Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'fiorentina'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
    • 2020/2021
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. Calcio&Finanza s’est penché sur "l’amour des tifosi italiens" pour les vingt clubs qui ont participé à la Serie A 2021/2022 "L’ensemble des clubs, à la fin de la saison 2021/2022, comptaient un total de 24.562.000de tifosi italiens, soit 0,16% de moins que la saison précédente. En ce qui concerne leur c'est toujours la Juventus qui mène la danse : Les Bianconeri comptent 8,56 millions de supporters selon l'étude périodique réalisé "Sponsor Value" réalisée par StageUp et Ipsos, créée lors de la saison sportive 2000/2001 et considérée comme l'auditel des événements sportifs et de divertissement italien." "En 2018/2019, soit l’ultime saison avant la Pandémie liée au Covid-19, on comptait 25.234.000 tifosi. Pour la saison 2020/2021, ce chiffre avait baissé de -2,5% pour atteindre 24.602.000 tifosi. Cette fois-ci la baisse s’est stabilisé à 0,16%. L'enquête à la fin de la saison 2021/2022, comme mentionné, montre une nouvelle baisse de 0,16%. La moyenne par club est de 1.228.000 tifosi." La Vieille Dame séduit "La Juventus reste toujours l’équipe la plus aimé de Calcio Made in Italy: 8.056.000 tifosi sont sous le charme de la Vieille Dame, contre les 4.167.000 tifosi du Milan champion d’Italie qui a connu une augmentation de +13% lors de l’ultime biennal. L’Inter reste stable avec 3.919.000 tifosi. Ce top 3 représente d’ailleurs plus de la moitié des Tifosi en Italie : 67%. On retrouve derrière le Trio historique le Napoli et ses 2.636.000 tifosi, suivi de la Roma et ses 1.818.000 pour clôturer ce top 5. D’ailleurs, si on considère le TOP 5 et non le Top 3, celui-ci représente 84% des Tifosi italiens." "Toutefois, parmi les clubs ayant connu les plus fortes augmentations au niveau du nombre de Tifosi, on retrouve la Fiorentina +10% (avec 621.000 tifosi), le Torino +8% (avec 450.000 tifosi) et l'Udinese +16% (179.000 tifosi). A l’inverse, des clubs ont connu une situation diamétralement opposée comme l'Atalanta -10% (314.000 tifosi) après les fortes augmentations des 2 championnats précédents et Bologne -9% (310.000 tifosi + Radu) se distinguent." L’analyse de Giovanni Palazzi, President de StageUp "Le Football reste toujours le sport national, mais au-delà des aspects qui le lient à l’ultime triennal qui est marqué par les conséquences du Covid, le palier des 25 millions de tifosi ne semble pas surmontable. Cela peut s’expliquer aussi via des raisons démographiques, avec une population stable de 60 millions d'habitants et un taux de natalité très bas, avec la présence des nouvelles générations qui peinent à se passionner en l'absence de politiques actives qui leur soient dédiées." "Afin d'augmenter les résultats et, par conséquent, la passion et ses tifosi, des clubs se sont historiquement liés à l'arrivée de grands noms comme, par exemple, Cristiano Ronaldo, et non à une approche stratégique visant à consolider l'affection du public pour les clubs et à enthousiasmer les générations Y et Z. La conquête des jeunes par des politiques dédiées, notamment en termes de communication, est le seul moyen de relancer et de maintenir, à terme, le marché intérieur" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  2. N’en déplaise à Sportitalia, selon Sky Sport et Fabrizio Biasin, aucun rendez-vous n’est programmé ce jour en regard à Milan Skriniar! Pour Sky “Non, il n’y a aucune offre actuellement de relance du Paris-Saint-Germain pour Milan Skriniar, les rumeurs d’une possible rencontre demain (ndlr aujourd’hui) entre les deux clubs sont infondées: Le Paris-Saint-Germain a annoncé l’arrivée de Nordi Mukiele, l'Inter en revanche est prête à s’asseoir autour de la table pour discuter d’un renouvellement du contrat qui arrive à échéance au 30 juin 2023." "Il n’y a aucune nouveauté également pour Milenkovic, l’évaluation du joueur : 20 millions d’euros est considéré comme une somme trop importante pour les caisses du club Nerazzurro. Le joueur plait, il y a des contacts avec les agents, mais jusqu’à présent, aucune offre officielle n’a été présentée à la Fiorentina." Fabrizio Biasin enfonce le clou sur Twitch Skriniar et Paris ? "Je n’ai aucune information d’une rencontre, cela ne me dit rien. Peut-être qu’elle aura lieu et qu’on ne me l’a pas dit. De ce qui m’a été communiqué, il n’y a pas de rencontre. Je ne crois pas que le Paris-Saint-Germain arrivera aux 70 millions d’euros pour Skriniar. La proposition du mois dernier était de 50 millions d’euros fixe, jusqu’à 60 millions d’euros avec les bonus, elle a été refusée et renvoyée à l’expéditeur." "S’il y a une relance proche des 70 millions d’euros, le joueur pourra partir. Après Bremer, l’Inter demande les 70 millions d’euros dans leur globalité: Ma sensation est que Paris doit en tout premier lieu réaliser énormément de ventes. Ensuite je peux me tromper, mais en ce moment, il n’y a pas ce type d’alerte. Tout reste comme ça actuellement." "Skriniar a un prix défini au jour d’aujourd’hui, mais ce n’est pas vrai qu’il est retiré du Mercato: L’Inter ne peut pas se permettre de retirer du mercato des joueurs. Si Skriniar vient à rester, elle tentera de proposer un renouvellement compliqué, étant donné que Paris avait mis sur la table 8 millions d’euros et le défenseur en demandera au moins 6 pour prolonger." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  3. C'est une information d'Il Mattino : "Le Président Aurelio De Laurentiis a demandé des informations sur le défenseur: "En plus de l’Inter et la Juve, le Napoli a également fait une timide tentative pour Gleison Bremer, initialement identifié comme le parfait remplaçant de Koulibaly." Mais le président de Naples a compris, après l'appel avec le Président Cairo que le Torino voulait une vente aux enchères pour Bremer: "C'est vrai, il y a l'Inter, mais la demande est de 75 millions d'euros." Ce qui a gelé le club Napolitain qui ne peut certainement pas rivaliser avec ces chiffres: "Mais les pistes à battre sont nombreuses, comme celle de Milenkovic de la Fiorentina". ®Interkhero - Internazionale.fr
  4. La saison dernière aurait été une campagne qui a fait mal pour les Nerazzurri, contraints de laisser le Scudetto au rival de la même ville, l'AC Milan. Cependant, le club n'a pas perdu de temps pour essayer de se remettre sur les rails pour la saison prochaine. Un long été de transferts en Serie A ne fait qu'aiguiser l'appétit pour ce qui devrait être une campagne captivante dans l'élite italienne en 2022-2023. Mais, avec les recrutements déjà effectués, l’Inter est-elle suffisamment forte pour se battre pour le titre de champion d'Italie la saison prochaine ? Où est-ce que l'Inter failli la saison dernière ? Il est difficile de déterminer exactement où l'Inter a été faible lors de la saison 2021-2022. Les Nerazzurri ont marqué plus de buts et encaissé moins de buts que lors de la campagne victorieuse en 2020-2021. L'Inter a marqué 84 buts, un record en championnat, et a encaissé le deuxième plus petit nombre de buts (32). Bien que le club n'ait pas remporté le championnat, il a pu fêter son succès en Coppa Italia et a atteint les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Cependant, le facteur principal qui a contribué à ce que l'Inter ne remporte pas le championnat en 2021-2022 est le nombre de matchs nuls. Au total, l'Inter a concédé neuf matches nuls en 2021-2022, soit deux de plus que lors de la saison précédente. On pourrait dire que leur point faible vers la fin du championnat était en fait la créativité en fin de saison, n’ayant pas réussi à briser des adversaires comme le Torino ou la Fiorentina. Des victoires dans ces rencontres les auraient mis au bord de la gloire en Serie A, mais au lieu de cela, ils ont dû regretter les occasions manquées. Les matches nuls contre l'Atalanta et le Genoa à l'extérieur ont également été préjudiciables en milieu de saison : l’Inter a manqué de qualité offensive sur le banc, surtout après le départ de Romelu Lukaku. Qu'est-ce que l'Inter a corrigé jusqu'à présent au mercato d’été ? L'Inter a déjà été très actif cet été, le plus grand renfort à son effectif étant le retour de Romelu Lukaku. Après une année noire à Chelsea, le recordman des Blues est revenu à Milan pour un prêt d'un an, pour un montant de 8 millions d’Euros. Son retour donnera certainement un coup de pouce pour d'attaque et les options s’offrant à Inzaghi. Car, n’oublions pas qu’il a été sensationnel lors de son séjour de deux ans au club. De plus, il semble toujours être à la hauteur avec l'équipe nationale belge. Les Diables Rouges étant parmi les favoris de la prochaine Coupe du Monde au Qatar, il est possible que Romelu améliore sa forme cette saison afin d’être prêt pour le grand tournoi. BigRom a marqué un nombre impressionnant de 47 buts en 72 matchs de championnat avec l'Inter, et a réussi à enregistrer 64 buts en 95 matchs. Sa relation avec Lautaro Martinez a été un facteur clé dans leur campagne de titre, et un retour à cette dynamique les rend immédiatement des candidats de premier plan pour le titre de champion en 2022-2023. L'Inter s'est également attaqué à ses problèmes défensifs, avec un prêt pour Raoul Bellanova et le transfert définitif de Robin Gosens. Ce dernier pourrait être un élément important de l'équipe dans la saison à venir, car il ajoutera une option différente pour la construction des attaques. L'Allemand était un latéral libre lors de son passage à l'Atalanta, et l'un des meilleurs buteurs de son équipe nationale lors de l'EURO 2020 l'été dernier. Les problèmes liés au manque de créativité ont également été résolus avec les signatures officielles d'Henrikh Mkhitaryan et de Joaquin Correa à l'Inter en vue de cette saison. Alors que l'Arménien semble prêt à jouer un rôle sur le banc de touche, le transfert de Correa pour 23 millions d’Euros pourrait signifier qu'il sera un élément essentiel des plans offensifs de Simone Inzaghi pour la saison à venir. L'ancien joueur de la Lazio a marqué six buts en 36 matchs toutes compétitions confondues la saison dernière lors de son prêt à l'Inter. Cependant, il ne semble pas que l'Inter en ait fini avec ses dépenses, puisqu'ils travaillent toujours sur un accord pour faire venir Paulo Dybala à la Pinetina. Un dossier compliqué, avec la concurrence de Manchester United. l'Inter a aussi déjà confirmé la signature d'André Onana, le gardien de but de l'Ajax, qui remplacera à moyen terme Samir Handanovic. Contre qui l'Inter se battra-t-elle ? La course au titre pourrait être très intéressante en Italie la saison prochaine, avec un certain nombre de prétendants à la première place de la Serie A. L'AC Milan pense s'être suffisamment renforcé pour défendre son titre, tandis que Napoli et la Roma devraient revenir plus solides. Ces deux derniers viseront probablement davantage une place en Ligue des champions qu'un titre. Le plus grand concurrent semble être la Juventus, qui construit tranquillement une équipe qui semble redoutable. L'arrivée en janvier de Dusan Vlahovic a été très intéressante, mais les récentes acquisitions gratuites d'Angel Di Maria et de Paul Pogba ne font qu'ajouter de la qualité. Sur le plan défensif, l'équipe est toujours à la recherche d'un nouveau défenseur pour remplacer Giorgio Chiellini, déjà parti, et Matthijs de Ligt qui semble de plus en plus proche de la sortie. ®Oxyred - Internazionale.fr via SempreInter
  5. Investcorp et Ares Capital sont de retour. Selon ce que révèle Calcio&Finanza et La Repubblica, les deux fonds d’investissements dont les sièges sont respectivement au Bahreïn et aux Etats-Unis, misent à nouveau sur la Serie A depuis avoir visé le Milan. Dans la ligne de mire des deux sociétés, on retrouverait l’Inter du Suning grâce à la valeur de la Marque et ses projections de développements, stade inclus : L’hypothèse coïnciderait avec le voyage à New-York d’une délégation de l’Inter, en fin mai à l’occasion du Gala Della Serie A qui s’est déroulé au Metropolitan Museum. Le Chef de file de la délégation était nul autre qu'Alessandro Antonello, accompagné d’autres dirigeants tels que Luca Danovaro qui gère les recettes du Club et Barbara Biggi, La Directrice Global Marketing & Partnership, sans oublier un représentant de la Goldman Sachs. Comme le rapporte la Repubblica , durant cet évènement, un membre du groupe aurait répondu à une demande : "Qui ne s’offre pas le Milan, s’offrira l’Inter." Il pourrait bien sûr s’agir d’une simple parole en l’air. Mais il y a lieu également de considérer la réponse d’ Investcorp qui au lieu de démentir a répondu "No comment from us" soit "Pas de commentaire de notre part." Selon Wall Street, l’Italie est considérée comme un marché très attractif pour de très nombreux investisseurs internationaux, une destination appréciée pour faire fructifier ses propres recettes accumulées dans les Holdings, comme le prouve les nombreux propriétaires étrangers qui se sont installés en Serie A et Serie B. Ce n'est pas seulement l’Inter qui est en jeu. De nombreux autres clubs, en passant de la Sampdoria à la Fiorentina esans oublier Naples, sont suivis de près. Vrai ou faux ? Marco Bellinazzo s’est livré à Radio 24 dans le cadre de l’émission "Tutti Convocati": "A mon niveau, je ne suis pas surpris car les fonds américains ont levé environ vingt milliards ces dernières années pour investir dans le sport business et beaucoup d'entre eux se sont déjà placés, et parmi eux, beaucoup dans le football européen. Le marché américain s'intéresse beaucoup au Calcio, il suffit de penser à la Sampdoria. Nous sommes au stade où l'expansion américaine est plus forte face au recul chinois. Mais je dirais que l’Inter est déjà avec Oaktree et qu’elle n’a pas besoin d'un autre fonds". Selon Carlo Festa, célèbre journaliste du Sole 24 Ore s'est livré sur Twitter : "Des cercles proches d'Investcorp me disent qu'ils ne regardent pas l'Inter". Et pour Giovanni Capuano : "Je crois qu'il est crédible que dans le monde de la Finance un tel raisonnement ait lieu, mais il faut rappeler que les Zhang ont clairement déclaré à aux différents journalistes et aux employés qu'ils n'ont aucune intention de mettre fin à leur histoire avec l'Inter: Aujourd'hui, par rapport à il y a un an, la situation est différente." "Entre les opérations qui ont permis de récupérer des liquidités sur le marché et celle avec Oaktree, qui a permis de dispose de fonds, dont seule une petite partie a été utilisée, il n’y a pas ce besoin immédiat, dans l'année et demie à venir de changer de propriété. Et c'est exactement ce que voulait la Famille Zhang: Gagner du temps pour continuer ou négocier les meilleures conditions de sortie possibles". Lorsque l’on sait que par le passé Suning voulait en premier lieu le Milan avant l’Inter, vers un Bis-Repetita ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport : Le Paris-Saint-Germain n’est plus la seule équipe en piste pour s’attacher les services de Milan Skriniar. En effet, le double champion d’Europe, Chelsea, s’est formellement intéressé à lui auprès de l’Inter Analyse de l'article de la Rosea Trahi par un ancien de la Maison le PSG ? Les Blues ont sondé l'Inter sur Skriniar hier, en profitant des contacts en cours, relatif aux tout derniers détails permettant à Lukaku de retourner dans la cité milanaise. "Le fait est que l'Inter souhaite encaisser de la vente d'un de ses joueurs vedettes autant que possible, comme le démontre la quatrième offre présentée par le Paris-Saint-Germain qui a été refusé : Les intermédiaires du club français présent en Italie depuis une semaine, avaient proposé dimanche, 60 millions d’euros plus Julian Draxler." Une offre refusée sèchement par Giuseppe Marotta et Piero Ausilio qui ne veulent que du cash, car "une partie du produit de la vente servira ensuite à trouver le remplaçant de Milan pour compléter le trident défensif d'Inzaghi". En effet, avec le départ en fin de contrat d’Andrea Ranocchia, il manque déjà un défenseur en termes de disponibilité." Avec le départ de Skriniar, deux renforts sont prévus dont Gleison Bremer, qui reste la cible principale, lui avec qui un accord a déjà été trouvé, mais où des discussions sont en cours avec un Torino qui demande 50 millions d’euros. Les autres noms sur la table sont Nikola Milenkovic de la Fiorentina et Soyuncu de Leicester : tous deux ont la particularité de présenter un contrat expirant au 30 juin 2023 et tous les deux sont partant à l’idée de rejoindre l’Inter ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Ces derniers jours, Gianluca Di Marzio s’est livré sur l’actualité importante entourant l’Inter. Voici un récapitulatif de la situation L’Inter veut 2 défenseurs "L'Inter veut Milenkovic, le défenseur de la Fiorentina, il y a eu des contacts ces derniers jours. L'Inter cherche à prendre deux défenseurs : un pour palier le départ de Ranocchia parti en fin de contrat un autre pour compenser le départ d'une grosse pointure défensive, nous verrons si ce sera de Vrij, Skriniar ou Bastoni qui a pourtant dit vouloir rester. Attention toutefois car la valeur de Milenkovic augmente beaucoup" Une attaque qui envoie du petit bois "Lukaku et Dybala sont deux opérations distinctes, celle de Paulo est beaucoup plus avancée, celle de Big Rom est plus compliquée. L'Inter aujourd'hui n'a toujours ni l'un ni l'autre. Lautaro ne veut pas quitter l'Inter, il veut y rester. Si Lukaku ou Dybala arrivent, et cela s’annonce pour moi difficile de signer les deux, quelqu'un devra forcément partir devant." Des joueurs déjà réservés "L'Inter a également bloqué Bremer, Asllani, Bellanova, en attendant de boucler certaines ventes pour les financer. L'arrivée éventuelle du défenseur serbe de la Fiorentina ne dépend pas non plus de la négociation pour Bremer. Kristjan Asllani est réservé, il s’agit d’une opération de 15 millions au total entre la partie fixe et les bonus et il y a déjà un accord avec le joueur. Asllani, sauf surprise, deviendra le vice-Brozovic demandé par Simone Inzaghi pour renforcer l'effectif des Nerazzurri." Alessandro Bastoni "Il s’exprime avec beaucoup de Nerazzurro dans ses paroles. Nous savons qu'il est courtisé par Tottenham et Manchester United, mais pour l'instant, il n'y a pas d'offres officielles". Le saviez-vous ? "Romelu était parti pour gagner plus d'argent et essayer de gagner le Ballon d'Or, parce que dans sa tête il y avait ce genre d'objectif : Après un an il a décidé de revenir en réduisant son salaire parce qu'ici il se sentait comme un protagoniste aussi bien au niveau de l'environnement, qu'avec l'entraîneur. Je considère que c'est difficile parce que je me mets à la place de Chelsea : vous avez payé 115 millions d'euros et que faites-vous, vous le prêtez gratuitement ? C'est un peu difficile, mais dans le football tout peut arriver". ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Très mauvaise nouvelle pour le Paris-Saint-Germain qui souhaite s'offrir Milan Skriniar: Si les ventes de Denzel Dumfries et d'Andrea Pinamonti se concrétisent, l'objectif de réaliser 60 millions d'euros de ventes de joueurs sera déjà atteint! Conséquence directe: Vendre un Top Player ne sera absolument plus nécessaire Révélation de Sport Mediaset "Le premier attaquant de Monza en Serie A sera Andrea Pinamonti auteur de 13 buts sous le maillot d'Empoli lors de la saison qui vient de s'écouler. Le club de la Brianza a fermement entamé des contacts avec l'Inter pour l'attaquant né en 1999 et l'accord est déjà proche. Sur la table des négociations, une offre de 19 millions d'euros pour un transfert définitif a été posée, une offre destinée à surpasser la concurrence en Italie et en Europe." "Les prétendants pour Pinamonti ne manquent pas, à commencer par la Fiorentina, mais la stratégie du club Biancorossa est celle d'un accord éclair avec l'Inter, avec 19 millions d'euros mis sur la table immédiatement, sans attendre les mois d'été." "Un jeune talent mais avec un rendement sûr auquel Galliani voudrait ensuite ajouter des joueurs de qualité comme Sensi au milieu de terrain, Romagnoli en défense dont le contrat expire avec le Milan, et El Shaarawy en attaque. Des suggestions pour le moment, mais qui, en peu de temps, pourraient se transformer en quelque chose de bien plus concret" ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Grâce à sa victoire 4-2 sur la Juventus au Stadio Olimpico de Rome, l'Inter a remporté la Coppa Italia pour la huitième fois de son histoire. Les Nerazzurri ont atteint la finale de la compétition à 14 reprises et ce triomphe porte à 42 le nombre de trophées remportés par le club depuis sa fondation en 1908. Seules la Juventus (14) et la Roma (9) ont remporté la Coppa Italia plus souvent que l'Inter, la Lazio (7) occupant la quatrième place du classement. Après avoir perdu contre la Juventus en finale de la Coppa Italia en 1959 et 1965, l'Inter a maintenant battu les Bianconeri dans deux finales consécutives, après la Super Coupe d'Italie en janvier à San Siro, avec une prolongation nécessaire pour déterminer le vainqueur. Le dernier triomphe de l'Inter en Coupe d'Italie remonte à 2011, lorsque l'équipe de Leonardo avait battu Palermo 3-1 grâce à deux buts de Samuel Eto'o et un autre de Diego Milito. Un certain Andrea Ranocchia était dans le onze de départ ce jour-là, tandis que le défenseur était également dans le groupe à l'Olimpico où il a célébré son deuxième succès en Coppa Italia, 11 ans après son premier. Les finales de l'Inter en Coppa Italia 1939 | Ambrosiana Inter 2-1 Novara 1959 | Inter 1-4 Juventus 1965 | Juventus 1-0 Inter 1977 | Milan 2-0 Inter 1978 | Inter 2-1 Naples 1982 | Inter 2-1 Torino, en aller-retour 2000 | Lazio 2-1 Inter, en aller-retour 2005 | Roma 0-3 Inter, en deux manches 2006 | Roma 2-4 Inter, en deux manches 2007 | Roma 7-4 Inter, en deux manches 2008 | Roma 2-1 Inter 2010 | Inter 1-0 Roma 2011 | Inter 3-1 Palerme 2022 | Juventus 2-4 Inter Palmarès de l'Inter 19 Scudetti 8 Coupes d’Italie 3 Ligues des Champions 2 Coupes Intercontinentales 1 Coupe du Monde des Clubs 3 Coupes de l'UEFA 6 Super Coupes d'Italie Statistiques de la finale à Rome L'Inter est la première équipe à avoir marqué deux fois en prolongation lors d'une finale de Coppa Italia depuis Vicenza, qui avait réussi à le faire contre Napoli en 1997. L'Inter est le premier club à avoir transformé deux penaltys dans une finale de Coppa Italia (hors séances de tirs au but) depuis la Sampdoria contre Ancona en 1994. Les Nerazzurri ont joué les prolongations dans une finale de Coppa Italia pour la première fois dans l'histoire du club, tandis que les Bianconeri ont connu leur quatrième prolongation au cours de leurs sept dernières finales de coupe. L'Inter est devenu la troisième équipe à battre la Juventus trois fois en une seule saison, toutes compétitions confondues, après la Fiorentina en 1940/41 et la Lazio en 1942/43. Ivan Perisic est le quatrième joueur de l'Inter à avoir inscrit un doublé en finale de la Coppa Italia, après Adriano (2005 contre la Roma), Hernan Crespo (2007 contre la Roma) et Samuel Eto'o (2011 contre Palermo). Le but de Nicolo Barella six minutes après le début du match est le but le plus rapide dans une finale de Coppa Italia depuis le but de Stefan Radu pour la Lazio contre la Juventus le 20 mai 2015 à la 4ème minute. Barella est le premier Italien à marquer pour l'Inter dans une finale de Coppa Italia depuis Alessandro Altobelli qui avait marqué lors du match retour de la finale 1981/82 contre le Torino. Barella a inscrit le deuxième but de l'Inter dans les six premières minutes d'une finale de Coppa Italia, imitant ainsi les exploits d'Esteban Cambiasso contre la Roma, 16 ans plus tôt, le 11 mai 2006. La frappe de Barella était le premier but en dehors de la surface dans une finale de Coppa Italia depuis Douglas Costa et son but contre l'AC Milan en 2018. Hakan Calhanoglu est le premier joueur à transformer un penalty dans une finale de Coppa Italia depuis Edinson Cavani contre la Juventus en 2012. ®Internazionale.fr via inter.it - Traduction Oxyred
  10. Le journaliste italien Fabrizio Biasin estime que Marcelo Brozovic est le joueur essentiel à la lutte pour le Scudetto. Dans sa chronique publiée aujourd'hui dans le Libero, le journaliste a souligné la façon dont le Croate a remis l'équipe sur les rails dans sa course au Scudetto. L'Inter a connu un sérieux coup d'arrêt en février et mars, et une grande partie de cette chute s'est produite lors des matches où Brozovic était absent. Le joueur de 29 ans a manqué la défaite 2-0 contre Sassuolo en raison d'une blessure, il a aussi été blessé lors des matches contre le Torino et la Fiorentina, qui se sont tous deux soldés par des nuls. Maintenant que Brozovic est de retour dans l'équipe depuis le retour de la pause internationale, les Nerazzurri n'ont pas perdu un seul point, et pour Biasin, ce n'est pas un hasard. "C'est banal à dire mais aussi vrai, qu'au-delà des bavardages, l'Inter avait simplement besoin de récupérer son meilleur joueur, Marcelo Brozovic, qui s'est blessé lors du match contre Liverpool et qui est revenu à son meilleur niveau au moment le plus important de la saison. "Avec lui sur le terrain, l'Inter s'améliore dans la course, la sécurité, la capacité à rester dans la moitié de terrain adverse, tout", poursuit-il. Et si avant, il était seulement "bon pour faire avancer l'équipe, maintenant il est aussi devenu un distributeur de passes décisives et de buts", souligne-t-il. ©Internazionale.fr, via sempreinter.com - Traduction Oxyred
  11. En effet, Stefan De Vrij ne sera pas disponible, ce samedi, à l’occasion de la réception de la Fiorentina au Stade Giuseppe Meazza Confirmation du Corriere Dello Sport “Si en novembre dernier, le hollandais s’était blessé durant la trêve internationale, cette fois-ci, il a anticipé cette dernière : Hier, le défenseur, qui avait déjà manqué Inter-Fiorentina la saison dernière suite à une suspension, a travaillé dans le gymnase. Il va déserter l’équipe nationale en vue d'être de retour pour la rencontre face à la Juventus programmée le 3 avril." "La rencontre face au Torino de dimanche dernier, a d’ailleurs été la première de la saison où l’Inter, en son absence, n’est pas parvenu à l’emporter : Lors des 6 précédents, tout s’était toujours bien déroulé pour l’équipe d’Inzaghi." Selon vous, le fait de ne pas partir en stage international pourra-t’ il permettre à notre Stefan de se retrouver et de se recentrer ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. Ces dernières heures, Arturo Vidal est parvenu à se mettre dans le collimateur du club, un comportement provocateur gratuit, qui tombe au plus mauvais moment Retour sur ses déclarations Arturo s’était livré à TNT sur un retour à Flamengo :" Cela me plairait énormément, j’y tiens beaucoup, un maillot m’avait été offert par le Président et cela m’a touché en plein cœur, je rêve d’y jouer, je ne vais pas le nier, lorsque cela sera possible, j’irais. J’espère que cela pourra se faire au plus vite, si l’entraîneur et la Direction me veulent, il y aura un rapprochement et je ferai tout mon possible pour que cela se concrétise." "Mon aventure européenne peut se refermer, je ne sais pas si c’est le moment, mais si cela vient à arriver, mon objectif est clair : Tout gagner avec Flamengo, me battre pour la Libertadores qui est un rêve comme la Ligue des Champions eu Europe. Si je vais là-bas, c’est pour continuer à me battre et à rester un joueur important." Mais le manque de respect de n’arrête pas là Sanchez ? "Je le vois en condition, heureux, il a évidemment connu ses propres périodes, il lui est arrivé la même chose qu’à moi : Un joueur avec un tel talent se doit de joueur, c’est difficile de le voir sur le bac avec tout ce qu’il a déjà réalisé et avec ce qu’il fait lorsqu’il monte sur en cours de jeu. Mais ce sont des décisions où je ne m’implique pas." La crête blonde ? "Je l’ai fait car j’avais envie de changer, pour voir si l’entraineur allait mieux me voir avec ces cheveux vu que je ne joue pas énormément de matchs : J’ai envie de changer un peu les choses, l’important c’est que tout te monde a pu voir ma prestation face à Liverpool." Le Scudetto ? "Ce sera difficile car toute les équipes se battent pour conquérir point après point, ce sera important à présent de ne plus perdre de point . Le Milan est une équipe qui a perdu des chances de s’échapper comme nous, nous avions perdu des points auparavant . Nous ne pouvons plus faire d’erreur, celui qui en fera le moins remportera le Scudetto." Révélation de Sky Sport Déclarer ouvertement vouloir tout gagner avec Flamengo et justifier sa nouvelle coloration passe très mal du côté du Milan Nerazzurro : "Le Club Nerazzurro aurait décidé de sanctionner financièrement Vidal, le milieu de terrain en fin de contrat au 30 juin prochain dispose d’une clause de prolongation , mais il pourrait quitter l’Inter en échange d’une prime de départ : Une hypothèse plus que jamais concrète." "Vidal n’a pas participé à la séance d’entrainement de ce mardi, dans le cadre de la préparation du match face à la Fiorentina, programmé à 18h au Giuseppe Meazza à cause d’une légère grippe." Réaction de Fabrizio Biasin Sur le canal Twitch de Calciomercato.it, Fabrizio Biasin s’est livré sur la sortie d’Arturo Vidal : "Il s’est lamenté sur les réseaux sociaux hier, mais je ne crois pas qu’il ait le droit de le faire : Il a eu ses propres occasions, c’est lui qui se doit de faire plus : L’entraîneur fait l’entraîneur, les joueurs doivent savoir se faire trouver prêt lorsque cela s’avère utile. Ce problème est pour eux, il ne faut pas me prendre la tête avec les choix d’Inzaghi, il faut se prendre la tête avec ces joueurs qui ne savent pas répondre présent." "Correa a bien commencé, ensuite il a été blessé : Lui, lors des minutes où il est sur le terrain, il tente au moins de me prouver quelque chose. Vidal dernièrement aussi, Gagliardini s’est un peu fait voir, il mériterait aussi un peu plus de temps de jeu." Une grippe, vous y croyez ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. Le capitaine de l'Inter, Samir Handanovic, estime que son équipe est loin d'être hors de la course au Scudetto, malgré les trébuchements et les points perdus contre le Torino. S'adressant au diffuseur italien DAZN après le match nul 1-1 sur le terrain du Toro, le Slovène a souligné que ce match avait toujours semblé délicat mais que la course au titre restait plus ouverte que jamais. L'Inter espérait répondre aux victoires de l'AC Milan, de la Juventus et du Napoli en prenant trois points contre Torino, mais a dû se contenter d'un point après une égalisation dans les arrêts de jeu. Les Granata ont obtenu un bon résultat et se sont sentis lésés par l'égalisation tardive, mais les Nerazzurri ont également estimé qu'ils méritaient un bon résultat. Ce résultat est préjudiciable dans la course au Scudetto de l'Inter, et signifie que son destin n'est plus entre ses mains, même avec son match en main (contre Bologna, NDLR), mais toutes les équipes en tête semblent encore avoir une chance réaliste. "Nous savions que ce serait difficile, étant donné la façon dont le Torino joue", a déclaré Handanovic à propos du match, "et en fait, nous nous sommes aussi un peu adaptés, en recourant davantage aux longs ballons." Il a poursuivi : "Nous avons eu beaucoup d'occasions, pour finalement terminer avec un match nul. Nous voulions gagner." "Parfois, cela arrive", a-t-il dit à propos des points perdus, "vous n'êtes pas tout à fait là où vous voulez être émotionnellement. C'est normal d'avoir perdu quelque chose après avoir joué en Ligue des champions entre deux matchs, mais le Torino joue toujours comme ça." "Ce n'est facile pour personne de venir ici", a-t-il souligné. A la question de savoir s'il sera plus difficile de poursuivre l'AC Milan et Naples que d'être en tête, le capitaine a répondu : "Je ne sais pas, je sais juste que la course au titre sera ouverte jusqu'à la dernière journée." "Maintenant, nous avons une semaine pour bien préparer notre match contre la Fiorentina", a-t-il ajouté. "Nous sommes toujours performants, parfois nous sommes capables de marquer, parfois l'adversaire est bon. Il reste dix matchs à jouer, nous devons continuer comme ça." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  14. Le défenseur de l'Inter, Matteo Darmian, estime que l'équipe aurait dû aborder son match de Serie A avec plus d'élan qu'elle ne l'a fait. S'adressant à InterTV après le match nul 1-1 sur le terrain du Torino, le joueur de 32 ans a admis que les Nerazzurri n'avaient pas vraiment abordé le match avec le bon enthousiasme et le bon moral, et que cela a joué un rôle dans les points perdus. L'Inter a semblé hésiter dès le coup d'envoi face à une équipe du Torino bien organisée et physique pour déstabiliser les Nerazzurri et tenter d'imposer son style tactique. En fin de compte, l'Inter s'est assuré de ne pas rentrer à Milan les mains vides, en égalisant dans les derniers instants grâce à Alexis Sanchez. Cependant, la performance et le résultat sont bien loin de la prestation européenne qui a permis de battre Liverpool en Ligue des champions, la première défaite à domicile subie depuis plus d'un an par les Reds et une prestation encourageante contre l'une des élites européennes. "Nous savions que nous allions avoir un match difficile", a déclaré Darmian, "le Torino est une équipe physique et en première mi-temps, ils étaient un peu meilleurs que nous." "Ensuite, nous sommes revenus dans le match", a-t-il ajouté. "Nous avons eu plus de contrôle du terrain en seconde période et nous avons créé plusieurs occasions d'égaliser, peut-être aurions-nous pu gagner si nous avions marqué plus tôt." "Nous voulions prendre trois points au lieu d’un, mais nous devons regarder devant nous", a souligné le défenseur. S'adressant aux micros de DAZN, Matteo Darmian a souligné l'importance de tirer le maximum de l'énergie dont ils disposent. Il estime que l'équipe doit faire un gros effort pour passer les derniers matchs de la fin de saison. "Nous avons une opportunité importante", a-t-il déclaré, "nous devons récupérer pour mieux affronter notre prochain match contre la Fiorentina, qui sera très difficile." "Ensuite, avec la pause, nous pouvons récupérer un peu d'énergie, mais d'ici à la fin, nous devons gratter jusqu'au dernier morceau d'énergie mentale et physique. C'est une incitation à nous battre jusqu'au bout, nous avons la qualité." "En première mi-temps, ils étaient un peu meilleurs que nous", a-t-il reconnu à propos du match. "Nous avons souffert, nous n'avons pas été performants sur les seconds ballons et nous n'avons pas été lucides dans notre jeu". "En seconde période, nous sommes allés nous créer de nombreuses occasions, pour finalement en concrétiser une à la toute fin", a-t-il poursuivi. Le défenseur a suggéré que "si nous avions égalisé plus tôt, nous aurions pu ramener le match à la maison, mais nous savions que ce serait un match difficile. Le Torino jouent physique et presse d'homme à homme". Darmian a souligné que "Nous sommes définitivement concentrés sur ce que nous avons à faire. Nous avons laissé tomber des points en cours de route et maintenant nous devons en récupérer. Ce seront des matchs très importants et nous devons essayer de gagner." ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  15. Après avoir disputé une rencontre historique à Liverpool, l’Inter se présentait, déforcée, au Torino d’Ivan Juric : L’absence de Marcelo Brozovic n’annonçait rien de bon Et ce fut le cas, Matias Vecino fantomatique lors du match; ne sera jamais parvenu à remplacer le métronome croate dans un match qui aura vu le Toro marquer à la 12’ via Bremer via un concours de circonstance favorable sur le premier corner de l’équipe évoluant à domicile. L’Inter se montre réactive et, par deux reprises, voit Berisha, véritable homme du match, sauver les siens sur les têtes à bout portant, sur des coups-franc bottés par Hakan Çalhanoğlu, de Lautaro Martinez et Andrea Ranocchia. Dans ce match, Edin Dzeko est de loin le second maillon faible, laissé pourtant au repos en Ligue des Champions, plusieurs pertes de balles trouvent leur origine dans ses pieds. Le Cygne de Sarajevo ne parviendra également pas à cadrer un ballon repris de la tête l’une des rares fois où le portier turinois semblait battu. En seconde période, Alexis Sanchez, Robin Gosens, Joaquin Correa, Arturo Vidal et Federico Dimarco montent au jeu, et ce sont les deux derniers nommés qui se montreront les plus dangereux : la reprise d’Arturo Vidal sera repoussé par le portier turinois, tandis que Federico ratera l’immanquable lors de son face à face. Alors que l’Inter semblait se dirigeait vers une nouvelle défaite cuisante, à la 93’, Alexis Sanchez parvient enfin à faire trembler les filets malgré une parade de Berisha. Si l’Inter a perdu des plumes, elle peut remercier également l’équipe arbitrale située dans la Var qui, miraculeusement, n’a pas octroyé de penalty à Andrea Belotti sur une faute évidente d’Andrea Ranocchia. Notre Beneamata se retrouve toujours avec un match de retard, mais elle est à 4 points du Milan et voit la Juventus revenir en force à 3 points. S’imposer à Bologne et dans l’ensemble des autres matchs s’avèrera à présent fondamental. Eliminée de toute compétitions européennes, l’Inter est à présent sur le même pied d’égalité que ses adversaires et ne disputera plus qu’un match par semaine. Le calendrier s’annonce spectaculaire avec la réception ce 19 mars à 18h00 de la Fiorentina, avant le Derby d’Italie turinois le 3 avril. Le Scudetto passera, quoiqu’il arrive, par une performance au Stadium de Turin. Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Torino 1-1 Inter Buteur(s): 12' Bremer (T), 93' Sanchez (I) Torino: 1 Berisha; 26 Djidji (51' 5 Izzo), 3 Bremer, 99 Buongiorno (76' 15 Ansaldi); 17 Singo (76' 13 Rodriguez) 10 Lukic (82' 28 Ricci), 38 Mandragora, 27 Vojvoda; 4 Pobega, 14 Brekalo; 9 Belotti (82' 19 Sanabria) Banc: 31 Milan, 89 Gemello, 11 Pjaca, 70 Warming, 77 Linetty T1: Ivan Juric Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 13 Ranocchia, 95 Bastoni (46' 32 Dimarco); 36 Darmian, 23 Barella, 8 Vecino (67' 22 Vidal), 20 Çalhanoğlu, (76' 19 Correa), 14 Perisic (46' 18 Gosens); 9 Dzeko, 10 Lautaro Martinez (67' 7 Sanchez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 2 Dumfries, 5 Gagliardini, 11 Kolarov, 33 D'Ambrosio, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Arbitre: Guida VAR: Massa Avert(i)s: Juric (T), Bastoni (I), Ranocchia (I), Izzo (T), Dimarco (I), Gosens (I), Barella (I) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. Tout ce dont vous devez savoir avant le match de dimanche soir. Milan - Les Nerazzurri feront face au Torino ce dimanche à 20:45, dans le cadre de la 29ème journée de Série A. Leur dernière rencontre était le 22 Décembre, un match qui a clôturé l'année 2021 de l'Inter par une victoire, grâce à un but décisif de Denzel Dumfries à la 30ème minute de jeu à Giuseppe Meazza. Rencontres précédentes Il y a eu 155 matchs entre les deux équipes. L'Inter mène au nombre de victoire, avec 70 matchs remportés. Le Torino compte quant à lui 36 victoires. Il y a également eu 49 matchs nuls. Seule la Juventus, avec 74, a plus de victoires contre le Toro en Série A. Plus récemment, l'Inter a remporté les 5 dernières confrontations, ainsi que 12 des 17 derniers matchs à l'extérieur, perdant seulement 2 fois et concédant le nul 3 fois. Formes L'Inter arrive à Turin avec une victoire 5-0 contre Salernitana à leur actif. Ils comptent 58 points après 27 journées. Sur leur route, les Nerazzurri ont glané 3 points lors de leurs 3 derniers déplacements, faisant matchs nuls contre l'Atalanta, le Napoli et le Genoa. L'équipe de Simone Inzaghi a concédé seulement 2 buts lors de leurs 8 derniers matchs à l'extérieur en Série A. En fait, depuis début Octobre, aucune équipe dans les 5 championnats majeurs a encaissé moins de buts (6) et obtenu plus de clean sheets (6) hors de leurs stade que l'Inter. Le Torino, pendant ce temps, reste sur un match nul et vierge contre Bologne. Les hommes d'Ivan Juric n'ont pas connu la victoire lors de leurs 6 derniers matchs, avec 3 nuls et 3 défaites. La dernière fois qu'is ont connu une si longue série sans victoire, c'était en Décembre 2020, sous Marco Giampaolo : 8 matchs sans victoire. Leurs résultats contre les meilleures équipes ne sont pas plus réjouissants, ayant perdu 1-0 chacun des trois matchs qu'ils ont joués contre une équipe du top 2 cette année. Note plus positive, le Toro a trouvé le chemin des filets lors de leurs 10 derniers matchs de Série A à domicile, marquant 20 buts au total, soit environ 2 par match. Ils n'ont pas dépassé ce chiffre en une saison depuis Décembre 2018. Statistiques générales Le Torino a la plus grande différence (+14) entre les points obtenus à domicile (24) et à l'extérieur (10) en Série A cette année. La rencontre oppose l'équipe avec le record de point obtenus après avoir été menée, contre l'équipe avec le pire score. L'Inter est allé chercher 17 points depuis une position perdante, alors que le Torino n'en a pris que 4. En revanche, en ce qui concerne la défense, seul Naples (8) a encaissé moins de buts que le Torino (10) avant le coup de sifflet de la mi-temps, tandis que l'Inter (9) a le meilleur bilan défensif de la Serie A en deuxième mi-temps. Focus sur les joueurs Lautaro Martínez a été directement impliqué dans cinq buts lors des cinq derniers matches contre le Torino en championnat, avec quatre buts pour lui et une passe décisive. Il n'y a que contre Cagliari qu'il a un meilleur bilan en première division Italienne, avec sept contributions. Si l'attaquant argentin venait à marquer, il deviendrait le cinquième joueur de l'Inter (depuis le début de la victoire à 3 points) à faire trembler les filets lors de trois matchs consécutifs à l'extérieur contre un même adversaire. Il a marqué en déplacement contre le Toro du 23 novembre 2019 au 14 mars 2021. Les seuls autres joueurs à avoir réalisé cette prouesse depuis sont Christian Vieri (contre Pérouse), Álvaro Recoba (contre Empoli et contre la Reggina), Ivan Perišić (contre la Fiorentina) et Mauro Icardi (contre Cagliari). Pour Edin Džeko, en revanche, la rencontre a été moins fructueuse. De toutes les équipes qu'il a affrontées au moins 10 fois, le Torino est l'un des trois adversaires, avec la Lazio et la Juventus, où il a été impliqué dans le moins de buts (4 au total, avec 3 buts et 1 passe décisive). Nicolò Barella a le plus grand nombre de passes décisives dans le jeu (9) dans les cinq grands championnats européens cette année. Florian Wirtz, Sergej Milinkovic-Savic et Paul Pogba sont juste derrière lui, avec 8. Il pourrait devenir le premier joueur de l'Inter à atteindre les 10 passes décisives en championnat avant la 30e journée depuis 2004/05. Dans le même idée, Hakan Çalhanoğlu est le joueur qui a délivré le plus grand nombre de passes décisives sur coups de pied arrêtés, soit 6 depuis le début de la saison. Si l'on compare avec les autres gardiens de but ayant au moins 25 apparitions en Série A cette saison, Samir Handanović a le meilleur pourcentage d'arrêts, de 77 %. Vanja Milinkovic-Savic est deuxième avec 62%, et Lorenzo Montipò, qui suit de près, avec 61%. Milan Škriniar fera sa 200e apparition en Série A depuis ses débuts en championnat le 24 avril 2016 contre la Sampdoria. En défense, seul Francesco Acerbi a disputé plus de matchs de première division (205). C'est lors de la rencontre à l'aller, en Décembre, que Denzel Dumfries a inscrit son dernier but en championnat. De tous les défenseurs des cinq grands championnats européens, c'est celui qui a touché le plus de ballon dans la surface de réparation adverse (92). Le Torino est la seule équipe contre laquelle Federico Dimarco a marqué plus d'un but en Série A, les deux ayant été inscrits en 2021 pour Vérone sous la direction d'Ivan Juric (le 6 janvier et le 9 mai). Alexis Sánchez a obtenu son plus grand nombre de passes décisives contre une équipe dans cette confrontation, avec 5 en 6 rencontres. Le Chilien a également marqué lors de la rencontre du 22 novembre 2020. C'est contre le Toro que Stefan De Vrij a inscrit son tout premier but avec l'Inter, en Août 2018. Danilo D'Ambrosio, quant à lui, affrontera son ancienne équipe, avec laquelle il a fait 42 apparitions et marqué 4 buts en championnat lors des saisons 2012/13 et 2013/14. Matteo Darmian est également passé de l'autre côté du terrain, puisqu'il a disputé 100 matchs de championnat pour le Toro entre 2012 et 2015, marquant 2 buts. DÉTAILS DISCIPLINAIRES Suspendu : Torino : N/A Inter : N/A À un avertissement d'une suspension : Torino : Aina, Buongiorno, Djidji, Pobega Inter : Lautaro Martínez, Vidal ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter.it
  17. Alors que l'Atalanta est devenue le huitième club de Serie A à passer sous pavillon américain, le football italien continue d'attirer de nombreux propriétaires venant des États-Unis et du Canada. Focus sur les raisons de ce phénomène grandissant en Italie. Des grands aux petits marchés... Avec une quinzaine d'équipes italiennes acquises, les États-Unis sont le deuxième pays le plus représenté dans le paysage footballistique transalpin. Cet essor se diversifie à des équipes de gabarits différents : de grands clubs de Serie A habitués à jouer l'Europe comme l'AC Milan, l'AS Rome, l'Atalanta, la Fiorentina, à de plus petites structures telles que le Genoa, la Spezia et le promu Venise, auquel peut s'ajouter Bologne, racheté et dirigé par l'homme d'affaires canadien Joey Saputo depuis 2014. Les divisions inférieures sont également concernées par ce phénomène avec quatre clubs sous pavillon américain en Serie B (Pise, Ascoli, Parme et la Spal), et deux autres en Serie C (Campobasso et Cesena). Interrogé par L'Équipe, Matt Rizzetta, propriétaire italo-américain des clubs de Campobasso et Ascoli, explique pourquoi les investisseurs américains s'intéressent également aux divisions inférieures : "Je pense que de nombreux propriétaires étrangers voient le rapport risque/récompense optimal dans les clubs de division inférieure. Les coûts d'acquisition sont relativement faibles par rapport aux premières divisions et le gain potentiel est énorme Pour de nombreux investisseurs, il est préférable d'acquérir un club de niveau inférieur à un prix peu élevé et parier sur eux-mêmes pour mettre en œuvre une stratégie qui fera monter le club sur un horizon de 3 à 5 ans." Une arrivée massive qui s'explique en premier lieu par le lien historique entre les deux pays, avec notamment les vagues migratoires italiennes successives vers les États-Unis depuis la fin du XIXe siècle. Plus de 16 millions d'Américains sont originaires de la Botte d'après l'US Census Bureau, organisme officiel de recensement. Ils sont ainsi plusieurs propriétaires américains à avoir des origines italiennes à l'image de Stephen Pagliuca (Atalanta), Rocco Commisso (Fiorentina) ou encore Joe Tacopina (Spal). Lui-même d'origine italienne, Matt Rizzetta confirme que ces liens ont pu jouer jouer un rôle sur l'attractivité du Calcio : "Le football italien a toujours été une passion pour moi et a été un élément important de mon enfance avec mes grands-parents, tous deux immigrés italiens. Lorsque j'ai créé mon entreprise, l'un des objectifs que je souhaitais atteindre était d'investir dans un club de football italien." Les travaux du football italien Le sacre de la Nazionale lors du dernier Euro ne doit pas masquer les multiples maux dont souffre le football italien depuis plusieurs années : stades vétustes, audiences en baisse de 20 à 30%, clubs criblés de dettes ou contraints de disparaître définitivement comme le Chievo Vérone, etc. Et la pandémie du Covid-19 n'a fait qu'accentuer le problème avec des pertes estimée 700 millions d'euros selon La Repubblica entre la baisse des droits télé, les sponsors perdus et l'absence de public dans les stades. "Dans un tourbillon de perte de compétitivité, la Serie A traverse la phase la plus difficile de son histoire récente. Dans un tourbillon de perte de compétitivité, et alors que le niveau de la concurrence monte en Europe, le Calcio traverse la phase la plus difficile de son histoire récente", affirme Marco Bellinazzo, journaliste du quotidien économique Il Sore 24 Ore. Une attractivité intacte, un potentiel économique Mais alors pourquoi autant d'investisseurs américains partent-ils à l'assaut du Calcio s'il est en crise financière ? "L'Italie est une destination attrayante et le football ouvre la porte à d'autres opportunités d'affaires, étaye Matt Rizzetta. C'est un canal de réseautage incroyable et une source d'opportunités d'investissement dans d'autres domaines liés à la culture italienne à travers le monde. Nous avons investi dans plusieurs autres activités dans les médias, le divertissement et le tourisme, chacune de ces transactions est reliée à notre activité dans le football." Tourisme, mode, luxe, gastronomie, art, etc. : l'Italie a de quoi attirer l'entertainment américain. Reste que le championnat italien n'est pas la MLS, et que les tifosi restent attachés à leur culture. "Si cela est fait correctement, les propriétaires américains peuvent apporter une nouvelle perspective et un nouveau style de gestion au football italien, veut croire Matt Rizzetta. Le risque est qu'ils le fassent au détriment des traditions et coutumes locales qui rendent ces clubs si uniques et particuliers. C'est là qu'ils doivent apprendre des propriétaires italiens. Les plus intelligents sont ceux qui apportent une approche fraîche et disciplinée, mais qui le font en honorant l'histoire de ces clubs qui font partie du patrimoine italien depuis des générations." Néanmoins, l'arrivée massive des Américains en Italie pourrait bien entraîner un effet domino positif. Réputés pour leur gestion rigoureuse et leur capacité à générer des revenus sur le marché international, les investisseurs américains sont habitués au sport business. "Les nouvelles propriétés nord-américaines peuvent favoriser la refondation de l'industrie italienne du football, introduisant des ressources et des énergies que la Péninsule n'est plus en mesure d'exprimer, même dans les ligues mineures", poursuit Marco Bellinazzo. Pour Bellinazzo, l'espoir reste de rigueur, notamment en ce qui concerne la construction de nouveaux stades dans un Championnat où seuls la Juve, l'Atalanta, l'Udinese et Sassuolo sont propriétaires de leur enceinte : "Le modèle économique américain laisse présager des marges de croissance élevées, notamment pour les stades. Dans les prochaines années, une quinzaine de stades pourraient être construits ou rénovés, avec des investissements immobiliers aux alentours, pour plus de 5 milliards d'euros, surtout si l'Italie doit accueillir l'Euro 2032. Et la concurrence des grands acteurs mondiaux du streaming entraînera une augmentation significative des revenus de la télévision au cours des prochaines années." Des outils nécessaires pour le rayonnement de la Serie A à travers le monde. Source, l'Equipe "Pourquoi les Américains investissent autant en Serie A ?" par Valentin Feuillette.
  18. Si les deux équipes sur le terrain ont proposé un match terne, l’affiche alléchante a séduit de très nombreux téléspectateurs! Révélation de Calcio&Finanza "Plus de 56.000 spectateurs se sont rendus au Stade Giuseppe Meazza, soit le maximum actuellement disponible avec une capacité de 75%, alors que les autres supporters se sont rassemblés devant l'écran de télévision, faisant de Milan-Inter le match le plus regardé de la saison en clair: Le match, diffusé sur Canale 5, avec un coup d'envoi fixé à 21h00, a enregistré un pic de 6.028.000 téléspectateurs devant le petit écran, soit une part d’audience de 23,9%. Celle-ci dépasse nettement les 5.027.000 téléspectateurs (avec une part de 20,2%) enregistrés par le match qui était alors le plus regardé de la compétition : Soit le quart de finale opposant la Juventus à Sassuolo." "Même la Ligue des Champions n'a pas réussi à faire mieux cette année, du moins jusqu'à présent. Le match Villarreal-Juventus, valable pour le match aller des huitièmes de finale de la compétition reste le match le plus suivi cette saison avec 5.336.000 téléspectateurs avec une part de 21,2%." "Le Derby à la télévision fonctionne et il est probable que le match retour, qui attribuera la qualification pour la finale du tournoi, sera suivi par un nombre encore plus important de tifosi. Ce soir, ce sera au tour de la Fiorentina et de la Juventus de s'affronter. Une rencontre qui promet de faire des étincelles suite au transfert de Dusan Vlahovic entre les deux équipes." Un transfert qui n’est toujours pas digéré par les Tifosi de Florence... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. On peut appeler cela un faux-départ, mais la reprise de la nouvelle année solaire en Italie coïncide toujours avec la reprise de la Serie A. Et lorsque celle-ci débute, l'Inter, peu importe son entraîneur, est toujours confrontée à de sérieuses difficultés. Si cela s’est déjà passé personnellement pour Simone Inzaghi, l’Histoire récente de l’Inter nous confirme que l’Hiver est rude lors de la première saison de chacun de ses entraîneurs : Qu’il s’agisse du Champion d’Europe Roberto Mancini, de Luciano Spalletti, voire même d’Antonio Conte lors de la première saison de son mandat! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter d’aujourd’hui n’a remporté que 2 points lors de ses 4 dernières rencontres tout en compromettant sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions suite à sa défaite 2-0 à domicile face à Liverpool. Il y a un an pourtant, lors de cette même période, l’Inter réalisé une série de quatre victoires sur quatre en s’offrant la Fiorentina, la Lazio, le Milan et le Genoa. C’est d’ailleurs-là qu’a débuté l’envolée Scudetto de Conte." "Mais lors de sa première saison sur le banc interiste, Antonio Conte avait été confronté à une série noire de trois match nul face à l’Atalanta, Lecce, et Cagliari pour parvenir à des défaites face à la Lazio et Juventus, entre les deux, l’Inter ne l’avait emporté que face à l’Udinese et le Milan : soit deux victoires en sept matchs. Par la suite, ce fut le Lockdown." "Cette situation fut aussi connue avant 2020 : Avec Luciano Spalletti, lors de la saison 2017/2018, il y avait eu six match nuls, deux défaites et seulement deux victoires entre le 9 décembre et le 3 février." "Avec Roberto Mancini, en 2015-2016, ce fut également un sérieux coup d’arrêt après Noel : 1ere au classement avec une victoire face à Empoli le 6 janvier, l’équipe a enchaîné 4 rencontres sans victoires, pour deux victoires en neuf matchs avec, comme conséquence, une chute à la 5ème place." "L’année dernière, cette malédiction semblait être devenue du passé, mais maintenant, l’angoisse de l’instant est à effacer au plus tôt : Au plus vite l’Inter se remettra sur pied, au mieux ce sera, car il y a le fantôme de la crise qui est à effacer." Même lors de l’Inter du Triplé, l’Inter avait perdu énormément de plumes lors de la période hivernale: Selon vous, s’agit-il d’un blocage psychologique, ou alors d’une mauvaise gestion des entraîneurs ? Car si les effectifs changent, la crise hivernale semble vouloir perdurer dans le temps… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. France Télévisions - L'Atalanta Bergame a annoncé, samedi 19 février, que le capital du club passait majoritairement entre les mains d'un groupe d'investisseurs mené par l'Américain Stephen Pagliuca, co-proprétaire de l'équipe de NBA des Boston Celtics et co-président du fonds américain Bain Capital. La famille Percassi, propriétaire actuel du club italien de football, va conserver 45% des parts et Antonio Percassi et Luca Percassi resteront président et administrateur délégué, a précisé la "Dea" dans un communiqué en italien. Stephen Pagliuca, à la tête du groupe d'investisseurs qui va acquérir 55% du club, va être pour sa part nommé co-président. Huit clubs italiens aux mains d'investisseurs nord-américains Cette arrivée s'inscrit dans un mouvement de fonds d'investissement nord-américains dans le football italien, considéré comme un secteur en retard en matière de niveau de droits TV et de développement des stades selon les experts. Près de la moitié des vingt clubs de la Serie A battent désormais pavillon nord-américain avec, outre l'Atalanta, la Roma, l'AC Milan, la Fiorentina, Venise, La Spezia et le Genoa, racheté cet automne par le fonds 777 Partners. Bologne appartient de son côté à un propriétaire canadien. L'Atalanta Bergame, longtemps considéré comme un club de second plan, s'est particulièrement développée depuis quelques années en se hissant régulièrement dans le Top 4 du championnat, ce qui lui a permis de disputer la lucrative Ligue des champions ces trois dernières saisons. ®AFP
  21. Le Mercato 2021/2022 a réécrit l’histoire et bouleversé le classement historique des ventes les plus lucratives de la Serie A : Les transactions relatives à Romelu Lukaku, Dusan Vlahovic et Achraf Hakimi ont fait une entrée retentissante dans le Top 10 de la Botte Révélation de Calcio&Finanza La vente de Romelu Lukaku qui est passé de l’Inter à Chelsea l’été dernier, pour 113 millions d’euros, a surclassé celle de Paul Pogba transféré de la Juventus à Manchester United à l’été 2016, la Juventus ayant encaissé 105 millions d’euros. Sur le podium, on retrouve l’opération lié à l’Axe Napoli-Juve et l’attaquant argentin Gonzalo Higuain qui fut transféré contre l’activation d’une clause libératoire à 90 millions d’euros lors de l’été 2016. Sorti du podium, on retrouve la vente de Zinedine Zidane transféré de la Juve au Real Madrid pour 77,5 millions d’euros à l’été 2001. Zizou reste toutefois devant le recrutement de Dusan Vlahovic transféré cet hiver de la Fiorentina vers la Juventus pour 70 millions d’euros. En fin de ce TOP 10 spécial Serie A, on retrouve les opérations liant l’Inter au Paris-Saint-Germain pour Achraf Hakimi, cédé pour 66,5 millions d’euros et l’opération menant Joao Cancelo de la Juventus à Manchester City pour 65 millions d’euros. Quelle est selon vous la meilleure opération réalisée par l’Inter ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Gabriele Gravina, le Numéro Un de la Fédération Italienne de football en Italie, la FIGC, s’est livré dans une interview exclusive au Corriere Dello Sport Ou en sommes-nous sur la pandémie, après deux années de slalom entre contagions, interdictions et conflits ? "Le protocole sanitaire est une victoire. Le seuil de 35 % des personnes infectées nous protège contre les interdictions divergentes des agences sanitaires individuelles. Ce ne sera plus possible de nous voir jouer avec onze joueurs positifs d’un côté et que nous soyons empêchés de disputer un match pour trois positivités d’un autre. C'est une garantie que le virus n'affectera pas la régularité de la compétition à partir de maintenant." Avez-vous obtenu une garantie du Gouvernement sur la réouverture des stades ? "La garantie est le dialogue institutionnel. La limite de cinq mille spectateurs était un acte de responsabilité. L'espoir est que, lorsque tout le monde aura été vacciné à partir du pic, nous retrouverons une capacité à 100%. Le football se confirmerait comme l’avant-gardiste de la sécurité et de la normalité". Dans une interview accordée au Financial Times, le président de la Fiorentina, Rocco Commisso, affirme que la Juve et l'Inter ont gagné en s'endettant de manière irresponsable. A-t-il raison ? "Non, il se trompe. Car pour faire le mercato, tu dois répondre à des indices de liquidité précis. C'est une chose d'être alarmé par la dette, c'en est une autre de dire que vous avez gagné parce que vous avez triché. Et je jette un voile sur les jugements moraux que Commisso porte sur la classe dirigeante. A présent, nous devons sécuriser le système : Les règles que nous avons déjà adoptées réduisent la marge d'investissement de la dette, en la liant aux revenus. Nous allons les rendre encore plus strictes. Il s'agit également de dissiper les suspicions et les allégations qui font mal au sport." Les étrangers nous colonisent-ils ? "Mais pourquoi pas ? La mondialisation ne consiste pas à rester dans son coin. Nous accueillons ceux qui peuvent apporter de la liquidité et une culture sportive." Deux procureurs enquêtent sur la Juve et l'Inter, mais ils ne sont pas les seuls à réaliser des plus-values. Craignez-vous un glissement de terrain ? "Les plus-values font partie de la vie active des entreprises. Les fraudeurs doivent être poursuivis. Nous attendons que le pouvoir judiciaire clarifie la situation, mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Par après, nous étudierons la possibilité d'éliminer les plus-values des indicateurs budgétaires pour autoriser de nouveaux investissements sportifs." Pourquoi ne pas estimer la valeur réelle d'un joueur en utilisant un algorithme qui mesure l'âge, l'expérience, la qualité des performances et la durée du contrat ? "La FIFA essaie, mais je ne pense pas que ce soit faisable. Les indicateurs que l'algorithme prend en compte sont toujours le résultat de choix subjectifs. Qui pourrait m’interdire de dépenser cent millions pour un jeune de seize ans, en supposant qu'il sera le nouveau Messi ? La solution est ailleurs. Il faudrait séparer les véritables plus-values des mouvements financiers liés aux "échanges de figurines" à cout zéro. Il faut également en réduire l'impact sur les bilans." La réforme du championnat est-elle remise en question vu les vétos de la Lega et les incertitudes liées à la pandémie ? "Non, j'attends que les nouvelles instances de la Ligue Amateur soient formées et ensuite nous commencerons à y travailler. D’ici au 30 juin, cela changera: Nous devons sécuriser le système, ce qui signifie miser sa durabilité." Qu'en est-il de l'attractivité ? Dans quelques journées, nous saurons peut-être déjà qui sera Champion, qui sera relégué et peut-être même qui ira en Ligue des champions. Allons une fois de plus clôturer le championnat avec trop de matchs où nous jouons pour rien. Qu’en est-il des Play-offs ? "Il est temps d’y songer: Dans les années 90, personne ne croyait aux victoires à trois points et pourtant ça a marché. Les play-offs en Lega Pro et en Serie B sont une garantie de visibilité et de succès. Ce serait une erreur de ne pas les tester également en Serie A, tout en sauvegardant la valeur du mérite sportif obtenu au classement. Mais nous avons besoin d'une réforme qui réduise le nombre d'équipes et modifie le format. La qualité et la concurrence y gagneraient." Le Saviez-vous ? Les déclarations faites au Financial Times par Rocco Commisso, président de la Fiorentina, ont créé des remous au sein des clubs de Serie A. Et en particulier, il y aurait de l'irritation de la part d'Inter. Le club milanais, selon le Corriere dello Sport, envisage de déposer une plainte de son côté, en l'absence d'une intervention du parquet fédéral, alors que plusieurs clubs s'attendent à des poursuites contre Commisso. Valideriez-vous une refonte complète de la plus prestigieuse compétition italienne ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur la visite de la Guardia Di Finanza au siège de l’Inter et sur la documentation analysée, celle-ci fait état d’une somme d’environ 90 millions d’euros. Pour l’heure, il n’a aucun chef d’inculpation Les officiers ont passé quatre heures à la Viale Della Liberazione, au siège des Champions d’Italie, ils sont ensuite partis au siège de la Lega Calcio, lieu où tous les clubs déposent les contrats. Ceux-ci ont fait l’acquisition de tous les documents relatifs au transfert pour la période 2017-2019 : Il s’agit des états financiers, des contrats, des mouvements bancaires sur les échanges afin de s’assurer de la régularité comptable des relatives plus-values comme l’explique dans une note, le Procureur faisant fonction Riccardo Targetti. Les officiers ont ainsi analysé la situations des deux milanais et mis en évidentes quelques éventuelles criticités, encore à vérifier, dans le bilan de l'Inter. Dans le détail, ils veulent comprendre si "la valeur des droits d'enregistrement des joueurs" a été délibérément surévaluée afin d'augmenter les revenus et, par conséquent, de diminuer les pertes, explique La Rosea Selon celle-ci, voici la liste des transactions passées au crible Davide Bettella évalué à 7 millions d’euros (soit que de la plus-value). Davide Bettella est aujourd'hui le défenseur central de Monza avec un total de 17 minutes en Serie B, mais à l'époque il était un récent champion d'Italie avec les Primavera et l'équipe nationale U19 sans la moitié d'un match joué chez les adultes. Son nom est lié à celui de son ami Marco Carraro. Marco Carraro a été vendu à la Dea en 2018 pour 5 millions (dont 4,4 millions de plus-values). Aujourd'hui, Carraro joue plus régulièrement que son ami à Cosenza, mais à l'époque, à peine âgé de 20 ans, il avait derrière lui une moitié de championnat B à Pescara. D'ailleurs, deux jours seulement après son arrivée chez Gasperini, Gasp, il a été immédiatement transféré en prêt à Foggia. Le riche parcours de Bettella-Carraro a eu lieu alors qu'Alessandro Bastoni passait de Bergame à Milan pour 31,1 millions d'euros: cela semblait un pari exagéré, mais le temps a montré que c'était finalement un bon investissement. En 2018, il y a le futur crack Zaniolo valant seulement 4,2 millions (2,6 millions de plus-values) : avec le recul, Nainggolan a été surévalué le premier et Zaniolo sous-évalué le second. Mais cette année-là, la plus grosse plus-value est celle de Davide Santon, vendu à la Roma pour 9,5 millions après une saison décevante avec Spalletti : 8,1 millions de plus-value. Celle-ci figure avec l'affaire Zaniolo, dans la même acquisition lucrative de Radja Nainggolan (39,5 millions). Parmi les protagonistes de cette session figurait Ionut Radu, le second de Samir Handanovic. Mais à l'époque, revenant d'un prêt à Avellino, il est vendu au Genoa pour 8 millions, mais un rachat par les Nerazzurri de 12 millions est également inclus. Comme prévu, l'Inter a levé son option en 2019, même si le Roumain a été laissé en prêt au Rossoblù pour une saison supplémentaire. Finalement, Radu bénéficie désormais d'un contrat de 1,8 million d'euros et des quelques miettes laissées par Handa sur le terrain." Les deux autres jeunes bien notés cette saison-là sont Federico Valietti, un latéral actuellement prêté à Pordenone, acheté au Genoa pour 6 millions d’euros, dont la quasi-totalité en plus-value, et le Danois Jens Odgaard, classe 99, transféré à Sassuolo il y a trois saisons pour 4,6 millions d’euros (pour une plus-value de 3,5 millions d’euros). Le transfert en Emilie-Romagne a eu lieu avant le 30 juin et a été entrelacé avec celui de Matteo Politano de Sassuolo à l'Inter après le 1er juillet. Ce projet est typique de ces années-là, lorsque le club était engagé dans une course contre la montre pour gagner de l'argent avant la date de présentation du budget annuel, lui qui disposait ensuite, de plus de marge de manœuvre dans les semaines suivantes. Dans la même saison, aux 5,3 millions de plus-value du défenseur colombien Murillo, il faut ajouter les 1,2 de l'Albanais Manaj à Albacete. Pour compléter le tableau 2018, d'autres cessions de joueurs qui ne sont plus stratégiques et qui, dans l'ensemble, n'ont pas ou peu apporté au poste des plus-values : Nagatomo, Bardi, Kondogbia, Medel, Jovetic. Dans l'analyse de la deuxième saison dans le viseur du procureur, il suffit de se concentrer sur deux amis, protagonistes du Primavera Scudetto 2017. Ce sont les auteurs des deux buts des Nerazzurri en finale contre la Fiorentina : Zinho Vanheusden, désormais au Genoa de Sheva, et Andrea Pinamonti, qui, prêté à Empoli, retrouve le niveau qu'il avait promis. La vente de "Pina" au Genoa en 2018-19 avait renfloué le budget avec 19 millions de plus-value, pour un retour stratégique à Milan lors de la saison du Scudetto pour 21 millions et un salaire de 2,2. Le Belge de 21 ans, quant à lui, a été vendu il y a deux saisons au Standard de Liège pour près de 11,7 millions (plus-value de 9,5) et a été racheté cette saison : 16, c'est le montant dépensé pour effectuer le trajet retour. Aujourd'hui, Andrea Adorante évolue en tant qu'attaquant à l'ACR Messina en Serie C, mais à l'époque, il avait été vendu à Parme pour une plus-value de 3,9 millions. Marco Sala, un défenseur prêté à Crotone, a fini pour 3 millions à Sassuolo. Le même prix a été payé pour Gabriele Zappa, ensuite vendu à Pescara et depuis 2020 à Cagliari. Le même prix a été payé par Gabriele Zappa, qui a ensuite été transféré à Pescara et sera à Cagliari à partir de 2020. "La sérénité filtre parce que l'on constate que les évaluations des joueurs sont par définition toujours "aléatoires". En fait, même au quatrième étage du Palais de Justice, ils se déplacent avec des pieds de plomb : des cas similaires se sont déjà terminés dans le passé sans rien (en 2008, l'Inter a déjà été acquitté pour des cas similaires) et il n'y a pas de critère 'scientifique' pour déterminer quel est le juste prix d'un joueur", conclu la Gazzetta Dello Sport. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
×
×
  • Créer...

Information importante

En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Nous ajoutons des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer votre expérience sur notre site. Consultez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer...