Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'euro'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

9 résultats trouvés

  1. Interviewé pour le MatchDay Program d’Inter-Real Madrid, Nicolò Barella, le milieu de terrain Nerazzurro s’est livré à cœur ouvert sur ses victoires récentes: Quelles sont tes trois parties inoubliables ? "Fiorentina-Cagliari (0-1), le 13 main 2018. Il restait 180 minutes de jeu avant la fin de la saison 2017/2018 et nous étions avant-avant-dernier, la rencontre au Franchi était fondamentale pour le sauvetage et l’agitation était à son comble. Je me souviens bien des émotions découlant de cette victoire, elle nous avait permis de reprendre en main notre destin." "Inter-Slavia Prague (1-1), le 17 septembre 2019. Les débuts en Ligue des Champions et mon premier but sous le maillot de l’Inter. Jouer au Meazza, face au Slavia Prague, m’a fait ressentir des émotions très fortes, j’ai entendu tout le stade explosé au moment du du but, c’était un moment incroyable qui me fait encore frissonner aujourd’hui, c’était une vraie et une pure injection d’adrénaline." "Belgique-Italie (1-2), le 02 juillet 2021. C’était une étape fondamentale vers la conquête de l’Euro. Je venais de réaliser un mauvais match et inscrire ce but était important pour aider l’équipe, il avait ouvert la rencontre qui nous a permis de nous qualifier pour la demi-finale, c’est une des émotions parmi les plus importante d’un parcours fantastique." "2021 est une année que je n’oublierais pas facilement, elle est si riche en émotion : Gagner le Scudetto et l’Euro a été une aventure passionnante, stimulante, divertissante. Brozovic est une personne authentique, entre nous, une réelle et sincère relation est née. Il m’aide tellement sur le terrain, nous nous comprenons et il cherche toujours à me donner un coup de main." Comment jugez-vous la saison de notre jeune pépite ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En voiture Simone ! Comme l’a annoncé directement l’Inter sur son site officiel, la nouvelle saison Nerazzurra débutera officiellement par la conférence de presse conjointe de Simone Inzaghi et de Giuseppe Marotta, qui se tiendra ce mercredi 7 juillet 2021. Dès le lendemain, la préparation estivale rentrera dans le vif du sujet avec, en finalité, les objectifs à atteindre pour la saison à venir, avec un groupe bien loin de représenter sa version définitive! Comme le révèle la Gazzetta Dello Sport, le noyau sera considérablement réduit "Jeudi, le groupe sera inévitablement réduit: Manqueront à l’appel tous les joueurs engagés à l’Euro et à la Copa America. Actuellement, il reste en course seulement Barella, Bastoni et Lautaro. Mais pour certains, trois semaines de vacances viennent à peine de débuter. En plus de Lukaku, les derniers éliminés sont Alexis Sanchez, Arturo Vidal et Matias Vecino. Il est donc très peu probable de les voir participer à la tournée américaine." "La situation est différente pour Hakan Calhanoglu qui devrait s’envoler pour la Floride. Les absences actuelles seront colmatées par le retour de nombreux joueurs prêtés et non+ rachetés: En date du 1er juillet 2021, le noyau Nerazzurro fait état de nouveaux noms tels que Gravillon, Pirola, Dimarco, Dalbert, Vagiannidis, Lazaro, Males, Salcedo, Esposito, Colidio, Vergani et Gavioli." Le Saviez-Vous ? Simone Inzaghi a déjà imposé sa patte sur ce mercato. Si Chelsea était disposé à satisfaire l’Inter, en proposant notamment Emerso Palmieri, dans le cadre du recrutement d'Achraf Hakimi, l’entraîneur italien a exclu cette possibilité en considérant Emerson comme un joueur non-fonctionnel à son idée du Calcio. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. Lors de cet Euro 2020, un peu d'histoire en nous remémorant les sept Interistes ayant remporté l'Euro. Lors de cet Euro, 8 joueurs de l'Inter feront partie de la compétition, visant avec leurs équipes nationales respectives à gagner cet Euro et, il faut admettre que pour certains, cela serait un exploit historique. Bastoni et Barella joueront pour l'Italie, Stefan de Vrij représente les Pays-Bas, Romelu Lukaku est l'attaquant vedette de la Belgique, Milan Skriniar se présentera pour la Slovaquie, notre Christian Eriksen sera avec le Danemark et Brozovic et Perisic seront de la partie avec la Croatie. Il y a eu 15 tournois, le premier organisé en France en 1960 et sept joueurs ont remporté le championnat d'Europe tout en jouant à l'Inter: Luis Suarez (en 1964, avec l'Espagne), Facchetti, Burgnich, Domenghini et Mazzola (avec l'Italie, en 1968), Laurent Blanc (avec la France, en 2000) et Giorgos Karagounis (avec la Grèce, en 2004). 1964 : Suarez, deux fois champions d'Europe Une histoire footballo-politique: l'Espagne, en 1960, n'ont pas voulu jouer à Moscou pour affronter l'URSS. Quatre ans plus tard, l'Espagne elle-même a accueilli l'Euro. L'Ibérique Luis Suarez, déjà Ballon d'Or en 1960 et récent Champion d'Europe, avait remporté la première Coupe d'Europe de l'Inter le 27 mai avec une victoire 3-1 à Vienne. Peu de temps après, Suarez deviendrait champion d'Europe d'une seconde manière. L'Espagne a d'abord battu la Hongrie 2-1 en demi-finale, puis au Bernabéu, devant 79 000 spectateurs, dont le général Franco, elle a battu difficilement l'URSS 2-1, grâce au but vainqueur de Marcelino. 1968 : L'Italie domine l'Europe... grâce à un tirage au sort ''pile ou face'' En 1968, l'Italie a accueilli l'Euro. Ou plutôt les finales : les demi-finales à Florence et Naples, la finale à Rome. En quarts, les Azzurri de Valcareggi avaient battu la Bulgarie en deux manches ; format de l'époque. Pour l'équipe italienne, quatre joueurs de l'Inter ont été appelés: Giacinto Facchetti, Tarcisio Burgnich, Angelo Domenghini et Sandro Mazzola. Aristide Guarneri venait de disputer sa première saison à Bologne, après de précédents triomphes avec les Nerazzurri. Le 5 juin, la demi-finale s'est déroulée à San Paolo: l'Italie et l'URSS ont fait match nul 0-0, les tirs au but ne faisant pas partie du format, le finaliste serait désigné au tirage au sort. L'arbitre allemand Tschenscher a accueilli les capitaines, l'Italien Giacinto Facchetti étant ainsi chargé de choisir pile ou face. Le premier lancer de l'arbitre, dans les vestiaires, a été annulé: la pièce est tombé dans une fissure du parquet. Facchetti a choisi face pour la deuxième fois, un choix chanceux qui a conduit l'Italie en finale contre la Yougoslavie. Lors du premier match, le 8 juin, c'est le joueur de Nerrazzuri Domenghini qui a sauvé l'Italie, alors menée 1-0. Le jeu s'est terminé par un nul et il fallu jouer un match d'appui. Ainsi, deux jours plus tard, les équipes se sont réunies à nouveau au Stadio Olimpico à Rome. Les quatre joueurs de l'Inter, dont Mazzola, ont joué : l'Italie a gagné 2-0, grâce aux buts de Riva et Anastasi. Les Azzurri avaient remporté leur premier et toujours unique titre européen. 2000 : Victoire de Laurent Blanc grâce à un but en or Incroyable encore aujourd'hui, avec le recul. La finale en 2000 reste l'une des plus grandes déceptions de l'histoire de l'équipe nationale italienne. C'était l'Italie de Dino Zoff, avec un seul joueur Nerazzurri, Gigi Di Biagio, et avec le futur gardien de l'Inter Francesco Toldo dans les buts. Ce championnat d'Europe se déroulait en Belgique et aux Pays-Bas, la première édition avec deux pays hôtes. L'Italie s'est qualifiée pour les demi-finales de manière emblématique, avec Toldo en héros lors du match contre la Hollande. En finale, à Rotterdam, les Azzurri prenaient la tête grâce à Delvecchio. Le choc est venu à la 90e minute, avec l'égalisation de Wiltord. En prolongation, le but en or de Trezeguet condamne les Azzurri à la défaite et hisse également la France, déjà championne du monde, au sommet de l'Europe. C'était une équipe de France, entraînée par Lemerre, qui avait Laurent Blanc au cœur de la défense. Après avoir raté la finale de la Coupe du monde pour cause de suspension, le défenseur arrivé à l'Inter en 1999 était la star de tout le Championnat d'Europe; il a été sélectionné dans l'équipe du tournoi. La France comptait également un ancien Nerazzurri dans ses rangs: Youri Djorkaeff, qui avait bougé à Kaiserslautern l'été précédent. 2004 : Incroyable exploit de la Grèce avec Karagounis Peut-être l'une des plus grandes surprises de l'histoire du football. Le Portugal qui a accueilli lL'Euro 2004 était favori. Ils étaient dans les starting blocs mais ont perdu le match d'ouverture : 2-1, contre la Grèce. Le Nerazzurri Karagounis ont réussi à marquer, bien qu'ayant passé deux ans à l'Inter de 2003 à 2005 sans trouver le chemin des filets, malgré les éclairs de football de qualité dont il a fait preuve. Le sort de cet Euros était scellé dès le premier match. La Grèce d'Otto Rehhagel est sortie du groupe à la deuxième place, puis a éliminé la France et la République tchèque. 1-0, 1-0 et... 1-0 encore en finale contre le Portugal, avec un but de Charisteas. Karagounis a raté la finale à cause d'une suspension mais est devenu champion d'Europe.
  4. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer l'excellent article de qualité de Valentin Pauluzzi de France football: Le milieu de terrain est l'un des joueurs phares de l'Inter Milan, championne d'Italie, mais dont le style de jeu fait débat. Devenu une référence à son poste, il espère bien confirmer ses progrès à l'Euro, avec la Squadra Azzurra. Extraits du long entretien qu'il a accordé à France Football. Sur la méthode Conte "Il a ses lignes directrices, celles qu'on connaît depuis des années, il suffit de regarder les matches, ça se voit. Il est tellement compétent en tout, pas seulement sur le plan mental, mais aussi en matière de tactique, d'entraînements. Ce n'est pas simple d'entrer dans ses mécanismes. L'an dernier, nous étions une équipe de Conte ; cette année, nous sommes l'équipe parfaite de Conte. Nous rions et nous plaisantons, car nous ne sommes pas non plus à l'armée, mais nous avons toujours la victoire du dimanche comme objectif, il n'y a pas d'autre choix." Sur les critiques autour du style de l'Inter "Coaches, anciens joueurs, journalistes, chacun a ses idées et je respecte leurs opinions. Mais quand même, avant que l'Atalanta ne plante six buts par match, nous avions la meilleure attaque, nous avons la meilleure défense, nous avons gagné le Championnat, pourquoi critiquer une équipe qui a fait tout cela ? Affirmer que l'on préfère un autre style de jeu, la possession, ça, je l'entends bien, mais l'Inter a opté pour un jeu en rapport avec ses caractéristiques. Pourquoi faire de la possession quand on peut aller directement au but avec “Lauty”, “Romy” et Hakimi ?" Sur la particularité et la dureté de la saison "Je me suis senti parfois très fatigué avant les matches, au point de me dire : “Comment je vais faire pour jouer ?” Il y a eu notamment à chaque fois trois matches avec l'Italie lors des trêves internationales. Mais, avec notre travail et notre passion, la fatigue passe au second plan. Et puis, il y avait un Scudetto en jeu, donc nous avons fait ce sacrifice physique." Sur son rôle tactique "Parmi les milieux, je suis celui qui s'occupe un peu plus de la phase offensive, qui fait le lien entre le milieu et l'attaque. (Marcelo) Brozovic et (Christian) Eriksen sont plus dans la circulation, moi, je me projette comme le demande le coach, ou alors nous cherchons (Achraf) Hakimi à droite dont on connaît la rapidité." ® Valentin Pauluzzi - Francefooball.fr
  5. Romelu Lukaku s’est livré à ESPN durant son dernier stage international Les Diables Rouges "Nous avons conscience d’être une équipe de talents, mais nous ne nous définissons pas comme une "Génération Dorée", nous ne nous autoproclamons pas : Nous sommes un groupe de joueurs de talents et nous savons que nous disposons de nombreux joueurs qui seraient également titulaire dans n’importe quelle autre équipe." "C’est beau d’être dans une atmosphère compétitive, si on regarde notre équipe, on voit qu’elle est pleine de diversité : Il y a plusieurs ethnies, plusieurs type d’expérience, chacun apporte quelque chose, nous sommes toujours ensemble." "Nous cherchons à démontrer à la population belge que nous pouvons faire preuve d’unité, même si nous avons des expériences différentes, des religions différentes, on peut se battre ensemble. Ce que nous vivons est à présent différent de ce que l’on a connu à la Coupe du Monde au Brésil. Et Même en Russie, le soutien des supporters était très beau, j’espère que l’on pourra revivre de tels moments." Roberto Martinez "Lorsqu’il est arrivé, il a changé en substance le système à 4 défenseurs pour un système à 3. Il a cherché à insérer le plus grand nombre possible de joueurs offensifs, il a changé le système. Hors du terrain, il ne nous a pas beaucoup changé, nous avons plus de responsabilités et de libertés." Vincent Kompany "Nous avons la même histoire, il a aussi évolué pour l’équipe qu’il supportait étant enfant. Je voulais seulement être comme lui, même si c’était un défenseur. Il voulait jouer pour Anderlecht, joueur pour l’équipe de la ville qu’il aimait et y remporter des titres." "Cela s’est passé lorsque j’étais plus jeune, et même lorsque j’étais jeune, je savais qu’en parvenant à m’améliorer, que je serais capable de réaliser ce qu’aucun autre attaquant belge n’a jamais réussi à faire dans l’Histoire. C’est ce que j’avais en tête : Être différent, être différent des attaquants que la Belgique avait à l’époque." Préfèreriez-vous remporter l’Euro avec la Belgique ou la Serie A ? "Les deux, si j’en ai la possibilité. Permettez-moi de vous répondre les deux." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. La tranquillité et la sécurité d’un vétéran combiné à la volonté de s’améliorer et à la faim de la jeunesse : Alessandro Bastoni, après avoir conquis l’Inter, a conquis la Nazionale en étant complimenté et applaudi à chaque sélection. Moment Magique Agé de 21 ans, le défenseur Nerazzurro s’est affirmé comme l’un des meilleurs joueurs prometteurs à son rôle, non seulement dans le Calcio, mais également à l’internationale: Titulaire indéboulonnable de l’Inter d’Antonio Conte, il est à présent mis en lumière suite à ses débuts optimaux avec la Nazionale, lui qui était pourtant appelé pour remplacer au pied levé deux piliers tels que Bonucci et Chiellini. Il ne s’est pas fait submerger par l’émotion et a répondu présent en bombant le torse face à un attaquant pure race tel que Lewandowski. Ces prestations excellentes font qu’ils sont nombreux, ceux qui souhaitent le voir convoquer pour le prochain Euro. Une évaluation d’un Top Player Sa croissance exponentielle se répercute inévitablement sur sa valeur marchande : Selon Transfermarkt, l’évaluation de Bastoni est de 45 millions d’euros, une valeur qui fait de lui le sixième joueur de la génération 99 le plus cher du monde, juste derrière les talentueux Havertz, Joao Felix, De Ligt, Donnarumma et Rice. Il s’agit d’une reconnaissance prestigieuse pour le défenseur Nerazzurro, qui prouve encore une fois le flair de la décision prise par la Direction Nerazzurra, lorsqu’à l'été 2017, elle avait décidé d’investir 31 millions d’euros pour un joueur formé par le secteur jeune de l’Atalanta. Une somme qui était à l’époque retenu comme excessive, mais qui au net des prestations du joueur, est à présent représenté comme le petit chef d’œuvre du mercato de la part de l’Inter ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Romelu Lukaku, Capitaine de la Belgique face à l’Islande, s’est livré à une très longue interview à la RTBF, la télévision nationale belge: Comment avez-vous vécu ces mois de pandémie, dans un pays comme l’Italie, où le Covid-19 a énormément sévi? "Je suis toujours resté à la maison, car je ne savais pas ce qu’il pouvait arriver. Beaucoup de personnes ont perdu des proches, c’était un moment difficile pour tout le monde. Ce l’était aussi pour moi car je ne pouvais pas vivre en sécurité, on ne savait pas se parler. J’étais à la maison, je faisais du tapis roulant et du vélo d’appartement. Mentalement, ce fut très dur. La chose la plus importante pour moi a été de sortir de cette période, en ayant peut-être appris quelque chose de nouveau." "J’ai lu beaucoup de livres, j’ai aussi suivi des cours d’entraîneur à la Fédération belge pour les joueurs internationaux. C’était une période assez désagréable…la distance entre moi, mon fils, ma mère et mes frères. C’était difficile car nous ne nous parlions toujours pas, on ne pouvait pas se voir, c’était particulier. Lorsque j’ai reçu l’autorisation du club de quitter mon domicile, c’était la plus belle de choses. Je pense également, qu’en tant que famille, que cette situation nous a soudé." Vous venez de vivre une saison exceptionnelle à l’Inter. Par chance, vous n’êtes pas encore en fin de carrière, que bilan dressez-vous de votre aventure de footballeur jusqu’à ce jour..... "J’avais l’ambition de devenir un joueur professionnel car ma situation familiale n’était pas la meilleure et cela me faisait souffrir, c’est un parcours qui marque un gamin. Ma mère a réalisé certaines choses qui m’ont marqué et qui m’ont permis de faire preuve d’une certaine détermination dans le football. Je ne veux pas pas que ma mère, mes frères et mes enfants ne revivent une pareille expérience à l’avenir. Je voulais arriver en équipe première d’Anderlecht le plus tôt possible." Cette situation vous a forgé rapidement..... "C’est comme ça. Il y a quelques semaines, j’ai parlé en Live sur Instagram avec Adriano. Lorsqu’il jouait à l’Inter c’était mon idole, et à cette époque-là, il n’y avait pas la télé à la maison et j’allais avec l’un de mes parents à Bruxelles voir ce qu’il faisait sur YouTube." "Pour moi, c’était émouvant de parler avec lui car il m’a rappelé aussi ces moments-là: C’était un moment très touchant." Romelu est-il parfois plus incompri que d’autres ? "Oui, mais je ne veux pas qu’on m’assimile à cela. Je mets énormément de détermination dans ce que je fais et plus spécialement dans le football car il peut tout t’apporter rapidement, mais il peut tout t’ôter rapidement aussi. Je me suis toujours dit qu’il n’existait pas quelque chose que je ne saurais pas faire, j’ai tellement donné de moi-même pour trouver la volonté de devenir plus fort." "On doit penser comme cela si on veut survivre dans le football professionnel, les jeunes doivent comprendre que ce n’est que compétition. Si les garçons veulent devenir des professionnels, ils devront avoir la force et la volonté de vouloir devenir plus fort quotidiennement." Est-ce que ce caractère a changé le regard posé sur vous ? "Je ne parle pas énormément hors du terrain, je dis ce que j’ai à dire, et ensuite je fais mon job sur le terrain. En dehors, je pense être un bon père et un bon fils pour mes parents. Je veux apprendre des expériences de la vie." Vous avez débuté avec une précocité incroyable dans le monde du football: Pensez-vous avoir atteint le pic de votre carrière aujourd’hui ? "Non, je pense qu’il y a toujours un autre niveau à atteindre. Cristiano Ronaldo est, par exemple, un joueur qui chaque année vise à devenir toujours plus fort. Des personnalités comme Karim Benzema et Robert Lewandowski démontrent la volonté de chercher toujours à devenir le plus fort." "Cette année, avec l’Inter, je suis arrivé à la seconde place en Championnat et nous avons perdu la Finale de l’Europa League, j’ai déjà trouvé, sur base de ce vécu, la motivation pour atteindre le niveau supérieur." Aujourd’hui, vous sentez-vous dans le cœur des belges ? "Oui, car je sais qui je suis et je n’ai jamais mis mes intérêts personnels avant ceux de l’équipe, et je ne le ferai jamais. Je ne serais jamais allé à l’Inter sinon, ni en équipe nationale. Nous sommes une génération de talents et ils m’ont tant apporté. Je joue à côté de Dries Mertens, Kevin De Bruyne, les frères Hazard, ils t’offrent tous des caviars et je n’ai qu’à la pousser au fond. Je suis content de jouer avec cette génération, sans eux, je n’aurais jamais inscrit autant de buts en équipe nationale." Difficile de faire mieux que ce que vous avez fait la saison dernière, avec l’Inter…Le fait d’avoir de meilleures statistiques est-il un objectif pour vous permettre d’avancer la saison prochaine ? "Je pense que le collectif est ce qui me motive principalement. Je pense que nous avons l’équipe pour savoir réaliser d’excellentes choses, ensuite c’est sur le terrain qu’il faudra le prouver. Nous avons très bien terminé la saison dernière, je pense que nos performances défensives sont devenues plus solide. Nous avions fait de notre mieux pour gagner chaque match, je pense que cela va pouvoir nous aider pour faire de belles choses cette année. Nous verrons par la suite." Pour devenir Champion d’Italie ? "C’est l’objectif, nous verrons." Ressentez-vous avoir le Leadership que beaucoup perçoivent ? "Oui, je pense savoir unir l’équipe et rendre mes équipiers meilleurs en leur disant des choses positives, même lorsqu’ils se plantent. Je les incite à aller de l’avant. Chaque fois que je joue, je cherche surtout à faire comprendre au groupe ce qu’est le plaisir de jouer ensemble. Chaque match est un test pour nous, et je dis toujours que nous devons viser à chaque matchs la victoire, même si ce n’est pas toujours possible. Le leadership, consiste pour moi, à motiver l’équipe à tout donner jusqu’à au bout du bout, même si le match n’est pas en notre faveur." Si vous deviez choisir entre l’Euro et le Mondial ? "Pas de choix, réussir à remporter les deux serait l’idéal." Qu’est-ce qui touche Lukaku aujourd’hui ? "Mon fils, ma mère, mon frère…Voir mon fils me sourire à mon réveil, ou le voir heureux lorsque je reviens de l’entrainement. Je cherche aussi toujours à impliquer mon frère Jordan dans mes décisions." Le rêve de votre vie, au-delà du football ? "Non, franchement, je n’en ai pas tellement. Je veux me réveiller le matin et être une bonne personne, un gars normal avec qui parler." Que pensez-vous de Milan et de l’Italie ? "Je suis heureux d’y vivre, il y a toujours quelque chose à faire et pas seulement du shopping, même si lorsque je fais venir ma mère, cela me donne la migraine. Les gens sont chaleureux, ils aiment le Calcio, plus que les anglais. Ils sont passionnés, si les choses vont bien et qu’ils voient que les joueurs donnent tout sur le terrain, le respect est pour la vie. Mais si les choses ne vont pas bien, tu dois te préparer car ce sera désagréable." "Je les remercie de vivre une telle situation, vivre là-bas est le top. Je m’y sens vraiment bien, les gens sont gentils et je suis fier d’avoir fait ce choix." Pensez-vous jouer de nombreuses années en Italie ? "J’y suis heureux, je ne le nie pas. La saison dernière, nous avons vu que l’Inter tournait très bien et cette année, les gens s’attends à beaucoup plus de ma part. C’est à moi à porter sur le terrain, la même qualité de travail que celui réalisé l’année dernière." Quel livre avez-vous lu ? "Celui de Marco Van Basten, je dois finir celui de Wesley Sneijder et j’ai aussi lu celui de Kobe Bryant. Je les considère utile pour comprendre certaines choses qui font grandir un champion. Je veux tout donner dans ma carrière car lorsqu’elle sera terminée, je veux que lorsque l’on me regardera, on saura que j’ai tout donné. Ensuite, j’aimerai vivre avec mes enfants en sachant d’avoir tut fait et que tous mes proches soient à l'abri." Avez-vous une anecdote à nous révéler sur vos connaissances linguistique ? "Lorsque je suis arrivé en Italie, j’ai demandé au Staff de me parler en italien, et je répondais en anglais. Lorsque j’ai pris confiance, j’ai commencé à parler en Italie. La chose la plus importante est de savoir s’exprimer, si je ne parlais pas italien, cela m’aurait été difficile d’échanger avec mes équipiers italiens. Je ne pouvais pas juste m’exprimer pour dire ce que je voulais, à mon âge, parler et comprendre les langues sont pour moi important." Lukaku peut-il remporter le Ballon d’Or ? "C’est difficile pour moi de m’exprimer sur des titres individuels : Gagner en équipe est, je le pense, la vraie ambition pour un joueur. Ensuite c’est bien d’avoir des distinctions personnelles, mais c’est le collectif qui m’intéresse." Etes-vous prêt à renoncer à l’équipe nationale en cas de Succès à l’Euro ou au Mondial 2022 ? "Je donnerai tous pour les deux, j’espère que la nouvelle génération arrivera rapidement. Il y a des joueurs comme Dimata, Vanheusden, Doku, qui doivent répondre présent et comprendre où ils en sont. Ce serait bien si la nouvelle génération pouvait débarquer et commencer à se battre pour l’équipe nationale A. L’objectif est de parvenir à gagner quelque chose." Un Leadership, un sens du collectif prononcé, l’envie de tout donner…C’est un fait le maillot flocké numéro 9 a son blason de redoré..... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  8. L’UEFA ne tremble pas et a décidé de reporter d'une semaine sa décision en regard à la poursuite des compétitions européennes que représentent la Ligue des Champions, l’Europa League et le Championnat d’Europe des Nations. En effet, si l’idée de l’UEFA était de maintenir l’intégralité de ses tournois, forcé de constater que l’intervention de l’OMS en personne a remis tout en question : Des émissaires de l’OMS ont pris avec l’Union Européenne de Football Association, le mot Pandémie a été pour la première fois était mis sur la table "A la lumière de la diffusion continue du Covid-19 en Europe et des analyses de l’Organisation Mondial de la Santé, l’UEFA a invité aujourd’hui ses 55 fédérations affiliées accompagné des Conseillers de l’European Club Association et de l’European Leagues et un représentant de la FIFPro a participer à une vidéo-conférence le mardi 17 mars afin que le Football Européen apporte une réponse à l’explosion du virus. Les discussions incluront l’ensembles des compétitions nationales et européennes, mais également l’Euro 2020. Un communiqué sera ensuite émis au terme de ces rencontres." La Ligue des Champions touchée Reste à présent à savoir si la suite du tournoi sera maintenu voir annulé... Confirmation de Luis Rubiales Le Président de la RFEF, la Fédération Espagnole de Football a confirmé que l’UEFA pense sérieusement à suspendre la Ligue des Champions et l’Europa League : "On parle de prendre une décision imminente: La suspension des compétitions de l’UEFA est prise en considération. Ce n’est pas la décision d’un seul pays mais de nombreux pays. Il y a des protocoles et un besoin de bien travailler. Je parle de l’UEFA et des autres fédérations. Il n’est pas utile de s’alarmer. "Cette situation vaut aussi pour les rencontres des équipes nationales. Il s’agit de quelque chose de mondial. Deux des Championnats parmi les plus important du monde sont touchés. L’UEFA expliquera sont plan global en regard aux équipes nationales." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Plus qu’un Derby d’Italie, qu’un Derby della Madonnina, qu’un Derby della Molle, l’Italie du football se retrouve au centre des projecteurs. Celle-ci, guidée par un Dal Pino jouant avec le feu au sein même de la Lega, connaîtra son avenir ce mardi 10 mars après un Conseil Fédéral extraordinaire. En effet, plusieurs voix s’élèvent pour arrêter la compétition la plus suivie de la Botte, au sein même de l’Association Italienne des Joueurs (Aic) par l’intermédiaire de son Président Damano Tomassi , en passant par Spadafora, le Ministre des Sports qui avait exigé, ce dimanche en fin de matinée, l’arrêt pur et simple du tournoi suite aux décisions historiques prise par le Gouvernement Conte. "Nous avons analysé avec profondeur le décret et nous avions demandé la suspension des matchs de ce dimanche, et de voir comment cela pourrait évoluer par la suite. Cela n’a pas été possible, nous verrons ce qu’il en résultera mardi.Il faut se rendre compte que la situation est sérieuse et grave, et que l’on ne peut décemment pas jouer au football. Le décret déclare que l’on ne peut pas s’entrelasser ni avoir de contacts comme le fond les joueurs." "C’est une constatation exagérée, mais les problèmes qui en découlent confirment que le pays n'a pas compris qu’il devait changer sa façon de vivre". Tous, aussi bien au niveau du gouvernent que des experts adressent ce message : Changer de vie, éviter les rassemblement. Aujourd’hui par contre, outre les matchs en Italie, il y a aura des rassemblement dans des locaux pour regarder les rencontres." "Nous faisons déjà face à un cas de positivité au Coronavirus dans un club professionnel : Un magasinier d’une équipe évoluant en Lega Pro et qui est aux soins intensif." - Damano Tomassi dans le cadre de 90° diffusé sur la Rai Même son de cloche du côté du Ministre des Sports Intervenu à Rai Sport, Vincenzo Spadafora, se montre très sévère en regard à la gestion de l’épidémie par la Lega qui a décidé d’envoyer les joueurs sur le terrain "Personne, au sein de la Lega Calcio ne prends ses responsabilités car il y a des intérêts économiques. Ce monde du Calcio se sent immunisé face au virus, face aux règles et face aux sacrifices que tous réalisent dans l’ensemble du pays." La Lega Calcio continue de s’enfoncer La Lega Calcio a publié ce dimanche un communiqué suite au dernier décret pris en urgence par le Conseil des Ministres, un décret sur lequel se base le Ministre des Sports, lui qui a pris la décision de contacter directement la FIGC afin d’évaluer l’arrêt définitif des championnats "La Lega Serie A a toujours respecté, avec un intérêt suprême pour la santé, toutes les indications gouvernementales relative à la gestion de l’épidémie du virus COVID-19. Et ce même lorsqu’il y eux des manifestations de façon ondulées et contrastante." "En vue de s'assurer de la mise en sécurité et de la santé des athlètes, ainsi que de tous les intendants au clubs, la Lega Serie A a tenu, de façon rapide la semaine dernière une conférence vidéo avec les médecins des clubs, sous la coordination du Professeur Casasco, pour établir des procédures et des comportement à adopter afin de préserver la santé de tous." "Aujourd’hui encore la Lega Serie A a strictement respecté ce qui est déterminé par le DPCM publié ce matin par le Premier Ministre Conte, en liaison avec le décret d'urgence de la FIGC (communiqué de presse officiel 173 / A) qui établi que toutes les rencontres doivent se disputer à huis-clos. Le retard du coup d’envoi de la rencontre Parma-Spal est attribuée à une démarche de la FIGC en regard à une demande introduite en urgence de l’Associazione Italiana Calciatori." "Contrairement aux conditions reprises dans le Decret, qui autorise les rencontres professionnelles de la Serie A Tim a évoluer à huis-Clos, l’AIC a demandé, a quelques minutes du coup d’envoi, la suspension du championnat avec la peu de voir les joueurs partir en grêve." "Il s'agit d'une demande qui a mis en péril la gestion du système déjà fort pénalisé par l’Etat d’Urgence, une demande qui menace également le paiement des salaires aux joueurs. Le Conseil de la Lega Serie A qui s’est tenu hier a provoqué le retard du coup d’envoi de la renconre du Tardni. Il a été retenu qu’il fallait respecter les indications gouvernemental prévu par le DPCM de ce matin, en poursuivant les rencontres à huis clos." "Les mêmes considérations exprimées ici s'appliquent en ce qui concerne les droits télés, où Lega, Sky et Dazn ont respecté les dispositions existantes. Les déclarations répétées et contradictoires du gouvernement ne font qu’accroître l’état général de confusion et n’aident certainement pas le système à surmonter le moment de difficulté généré par le virus." Giovanni Malago sort la sulfateuse Interviewé ce dimanche soir par Fabio Fazio dans le cadre de l’émission a 'Che Tempo Che Fa', Giovanni Malagò, Président du Coni a lancé de sérieuses accusations envers la Lega Calcio et la gestion de sa présidence "Aujourd’hui, le Conseil de la Lega a pris une décision contraire à la proposition du Ministre Vincenzo Spadafora, une décision autorisée par le DPCM. Mardi, la FIGC avait confirmé que la Lega devait assumer ses propres responsabilités." " La FIGC a exprimé ses contrariétés en regards aux gestes posés par la Lega A. Je peux leur donner un coup de main, je dis juste que tous doivent aller dans la même direction. Le Calcio ne peut pas avoir des règles différentes des autres sports d’équipe." Est-ce juste d’arrêter la Serie A de football ? "Je crois que dans tous les sports d’équipe, du football au volley en passant par le hockey et tant d’autres, tous doivent aller dans la même direction. Dès demain je travaillerai sur cet aspect. Je vais appeler les Président des Fédérations de l’ensemble des sports d’équipe à ce sujet." "La Serie A est sous gestion de la Lega, mais la Lega travaille sur base des délégations en provenance de la Fédération….Donc…" … Communiqué relatif à la tenu du Conseil Extraordinaire "Vu la demande du Ministre des Sports, entendu par le Président du Coni, Giovanni Malagò, celui-ci a pris acte de la volonté de l’établissement d'un Conseil extraordinaire de la Lega de Serie A, détentrice de l’organisation du Championnat, de respecter les prescriptions retranscrites dans le DPCM en regard à l’épidémei Covid19. Et de la volonté de cette dernière de maintenir la programmation des rencontres à huis-clos. Le Président de la FIGC, Gabriele Gravina a convoqué un Conseil Fédéral Extraordinaire qui se tiendra le mardi 10 mars 2020" - révèle l’Ansa Celui-ci se tiendra à 14h00 3 scénarios possibles : 1° Report de l’Euro 2020 La FIGC pourrait demander à l’UEFA de demander un report de l’Euro à une date à définir. Gravina souhaiterait repousser la compétition d'au moins 10 jours. En effet, la compétition doit débuter le 12 juin et les joueurs doivent être en stage international dès le 1er juin. Reporter cette compétition de façon globale permettrait à tous de ventiler les rencontres sur les périodes disponibles Aleksander Ceferin pourrait également reporter l'Euro en 2021 étant donné que plusieurs pays européens sont touchés. Si l’Uefa dit non : 2° Etablissement d’un calendrier alternatif S’il est impossible à anticiper pour l’heure, il se pourrait que la Coupe d’Italie en fasse les frais, avec un report des demi-finales/finale au mois d’août, offrant de la sorte des plages de matchs disponibles... 3*Arrêt définitif de la compétition Depuis le 23 mai 1915, période où l’Italie entrait dans la Première Guerre Mondiale, il n’y avait plus eu une telle démarche Le Conseil Fédéral prendrait la main et pourrait prendre des décisions similaires à celles connu lors du Calciopoli en 2006 : Aucune assignation du Scudetto – La Juve appréciera Le classement serait figé afin de définir les qualifiés au différentes Coupes d’Europe - En cas de fixation définitive, il s'agirait du classement actuel, et ce, en l’état : Donc pas de place pour les matchs en retards ! Aucune rétrogradation. Ce dernier point pose question étant donné que Benevento en Serie B dispose de 17 points d’avance sur son dauphin, ce club serait le plus pénalisé, tout comme certains clubs de Serie A, tandis que d’autres seraient à la fête Le Conseil Fédéral étudie également cette éventualité et est prêt à prendre les dispositions nécessaire afin de proposer un accord qui mettra tout le monde d’accord….. Pour faire simple : Bonne Chance ! De son côté, Luca Marelli, ancien arbitre de Serie A, suggère les choix suivant: Play-Off en vue de décider du Scudetto, des coupes d'Europe et du maintien Annulation pure et simple du Championnat et de la Coupe d'Italie Report à l'été 2021 de l'Euro Seriez-vous, vu l’ampleur de la situation en Italie en regard à l’épidémie, pour un arrêt pure et simple du tournoi avec le maintien des places au jour d’aujourd’hui, mais sans remise historique du Scudetto, ni même de relégation ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr