Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'empoli'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. La vedette du MatchDay Programme dédié à la Coupe d’Italie est l’ancien Capitaine de l’Inter Andrea Ranocchia, qui est d’ailleurs le dernier survivant de l’Inter du Triplé, lauréate de l’Edition 2011 "C'était mon premier titre avec l'Inter et j’en garde de merveilleux souvenirs, c’était à l'Olimpico contre Palerme. Il y avait beaucoup d'émotions, je partageais le terrain avec les Champions du Triplé et au coup de sifflet final, la joie était immense, une émotion incroyable que je porte encore en moi aujourd'hui. Depuis que je suis enfant, j'ai toujours rêvé de jouer pour une équipe aussi importante que l'Inter et porter ce maillot pendant tant d'années est un véritable honneur" "Mon but, en huitième de finale contre Empoli est le plus beau de ma carrière, à la fois pour la manière dont il a été inscrit, mais aussi et surtout car il nous a permis d’arriver ici. Après ce match, nous avons eu connu une très belle série de victoires contre la Roma et l'AC Milan, ce qui nous a permis d’accéder et de jouer cette Finale. Notre groupe est très beau, nous sommes très proches: Nous avons traversé de bons moments et aussi de moins bons moment, mais nous voulons disputer cette fin de saison en nous donnant au maximum." "Contre la Juventus, notre niveau d’attention et de concentration se devra d’être très élevé afin d'éviter de commettre au maximum les erreurs. Nous savons que nous ferons face à une équipe forte: Ce sont toujours des matchs difficile face à la Juve, mais nous sommes prêt à les jouer." Uno Di Noi ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. La presse sportive s’est enflammée suite à la révélation de la Gazzetta Dello Sport sur la future arrivée de Paulo Dybala à l’Inter. Place à présent à deux articles détaillés en provenance de la péninsule Pour Tuttosport Comment est-ce possible d’arriver à Paulo Dybala à l’Inter, avec la thématique de la soutenabilité, comme étoile polaire dans les plans de Suning ? "Pour l’expliquer, il faut se concentrer sur Giuseppe Marotta qui s’est jeté sur sa proie à peine les papiers du divorce entre la Juve et l’argentin actés. Celui-ci a demandé à Jorge Antun, son agent, quel était le délai qu'ils avaient donné pour trouver une équipe. La réponse "Nous ne sommes pas pressés" était ce que l'Inter voulait entendre, car le Mercato des Nerazzurri sera quoiqu’il arrive marqué de départs." "Suning a d'ailleurs défini les palettes nécessaires pour maintenir la soutenabilité des comptes : Le Mercato devra présenter un solde positif de 60 millions d’euros et la masse salariale devra diminuer de 15% avec une épargne de 20 millions d’euros. Les objectifs fixés à Simone Inzaghi seront les mêmes que ceux de l’été dernier : Terminer dans le Top 4 et atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Pour ces motifs, Steven Zhang lui-même est le premier à savoir que son Inter devra rester compétitive." "Marotta, qui connaît bien le tempérament de Dybala, sait pertinemment qu'il a le oui du joueur dans la main, surtout par le fait qu’il désir se sentir comme un centre de gravité dans le projet, cela influera sur sa décision. C'est aussi pour cette raison que, par exemple, Marcelo Brozovic a choisi de prolonger l’aventure avec l'Inter malgré une offre bien plus importante du Real Madrid. L'Argentin, tout comme son futur équipier, serait l'étoile la plus brillante au firmament à Milan, car l’équipe ne possède également pas d’autre profils de ce type dans son noyau." "Il s’agit donc du meilleur tremplin pour mettre sur pied les bases d’un accord salarial. Dybala, qui gagne 7,3 millions d'euros à Turin et qui avait conclu un accord pour 8 millions plus 2 millions de bonus avant de consommer cette rupture, sait bien quels sont les paramètres du club Nerazzurro et que pour se lier les parties devront toutes les deux sacrifier quelque chose". Pour la Rosea, les futures flèches de l'Inter seront argentines "Les routes de Lautaro Martinez et de Paulo Dybala devraient converger à l’Inter après s’être tant de fois croisées en équipe nationale lors de ce dernier quadriennal. Si Marotta et ses adjoints parviennent à mettre la main sur la Joya et, en même temps, à résister aux avances des grands clubs européens vers le Toro, la "Dyla" pourrait prendre vie à Milan, elle qui a été testée à de très nombreuses reprises par le sélectionneur national Lionel Scaloni" "En effet, Lautaro et Dybala ont joué 8 fois ensemble en équipe national pour trois buts inscrits par Lautaro dont deux via une passe décisive de Paulo. L’entente entre les deux s’affineraient et ils pourraient tranquillement coexister: Les caractéristiques de l'un et l'autre sont également bénéfique dans le cadre d’une possible alternance impliquant trois attaquants. L'amitié et le sentiment qui les unissent également en dehors du terrain seraient l'ingrédient supplémentaire d'une paire capable de faire rêver les Nerazzurri." Pour Marco Barzaghi, le recrutement est certain "Les chances s’élèvent à 90%, elles sont très élevées mais pas à 100% : Je conserve une prudence de 10%, car tout n'est pas fait ou signé. Ce n'est qu'à ce moment-là que je me donnerai entièrement, car tout peut arriver avec les joueurs en fin de contrat. En fait, nous pouvons même baisser un peu le pourcentage car un démenti est arrivé d'Antun, et la Viale Della Liberazione est irritée par ces rumeurs, vu que l’'entourage du joueur joue pour négocier de meilleures offres." "Il y a aussi beaucoup d'irritation car une telle rumeur avant la rencontre face à Empoli et la Finale de la Coupe d’Italie peut déstabiliser aussi les attaquants actuels de l'Inter. Il faut donc comprendre s'il s'agit de démentis de façade ou si autre chose peut se produire." Javier Zanetti, Diego Milito, Estéban Cambiasso pour ne citer qu’eux, l’Inter et l’Argentine cultivent une histoire d’amour qui n’est pas prête de s’arrêter, qu’en pensez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Lors de son dernier match, Empoli s’est vu atrophié de deux joueurs face au Torino suite à des exclusions. Et aujourd'hui, le juge sportif Gerardo Mastrandrea a officialisé le tout! Seront donc officiellement suspendu pour le déplacement au Stade Giuseppe Meazza ce vendredi Petar Stojanovic "pour double avertissement et un comportement non réglementaire sur le terrain" Valerio Verre "auteur d’une faute grave sur le terrain" C’est toujours ça de pris ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. C’est une information en provenance de nos confrères de Fcinternews.it et Fcinter1908.it, l’Inter peut respirer: Elle retrouve ses pépites au moment le plus important de la saison! Nicolò Barella est sorti en boitant à la fin du match contre l'Udinese après s'être touché le genou droit. Après les propos rassurants de Simone Inzaghi lors de la conférence d'après-match ("il semble qu'il ne s'agisse que d'une contusion grave, les médecins m'ont rassuré. Nous allons croiser les doigts"), ceux du joueur lui-même sont arrivés. En quittant la Dacia Arena, le milieu de terrain s'est arrêté pour prendre quelques selfies avec les Tifosi. Lorsqu'on lui a demandé comment il allait, il a répondu par un réconfortant "je vais bien"... Déjà ce mardi, Nicolò devrait faire partie de l’entrainement de groupe et retrouver le maillot de titulaire pour la rencontre face à Empoli. Simone Inzaghi pourra également aligner Hakan Çalhanoğlu de retour de suspension! Alessandro Bastoni est également sur le retour: Le Champion d'Europe n'a fait qu'un travail de récupération aujourd'hui sur un vélo d'appartement et dans la piscine en raison de la blessure au niveau du soléaire de sa jambe gauche dont il a été victime avant Bologne. La blessure est toutefois minime, quelques millimètres seulement, de sorte que l'évolution sera évaluée quotidiennement. Il n'est pas exclu que Bastoni soit disponible pour Empoli, et il semble certain qu’il sera présent pour la finale de la Coppa Italia contre la Juventus. Pour le match de ce vendredi, Denzel Dumfries pourrait et devrait prendre place à la place de Matteo Darmian. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. C’est officiel, l’Inter n’est pas conseillé aux cœurs sensibles, encore plus lorsque son entraîneur, Simone Inzaghi est aussi touché par cette folie. Preuve en est sa déclaration à DAZN après l’importantissime victoire Nerazzurra sur le terrain hostile de l’Udinese "C’était une grande démonstration de caractère et de personnalité face à une équipe en excellente forme et avec des joueurs de qualités : Elle a toutefois fait face à une Inter qui avait la gagne et qui a mérité sa victoire : Je veux remercier les Tifosi qui se sont fait entendre ici, comme si nous étions au Meazza." Dernièrement, l’Inter tremble lorsqu’elle encaisse un but… "Sur le 2-0, nous avons encaissé ce but de Piussetto qui nous a fait légèrement reculé, mais nous n’avons pris quasiment aucun risque. Nous sommes le 1er mai à la cinquantième rencontre, nous sommes allé jusqu’au bout en Coupe d’Italie et nous nous présentons avec 7 parties disputées en 22 jours, mais nous nous sentons bien et nous y croirons Fino alla fine". Est-ce important de jouer avant ou après le Milan, cela peut-il faire la différence ? "Non, car nous sommes habitués, cela fait tant années que les télévisions sont arrivées...Aujourd’hui nous jouions après, la fois prochaine c’est avant. Personnellement, j’étais concentré sur l’Udinese et les joueurs ont répondu présent tout en ayant conscience du résultat du Milan : Nous avons une rencontre importantissime face à Empoli avant de disputer la Finale de la Coupe d’Italie." Après la défaite à Bologne, il fallait une réaction qui es arrivée… "J’ai échangé avec l’équipe, nous devions réaliser un match important : Nous avons souffert avec l’Udinese que est une équipe physique et en forme, mais nous nous devions de faire une rencontre Da Inter, en sachant qu’il y encore 9 points en jeu et que tout est possible." Du point de vue tactique, quels sont les facteurs qui ont été déterminants ? "J’avais décidé de laisser le milieu haut et d’ouvrir les ailes en cherchant les attaquants le plus possible. Au-delà de l’aspect tactique, les garçons ont donné de l’intensité et de l’agressivité: Des ingrédients important dans ce type de match, ce n’était pas facile car il s’agissait de deux matchs à l’extérieur très rapprochés." Comment va Barella, qui est sorti blessé en fin de match ? "Cela semble être une assez forte contusion, j’espère que ce n’est rien de grave car c’est un joueur fondamental qui a réalisé un grand match, je croise les doigts." Quel type d’Inter verrons-nous pour ces derniers matchs ? "Je peux seulement vous dire que depuis la Super Coupe d’Italie, que nous sommes encore en course en Serie A et en Coupe d’ltalie. Après cette très grande satisfaction, nous voulons gagner encore d’autres choses. Je crois que cette année, les Tifosi se sont divertis surtout vu ce qu’il s’était passé en début de saison." L’Inter est-elle Pazza ? "Oui, elle est folle car elle a remporté la Super Coupe d’Italie, a atteint les huitièmes de finale de la Ligue des Champions après 10 ans d’attente, elle se retrouve en Finale de la Coupe d’Italie après 11 ans, j’espère qu’elle restera toujours aussi folle!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. En premier lieu, Beppe Marotta s’est livré sur la disparition de Mino Raiola "Je suis attristé par cette disparition soudaine d'une personne qui me mettait parfois mal à l'aise par sa façon dure de dire les choses, mais ce qu'il disait, il le disait pour le bon déroulement des échanges. D'un point de vue professionnel, je n’ai rien à reprocher car avoir eu un interlocuteur comme lui, c'était avoir un interlocuteur compétent qui savait veiller aux intérêts de ses clients tout en respectant les autres parties." Combien de fois nous sommes-nous disputés ? "Plusieurs fois, mais que des querelles de bon aloi, cela fait partie du jeu: Cela montre à quel point chacun croit aveuglément en son travail". Stefan De Vrij "Objectivement, c’est une disparition énorme et inattendue très douloureuse." Lautaro Martinez "Je suis content d’avoir marqué car nous sommes parvenu à gagner une partie compliquée, difficile et physique. Nous avons été à la hauteur et nous sommes content de cela." Les titres en jeu ? "Nous allons bien, nous savons que nous avons perdu des points importants et que nous devons continuer à chasser : Nous voulons le gagner et il y a aussi la Coupe d’Italie. Nous devons récupérer et nous préparer pour la prochaine rencontre." L’Udinese? "C’est une équipe physique, qui joue l’homme et le contre, nous étions préparé et nous avons souffert encore une fois dans les dernières minutes, mais nous sommes parvenu à gagner. Nous allons nous préparer pour le prochain match car il sera encore plus difficile vu que la saison se termine : Nous avons l’obligation de gagner." Que vous faut-il ? "Être plus un groupe, plus une équipe, dans ce genre de moment, nous devons être des frères sur le terrain, nous n’avons plus de temps et de points à perdre, nous savons ce que nous devons faire et ce qu’il faudra faire pour gagner : Basta." Matteo Darmian "Nous savions que depuis le faux-pas de Bologne que les trois points de ce soir étaient fondamentaux et qu’il fallait répondre à la victoire du Milan. C’est logique que l’Udinese a ré-ouvert la rencontre et que nous ayons souffert, mais nous sommes resté lucide. A présent, nous devons continuer à y croire et voir comment cela va se terminer, c’était un match que nous aurions dû mieux gérer, nous avons été bon pour nous relancer, cela démontre que le groupe est uni." "Il y a peu à dire car nous savions à quel point il était important de gagner encore plus suite à la victoire du Milan. Nous avons toujours cherché à rester concentrer et à aller de l’avant confiant. Nous devons y croire car nous sommes encore là, nous ferons tout pour atteindre notre objectif en sachant que les autres se doivent de faire un faux pas. Nous devons poursuivre notre parcours sans regarder le Milan." "Vendredi nous serons sur le terrain en allant à la guerre car d’ici à la fin de saison, il n’y aura plus de match facile. Après Empoli, nous nous concentrerons sur la Finale de la Coupe d’Italie, qui est aussi notre objectif: Nous regardons avec confiance cette fin de saison!" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Le Corriere Della Sera et La Repubblica sont revenu sur la situation entourant Ionut Radu véritable vedette des journaux sportifs italiens. Pour le Corriere Della Sera "Il suffit de regarder les visages fantomatiques de Marotta, Ausilio et Zanetti dans les tribunes. Une soirée que Radu n'oubliera pas pour le reste de sa vie. Il voulait quitter l'Inter dès janvier, mais ils ne lui ont pas donné satisfaction. L'achat d'Onana l'a déstabilisé encore plus. A la fin de la saison, il quittera l'Inter, c'est terminé. Cette année, il n'avait joué qu'un seul match, en Coppa Italia contre Empoli. Il paie pour son manque d'habitude d'être dans le but." "L’effondrement n'est pas seulement la faute de Radu. Inzaghi, dans la nuit noire de la Via Emilia, a parié sur Correa aux côtés de Lautaro et a insisté sur Dimarco. Ce choix ne le récompense pas. Le petit Dimarco, une minute avant la demi-heure de jeu, a été dominé par le géant Arnautovic, qui a remis Bologne dans le match d'une tête." Pour La Repubblica "Radu est le crasheur d'un match qui devait se jouer le jour de l'Épiphanie et qui s'est retrouvé sur le calendrier à la fin du mois d'avril. Il n'avait mis le pied sur le terrain qu'une seule fois, en Coupe d'Italie contre Empoli, jouant 120 minutes et concédant deux buts. Par choix, du titulaire du rôle et de l’entraîneur Simone Inzaghi, il n'y a pas eu de turnover même en Coppa Italia, où l'Inter a atteint la finale." "Même sous Conte, Radu n'a jamais joué : l'année dernière, il a joué deux matchs de championnat, à la fin, alors que le Scudetto était déjà acquis, contre la Sampdoria et la Roma. Et malgré le fait qu'une partie des Tifosi contestataires de l’Inter continuaient à alimenter sur les réseaux sociaux les erreurs du Slovène, ceux-ci en sont venus à supprimer leurs propres messages après cette maudite toile de Radu hier soir." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Selon Tuttosport, l’objectif prioritaire de l’Inter se nomme Gianluca Scamacca. Forte du "Oui" du joueur, la Beneamata doit à présent satisfaire aux exigences de Giovanni Carnevali, l’Administrateur-Délégué de Sassuolo. "Plus que le oui du joueur, l’Inter peut jouer la carte des excellents rapport entre Marotta et Carnevali, qui, s’il ne soldera pas le prix de son joueur, peut faciliter la tâche des Nerazzurri pour réaliser une transaction économiquement viable, comme cela s'est passé avec l'Atalanta, un autre "club ami", pour Robin Gosens en janvier. Une contrepartie technique sera également incluse dans l'accord et tout porte à croire qu'un accord de ce type sera conclu." "Dans le cadre de cette négociation, tous les indices portent à Andrea Pinamonti qui, comme Scamacca est né en 1999 et qui est l’auteur d’une très belle saison à Empoli. L'Inter aurait également l'opportunité de réaliser une plus-value sur Pinamonti qui au 30 juin 2022 pèsera dans le budget 12,5 millions d'euros. En effet, l'Inter l'a racheté pour 21,3 millions d’euros au Genoa à l'été 2020, alors que le garçon a un contrat jusqu'en 2024. En conséquence, le coût financier pour Scamacca serait diminué." "Stefano Sensi pourrait également être inclus dans les discussions entre les clubs, car il s'est révélé être un grand joueur justement à Sassuolo. Le milieu de terrain, pour espérer rester dans le noyau de la Nazionale italienne, doit jouer avec continuité et l'Inter, en ce sens, ne peut pas lui donner de garanties : Si la Samp ne fait pas un geste pour le garder, car il fait l’objet d’un prêt sec, attendez-vous à un retour de flamme avec son ancien club" Valideriez-vous cette négociation ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Inter.it a diffusé un article relatif au parcours de Marcelo Brozovic, depuis son arrivé à Milan le 24 janvier 2015, âge de 22 ans, il décidait de porter le numéro de maillot 77. En provenance du Dinamo Zagreb, avec lequel il avait remporté deux championnats consécutifs, ainsi qu'une Super Coupe. Il avait déjà effecuté ses débuts avec l'équipe nationale croate, jouant même une demi-heure lors de la Coupe du monde au Brésil. Dès son atterrissage à Milan, il venait saluer les Tifosi en portant une écharpe Nerazzurra dans un geste qui le liera à nos couleurs pour les années à venir. Ce jour-là, avec cette écharpe autour du cou, l'histoire de Marcelo Brozovic et de l'Inter a commencé. Une histoire faite de kilomètres, de nombreux kilomètres. Ceux qu'il a couverts sur le terrain depuis son premier match sous le maillot Nerazzurro, le 1er février 2015 contre Sassuolo. Au milieu du terrain, Marcelo grandit, affinant ses grandes qualités techniques, en se mettant au au service de l'équipe. Depuis des années d'aommeirs, il figure parmi les meilleurs joueurs de Serie A avec le plus grand nombre de kilomètres parcourus en une saison. Son premier but, il l'a marqué contre Empoli, depuis son arrivée, Il est devenu un titulaire régulier au milieu de terrain. D'ailleurs, depuis la saison 2015/2016, il ne termine jamais la saison avec moins de 28 apparitions au compteur, pour un pic de 46 matchs lors de la saison 2019/2020. Il laisse sa marque dans les matchs importants avec des buts beaux, des buts lourd au niveau de l'importance En 2016, il a inscrit un doublé contre la Juventus en demi-finale de la Coppa Italia, avant de composter également deux victoires dans le Derby Della Madonnina. Il le fait en 2019, en donnant le coup d'envoi de la victoire 2-0 de l'Inter. En 2020, il vient sonner la révolte lors de la Remontada via une volée du pied gauche depuis l'extérieur de la surface, marquée alors qu'il porte le brassard de capitaine. Sa personnalité et sa capacité à gérer le rythme du jeu ont fait de lui un point de référence pour l'équipe. Il comptabilise fait 200 apparitions avec l'Inter, ce palier étant atteint lors de la malheureuse finale de la Ligue Europa contre Séville. Avec son pied, il est à la base de toutes passes, de toutes trajectoires qui alimentent les attaques de l'Inter dont le but de Vecino à Rome contre la Lazio (2-3), ce but qui permet à l'Inter de retrouver la Ligue des Champions, trouve son origine dans ses pieds, sur corner. Il est le cerveau et l'âme de l'équipe de l'Inter qui a remporté le Scudetto : En 2020/2021, Marcelo totalise 33 matchs de championnat avec 2 buts et 6 passes décisives. Le nombre moyen de kilomètres parcourus lors de chaque match est le plus élevé, comme toujours : 11,929km par match: C'est un Marathonien et un réalisateur. Son histoire avec les Nerazzurri ne s'arrêtera pas là: Brozovic a déjà 279 apparitions et 26 buts à son compteur. En équipe nationale, il a atteint le palier de 70 sélections, il a d'ailleurs été l'un des grands protagoniste du parcours de la Croatien lors de la Coupe du monde 2018 avec une finale perdue face à la France Les statistiques parlent pour lui : Depuis 2014/2015, il est le premier, parmi les milieux de terrain de Serie A, en termes de ballons joués, de passes réussies et de passes réussies dans la moitié de terrain adverse, deuxième en termes de passes décisives et troisième en termes de contres. Voici Marcelo : le Nerazzurro 77 Voici les clichés proposé par Inter.it sur son site officiel Marcelo Brozovic, Capitaine de l'Inter, vous valideriez ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Tout ce dont vous devez savoir avant le match de dimanche soir. Milan - Les Nerazzurri feront face au Torino ce dimanche à 20:45, dans le cadre de la 29ème journée de Série A. Leur dernière rencontre était le 22 Décembre, un match qui a clôturé l'année 2021 de l'Inter par une victoire, grâce à un but décisif de Denzel Dumfries à la 30ème minute de jeu à Giuseppe Meazza. Rencontres précédentes Il y a eu 155 matchs entre les deux équipes. L'Inter mène au nombre de victoire, avec 70 matchs remportés. Le Torino compte quant à lui 36 victoires. Il y a également eu 49 matchs nuls. Seule la Juventus, avec 74, a plus de victoires contre le Toro en Série A. Plus récemment, l'Inter a remporté les 5 dernières confrontations, ainsi que 12 des 17 derniers matchs à l'extérieur, perdant seulement 2 fois et concédant le nul 3 fois. Formes L'Inter arrive à Turin avec une victoire 5-0 contre Salernitana à leur actif. Ils comptent 58 points après 27 journées. Sur leur route, les Nerazzurri ont glané 3 points lors de leurs 3 derniers déplacements, faisant matchs nuls contre l'Atalanta, le Napoli et le Genoa. L'équipe de Simone Inzaghi a concédé seulement 2 buts lors de leurs 8 derniers matchs à l'extérieur en Série A. En fait, depuis début Octobre, aucune équipe dans les 5 championnats majeurs a encaissé moins de buts (6) et obtenu plus de clean sheets (6) hors de leurs stade que l'Inter. Le Torino, pendant ce temps, reste sur un match nul et vierge contre Bologne. Les hommes d'Ivan Juric n'ont pas connu la victoire lors de leurs 6 derniers matchs, avec 3 nuls et 3 défaites. La dernière fois qu'is ont connu une si longue série sans victoire, c'était en Décembre 2020, sous Marco Giampaolo : 8 matchs sans victoire. Leurs résultats contre les meilleures équipes ne sont pas plus réjouissants, ayant perdu 1-0 chacun des trois matchs qu'ils ont joués contre une équipe du top 2 cette année. Note plus positive, le Toro a trouvé le chemin des filets lors de leurs 10 derniers matchs de Série A à domicile, marquant 20 buts au total, soit environ 2 par match. Ils n'ont pas dépassé ce chiffre en une saison depuis Décembre 2018. Statistiques générales Le Torino a la plus grande différence (+14) entre les points obtenus à domicile (24) et à l'extérieur (10) en Série A cette année. La rencontre oppose l'équipe avec le record de point obtenus après avoir été menée, contre l'équipe avec le pire score. L'Inter est allé chercher 17 points depuis une position perdante, alors que le Torino n'en a pris que 4. En revanche, en ce qui concerne la défense, seul Naples (8) a encaissé moins de buts que le Torino (10) avant le coup de sifflet de la mi-temps, tandis que l'Inter (9) a le meilleur bilan défensif de la Serie A en deuxième mi-temps. Focus sur les joueurs Lautaro Martínez a été directement impliqué dans cinq buts lors des cinq derniers matches contre le Torino en championnat, avec quatre buts pour lui et une passe décisive. Il n'y a que contre Cagliari qu'il a un meilleur bilan en première division Italienne, avec sept contributions. Si l'attaquant argentin venait à marquer, il deviendrait le cinquième joueur de l'Inter (depuis le début de la victoire à 3 points) à faire trembler les filets lors de trois matchs consécutifs à l'extérieur contre un même adversaire. Il a marqué en déplacement contre le Toro du 23 novembre 2019 au 14 mars 2021. Les seuls autres joueurs à avoir réalisé cette prouesse depuis sont Christian Vieri (contre Pérouse), Álvaro Recoba (contre Empoli et contre la Reggina), Ivan Perišić (contre la Fiorentina) et Mauro Icardi (contre Cagliari). Pour Edin Džeko, en revanche, la rencontre a été moins fructueuse. De toutes les équipes qu'il a affrontées au moins 10 fois, le Torino est l'un des trois adversaires, avec la Lazio et la Juventus, où il a été impliqué dans le moins de buts (4 au total, avec 3 buts et 1 passe décisive). Nicolò Barella a le plus grand nombre de passes décisives dans le jeu (9) dans les cinq grands championnats européens cette année. Florian Wirtz, Sergej Milinkovic-Savic et Paul Pogba sont juste derrière lui, avec 8. Il pourrait devenir le premier joueur de l'Inter à atteindre les 10 passes décisives en championnat avant la 30e journée depuis 2004/05. Dans le même idée, Hakan Çalhanoğlu est le joueur qui a délivré le plus grand nombre de passes décisives sur coups de pied arrêtés, soit 6 depuis le début de la saison. Si l'on compare avec les autres gardiens de but ayant au moins 25 apparitions en Série A cette saison, Samir Handanović a le meilleur pourcentage d'arrêts, de 77 %. Vanja Milinkovic-Savic est deuxième avec 62%, et Lorenzo Montipò, qui suit de près, avec 61%. Milan Škriniar fera sa 200e apparition en Série A depuis ses débuts en championnat le 24 avril 2016 contre la Sampdoria. En défense, seul Francesco Acerbi a disputé plus de matchs de première division (205). C'est lors de la rencontre à l'aller, en Décembre, que Denzel Dumfries a inscrit son dernier but en championnat. De tous les défenseurs des cinq grands championnats européens, c'est celui qui a touché le plus de ballon dans la surface de réparation adverse (92). Le Torino est la seule équipe contre laquelle Federico Dimarco a marqué plus d'un but en Série A, les deux ayant été inscrits en 2021 pour Vérone sous la direction d'Ivan Juric (le 6 janvier et le 9 mai). Alexis Sánchez a obtenu son plus grand nombre de passes décisives contre une équipe dans cette confrontation, avec 5 en 6 rencontres. Le Chilien a également marqué lors de la rencontre du 22 novembre 2020. C'est contre le Toro que Stefan De Vrij a inscrit son tout premier but avec l'Inter, en Août 2018. Danilo D'Ambrosio, quant à lui, affrontera son ancienne équipe, avec laquelle il a fait 42 apparitions et marqué 4 buts en championnat lors des saisons 2012/13 et 2013/14. Matteo Darmian est également passé de l'autre côté du terrain, puisqu'il a disputé 100 matchs de championnat pour le Toro entre 2012 et 2015, marquant 2 buts. DÉTAILS DISCIPLINAIRES Suspendu : Torino : N/A Inter : N/A À un avertissement d'une suspension : Torino : Aina, Buongiorno, Djidji, Pobega Inter : Lautaro Martínez, Vidal ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter.it
  11. Que vaut le Scudetto à venir ? Vu les prestations du Top 3 italien, sans oublier la Juventus, cette question a été mis en avant par le Corriere Dello Sport: "Au niveau symbolique, celui-ci a une valeur qui est fondamentale, mais au niveau sportif, quelle est la valeur du championnat italien ?" "Si l’on se base sur la dernière décennie, jamais auparavant la tête du championnat présentait un nombre de points aussi faible: Le Milan et le Napoli se partagent la première place avec seulement 57 points. L’Inter, l’année dernière et après 27 journées en présentait 65. Mieux encore, lors de son Monopole, la Juve culminait à 66 points en 2020, 75 point en 2017 et en retournant dans le passé à 71, 67, 61, 64 72 et 59 points." "Ces 57 points ne signifient pas seulement que le tricolore est à nouveau contestable, car il n'y a plus d'équipe gagnante, mais au cours des cinq dernières années, les trois premiers n'ont jamais eu une moyenne aussi basse: En procédant à l'additions des points de Naples + le Milan + l'Inter, le tout divisés par trois, cela représente une moyenne de 56,3 points et ce même si Inzaghi a un match à rattraper. Car même s’il s’impose, la moyenne des trois grandes équipes resterait beaucoup plus faible que lors des saisons précédentes." Est-ce que cela veut dire que le Championnat est plus équilibré ? "En quelque sorte oui, la moyenne des points des dix dernières équipes au classement se situe entre 24 points en 2018-2019 et 25,3 cette année (mais il reste encore six matchs à jouer, ce qui pourrait faire augmenter cette statistique)." La signification ? 'L’écart entre les Grands et les provinciaux s’est réduit, même si c’est assez lentement. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Empoli a gagné à l’extérieur à la Juve et au Napoli, ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la Spezia a fait de même contre Naples et le Milan." "L’équipe provinciale qui a fait le meilleur résultat est Sassuolo qui se retrouve en haut du classement, à la 8ème place, en s’offrant le Milan et l’Inter au Giuseppe Meazza et la Juve à l’Allianz Stadium". Pensez-vous que la Serie A fasse réellement l’objet d’une involution ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. On peut appeler cela un faux-départ, mais la reprise de la nouvelle année solaire en Italie coïncide toujours avec la reprise de la Serie A. Et lorsque celle-ci débute, l'Inter, peu importe son entraîneur, est toujours confrontée à de sérieuses difficultés. Si cela s’est déjà passé personnellement pour Simone Inzaghi, l’Histoire récente de l’Inter nous confirme que l’Hiver est rude lors de la première saison de chacun de ses entraîneurs : Qu’il s’agisse du Champion d’Europe Roberto Mancini, de Luciano Spalletti, voire même d’Antonio Conte lors de la première saison de son mandat! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter d’aujourd’hui n’a remporté que 2 points lors de ses 4 dernières rencontres tout en compromettant sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions suite à sa défaite 2-0 à domicile face à Liverpool. Il y a un an pourtant, lors de cette même période, l’Inter réalisé une série de quatre victoires sur quatre en s’offrant la Fiorentina, la Lazio, le Milan et le Genoa. C’est d’ailleurs-là qu’a débuté l’envolée Scudetto de Conte." "Mais lors de sa première saison sur le banc interiste, Antonio Conte avait été confronté à une série noire de trois match nul face à l’Atalanta, Lecce, et Cagliari pour parvenir à des défaites face à la Lazio et Juventus, entre les deux, l’Inter ne l’avait emporté que face à l’Udinese et le Milan : soit deux victoires en sept matchs. Par la suite, ce fut le Lockdown." "Cette situation fut aussi connue avant 2020 : Avec Luciano Spalletti, lors de la saison 2017/2018, il y avait eu six match nuls, deux défaites et seulement deux victoires entre le 9 décembre et le 3 février." "Avec Roberto Mancini, en 2015-2016, ce fut également un sérieux coup d’arrêt après Noel : 1ere au classement avec une victoire face à Empoli le 6 janvier, l’équipe a enchaîné 4 rencontres sans victoires, pour deux victoires en neuf matchs avec, comme conséquence, une chute à la 5ème place." "L’année dernière, cette malédiction semblait être devenue du passé, mais maintenant, l’angoisse de l’instant est à effacer au plus tôt : Au plus vite l’Inter se remettra sur pied, au mieux ce sera, car il y a le fantôme de la crise qui est à effacer." Même lors de l’Inter du Triplé, l’Inter avait perdu énormément de plumes lors de la période hivernale: Selon vous, s’agit-il d’un blocage psychologique, ou alors d’une mauvaise gestion des entraîneurs ? Car si les effectifs changent, la crise hivernale semble vouloir perdurer dans le temps… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En effet, la Gazzetta Dello Sport s’est livrée sur une comparaison entre Gianluca Scamacca, l’attaquant du futur évoluant à Sassuolo, et Romelu Lukaku, meilleur buteur de l’Inter l’année dernière, parti comme un traître à Chelsea. Gianluca Scamacca "Scamacca est en feu : 10 buts déjà inscrit avec Sassuolo, record personnel en cours, des grandes prestations et l’attention des grands. L’Inter est en pole position et il est normal qu’elle mise bien plus sur lui que sur Lukaku. Avant tout pour l’âge, Gianluca a 23 ans, c’est un investissement pour l’avenir et il dispose encore d’une importante marge de progression : Il a tout pour devenir un vrai Top Player." "C’est un Géant agile aux pieds raffinés, il est très fort de la tête grâce à son mètre 95 et il sait marquer de n’importe quelle position. S’il lui manque forcément d'un peu de continuité, passer par la cure d’un entraîneur qui te martèle le métier, comme Simone Inzaghi et sous les yeux d’excellents équipiers tel qu’Edin Dzeko, pourra lui permettre de réaliser le saut de qualité définitif…pour la plus grande joie de Roberto Mancini, car Scamacca représente aussi le futur de l’équipe nationale." "De plus, le fait qu’il soit italien est également un plus pour opter pour ce choix: L’attaquant de Sassuolo semble être le plus adapté au jeu proposé par Inzaghi, étant donné que comparé à la précédente Inter, la possession de balle et le centre de gravité est plus haut, sans oublier les manœuvres au milieux de terrains proposé par Marcelo Brozovic, Nicolò Barella et Hakan Çalhanoğlu. Il y aurait donc moins de ballons en profondeurs et de contre, mais plus de ballons dans la surface et des triangulations, là où Scamacca peut être précieux à la finition et comme soutiens pour les autres attaquants." "Il est évident que l’opération Scamacca représente un certain coût, alors que pour Romelu Lukaku, on parle d’un prêt et il n’y a plus Conte pour exalter Lukaku. Avec Scamacca en revanche, l’Inter de demain se dessinerait déjà." Place au Belge "Comme Chelsea ne peut pas dévaluer le joueur par le biais d’une vente, les Blues doivent s'ouvrir à un prêt, en espérant que Big Rom se retrouve et retrouve son sourire perdu : Un scénario est peu probable alors que Chelsea risque de se retrouver avec un actif qui va continuer à perdre sa valeur. Le salaire du Belge, qui est passé à 12,5 millions par saison, est également lourd à supporter. "S'il veut vraiment retourner à Milan, Lukaku devrait réduire son salaire, un salaire qui serait alors payé au moins en partie par les Anglais. Ils devraient également se demander pourquoi ils ont investi autant dans un joueur n'est pas très fonctionnel dans le jeu de Tuchel. Et même si toutes les pièces ci-dessus viennent à s'emboîter, des problèmes techniques subsisteraient. Le paradoxe est qu'après le départ de Romelu, Lautaro était censé devenir le moteur de l'équipe, mais à la longue, il est nostalgique de son coéquipier, avec qui il avait une entente télépathique." "Si le plan de Giuseppe Marotta et de Piero Ausilio, qui ont été appelés à réaliser le miracle de gagner de l'argent tout en maintenant un effectif compétitif, est d'insérer un jeune joueur italien aux exigences limitées comme Gianluca Scamacca, 23 ans, dans l'équipe d’Edin Dzeko où l’on retrouve à ses côtés Joaquin Correa, Lautaro Martinez et Alexis Sanchez, le retour de Lukaku imposerait un changement de cap : Il n’y aurait pas d’assaut sur Scamacca, il y aurait la variable Andrea Pinamonti, qui grandi à Empoli mais qui pourrait être une contrepartie technique dans d'autres négociations." "Et il y aurait la nécessité de vendre soit Lautaro, également pour des besoins de trésorerie, et Alexis Sanchez, qui a 33 ans gagne trop : 7 millions d’euros." Scamacca ou Lukaku, qui choisiriez-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Face à Sassuolo son absence s’était faite ressentir, comme ce fut le cas face à Empoli. En effet, arrivé en 2014, Marcelo Brozovic avait été recruté pour évoluer au poste de Trequartista dans l’Inter de Roberto Mancini. S’il n’y avait pas trouvé sa place, l’arrivée de Luciano Spalletti qui l’avait recadré devant la défense a fait de lui un joueur, LE joueur essentiel de l’Inter. Révélations de Sky Sport "Il dicte le tempo de l’équipe, il est extrêmement capable de conserver le ballon même sous pression, il cherche toujours la meilleur solution, il cherche à permettre à l’équipe de réaliser le saut de qualité. Si Spalletti lui avait permis de s’exprimer d’une nouvelle façon sur le terrain, Antonio Conte l’avait aidé à trouver sa détermination et une continuité de rendement, faisant de lui un joueur extrêmement fiable." "Les statistiques font état d’une présence en constance augmentation, de quelques buts en moins, mais d’un impact sur le terrain toujours plus fort. Et lorsque l’on repense que tout a commencé lors d’une partie où il avait été sifflé au Giuseppe Meazza, où il avait dû présenter ses excuses au Peuple Nerazzurro le jour de la Saint-Valentin, il faut reconnaître la particularité de cet amour lié au croate. Et même lorsqu’il était sur le point de partir, il décidait finalement de rester." "Marcelo Brozovic fait, à présent, parti des "Sénateurs", soit des joueurs qui comptent le plus de présences dans l’équipe depuis des années. Si Samir Handanovic a disputé 423 matchs sous le maillot Nerazzurro, Brozo, qui en a disputé 275, occupe la seconde place de ce podium. Parmi les joueurs "en mouvement" sur le terrain, on retrouve après lui Danilo D’Ambrosio (248 matchs) et Ivan Perisic (238 matchs)." "Pour Simone Inzaghi, Marcelo Brozovic est irremplaçable, c’est d'ailleurs un joueur qui n’a pas de remplaçant au Club, et comme l’a souligné Giuseppe Marotta, la prolongation de son contrat sera très rapidement annoncée: Ll’histoire d’amour avec l’Inter est amenée à perduré au moins jusqu’au 30 juin 2026. Après avoir ressenti qu’il manquait tant aux interistes, la Brozo-Dépendance semble être désormais une bonne et juste chose pour les tifosi : Soit une prolongation actée et extrêmement méritée." Selon vous, est-ce que l’Inter est, plus que jamais comparé notre passé, dépendante à ce point d’un seul et unique joueur ? Marcelo Brozovic mériterait-il selon vous le brassard de Capitaine ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. C’est une révélation de Calcio&Finanza : L’enquête sur les plus-values est arrivée à son terme, celle-ci concerne 11 clubs: La Juventus en première ligne, mais également quatre clubs de Serie A : Le Napoli, La Sampdoria, Le Genoa et l’Empoli. La Vieille Dame a d’ailleurs réagi par le biais d’un communiqué "La Juventus Football Club Spa annonce qu'elle a reçu ce soir, avec 10 autres clubs de football italiens et leurs dirigeants, un "Avis de conclusion d'enquêtes" du Parquet fédéral auprès de la FIGC concernant l'évaluation des effets de certains transferts de droits d'enregistrement de joueurs, sur ses états financiers et sur la comptabilisation des plus-values, suite au rapport de la Covisoc, pour la violation présumée de l'article 31, paragraphe 1, et des articles 6 et 4 du Code de la Justice Sportive". "Il convient de préciser que le document notifié, concernant certains transferts réalisés au cours des exercices 2018/19, 2019/20 et 2020/21, ne constitue pas l'exercice d'une action disciplinaire par le parquet fédéral. Le Club peut maintenant avoir accès aux documents et préparer sa Défense dans les termes prévus par le Code, en espérant qu'il pourra démontrer la régularité de ses actions". Régularité et Juventus dans un même énoncé....comment dire.... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. C’est une révélation d’Inter.it qui a rebaptisé Alexis Sanchez comme le "Roi des nuits de Coupe". "Pour tuer le match, on retrouve Alexis Sanchez avec une incroyable reprise du pied droit de 25 mètres, son premier but depuis l'extérieur de la surface toutes compétitions confondues (sur 17 au total) depuis qu'il a rejoint l'Inter en 2019/20. Avec le but contre la Roma, Sanchez confirme son statut de roi des soirées de coupe : l'attaquant chilien a marqué en Ligue des champions contre le Sheriff, en Supercoupe contre la Juventus et deux fois en Coppa Italia contre Empoli et cette fois contre la Roma, soit un total de quatre de ses six derniers buts." Selon vous, Alexis peut-il revendiquer un poste de titulaire ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport, l’Inter a décider de contester l'une des deux décisions prise par la Justice Sportive. Le recours concerne Alessandro Bastoni: Le défenseur central italien a été suspendu pour deux match, au terme d’un derby houleux. L’objectif est de le récupérer, pour autant qu’il soit rétablit de son entorse à la cheville, pour la rencontre du 20 février face à Sassuolo. Aucun recours par contre pour Simone Inzaghi, l’Inter a donc accepté le fait de disputer l’Affiche Scudetto face au Napoli avec son entraineur adjoint, Massimiliano Farris, sur le banc, comme ce fut déjà le cas face à Empoli (victoire 2-0) L’analyse d’Altobelli "Pour une parole dite à l’arbitre (Schifo = tu me dégoutes) à l’arbitre, Bastoni a été suspendu deux journées, c’est exagéré. Theo Hernandez a reçu une carte rouge et a été expulsé directement et ils ne lui ont donné qu’une journée, cela ne me semble pas juste. En ce qui concerne Lautaro, on ne voit pas bien, s’il a fait le con, normal qu’il paye, mais on ne voit pas de crachat" Comprenez-vous le comportement de la Direction Nerazzurra ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Simone Inzaghi s’est livré ce lundi soir à la veille de la réception de l’As Roma dans le cadre des quarts de finale de la Coppa Italia Frecciarossa, une rencontre a élimination directe qui propulsera le lauréat en demi-finale. L’interview relayée à Sport Mediaset "La Coupe d’Italie est un objectif très important pour nous, elle doit être dans l’Adn de l’Inter. Nous sommes en quart de finale et demain, nous disputerons une rencontre importante. Nous sommes conscients qu'après avoir battu Empoli, si nous battons la Roma demain, ce qui s'annonce très difficile, nous serons en demi-finale." "Demain, nous ferons face à une équipe forte qui est capable de battre n’importe quel adversaire, qui est composé de très grands joueurs de qualité, d’un grandissime entraîneur comme José Mourinho et nous devrons être bons. Nous voulons nous racheter après avoir perdu de façon imméritée le Derby, et nous savons que le football est constitué de faits de jeu." "La Roma ne sera pas non plus heureuse d'avoir fait match nul à domicile contre le Genoa, un résultat qu'elle ne méritait pas non plus. Nous ressentons toujours à la maison la chaleur de nos tifosi, demain, ce sera un match de milieu de semaine, mais je sais qu’ils seront là pour chercher à nous transcender comme ils l’ont toujours fait depuis le début de saison : J’espère leur offrir une qualification." "J’ai la chance d’avoir une équipe forte et compétitive. Depuis le début de saison jusqu’à aujourd’hui, celui qui a joué 15, 30, 45 ou 90 minutes a toujours fait preuve d’une grande disponibilité. Nous revenons d’une brute défaite, nous devrons être bon et rationnel pour garder en tête toutes les bonnes choses que nous sommes parvenus à réaliser jusqu'à ce jour , car nous voulons continuer à poursuivre ce parcours entrepris lors de ces six premiers mois." Andiamo Ragazzi ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Giuseppe Marotta ne changera donc jamais : Après avoir recruté Robin Gosens au cours d’une opération éclaire avec l'Atalanta, il offre à Simone Inzaghi un second cadeau, l'attaquant équatorien, Felipe Caicedo! La transaction est la suivante : Un prêt sec jusqu’au 30 juin 2022. Le joueur a déjà dit oui à Simone Inzaghi, tout en acceptant de revoir ses émoluments. En effet, le joueur a décidé de renoncer à une partie de ses 2,5 millions d’euros actuels octroyé par le Genoa. "Il est improbable que l’acquisition saute" - la Gazzetta Dello Sport Felipe percevra donc jusqu’au 30 juin environ un million d’euros, soit un peu moins que le salaire épargné de Stefano Sensi, parti également en prêt sec à la Sampdoria. Si l’Inter tient toujours au chaud la solution interiste : Eddie Salcedo prêté à la Spezia, le choix est fait et rien ne s’oppose à la négociation liée à Caicedo. L’idée de son recrutement est née immédiatement après la blessure de Joaquin Correa lors de la rencontre face à Empoli. Il est logique de penser que le joueur équatorien se présentera vendredi à Appiano Gentile pour faire connaissance de ces nouveaux équipiers. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Les déclaration de Giuseppe Marotta ont été claires, peu avant la rencontre face à l’Empoli : "C’est normal que l’attention soit portée sur ce type de garçons, eux qui font partie des Tops Clubs." Révélation de La Gazzetta Dello Sport "L’Inter est là et observe : Elle s’est informée de la situation, elle connait tout de l’argentin et elle a assez de marge pour tenter l’approche. Mais à présent, elle doit simplement attendre la suite des évènements : Comprenez, la rencontre qu’aura Dybala avec la Direction de la Juventus, elle qui n’aura pas lieu avant début février." Acceptera-t ’il de réduire ses émoluments pour la Juve ? "Il se susurre qu’il pourrait percevoir moins que les 7,3 millions d’euros net qu’il perçoit actuellement, il s’agirait d’un triennal et non plus d’un quinquennal. Partant de cette base de négociation, les échanges relatif à la prolongation seraient remis en question : Il pourrait donc s’ouvrir avec une plus grande conviction la piste d’un départ." "L’Inter est prête à rentrer en piste avec une telle décision, elle dispose de la marge suffisante pour lui proposer un contrat de 7,5 millions d’euros, comme lorsqu’elle avait enrôler Christian Eriksen. Dans le fonds, l’International danois était moins une exigence technique, mais bien plus une opportunité à saisir et Marotta ne se fait jamais prier, quitte à avoir surpayé le coût de son transfert." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Il était écrit qu’Inter-Empoli allait de nouveau être une soirée pour les tifosi avec un cœur solide. Comme ce fut déjà le cas en 2019, avec un match au couperet pour se qualifier en Ligue des Champions, cette fois-ci, la rencontre disputée était une confrontation à élimination directe dans le cadre de la Coupe d’Italie. Et le scénario inattendu s’est répété, la "faute" également à un turnover important mais ô combien nécessaire, procédé par Simone Inzaghi. Son Inter aura dû redoubler d’efforts pour avoir raison d’une équipe toscane très sérieusement coriace, une équipe qui a été capable d’inverser la tendance après l’ouverture du score d’Alexis Sanchez à la 13’. Le but de Bajrami à la 64’ et le but de Cutrone (devenu un auto-but de Radu) à la 76’ avaient créé la sensation. Toutefois, Andrea Ranocchia parvenait à arracher la prolongation au terme d’une reprise acrobatique que n’aurait pas renié un certain Youri Djorkaeff à la 91’. La surprise de la soirée se trouve dans la titularisation de Stefan Sensi en prolongation qui est en passe de rejoindre la Sampdoria. Si l’international Italien ne s’est pas blessé (bonne nouvelle), il est également l’auteur du but décisif à la 104’ (double bonne nouvelle) le tout sans parvenir à se blesser après sa célébration (triple bonne nouvelle). Empoli ne se relèvera pas de ce troisième but et après 120’, l’arbitre de la rencontre Juan Luca Sacchi, siffle la fin d’une rencontre bien plus compliquée que ce qu’elle pouvait paraître sur papier Tableau Récapitulatif Résumé vidéo Inter 3-2 Empoli Buteur(s): 13’ Sanchez (I), 64’ Bajrami (E), 76’ Radu (E, aut.) 91’ Ranocchia (I), 104’ Sensi (I) Inter: 97 Radu; 33 D'Ambrosio, 13 Ranocchia, 32 Dimarco; 2 Dumfries, 5 Gagliardini (78’ 9 Dzeko), 22 Vidal (64’ 23 Barella), 8 Vecino (64’ 20 Calhanoglu), 36 Darmian (64’ 14 Perisic); 10 Lautaro Martinez (94’ 12 Sensi), 19 Correa (5’ 7 Sanchez) Banc: 1 Handanovic, 21 Cordaz, 6 De Vrij, 11 Kolarov, 37 Skriniar, 95 Bastoni T1: Simone Inzaghi Empoli: 22 Furlan; 20 Fiamozzi (71’ 30 Stojanovic), 42 Viti, 6 Romagnoli, 3 Marchizza (85’ 34 Ismajli); 23 Asllani (97’ 16 Fazzini), 5 Stulac, 25 Bandinelli (46’ 10 Bajrami); 27 Zurkowski (46’ 8 Henderson); 99 Pinamonti (46’ 28 Ricci), 9 Cutrone Banc: 1 Ujkani, 13 Vicario, 21 Damiani, 26 Tonelli, 31 Rizza, 36 Pezzola T1: Aurelio Andreazzoli Arbitre: Juan Luca Sacchi Var: Antonio Giua Averti(s): Vecino (I), Romagnoli (E) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Simone Inzaghi s’est livré à Inter TV suite à la qualification des Nerazzurri sur l’Empoli au terme des prolongations "Toutes les rencontres en huitième de finale étaient serrées et nous savions que nous faisions face à une équipe de qualité. En première période, nous aurions dû inscrire quelques buts supplémentaires, mais leur gardien a réalisé des arrêts miraculeux. En seconde période, nous avions perdu un peu sur la distance et un peu en lucidité. Après l’égalisation, nous avions soufferts, mais les garçons ont été très bons pour ne pas abandonner, car nous voulions nous qualifier de toutes nos forces pour les quarts de finale." Stefano Sensi "C’est normal que les autres équipes s’intéressent à Stefano, car il a toujours démontré de grandes qualités, mais tant qu’il portera le maillot de l’Inter je me le garderai. Il méritait de vivre une soirée comme celle-ci car ces derniers mois, s'il n’avait pas eu énormément de temps de jeu, il s’est toujours entraîné de la meilleure des façons. Je l’ai, jusqu’à présent, toujours considéré comme un joueur fort, de qualité." "Si Stefano veut rester, je le garderai volontiers car c’est une grande arme en plus à notre disposition. Il doit faire des évaluations et, étant un garçon intelligent, il saura quoi choisir. Je suis heureux pour lui." La blessure de Joaquin Correa remplacé par Alexis Sanchez "Sanchez est une importante valeur ajoutée qui, lors de ces derniers match, a obtenu un grand temps de jeu qu’il s’est mérité en réalisant des belles prestations. La blessure de Tucu est l’unique point négatif de la soirée, Il n'en avait vraiment pas besoin car il était sur le retour et allait enfin bien. Nous espérons le voir revenir rapidement, mais il semblait faire face à un sérieux problème." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. Dans ce choc de la 22ème journée de Série A, l'Inter avait l'occasion de prendre une petite avance sur son dauphin, tandis que l'Atalanta pouvait se décrocher d'une Juventus menaçante pour le top 4. Et malgré les deux meilleures attaques de Série A, la Beneamata et la Dea se sont neutralisées. Du côté de l'Inter, plusieurs changements par rapport à la victoire en Super Coupe d'Italie. Danilo D'Ambrosio prend la place de Stefan De Vrij, faisant basculer Milan Škriniar dans l'axe de la défense; Matteo Darmian remplace Denzel Dumfries et le héros de mercredi, Alexis Sánchez, remplace Lautaro Martínez. Du côté de l'Atalanta, de nombreux absents sont à noté : Duvan Zapata, Robin Gosens, Joakim Maehle, Rafael Toloï ainsi que Ruslan Malinovski. Dès le début du match, on voit une physionomie qui va être quasiment la même durant tout le match. L'Inter tente d'attirer l'Atalanta jusqu'à la surface de Samir Handanović, tandis que l'Atalanta bloque parfaitement les relances Nerrazzuri. Dans les premières minutes, l'Atalanta ne voit pas le ballon, et attends même plus de 5 minutes pour avoir sa première phase de possession. L'Inter tente de perforer cette équipe Bergamasque, avec de nombreuses permutations au milieu, entre Hakan Çalhanoğlu, Nicolò Barella et Marcelo Brozović. Les Interistes ne sont pas dangereux, mais certaines imprécisions techniques les mettent en danger. Par ailleurs, la pelouse du Gewiss Stadium de Bergame ressemblait plus à une grande patinoire verte qu'à un terrain de foot. Brozović et Alessandro Bastoni en ont fait les frais, mais heureusement, sans danger. La première occasion de ce match vient d'un exellent centre de Brozović, depuis la ligne de touche, pour Edin Džeko. Le Bosniaque ne parvient pas à rabattre ce ballon, qui s'envole au dessus des montants de Juan Musso. L'on sent la pression de l'enjeu sur le contenu de la partie, les deux équipes rechignant à prendre des risques. Le match est lent, l'Inter a le ballon, mais est considérablement gênée par le marquage individuel et le pressing de l'Atalanta. Malgré cela, le match va un petit peu s'accélérer à la demi-heure de jeu, avec deux occasions de Sánchez et Džeko, les deux hors cadre. Matteo Pessina teste ensuite Samir Handanović de la tête, sans succès. L'arbitre de la rencontre Davide Massa siffle la fin de cette première période. Les deux équipes rentrent aux vestiaires avec le sentiment que tout reste à faire. Pas de changement à la pause, les mêmes 22 acteurs reviennent sur la pelouse. Et cette fois-ci, le match va redémarrer un peu plus fort. Remo Freuler s'essaie de loin, mais sa frappe est trop sur le portier Nerrazzuri. Puis vient la plus grosse occasion du match. Pessina se présente en face à face avec Handanović, quasiment dans les 5,50 mètres. Et c'est bien le Slovène qui va remporter ce duel, avec un superbe arrêt au sol. S'en suit une nouvelle tête, encore au dessus, de Pessina. L'inter est un peu sonnée par cette reprise, et met du temps à se reprendre. L'on a la sensation que les Nerrazzuri ne sont jamais réellement rentrés dans leur match. À la 59', Džeko tente une frappe angle fermé, un jeu d'enfant pour Juan Musso. Le Bosniaque n'est pas dans son meilleur jour. Il loupe quasiment tous ses ballons offensifs. Sauf à l'heure de jeu, où il déborde sur Freuler, au physique, pour ensuite adresser un centre vers Matteo Darmian. Mais un excellent retour de German Pezzella sauve la Dea et Musso, totalement battu. Simone Inzaghi effectue ses premiers changements à la 66' : Çalhanoğlu, Sánchez et Darmian sortent respectivement pour Arturo Vidal, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Le Néerlandais réalise une bonne entrée, en proposant davantage de solution offensive que son homologue Italien. À la 70', et après un superbe centre de Barella, Dumfries remise parfaitement dans l'axe vers Edin Džeko. Et alors qu'il est seul face au but, il trouve le moyen de mettre ce ballon au dessus. Les changements ont, momentanément, fait beaucoup de bien à l'Inter. À un quart d'heure du terme, c'est Vidal qui tente sa chance aux 16,50 mètres. Juan Musso se montre vigilant et sort ce ballon. L'Atalanta termine ensuite la rencontre tambour battant. La tête de Mario Pasalić est contrée in-extremis par Danilo D'Ambrosio, et sortie en corner. Et à la 81', Luis Muriel s'échappe seul vers le but Interiste, avec l'espoir de clôturé ce match. Mais c'est sans compter sur l'immense Samir Handanović, qui remporte à nouveau son face à face. Le véritable homme du match côté Nerrazzuri. Sur le corner suivant, Merih Demiral tente une reprise, en vain. La frappe passe largement à côté des filets. Inzaghi sort alors sa dernière cartouche de sa poche : Il Toro Lautaro Martínez, ainsi que Stefan De Vrij. Ils prennent la place de Džeko et Bastoni. Pasalić tente pour la dernière fois d'inquiéter Handanović, mais sans succès. Le Slovène fut absolument impérial. La balle de match vient à la 89' : grâce à la superbe inspiration de Barella, D'Ambrosio est trouvé seul face à Juan Musso. Mais bien malheureusement, il croque complètement cette occasion, en envoyant une frappe devisée dans le petit filet. L'Inter tente d'arracher la victoire dans les derniers instants, mais il est trop tard. Davide Massa siffle la fin de cette rencontre. L'Inter prend malgré tout un bon point, et se contentera du nul. Un nul finalement très juste tant les statistiques des deux équipes sont similaires. L'Atalanta de son côté, voit la Juventus revenir dangereusement sur cette 4ème place. Rendez-vous mercredi, 21h00, pour la réception d'Empoli, en 8ème de finale de coupe d'Italie, avant d'accueillir Venezia, samedi à 18h00. Tableau récapitulatif Atalanta 0 - 0 Inter Buteur(s): / Atalanta (3-4-2-1): 1 Musso; 28 Demiral, 6 Palomino, 19 Djimsiti; 11 Freuler, 15 De Roon, 7 Koopmeiners, 13 Pezzella; 32 Pessina (78' 59 Miranchuk), 88 Pasalić (90' 77 Zappacosta); 9 Muriel (86' 99 Piccoli) Banc: 59 Miranchuk, 57 Sportiello, 46 Cittadini, 99 Piccoli, 48 Panada, 45 Zucon, 77 Zappacosta, 42 Scalvini, 31 Rossi Entraîneur: Gian Piero Gasperini Inter (3-5-2): 1 Handanović; 33 D'Ambrosio, 37 Škriniar, 95 Bastoni (83' 6 De Vrij); 36 Darmian (66' 2 Dumfries), 23 Barella, 77 Brozović, 20 Çalhanoğlu (66' 22 Vidal), 14 Perisić; 9 Džeko (82' 10 Martínez), 7 Sánchez (67' 19 Correa) Banc: 32 Dimarco, 2 Dumfries, 10 Lautaro Martínez, 11 Kolarov, 5 Gagliardini, 6 De Vrij, 22 Vidal, 12 Sensi, 8 Vecino, 97 Radu, 13 Ranocchia, 19 Correa Entraîneur: Simone Inzaghi Arbitre : Davide Massa VAR : Di Paolo Averti(s): 37' De Roon (A), 42' Brozović (I), 62' Çalhanoğlu (I), 84' Palomino (A) Exclu(s): / Internazionale.fr ~ © Aurios-Inter
  24. C’est la révélation de l’année, celle de Simone Inzaghi, arrivée dans une Inter "éclatée" durant l’été, il y avait reçu l’objectif de maintenir le Champion d’Italie dans le Top 4 pourtant Simone Inzaghi surclasse les attentes placées en lui, pour le plaisir de tous ! Analyse de la Gazzetta Dello Sport "Simone Inzaghi est parvenu à augmenter la vitesse de croisière de sa machine. Comparé à l’année dernière et au rythme auquel Antonio Conte a voyagé , cela semble être un exploit incommensurable: L’Inter de Simone s’est découvert plus complète, courageuse, plus ambitieuse que celle du Scudetto : Des buts inscrits de n’importe quelle façon à la muraille érigée en défense, des statistiques de victoires au pourcentage de possession de balle et de tentatives de tir, l’histoire de cette saison récompense ce nouveau parcours." "La révolution douce de Simone est arrivée après deux années où Antonio Conte a pressé l’Inter comme une orange : Pour l’Inter qui se voulait passionnante, il était nécessaire de sortir d’une cette période de longue torpeur, de fatigue. C’est pourquoi il était nécessaire d’enclencher la seconde, d’apporter une bouffée d’air frais tout en conservant les bases solides de l’Inter de Conte et son énergie. Mais chaque joueur a plus de liberté, tous le soulignent lors de chaque interview." Comparatif après 21 journées de Serie A Après 21 journées de disputées, car l’Inter attend d’en savoir plus sur le match en retard face à Bologne, l’équipe championne d’Italie totalise 50 points. L’année dernière, l’Inter de Conte en totalisait 47. Cette saison, Milan a déjà été dépassé, l’année dernière Milan fut repris au mois de février. En tête d'affiche, on retrouvait chez Conte, Lukaku, aujourd’hui c’est Dzeko, car il est impossible de renoncer à un compas qui a pour but d’étirer les défenses adverses. Lautaro culmine déjà à 11 buts et Sanchez à inscrit le but décisif en Finale de la Super Coupe d’Italie, On retrouve également Correa qui, s’il n’est pas trop incisif, aura du temps de jeu ce soir face à l’Empoli. Ceci étant dit le nombre de but inscrit est similaire à celui des Champions d’Italie : 51 Inzaghi est parvenu à faire mieux en Ligue des Champions en se qualifiant pour les huitièmes de finale dans un groupe assez similaire à celui de l'Inter de Conte et à la vue du calendrier, le mois de février sera de nouveau décisif pour la tête du championnat. Cette saison, il n’y a pas seulement que les attaquants qui font vivre l'Inter, mais aussi la nouvelle façon dont elle défend, la façon dont sa défense mène aux actions de buts. Bastoni, par exemple, est aussi un Mezzala, un ailier, voire un Trequartista et s'il continue comme ça, un jour, on le retrouvera même juste derrière Dzeko et Lautaro. Ce n'est d’ailleurs pas un hasard si les Nerazzurri ont également augmenté leur nombre de buts de la tête, déjà élevé, en passant de 10 l’année dernière à 13 buts cette saison. Cette nouvelle Inter aime avoir la possession du ballon, dicter le jeu, preuve en est les 56,7% de possession contre 54,2% la saison dernière. La circulation du ballon a également augmenté : Les touchés de balle dans la surface adverse sont passées de 599 à 632 et les tirs de 319 à 358. La défense tient bon, l'Inter n'a encaissé qu'un buts d'Immobile lors de ses huit derniers matches. Soit 11 buts encaissés de moins (21 cette saison contre 32 la saison dernière sur la même période de référence): C'est un fait Inzaghi a trouvé une défense qui sait comment défendre et comment attaquer, l’arme secrète en plus comparé à Antonio Conte. Selon vous, l’Inter peut-elle conserver sa Couronne ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr