusqu’à l’été 2023. Selon la presse lusitanienne "Desporto ao Minuto" Valence, le Betis, Newcastle, Leeds United, West Ham et Galatasaray sont intéressés par Joao Mario. L’Inter souhaite le vendre et exclu catégoriquement un nouveau prêt. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. Une arrivée pour un départ: Si ce lundi 21 septembre marque l'arrivée d'Arturo Vidal à l'Inter. Elle acte aussi l'aventure de Diego Godin, après seulement une saison. En effet, l'Uruguayen est actuellement à Linate où il prendra un vol en direction de Rome où pour y effectuer la traditionnelle visite médicale pour le compte de Cagliari. Une fois celle-ci actée, il deviendra un nouveau joueur du club Rossoblu. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Selon l'édition du jour de la Gazzetta dello Sport, l'Inter serait prête à écouter toutes les offres pour ses joueurs... Ou presque. Les Nerazzuri affiche actuellement complet et doivent impérativement laisser partir des joueurs pour en voir arriver des nouveaux. Le club serait prêt à écouter toutes offres concernant n'importe lequel de ses joueurs, à l'exception d'Alessandro Bastoni, Stefan de Vrij, Nicolo Barella et Romelu Lukaku. Les 7 qui seraient les plus susceptible de partir sont Diego Godin (quasiment fait avec Cagliari), Dalbert, Kwadwo Asamoah, Antonio Candreva, Matias Vecino, Joao Mario et Marcelo Brozovic. Si l'Inter réussit à V.E.N.D.R.E les 7 joueurs cités, elle disposerait des fonds pour signé 5 nouveaux joueurs qui viendraient complétés l'équipe. Les premiers noms serait Arturo Vidal (comme Godin, signature imminente) et Matteo Darmian. En plus du Chilien et de l'Italien, le club voudrait un nouveau latéral gauche, un quatrième attaquant et un milieu de terrain. Pour ce dernier poste, le favoris de Conte reste toujours N'Golo Kante de Chelsea. ®Trent_FCI - Internazionale.fr
  10. C’est une information explosive que celle annoncée par La Gazzetta dello Sport : Diego Godin serait sur le point de signer à Cagliari. Il s’agirait d’une opération éclair gérée par le Club appartenant à Tommaso Giulini. Le transfert serait à titre définitif et gratuit : Diego résiliant son contrat en accord avec les Nerazzurri. Courtisé par le Stade Rennais, la Sardaigne aurait charmé l’Uruguayen. Cagliari, par le biais du Décret Croissance, pourrait offrir au défenseur un contrat estimé entre 4,5 et 5 millions d’euros contre les 5,5 millions d’euros qu’il percevait à l’Inter. En cas de départ de Godin, la voie sera totalement libre pour Matteo Darmian en provenance de Parme. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. Comme le révèle le Corriere Dello Sport, la situation semble avoir changée à Appiano Gentile : Godin serait le joueur qui saluerait la compagnie et Milan Skriniar sera confirmé à l’Inter, une décision qui découlerait directement du fameux pacte établi à la Villa Bellini. Il est vrai que l’uruguayen a travaillé et s’est battu pour s’adapter à la défense à trois avec de très bons résultats sur la dernière période de la saison écoulée. Mais il reste un joueur adapté âgé de 34 ans qui a dû s’habituer à jouer d’une façon totalement différente sur le terrain, avec toujours une personnalité derrière lui pour le couvrir. Il subsiste donc des doutes qu’il puisse assurer le poste de titulaire pour l’intégralité de la saison. Et nous pourrions bien voir l’Inter insister sur Milan Skriniar qui n’a que 25 ans et qui dispose de toutes les qualités physiques pour s’intégrer définitivement dans la défense à trois. Avec le départ de Godin, l’Inter économisera 5,5 millions d’euros net par saison, elle pourrait donc se lancer à nouveau sur Kumbulla en éventuel back-up de Skriniar. Le Saviez-Vous ? Matteo Darmian est toujours sur les tablettes de l’Inter, une réunion au sommet est prévue avec Parme. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  12. La priorité est à l'autofinancement. D'abord vendre pour ensuite acheter. Après les approches envers Arturo Vidal et Aleksandar Kolarov, deux transactions très proches d'être finalisées, le club va maintenant devoir éclaircir les situations de certains de ses joueurs présents, et non désirés par Antonio Conte. La liste commence à s'allonger de semaines en semaines et pèse tout de même : Dalbert, Joao Mario, Radja Nainggolan et Ivan Perisic sont vraiment de trop dans l'effectif. Il faut rajouter à cela Matias Vecino et Diego Godin qui auraient un bon de sortie. Selon la Gazzetta dello Sport, l'Inter ne bloquera pas un éventuel transfert pour eux deux. Godin souhaite notamment jouer plus régulièrement. Les cas Marcelo Brozovic et Milan Skriniar sont à part. Le croate possède une clause à 60M€ mais il se dit que pour 40M€, une vente pourrait être conclue. La recette serait investie dans le grand protégé de Conte, N'Golo Kanté. Si en revanche Tottenham revient à la charge pour Skriniar, une échange avec Tanguy Ndombélé serait déjà dans les cartons. Ils restent cependant l'ultime solution pour dégager des fonds. Deux sacrifices qui peuvent ainsi être évités si les joueurs indésirables du dessus sont vite vendus. Pour ne pas se retrouver dans la même situation qu'au dernier mercato d'été, où tout s'est débloqué que vraiment tardivement, bloquant d'autres arrivées... ®gladis32 - internazionale.fr
  13. Comme nous le savons toutes et tous, nos Nerazzurri ont perdu contre Séville en finale de la Ligue Europa après qu'un doublé de Luuk de Jong et un but de Diego Carlos ont ont eu raison d'un penalty de Romelu Lukaku et l'égalisation de Diego Godin. Nous présentons une analyse de cette funeste finale qui aurait due être une fête. Introduction Lors de la demi-finale écrasante du Shakhtar Donetsk, il était clair qu'Antonio Conte avait mis ses hommes en place pour faire pression sur les géants ukrainiens. Le plan a été exécuté à la perfection et les Italiens ont pu marquer cinq buts. Il était clair que c'était la bonne façon de faire les choses mais le match contre Séville a vu l'Inter tout simplement tomber dans de mauvaises habitudes, incapable de vraiment faire un usage notable du ballon et permettant aux Andalous de jouer le jeu à leur rythme. C'était un geste risqué de la part de Conte et l'Inter a été dûment punie non pas une ou deux mais trois fois... et sur phases arrêtées! Appeler cette rencontre un match à deux mi-temps ne rendrait pas du tout justice au match. L'Inter était lente, léthargique, sans imagination et ne ressemblait pas à une équipe qui avait si facilement démantelé et écrasé le Shakhtar l'autre soir. L'Inter frappe fort Les Italiens ont rapidement pris les devants lorsque Diego Carlos a accroché Romelu Lukaku à la 4e minute. Le penalty a été facilement transformé par l'international belge qui a égalé le record de Ronaldo de 34 buts en une seule saison. Comme nous le voyons sur l'image dessous, Lukaku part face au but, son homologue également et nous savons qu'il est injouable dans cette position. Carlos n'a qu'une seule alternative, la faute. Dans les premières minutes, l'Inter semblait avoir un plan. Les joueurs pressaient Séville, empêchant les Espagnols de s'installer et de jouer de l'arrière ou même de chercher des passes entre les lignes. Ce plan initial était un excellent signe de ce que nous pouvions attendre des Nerazzurri. Une pression rapide a forcé Séville à faire des erreurs. Les hommes de Julen Lopetegui ont été trop rapides pour lâcher le ballon, le frappant plus haut sur le terrain une fois que les attaquants de l'Inter ont commencé à les verrouiller. L'Inter, en revanche, a fait preuve de beaucoup de sang-froid et passait le ballon avec une grande confiance. L'Inter en difficulté Cependant, une fois que Séville a commencé à posséder le ballon davantage et s'est installé dans le rythme du match, l'Inter est retournée dans sa petite coquille et a attendu que les Espagnols commettent une erreur. Cette politique d'attente et de surveillance sera sa chute car sa seule et fatale erreur! Une fois que les Sévillans ont commencé à passer de l’arrière et que l’Inter a mis un terme à son pressing haut, Séville a commencé à voir davantage le ballon et s'approprièrent le match. Séville a égalisé en raison d'une possession soutenue, ce qu'ils ont fait contre Manchester United avec Luuk de Jong mettant la touche finale. Ashley Young n'a pas verrouillé Jesus Navas à temps et lui a laissé trop d'espace pour percer. Du coup, Bastoni ne pu le bloquer. En effet, lorsque Banega a fait la passe à Navas, Bastoni s'est avancé pour le presser. Young était focalisé sur Suso, il n'aurait donc pas pu couvrir l'espace de Bastoni. Gagliardini s'est concentré sur Fernando, donc il n'a pas réalisé l'ouverture de l'espace. Le joueur qui a fait la course est Jordan et Barella était censé le marquer, mais Barella ne marque plus son homme. De Vrij est allé couvrir l'espace de Bastoni. La compacité horizontale de l’Inter n’était pas idéale et la défense a perdu son orientation. En fin de compte, Séville a créé une situation 2 contre 2 dans la surface. De Jong laissé sur place Godin et a marqué pour égaliser. Il faut noter également que la ligne défensive étant restée un peu profonde, les autres joueurs auraient dû réagir à cela et corriger le cas échéant! Lukaku aurait dû être positionné sur la même ligne que Lautaro Martinez alors l'Inter aurait pu mieux fermer la ligne de dépassement. Pourquoi? Quand les Sévillans ont construit à partir de leur aile gauche, Reguilón a fourni la profondeur et Lucas Ocampo a repiqué vers l'intérieur. Ensuite, Éver Banega redescent légèrement aux côtés des défenseurs centraux afin qu'ils puissent construire une ligne arrière trois, et donc formant un 3 contre 2 contre nos deux avants, Romelu Lukaku et Lautaro Martínez. La formation "sans ailes" de l'Inter a été exploitée par Séville. L'Inter a bien appuyé sur le côté gauche et n'a pas permis à Séville de progresser cette aile. Mais Séville a trouvé une issue de secours via des changements de jeu lors de la construction. Bien que l'Inter puisse matcher Séville en 1 contre 1 sur l'aile gauche, Séville s'en est sorti avec des changements. L’autre problème de l’Inter a été de créer des opportunités contre le bloc profond de Séville. Séville a formé un bloc étroit et serré avec un 4-4-1-1. Séville a comblé tous les espaces entre les lignes et n'a pas autorisé l'Inter à utiliser ces espaces. Transition coupée La transition de la défense au milieu de terrain est devenue difficile à cause de Banega qui s'est assuré que Godin ne pouvait pas passer le ballon à Brozovic. Le Croate n'a pas pu recevoir le ballon de la défense car Banega était toujours là pour forcer Godin à passer le ballon à quelqu'un d'autre. Dans ce cas, Roberto Gagliardini est devenu l'option principale de la construction. Et c'est là qu'intervient Suso, l'Espagnol s'assurant que le milieu de terrain n'a pas assez d'espace autour de lui pour déclencher un mouvement d'attaque. De même, des groupes comme Fernando et Joan Jordan ont coupé toutes les lignes vers Lukaku et Lautaro Martinez. Avec des balles directes inexistantes, l'Inter a été contrainte de jouer de côté, ce qui n'a pas aidé sa cause. Le match allait être une bataille entre deux hommes, Benga et Brozovic, qui sont normalement très bons pour donner le rythme du match. Cette fois-ci, cependant, c'est l'Argentin qui savourait clairement la perspective de jouer contre ses anciens employeurs. Banega était prêt pour la bataille et a fait 64 passes tout au long du match, le plus grand nombre de passes dans la rencontre, et a également fait 13 challenges. Banega a eu une influence apaisante au milieu du terrain et grâce à son excellent contrôle, le milieu de terrain expérimenté a pu affronter deux ou même trois hommes en même temps et s'est toujours imposé. Brozovic, par contre, n’était pas vraiment sur le bon tempo. Le Croate a réalisé 59 passes mais n'a pas pu vraiment marquer son autorité sur le terrain comme son homologue. Le joueur de 27 ans a été contraint d'aller plus profond dans sa propre moitié de terrain afin de voir davantage le ballon, ce qui a affecté sa capacité à déclencher des attaques. Cependant, il était toujours capable de faire deux passes clés et a fourni une aide pour le but de Diego Godin. Les phases arrêtées Bien que les coups de pied arrêtés soient monnaie courante, dans des matchs comme ceux-ci, les plus petits détails sont importants. Et, il s'est avéré que l'Inter a perdu la rencontre en raison de son incapacité à gérer correctement les coups de pied arrêtés. Lors de sa défense sur coups francs, l'Inter utilisait le marquage en zone. Bien que cela ne devrait pas être considéré comme une mauvaise tactique, jouer contre une équipe comme Séville cela peut être calamiteux. Dans l'un des coups de pied arrêtés, Banega a effectué un centre vers le poteau arrière et les joueurs de Séville ont surchargé cette zone avec Jules Koundé, Luuk De Jong et Lucas Ocampos. Cela signifiait que les défenseurs de l'Inter étaient en retard pour réaliser le danger et De Jong était capable de s'élever au-dessus de Gagliardini pour marquer de la tête. Comme nous pouvons le voir, Luuk de Jong avait beaucoup d'espace pour effectuer sa tête à la perfection. Au moins un des défenseurs aurait pu avoir plus de jugeote. Cela a continué à être un problème, car le troisième but de Séville découlait de la propension de l'Inter à continuer à défendre trop bas. Quatre joueurs de Séville ont eu une chance d'attaquer le ballon et Diego Carlos a eu beaucoup d'espace pour faire le spectacle. Alors que la touche de Lukaku détournait le ballon dans le filet, l’attaque aurait pu être étouffée rapidement lorsque la première tête était dégagée. Les joueurs de l'Inter ont choisi de se défendre dans la surface des six mètres plutôt que de fermer finalement l'espace. Comme nous pouvons le voir, il y a quatre joueurs de Séville qui anticipent le dégagement de la tête tandis que les défenseurs de l'Inter restent dans les six mètres. Cet espace était tout ce dont les Espagnols avaient besoin. Sans rien enlever au mérite de Diego Carlos, l'Inter aurait dû faire mieux ici! Occasions manquées et changements tardifs Bien qu'ils n'aient pas eu beaucoup d'occasions, lorsque il y en a eu, l'Inter ne les a pas saisies. Lukaku a raté une belle chance en face à face contre Yassine Bounou et un autre jour, un autre match, il aurait mis le ballon le fond. D'une manière générale, l'Inter a mal joué ses contres. Antonio Candreva a eu une chance d’égaliser en fin de match. Le centre de Brozovic a trouvé Candreva qui courait du milieu de terrain vers la surface. Candreva a mal jaugé le ballon n'a pas pu le frapper correctement. L'Inter a encore mal joué ce moment offensif. C'était très surprenant de voir Antonio Conte ne pas mettre Christian Eriksen au début de la seconde mi-temps quand il était devenu clair que l'équipe avait besoin de plus de créativité et d'imagination. Le Danois est rentré très tard dans le match aux côtés d'Alexis Sanchez et, à ce moment-là, Séville défendait dans un bloc profond et avait cessé de presser l'Inter haut sur le terrain. Conclusions Bien que l'Inter ait pu être l'équipe la plus forte sur le papier, sa partition globale était moyenne. Il semblait qu'Antonio Conte voulait que ses joueurs marque rapidement, puis défendent en profondeur tout en s'appuyant sur le rythme et la ruse de Romelu Lukaku et Lautaro Martinez en contre. Cependant, les mouvements de contre-attaque étaient rares en raison de la forme compacte que Julen Lopetegui avait mise en place. Cette tactique restreignait l'espace entre les lignes et l'Inter était incapable de tirer pleinement parti de ses attaquants. Enfin, l'introduction d'Eriksen si tard dans le jeu n'a pas arrangé les choses non plus, car au moment où le Danois est entré sur le terrain, Séville avait déjà réduit tout l'espace dans le dernier tiers et Conte n'avait pas de réponse à cela. Continuer votre lecture avec d'autres analyses tactique :
  14. Encore deux petits jours avant la finale. Antonio Conte a répondu à quelques questions du site uefa.com, une mise en bouche pour monter petit à petit en pression. La première saison à l'Inter "Nous avons à écrire la fin. Il reste encore une rencontre à jouer et pour nous c'est la plus importante. C'est une finale où nous avons la chance de gagner un trophée. Je pense que la saison a été globalement positive. Nous avons réussi à nous qualifier pour cette finale malgré la petite déception des phases de poules en Champions League. Nous voyons le verre à moitié plein car ce coup dur nous a permis d'avoir un excellent parcours ici, en Europa League. Je pense que cette équipe, avec beaucoup de jeunes inexpérimentés, en avait besoin." L'association Lukaku & Martinez "Je connaissais déjà très bien Lukaku car c'est un joueur que je suivais depuis longtemps. Je connaissais ses caractéristiques. J'ai essayé de le recruter plusieurs fois dans mes anciens clubs. Quant à Lautaro c'est un joueur que j'avais admiré à la télévision, même si la saison passée il n'a pas beaucoup joué. J'ai vu ses qualités et ses capacités. Il était inévitable qu'en faisant travailler les deux et en travaillant très dur, la compréhension entre eux allait se développer. Ils sont égoïstes comme un attaquant mais ils sont aussi altruistes pour jouer pour l'équipe et aider les autres à marquer." Diego Godin "Il a eu besoin de temps pour s'adapter à notre style de jeu, qui était complètement différent de ce à quoi il était habitué. Il a dû ré-apprendre en allant vers l'avant, en défendant avec 50m d'espace derrière lui. Il a eu la force, l'humilité et le professionnalisme pour ça et élargir son jeu. Il le mérite, tout le crédit lui revient. Il a pris ce nouveau challenge et maintenant il en voit les résultats." La Finale "Ce sera une rencontre difficile. Nous jouons l'équipe qui a le plus d'expérience et le plus de titres dans cette dernière décennie sur cette compétition. Nous devons être prudents mais aussi jouer notre jeu, avec enthousiasme et courage, comme nous l'avons fait jusqu'à présent. Seules les meilleures équipes arrivent en finale, nous devons donc le montrer sur le terrain si nous voulons le trophée. Nous devons avec cette envie ramener un trophée en Italie et à l'Inter. Séville aura la même idée. Pour moi il est toujours important de pouvoir dire aux joueurs à la fin d'un match que nous n'avons aucun regret. Si nous sommes la meilleure équipe, nous soulèverons la coupe. Si ce n'est le cas, nous aurons tout donné et nous applaudirons nos adversaires." ®gladis32 - internazionale.fr
  15. Après d'excellents rapports qui ont permis le transfert d'Achraf Hakimi à Milan, l’Inter et le Real Madrid devraient s’asseoir, à nouveau, autour de la table. Comme nous le confirme Don Balon, et avec le consentement de Sergio Ramos, le défenseur slovaque est pressenti pour devenir l’héritier de ce dernier. Déjà l’été dernier, le Real s’était informé sur Milan avant de virer sur Eder Militao. Mais à l’époque, les exigences de l’Inter étaient trop importantes : plus de 100 millions d’euros. A présent et après une saison en demi-teinte sous les ordres d’Antonio Conte et une perte du poste de titulaire au profit de Diego Godin, la valeur du joueur a chuté à 70 millions d’euros. La négociation pourrait donc être finalisée pour une somme avoisinant les 60 à 70 millions d’euros, mais il va de soit que la volonté du joueur s’avérera fondamentale… Et débuter la demi-finale de la Ligue Europa face au Shakhtar Donetsk pourrait pousser Skriniar à évaluer un avenir loin de Milan. Rappelons cependant que Don Balon c'est ça aussi : ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. Alessandro Bastoni, véritable révélation de la saison, s’est livré suite à Sky Sport au lendemain de la qualification de l’Inter, en demi-finale de la Ligue Europa : Allez-vous supporter l’Atalanta ? "Oui, je suis lié à elle, je l’ai toujours dit et je saisi l’occasion pour remercier Gasperini et le club de m’avoir lancé." Avez-vous pu dormir cette nuit ? "Par chance, je joue bien les matchs et j’ai pu dormir, c’est une belle satisfaction d’arriver en demi-finale d’une compétition européenne, spécialement pour moi, car c’est ma toute première année dans une telle compétition, c’est vraiment beau." Vous être à présent titulaire dans un rôle bien défini, qu’est-ce que cela signifie pour vous ? A quel point vous sentez-vous gratifié et à quel point cela est gratifiant pour l’Inter ? "Je crois personnellement avoir fait des pas de géants, je ne me serais jamais attendu à venir jouer à l’Inter en tant que titulaire, arriver à ce niveau de la saison et viser un objectif difficile qui nous manque depuis tant de temps." "Si j’en suis arrivé à ce résultat, le mérite revient à l’équipe. C’est une fierté de représenter l’Inter dans cette compétition." Hier, Godin s'est exprimé, il avait tout donné sur le terrain. Que peut-on tirer comme expérience en côtoyant un joueur comme lui ? "Les déclarations de Godin sont la preuve qu’il est une grande personne, il a su attendre le bon moment vis-à-vis de l’équipe, le tout au mérite. C’est la marque des grands professionnels. Tout le monde est important pour le groupe, aussi Ranocchia, Borja, De Vrij." Et Conte ? "Il m’a fait confiance, il demande d’avoir de la personnalité et de ne pas avoir peur de jouer. Je pense que ce qu’il y a de plus beau, c’est quand je rentre sur le terrain sans peur et que je réponds à ses exigences." Que devez-vous faire de plus pour arriver à aller plus loin que la demi-finale ? "Arrivé à ce niveau, nous voulons aller le plus loin possible, nous pousserons aussi fort que possible, en pressant lorsqu’il le faut et en faisant usage de notre tête." A quel point l’expérience parmesane vous a permis de vous améliorer ? "Selon moi, mon passage à Parme a été fondamental. J’y ai trouvé de la continuité et j’ai commencé à jouer parmi les grands. Ce qui ne m’a jamais fait défaut, c’est la personnalité, je n’ai pas peur de jouer et je suis serein lorsque je suis sur le terrain, cela m’aide énormément." Comment tentez-vous de stopper Lukaku qui traverse une belle période en prenant le meilleur sur ses adversaires comme s’ils étaient des plots ? "Je le laisse faire, je lui donne confiance et le dimanche qui suit, il marque… il rit" ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Après une entame difficile, Diego Godin a expliqué comment les choses ont fini par s'améliorer suite à la victoire 2-1 contre le Bayer Leverkusen en quart de finale de la Ligue Europa. "Si je ne suis pas bien mentalement et physiquement, les choses sont difficiles. Mais après avoir joué dans un système différent, j'ai fini par comprendre ce que l’entraîneur voulait. Je dois adapter mes déplacements que j'ai eu l'habitude de faire avec l'Atletico ou l'Uruguay." Sur la demie finale. "Premièrement, nous devons savoir contre qui nous allons jouer, puis nous nous reposerons et profiterons d’une demi-finale européenne après 10 ans de disette. Ce ne sera pas facile d’aller en finale, mais ce sera le prochain match car c’est unique. Ce sera difficile, les équipes qui sont en Ligue Europa jouent toujours en Ligue des Champions et il faut les respecter. Nous allons bien et nous voulons continuer sur cette voie." Où il se sent le mieux. "Sur le terrain, toujours ! Si l'entraîneur le souhaite, je jouerai également en attaque. Je peux jouer à gauche ou à droite, ça m'est égal. Aujourd'hui, je me sens bien et je pense que nous nous débrouillons bien individuellement car nous jouons en équipe, à la fois en défense et en attaque. Quand l'équipe va bien, nous faisons tous mieux les choses et améliorons nos performances." Sur lui et l'équipe. "Pour moi, avant le joueur, la partie humaine est importante, le respect. Je savais que si je ne jouais pas, je devais travailler plus dur et je l’ai fait. Je m'entraînais de plus en plus pendant le lockdown. Je suis revenu plus fort et j'ai rejoint l'équipe progressivement en respectant mes coéquipiers. Si je suis sur le banc, je dois respecter ceux qui jouent, même si en tant que joueur vous voulez toujours jouer. Je place toujours l'équipe en premier, l'important est que l'Inter gagne." Pour finir, l'ancien capitaine de l'Atletico Madrid a posté une image de lui avec Javier Zanetti avec le message suivant : "Heureux de revenir en demi-finale européenne avec l'Inter dix ans plus tard ! Grande victoire pour fêter ton anniversaire Javier Zanetti."
  18. L’aventure continue pour l’Inter de Conte en Europa League. La Beneamata a liquidé le club madrilène de Getafe, non sans difficultés, sur le score de 2-0. Le début de la rencontre s’avère compliqué pour les Nerazzurri, qui souffrent de l’agressivité imposée par les joueurs de Getafe durant les 20 premières minutes de jeu. Handanovic devant même sauver une balle de but sur Maksimovic, s’en suit une tentative de Mata qui ne parvient pas à trouver le cadre. L’Inter monte en puissance et la dépense énergétique des ibériques se fait ressentir : Lautaro Martinez sera le premier à sonner la révolte pour l'Inter en se procurant deux occasions de but importantes. Alessandro Bastoni, littéralement en feu ce mercredi soir, offrira une un caviar de passe décisive via un ballon en profondeur adressé à Romelu Lukaku qui, entré dans la surface, fera parler sa puissance pour battre Soria à la 33’. A la reprise, l’Inter se dévore le 2-0 sur des actions proposées par Nicolò Barella et Danilo D’Ambrosio qui se prenait pour Youri Djorkaeff. Handanovic devra, à nouveau s’imposer sur Mata. Et le numéro 9 de l'Inter réalisera une "Gagliardini", seul devant le but. Suite à une passe en retrait de Barella dans le petit rectangle, il ne parviendra pas à trouver le cadre. Tournant de la rencontre Nous sommes à la 76’ minute de jeu, la Var intervient suite à une prétendue faute de main de Diego Godin qui, à vitesse réelle semble plutôt avoir été victime d’une charge dans la surface de réparation Nerazzurra. Après visionnage des images, l’uruguayen avait tenté de rouler tout le monde étant donné qu’il était l’auteur d’une flagrante faute de main : Molina, à peine rentré en jeu pour les Azulones, ne trouvera pas le cadre pour le plus grand plaisir d’Antonio Conte. Le Natif de Lecce réalisera le changement décisif en ayant la bonne idée d’insérer Christian Eriksen à la 82’ en remplacement d’un épuisé Marcelo Brozovic. Ce choix sera payant étant donné que moins d’une minute plus tard et lancé par ce diable de Bastoni, Eriksen combine avec Danilo D’Ambrosio et la défense de Getafe pour doubler la mise. Le danois inscrit donc son deuxième but en trois matchs d’Europa League contre trois en trois matchs pour Big Rom qui atteint déjà cette saison le palier des 30 buts. L’Inter disposera cette fois-ci de 24 heures de repos sur son futur adversaire, qui sera soit les Glasgow Rangers soit le Bayern Leverkusen, dans le cadre des quarts de finale de la compétition qui se disputeront ce lundi 10 août 2020 à 21h00. Tableau Récapitulatif Débrief du match Inter 2-0 Getafe Buteur(s): 33’ Lukaku, 83’ Eriksen Inter: 1 Handanovic; 2 Godin, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 33 D'Ambrosio (84’ 34 Biraghi), 23 Barella, 77 Brozovic (82’ 24 Eriksen), 5 Gagliardini, 15 Young; 9 Lukaku, 10 Lautaro Martinez (70’ 7 Sanchez) Banc: 27 Padelli, 11 Moses, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 20 Valero, 30 Esposito, 32 Agoume, 37 Skriniar, 87 Candreva T1: Antonio Conte Getafe: 13 Soria; 17 Olivera (87’ 8 Portillo), 16 Exteita, 2 Djené, 22 Suarez; 12 Nyom (69’ 23 Jason), 24 Timor, 18 Arambarri (87’ 26 Hugo Duro), 20 Maksimovic (56’ 9 Angel), 15 Cucurella; 7 Mata (68’ 19 Molina) Banc: 1 Chichizola, 30 Jean Paul, 4 Cabaco, 6 Chema, 11 Diedhou, 21 Fajr T1: José Bordalás Arbitre: Taylor (Ang) Var: Attwell Averti(s): Suarez (G) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Diego Godin s’est livré à Inter TV à quelques heures du match opposant l’Inter à Getafe. Cette compétition laisse de très bons souvenirs à l’uruguayen qui l’a remporté deux fois avec l’Atletico Madrid. "L’Europa League m’a tant donné, c’est une vraie compétition, si tu arrives au bout, ces matchs t’auront fait grandir. Je l’ai remporté deux fois avec l’Atletico et elle te permet de disputer la Super Coupe d’Europe." "Nous devons continuer sur cette voie et énormément nous améliorer. Nous sommes préparés et j’estime que nous avons proposé de bonnes choses. C’est une opportunité de remporter un trophée, trois matchs pour atteindre la Finale." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Selon Calciomercato.com, Edin Dzeko serait de retour sur le mercato. Si celui-ci intéresse l’Inter, il fait également l’objet d’une attention toute particulière de la part de la Juventus et de West Ham. A l’origine de cette séparation, on retrouve la volonté toujours plus importante d’Edin et de sa famille de quitter la Capitale. De plus, les 7,5 millions de salaire annuel sont très lourd à géré pour une Roma Post-Covid19. L’Inter souhaite saisir cette opportunité et a repris des contacts avec Gianluca Petrachi, une personnalité qui n’avait que très peu apprécié le volte-face Nerazzurro lors de la transaction avortée "Spinazzola-Politano". Le club de la Capitale est disposé à céder Dzeko, à minima pour 13-14 millions d’euros. De son côté, l’Inter pourrait proposer une contrepartie technique à définir : Matias Vecino ou Diego Godin. Valideriez-vous un éventuel échange entre les deux écuries italiennes ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Telle est l’analyse de la Gazzetta Dello Sport, l’Inter de la saison 2020/2021 devra apporter certaines garanties, et pour ce faire, les déceptions de cette saison, seront priées d’aller voir ailleurs: Antonio Conte, voulant avoir, à juste titre, des joueurs proches de ses idées et des joueurs adaptés à ses schémas de jeu Analyse de la Gazzetta Dello Sport "On comme par deux "Bigs", des points fermes de la formation actuelle, deux joueurs que l’Inter est disposée à vendre : Milan Skriniar est le premier : Le slovaque ne s’est jamais adapté dans le fond à la défense à trois. Conte lui a toujours fait confiance, mais c’est lui le sacrifiable parmi les sacrifiables, lui qui pourra apporter les fonds nécessaires à la refonte de l’équipe." L’adieu est-il certain ? "Objectivement non, tout dépend des offres et pour l’instant personne ne s’est manifesté. "Cela vaut aussi pour Marcelo Brozovic qui voit aujourd’hui sa clause libératoire de 60 millions d’euros échoir . Le cas du permis de conduire et la sanction qui en a découlé, ont renforcé une conviction déjà préexistante, renforcé certains doutes déjà visible. Celui-ci est cité aussi pour des raisons tactiques. En cas de 3-4-1-2, il y aura deux milieu de terrain devant la défense, ceux-ci devront proposer des caractéristiques différentes de celle du croate." "Celui qui partira avec certitude au milieu de terrain se nomme Vecino. Ses problèmes au genou ont conditionné son rendement. Conte n’a jamais eu de feeling avec lui et déjà en janvier son départ était pratiquement consommé: Il est surtout resté par nécessité, l’opération menant à Kessié n’ayant pas abouti. Cette séparation aura lieu d’ici un mois." "Avec lui, l’Inter a inséré Gagliardini: Su au début sa présence n’était pas malvenue, vu ses caractéristiques, tant de choses ont changé depuis le début de saison." "Cela vaut aussi pour Asamoah qui était une source de friction entre l’entraîneur et la Direction ces derniers mois. En début de saison, Conte n’était pas au courant des problèmes physique du ghanéen, il ne l’a appris qu’en cours de route. Il quittera donc l’Inter avant la fin de son contrat en 2021." "Esposito, qui devrait officialiser très prochainement la prolongation de son contrat valide jusqu’en juin 2025 quittera l’Inter en prêt. Parme était cité. Berni ne sera plus le troisième gardien de l’équipe et Biraghi ne sera pas racheté." "En défense, la seul incertitude reste le nom de Godin. Avec Conte sur le banc, il semble difficile d’imaginer une permanence de l’uruguayen en en Nerazzurro." "Parmi les joueurs transférables, on retrouve deux piliers du vestiaire Ranocchia et D’Ambrosio: Le premier a prolongé jusqu’en juin 2021, le second jusqu’en 2022. Il pourrait donc, le cas échéant partir, dans ce contexte de révolution." Validez-vous ce vent de révolte made in Conte ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Quelques jours après une énième contre-performance à Vérone, l’Inter retrouvait son Giuseppe Meazza, avec une nouvelle possibilité de rejoindre la Lazio au classement à la seconde place. Si l’actualité était très bouillante ces derniers jours, la Curva Nord avait également planté le décor via la pose d’une banderole à l’une des entrées du Stade : "Nous comprenons vos raisons, mais à présent, sortez gentiment vos couilles." Celles de Samir Handanovic seront cette fois-ci restées au vestiaire, lui qui est l’auteur malheureux d’une "passe décisive" suite à une mauvaise prise du ballon, sur le but d’ouverture inscrit par Andrea Belotti à la 17’. Menée au score, l’équipe d’Antonio Conte rentre donc au vestiaire avec une nouvelle contre-performance et un but gag. La reprise sera toutefois de bien meilleure qualité, l’Inter parvenant à immédiatement à inverser la tendance en deux minutes : Ashley Young auteur d’une très belle reprise dans la surface à la 49’, suivi d’une action en triangle et en un temps du trio composé par Young-Sanchez-Godin à la 51’. Il s’agira d’ailleurs du premier but inscrit par l’Uruguayen sous les couleurs de l’Inter. Enfin, à la 61’ de jeu, Lautaro Martinez parvient à inscrire à nouveau un but dans une phase de jeu grâce à la complicité de Bremer qui, en contrant ce ballon, offre une trajectoire impossible à atteindre pour Salvatore Sirigu. Le Saviez-Vous ? VID_20200714_100340003.mp4 Dans le cadre de ce match, une "collaboration" a eu lieu entre Internazionale.fr et Eleven Sport, plus précisément avec Jérémie Baïse qui présentait le match et l’Administration de notre site par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Dans ce cadre, le chroniqueur sportif de la rencontre aura eu la gentillesse de faire un clin d’œil à notre communauté Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3-1 Torino Buteur(s): 17’ Belotti (T), 49’ Young (I), 51’ Godin (I), 61’ Lautaro Martinez (I) Inter: 1 Handanovic; 2 Godin (76’ 37 Skriniar), 6 De Vrij, 95 Bastoni; 33 D'Ambrosio (71’ 87 Candreva), 77 Brozovic, 5 Gagliardini, 15 Young (71’ 34 Biraghi); 20 Borja Valero; 7 Sanchez, 10 Lautaro Martinez (83’ 24 Eriksen) Banc: 27 Padelli, 46 Berni, 13 Ranocchia, 18 Asamoah, 30 Esposito, 31 Pirola, 32 Agoume T1: Antonio Conte Torino: 39 Sirigu; 5 Izzo, 33 N'Koulou, 36 Bremer; 29 De Silvestri (64’ 17 Singo), 23 Meité (64’ 7 Lukic), 88 Rincon, 15 Ansaldi (64’ 21 Berenguer), 34 Ola Aina; 24 Verdi (76’ 22 Millico), 9 Belotti Banc: 18 Ujkani, 25 Rosati, 4 Lyanco, 19 Greco, 20 Edera, 27 Ghazoini, 30 Djidji, 80 Adopo T1: Moreno Longo Arbitre: Massa Var: Nasca Averti(s): Godin (I), Ola Aina (T), Meite (T), De Silvestri (T), Brozovic (I), Sanchez (I), D’Ambrosio (I), Biraghi (I) Expulsé(s) : / Affluence : Huis-Clos – Covid 19 ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. La défaite face à Bologne aura laissé des traces et Antonio Conte attend une excellente prestation de la part des siens. Si une victoire lui permettrait de se rapprocher de la Lazio et un peu de la Juve, il y aura surtout lieu de tenir à distance l’Atalanta. L’entraîneur n’a plus aucune intention de faire de cadeau à ses joueurs, quitte à prendre des décisions importantes. Pour Antonio Conte, il ne reste plus qu’un seul joueur intouchable : Romelu Lukaku, tous les autres sont sur la sellette. Milan Skriniar et Marcelo Brozovic figurent parmi les joueurs transférables en cas d’offre scandaleuse. Christian Eriksen pourrait être sacrifier si son départ permet d’arriver à des joueurs plus fonctionnels au projet tel que Sergej Milinkovic-Savic, Paul Pogba ou Nicolò Zaniolo. L’Inter devrait tout de même agir de la sorte : Conclure rapidement les transferts de Sandro Tonali et d’Emerson Palmieri Faire une tentative pour Edin Dzeko Suivre la situation relative à David Alaba Le Saviez-Vous ? Ce soir, l’Inter affrontera l’Hellas Vérone en proposant le dispositif suivant : 3-4-1-2. Christian Eriksen et Lautaro Martinez seront sur le banc. Conte ayant constaté le manque d’engouement de la part des joueurs. Pour épauler Marcelo Brozovic, on devrait voir Borja Valero accompagné de Roberto Gagliardini. En défense, on retrouvera le trio composé de Diego Godin, Milan Skriniar et de Stefan Vrij. Sur les ailes, à droite Antonio Candreva et Ashley Young à gauche. Alexis Sanchez et Romelu Lukaku, seront à la pointe de l'attaque. Validez-vous cette prise de décision radicale de la part de l’entraîneur Nerazzurro ?
  24. C’est une affirmation du Corriere dello Sport : la défaite face à Bologne aura été la goutte d’eau qui aura fait déborder le vase. Conséquence directe, il y aura plusieurs retouches à apporter dans chaque secteur. En défense L’idée est d’insérer un défenseur central gaucher : Jan Vertonghen est au sommet de la liste, mais il n’est pas le seul. Au milieu Sandro Tonali devrait arriver. Arturo Vidal est fortement désiré par Antonio Conte... Mais attention à Radja Nainggolan, la Direction serait entrain de songer à convaincre l’entraîneur de prendre en considération sa réintégration, excluant de la sorte l’arrivée du chilien. Sur les ailes Après Achraf Hakimi, l’Inter mise tout sur Emerson Palmieri. Les négociations sont très avancées. Emerson est préféré à Marcos Alonso au niveau du coup du transfert (20 à 25 millions pour recruter l’italien contre 35 pour l’espagnol), du salaire (3,5 millions contre 6 millions d’euros) et au niveau de l’âge (26 ans contre quasi 30 ans). En attaque Conte continue à réclamer Edin Dzeko qui présente le profil retenu comme "idéal" au niveau des caractéristiques techniques et de l’expérience, et ce indépendamment de la situation relative à Lautaro. Cunha de l'Hertha Berlin est sous observation et Alexis Sanchez fait l’objet d'une discussion interne. Le Club est convaincu, Conte un peu moins. You’re Fired Les départs à acter seront les suivants et la liste est longue : Tomasso Berni, Diego Godin, Roberto Gagliardini, Matias Vecino, Victor Moses, Kwadwo Asamoah, Borja Valero, Cristiano Biraghi et Sebastiano Esposito (en prêt) Validez-vous cette refonte et cette liste de départ ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. La Justice Sportive italienne a sortie la sulfateuse envers Milan Skriniar. En effet, The Beast est suspendu pour trois matchs! Communiqué justifiant à la suspension "Double avertissement pour comportement incorrect envers un adversaire (une journée). De plus, à la 47’ minute de la seconde période et après avoir été notifié de son expulsion par l’arbitre de la rencontre, le joueur s’est adressé à ce dernier en faisant usage d’une expression offensante accompagné d’une exclamation blasphématoire." + Conte devra donc espérer en un retour, en condition optimale, soit de Diego Godin, soit de Danilo D’Ambrosio. Update: Antonio Conte est également suspendu pour la rencontre face à Parme suite à un nouvel avertissement. Il était sous le coup d'une suspension en cas de nouveau carton jaune Milan Skriniar, en plus de trois matchs de suspension, écope d'une amende de 10.000€ Comme quoi, il est à présent interdit d’inviter l’arbitre à faire usage de son orifice postérieur…. ®Antony Gilles - Internazionale.fr