Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'empoli'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

24 résultats trouvés

  1. Voici un condensé assez complet en provenance de nos confrères supporters de Fiorentina.it et de la presse italienne relatif au nouveau scandale qui salit le Calcio. "Des fausses communications du club côté en bourse, en passant à l’émission de factures pour des opérations inexistantes", telles sont les thèses criminelles émises par le Parquet de Turin à l’encontre de la Juventus. Six personnes font l’objet d’une enquête en plus de la Juventus, le Club, qui elle est visée en qualité de responsabilité administrative : Le président Andrea Agnelli, le vice-président Pavel Nedved, l'ancien directeur sportif Fabio Paratici, aujourd'hui en poste à Tottenham, Marco Re, l'ancien Directeur financier du club qui était également le responsable de la rédaction des documents comptable du club jusqu’en juillet 2020. Stefano Bertola et Stefano Cerrato l’ont depuis lors remplacé. Parmi les personnes visées, Federico Cherubini, l’actuel Directeur Sportif qui a succédé à Paratici, n’est pas visé, même s’il a fait l’objet d’un interrogatoire de 9 heures lui qui est considéré comme une personnalité disposant d’informations sur de tels agissements. L’enquête vise trois saisons : 2018-19, 2019-20 et 2020-21, pour un montant total de 282 millions d’euros provenant d’opérations interprétées comme des "valeurs frauduleusement augmentée". La Position de la Juve, le Club "La Juventus prend acte de l’ouverte de l’enquête envers le Club et chacun de ses membres actuels. Comme il se doit, elle collabore avec les enquêteurs confiante de pouvoir éclaircir chaque aspect. La Juventus retient avoir agi dans le respect des lois et des règles qui régissent la rédaction des relations financières." Andrea Agnelli était au courant Selon le rapport de perquisition signé par les Procureurs Mario Bendoni, Ciro Sartoriello et le Procureur adjoint Marco Gianoglio, la Juventus et sa direction avait conscience de bénéficier de profits déloyaux dans l’état financier du club en exposant sciemment des faits matériels qui ne correspondait pas à la vérité et en omettant de transmettre des états de fait financiers pertinents dont la divulgation est requise par la loi. Comme en 2006 L'enquête est née d’interceptions téléphoniques, qui ont débutée en mai 2021 pendant la période du Mercato, tout comme l’enquête de la Consob lancée en juillet de la même année: "Il ressort des conversations une "confirmation expresse concernant la gestion malsaine des plus-values", utilisée de manière déformée comme un outil pour "sauver les comptes." Selon les enquêteurs, la haute direction du Club et Andrea Agnelli étaient conscient du comportement de Fabio Paratici et des conséquences financières extrêmement négatives, qui n’était certainement pas lié exclusivement au contexte pandémique connue. Fabio Paratici en mode parrain Le mécanisme des plus-values a été nommé "Gestione Paratici" qui a été défini comme "correctif des risques pris en termes d'investissements et de coûts liés aux achats et aux salaires écrits". Paratici était le "sujet le plus haut placé au niveau du département Sportif jusqu’en juin 2021 et il était l’architecte de la planification préventive des plus-values". Les anomalies dans les transferts de joueurs de 2019 à 2021 concernent dans la plupart des cas, des opérations miroirs présentant avec récurrences des contreparties, c'est-à-dire des mouvements d’"opérations à somme nulle sans mouvement d'argent et avec un double effet positif sur le bilans du club". A titre d'exemple, certaines négociations impliquant des jeunes de la Juventus sont citées, comme l’acquisition de Marley Ake à Marseille pour 8 millions d'euros avec la vente simultanée de Franco Tongya pour le même montant. Il y a ensuite les opérations réalisées à proximité des dates de fins de contrats comme l'achat de Rovella au Genoa pour 18 millions et la vente de Portanova et Petrelli pour 10 et 8 millions. La conclusion des enquêteurs est que ces transactions étaient déconnectées de la réalité, des valeurs réelles du Mercato: Etant purement comptables, elles étaient donc fictives. La lecture des éléments fait état que la Juventus a inscrit dans son budget des plus-values en 2018-19 de 131. 564.000 €, de 119.721.000 € en 2019-20 et de 30.832.000 € en 2020-21. Les interceptions téléphoniques se sont avérées décisives. Des dizaines et des dizaines de conversations téléphoniques qui ont eu lieu ces derniers mois entre les dirigeants de la Juventus ont été écoutées par le parquet de Turin depuis mai 2021. "Les amortissements et toute la merde. Qu’il y a en dessous, on ne peut pas le dire", dit à un moment l'un des interceptés, et ceci pour le parquet de Turin serait une autre des expressions qui impliqueraient l'utilisation de plus-values, auxquelles la Juventus a eu recours avec une "planification préventive". À un moment donné, dans une autre conversation, ils disent : "Il a été demandé à faire des plus-values...Au moins Fabio qui devait réaliser des plus-values, est parvenu à faire des plus-values." Une référence limpide à Paratici. Risques encourus Que risque la Juventus, le Club ? Le législateur sportif laisse un large pouvoir d'appréciation à la phase judiciaire. Dans l’article 31, on passe de la "tape sur la main" à une "maxi amende". Le paragraphe 1 stipule : "Sans préjudice de l'application des sanctions plus graves prévues par le règlement de licence de l'UEFA ou d'autres règles spéciales, le club qui commet les actes visés dans le présent paragraphe est passible d'une amende avec avertissement". Toutefois : "Un comportement visant en tout état de cause à contourner les règles fédérales en matière de gestion du Club par la falsification de leurs documents comptables ou administratifs ou par toute autre activité illégale ou frauduleuse, qui tentent d'obtenir ou qui ont permis d’obtenir l'inscription à une compétition à laquelle elle n’aurait pas été admise sur base des dispositions en vigueur..." est retranscrit au second paragraphe 2 Les sanctions peuvent être donc lourdes de conséquences : On peut débuter par des points de pénalisations à l’exclusion du Championnat. Jusqu'à présent, un mur d’impossibilité d’établir des critères objectifs pour déterminer la valeur d’un joueur a été dressé, dabs ce type de dossier Pour être clair : l’interprétation des chiffres peut sans aucun doute porter à mettre en évidence des anomalies, mais pour arriver à la sanction la plus lourde, il faut établir un contexte accablant. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il reste une inconnue : Quelles sont les cartes en main à disposition du Parquet de Turin ? Cricri d’amour ? Ronaldo n'est plus là, mais il fait encore parler en Italie : Le Portugais fait partie des joueurs visés par le mandat de perquisition émis par les procureurs de Turin. Attention : Ronaldo ne fait pas partie des suspects, mais son nom apparaît dans l'une des interceptions de la Guardia di Finanza. Dans les conversations, on parle de la "fameuse "carte" qui ne devrait théoriquement pas exister." Selon les enquêteurs, il s’agirait d’un "écrit privé" qui faisait référence à la relation contractuelle de Cristiano Ronaldo et de ses arriérés salariaux : En effet, Cristiano a toujours été traité différemment des autres, il ne serait donc pas surprenant qu'il ait eu des accords "particulier" avec le club. Il reste à comprendre à quoi font référence ces "arriérés" qui sont mentionnés par les Procureurs et qui, selon l’acte d'accusation, met en évidence le fait que la Juventus avait l'intention de garder cela secrets et sans l’existence de documents. La DEA visée ? Il y a une autre écriture privée qui est mentionnée par les procureurs et qui concerne Merih Demiral et Christian Romero. Dans ces deux cas, il s'agit d'un "écrit certifiant l'existence d'une "obligation non-fédérale" à la charge du club sportif de l’Atalanta dans le cadre de la double opération de mercato" des deux défenseurs. Pour ceux-ci, il n'y a pas eu de communications ou de publications. Romero a été acheté par la Juventus en juillet 2019 en provenance du Genoa pour 26 millions d'euros, mais il n’a ensuite jamais joué sous le maillot des Bianconeri. Il s'est retrouvé prêté deux ans à l'Atalanta, le club de Bergame disposait d’un droit de rachat et non d’une obligation. Celui-ci l’avait racheté pour 16 millions, une somme déjà établie, lors de l’été 2021, pour le revendre ensuite à Tottenham pour 50 millions d'euros. Bon à savoir : Tottenham venait d'engager Fabio Paratici comme Directeur sportif à ce moment-là. La Dea, pour remplacer Romero a de nouveau fait appel à la Juventus et Demiral est arrivé en prêt avec droit de rachat. Ce chassé-croisé entre les deux clubs a alerté les enquêteurs Les transferts visés Ils sont très nombreux (42 sur 62), voici les cas les plus particuliers: Il s'agissait d'équipes étrangères "inférieures" telles que Lugano (Lungoyi-Monzialo) et Amiens (Nzouango-Fonseca) et d'équipes italiennes de Serie C telles que Pro Vercelli (De Marino-Parodi), Novara (Barbieri-Lamanna) et Pescara, relégué de Serie B (Brunori-Masciangelo). Ils sont aussi passé dans d’autres catégories avec Pise (Gori-Loria) et Parme (Minelli-Lanini). Sans oublier le retour à l’étranger avec Marseille (Aké-Tongya) et Bâle (Hajdari-Sene) Sans oublier la Serie A, avec des opérations impliquant plusieurs joueurs et Empoli (Lipari, Maressa et Olivieri ; Adamoli et Mancuso), le Genoa (Rovella ; Petrelli et Portanova) la Sampdoria (Mulè, Vrioni, Peeters ; Audero, Francofonte, Gerbi, Stoppa, Brentan). Le tout sans oublier les grands internationaux du calibre de Manchester City (Correia et Danilo, Moreno et Cancelo) et de Barcelone (Marques et Arthur ; Pereira et Pjanic). Mais il n’y a pas que la Vieille Dame Le plus sensationnel est l'accord entre Naples et Lille qui a amené Osimhen dans le club du Vésuve et envoyé Karnezis, Manzi, Palmieri et Liguori en France. Il y a également la Sampdoria et le Chievo avec Depaoli et Leris en Ligurie et Leverbe et Ivan à Vérone. En plus de la Sampdoria, deux autres clubs déjà vus avec la Juve ont surgi : Parme et Pescara (Pavone, Machin, Napoletano, Cipolletti, Palmucci, Brugman et Martella ; Galano, D'Aloia, Madonna et Brunori, encore). Enfin, le Corriere Dello Sport cite également la Roma parmi les équipes concernées. Pour la Repubblica, cette enquête fait trembler le Calcio Le parquet de Turin a ouvert une enquête sur les plus-values du marché du football de la Juventus. Sur les 322 millions d'euros comptabilisés ces trois dernières années, 282 millions proviennent d'opérations visées par une enquête gérée par La Guardia di Finanza. C'est ainsi que débute l'article de la Repubblica sur l'enquête de la Guardia di Finanza sur la Juventus. Le journal illustre donc la situation en détail : "Les services de certains agents sportifs sont également examinés par les Procureurs, qui soupçonnent que des mandats fictifs ont été préparés pour certaines négociations : d'après les appels téléphoniques, les paiements sembleraient ne pas correspondre aux opérations conclues. L'enquête du Ministère Public pour fausse comptabilité, fausses communications sociales et fausse facturation a débuté en mai sur la base d'articles de presse et concerne en grande partie des 'opérations miroir', c'est-à-dire des échanges de joueurs et la vente de jeunes de l'équipe des moins de 23 ans, la deuxième équipe de la Juventus qui évolue en Serie C". "L'enquête ne concernera pas seulement la Juventus mais aussi les clubs qui ont conclu des transactions suspectes avec les Bianconeri. "Trois mois d'interceptions dans la période clé du Mercato ont conduit les enquêteurs à croire qu’un véritable "système" a été mis en place pour équilibrer les comptes à la Juventus Spa, pour corriger les pertes et gérer les budgets dans les exercices allant de 2019 à 2021. Un système qui, pour les enquêteurs, porte une signature précise, celle de Fabio Paratici aujourd'hui à Tottenham, mais qui, jusqu'en mai dernier, occupait le rôle de "Manager à responsabilité stratégique soit de Chief Football Officer et de Managing Director de la Juventus." affirme la Repubblica. Si l'on commet un délit dans le monde des affaires, il faut généralement être deux, à savoir les deux parties qui gèrent les négociations: Dans ce cas-ci, la Juventus semble être l’actrice principales, mais il existe toute une série d'autres clubs qui, au moins une fois au cours des trois dernières années ont réalisé des échanges avec la Juventus sous la bannière des plus-values, lors des périodes faisant l'objet de l'enquête. La FIGC ne l’a pas bon Et à juste titre: L'enquête du parquet de Turin sur la Juventus a inévitablement remis sur le tapis la délicate question des plus-values. Le club de la Juventus n'est certainement pas le seul à avoir eu recours à cet instrument au fil des ans, mais les nouvelles à ce sujet poussent la FIGC à devoir reprendre rapidement le contrôle de la situation. Comme le rapporte Il Fatto Quotidiano, les plus-values ne sont certainement pas une nouveauté, étant donné qu'en Serie A elles s'élèvent à environ 700 millions d'euros par an, soit 20% en moyenne du chiffre d'affaires des clubs. Un choc frontal avec ce phénomène avait eu lieu, par exemple, à l'été 2018, lorsque le parquet de la FIGC alors dirigé par Giuseppe Pecoraro avait assigné le Chievo Verona et Cesena en justice : 3 points de pénalité pour les Veneti, mais rien pour les Romagnoli, déjà en faillite. A l’époque, les juges avaient estimé qu’il était en fait impossible de quantifier la valeur d'un joueur, liée au Mercato, et donc de prouver une faute. Les critères objectifs permettant de définir la valeur d'un joueur constituent, en fait, la principale pierre d'achoppement dans la tentative de limiter les gains en capital. Cette situation a connu un bouleversement uniquement vers la fin de l’année 2020 lorsque la Covisoc a ré-ouvert le dossier et l'a déposé sur la table du président Gravina, en demandant de s’y'intéresser, de même qu’au Parquet fédéral. Parallèlement, les contacts avec la Consob, qui a également ouvert une enquête vue que la Juventus est cotée en bourse, a débuté à la même période. Cela explique la liste bien connue des 62 opérations impliquant plusieurs clubs et joueurs, de la Juve à Naples en passant par le Genoa, de Pjanic à Osimhen en passant par Rovella. Le parquet de la FIGC a donc ouvert un dossier, bien que le président Gravina ait défini l'enquête comme "non persécutrice mais cognitive". Avec l'enquête du parquet de Turin, cependant, l'affaire devient encore plus sérieuse et si la détermination de la valeur d'un joueur reste un obstacle fondamentalement insurmontable, la FIGC pourrait trouver un autre moyen pour éradiquer ce fléau Le président fédéral Gabriele Gravina est déterminé à mettre un terme à ce phénomène par le levier des licences nationales et un système est à l'étude pour épurer la présentation des bilans par les clubs pour l'inscription aux championnats. Celui-ci ne prendraient plus en considération l’enregistrement des plus-values dans les flux financiers: Une plus-value de ce type est ce que l'on appelle les échanges, qui, d'une part, apportent des revenus au compte de résultat des deux clubs impliqués dans l'opération, mais qui, d'autre part, n'enregistrent aucun mouvement d'argent. Marco Donzelli (Président de la Codacons), veut faire de la Juventus un exemple "Si la Juventus a illégitimement profité des clubs rivaux avec des opérations de ce type, la régularité des derniers championnats de football serait compromise et, par conséquent, la Fédération et l'Autorité de la concurrence du marché devraient intervenir et sanctionner les responsables. Au-delà de la responsabilité individuelle, le club ne peut être exempté de toute sanction. Pour cette raison, et pour protéger des milliers de supporters, nous allons déposer une plainte auprès de l'autorité antitrust et du parquet fédéral pour demander la relégation du club bianconero en Serie B et la révocation des derniers championnats remportés à l'ombre de ces opérations potentiellement illégales". Notre avis Alors que l’Inter et le Milan ont extrêmement souffert financièrement ces dernières années, aucune des deux écuries milanaises n’est citée : Le fait d’être passé sous gestion asiatique et américaine ont permis aux deux géants milanais de ne pas se retrouver au cœur d’un vaste scandales. Reste à présent à savoir si les sanctions auront un effet rétroactif. Dans un tel cas, le Scudetto de la saison 2018/2019 pourrait se voir retirer à nouveau à la Juventus (Jamais deux sans trois) sans désignation du Champion, ce qui devrait être le scénario le plus probable si le club est jugé coupable. La relégation semble "peu" probable. Mais attention également au fait que s’il est considéré qu’il y ait un retrait de points avec désignation d’un Champion, et pour autant que l’Inter ne soit pas impliqué (ce qui semble bien être le cas) le 20ème Scudetto pourrait lui être attribué sur tapis vert, étant donné qu’un seul et unique petit point séparés les deux ennemis-jurés de la Serie A. La Juve en Serie B, l'Inter titrée serait donc un remake du Calciopoli, mais si la ‘tricherie’ n’a pas eu lieu sur le terrain, la Juventus se retrouve, à nouveau dans le collimateur de la justice à cause de sa Direction: Il serait peut-être temps de songer à passer la main les gars ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. C’est la question soulevée par la Gazzetta Dello Sport qui propose trois personnalités aux caractères bien différents pour assurer ce poste fondamental dans le Onze de base de Simone Inzaghi : Andrea Ranocchia "L’Ombrien de 33 ans a toujours répondu présent lors des trois occasions où Stefan a pu se reposer : face à Bologne, au Sheriff et face à l’Udinese. C’est évidemment un joueur qui est loin d’être rapide et qui devra faire face à la fraîcheur d’un Osimhen. Toutefois ce problème concerne l’ensemble du rempart Nerazzurro composé de joueurs coriaces mais loin d’être agiles." "De Vrij pallie son manque de rapidité par une lecture du jeu préventive. Ranocchia devra s’adapter et venir en aide à ses équipiers. Peu habitué à jouer dès la première minute de jeu, il devrait difficilement pouvoir garantir une bonne prestation face au Shakhtar, trois jours après le Napoli. Il ne serait pas étonnant que l’ancien Capitaine, qui fait parti des plus anciens dans le noyau, ne soit titularisé que lors d’un seul de ces deux matchs-clé." Federico Dimarco "L’ancien joueur de Vérone alterne souvent son poste sur toute l’aile gauche avec Ivan Perisic, un poste auquel il a appris à jouer sous la direction de Juric. Il a également joué plus bas à de nombreuses reprises en remplaçant Alessandro Bastoni. Il pourrait s’avérer être la meilleure garantie pour aller au duel face à l’ancien de la maison, Matteo Politano. Il pourrait pousser le jeu vers l’avant via son pied gauche qui pourrait parvenir à trouver de nombreuses têtes du noyau." "Le doute est lié à Bastoni, car même si Federico revient d’une légère blessure musculaire, il peut tenir physiquement, et que si l’ancien de l’Atalanta dispose d’une maturité assez intrigante pour ses 22 ans, il lui est déjà arrivé d’évoluer dans l’axe de la défense en présentant un manque de familiarité à ce poste. Toutefois, son jeu de pied et sa vision du jeu jouent en sa faveur, il peut se montrer important à la relance lorsque Marcelo Brozovic fait l’objet d’un marquage devenu quasiment habituel sur l’Homme." Danilo D’Ambrosio "Il s’agit de la possibilité la moins probable, mais certainement pas à cause d’un manque de fiabilité de Danilo D’Ambrosio. Entre Bastoni et Skriniar, le slovaque est celui qui est le plus fort au marquage et il est donc très compliqué de le placer dans l’axe. Dans un tel cas, D’Ambrosio devrait s’occuper d’Insigne." "Comme Dimarco, l’ancien du Torino est un couteau suisse qui est capable aussi de se montrer incisif en attaque. Avant d’être titularisé face à l’Empoli, il n’était monté au jeu que durant simplement quelques minutes de jeu. Au Castellani, il avait dû jouer au poste de Skriniar et il s’était montré convaincant avec un but inscrit, une habitude qui ne lui fait jamais défaut, et en réalisant une performance plutôt convaincante en défense." Entre les trois personnalités, qui a la faveur des pronostics selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En effet, comme le souligne Tuttosport, le tournant de la saison pourrait avoir eu lieu lors de la défaite, ô combien polémique, de l’Inter au Stadio Olimpico face à la Lazio. “Comme face à l’Udinese dimanche dernier, l’entraîneur a pris, à pleine main la possibilité, de réaliser un turn-over en comptant sur tout son noyau. Comparé à la rencontre face à Empoli, il y avait eu 7 changements dans le onze de base face au club du Frioul." "Hier, Inzaghi a procédé de nouveau à 5 adaptations en laissant revenir Stefan De Vrij contre Andrea Ranocchia, en alignant Arturo Vidal à la place d'Hakan Çalhanoğlu, et en alignant Lautaro Martinez à la place de Joaquin Correa dans l'axe. Sur les ailes, on faisait face à un turnover totale avec les présences de Matteo Darmian et Federico Dimarco en lieu et place d'Ivan Perisic et Denzel Dumfries." "Et Malgré tout ses changements, l’équipe a proposé sa partition “de mémoire” comme en témoigne sa domination dans les chiffres lors de la première période : 11 tires à 1 pour 69% de possession de balle » Avec une assise défensive qui semble être retrouvée, pensez-vous que la défaite romaine est finalement un mal pour un bien ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Les deux internationaux italiens se sont livrés à la presse suite à la Victoire des Nerazzurri sur le terrain de l’Empoli Federico à Inter TV "J’aurais aussi pu inscrire le second but, j’ai mis trop de temps et le ballon est sort!." Les chœurs des tifosi ? "Pour moi, l’Inter a toujours été ma maison depuis les juniors jusqu’à l’équipe première. C’était une rencontre disputée, nous avons obtenu un résultat important, c’est très bon aussi d’avoir tué le match." Lautaro? "Je le remercie pour sa passe décisive." Moi déterminant ? "Je travaille énormément c’est certain, je sais ce que j’ai connu ces dernières années, ce que je gagne ici est le fruit de mes sacrifices, j’en suis heureux." Federico à Sky Sport "C’est sûr que le partage face à la Juve nous avait un peu coupé les jambes, c’était important de venir ici et de bien aborder la rencontre. Ce sont trois points importants." Le Scudetto ? "Nous sommes un grand groupe et nous travaillons tous avec conviction pour rester concerné. Ce sera difficile, mais nous n’abandonnerons jamais." "Je ne m’attendais pas à jouer autant, mais je sais d’où je reviens. C’est en travaillant que j’obtiens ce qui m’est accordé maintenant, contrairement mes précédentes années." Federico à DAZN "Aujourd’hui c’était une victoire très importante pour le classement, car ils carburent à un rythme important devant nous et nous devons maintenir la cadence." Le but ? "Je suis content, Lautaro m’a transmis un beau ballon. Ce qui m’est donné a été récolté en travaillant. C’était une partie disputée, Empoli est une très bonne équipe, ils ont réalisé de très bons résultats ici, comme face à la Juve." "C’est bien de rentrer à la maison avec les trois points." Pensez-vous au Derby ? "Non, il y a l’Udinese en premier et ensuite le Sheriff." Danilo à Inter TV Ma célébration ? "En ce qui me concerne, c’est un geste juste, normal: Notre concept est l’union, le groupe, la force du Nous, c’est ce que nous cherchons à mettre en valeur, c’est ce qui a fait la différence ces dernières années. Je cherche à apporter ma contribution en défense, je cherche aussi à conclure du mieux possible en phase offensive, Sanchez m’avait délivré un très bon ballon." "Je pense que ma carrière parle avec des faits, même si les années passent: Travailler dur est une constante de ma carrière et je cherche toujours à le prouver dans les faits : Un beau but grâce à un bel assist." "Les derniers buts que nous avons pris sont sur des phases arrêtées et sur penalty. C’est important de ne pas prendre de buts sur des phases actives, mais nous devons aussi travailler pour ne plus en prendre sur les phases arrêtées. J’ai un point commun avec Andreolli, c’était aussi un exemple de professionnalisme sur et hors du terrain." Danilo à Dazn Dumfries? "Je ne le trouvais pas et lui n’avait pas compris que je cherchais après lui, il y avait une petite incompréhension. C’est juste d’être là pour lui d’avoir ce concept du Nous et non du Je. C’est la force du groupe qui nous a porté à réaliser d’excellent résultat ces dernières saisons et nous devons continuer à suivre cette voie. "La chose la plus importante est de porter ce concept en avant, ce concept que Conte nous a transmis et qu’Inzaghi prône à merveille. Nous, qui étions avec Conte depuis deux ans, devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour continuer de ce manière: La passe décisive de Sanchez était exceptionnelle." Inzaghi? "Au début de l'année dernière, Conte nous a demandé de faire les mêmes choses, et nous avons dû ajusté notre approche car nous souffrions trop en contre-attaques. Puis il y a eu ce tournant et nous avons joué et défendu d'une manière différente." La faute ? "C’est faute lorsque l’arbitre siffle: Selon moi, son interprétation sur le terrain est la bonne. Tu ne peux pas siffler, sinon tu dois faire un autre sport. Il y a eu deux pas après mon léger contact, pour moi c’était une décision correcte." La citation de la soirée "D'Ambrosio est excellent joueur. Il a perdu actuellement son poste, mais il s’est toujours montré bien plus fonctionnel que d'autres noms plus renommés." - Guiseppe Bergomi Validez-vous cette dernière analyse ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Les Nerazzurri n’ont pas failli, malgré l’absence de Simone Inzaghi sur le terrain, suite à son exclusion lors du Derby d’Italie, les Champions en titre ont défait l’Empoli d’Andreazzoli au Castellani. Vu la nature de l’adversaire, un turn-over important avait été mis en place. Et si dès l’entame du match, l’Inter faisait face à une équipe organisée et dynamique, les trois points sont à destination de Milan. L’équipe proposera une réaction de caractère et les joueurs les moins utilisés offriront bien plus qu’une simple solution de remplacement, tel Danilo D’Ambrosio auteur d’un but à la 34’ après avoir précédemment sauvé Samir Handanovic. Sa célébration en direction de Denzel Dumfries est également révélatrice de l’ambiance environnante au vestiaire La reprise verra également Empoli se retrouver à dix suite à un attentat de Ricci sur Nicolò Barella, l’Inter prendra dès lors le contrôle du terrain, le break aura d’ailleurs à la 67' suite à un but de Federico Dimarco. Lautaro Martinez étant auteur de passe décisive. Le score aurait pu être bien plus lourd également, mais les buts d'Alexis Sanchez (54' hors-jeu) et de Roberto Gagliardini (74' but marqué de l'épaule sur corner) ont été justement invalidé. Les Champions d’Italie restent donc “au contact” du duo de tête, contrairement à la Vieille Dame qui a été puni par l’ancien marseillais Maxime Lopez à la 95': Cheh! . Le bilan présenté après 10 journées est tout de même de belle facture pour Simone Inzaghi, vu l’été mouvementé Place à présent à la prochaine confrontation entre l’Inter et l’Udinese qui se tiendra ce dimanche 31 octobre à 12h30! Veuillez également noter qu’il y a le changement d’heure ce week-end, cela vous évitera toute mauvaise surprise ! Quel est votre avis sur l’Inter d’Inzaghi après cette première partie du championnat ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Empoli 0-2 Inter Buteur(s): 34’ D’Ambrosio, 67’ Dimarco Empoli: 13 Vicario; 30 Stojanovic (82’ 20 Fiamozzi), 33 Luperto, 34 Ismajli, 65 Parisi; 27 Zurkowski (67’ 23 Asllani), 28 Ricci, 25 Bandinelli (67’ 8 Henderson); 10 Bajrami (57’ 32 Haas); 9 Cutrone (68’ 7 Mancuso), 99 Pinamonti Banc: 1 Ujkani, 3 Marchizza, 5 Stulac, 19 La Mantia, 26 Tonelli, 35 Baldanzi, 42 Viti T1: Aurelio Andreazzoli Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio, 6 De Vrij (80’ 11 Kolarov), 95 Bastoni; 36 Darmian, 23 Barella, 77 Brozovic (72’ 8 Vecino), 5 Gagliardini (84’ 12 Sensi), 32 Dimarco; 10 Lautaro Martinez (84’ 9 Dzeko), 7 Sanchez (72’ 19 Correa) Banc: 97 Radu, 2 Dumfries, 13 Ranocchia, 14 Perisic, 20 Calhanoglu, 22 Vidal, 37 Skriniar T2: Massimiliano Farris Arbitre: Chiffi Var: Valeri Averti(s): De Vrij (I), Luperto (E), Brozovic (I), Gagliardini (I) Expulsé(s): 52’ Ricci (E) ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, à Dazn et également à Inter Tv suite au partage “houleux” entre l’Inter et la Juventus, un résultat qui le verra également écoper de sa première expulsion depuis son arrivée sur le banc de l’Inter Son Interview à DAZN Le penalty sifflé contre nous ? "Le penalty était la seule façon pour que l’on encaisse un but, nous n’avions rien laissé à la Juventus, cela ne me plait pas d’avoir perdu deux points de la sorte. L’arbitre est là, à deux mettre de l’action, il dit que tout est ok et ensuite il se fait appeler par la Var. Nous aurions mérité plus, je suis déçu pour les garçons et pour les tifosi." Avez-vous été écrasé par la Juventus ? "J’ai l’impression inverse, nous n’avons jamais été inquiété. Nous devons certainement nous comporter avec plus d’attention. L'arbitre a fait remarquer qu'il n'y avait rien, mon geste de colère n'était pas beau à voir mais il y avait de quoi être mécontent." Aucune réelle tentative bianconera "Selon moi, nous avons bien répondu, la Juve a forcément proposé plus à la reprise, mais nous ne lui avons rien concédé. Nous avons été bon, nous n’avions rien concédé à une équipe qui est très forte dans les contres, toute l’équipe s’était bien comporté, l’unique défaillance de ce soir est le résultat, un résultat qui nous pénalise énormément." Ivan Perisic "Il était sur la table de massage durant la mi-temps, il ressentait une gêne au niveau de son muscle fléchisseur à la jambe. Il avait aussi été averti, je pensais qu’il valait mieux le remplacer." Fureur "Oui, on peut être plus attentif, mais c’est normal qu’en tant qu’entraîneur, lorsque tu vois un arbitre qui se trouve à deux mètres de l’action faire signe que tout va bien pour ensuite se raviser, que tu t’enrages." Mon expulsion ? "Il est probable qu’on lui ait répété tout ce que j’ai dit : Il y a expulsion, j’ai mes torts, mais l’arbitre aussi." En conférence de presse "C’est normal d’être déçu pour nos tifosi et pour l’équipe qui avait réalisé une très grande rencontre, nous ne pouvions encaisser que sur ce type de situation, nous aurions faire preuve de plus d’attention: Guida est intervenu et il nous a coûté une victoire qui, sans son intervention, aurait été mérité." "Ce soir nous avons joué face à la Juve, mais ce soir la victoire était importante pour notre classement. Des faits de jeu ont fait la différence, nous devions être plus attentifs: Guida aurait pu aussi ne rien faire : C’est possible d’intervenir comme c’est possible de ne pas intervenir. Nous devons penser nos plaies et nous appuyer sur cette grande prestation." " Ce sont deux points qui nous font défaut au classement. L’équipe a réalisé une très grande rencontre car il ne faut pas oublié que nous faisons face à la Juventus. Nous n’aurions pas pût, sur 90 minutes, évoluer comme en première mi-temps. L’équipe méritait amplement la victoire selon moi. Une équipe comme la nôtre, experte, devait la rapporter à la maison." "Nous devrons tout analyser car nous étions sur ce ballon en supériorité numérique, il aurait fallu faire preuve de plus d’attention." Lautaro ? "J’ai aimé ce qu’ont proposé mes joueurs, le football est composé de faits de jeu. C’est normal que j’aie eu une mauvaise réaction: Un tel penalty octroyé face à un public aussi merveilleux que le nôtre...C’était un match très important que nous n’avons pas gagné, nous aurions mérité plus." Simone Inzaghi à Inter TV "L’Inter mérité bien plus, le reste est hors-sujet. C’est un penalty qui a conditionné le résultat et le match." La prestation ? "Oui, nous devons repartir sur ces bases, mais analyser cette fin de match : Une équipe comme la nôtre doit être plus attentif dans ce type de période. Ce sont deux points perdu, nous aurions mérité bien plus. Des faits de jeux ont été contre nous, nous savons que nous devons nous améliorer, nous devons chercher à bien analyser les choses. Au-delà de ce qu’il s’est passé à la 89’, je n’ai que très peu de chose à récriminer au garçons." L’Empoli ? "Nous aurons immédiatement une rencontre difficile face à une équipe qui est en forme, nous devrons être bon pour bien la préparé et de la meilleure des façons." L’avis de Stefan de Vrij à Inter TV "Je suis déçu par la fin du match, et non par la prestation qui était bien là. Nous avions fait le match que nous voulions faire, nous sommes déçu de la façon dont cela s’est terminé. Je pensais, lorsque l’on était à la 80’ et que l’on avait l’avantage, que nous allions ramener la victoire à la maison. Nous avons concédé peu, nous aurions dû l’emporter, il y a tant d’amertume pour le but pris en fin de match. Il s’agira d’une rencontre fondamentale face à Empoli, nous irons là-bas pour l’emporter." "Je reste déçu pour le résultat, nous voulions l’emporter et c’était visible. Je remercie les tifosi pour leurs soutien, nous le ressentons, merci à tous." Et à DAZN "J’étais très proche de l’action et il ne me semble pas qu’il y avait quelque chose, c’est dommage que cela se termine de la sorte, je ne sais même pas si c’était en dehors ou dans la surface. Nous avons travaillé énormément cette semaine sur le travail préventif, car lors de nos dernières sorties nous concédions un peu trop. Aujourd’hui, je peux dire que nous avons réalisé une bonne prestation en concédant peu." Selon vous, cette "rage" peut-elle révolter et propulser l'Inter vers de nouvelles victoires, à l'instar des incidents qui ont émaillé au Stadium lors de la dernière édition de la Coppa Italia ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Une partie qui était jusque-là bien gérée, une partie tactique qui tournait à l’avantage de Simone Inzaghi, une partie qui voyait Edin Dzeko inscrire un but à la Vieille Dame suite à une sensationnelle reprise d’Hakan Çalhanoğlu, jusqu’à la 89ème minute de jeu. Alors que les Nerazzurri gère la rencontre, que Samir Handanovic n’est pas plus inquiet que cela, Denzel Dumfries commet l’irréparable dans la surface de réparation. Si Maurizio Mariani, en première intention, décide de ne pas accorder le pénalty aux turinois, celui-ci est rappelé à l’ordre par Marco Guida Simone Inzaghi se fera expulser et Paulo Dybala ne manquera pas l’offrande et la Vieille Dame rentrera à Turin en compagnie d’un point inespéré Un protocole enfreint ? En effet, il n’y a pas lieu de discuter, Dumfries a fait le con, la faute est existante, mais devait-elle être sifflée ? Selon la Gazzetta Dello Sport: Lorsque, à la 86’minute, le pied droit de Dumfries a heurté la jambe gauche d'Alex Sandro, pour l'arbitre Mariani, tout allait bien, il n'y avait rien à faire, et on a donc considéré comme acquis le fait qu’il avait également vu et évalué la position de la jambe du joueur de la Juventus. Mais Guida, à la Var l’appelle à ce moment-là: l'ingénuité du joueur de l'Inter à frapper le membre du joueur de la Juventus se produit déjà à l'intérieur de la surface et c'est l'intervention de la Var qui conduit à l'attribution du penalty. Mais l’On Field Review est remise en question : S’agissait-il d’une erreur claire et évidente ? D’un oubli de l'arbitre qui n'a pas remarqué, ou est-ce qu’il a été trompé par le pied droit d'Alex Sandro bien en dehors de la surface, bien au-delà de la ligne... Que dit la procédure ? "Mariani avait vu et justifié le contact comme non-fautif, invitant les joueurs à poursuivre l’action. Dans un tel cas de figure, le Protocole relatif à la VAR ne peut pas intervenir sur un contact vu et justifié par l’arbitre." En conséquence, le protocole a été « enfreint » étant donné qu’il a favorisé une équipe. Ça a chauffé en coulisse Selon la Gazzetta Dello Sport, la Direction de l’Inter s’est entretenue immédiatement avec Mariani, de son côté, la réaction de Simone Inzaghi est la manifestation la plus évidente d'une soirée de frustration pour les Nerazzurri ; comme il y en a eu également d’autres dans un passé récent : L’Inter d’Inzaghi avait dompté la Juve en mode soft power, elle avait mené la danse presque tout le match, mais elle a finalement laissé deux points qui pèsent lourd à l’approche du sommet en sueur "A la fin du match, personne, au niveau de la Direction n’a publiquement récriminé, mais l’ambiance était sombre surtout en pensant au manque d'uniformité de la Var d'un match à l'autre : Selon les Nerazzurri, un contraste plus ou moins similaire sur Anguissa à Rome, cet après-midi avait été évalué différemment, sans l'intervention de la technologie. C'est pourquoi dans le vestiaire il y a eu une discussion civilisé mais ferme avec l'arbitre Mariani : des explications ont été données sur l'épisode clé." "Les joueurs sur le terrain ont cependant mal réagi avec des protestations flagrantes et peut-être même avec des pensées sur ce qu’il s’était produit l’année dernière. C’est le deuxième Derby d'Italie d'affilée à être décidé par un penalty contesté. C'est le deuxième derby italien consécutif à être décidé par un penalty contesté. En mai, dans un stade silencieux, le pénalty accordé à Cuadrado suite à un contact imaginaire avec Perisic avait fait sensation." "L’Inter était très ordonnée face aux initiatives de la Juventus qui a rarement inquiété Handanovic. Mais quelques secondes avant le coup de sifflet final, Mariani s’est senti obligé de vérifier un contact à la limite de la surface de l'Inter entre Dumfries et Alex Sandro, et accordait un penalty aux Bianconeri, transformé par Paulo Dybala. La Juve a donc pris un point qu'elle n'attendait peut-être pas, laissant les Nerazzurri furieux de l'occasion manquée à cause d'un épisode répréhensible, qui a également suscité l'ire de Simone Inzaghi, qui a été expulsé." "Ce sont Naples et l'AC Milan qui ont fêté l'événement, les Nerazzurri affichant un retard désormais de 7 unités." Que les choses soient bien claires : Si Denzel Dumfries aurait fait preuve d’intelligence, cette situation n’aurait jamais eu lieu, il est donc bel et bien le fautif, car faute et pénalty il y a ! Place à présent à la rencontre qui opposera ce mercredi l’Empoli à Inter, une rencontre où cette fois-ci, les trois points devront impérativement être acquis Tableau récapitulatif Inter 1-1 Juventus Buteur(s): 17’ Dzeko (I), 89’ penDybala (J) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian, 23 Barella (90’ 8 Vecino), 77 Brozovic, 20 Çalhanoğlu (61’ 5 Gagliardini), 14 Perisic (72’ 2 Dumfries); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (72’ 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 12 Sensi, 13 Ranocchia, 32 Dimarco, 33 D'Ambrosio, 48 Satriano T1: Simone Inzaghi Juventus: 1 Szczesny; 6 Danilo, 19 Bonucci, 3 Chiellini; 11 Cuadrado (65’ 22 Chiesa), 20 Bernardeschi (18’ 30 Bentancur), 27 Locatelli (83’ 21 Kaio Jorge), 14 McKennie (83’ 5 Arthur), 12 Alex Sandro; 44 Kulusevski (65’ 10 Dybala), 9 Morata Banc: 23 Pinsoglio, 36 Perin, 2 De Sciglio, 4 De Ligt, 8 Ramsey, 17 Pellegrini, 24 Rugani T1: Massimiliano Allegri Arbitre: Mariani VAR: Guida Averti(s): Barella (I), Alex Sandro (J), Perisic (I), Chiellini (J) Expulsé(s): 89’ Simone Inzaghi pour protestation Affluence: 56.532 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Calcio&Finanza s’est penché sur l’impact de ce mercato estival sur le bilan financier de l’Inter : Si à la base, nombreux s’attendaient à un démantèlement, Giuseppe Marotta et Piero Ausilio ont démontré qu’ils restent les meilleurs dans leurs domaines En effet, l’Inter a conclu ce mercato par le biais de cinq acquisitions : Joaquim Correa, Denzel Dumfries, Hakan Çalhanoğlu, Alex Cordaz et Edin Dzeko. Il y a lieu d’y ajouter le retour de prêt de Federico Dimarco qui évoluait à l’Hellas Vérone et le rachat, au Standard de Liège de Zinho Vanheusden. Dans le même temps, l’Inter a procédé à deux ventes : Romelu Lukaku et Achraf Hakimi. Il y a lieu d’y ajouter le prêt d’Andrea Pinamonti et les résolutions de contrat de Radja Nainggolan et Joao Mario, sans oublier les départ libres d’Ashley Young et Daniele Padelli L’impact des opérations en entrée sur le bilan financier 2021/2022 La recrue la plus onéreuse est celle de Joaquin Correa (30 millions d’euros à reverser à la Lazio entre le prêt onéreux et l’obligation de rachat) il est suivi du rachat de Zinho Vanheusden (16 millions d’euros reversés au Standard de Liège) et de Denzel Dumfries (12,5 millions d'euros versés au Psv Eindhoven). On retrouve aussi les opérations "gratuites" qui ont permis les recrutements d’Edin Dzeko, et d’Alex Cordaz. Hakan Çalhanoğlu est arrivé également gratuitement, mais il était libre de tout contrat. Selon les estimations de Calcio&Finanza, les opérations en entrée, entre l’amortissement des joueurs acquis à titre définitif, en considérant comme telle l’opération Correa, vu les conditions certaines du rachat, et les salaires bruts, il y a lieu de considérer un coût maximal légèrement supérieur à 43 millions d’euros. L’impact des opérations en sortie sur le bilan financier 2021/2022 Parmi les opérations en sortie, deux ont particulièrement attirée l’attention du mercato estival de l’Inter : Celle d’Achraf Hakimi au Paris-Saint-Germain et celle de Romelu Lukaku à Chelsea, pour un montant global de 175 millions d’euros. Il y a lieu aussi de prendre en considération les ruptures des contrats de Joao Mario et Radja Nainggolan, sans oublier les départs en fin de contrat de Daniele Padelli et Ashley Young. Il faut également noter le départ, en prêt à l’Empoli d’Andrea Pinamonti. Ces opérations en sorties, selon les estimations de Calcio&Finanza ont un impact positif avoisinant les 149 millions d’euros pour le bilan 2021/2022 A ce chiffre, il y a lieu de prendre en considération les plus-values, les moins-values, l’encaissement relatif au prêt, l’épargne sur l’amortissement des joueurs cédés à titre définitif et l’épargne des salaires bruts pour tous les joueurs qui ont quitté le noyau Nerazzurro. La revue du Mercato Entre les entrées et les sorties, l’impact sur le bilan 2021/2022 se traduit par une réduction des coûts d’environ 105 millions d’euros. En considérant exclusivement le solde entre les entrées et les sorties, cette session de Mercato s’avère extrêmement positive pour l’Inter avec un solde positif de 116,5 millions d’euros L'objectif des 80 millions d'euros de plus-value donc été atteint! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. La nouvelle Coupe d’Italie est prête à débuter. L’Inter qui est la seconde tête de série fera ses débuts dans la compétition soit le 12, soit le 19 janvier 2022. Notre Beneamata fera face au vainqueur des 16ème de finale qui mettront aux prises lors des tours précédents Empoli, LR Vicenza, Hellas Verona, Como et Catanzaro. Les autres têtes de Serie du côté dans la partie de tableau de l’Inter sont : La Roma (en quart) Le Milan ou la Lazio (en demi-finale) Voici les dates des matchs: Huitième de finale : Les mercredis 12 et 19 janvier 2022 Quart de finale : le mercredi 9 février 2022 Les demi-finales (aller-retour) : Les mercredis 02 mars et 20 avril 2022 La finale : le mercredi 11 mai 2022 Que pensez-vous de ce tableau ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En souhaitant analyser le travail réalisé par Roberto Mancini, Alex Frosio s’est livré à la Gazzetta Dello Sport sur la façon dont la consécration du Sélectionneur National italien peut se voir absorbée par les entraîneurs des différentes écuries italiennes en activité. "Ceux qui ont les idées les plus proche de Mancio sont très jeunes : Italiano a permis à Spezia de se sauver d’une façon exceptionnelle, en misant sur le courage. Sur ce classement, il est second derrière l’Atalanta en ce qui concerne les récupérations du ballon dans la partie de terrain de l’adversaire. A présent, il officiera à l’échelon supérieur avec la Fiorentina. On retrouve également Dionisi et Zanetti qui ont permis à l’Empoli et au Venezia de retrouver la Serie A en pratique un football spectaculaire basé sur l’attaque. Le premier a d’ailleurs été choisi pour remplacer De Zerbi à Sassuolo." "Si l’entraîneur vénitien est moins porté sur un pressing à outrance, on retrouve aussi de l’autre côté Gasperini qui n’a pas cette obsession de construire de derrière, tout comme Mancini ne pousse pas à l’anticipation exaspérée dont s’inspire la Dea. Pourtant, l’Atalanta est l’équipe qui se rapproche le plus de ce que propose les Azzurri, qui joue à trois derrière en possession, avec un double playmaker avec des ailiers qui monte et qui n’hésite pas à tirer (Spinazzola et Chiesa contre Maehle et Gosens), on retrouve aussi une certaine technique lors des combinaisons offensives." "Pioli et Sarri sont des "frères" de Mancini : Ils se sont formés durant des années, ils ont innovés et ils se sont adaptés dans le temps en proposant toujours un football dominat et pro-positif." Et les grands entraîneurs ? "Le discours est plus complexe : Allegri aime la technique, mais ce n’est pas un fanatique de la possession de balle ou de la construction par derrière. Et son credo "corto muso" est une synthèse philosophique de sa façon impeccable d’agir, une façon de faire qui ne trouverai pas sa place dans le lexique "Manciniano"." "Mourinho s’est construit durant des années par sa façon de garer le Bus, mais il reste le seul entraîneur en activité en Serie A a avoir remporté la Ligue des Champions." "Simone Inzaghi est le plus "Allegriano" de la nouvelle vaque et il aime énormément le jeu de transition et de domination, quelque chose qu’il sait faire. Et Juve mise à part, c’est l’entraîneur le plus titré de ces dernières années." Le Saviez-vous ? Y-a-t ’il déjà une belle ambiance du côté de la Vieille Dame ? En effet, à peine de retour aux commandes du club, Massimiliano Allegri a taclé sérieusement Leonardo Bonucci en conférence de presse: "Bonucci capitaine ? S'il veut un brassard, il n'a qu'à aller dans la rue et s'en acheter un. En allant à Milan, il a perdu sa place dans la hiérarchie." - Le Champion d'Europe appréciera..... Et si en fin de compte Simone était le coup de poker gagnant de Giuseppe Marotta ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Si le futur de Christian Eriksen s’écrit en pointillé, son successeur pourrait provenir du Paris-Saint-Germain : Leandro Paredes. Si un échange n’est pas à exclure et que cette information prêtait à la base, l’insertion de Javier Zanetti dans la transaction pourrait changer la donne. Comme le rapporte "El Intransigente": "Puppi s’active pour transférer à Milan l’ancien de l’Empoli et de la Roma en lui promettant un rôle de protagoniste au milieu du terrain Nerazzurro. Paredes, même s’il est titulaire à Paris, ne serait pas contre un retour en Italie, dans un championnat qu’il connait parfaitement bien et dans un club qui rêve en grand comme l’Inter." Selon le quotidien argentin, Boca Juniors espère également que cette transaction sera actée : En effet, en cas de vente à hauteur de 40 millions d’euros, soit la valeur actuelle de Paredes, l’historique club argentin percevrait 1,3 millions d’euros. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Empoli jouera sa survie en Serie A au Meazza face à l’Inter. Pour les deux équipes, la victoire est impérative car elle impactera l’ensemble de la saison. Les joueurs d'Empoli ne viendront pas seul : un mini-exode de tifosi est programmé avec 12 bus de supporters. Néanmoins Empoli devra se passer du meilleur milieu de terrain, le bosniaque Rade Krunic. Comme ce fut le cas face au Torino, il devrait être remplacé par le Ghanéen Aquah Pour le reste, la formation alignée devrait être sensiblement à celle qui a vaincu le Torino au Castellani. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Le prochain match des nerazzurri sera capital, non seulement sur le plan sportif avec la Champions League à portée, mais aussi sur le plan économique. La Gazzetta dello Sport explique : "La qualification en Champions League ne fait pas que rapporter les 50M garantis par l'UEFA comme prime de participation et droits, mais aussi certains bonus liés aux sponsors, à hauteur de 13M. Les contrats signés avec Pirelli, Nike et le Suning, partenaires principaux du club, prévoient des primes liées à la participation aux différentes phases de la Ligue des Champions : 6, 3.75 et 3 millions respectivement. A cela s'ajouteront d'autres petites sommes liées au nombre de points en phase de poule par exemple. Ce qui est sûre c'est qu'une qualification en Ligue des Champions rapporterait la modique somme de 63 millions d'euros." ®Samus - internazionale.fr
  14. Les supporters de l'Inter sont toujours les plus présents, 65 000 tifosi sont attendus contre Empoli. La Gazzetta fait le point sur ce qui pourrait être une saison record. L'Inter mérite-t-elle d'aller en Ligue des Champions ? Seul le terrain peut apporter une telle réponse. Cependant en dehors le constat est sans appel, les tifosi nerazzurri sont au top. Le public du Meazza explose tous les records et contre Empoli, il sera de nouveau là pour pousser l'équipe vers la qualification. Le club a communiqué que le troisième anneau sera ouvert pour la rencontre face aux toscans, ce qui certifie que le match sera très attendu, 65 000 spectateurs devraient y assister. Un chiffre qui peut encore être revu à la hausse. On observe un net bond en avant du nombre de tifosi par rapport à la saison précédente, selon la Gazzetta dello Sport. Il y a un an l'Inter finissait la saison sur une moyenne de 57 529 spectateurs, cette saison le mur des 58 000 sera surpassé. C'est un nombre assez conséquent, si on prend en compte le match contre Sassuolo en janvier disputé à huis-clos en raison de l'affaire du racisme contre Koulibaly lors d'Inter-Napoli. La moyenne réelle devrait donc se situer au-dessus des 61 000 spectateurs/match. Pour trouver des moyennes aussi hautes, il faut remonter aux temps de Ronaldo et Vieri entre les saisons 2001-2002 et 2002-2003. ®Samus - internazionale.fr
  15. Le club a publié un communiqué en vue du match opposant l’Inter à Empoli. "La Passion des Tifosi de l’Inter, la Chaleur du Meazza, nous devons nous préparer à offrir encore une fois, une aide supplémentaire à nos joueurs. Ce dimanche 26 mai, l’Inter foulera le Meazza pour le dernier match de la saison 2018/2019. Il s’agira d’une rencontre décisive où il faudra franchir l’ultime obstacle pour atteindre notre objectif." Le troisième anneau sera ouvert L’Inter souhaite donc voir un Meazza volcanique pour la réception d’Empoli, pour ce faire, le troisième anneau a été ouvert et des offres spéciales ont été émises : Pour ceux qui sont âgé de moins de 30 ans, le billet coûtera 20€. Il sera possible également de le combiner avec un billet pour tout tifosi âgé de moins de 18 ans pour 10€ Pour les -18 ans seuls, peu importe le secteur sélectionné, le billet coûtera 20€ Pour les -5 ans, donc les enfants ayant jusqu’à 4 ans accompli, ceux-ci pourront rentrer gratuitement. Il va de soit qu’ils doivent être accompagné d’un adulte. Pour les plus jeunes des tifosi, il vous faudra vous rendre à l’Ingresso 9 en présentant le billet adéquat reçu, un document d’identité et le certificat de naissance de l’enfant Où trouver les billets ? Les billets sont encore en vente sur inter.it/tickets, il vous est possible de choisir directement votre place via la carte du Stade et sans commissions supplémentaires. Des billets seront également disponibles au point de vente du Stade, à l’Inter Store Milano de la Galleria Passarella (MM San Babila) et via plus de 1 000 points de ventes de Vivatickets Le Saviez-Vous ? Beppe Bergomi, Zio pour les intimes, a adressé un message aux tifosi: "Ce match sera aussi déterminant dans sa gestion émotionnelle, il faudra réussir à contrôler son anxiété, la tension, la peur. Les Tifosi devront aussi travailler sur leur mental, car il n’y a pas que les joueurs qui ne respirent pas la sérénité. Durant cette semaine, nous ne devons pas perdre trop d’énergie." "Je connais bien les tifosi de l’Inter. Si après 15 minutes, l’équipe n’est pas parvenue à débloquer la rencontre, ils peuvent instaurer de la pression, à laisser monter la tension. Ce qui est sûr, c’est que l’équipe se retrouvera immédiatement en difficulté si elle n’a pas sur le terrain des joueurs avec une forte personnalité." "J’invite donc les Tifosi à se montrer proche des joueurs, à les aider, à les motiver du début du match, jusqu’à la fin. Cette rencontre face à l’Empoli est une rencontre typique où l’on peut gagner uniquement avec l’union parfaite des Tifosi et de l’Équipe. Comme cela s’est d’ailleurs produit, il y a un an, face à la Lazio." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. L’Inter joue toute sa saison sur 90 minutes de jeu. Face aux Toscans, la tolérance zéro sera d'application envers les joueurs, par Club, mais surtout par les Tifosi. Comme ce fut le cas l’année passée, l’Inter jouera sa qualification en ligue des Champions lors de la dernière journée, mais les raisons sont bien différentes: Si l’année dernière l’Inter a couru après la quatrième place, cette saison, l’Inter était durant très longtemps troisième et aurait dû mettre fins aux discussions. Exploit, elle n’a fait que rater ses balles de match. L’adversaire sera différent : En mai 2018, l’Inter affrontait la Lazio à l’Olimpico, une équipe bien différente et de valeur supérieure à l'Empoli qui débarquera dimanche soir au Meazza. Motivation C’est l’élément clé, celui qui fera la différence, celui du match où c’est vaincre ou périr. Qui plus est, il ne faut pas oublier que nous sommes l’Inter et qu’avec le plus grand respect qu'on a pour les toscans, ceux-ci ne sont ni le Fc Barcelone, ni le Psv. Empoli ne viendra pas en mode touriste, l’objectif du club est de se sauver et si nous prenons en considération le chemin parcouru depuis le début de la saison, une non-qualification de l’Inter serait bien plus fracassante qu’une relégation de l’Empoli. Se qualifier pour la Ligue des Champions, telle est la motivation obligatoire pour l’équipe Nerazzurra, aucune excuse ne sera acceptée ou tolérée. Statistiques Le récent travail d’Andreazzolli et les derniers résultats offrent à l’Empoli une possibilité de pouvoir se sauver, alors qu’à la base, il ne s’agissait que d’un mirage. Mais l’équipe toscane propose un bilan à l’extérieur qui ne peut et ne doit absolument pas faire peur : Sur 18 matchs disputés loin du Castellani, l’équipe na obtenue qu’une seule victoire (face à la Sampdoria le 12 mai), cinq matchs nuls et 12 défaites, soit un total de 8 points engrangés, ce qui est le pire bilan à l’extérieur de toute la Serie A. Qui plus est Empoli n’a inscrit que 17 buts contre 38 encaissés. Même si Empoli vient de réaliser une série de trois victoires consécutives, il ne faut pas oublier, lors de ces 5 dernières années, que l’Inter en 7 matchs totalise 6 victoires et 1 nul. Soutien du Meazza Ce match sera difficile, tout le monde est d’accord, du Club, en passant par les Ultras, sans oublier les tifosi de tout horizon, mais il faut se rappeler que l’Inter souhaite plus que tout se qualifier en Ligue des Champions, qui est un objectif fondamental pour continuer la croissance du club. L’Inter doit redevenir l’INTER, se retrousser les manches, poser ses couilles sur le terrain et se laisser transcender par les Tifosi qui rempliront le Meazza pour atteindre le but fixé. Le club n’attend plus que vous ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Damien

    Serie A - J38 : Inter vs. Empoli

  18. Une victoire extrêmement précieuse pour l’Inter au stade Castellani qui voit Luciano Spalletti et ses hommes creuser l’écart sur ses poursuivants dans lutte à la qualification en Ligue des Champions Luciano Spalletti "Empoli est le type d’équipe qui sait comment faire pour te mettre en difficulté et repartir sur des contres rapides. Si tu ne récupères pas bien la possession de balle, tout devient compliqué. Nous avons commis des fautes, cependant nous avons géré ce match avec une équipe d'Empoli qui était plus fatiguée à la reprise. Nous sommes parvenu à mettre notre adversaire en difficulté également via nos changements." "C’est évident que si l’on évolue avec Politano, Keita, Lautaro et Icardi on peut considérer que l’on évoluait en 4-2-4, le plus important au final reste la motivation. En fin de match, j’ai aligné D’Ambrosio qui a proposé quelques chose de différent. La pause arrive à un bon moment car nous avons gagné, lorsque tu perds, tu as tout de suite envie de remonter sur le terrain. A présent, nous pouvons attendre quelques jours supplémentaires." Kwadwo Asamoah & Keita Baldé "C’était très important pour nous car nous voulons à chaque fois l’emporter. Une telle victoire est aussi bonne pour terminer l’année." Le but de Keita ? "Il représente beaucoup, il nous permet de rentrer à la maison avec les trois points, nous aurions pu faire encore mieux, mais en fin de compte ce résultat est arrivé. Jusqu’à présent, j’ai connu des mois intenses et émotifs à l’Inter, il nous reste encore six mois pour terminer cette saison. Je veux encore m’améliorer car j’en suis capable, aussi bien individuellement que collectivement. Je sais quel genre de joueur est Keita et petit à petit il revient à son niveau." Mon meilleur moment ? "La victoire sur Tottenham." "Je suis heureux d’avoir marqué, je cherchais à aider l’équipe. La victoire d’aujourd’hui est aussi importante que celle sur le Napoli. Je cherche toujours à m’améliorer et à permettre à l’Inter d’être au haut niveau." Le moment de la saison ? "Le but de Vecino lors de la victoire sur Tottenham, c’était si beau. Pour 2019, je vais chercher à faire de mon mieux et nous devrons chercher à le faire tous, tant que les comptes mathématiques nous le permettent." Milan Skriniar "Le plus important était de ne pas prendre de but, nous aurions pu nous montrer plus gourmand et sous ce point de vue, c’est encore compliqué pour nous. Le mois de décembre est toujours une période difficile, par chance nous avons remporté nos deux derniers matchs et tout remis à plat. Nous voulons aller le plus loin possible voire gagner l’Europa League." Nainggolan ? "Je suis concentré sur tous les match, aujourd’hui il est rentré confiant et nous a donné un coup de main, j’en suis content. Cette année nous avons obtenu des bons et moins bons résultats, tous comme nos prestations. Nous voulons débuter avec force 2019. Nous l’avons enfin remporté à l’extérieur après tant de temps. J’espère que nous pourrons apporter encore beaucoup de satisfaction à nos tifosi en 2019." Giuseppe Marotta Peu avant le début de la rencontre, Beppe Marotta a tenu à replacer l’Eglise au milieu du village "C’est évident que ce qui c’est passé durant la semaine, au-delà de la mort tragique d’un tifoso, doit nous amener à réfléchir sur les comportements racistes. Mais le monde du Calcio est toujours démoniaque, il y a besoin de parler de l’approche sociale et de réfléchir à ses aspects." "Même le Parlement a reconnu que ce type de comportement est complexe et qu’il est difficile de valoriser des concepts importants. Nous allons reprendre dès aujourd’hui en se contentant de ce dont nous disposons momentanément dans l’attente de rouvrir une table de discussions pour éradiquer ce phénomène." "Suspendre le championnat aurait été hasardeux, il faut un consensus unanime, il ne faut pas oublier tout ce qu’il s’est passé. Nous avons pris acte des décisions de la Justice Sportive, je veux examiner le dispositif qui a amené à cette sanction mais je ne ferai pas appel, même si cette sanction pénalise également une grande partie des Tifosi qui n’y sont pour rien." "A présent, je suis ici pour apporter de la continuité à notre marche en avant, nous avons des objectifs importants face à nous et nous devons parvenir à les atteindre. Je suis convaincu par nos capacités, qui sont nombreuses, nous sommes capables d'atteindre les objectifs fixés en début de saison." L’après-match "J’ai besoin de dire que cette victoire revient à l’entraîneur et aux joueurs, je m’exprime de façon objective et le classement en est le reflet malgré le faux-pas du Chievo. Ces résultats sont de bonne augure pour l’année prochaine. L’aspect le plus important est le fait que le groupe exprime une bonne valeur qualitative, mais il est nécessaire d’avoir cette capacité et les motivations nécessaires sur tous les terrains. Nous devons faire grandir notre mentalité de gagnant." "Aujourd’hui nous sommes parvenu à remporter les trois points malgré une prestation qui n’était pas parfaite. Prendre des points en ne jouant pas bien signifie que l’on peut encore s’améliorer. Faire un résultat, au-delà de la prestation était le plus important aujourd’hui. Le classement nous tranquillise mais nous ne devons pas nous relâcher." "Cette prestation était un examen qui a été réussi, mais nous devons penser à notre prochain adversaire et nous préparer avec application. L’Inter peut arriver seconde, nous sommes motivé et nous tenterons de le faire "fino in fondo". "Notre prise de position vis-à-vis de Nainggolan est paru dans un communiqué de presse il y a quelques jours, il a fixé notre décision. Notre intention comme club est de recueillir les informations de l’entraîneur qui est le leader du groupe. Les dynamiques en interne sont gérées entre nous et il est juste d’agir de cette façon. Radja était présent au stade, cela montre son attachement vis-à-vis de l’équipe, du club et des tifosi. Il ne sera absolument pas sur le Mercato en janvier, une décision de ce genre ne serait pas valide vis-à-vis du choix qui a été fait en le recrutant en juillet." "Notre décision a été prise car il y a des droits et devoir à l’intérieur du groupe, à présent ce sera à l’entraîneur de décider quand le réinsérer, tout sera oublié et Nainggolan devra nous rendre des comptes de la meilleure des façons. Une équipe est composée d’hommes sains qui savent faire abstractions de leurs démons. Je sait que ce genre de situation existera toujours : Il a commis une faute, le club s’est montré vigilant, à présent ce chapitre doit être considéré comme clos." "Je remercie les tifosi pour l’amour qu’il nous ont montré durant cette année solaire et de notre côté, nous avons la volonté de leur offrir quelque chose d’important en 2019." Le saviez-vous ? "Radja Nainggolan a choisi Cagliari, la ville de son épouse Claudia Lai, où il a été connu en Serie A pour passer le Nouvel-An. Le Ninja est arrivé dimanche dans la capitale sarde, après un passage à Rome pour y saluer ses amis les plus proche. Il a également passé une soirée paisible en famille après une journée passée avec son ami barbier, Luca. Nainggolan était également présent pour un apéro sur la Piazza Yenne avec ses amis." nous relate la Gazzetta dello Sport. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. L’Inter est parvenue à prendre le dessus au stade Carlo Castellani d’Empoli en s'imposant sur le score de 1-0. Une victoire à l’extérieur qui met fin à une série de quatre matchs hors du Meazza sans les trois points. Le but victorieux étant signé par Keita Baldé à la 72’. Un tir qui n’a laissé aucune chance à Ivan Provedel. Il s’agit d’une victoire extrêmement importante étant donnée la contre-performance de la Lazio, l’Inter est à présent seule troisième et dispose d’une bonne marge de sécurité sur la quatrième et la cinquième place. Une victoire convaincante également pour les Nerazzurri qui en début de match ont contenu les assauts volontaires de l’équipe hôte entraînée par Beppe Iachini. Celui-ci aura connue une rencontre difficile en perdant pas moins de trois joueurs sur blessures. Une fois le but inscrit l’Inter aura gérée la rencontre et proposée une bien meilleure seconde période. Troisième avec 39 points, l’Inter consolide sa troisième place et a tout pour réaliser une belle année 2019. Le prochain match officiel se disputera face à Benevento, le 13 janvier, avec l’absence des tifosi suite aux sanctions prises après la confrontation entre l’Inter et Naples. Le saviez-vous ? Sans ses abonnés et sans ses tifosi, l’Inter compte tout de même étoffer le Giuseppe Meazza afin que ce dernier ne sonne pas creux. En effet, à l’instar de la Juventus et de son précédent du mois d’octobre, avec la suspension uniquement de sa Curva Sud suite aux chants contre le Napoli et Koulibaly, l’Inter évalue l’idée d’ouvrir son stade aux jeunes enfants des écoles de football pour la réception de Benevento et Sassuolo. A Turin, les enfants nées entre 2004 et 2011 avaient été tolérés. Reste à présent à savoir s’il n’y aura pas deux poids deux mesures étant donnés que pour des faits similaires, l’Inter est étrillée sur la place publique, tandis que la Vieille Dame n’aura été que "très légèrement" sanctionnée, et ce également dans la presse nationale et internationale. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Réactions de Tramontana Empoli 0-1 Inter Buteur(s) : 72' Keita Empoli: 1 Provedel; 5 Veseli, 26 Silvestre, 32 Rasmussen; 27 Untersee; 18 Acquah, 10 Bennacer, 8 Traorè, 23 Pasqual (38' 13 Antonelli, 74' 7 Mchedlidze); 11 Caputo, 20 La Gumina (24' 6 Zajc) Sur le banc : 21 Terracciano, 99 Fulignati, 4 Brighi, 9 Rodriguez,28 Capezzi, 29 Marcjanik, 48 Ucan, 66 Mraz Entraîneur: Giuseppe Iachini Inter: 1 Handanovic; 2 Vrsaljko, 37 Skriniar, 6 De Vrij, 18 Asamoah; 8 Vecino (57' 14 Nainggolan), 20 Borja Valero (67' 10 Lautaro Martinez), 15 Joao Mario; 11 Keita (84' 33 D'Ambrosio), 9 Icardi, 18 Politano Sur le banc : 27 Padelli, 5 Gagliardini, 13 Ranocchia, 23 Miranda, 29 Dalbert, 44 Perisic, 87 Candreva Entraîneur: Luciano Spalletti Arbitre: La Penna Var: Guida Averti(s): Martinez (I), Bennacer (E) Expulsé(s): / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Damien

    Serie A - J19 : Empoli vs. Inter