Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'evergrande'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

21 résultats trouvés

  1. Ben Jacobs, journaliste à BeIN Sport s’est livré sur Twitter sur la situation entourant le Fonds d’investissement PIF et le Colosse chinois Suning: "Nombreux sont ceux qui me demande des informations sur Pif et l’Inter : Ce n’est pas une nouveauté qu’il y a eu des échanges entre Suning et Pif, au début, l’intention du Pif était de faire son entrée en tant qu’actionnaire minoritaire et les parties se sont entretenues à plusieurs reprises par la suite." "PIF avait été découragé par l’évaluation d’un milliard d’euros en provenance de Suning et le prix n’a pas changé, mais la Serie A reste très attirante pour PIF : L’Arabie Saoudite a déjà accueilli la Super Coupe d’Italie, même les droits à long terme sont en jeu. Il m’a été dit qu’une vente n’était pas encore certaine, car les négociations n’ont pas particulièrement avancé ou ciblé : Il reste toujours des obstacles : Le prix, la réticence des Zhang pour vendre et les dettes de l’Inter." "Toutefois les deux parties discutent à nouveau: Suning avait réellement besoin des fonds en provenance de la Super League et sans cet argent, il pourrait se montrer plus enclin à la vendre, dans la phase actuelle, l’accord n’est pas encore trouvé mais les réunions suggèrent que PIF a l’intention de posséder et d’investir dans un autre club." "Autre fait important : Les parties se sont parlés à la mi-septembre, lorsque PIF avait remarqué qu’il n’obtenait pas d’information claire, il a décidé d’acquérir dans l’improvisation Newcastle : Beaucoup de choses ont évoluées le mois dernier Confirmation d’Il Giorno "Malgré les différents démentis du club, les rumeurs se font de plus en plus insistantes : Le fonds saoudien Pif ne semble pas vouloir s'arrêter à Newcastle. L’Arabie a en effet et de nouveau jeté leur dévolu sur Inter, reprenant ces pourparlers enterrés au printemps dernier: Le vent du changement souffle fort du Golfe Arabique, puisque depuis des semaines dans les bureaux milanais on parle de Pif, le fonds souverain saoudien, qui semble vouloir investir dans le monde du football pour nettoyer son image dans le monde, grâce à une série d'investissements entre l'Europe et l'Amérique. Et donc son Altesse Royale Mohammed bin Salman, après avoir acheté Newcastle pour 350 millions d'euros, miserait directement sur le club Nerazzurro." La situation "Certains disent qu’ils se sont déjà entretenus, émettant l'hypothèse qu'un accord avait déjà été défini en septembre avec la famille Zhang pour la vente du club pour la somme d'un milliard d'euros (le montant que le groupe Suning demande depuis le début de l'année à ceux qui s'approchent du club dans Via Della Liberazione). De plus, le géant chinois aurait rouvert une négociation "gelée" depuis l'hiver dernier, lorsque Zhang semblait plus que fasciné par le projet de Super League (qui aurait garanti plus de revenus à la Beneamata), qui a ensuite échoué. Dès cet instant, la nécessité de trouver les liquidités pour remettre les comptes en ordre au plus vite auraient obligé le propriétaire chinois à faire marche arrière." "Jusqu'à présent, la Direction de l’Inter a toujours nié tout intérêt concret de la part du Fonds d'investissement public, cela aussi s’explique par le fait que la propriété a toujours agi de manière indépendante, en y déplaçant même la même direction. Une chose est sûre : qu'il y ait ou non quelque chose de concret dans les négociations avec l’Arabie, d'ici l'été prochain, quelque chose devra bouger dans la structure de propriété du club champion d'Italie, compte tenu du lourd "passif " présent dans son budget : Un passif que Suning n'est plus en mesure de couvrir." "Entre janvier et février, il semblait que l'accord avec BC Partners pour la vente de la majorité des parts du club Nerazzurri pour 750 millions d'euros était proche. L'offre a ensuite été rejetée par les propriétaires chinois, comme l'ont confirmé des sources autorisées proches du club" Pour le Libero, le milieu financier a raison "Les milieux financiers confirment l'existence de négociations, soulignant que les premiers contacts avec les émissaires arabes remontent à environ un an. Période durant laquelle Pif travaillait déjà sur l’acquisition de Newcastle. A présent, nous sommes dans une phase de détail avec notamment la thématique du stade: .L'acquisition des 80% de Newcastle pour 353 millions ne représente pas un problème dans les négociations pour l'Inter." "Le plus grand obstacle au succès de l'accord serait la question du stade. C'est donc autour du quartier de San Siro que se joue la partie décisive : Pouvoir compter sur un stade de propriété augmenterait de façon substantielle la valeur du club, rendant plausible l'importante évaluation d'un milliard faite par Suning qui, bien sûr, essaie de maintenir le prix le plus haut possible pour ne pas vendre à perte, vu les sommes qu’il avait injecté dans l’Inter ces dernières années." "C'est pourquoi la question du Giuseppe Meazza est de nouveau d'actualité. Cette thématique ne concerne pas seulement l'Inter, mais aussi le Milan. La Marie affirme d’ailleurs qu'une réunion avec l'AC Milan et l'Inter aura lieu dans les prochaines semaines, bien que le maire Giuseppe Sala ait déclaré qu'il n'y avait pas encore de date à l'ordre du jour. Mais imaginer un accord noir sur blanc d'ici la fin de l'année, juste avant la Supercoupe d'Italie du 22 décembre Inter-Juve à Djeddah (Arabie saoudite...) est un scénario alléchant". Un refinancement certain au mois de janvier selon Il Sole 24 Ore "Suning travaille avec son gouvernement pour régler sa dette : "Un réseau de participations d'entreprise sur lequel maintenant, selon les rumeurs, les banques chinoises travaillent étroitement avec le gouvernement de Pékin, afin de restructurer la dette du groupe, qui en Italie possède l'Inter. L'une des plus grandes banques d'État chinoises, Citic, participe à l'opération." "Le groupe de la famille Zhang est exposé à hauteur de 2,6 milliards de dollars à cause d'Evergrande, le groupe immobilier qui risque la faillite. Mais la question sur la table avec les banques serait celle d'une réorganisation globale du groupe: Le club des Nerazzurri est désormais devenu l'actif le plus important de la quatrième branche de la famille Zhang, à savoir Suning Sports." "C'est précisément cette imbrication d'intérêts et d'activités qui serait au centre d'une réorganisation, afin de restructurer l'exposition globale à la dette. Le gouvernement de Pékin pourrait demander à la famille Zhang de prendre des mesures décisives pour résoudre les problèmes. Les projecteurs sont braqués sur l'Inter en Italie." "Steven Zhang n'est pas physiquement rentré en Italie, mais il a jusqu'à présent été présent lors de la réunion du Conseil d'Administration pour approuver les comptes du club Nerazzurri, clôturé avec 245 millions d'euros de pertes, et il devrait encore être présent par vidéoconférence lors de la réunion des actionnaires le 28 octobre." "Officiellement, le président Zhang a renouvelé la proximité de la propriété avec le club, mais ces dernières semaines, les rumeurs de contacts pour une vente s'épaississent. Le principal candidat était le Fonds Saoudien Pif, qui a entre-temps acheté Newcastle en Premier League. Et en toile de fond, il y a aussi la question de la dette de l'Inter. En effet, en janvier, le refinancement des obligations du club commencera concrètement pour un montant autour de 400 millions d'euros." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. En effet, comme le confirme Il Sole 24 Ore, les sérieuses difficultés financières de Suning, le propriétaire de l’Inter, pourraient découler à un énième changement de propriétaire : "Les mois prochains vont s’avérer décisifs dans le cadre d’un possible changement de propriétaire, tant les rumeurs se font de plus en plus insistantes. Ces derniers mois, le Club a été observé par le Fonds Souverain du Royaume de l’Arabie Saoudite PIF, sans que la question n’ait été approfondie avec Suning." Toutefois, selon Il Sole 24Ore, Suning pourrait revoir sa position : "Vu les difficultés financières, Suning devrait rapidement se décider à écouter des offres pour la vente du Club et le nouvel acquéreur pourrait arriver soit du Golfe Persique, soit des Etats-Unis. Ce n’est pas une surprise de savoir que le Fonds Souverain PIF cherche depuis des mois à acquérir un important club de football européen. PIF a d’ailleurs observé l’Inter, mais pour l’instant, il n’a encore rien fait." "Si pour l’heure rien n’est fait, il est probable que dans les prochains mois, la Famille Zhang qui se retrouve sous une double pression avec d’un côté les dettes contractée en Chine dans l’Affaire Evergrande, et d’un autre côté Oaktree, le fond d’investissement américain qui a prêté 275 millions d’euros, puisse décider d’avancer les discussions pour procéder à la vente des Nerazzurri." "Il est plus que probable que les potentiels acquéreurs de l’Inter se situent dans l’une de ces deux zones géographie : Soit le Golfe Persique, ou probablement, les Etats-Unis." L’avis d’Alessandro Antonello Questionné à ce sujet sur SportItalia, voici les déclarations du représentant interiste à l’ECA: "La vente d’actions ?" "En ce moment, Marotta et moi-même travaillons pour atteindre les objectifs préfixées sur et hors du terrain. Nous verrons ce qu’il pourra se passer, mais au jour d’aujourd’hui, il n’y a aucun signal de ce type." "Nous nous concentrons sur les résultats sportifs et j’espère que nous pourrons, en fin de saison, apporter de la satisfactions à nos tifosi." Un mode "Langue de bois" révélateur selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. En effet, le Corriere Delle Sera s’est penché sur la crise dévastatrice du Colosse de l’Immobilier Chinois Evergrande, dont la faillite annoncée pourrait avoir des répercussions au niveau mondial. 305 milliards de dollars de dettes Si son fondateur, le milliardaire Xu Jiayin, continue à rassurer : "Notre priorité est d’aider les investisseurs à racheter leurs produits, l’Azienda cherche à reprendre son travail et la production", le chaos risque de toucher également le Régime souverain chinois: "Evergrande, qui n'a plus de liquidités et doit payer des millions d'intérêts sur les obligations émises pour refinancer sa dette, doit céder au moins 1,3 million d'appartements déjà payés par autant de Chinois. Soit une bombe à retardement pour la stabilité financière et sociale de la Chine." "Suning qui est engagé pour 2,6 milliards de dollars observe la situation avec intérêt, lui qui présente un risque élevé de perdre les fonds qu’il a octroyé au colosse de la construction. Destination Finale : Xi Jinping "Est-ce que XI Jinping va ordonner le sauvetage d'Evergrande, reniant ainsi sa promesse de mettre fin à la "croissance désordonnée du capital" (et de la dette) ? Ou prendra-t-il le risque de susciter des troubles sociaux parmi les millions de Chinois qui ont prêté de l'argent au milliardaire de la construction et/ou qui ont acheté des appartements inachevés ? Et comment agira-t’il vis-à-vis d’un milliardaire qui a construit la moitié de la Chine sur la dette ?" Une dette épongée pourrait-elle sauver Suning et donc son maintien à la tête de l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Internazionale.fr a le plaisir de vous proposer cet excellent article réalisé par nos confrères d'Agefi.com relatif à la situation entourant Evergrande et, indirectement le Suning: "La Bourse de Tokyo a ouvert en forte baisse mardi dans la foulée de la chute à Wall Street la veille, ébranlée par les inquiétudes autour de la crise du géant de l'immobilier chinois Evergrande." L'éventuelle faillite du promoteur immobilier Evergrande pourrait conduire à un "Lehman chinois", selon certains analystes. Vers 01H00 GMT, l'indice vedette Nikkei lâchait 1,94% à 29.908,33 points, tandis que l'indice Topix chutait de 1,93% à 2.059,64 points. La Bourse de New York comme les autres marchés mondiaux ont flanché lundi sous le coup des craintes liées à la situation du promoteur immobilier Evergrande, croûlant sous les dettes, et dont l'éventuelle faillite pourrait conduire à un "Lehman chinois", selon certains analystes. Hong Kong, seule Bourse asiatique majeure ouverte lundi, a ainsi lâché 3,30% à la clôture, suivie par l'Europe puis Wall Street. Et au lendemain d'un week-end de trois jours, Tokyo accusait également le coup mardi. "La proportion des exportations japonaises à destination de la Chine est supérieure à celles des Etats-Unis ou de l'Europe, ce qui rend (le marché japonais, NDLR) plus sensible aux inquiétudes de ralentissement de l'économie chinoise", a estimé Hideyuki Ishiguro de Nomura Asset Management, cité par Bloomberg. Du côté des valeurs Le constructeur automobile Honda (-3,13% à 3.340 yens) a annoncé samedi que ses lignes de production japonaises opéraient à environ 40% du volume initialement prévu pour la période août-septembre en raison de la pénurie de semi-conducteurs et de retards dans la livraison d'autres pièces liés à la pandémie. Honda prévoit des conséquences sur sa production d'octobre également. Son compatriote Toyota (-1,55% à 9.864 yens) avait par ailleurs déclaré vendredi prévoir des interruptions temporaires de sa production en octobre au Japon. Au début du mois, le groupe avait révisé sa production totale à la baisse pour l'exercice 2021/22 commencé en avril, à 9 millions de véhicules. Du côté des devises et du pétrole Le yen baissait par rapport au dollar, à raison d'un dollar pour 109,59 yens vers 01H00 GMT contre 109,44 yens lundi à 21H00 GMT. Le cours du yen perdait également du terrain par rapport à la monnaie européenne: un euro s'échangeait pour 128,49 yens contre 128,33 yens la veille à 21H00 GMT. Un euro valait par ailleurs 1,1725 dollar, contre 1,1726 dollar lundi à la fin des échanges sur le marché mondial des devises. Le marché du pétrole reprenait des couleurs après des inquiétudes sur la demande, notamment chinoise: vers 00H50 GMT le prix du baril américain de WTI gagnait 0,65% à 70,75 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord progressait de 0,5% à 74,29 dollars.(AWP) Lundi rouge pour la Bourse suisse Les investisseurs ont affiché lundi une aversion au risque marquée, entre les craintes liées à une éventuelle faillite du mastodonte chinois de l'immobilier Evergrande et la prochaine réunion monétaire de la Fed. Inquiétude mondiale Lundi, l'Europe et Wall Street affichaient un net recul. A la Bourse de New York, l'indice vedette Dow Jones a perdu 1,78%, l'indice élargi S&P 500 1,70% et l'indice Nasdaq, à forte composante technologique, 2,19%. Sur le Vieux Continent, toutes les places ont fini dans le rouge: Paris a cédé 1,74%, Milan 2,57%, Francfort 2,31% et Londres 0,86%. A Zurich, le SMI a terminé en recul de 1,42%. Signe de l'aversion des investisseurs pour les actifs risqués, les emprunts d'État étaient particulièrement recherchés: en conséquence, le taux américain à dix ans reculait à 1,31%. L'économie chinoise avait déjà montré ces dernières semaines de nombreux signes d'affaiblissement, tant dans la consommation que dans la production. Or, "tout ralentissement de l'économie chinoise aurait des répercussions importantes sur la demande de produits de base, étant donné que la Chine est le plus grand consommateur au monde de nombreux minéraux et métaux", continue Russ Mould, directeur de l'investissement d'AJ Bell. Les entreprises liées aux minéraux étaient ainsi en forte baisse, comme ArcelorMittal qui a chuté de plus de 8% à Paris. Aux préoccupations sur le sort du promoteur chinois ultra-endetté, s'ajoutaient celles sur le bras de fer au Congrès autour du plafond de la dette des États-Unis et la réunion monétaire de la Banque centrale (Fed) qui commence mardi. La secrétaire au Trésor Janet Yellen a publié un vigoureux éditorial dans le Wall Street Journal plaidant pour un relèvement du plafond de la dette, bloqué au Congrès, au risque de provoquer "une crise financière historique". La Réserve fédérale américaine tient sa réunion monétaire mardi et mercredi. Elle doit donner plus d'indications sur le début de la mise en oeuvre et l'étendue de la réduction de son soutien massif aux marchés par des rachats d'actifs, mais "l'incertitude autour des décisions" a aussi poussé les investisseurs à se couvrir, explique Andréa Tuéni, analyste de Saxo Banque.(AWP) Les pratiques désespérées d'Evergrande pour échapper à la faillite Aux grandes heures de la bulle immobilière, Evergrande s'était lancé dans des projets pharaoniques. A Suzhou, une ville proche de Shanghai réputée pour ses canaux et ses jardins impériaux, le groupe devait installer un grand complexe résidentiel avec écoles, parc d'attraction et un quartier commerçant de style européen. La "Cité touristique et culturelle Evergrande", inachevée, est désormais envahie par des acquéreurs en colère qui doutent de pouvoir un jour récupérer leurs billes. Taux d'intérêt miraculeux et placements à risque: créanciers spoliés et employés décrivent les pratiques désespérées d'Evergrande, géant chinois de l'immobilier, pour échapper à la faillite. Le mastodonte est devenu en deux décennies l'un des visages de la frénésie immobilière en Chine, quand des millions de ménages ont pu accéder à la propriété. Le groupe croule aujourd'hui sous une dette de 260 milliards d'euros, l'équivalent du PIB de la Roumanie. Fournisseurs non payés et propriétaires floués ont protesté la semaine dernière devant le siège du groupe à Shenzhen (sud). Des scènes inhabituelles dans un pays où les manifestations sont rarement tolérées. Le groupe tentaculaire conserverait plus de 1,4 million de logements en construction qu'il n'a plus les moyens d'achever et de remettre à ses propriétaires. Acculé, il propose désormais à ses créanciers de les rembourser... en nature, sous la forme de terrains ou de places de stationnement. Autant d'offres rejetées par les intéressés. "Ce que je veux, c'est de l'argent!" déclare à l'AFP un investisseur du nom de Feng. "Je ne vais même pas regarder cette offre". Face à la menace du dépôt de bilan, Evergrande a aussi poussé ces derniers mois ses salariés à vendre -- mais aussi à acheter pour eux-mêmes -- des placements très attractifs mais risqués, selon plusieurs employés rencontrés par l'AFP. L'une d'entre elles, du nom de Huang, raconte avoir réuni pas moins de 1,5 million de yuans (216'000 francs) avec l'aide de sa famille afin d'acheter ces produits. Les taux d'intérêt offraient un gain de 7% à 9%, selon des salariés et des brochures consultées par l'AFP. Le Fondateur d'Evergrande s'adresse à son personnel Afp/Lalibre.be Le promoteur immobilier, qui croule sous une dette de plus de 300 milliards de dollars, s'efforce d'apaiser la colère des propriétaires spoliés et des investisseurs. Dans une lettre adressée au personnel, à l'occasion de la fête de la mi-automne, Xu Jiayin, qui a fondé le groupe en 1996, écrit "avoir la ferme conviction qu'Evergrande sera bientôt en mesure de sortir de sa période la plus sombre", a rapporté un quotidien économique de référence, le Securities Times. "Il a assuré que les chantiers reprendront complètement pour atteindre le principal objectif : garantir la livraison des bâtiments et qu'il "apportera une réponse aux acheteurs, aux investisseurs, aux partenaires et institutions financières". Il a également remercié le personnel pour son immense travail, alors que ces deux derniers jours sont fériés en Chine." Cette déclaration intervient au moment où la Bourse de Hong Kong tente de se stabiliser au lendemain d'une chute de plus de 3 %, provoquée par les inquiétudes autour de la possible faillite d'Evergrande. Les Bourses de Chine continentale étaient encore fermées mardi pour cause de jour férié. De son côté, après un week-end de trois jours, Tokyo accusait également le coup mardi, évoluant en forte baisse en début de séance dans le sillages des autres places financières mondiales lundi, dont Wall Street: "Le groupe immobilier avait reconnu la semaine dernière faire face à une "pression énorme" et prévenu qu'il pourrait ne pas être en mesure de faire face à ses engagements financiers."
  5. En effet, Selon Carlo Festa, le célèbre journaliste toujours bien informé d’Il Sole 24 Ore, Suning a revu sa position vis-à-vis de l’Inter: "Actuellement, si une offre de 700 millions d’euros arrive, les Zhang s’en iront, Ils n’ont jamais été aussi mal en point avec leur propre groupe" Pif ou Hercule ? "Que Pif souhaite investir dans le football européen est connu. Qu’il soit dans une négociation avancée avec Suning pour l’Inter, je n’ai pour l’instant pas de nouvelles ou de retour, Cela me surprendrait, mais si une offre correcte est présentée, Suning partira." S’offrir l’Inter reviendra aussi se livrer dans l’un des douze travaux d’Hercule tant Suning s’est toujours montré réticent à la vente totale du club: Mais selon Zuheir Shammasi, journaliste au Al Yaum, l’un des journaux parmi les plus célèbres d'Arabie Saoudite, le Colosse chinois serait en négociation pour céder la moitié de ses actions: “Suning est en négociation avancée pour céder la moitié de ses actions de l’Inter. Je ne suis pas encore capable de vous informer auprès de quel Fonds ou auprès de quel pays ce Fonds siège. Je ne peux pas vous dire s’il se trouve ou pas en Arabie Saoudite. Je veux être juste et claire: L’information que j’ai est que la négociation est continue, Suning va vendre la moitié des actions en sa possession, soit 35% de son pack d’actions étant donné qu’il en possède 70%." Démenti pour la forme du Club ? En effet, ce n’est pas la première fois qu’une telle information est lancée, et surtout, la précédente relative à l’arrivée d’un fonds d’investissement pour aider l’Inter s’était finalement avérée exacte ! Selon la Repubblica, "Au Quartier Général Nerazzurro, les nombreuses informations sont considérées par de nombreuses personnes comme un canular. Que le Fond saoudien Pif serait prêt à rentrer dans le Capital de l’Inter fait rêver beaucoup de supporter à coup de Mercato lié à des centaines de millions d’euros." "Cette information a circulé sur les comptes Twitter de journalistes et d'initiés arabes qui s'occupent de football et de finances. Mais vu de Milan, cette perspective semble pour l'instant plus un mirage qu'une possibilité concrète. En fait, il n'y a pas eu de contacts récents entre la propriété chinoise de l’Inter et d'éventuels investisseurs du Moyen-Orient" confirme aujourd'hui la Repubblica. Pif vraiment hors course ? "Ce n'est pas un secret : le fonds saoudien Pif, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 430 milliards en 2020, investirait volontiers dans le football européen. Avant que le Chinois Yonghong Li ne devienne président du Milan AC en 2017, des cadres du fonds souverain saoudien ont été reçus à Arcore par Silvio Berlusconi pour recueillir des informations sur le club." "Et des émissaires de son Altesse Royale Mohammad bin Salman ont tenté l'an dernier d'acheter Newcastle en Premier League, en proposant 332 millions d'euros sur la table, mais ils ont dû se retirer face à la réticence politique du système de football anglais. Pif ne souhaiterait donc pas renouveler une pareille expérience, du moins pas dans l’immédiat et sous cette formule. Au lieu de présenter un retour positif à la suite de l’acquisition d’un club reconnu, l’acquisition avortée de Newcastle a dévié sur les violations des Droits de l’homme par l’Etat arabe." Est-ce que cela veut dire que les Saoudiens ne tenteront jamais de s’offrir l’Inter ? "Non, bien sûr que non. Mais il est peu probable qu'ils le fassent à très court terme", souligne la Repubblica. Le chant du Cygne ? "En effet, l’'aventure de Suning à la tête de l'Inter pourrait être de courte durée. Le géant chinois fait face à une grave crise financière impliquant de nombreux milliardaires chinois. L'effondrement d'Evergrande a également de fortes répercussions sur la Famille Zhang, déjà aux prises avec une crise financière liée à la stabilité du groupe Suning." "Selon l'estimation de ceux qui ont étudié en profondeur les comptes de l'Inter, via le prêt Oaktree obtenu dans l’année, le Groupe est obligé de recapitaliser! Une recapitalisation comme il ne l’a jamais fait les précédentes années: Il se retrouve dans l’obligation de faire entrer de nouveaux actionnaires ou de vendre le club dans son intégralité afin d’être dans la capacité d’honorer les prêts existants et de garantir en même temps la continuité de la gestion du Club et de son projet sportif, qui a conduit l'Inter à se qualifier régulièrement pour la Ligue des Champions au cours des trois dernières saisons et à remporter le dernier Scudetto." Qui dispose de tels finances ? "Les fonds d’investissements!" confirme la Repubblica. Un puits sans fonds "En plus de la réduction de la moitié des recettes du stade liée à la pandémie du Covid, les intérêts que l'Inter doit payer aux créanciers pèsent sur la gestion ordinaire. Chaque année, plus de 40 millions d'euros sont versés en intérêts. Le fonds américain Oaktree qui a octroyé un emprunt à Suning, et non à l’Inter, soit les 275 millions d’euros à la Holding qui contrôle le club a négocié à un taux d’environ 9%." "Le club est directement lié par ses deux obligations : La première est une obligation de 300 millions à un taux de 4,8 % et la seconde est une obligation de 75 millions, à honorer avec un intérêt de 6 %. Les deux expirent et seront relocalisés sur le marché en décembre prochain. À moins de miracles, les taux futurs seront au moins en ligne avec ceux d'aujourd'hui", écrit encore Repubblica. Le Giuseppe Meazza "Gagner du temps est nécessaire à Suning pour arriver à la signature du nouveau contrat pour la construction du nouveau stade du quartier de San Siro, qui est détenu en copropriété avec le Milan : En paraphant tous les contrats pour la nouvelle enceinte, avec le développement immobilier connexe de sa zone urbaine, les Zhang en vendant l’Inter environ 700 millions d'euros, pourraient ainsi récupérer au moins une partie des investissements qualifié de non-performants réalisés jusqu'à présent." Un Hara-kiri lorsque l’on repense que la BC Partners était prête à verser entre 800 et 850 millions d’euros ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C’est une information en provenance de Calcio&Finanza qui relaye l’article d’Il Sole 24 Ore : Le colosse chinois qui opère dans le marché immobilier, Evergrande, se rapproche de la faillite, lui qui croule sous près de 100 milliards de dollars de dettes. Une situation qui menace de submerger l'ensemble du secteur en Chine ainsi que les investisseurs internationaux qui détiennent la moitié de la dette offshore de l'entreprise chinoise. Comme le souligne Il Sole 24 Ore, c'est un fameux problème pour Pékinet pour les investisseurs étrangers qui ont misé sur les obligations d'Evergrande, attirés par les rendements élevés. Vu la situation dramatique de l’entreprise, le titre a été suspendu vendredi à la Bourse de Shenzhen et ce lundi 6 septembre, la Bourse de Shanghai a décidé d'arrêter temporairement la négociation des obligations arrivant à échéance en juillet 2022 en raison de "fluctuations anormales". Lors de cette dernière année, les bénéfices d'Evergrande ont chuté de 29 %, soit 1,6 milliard de dollars en chiffres absolus. Evergrande est à court de liquidités et ne sait pas comment s'y prendre pour respecter ses engagements en matière de dettes d'entreprise, qui doivent être honorés dans les prochains mois. Dans une lettre, qui a été démentie, il avait été demandé au gouvernement chinois un plan de sauvetage, d'assainissement et de de gestion de la dette, et de procéder à des cessions immobilières à Guangzhou et au démantèlement du siège de la société à Hong Kong : Mais toutes ces démarches ont été vaines, à en juger par le vendredi noir où la holding n'était qu'à quelques pas de l'abîme. Le marché chinois des obligations à haut rendement, souffre énormément, et le secteur le plus touché est celui de l'immobilier, dominé par une douzaine de géants, dont Evergrande, dont les actions ont perdu 70 % cette année, tandis que les obligations sont "en souffrance". Cette situation trouve son origine depuis que la vision a changé et que les maisons sont redevenue un bien et non plus un outil de spéculation pour les familles : Le gouvernement n'a pas seulement mis en place des mesures contre l'effet de levier dans l'immobilier, mais il applique également une législation qui stipule, entre autres, que les prix des nouveaux logements mis sur le marché se doivent être transparents. Cette démarche n’a pas été appréciées par ceux qui, comme Evergrande, ont fait de l'immobilier la pierre angulaire de leur fortune. Il est peu probabled’ailleurs que l'État vienne à la rescousse. Evergrande est considérée comme "trop grosse pour faire faillite", mais elle reste une société privée et les marges de manœuvre de l'État sont beaucoup plus restreintes. Jindong Zhang , qui, par le biais de Suning Holdings Group, contrôle l'Inter Milan, le Club Champion de Serie A italienne, garde également un œil sur la situation du géant chinois. En 2017, Zhang, via Suning Appliance et non la société cotée en bourse Suning.com, avait avancé à Evergrande un capital de 20 milliards de yuans (environ 2,6 milliards d'euros) en souscrivant à des actions de classe A d'Evergrande Real Estate (également connu sous le nom de Hengda Real Estate) destinées à être cotées en bourse, avec la promesse de forts dividendes. Avec le soutien de Suning et d'autres groupes privés chinois, Evergrande avait levé un total de 130 milliards de yuans (environ 16,65 milliards d'euros), grâce aussi à la promesse que si la cotation des actions de classe A d'Evergrande Real Estate ne se concrétisait pas, que les investissements seraient remboursés d'ici mars 2021. Toutefois, à l'automne dernier, après un nouveau report du projet de cotation, un certain nombre d'investisseurs ont accepté de ne pas exercer les options de rachat de leurs actions libérées, évitant ainsi la crise de liquidités d'Evergrande. Parmi eux, on retrouve Jindong Zhang qui a accepté de réviser l'accord existant avec le patron d'Evergrande, Xu Jiayin. Zhang a donc renoncé à demander le remboursement des 20 milliards de yuans, maintenant ainsi l'investissement dans Evergrande Real Estate (qui sont à l’origine des pressions sur la dette de Suning et qui ont conduit à la crise du groupe ces derniers mois). Selon inf.news, l'investissement de Zhang a perdu 80% de sa valeur, étant donné que la valorisation d'Evergrande Real Estate serait désormais égale à 425 millions de yuans, et - par conséquent - la part détenue par Suning Appliance serait égale à 3,84 milliards de yuans (environ 500 millions d'euros). Cette valeur pourrait être réduite à néant également en cas de faillite officielle du groupe Evergrande. Si la faillite est confirmée, Suning perdra donc 500 millions d'euros, serait-il capable de s'en relever ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. C’est une information en provenance de Suning en personne, via ses canaux officiel : En effet, le Colosse chinois qui est le propriétaire de l’Inter confirme l’entrée et la création d’un nouveau fond guidé par le Gouvernement de la Province Jiangsu : le New New Retail Innovation Fund Phase II, qui représente une valeur financière totale de 8,83 milliards de yuan soit un milliard d’euros. Le fond en question, outre les activités d’Etat, verra la participation d’investisseurs en provenance des Aziendas suivantes: Alibaba, Haier, Midea, TCL, Xiaomi. New New Retail Fund Phase II va acquérir 16,96% du capital de Suning.com. Conséquence directe, la participation appartenant à la Famille Zhang passera à 17,62%. Cette démarche a été menée afin d’aider Suning à faire face à la période difficile qu’il traverse actuellement, tout en lui offrant une meilleure ressource de liquidité. Mais pourquoi Suning est autant en difficulté ? Suning paye au prix fort le fait d’avoir participé au sauvetage d'Evergrande, en y investissant 3 milliards d’euros, lorsque celui-ci était proche de la banqueroute. Retour sur un article paru dans Forbes: Lorsque Evergrande a fait face à d’importantes difficultés financières, les autorités chinoises ont mené des enquêtes qui ont mis en lumière des "prêts entre amis". Les recherches ont mis en évidence que les investisseurs étaient des proches ou des partenaires d'affaires du patron, en premier lieu l'épouse d'un propriétaire d’un casino à Macao. "Dos au mur, le patron d'Evergrande a appelé un groupe d'investisseurs, dont Suning, afin d'investir dans Hengda en lui garantissant d’importantes dividendes. Evergrande est parvenu à lever 130 milliards de yuans, soit environ 16,65 milliards d'euros en promettant que, si l'opération ne se concrétisait pas, les investissements seraient remboursés d'ici mars 2021. Toutefois, suite au Veto de la Bourse vis-à-vis de la société immobilière, ce remboursement n’a pas eu lieu" Jindong Zhang s'est donc retrouvé avec une "bulle financière" de 3 milliards d’euros de dettes à couvrir. Une somme si importante qu'elle a mis à mal l'Empire Suning qui se voit aider par plusieurs autres sociétés "mondialement" connues. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. "Alibaba au secours de Suning ?" Tel est le scénario projeté par l’agence de presse Reuters. Selon celle-ci, Alibaba, Colosse de l’E-Commerce, marquerait son intérêt pour entrer dans le secteur du commerce de contact, et il pourrait racheter de la sorte les actions de Suning.com, l’entité contrôlée par la Suning Holdings Group, et qui dispose de son propre commerce de vente au détail "Alibaba possède déjà 20% des actions de Suning.com et une acquisition pourrait aider les deux sociétés, puisque les actions d’Alibaba ont connu une chute des 2/3 depuis 2015, soit au moment de l’acquisition de la part du Colosse Jack Ma." "Suning est confronté de grosses difficultés depuis le début de la pandémie, lui qui paye cher les importants investissements dans lequel il s’est lancé des dernières années : De l’acquisition de Carrefour China, au sauvetage, en 2017, du colosse Immobilier Evergrande. Jindong Zhang n’a jamais sû récupérer les plus de 3 milliards d’euros d’investissements." Le Fondateur de Suning et propriétaire de l’Inter, avait d’ailleurs guidé le consortium qui avait permis à Evergrande la faillite, via également une poussée du gouvernement chinois. A présent, Suning est confronté, pour 2021, à une dette de 7 milliards de dollars. Son salut, selon Reuteurs, pourrait passer par la vente de la société du commerce de détail à Alibaba. En 2015, Alibaba avait déboursé 4,6 milliards de dollars pour acquérir les 20% de Suning.com. Il pourrait à présent faire une entrée fracassante sur le commerce de détail en exploitant plus de 2.600 magasins et centre de distribution du groupe propriétaire de l’Inter ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. En effet, un des thèmes bouillant sur la table de Steven Zhang sera celui de définir qui sera le successeur de l’Historique Pirelli en qualité de Main Sponsor. Celui-qui qui reprendra l’héritage de la marque de pneumatique devra verser au moins 30 millions d’euros par saison. Révélation de la Gazzetta Dello Sport Avant l’annonce des problèmes financiers, on entendait parler d’un accord proche auprès de trois colosses asiatiques : Hisense, Evergrande et Samsung. Toutefois, tout a été gelé, lorsque Suning a été en proie à d’autres problèmes, mais également à des offres bien inférieures à celle espérées. Le Patron Jindong Zhang a récemment eu une réunion au sommet avec Samsung, mais il n’y a eu aucune confirmation du côté interiste : En effet, parmi les sponsors déjà présent à l’Inter, on retrouve Lenovo: Cela représenterait donc un conflit d’intérêt avec la présence Samsung vu qu’ils couvrent tous les deux, des marchés similaires. Toutefois, une signature avec Samsung reste possible et pourrait passer par l’établissement d’accords au niveau les plus élevés de la hiérarchie, étant donné qu’il existe déjà un partenariat commercial avec Suning. La préférence du Colosse de Nankin a toujours été vers un sponsor de l’Orient, mais il ne faut pas exclure la piste américaine et il faudra faire vite : L’équipementier Nike est déjà au stade de la production des maillots pour la saison à venir et il ne peut plus se permettre d’attendre à l’infini. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. En effet, en fin de saison, l’Inter et Pirelli emprunteront un chemin différent. L’objectif étant de disposer d’un nouveau sponsor maillot proposant de biens meilleures ressources économiques Révélation du Corriere Dello Sport "Le Président Zhang travaille sur ce dossier depuis Nankin. Depuis un certain temps, il tente de résoudre cette approche par le biais des canaux privilégiés dont dispose Suning, auprès des grandes Maison asiatiques, mais cela n’a pas bloqué les recherches également à la Viale Della Liberazione: Les Dirigeants Nerazzurri traitent également avec deux groupes, l’un américain, l'autre second anglo-saxon, dont l’objectif est de finaliser un accord dans les prochaines semaines." Est-ce possible ? "Pour le moment, la fumée blanche, n’est pas imminente car la conjonction astrale crée par le Covid-19 n’aide pas. L’Inter a encaissé en 2018-2019: 19,1 millions d’euros, bonus compris par Pirelli. 11,5 millions d’euros pour la saison 2019-2020." L'Inter vise à obtenir une somme entre 25 et 30 millions d’euros. Les prétentions étaient supérieure avant la pandémie, mais elles ont dûe être revue à la baisse: "Ce qui est certain, c’est qu’il n’y aura pas la conservation de Pirelli comme Main Sponsor. La collaboration historique existante depuis 1995 aura rapporté 234 millions d’euros dans les caisses Nerazzurre, à laquelle il faudra ajouter les millions qui devront être versé à la fin de cette saison 2020-2021 avec un bonus lié à la qualification liée à la Ligue des Champions. Un second bonus pourrait être enclenché en cas de Scudetto." "Ces derniers mois, Evergrande ou l’une des marques de sa Galaxie étaient présenties, mais les injonctions du gouvernement chinois ont fait s’envoler en fumée cet intérêt." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Nos propriétaires chinois ont beaucoup dépensé pour mercatos et salaires, et maintenant notre Inter revient. Cependant la facture arrive à échéance mettant en doute l'avenir de l'équipe. Cet article publié par le New York Times dresse un tableau intéressant de nos propriétaires, internazionale.fr vous offre la traduction. Le Suning, présenté comme un colosse, était censé ramener notre Inter à ses glorieux jours. Il a beaucoup dépensé pour des buteurs prolifiques comme Romelu Lukaku et de très bons milieux comme Christian Eriksen. Après cinq ans d'investissement, notre club est à portée de main de son premier Scudetto en dix ans. Maintenant, la facture est arrivée à échéance, et notre avenir est soudainement mis en doute. Le Suning, un détaillant d'électronique et propriétaire majoritaire, est à court d'argent et tente de vendre sa participation ou en partie. Le club saigne de l'argent. Certains de nos joueurs ont accepté de différer le salaire. L'Inter Milan a eu des entretiens avec au moins un investisseur potentiel, mais les deux parties n'ont pas pu s'entendre sur un prix. Les aspirations footballistique du Suning s'effondrent également à la maison, en Chine. La société a brutalement liquidé son équipe nationale quatre mois après son titre chinois. Certaines stars, dont beaucoup ont choisi de jouer là-bas plutôt qu'à Chelsea ou à Liverpool, ont déclaré qu'elles n'étaient pas payées. La Chine a échoué dans son rêve de devenir un acteur mondial du football. Poussée en partie par les ambitions de Xi Jinping, le grand leader chinois et un fervent fan de football, une nouvelle race de magnats a investi des milliards de dollars dans des clubs de renom et des joueurs vedettes, transformant ainsi l'économie du football. Les investisseurs chinois ont dépensé 1,8 milliard de dollars pour acquérir des participations dans plus d'une douzaine d'équipes européennes entre 2015 et 2017, et la ligue nationale chinoise gorgée d'argent a payé les salaires les plus élevés jamais accordés aux recrues étrangères. Un véritable Eldorado. Mais la folie a exposé le football international aux particularités du monde des affaires chinois. L'implication profonde du Parti communiste rend les entreprises vulnérables aux changements brusques des vents politiques. Les grands magnats dépensiers manquaient souvent d'expérience. Désormais, les discussions sur les défauts de paiement, les ventes et les sorties précipitées dominent. Un magnat des mines a perdu le contrôle du Milan et ce, en plein milieu d'interrogations sur son empire commercial. Le propriétaire d'une entreprise de fabrication de savon et d'additifs alimentaires a renoncé à sa participation dans Aston Villa. Un conglomérat énergétique a abandonné sa participation dans le Slavia Prague après la disparition de son fondateur! Le sort du Suning reflète "toute l'ascension et la chute de cette ère du football chinois", a déclaré Zhe Ji, directeur de Red Lantern, une société de marketing sportif qui travaille en Chine pour les meilleures équipes de football européennes. "Quand les gens parlaient du football chinois et de toute l'attention qu'il a suscitée en 2016, cela est venu très vite, mais cela est très vite parti aussi." Le Suning a payé 306 millions de dollars en 2016 pour une participation majoritaire. Le Suning est un nom familier en Chine, avec des magasins remplis d'ordinateurs, d'iPad et de cuiseurs à riz pour la classe moyenne chinoise qui progresse fortement. Bien qu'il ait été touché par la révolution du e-commerce en Chine, il compte Alibaba, le titan des achats en ligne, comme un investisseur majeur. Sur une scène bien éclairée pour annoncer l'accord avec l'Inter, Zhang Jindong a levé une coupe de champagne et a expliqué comment la célèbre équipe italienne aiderait sa marque au niveau international et contribuer à l'industrie du sport en Chine. Se vantant des "ressources abondantes" du Suning, M. Zhang a promis que "le club retournerait à ses jours de gloire et deviendrait un club plus puissant capable d'attirer les plus grandes stars du monde entier". Sous la direction de Steven Zhang, le club a dépensé plus de 300 millions de dollars pour des stars comme M. Lukaku, M. Eriksen et Lautaro Martínez. Le Suning a également accepté de payer 700 millions de dollars à la Premier League pour les droits TV en Chine à partir de 2019, stupéfiant l'industrie du football. Le Suning a dépensé de l'argent pour un club national qu'il a acheté en 2015. Il a dépensé 32 millions de dollars pour acquérir Ramires, un milieu de terrain brésilien, de Chelsea, et 50 millions d'euros pour Alex Teixeira, un jeune attaquant brésilien, qui a choisi l'équipe chinoise plutôt que Liverpool. Les recrues ont été incitées à vendre climatiseurs et autres machines à laver. Dans une publicité, M. Teixeira a exhorté les téléspectateurs à acheter une marque chinoise d'appareils électroménagers: "Je suis Teixeira", dit-il en mandarin, ajoutant: "Venez au Suning pour acheter Haier." L'argent, a déclaré Mubarak Wakaso, un milieu de terrain ghanéen, a contribué à rendre la Chine attractive. "Le salaire que je vais avoir en Chine est bien supérieur à celui que j'ai en Liga", a-t-il déclaré dans un mélange de Twi et d'anglais dans une interview l'année dernière. Les paris sur le football du Suning tombèrent mal. Le gouvernement chinois a commencé à craindre que les grands conglomérats empruntent trop, menaçant le système financier du pays. Un an après l'accord avec l'Inter Milan, les médias d'Etat chinois ont critiqué le Suning pour son acquisition "irrationnelle". Puis la pandémie a frappé. Même si l'Inter a gagné sur le terrain, elle a perdu les recettes du publique, l'un des plus fervent d'Europe. Certains sponsors sont partis à cause de leurs propres problèmes financières. Le club a perdu environ 120 millions de dollars l'année dernière, l'une des plus grosses pertes. De retour en Chine, le Suning a été terrassé par le e-commerce ainsi que par le coronavirus. Ses ennuis se sont accélérés à l'automne quand il a choisi de ne pas exiger le remboursement d'un investissement de 3 milliards de dollars dans Evergrande, un promoteur immobilier et société la plus endettée de Chine. Le fardeau du Suning va s'alourdir. Cette année, il doit faire 1,2 milliard de dollars en paiements d'obligations. La société a refusé de commenter. Le Suning a commencé à prendre des mesures drastiques. L'année dernière, il a abandonné son accord de diffusion avec la Premier League. Puis, en février, il a liquidé son équipe nationale, Jiangsu Suning, quatre mois après que l'équipe ait remporté le titre de Super League chinoise face à une équipe contrôlée par Evergrande. Ironie, quand tu nous tiens. Au moins une des recrues étrangères de l'équipe a engagé des avocats pour aider à récupérer les salaires impayés selon une personne impliquée dans l'affaire. Un ancien joueur du Suning, Eder, a secoué le monde du football après que les médias l'aient cité en disant que le Suning ne l'avait pas payé. Sur Twitter, Eder a déclaré que les commentaires avaient été tirés d'un chat en ligne privé sans sa permission. Son agent n'a pas répondu aux demandes de commentaires. Pour se sauver, le Suning a fait un pas qui pourrait compliquer notre situation. Le 1er mars, il a vendu pour 2,3 milliards de dollars ses actions à des filiales du gouvernement de Shenzhen. L'accord a donné aux autorités chinoises leur mot à dire sur notre sort. Une pression financière accrue menace l'Inter. Elle doit payer une obligation de 360 millions de dollars l'année prochaine. Un investisseur minoritaire à Hong Kong, Lion Rock Capital, qui a acquis une participation de 31% dans l'Inter en 2019, pourrait exercer une option qui obligerait Suning à acheter sa participation pour jusqu'à 215 millions de dollars, selon l'une des personnes proches du club. Nos responsables recherchent un financement, un nouveau partenaire ou une vente totale pour une valeur d'environ 1,1 milliard de dollars, a déclaré la personne. Le club était jusqu'à présent en pourparlers exclusifs avec BC Partners, la société britannique de capital-investissement, mais ils n'ont pas été en mesure de s'entendre sur le prix, ont déclaré des personnes au courant des discussions. Sans capital frais, l'Inter pourrait perdre des joueurs. Si elle ne peut pas payer les salaires ou les frais de transfert, les règles du football européen disent qu'elle pourrait être bannie des principales compétitions. "Nous sommes inquiets, mais nous n'avons pas encore peur de cette situation, nous attendons juste la nouvelle", a déclaré Manuel Corti, membre d'un club de supporters de l'Inter basé à Londres. "Étant des fans de l'Inter, nous ne sommes jamais sûrs de rien avant la dernière minute."
  12. "Le ciel s’assombrit ces deniers temps autour du partenariat étroit qui lie Suning et Evergrande, après que le groupe propriétaire de l’Inter a annoncé qu’il avait l’intention de demander un retour de son investissement, si une unité d’Evergrande venait à ne pas être côtée en janvier à la Bourse Nationale." Telle est l’annonce de Bloomberg sur son site internet qui émet des doutes sur la santé financière de l’Azienda gérée par Jindong Zhang. Suning, marqué par le Covid-19 ? "La pandémie a frappé le commerce de détail à grande échelle avec une chute des revenus estimée à 13%, soit une perte de 166,6 millions de yuan, soit 25 millions de dollars, lors du premier semestre 2020 contre une recette de 2,14 milliards de yuan lors de la même période l’année précédente." "Les facteurs de risques prennent en considération la concurrence dans le secteur de la vente au détail qui est devenue féroce. Il est probable que l’envie de consommation des chinois diminuera et l’influence de la pandémie pourrait être plus importante que prévue" confirme Shi Kun, analyste de China Securities, dans son rapport d’octobre. "Déjà avant le début du Covid-19, l’Empire de Zhang était sous tension : La dette enregistrée par le Suning Real Estate Group Co. ayant augmenté de 47% sur un an avec une chute d’un tiers des ventes." "En avril, l'une de ses unités a promis la totalité de sa participation, dans une branche financière d'une valeur de 56 milliards de yuans, à quatre institutions de financement, selon les archives de l'AIC." "Un coup dur pour le Magnat chinois qui a perdu plus de 30% de sa richesse cette année et qui pèse 5,1 milliard de dollars" selon le Bloomberg Billionaires Index. Suning n’a pas voulu commenter ces chiffres..... ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  13. Malgré la Pandémie du Covid-19, la vie doit continuer au sein de tous les clubs et de tous les comptes financiers de ceux-ci doivent également tourner à plein régime, à travers l’Europe. Partant de ce constat, l’Inter continue son parcours de croissance, un parcours qui passe par le changement inévitable et historique du Main Sponsor Hisense favori ? En juin 2021, le contrat liant l’Inter à Pirelli prendra fin. Après 20 ans de collaboration, il ne se verra pas renouvelé. Si, il y a encore quelques mois Evergrande était donné favori, Hisense, qui sponsorise déjà quelques grands clubs européens et certaines grandes compétitions, , serait en train de rafler la mise. "La semaine dernière, le Patron de Suning, Jindong Zhang a accueilli le Patron d’Hisense, Zhou Houjian, au Quartier Général de Nankin. Les deux partenaires ont continué à discuter sur une "Stratégie triennale", qui a été mise sur pied au mois d’août et qui fait référence à de potentiels collaborations et partenariat à définir." Et parmi les potentiels collaboration, l’Inter aurait été cité….Si on se prête également attention au présent offert par Jindong à Zhou….Il n’y a qu’un pas qui reste à franchir Le Saviez-Vous ? Pourquoi l’Inter souhaite annoncer son nouveau Main Sponsor en Mars 2021 ? La réponse est économique et stratégique. En effet, comme le révèle le Corriere Dello Sport, l’objectif est de présenter le futur Main Sponsor en mars afin de l’insérer à la production mondiale de la future collection de maillots pour la saison 2021-2022. Si la Pandémie a frappé tous les secteurs et tous les industries, l’Inter comptera, quoiqu’il arrive, sur un nouveau sponsor qui mettra sur la table 30 millions d’euros par saison pour une durée de trois ou cinq ans. Validez-vous Hisense comme futur Main Sponsor ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. Ce lundi, Marco Tronchetti Provera, l’Administrateur-Délégué de Pirelli, a été clair sur les intentions de son industrie envers le monde interiste : "Si je consentirai à un effort pour aider le Club s’il me le demande ? Honnêtement, investir plus que ce nous le faisons dans le sport actuellement, n’est pas faisable." Révélation de la Gazzetta Dello Sport "La Direction continue à travailler pour trouver le nouveau Sponsor principal vu que l’Historique marque Pirelli, entrée en 1995 avec Massimo Moratti à la présidence, quittera les maillots de l'Inter à la fin de la saison prochaine. Une collaboration restera toutefois en place avec l’Azienda milanaise." Suning vise à signer un nouvel accord qui offrira aux caisses du Club, une somme importante qui lui permettra de se rapprocher des Top Clubs européen. En effet, lors de la saison 2018-2019, grâce à d’importants bonus découlant de la qualification à la Ligue des Champions, Pirelli avait versé 19 millions d’euros. La somme de base ne s’élevant qu’à 12 millions d’euros. L’objectif, avant la pandémie du Covid-19 était de parvenir à atteindre les 25 à 30 millions d’euros. Un niveau toujours accessible étant donné que le nouveau sponsor devrait être asiatique : "Evergrande et Samsung sont des possibles partenaires en vue d’une collaboration stratégique déjà actée avec Suning." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  15. Ce lundi, Marco Tronchetti Provera s’est livré sur le nouveau rapport à définir entre Pirelli et l’Inter du Suning. Comme le confirme la Gazzetta Dello Sport, deux prétendants au titre de Main Sponsor se profilent à l’horizon. Le club et Pirelli, qui est le sponsor principal depuis 1995, travaillent pour le futur. Le but est de potentiellement conserver la marque sur les maillots d’entraînements qui sont griffés actuellement "Suning". Mais pour le "vrai" sponsor, la Famille Zhang veut hausser le niveau, en se rapprochant du Top Clubs Européens. Au cours de la saison 2018-2019, via les bonus octroyés dans le cadre de la Ligue des Champions, Pirelli a versé dans les caisses Nerazzurre la somme de 19 millions d’euros. L’objectif de la direction est de viser les 25-30 millions d’euros, pour ne pas se retrouver trop éloigné des 42 millions d’euros par saison qui lie la Juve et Jeep. Les démarches sont déjà avancées et il est plus que probable que le nouveau sponsor sera d’origine chinoise. On parle de Samsung qui est déjà présent sur le maillot du Jiangsu, mais également d’Evergrande, un groupe qui a tissé des liens stratégiques sur les marchés avec Suning. Êtes-vous plus Pro-Pirelli, Pro-Samsung ou Pro-Evergrande ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. En effet, si face à l’Atalanta on retrouvera plus de 60 000 tifosi au Meazza, il y a lieu de noter l’absence de Steven Zhang qui se trouve actuellement en Chine. Comme le souligne le Corriere Dello Sport, Steven rentrera en Europe, seulement dans une semaine, suite à ses engagements qui le lient à l’ECA. Main Sponsor Mais cette absence serait relative au futur de l'Inter. L'objet de celle-ci serait en rapport avec la recherche d’un sponsor : "Peut-être que le voyage en Chine approfondira les échanges et les démarches sur un marché en vue de remplacer Pirelli comme sponsor dans un an et demi. L’Evergrande, de façon directe ou indirecte, est très intéressée" Valideriez-vous un nouveau sponsor maillot en lieu et place de Pirelli ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Suning n’est pas un enfant de chœur, tous l’ont compris, qu’il s’agit du simple tifosi comme des sponsors, du dernier arrivé au plus emblématique, le Main Sport : Pirelli. Se sachant en fin de contrat, Marco Tronchetti Provera s’est livré à Sky sur le partenariat historique: "Nous maintiendrons notre rapport avec l’Inter, qui sera concret, comme je le voudrais" Un futur de Main Sponsor ? En effet, l’Inter veut augmenter ses recettes et les 19,1 millions d’euros versés annuellement par Pirelli, la somme plus importante, perçue l’année dernière, est très faible. La Juve reçoit 42 millions d’euros de Jeep, Le Real perçoit 70 millions d’euros, Manchester United perçoit 66 millions d’euros, Barcelone perçoit 55 millions d’euros, Paris perçoit 50 millions d’euros Chelsea perçoit 48 millions d’euros… Ce fossé trop important est impératif à colmater. Le souffle d’Evergrande Si par le passé, Tronchetti pouvait la ramener. En fin de saison, il sera en concurrence direct avec Xu Jiayin, le patron d’Evergrande qui se montre extrêmement intéressé dans l’idée d’investir dans l’Inter. Preuve en est, il avait fait le déplacement à Milan lors de la première journée de la Ligue des Champions, cette saison. Si Pirelli casque, seriez-vous pour le conserver ou fait-il parti du passé ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. En effet, selon la presse transalpine et asiatique, l’Inter pourrait parapher un contrat de 100 millions d’euros avec Hengda Hengchi. Derrière cette marque automobile écologique électrique, nous retrouvons le Colosse chinois de l’immobilier, Evergrande, qui pourrait devenir le Main Sponsor de l’Inter, soit le sponsor maillot. La semaine dernière, à l’occasion du premier match de Ligue des Champions, le propriétaire d’Evergrande, Xu Jiayin, était présent au Meazza. Ce dernier s’était également entretenu avec Jindong Zhang en personne, la veille lors d’un dîner. Le propriétaire du Suning et d’Evergrande ont échangés des discussions exploratoires avec le club leader actuellement de de Serie A. La thématique portait sur un potentiel partenariat. À présent, par le biais de cet accord, qui doit encore être confirmé, le revenu en provenance du Main Sponsor sera tout simplement exceptionnel, passant de 10 millions d'euros à 100 millions d'euros. Selon Titan Sports, le Suning Holdings Group, a déjà commencé à diffuser des publicités mettant en vedette des voitures Hengda Hengchi sur ses chaînes PPTV, ce qui laisse présager qu'un accord est imminent. L’accord actuel prévoit que Hengda Hengchi deviendra le nouveau sponsor automobile du club Nerazzurro. Il ne reste qu’à présent qu’à obtenir confirmation que la marque automobile appartenant à Evergrande remplacera bel et bien Pirelli à l’échéance de son contrat en 2021. Pourquoi changer ? L’Inter perçoit "seulement" 10,5 millions d’euros via son partenariat avec Pirelli. Un partenariat historique vu la longévité de celui-ci, qui date de 1995. Toutefois, Jindong Zhang recherche de meilleures opportunités de revenus, lui qui voit les autres grands clubs européens, signer des accords de sponsorisations toujours plus lucratif Qui plus est, le Suning et Evergrande, continuent à discuter, ensemble de futurs partenariats. Pourquoi Evergrande ? Evergrande collabore depuis 2017 avec le Suning Holdings du groupe, l’actionnaire majoritaire de l’Inter, l’actionnaire "minoritaire" étant le groupe d’investissement asiatique de la LionRock Capital. LionRock entretient également d’excellent rapports avec le Groupe présidé à la Famille Zhang, preuve en est de l’importante d’un tel propriétaire au cœur même du projet Nerazzurro Evergrande est déjà connu dans le monde du football, après l’achat de l’équipe chinoise de Super League, le Guangzhou Evergrande en 2010, actuellement dirigée par l’ancien défenseur de l’Inter, Fabio Cannavaro. Pirelli déjà sur le départ ? C’est ce qu’annonce la Repubblica, l’Inter se prépare à un changement radical pour son Main Sponsor. Le fait est que la marque Pirelli ne garanti que des standards extrêmement peu élevé, comparé aux standard européens que la Beneamata souhaite obtenir pour continuer à grandir La marque de Marco Tronchetti Provera, historique ami de la Famille Moratti, l’ancien président de l’Inter, pourrait disparaître également avant 2021, date de la fin de son contrat. Les 100 millions d’euros proposés dans l’accord avec Hengchi seront donc extrêmement bénéfique pour les comptes Nerazzurre. Pirelli pourrait également rester le Main Sponsor de l’Inter, mais pour ce faire, il ne lui resterait qu’une seule et unique solution : Proposer une offre similaire ou supérieure à celle d’Evergrande… Où passer d’un restaurant à 10M€ à un restaurant à 100M€ Le Saviez-Vous ? Alors que l’Inter performe sur ses finances, la situation semble être diamétralement opposé du côté turinois. L’effet Cristiano Ronaldo n’ayant pas répondu aux attentes. La présence du portugais pèse énormément sur les finances : Le titre de la Juventus, vendredi dernier s’est effondré à la Bourse. Il a même été suspendu après une chute de 8%. Pourtant, ce jour-là, le club bianconero avait annoncé une augmentation de capital de 300 millions d’euros sur le prochain quinquennal. Toutefois, la publication du bilan 2018-2019 a confirmé le déficit de 39,9 millions d’euros. Exlor, qui contrôle la Juve a également connu une chute de 2% de son titre. Fabio Ravezzani enfonce le clou "À présent, nous avons la confirmation définitive que l’opération CR7 a été négative pour les comptes juventines, bien plus que sur les résultats sportifs ; Pour parvenir à se rétablir, la Juve devra atteindre au moins la demi-finale de la Ligue des Champions cette saison." Un impact sur les saisons à venir ? "Pour les prochaines saisons, il faudra réaliser des investissement utiles toute en maintenant une compétitivité sportive. Cela devra passer par une augmentation des recettes et un renforcement de la structure patrimonial du club. Les dettes actuelles au net atteignent les 50%, soit 463,5 millions d’euros." N’est pas Suning qui veut! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  19. Nous vous en avions très récemment parlé, Xu Jiayin le patron d’Evergrande, qui est également le propriétaire du Guangzhou Evergrandre, était présent à Milan durant la semaine écoulée. Après avoir dîner avec la Famille Zhang et Massimo Moratti, il a assisté le lendemain à la rencontre entre l’Inter et le Slavia. Selon le quotidien chinois Titan Sports, Evergrande travaille pour proposer comme nouveau sponsor Nerazzurro, la marque Hengchi. C'est la nouvelle marque de voiture énergétique électrique, une nouvelle ambition pour Evergrande qui travaille sur ce marché en plein essor. Un sponsor automobile pour succéder à un sponsor de pneumatique, c’est ce que l’on appelle de l’humour chinois ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  20. Nous vous en avions parlé, Xu Jiayin était présent lors du repas entre la Famille Zhang et Massimo Moratti. Une décision a été prise et celle-fi a fait le tour du monde, en premier lieu parmi les médias chinois : Très prochainement, Evergrande devrait annoncer ou être annoncé comme futur Main Sponsor de l’Inter, en lieu et place de Pirelli. Cette entrée au sein du Club Nerazzurro devrait débuter dès 2021, à l’expiration du contrat liant la Benamata à la marque de pneumatique. La confirmation de la présence du numéro un du Guangzhou Evergrande au Meazza pour assister à Inter-Slavia démontre, plus que jamais, de l’intérêt du Colosse de l’immobilier chinois. Cette situation sera extrêmement bénéfique dans le futur. Surtout que le Groupe de Xu Jiayin est le second dans le domaine du Real Estate en Chine. Le procédé de Jindong Zhang fonctionne à merveille, lui qui parvient à convaincre les investisseurs chinois qui souhaitent percer en Europe, d’exporter leur marque sur le continent, en débutant par l’Italie et plus précisément l’Inter. Il va de soit que l’Inter est à un carrefour historique, vu les faibles revenus que propose le Pirelli de Tronchetti, lui pour qui tout roulait depuis 20 ans, renforcé par le lien qui le liait à Massimo Moratti. Evergrande déjà actif ? En effet, le futur Main Sponsor de l’Inter, comprenez le sponsor maillot, pourrait déjà collaborer avec l’Inter, d’une façon différente, en faisant pour l’heure une entrée soft dans le monde Nerazzurro. Le tout en patientant son entrée retentissante de 2021. Selon la Gazzetta Dello Sport "Qui sait si Evergrande ne pourrait pas intervenir dans la thématique du nouveau stade, un dossier dont Jindong Zhang connait chaque étape d’avancée." Le Saviez-Vous ? En 2017, Xu Jiayin et Zhang Jindong ont procédé à un accord de coopération stratégique pour leurs deux groupes. L’annonce de ce partenariat fu tellement retentissaant qu’elle fut l’objet d’une thématique par la CCTV ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. Nankin - Un accord a été entériné entre les deux leaders que sont Xu Jiayin et Zhang Jindong. D’après les toutes premières informations, il y aurait un principe de coopération stratégique entre les deux groupes que sont le Suning Group et l’Evergrande Group. Cette annonce émane directement de la télévision d’Etat chinoise et il semble qu’il y ait une possible réflexion sur le football au sein du Suning Sports Group, branche dans laquelle est reprise l'Inter Le contenu de cet accord n’a pas encore été dévoilé, mais il semble que cela concernera le Jiangsu et le Guangzhou. Reste à savoir si cela aura cet accord aura également un impact sur l’Inter vu que le Suning est à la recherche d’une personne stratégique, pour remplacer Erick Thohir qui a décidé de quitter le Monde Interiste pour s’occuper exclusivement des Asian Games. Nous vous tiendrons informé de l'évolution de la situation! ®Antony Gilles – Internazionale.fr