Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'empoli'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, c’est la statistique mise en avant par le Corriere Dello Sport et il y a de quoi avoir peur: Simone Inzaghi réalise toujours une première partie de saison et Simone Inzaghi s'effondre toujours en seconde partie de saison "Il est nécessaire de se reprendre avec fougue après cette dernière défaite contre Empoli pour ne pas mettre en danger la Zone Champion’s. La réaction du groupe peut conduire cette équipe à une rédemption dans l'espoir d'annuler une sorte de malédiction : Celles des performances de Simone Inzaghi en seconde partie de saison et son nombre de point marqués. Dans sa carrière, le natif de Piacenza a toujours fait mieux à l'aller qu'au retour. Et il n'y a qu'une seule exception : Et cela remonte à la saison 2020/2021, avec 34 points marqué aussi bienentre les matchs aller et les matchs retour lors de sa dernière année à la tête de la Lazio." La phase retour toujours pire que la phase aller "Cette année, après 19 matchs, l’Inter totalise 37 points et les Tifosi l'Inter pourraient s'inquiéter de cette statistique qui a caractérisé certaines saisons à plusieurs reprises, notamment celle de 2017/2018 (40 points puis 32) ou celle de l'année dernière (46 points puis 38 points avec une route tracée pour les cousins du Milan)." "Avec autant d'indices à notre disposition, il ne peut certainement pas s'agir d'une coïncidence et d’un mode de préparation différent, qui à la longue vide le réservoir de façon si voyante. Ce qui pourrait jouer un rôle car n termes de points marqués, Lautaro et ses coéquipiers auront besoin d'une accélération dans la deuxième moitié de la saison, car le classement actuel élimine toute référence avec cinq équipes qui se tiennent dans un intervalle de trois points, des 38 de Milan aux 35 de l'Atalanta, sans oublier la variable Juventus qui compte revenir." "Chaque saison, et celle-ci plus que jamais, a sa propre histoire et il est difficile d'établir une moyenne de points standardisée pour atteindre la Ligue des Champions, puisque l'année dernière, 70 points étaient nécessaires alors que les deux saisons précédentes, ceux-ci avaient grimpé à 78. Ce n'est pas un hasard si l'un des premiers à fixer un plafond pour la quatrième place a justement été l'entraîneur de la Juventus, Massimiliano Allegri, qui a entouré en rouge les 71 points à atteindre en juin (soit à la fin du championnat), pour s'envoler vers la prochaine édition de la Ligue des Champions. Si tel était le cas, Inzaghi aurait besoin d’obtenir 34 points mais rien n'exclut la nécessité d’en récolter 37 comme lors de ce premier tour pour briser une malédiction et effacer les pires scénario.s" Prêt à commander des slips de rechange pour cette seconde partie de saison ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Stephane Dalmat, joueur ô combien talentueux qui a évolué sous la vareuse interiste et qui a marqué les Tifosi par son engagement sous nos couleurs, s’est livré à Internazionale.fr sur la saison actuelle de l’Inter Quelle est votre analyse suite à l'écrasante victoire de l'Inter en Super Coupe? "C’était un très grand match de l’Inter : Une victoire net et sans bavure, c’est un plaisir de voir l’Inter à ce niveau et gagner un trophée en plus : Bravo !" Pensez-vous que l'inter puisse encore croire au Scudetto ? "Pour le Scudetto et pour être honnête non, car l’Inter est trop irrégulière : On l’a vu hier avec la défaite contre Empoli et Naples fait une saison quasi parfaite : A moins d’un cataclysme, je ne vois pas l’Inter gagner le Scudetto." Vous, qui avez connu l'Inter de l'intérieur, quel est le poids de ce maillot, que représente-t ‘il ? "C’est un Honneur pour moi d’avoir porté le maillot de l’Inter : Quand on voit tous ces grands noms l’avoir porté, c’est extraordinaire. Mais il faut être bien armé psychologiquement car il y a un public très exigeant mais magnifique." Pensez-vous que le Napoli pourra réaliser un second tour du même niveau ? "Malgré la défaite contre l’Inter ils ont prouvé qu’ils restent dans la continuité de la première partie de saison. Ce serait une grosse faute professionnelle s’il ne gagnait pas le Scudetto, mais en football tout peut arriver." L'Italie et plus particulièrement l'Inter risque de perdre, à nouveau un de ses champion en la personne de Skriniar, comment l'expliquer ? "L’argent comme toujours : Il y a cette puissance financière des clubs anglais et des Qataris." Selon vous, est-ce une perte irremplaçable ? "Non car Skriniar est un très bon joueur mais il n’est pas au niveau d’un Thiago Silva, d’un Marquinhos, d’un Coulibaly ou d’autres donc je pense que l’Inter peut trouver son équivalent voire quelqu’un de meilleur." Quel joueur vous a le plus marqué depuis le début du championnat ? "Dzeko, malgré son âge avancé, prouve qu’il est encore très fort, bien sûr moins qu’à la Roma mais ça reste la satisfaction de l’Inter surtout avec l’âge qu’il a : chapeau !" Stephane Dalmat, simply The Best ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En effet, c’est la grande révélation de la journée signée la Gazzetta Dello Sport : "Si l’on ne considère pas la saison 2016-2017, vu que Steven Zhang n’était pas encore aux manettes, nous assistons à la pire phase aller de l’Inter du Suning : Bien pire que les 39 points récoltés lors de la seconde saison de Luciano Spalletti." "A présent, remporter les deux coupes italiennes ne suffira plus : Il a été demandé à Inzaghi tout autre chose : Ne pas se terminer en Zone Champion’s serait considéré comme une faillite : Qui plus est, la façon dont l’équipe devra y parvenir sera également analyser: Les joueurs devront y parvenir sans faire preuve d’une anxiété exacerbée et sans même plonger dans des température sibériennes comparé au Napoli : Ils devront jouer les 19 prochaines matchs avec l’état d’esprit d’une équipe qui se bat pour remporter le Scudetto même si à présent la seconde étoile n’est plus qu’un mirage." "La qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions est, par contre, bien plus réaliste vu qu’elle permettrait d’engranger à minima 5 millions d’euros entre les primes en provenance de l’UEFA et les recettes du Giuseppe Meazza car si Porto représente un danger, il n’est pas imbattable." "S’il faudra parvenir à comprendre comment l’équipe peut se montrer si agressive face au Napoli et le Milan comparé à des équipes d’un blason inférieur comme le sont Monza, Vérone, Parme et Empoli, il sera important de compter sur des individualités retrouvés que sont Robin Gosens, Denzel Dumfries et Romelu Lukaku: Romelu semble en avoir terminé une fois pour toute avec ses pépins physique, il doit à présent se mettre des minutes dans les jambes et lancer la machine à but et à Appiano, il y a un programme bien spécifique qui l’attend pour l’installer d’une façon durable au cœur de l’attaque car on ne peut pas compter éternellement sur Edin Dzeko." " Si à ses côtés on retrouvera Lautaro Martinez qui va de certitudes en certitudes, Joaquin Correa réalise continuer a aligner les flops : la destinée des deux argentins est diamétralement à l’opposée. Le troisième argentin, lui, reste un regret car il y a quelques mois il aurait fallu parvenir à trouver une voie de sortie au Tucu afin de ne pas de gâcher la chance Paulo Dybala." Une soufflante aux joueurs Simone Inzaghi s’est entretenu avec les joueurs en leur disant qu'ils devaient absolument réagir après la défaite face à Empoli en Serie A et se ressaisir à l’occasion de la rencontre face à Cremonese Le natif de Piacenza a "insisté sur le fait que louper la Ligue des champions serait un "désastre" car si l'Inter avait abordé le match contre Empoli avec le sentiment qu'il restait un faible espoir de rattraper Naples en tête du classement de la Serie A, ce sentiment laisse à présent la place à l’incertitude de parvenir à terminer dans le Top 4. Et vu la victoire d’une dominante Lazio sur l'AC Milan, combinée aux résultats de la Roma et de l'Atalanta ce week-end, cela signifie que finir dans les quatre premiers est encore moins certain pour les Nerazzurri." "Cet échec ne serait rien de moins qu'un "désastre", une "faillite" pour les Nerazzurri sur le plan financier car le club a planifié son budget en fonction de la manne financière provenant de l’UEFA pour la participation à la plus grande compétition de clubs d'Europe qui parviennent à s’y qualifier: S'en priver, ce serait un énorme coup dur." C’est également pour cette raison qu’Inzaghi a insisté auprès de ses joueurs sur le fait qu'ils ne pouvaient pas se permettre de considérer la défaite d'hier contre Empoli comme autre chose qu'un faux pas temporaire, et qu'ils devaient réagir pour se remettre sur les rails contre Cremonese ce week-end." Validez-vous le comportement de notre Direction : La C1 ou la Porte vu que le Napoli réalise une saison digne du Bayern de Munich en Serie A ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Le climat est loin d’être au beau fixe après le coup de poignard infligé par Roberto Sistici qui a réalisé une première historique en "cassant les codes" à la mi-temps du match opposant l’Inter à Empoli, un match où son poulain venait de se faire expulser quelques minutes auparavant. Révélation du Corriere Dello Sport "La décision de l'agent du défenseur slovaque d'annoncer la fin des négociations pour le renouvellement de son contrat, qui expire en juin, et son départ de l'Inter sur une base zéro n'a pas été bien accueillie par la direction des Nerazzurri, qui n'aurait aucun problème à vendre le joueur dans les derniers jours de cette fenêtre de mercato hivernal afin d’en récupérer quelque chose." "Le Paris Saint-Germain, principal destination pour accueillir Skriniar, ne semble pas disposé à anticiper une transaction qui pourrait se conclure gratuitement cet été. La situation est devenue non seulement compliquée, mais même incandescente, à tel point qu’à la Viale Della Liberazione, il serait préférable que le défenseur slovaque fasse immédiatement ses valises pour Paris, évitant de la sorte de poursuivre une cohabitation difficile jusqu'à la fin de la saison: Il y a, à présent un quotidien à gérer, avec des relations qui, après ces derniers développements, ne peuvent plus être les mêmes". L’accusation de l’Inter "L'irritation envers Sistici est grande. Son intervention sur "Tele Nord", alors qu'Inter-Empoli était en cours, a été jugée déplacée et non professionnelle. L'intention était de faire porter toute la responsabilité du départ de Skriniar au club. A l'intérieur du club, il est désormais acquis que le choix du défenseur et de son entourage était de rejoindre le PSG déjà depuis l'été dernier : Il lui était en effet impossible de renoncer à un salaire net de 8 millions, avec des bonus pour 1,5 million d'euros. A cela, il faut ajouter 20 millions d’euros supplémentaires ajoutés comme prime à la signature, en cas d'arrivée gratuite du joueur, le tout, avant même que les discussions avec l’Inter pour une prolongation commencent vraiment." Pour l’Inter, cela signifie qu’il aurait été plus que correct que de clarifier la situation le plus tôt possible, en évitant de faire traîner les choses jusqu'à la Supercoupe d’Italie : C'est Skriniar lui-même qui est à blâmer car il a aussi autorisé ce comportement de la part de son agent, malgré cinq années de grands succès et malgré des déclarations d'amour répétées pour l'Inter." Fallait y aller pour faire pire que Maurito, mais là, chapeau! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Voici les mots de Massimo Moratti qui a interviewé sur les fréquences de Radio Kiss Kiss Napoli. "La défaite de l'Inter face à Empoli est absolument inattendue après la victoire en Super Coupe face au Milan. Les Nerazzurri sont pour l'instant hors de course pour le Scudetto. Cependant, ils ont le devoir de bien faire jusqu'au bout même si Napoli fait un tout autre championnat." "La champions? Si vous réussissez en Italie, vous êtes également fort en Europe. J'achèterais Osimhen de Napoli, il est exceptionnel." "Concernant les 15 points de moins infligés à la Juventus, on peut dire que ce n'est certainement pas une bonne année pour eux. Je n'aime pas commenter l'affaire des plus-values car je trouve ça assez risqué. Je dois dire qu'il est tout à fait normal qu'une société cotée en bourse soit particulièrement prudente." Moralité: il n'y a pas à dire, notre Massimo a toujours des bons mots en interview. Traduction alex_j via FCInterNews.
  6. Simone Inzaghi est le protagoniste du nouveau numéro de MatchDay Programme en prélude de la rencontre opposant l’Inter à Empoli Simone le joueur "Mes parents ont été importantissime, ils m’ont fait grandir avec des valeurs que j’ai toujours porté en avant et qui ont été fondamentale dans ma vie privée et dans ma carrière, c’est le cas dans toute ma Famille: Comme entraineur, je retiens Materazzi qui m’a donné la possibilité de faire mes débuts en Serie A à Piacenza. Celui qui a été le plus important pour ma croissance c’est Eriksson car il m’a fait confiance et lors de ma première année à la Lazio nous avons remporté la Super Coupe d’Europe, le Scudetto et la Coupe d’Italie: Il m’avait permis de jouer de très nombreux match en qualité de titulaire." Humilité "Dans ma carrière, l’humilité a toujours été fondamentale: Elle m’a permis de toujours apprendre quelque chose, aussi bien en tant que joueur que comme entraineur. Ensuite viennent le caractère et l’envie de s’améliorer quotidiennement, à chaque saison, c’est ce qui te permet de grandir et de viser, toujours plus, de nouveau objectifs." Les villes de son cœur "Piacenza, Rome et Milan sont les trois villes les plus importantes pour moi : Piacenza est là où sont mes origines où je suis né où j’ai grandi, j’y ai fait mes classes de jeunes et j’y ai fait mes débuts en Serie A. A Rome, j’y ai gagné mes premiers titres comme joueur et entraineur, cette ville fait partie de mon histoire personnelle et professionnelle. A Milan, je suis arrivé dans un Grand Club qu’est l’Inter et, avec mon Staff, l’équipe, le Club et les Tifosi nous sommes parvenus à remporter deux Coupes lors de ma première année et nous débutons 2023 en soulevant la Super Coupe d’Italie." L’Aventure Nerazzurra "Nous avons joué tant de belles rencontres, des rencontres émotionnelles et celle qui m’a jusqu’à présent le plus marqué a été mon premier match au Giuseppe Meazza face au Genoa: C’était la première rencontre du championnat et je m’y présentais après avoir passé 5 ans à la Lazio, tout était nouveau pour moi : L’accueil que m’ont réservé les Tifosi pour mon premier match a été importantissime pour moi, ils m’ont donné cette grande force, cette volonté pour faire face à toute la saison." Simone Inzaghi, le choix gagnant Made In Marotta vu les trophées déjà remportés ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Les Nerazzurri battus au Meazza, le but de Baldanzi ayant suffit à la formation toscane. L'équipe d'Inzaghi est restée à dix à cinq minutes de la mi-temps après l'expulsion de Skriniar. Après la pause, De Vrij a frappé la barre. Résumé d'un match perdu. La beauté du football, des hauts et des bas en l'espace d'un court espace. La joie de remporter la Supercoppa Italiana à Riyad ne sera jamais enlevée, mais en quelques jours, l'Inter a goûté à la défaite pour la première fois en 2023. N'ayant pas été battu à domicile depuis la Roma, début octobre, les Nerazzurri ont été battus contre une équipe d'Empoli courageuse et opportuniste, qui a su capitaliser sur son avantage. Cinq minutes avant la mi-temps, le capitaine du club Milan Skriniar a été expulsé pour une deuxième faute. L'assaut à la recherche des trois points après la pause a permis à Empoli de monter, et c'est sur l'une de ces contre-attaques que Baldanzi a marqué le seul but qui a décidé de la partie. Malgré les températures glaciales, la soirée avait commencé de chaude manière avec une masse de supporters Nerazzurri accueillant l'entraîneur avec drapeaux et banderoles, le tout en soutien à l'équipe depuis sa victoire dans le derby en Arabie saoudite. C'est ce trophée qui a permis aux fans de l'admirer avant le coup d'envoi, avec des célébrations spéciales également pour le Nouvel An chinois. L'équipe locale s'est alignée avec un maillot spécialement dédié à l'année du lapin avec leurs noms écrits en chinois et un écusson spécial sur la manche. Le jeu a commencé sur un rythme lent, Empoli pressant haut, semblant plus vif et essayant de briser les lignes chaque fois que possible. C'est l'équipe adverse qui a eu les premières occasions, forçant Onana à un arrêt, avant que Skriniar et De Vrij n'interviennent en temps opportun. L'Inter a bien fait de mettre le pied sur l'accélérateur et a commencé à monter, trouvant à plusieurs reprises Dimarco sur la gauche, qui a eu quelques volées avec son pied puissant. Lautaro était le prochain à avoir une chance, mais il ne pouvait pas tout à fait garder son crochet du pied gauche sous la barre. À la 40e minute, le jmatch a tourné, car un Skriniar déjà averti, après une faute tactique, a reçu un deuxième jaune pour un pied haut sur Caputo. Pour Rapuano, arbitre de la soirée, il s'agissait d'une deuxième faute et l'Inter était réduite à dix. Inzaghi était ravi du 0-0 à la mi-temps, et a amené Bellanova à la place de Correa, passant tactiquement à un 3-5-1 avec Mkhitaryan derrière l'attaquant solitaire Lautaro. Malgré la volonté et la détermination de l'Inter, les chances étaient rares et un système déséquilibré qui laissait les flancs ouverts à exploiter. À la 66e minute, c'est ce qui s'est passé lorsque le remplaçant Baldanzi a reçu le ballon pour frapper dans le but. Les plus de 65 000 soutiens de San Siro étaient toujours présents, toujours derrière l'équipe d'Inzaghi, qui a riposté avec fureur, aidé par plusieurs changements, Dzeko et Lukaku formant un trio d'attaquants aux côtés de Lautaro. La dernière action est venue alors que Dzeko était sur le point de trouver un moyen d'égaliser, avant que De Vrij ne frappe la barre transversale d'une tête sur corner. Le Meazza était chaotique, l'Inter frappant frénétiquement et désespérément de longues balles. Gosens s'est rapproché deux fois mais n'a pas atteint le cadre à deux reprises, avant que Dzeko n'ait une dernière chance avec son droit. Une défaite inattendue et une soirée à vite oublier pour les Nerazzurri. INTER-EMPOLI 0-1 Buteurs : 65' Baldanzi (E) INTER (3-5-2) : 24 Onana ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (14 Asllani 71'), 23 Barella (9 Dzeko 71'), 20 Calhanoglu, 22 Mkhitaryan (90 Lukaku 77'), 32 Dimarco (8 Gosens 71') ; 10 Lautaro, 11 Correa (12 Bellanova 46'). Remplaçants : 21 Cordaz, 31 Brazão, 2 Dumfries, 5 Gagliardini, 15 Acerbi, 33 D'Ambrosio, 42 Curatolo, 45 Carboni, 46 Zanotti, 90 Lukaku. Entraîneur principal : Simone Inzaghi. EMPOLI (4-3-2-1) : 13 Vicaire ; 24 Ebuehi, 6 De Winter, 33 Luperto, 65 Parisi; 11 Akpa Akpro (32 Haas 46'), 8 Henderson (9 Satriano 73'), 25 Bandinelli ; 28 Cambiaghi (35 Baldanzi 64'), 10 Bajrami (21 Fazzini 73') ; 19 Caputo (4 Walukiewicz 90'). Remplaçants : 1 Perisan , 22 Ujkani, 3 Cacace, 20 Degli Innocenti, 30 Stojanovic, 36 Guarino, 87 Nabian Herculano. Entraîneur principal : Paolo Zanetti. Avertissements : Henderson (E), Akpa Akpro (E), Parisi (E), Barella (I), Dzeko (I). Expulsé : Skriniar (I) après 40' pour deux cartons jaunes. Temps additionnel : 2' - 5' Arbitre : Rapuano. Assistants : Berti, Scarpa. Quatrième arbitre : Marcenaro. VAR : Banti. Assistant VAR : Fourneau. Traduction alex_j via le site officiel.
  8. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport : "Le match opposant l’Inter à Empoli, ce soir, au Stade Giuseppe Meazza pourrait être le dernier match de Milan Skriniar à l’Inter: Le clin d’œil de l’entraîneur français, Christophe Galtier, a été clair : Il ne reste plus qu’à savoir si le transfert aura lieu en janvier ou au 30 juin." "Dans un tel contexte, la Direction de l'Inter se doit de se ressaisir et de faire preuve de réalisme après avoir épuisé toutes les possibilités de négociation : Il faut arrêter l’hémorragie et limiter les dégâts. C’est pour cette raison évidente que le prix de 20 millions d’euros a été fixé et qu'il n’y aura aucune possibilité de négocier ce prix pour le voir partir immédiatement dans la ville lumière." "La nouveauté est que l’Emir du Qatar songerait sérieusement à agir au plus tôt vu le blitz milanais et à s’offrir ce caprice déjà au mois de janvier : Le club français a joué au chat et à la souris concernant le cas Milan Skriniar car il avait toujours su qu’il avait entre ses mains le slovaque et qu’il lui serait possible de se l’offrir facilement gratuitement grâce à un salaire de 9 millions d’euros, une somme qui est inaccessible pour les caisses Nerazzurre.” "Ce qui pourrait faire changer ce scénario de base, c’est la volonté de Galtier d’ajouter un pilier dans la défense à 3, surtout en vue de la double confrontation à venir en huitième de finale de la Ligue des Champions face au Bayern de Munich : Le Slovaque, lui, à choisi Paris pour regarder droit dans les yeux les autres Grands du Continent." Pourquoi 20 millions d'euros ? L'Inter a décidé de se baser sur la situation qui a mené au recrutement de Christian Eriksen: L'international danois était également dans sa dernière année de contrat et Tottenham l'avait libéré contre cette somme. Il s'agit donc d'un point de référence pour un joueur de haut niveau ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Quoi de neuf Docteur ? L’Inter, à l’occasion de la réception de l’Empoli au Stade Giuseppe Meazza, a décidé de revêtir un maillot personnalisé pour célébrer le nouvel an chinois "Le club Nerazzurri célèbrera le début de la nouvelle année lunaire avec une campagne qui jouera sur le symbolisme cinématographique et littéraire du lapin, qui voit l'animal comme un instrument capable de transporter les gens d'une dimension à l'autre: Alessandro Bastoni, qui est né l'année du lapin est le protagoniste d'une vidéo. Celle-ci voit le défenseur des Nerazzurri faire un voyage magique pour découvrir les traditions liées au Nouvel An chinois." Pour le match et conformément à la tradition, un maillot spécial de célébration a également été confectionné, avec les noms des joueurs écrits en caractères chinois dans un lettrage de jaune. Il y aura également la présence d'un motif personnalisé et un patch dédié sur la manche. Une phrase de de vœux figurera aussi sur le patch qui contiendra un caractère chinois : 兔, qui signifie "lapin"." "Si ce maillot sera porté par les joueurs à l'occasion du match Inter - Empoli, qui se disputera ce lundi 23 janvier à 20h45, celui-ci sera également mis en vente, en édition limitée, avec les flocages au nom d’Alessandro Bastoni, d’Hakan Çalhanoğlu, d’Edin Dzeko et de Nicolò Barella." Si vous souhaitez en acquérir un exemplaire, rendez-vous sur le site officiel de l’Inter ou dans les boutiques de la Galleria Passarella à Milan et au San Siro Store. ®Antony Gilles – Internaionale.fr
  10. Simone Inzaghi s’est livré suite à la victoire ô combien compliquée de l'Inter sur Parme, en huitième de finale de la Coupe d'Italie: À Inter TV "Je savais que cette rencontre pourrait nous créer quelques problèmes. Selon moi, nous avons réalisé une très discrète première période et leur "Eurogol" nous a pénalisé. Ensuite, nous avons été lucide sans jamais perdre le fil et nous sommes revenu dans le match." Acerbi ? "Il a été bon, comme tous les joueurs qui sont rentrés et ceux que j’ai aligné en début de match. Tous m’ont apporté d’excellentes réponse: Après une trêve aussi longue que celle que nous avons connu, nous avons besoin de tout le monde. Nous étions mieux en place en phase de possession et j’ai demandé bien plus aux cinq entrants: Nous aurions dû égaliser avant, et nous avons été bon pour ne plus rien leur concéder et ce malgré le fait qu’ils avaient aligné sur le terrain trois attaquants." A Sport Mediaset "Je m’attarde sur ce qui s’est passé ce soir, pour samedi, tout le monde a bien vu ce qu’il s’est passé : C’était une rencontre difficile que nous avons joué discrètement, nous aurions pu bien faire circuler le ballon et mieux nous positionner. Ensuite, nous avons pris un but sur leur seul tir cadré, mais j’ai eu de très bons retoursde ceux qui ont le moins de temps de jeu. J’aurais préféré éviter de jouer 120 minutes, mais je savais que ce serait un match compliqué comme celui vécu face à Empoli, nous allons de l’avant avec confiance." Il y a tant d’absences, allez-vous les récupérer pour samedi et pour la Super Coupe ? "Les changements sont toujours impactés par le résultat, avant c’est toujours facile pour tout le monde. Ceux qui sont montés ont fait de très belles choses et ceux qui ont le moins joués m’ont apportés d’excellentes réponses. Nous devons continuer de la sorte, notre parcours en Ligue des Champions a été fantastiques tandis que nous avons perdus quelques points en championnat. Nous avons tant de matchs à disputer, les rotations vont s’avérer importantissime vu le nombre de matchs rapprochés : J'aurais besoin de tout le monde." Vu vos remplacements aujourd’hui, les titulaires auront souffert un peu plus d’une heure... "Concernant les changements, ça dépend toujours du résultat, seul ce dernier compte finalement. Ceux qui sont montés ont fait de belles choses et ceux qui avaient le moins joués m’ont apporté d’excellentes réponses : En Ligue des Champions, nous sommes allé au-delà des projections et il reste tant de matchs à disputer en championnat : Les rotations seront donc très importantes." Quel est le soucis avec Lukaku ? "Romelu est clairement importantissime pour nous, il est hélas confronté à une blessure musculaire et il a du mal à la gérer. Il s’était bien entrainé et samedi son inflammation était limité à son genou. Je l’ai laissé au repos et il le sera aussi demain, j’évaluerai quotidiennement comment faire pour le faire revenir au meilleur de sa forme : C’est une très grande valeur ajoutée, s’il avait été bien il aurait aussi pu nous apporter ces quelques points qui nous manquent en championnat : Par chance, nous n’avons pas ressenti son absence en Ligue des Champions." Vérone est en forme, à quel point il était important pour vous de jouer sur les ailes comme cela s’est passé ce soir avec Dimarco ? "Avoir de l’amplitude est fondamental dans tous nos matchs et nous cherchons à l’obtenir tout en récupérant nos forces : Avec Barella et Calha forfaits, le système de rotation était limité: Mkhitaryan a disputé son troisième match de la semaine. Je suis satisfait que nous sommes parvenus à remonter au score, cela m’a fait plaisir : Nous sommes l’Inter et nous tenons à aller de l’avant dans toutes les compétions que nous avons rempoté l’année dernière." En conférence de presse "Je dois revoir le match contre Empoli l'année dernière, mais je crois que ce soir nous avons plus souffert. Nous avons trouvé une équipe qui attendait de jouer ce match depuis longtemps. Nous avons dû faire circuler le ballon plus rapidement et nous nous sommes pris un but européen." "L'équipe, malgré le fait qu’il y ait eu tant de changement n’a pas été déstabilisée et est toujours restée concentrée et lucide: C'est de bon augure. Après une si longue trêve, la condition physique doit être améliorée. Nous parlons d'une équipe de l'Inter qui a battu Naples, et vu ce qu’il s’est passé à Monza, je considère que nous parlons d’une Inter qui a pratiquement gagné ses trois matchs en une semaine, avec un système de rotation réduit." "Nous devons améliorer notre condition physique, et j’espère récupérer les joueurs très importants que je n'ai jamais eus à ma disposition. Nous savons que nous sommes en retard en championnat, mais il reste encore tant de matchs à disputer et ils seront nombreux à être rapprochés. J’aurai besoin de tout mon effectif, de tout le monde." Dumfries? "Il revient d’une Coupe du Monde où il a disputé cinq matchs, il est fatigué : C’est un garçon généreux qui travaille pour revenir au top de sa forme. Il y a aussi des joueurs qui sont revenus en excellente condition, comme Lautaro et d'autres comme Denzel qui doivent s'améliorer. Il le sait et il travaille au mieux de ses capacités. C'est à moi que revient la décision de le faire jouer." Les chants pour Skriniar ? "Il s'échauffait et il sait qu’il est entouré de tifosi qui l’aime : Je le vois serein. Cela fait maintenant quelques années que l’Inter se qualifie en prolongation. Nous tenons à cette compétition, l'année dernière nous avons gagné ce trophée et il est représenté sur notre maillot." Est-ce mieux de se qualifier pour la Ligue des Champions ou de gagner des titres ? "Il faut avoir de la chance pour faire les deux. Je pense à la finale que nous avons gagnée en prolongation contre la Juventus, elle était magnifique. Ce soir c’était également une excellente soirée, je dédie la victoire aux Tifosi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Quelques jours après l'annonce de sa retraite du football, Andrea Ranocchia a accordé une interview à La Gazzetta dello Sport, la voici. Commençons par la jambe, après la fracture du péroné d'août. "Ça va un peu mieux, je viens d'enlever le plâtre, j'ai repris la marche, même si j'ai toujours mal. Je fais une thérapie, je serai de retour à la salle sous peu." Pourquoi avez-vous décidé de quitter le football malgré un contrat courant jusqu'en 2024 ? "Il n'y a pas eu qu'un seul épisode déclencheur. A partir d'avril, également grâce à une série de problèmes privés, j'ai commencé à ressentir moins d'enthousiasme pour le football. J'espérais que ce n'était qu'un moment. A l'Inter, je me sentais bien avec tout le monde." En parlant de l'Inter, comment s'est passée la séparation ? "Mon contrat a expiré en juin, Piero (Ausilio) m'a expliqué qu'ils devaient faire toute une série d'évaluations. Je voulais jouer plus, et Monza est arrivé. Projet sérieux, porté par des managers qui ont déjà gagné, la possibilité de ne pas changer de domicile pour mes enfants (Lorenzo, 4 ans, et Adele Luna, 2 ans) et élever les jeunes. J'ai accepté. Mais pendant la retraite, j'ai beaucoup lutté. Les années ne sont pas revenues, c'était terrible." Combien la blessure a-t-elle pesé sur la décision finale ? "Ça a accéléré un cheminement déjà en cours. A tel point que je n'exclus pas qu'une fracture aussi grave soit liée au fait que la tête ne tournait plus dans le bon sens." Que vous a dit Galliani ? "Je lui ai expliqué ce que je ressentais et que je ne voulais pas me moquer de moi-même, mais aussi de ceux qui m'avaient fait confiance. Il a été surpris, mais il a compris et respecté ma décision. Certainement pas parce que j'ai renoncé à l'argent, dont je ne veux pas parler aussi par respect pour ceux qui peinent à joindre les deux bouts." Après l'annonce, étaient-ils si nombreux à vous appeler ? "J'ai reçu des messages et des appels téléphoniques de gens ordinaires, de tous mes coéquipiers, adversaires et entraîneurs, même ceux que je n'ai jamais eus. Mais ces jours-ci, je me suis vraiment isolé. Ce matin (hier, ndlr) Conte m'a appelé." Le plus beau message ? "Citer l'un d'eux ferait tort aux autres. Mais parmi tant d'autres il y avait aussi Zhang, Pioli, Spalletti, Cattelan, Mentana, que je suis toujours." Spalletti nous ramène à un moment décisif de ta carrière. "On se parle souvent avec Luciano, une personne formidable. Vous faites référence à la fois où il a affronté un fan qui en 2017 m'a insulté lors du camp d'entraînement à Riscone. Il a failli lui donner deux gifles (rires). La première fois que quelqu'un me défendait. Un choc décisif sur le long d'un chemin que j'avais entrepris seul." En fait, pendant quelques années, vous avez été le bouc émissaire des problèmes de l'Inter. "J'étais très bas, une expérience dont je me serais passé, mais formatrice. Dans le football, quand les choses ne tournent pas on en vise deux ou trois... Arrivé tout de suite après le Triplete, j'ai vécu des saisons difficiles. Mais j'ai aussi apprécié l'ascension grâce au Suning et Spalletti lui-même, jusqu'aux victoires avec Conte et Inzaghi." Inzaghi est maintenant en difficulté. "Il y a des moments comme ça, surtout en début de saison, avec un effectif plein de nationaux qui ont joué aussi l'été. Je suis sûr que l'Inter va récupérer. Ils ont l'effectif le plus fort et un vestiaire sain. Cela reste ma préférée pour gagner le scudetto." Même sans un leader silencieux comme vous ? "Dans le vestiaire chacun apporte sa contribution. Même en plaisantant toujours comme Brozo." Le football est ta vie depuis qu'il a 5 ans. Avec l'annonce du départ, un fardeau a été enlevé ou est-ce plus triste ? "Triste non, sinon j'aurais continué. Ces derniers mois, j'ai beaucoup réfléchi, même trop. Et la certitude est que je suis fier et satisfait de ma carrière. Des victoires et de la façon dont j'ai surmonté les problèmes. Mais sans enthousiasme on ne peut pas continuer. Maintenant je prends du recul un moment, puis j'aimerais ouvrir une école de foot." Le pire et le meilleur moment de votre carrière ? "Le pire en été, quand je me suis rendu compte que la lumière ne se rallumait plus. Le plus beau, le Scudetto. Je l'ai longtemps chassé, j'en ai vu et vécu de toutes les couleurs. Triomphant ainsi, l'arithmétique est arrivée le lendemain de Sassuolo-Atalanta, mais déjà en revenant de Crotone en avion nous avons fait la fête. Même Monsieur Conte qui n'exulte jamais tant que le résultat n'est pas certain." Conte, avec qui l'aventure avait débuté entre Arezzo et Bari, s'était arrêtée à l'Inter. "Je n'ai pas été surpris. Il est obsédé par la victoire et peut-être pensait-il avoir tout extirpé de lui-même et de ce groupe." Vous avez aimé ce groupe ? "Beaucoup. Mais aussi celui de Monza de mon ancien partenaire (au Genoa) Palladino est excellent. Le vestiaire sera ce qui me manquera le plus. Mais pas aujourd'hui." Maintenant que tu es en retraite, vous pouvez admettre que ce penalty en Mars dernier sur Belotti, non vu par l'arbitre et la Var, était valable. "Bien sûr que oui ! (Rires)." Votre dernier but ? "Avec Empoli en janvier. En acrobatie, décisif pour ne pas sortir déjà au deuxième tour de la Coupe. Ensuite, les coéquipiers ont été bons pour battre la Roma, Milan et la Juve. Mais un morceau de ce trophée est à moi." Traduction alex_j via FCInter1908.
  12. Cet été, l’Inter Milan a fait preuve d’audace en recrutant très tôt Kristjan Asllani et Raoul Bellanova, deux jeunes talents émergents. Depuis, le mercato nerazzurro s’est assagi, et le manque de budget semble contraindre l’entraineur à faire preuve de créativité pour compléter la profondeur de l’effectif. Cette saison sera-t-elle celle de la confiance aux jeunes ? Kristjan Asllani Le milieu de 20 ans vient tout juste d’arriver cet été après avoir débuté en Serie A la saison dernière. Pour autant, la Gazzetta dello Sport nous apprend ce matin que Simone Inzaghi serait déjà très impressionné par les progrès de la jeune recrue durant la présaison. Asllani a toujours été la cible prioritaire en tant que remplaçant de Marcelo Brozovic, lui qui a su prendre la place du titulaire Samuele Ricci depuis Janvier à Empoli. Du côté du club, il n’y a jamais eu aucun doute avant de signer le joueur (en prêt payant 4M€, puis obligation d’achat en juin 2023): Asllani est la bonne option. Toutefois, Inzaghi vient maintenant partager sa vision après avoir travaillé avec le jeune albanais à l’entrainement : le coach à une pleine confiance que le joueur de 20 ans jouera un rôle important cette saison. Non seulement Asllani entrera souvent en action quand Brozovic sera blessé, suspendu ou aura simplement besoin de repos ; mais il saura aussi compléter d’autres tâches. Inzaghi n’a aucune inquiétude quant à la capacité du joueur à y parvenir. Raoul Bellanova Malgré quelques bonnes entrées en jeu, le latéral italien de 22 ans s’est fait plus discret depuis son arrivée au club. C’est son ancien coach, Leonardo Semplici, qui parle pour lui aux micros de FCInternews. « L’inter est une équipe vraiment forte, qui a des joueurs de premier ordre. Raoul est un jeune avec une grande marge de progression. Si le management des Nerazzurri a décidé d’investir sur lui, cela signifie qu’ils sont prêts à parier sur son potentiel. » L’ancien coach de Spal et de Cagliari ajoute ensuite : « Bien sûr, passer de Caglari à l’Inter change les perspectives et les objectifs, mais en travaillant très dur à l’entrainement, Raoul sera capable de se rendre utile à la cause. Il est jeune et il doit encore grandir, mais il a toutes les cartes en main pour se faire un nom. » Visiblement le message est passé, puisque Bellanova interviewé par FCInternews a confirmé : « Je veux prouver que je suis important pour l’Inter. Cela passera par l’entrainement, ce qui est je pense la base, et ensuite faire en sorte d’être prêt à chaque fois que le coach fera appel à moi. » Valentin Carboni La Gazzetta dello Sport nous révèle aujourd’hui que Valentin Carboni, milieu offensif versatile, ferait partie des plans pour l’équipe première de Simone Inzaghi cette saison. Carboni, à seulement 17 ans, fait partie de la Primavera de l’Inter qui vient de remporter son championnat (U19). Le jeune argentin est un milieu offensif de formation, mais sait également jouer en tant que second attaquant. Cela lui a valu une chance en équipe première pour la présaison. D’après le journal, Inzaghi aurait été très impressionné par ce qu’a montré le jeune de 17ans, et serait déjà surpris de la maturité et de la compréhension tactique affichées par Carboni compte tenu de son âge. Carboni devrait être conservé dans l’équipe senior pour la saison à venir, puisque Inzaghi aura besoin de nombreux joueurs à appeler, étant donné que la profondeur de l’effectif risque d’être chamboulée par le calendrier condensé dans les mois qui viennent. En composant de la sorte, l’Inter est en train de rajeunir son effectif, dont la moyenne d’âge est passée de 29.16 à 27.39 lors de ce mercato. La moyenne d’âge finale dépendra des derniers mouvements, notamment en défense où faute de recrutement, le choix par défaut sera également un jeune, Alessandro Fontanarosa (voir ici) D’après vous, lequel de ces jeunes talents sera notre révélation de la saison ? ®QG1989 - Internazionale.fr
  13. En effet, le mois de juin 2023 sera le mois le plus important de l’Inter pour son avenir, plusieurs forces en présence pourraient prendre la poudre d’escampette! Nos confrères de Fcinter1908.it se sont penché secteur par secteurs! Les gardiens "Ces derniers jour a été officialisé la prolongation du contrat de Samir Handanovic, le Capitaine et Leader du Vestiaire de l’Inter. André Onana est arrivé, mais il débutera son aventure Nerazzurra en tant que second. Simone Inzaghi misera encore sur le slovène, du mois, initialement. Au 30 juin 2023, son départ sera probablement acté. A noter qu’Alex Cordaz, le troisième gardien de l’Inter, sera aussi en fin de contrat au 30 juin 2023." La défense "Milan Skriniar et Stefan De Vrij représentent les noms les plus ronflants : Le slovaque est au cœur du mercato, mais en cas de permanence, le club est prêt à renouveler son contrat actuel qui prendra fin au 30 juin 2023. Il reste encore à définir le futur de De Vrij vu que les négociations pour un renouvellement n’ont pas débutés et que de réelles demandes ne sont jamais arrivées. Mais les deux Nerazzurri ne sont pas les à voir leur contrat se terminer au 30 juin 2023 : Henrique Dalbert, qui ne fait pas parti des plans de l’Inter et qui est actuellement blessé, et Danilo D’Ambrosio, qui reste, lui, l’un des leaders absolu du vestiaire." Les milieux de terrain "Au net de la situation de Raoul Bellanova, prêté avec une option d’achat par Cagliari et de Kristjan Asllani, qui sera formellement en fin de contrat au 30 juin 2023, mais qui fait l’objet d’un prêt avec obligation d’achat avec l’Empoli, il y a lieu de réfléchir sur la situation relative à deux autres joueurs de ce secteur : En effet, les contrats de Roberto Gagliardini, pisté par Monza, et de Matteo Darmian arriveront à expiration." L’attaque "L'attaque est le rempart qui, l’an prochain voir même avant, pourrait faire l’objet de la plus importante des révolutions: Alexis Sanchez sera très probablement vendu lors de cette session estivale, alors qu’il reste quelques situations encore à définir tel que l’avenir de Romelu Lukaku, qui est prêté exclusivement jusqu’au 30 juin, mais qui a déjà fait part de son intention de tout faire pour rester Nerazzurro. Outre Lukaku, Edin Dzeko arrivera également en fin de contrat" Pensez-vous que l’Inter prolongera le mythique Gagliardini ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Le nouveau milieu de terrain de l'Inter, Kristjan Asllani, a déclaré que jouer pour l'Inter est le rêve de toute une vie et qu'il a failli s'évanouir lorsqu'il a reçu un appel de Javier Zanetti, selon une information des médias italiens. Le joueur a écrit une lettre pour Cronache di Spogliatoio qui a été rapportée par FCInternews, et dans la lettre, il a parlé d'un festival auquel il va chaque année et qu'il a dû manquer cette année parce qu'il avait réalisé son rêve. "Il y a deux ans, avant le Covid, j'y étais pour la énième fois. J'adore les festivals et être serveur. Je courais en sueur en esquivant les chaises et les moustiques pour apporter de la nourriture aux villageois, aux touristes et aux personnes qui affluaient des régions voisines. "Deux ans plus tard, eh bien, j'ai dû faire l'impasse sur le festival car j'ai réalisé mon rêve de devenir joueur de l'Inter". Le jeune Albanais a ensuite évoqué le texte qu'il a reçu de la légende de l'Inter, Javier Zanetti, aujourd'hui vice-président du club, et l'effet qu'il a produit sur lui. "Quelle émotion d'avoir reçu ce message de Javier Zanetti : 'Bienvenue à l'Inter, Kristjan'. J'ai failli m'évanouir. Alors que mes meilleurs amis étaient en train de servir des tables, je me suis retrouvé dans la même pièce que Romelu Lukaku pour faire le test de stress lors de la visite médicale." "Je portais un maillot de l'Inter parce que l'Inter venait de m'acheter. J'avais pas toute ma tête cette journée, je vais être honnête : en partie parce que les projecteurs n'étaient pas sur moi." Il est un fan de l'Inter depuis presque toute sa vie et il a parlé de la victoire en finale de la Ligue des champions 2010 comme étant un élément clé de ce lien. "Le Parco Danielli et la Piazza Garibaldi sont les seuls endroits où je me sens chez moi ; en partie parce qu'en 2010, j'avais huit ans et je marchais sur la pointe des pieds autour du bar, parmi des personnes plus âgées et plus grandes que moi, en essayant de voir un morceau d'écran avec la finale de la Ligue des champions contre le Bayern Munich. "Cette nuit-là, j'ai réalisé que j'aimais cette équipe. On pouvait entendre les chaises frémir sur le carrelage quand Milito a pointé Van Buyten, puis on n'a plus compris. Je me souviens que quelques verres ont volé sur le sol, et je sautais, je sautais. " Ce n'était pas un secret, tout le monde le savait. J'étais un supporter de l'Inter. Même si j'ai réalisé le rêve de ma vie, celui de porter le maillot de l'Inter, les festivals de mon pays me manquent tellement." Kristjan Asllani a une ascension assez rapide puisqu'il n'a fait qu'une seule vraie saison en équipe première avec Empoli avant d'être recruté par l'Inter. Il a raconté qu'il n'y a pas si longtemps il faisait partie de la primavera et qu'aujourd'hui il va jouer à San Siro en tant que joueur de l'Inter. "En l'espace d'un an, j'ai remporté le championnat de primavera, éliminant l'Inter en demi-finale avec un but sur coup franc ; j'ai marqué mon premier but en Serie A contre l'Inter à San Siro. Et à la fin, je suis devenu Nerazzurro, même si je l'ai toujours été. "Je dormais avec le ballon sous le bras, le protégeant avec la couverture comme on le fait enfant pour se protéger des monstres de la nuit. Je rêvais que les supporters crient mon nom au moment de la signature. Il y a quelques jours, j'ai découvert que ce n'était pas un rêve. "Mon père m'a emmené pour la première fois à Milan pour voir un derby il y a de nombreuses années, nous avons gagné 2-1. Il y est retourné lorsque j'ai marqué mon premier but en Serie A, il y a quelques mois. "Ça devait être le destin, je l'attends pour mes débuts : on verra ce que je vais faire." ©Oxyred - Internazionale.fr, via sempreInter.com
  15. Auteur du premier but de la nouvelle saison, Danilo D’Ambrosio s’est livré en conférence d’après-match: "Ces dernières saisons, cette rencontre nous a toujours été de bon augure, j’espère qu’elle le sera aussi pour cette année." Son interview à Inter TV Quelles indications en retirez-vous ? "L’important est de toujours l’emporter, peu importe qui l’on affronte. Il y a eu de bonnes choses, d’autres sont à améliorer, mais nous ne sommes qu’au tout début de saison et nous avons d’importantes charges de travail à respecter." Quel est le retour d’Inzaghi ? "Chaque fois que l’on monte sur le terrain, il y a ce besoin de gagner et de jouer en équipe, je crois qu’aujourd’hui aussi l’entraîneur a eu de bons signaux." Comment avez-vous retrouvé Lukaku ? "Très volontaire et surmotivé à l’idée de gagner encore avec ce maillot, il tenait à tout faire pour revenir. Il s’est passé ce qu’il s’est passé, c’était très beau de remporter un titre ensemble. Ce qui compte maintenant c’est de penser au présent et à la gagne." Danilone à Sportitalia "Lugano pour moi est comme l’Empoli en Serie A, il me porte chance. J’espère que ce sera de bon augure pour cette saison." La Lula ? "Ils se trouvent les yeux fermés car ils ont aussi joué deux ans ensemble, mais il ne faut pas oublier Edin Dzeko, Alexis Sanchez et Joaquin Correa, qui, cela ne fait aucun doute, nous donnerons un coup de main : Nous avons énormément de qualité. S’ils performent aussi bien c’est aussi parce que l’équipe leur permet d’y parvenir." Aimeriez-vous avoir Bremer comme équipier ? "Je ne parle pas de mercato, je laisse cette question aux Dirigeants." Quelle impression vous a fait Asllani ? "Excellente et c’est pareil pour Bellanova. Il faut les laisser maintenant tranquille car ils sont jeunes, j’espère qu’ils se toileront le moins possible, car ils peuvent faire de très belle choses." Pas parler de mercato, vraiment ? "Si je peux exprimer mon opinion personnelle, j’espère que Skriniar ne partira pas et que le socle dur du noyau de l’équipe restera car outre le fait que ce sont des grands joueurs, ce sont avant tout des grands hommes." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. L'Inter annonce la signature officielle de l'international U21 Albanais Kristjan Asllani, en provenance d'Empoli. Empoli a publié une déclaration sur son site officiel confirmant la cession du jeune milieu Albanais de 20 ans à l'Inter sous la formule d'un prêt qui pourrait se transformé en obligation d'achat si certaines conditions sont atteinte par le joueur. Bien que non confirmé officiellement, le joueur devrait toucher un salaire de 1,2 M€ net par saison, bonus inclus. Asllani devient le troisième joueur Albanais a porté les couleurs de l'Inter après Sllave Llaambi et Rey Manaj. Il portera le numéro 14, laisser libre par Ivan Perisic. Interview InterTV: "C'est incroyable. Je n'ai que 20 ans et avoir la chance de représenter ce club est vraiment spécial. Je suis impatient que la saison démarre et je suis prêt a donné tout ce que j'ai." Qui est son idole footballistique ? "Je ne dirais pas que j'ai une idole en particulier, mais il est vrai que j'ai toujours eu un ballon avec moi. Je regarde autant de match que possible parce-que j'essaye de suivre et m'inspiré d'une variété de milieux de terrain. J'aime faire ça. Maintenant j'ai la chance de jouer avec Marcelo Brozovic, qui est un milieu de terrain incroyable." (Ndlr: Tu l'as dit mon petit !) Empoli et ses objectifs à l'Inter: "Je n'ai pas d'objectifs particulier pour le moment. Je prend les choses étapes par étapes, mais je suis vraiment heureux d'avoir pu faire mes débuts à un si jeune âge. Je voudrais remercier Empoli; je dois beaucoup au club mais maintenant je suis à l'Inter pour donner mon meilleur ici." Son premier but en Serie A contre... l'Inter: "J'ai marqué mon premier but à San Siro et j'en étais ravi, mais je suis sûrement encore plus heureux maintenant." Son histoire: "Je n'aurais jamais pu me l'imaginer. J'ai quitté l'Albanie quand j'avais 2 ans et suis arrivé en Italie. J'ai fais toute ma scolarité ici, ainsi que mon apprentissage du football. Je n'aurais jamais pu imaginer que tout cela m'arrive." Un message pour les tifosi ? "Je suis impatient de débuter ! J'aimerai juste que les fans nous donne tout le soutien qu'ils pourront." Bienvenue jeune loup ! ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Trent_FCI
  17. Le retour de Steven Zhang va marquer un coup d’accélération au niveau du Mercato Interiste, de nombreuses transactions devraient être actée Révélation du Corriere Della Sera "Lukaku" est une grosse affaire, mais la semaine de l'Inter sera mouvementée indépendamment du retour du Belge. Le retour du Président Steven Zhang donne au club l'occasion de formaliser une série d'opérations importantes pour renforcer au plus vite l'effectif à remettre à Simone Inzaghi pour la mise au vert du 6 juillet: L'entraîneur est l'acteur principal de cette nouvelle Inter, et une prolongation de contrat jusqu'au 30 juin 2024 sera officialisée dans quelques jours : l'entraîneur paraphera un contrat qui le fera passer de 4 millions à 5,5 millions nets par saison. Dans le courant de cette semaine, il y aura un autre contact avec les agents de Dybala : Tout est défini, soit un quadriennal à 6 millions net par saison plus 1 bonus, il ne manque que des petits détails." Cette situation vaut aussi pour le milieu de terrain d'Empoli, Asllani : l'accord a été trouvé avec le club toscan, qui recevra 4 millions pour le prêt onéreux et 10 au moment de l’obligation du rachat Il faudra plus de temps pour faire venir le défenseur du Torino: Gleison Bremer. Le club Granata exige 45 millions d’euros, l'Inter doit chercher une voie équitable et ne le fera pas avant d'avoir défini la vente de Skriniar au Paris Saint-Germain. Cette piste a refroidi car il n’y a pas eu de surenchère après l'offre de 50 millions d'euros. Comprenez Paris n’a pas déposé sur la table les 70 millions, le montant demandé par le club Nerazzurro A choisir, préférez-vous conserver Skriniar, quitte à voir Bremer partir à la concurrence ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, l’Inter a procédé au recrutement de Kristjan Asllani. Celui-ci arrivera sous la forme d’un prêt avec un rachat obligatoire! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "Un déjeuner rapide, avec un dernier toast et au centre du menu, le plat principal se nommait Kristjan Asllani, qui est pratiquement devenu un nouveau joueur de l'Inter depuis hier. En effet, cette réunion n'a servi qu'à régler les derniers détails d'un accord que les deux clubs avaient déjà trouvé les semaines précédentes. Une dernière pièce était nécessaire pour conclure l'affaire : la contrepartie technique à remettre à l’équipe toscane." Et avec l'approbation du transfert part Martin Satriano, toutes les pièces du puzzle se sont mises en place et l'Inter et Empoli ont pu finaliser l'accord. Asllani rejoint donc les Nerazzurri contre un contrat de 14 millions d’euros établi de la sorte : 4 millions d’euros pour le prêt onéreux 10 millions d’euros pour le rachat obligatoire Le prêt sec pour une saison de Martin Satriano "De son côté, le président Corsi renforce également son secteur offensif après le pari réussi d' "Andrea Piamonti". Le prêt à sec de Satriano pourrait être une opportunité pour tout le monde : Pour l'Uruguayen, qui a été l’auteur de très belle prestation lors de ses six derniers mois en Ligue 1 à Brest et pour Empoli, qui respecte sa tradition d’être une Terre pour les jeunes talents prêts à exploser, sans oublier l’Inter qui évaluera l'impact de Satriano dans un rôle de leader en Serie A et qui pourrait peut-être se retrouver avec un nouveau trésor dans douze mois, soit pour le mettre à la disposition d'Inzaghi, soit éventuellement pour le placer sur le marché" L'officialiation aura lieu très prochainement: Benvenuto Kristian! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Très mauvaise nouvelle pour le Paris-Saint-Germain qui souhaite s'offrir Milan Skriniar: Si les ventes de Denzel Dumfries et d'Andrea Pinamonti se concrétisent, l'objectif de réaliser 60 millions d'euros de ventes de joueurs sera déjà atteint! Conséquence directe: Vendre un Top Player ne sera absolument plus nécessaire Révélation de Sport Mediaset "Le premier attaquant de Monza en Serie A sera Andrea Pinamonti auteur de 13 buts sous le maillot d'Empoli lors de la saison qui vient de s'écouler. Le club de la Brianza a fermement entamé des contacts avec l'Inter pour l'attaquant né en 1999 et l'accord est déjà proche. Sur la table des négociations, une offre de 19 millions d'euros pour un transfert définitif a été posée, une offre destinée à surpasser la concurrence en Italie et en Europe." "Les prétendants pour Pinamonti ne manquent pas, à commencer par la Fiorentina, mais la stratégie du club Biancorossa est celle d'un accord éclair avec l'Inter, avec 19 millions d'euros mis sur la table immédiatement, sans attendre les mois d'été." "Un jeune talent mais avec un rendement sûr auquel Galliani voudrait ensuite ajouter des joueurs de qualité comme Sensi au milieu de terrain, Romagnoli en défense dont le contrat expire avec le Milan, et El Shaarawy en attaque. Des suggestions pour le moment, mais qui, en peu de temps, pourraient se transformer en quelque chose de bien plus concret" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. La vedette du MatchDay Programme dédié à la Coupe d’Italie est l’ancien Capitaine de l’Inter Andrea Ranocchia, qui est d’ailleurs le dernier survivant de l’Inter du Triplé, lauréate de l’Edition 2011 "C'était mon premier titre avec l'Inter et j’en garde de merveilleux souvenirs, c’était à l'Olimpico contre Palerme. Il y avait beaucoup d'émotions, je partageais le terrain avec les Champions du Triplé et au coup de sifflet final, la joie était immense, une émotion incroyable que je porte encore en moi aujourd'hui. Depuis que je suis enfant, j'ai toujours rêvé de jouer pour une équipe aussi importante que l'Inter et porter ce maillot pendant tant d'années est un véritable honneur" "Mon but, en huitième de finale contre Empoli est le plus beau de ma carrière, à la fois pour la manière dont il a été inscrit, mais aussi et surtout car il nous a permis d’arriver ici. Après ce match, nous avons eu connu une très belle série de victoires contre la Roma et l'AC Milan, ce qui nous a permis d’accéder et de jouer cette Finale. Notre groupe est très beau, nous sommes très proches: Nous avons traversé de bons moments et aussi de moins bons moment, mais nous voulons disputer cette fin de saison en nous donnant au maximum." "Contre la Juventus, notre niveau d’attention et de concentration se devra d’être très élevé afin d'éviter de commettre au maximum les erreurs. Nous savons que nous ferons face à une équipe forte: Ce sont toujours des matchs difficile face à la Juve, mais nous sommes prêt à les jouer." Uno Di Noi ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. La presse sportive s’est enflammée suite à la révélation de la Gazzetta Dello Sport sur la future arrivée de Paulo Dybala à l’Inter. Place à présent à deux articles détaillés en provenance de la péninsule Pour Tuttosport Comment est-ce possible d’arriver à Paulo Dybala à l’Inter, avec la thématique de la soutenabilité, comme étoile polaire dans les plans de Suning ? "Pour l’expliquer, il faut se concentrer sur Giuseppe Marotta qui s’est jeté sur sa proie à peine les papiers du divorce entre la Juve et l’argentin actés. Celui-ci a demandé à Jorge Antun, son agent, quel était le délai qu'ils avaient donné pour trouver une équipe. La réponse "Nous ne sommes pas pressés" était ce que l'Inter voulait entendre, car le Mercato des Nerazzurri sera quoiqu’il arrive marqué de départs." "Suning a d'ailleurs défini les palettes nécessaires pour maintenir la soutenabilité des comptes : Le Mercato devra présenter un solde positif de 60 millions d’euros et la masse salariale devra diminuer de 15% avec une épargne de 20 millions d’euros. Les objectifs fixés à Simone Inzaghi seront les mêmes que ceux de l’été dernier : Terminer dans le Top 4 et atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Pour ces motifs, Steven Zhang lui-même est le premier à savoir que son Inter devra rester compétitive." "Marotta, qui connaît bien le tempérament de Dybala, sait pertinemment qu'il a le oui du joueur dans la main, surtout par le fait qu’il désir se sentir comme un centre de gravité dans le projet, cela influera sur sa décision. C'est aussi pour cette raison que, par exemple, Marcelo Brozovic a choisi de prolonger l’aventure avec l'Inter malgré une offre bien plus importante du Real Madrid. L'Argentin, tout comme son futur équipier, serait l'étoile la plus brillante au firmament à Milan, car l’équipe ne possède également pas d’autre profils de ce type dans son noyau." "Il s’agit donc du meilleur tremplin pour mettre sur pied les bases d’un accord salarial. Dybala, qui gagne 7,3 millions d'euros à Turin et qui avait conclu un accord pour 8 millions plus 2 millions de bonus avant de consommer cette rupture, sait bien quels sont les paramètres du club Nerazzurro et que pour se lier les parties devront toutes les deux sacrifier quelque chose". Pour la Rosea, les futures flèches de l'Inter seront argentines "Les routes de Lautaro Martinez et de Paulo Dybala devraient converger à l’Inter après s’être tant de fois croisées en équipe nationale lors de ce dernier quadriennal. Si Marotta et ses adjoints parviennent à mettre la main sur la Joya et, en même temps, à résister aux avances des grands clubs européens vers le Toro, la "Dyla" pourrait prendre vie à Milan, elle qui a été testée à de très nombreuses reprises par le sélectionneur national Lionel Scaloni" "En effet, Lautaro et Dybala ont joué 8 fois ensemble en équipe national pour trois buts inscrits par Lautaro dont deux via une passe décisive de Paulo. L’entente entre les deux s’affineraient et ils pourraient tranquillement coexister: Les caractéristiques de l'un et l'autre sont également bénéfique dans le cadre d’une possible alternance impliquant trois attaquants. L'amitié et le sentiment qui les unissent également en dehors du terrain seraient l'ingrédient supplémentaire d'une paire capable de faire rêver les Nerazzurri." Pour Marco Barzaghi, le recrutement est certain "Les chances s’élèvent à 90%, elles sont très élevées mais pas à 100% : Je conserve une prudence de 10%, car tout n'est pas fait ou signé. Ce n'est qu'à ce moment-là que je me donnerai entièrement, car tout peut arriver avec les joueurs en fin de contrat. En fait, nous pouvons même baisser un peu le pourcentage car un démenti est arrivé d'Antun, et la Viale Della Liberazione est irritée par ces rumeurs, vu que l’'entourage du joueur joue pour négocier de meilleures offres." "Il y a aussi beaucoup d'irritation car une telle rumeur avant la rencontre face à Empoli et la Finale de la Coupe d’Italie peut déstabiliser aussi les attaquants actuels de l'Inter. Il faut donc comprendre s'il s'agit de démentis de façade ou si autre chose peut se produire." Javier Zanetti, Diego Milito, Estéban Cambiasso pour ne citer qu’eux, l’Inter et l’Argentine cultivent une histoire d’amour qui n’est pas prête de s’arrêter, qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Lors de son dernier match, Empoli s’est vu atrophié de deux joueurs face au Torino suite à des exclusions. Et aujourd'hui, le juge sportif Gerardo Mastrandrea a officialisé le tout! Seront donc officiellement suspendu pour le déplacement au Stade Giuseppe Meazza ce vendredi Petar Stojanovic "pour double avertissement et un comportement non réglementaire sur le terrain" Valerio Verre "auteur d’une faute grave sur le terrain" C’est toujours ça de pris ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. C’est une information en provenance de nos confrères de Fcinternews.it et Fcinter1908.it, l’Inter peut respirer: Elle retrouve ses pépites au moment le plus important de la saison! Nicolò Barella est sorti en boitant à la fin du match contre l'Udinese après s'être touché le genou droit. Après les propos rassurants de Simone Inzaghi lors de la conférence d'après-match ("il semble qu'il ne s'agisse que d'une contusion grave, les médecins m'ont rassuré. Nous allons croiser les doigts"), ceux du joueur lui-même sont arrivés. En quittant la Dacia Arena, le milieu de terrain s'est arrêté pour prendre quelques selfies avec les Tifosi. Lorsqu'on lui a demandé comment il allait, il a répondu par un réconfortant "je vais bien"... Déjà ce mardi, Nicolò devrait faire partie de l’entrainement de groupe et retrouver le maillot de titulaire pour la rencontre face à Empoli. Simone Inzaghi pourra également aligner Hakan Çalhanoğlu de retour de suspension! Alessandro Bastoni est également sur le retour: Le Champion d'Europe n'a fait qu'un travail de récupération aujourd'hui sur un vélo d'appartement et dans la piscine en raison de la blessure au niveau du soléaire de sa jambe gauche dont il a été victime avant Bologne. La blessure est toutefois minime, quelques millimètres seulement, de sorte que l'évolution sera évaluée quotidiennement. Il n'est pas exclu que Bastoni soit disponible pour Empoli, et il semble certain qu’il sera présent pour la finale de la Coppa Italia contre la Juventus. Pour le match de ce vendredi, Denzel Dumfries pourrait et devrait prendre place à la place de Matteo Darmian. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. C’est officiel, l’Inter n’est pas conseillé aux cœurs sensibles, encore plus lorsque son entraîneur, Simone Inzaghi est aussi touché par cette folie. Preuve en est sa déclaration à DAZN après l’importantissime victoire Nerazzurra sur le terrain hostile de l’Udinese "C’était une grande démonstration de caractère et de personnalité face à une équipe en excellente forme et avec des joueurs de qualités : Elle a toutefois fait face à une Inter qui avait la gagne et qui a mérité sa victoire : Je veux remercier les Tifosi qui se sont fait entendre ici, comme si nous étions au Meazza." Dernièrement, l’Inter tremble lorsqu’elle encaisse un but… "Sur le 2-0, nous avons encaissé ce but de Piussetto qui nous a fait légèrement reculé, mais nous n’avons pris quasiment aucun risque. Nous sommes le 1er mai à la cinquantième rencontre, nous sommes allé jusqu’au bout en Coupe d’Italie et nous nous présentons avec 7 parties disputées en 22 jours, mais nous nous sentons bien et nous y croirons Fino alla fine". Est-ce important de jouer avant ou après le Milan, cela peut-il faire la différence ? "Non, car nous sommes habitués, cela fait tant années que les télévisions sont arrivées...Aujourd’hui nous jouions après, la fois prochaine c’est avant. Personnellement, j’étais concentré sur l’Udinese et les joueurs ont répondu présent tout en ayant conscience du résultat du Milan : Nous avons une rencontre importantissime face à Empoli avant de disputer la Finale de la Coupe d’Italie." Après la défaite à Bologne, il fallait une réaction qui es arrivée… "J’ai échangé avec l’équipe, nous devions réaliser un match important : Nous avons souffert avec l’Udinese que est une équipe physique et en forme, mais nous nous devions de faire une rencontre Da Inter, en sachant qu’il y encore 9 points en jeu et que tout est possible." Du point de vue tactique, quels sont les facteurs qui ont été déterminants ? "J’avais décidé de laisser le milieu haut et d’ouvrir les ailes en cherchant les attaquants le plus possible. Au-delà de l’aspect tactique, les garçons ont donné de l’intensité et de l’agressivité: Des ingrédients important dans ce type de match, ce n’était pas facile car il s’agissait de deux matchs à l’extérieur très rapprochés." Comment va Barella, qui est sorti blessé en fin de match ? "Cela semble être une assez forte contusion, j’espère que ce n’est rien de grave car c’est un joueur fondamental qui a réalisé un grand match, je croise les doigts." Quel type d’Inter verrons-nous pour ces derniers matchs ? "Je peux seulement vous dire que depuis la Super Coupe d’Italie, que nous sommes encore en course en Serie A et en Coupe d’ltalie. Après cette très grande satisfaction, nous voulons gagner encore d’autres choses. Je crois que cette année, les Tifosi se sont divertis surtout vu ce qu’il s’était passé en début de saison." L’Inter est-elle Pazza ? "Oui, elle est folle car elle a remporté la Super Coupe d’Italie, a atteint les huitièmes de finale de la Ligue des Champions après 10 ans d’attente, elle se retrouve en Finale de la Coupe d’Italie après 11 ans, j’espère qu’elle restera toujours aussi folle!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. En premier lieu, Beppe Marotta s’est livré sur la disparition de Mino Raiola "Je suis attristé par cette disparition soudaine d'une personne qui me mettait parfois mal à l'aise par sa façon dure de dire les choses, mais ce qu'il disait, il le disait pour le bon déroulement des échanges. D'un point de vue professionnel, je n’ai rien à reprocher car avoir eu un interlocuteur comme lui, c'était avoir un interlocuteur compétent qui savait veiller aux intérêts de ses clients tout en respectant les autres parties." Combien de fois nous sommes-nous disputés ? "Plusieurs fois, mais que des querelles de bon aloi, cela fait partie du jeu: Cela montre à quel point chacun croit aveuglément en son travail". Stefan De Vrij "Objectivement, c’est une disparition énorme et inattendue très douloureuse." Lautaro Martinez "Je suis content d’avoir marqué car nous sommes parvenu à gagner une partie compliquée, difficile et physique. Nous avons été à la hauteur et nous sommes content de cela." Les titres en jeu ? "Nous allons bien, nous savons que nous avons perdu des points importants et que nous devons continuer à chasser : Nous voulons le gagner et il y a aussi la Coupe d’Italie. Nous devons récupérer et nous préparer pour la prochaine rencontre." L’Udinese? "C’est une équipe physique, qui joue l’homme et le contre, nous étions préparé et nous avons souffert encore une fois dans les dernières minutes, mais nous sommes parvenu à gagner. Nous allons nous préparer pour le prochain match car il sera encore plus difficile vu que la saison se termine : Nous avons l’obligation de gagner." Que vous faut-il ? "Être plus un groupe, plus une équipe, dans ce genre de moment, nous devons être des frères sur le terrain, nous n’avons plus de temps et de points à perdre, nous savons ce que nous devons faire et ce qu’il faudra faire pour gagner : Basta." Matteo Darmian "Nous savions que depuis le faux-pas de Bologne que les trois points de ce soir étaient fondamentaux et qu’il fallait répondre à la victoire du Milan. C’est logique que l’Udinese a ré-ouvert la rencontre et que nous ayons souffert, mais nous sommes resté lucide. A présent, nous devons continuer à y croire et voir comment cela va se terminer, c’était un match que nous aurions dû mieux gérer, nous avons été bon pour nous relancer, cela démontre que le groupe est uni." "Il y a peu à dire car nous savions à quel point il était important de gagner encore plus suite à la victoire du Milan. Nous avons toujours cherché à rester concentrer et à aller de l’avant confiant. Nous devons y croire car nous sommes encore là, nous ferons tout pour atteindre notre objectif en sachant que les autres se doivent de faire un faux pas. Nous devons poursuivre notre parcours sans regarder le Milan." "Vendredi nous serons sur le terrain en allant à la guerre car d’ici à la fin de saison, il n’y aura plus de match facile. Après Empoli, nous nous concentrerons sur la Finale de la Coupe d’Italie, qui est aussi notre objectif: Nous regardons avec confiance cette fin de saison!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...