Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'europa league'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, pour Simone Inzaghi l’heure de la révolte doit sonner, du moins au championnat car aligner trois défaites déjà maintenant au compteur fait tache, même si le Bayern de Munich est perçu comme bien trop fort Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La Propriété s’attend à un changement de cap rapide, car elle est convaincue d’avoir mis à la disposition de l’entraineur le noyau qu’il souhaitait, en le contentant à chaque reprise comme le révèle la confirmation de Milan Skriniar malgré l’instance du Paris-Saint-Germain et à l’acquisition d’Acerbi en dernière minute." " Comment dire : Face au Torino, la révolte est chaudement conseillé!." Dans la ligne de mire pour La Repubblica "Inzaghi est dans l’œil du cyclone, comme cela se passe toujours lors de ce type de situations, ces deux dernières sorties n’ont convaincu personne, aussi bien au niveau des formations initiales que des remplacements en cours de match, sans oublier ses explications en conférence d’après match… L’équipe semble être en retard de préparation physiquement, très en retard même, et la défense est des plus friable, car elle craque dès les premières gouttes des attaques adverses, une situation qui est devenue une constante." La Position de la Direction Italienne Giuseppe Marotta a tenu à assurer ses arrières, l'entraîneur devient un bon alibi, même bien plus qu’une excuse pour les échecs liée leur cause, à la question "Inzaghi a-t-il encore la confiance du club ?" Il a répondu : "Bien sûr qu'il la conserve, il fait un excellent travail, il sait très bien gérer l'équipe." Ce n’est pas lui qui est donc remis en discussion, mais certains comportements : "Nous sommes l'Inter, nous voulons plus de prudence et de motivation de la part de tout le monde. Ce maillot doit être honoré de la meilleure façon possible, nous avons cette obligation envers les 60.000 personnes qui se présentent au Stadio Giuseppe Meazza : Nous devons y croire jusqu'au bout, la saison ne fait que commencer, la deuxième étoile est possible'' Redevenir une équipe pour la Rosea "Nous devons redevenir une équipe" telle était la phrase symbolique qui a surgit de la discussion, entre les joueurs, Simone Inzaghi et son Staff et la Direction, qui s'est tenue aujourd'hui.: "Toutes les thématiques ont été abordées : Les fractures mentales lors de l’apparition des première difficulté, la différence de performance globale par rapport à l'année dernière alors que le noyau est inchangé, les attitudes peu constructives de certains joueurs sur le terrain, la condition athlétique." Si la Direction s’est exprimée, plusieurs joueurs ont également pris la parole, dont le Capitaine Handanovic et Barella , qui sont parmi les plus expérimentés et qui ont fait leur mea culpa, reconnaissant qu'ils étaient coupables dans cette situation difficile "Ce que nous faisons n'est pas suffisant, nous devons en faire plus, y compris en matière d’entrainement." La confrontation a été décrite comme constructive par toutes les parties. Parmi les joueurs, par exemple, certains ont mentionné la condition athlétique, comme s'ils n'avaient pas l'impression que leurs jambes tournaient correctement. Mais les données exposées par le staff technique ont souligné que l'Inter, lors des deux derniers matchs, a couru pourtant bien plus que l'AC Milan et le Bayern: "Si l’Inter courent plus, elle court mais mal…" Une magie rompue le 22 mai 2022 pour Tuttosport "Quelque chose s'est brisé le 22 mai, le jour des larmes sous la Curva Nord pour un Scudetto jeté aux oubliettes. C'est là que la magie qui entourait la première saison de Simone Inzaghi à l'Inter a été brisée: L'idée qu'Inzaghi est le principal responsable de la perte du Scudetto est erronée et peu généreuse, mais, ce qui s'est passé lors des premiers matchs de la saison, avec ses mauvais changements à l'Olimpico et ses remplacements tardifs dans le Derby et même avec le Bayern, a fait gonfler la tête de ses détracteurs, en allant même jusqu’à faire chavirer sa propre base de soutien, car ce mercredi et pour la première fois elle n'a rien pardonné à son 'Inter".' Dejan Stankovic favori à la succession "Simone Inzaghi ne risque pas son poste mais, pour les trois matches à venir qui le sépare de la trêve internationale, il devra redresser le niveau de performance de l'équipe, et ce même si le calendrier est parsemé d'embûches avec la réception du Torino au Giuseppe Meazza, et deux déplacement à l’extérieur à Plzen et à Udine." "Simone est à la croisée des chemin dans un tournant de la saison qui est déjà important pour les ambitions du club en Serie A où il lui sera vital d’engranger un 6/6 pour rester attaché au "Wagon Scudetto" et pour assurer une place, à minima en Europa League, tout en gardant l’espoir de voir le Bayern Munich et Barcelone caler pour entretenir la flamme de la qualification pour les 16èmes de finale de la Ligue des champions." "Jusqu'à présent, LInter n'a jamais pensé à d'autres entraineur, également à cause des raisons que lui propose le marché : Mauricio Pochettino, en raison des coûts qu'il implique, est inatteignable, tandis que Roberto De Zerbi, qui est un entraîneur que Piero Ausilio a toujours apprécié, ne semble pas être l'entraîneur idéal pour prendre une équipe en cours de saison, entre-autre à cause du fait que l'Inter joue depuis des années avec le 3-5-2, un système de jeu très éloigné des idées tactiques de l'ancien dirigeant du Shakhtar Donetsk." "En cas de succession, il est bien plus facile pour l'Inter d'opter pour un entraîneur moins "dogmatique" et présentant un profil agréable à la vue de tous, une identité qui répond parfaitement à celle de Dejan Stankovic, qui a quitté l'Étoile Rouge de Belgrade après y avoir remporté trois championnats consécutifs ainsi que deux coupes de Serbie. Un grand "ex" qui, on peut le parier, répondrait par un grand oui, à l'appel du club avec lequel il a gagné le Triplé." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Ce jeudi soir s’est tenu la soirée de Présentation du nouveau maillot home de l’Inter à la Piazza Gae Aulenti. Arrivée de la Direction acclamée par les Tifosi, qui demandent le recrutement de Paulo Dybala et de conserver Milan Skriniar, sans oublier une dédicace à la Vieille Dame! La présentation des joueurs au balcon et un Lautaro plus que jamais Leader Romelu Lukaku: "Je suis fier d'être de retour à Milan: Mon cœur est ici et je ferais tout pour gagner à nouveau le Scudetto" Simone Inzaghi: "Un grand salut à tous les tifosi: Vous êtes vraiment spéciaux!" Place à la Conférence de presse L’Inter du Toro "Je suis heureux de débuter cette nouvelle saison et de continuer sous ce concept de Famille. Je veux que tous comprennent que nous nous battons pour cela et que nous sommes unis aussi hors du terrain." "Pour moi, la Famille est un concept très important. L'image du stade plein à la fin de la saison dernière, où personne ne voulait partir, restera dans ma mémoire pendant longtemps, si ce n'est pour la vie, parce que c'était magnifique. Nous sommes heureux de commencer une nouvelle saison toujours avec ce concept de famille, que nous essayons d'ailleurs toujours de transmettre aux nouveaux arrivants. Sur le terrain, nous sommes des frères." Lautaro se livre sur notre équipe féminine "Depuis cette saison, elles sont considérées comme des professionnelles et je suis content de la croissance dont elles ont fait preuve lors de cette dernière période : Je suis vraiment eux car c’est vraiment important pour elle." Romelu Lukaku revient sur sa première vie interiste "La défaite en finale de l’Europa League a été très douloureuse pour notre équipe, mais elle nous a aussi aidé pour la saison qui a suivi et pour remporter le Scudetto. Cela vaut aussi pour la défaite face au Milan qui était premier, car lorsque nous les avons surpassé, c’était bénéfique pour l’équipe : Notre grand défi sera de l’emporter à nouveau cette année." "Nous sommes une grande famille dans les vestiaires. Sur le terrain, personne ne dit du mal de l'autre et nous sommes toujours positifs. Et puis, avant les grands matches, il y a toujours un grand ancien qui nous écrit et nous encourage. Cela montre que l'Inter est une grande famille." Nicolò Barella sur sa vie de footballeur "C’est un sport qui me permet d’être en contact avec tellement de personnes, de culture, mais qui m’a fait grandir aussi lors des périodes de difficultés : Parfois le football est merveilleux, parfois il est cruel, avec le temps tu prends tout ce qu’il t’est possible de prendre, c’est ce que je cherche à faire." "La preuve que l'Inter est une grande famille est venue à la fin de la saison dernière quand, après une grande déception pour nous et pour tous les Tifosi de l'Inter, il y avait ce respect et cet amour entre nous et tous les gens. C'était la meilleure démonstration" Lautaro conseille les plus jeunes "Il faut hausser le niveau quotidiennement, se sentir responsable, je l’ai toujours fait depuis tout petit et je continue aujourd’hui à penser que c’est la bonne mentalité. Je suis content d’être resté à l’Inter, ce sera une saison pleine d’engagement, c’est évident et je suis prêt pour renouer avec la victoire." Big Fail "C’est mon plus grand défi sportif à présent, car je suis parti ailleurs et que j’ai déconné c’est vrai hein Nico..." "Il se tourne vers Barella qui fait un geste des mains style...... ......Je te l’avais dit que c'était un mauvais coup mon frère." "Mais à présent, je suis heureux d’endosser à nouveau ce maillot. Je pense que cette année sera un beau défi à relever, nous devons continuer sur notre voie" Mon câlin avec Lautaro ? "J’avais besoin d’un peu d’amour après les courses de ce matin. Ma famille s’est toujours bien sentie à Milan, ma mère venait toujours ici, c’était normal de revenir." L’Inter, plus que jamais une famille ! Et c’est aussi pour cela qu’on l’aime! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. L'actuel entraîneur de Tottenham Antonio Conte pense que son passage et son succès à l'Inter Milan lors des deux dernières saisons parle pour lui même. Lors de la conférence de presse en marge de la demie-finale de Carabao Cup face à Chelsea, et comme rapporté par FCInterNews, le tacticien Italien a souligné l'importance de son travail accompli avec les Nerazzurri. Conte a rejoint l'Inter lors de l'été 2019 en ayant déjà une solide réputation, notamment après ses passages à la Juventus, à Chelsea ainsi qu'avec la Squadra Azzurra. Le coach a guidé l'Inter à la seconde place en Série A et jusqu'en final d'Europa League lors de sa toute première saison en poste, avant de glaner le Scudetto lors de sa seconde. Conte retourne à Stamford Bridge pour la première fois depuis qu'il a quitté le banc de Chelsea, et il croît que son travail à l'Inter prouve qu'il reste dans le haut du panier des entraîneurs, ainsi que son projet actuel à Tottenham. "Je pense que dans la position dans laquelle je suis, je n'ai rien a prouver à qui que ce soit," a-t-il déclaré. "Je suis un coach d'expérience, et j'ai déjà réalisé d'important travaux avec l'Inter et maintenant avec Tottenham." ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  4. L’ancien Administrateur-Délégué est sans conteste l’un des principaux artisan du renouveau conquérant Nerazzurro: Entré en poste le 13 décembre 2018, Giuseppe Marotta est nommé Administrateur-Délégué Sport de l’Inter. Sur le banc de touche on retrouvait Luciano Spalletti et Mauro Icardi comme capitaine et Leader de l’équipe. Le retour en Ligue des Champions aura vu l’équipe disputer la phase de groupe avant d’être reversé en Europa League. 16 décembre 2021, soit un tout petit peu plus de trois années ont passé et la situation est totalement différente : On retrouve à la tête du groupe Simone Inzaghi et sur le maillot une certaine cocarde tricolore. De plus, le club a retrouvé sa compétitivité aussi bien en Coupe d’Europe qu’en Italie Le Triennal de Marotta entre passé, présent et futur L’avènement de Marotta fut clairement décisif pour convaincre Antonio Conte d’épouse le projet Nerazzurro. "Pour réduire l’écart avec la Juventus, il n’est pas utile de se lancer dans des proclamations, mais d’avoir une Culture du travail accompagnée du sens d’appartenance envers le club" - Dixit Marotta le jour de son intronisation Des mois intenses et délicats suivantes avec la gestion du cas Icardi et un vestiaire qui a implosé : Mais finalement, le dirigeant est parvenu à redresser la situation, en recrutant Conte à Milan L’été 2019 est celui de la construction de l’Inter qui en deux saison permettra la conquête d’un Scudetto via une campagne de transfert pharaonique : Romelu Lukaku, Nicolò Barella, Stefano Sensi, Alexis Sánchez, Valentino Lazaro et Diego Godin, sans oublier les retouches hivernales Christian Eriksen, Ashley Young et Victor Moses. Pour la première année de Conte, l’équipe accroche la seconde place en Serie A et s’incline en Finale de l’Europa League face à Séville. C’est exactement à partir de ce dernier que débutera la chevauché menant au Scudetto malgré un mercato estival 2020 pratiquement inexistant, la faute à la pandémie liée au Covid-19 qui inflige de sérieuses séquelles à tous, et pas uniquement à l’Inter. Le temps de célébrer un succès retrouvé et l’importante satisfaction d’avoir mis un terme à la Domination de la Juve qu’il avait lui-même créé est bref : Giuseppe Marotta et Piero Ausilio faisant face à un été difficile avec des départs importants : Antonio Conte, Romelu Lukaku et Achraf Hakimi, sans oublier la dramatique situation entourant Christian Eriksen. Pourtant comme le démontre le terrain, les joueurs ont été bien remplacés via les affaires conclus pour s’attacher les services d’Hakan Çalhanoğlu, Edin Džeko, Joaquín Correa et Denzel Dumfries. Ceux-ci sont accompagné par le choix de miser sur le "nouveau Massimiliano Allegri": Simone Inzaghi qui s’est montré capable de reprendre l’héritage d’Antonio Conte avec pragmatisme et empathie envers le groupe, ce qui n’est pas sans rappeler « Max » à Turin en 2014 Le présent et le futur Le parcours de Marotta n’est pas terminé, même si le principal intéressé a confirmé que l’Inter sera le dernier club de sa carrière, lui qui songerait à se renouvellent dans un poste à niveau institutionnel. Giuseppe Marotta n’est pas simplement qu’n très grand gestionnaire de club, d’homme et de vestiaire, c’est un dirigeant compétent en plus sur les terrains, disposant d’un poids politique à la Lega. Giuseppe Marotta est de la Vieille Ecole, comme Adriano Galliani : Il sait et s’occupe de tout. Il se confronte avec les Présidents des Tops Clubs Européens, mais aussi avec les jardiniers d’Appiano Gentile. Comme déjà dit, l’Histoire de Marotta à l’Inter ne prendra pas fin au 30 juin 2022, date de la fin de son contrat actuel. Depuis longtemps, Marotta, comme Piero Ausilio et son adjoint Dario Baccin, sans oublier Samaden, le Responsable des jeunes, est en négociation avec Suning pour prolonger son contrat, et malgré les hauts et les bas connus par la propriété, Giuseppe Marotta restera toujours à la barre Comment jugez-vous et analysez-vous le triennal de notre Padrino préféré ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Primé aux Gazzetta Awards comme lauréat de "l’Exploit de l’année", Nicolò Barella s’est livré sur ses objectifs pour cette saison: "Je suis extrêmement content, je remercie mes équipiers, car sans eux, il ne se serait rien passé, c’est un honneur d’avoir remporté ce prix. Les Italiens ont réalisé tant d’exploits, c’est une fierté pour moi." L’Objectif Coupe du Monde ? "Aller à la Coupe du Monde et la disputer serait si beau, il reste encore deux obstacles à franchir, et je mettrais tout en œuvre pour y aller." L’Inter a changé, mais elle reste toujours en tête : Est-ce que le "Scudetto Bis" a déjà été prononcée dans le vestiaire ? "C’est évident que nous tenons à défendre ce Scudetto, je veux la seconde étoile : Ce championnat est long et disputé, il est très difficile. Nous sommes l’Inter et nous voulons gagner, c’est l’Histoire du Club. L’année dernière était si belle, intense et difficile. Tout est parti de la Finale perdue en Europa League : C’est de là qu’a débuté tout le travail : Nous voulons la seconde étoile." Un message clair envoyé à l’ensemble de la Serie A ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. En effet, la valeur sur papier d’un une grosse équipe est généralement considérée comme un bon indicateur pour juger de son niveau général. Celui-ci est d’ailleurs pris en considération lorsqu’il faut établir des pronostics et des prévisions sur les performances d’un club dans un tournoi. Pourtant, comme le révèle l’étude de KPMG Football Benchmark, ce type de raisonnement n’est pas toujours le plus respecté, preuve en est avec cette édition de la Ligue des Champions qui s’avère d’ores et déjà emblématique La société de consultance a constaté, pour 4 groupes sur les 8 possibles, que ce ne sont pas les deux équipes les plus importantes qui qui sont parvenu à se qualifier. Mieux encore, seul le classement final du Groupe A correspond à la valeur des équipes dans l’ordre: Manchester City est suivi du Paris-Saint-Germain, Le Redbull Leipzig, et le Club de Bruges Dans le Groupe C, le Sporting Lisbonne vaut globalement 213 millions d’euros. Il est parvenu à battre et à éjecter de la compétition le Borussia Dortmund qui en vaut 665. Dans le Groupe E, le Fc Barcelone et ses 711 millions d’euros ont été éjecté par le Benfica Lisbonne et ses 299 millions d’euros. La situation est également similaire avec le Groupe F où l’Atalanta (440 millions d’euros) a été battue et éliminée par Villareal (390 millions d’euros) Le Groupe G est le groupe qui semblait le plus équilibré sur papier a connu son lot de surprise : Salzbourg et ses 186 millions d’euros se qualifiant pour le tour suivant en envoyant Séville en Europa League et ses 437 millions d’euros et en privant de toute compétition européenne Wolfsburg et ses 301 millions d'euros. Vu la saison actuelle, pensez-vous que notre Beneamata pourrait créer quelques surprises pour la suite du tournoi ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Javier Zanetti a préfacé la rencontre opposant l’Inter au Real Madrid au cours d’une longue interview au quotidien ibérique "Marca" Quel est votre rôle en tant que Vice-Président ? "Depuis que j’ai pris ma retraite, après 20 ans à l’Inter, j’ai eu l’envie d’élargir ma vision du Club avec un poste plus important au niveau sociétal, avec des responsabilités sociales, des relations internationales, cela va plus loin que ma contribution qui était pratiquement qu’au niveau sportif." Avez-vous dû étudier ? "Énormément, j’ai début à l’Università Bocconi di Milano, j’y ai fait un Master et je continue encore à étudier car il y a toujours des nouveautés au niveau du Marketing, des finances, du management. La chose la plus importante que j’ai compris était que je devais tout reprendre à zéro." Pourquoi vous intéresser autant à ce type de travail ? "J’aime être présent pour les personnes qui en ont le plus besoin. Je le fais depuis 20 ans avec ma Fondation "Pupi Zanetti" et j’ai voulu continuer à le faire avec l’Inter car cela fait partie de son ADN : Gagner une rencontre ou une coupe est aussi important pour moi que d’avoir des responsabilités sociales qui consistent à transmettre des valeurs humaines." Vous représentez un club très important. Comment compareriez-vous la grandeur de l’Inter à celle du Real Madrid ? "Je représente un club avec une grande histoire et c’est une très grande responsabilité. Le Real Madrid est un autre grand club de grand prestige avec une grande tradition dans les tournois internationaux. Il y a toujours eu un très grand respect entre les deux." Est-ce que vos rapports avec Florentino Perez sont bons ? "Oui, ils sont très bon, Lui et Emilio Butragueño se sont toujours bien comportés, nous avons un bon rapport depuis des années et je suis toujours heureux de les revoir. Emiliano est fantastique." Vous êtes, en Europe, un "One club man" ce qui rare et qui ne se fait plus jamais aujourd’hui…… "Je venais d’arriver d’Argentine à l’âge de 21 ans, et j’ai ensuite évolué toute ma carrière pour l’Inter: Jje ne me le serais jamais imaginé. J’espère que cette tendance reviendra, mais les temps ont changé, mais il n’y a aucun problème." Passons au match d’aujourd’hui : Le Real Madrid est-il le favori ? "Oui, affronter le Real à domicile est toujours difficile car ils savent comment gérer ce type de match. Ce qui est bénéfique c’est que nous sommes tous deux qualifiés et que nous aller jouer sans cette pression. Notre équipe réalise de très belles prestation grâce à l’optimal travail d’Inzaghi et de ses garçons. Je pense que ce sera un match à arme égale." Les Tifosi du Real risquent de penser à une Inter qui ne fait pas tellement peur: Qu’en pensez-vous ? "Non, non et non : L’Inter a son identité et elle a des joueurs de qualité qui chercheront à le démontrer aussi à Madrid. On peut gagner ou perdre ensuite, mais l’identité de l’Inter est très claire." Quel et le mérite de la propriété, dans le fait de voir à présent, une Inter qui aspire à tout ? "Avec les nouveaux propriétaires, nous avons remporté la Serie A et atteint la Finale de l’Europa League. Nous sommes de retour en huitième de finale de la Ligue des Champions après dix ans. Ils nous ont apporté de la stabilité, ce qui est quelque chose d’essentiel." Faut-il un Milan fort pour motiver l’Inter ? "Les deux équipes ont l’ambition de se montrer protagonistes, nous le faisons depuis plusieurs années et le Milan est très bon en championnat : C’est bénéfique pour tout le football italien." On joue mieux en Italie, êtes-vous d’accord ? "On cherche à être bien plus protagoniste avec une philosophie de jeu très claire. La preuve en est la victoire de l’Italie à l’Euro. C’est vrai que de nombreuses équipes cherchent à se montrer protagonistes." La Serie A gagne du terrain comparé à d’autres Ligues, cela ne fait plus aucun doute… "Lorsque je jouais en Serie A, elle était impressionnante, tout le monde voulait venir jouer ici. Pour moi, le championnat italien reste le plus difficile à disputer, ce n’est pas le cas pour tous. Le football espagnol a connu sa période et maintenant c’est la Premier League, mais oui, la Serie A est en train d’énormément grandir." Aviez-vous été proche du Real Madrid durant vos années ? Dites-le-nous…… "Oui, j’étais très proche du Real et j’ai déjà dit que je me sentais honoré de l’intérêt d’un tel club. C’était du temps de Jorge Valdano comme Directeur Sportif. Mais tous ceux qui connaissent mon Histoire savent que ma Maison est l’Inter, c’est aussi pour cette raison que je suis resté ici." Pour quelles raisons ? "L’identification avec l’Inter et le fait que je jouais dans un club avec tant d’Histoire, même si à l’époque, elle était en difficulté. Des choses ne s’étaient pas encore passés et je ne voulais pas partir sans y laisser mon empreinte. J’en étais le Capitaine et j’avais une grande responsabilité. Je voulais y rester." Dites-nous, combien de fois avez-vous joué au Santiago Bernabeu ? "Très peu de fois, et je pense uniquement à la Finale de la Ligue des Champions 2010. Une autre fois, nous avions dû jouer Madrid en Ligue des Champions à Séville car le Bernabeu était fermé. Après ma retraite, nous avons disputé un match des légendes. J’en ai aussi disputé un avec l’Argentine." Que vous rappelez-vous cette soirée de 2010 ? "C’était la soirée rêvée, l’une des plus belle de ma carrière car elle reste dans l’Histoire de mon club : J’ai soulevé la Ligue des Champions que l’Inter n’avait plus remporté depuis 45 ans." Que pensez-vous de Carvajal ? Vous étiez un spécialiste à ce poste...... "C’est un point de référence, un joueur très équilibré et qui évolue avec continuité. La preuve est que tous les entraîneurs lui font confiance." Quelle est l’image de Carlo Ancelotti, l’entraîneur, en Italie ? "Carlo est très estimé pour l’ensemble de sa carrière, pour sa façon d’être. C’est toujours un homme très calme avec des concepts très clair. Il se comporte toujours de la même façon, aussi bien en cas de victoire que de défaites. J’ai beaucoup de respect pour lui." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En effet, c’est une information relayée par Sky Sport, l’équipe Championne d’Italie en titre, suite à sa victoire sur le Napoli se remet, , en selle pour le championnat où elle s’apprête à défier le club de Venise. Si l’on se base sur les déclarations de Simone en après-match, cette reprise en Serie A devrait faire l’objet d’un turnover réaliste et nécessaire vu la fatigue importante de certains éléments fondamentaux Sky Sport a profité de l’occasion pour comparer les moyennes de Simone Inzaghi et Antonio Conte, aussi bien en Serie A qu’en Ligue des Champions, un tournoi où le natif de Piacenza a d’ores et déjà fait mieux que son illustre prédécesseur, même si celui-ci a tout de même permis à l’Inter de retrouver une finale européenne, en Europa League lors de sa première saison Si l’on analyse la moyenne de point en Serie A, Simone est sur le même rythme qu’Antonio 1er. Aucune surprise par contre, Inzaghi a engrangé le double de point que Conte en Ligue des champions Personne ne sera également surpris de constater qu’offensivement, la moyenne de but marqué est à l’avantage de Simone Inzaghi qui propose un jeu bien plus offensif que celui d’Antonio Conte en Serie A. En Ligue des Champions, le rendement actuel est similaire à l’ère Antonio 1er. Là où Antonio Conte domine en Serie A, Simone Inzaghi pèche : L’équilibre défensif a toujours été mis en avant par le natif de Lecce, l’équipe étant celle qui a encaissé le moins de but sur l’ensemble des deux derniers tournois en Serie A. La différence se trouve par contre en Ligue des Champions où la situation est totalement inversée avec Simone Inzaghi qui propose un rempart défensif bien plus performant. Ces statistiques mettent en évidence une certaine continuité, si l’équipe parvient à garder le cap, cela s’annonce de bonne augure pour le mois de mai, même si à présent, la Ligue des Champions fera son retour à Milan au mois de février! Comment jugez-vous la performance de Simone Inzaghi ? Quelles en sont ses points fort et ses points faibles ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  9. Il aura fallu une attente similaire à celle du Scudetto, soit une dizaine d’année, mais une attente qui en a valu la peine : L’Inter est mathématiquement de retour parmi les 16 meilleures équipes d’Europe Première ou seconde place ? Le mérite de ce succès en revient à Simone Inzaghi qui aura réussi l'Emprise, là où Luciano Spalletti et Antonio Conte ont échoué. La performance est d’autant plus belle étant donné que les Nerazzurri se qualifient avec une journée à l’avance! Le mérite en revient aussi à Edin Dzeko auteur d’un doublé, là où l’année dernière Mister 115 millions d’euros sauvait le Shakhtar. Le mérite en revient aussi au Real Madrid qui a pris sa revanche sur le terrain de la surprise de la compétition, le Sheriff Tiraspol qui continuera méritoirement son aventure européen, en février, mais en Europa League! Avec un jeu spectaculaire et une personnalité qui lui est propre, le Champion d’Italie a réagi comme une très grande équipe après avoir été acculé dans ses derniers retranchements au terme de la seconde journée avec un seul petit point au compteur sur six. Trois victoires consécutives plus tard, l’Inter a déjà quoiqu’il arrive atteint le premier objectif de la saison : Si tout peut à présent arriver lors de la phase à élimination directe, ce ne sera à présent que du bonus Mieux encore, là où l’Inter Championne d’Italie d’Antonio Conte a échoué lamentablement à la quatrième place d’un groupe à 75% similaire, l’Inter peut encore tenter de revendiquer la première place de son groupe de Ligue des Champions : Seul deux petits points séparent le Ral Madrid (12) de l’Inter (10). Si l’Inter l’emporte à Madrid avec deux buts d’écart, pour s’assurer une fin de match sereine, elle finira en tête de son groupe, mais il s’agit-là d’une tout autre histoire, ce match sera, avant tout, un match de gala. Le plus important est qu’après dix ans de calvaire, les huitièmes de finale de la plus prestigieuse compétition européenne sont redevenu une réalité! La Stat C’est une révélation d’Opta, l’Inter est l’équipe qui a tenté le plus de marquer, lors des premières mi-temps de cette édition de la Ligue des Champions : 62 tentatives, soit 11 fois plus que n’importe quel autre équipe du tournoi. Sur ses 62 tentatives en première période, le ballon s’est retrouvé au fond des filets qu'à une seule reprise ! Seul le Dinamo Kiev a fait pire en ne tirant qu’à 16 reprises ! Cheh ! Tableau récapitulatif Résumé vidéo Inter 2-0 Shakhtar Donetsk Buteur(s): 61’, 67’ Dzeko (I) Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 13 Ranocchia, 95 Bastoni; 36 Darmian (78’ 33 D’Ambrosio) 23 Barella (78’ 22 Vidal), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (86’ 12 Sensi), 14 Perisic (86’ 32 Dimarco); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (68’ 19 Correa) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 2 Dumfries, 5 Gagliardini, 8 Vecino, 11 Kolarov T1: Simone Inzaghi Shakhtar Donetsk: 81 Trubin; 2 Dodo, 3 Vitao, 5 Marlon, 22 Matviyenko; 6 Stepanenko (46’ 8 Marcos Antonio), 7 Maycon; 14 Tete (80’ 11 Marlos), 38 Pedrinho (73’ 15 Bondarenko), 19 Solomon; 99 Fernando (80’ 20 Mudryk) Banc: 1 Shevchenko, 30 Pyatov, 4 Kryvstov, 26 Konoplia, 44 Korniienko, 45 Sikan, 70 Konoplyanka, 77 Bondar T1: Roberto De Zerbi Arbitre: Haţegan (Rou) VAR: Dingert (All) Averti(s): Vitao (S) Expulsé(s): / Affluence: 46.255 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Nos confrères de Fcinter1908.it ont analysé la qualification de l’Inter en Ligue des Champions, une qualification obtenue grâce au Cygne bosniaque qui n’était appelé qu’à être le remplaçant de Romelu Lukaku sous l’Inter d’Antonio Conte Edin Dzeko/Simone Inzaghi vs Romelu Lukaku/Antonio Conte Finalement, Dzeko a été recruté pour remplacer le belge et il y est parvenu de la meilleure des façons, en allant au-delà de toutes les attentes, il suffit d’analyser ses prestations et surtout ses statistiques. Le plus heureux est Simone Inzaghi qui l’a finalement dans son équipe et plus comme adversaire, lui qui l’a connu dans tellement de Derby Romain. Un présent et un passé récent proche tout en étant aussi éloigné car pour sa première saison en Nerazzurro, Inzaghi a déjà fait mieux que Conte en Coupe d’Europe en se qualifiant pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Une performance déjà réalisée la saison dernière lorsqu’il était à la tête de la Lazio. Premier ou second ? C’est le terrain qui le dira, car l’Inter ira à Madrid le 7 décembre pour jouer la première place du Groupe. Inzaghi est meilleur en Coupe d’Europe et en course pour le Scudetto en Italie. Après la victoire face au Napoli 3-2, le club n’est seulement qu’à 4 longueurs de la tête du classement occupée justement par l’équipe de Luciano Spalletti et du Milan. Les statistiques ne mentent pas : Après 13 journées, l’Inter de Conte disposait de 30 points contre 28 pour Inzaghi en Serie A, avec 1 point de retard contre 4 actuellement. Les deux équipes ont inscrit le même nombre de buts : 32, pour 10 buts encaissés par Conte contre 12 pour Inzaghi. C’est une certitude, l’Inter d’Inzaghi est bien dans la course pour remporter son second Scudetto consécutif Le mérite en revient aussi aux buts d’Edin Dzeko, arrivé durant l’été pour remplacer Romelu Lukaku à la suite de son transfert imprévu à Chelsea et lui, l'Homme qui devait être considéré comme le symbole du redimensionnement interiste, a décidé de porter sur ses épaules l’équipe en Ligue des Champions 50 Edin est l’auteur de 3 buts et d’une passe décisive en Ligue des Champions en 5 matchs disputés Sur les 13 journées disputées en Serie A, il est l’auteur de 7 buts et de 2 passes décisives. Il a pris part activement à 13 buts en 18 matchs disputés. Le doublé inscrit hier soir lui a permis d’atteindre le palier des 50 buts en Coupe d’Europe : 25 buts sur 60 matchs en Ligues des Champions et 25 buts en 48 matchs en Europa League. Ces statistiques sont explosives pour le bosniaque qui avait terminé la saison écoulée avec seulement 13 buts au compteur pour la Roma. Dzeko a littéralement "annulé" Lukaku parti durant l’été pour 115 millions d’euros pour équilibrer les comptes de l’Inter, un discours similaire d’ailleurs qui a mené au départ d’Achraf Hakimi au Paris-Saint-Germain. Lorsque l’on pense que Dzeko est arrivé à l’Inter contre une indemnisation de 1,5 millions d’euros en cas de qualification en Ligue des Champions, on peut considérer qu’il s’agit d’un vrai chef d’œuvre dans le plus pur style Marotta qui récolte ses fruits aussi bien en Serie A qu’en Coupe d’Europe Si l’on pousse le vice plus loin, Romelu Lukaku n’a inscrit que 4 buts et délivré une passe décisive pour Chelsea en 11 matchs cette saison, dont un seulement en Ligue des Champions. Si l’on souhaite pousser la comparaison un peu plus loin par contre, Lukaku, en 13 journées proposait, tout de même en Serie A, un bilan de 11 buts et 2 passes décisives pour 4 buts inscrit en Ligue des Champions. S’il est légèrement en avance sur Edin, il y a une importante différence : Les Huitièmes de finale de la plus prestigieuse compétition européenne pour club à disputer en début d’année 2022 Le tacle signé Fabrizio Biasin "12 heures après avoir validé le premier objectif de la saison, l'entraîneur de l'Inter n'a encore attaqué personne, n'a pas parlé d'hypothétiques "wagons" sur lesquels il est interdit de monter, a remercié tout le monde (joueurs, dirigeants, société) en s'excluant de lui-même, et il en a même souri. c'est Incroyable." Selon vous, outre l’impact positif et bénéfique de Simone Inzaghi et Edin Dzeko, le mérite de cette Masterclass revient-il bien à Giuseppe Marotta ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. En effet, interviewé par RTL7, André Onana a confirmé son départ de l’Ajax Amsterdam en fin de saison. "Comment le dire: Lorsqu'une porte s'ouvre, un jour où l'autre, elle doit se refermer. C'est le moment de partir pour moi, j’ai fait de mon mieux pour ce club, j’ai tout fait, nous avons réalisé beaucoup de choses : Lorsque je revois les photos de la Finale de l’Europa League en 2016-2017, je pense que je suis le plus surpris : Je me disais Wooh, c’était une grande saison." "Mais surtout, après tout ce qu’il s’est passé, c’est bon de revenir et d’aller de l’avant : J’étais fier d’être ici, même si ce n’était pas toujours facile, je tiens donc à fermer ce chapitre, et de passer à autre chose à présent: Nous verrons bien ce qu’il se arrivera." Les portes d’Appiano Gentile te sont grandes ouvertes André ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. En effet, même si Gabriele Gravina a dit que le tout aller s’avérer compliqué, la Nazionale Italienne a pour mission de se qualifier pour la Coupe Du Monde 2020 par le biais des Play-Offs : Une seconde élimination consécutive, à ce stade de la compétition, pourrait s’avérer catastrophique pour tout le secteur. Appel au bon sens Selon la Gazzetta Dello Sport, il pourrait être demandé aux clubs italiens de reporter la journée du 20 mars pour permettre à Roberto Mancini de disposer de plusieurs jours supplémentaires pour préparer la demi-finale qui se tiendra les 24/25 mars et la finale qui se tiendra les 28/29 mars. Merci l’UEFA Pour la fin de saison, la Ligue des Nations empêchera de décaler tout le championnat et les marges de manœuvre sont très minimes. Mais la Lega Calcio et la FIGC collaborent pour parvenir à un accord, sans causer le moindre tort à personne: La décision pourrait être prise immédiatement après les tirages au sort des seconds tours de la Ligue des Champions, de l’Europa League et de la Conférence League. On parle également d’un stage réservé aux Azzurri durant la trêve internationale de la fin-janvier/début février, qui est déjà réservée aux équipes nationales sud-américaines. La FIGC pourrait également songer à organiser, durant cette fenêtre internationale, un match amical. Comme quoi, reporter toute une journée peut être réaliste alors que reporter un match, Lazio-Inter en l’occurrence, s'était avéré impossible… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Javier Zanetti, le Vice-Président de l’Inter, et Parrain d’Internazionale.fr s’est livré à Deejay Chiama Italia. Retour européen difficile "Je suis rentré à la maison à 6h00 de Tiraspol, comme les joueurs, et il fallait préparer se préparer à une rencontre telle que le Derby: Les garçons l’ont très bien abordé, il y a eu la prestation, vu ce que nous nous sommes créés face à une grande équipe tel que le Milan qui occupe méritoirement la première place. C’était un beau Derby et c’est normal d’avoir calé physiquement: Les joueurs, durant 80 minutes, ont cherché à gagner, si tu n’y parviens plus, tu risques de concéder quelque chose. Nous regardons droit devant nous, je reste confiant." Simone Inzaghi "Avec Antonio Conte, il y a eu un travail extraordinaire: Nous sommes arrivés second et en Finale de l’Europa League lors de la première saison. Nous avons remporté un championnat compliqué à sa seconde. Simone continue le travail en apportant ses idées : Les garçons le suivent et cela se voit, il y a toujours eu des prestations." Le Giuseppe Meazza "Un peu d’émotion m’envahira car c’était ma maison. La première fois que j’y ai joué, c'était contre Vincenza : Deux jours avant mon match, j’y étais allé en famille pour y faire un tour et l'observer. Durant ce match-là, il y avait énormément de monde et nous l’avions remporté via un but de Roberto Carlos." "Mon premier Derby s’était soldé par un 1-1 et j’en conserve un souvenir: Il restait cinq minutes, je suis rentré dans la surface en dribblant Franco Baresi: Je suis tombé et j’ai crié "Rigore" : Il m’avait attrapé en me disant "relève-toi gamin!". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Simone Inzaghi s’est livré, en conférence de presse, à la veille de ce qu’il sera son retour, en qualité d’adversaire, au Stadio Olimpico de Rome face à “sa Lazio” Comment vous préparez-vous au prochain Tour de force ? "Nous savons que plusieurs parties rapprochées nous attendent, nous voulons nous faire trouver prêt pour chacune. Nous étions tout de même peu nombreux à Appiano, mais nous avons su travailler de la meilleure des façons. Certains joueurs sont revenus avec des coups, à présent j’attends le retour sud-américains." A quel point a changé la Lazio sous Sarri ? "La Lazio a réalisé de très bon matchs, du Derby en passant par l’Europa League, c’est une équipe bien construite avec des qualités optimales. Sarri est très bon lorsqu’il s’agit d’organiser ses équipes: Les garçons ont réalisé d’excellents matchs, ils ont perdu leur dernier match et seront vexés. Je sais que nous allons faire face à une équipe qui voudra faire une belle prestation." Quand reviendront les Sud-américains ? Comment va Sensi ? "En ce qui concerne les sud-américains, cela s’était déjà produit face à la Samp. C’est une situation délicate: Sanchez et Vidal ne verront pas Rome, je ne saurais pas les utiliser car ils reviendront à 3h00 du matin. Ils seront plus utile pour mardi, comme Sensi. Ces derniers jours, il s’est entraîné discrètement avec le groupe, mais il ne sait pas encore taper librement de son pied droit, à cause de son entorse. Il a de très bonnes sensations, j’espère qu’il pourra être de retour rapidement." La Liga a repoussé de nombreux matchs pour préserver le parcours européen de ses équipes…. "Je parlerai avec Lautaro, Correa et Vecino, pour voir comment ils iront. La Liga a très bien fait, mais c’était une thématique qui aurait dû avoir lieu en début de saison : nous devrons serrer les dents, nous avons des alternatives pour ces postes et je devrai évaluer, avec attention, dans quelles conditions ils seront en arrivant." Serez-vous en difficulté face au pressing de la Lazio ? "Nous devrons nous montrer propre dans notre façon de jouer et être bon en phase défensive et offensive." C’est un retour particulier à l’Olimpico… "C’est un retour à la maison pour moi, j’y suis resté 22 ans: Je ne vous cache pas que je ressentirai des émotions lorsque je reverrai des garçons qui m’ont toujours tout donné durant ces années, je reverrais aussi des personnes qui ont toujours été spéciales, en coulisses. Elles ont été très importante pour moi, nous avons fêté et souffert ensemble au fil des années, nous avions atteint de grands objectifs." "Demain, je sais qu’il y aura des applaudissements et des sifflets, mais cela fait partie du métier et je l’accepterai, mais ils savent tous que j’ai tout donné pour ces couleurs." Qu’attendez-vous de Lotito ? "Je lis et j’écoute toujours tout, mais au-delà de ce qu’il pense et de ce que pense Tare, ils ont été des personnes très importantes durant ma carrière. J’ai commencé à entraîner grâce à eux et je ne cesserais jamais de les remercier: Nous nous sommes bien trouvé et il faut savoir aussi que nous avons obtenus de grands résultats." La Lazio, le Sheriff et la Juventus. C’est un Test d’endurance pour l’Inter..... "Ce sera, sans aucun doute, une semaine très engagée: Nous voulons aborder les matchs les uns après les autres. Nous devrons faire de notre mieux tout en sachant que ce seront des rencontres très difficiles." Comment évolue Dumfries ? "Il avance, je pensais qu’avec les problèmes linguistiques qu’il lui aurait fallu plus de temps, mais c’est un garçon qui écoute et qui a déjà joué plus de la moitié du temps à disposition. C’est un titulaire fixe des Pays-Bas et plus le temps passera, plus il s’améliorera, j’en suis convaincu." Si vous ne savez pas jouer la carte Lautaro, quelles seront les solutions ? "Elles sont nombreuses, Dzeko jouera, il y a aussi l’opportunité Satriano, mais il y a aussi Perisic et Çalhanoğlu. Je devrai évaluer les conditions de récupération de Lautaro et de Correa." Que manque-t ’il à Çalhanoğlu? "Je suis satisfait de lui car il fait partie intégrante du projet, c’est un garçon qui ne se cache jamais : Lundi, il a été victime d’une sérieuse entorse et il a tout fait pour être à disposition demain, je ne sais pas encore si ce sera le cas. Ses compagnons, tout comme moi, sommes très heureux: Il marque et réalise des passes décisives." Est-ce que l’Inter vous séduit de plus en plus ? "Je me suis senti immédiatement intégré ici, les Tifosi de l’Inter m’ont accueilli d’une manière dont je n’avais jamais songé, et ce dès le premier jour. Ils ont toujours été fantastique avec moi et avec l’équipe, ils sont toujours aussi si nombreux lorsque l’on se déplace à l’extérieur, ils nous font toujours ressentir une chaleur incroyable." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Chroniqueur Sportif dans le cadre de la Ligue des Champions, Antonio Conte s’est livré à Sky Sport sur les performances réalisées par la Juventus, le Milan Ac et…. L’Inter de Simone Inzaghi Sur la prestation Milanaise "Le Milan a réalisé une excellente rencontre durant une demi-heure à 11 contre 11, il a démontré qu’il avait sa place en Ligue des Champions. L’expulsion fait partie de ces détails qui sont utile pour engranger de l’expérience. Kessié aurait dû faire plus attention. Nous avions aussi conne cela avec le Real : Vidal s’était fait expulser après 20 minutes de jeu. Ce sont des étapes et le Milan les apprends de bonne manières. Jusqu’à la 82ème, il n’a pas autant souffert que cela. Le fait que le résultat ait été inversé fait que les deux prochaines rencontres seront décisives pour les Rossoneri." Sur la Juventus "C’est une victoire importante qui est le fruit d’une stratégie. La Juve voulait réaliser ce type de match, en concédant peu d’espaces défensif et en évoluant dans sa moitié de terrain pour partir en contre avec Chiesa, ce qui s’est avéré être létal. Elle a remporté trois points, elle est première du groupe et elle retrouvé ses esprits en battant les Champions d’Europe. Tu peux toujours parler de possession de balle ou de laisser le jeu, mais avoir le bon état d’esprit est important, ne pas laisser une attaque comme celle de Chelsea inscrire un but est important. Lukaku a eu une occasion importante en fin de mach mais Chelsea aurait dû proposer bien mieux." Sur Romelu Lukaku "Je pense que les caractéristiques d’un entraîneur doué doivent être de pouvoir améliorer les performances de ses joueurs, j’ai réalisé un parcours important avec lui à l’Inter. Amener Lukaku dans la surface est dangereux, il vaut mieux l’en tenir éloigné. C’est difficile de trouver un joueur qui peut être ton point de référence et qui a la capacité de démarrer rapidement du milieu de terrain, il est généreux et c’est aussi quelqu’un qui réalise des passes décisives." "Ces spécificités de Lukaku, je les retrouve aussi chez Haaland ; c’est aussi pour cela que j’avais insisté avec fermeté pour le transférer à Milan. Je le voulais déjà lorsque j’étais l’entraîneur de la Juve, soit bien avant que je devienne le Manager de Chelsea. Il a encore une belle marge d’amélioration technique, mais il est déjà arrivé à un haut niveau. Il doit encore s’améliorer sur certaines phases de jeu, il faut parfois l’allumer aussi. C’est un attaquant impressionnant, un des plus difficile à affronter, il faut toujours le faire jouer, mais Chelsea n’a pas encore compris comment l’utiliser. Le jour où Chelsea le comprendra, elle deviendra l’équipe à battre." Sur l’Inter Fabio Capello lui a dit: "Partir en contre face à ce Chelsea avec ton Inter, avec Barella et les autres, lorsque vous le faisiez, c’était spectaculaire…." "Cela dépend toujours de la stratégie, tu peux aussi opter pour la stratégie d’Allegri. Nous, à l’Inter, nous étions également bon face aux équipes qui refusait le jeu, nous parvenions à trouver des espaces face à des adversaires qui ne t’en laissaient pas." "Face au Shakhtar, c’était une rencontre équilibrée, même si au final le Shakhtar a eu la possession, l’Inter a elle eut les occasions. Les Ukrainiens ont payé la différence de structure avec l’Inter. L'Inter devra se montrer bonne pour profiter des phases arrêtées, comme ce corner dont est né l’occasion de Dzeko. "L’Inter est une équipe qui aime avoir la balle, mais qui souffre en phase de non-possession. Les deux rencontres face au Sherrif seront importantes. Le Sherrif devait être la Cendrillon du groupe et il nous a tous surpris. Cela redistribue les cartes, comme lorsque le Shakhtar est parvenu à battre deux fois, l’année dernière, le Real." L’épopée en Europa League "L’Europa League est une compétition importante, cela fait depuis trop longtemps qu’une équipe italienne n’est plus parvenu à l’emporter. Après la phase de groupe, l’ambiance devient plus chaude. C’est bon que le Napoli, qui propose des belles choses, et avec la manière, et qui dispose d’un excellent noyau, l’aborde avec l’envie de bien faire." La Finale ? "Nous étions parvenus à atteindre la Finale, nous avions terminé le Championnat et nous étions en phase finale en Allemagne. Le Championnat étant fini nous disposions de plus de temps pour nous préparer à chaque match." Comment gérer les doubles confrontations ? "Nous étions bien parvenu à le faire en seizième et en huitième. Remporter l’Europa League t’ouvre les portes de la Ligues des Champions et de la Super Coupe d’Europe. Des cycles ont d’ailleurs débuté en Europa League, comme celui de l’Atletico Madrid". Le Saviez-Vous ? Romelu Lukaku a été bien accueilli au Juventus Stadium : Piégé par la tactique de Massimiliano Allegri, l’ancien numéro 9 de l’Inter a été pris en grippe par les Tifosi Bianconeri qui lui ont adressé des chœurs peu reluisant tels que "Figlio di..." ("Fils de…") suivi de siffler. L’Inter, pourtant absente, en a aussi pris pour son grade avec des chants à son encontre. Et dire que l’on commençait à partir sur une bonne base avec un dénominateur commun…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Simone Inzaghi s’est livré à la traditionnelle conférence d’avant-match, dans le cadre de la seconde journée de la Ligue des Champions, qui verra l’Inter défier le Shakhtar Donetsk. Pour l’occasion, il était accompagné de Stefan De Vrij Il y a 21 ans, vous, Inzaghi, aviez marqué un but contre le Shakhtar, sous le maillot de la Lazio - lors des débuts de l'équipe ukrainienne en Ligue des champions. Depuis ce moment-là et jusqu’à aujourd’hui, le Shakhtar a continué à avancer "Le parcours de l'équipe ukrainienne est vraiment optimal. Il y a deux ans, elle avait atteint les demi-finales de l’Europa League : C'est un club ambitieux, ils voudront nous poser des problèmes." Avant ce match, on peut dire que l’Inter a récolté moins que ce qu’elle a semé : Est-ce déjà une rencontre décisive pour la phase de groupe ? "Elle n’est pas encore décisive, mais elle sera importante. Le Shakhtar est une très bonne équipe qui joue bien et qui dispose d’individualités importantes : Nous devrons être brave et réalisé un excellent match : Nous revenons d’une rencontre face à l’Atalanta où j’ai très bien aimé la réaction." Vous connaissez très bien l’entraîneur du Shakhtar, à quel point cela-a-t ’il put influencer l’impact de la préparation de la rencontre ? "Après avoir vu les deux derniers matchs du Shakhtar, je peux vous dire que Roberto cherche à apporter ses idées et il est très bon. Il a apporté quelques modifications en se basant sur ses joueurs, qui sont d’une valeur absolue." Vous aviez déclaré que vous souhaitiez voir une équipe qui propose de l’intensité. Est-ce que ce que l’Inter a démontré jusqu’à présent, correspond à ce que vous vouliez voir ? "J’avais demandé à voir une équipe qui a la capacité de réagir tout en jouant bien au football, deux choses que j’ai vu lors des toutes premières rencontres. Il faut à présent trouver un meilleur équilibre dans le sens où nous attaquons avec énormément d’hommes en proposant du football, mais en cherchant à prendre moins de risques pour ne plus connaitre de contre-attaques dangereuses." Vérone, la Fiorentina et l’Atalanta vous ont pressé haut en vous mettant en difficulté : Croyez-vous qu’il s’agît-là des matchs les plus compliqués à disputer ? "Je suis d’accord, nous avons fait face à des difficultés lors de ces matchs: Nous étions également mené au score, mais comme je l’ai dit, je suis très heureux de la réaction de l’équipe : Elle est toujours resté lucide." Vous parlez d’équilibre : Est-ce un problème d’ordre général au niveau de la façon d’aborder la rencontre, ou est-ce une question liée aux individualités ? "Nous sommes une équipe offensive qui évolue sur toute la largueur du terrain. Lors de certaines journées, il est arrivé que nous commettions des erreurs face à des équipes qui ont des jambes et qui nous faisait mal en contres." Simone a Sky Sport "Nous sommes capable de nous améliorer c’est sûr, mais nous avons disputé nos six premiers matchs de championnat, tout comme celui face au Real, de la meilleure des façons : Nous avons une grande marge d’amélioration, nous avons pratiqué un excellent football et nous disposons de la meilleure attaque de Serie A. En ce moment, nous devrions moins concéder à l’adversaire, mais c’est notre façon de jouer." "Nous aurions dû obtenir plus que ce que l’on a récolté jusqu’à présent, mais ce n’est que le début et je suis très content de ce que propose mes garçons : Sur six matchs, nous en avons remporté quatre pour deux partages où nous aurions mérité plus : J’ai vu de la désillusions à la suite du match face à l’Atalanta, et ce même si nous avions été mené au score : En tant qu’entraîneur, cela me fait plaisir." Comment composez-vous avec la Pazza Inter : Conte disait qu’il ne voulait plus la voir à l’œuvre...... "J’aime beaucoup voir l’Inter jouer en ce moment. Samedi, nous aurions voulu l’emporter et nous l’aurions probablement mérité. Mais au net de tout, nous avons fait face à l’Atalanta qui est une équipe de valeur absolue et qui s’est présentée au Meazza en jouant à visage découvert : Finalement, eux comme nous, devons accepter le match nul." Stefan De Vrij en conférence de presse En tant que Leader de la défense, quelle est la différence principale dans vos phases défensives, comparé aux deux dernières saisons ? "Je pense que tant de concepts sont resté d’actualité, même le dispositif que nous connaissions déjà très bien, c’est d’ailleurs quelque chose qui est valable pour toute l’équipe, pas que pour nous. Nous sommes une équipe offensive qui presse haut et qui se crée énormément. Nous devons encore retrouver un peu plus d’équilibre : Nous sommes encore capable de nous améliorer." Comment avez-vous trouvé Inzaghi, que vous aviez connu, il y a trois ans ? "Je me sentais très bien avec l’entraîneur du temps de la Lazio et je suis content qu’il soit arrivé ici : Je me sens toujours très bien ici avec lui et son staff, nous cherchons à nous améliorer et à grandir encore tous ensemble." Stefan à Sport Mediaset Avez-vous la certitude de vous qualifier ? "Oui, malgré la défaite face au Real, nous sommes convaincu que nous passerons la phase de groupe, nous sommes sûr de nous et de nos qualités, nous les avons démontré." La qualification passe par ici...... "Oui, c’est très certainement une partie extrêmement importante pour la phase de groupe, et pour nous, vu que nous avons perdu le premier match, c’est important de récolter des points." Handanovic fait face à de très nombreuses critiques...... "Nous savons qui écrit, qui parle, nous ne devons pas penser à ce genre de choses, mais à rester centré sur nous-même : Il y a tant de confiance et d’envie de bien faire entre nous : Ce qui se passe à l’extérieur du groupe, reste à l’extérieur." La rencontre de l’année dernière, face au Shakhtar avait vraiment été malheureuse "Oui et nous voulons vraiment faire de bonnes choses: Même s'il y a la désillusion de l’année dernière, nous voulons remporter le match de demain." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. La Ligue des Champions marque son grand retour ! Après un match nul ô combien périlleux sur le terrain de Gênes face à la Sampdoria, l’Inter s’apprête à recevoir le Real Madrid au Giuseppe Meazza! Pour l’occasion, Simone Inzaghi s’est livré ce matin à la presse: : L’édition de la saison dernière ? "Je pense que ce qu’elle représente, la double confrontation avec le Real incluse, fait parti du passé. Nous avons à présent une grande opportunité pour écrire une nouvelle page de notre présent : Ce n’est pas un groupe très facile, mais nous voulons nous qualifier." Meilleure expérience "Je crois que l’expérience, dans les matchs de ce type, est extrêmement importante: Nous savions depuis le tirage au sort que le groupe ne serait pas facile, en plus du Real, il y a deux autres équipes qui vont tenter de nous mettre en difficulté. Nous avons récupéré du match à Gênes, nous nous sommes préparés au mieux pour faire face à une rencontre très périlleuse, face à une équipe qui a une grande histoire, un grand entraîneur et de grands joueurs" Préparatifs "Dimanche, nous avons connu un coup d’arrêt qui nous laisse amer car nous avons joué les 20 dernières minutes de la rencontre à 10. Demain, nous devrons être bons dans l’ensemble des deux phases : Le Real joue bien, il sait jouer court tout en étant capable de miser sur la profondeur. Nous devrons nous montrer bon en phase de possession de balle." Expérience internationale "Je pense avoir disputé, en tant qu’entraîneur et entre l’Europa League et la Ligue des Champions près de 50 rencontres. Soyons clair, Ancelotti a bien plus d’expérience que moi, je peux vous dire que je prépare du mieux possible la rencontre de demain, nous la disputerons le couteau entre les dents, j’espère qu’il s’agira de notre meilleure prestation. Ce sera beau de débuter devant nos Tifosi, dans une telle enceinte. La dernière fois que nous y avons joué, cela remonte au 21 août, ça fait déjà un bon moment." Formation "L’Inter, lors de ces 10 dernières années, n’est pas parvenue à se qualifier pour les huitièmes. Je vais évaluer Bastoni, il s’est entraîné légèrement hier, il y a de l’optimisme, mais je devrais évaluer les réponses que me donnera le garçon." Améliorations "On peut toujours s’améliorer, je pense que la rencontre de dimanche a été pénalisée par le fait que nous avons évolué en infériorité numérique, ce sont des données statistiques. Je cherche à préserver les joueurs de tout risque, j’ai du faire face à l’imprévu dont a été victime Dimarco et cela nous a conditionné. Mais je crois qu’il amertume demeure suite au résultat et non pour la façon dont il a été préparé. Nous avons réalisé une bonne prestation, nous nous sommes tant créés, mais nous avons fait face à un adversaire qui a réalisé un très grand match." Ancelotti "C’est l’un des entraîneurs parmi les plus performant de l’Histoire: C’est un très grand entraîneur avec lequel c’est un plaisir de parler de football, il propose une grande organisation." Vinicius Junior "Il traverse actuellement une période excellente, mais nous ne devons pas nous concentrer que sur lui: Tu risques d’oublier les autres adversaires : Il y a tellement de talent au Real et Vinicius fera l’objet d’une attention particulière." Préoccupation "Le Real est une grande institution, je n’en ai pas vu souvent comme cela les saisons dernières : Il gagne énormément en Coupe d’Europe et en Espagne. Carlo pratique un jeu très offensif avec ses équipes : Nous devrons être bon pour ne pas leur concéder d’espace." Corde sensible "Je ne dois pas penser à la longueur des matchs, ni au passé : Demain, nous aurons une grande opportunité pour écrire une page importante et nous devrons être capable d’être bon dans l’ensemble des phases de jeu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Entre Romelu Lukaku et l’Inter, une histoire d’amour est immédiatement née. La confirmation arrive du compte Twitter Officiel des Nerazzurri qui ont publié un extrait de l’interview du Diable Rouge à Vogue Véritable amour "En Italie, l’amour est différent car les personnes sont passionnées, on ressent que cela vient du cœur. Les personnes te le prouvent : on voit qu’elles sont sincères. Chaque fois que des personnes me reconnaissent, je cherche à être à la hauteur de leur affection, je leur dédie du temps, j’essaye d’être gentil avec eux." La chaleur du tifoso "L’exemple le plus parlant est quand, après la Finale de l’Europa League, les tifosi m’ont montré qu’ils me voulaient vraiment du bien car j’ai reçu bien plus de marque d’affections que de négativité malgré la défaite." "C’est là que je me suis dit, en moi, qu’il fallait que je fasse tout ce qui m'était possible pour parvenir à faire gagner mon équipe." Le Scudetto "Lorsque nous l'avons gagné, tout le groupe de joueurs a reçu un amour encore bien plus important, car nous venions de faire gagner quelque chose que les tifosi attendaient depuis si longtemps. C’est aussi la raison pour laquelle, l’amour que nous recevons ici, est très différent." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Les 12 clubs fondateurs de la Super League Européenne qui est née hier ont communiqué à l’UEFA et à la FIFA av.oir déjà intenté une action en justice pour les empêcher de contrer le lancement du nouveau tournoi. La nouvelle est tombé ces dernières heures, lorsque les rumeurs ont fait état d’une association des Fédérations et des Ligues en vue d’intenter une action en justice en exigeant 56 à 60 milliards d’euros. Celle-ci fait également suite à la double menace des autorités du football mondial d’exclure les séparatistes du système. L’action a été communiquée par écrit, dans une lettre destiné aux Présidents Gianni Infantino et Aleksander Ceferin nous révèle The Associated Press: "Votre déclaration formelle nous oblige à prendre des mesures préventives pour nous protéger d’une telle réaction indésirable, qui mettrait significativement, en toute illégalité: L’engagement financier. Pour cette raison, la SLCo (Super League Company) a déposé une motion devant les tribunaux compétents afin d’assurer l’institution et le fonctionnement continus de la compétition en conformité aux lois applicables." "C’est de notre devoir, en qualité de membre du Conseil de la SLCO, de garantir des mesures raisonnables pour protéger les intérêts de la compétition et de nos parties prenantes, étant donné que le préjudice subit serait irréparable, si nous venons, peu importe le motif, a être privé de l’opportunité de créer le tournoi et d'en redistribuer les recettes." "Le tournois doit être joué et associé aux compétitions nationales de championnat et de coupes, elles qui constituent un aspect fondamental de la compétitivité du football européen. Nous ne cherchons pas à remplacer l’Uefa Champion’s League ou l’Europa League, mais nous souhaitons concourir et exister aux côtés de ces tournois." Le Saviez-vous ? La Ligue des Champions actuelle ira à son terme, même si trois demi-finalistes font partie des clubs fondateurs de la Super League Européen. De même les championnats nationaux iront à leur terme Selon la Rosea, nous faisons face à une partie de Poker : "Le championnat en cours n’est pas remis en discussion." La Guerre des riches dans le football est une mise en scène qui ne laisse pas la place aux décisions impulsives. De plus la sortie musclée d’un baptême annoncé avec la couverture économique de JP Morgan pourrait en réalité ouvrir à une tentative de renégociation avec l’UEFA, en position de force. Cela semble être comme une partie de poker, c’est pour cette raison précise qu’il n’est pas concevable d’hypothèque une déflagration dans les tournois en cours. Super League vs UEFA…Qui en sortira grandi et gagnant selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. L'Inter se prépare à accueillir Cagliari au Meazza demain, dimanche 11 avril à 12h30. Antonio Conte a donné sa conférence de presse, dans laquelle il a répondu aux questions des journalistes. Cagliari a une bonne équipe qui ne mérite pas d'être là où elle est et qui a beaucoup à jouer demain. À quel genre de jeu vous attendez-vous? "En regardant les joueurs de Cagliari, il est surprenant de les voir aussi bas. Nous nous attendons à un match difficile car Cagliari voudra tout donner pour éviter la relégation. Bien sûr, ils auront eu d'autres objectifs cette année et maintenant ils sont un peu en danger, ce qui est une surprise car ils ont une équipe compétitive." Que verrons-nous demain de l'Inter? "Vous verrez notre plan de match demain et ce sur quoi nous avons travaillé." Serait-ce une chance de reposer certains joueurs et de donner des minutes à d'autres? "Nous entrons dans une étape vitale de la saison. C'est notre troisième match en sept jours et je vais essayer de faire les meilleurs choix pour jouer cette équipe qui peut sortir et gagner. Nous avons eu deux matchs durement disputés contre Bologne et Sassuolo mais nous sommes prêts; l'équipe va bien et nous essaierons de bien jouer et de prendre les trois points." Vous affrontez Nainggolan demain. Est-ce dommage de ne pas avoir fait la même chose avec lui qu'avec Perisic et Eriksen? "Je tiens à remercier le Radja pour le temps qu'il a passé avec nous, au cours duquel j'ai eu la chance de l'entraîner. Ensuite, les choix ont été faits mais il faut penser au présent. Ce serait sympa de le revoir mais nous devrons faire attention à lui car les joueurs donnent souvent ce petit plus contre leurs anciennes équipes." Que pensez-vous du débat suite à vos commentaires sur l'esthétique? "Je pense au présent, comme je le fais toujours, et j'essaye de faire quelque chose d'extraordinaire. Nous devons continuer à nous concentrer sur cela et je pense que les gens qui parlent de l'Inter doivent également le faire parce que cela n'a aucun sens de parler que du futur seulement. Vous avez juste besoin de vous concentrer sur le présent et de féliciter les gars pour ce qu'ils font." Vous avez remporté le championnat lors de votre première saison avec la Juventus, entamant un cycle incroyable. Avec Chelsea, vous avez remporté la Premier League lors de votre première saison. Comment jugez-vous le travail accompli ici par rapport à ce que vous avez fait ailleurs? "En tout cas, nous n'avons encore rien fait. Nous avons ramené une aura à l'Inter, qui est maintenant considérée comme une équipe hostile en Italie et en Europe, étant donné que nous avons atteint la finale de la Ligue Europa la saison dernière, le meilleur résultat de toute équipe italienne dans la compétition ces dernières années. Il ne nous reste plus qu'à franchir cette étape finale, qui est la plus importante. Nous espérons y arriver, mais nous savons que la déception est peut-être imminente. Mon expérience me dit de penser au présent et de l'apprécier parce que nous avons juste besoin de nous taire et de continuer à pédaler avant de parler de faire de grandes choses dans le futur. Nous ne faisons aucune déclarations enflammées parce que nous avons encore remporté des trophées." De quoi cette équipe doit-elle être le plus consciente? "Ne pas laisser trop de place à Cagliari. Toute légère erreur peut offrir des chances à l'équipe adverse. J'ai renversé les leaders et les leaders ont été renversés, nous sommes devant maintenant, donc la chose la plus importante que vous puissiez faire est de continuer à gagner car, tôt ou tard, le peloton de chasse abandonnera." Quelle a été la chose la plus difficile et la plus satisfaisante de vos deux années avec l'Inter? "Venir à l'Inter a été le choix le plus difficile que j'ai pu faire pour toutes les raisons, mais je ne suis pas du genre à rester dans ma zone de confort. Je ne vis jamais dans le passé et je n'abandonne jamais. J'aime me mettre dans le jeu et c'est arrivé avec l'Inter. J'avais et j'ai des choses à perdre mais j'ai la tête dure, je suis prêt à abattre ces murs mentaux aussi."
  21. C’est une révélation de la Gazzetta Dello Sport, en une année et demie sous la gestion d’Antonio Conte, un joueur en particulier est rentré dans le cœur des Tifosi de l’Inter : Nicolò Barella. Le milieu de terrain Nerazzurro, par-delà ses prestations, s’est rendu indiscutable auprès de son entraineur qui ne renonce jamais à lui Allumé par Paratici cette semaine, l’Inter n’entend pas renoncer à son numéro 23 : "Chaque cycle est lié à des personnalités : Un buteur, en entraineur, un capitaine, une Bandiera qui ont tous des valeurs humaines bien avant celle de champions. Et l’Inter semble avoir clairement en tête le profil de celui qui sera le Leader du futur, la tête d’affiche des prochaines années." "Si la vie sociétal est compliquée, cela ne signifie pas que celle-ci ne se projette pas sur le long terme. Et, dans la tête de tous, il y a un projet commun : Faire de Nicolò Barella le Capitaine du Futur! Beppe Marotta et Piero Ausilio ont durement travaillé à l’été 2019 pour convaincre Cagliari de libérer le "Fils de la Sardaigne", la fierté de la Région qui était parvenu à conquérir le cœur des Rossoblu et ensuite de la Nazionale. Coup de foudre "Avec l’Inter, il y a eu un coup de foudre : "Le club avait choisi Barella comme l’Homme qui allait lancer l’ère Conte et Nicolò a choisi justement les Nerazzurri pour travailler et grandir sous la direction d’ Antonio Conte qui l’a lentement inséré, intégré pour en faire le joueur indiscutable." "L’Histoire est pleine de tournant et celle de Barella sur la route milanaise le prédestinait à se présenter sur le terrain de jeu le plus important, celui de la Ligue des Champions. L’Inter menée au score par surprise face au Slavia à domicile, voyait Barella monter sur le terrain et devenir le coup gagnant qui offrait l’égalisation." "Deux semaines plus tard, il se présentait dans le stade mythique du Nou Camp devant sa majesté Messi. Barcelone découvrait, ce jour-là, la fureur compétitive du numéro 23 Nerazzurro qui était partout, qui dérobait les ballons à Busquets et De Jong, et qui n’était pas loin de trouver le chemin des filets en percussion." "Dix mois plus tard, en Finale de l’Europa League, Nicolò n’était déjà plus une promesse mais un homme clé du milieu de terrain de l’Inter, à tel point qu’il s’est fait encenser par Romelu Lukaku en public : "Mais vous avez vu Barella ? Il est fondamental pour nous!' "Barella Capitaine après Handanovic : L’Histoire est toute tracée....." Validez-vous cette prise de décision si elle vient à se confirmer ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. La première année de Milan Skriniar aux côtés d’Antonio Conte a été extrêmement compliqué pour le joueur slovaque, toutefois, The Beast a su intégrer les mécanisme de la défense à trois, au point d’être à présent indéboulonnable, lui qui était très courtisé par Tottenham Son interview à Sport Aktuality "J’ai un âge où il m’était important de vivre une telle expérience: Je suis heureux de m’être repris, je me suis fait face, je me motivé intérieurement et je me suis prouvé à moi-même que je pouvais y arriver. Je ne me suis jamais dit que j’allais avoir du mal pour ne pas me battre, au contraire, je voulais démontrer que c’était possible et que je serais de retour." "La saison dernière j’ai quasiment toujours joué en championnat, j’ai uniquement manqué deux matchs, ceux où l’entraineur changeait la formation. Je n’ai pas disputé l’Europa League, une compétition où l’équipe a bien performé: Nous jouions quasi toujours avec les mêmes joueurs et je n’appartenais pas à ce groupe." "Mais jamais à aucun moment, je ne me suis énervé, au contraire, je voulais plus que tout aider l’équipe, je savais que c’était difficile d’être aligné sur le terrain. La situation est différente, mais il est aussi claire que lorsqu’il y a au moins deux joueurs de qualité dans l’équipe, que chacun doit avoir son rôle dans l’équipe." Dans cette défense à trois, tu es associé à Stefan de Vrij et Alessandro Bastoni, comment te sens-tu avec ces joueurs ? "Je pense que cela tourne bien, comme équipe nous avons encaissé un peu plus de buts que l’année dernière, mais c’est aussi dû au fait que nous sommes plus offensif. Et même si on se prend plus de buts, on parvient toujours à en inscrire un de plus." L’unique point noir est la Ligue des Champions..... "C’est évident que la Ligue des Champions a été un moment difficile pour nous, car nous ne sommes pas parvenu à la poursuive, c’est douloureux. Nous avons encore deux compétition où il nous est possible de nous battre. Nous avons nos objectifs et je crois que nous nous devons de viser le plus haut possible sur tous les fronts." En Serie A, vous pouvez revendiquer la première place. Est-ce que le mot "Scudetto" a déjà été cité dans le Vestiaire ? "Nous sommes l’Inter et nous sommes une excellente équipe. Ce mot s’écrit surtout dans les journaux italiens. Dans le vestiaire, nous en parlons, mais en faisant preuve d’humilité. C’est en même temps normal d’avoir que des grands objectifs." "J’estime que nous tournons bien et que sur ces neufs dernières années, nous sommes une équipe pour gagner, c’est une chose que nous tenions à changer. Le championnat est plus équilibré que ces dernières années et il est évident que nous devrons le gérer, mais pas uniquement lors des grands matchs." Tes deux buts sont la preuve que tout tourne mieux pour toi en cette saison..... "Objectivement, je suis très fier de mes buts. Mais ce qui me fait le plus plaisir c’est qu’ils ont pu aider de façon significative l’équipe: Celui face à Vérone était le but de la victoire, et face à la Roma, c’était celui de l’égalisation. C’est intéressant de voir que ceux sont deux buts similaires." Un avis sur la saison..... “Je suis content que non seulement moi, mais aussi que toute l’équipe, tourne bien. Nous avons disputé d’excellents matchs en obtenant des victoires importantes. J’en suis ravi, mais la saison est encore très longue. Lors de chacun de nos prochains duels, nous devrons confirmer par une bonne prestation et en cherchant à améliorer ce que nous sommes déjà parvenu à obtenir jusqu’à présent." Lorsque l’on parle de victoire importante, il y a sans le moindre doute le triomphe face à la Juve en championnat n’est-ce pas ? "C’est évident, et pas seulement parce que c’est le Derby d’Italie, mais l’Inter ne l’emportait plus face à la Juve depuis si longtemps. C’était un résultat extrêmement important pour nous et pour les tifosi, nous sommes très fier de cette rencontre." Quelle est la saveur de la victoire 2-1 sur le Milan ? "Elle est douce, c’était aussi un duel important. C’était un message non seulement pour le Milan mais aussi pour les autres concurrents : Nous sommes ici pour nous battre jusqu’au bout et pour obtenir la meilleure des places." "Nous avions eu de nombreuses occasions, mais c’était une fin de match folle car l’arbitre s’était blessé et qu’il y avait tellement d’arrêts de jeu. Durant ceux-ci, Christian Eriksen a botté un beau coup-franc qui nous a assuré une belle victoire et la qualification." Tu as disputé 19 matchs de championnat et tes prestations t’ont porté au Top 11 de la Serie A. Qu’est-ce que cela signifie pour toi ? "Cela me rend fier. C’est également vrai qu’en fin de saison dernière, j’étais sorti de l’équipe titulaire vu le parcours en Europa League. L’entraineur n’avait donc aucun motif de changer son onze de base." "Après cette première partie de saison, tout est revenu aux origines. J’ai connu une période malchanceuse avec le Covid, mais j’ai continué ensuite à jouer des matchs entier." "L’Inter est une excellente équipe, l’entraîneur a le libre choix car il y a une forte concurrence. Il faut pratiquement se battre pour sa place quotidiennement. Je dois toujours chercher à conserver mon poste et le fait d’être de retour dans un laps de temps assez brefs est une satisfaction pour moi." "A présent, je dois seulement songer à aller de l’avant et à travailler sur moi-même afin que rien ne puisse me fairedévier de cette trajectoire. Mes prestations sont bonnes, mais cela ne veut pas dire qu’elles ne peuvent pas être meilleures, il y a toujours de la place pour réaliser de nouveaux progrès." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. En ayant allumé le Borussia Mönchengladbach en Allemagne, l’Inter s’est relancée dans la course à la qualification pour les huitième de finale de la Ligue des Champions. Revenu de l’enfer, voici les différents scénarios lui permettant de se qualifier. Première option : Le Real l’emporte: Les Blancos totaliseront 10 points. L’Inter en cas de victoire sur le Shakhtar reviendrait à hauteur du Borussia à 8 points à la seconde place Sur base des confrontations directes (2-2 au Meazza et 2-3 au Borussia Park) c’est l’Inter qui remporte la mise Le Borussia serait reversé en Europa League Le Shakhtar serait éliminé Le Real serait qualifié en qualité de premier du groupe suivi de l’Inter Deuxième option: Le Borussia l’emporte en Espagne: Les allemands termineraient à la première place du groupe avec 11 points L’Inter en cas de victoire sur le Shakhtar serait seule seconde avec 8 points Le Shakthar serait reversé en Europa League Le Real serait éliminé à la suite des confrontations directes perdu face au club ukrainien Le Borussia serait qualifié en qualité de premier du groupe suivi de l’Inter Pour résumer, l’Inter doit tout simplement l’emporter sans calculer et espérer que dans le même temps, soit le Real, soit le Borussia l’emporte, car en cas de match nul le classement serait le suivant : Le Borussia serait premier avec 9 points Le Real second avec 8 points L’Inter troisième avec 8 points et reversé en Europa League à la suite des défaites face au club madrilène Le Shakhtar serait éliminé de toute compétition européenne Le Real va-t-il prendre le risque de vouloir éliminer l’Inter ? Selon Fabio Capello et Esteban Cambiasso, deux anciens pensionnaires de la Maison Blanche, ce n’est pas dans l’habitude du club le plus titré du tournois Esteban Cambiasso "C’est absolument impossible. Cela se jouera à Madrid et le Real ne peut pas accepter de se qualifier en étant second d’un groupe en Ligue des Champions. Il y a tant de personnes qui y songe et qui pensent que cela pourrait arriver, mais ce n’est pas possible : Le Real Madrid joue seulement pour la gagne, et il peut aussi arriver qu’il ne gagne pas." "Par deux fois, le Real a parlé de Finale avant une rencontre de ce groupe et par deux fois il l’a emporté. J’ai l’impression que la rencontre face au Shakhtar n’avait pas été préparé comme une finale, mais ce sera le cas face au Borussia." Fabio Capello "Le Real ne peut pas accepter de se qualifier en étant seconde place, les tifosi n’ont pas encore brandi la Pañolada. Il faut faire très très attention à cela, et le mettre aussi en évidence." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. C'était le grand soir, celui que l'on attendait tous. Et si la rencontre fut de très bonne qualité dans l'ensemble, que ça soit dans l'intensité ou le duel tactique, cela n'a pas tourné en notre faveur. Première surprise dans le onze sévillan, avec la titularisation de Luuk de Jong en lieu et place de En-Nesyri. Le néerlandais auteur du but victorieux contre Manchester a la confiance de Lopetegui. Côté Inter, pas de changements dans les titulaires, Conte reconduit tout le monde. Et tout commence très vite, sans round d'observation. Après une première alerte sur notre but, Lukaku parfaitement lancé dans la profondeur par Barella, prend l'avantage sur Diego Carlos. Imbattable dans cet exercice, le belge oblige le brésilien a faire faute dans la surface. Dernier défenseur il ne prendra pourtant qu'un jaune. L'arbitre a peut être eu peur de tuer la rencontre après même pas cinq minutes. Un choix lourd de conséquences par la suite. Lukaku convertit sans souci le pénalty (1-0). Le FC Séville prend ensuite les choses en main et à la 12' le centre de Navas trouve de Jong, qui s'est bien démarqué de Godin. Il n'en faut pas plus pour ce dernier pour placer une tête plongeante puissante, imparable pour Handanovic (1-1). Le match est d'une belle intensité et les deux équipes se rendent coup pour coup. La tension est palpable et elle est aussi très audible à cause du huis clos. A la 15' minute nouveau fait de jeu avec une main de Diego Carlos encore lui, dans la surface. Mais l'arbitre ne veut rien savoir et ne prend pas la peine d'aller vérifier à la vidéo. Furieux, Conte se montre très véhément et se fait avertir. Pas de temps mort dans ce match très engagé mais agréable à visionner. Alors que D'Ambrosio tutoie le cadre, quelques minutes après Séville à un coup franc intéressant. Tiré par Banega, il trouve au second poteau de Jong qui s'est joué une nouvelle fois de son marquage. Sa tête est parfaite, mélange subtil de puissance et de précision pour trouver le petit filet opposé (1-2). Et c'est quasiment la même configuration deux minutes après que Brozovic, lui aussi sur coup franc, trouve Godin qui trompe Bounou (2-2). Alors que Ocampos sollicite Handanovic, à nouveau suite à une tête sur coup de pied arrêté, l'arbitre met fin à cette première période de grande intensité. La seconde le sera moins. Si Gagliardini et Young se signalent, c'est bien le FC Séville qui semble prendre l'avantage petit à petit. Reguilon, Suso, Ocampos sont maladroits à la conclusion mais les andalous se trouvent plus facilement qu'en première mi-temps. A la 65' Lukaku a la possibilité d'inscrire un doublé, et de dépasser Ronaldo (record égalé à 34 buts sur une première saison) mais il perd son face à face contre Bounou, irréprochable dans sa sortie. Peu de temps après et de nouveau suite à un coup de pied arrêté, notre défense dégage mal le ballon. Diego Carlos tente la retournée et son tir est hors cadre. Malheureusement Lukaku dévie le ballon dans les filets d'Handanovic (2-3). Un quart d'heure pour réagir et tout tenter. Antonio Conte fait alors ses premiers changements et la triplette Sanchez-Eriksen-Moses rentre. Choix presque gagnant si Jules Koundé n'était pas resté sur sa ligne pour sauver son club d'un tir de Sanchez... Les physiques souffrent. Le FC Séville joue le temps et fait preuve de roublardise. Les minutes passent et nous restons impuissants. Les espagnols remportent donc leur sixième C3 en autant de finales. Cela clôt un beau parcours en Europa qui s(achève sur un csc malheureux de Lukaku et laisse des regrets, comme souvent lors d'une finale. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Séville 3-2 Inter Buteurs: 12' & 33' de Jong 19' - 74' Lukaku csc ; 5' Lukaku - 35' Godin Inter: Handanovic ; Godin (90' Candreva), De Vrij, Bastoni ; D'Ambrosio (78' Moses), Barella, Brozovic, Gagliardini (78' Eriksen), Young ; Lukaku, Lautaro Martinez (78' Sanchez) Banc: Padelli, Sanchez, Moses, Sensi, Ranocchia, Valero, Eriksen, Esposito, Pirola, Biraghi, Skriniar, Candreva Coach: Antonio Conte Séville: Bounou ; Jesus Navas, Koundé, Diego Carlos (86'Gudelj), Reguilón ; Jordán, Fernando, Banega ; Suso (78' Vazquez), de Jong (85' En-Nesyri), Ocampos (71' Munir) Banc: Vaclík, Sánchez, Sergi Gómez, Munir, Gudelj, Escudero, Oliver Torres, Vázquez, José Alonso, Genaro, Pablo Pérez, En-Nesyri Coach: Julen Lopetegui Arbitre: Makkelie Var: Kamphuis Avertis: Diego Carlos - Banega ; Barella - Bastoni - Gagliardini ®gladis32 - internazionale.fr
  25. Encore deux petits jours avant la finale. Antonio Conte a répondu à quelques questions du site uefa.com, une mise en bouche pour monter petit à petit en pression. La première saison à l'Inter "Nous avons à écrire la fin. Il reste encore une rencontre à jouer et pour nous c'est la plus importante. C'est une finale où nous avons la chance de gagner un trophée. Je pense que la saison a été globalement positive. Nous avons réussi à nous qualifier pour cette finale malgré la petite déception des phases de poules en Champions League. Nous voyons le verre à moitié plein car ce coup dur nous a permis d'avoir un excellent parcours ici, en Europa League. Je pense que cette équipe, avec beaucoup de jeunes inexpérimentés, en avait besoin." L'association Lukaku & Martinez "Je connaissais déjà très bien Lukaku car c'est un joueur que je suivais depuis longtemps. Je connaissais ses caractéristiques. J'ai essayé de le recruter plusieurs fois dans mes anciens clubs. Quant à Lautaro c'est un joueur que j'avais admiré à la télévision, même si la saison passée il n'a pas beaucoup joué. J'ai vu ses qualités et ses capacités. Il était inévitable qu'en faisant travailler les deux et en travaillant très dur, la compréhension entre eux allait se développer. Ils sont égoïstes comme un attaquant mais ils sont aussi altruistes pour jouer pour l'équipe et aider les autres à marquer." Diego Godin "Il a eu besoin de temps pour s'adapter à notre style de jeu, qui était complètement différent de ce à quoi il était habitué. Il a dû ré-apprendre en allant vers l'avant, en défendant avec 50m d'espace derrière lui. Il a eu la force, l'humilité et le professionnalisme pour ça et élargir son jeu. Il le mérite, tout le crédit lui revient. Il a pris ce nouveau challenge et maintenant il en voit les résultats." La Finale "Ce sera une rencontre difficile. Nous jouons l'équipe qui a le plus d'expérience et le plus de titres dans cette dernière décennie sur cette compétition. Nous devons être prudents mais aussi jouer notre jeu, avec enthousiasme et courage, comme nous l'avons fait jusqu'à présent. Seules les meilleures équipes arrivent en finale, nous devons donc le montrer sur le terrain si nous voulons le trophée. Nous devons avec cette envie ramener un trophée en Italie et à l'Inter. Séville aura la même idée. Pour moi il est toujours important de pouvoir dire aux joueurs à la fin d'un match que nous n'avons aucun regret. Si nous sommes la meilleure équipe, nous soulèverons la coupe. Si ce n'est le cas, nous aurons tout donné et nous applaudirons nos adversaires." ®gladis32 - internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...