Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'federico dimarco'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Simone Inzaghi s'est exprimé concernant le but injustement refusé de Big Rom lors du dernier derby milanais. Ses propos ont été rapportés par DAZN au format BordoCam, les voici "Est-ce que c'est pour nous, ceux qui sifflent avant la fin de l' action ?" En effet, l'imposant attaquant belge aux manières expéditive avait protégé son ballon et avec l'expérience avait maintienu Thiaw à distance: Et il s'agit-là d'un duel classique entre attaquants et défenseurs que nous retrouvons tous les week-ends." "Toutefois, le coup de sifflet de Massa intervient avant que le ballon tiré par Lukaku ne rentre dans le but, avec un Big Rom à terre. Et ce coup de sifflet a rendu toute utilisation de la Var impossible puisque la phase jeu a changé de facto." "Même Federico Dimarco est resté sans voix: "Mais pourquoi il siffle avant ?" " "Un scénario similaire à celui de Monza, lorsque l'arbitre Sacchi a sifflé une faute inexistante avant la tête victorieuse d'Acerbi." Traduction alex_j via FCInterNews.
  2. En effet, à travers une vidéo sur le réseau social Instagram, nous apprenons que les intérêts de Federico Dimarco sont, à présent, représentés par... La RocNation, la célèbre agence appartenant à Jay-Z qui défend égalment les intérêts du Diable Rouge. Ce n'est pas une décision hasardeuse car une très grande amitié lie les deux compères et ce choix en est un excellent exemple. Pensez-vous qu'il rejoindra Chelsea pour 115 millions d'euros avant de revenir en prêt pour 8 millions d'euros ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  3. S'adressant à DAZN après le match, Marco Materazzi a fait valoir que le 1-0 ne reflète pas le match suggérant que le Milan a eu de la chance. "Il n'y a pas eu de match ce soir! Le Milan a eu de la chance d'en encaisser qu'un. On a vu cette peur à Milan, c'est une lourde défaite même pour la qualification à la Ligue des Champions. Peut-être que les Rossoneri manquaient d'entrain. Lautaro a porté l'Inter ce soir, il fait toute la différence. Le seul défaut était de ne pas avoir tué le match. Dans des derbies on ne sait jamais comment ça peut se terminer et on pouvait risquer un nul immérité dans un match dominé. Ça aurait été dommage car ils jouent bien et sont dignes de confiance. L'important maintenant est de verrouiller la qualification à la Ligue des champions." "Dimarco ? Il incarne les valeurs de l'interisme, encore plus que Barella. En effet, parfois, il est trop tendu car il ressent la pression d'être un fan de l'Inter." "Skriniar ? Il est juste de lui enlever son brassard mais je suis sûr qu'il va tout donner pour l'Inter jusqu'au bout." Traduction alex_j via FCInter1908.
  4. Les Nerazzurri battus au Meazza, le but de Baldanzi ayant suffit à la formation toscane. L'équipe d'Inzaghi est restée à dix à cinq minutes de la mi-temps après l'expulsion de Skriniar. Après la pause, De Vrij a frappé la barre. Résumé d'un match perdu. La beauté du football, des hauts et des bas en l'espace d'un court espace. La joie de remporter la Supercoppa Italiana à Riyad ne sera jamais enlevée, mais en quelques jours, l'Inter a goûté à la défaite pour la première fois en 2023. N'ayant pas été battu à domicile depuis la Roma, début octobre, les Nerazzurri ont été battus contre une équipe d'Empoli courageuse et opportuniste, qui a su capitaliser sur son avantage. Cinq minutes avant la mi-temps, le capitaine du club Milan Skriniar a été expulsé pour une deuxième faute. L'assaut à la recherche des trois points après la pause a permis à Empoli de monter, et c'est sur l'une de ces contre-attaques que Baldanzi a marqué le seul but qui a décidé de la partie. Malgré les températures glaciales, la soirée avait commencé de chaude manière avec une masse de supporters Nerazzurri accueillant l'entraîneur avec drapeaux et banderoles, le tout en soutien à l'équipe depuis sa victoire dans le derby en Arabie saoudite. C'est ce trophée qui a permis aux fans de l'admirer avant le coup d'envoi, avec des célébrations spéciales également pour le Nouvel An chinois. L'équipe locale s'est alignée avec un maillot spécialement dédié à l'année du lapin avec leurs noms écrits en chinois et un écusson spécial sur la manche. Le jeu a commencé sur un rythme lent, Empoli pressant haut, semblant plus vif et essayant de briser les lignes chaque fois que possible. C'est l'équipe adverse qui a eu les premières occasions, forçant Onana à un arrêt, avant que Skriniar et De Vrij n'interviennent en temps opportun. L'Inter a bien fait de mettre le pied sur l'accélérateur et a commencé à monter, trouvant à plusieurs reprises Dimarco sur la gauche, qui a eu quelques volées avec son pied puissant. Lautaro était le prochain à avoir une chance, mais il ne pouvait pas tout à fait garder son crochet du pied gauche sous la barre. À la 40e minute, le jmatch a tourné, car un Skriniar déjà averti, après une faute tactique, a reçu un deuxième jaune pour un pied haut sur Caputo. Pour Rapuano, arbitre de la soirée, il s'agissait d'une deuxième faute et l'Inter était réduite à dix. Inzaghi était ravi du 0-0 à la mi-temps, et a amené Bellanova à la place de Correa, passant tactiquement à un 3-5-1 avec Mkhitaryan derrière l'attaquant solitaire Lautaro. Malgré la volonté et la détermination de l'Inter, les chances étaient rares et un système déséquilibré qui laissait les flancs ouverts à exploiter. À la 66e minute, c'est ce qui s'est passé lorsque le remplaçant Baldanzi a reçu le ballon pour frapper dans le but. Les plus de 65 000 soutiens de San Siro étaient toujours présents, toujours derrière l'équipe d'Inzaghi, qui a riposté avec fureur, aidé par plusieurs changements, Dzeko et Lukaku formant un trio d'attaquants aux côtés de Lautaro. La dernière action est venue alors que Dzeko était sur le point de trouver un moyen d'égaliser, avant que De Vrij ne frappe la barre transversale d'une tête sur corner. Le Meazza était chaotique, l'Inter frappant frénétiquement et désespérément de longues balles. Gosens s'est rapproché deux fois mais n'a pas atteint le cadre à deux reprises, avant que Dzeko n'ait une dernière chance avec son droit. Une défaite inattendue et une soirée à vite oublier pour les Nerazzurri. INTER-EMPOLI 0-1 Buteurs : 65' Baldanzi (E) INTER (3-5-2) : 24 Onana ; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni; 36 Darmian (14 Asllani 71'), 23 Barella (9 Dzeko 71'), 20 Calhanoglu, 22 Mkhitaryan (90 Lukaku 77'), 32 Dimarco (8 Gosens 71') ; 10 Lautaro, 11 Correa (12 Bellanova 46'). Remplaçants : 21 Cordaz, 31 Brazão, 2 Dumfries, 5 Gagliardini, 15 Acerbi, 33 D'Ambrosio, 42 Curatolo, 45 Carboni, 46 Zanotti, 90 Lukaku. Entraîneur principal : Simone Inzaghi. EMPOLI (4-3-2-1) : 13 Vicaire ; 24 Ebuehi, 6 De Winter, 33 Luperto, 65 Parisi; 11 Akpa Akpro (32 Haas 46'), 8 Henderson (9 Satriano 73'), 25 Bandinelli ; 28 Cambiaghi (35 Baldanzi 64'), 10 Bajrami (21 Fazzini 73') ; 19 Caputo (4 Walukiewicz 90'). Remplaçants : 1 Perisan , 22 Ujkani, 3 Cacace, 20 Degli Innocenti, 30 Stojanovic, 36 Guarino, 87 Nabian Herculano. Entraîneur principal : Paolo Zanetti. Avertissements : Henderson (E), Akpa Akpro (E), Parisi (E), Barella (I), Dzeko (I). Expulsé : Skriniar (I) après 40' pour deux cartons jaunes. Temps additionnel : 2' - 5' Arbitre : Rapuano. Assistants : Berti, Scarpa. Quatrième arbitre : Marcenaro. VAR : Banti. Assistant VAR : Fourneau. Traduction alex_j via le site officiel.
  5. En effet, nos Nerazzurri ont offert, avec la manière, sa septième Super Coupe d'Italie à notre Bien-Aimée en infligeant une gifle à l'Ac Milan sur le terrain du King Fahd Stadium de Riyadh dans ce qui était le 234ème Derby Della Madonnina de l'Histoire! Un succès qui est le fruit d'une performance certainement plus convaincante que celle des Rossoneri, après un début de match qui voyait les deux équipes s'observer. Mais la première action Nerazzurra était la bonne: Nicolò Barella délivrant un caviar de passe décisive à Federico Dimarco à la 10'. De son côté, le Milan a semblé loin de ses standards habituels et sur certaines occasions, comme celle qui a conduit au 2-0 d'Edin Dzeko, idéalement lancé en profondeur par Alessandro Bastoni, on pouvait constater un manque de concentration à la limite de la faute professionnelle! L'Inter, après avoir assuré le break, s'est ensuite limité à gérer la situation sans être réellement inquiétée avant d'asséner le coup fatal via son Champion du Monde, Lautaro Martinez, qui a fait du sale sur le pauvre Tomori, en profitant une nouvelle fois d'une balle aérienne en profondeur de Milan Skriniar Le premier trophée de la saison, la Supercoppa Italiana 2022, a donc atterri dans l'armoire à trophées des Nerazzurri. Un titre synonyme de boost émotionnel pour les protégés de Simone Inzaghi, et une victoire qui plonge le Milan dans ce qui semble être le début d'une crise Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Milan 0-3 Inter Buteur(s): 10' Dimarco, 21' Dzeko, 77' Lautaro MIilan (4-2-3-1): Tatarusanu; Calabria (79' Dest), Kjaer (64' Kalulu), Tomori, Theo Hernandez; Bennacer, Tonali; Messias (64' De Ketelaere), Brahim Diaz (64' Origi), Leao; Giroud (79' Rebic) Sur le banc: 77 Vásquez, 83 Mirante, 7 Adli, 14 Bakayoko, 28 Thiaw, 32 Pobega, 40 Vranckx, 46 Gabbia, 56 Saelemaekers, 94 Bozzolan T1: Stefano Pioli Inter (3-5-2): Onana; Skriniar, Acerbi, Bastoni (84' De Vrij); Darmian, Barella (70' Gagliardini), Calhanoglu (84' Asllani), Mkhitaryan, Dimarco (63' Gosens); Dzeko (70' Correa), Lautaro Martinez Sur le banc: 1 Handanovic, 21 Cordaz, 31 Brazao, 2 Dumfries, 12 Bellanova, 33 D'Ambrosio, 45 Carboni, 46 Zanotti, 77 Brozovic, 90 Lukaku T1: Simone Inzaghi Arbitre: Fabio Maresca VAR: Di Paolo Averti(s): Barella, Calhanoglu, Theo Hernandez, Lautaro Expulsé(s): / ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  6. Federico Dimarco Informations Générales : Nom : Dimarco Prénom : Federico Poste : Défenseur Date de naissance : 10.11.1997 Lieu de naissance : Milan Pays : Italie Taille : 175 cm Poids: 75 kg Numéro de maillot : ? Au club depuis : Ouverture du mercato estival 2018 Position sur le terrain : Biographie : Federico Dimarco est né à Milan, le 10 novembre 1997, c'est un footballeur italien , qui occupait le poste de défenseur à Sion, durant la saison 2017/2018 . Federico est un pur produit de l’Inter et il a déjà fait ses classes dans l'équipe italienne des moins de 21 ans. A la base, son poste de prédilection était celui d'ailier offensif, pour devenir, par la suite, celui latéral gauche . Très habile sur les centres, il a une bonne propension à marquer, surtout sur les coups de pieds arrêtés. Carrière en clubs Internazionale Fc Milano :: Produit du secteur jeunesse de l'Inter, il débute en qualité de joueur professionnel avec les Nerazzurri, le 11 décembre 2014, à l'âge de 17 ans, dans le match de L'Europa League opposant l'Inter au Qarabağ (0-0), en en Azerbaïdjan. Au cours de la saison, il rejoint l'équipe-première, alors entraînée par Roberto Mancini et fait ses débuts en Serie A, le 31 mai 2015, le dernier jour du championnat, en remplaçant Palacio à la 89e minute d'un match remporté 4-3 par l'Inter, au Giuseppe Meazza, face à l'Empoli. Ascoli: Le 27 janvier 2016, il est prêté à Ascoli, club évoluant en Serie B, jusqu'à la fin de la saison. Avec les Marchigiani, il totalise 15 apparitions dans l'anti-chambre de la Serie A et est auteur de 4 assists. Empoli: Le 1er juillet 2016, il passe, de nouveau en prêt, à Empoli en Serie A, avec un droit d'achat en faveur de contre-rachat, en faveur de l''Inter. Il y totalisera 12 apparitions dans la saison. Malgré de bonnes prestations, son club sera relégué. Sion : Le 30 juin 2017, il est acheté pour 4 millions euros par Sion, avec lequel il signe un contrat de quatre ans, l'Inter se réserve le droit de le racheter contre une somme de 10M€, dans un délai maximal de 3 ans. Il fait ses débuts avec Sion, le 23 juillet 2017, dans la première journée du championnat Suisse, contre Thun, dans lequel il se fracture le 5ème métatarse du pied. Absent, des terrains, il rejoue pour son club, après avoir joué un match de championnat avec les U-21 de l'Italie, où il parviendra à inscrire un but. Il rejouera pour Sion, le 18 novembre 2017, dans le cadre de la 15ème journée de championnat, face à Bâle, dans le stade de St. Jakob-Park. Il terminera sa saison avec, seulement, 9 apparition au compteur. Internazionale Fc Milano : Piero Ausilio contacte Sion afin d'exercer son droit de rachat pour le latéral gauche et le transfert est acté pour la somme de 7M€. Equipe Nationale: Avec les moins de 17 ans, en 2013, il a obtenu la place de finaliste de l'U-17 européen, et a participé à la Coupe du monde des moins de 17 ans, aux Émirats Arabes Unis, où l'Italie a été éliminée aux huitièmes. Avec les moins de 19 ans, en 2016 participe à l'U-19 européen, où les Azzurrini arrivent jusqu'à la finale, battu 4-0 par la France. Lors de cette compétition, Fédérico a fait le spectacle en marquant 4 buts, dont trois sur penaltys et un sur coup-franc. En 2017, il a participé au Mondial des moins de 20 ans en Corée du Sud, où il a inscrit un but en quarts de finale. L'Italie a obtenu la troisième place. Il fait ses débuts en U-21, le 22 mars 2018, à la 56ème minute de jeu en remplaçant Pezzella, lors d'un match amical face à la Norvège, qui se terminera sur le score de 1-1, à Perugia. Palmarès: Inter : Torneo di Viareggio: Vainqueur 2015 Italie Européens de football des moins de 17 ans - Finaliste Européens de football des moins de 19 ans - Finaliste Coupe du monde de football des moins de 20 ans - Troisième Parcours: En Club: Internazionale Fc Milano : (2014-Janvier 2016) Ascoli: (Janvier 2006-Juin 2016) Empoli: (2016-2017) Sion : (2017-2018) Internazionale Fc Milano : Ouverture du Mercato estival 2018 En équipe nationale 2012 Italie U-15 2012 Italie U-16 2012-2014: Italie U-17 2013-2015: Italie U-18 2014-2016: Italie U-19 2016-2018: Italie U-20 2018 - ? Italie U-21 ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  7. Simone Inzaghi s’est livré suite à la victoire ô combien compliquée de l'Inter sur Parme, en huitième de finale de la Coupe d'Italie: À Inter TV "Je savais que cette rencontre pourrait nous créer quelques problèmes. Selon moi, nous avons réalisé une très discrète première période et leur "Eurogol" nous a pénalisé. Ensuite, nous avons été lucide sans jamais perdre le fil et nous sommes revenu dans le match." Acerbi ? "Il a été bon, comme tous les joueurs qui sont rentrés et ceux que j’ai aligné en début de match. Tous m’ont apporté d’excellentes réponse: Après une trêve aussi longue que celle que nous avons connu, nous avons besoin de tout le monde. Nous étions mieux en place en phase de possession et j’ai demandé bien plus aux cinq entrants: Nous aurions dû égaliser avant, et nous avons été bon pour ne plus rien leur concéder et ce malgré le fait qu’ils avaient aligné sur le terrain trois attaquants." A Sport Mediaset "Je m’attarde sur ce qui s’est passé ce soir, pour samedi, tout le monde a bien vu ce qu’il s’est passé : C’était une rencontre difficile que nous avons joué discrètement, nous aurions pu bien faire circuler le ballon et mieux nous positionner. Ensuite, nous avons pris un but sur leur seul tir cadré, mais j’ai eu de très bons retoursde ceux qui ont le moins de temps de jeu. J’aurais préféré éviter de jouer 120 minutes, mais je savais que ce serait un match compliqué comme celui vécu face à Empoli, nous allons de l’avant avec confiance." Il y a tant d’absences, allez-vous les récupérer pour samedi et pour la Super Coupe ? "Les changements sont toujours impactés par le résultat, avant c’est toujours facile pour tout le monde. Ceux qui sont montés ont fait de très belles choses et ceux qui ont le moins joués m’ont apportés d’excellentes réponses. Nous devons continuer de la sorte, notre parcours en Ligue des Champions a été fantastiques tandis que nous avons perdus quelques points en championnat. Nous avons tant de matchs à disputer, les rotations vont s’avérer importantissime vu le nombre de matchs rapprochés : J'aurais besoin de tout le monde." Vu vos remplacements aujourd’hui, les titulaires auront souffert un peu plus d’une heure... "Concernant les changements, ça dépend toujours du résultat, seul ce dernier compte finalement. Ceux qui sont montés ont fait de belles choses et ceux qui avaient le moins joués m’ont apporté d’excellentes réponses : En Ligue des Champions, nous sommes allé au-delà des projections et il reste tant de matchs à disputer en championnat : Les rotations seront donc très importantes." Quel est le soucis avec Lukaku ? "Romelu est clairement importantissime pour nous, il est hélas confronté à une blessure musculaire et il a du mal à la gérer. Il s’était bien entrainé et samedi son inflammation était limité à son genou. Je l’ai laissé au repos et il le sera aussi demain, j’évaluerai quotidiennement comment faire pour le faire revenir au meilleur de sa forme : C’est une très grande valeur ajoutée, s’il avait été bien il aurait aussi pu nous apporter ces quelques points qui nous manquent en championnat : Par chance, nous n’avons pas ressenti son absence en Ligue des Champions." Vérone est en forme, à quel point il était important pour vous de jouer sur les ailes comme cela s’est passé ce soir avec Dimarco ? "Avoir de l’amplitude est fondamental dans tous nos matchs et nous cherchons à l’obtenir tout en récupérant nos forces : Avec Barella et Calha forfaits, le système de rotation était limité: Mkhitaryan a disputé son troisième match de la semaine. Je suis satisfait que nous sommes parvenus à remonter au score, cela m’a fait plaisir : Nous sommes l’Inter et nous tenons à aller de l’avant dans toutes les compétions que nous avons rempoté l’année dernière." En conférence de presse "Je dois revoir le match contre Empoli l'année dernière, mais je crois que ce soir nous avons plus souffert. Nous avons trouvé une équipe qui attendait de jouer ce match depuis longtemps. Nous avons dû faire circuler le ballon plus rapidement et nous nous sommes pris un but européen." "L'équipe, malgré le fait qu’il y ait eu tant de changement n’a pas été déstabilisée et est toujours restée concentrée et lucide: C'est de bon augure. Après une si longue trêve, la condition physique doit être améliorée. Nous parlons d'une équipe de l'Inter qui a battu Naples, et vu ce qu’il s’est passé à Monza, je considère que nous parlons d’une Inter qui a pratiquement gagné ses trois matchs en une semaine, avec un système de rotation réduit." "Nous devons améliorer notre condition physique, et j’espère récupérer les joueurs très importants que je n'ai jamais eus à ma disposition. Nous savons que nous sommes en retard en championnat, mais il reste encore tant de matchs à disputer et ils seront nombreux à être rapprochés. J’aurai besoin de tout mon effectif, de tout le monde." Dumfries? "Il revient d’une Coupe du Monde où il a disputé cinq matchs, il est fatigué : C’est un garçon généreux qui travaille pour revenir au top de sa forme. Il y a aussi des joueurs qui sont revenus en excellente condition, comme Lautaro et d'autres comme Denzel qui doivent s'améliorer. Il le sait et il travaille au mieux de ses capacités. C'est à moi que revient la décision de le faire jouer." Les chants pour Skriniar ? "Il s'échauffait et il sait qu’il est entouré de tifosi qui l’aime : Je le vois serein. Cela fait maintenant quelques années que l’Inter se qualifie en prolongation. Nous tenons à cette compétition, l'année dernière nous avons gagné ce trophée et il est représenté sur notre maillot." Est-ce mieux de se qualifier pour la Ligue des Champions ou de gagner des titres ? "Il faut avoir de la chance pour faire les deux. Je pense à la finale que nous avons gagnée en prolongation contre la Juventus, elle était magnifique. Ce soir c’était également une excellente soirée, je dédie la victoire aux Tifosi." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. En effet, à travers deux articles, la Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur la situation entourant Romelu Lukaku et son avenir à l’Inter, un avenir qui est loin, très loin d’être déjà tout tracé: "C'est maintenant officiel, l'inflammation du tendon de sa cuisse gauche empêchera Romelu Lukaku d'être disponible pour le match de la Coppa Italia qui se disputera ce soir. Mais en y réfléchissant, ce n'est pas ce qui est le plus inquiétant: Ce n'est pas ce match en lui-même qui est problématique." "Un programme de Romelu : physiothérapie, piscine et vélo d'appartement, au moins jusqu'à demain, le tout sans voir le terrain. Ensuite, entre jeudi et vendredi, Simone Inzaghi et le staff médical comptent le remettre sur le terrain, au moins pour un travail dit athlétique, afin d'éviter que l'attaquant ne soit absent trop longtemps et que son reconditionnement devienne donc également un problème. Le match contre Vérone, de ce samedi doit être considéré comme un risque : au mieux, le Belge ira sur le banc." "Mais personne à Appiano ne peut actuellement le garantir, tout dépendra de l'évolution de la situation dans les prochaines heures. Pour être clair : Ce n'est pas une blessure des plus importantes, l'inflammation est légère, elle n'est pas liée à ses deux coups d'arrêts d'août et d'octobre, elle est liée à l'intérieur de la jambe. Mais nous sommes dans une histoire clinique, relative à cette saison, qui est déjà très compliquée. Et cela oblige tout le monde à agir avec une extrême prudence." La Super Coupe en prio "Tous d'Inzaghi aux joueurs ont les idées tournées vers la Supercoupe. Tout le monde compte sur la présence du Belge à Riyad. Pour faire face au Milan, au net du travail athlétique qu'il effectuera ces jours-ci, il sera en fait de nouveau disponible après un autre coup d'arrêt, deux semaines après sa dernière apparition comme titulaire contre Naples. Reste donc à savoir si Inzaghi pourra et misera sur lui dès la première minute. D'autant plus si Dzeko et Lautaro, dans une semaine, doivent continuer à donner des garanties physiques, ainsi que des garanties de performance." En fait, la saison de Lukaku a maintenant tourné au "calvaire" "Quelque chose ne fonctionne pas. Et cela ne peut qu'affecter le futur raisonnement que le club sera amené à prendre: Soit une décision ferme sur la possibilité de renouveler le prêt de Romelu avec Chelsea pour une saison supplémentaire. L'Inter ne peut pas faire de faux pas, ni d'un point de vue technique, ni d'un point de vue économique. Tout dépendra de la capacité de Lukaku à redresser la barre à partir de maintenant. Et ce nouveau stop, même s'il est limité dans le temps, n'aide certainement pas à penser positivement" Sauvé par le Décret Croissance ? "Les arrêts continus de Lukaku inquiètent l'Inter, qui pense aussi à l'avenir. Le prêt du Belge à Chelsea expire à la fin de la saison et le club Nerazzurri va devoir s'asseoir et négocier via également le "Décret Croissance " et pour Romelu Lukaku, c'est mieux qu'un centre Dimarco. En ne payant que 25 % (et non 45 % de taxe sur les salaires), les 8,5 millions de salaire net de Romelu pèsent un peu plus de 12 millions d'euros brut, soit en adéquation avec ce que perçoivent les autres gros bras de l'effectif, de Lautaro à Brozovic. Pour l'instant, le contrat de prêt est de 8 millions d'euros, plus 4 millions de bonus, et celui-ci expire le 30 juin 2023 : Après cette date, en l'absence de nouveaux accords, le Belge serait contraint de retourner tristement à Londres: L'idée de vivre là-bas, de porter le maillot des Blues et de finir dans le hachoir de la Premier League n'est certainement pas son souhait" "Comme Romelu a signé son premier contrat en Italie à l'été 2019 et les avantages du Decreto Crescita pour lui dureront cinq ans, jusqu'en 2024. Il lui suffit de résider ici chaque année pendant au moins 183 jours (plus de la moitié de la période fiscale de 365 jours) pour en profiter : ce n'est pas un hasard si l'été dernier, tout a été mis en œuvre pour le faire signer avant le 30 juin. Dans le meilleur des cas, au terme d'un éventuel prêt-bis en 2024, le contrat de Big Rom sera "allégé" de trois années d'amortissement et pèsera donc sur les caisses de Chelsea autour de 45 millions. Ce n'est pas un chiffre insignifiant, mais indicatif sur l'idée de la somme qui serait nécessaire pour le faire revenir, à titre permanent, à Milan" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Pour son premier match de 2023, l'Inter a battu le Napoli jusque là invaincu en Serie A. Les feux d'artifice tirés pour marquer la nouvelle année sont noirs et bleus : beaux, spectaculaires et puissants. Un unique but a suffi pour gagner trois points importants devant une foule en délire. L'Inter 2023 a pris le meilleur des départs avec tous les bons ingrédients parfaitement mélangés: une équipe en forme, un bon football, une action de but et un but de Dzeko pour décider du match et infliger au Napoli à première défaite en championnat. La soirée s'est ouverte avec le président Steven Zhang présentant une plaque commémorative au vainqueur de la Coupe du monde Lautaro; il y a également eu une minute de silence en l'honneur du grand Pelé. C'était l'ouverture d'un match très attendu, avec 94 minutes d'action à haute intensité, scellées par la tête de Dzeko, une excellente performance de Barella, Acerbi et Calhanoglu, et le tout sécurisé par le bel arrêt d'Onana en fin de match. L'Inter dépasse désormais la Lazio, se hissant à la quatrième place du classement, et compte désormais huit points de retard sur le leader Napoli. 75.470 étaient présents dans un Meazza à guichets fermés, tous avides de football, tous avides de voir leur Inter bien-aimée après près de deux mois depuis le dernier match officiel. Et un affrontement aussi important pour commencer 2023 a commencé de la plus belle des manières avec l'Inter sortant rapidement des pièges napolitains, mais sans avoir de la chance devant le but. Les cinq premières minutes ont vu les visiteurs immédiatement sur leurs fesses: Kim a dû se jeter pour revenir pour arrêter Lukaku, puis le même Big Rom a mis Dzeko qui n'a pas pu obtenir une touche gagnante, avant que Dimarco ne rate un but à bout portant. Le match a ensuite connu une accalmie pendant les 25 minutes de jeu suivantes alors que les deux équipes cherchaient à prendre le contrôle. La pression des Nerazzurri et leur récupération haute du ballon ont constamment mis Napoli sous pression. Un Napoli qui a eu du mal à jouer le ballon dans la moitié de terrain de l'Inter et s'est souvent retrouvé en difficulté. Après 26 minutes, l'occasion la plus nette est venue lorsque Lukaku a joué un ballon de la droite, Dzeko l'a habilement renvoyé à Darmian, mais sa frappe du pied droit a survolé la barre. C'était un beau mouvement mais pas de produit final. Geste également vu à la fin de la mi-temps mais avec le même résultat final, après que Lukaku ait tiré après la passe du talon de Barella. C'était toute l'Inter, avec seulement le but manquant, poussée par un soutien vocal et exemplaire à domicile. Les Nerazzurri forment une équipe et jouent en équipe, dans toutes les situations. Lorsque Calhanoglu est revenu défendre pour arrêter Osimhen, il était clair que les efforts des joueurs d'Inzaghi devaient être récompensés, et ils l'ont étés. Ceci grâce à un beau jeu de construction magistral : la belle passe de Mkhitaryan à Dimarco, son centre était parfait et a trouvé la tête de Dzeko, battant Meret pour rendre la foule locale folle. Le rugissement de San Siro a rempli le cœur de tout le monde. Napoli devait réagir et sortir et attaquer, mais Kvaratskhelia n'a pas pu se libérer de Skriniar de toute la soirée. Au milieu, Acerbi a joué un match parfait annulant totalement Osimhen. Onana n'avait presque rien à faire de tout le match, car le dernier quart d'heure a vu de nombreux changements se présenter. Le jeu est devenu décousu, celui des batailles gagnantes, des nerfs et des prières. Napoli a fracassé un tir dans la poitrine d'Onana dans la dernière minute du temps réglementaire, avant qu'il ne réagisse bien et repousse une frappe de Raspadori d'un bras droit inflexible, leur seule vraie chance du match. Après quatre minutes de temps d'arrêt, avec Barella se distinguant par son énergie et sa détermination à marquer les trois points, le Meazza a accueilli le début de la nouvelle année avec une grosse victoire, avec la joie d'un groupe spécial de joueurs, mais avec la conscience que la route est encore longue et ardue. Prochain arrêt, Monza. INTER-NAPLES 1-0 Buteur : 56' Dzeko (I) INTER (3-5-2) : 24 Onana ; 37 Skriniar, 15 Acerbi, 95 Bastoni ; 36 Darmian, 23 Barella, 20 Calhanoglu, 22 Mkhitaryan, 32 Dimarco ; 9 Dzeko, 90 Lukaku. Remplaçants : 1 Handanovic, 21 Cordaz, 2 Dumfries, 5 Gagliardini, 6 De Vrij, 8 Gosens, 10 Lautaro, 11 Correa, 12 Bellanova, 14 Asllani, 33 D'Ambrosio, 45 Carboni, 46 Zanotti. Entraîneur principal : Simone Inzaghi. NAPLES (4-3-3) : 1Meret ; 22 Di Lorenzo, 13 Rrahmani, 3 Kim, 17 Olivera ; 99 Anguissa, 68 Lobotka, 20 Zielinski; 21 Politano, 9 Osimhen, 77 Kvaratskhelia. Remplaçants : 12 Marfella , 30 Sirigu, 4 Demme, 5 Juan Jesus, 6 Mario Rui, 7 Elmas, 11 Lozano, 18 Simeone, 23 Zerbin, 31 Zedadka, 55 Ostigard, 59 Zanoli, 81 Raspadori, 91 Ndombele. Entraîneur principal : Luciano Spalletti. Arbitre : Sozza. Arbitres assistants : Meli, Peretti. Quatrième arbitre : Piccinini. VAR : Fabbri. Assistant VAR : Aureliano. Traduction alex_j vis la site officiel.
  10. En effet, nos confrères de Fcinter1908.it ont procédé à un "Pagellone" soit une évaluation à la "mi-saison" des performances de nos Nerazzurri Les gardiens André Onana 7 "Parti derrière Handanovic dans la hiérarchie et initialement désigné comme Gardien de Coupe, il n'a pas fallu beaucoup de temps au Camerounais pour prendre une place de titulaire indiscutable grâce à son charisme et à ses qualités entre les poteaux et avec ses pieds. S’il doit encore améliorer quelque chose, c’est sa façon de sortir de sa cage, mais le changement dans les cages s’est avéré des plus bénéfiques." Samir Handanovic 5 "Si l'on analyse purement le terrain, la saison du capitaine des Nerazzurri s’est avérée définitivement négative : Moins réactif dans le Derby, il est également fautif sur le but de Paulo Dybala face à la Roma. Apprécié à présent en tant que Leader du Vestiaire, s ses performances entre les poteaux ne peuvent qu'être considérées que comme insuffisantes, sauf à l’occasion de quelques matchs, comme face au Torino." Alex Cordaz "Non-côté." La Défense Milan Skriniar 6+ "Le début de saison du Slovaque était désastreux, aussi en raison d’une blessure qui l'a empêché d'effectuer une préparation athlétique complète et des rumeurs insistantes sur le Mercato en provenance de Paris. Une fois le tout surmonté, le vrai Skriniar a été revu par séquence. Ce qui lui fait défaut, c'est la continuité incontestable des années passées, même si l'on tient compte des problèmes qu’à connu l’Inter dans son secteur défensif lors de ces premiers mois de compétitions. Le brassard semble lui avoir rendu sa conscience et sa confiance : A voir à présent comment se conclura la télénovela sur la prolongation de son contrat." Stefan De Vrij 4.5 "Fantomatique, loin du vrai De Vrij. Le penalty à Bergame n'est que la dernière de ses grosses bévues défensives : le Néerlandais ne se montre plus aussi fiable que par le passé, seul son match à Barcelone face à Robert Lewandowski est considéré comme parfait. Mais ses erreurs en championnat persistent à tel point qu'Inzaghi lui a souvent préféré Acerbi : Une remise en question définitive." Alessandro Bastoni 6 "Une première partie de saison ombragée : On se souvient surtout de sa splendide ouverture pour Barella contre la Sampdoria, sans plus. Lors de certains matchs, on l’a à nouveau vu se projeter offensivement, mais on est également très loin de son rendement de ces deux dernières années. Les attentes à son égard sont toujours élevées, on est en droit d’attendre un changement de rythme important." Francesco Acerbi 7 "Certainement et contre toute attente le meilleur du secteur défensif : Arrivé au milieu de la grogne d'une partie des tifosi, l’ancien laziale a apporté de la fiabilité et du sérieux à l'arrière-garde en gagnant très souvent une place de titulaire bien méritée, aussi bien centre que sur le côté gauche : Une très Agréable surprise." Danilo D'Ambrosio "Non-côté : Peu de matchs et quelques blessures ne permettent pas de l’évaluer : Le numéro 33 est désormais un Sénateur de l'équipe et son importance est plus grande à l'intérieur du vestiaire." L’empire du Milieu Denzel Dumfries 6+ "Trop inconstant : Dans certains matchs il peut être évaluée entre 7 et 8, mais dans d’autres, il se montre totalement insuffisant. Lorsqu'il sait dominer physiquement son adversaire, il se montre débordant d’énergie sur le terrain mais lorsqu’il y a du répondant, il a souvent du mal. Incontestablement titulaire, il devra lui aussi changer de rythme et faire preuve de plus de continuité comme il l'a fait l'année dernier : Suffisant." Matteo Darmian 6 "Toujours fiable, maintenant aussi comme troisième défenseur. Simone Inzaghi sait qu'il peut compter sur lui et l'utilise dès qu'il le peut comme remplaçant. Il est fort probable qu'il renouvelle son contrat avec l'Inter dans les prochains mois." Raoul Bellanova 6 "Très peu utilisé, mais il montre toujours quelque chose lorsqu’il monte sur le terrain : Très rapide, il est presque impossible à le rattraper lorsqu’il est lancé dans une chevauchée. Il peut représenter une arme offensive supplémentaire, mais il se devra de gagner sa place ce qui ne sera pas facile : On a le temps pour le laisser éclore." Federico Dimarco 7,5 "L'un des meilleurs, sinon le meilleur, de la première partie de la saison de l'Inter. 3 buts et 1 passe décisive à son actif en championnat, beaucoup de centres dangereux et des changements d’aile spectaculaires comme contre Barcelone. Il était censé être le back-up de Gosens, mais dans un tel état de forme, il est impossible de s’en passer: son pied gauche est chaud et Inzaghi ne peut pas se passer de lui en ce moment." Robin Gosens 6- "Il était censé être l'héritier de Perisic, mais en peu de temps, Dimarco a littéralement pris le contrôle de l’aile gauche. Quand il entre en jeu, il ne parvient pas à apporter de l’impact sauf à Barcelone avec ce but qui a pratiquement offert la qualification à l'Inter: Celui-ci aurait pu être synonyme de renaissance, mais il ne s’agissait que l’un de ces rares moments forts de son expérience à Milan. Certains disent qu'en le voyant s'entraîner tous les jours, il redevient le joueur qu’il était à l'Atalanta : Nous l'espérons tous." Marcelo Brozovic 6+ "Même s'il n'a pas été aussi performant que ces dernières années la faute à une blessure qui l'a tenu à l'écart pendant un mois entier, il il a marqué le but décisif contre le Torino, et a ouvert le score contre l’Ac Milan. Il a également été élu une fois Homme du Match en Ligue des Champions. Un Suffisant pour un joueur dont on attend qu’il soit, enfin, le vrai géomètre de l'Inter en deuxième partie de saison." Nicolò Barella 7.5 "Mis à part les premiers matchs, le numéro 23 a pris l'équipe sur ses épaules après avoir goûté au banc face au Bayern et il a commencé à collectionner les buts spectaculaires et les caviars en passes décisives : 5 buts et 6 passes clés en 15 jours, ce qui est monstrueux pour un milieu de terrain. S’il continue de la sorte, l'Inter reviendra bientôt à sa place : Il est désormais un véritable joueur polyvalent." Hakan Çalhanoğlu 7+ "Un petit cran en dessous de Barella, mais il reste aussi l’un des joueurs qui apporte le plus de positivité : La blessure de Brozovic aurait pu mettre l'Inter en difficulté, mais Inzaghi lui a attribué un nouveau rôle qu'il interprète presque à la perfection : excellent dans l'interjection et toujours présent dans la zone d'assistance/but. Impossible de s’en passer." Henrikh Mkhitaryan 7 "Un Acerbi-Bis pratiquement : Arrivé dans l’anonymat comme réserviste, l'Arménien a fait preuve d’une grande intelligence tactique et a prouvé qu’il reste encore un footballeur de haut niveau. Son but à Florence et lors de la victoire 1-0 à Plzen montrent qu'il a encore des qualités dans la zone de finition : c'est à Inzaghi à trouver comment gérer ses hommes, car se passer de lui ne sera pas facile." Kristjan Asllani 5.5 "Il était censé être le back-up Brozovic, mais il est à présent le back-up du back-up Brozovic : Joueur de qualité, mais Inzaghi n'a pas encore totalement confiance en ses moyens. Le fait qu’il n’a pas passé le ballon à Mkhitaryan au Nou Camp Nou a fait baisser sa note d'un point. Le temps joue en sa faveur et il aura à nouveau ses chances." Roberto Gagliardini 5 "Utilisé une énième fois contre la Lazio pour marquer sans succès Milinkovic-Savic, l'ancien joueur de l'Atalanta continue de ne pas convaincre : Ses apparitions sont rares dans ce qui sera très probablement sa dernière année à l'Inter." L’attaque Romelu Lukaku 6 "Le verdict le plus approprié serait peut-être de ne pas le coter : Buteur contre Lecce et auteur d’une passe décisive contre Spezia, il a disparu de la circulation à cause d’une blessure qui l’a écarté des terrains durant deux mois. Buteur face à Plzen, il a de nouveau été mis à l’arrêt. Big Rom est rétabli et veut redevenir un vrai joueur : si l'Inter veut tenter de remporter le Scudetto, elle a désespérément besoin de lui." Lautaro Martinez 7 "En l'absence de Lukaku, il est devenu le leader de l'attaque et le Toro ne déçoit pas montrant d’ailleurs de la maturité : Auteur de 7 buts et 4 passes décisives en championnat et d’une perle au Nou Camp. De retour à la maison auréolé du titre de Champion du Monde, il peut vraiment faire tourner les choses à son avantage avec cette nouvelle prise de conscience : Et ce n’est que du positif pour l’Inter." Edin Dzeko 7+ "Censé être le simple remplaçant de Lukaku, il prouve à 37 ans qu’il peut toujours faire des heures supplémentaires : Présent dans tous les matchs de l'Inter cette saison, le Bosniaque n'a pas perdu son infinie qualité de savoir jouer au football. Lorsqu’il est appelé à avoir un impact devant le but, il met toujours la main à la pâte : Un renouvellement serait bien plus que mérité." Joaquin Correa 4,5 "Sans doute le pire joueur de ce début de saison : Son raid face à la Sampdoria ne suffit pas à gommer une première partie totalement insuffisante. Quand il entre, il n'a jamais d'impact, il ressemble à un véritable corps étranger : on ne peut qu'espérer que la non-participation à la Coupe du monde sera pour lui une incitation à bien faire. Mais il y a très peu de gens qui croient en lui." L’entraineur Simone Inzaghi 5.5 "Probablement le plus difficile à côté : Son parcours en Ligue des Champions est exaltant, mais avoir collecté déjà cinq défaites en championnat en quinze matchs est inacceptable. Pour aggraver le tout, il est aussi confronté à de très sérieux problèmes en phase défensive, problèmes qu'il ne semble pas pouvoir corriger pour le moment. Un signe de reprise positif est à souligner lors des derniers matchs, mis à part la défaite face à la Juventus, mais l’Inter se doit de faire plus." "Il est vrai que Naples a été injouable jusqu'à présent, mais personne à la pause n'aurait pensé que le classement serait comme ça. Comme l'objectif déclaré est la deuxième étoile, la note ne peut être, à ce jour, que la moyenne: il sera du devoir du « Mister » de rectifier le tir et de se remettre sur les rails." Validez-vous l’analyse de nos confrères ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Un an après la fameuse interview qui a marqué le début de son rapprochement avec l'Inter, avec des excuses aux supporters et l'aveu de vouloir revenir à Milan tôt ou tard, Romelu Lukaku revient s'exprimer aux micros de Sky Sport. Big Rom a abordé de nombreux sujets. Voici la longue interview. Comment allez-vous? "Je vais très bien, nous avons fait un excellent travail avec l'équipe et l'entraîneur. L'équipe doit continuer à travailler et bien se préparer pour le match contre le Napoli." L'année dernière, à cette époque, vous aviez dit que vous vouliez revenir à l'Inter. "Il y a de la satisfaction d'être de retour, beaucoup. Je suis content d'être de retour, mais je ne veux pas trop parler en dehors du terrain. Je travaille dur avec les entraîneurs et avec l'équipe. Maintenant je dois répondre sur le terrain." Comment avez-vous vécu la période où la négociation devenait chaude ? Quand avez-vous su que vous reveniez à Milan ? "Quand j'étais en équipe nationale, quelques jours avant, j'ai parlé au propriétaire de Chelsea. Nous avons eu une bonne conversation et je lui ai tout raconté, ma relation avec le manager qui était à Chelsea à l'époque. Je lui ai dit que je voulais retourner à l'Inter et il m'a ouvert la porte. Ensuite, j'ai commencé à parler à l'Inter et à partir de là, la négociation s'est déroulée rapidement, puis mon avocat s'est occupé des détails." Vous souvenez-vous du moment de votre arrivée à Milan ? "J'étais fatigué, j'étais parti en vacances et je suis arrivé ici tout de suite. J'étais nerveux, mais au final je dois tout faire pour aider l'équipe. L'Inter m'a donné l'opportunité dont j'avais besoin dans ma carrière, maintenant je veux faire quelque chose d'important avec cette équipe." Votre relation avec Jay-Z ? "C'est la première personne qui m'a appelé après avoir gagné le Scudetto. On a passé du bon temps ensemble à New York, il a aussi beaucoup poussé pour que je revienne ici. Il aime beaucoup le football, il suit l'Inter, c'est quelqu'un de bien." Les personnes les plus importantes dans les moments difficiles ? "Ma mère et mon fils et bien sûr les membres de ROC Nations." Comment avez-vous trouvé le vestiaire ? "Très bien ! Maintenant je dois arriver au sommet d'un point de vue mental car les adversaires m'attaquent maintenant immédiatement. Le groupe est compétitif, nous sommes des amis très proches et c'est unique dans le football. Nous avons grandi ensemble et c'est une bonne chose." Le but contre Lecce ? "Je me suis dit 'Et un… maintenant je dois faire le second'. Je me souviens aussi du but de Denzel et de la façon dont nous avons tous applaudi ensemble, le but de Dumfries nous a amenés à gagner le match, nous sommes tous allés applaudir avec lui et vous pouvez voir que l'équipe est unie." Quelle a été l'émotion la plus forte après votre retour ? "Le retour à San Siro mais aussi quand je suis revenu en Ligue des champions contre Plzen, j'ai vu comment tout le monde a applaudi mon but. C'était vraiment un beau moment, j'ai vu l'amour des fans qui sont vraiment spéciaux, les meilleurs au monde. Même si nous avons des problèmes, ils nous soutiennent toujours. Je pensais qu'ils étaient toujours en colère contre moi. J'ai parlé aux managers, je leur ai dit la vérité sur les raisons de mon départ. J'espère aussi rester dans le futur, pour moi l'Inter vaut tout." Lorsque vous avez marqué contre le Viktoria Plzen, vous vous êtes excusé. "Avant, je marquais toujours beaucoup de buts mais il manquait cette pièce pour être un grand joueur, l'Inter m'a permis d'en devenir un, même si évidemment je ne suis pas encore au top. Les fans de l'Inter resteront toujours dans mon cœur. Mais l'histoire n'est pas encore terminée, espérons que nous gagnerons d'autres trophées dans ce club." La blessure? "C'était une blessure grave, bien plus que prévu, c'était au tendon fléchisseur. Je récupère rapidement en général, mais j'ai toujours eu ce sentiment que les choses n'allaient pas bien. Ma maison est comme un hôpital, j'ai tout pour récupérer rapidement. Cette fois, je n'ai pas réussi, j'ai disputé un match de Coupe du monde avec deux entraînements en quatre mois. Ensuite, je me suis reposé et à partir de là, j'ai recommencé de zéro. En ces dix jours ils m'ont justement massacré, maintenant j'ai vraiment envie de retrouver le terrain. Attendons et voyons." Que répondez-vous à ceux qui disent que vous n'êtes plus au top comme vous l'étiez ? "A bientôt sur le terrain." Henry? "A mon avis, il sera le prochain entraîneur de l'équipe nationale, c'est quelqu'un qui sait coacher, il sait ce qu'on a à faire. Pour moi, c'est le nouvel entraîneur de la Belgique. Alors je ne sais pas qui ils vont embaucher, mais je pense qu'il ne faut pas repartir de zéro. Nous n'avons pas gagné, mais nous devons continuer d'essayer de le faire. Il veut gagner ! Je ne pense pas que l'équipe nationale veuille engager quelqu'un qui veuille repartir de zéro. Pour moi, ça n'en vaut pas la peine." L'année dernière vous avez eu des mots sympas pour Inzaghi, maintenant que vous l’avez rencontré qu'en pensez-vous ? "Il sait stimuler les joueurs, il a trouvé le moyen de réveiller le lion en moi. Ça me provoque toujours et me déclenche une réaction, il y a un super feeling sur le plan personnel. Nous avons une excellente relation. Comme je lui ai dit, mon frère l'a eu pendant de nombreuses années à la Lazio et il s'est toujours très bien entendu avec lui. L'année dernière, nous avons beaucoup parlé, puis je suis parti. Mais ça vaut pour toute l'équipe, il n'y a pas que la relation entre Romelu et l'entraîneur. Il y a celui entre Inzaghi et tous les joueurs. Nous voulons bien faire pour ce club et pour les supporters. Nous voulons bien faire les choses au cours des six prochains mois et nous y travaillons." Quel est l'objectif de l'Inter ? "Tant qu'une équipe n'a pas soulevé le trophée, tout est possible dans le football, nous jouons pour cela. Voyons à la fin de la saison, celui qui soulève le trophée est champion. Nous sommes toujours là pour l'instant, le championnat se termine en juin et nous ne le verrons qu'à ce moment-là." Napoli? "Ils ont un entraîneur vraiment fort, ils font un excellent travail, ils ont beaucoup de joueurs du plus haut niveau. Ils sont dans un bon moment, ils ont Osimhen qui marque beaucoup de buts, Kvara qui est très fort." Qui est le plus fort entre toi et Osimhen ? "Il est vraiment fort, maintenant c'est le meilleur. Nous devons être honnêtes, il va très bien et Napoli est premier au classement. Nous avons du respect mais pas de la peur." La rencontre dans les vestiaires a-t-elle été le tournant ? "Je pense que oui, tout le monde là-bas a montré qu'il voulait bien faire pour l'équipe et pour lui-même, nous sommes à l'Inter pour gagner et faire de bonnes choses sur le terrain. Il n'y a pas d'alibi, il faut faire des choses pour l'équipe, faire de son mieux chaque jour. Je pense que depuis Barcelone, nous avons montré que nous sommes plus une équipe. Maintenant, tout le monde fait des choses pour l'équipe et nous devons continuer comme ça. Quand on a gagné il y a deux ans tout le monde courait, le foot c'est comme ça, on l'a aussi vu à la Coupe du monde. Je pense que nous sommes entraînés maintenant et nous sommes prêts pour n'importe quelle situation." Lautaro ? "Je l'ai vu et je l'ai serré dans mes bras, je l'ai entendu même après la finale et je suis très heureux pour lui qu'il ait remporté la Coupe du monde. Tous les joueurs rêvent de le gagner, j'espère que ce succès lui donnera plus d'énergie pour faire de bonnes choses pour nous. Maintenant, il aura plus d'énergie, je pense qu'il fera de très bonnes choses dans la deuxième partie du championnat." Dzéko ? "Nous avons toujours eu une excellente relation même lorsque nous étions tous les deux en Premier League, nous avons toujours parlé. Il aurait dû arriver à l'Inter plus tôt. Il aime beaucoup jouer à côté et il me donne la possibilité d'attaquer dans l'espace, puis on peut tout faire tous les deux dans la surface. On peut aussi jouer les trois ensemble avec Lautaro comme milieu de terrain offensif, puis Correa est de retour aussi. Nous allons tous bien et nous devons faire de notre mieux." Avec Dimarco ? "Fede est le premier joueur qui m'a aidé dans le vestiaire, le premier vrai ami. Quand je suis arrivé, il m'a appris beaucoup de choses sur l'Inter, il parle un peu le français, je comprenais l'italien mais il m'a beaucoup aidé. Quand il est allé à Vérone, la relation est toujours restée, maintenant nous sommes amis Playstation, nous jouons toujours ensemble la nuit." La rivalité avec Ibrahimovic ? "Je ne suis pas du genre à chercher de grands joueurs pendant longtemps, il y a toujours du respect pour ce qu'ils ont fait dans leur carrière. Il a fait de grandes choses, les gens veulent voir deux grands joueurs s'affronter. J'espère qu’il reviendra le plus tôt possible, puis nous verrons ce qui se passera sur le terrain." Vôtre futur? "Tout le monde sait ce que je veux, maintenant je dois tout faire pour que l'Inter gagne, puis à la fin on verra." Aimeriez-vous terminer votre carrière à l'Inter ? "Oui, bien sûr, même si j'aimerais jouer la dernière saison à Anderlecht. Je vais bien à l'Inter, le club a cette ambition de continuer à gagner et à grandir. Mon fils a maintenant commencé à jouer pour l'Inter Academy, nous voulons donc rester ici pour la famille aussi. On en reparlera en fin de saison et on espère trouver une solution." Un message aux fans. "J'espère que les six prochains mois seront merveilleux, vous avez été merveilleux avec moi et j'espère que vous passez de bonnes vacances." Traduction alex_j via FCInternews.
  12. En effet, si nos Nerazzurri n’hésitent pas à aller aux duels, personne n’a encore été exclu cette saison, aussi bien en Serie A (15 matchs), qu’en Ligue des Champions (6 matchs) L’analyse de Fcinter1908.it Un seul avertissement "A ce jour, Valentin Carboni, Francesco Acerbi (en 14 matchs), Danilo D’Ambrosio, Joaquin Correa, Roberto Gagliardini et Federico Dimarco n’ont été averti qu’à une seule et unique reprise." Un 9 de double-jaune "En effet, Henrikh Mkhitaryan, Matteo Darmian, Hakan Çalhanoğlu (en 20 matchs), Kristjan Asllani, Denzel Dumfries (en 20 matchs), Robin Gosens, Milan Skriniar, Stefan de Vrij et André Onana ont fait l’objet d’un double avertissement. A noter la "surprise" camerounaise qui totalise deux avertissement en n’ayant joué que 13 des 21 rencontres." Un plan à trois "Deux joueurs totalisent 3 avertissements, les deux sont connus pour leur Grinta : Lautaro Martinez (21 matchs) et Nicolò Barella (20 matchs). Pour les deux protagonistes, il s’agit d’une nette amélioration comparée à la saison précédente." Puissance 4 "Un seul Nerazzurro totalise déjà quatre avertissement en 16 rencontres disputées : Alessandro Bastoni, dont la répartition est la suivante : 2 jaunes en Serie A et 2 jaunes en Ligue des Champions." Give Me Five "Dans ce cassement des joueurs les plus "méchants" le plus jauni se nomme Marcelo Brozovic qui a déjà totalisé 5 avertissements en douze matchs Serie A et Ligue des Champions confondu. S’il s’agit d’un record négatif, l’international croate a déjà composté sa journée de suspension à la suite de ses 5 avertissement dans la Botte, face à la Roma où il était d’ailleurs blessé." Une bonne gestion de Simone Inzaghi selon vous ? Ou l’Inter devrait-elle se montrer plus dure sur l’adversaire ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. C’est au Montecatini Terme que s’est déroulé la cérémonie de remise de prix de la 37ème édition des "Trofeo Maestrelli". Et parmi les lauréats, on retrouve notre ami Piero: "C’est évident que cela me fait plaisir, j’ai toujours trouvé qu’il s’agissait d’un titre particulier.Dans mon domaine, il y a de la résilience et cela fait 25 années que je suis à l’Inter et j’ai toujours cherché à faire de mon mieux. Remporter une reconnaissance aussi prestigieuse me fait évidemment plaisir et je dois énormément à l’Inter, j’ai fait ma carrière entière ici, c’est même quelque chose d’anormal car je suis toujours là, dans mon domaine, après 25 ans sous les couleurs Nerazzurre." Place également à son interview à Sky Sport Milan Skriniar "J’aspire au renouvellement de Skriniar, nous la Direction l’attendons comme les tifosi, j’espère aussi que c’est également sa pensée, car il faut être deux pour une union. Notre proposition est importante, j’estime que nous avons cherché à aller de l’avant. Lui est serein, motivé, concentré sur son travail, cela me fait plaisir et c’est la seule chose qui compte. Nous sommes présent et il y a son agent qui gère ses intérêt, nous verrons par la suite s’il est possible de clore le débat dans les prochains jours où d’ici la fin de l’année : J’aimerai qu’il reste avec nous sur le long terme, mais lui aussi doit y mettre du sien." Est-ce que Skriniar va renouveler en premier ou s’agira-t ’il de Dzeko ? "Ce n’est pas une question de temps, mais ce n’est pas par hasard que l’on parle de Dzeko, il semble être un jeune gamin, c’est un exemple pour la jeune, il réalise des prestations de très haut niveau et nous chercherons à trouver la meilleure solution pour le bien de l’Inter." Sommer, gratuit, est-il une opportunité ? "Je m’exprime uniquement sur nos joueurs et je me fais plaisir en pensant aux prolongations de mes garçons. Je ne regarde pas après les autres joueurs: Il y a Samir Handanovic, Danilo D’Ambrosio, et bien d’autres, c’est sur leurs renouvellements à eux qu’il faut s’exprimer." Est-ce que Gosens va rester à l’Inter ? "J’aime bien en parler, je l’ai observé ces derniers jours et il semble être redevenu celui qu’il était à l’Atalanta : Il est bien physiquement et j’aime le voir comme ça : C’est un joueur fort et je crois qu’il fera de belles choses à l’Inter et qu’il retrouvera sa Sélection: Il n’est pas sur le Mercato, nous continuons avec lui, nous avons réalisé un investissement et je pense qu’il convaincra tout le monde lors des prochains matchs." Et à TuttoMercatoWeb Lautaro Martinez "Je n’ai pas encore échangé avec lui depuis sa victoire en Coupe du Monde. Après une telle victoire, il a reçu des messages de tout le Club, de ses équipiers.... Mais je pense qu'il se remet de la gueule de bois de la nuit dernière, et pour se remettre de la gueule de bois de la nuit dernière qu’il doit profiter de ses supporters et de sa famille. Il aura tout son temps pour l’Inter par la suite." Napoli "Ce sera une rencontre importante, mais je ne dirais pas fondamentale : Nous devrons chercher à bien la débuter en faisant preuve de détermination, de motivation: L’équipe y travaille déjà depuis quelque jours, ils sont tous ensemble: Nous devons chercher à récupérer le plus de points possible." Milan Skriniar "Il y a toujours de l’optimisme vu le travail que nous avons fait. Nous sommes en négociations, nous parlons et nous avons présenté une offre importante. Il faut savoir prendre le temps car le garçon et son entourage se donne le temps de la réflexion. Ce que je peux constater, c’est le professionnalisme dont fait preuve quotidiennement Skriniar lors des entrainements : Il est surmotivé, concentré sur l’Inter et il y a des gens qui sont au travail en ce qui concerne son contrat." Mercato Hivernal "De quel type de mercato il s’agira ? De celui des journalistes car ce sera beaucoup plus facile pour les joueurs : Nous avons une équipe compétitive et notre mercato sera marqué par les retours de Marcelo Brozovic, Romelu Lukaku et Lautaro Martinez motivé par sa Coupe du Monde. Joaquin Correa devrait être bon aussi. Leur absences nous ont privé de ressources, nous allons récupérer trois champions, avec une alternative." Romelu Lukaku "Il est en forme, motivé, il sait que c’est une nouvelle page à écrire, le Mondial appartient à sa Sélection, à lui…Ici, il ne doit penser qu’à l’Inter : je le vois concentré." Robin Gosens "Je retrouve le Gosens de l’Atalanta, avec des jambes importantes, il est bien physiquement: Il était à l’arrêt depuis si longtemps, il a rencontré des difficultés pour retrouver sa condition physique et Dimarco a démontré qu’il était capable de réaliser d’excellentes prestations, ce qui ne lui a laissé que très peu d’espace pour s’exprimer : Nous avons deux joueurs par poste, ils sont tous forts et compétitifs." André Onana "Il est de retour avec nous depuis une semaine et je le trouve en forme. Je ne lui ai rien demandé sur ce qu’il s’est passé, cela ne m’intéresse pas : L’important est qu’il soit concentré sur l’Inter." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  14. En effet, en cette période de fin d’année, l’Inter va devoir se retrousser les manches pour renouveler et conserver une bonne partie de sa "Muraille de Chine". En considérant Federico Dimarco comme un pur ailier et non plus un défenseur, on retrouve 5 des 6 défenseurs de l’Inter actuelle en fin de contrat au 30 juin 2023, exception faite d’Alessandro Bastoni dont le contrat expirera au 30 juin 2024 Révélation de Fcinternews.it MILAN SKRINIAR "Ce n'est pas un mystère que sa signature est une priorité pour le club, après un été passé sur le pas de la porte à attendre la bonne offre du Paris-Saint-Germain, qui n'est jamais arrivée. Bien qu'il ait été carrément écarté du marché, le Slovaque est toujours en fin de contrat et les négociations se poursuivent. L'Inter attend une réponse à l'offre de 6 millions plus bonus dans les prochains jours, l'intention est de le sécuriser en lui confiant également le brassard de capitaine et les sensations restent bonnes, surtout vu son désir de rester à Milan." STEFAN DE VRIJ "Jusqu'à très récemment, il semblait destiné à faire ses valises en juin 2023. Arrivé libre, il serait reparti avec le même statut. Mais après un changement d'agent (Federico Pastorello s'occupe désormais de ses intérêts) et son désir exprimé de rester à l'Inter malgré la possibilité de choisir des destinations plus lucratives ailleurs, le canal de discussion avec le club s'est rouvert. La direction et Simone Inzaghi le garderaient volontiers dans l'effectif, mais cela nécessiterait un recul du Néerlandais, qui se contenterait de gagner le même salaire qu'actuellement (4,2 millions plus les bonus). Il est peu probable qu'il obtienne ce contrat, car l'offre sera moins élevée (pas plus de 3,5 millions). La durée ne pose aucun problème : Deux ans avec une option pour un troisième sont acceptés par les deux parties. Les discussions sont en cours, mais les chances de revoir l'ancien joueur de la Lazio la saison prochaine restent élevées." DANILO D'AMBROSIO "Son renouvellement sera discuté plus tard, le sentiment est qu'il n'y aurait aucun problème ni de la part du joker de Caviano ni du club pour trouver un accord, le tout en se basant sur les sommes actuelles pour une autre saison, lorsque le joueur fêtera son 35e anniversaire. Son rôle de leader dans le vestiaire, sa polyvalence tactique, le soin maniaque qu'il apporte à son physique et sa grande volonté d'accepter sereinement les choix de l'entraîneur font de lui un élément précieux de l'équipe." MATTEO DARMIAN "Comme D'Ambrosio, le natif de Legnano veut aussi rester à Milan. Les pourparlers avec l'agent Tullio Tinti ont déjà commencé, et l'accord devrait prévoir une année supplémentaire avec une option pour une deuxième saison à un prix inférieur à celui du contrat actuel (soit 1,5-2 millions plus les primes). Joueur éclectique s'il en est, l'ancien joueur de Manchester United s'est taillé un rôle d'une fiabilité absolue dans l'équipe d'Inzaghi, après avoir été sollicité par Antonio Conte. Encore une fois, il n'y a aucune raison de penser que les parties ne parviendront pas à une signature." FRANCESCO ACERBI "Par rapport à ses équipiers du même secteur, sa situation est différente. Le défenseur central est toujours sous contrat avec la Lazio jusqu'au 30 juin 2025, mais il est peu probable qu'il revienne à Rome, où les relations avec les Tifosi ne sont pas vraiment idylliques. Actuellement prêté à l'Inter avec un droit d' achat fixé à 4 millions, il est peu probable que le club le rachète pour ce montant. Mais l'excellent impact de son arrivée sur l'équipe et la confiance de l'entraîneur font que la Direction tentera d'arracher une remise aux Biancocelesti. L'intention est de répéter les opérations d'Edin Dzeko avec la Roma et d'Arturo Vidal avec le Barcelone : Soit un transfert gratuit avec le versement de bonus faciles à atteindre. Il ne sera pas facile de convaincre Claudio Lotito, mais le défenseur a déjà décidé de rester à Milan et il faudra en tenir compte." ALESSANDRO BASTONI "La Direction della Viale della Liberazione est moins pressée, mais cela ne signifie pas que le débat sur le renouvellement peut être remis à plus tard pour longtemps. Le défenseur central a déjà refusé les avances de Tottenham l'été dernier afin de rester sous le maillot Nerazzurro, et il ne s'attend pas à ce que son club s'aligne sur les offres arrivées de la Premier League. Mais le salaire devra également être revu à la hausse pour honorer le statut actuel de l'ancien joueur de l'Atalanta. Nous en reparlerons au début de l'année 2023, lorsque la discussion commencera avec l'agent Tinti car l'Inter ne veut pas risquer de perdre l'un de ses principaux talents, et le joueur en question n'a pas l'intention de changer de maillot." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Alessandro Bastoni s’est livré du stage de préparation hivernal de l’Inter, à Malte, au Corriere Dello Sport: Quel effet cela vous fait-il de ne pas être au Qatar et de regarder la Coupe du Monde à la télé ? "Comme pour tous mes équipiers en équipe nationale, j’aurai voulu y participer et représenter notre pays. Je peux seulement remettre les compteurs à zéro et tenter le coup dans 4 ans. Le coup a été rude, encore plus en sachant que cela arrive pour la seconde fois d’affilée pour l’Italie. Nous étions des joueurs averti, avec un grand sens des responsabilité, mais nous avons manqué cet objectif." Remporter la Nation League peut-elle atténuer ce flop ? "Jusqu'à ce que la prochaine Coupe du monde arrive et que nous nous y qualifions, il sera difficile d'oublier. Néanmoins, nous ferons tout pour gagner cet autre trophée. Ce serait un moyen de nous prouver, également à nous-mêmes, quelle est notre valeur réelle. Supportez-vous une équipe nationale en particulier ? "J’ai toujours eu une grande passion pour Lionel Messi, je dirais donc Forza Argentina. Et j’en serai aussi fier pour Lautaro, c’est évident." L’Inter, repartie d’Udine, avait-elle touché le fond de ce début de saison ? "Nous nous sommes raccrochés à nous-mêmes, à un groupe qui est solide et fort. Nous nous sommes ressaisis, en réalisant que ce n'est qu'unis et ensemble que nous pourrions nous sortir de cette situation. Nous nous sommes parlé, nous avons essayé d'identifier les problèmes et, aujourd'hui encore, nous essayons de les résoudre une fois pour toutes". Une des images d’Udine a été votre réaction suite à votre remplacement en première mi-temps : S'agissait-il d'un de ces gestes ou d'une de ces attitudes que vous vous étiez promis de ne plus jamais manifester ? "Toute réaction est mauvaise. Cela s'applique également à cette situation, cela découle de la nervosité que j'éprouvais à l'idée de ne pas être capable de faire ce que je sais faire: Je sais de quoi je suis capable normalement. Encore une fois, il était important de se parler. À partir de ce moment-là, nous sommes sortis plus solidaires que nous ne l'étions auparavant." Si vous êtes parvenu à vous redresser au niveau des résultats, il reste tout de même encore des choses à corriger, comme le trop grand nombre de buts encaissés lors des matchs à l'extérieur. Comment l’expliquer ? "Il est difficile d'y trouver une réponse, car il n'y a pas de raison technique. Je pense que c'est avant tout un aspect mental. Dans ces cas, la recette consiste uniquement à travailler." L'Inter joue-t-elle le tout pour le pour contre Naples pour le Scudetto ? "Nous sommes, à présent, à un grand tournant de la saison : Ne pas réaliser un résultat positif à la maison serait un coup très dur à digérer et cela deviendrait extrêmement compliqué de résorber ce retard." Après le Scudetto avec Conte, après la Super Coupe et la Coppa Italia avec Inzaghi, considéreriez-vous comme une déception une année blanche dans l'armoire à trophées ? "Nous ne pouvons pas nous cacher : Nous sommes conscients de la force et des valeurs de notre équipe. Notre objectif est toujours d'aller jusqu'au bout dans toutes les compétitions auxquelles nous participons. C'est pourquoi ce serait une grande déception si finalement nous nous retrouvons les mains vides." Vous vous êtes spécialisé dans les passes décisives : C’est aussi arrivé ici à Malte : lors du match amical contre Gzira United, vous en avez-même réalisé deux... "Je dois remercier la Primavera de l'Atalanta, en particulier Favini, l’ancien responsable de l'académie des jeunes de Bergame qui est aujourd’hui décédé : C’était le numéro un. Avant même l'aspect physique, il vous enseignait la technique de base. Et c'est une approche fondamentale, à mon avis, pour jouer au football. Pour le reste, c'est une question de mentalité et d’une attitude que j'ai toujours eues depuis que je suis enfant." Celui qui en profite le plus est votre ami : Nicolò Barella... "Disons qu’avec lui, je connais les mouvements qu’il réalise tout le temps : On s’en rend compte que lorsque je lui donne un caviar... (il rit). Quoi qu'il en soit, lorsque j'ai le ballon au pied, je regarde toujours ce que fait Barella : Nous nous connaissons à la perfection. C'est le premier que je recherche car, grâce à l’un de ses mouvements, soit il se libère, soit quelqu'un d'autre le fait. Son jeu est toujours décisif pour notre phase de développement d’une action." La défense à trois renforce-t-elle vos caractéristiques ? "Evidemment car j'ai la possibilité de monter sans avoir la préoccupation excessive de ce qui pourrait arriver si je commettais une erreur. J'ai la sensation que l’on couvre mes arrières et d'avoir plus de liberté. De plus, c'est une tactique qui devient de plus en plus populaire : On l’a également vu en équipe nationale. Ce que je pense est que si vous jouez de la bonne façon, avec des joueurs qui ont un certain type de préparation mentale, vous disposez d’un gros avantage car les attaquants sont forts en phase de possession, tandis que lorsqu'il s'agit de défendre, ils sont bien plus paresseux et en forçant des situations, le défenseur qui va de l’avant se retrouve souvent démarqué." En un an et demi, vous avez dû composer avec trois ailiers gauches différents : Perisic, Dimarco et Gosens. Avec qui vous sentez-vous le plus à l'aise et comment modifiez-vous votre façon de jouer, compte tenu des différentes caractéristiques ? "La grandeur d'un footballeur, c'est aussi de pouvoir changer son jeu en fonction des personnes qu'il côtoie. Par exemple, Dimarco, qui possède une qualité particulière en matière de centres, préfère recevoir le ballon sur ses pieds. Gosens, en revanche, attaque la profondeur et le ballon doit être devant lui." En parlant de comparaisons, quelles sont les différences entre Conte, Inzaghi et Mancini ? "Avec Conte, tu entrais sur le terrain en sachant parfaitement ce que tu dois faire, car tout avait été étudié de manière maniaque. Les deux autres sont très similaires en termes de préparation des matches, d'attitude sur le terrain et d'approche des joueurs. Dans le sens où ils sont très calmes et ouverts au dialogue. Je peux ajouter que, au niveau du jeu, Inzaghi m'a beaucoup apporté, car la propension à jouer des coudes est née avec lui." En parlant de Conte, est-il vrai qu'il vous aurait voulu à Tottenham ? "Il y a eu des contacts, mais je suis heureux d'être resté à l'Inter." Skriniar devrait donc être tout aussi heureux de rester… "Je ne peux que lui conseiller de faire ce qu'il pense être juste. Nous sommes tous adultes et chacun doit faire ses propres évaluations, avec sa famille. L'important est qu'il soit convaincu du choix final. Je ne peux pas juger, seulement espérer qu'il reste ici". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Auteur d’une très belle prestation en Coupe du Monde avec le Cameroun, André Onana s’est livré à Sportweek dans une interview qui paraitra dans son intégralité ce samedi…mais l’ancien numéro un de l’Ajax s’est déjà livré sur Instagram! "Handanovic est un géant, je lui tire mon chapeau: Il m’aide et me conseille tout le temps. Je suis un gardien moderne, je sors beaucoup, je prends des risques et je joue avec mes deux pieds... Et j’aime ça! Enfant je rêvais en regardant les miracles de Casillas, de Buffon, mais pour moi le plus grand reste Manuel Neuer, il fait des choses folles, je m’inspire de lui." "Tu as déjà vu comment centre Dimarco? Comment Çalhanoğlu se donne ? La première fois que j’ai vu Barella, j’ai dit à Lukaku : Mais c’est un Monstre !" "Le peuple interiste est incroyable, lorsque nous étions face à Plzen, Romelu commençait à s’échauffer et je sentais la terre trembler sous mes pieds, je n’ai jamais vu un tel amour et ils me veulent aussi bien : Milan est magnifique, il ne manque que la mer, mais ça reste l’endroit idéal pour vivre : Je suis un africain, de couleurs, je vis dans un monde de blanc, mais je respecte les règles et je tente de trouver ma place, de m’affirmer." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Roberto Samaden est le Responsable du secteur jeunesse de l’Inter, celui-ci s’est livré à Il Giorno. Il y a très peu de semaines, l’Inter s’est vu consigner le prestigieux prix de l’ECA Youth Football Award "Tout le club en est satisfait car nous investissons depuis des années en ce sens : Nous sommes les premiers en Italie à suivre cette voie et avoir été reconnu par l’Europe fait plaisir. C’est un prix dont le mérite en revient à notre Directeur, Giuseppe Marotta, qui a poussé pour que ce projet se concrétise, il revient aussi à toutes les personnes qui en sont en charge dans la pratique comme Annalisa Novembre et Giovanni Pasculli." Expliquez-nous ce nouveau projet de Bibliothèque réalisé à l’intérieur du Suning Youth Centre? "L’idée de construire une librairie a fait parti du projet qui nous a permis de remporter le prix de l’ECA: A l’intérieur du Convitto, il y a un espace qui offre la possibilité aux garçons de retrouver de très nombreux livres, de rencontrer des auteurs et d’être confronté à des personnalités que nous invitons mensuellement et qui sont là pour nous raconter leur Histoire." A quel point était-ce important d’insérer, au sein de votre staff, des personnes qui ont milité dans les secteurs jeunesse de l’Inter ? "Une personne qui a un vécu à l’Inter peut transmettre encore mieux les bonnes valeurs aux garçons, cette idée est née avec Piero Ausilio et depuis de très nombreuses années, nous recherchons des garçons dans différents rôles, afin qu’ils puissent rejoindre notre staff avec les bonnes compétences et être crédibles envers les joueurs." L’activité du club est fort focalisée sur la réalisation de projet éducatif pour les plus jeunes... "La clé est de faire passer le message que ce projet fait partie du parcours de formation : Il y a des activités différentes adaptées à chaque type d'âge et cela ne touche pas que les garçons mais le Staff et les Familles sont également impliquées. Parmi toutes ces nombreuses activités, j’aime mettre en évidence et rappeler notre projet sur la protection des mineurs dont la FIGC elle-même s’est inspirée." Que pensez-vous de la situation actuelle dans les mouvement sde la jeunesse italienne ? "C’est évident que nous avons un problème en termes de croissance des jeunes et cela se répercute sur les résultats de notre Nazionale qui n’est plus parvenue à se qualifier pour les deux dernières éditions de la Coupe du Monde, la dernière remonte déjà à 2010 et elle était compliquée, la parenthèse Européenne nous a permis d’atteindre des résultats à la hauteur de notre tradition." "Ces dernières années, la FIGC a tenté d'y remédier en développant le projet des Centri Federali Territoriali (Centres Fédéraux Territoriaux) et en réactivant la Section de développement du football des jeunes, en investissant dans la formation avec la création de cours pour les Managers des Sections Jeunesses, sans oublier l’excellent travail de Maurizio Viscidi avec les équipes nationales de jeunes." "Malgré tout, je crois qu'il est absolument nécessaire de faire plus, d'investir des ressources économiques dans le football de base, car le problème que nous avons n'est pas seulement technique mais il est surtout lié à un environnement qui n'aide pas les jeunes à grandir. Sans ce type d'interventions, il sera difficile d'améliorer la situation." A quel point êtes-vous satisfait de l’ascension d’un joueur de talent comme Casadei? "Cesare est arrivé chez nous à l’âge de 16 ans grâce à notre Scouting: Il a grandi à Cesena et nous avons été bon et chanceux de pouvoir finaliser son processus de croissance d’adolescent, tout comme lui a été bon pour savoir saisir l’opportunité qui s’offrait à lui. Au-delà d’être déçu de ne plus le voir avec le maillot Nerazzurro, il y a la joie de le voir à Chelsea: Je suis fier de voir un garçon de mon vivier dans un club comme Chelsea. Le choix de le vendre était un choix du club compréhensible d’un point de vue économique." "Notre rêve est de cultiver tant de Dimarco : Federico est l’exemple de comment l’on souhaite faire grandir nos garçons dans les sections jeunesses italiennes. Et via nos projets d'affiliés techniques, il est entré dans le moule à un très jeune âge et il a travaillé avec de nombreux entraîneurs différents qui l'ont fait grandir, qui l 'ont chacun à leur façon, enrichi son propre ensemble de compétences. Grâce au travail de tout l'environnement Nerazzurro, et pas seulement de l’intervention d’une seule personne, il a pu cultiver son talent et l'Inter a eu la chance de ne pas le perdre dans le dédale des prêts mais de le faire grandir et de l'accueillir ensuite dans l'équipe première." Quelle valeur représente le partenariat que vous avez avec les autres Sections Jeunesses d’autres clubs européens ? "Avec l'Athletic Bilbao et le Red Bull Salzburg, nous collaborons sur des initiatives dédiées à notre personnel, mais nous souhaitons également en faire profiter les jeunes. Ce sont des événements organisés où nous échangeons nos expériences et nos nouveautés." Les centres de formation représentent la cerise sur le gâteau... Un travail de l’ombre qui se doit d’être mis en lumière ! ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  18. Avec l'Inter ne jouant plus un match pour le reste de 2022 en Europe et en Serie A, le moment semble maintenant opportun pour revoir ses progrès jusqu'à présent cette saison. Voici l'analyse de Sempreinter. Deux salles, deux ambiances avec un certain retard en Serie A, tandis qu'en Europe ils ont passé le "groupe de la mort" et affronteront Porto en huitièmes de finale. Voici cinq choses que nous avons apprises de l'Inter jusqu'à présent cette saison. 1) L'ère Handanovic se termine avec une passation à Onana Malgré quelques échanges, il semble que la signature estivale Andre Onana ait désormais officiellement remplacé Samir Handanovic en tant que gardien numéro un. Après quelques années, le grand Slovène, qui était sans aucun doute la star de l'Inter pour les plaisanteries, a finalement semblé se retirer pour un gardien plus jeune. L'ancien stoppeur de l'Ajax a saisi pleinement l'occasion et a semblé donner un nouvel élan à l'Inter dans cette position. Enfin, sa présence a certainement donné à la défense de l'équipe un regain de confiance. 2) Romelu Lukaku – Le flop de la saison ? Bien qu'il puisse être un peu difficile de qualifier Lukaku de véritable flop alors qu'il est à peine entré sur le terrain cette saison, le retour du Belge a été sérieusement décevant. L'Inter avait hâte d'accueillir à nouveau l'attaquant létal qui a joué un rôle énorme dans le Scudetto 2021. Au lieu de cela, ils ont rencontré une ombre blessée de son ancien lui. Alors qu'Edin Dzeko et Lautaro Martinez ont bien joué, ce serait formidable au cours de la seconde moitié de la saison d'avoir un Big Rom en pleine forme et tirant pour donner à l'Inter une chance de gloire. 3) Interprète vedette en Barella Alors que Federico DiMarco et Lautaro Martinez ont connu d'excellents débuts de saison, il est très juste de dire que Nicolo Barella a été la star de la saison de l'Inter jusqu'à présent. L'ancien maestro de Cagliari a été exceptionnel depuis le début de la saison, ajoutant même des buts à son jeu pour correspondre à sa ruse et à son sprint. L'international italien a aidé l'Inter à faire face à la blessure de Marcelo Brozovic et à la forme à l'envers toujours inconsistante de Hakan Calhanoglu. Meilleur milieu de terrain central du football mondial en ce moment ? Il est définitivement en haut du classement! 4) Les malheurs en Serie A signifient que le but est d'être dans les quatre premiers Les cinq défaites de l'Inter en championnat jusqu'à présent signifient qu'ils sont déjà loin du rythme dans la course au Scudetto. La saison dernière a été une énorme déception car l'Inter semblait contrôler la course pour conserver le Scudetto jusqu'après Noël, lorsque le Milan a inversé la tendance après avoir remporté le Derby. Ce trimestre, l'Inter n'a même pas été proche. Les défaites contre le Milan, la Juventus et la Roma ainsi que celles contre la Lazio et l'Udinese ont forcé à l'Inter de se concentrer désormais sur sa qualification pour la Ligue des champions la saison prochaine. À moins d'un miracle, l'Inter semble prêt pour une autre année sans Scudetto cette année. 5) Phase de groupes de la Ligue des champions : le point culminant de la saison jusqu'à présent Outre deux défaites logiques contre le Bayern Munich, les victoires et les performances de l'Inter en Europe ont certainement été les points forts de la saison. Le doublé sur Plzen a été confirmé par deux scores stellaires pour calmer et expédier les grosses dépenses de Barcelone vers la Ligue Europa. Voir les progrès de l'Inter après le tirage au sort en Août était une chimère étant donné le pouvoir financier du Barça et du Bayern. Mais les Nerazzuri, comme ils l'ont fait la saison dernière, ont trouvé un moyen sous Simone Inzaghi d'atteindre les phases à élimination directe. Avec le Porto entraîné par l'ancien ailier de l'Inter Sergio Conceicao qui sera le prochain adversaire européen après la Coupe du monde, l'Inter aura toutes les chances de se qualifier pour les quarts. Êtes-vous d'accord ou pas d'accord avec cette analyse ? Traduction alex_j via Sempreinter.
  19. Alors que la Coupe du Monde commence le Dimanche 20 Novembre 2022, FCInterNews par l'intermédiaire d'Alessandro Cavasinni pousse un coup de gueule concernant le traitement médiatique de l'Inter, tout en soulignant que la direction interiste a sa part de responsabilité. Heureusement que maintenant nous entrons en hibernation et nous ne revoyons, du moins en ce qui concerne le terrain, qu'au début de Janvier 2023. Parce que franchement, nous commencions déjà à en avoir assez de ce cirque médiatique habituel toujours sur le pied de guerre pied quand il s'agit de l'Inter et puis soudainement en paix quand, d'un autre côté, il y aurait d'autres équipes à taper dessus. Le dernier exemple en date c'est le fameux match de Sozza lors de Milan-Fiorentina (celui de l'Inter-Roma) pas du tout correctement assisté par Fabbri à la VAR. On sortait d'une journée de championnat en milieu de semaine où un entraîneur, Thiago Motta pour ne pas le nommé, avait focalisé l'après-match d'un match perdu 6-1 sur un épisode douteux qui a découlé sur le 2-1. Un éclat recueilli et relancé bien au-delà du bon goût au regard du déroulement du match au Meazza. Et ce qui s'est passé après Fiorentina-Inter est encore clairement gravé dans les mémoires, avec un tas de polémiques disproportionnées et d'épisodes d'arbitrage passés au crible pendant des jours et des jours, comme s'ls n'avaient que ça à faire. Au-delà du fond, la forme impressionne et interroge. Hier et aujourd'hui, après le Milan-Fiorentina 2-1, rien de cela! Ceux qui s'indignaient du coup de Dzeko ou du presque rouge de Dimarco, ont cette fois décidé de faire un minute de silence, sans déclencher aucune discussion sur l'arbitrage et sans craindre on ne sait quels complots. C'est aussi la faute à l'Inter qui continue de sous-estimer l'impact de la communication en l'an de grâce 2022, enfin presque 2023. La perception conditionne et n'est absolument pas naïve du tout. Elle se répercute chez les protagonistes et chez les supporters, elle crée des spirales émotionnelles capables de modifier même les événements sur le terrain. Une défense saine serait souhaitable, bien sûr, mais il manque évidemment quelque chose de ce point de vue dans les salles de Viale della Liberazione. Pourtant ils l'appelaient "Ligue Marotta". Traduction alex_j via FCInterNews.
  20. Dans un match très tactique, l’Inter s’est imposée 2-3 via un doublé d’Edin Dzeko, même si un grand nombre d’amateurs octroieront le second but Nerazzurro à Maehle! Dans un début de match similaire à celui face à Bologne, les Nerazzurri se montrent contractés et poussifs, et si André Onana se montre impérial via deux arrêts décisif, celui-ci ne peut absolument rien sur le but inscrit par Lookman. Un but inscrit via un penalty très généreux: Parti du bon côté le gardien des Lions Indomptable ne peut rien face à la puissance du tir. L’Inter, sur l’une de ses seules réelles occasions parvient à se relancer à la 36' via à centre d’Hakan Çalhanoğlu dévié de la tête par un Lautaro Martinez toujours surmotivé : Seul face à Musso, Edin Dzeko permet à la Beneamata de revenir via un but du talon. À la reprise, l’Inter assomme la Dea en l’espace de six minutes et de deux autobuts, même si le premier est octroyé à Dzeko via un centre de Federico Dimarco dans le petit rectangle bergamasque et une reprise de la tête sur corner de Lautaro pour le second. Palomino, après avoir marqué de la tête sur corner contre son camps, aura la même réussite, mais du bon côté cette fois. L’Atalanta pousse en fin de match, mais les Nerazzurri tiennent bon et termine cette première phase d’une saison totalement anormale sur la victoire tant attendu à l’extérieure, face à un concurrent direct. Reste à présent à Simone Inzaghi à régler la mire en défense car l’Inter ne peut décemment pas se prendre autant de buts par match ! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Atalanta 2-3 Inter Buteur(s): 25' Lookman (A, rig.), 36' Dzeko (I), 56' Dzeko (I), 62' Palomino (I, aut.), 77' Palomino (A) Atalanta: 1 Musso; 6 Palomino, 28 Demiral (69' 5 Okoli), 42 Scalvini (46' 18 Malinovskyi); 33 Hateboer, 13 Ederson, 7 Koopmeiners, 3 Maehle; 88 Pasalic (83' 10 Boga); 11 Lookman, 91 Zapata (69' 17 Hojlund) Banc: 31 Rossi, 57 Sportiello, 2 Tolo, 19 Djimsiti, 21 Zortea, 22 Ruggeri, 93 Soppy T1: Gian Piero Gasperini Inter: 24 Onana; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 95 Bastoni (71' 15 Acerbi); 2 Dumfries (71' 12 Bellanova), 23 Barella, 20 Çalhanoğlu, 77 Mkhitaryan (80' 77 Brozovic), 32 Dimarco (80' 8 Gosens); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martnez (84' 11 Correa) Banc: 1 Handanovic, 21 Cordaz, 5 Gagliardini, 14 Asllani, 15 Carboni, 46 Zanotti T1: Simone Inzaghi Arbitre: Chiffi VAR: Di Paolo Averti(s): De Vrij (I), Skriniar (I), Onana (I) Expulsé(s): / Affluence: 19.353 Tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Remo Ruffini, fan de l'Inter dans l'âme et partenaire du club depuis 2021, s'est confié à La Gazzetta dello Sport sur sa relation avec l'Inter. Docteur Ruffini, que représente cet anniversaire pour vous et quel est l'enjeu des 70 prochaines années ? "Moncler est née en 1952 du lien avec la montagne, et ces 20 dernières années, elle est venue avec bonheur en ville. Maintenant que nous célébrons dans un monde modifié, aujourd'hui dans le luxe, le consommateur veut plus une expérience qu'un produit. L'enjeu du futur sera de transformer ce que l'on vit en magasin ou au stade en digital. Ou, qui sait, dans le métaverse." Le mot luxe renvoie peut-être à un univers exclusif : comment se conjugue-t-il avec le football, inclusif et populaire par définition ? "Qu'est-ce que Moncler a à voir avec le football ? Peut-être rien ! Mais l’évolution des différentes cultures génère des émotions. Alors pour exister, le luxe doit être de plus en plus inclusif. Entre autres choses, j'ai toujours vu l'Inter comme une marque sophistiquée, différente des autres équipes, mais cela reste un club qui unit, inclut, amène 80 000 personnes au Meazza." Que signifie "Inter" pour vous ? "Une énorme passion jusqu'à 25 ans, puis j'ai eu moins de temps... Je suis lié à la mémoire d'Altobelli et de Rummenigge: beaucoup de footballeurs de ces années vivaient dans ma région, près du lac de Côme. Je les ai surpris dans un restaurant qui était un vrai repaire de supporters de l'Inter." Comment est née cette doudoune ? "Pour être pertinent dans le monde numérique, il faut avoir des expériences physiques importantes, comme celle-ci: ce sera agréable de voir les joueurs arriver avec ce vêtement. Je l'ai dessiné moi-même et c'était un retour aux passions de la jeunesse. J'ai repensé à la voix de Ciotti et Ameri à la radio et à moi-même, 18 ans, avec la porte ouverte pour écouter l'Inter..." L'événement tombe le jour où l'Inter affronte Bologne, cauchemar de l'an dernier... "Et je retourne au stade après le derby du doublé de Giroud... On espère que cet événement nous fera oublier les mauvais souvenirs du Scudetto perdu et aidera à surmonter même la défaite avec la Juve." Parlez-nous un peu de votre relation avec le président Steven Zhang. "Nous nous sommes rencontrés lors d'un de nos événements, il portait une Moncler il y a deux ans. Il adorait déjà la marque à l'époque ! Au fil du temps, une relation est née plus de collaboration et d'amitié que de sponsoring. On est au bord du terrain, on sent l'odeur de l'herbe sans y entrer. Steven est aussi à un carrefour de cultures, certainement pas facile. Il est curieux, passionné de mode et d'Italie, mais il vient d'un autre monde. Il est entré dans une industrie difficile et était doué pour gagner. Donner de la valeur." Vous attendez-vous à une présidence à long ou à court terme ? "Je dirai simplement qu'il a fait un excellent travail. S'il reste longtemps, on ne peut qu'être heureux : à part quelques défaites cette année, les résultats sont au rendez-vous." Un entraîneur sur le terrain dessine une équipe comme un costume : quel genre de créateur est Inzaghi ? "C'est un homme élégant, il aime beaucoup le beau jeu. Après tout, chaque entreprise a toujours deux moyens : soit vendre de quelque manière que ce soit, soit essayer de le faire en divertissant le consommateur. Bien sûr, nous devons tous apporter les résultats aux investisseurs, mais j'aime ceux qui recherchent la beauté. Et j'aime une équipe avec des joueurs profondément Inter, comme Dimarco, Bastoni et Barella : ils représentent le mieux la marque Inter, l'identité profonde. Ce sens de la famille qui fait la différence dans une entreprise." Traduction alex_j via FCInter1908.
  22. L’Inter a fouetté Bologne ce mercredi 9 novembre, une victoire 6-1 certes, mais une victoire plus compliquée qu’il n’y parait Simone Inzaghi "Je suis satisfait car nous nous présentions avec la défaite de dimanche dernier. J’ai vu l’équipe très concentré, nous avons réagi en équipe après ce but chatteux." L’Atalanta "Ce sera notre septième match en vingt-et-un jour et nous chercherons à le jouer du mieux possible. Nous avons besoin de tous, des titulaires et des remplaçants, de tous en nombre." Le retour de Brozovic ? "On l’a vu avec Lukaku, les retours se doivent d’être graduel, il revient de la meilleure des façons et je verrais dimanche s’il pourra débuter la rencontre. Lors d’autres matchs, j’avais moins de solutions." Est-ce que tout est encore ouvert ? "Cela ne fait aucun doute : A part le Napoli, tout le monde a été confronté à quelques problèmes, nous ne devons pas nous pencher sur le classement mais sur les prestations en match, il nous reste enfin le dernier à disputer." Qu’avez-vous dit à Lautaro ? "Nous avons parlé du pénalty. Vous les avez vu Lui et Çalhanoğlu, se mettre d’accord, nous sommes une équipe. Je suis content car c’est aussi quelque chose que je leur ai demandé." Federico Di Marco "Vu comment nous sommes partis, en étant assez contracté, on tenait à une telle réaction, surtout après la Juve." Mes buts ? "L’important est que l’équipe gagne, l’important c’était la victoire. Je suis content d’avoir marqué, mais l’important était de réagir après la défaite face à la Juve: A présent on attend l’Atalanta, ce sera une rencontre très difficile." En quoi vous êtes-vous amélioré ? "Un peu dans tout, je cherche à m’entrainer en me donnant au maximum, en plus le fait de jouer avec continuité apporte de la confiance. Je pourrais encore m’améliorer ultérieurement." Mes célébrations ? "C’est une chose que je voyais, avec mes amis, dans le sketch "I soliti ignoti”, un sketch dans lequel quelqu’un au supermarché se comporte de la sorte, et j’ai décidé d'en faire cette célébration." Edin Dzeko Un But Titanesque "Le ballon m’est arrivé, de je ne sais où, je l’avais donné à Denzel et je m’attendais à un centre. Ensuite, je me suis dit que j’allais tenter le coup et tout s’est bien passé." Est-ce votre plus beau but ? "C’est l’un des plus beau sincèrement." Est-ce une réponse à la Juve ? "Je pense que nous avons mal débuté le match, mais la défaite à Turin y a contribué, chaque match est différent et nous savions que nous aurions à disputer une rencontre difficile car Bologne a des joueurs de qualité: En plus, ils ont marqué chanceusement, tu avais tout qui tournait contre nous et il nous a fallu ce but pour nous réveiller." La passe décisive à Gosens? "Je pense que c’est normal, lorsque quelqu’un est en difficulté, de lui venir en aide. Aujourd’hui c’est moi, demain c’est un autre : La saison est encore longue. Je suis content pour le but marqué par Robin, c’est un garçon qui se donne toujours au maximum. Lorsque tu ne joues pas, c’est difficile de retrouver la forme, mais les buts te donnent confiance." Il reste un match..... "Il faut bien s’y préparer, se reposer et chercher à bien finir cette première partie de saison." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. En effet, plus que les autres années, cette saison l’Inter n’est plus seulement folle (Pazza), mais elle a décidé d’ajouter un petit côté Schizophrène à son ADN. Preuve en est sa récente partition au Stadium de Turin ou encore plus récemment, ce mercredi 9 novembre au Giuseppe Meazza où l’on donnait peu de chance aux hommes de Simone Inzaghi après une vingtaine de minute de jeu, un but de la Chatte à Deschamps signé Lykogiannis, mais également un arrêt du cul d’André Onana. Dans une soirée qui s’annonce donc maussade face à l’équipe qui a coûté le Scudetto aux Nerazzurri l’année dernière, la lumière au bout du tunnel est représentée par le Cygne de Sarajevo, auteur d’un but Zidanesque à la 26ème minute de jeu. S’en suivra un but sur coup franc de Federico Dimarco (36’) qui, gourmand, s’offrira son premier doublé à domicile en concrétisant une très belle phase de jeu à la 48’. Entre-temps, le "festif" Lautaro Martinez aura brisé les reins de l’équipe bolognaise après avoir brisé ceux de sa moitié lundi dernier. Hakan Çalhanoğlu décide aussi de participer à la fête en convertissant un pénalty, avant que Gosens ne conclue le set à la 76’. A une journée de la fin de cette première partie du championnat, trois constats sont flagrants Edin Dzeko reste l’un des meilleurs attaquants du Calcio malgré son âge Federico Dimarco fait oublier Ivan Perisic L’Inter ne fait pas les choses à moitié : Soit elle gagne, soit elle perd, mais elle ne partage jamais l’enjeu! Au classement, l’Inter parvient "miraculeusement" à rejoindre le Top 5 en étant toutefois largement distancé par un explosif et surprenant Napoli Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 6-1 Bologne Buteur(s): 22' Lykogiannis (B), 26' Dzeko (I), 36', 48' Dimarco (I), 42' Lautaro Martinez (I), 59' Çalhanoğlu (I, rig.), 76' Gosens (I) Inter: 24 Onana; 37 Skriniar, 15 Acerbi, 95 Bastoni; 2 Dumfries (61' 12 Bellanova), 23 Barella (74' 5 Gagliardini), 20 Çalhanoğlu (74' 14 Asllani), 22 Mkhitaryan, 32 Dimarco (61' 8 Gosens); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (61' 77 Brozovic) Banc: 1 Handanovic, 21 Cordaz, 5 Gagliardini, 6 De Vrij, 11 Correa, 14 Asllani, 45 Carboni, 46 Zanotti, 47 Fontanarosa Entraîneur: Simone Inzaghi Bologne: 28 Skorupski; 3 Posch, 5 Soumaoro, 26 Lucumi (46' 4 Sosa), 22 Lykogiannis; 30 Schouten, 17 Medel (46' 6 Moro), 19 Ferguson (61' 21 Soriano); 7 Orsolini, 9 Arnautovic (61' 11 Zirkzee), 99 Barrow (74' 55 Vignato) Banc: 1 Bardi, 23 Bagnolini, 8 Dominguez, 10 Sansone, 20 Aebischer, 29 De Silvestri, 33 Kasius, 50 Cambiaso Entraîneur: Thiago Motta Arbitre: Colombo VAR: Mazzoleni Averti(s): Arnautovic (B), Lucumì (B), Lautaro Martinez (I), Medel (B), Orsolini (B) Expulsé(s) : / Affluence: 69.312 tifosi Comment jugez-vous la performance de l’équipe et plus particulièrement d’Edin Dzeko auteur d’un but sensationnelle et d’une reprise de la tête monumentale sur la barre transversale ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Simone Inzaghi s’est livré en conférence de presse, mais également à Sky Sport, Amazon Prime et Inter TV suite à la qualification "inattendue" de l’Inter en huitième de finale de la Ligue des Champions avec une journée encore à disputer dans le Groupe de la Mort Simone à Inter TV "C’était une rencontre jouée sérieusement, bien organisée, nous savions ce qu’il y avait en jeu ici. Je dois féliciter les garçons, ils ont réalisé une phase de groupe incroyable. Cela nous apportera de l’auto-estime pour les prochains match et c’est juste de profiter de ce succès devant nos Tifosi. Dès demain, nous penserons à la prochaine rencontre. C’était un match où nous avions tout à perdre, dont l’issue était à l’avance connue. En Ligue des Champions, tu dois aborder toutes tes rencontres de la meilleure des façons." "J’applaudis nos garçons qui ont réalisé une grande rencontre : L’équipe a interprété les différentes périodes de celle-ci de la meilleure des façons : Lorsqu’il fallait attaquer nous le faisions bien, de même lorsqu’il fallait défendre. Lukaku? "C’est un Homme important qui nous a énormément manqué, je suis content aussi bien pour lui que pour Gaglia qui était aussi forfait. J’attends à présent Brozo, il ne reste plus trop à attendre. Lorsque tu as tout le monde à ta disposition, tu te dois ensuite de faire les bons choix." Simone en conférence de presse "Lukaku sera extrêmement important, nous l’avions perdu durant deux mois, c’est un joueur important connu de tous, il revient en forme et il a une envie folle, pendant que dans le même temps, les autres donnent tout : Je suis content pour Correa qui a délivré une délicieuse passe décisive, Lautaro a réalisé un match extraordinaire et Dzeko a été génial dans la gestion du ballon et pour nous permettre de remonter. J’ai toujours dû jouer avec deux attaquants, à présent je devrai être bon pour les choisir." "Marotta avait dit ce soir que nous pourrions réaliser un petit rêve après un tel tirage au sort : Nous avons été excellent et, pour la seconde année de suite, nous sommes en huitième de finale avec une journée encore à jouer. Je suis content pour les garçons, pour le Club et pour les Tifosi : Voir un Meazza comme ça, c’est si beau. En Ligue des Champions, les garçons ont fait quelque chose de totalement inattendu! : Nous avons tous remonté les manches pour toucher le Bayern et Barcelone et Cette qualification doit nous apporter énormément d’auto-estime, nous avons atteint le premier objectif de notre saison, nous l’avons atteint avec des prestations toujours plus performantes." "En championnat, nous avons du retard, mais j’estime que nous travaillons pour le réduire, je suis confiant et j’ai de l’espoir avec le retour des joueurs blessés qui vont me venir en aide : Nous devrons fournir de derniers efforts jusqu’à la trêve, nous avons réalisé une emprise qui te donne de l’estime en toi, c’est juste d’en profiter en ce moment, ensuite nous serons à nouveau de retour ici pour le championnat, nous devrons nous réorganiser pour faire face à une rencontre importante face à la Sampdoria." "Dimarco et Bastoni ont été excellent et parler de Perisic ne me va pas : Ils ont été excellent, Gosens est en reprise continue. En ce moment, Dimarco et Bastoni, qui ont été écarté face à la Salernitata pour choix technique et à Florence car ils avaient quelques pépins, ont réalisé un excellent match. J’ai vu une équipe qui avait tout à perdre dont on attendait d’elle une victoire attendue, et nous avons été très bon sur le terrain, les gars ont été très sérieux pour remporter une rencontre fondamentale." Steven Zhang? "J’ai d’excellents rapport avec le Président et nous allons de l’avant depuis le jour de ma signature, il y a une très grande estime réciproque, et elle s’est renforcée entre nous car nous traversons une période importante. Je sais ce que représente la Champions pour l’Inter, je voulais lui offrir une suite à ce que nous avons vécu l’année dernière : Nous avons donné de très belle satisfaction au club et au Tifosi qui ont été ce soir, notre véritable moteur." Simone à Sky Sport "Je suis très fier de mes joueurs, pour le club et pour ces merveilleux tifosi. Lors du tirage au sort, nous n’étions pas heureux, mais nous avions de l’espoir. Nous avions la possibilité de couronner ce petit rêve et nous y sommes parvenu. C’est juste de profiter de la soirée ce soir car cela fait deux saisons de suite que nous nous qualifions pour les huitième de finale de la Ligue des Champions, c’est quelque chose qui n’était plus arrivé depuis longtemps à l’Inter." "Je suis heureux pour mes garçons qui ont réalisé un match sérieux, ordonné, dans lequel nous avions tout à perdre mais notre équipe a fait preuve de maturité. Ce type de match est difficile à jouer, dans le passé nous en souffrions, et déjà lors du match aller nous avions fait preuve de maturité. Nous ne pouvions également pas laisser s’échapper cette possibilité après les deux rencontres face au Barça." Le Championnat ? "En ce moment, profitons de ce résultat, dans 48 heures, nous serons de nouveau sur le terrain. Nous savons que nous avons du retard mais nous allons chercher à nous relancer via le retour des joueurs importants et à coup de victoire." Lukaku? "Je suis très heureux pour lui et pour Correa avec sa passe décisive, je suis content pour Lautaro qui dimanche avait été extraordinaire et qui ce soir aurait mérité de marquer. Dzeko, au-delà des deux buts qu’il a inscrits a été l’auteur d’un match extraordinaire. Ce sont des signaux excellent et nous avons atteint notre premier objectif, nous allons de l’avant avec confiance." Simone à Amazone Prime "Nous avions l’espoir de nous qualifier dans un groupe extrêmement difficile : Barcelone et le Bayern sont extrêmement fort, mais nous avions de l’espoir. Nous voulions réaliser une très grande phase de groupe et nous sommes allés au-delà de nos attentes, je dois vraiment encenser les joueurs." "Je suis satisfait du jeu exprimé, nous avons atteint le premier objectif de la saison en parvenant à réaliser quelque chose de spécial. Le début face au Bayern était très dur, mais nous avons grandi de match en match, surtout lors de la double confrontation face à Barcelone: C’est une récompense pour le Club et pour nos merveilleux Tifosi." Çalhanoğlu Play-Maker "Il réunit la qualité et la quantité, l’année passée, il était discret à ce poste. Asllani s’exprime très bien, mais nous étions dans une période vraiment délicate et j’ai retesté Hakan qui s’améliore continuellement." Les retours importants "Lorsque Brozovic et Lukaku seront de retour à plein régime, nous serons dans de bonne conditions, car nous jouons tous les trois jours et j’aurais plus de choix et de possibilité pour alterner. C’est une période de match très rapproché, et ce ne sera pas facile de les mener tous à bon terme." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. Federico Dimarco, satisfait, s'est exprimé sur Inter TV après la victoire contre le Viktoria Plzen. Comment avez vous abordé ce match ? "Nous avons abordé le match de manière formidable sans regarder l'adversaire et nous avons remporté un match important qui nous a permis de nous qualifier pour les huitièmes de finale." Vous avez été productif dans différents rôles. Avez-vous cette capacité à changer de rôle maintenant ? "Je le ramène de Vérone, je suis à la disposition de l'équipe et j'en suis content." Avez-vous embrassé Lukaku et ensuite il est venu vous remercier ? "Je l'ai aussi mis en lumière parce qu'il était absent depuis deux mois et ce n'est jamais facile pour un attaquant. Romelu a besoin de confiance et de rester dans notre groupe qui est un bon groupe. Nous sommes heureux car revenir après deux mois et marquer un but donne confiance et nous sommes heureux car il nous donnera un grand coup de main." Était-ce très important d'avoir un rôle de premier plan dans la compétition la plus importante ? "C'est certainement aussi parce que nous étions dans le groupe le plus difficile de la Ligue des champions. Je pense que peu de gens pensaient que nous aurions passé le tour. Nous sommes heureux de l'avoir fait et maintenant nous allons penser au Bayern puis au deuxième tour." Traduction alex_j via FCInterNews.
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...