Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'figc'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué de l’Inter, s’est livré à l’Hôtel Gallia di Milano, celui-là même qui accueille les dernières heures du Calciomercato, sur l'état de santé du championnat transalpin : "Le Calcio était et est toujours dans une très grande contraction financière. Il y a peu de temps, il était encore décrit comme le modèle de référence de ces 40-50 dernières années, c’était un modèle de mécénat pure, où il y avait de grands entrepreneurs locaux, comme les Familles Moratti et Berlusconi, qui ont pris les rênes de grands clubs." "Aujourd’hui, les très grands clubs sont entre les mains de propriétés étrangères et, heureusement qu’elles sont arrivées, car sinon, notre Calcio aurait été encore bien plus en difficultés." Que nous apportent-elles ? "Très certainement un nouveau modèle de Business, je dirais à l’américaine. Elles proposent une mentalité différente avec un aspect financier, économique et de soutenabilité qui occupe un rôle bien plus important: Il faut prendre conscience de cela et meno male que ces propriétés sont arrivées." "Le contexte temporel est différent de celui de ces dernières années, on se retrouve, par exemple avec le Mondial en plein milieu de saison à jouer. C’est donc aussi vrai que cela change les stratégies, et il est clair que l’aspect "Player Trading" ne doit pas en subir une conséquence logique." "Comme vous le savez, nous faisons partie d'un cadre organisationnel de l’UEFA et il y a beaucoup de championnat qui sont conditionnés par ce système de CalcioMercato. Une compréhension logique de la manière de réglementer cela devrait être trouvée par le biais de l'Eca et elle l'est toujours." "Nous sommes à la quatrième journée du championnat et nous avons encore quelques jours de mercato, cela signifie que dans tous les clubs il y a des tensions, car des situations doivent encore être définies avec des joueurs qui protestent, peut-être même depuis les tribunes. C'est très dommageable, et cela le sera aussi en novembre avec deux mois d'inactivité partielle". Le Saviez-vous ? Un échange a eu lieu entre Beppe Marotta et l’ancien Président de la FIGC Carlo Tavecchio, qui occupe actuellement le poste de Président du Comité Régional Lombard des Amateurs. Ce dernier s’est adressé au Padrino : "Rappelez-vous que nous sommes Interiste. Il y a une hypocrisie chez les gens qui vous pousse à ne pas dire cela. Mais tout va, tout de même, assez bien: Il suffit de se montrer correct : Mais faites très attention, car nous arrivons à un moment particulier..." Tavecchio Nerazzurro, qui l’aurait cru ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. Milan - Le verdict est tombé : les banderoles et les insultes adressées à l'Inter et à ses joueurs lors de la célébration du Scudetto ont coûté cher à l'AC Milan. Suite à l'accord conclu par les parties, quatre joueurs des Rossoneri, à savoir Theo Hernandez, Rade Krunic, Mike Maignan et Sandro Tonali ont été sanctionnés pour avoir violé l'article 4, paragraphe 1, du Code de justice sportive pour leur comportement lors des célébrations du 19ème Scudetto des Rossoneri. Krunic a été sanctionné d'une amende de 5 000 €, et Theo Hernandez, Maignan et Tonali d'une amende de 4 000 €. L'AC Milan a également été sanctionné pour responsabilité stricte avec une amende de 12 000 €. De quoi les priver des vacances d'été! ©Internazionale.fr, via FCinternews.it- Traduction Oxyred
  3. Giuseppe Marotta a été interviewé ce matin par Radio Anch'io Lo Sport. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il joue à présent carte sur table, signe que les différentes négociations sont sur le point d’aboutir ? Allez-vous annoncer le retour de Lukaku aujourd’hui ? "Absolument pas. D’une façon plus générale, je dirais que j’ai le devoir de créer une équipe compétitive dans le respect de la soutenabilité. Cela passe par un chassé-croisé de sondages, de négociations, et un Dirigeant dans le milieu du football doit tenter toutes les voies possibles sans avoir la crainte de ne pas atteindre l’objectif. Lukaku est une piste envisagée mais il y a encore des difficultés et nous devons évaluer s’il y a des points extrêmes pour y parvenir." Vous dirigez-vous plus vers des joueurs d’expérience ou vers une croissance des jeunes ? "Nous sommes confrontés à d’importantes difficultés en Italie. Nous étions parmi les premiers en Europe en termes de budget et de victoire au début des années 2000. A présent, la seule équipe italienne dans le top 10 est la Juve et elle navigue entre la huitième et neuvième place. Nos possibilités de dépenses sont donc limitées et le Calcio a subi un profond changement car nous sommes passé des Mécénats tels que Silvio Berlusconi et Massimo Moratti, au modèle de gestion d'entreprise actuel: Le Calcio n’avait pas fait dans la dentelle, mais à présent, la soutenabilité financière est le cœur des entreprises." "Notre championnat est un championnat de transition: Lukaku en est l’exemple, il était arrivé il y a deux ans, il a été attiré par Chelsea est était parti, nous avions dû faire en fonction. Faire jouer les jeunes est une réalité importante, mais la pression est encore trop importante pour leur donner du temps de jeu dans les grandes réalités que nous sommes." Y-a-t ’il le risque que Lautaro imite ce qu’a fait Lukaku, il y a un an ? "Nous avons un objectif de référence, qui signifie que nous devrons conclure notre campagne de transfert avec un solde positif et des coûts salariaux contenus. Notre intérêt est de maintenir une équipe forte car cela fait partie de l’Histoire du Club: Vu sous cet angle, Lautaro est indispensable pour continuer à poursuivre nos objectifs." Votre avis sur la bataille entre la Lega et la FIGC sur l’indice de liquidité... "Le rapport avec la FIGC a toujours été positif. ll y a de la satisfaction pour l'acceptation partielle du recours et cela démontre la validité de nos objections concernant une mesure inappropriée. Nous sommes en faveur de la transparence, mais avec des moyens et un timing différents. Surtout en raison des effets rétroactifs sur la gestion actuelle. La voie empruntée par la Fédération est la bonne, mais nous devons tenir compte de la situation dans laquelle se trouvent les clubs". Quand les nouvelles réformes arriveront-elles ? "Je pense qu’elles arriveront bientôt. Nous devons éliminer le mot "Querelle" qui est devenu la grammaire de toute une classe dirigeante. Nous avons besoin d'une vision commune, de nouvelles formes de revenus, de la valorisation des ressources comme celle des droits télés à l’étrangers. Par rapport à l'Espagne, nous percevons un quart des revenus, par rapport à l'Angleterre environ un huitième. C’est question d'entreprises de médias : il n'y a pas de préclusion, mais une analyse approfondie de cette proposition est nécessaire." "Des réformes sont donc nécessaires: Celle de nos championnats professionnels car ils sont trop imposant. Le monde semi-professionnel peut aussi venir en aide aux réalités provinciales: Aujourd'hui, la Serie A verse 120 millions en mutualité aux championnats de moindre importances. Nous sommes également en queue de peloton en termes d'infrastructures. Au cours des dix dernières années, 153 nouveaux stades ont été construits en Europe, dont seulement deux en Italie. Ce système doit être renouvelé". Ce besoin de liquidités incitera-t-il certains clubs à vendre quelques grands joueurs ? "Aujourd'hui, le Management doit allier théorie et pratique. Si le Trading était par le passé marginal, aujourd’hui aucune équipe ne peut rester debout sans disposer d’actifs sur le marché des transferts: C’est ici que la compétence et la créativité prennent le dessus. Nous ne pouvons pas être une Serie A considérée comme un mouvement d'investissement, nous avons besoin de la compétence des managers et des entraîneurs. Je suis fier de dire que nous en avons eu la preuve avec Carlo Ancelotti, qui confirme que le Made in Italy reste le meilleur en Europe en termes d’entraîneur/manager." Inzaghi aura-t’ il à sa disposition toutes ces nouvelles recrues pour le début de la mise au vert ? "Oui, il aura ses nouvelles recrues, mais je ne connais pas encore leur identité : Mkhitaryan sera officialisé dans les prochains jours tout comme Onana. Nous évaluons un peu le tout, car nous voulons aussi valoriser nos jeunes Champions de Primavera d'Italie dans lesquels il y a tant de talents. Nous augmenterons le risque techniquement, mais nous savons que nous nous devons de compter sur les jeunes. Nous avons l'obligation de constituer une équipe hautement compétitive, car c'est notre devoir de le faire. Pour la reprise de la compétition, nous essaierons de mettre à la disposition d'Inzaghi une équipe qui ait l'apparence d’être hautement compétitive." Pouvez-vous rassurer les Tifosi pour Milan Skriniar. Est-ce que la Clé se nomme Bremer ? "C’est beaucoup plus difficile de remplacer un attaquant qu'un défenseur, car les premiers cités sont très peu nombreux et exiges des dépenses qui font peur: Il est fort probable que la Défense soit le secteur dans lequel nous serons obligés d'agir, mais avec Ausilio et Baccin nous sommes déjà en train d'émettre des hypothèses d'alternatives valables en cas de départ d'un de nos défenseurs. Bremer est un joueur de classe mondiale et de nombreuses équipes de haut niveau pourraient l'utiliser. Il est certain que toute notre attention est concentrée sur lui." Est-ce une semaine décisive pour Dybala et Lukaku ? C’est difficile d’apporter une réponse précise. Ce sont nos objectifs, mais nous devrons aussi faire avec la réalité économique: Je ne vous cache pas qu'on a sauté sur ces occasions car ils nous seront utiles. Si nous pouvons y parvenir, nous le ferons, sinon, nous passerons à d'autres objectifs. Ce n'est pas l'opération individuelle qui compte, mais c’est un travail d’équipe: Ce groupe représente une bonne valeur objective, à part Perisic qui est parti." Comment ça s'est passé avec Gnonto ? "C'est une plainte que je formule de manière concrète: En Italie, d'un point de vue législatif, l'instrument appelé apprentissage fait défaut. Nous sommes maintenant arrivés à ce constat qui permet aux joueurs atteignant l’âge de 16 ans de pouvoir partir à l'étranger sans salaire et de manière incontrôlée". Un défenseur partira : De Vrij, Skriniar ou Bastoni selon-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. L’Inter souhaite reprendre sa Couronne, et t pour ce faire, cela passera en premier lieu par la connaissance du nouveau calendrier de la Serie A TIM 2022/2023. Communiqué de la Lega Serie A "Il a été établi que la présentation du calendrier TIM 2022/2023 de la Serie A aura lieu le 24 juin, sous réserve de la bonne conclusion du processus d'inscription des clubs au championnat. Ce qui se fera avec la ratification au Conseil fédéral du 8 juillet." Lors de l’Assemblée de la Lega Serie A, le Président Lorenzo Casini a également souhaité la bienvenue à Cremonese, Lecce et au Monza sous les applaudissements de tous les autres clubs Mais Comme le révèle également Calcio&Finanza qui cite la Gazzetta Dello Sport, "Si le Calendrier restera asymétrique, une dérogation a été demandée à la FIGC : En cas d'égalité de points en tête du Championnat, le Scudetto sera décidé par un match barrage." Tremble Milan, Tremble ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. L'entraîneure de l’équipe féminine de l'Inter reçoit une prestigieuse récompense Milan - Rita Guarino, entraîneure de l’équipe féminine de l'Inter, a reçu une prestigieuse récompense, la Panchina d’Oro, décerné par le Secteur Technique de la de la FIGC. Elle est arrivée en tête du classement après un vote du jury. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  6. Quelques mois après la Victoire de l’Euro, la Squadra de Roberto Mancini est plongée dans la crise: Pour la seconde fois consécutivement, la Quadruple Championne du Monde sera absente du Mondial Révélation de La Gazzetta Dello Sport "Le Sélectionneur National a son destin entre ses mains, dans le sens qu’il semble difficile que la FIGC ne soit pas en adéquation avec sa décision, quelle qu'elle soit : Si Mancini voit qu’il est en condition pour poursuivre l’aventure entamée et qu’il décide de rester, le contrat renouvelé il y a presque un an et qui expirera 2026, lui permettra de travailler sur les bases d’un nouveau cycle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette date corresponds à la prochaine Coupe du Monde." "Si en revanche, le Sélectionneur considère être arrivé à la fin de son Mandat, en demandant à être déchargé, Gabriele Gravina, bien malgré lui, partira à la recherche de son successeur et la FIGC aura trois voies devant elle, pour définir le futur." Un Sélectionneur "Fait Maison" La piste la plus accrédité porte à Fabio Cannavaro avec, en Directeur Technique, Marcelo Lippi comme à l’ancienne. Si Cannavaro n’est pas un Sélectionneur Fédéral, peu comme lui peuvent s’identifier à l’Azzuro (136 sélections réparti en 13 années) et se sentir prêt à débuter une carrière différente, après une expérience mature en Chine. Le Père de la Patrie Soit un entraîneur expérimenté, qui commencera à travailler, comme avait dû le faire Mancini sur les cendres d’une faillite. La suggestion porte à Carlo Ancelotti, pour autant qu’il soit enclin à mettre un terme à sa relation avec le Real Madrid : Le banc de la Nazionale est d’ailleurs la seule expérience absente de son Curriculum Vitae." Un entraîneur "qui aime le jeu" Comme Mancini, soit un "éducateu"r qui propose le même type de football, pour donner de la continuité au projet débuté il y a quatre ans. Un projet qui, hier a subi un sacré revers. Mais le projet de Roberto Mancini n’a pas à être désavoué, malgré ce résultat . Ce projet doit rester un patrimoine de la Nazionale, et il n’est pas nécessaire de tout reprendre à zéro. Selon vous, Simone Inzaghi pourrait-il cocher cette dernière case ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. L’indice de liquidité fait trembler toute la Serie A. Cette thématique va être abordée lors du Conseil de la Federcalcio programmée aujourd’hui et comme le révèle la Repubblica, sa nouvelle utilisation risque de faire mal, très mal Révélation de la Repubblica "Jusqu’à aujourd’hui, l’indice de liquidité ne servait qu’à limiter le Mercato aux plus grands dépensiers, mais à dater d’aujourd’hui, seuls ceux qui rentreront dans ses paramètres auront la possibilité de pouvoir s’inscrire dans le Championnat de Serie A.Les clubs de la plus importante division du championnat italien ont d’ailleurs élu Lorenzo Casini comme Président pour contrer et s’opposer aux intentions du Président de la Fédération Italienne de Football (la FIGC), Gabriele Gravina." Qu’est-ce que l’indice de liquidité ? "Il s’agit du rapport entre les actifs et les passifs à court terme des clubs. Et il est redouté, car pour débloquer le ratio, il n'y a que deux possibilités sur la table : La vente de joueurs L’injection de capital de l'actionnaire Pour être clair : Soit vous vendez, soit vous apportez de l'argent frais. En janvier, seuls ceux qui avaient un indice de liquidité de 0,6 ont d’ailleurs pu agir sur le mercato : Leurs actifs devaient couvrir au moins 60% des dépenses. Cette nouvelle donne a d’ailleurs bloqué les affaires de nombreux clubs." Triplete Pour le quotidien italien, trois clubs sont hors des paramètres : "La Lazio et le Genoa sont hors-jeu pour respectivement 28 et 32 millions d’euros de déficit. La Sampdoria également, mais de nombreux clubs, au moins six, sont à risques. Cette thématique se déplace également dans l'arène politique, avec Claudio Lotito ennemi juré de Gravina qui votera contre dans la réunion d'aujourd'hui, avec Giuseppe Marotta et d‘autres représentants des 20 clubs de Serie A." "L'indice sera fixé entre 0,7 et 0,6. Il sera possible de réduire l'écart négatif avec un solde positif lors de la campagne de transferts. Le fait de contenir les coûts de "main-d'œuvre dans les limites de 60 %" des revenus représentera un avantage, tout comme un bon ratio du chiffre d'affaires/dettes, ce qui découragera les emprunts non viables. Avec en ratio extrême : Des ventes possibles en juin." "Gravina n'acceptera pas la demande de Casini de reporter la discussion sur l'indice de liquidité, formalisée par une lettre envoyée au président de la FIGC. Mais tout changera certainement pour la Serie A à partir de 2024, lorsque des critères similaires, voire plus stricts, seront adoptés par l'UEFA : L'indice de liquidité sera également plus strict d'année en année, jusqu'à se rapprocher du paramètre 1 : Vous ne pourrez pas dépenser plus que vous ne gagnez. C'est d'ailleurs le cas en Allemagne depuis des années.." Le Saviez-vous ? Gabriele Gravina considère l'indice de liquidité comme sa principale réforme : Il veut marquer le coup et apporter de la stabilité au mercato tout en empêchant les clubs de contracter de nouvelles dettes qui, par exemple, pèsent actuellement sur les bilans de la Juve, de l'Inter et de la Roma pour plus d'un milliard d'euros. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Gabriele Gravina a accordé une interview au Corriere della Sera. Le numéro un du football italien s'est exprimé sur la guerre en Ukraine et la situation de la Serie A. Comment le sport réagit-il à l'invasion russe de l'Ukraine ? "Faire preuve d'une unité qui n'a jamais existée auparavant. Le football est un phénomène d'agrégation sociale redoutable, il suffit de considérer que nous avons 211 Fédérations contre les 193 pays associés à l'ONU. Nous avons agi de manière unie et cohérente, en criant non à la guerre." Que peut faire concrètement la FIGC pour aider l'Ukraine ? "Juste après le début du conflit, j'ai écrit à Pavelko me déclarant disponible pour les aider. Nous sommes prêts à accueillir leurs réfugiés et leurs ressortissants." Et la position de la FIGC ? "Nous bougeons depuis la semaine dernière, en décidant de commencer les matches de championnat avec cinq minutes de retard. Un petit témoignage, pas le seul. Maintenant, nous travaillons sur d'autres initiatives : ce n'est pas seulement une guerre contre un peuple car nous sommes tous impliqués." UEFA plus rapide que la FIFA dans la phrase. "Ceferin a agi vite et bien. Nous avons organisé trois comités exécutifs extraordinaires, donnant des réponses rapides et concrètes. La Fifa semblait plus indécise, car elle attendait un signal du CIO." Dans un peu plus de trois semaines, l'Italie jouera pour la Coupe du monde à travers deux barrages dangereux : à quel point êtes-vous inquiet ? "Les enjeux sont très élevés et nous savons que le chemin est semé d'embûches. Malheureusement, nous nous sommes compliqués la tâche seuls. Mais j'ai la foi. Je ne peux pas penser que l'équipe nationale capable d'atteindre le sommet de l'Europe ait perdu le sens d'être une vraie équipe. Mancini, avec notre aide, sera bon pour faire un autre exploit. Je demande aux gens et à l'environnement de l'enthousiasme et de la positivité. Donc, nous nous reverrons tous au Qatar." La Serie A semble vous avoir mis dans son viseur... "Je ne me sens pas attaqué, du moins pas par la majorité des présidents. Peut-être seulement par quelqu'un qui n'exerce pas son pouvoir. La vérité est qu'il y a toujours eu des tensions, mais elles finissent par affaiblir la direction. Ceux qui crient ne sont pas et ne peuvent pas être un leader. J'espère que la Ligue saura se doter rapidement d'un président fort, capable de résumer et de permettre au football italien de combler l'écart existant avec les autres pays." Que demandez-vous, alors ? "Moins de querelles et plus de respect, aussi envers la FIGC et les autres composantes." Que pensez-vous des ambitions renouvelées de certains clubs européens, dont la Juventus, de donner naissance à la Super League ? "Notre position ne change pas : c'est la mauvaise réponse à un vrai problème. En ce moment, il y a un grand besoin d'unité et non de nouvelles divisions." Traduction (comme il le peut) alex_j via fcinter108.
  9. Le Conseil de La Lega Calcio a défini les dates de la nouvelle saison de la Serie A, qui espérons-le, verra l’Inter se présenter avec sa seconde étoile sur le maillot! Et si la Fédération Italienne de Football, la FIGC, doit encore officialiser le tout, voici ce qu'il faut déjà retenir: Le début de la nouvelle saison aura lieu le week-end du 13-14 août 2022 La dernière journée de championnat est prévue pour le dimanche 4 juin 2023 La dernière date de la compétition, avant la suspension du tournoi pour laisser la place à la Coupe du Monde au Qatar, aura lieu le 13 novembre 2022 La reprise de la Serie A est prévue pour le 5 janvier 2023 Selon la Gazzetta Dello Sport, "il sera décidé ultérieurement de la reprise de la compétition après cette trêve, tout comme celles des différentes nouvelles fenêtres internationales et les matchs de milieu de semaine qui seront à programmer." Pour la Repubblica, "l"’expérience du Boxing Day ne sera probablement pas renouvelée étant donné que le syndicat des joueurs a rejeté l'idée de réintroduire le Boxing Day en Serie A." Cette nouvelle saison s’annonce également historique de par la durée importante de la suspension du tournoi : 53 jours ! Aucune information ne filtre sur la composition du calendrier, celui-ci sera-t ’il également asymétrique ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. C’est une révélation de Calcio&Finanza : L’enquête sur les plus-values est arrivée à son terme, celle-ci concerne 11 clubs: La Juventus en première ligne, mais également quatre clubs de Serie A : Le Napoli, La Sampdoria, Le Genoa et l’Empoli. La Vieille Dame a d’ailleurs réagi par le biais d’un communiqué "La Juventus Football Club Spa annonce qu'elle a reçu ce soir, avec 10 autres clubs de football italiens et leurs dirigeants, un "Avis de conclusion d'enquêtes" du Parquet fédéral auprès de la FIGC concernant l'évaluation des effets de certains transferts de droits d'enregistrement de joueurs, sur ses états financiers et sur la comptabilisation des plus-values, suite au rapport de la Covisoc, pour la violation présumée de l'article 31, paragraphe 1, et des articles 6 et 4 du Code de la Justice Sportive". "Il convient de préciser que le document notifié, concernant certains transferts réalisés au cours des exercices 2018/19, 2019/20 et 2020/21, ne constitue pas l'exercice d'une action disciplinaire par le parquet fédéral. Le Club peut maintenant avoir accès aux documents et préparer sa Défense dans les termes prévus par le Code, en espérant qu'il pourra démontrer la régularité de ses actions". Régularité et Juventus dans un même énoncé....comment dire.... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Karl-Heinz Rummenigge, Antonio Conte, Armando Picchi et Luigi Simoni ont été intronisées au Hall of Fame du football italien. Bravo! Le "Hall of Fame" du football italien a été créé en 2011 par la FIGC et la "Football Museum Foundation" afin de célébrer les personnalités qui ont eu un impact inoubliable sur l'histoire du football italien. Le "Hall of Fame" entend être considéré comme une reconnaissance idéale de la grandeur du football ainsi qu'un lieu dans le "Musée du football" de Coverciano. Chaque année, des personnes y seront intronisées lors d'une cérémonie. Le "Hall of Fame" est l'endroit idéal pour préserver et transmettre l'histoire du football italien, grâce aux reliques données par ceux qui y sont intronisés. Le Jury chargé de choisir ceux qui seront intronisés au "Hall of Fame" est composé des directeurs des journaux sportifs les plus importants. Ils doivent choisir un gagnant pour chacune des catégories suivantes: joueur italien (retraité depuis au moins deux saisons), joueur étranger (retraité depuis au moins deux saisons et ayant joué en Italie pendant au moins cinq saisons), vétéran italien (retraité depuis au moins 25 ans), entraîneur italien (avec au moins 15 ans d'activité), directeur italien (avec au moins 15 ans d'activité), arbitre italien (retraité depuis au moins deux saisons), des prix posthumes sont également décernés. Toutes les personnalités récompensées remettront une relique liée à leur carrière lors de la cérémonie annuelle de remise des prix. La commission était composée du président de l'Union italienne de la presse sportive, Gianfranco Coppola, de divers responsables de journaux sportifs nationaux, ainsi que du président de la Fondation du musée du football, Matteo Marani. En présence du président de la FIGC Gabriele Gravina et du secrétaire général Marco Brunelli, le comité d'évaluation a nommé les nouveaux membres qui seront intronisés au Hall of Fame du football italien. Voici les interistes intronisés en 2021: Dans la catégorie joueurs étrangers, Karl-Heinz Rummenigge a été intronisé. Karl-Heinz Rummenigge a joué pour l'Inter entre 1984 et 1987. Pendant cette période, il a fait 64 apparitions pour les Nerazzurri et a réussi à marquer 24 fois. Il a remporté la Coupe d'Europe à deux reprises alors qu'il était joueur au Bayern Munich. Dans la catégorie entraîneur, Antonio Conte a été intronisé. Antonio Conte a été le manager de l'Inter de 2019 à 2021 menant l'Inter au 19e Scudetto après 11 ans de disette et une finale de C3. Deux titres postumes ont été attribués, Armando Picchi et Luigi Simoni. Armando Picchi était le capitaine de l'équipe de l'Inter connue sous le nom de La Grande Inter pendant ses sept années en tant que défenseur au club dans les années 1960. Luigi Simoni était l'entraîneur de l'Inter pour la saison 1997-98 au cours de laquelle les Nerazzurri ont terminé derrière la Juventus de manière controversée. Voici la liste complète: Alessandro Nesta (joueur italien) ; Karl-Heinz Rummenigge (joueur étranger); Antonio Conte (entraîneur); Gianluca Rocchi (arbitre italien); Antonio Cabrini (joueur italien vétéran); Barbara Bonansea (joueuse italienne); Giovanni Sartori (réalisateur italien); Simon Kjær (Prix Davide Astori); Luigi Simoni, Armando Picchi, Romano Fogli, Fino Fini et Vujadin Boskov (Prix posthume). Traduction alex_j via le site officiel et sempreinter.
  12. En effet, tous les clubs de la Serie A ont décidé de se mettre sur le pied de guerre, avant d'imploser, vis-à-vis de la FIGC qui compte modifier les principes directeurs des statuts de la Lega. En substance, il s’agit des normes de la FederCalcio sur la base desquelles, la Lega se doit d’établir un règlement et des statuts... Voici les informations relayées par la Gazzetta Dello Sport et Calcio&Finanza. Rejet en masse L'ajustement en question a été demandé à la fin du mois de novembre 2021 et a établi, parmi d’autre points, des quorums précis et des majorités définies, tant pour cautionner la validité des assemblées des ligues professionnelles (avec la présence des 2/3 des personnes ayant le droit de vote), que pour leurs délibérations. En conséquence: Les Clubs de Serie A ont rejeté cet ajustement via une lettre adressée à la Sous-Secrétaire des Sport Valentina Vezzali et au président du Coni, Giovanni Malagò, dont Calcio&Finanza a pris connaissance et que nous vous publions: "Nous vous écrivons la présente sur base d’une délibération à l’unanimité de l’assemblée constituée lors de la réunions de ce jour, décidé par les 20 clubs de la LNPA : Atalanta Bergamasca Calcio Spa, Bologna FC 1909 Spa, Cagliari Calcio Spa, Empoli FC Spa, Fiorentina ACF Spa, Genoa Cricket & Football Club Spa, Hellas Verona FC Spa, Internazionale FC Spa, Juventus Fc Spa, Lazio SS Spa, Milan Ac Spa, Napoli Soc. Sportiva Calcio Spa, Roma AS Spa, Us Salernitana 1909 Srl, Sampdoria UC Spa, Sassuolo Calcio US Srl, Spezia Calcio Srl, Torino FC Spa, Udinese Calcio Spa, Venezia Fc Srl, pour vous communiquer les informations suivantes: En date du 25 novembre 2021, la Federazione Italiana Giuoco Calcio a adopté des principes directeurs contenant des règles, y compris des règles organisationnelles, auxquelles le signataire et les autres ligues sont tenus de se conformer dans leurs statuts. Nous estimons que cette prétention n'est pas conforme au droit, en raison de l'absence de la règle primaire indispensable qui attribue un tel pouvoir réglementaire à une Fédération, en raison de la nature même de la Lega qui est une association de droit privé, non reconnue et qui a donc pleinement le droit d'auto-gestion, conformément aux règles du Code civil" "Cette autonomie ne peut faire l’objet de limitation si ce n’est qu’en présence de motivations d'intérêt public, comme l’hypothèse de la gestion de l’activité agnostique par le biais des championnats, qui est l’objet d’une délégation de la part la part de la Fédération, et de l'organisation de ces championnats, matières qui, ce n’est pas un hasard, sont qualifiées d’intérêt publique par l'article 23 du statut de la Coni et par le décret législatif n° 242 de 1999 et dont l'exercice, il faut le préciser, n'altère toutefois pas le caractère privé de la Lega et, en amont, de la Fédération". "Nous avons la ferme conviction que la Fédération peut dicter des principes directeurs qui se rapportent à l'objet de la délégation et aux règles techniques de la discipline sportive, mais qu'elle ne peut pas s'immiscer dans les choix qui concernent la vie de l'association, comme, par exemple, imposer certains quorums constitutifs et délibératifs, a fortiori en ce qui concerne la répartition des produits économiques de l'association et de ses membres". C’est le Boxon Après la parution de cette lettre, les langues se sont déliées et la cohésion semble s’être fissurée entre les clubs, d’après la Gazzetta Dello Sport et Calcio&Finanza, des précisions semblent se dessiner au fil du temps sur le déroulement des événements: Les clubs expliquent que non seulement ils n’ont jamais eu accès à la proposition finale, mais que le texte aurait dû être plus édulcoré, à tel point que la phrase "illégitimité des règles" avait été supprimé. La faute à qui ? Ceux qui ont rédigé la lettre sous la Coupole du Président de la Lazio, Claudio Lotito, sont les suivants : Quatre avocats, Campoccia (Udinese), Cappellini (Inter), Fanini (Vérone) et Romei (Sampdoria). Tous étaient tous d’accords sur certains paragraphes, alors qu’ils l’étaient beaucoup moins sur d’autre. Le sentiment est que les rédacteurs pensaient que l'ensemble du courrier allait être ensuite "refusé" par les clubs. Au lieu de cela, le texte a été immédiatement "diffusé" en l’état selon le mandat de l'assemblée. L'assemblée ne voulait également pas que la FIGC soit reprise en copie, bien qu'il lui avait été conseillé de le faire par "courtoisie institutionnelle". Sur le fond, les versions des clubs diffèrent, mais sur la forme, des clubs comme Bologne, Cagliari, Torino, Empoli, Gênes, Milan, Rome et Venezia auraient aimé avoir eu plus leur mot à dire. Il est donc possible qu'aujourd'hui, les clubs qui n'ont pas vu la lettre envoyé à Vezzali et Malagò, rédigent une note pour la formaliser. Sur la question centrale du vote, les débats vont se poursuivre: Les grands clubs seraient contre la modification des statuts car 'ils voudraient être "protégés" par une majorité qualifiée lorsqu'ils délibèrent sur des questions économiques. Une majorité simple permettrait au contraire d'accélérer les décisions et d'éviter les minorités de blocage, qui ont souvent paralysé la Lega Gravina : "Vous avez 15 jours" "La Lega Serie A aura jusqu'au 15 février pour adapter son statut aux principes établis par le Conseil Fédéral de la FIGC en novembre dernier, après quoi la Fédération sera prête à procéder à la désignation d’un Commissaire." C'est ce qu'a assuré le Président Fédéral, Gabriele Gravina, dans une réponse envoyée à l'Administrateur-Délégué de la Lega, Luigi De Siervo, qui a demandé un délai supplémentaire jusqu'à cette date pour permettre aux clubs de trouver un accord sur le sujet. Après la lettre envoyée par les clubs de la première ligue au président du CONI, Giovanni Malagò, et au sous-secrétaire aux sports, Valentina Vezzali, dans laquelle le "comportement" de la FIGC a été définie comme "non conforme à la loi" et qu’il ait été affirmé que la Lega ne peut pas recevoir de limitations à son autonomie "si ce n'est en présence de raisons d'intérêt public", De Siervo a écrit à Gravina en expliquant les raisons de l'absence de l’accord sur la réforme du statut lors de l'assemblée du 27 janvier et pour donner suite à la demande rédigée à l'unanimité par les clubs, de disposer de plus de temps par rapport au délai fixé au 31 janvier. Cette requête accordé et elle sera utilisée dans le cadre d’une médiation entre les différentes parties a confirmé De Siervo: "En répondant positivement à la demande, Gravina n'a toutefois pas caché son "embarras et sa consternation" en apprenant l'initiative mise en place par les clubs, dont la Fédération n'avait pas été informée "offrant ainsi aux plus hautes autorités gouvernementales et sportives l'image d'une lacération évidente de notre système. Des lacérations qui ne profite pas aux initiatives de la Fédération dans l'intérêt du système de football et de la Lega". Quant aux objections concernant les réformes, Gravina a enfin souligné qu'aucun club de Serie A n'a fait appel dans les délais prescrits... Et les Play-Off n’ont même pas été abordés…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Le Conseil de la Lega Calcio du 20 janvier 2022 a décidé de prendre acte des nouveaux règlements émis par le Ministère de la Santé et de la Fédération qui remplacent la résolution du 6 janvier (CU Lega n° 126), et à cet effet d'abroger le CU 126, qui cesse de produire ses effets à la fin du jour civil d'aujourd'hui (ndr: soit le 20 janvier) De mettre en œuvre la Circulaire du Ministère de la Santé n° 0000750 du 18 janvier 2022 et l'CU 142/A de la FIGC en ce qui concerne la définition du "Groupe Equipe" et, à cet effet, d'établir que chaque Club doit déposer une liste de 25 joueurs dans le seul but de déterminer le "Groupe d'Athlètes" susmentionné et le report automatique des matchs suite aux mesures de l'ASL (nommé la "Liste") Comment est composé le "groupe des athlètes" de 25 joueurs ? La "Liste" doit être composée de: A) par les acteurs inscrits sur la liste visée par le CU. n° 83/A du 20 novembre 2014 et, en outre, par un certain nombre de joueurs de moins de 23 ans, jusqu'à un maximum de 25 ; Elle doit permettre: - d'établir que les joueurs de moins de 23 ans doivent être inclus dans la liste respectant le nombre d'apparitions dans l’équipe première pendant la saison de football en cours, en commençant par le joueur de moins de 23 ans ayant le plus grand nombre d'apparitions ; lorsqu'un deuxième critère pour le classement des joueurs de moins de 23 ans est nécessaire, le joueur de moins de 23 ans ayant le plus grand nombre d'apparitions dans les listes officielles de toutes les compétitions en équipe-première pendant la saison en cours sera pris en considération - pour établir que la liste doit être déposée pour la première fois, en vue d'un match retour du championnat de Serie A TIM , avant le 21 janvier 2022 à 12h00 à l'adresse pec [email protected] et la liste définitive doit être établie de façon définitive pour le 4 février 2022 à 12h00 : -à partir de cette dernière date, la liste ne sera plus modifiable, sauf jusqu'au 31 mars 2022 si Club vient à acquérir acquiert un joueur libre et l'inclut en remplaçant un des joueurs de la liste: - d'établir que dans le cas où un ou plusieurs joueurs sont exclus de la liste visée au C.Un. 83/A du 20 novembre 2014 qui ont été transférés à une autre équipe ou qui ont résilié leur contrat après la date du 4 février 2022, qu'il il sera nécessaire de reconstituer la liste avec un nombre de joueurs de moins de 23 ans jusqu'à ce que le nombre de 25 athlètes soit atteint. - pour établir que la liste soit effective à partir du 21 janvier 2022 ; - d'établir que la liste sera envoyée aux ASL territoriales pour les mesures pertinentes. ®Antony Gilles via Deepl – Internazionale.fr
  14. Gabriele Gravina, le Numéro Un de la Fédération Italienne de football en Italie, la FIGC, s’est livré dans une interview exclusive au Corriere Dello Sport Ou en sommes-nous sur la pandémie, après deux années de slalom entre contagions, interdictions et conflits ? "Le protocole sanitaire est une victoire. Le seuil de 35 % des personnes infectées nous protège contre les interdictions divergentes des agences sanitaires individuelles. Ce ne sera plus possible de nous voir jouer avec onze joueurs positifs d’un côté et que nous soyons empêchés de disputer un match pour trois positivités d’un autre. C'est une garantie que le virus n'affectera pas la régularité de la compétition à partir de maintenant." Avez-vous obtenu une garantie du Gouvernement sur la réouverture des stades ? "La garantie est le dialogue institutionnel. La limite de cinq mille spectateurs était un acte de responsabilité. L'espoir est que, lorsque tout le monde aura été vacciné à partir du pic, nous retrouverons une capacité à 100%. Le football se confirmerait comme l’avant-gardiste de la sécurité et de la normalité". Dans une interview accordée au Financial Times, le président de la Fiorentina, Rocco Commisso, affirme que la Juve et l'Inter ont gagné en s'endettant de manière irresponsable. A-t-il raison ? "Non, il se trompe. Car pour faire le mercato, tu dois répondre à des indices de liquidité précis. C'est une chose d'être alarmé par la dette, c'en est une autre de dire que vous avez gagné parce que vous avez triché. Et je jette un voile sur les jugements moraux que Commisso porte sur la classe dirigeante. A présent, nous devons sécuriser le système : Les règles que nous avons déjà adoptées réduisent la marge d'investissement de la dette, en la liant aux revenus. Nous allons les rendre encore plus strictes. Il s'agit également de dissiper les suspicions et les allégations qui font mal au sport." Les étrangers nous colonisent-ils ? "Mais pourquoi pas ? La mondialisation ne consiste pas à rester dans son coin. Nous accueillons ceux qui peuvent apporter de la liquidité et une culture sportive." Deux procureurs enquêtent sur la Juve et l'Inter, mais ils ne sont pas les seuls à réaliser des plus-values. Craignez-vous un glissement de terrain ? "Les plus-values font partie de la vie active des entreprises. Les fraudeurs doivent être poursuivis. Nous attendons que le pouvoir judiciaire clarifie la situation, mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Par après, nous étudierons la possibilité d'éliminer les plus-values des indicateurs budgétaires pour autoriser de nouveaux investissements sportifs." Pourquoi ne pas estimer la valeur réelle d'un joueur en utilisant un algorithme qui mesure l'âge, l'expérience, la qualité des performances et la durée du contrat ? "La FIFA essaie, mais je ne pense pas que ce soit faisable. Les indicateurs que l'algorithme prend en compte sont toujours le résultat de choix subjectifs. Qui pourrait m’interdire de dépenser cent millions pour un jeune de seize ans, en supposant qu'il sera le nouveau Messi ? La solution est ailleurs. Il faudrait séparer les véritables plus-values des mouvements financiers liés aux "échanges de figurines" à cout zéro. Il faut également en réduire l'impact sur les bilans." La réforme du championnat est-elle remise en question vu les vétos de la Lega et les incertitudes liées à la pandémie ? "Non, j'attends que les nouvelles instances de la Ligue Amateur soient formées et ensuite nous commencerons à y travailler. D’ici au 30 juin, cela changera: Nous devons sécuriser le système, ce qui signifie miser sa durabilité." Qu'en est-il de l'attractivité ? Dans quelques journées, nous saurons peut-être déjà qui sera Champion, qui sera relégué et peut-être même qui ira en Ligue des champions. Allons une fois de plus clôturer le championnat avec trop de matchs où nous jouons pour rien. Qu’en est-il des Play-offs ? "Il est temps d’y songer: Dans les années 90, personne ne croyait aux victoires à trois points et pourtant ça a marché. Les play-offs en Lega Pro et en Serie B sont une garantie de visibilité et de succès. Ce serait une erreur de ne pas les tester également en Serie A, tout en sauvegardant la valeur du mérite sportif obtenu au classement. Mais nous avons besoin d'une réforme qui réduise le nombre d'équipes et modifie le format. La qualité et la concurrence y gagneraient." Le Saviez-vous ? Les déclarations faites au Financial Times par Rocco Commisso, président de la Fiorentina, ont créé des remous au sein des clubs de Serie A. Et en particulier, il y aurait de l'irritation de la part d'Inter. Le club milanais, selon le Corriere dello Sport, envisage de déposer une plainte de son côté, en l'absence d'une intervention du parquet fédéral, alors que plusieurs clubs s'attendent à des poursuites contre Commisso. Valideriez-vous une refonte complète de la plus prestigieuse compétition italienne ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Non, ce n’est pas à cause des plus-values fictives, mais effectivement l’Inter et la Juve pourraient se voir retirer trois points à cause de…. La Salernitana Revenons en premier lieu, à la déclaration de Gabriele Gravina, le Président de la FIGC : "Si un repreneur n'est pas trouvé dans les dix jours, la Salernitana sera exclue du championnat au 1er janvier. Nous n'avons pris aucune résolution, ce n'était pas nécessaire. Je n'ai fait que lire le contenu d'un acte notarié. Je souhaite que la Salernitana trouve un acheteur dans les dix prochains jours, je reste convaincu que c'est possible. J’adresse mon respect pour la ville de Salerne et ses Tifosi, mon soutien et total et je l’ai montré immédiatement, dès le mois de mai, lorsque j’ai commencé à parler cette problématique." "Il n'est plus possible, aujourd'hui, de continuer à discuter d’une réalité de ce type sans qu’il n’y ait la moindre offre : Quelque chose ne tourne pas rond et c’est à ses dirigeants de régler la situation. Je ne peux pas m’empêcher d’espérer pour la ville, mais je n’ai fait aucune promesse : Je maintiens simplement une ligne de conduire cohérente : Je n'envoie pas la Fédération au massacre." Décryptage de la situation Si la Salernitana ne trouve aucun repreneur, la Serie A va basculer dans un tournoi avec 19 équipes pour sa reprise. Dans un tel cas de figures, toutes les rencontres déjà disputées face à l’équipe de Salerne seraient toutes et intégralement invalidées, aussi bien en cas de victoire, de match nul, que d’une défaite Voici à quoi pourrait ressembler e nouveau classement La Serie B également impactée Il pourrait y avoir un effet domino, également sur les autres compétitions nationales, à commencer par la Serie B et le championnat amateur où pourrait être reversé le club de Salerne. En fait, seules deux équipes de Serie A seraient reléguées en Serie B, celles qui termineraient 18e et 19e. En n'absorbant pas trois équipes de Serie A, la Serie B devrait probablement faire passer le nombre de relégations en Serie C de quatre à trois. Pour parvenir à cette solution, il conviendrait d'exclure le système de Play-Offs, mais de procéder seulement deux relégations directement et une troisième déterminée lors d'une confrontation eentre les deux autres prétendants à la relégation,pour déterminer qui se verrait reléguer en Serie C. Merci Lotito ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. C’est une information en provenance de l’Ansa, l’agence de presse italienne : La FederCalcio a demandé des informations sur l’enquête relative aux bilans de la Juventus et sur le matériel acquis par le Parquet de Turin qui a immédiatement coopérer dans la mesure où l’enquête le lui permettait Ce qui ressort du Palais de Justice: De nombreuses interceptions, toujours secrètes, semblent mettre en évidence des éléments digne d'intérêt pour la justice sportive. Pour l’instant seul un décret de perquisition peut être envoyé : Les procès-verbaux relatifs aux interrogatoires, tout comme les écoutes téléphoniques et l’ensemble des éléments restent couvert par le secret de l’instruction : Rien ne peut être divulgué avant la clôture de l’enquête. Une petite pièce sur la "trace d’une combine" Orsato-Pjanic ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. Voici un condensé assez complet en provenance de nos confrères supporters de Fiorentina.it et de la presse italienne relatif au nouveau scandale qui salit le Calcio. "Des fausses communications du club côté en bourse, en passant à l’émission de factures pour des opérations inexistantes", telles sont les thèses criminelles émises par le Parquet de Turin à l’encontre de la Juventus. Six personnes font l’objet d’une enquête en plus de la Juventus, le Club, qui elle est visée en qualité de responsabilité administrative : Le président Andrea Agnelli, le vice-président Pavel Nedved, l'ancien directeur sportif Fabio Paratici, aujourd'hui en poste à Tottenham, Marco Re, l'ancien Directeur financier du club qui était également le responsable de la rédaction des documents comptable du club jusqu’en juillet 2020. Stefano Bertola et Stefano Cerrato l’ont depuis lors remplacé. Parmi les personnes visées, Federico Cherubini, l’actuel Directeur Sportif qui a succédé à Paratici, n’est pas visé, même s’il a fait l’objet d’un interrogatoire de 9 heures lui qui est considéré comme une personnalité disposant d’informations sur de tels agissements. L’enquête vise trois saisons : 2018-19, 2019-20 et 2020-21, pour un montant total de 282 millions d’euros provenant d’opérations interprétées comme des "valeurs frauduleusement augmentée". La Position de la Juve, le Club "La Juventus prend acte de l’ouverte de l’enquête envers le Club et chacun de ses membres actuels. Comme il se doit, elle collabore avec les enquêteurs confiante de pouvoir éclaircir chaque aspect. La Juventus retient avoir agi dans le respect des lois et des règles qui régissent la rédaction des relations financières." Andrea Agnelli était au courant Selon le rapport de perquisition signé par les Procureurs Mario Bendoni, Ciro Sartoriello et le Procureur adjoint Marco Gianoglio, la Juventus et sa direction avait conscience de bénéficier de profits déloyaux dans l’état financier du club en exposant sciemment des faits matériels qui ne correspondait pas à la vérité et en omettant de transmettre des états de fait financiers pertinents dont la divulgation est requise par la loi. Comme en 2006 L'enquête est née d’interceptions téléphoniques, qui ont débutée en mai 2021 pendant la période du Mercato, tout comme l’enquête de la Consob lancée en juillet de la même année: "Il ressort des conversations une "confirmation expresse concernant la gestion malsaine des plus-values", utilisée de manière déformée comme un outil pour "sauver les comptes." Selon les enquêteurs, la haute direction du Club et Andrea Agnelli étaient conscient du comportement de Fabio Paratici et des conséquences financières extrêmement négatives, qui n’était certainement pas lié exclusivement au contexte pandémique connue. Fabio Paratici en mode parrain Le mécanisme des plus-values a été nommé "Gestione Paratici" qui a été défini comme "correctif des risques pris en termes d'investissements et de coûts liés aux achats et aux salaires écrits". Paratici était le "sujet le plus haut placé au niveau du département Sportif jusqu’en juin 2021 et il était l’architecte de la planification préventive des plus-values". Les anomalies dans les transferts de joueurs de 2019 à 2021 concernent dans la plupart des cas, des opérations miroirs présentant avec récurrences des contreparties, c'est-à-dire des mouvements d’"opérations à somme nulle sans mouvement d'argent et avec un double effet positif sur le bilans du club". A titre d'exemple, certaines négociations impliquant des jeunes de la Juventus sont citées, comme l’acquisition de Marley Ake à Marseille pour 8 millions d'euros avec la vente simultanée de Franco Tongya pour le même montant. Il y a ensuite les opérations réalisées à proximité des dates de fins de contrats comme l'achat de Rovella au Genoa pour 18 millions et la vente de Portanova et Petrelli pour 10 et 8 millions. La conclusion des enquêteurs est que ces transactions étaient déconnectées de la réalité, des valeurs réelles du Mercato: Etant purement comptables, elles étaient donc fictives. La lecture des éléments fait état que la Juventus a inscrit dans son budget des plus-values en 2018-19 de 131. 564.000 €, de 119.721.000 € en 2019-20 et de 30.832.000 € en 2020-21. Les interceptions téléphoniques se sont avérées décisives. Des dizaines et des dizaines de conversations téléphoniques qui ont eu lieu ces derniers mois entre les dirigeants de la Juventus ont été écoutées par le parquet de Turin depuis mai 2021. "Les amortissements et toute la merde. Qu’il y a en dessous, on ne peut pas le dire", dit à un moment l'un des interceptés, et ceci pour le parquet de Turin serait une autre des expressions qui impliqueraient l'utilisation de plus-values, auxquelles la Juventus a eu recours avec une "planification préventive". À un moment donné, dans une autre conversation, ils disent : "Il a été demandé à faire des plus-values...Au moins Fabio qui devait réaliser des plus-values, est parvenu à faire des plus-values." Une référence limpide à Paratici. Risques encourus Que risque la Juventus, le Club ? Le législateur sportif laisse un large pouvoir d'appréciation à la phase judiciaire. Dans l’article 31, on passe de la "tape sur la main" à une "maxi amende". Le paragraphe 1 stipule : "Sans préjudice de l'application des sanctions plus graves prévues par le règlement de licence de l'UEFA ou d'autres règles spéciales, le club qui commet les actes visés dans le présent paragraphe est passible d'une amende avec avertissement". Toutefois : "Un comportement visant en tout état de cause à contourner les règles fédérales en matière de gestion du Club par la falsification de leurs documents comptables ou administratifs ou par toute autre activité illégale ou frauduleuse, qui tentent d'obtenir ou qui ont permis d’obtenir l'inscription à une compétition à laquelle elle n’aurait pas été admise sur base des dispositions en vigueur..." est retranscrit au second paragraphe 2 Les sanctions peuvent être donc lourdes de conséquences : On peut débuter par des points de pénalisations à l’exclusion du Championnat. Jusqu'à présent, un mur d’impossibilité d’établir des critères objectifs pour déterminer la valeur d’un joueur a été dressé, dabs ce type de dossier Pour être clair : l’interprétation des chiffres peut sans aucun doute porter à mettre en évidence des anomalies, mais pour arriver à la sanction la plus lourde, il faut établir un contexte accablant. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il reste une inconnue : Quelles sont les cartes en main à disposition du Parquet de Turin ? Cricri d’amour ? Ronaldo n'est plus là, mais il fait encore parler en Italie : Le Portugais fait partie des joueurs visés par le mandat de perquisition émis par les procureurs de Turin. Attention : Ronaldo ne fait pas partie des suspects, mais son nom apparaît dans l'une des interceptions de la Guardia di Finanza. Dans les conversations, on parle de la "fameuse "carte" qui ne devrait théoriquement pas exister." Selon les enquêteurs, il s’agirait d’un "écrit privé" qui faisait référence à la relation contractuelle de Cristiano Ronaldo et de ses arriérés salariaux : En effet, Cristiano a toujours été traité différemment des autres, il ne serait donc pas surprenant qu'il ait eu des accords "particulier" avec le club. Il reste à comprendre à quoi font référence ces "arriérés" qui sont mentionnés par les Procureurs et qui, selon l’acte d'accusation, met en évidence le fait que la Juventus avait l'intention de garder cela secrets et sans l’existence de documents. La DEA visée ? Il y a une autre écriture privée qui est mentionnée par les procureurs et qui concerne Merih Demiral et Christian Romero. Dans ces deux cas, il s'agit d'un "écrit certifiant l'existence d'une "obligation non-fédérale" à la charge du club sportif de l’Atalanta dans le cadre de la double opération de mercato" des deux défenseurs. Pour ceux-ci, il n'y a pas eu de communications ou de publications. Romero a été acheté par la Juventus en juillet 2019 en provenance du Genoa pour 26 millions d'euros, mais il n’a ensuite jamais joué sous le maillot des Bianconeri. Il s'est retrouvé prêté deux ans à l'Atalanta, le club de Bergame disposait d’un droit de rachat et non d’une obligation. Celui-ci l’avait racheté pour 16 millions, une somme déjà établie, lors de l’été 2021, pour le revendre ensuite à Tottenham pour 50 millions d'euros. Bon à savoir : Tottenham venait d'engager Fabio Paratici comme Directeur sportif à ce moment-là. La Dea, pour remplacer Romero a de nouveau fait appel à la Juventus et Demiral est arrivé en prêt avec droit de rachat. Ce chassé-croisé entre les deux clubs a alerté les enquêteurs Les transferts visés Ils sont très nombreux (42 sur 62), voici les cas les plus particuliers: Il s'agissait d'équipes étrangères "inférieures" telles que Lugano (Lungoyi-Monzialo) et Amiens (Nzouango-Fonseca) et d'équipes italiennes de Serie C telles que Pro Vercelli (De Marino-Parodi), Novara (Barbieri-Lamanna) et Pescara, relégué de Serie B (Brunori-Masciangelo). Ils sont aussi passé dans d’autres catégories avec Pise (Gori-Loria) et Parme (Minelli-Lanini). Sans oublier le retour à l’étranger avec Marseille (Aké-Tongya) et Bâle (Hajdari-Sene) Sans oublier la Serie A, avec des opérations impliquant plusieurs joueurs et Empoli (Lipari, Maressa et Olivieri ; Adamoli et Mancuso), le Genoa (Rovella ; Petrelli et Portanova) la Sampdoria (Mulè, Vrioni, Peeters ; Audero, Francofonte, Gerbi, Stoppa, Brentan). Le tout sans oublier les grands internationaux du calibre de Manchester City (Correia et Danilo, Moreno et Cancelo) et de Barcelone (Marques et Arthur ; Pereira et Pjanic). Mais il n’y a pas que la Vieille Dame Le plus sensationnel est l'accord entre Naples et Lille qui a amené Osimhen dans le club du Vésuve et envoyé Karnezis, Manzi, Palmieri et Liguori en France. Il y a également la Sampdoria et le Chievo avec Depaoli et Leris en Ligurie et Leverbe et Ivan à Vérone. En plus de la Sampdoria, deux autres clubs déjà vus avec la Juve ont surgi : Parme et Pescara (Pavone, Machin, Napoletano, Cipolletti, Palmucci, Brugman et Martella ; Galano, D'Aloia, Madonna et Brunori, encore). Enfin, le Corriere Dello Sport cite également la Roma parmi les équipes concernées. Pour la Repubblica, cette enquête fait trembler le Calcio Le parquet de Turin a ouvert une enquête sur les plus-values du marché du football de la Juventus. Sur les 322 millions d'euros comptabilisés ces trois dernières années, 282 millions proviennent d'opérations visées par une enquête gérée par La Guardia di Finanza. C'est ainsi que débute l'article de la Repubblica sur l'enquête de la Guardia di Finanza sur la Juventus. Le journal illustre donc la situation en détail : "Les services de certains agents sportifs sont également examinés par les Procureurs, qui soupçonnent que des mandats fictifs ont été préparés pour certaines négociations : d'après les appels téléphoniques, les paiements sembleraient ne pas correspondre aux opérations conclues. L'enquête du Ministère Public pour fausse comptabilité, fausses communications sociales et fausse facturation a débuté en mai sur la base d'articles de presse et concerne en grande partie des 'opérations miroir', c'est-à-dire des échanges de joueurs et la vente de jeunes de l'équipe des moins de 23 ans, la deuxième équipe de la Juventus qui évolue en Serie C". "L'enquête ne concernera pas seulement la Juventus mais aussi les clubs qui ont conclu des transactions suspectes avec les Bianconeri. "Trois mois d'interceptions dans la période clé du Mercato ont conduit les enquêteurs à croire qu’un véritable "système" a été mis en place pour équilibrer les comptes à la Juventus Spa, pour corriger les pertes et gérer les budgets dans les exercices allant de 2019 à 2021. Un système qui, pour les enquêteurs, porte une signature précise, celle de Fabio Paratici aujourd'hui à Tottenham, mais qui, jusqu'en mai dernier, occupait le rôle de "Manager à responsabilité stratégique soit de Chief Football Officer et de Managing Director de la Juventus." affirme la Repubblica. Si l'on commet un délit dans le monde des affaires, il faut généralement être deux, à savoir les deux parties qui gèrent les négociations: Dans ce cas-ci, la Juventus semble être l’actrice principales, mais il existe toute une série d'autres clubs qui, au moins une fois au cours des trois dernières années ont réalisé des échanges avec la Juventus sous la bannière des plus-values, lors des périodes faisant l'objet de l'enquête. La FIGC ne l’a pas bon Et à juste titre: L'enquête du parquet de Turin sur la Juventus a inévitablement remis sur le tapis la délicate question des plus-values. Le club de la Juventus n'est certainement pas le seul à avoir eu recours à cet instrument au fil des ans, mais les nouvelles à ce sujet poussent la FIGC à devoir reprendre rapidement le contrôle de la situation. Comme le rapporte Il Fatto Quotidiano, les plus-values ne sont certainement pas une nouveauté, étant donné qu'en Serie A elles s'élèvent à environ 700 millions d'euros par an, soit 20% en moyenne du chiffre d'affaires des clubs. Un choc frontal avec ce phénomène avait eu lieu, par exemple, à l'été 2018, lorsque le parquet de la FIGC alors dirigé par Giuseppe Pecoraro avait assigné le Chievo Verona et Cesena en justice : 3 points de pénalité pour les Veneti, mais rien pour les Romagnoli, déjà en faillite. A l’époque, les juges avaient estimé qu’il était en fait impossible de quantifier la valeur d'un joueur, liée au Mercato, et donc de prouver une faute. Les critères objectifs permettant de définir la valeur d'un joueur constituent, en fait, la principale pierre d'achoppement dans la tentative de limiter les gains en capital. Cette situation a connu un bouleversement uniquement vers la fin de l’année 2020 lorsque la Covisoc a ré-ouvert le dossier et l'a déposé sur la table du président Gravina, en demandant de s’y'intéresser, de même qu’au Parquet fédéral. Parallèlement, les contacts avec la Consob, qui a également ouvert une enquête vue que la Juventus est cotée en bourse, a débuté à la même période. Cela explique la liste bien connue des 62 opérations impliquant plusieurs clubs et joueurs, de la Juve à Naples en passant par le Genoa, de Pjanic à Osimhen en passant par Rovella. Le parquet de la FIGC a donc ouvert un dossier, bien que le président Gravina ait défini l'enquête comme "non persécutrice mais cognitive". Avec l'enquête du parquet de Turin, cependant, l'affaire devient encore plus sérieuse et si la détermination de la valeur d'un joueur reste un obstacle fondamentalement insurmontable, la FIGC pourrait trouver un autre moyen pour éradiquer ce fléau Le président fédéral Gabriele Gravina est déterminé à mettre un terme à ce phénomène par le levier des licences nationales et un système est à l'étude pour épurer la présentation des bilans par les clubs pour l'inscription aux championnats. Celui-ci ne prendraient plus en considération l’enregistrement des plus-values dans les flux financiers: Une plus-value de ce type est ce que l'on appelle les échanges, qui, d'une part, apportent des revenus au compte de résultat des deux clubs impliqués dans l'opération, mais qui, d'autre part, n'enregistrent aucun mouvement d'argent. Marco Donzelli (Président de la Codacons), veut faire de la Juventus un exemple "Si la Juventus a illégitimement profité des clubs rivaux avec des opérations de ce type, la régularité des derniers championnats de football serait compromise et, par conséquent, la Fédération et l'Autorité de la concurrence du marché devraient intervenir et sanctionner les responsables. Au-delà de la responsabilité individuelle, le club ne peut être exempté de toute sanction. Pour cette raison, et pour protéger des milliers de supporters, nous allons déposer une plainte auprès de l'autorité antitrust et du parquet fédéral pour demander la relégation du club bianconero en Serie B et la révocation des derniers championnats remportés à l'ombre de ces opérations potentiellement illégales". Notre avis Alors que l’Inter et le Milan ont extrêmement souffert financièrement ces dernières années, aucune des deux écuries milanaises n’est citée : Le fait d’être passé sous gestion asiatique et américaine ont permis aux deux géants milanais de ne pas se retrouver au cœur d’un vaste scandales. Reste à présent à savoir si les sanctions auront un effet rétroactif. Dans un tel cas, le Scudetto de la saison 2018/2019 pourrait se voir retirer à nouveau à la Juventus (Jamais deux sans trois) sans désignation du Champion, ce qui devrait être le scénario le plus probable si le club est jugé coupable. La relégation semble "peu" probable. Mais attention également au fait que s’il est considéré qu’il y ait un retrait de points avec désignation d’un Champion, et pour autant que l’Inter ne soit pas impliqué (ce qui semble bien être le cas) le 20ème Scudetto pourrait lui être attribué sur tapis vert, étant donné qu’un seul et unique petit point séparés les deux ennemis-jurés de la Serie A. La Juve en Serie B, l'Inter titrée serait donc un remake du Calciopoli, mais si la ‘tricherie’ n’a pas eu lieu sur le terrain, la Juventus se retrouve, à nouveau dans le collimateur de la justice à cause de sa Direction: Il serait peut-être temps de songer à passer la main les gars ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. En effet, même si Gabriele Gravina a dit que le tout aller s’avérer compliqué, la Nazionale Italienne a pour mission de se qualifier pour la Coupe Du Monde 2020 par le biais des Play-Offs : Une seconde élimination consécutive, à ce stade de la compétition, pourrait s’avérer catastrophique pour tout le secteur. Appel au bon sens Selon la Gazzetta Dello Sport, il pourrait être demandé aux clubs italiens de reporter la journée du 20 mars pour permettre à Roberto Mancini de disposer de plusieurs jours supplémentaires pour préparer la demi-finale qui se tiendra les 24/25 mars et la finale qui se tiendra les 28/29 mars. Merci l’UEFA Pour la fin de saison, la Ligue des Nations empêchera de décaler tout le championnat et les marges de manœuvre sont très minimes. Mais la Lega Calcio et la FIGC collaborent pour parvenir à un accord, sans causer le moindre tort à personne: La décision pourrait être prise immédiatement après les tirages au sort des seconds tours de la Ligue des Champions, de l’Europa League et de la Conférence League. On parle également d’un stage réservé aux Azzurri durant la trêve internationale de la fin-janvier/début février, qui est déjà réservée aux équipes nationales sud-américaines. La FIGC pourrait également songer à organiser, durant cette fenêtre internationale, un match amical. Comme quoi, reporter toute une journée peut être réaliste alors que reporter un match, Lazio-Inter en l’occurrence, s'était avéré impossible… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. En effet, la Covisoc a enquêté et a établi et transmis un rapport sur la thématique des plus-values, la célèbre pratique du Mercato qui s’est avéré, dans le temps, devenir un véritable système de santé pour préserver les budgets des clubs de football: Ce gain en capitaux a connu une croissance importantes ces dernières années et si pour la plupart des transactions, les clubs ont montré pattes blanches, la situation est bien plus problématique pour la période 2019-2021. En effet, 62 transferts suspects ont été mis en évidence : 42 impliquent directement la Juve ! Révélation de la Repubblica "Soixante-deux transferts du mercato, concentrés sur la période 2019-2021, font l'objet d'un rapport qui a atterri sur la table du Parquet Fédéral. Des échanges à des prix élevés, parfois très élevés, sans vraiment toucher à un seul euro. Ou presque: La Covisoc (soit la Commission de surveillance des clubs de football) a envoyé au Procureur de la FIGC Giuseppe Chinè et pour information au Président Gabriele Gravina un rapport sur les plus-values réalisées au cours de ces deux dernières années, en les invitant à approfondir la nature de ceux-ci." "Pour la Covisoc, ces transactions semblent avoir un impact significatif sur les comptes, mettant en évidence des problèmes critiques. Le rapport est générique : la dénonciation d’un système" La Vieille Dame dans le viseur "Franco Tongya et Marley Aké, que la Juve et Marseille ont échangé pour 8 millions (soit pour un solde nul) des joueurs évoluent jouent respectivement dans la quatrième division française et en Serie C. Il y a également les quatre joueurs de Naples que Lille a inséré pour 20 millions dans l'affaire Osimhen : Trois sont retournés en Italie, Deux en Serie D, un en Serie C, le dernier est toujours présent à Lille sans avoir jamais joué." "Dans la plupart des cas, le club impliqué est la Juventus et la Consob s'est montré active à ce sujet : Les transferts concernés sont au nombre de 42, et il y a notamment 21 joueurs échangés pour 90 millions d'euros. Ces transactions ont d'ailleurs réellement vu circuler un peu plus de 3 millions d'euros pour générer dans le budget du club bianconero des bénéfices de plus de 40 millions d’euros." "Il y a aussi les transactions à l'étranger : Pjanic-Arthur avec le Barça, Cancelo-Danilo avec City, les sommes sont élevées, mais il s’agit des joueurs de premier rang." Pensez-vous que cette nouvelle "affaire" pourrait pénaliser à nouveau la Vieille Dame en Serie A ?Ceferin pourrait-il en profiter et intervenir vu les sommes dévoilées ? 16 ans après le Calciopoli, il semble que certaines leçons n’ont toujours pas été retenues… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Suite au forfait l’absente de Matteo Pessina, Roberto Mancini a décidé de convoquer, à sa place, Federico Dimarco. En effet, la FIGC a transmis à l’Uefa la demande de remplacer le joueur de l’Atalanta par celui de l’Inter dans la liste des 23 joueurs convoqués pour disputer la phase finale de l’Uefa Nations League 2021. Federico, auteur d’un très bon début de saison sous l’Inter de Simone Inzaghi retrouvera, en Nazionale, Nicolò Barella et Alessandro Bastoni! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Suite à sa victoire sur le terrain de la Fiorentina, l’inter se prépare à sa première confrontation face à un rival direct pour le titre : L’Atalanta. La Fédération Italienne de Football (la FIGC) , a dévoilé pour l’occasion le groupe arbitral qui officier lors de ce match qui se tiendra ce samedi 25 septembre à 18h00. Il s'agit du "meilleur ami" d'Antonio Conte: Fabio Maresca! Arbitre : Fabio Maresca Assistants: Colarossi - Prenna 4ème arbitre: Abisso Var: Aureliano Avar: Ranghetti Cheh! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. La Fédération Italienne de Football a dévoilé l’équipe arbitrale qui officiera au Stade Luigi-Ferraris de Gênes ce dimanche à 12h30 à l’occasion du déplacement du Champion d’Italie en titre sur le terrain de la Sampdoria. Le retour du prodige! Arbitre: Daniele ORSATO Assistants: PERETTI – PAGLIARDINI 4ème arbitre : BARONI VAR: NASCA AVAR: GIALLATINI ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. C’est une information en provenance de Calcio&Finanza : La Figc a son feu vert à la Lega Serie A pour officiellement conserver la règle des 5 changements pour la saison 2021/2022. La FIGC autorise donc la Serie A à continuer à profiter de la modification temporaire accordée par l'IFAB, qui est valide jusqu'au 31 décembre 2022, en regard au nombre de remplacements que les équipes peuvent effectuer pendant les matchs. Pour rappel, le 28 mai dernier, l'instance chargée d’ériger les règles du football avait accepté de prolonger temporairement cette adaptation adoptée en mai 2020. Il y a lieu de rappeler que cette prolongation était toutefois facultative, la Premier League, par exemple, a choisi de revenir à trois remplacements la saison dernière. Cette prolongation devrait-elle devenir la norme à l’avenir, selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. Le monde du Calcio fait face à de très grande difficultés économiques actuellement. Suite aux dernières informations parues dans la presse mettant en évidence une certaine incertitude quant à une réouverture, même partielle des stades, Enrico Preziosi, le Président du Genoa est monté au créneau dans les colonnes du Corriere Della Sera : "La crise économique a déjà généré une perte d’un milliard deux-cent millions d’euros, une somme qui est destinée à s’accroître étant donné les cas de restrictions ultérieures à venir, vu que les rencontres devraient avoir lieu dans des stades à moitié ouvert : Sans public dans les stades et sans aucune forme d’aide gouvernementale, le Chievo pourrait ne pas être qu’un cas isolé : Les bilans financiers de nombreux clubs sont à risque." Président, selon le décret gouvernemental, l’accès au stade sera garanti à 50% de sa capacité : Pourquoi cette norme ne vous convient-elle pas ? "C’est simple à expliquer : Depuis un an et demi nous faisons face à un manque à gagner au niveau de la billetterie et cette nouvelle règle impose désormais une distanciation sociale d’un mètre entre les personnes. En pratique, et c'est valable pour quasiment la totalité des stades italiens, si le tout vient à se confirmer, nous serons dans l’obligation d’autoriser une place valide sur quatre, ce qui revient à ouvrir un stade à 25% de sa capacité." "Avec une telle restriction, il nous serait impossible de lancer une campagne d’abonnement, et vendre des packs "Hospitality" s’avèrerait impossible. A titre personnel, je regrette d’avoir investi une somme considérable pour moderniser le Marassi." Occuper les sièges, tel un damier, pourrait-il représenter une solution ? "Je dirais, qu’avec ce type de formule, qui est d’ailleurs la base de discussions entre la Lega, la Figc et le Gouvernement, que cela garantirait les 50% de capacité. Mais j’irai aussi plus loin : Pourquoi dans des bars ou des restaurants, il est possible d’y rester à l’intérieur avec le Green Pass et ce, sans limitation, alors que dans un Stade donnant accès à l’extérieur, ce n’est pas possible ? Nous représentons la passion de 38 millions d’individus, le Calcio peut être un moyen de convaincre les non-vaccinés. Un mauvais pré-sentiment me vient parfois en tête." Pourriez-vous approfondir ? "J’ai la perception que certains perçoivent les Présidents de Club de football comme de riches imbéciles. Le cliché commun est "Ils se plaignent alors qu’il signent des contrats de millions d’euros. Mais je voudrais expliquer à ceux qui pense de la sorte que pour chaque contrat signé, qu'un montant correspondant au salaire d’un joueur est versé sous forme de contribution dans les caisses de l’Etat : Les Clubs de football sont comme des entreprises et ils doivent être dès lors considérés comme tel. Je me questionne donc sur le fait que le Gouvernement impose des restrictions sur le nombre de spectateurs présent dans le stade, tout en exigeant ensuite de la part du Monde du Football les mêmes prélèvements fiscaux qu'avant la pandémie." Qu’attendez-vous ? "Permettez-moi de vous dire que ma pensée est partagée par l’ensemble des Présidents, aussi bien des moyens-petits, que des grands clubs, car nous sommes tous confrontés à des pertes. Celles du Genoa s’élèvent à 34 millions d’euros, nous souhaitons nous asseoir à une table avec l’Exécutif pour parvenir à trouver une solution." "Le Calcio est représenté par des Présidents qui ont injecté des milliards dans le système, en consentant également à l’Etat à en bénéficier : Nous sommes un partenaire. Plus nous travaillons, plus nous générons des gains, plus des fonds sont injectés dans les caisses de l’Etat. Mais pour survivre, nous avons besoin, s’il ne s’agit pas de remboursement, de percevoir au moins des acomptes ou des reports fiscaux car autrement notre système va imploser. Sans fonds, cela en est terminé de tous, et ce y compris les Ligues inférieurs et les autres sports : Il ne faut pas oublier que la Serie A alimente tout le mouvement sportif italien." Etes-vous favorable à l’obligation de vacciner tous les joueurs, tels que proposé par Gravina ? "Dans un sport de contact, le vaccin représente la meilleure des sécurités, et même s’il ne pourrait pas être imposé légalement, je pense que la suggestion du Président Fédéral doit être considéré comme une invitation au bon sens." Lundi, vous vous présenterez à l’Assemblée Générale de la Lega : La reprise du championnat est-elle à risque ? "S’il y a une poursuite d’un manque de dialogue avec le Gouvernement, nous devrons songer à une solution. Dans un tel cas nous devrons tout stopper et penser à la façon d’agir. Nos demandes ne peuvent pas ne pas être prise en considération. Mais je reste confiant à l’idée que nous parviendrons à un point d’entente avec l’Exécutif à travers une table de négociation." Pensez-vous réellement que la Serie A 2021/2022 puisse être prise en "otage" avec un début du tournoi reporté à une date à définir ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. La Gazzetta Dello Sport s’est penché sur le milieu de terrain Nerazzurro. A l’aube d’une nouvelle saison qui verra l’Inter défendre son Scudetto, ce secteur est celui qui présente le plus d’éléments : Qui doit être titularisé, qui peut se retrouver sur le banc, qui doit plier bagages ? Les titulaires Les titulaires, sur papier du moins, seront Barella, Brozovic et Calhanoglu. Les deux premiers devront se livrer au combat et garantir l’équilibre à la manœuvre, tandis que le turc sera appelé à se mettre en lumière. Dans les plans d’Inzaghi, la hiérarchie au milieu est plutôt bien définie avec comme seul "doute" le relayeur qui devra être Calha ou Sensi, pour autant que l’ancien de Sassuolo démontre une fiabilité physique après deux saisons loupées en Nerazzurro Les joueurs en balance Plus que définie, la situation reste compliquée pour Gagliardini, Vecino, Agoumé et Perisic, qui sont tous appelés à convaincre le nouvel entraîneur de faire partie du projet technique. Et en ce sens, leurs permanences sont loin d’être actées, même si aujourd’hui aucune offre n’est parvenue. Il n’est également pas exclu que certains fassent l’objet d’une résolution de leur contrat. Dans un tel cas, la situation se compliquerait en regard aux dossiers les plus épineux et les plus urgents : Les joueurs à remercier. Les joueurs à remercier L’Inter se concentre actuellement sur leurs départs depuis plusieurs jours, mais les difficultés ne manquent pas: Les exubérants se nomment Vidal, Lazaro et Nainggolan. Les concernant et avec la complicité des comptes, la séparation représente un scénario inévitable, avec qui plus est le consentement total de la part d’Inzaghi. Toutefois, en cas de séparation à l'amiable, une prime "de départ" devra encore être définie Pour l’instant, Vidal ne fait pas l’objet d’offres concrètes alors que Lazaro et Nainggolan sont respectivement convoités par le Benfica et Cagliari. Les ailes L’Inter est à la recherche de l’héritier d’Achraf Hakimi sur son flanc droit, avec Nahitan Nandez qui reste toujours en pole position. Dans le même temps, le club monitore le mercato pour le flanc gauche Les courses latérales restent le point le plus épineux: Car le nombre de joueurs disponibles actuellement pour Inzaghi semble actuellemen faible : Actuellement, le natif de Piacenza peut compter sur le duo Dimarco-Kolarov à gauche, avec la possibilité d’aligner Perisic selon les circonstance. De l’autre côté, l’on retrouve à droite le binôme Darmian-D’Ambrosio, mais le Club se cherchent des profils de meilleures qualités. Il s’agit d’ailleurs de la priorité du Mercato Nerazzurro : Après avoir un digne successeur à Hakimi, le club devra faire l’effort nécessaire pour aussi renforcer l’aile opposée et l’éventuelle arrivée de Nandez, le nom le plus cité de ces dix derniers jours permettrait à Inzaghi de combler ce vide sur l’aile droite, tout en ayant une alternative valide également pour le milieu du terrain Christian Eriksen La situation est tout autre et est totalement différente pour Christian Eriksen victime d’un sérieux malaise lors de l’Euro. Si l’Inter est prête à l’accueillir à bras ouvert, la priorité absolue reste sa santé, son futur sportif passant en second plan: "La situation particulière relative à Christian Eriksen semble être la plus compliquée : Lorsqu’il reviendra en Italie, le danois se soumettra à de nouveaux tests et ce n’est qu’à ce moment-là que sera évaluée son avenir sportif. Toutefois, comme l’a rappelé un membre du Comité Technique Scientifique de la FIGC, il sera refusé à Christian Eriksen d’évoluer en Italie, en conservant le défibrillateur." Pensez-vous que l’Inter parviendra à proposer un milieu de terrain digne de ce nom pour la saison 2021/2022 ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...