Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'gabriele gravina'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. En effet, un communiqué officiel a été publié par la Fédération italienne de football, la FIGC, en regard à la prise de position adoptée à l’occasion de la rencontre opposant la Belgique à l’Italie "La Federazione Italiana Giuoco Calcio tient à répéter son engagement inconditionnel, et celui de tous les Azzurri, dans la lutte contre le racisme et la discrimination. La FIGC retient comme opportun de laisser le libre choix à l’équipe d’adhérer à la Campagne 'Black Lives Matter'." "Comme l’a affirmé le Président Gabriele Gravina, il n’y a pas plus tard qu’une semaine, la FIGC retient que l’imposition de tout comportement représente une sorte de tergiversation. La FIGC soutient le choix entrepris par les équipes à l’occasion des rencontres de l’UEFA Euro 2020, y compris celui pris par la Belgique" "La façon de juger la sensibilité de tous les membres de l’équipe nationale, en faveur des droits au respect de la dignité humaine, fait partie de l’ADN Azzurro, comme peuvent en témoigner les nombreuses initiatives et les déclarations en ce sens. Celui-ci ne peut être subordonnée à l’adhésion d’une, et non unique, manifestation de soutien dans la lutte contre le racisme" En conséquence: "L’équipe s’agenouillera par solidarité pour son adversaire et non pour la campagne en elle-même : Si les joueurs de la Belgique viennent à s’agenouiller, les nôtres le ferons aussi, pour être solidaire avec eux." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  2. Le Premier ministre italien, Mario Draghi, a déclaré qu'il souhaitait que la finale de l'Euro se déroule à Rome plutôt qu'à Londres, en raison du nombre croissant d'infections de Covid en Grande-Bretagne. Lorsqu'on lui a demandé lors d'une conférence de presse à Berlin s'il était favorable à cette décision, Draghi a déclaré: "Oui … je vais essayer d'empêcher que la finale se tienne dans un pays où les infections augmentent rapidement." Cependant, le président de la fédération italienne de football, Gabriele Gravina, a ensuite nié catégoriquement qu'ils cherchaient à déplacer le match de Wembley à Rome. Le Royaume-Uni a enregistré 10 633 nouveaux cas de coronavirus et cinq autres décès, selon la dernière mise à jour du tableau de bord Covid, chiffres officiels. Le nombre total de nouveaux cas au cours de la semaine dernière est désormais en hausse de 31,4% par rapport à la semaine précédente, tandis que les décès sont en hausse de 12,1%. En revanche, l'Italie a enregistré 495 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures et 21 décès supplémentaires dus au virus, a annoncé lundi le ministère de la Santé de l'iys, tout le pays à l'exception du Val d'Aoste étant entré dans la "zone blanche". Munich s'est également proposé comme autre place pour la finale de l' Euro 2020. Le Ministre-Président de la Bavière Markus Söder déclarant que la ville attendait : "Nous serions toujours heureux d'accueillir un autre match à tout moment. Alors qu'une finale à Wembley reste le plan A, il serait sage que l'UEFA ait un plan B au cas où." Affaire à suivre.
  3. A travers une interview octroyée à Sky Sport, Gabriele Gravina est revenu sur le malaise dont a été victime Christian Eriksen, milieu international danois qui a été consacré Champion d’Italie avec l’Inter en mai dernier! L'intervention fondamentale et salvatrice de Simon Kjaer qui a sauvé la vie de Christian Eriksen dans l'attente de l'arrivée des secouristes "Son cœur s'est arrêté pour quelques instants mais le nôtre aussi. Nous devons, nous aussi, apporter une réponse. J’ai apprécié tout ce que Kjaer a réalisé, et j’ai aussi dit que l’intervention des médecins a été déterminante pour sauver la vie d’Eriksen. Je crois qu’il est juste de mettre à disposition, nos installations structures scientifiques et nos médecins afin que tous les athlètes présents sur le terrain, en passant des entraineurs jusqu’aux joueurs, puissent avoir une connaissance élémentaire sur la façon dont il faut se comporter dans une situation aussi dramatique, avec l’espoir que celle-ci puisse se produire le plus rarement possible." "J’ai l’obligation, en toute indépendance de ce que les recherches liées à la science et à la technologique puissent apporter pour définir les raisons de ces malaises, d’inciter à parfaire les connaissances et à suivre des formations de secourisme pour tout ceux qui seront sur le terrain." La Curva Nord de l'Inter rend Hommage à Simon Kjaer, le "Cousin"-Sauveur d'Eriksen "Je souhaite que cela débute le plus tôt possible : Notre Commission Medico-Federale est déjà au travail, et nous procéderons à l’établissement d’un protocole qui sera mis à la disposition de l’ensemble des clubs professionnel et amateurs relatif aux disponibilités de formations que nous allons rendre obligatoire dans le cadre de l’obtention des licences nationales." "Cela commencera avec les joueurs internationaux de l'équipe d'Italie pendant l'Euro." Joueurs et entraineurs devront tous à présent suivre en Italie des cours de secourismes : Une bonne initiative selon-vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. Intervenu à Radio Sportiva, Andrea Costa, le sous-secrétaire d’état à la Santé s’est montré convaincu sur le retour des tifosi dans les stades italiens "Il n’y a aucun doute sur le fait que revoir les tifosi dans un stade après tant de mois, est un signe de confiance pour le pays, nous visons un retour graduel à la normalité. Je soutiens l’hypothèse de bon sens que les stades seront des lieux surs, si on peut y faire un contrôle pour y accéder." "Dans la journée d’aujourd’hui (Ndr 20/05), nous regarderons s’il y aura des développement pour autoriser un accès limité pour la dernière journée de Serie A. Nous devons nous pencher sur le prochain championnat." "Je me sens apte à vous dire qu’il y aura certainement un pourcentage plus important que celui des 25% proposé à l’Euro. Le critère pour rentrer à l’Olimipico, où il y aura 18.000 spectateurs durant l’Euro, est la Green Pass. Il y a de grands échanges et de collaboration avec Dal Pino et Gravina, ils font preuve d’une grande compréhension et nous leur faisons part d’une grande disponibilité : Le protocole d’accès fonctionne." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  5. Evelina Christillin est une personnalité connue de l’UEFA où elle occupe un poste supplémentaire au sein du Conseil de la FIFA. Celle-ci s’est livré à Radio Anch'io Lo Sport sur les importants problèmes financiers gangrénant la Serie A. "C’est un problème extrêmement important : Nous devons diminuer les couts et cela n’est pas qu’une simple question d’une augmentation des recettes. J’en ai déjà parlé avec Malagò, Gravina et Calcagno: L’Assocalciatori a fait son travail et j’ai vu les propositions présentées pour reporter le versement des salaires de trois mois supplémentaire." "Si on ne trouve pas une solution acceptable pour les bilans de tous, on risque de faire sauter la banque, on risque de faire sauter le football: Les comptes parlent clairement, l’endettement des équipes italiennes est visible, mais pas que : Tout le monde est mis à mal, à part peut-être les Allemands." La Super League ? "J’ai un rapport de très grande amitié avec Andrea Agnelli, mais je ne l’ai plus entendu depuis qu’il m’a envoyé un message sur WhatsApp pour me féliciter pour ma réélection." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  6. "La thématique des salaires des clubs est une nature du droit civil. Celui qui pense que je peux intervenir pour empêcher un accord entre les parties commet une grave erreur. Aujourd’hui, nous sommes dans une phase de conclusion, nous devons en définir le cadre et comprendre ce que veut dire "prendre des engagements et devoir les respecter d’ici à la fin de la saison sportive"." - Cette déclaration émane de la bouche de Gabriele Gravina, le Président de la FIGC, en marge d’une réunion avec le Comité Régional de Lombardie de la LND. "Le Code civil permet de procéder à une négociation de nature privée. Si les deux parties parviennent à un accord, celui-ci ne peut pas se retrouver interdit dans le monde du Calcio. Nous sommes inquiet sur le fait que l’accord puisse présenter un impact négatif sur la valeur de la compétition sportive, mais je me suis permis de l’ouvrir à tous." "Nous devons en définir les contours et échanger. Je comprends qu’il puisse y avoir des tensions, mais nous devons faire preuve de bon sens, la pandémie a frappé l’économie sportive et nous ne devons pas nous voiler la face en disant que tout va bien." La réforme de la Serie A "Avec moi, elle trouve un terrain fertile, l’idée de la réforme est l’un de mes principes fondamentaux, il faut raisonner avec une logique systémique. 2024 reste lointain selon ma propre vision." - En effet, le Président souhaiterait procéder à une réforme du championnat en passant à 18 clubs et en y limitant les couts. "Nous avons une exigence qui est liée au temps. La Lega Serie A a la priorité absolue dans son choix d’autodétermination de ce que doit représenter la Serie A dans le monde sportif du football. J’espère que je pourrais participer à ce processus avec une grande incisivité. J’espère que l’on pourra y échanger dans des temps très rapide : Le temps doit jouer en notre faveur, il doit être notre allié et non un ennemi.." La Juve et la Super League "J’ai eu un entretien très positif avec Agnelli hier et les rapports avec la Juve sont bon. Je ne tiens pas à faire le médiateur, mais la Juve se doit de respecter les règles du jeu reprises dans nos statuts nationaux et qui s’inspire clairement de celui de l’UEFA." "Celui qui y souscrit accepte les statuts. Je nous souhaite de parvenir à cette échéance de façon amicale et sereine : Le championnat a besoin de toutes les forces en présence." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  7. Les dirigeants des clubs de Serie A semblent avoir retrouvée une certaine unité et cohésion ce mardi 11 mai. En effet, ceux-ci se sont réunis physiquement, après trois mois d’assemblée dans des vidéos conférences dominées par des thématiques empoisonnantes. Si la page est à présent tournée, l’objectif prioritaire est de parvenir à la soutenabilité du système Révélation du Corriere Della Sera Les démissions de Paolo Scaroni et Giuseppe Marotta ont été rejetée par le Conseil Fédéral, Ceux-ci continueront à y siéger, en isolant de la sorte le groupe armé formé par Lotito, De Laurentiis et Joe Barone, qui critiquaient la gestion de Gabriele Gravina et qui avait demandé, en vain le renvoi de Paolo Dal Pino. Les clubs sont, à présent, concentré sur les réformes à mettre en œuvre. Dans le document en cours de formulation, on peut y retrouver la réduction des couts, la réduction des salaires, la réforme du championnat comme thématique. Le projet relatif au Championnat est de l’adapter à un format à 18 clubs et d’harmoniser les promotions et les relégations. Dans ce document, nous retrouvons également les agents et le Salary Cap demandé à l’UEFA. D’ici à une dizaine de jour, les clubs vont se réunir à nouveau pour examiner en détails les thématiques soulevées hier ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. Gabriele Gravina, le Président de la Fédération Italienne de Football, la FIGC, est revenue sur la situation entourant la Juventus, la Super Ligue et le règlement adapté en conséquence dès la saison prochaine. "Le football, national et international, ne peut pas faire sans la Juventus, mais les règles se doivent d’être respectées. Il est évident que je me souhaite que le Championnat italien retrouve le plus tôt possible de la sérénité. La Juventus est une réalité importante de la compétition sportive de notre pays." "Ce qui a été mis en évidence, c’est la clarification d’une règle qui est déjà connue dans nos statuts et qui reprend à valeurs égales le respect des organisations internationales. Je fais référence au CIO, mais aussi à la FIFA et à l’UEFA." "Toutefois, notre décision ne peut pas se baser uniquement sur des dimensions économiques, ni même être liée au bassin des tifosi. Nous devons nous baser les principes et les règles qui gouvernent notre système. Je reste convaincu que la Juve agira de manière responsable également vis-à-vis de ses supporters. Elle devra prendre la décision de respecter ces règles qui existent depuis très longtemps." "J’ai déjà échangé avec Agnelli, selon moi, il est ouvert au dialogue. Au-delà du choix qu’il prendra, je me dois de vous dire qu’il y a des conditions préalables à respecter, pour surmonter ce moment d’éloignement dans les prises de position. Je dois défendre la compétition et non les clubs de façons individuel." Selon vous, notre ennemie-jurée va-t-elle renoncer au projet Super Ligue au risque de se retrouver exclue de toute compétition nationale et internationale ? En effet, la Serie A sait vivre sans la Juventus, preuve en est la saison 2006/2007. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Belga /AFP - "La Juventus risque l'exclusion du championnat d'Italie de football si elle ne se retire pas du projet de Super League." - C'est ce qu'a déclaré lundi le président de la Fédération italienne de football (FIGC) Gabriele Gravina. La Juventus est l'un des douze clubs à la base du projet de Super League, une compétition dissidente de l'UEFA. Neuf clubs frondeurs se sont retirés du projet et ont trouvé un accord avec l'UEFA concernant une série de sanctions, annoncées vendredi, notamment le renoncement à 5 pourcent des revenus qu'ils devaient obtenir lors des compétitions européennes pour une saison. Le cas des trois autres, la Juventus, le Real Madrid et le FC Barcelone, sera étudié par les instances disciplinaires de l'UEFA. "Quand les clubs demandent de participer au championnat d'Italie, ils doivent accepter les principes statutaires des organismes internationaux", a expliqué Gravina, dont les propos en marge d'une rencontre avec les dirigeants de la Ligue Amateurs ont été rapportés par les médias italiens. "Il est évident que si la Juventus ne devait pas accepter ce type de principes, elle sera écartée du championnat national. Et j'en suis désolé, notamment pour les supporters. Mais pour moi, les règles valent pour tout le monde." "Comme vous savez, il y a eu un retour de neuf clubs, il y a eu un accord avec l'UEFA", a poursuivi Gravina. "Il en reste trois qui sont assez résistants. Il y a eu un renvoi devant la Commission disciplinaire de l'UEFA. En ce qui nous concerne, il y a une norme très claire. Elle précise ce qui est prévu par le Comité international olympique, qui a dicté certains principes directeurs par rapport aux statuts de la FIFA, de l'UEFA, du CONI (le comité olympique italien), des fédérations et des clubs. C'est ça la filière que nous devons respecter." Ce qui signifie que "la Fédération italienne a déjà dit qu'elle applique les règles qui prévoient la non-participation au championnat si on n'accepte pas les principes imposés par l'UEFA", résume le président de la FIGC. Gravina souhaite que "ce bras de fer puisse cesser rapidement, ce mur contre mur ne fait pas du bien au monde du sport et j'espère qu'une solution positive puisse être trouvée entre les organismes internationaux comme la FIFA et l'UEFA et certains clubs." ®Belga /AFP
  10. Interviewé par Rai Gr Parlamento, le Sélectionneur national de l’Italie, Roberto Mancini, a présenté ses félicitations à l’Inter et à Antonio Conte pour la conquête du 19ème Scudetto de l’Histoire Nerazzurra "Le Scudetto de l’Inter lui est amplement mérité: L’Inter a tellement de points d’avance sur le second. Antonio Conte a réussi à exploiter à exploiter le meilleur des joueurs dans un championnat très long, c’est une qualité importante." La croissance de Barella et Bastoni ? "C’est fondamental de laisser de la place aux jeunes, s’ils ont des qualités, elles vont rejaillir." Le Saviez-Vous ? "Ou tu es dedans ou tu es dehors, mais tu ne peux pas être entre les deux" - Une citation valable dans plusieurs domaines A peine le Scudetto en poche, Steven Zhang a reçu les félicitations des institutions italiennes : Gabriele Gravina, Paolo Dal Pino, Giovanni Malagò… Mais il a également été félicité par téléphone par Gianni Infantino et Aleksander Ceferin Gageons que les différentes institutions doivent voir d'un bon œil le titre national italien quitter le club d'Andrea Agnelli ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  11. A l’instar de l’UEFA et des Clubs anglais, la Fédération Italienne de football, la FIGC a décidé d’envoyer un message fort contre toute forme de discrimination: "Nous voulons apporter notre soutien à ce qu’il est juste de définir comme une campagne de civilité, c’est le moment de dire Basta." a déclaré le Président Fédéral Gabriele Gravina. En effet, la FIGC a décidé d’interrompre ses activités sur les réseaux sociaux du vendredi 30 avril à 23h59 au lundi 3 mai: "Vu l’importance que recouvre le football dans notre société , il est opportun que nous assumions tous la responsabilité d’envoyer des signaux positif, en contrant avec fermeté les haineux professionnels." "Le sport est un motif de joie et de partage, il ne peut pas être utilisé comme un instrument destiné à alimenter la violence, le mépris et la vulgarité." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  12. En effet, après la bombe relative à la Super League suivi de l’introduction d’une clause de loyauté pour participer à la Serie A, la Gazzetta Dello Sport nous révèle que le Conseil Fédéral souhaite marquer un tournant historique pour le Championnat de première division italienne: Les Play-Offs Ceux-ci permettraient de diminuer le nombre d’équipes professionnel, voici la déclaration de Gabriele Gravina: "Je suis seulement déçu de m’être trompé dans le temps, car cela faisait deux ans que j’en parlais. La Premier League songe aussi aux Play-Offs. J’espère qu'il sera possible de favoriser une réflexion aussi à l’intérieur de cette entité." "Si vous me demandez si je suis ou pas favorable aux Play-Offs, je vous répondrais que j'y suis extrêmement favorable. Mais il est clair qu’il faudra échanger avec toutes les parties pour ce projet: Cela doit également partir du fait que chaque composante devra renoncer à quelque chose, Il n’est pas possible de faire des réformes en n’observant uniquement ceux que font les autres." L’exemple belge à suivre ? Voici ce que nous dit Wikipédia : Pour information : Les points au classement sont divisés par 2 pour débuter les Play-Offs. Chaque victoire vaut trois points. La D1B = la Serie B en Italie. Les équipes se rencontrent deux fois de suite, comme en phase classique Quand on pense que de nombreux spécialistes critiquaient le Championnat de Division 1 belge depuis des années…. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  13. En effet, le destin des Champions d’Italie SORTANT et des deux grands d’Espagne est, à présent entre les mains de l’UEFA. En effet, si Aleksander Ceferin a accueilli à nouveau à bras ouvert les clubs qui ont tourné le dos à la Super League: "Nous avions 235 clubs sur 247 de notre côté... et maintenant nous en avons 244", la Juventus, le Fc Barcelone et le Real Madrid n’en démordent pas, en refusant de quitter le projet contestataire Et Ce vendredi, au cours d’un conseil exceptionnel, l’exécutif de l’UEFA pourrait avoir la main lourde: Selon le Corriere, deux sanctions sont à prévoir Une lourde amende pour les dommages liés à l’image causé à Nyon Et/ou Une année bannie des coupes d’Europe. Ce qui est considéré comme la solution la plus extrême selon un proche du numéro Un slovène et du Président de la FIGC Gabriele Gravina Les punchlines de la semaine "Où était la Juve, il y a 15 ans ? En Serie B" - Aleksander Ceferin "Ces dernières années, la Juventus a été éliminée par Lyon, Porto et l’Ajax. L’autre jour, elle a perdu face à l’Atalanta et elle a seulement deux points de plus que le Napoli et risque de ne pas qualifier en Ligue des Champions : Qu’est-ce qu’elle fouttrait en Super League." - Stale Solbakken, sélectionneur national de la Norvège Préparez le Pop-Corn les amis! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. Le Président de la Fédération Italienne de Football, la FIGC, s’est montré très clair sur le comportement adopté en regard aux trois clubs historique italiens Lors de la conférence de presse relative à l’Euro "On ne peut absolument pas les sanctionner; On ne peut pas sanctionner une idée. Au jour d’aujourd’hui, il s’agit d’une idée de certains qui ne s’est pas concrétisée, pour le moment, ils font la considérer comme une hypothèse avancée ou à un projet contraire aux normes statutaires: Il existe des organes de justice." Sa réaction à la Rai "Je pensais que cela aurait duré plus longtemps, j’étais inquiet pour le Calcio: On ne peut pas penser à se passer de trois réalités importantes comme le sont l’Inter, le Milan et la Juve. La position de la FederCalcio est claire : Il faut respecter les règles." "Nous devons retrouver de la sérénité et une normalité au sein de toutes les parties. Ce mal-être a une racine profonde qui se doit d’être arrachée : Le monde du football connait des problèmes et nous devons considérer la menace de la Super League comme une alerte à prendre très sérieusement en considération. Agnelli a ses propres raisons que je ne partage pas, et nous prendrons le temps de les aborder." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  15. Massimo Ferrero s’est livré à "Si gonfia la rete" suite aux polémiques découlant de la Super League Européenne Agnelli ? "J’ai toujours voté contre lui et je ne suis jamais revenu en arrière." Comment se comporter face à une situation aussi compliqué ? "Je n’ai pas de mots : si vous vous en prenez aux personnes avec le délivre de la Toute-Puissance, vous n’irez nulle part. Je suis tout de même abasourdi car selon moi Andrea est une bonne personne. Je ne sais pas ce qu’il lui est passé par la tête et je ne sais pas s’il a été emporté par ses convictions." Des sanctions sont-elles à prévoir ? "Je le souhaite : les dommages ne me sont pas personnels, mais ils touchent tous les citoyens italiens. Nous avons une personne de poids à la Présidence de la FIGC : Gravina saura comment se comporter. Lui et les organes compétent sauront comment établir un jugement sur ce qu’il s’est produit." Pensez-vous qu’avec ce retour « à la normalité », il est possible de sanctionner les clubs pour un "crime" qui n’a finalement pas été commis ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  16. En effet, Andrea Agnelli s’est adressé à l’agence Reuters suite à l’implosion du projet Super League: "Le projet ne sait pas aller plus loin suite à la sortie des équipes anglaises." En effet, s’il l’a mauvaise, son Club, la Juventus, est premier à en pâtir étant donné que son action en bourse a "pris" sévère. De plus, suite à sa démission de son poste de Président de l’ECA, celui-ci ne pèse absolument plus en Europe. Sans oublier, le "missile" envoyé avec accusé de réception aux autres clubs de la Serie A, sur le fait que les trois géants d’Italie remportaient le Scudetto depuis plus de 80 années. Au niveau de l’Inter, celle-ci a officialisé son départ, tout en adressant un message particulier à l’UEFA. En effet, le Management souhaitait revenir à une certaine normalité, étant donné que l’Inter dispute une nouvelle Finale Scudetto, ce soir, face à Spezia. De fait, il y a eu une vidéoconférence avec la Chine ce matin. C’est un fait, Suning et donc l’Inter ont « trahi » le Président Bianconero. Voici la révélation de la Gazzetta Dello Sport : "On peut supposer que sur ce terrain parsemé de Centre, le premier contact avec Aleksander Ceferin, président de la plus haute autorité européenne de football, servira également à se lancer dans des négociations qui seront nécessaires dans la redistribution des recettes. Les comptes de l’UEFA ont été enrichis ces dernières années, mais les clubs n’ont eu droit qu’à une partie infime du gâteau". L’Inter a été la première également à prendre ses responsabilités : "Ce n’est pas un hasard si le bloc italien s’est effondré en commençant par les Nerazzurri. La Juve et le Milan étaient bien plus concernées car Ivan Gazidis (cela se savait) et (ô surprise) Andrea Agnelli avaient travaillé à la création du tournoi avec Florentino. L’horizon s’est donc assombri lorsque six fondateurs se sont retirés, le nombre légal d’adhérants n’étant pas respecté." "En conséquence, le départ de l’Inter de la Super League a été ordonné et ratifié par Suning. Cela vaudra également pour le Milan dont le dernier mot revient à Eliott." De son côté, Gabriele Gravina, fraichement élu au Comité Exécutif de l'Uefa, a pris la décision que chaque club qui souhaite disputer le Championnat devra s’engager avec l’Uefa. Celui-ci va soumettre cette proposition, dès lundi au Conseil Fédéral italien. A titre de comparaison : si l’engagement des chinois était "superficiel", l’engagement du fond américain propriétaire du Milan était quant à lui en ligne direct. All hail to the king Aleksander Ceferin peut avoir le sourire : le numéro un de l’Uefa s’est livré dans un communiqué, en exprimant son entière satisfaction suite à l’implosion de la Super League, en accueillant les rebelles britanniques : « C’est admirable de reconnaitre que vous avez fait une erreur. Et ces clubs ont commis une grosse erreur, mais ils sont de retour à la maison. Je sais qu’ils ont beaucoup à nous apporter, non seulement dans nos compétitions, mais aussi au niveau européen dans son ensemble. L’important, à présent est d’aller de l’avant et de retrouver l’unité dont ce sport jouissait jusqu’auparavant. Il faut aller tous ensemble de l’avant." Qui est volontaire pour lui demander son avis sur Andrea Agnelli ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  17. Le Président de la Fédération Italienne de Football, la FIGC, Gabriele Gravina s’est livré sur le projet annoncé par l’Europe des 12 avec la naissance d’un nouveau tournoi: La Super League: "La seule réforme recevable est celle qui est née de la proposition de l’Uefa sur la Ligue des champions. Toute tentative de fugue est irrecevable et dommageable pour le football européen. L’adhésion à ce projet des clubs en eux-mêmes est hors du contexte de reconnaissance de la FIFA." L’importance du tournoi domestique "Le patrimoine sportif et culturel des compétitions individuelles représentent une valeur ajourée à chaque tournoi international. Je veux défendre le mérite sportif et la possibilité, pour toute équipe de réaliser un grand rêve, avec ses propres supporters. Le Football appartient aux supporters, il doit être modernisé et pas dénaturé. Le football est la participation, le partage et pas un Club Elitaire." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Le président de la Fédération italienne de football (FIGC), Gabriele Gravina, insiste sur le fait qu'une nouvelle vague de COVID-19 ne stoppera pas la Serie A. L'Inter ne devra donc pas passer par des play-offs pour le Scudetto. La première vague a provoqué l'arrêt du football entre mars et juin 2020 suggérant que les positions et titres pourraient être décidés par des barrages si la saison ne pouvait pas reprendre. Avec l'augmentation des cas à travers le pays, les craintes grandissent de voir une Serie A s'arrêter à nouveau privant ainsi l'Inter de capitaliser son avance. Mais Gravina a décidé d'apaiser les choses dans une interview publiée dans le Corriere dello Sport. "La troisième vague avec des variants affecte les jeunes et c'est inquiétant, mais je ne pense pas que cela affectera le football. L'application éprouvée des protocoles sanitaires et une surveillance constante sont une garantie pour la santé des sportifs. Jusqu'à présent, les infections ont été limitées. Les championnats ne sont pas en danger. Je serais désolé si quelqu'un poussait secrètement pour les play-offs. Vous savez que je les favorise en général, mais les conditions pour les introduire ne sont pas réunies." Les ravages en Serie A à cause du Covid. "La justice sportive devrait décider si les matches doivent être joués. Je me limiterai à dire seulement que les protocoles fonctionnent également dans les cas de force majeure. Personne ne peut prétendre que notre juridiction a le dessus sur les lois de l'État. Bien sûr, il serait préférable que les évaluations du service publique de la santé soient uniformes dans tout le pays." L'impact financier du coronavirus sur le football en Italie. "Ce sera plus ou moins la même chose cette année. En plus de la perte de la vente de billets, nous aurons l'effondrement des sponsors. L'incapacité d'accueillir dans les stades décourage les contrats. La perte sera importante, nous étudions une négociation de fonds auprès des membres existants." Sur le programme de vaccination. "J'espère et je crois que nous pourrons atteindre le même stade que celui des athlètes olympiques, c'est pourquoi les clubs de football ont mis leurs installations à disposition pour accélérer le programme de vaccination. Tous les clubs ont des organisations de santé, y compris des médecins, des kinésithérapeutes et d'autres personnels spécialisés. Nous proposons ce réseau pour vacciner et nous voulons contribuer. Nous sommes présents dans tout le pays avec des structures et des installations, partout en Italie."
  19. Les élections relatives au renouvellement de la Direction et de la Présidence de la FIGC, la Fédération Italienne de football se tiennent aujourd’hui. A cette fin, et comme le révèle Sky Sport on déjà été élu Conseillers : Claudio Lotito, le Président de la Lazio et Giuseppe Marotta, l’Administrateur-Délégué de l’Inter. Reste à présent à savoir si Gabriele Gravina sera à nouveau confirmé à son poste à la tête de la Fédération italienne de football. Comme alternative, on retrouve Cosimo Sibilia, l’actuel président de la Lega Nazionale Dilettanti (amateur) La confirmation du maintien de Gravina est l’option la plus envisagée. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Gabriele Gravina , le Président de la Fédération Italienne de Football, s’est livré suite aux dernières polémiques entourant la Serie A: "Ces derniers jours, il y a eu une série de déclarations qui ont alimenté la confusion et des tensions inutiles. Ce que je demande, c’est l’application rigoureuse du protocole de la part de tous, car il représente l’unique outil valide pour garantir la poursuite des compétitions sportives." "La FIGC a emprunté un chemin clair avec les Ministres Sperenza et Spadafora et ce n’est que via un rapport de confiance et de collaboration qu’il sera possible de faire face à toutes les difficultés que nous serons amenés à connaitre face à cette pandémie." "Nous sommes également conscients que, face à la recrudescence actuelle des contagions, la réouverture des stades passe nécessairement au second plan." ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  21. En effet, si la Lega Calcio a décidé de suivre le Protocole de l’UEFA pour savoir disputer ses matchs de championnat. Comprenez: Il faut disposer au moins de 13 joueurs dont un gardien. Pourtant, une situation inédite s’est produite ce dimanche 4 octobre : Le Napoli n’a pas su rejoindre l’Allianz Stadium turinois sur "indication" de l’Agence Sanitaire Napolitaine. Un cas de figure qui n’a jamais été anticipé et dont il existe un vide juridique: La Giudice Sportivo de la Serie A se défile En effet, La Giudice Sportivo, soit la Justice Sportive de la Serie A a décidé de ne pas se prononcer immédiatement sur une victoire par tapis-vert de la Juventus. Un supplément d’enquête sur les faits qui ont amené au non-match entre la Juve et Naples, a été décrété. En effet, le club du Vésuve a été bloqué mis en quarantaine suite à la confirmation de deux joueurs positifs au Covid par L’ASL, soit l’Agence Sanitaire locale de Naples La décision qui sera prise créera, quoiqu’il arrive un précédent, étant donné qu’il s’agit d’un cas de figure quasiment inédit dans le Monde du football professionnel italien. Si des décisions auront lieu en regard aux matchs de cette semaine (Coucou Immobile et Sensi !), aucune décision ne sera prise dans l’immédiat sur le Napoli. De plus, il est fort à parier que le club géré par Aurelio De Laurentiis fera appel en cas de défaite sur tapis vert (3-0). Gerardo Mastrandrea, le Juge en charge de cette bombe à retardement, dispose pour l’instant du rapport de l’arbitre Daniele Doveri, qui a constaté, dimanche, la non-possibilité de disputer ce match en l’absence du Napoli. Cette déclaration a eu lieu après avoir patienté les 45 minutes prévues dans la législation. Mastrandrea devra donc analyser en profondeur ce qu’il s’est passé dans les jours précédents la rencontre, avec l’exigence très probable de disposer de l’ensemble des échanges entre le Napoli et l’Agence Sanitaire, le tout sans oublier la certification de la positivité des joueurs aux tests PCR de l’ASL La position de Gabriele Gravina – Président de la FIGC Intervenu à TMW ce lundi, Gabriele Gravina a également fait part de son impuissance dans ce cas de figure inédit: "La rencontre avec le Ministre des Sports était importante, j’ai beaucoup apprécié ce geste. Cette rencontre a été source d’une série de réflexions, nous avons parlé sur divers points et nous avons échangé sur les préoccupations d’ordre générale par rapport au Championnat." "Nous sommes déterminés sur le fait d’aller de l’avant pour terminer au mieux ce championnat, en sachant que nous devrons nous montrer responsables et que nous devrons être préparé à affronter certaines critiques. Je crois énormément en ce protocole, je le considère suffisamment clair et il exige un grand sens de responsabilité de la part de tous." "Et même si effectivement, il doit également être analysé au cas par cas sur l’ensemble du territoire, j’en suis particulièrement satisfait, nous avons abordé des thèmes qui nous étaient très cher : C’est la base de ce grand échange, de cette discussion." Se profile-t ’on vers un 3-0 sur tapis vert contre le Napoli ? "Nous avons une Justice Sportive et un Procureur Fédéral. Ces dernières heures, nous communiquons par téléphone, par message. Il faut chercher à être sérieux, dans le respect des rôles et je me souhaite que tous fassent de même." Ne serait-ce pas plus utile de définir de façon plus net le sens des responsabilités ? "Les organismes compétents vont tout analyser. Je considère que notre protocole est assez clair : Il a débuté dans une période de grande critiques et je ne vois pas pourquoi il devrait s’avérer caduc à présent. Il y a des cas similaires à celui du Napoli et nous savons tous ce qui en a découlé, nous devons co-exister avec cette pandémie." "Celui qui dit que nous sommes irresponsables dit des absurdités incroyables. Personnes, comme nous, n’attache autant d’importante à la sauvegarde de la santé qui est un besoin primaire. Nous voulons parvenir à cet équilibre." Avez-vous échangé avec De Laurentiis? "Non, il n’y avait pas de raison pour se parler." L’Agence Sanitaire Locale a-t ’elle eut raison d’intervenir ? "Nous ne connaissons pas les conditions du futur du pays, mais nous avons à cœur de préserver la santé, ce protocole doit être respecté par tous, nous devons rester serein sur la dispute du tournoi. Si des fautes sont commisses, cela veut dire que quelqu’un s’est trompé et il devra payer les conséquences." "Je m’augure que ce qu’il s’est produit avec l’Agence Sanitaire Locale du Napoli reste une exception, même si nous ne connaissons pas l'avenir u pays. Si le protocole est respecté dans son intégralité par tous, nous pourrons faire preuve de sérénité sur le fait que, le championnat de football, pourra se disputer sous les normes de sécurité." L’avis de Vincenzo Spadafora suit la même logique Le Ministre des Sports a échangé, avant de s'exprimer, en visioconférence avec le Président de la Lega Serie A, Paolo Dal Pino: "Sur les questions relatives au championnat, j’échangerai avec Gravina à la FederCalcio." Est-ce que le protocole est encore valide ? "Oui, c’est évident, mais c’est à présent à la FIGC d’en parler. Avec Dal Pino, nous avons établi un cadre de la situation générale, et nous avons surtout parlé du futur du Calcio, de ces projets de vision industrielle, car c’était une rencontre programmée depuis longtemps." Avis plus tranché de Sandra Zampa La Sous-Secrétaire du Ministère de la santé a un avis plus tranché sur cette situation. Voici sa déclaration à InBlu Radio : "Juventus-Napoli ? Hier, il y a eu la simple application d’une loi. L’ASL l’a mis sous tutelle selon le protocole l’établi. Je me retrouve dans les déclarations du Ministre Speranza : Nous devons parler moins des stades et plus de la sécurité dans les écoles et dans les lieux de travaux." "Le spectacle proposé a été réellement douloureux. Je ne pense pas que cela s'est avéré utile, même s'il est vrai que les Tifosi sont prêt à tout. Je pense que le pays est bien plus grand et je pense qu'il doit exister d'autres façon de faire plus correcte."" Le Napoli a-t’il eu raison de suivre l’avis de l’Agence Sanitaire ? Est-ce que le sport doit prévaloir sur la santé ? Tels seront les réels enjeux qui seront aux cœurs de ce débat. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  22. Gabriele Gravina, le Président de la Fédération italienne de football, la FIGC, se montre très préoccupé à l’idée de débuter la nouvelle saison après la mi-septembre. Si tel est le cas, il est plus que probable que la prochaine édition sera historique à plus d’un titre... La Juve réalisera t-elle la passe de 10 ou sera t-elle destituée de son piédestal par son ennemi-juré ? Révélation du Corriere Della Sera En ce moment, plus qu’un projet, il y a une idée à ne pas sous évaluer si la Serie A venait à devoir reprendre après le 12 septembre. En effet, ces derniers jours, la FIGC a contacté les trois ligues : la Serie A, la Serie B et la Lega Pro. Dans ce courrier, le Président a invité les trois institutions à lui communiquer très rapidement les dates de reprise des nouveaux tournois. La Serie A avait, à la base, trouvé un accord pour le second week-end de septembre, comme cela se produira en Angleterre et en Espagne. Mais ces derniers temps, plusieurs présidents de club, à commencer par De Laurentiis du Napoli, ont demandé à repousser la reprise au 3 octobre. Ce jeudi, le Conseil de la Ligue, voire même l’Assemblée, devra se pencher sur la question... Gravina restant en phase d’attente: "Il est utile d’avoir un calendrier qui consentira la régularité de l’activité tout en permettant à Mancini de se préparer pour l’Euro." Et en pensant à l’Euro, l’idée serait de libérer quelques dates de cette saison: "Le Conseil Fédéral, grâce au décret Rilancio, a le pouvoir de changer le format de la compétition. Lors de la réunion qui se tiendra le 4 août, on parlera de ces dates. Gravina n’entend pas aller à la confrontation avec l'industrie du ballon rond, mais les temps sont court et "nous sommes déjà très en retard". Futur compliqué Si le championnat ne viendrait pas à reprendre le 12 septembre, voir au plus tard le 19 septembre, il n’y aurait plus de fenêtre suffisante pour offrir une compétition à 38 journées. La seule possibilité d’y parvenir serait de renoncer à la semaine de "repos" programmée entre les fêtes de fin d’année. En cas de report du début de la compétition, Gravina pourrait accélérer la révolution et l'on se dirigerait donc vers une Serie A composée de la façon suivante : 5 groupes de 4 équipes ou 2 groupes de 10 équipes Les 12 premiers passeraient dans les play-off Les 8 derniers dans les play-out Valideriez-vous cette compétition ? ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  23. Giuseppe Marotta est l’Administrateur-Délégué de l’Inter et lorsque celui-ci se livre à la presse, autant dire qu’il ne fait pas dans le détail. Internazionale.fr a donc le plaisir de vous relayer les interviews qu’il a octroyé à la Gazzetta Dello Sport, à Sky Sport, et au Corriere Della Sera. Bonne lecture à tous ! Il Padrino à la Gazzetta Dello Sport Lautaro Martinez "Il est difficile de se prononcer sur son futur. Toutefois, je tiens à lui dire de rester concentré sur le présent, il y a une saison qui reprend, des objectifs à atteindre, cela peut apporter des satisfactions. Les joueurs doivent être des protagonistes. La volonté du Suning n’est pas de vendre Lautaro : il est jeune, il a le futur devant lui et c’est un élément fonctionnel pour Conte. Ensuite, c’est évident qu’il y a une clause libératoire ..." Que voulez-vous dire ? Que le raisonnement peut changer après le 7 juillet ? "Je ne sais pas à quoi pense Barcelone, peut-être ont-ils aussi des alternatives… J’espère qu’ils ne paieront pas la clause. En cas de départ, un joueur de très grande valeur arrivera à la place de Lautaro." L’Inter réalisera-t-elle un coup économiquement aussi important que celui de Lukaku, l’été dernier ? "C’est ce que je viens de dire : si Lautaro vient à partir, un Top Player arrivera. Mais dans ce mercato, au niveau européen, la vrai difficulté ne consistera pas à acheter, mais parvenir à vendre." "Je ne suis pas pressé : je comprends cette envie de donner des noms, mais il faut attendre la fin de la saison et voir les clubs qui seront en mesure d’établir des programmes dans le futur. Je tiens à dire une chose, de façon général, les opérations à la Neymar où l’on voit une équipe arriver et transférer un joueur autre part, ne se reverront plus avant de très nombreuses années." Nous allons citer un nom : Cavani "C’est l’une des opportunités, il fait l’objet d’un monitoring étant donné qu’il s’agit d’un joueur en fin de contrat. Mais je ne souhaite pas approfondir la question. En ce moment, il semble plutôt loin de l’Inter." Avec vous, le club a épousé une ligne de conduite italienne. Il y a un an ce fut Sensi et Barella. Maintenant, il est question de Tonali et Chiesa. "On ne peut pas nier que ce sont deux talents. Pour Chiesa, la Fiorentina a des attentes économiques élevées, c’est la raison pour laquelle, actuellement, nous n’avons pas échangé avec eux." Commisso en demande 70 millions ? "Peut-être encore plus..." Et Tonali ? "Il est plus abordable, c’est une opération qui peut se construire de la meilleure des façons. Et c’est un garçon qui est encore en phase de croissance." Mais n’avez-vous pas, sur le Mercato, un petit avantage sur vos rivaux avec la vente d’Icardi ? "Nous avons été bons, c’était une opération très difficile. Nous avions, chez nous, un objectif déterminé favorisé par un délai fixe. Celui de la date du rachat." 50 millions + 8 de bonus : N’est-ce pas peu lorsque l’on repense à Icardi avant l’exposition de cette situation ? "Les opérations de mercato doivent être contextualisées. Celle-ci a été définie dans une période difficile d’un point de vue financier. Il est inutile de repenser à hier, ni même de songer au lendemain. L’accord d’aujourd’hui est satisfaisant. Nous avions fait un choix, il y a un an, sur la base du projet technique et ça a été respecté." Est-ce que l’Inter du futur sera construite autour d’Eriksen ? "Le danois est un joyau, c’est un grand joueur. Conte est le Chef d’orchestre, c’est à lui que revient la création d’un juste équilibre tactique. Ces deux derniers mois nous ont donné des indications pour mieux se connaitre. Cela vaut aussi bien pour le joueur que pour Conte." Faisons un bon dans le temps, à la fin du mercato. L’Inter du prochain championnat, partira d’égale à égale avec la Juventus ou y aura-t-il encore une distance à colmater ? "Je ne regarde pas les autres. Avec l’avènement de Conte, une croissance a été constatée, aussi bien sur le plan culturel que sportif. A présent, il ne faut plus s’imposer de limites, le niveau se doit d’être relevé. J’estime que nous allons de l’avant en étant mandaté par Suning, le propriétaire. Nous voulons la victoire." Vous avez une occasion avec la Coupe d’Italie... "Je la vois devant nous, même si elle semble un peu loin actuellement. Nous devons chercher à récupérer ce titre." Croyez-vous au Scudetto ? "J’ai vu une équipe très motivée à l’entrainement, comme son entraîneur. Cela me fait plaisir. Dans un championnat aussi anormal, tout peut arriver. Je connais la force des adversaires, mais nous devons avoir de l’ambition. Ensuite, il faudra avoir certaines circonstances favorables, comme ne plus connaitre de blessures dans les moments-clés." Marotta, avez-vous un désir personnel ? "Partir à la retraite avec d’autres titres gagnés… Avec l’Inter bien sûr." Beppe à Sky Sport Le futur de Lautaro "Nous voulons renforcer la structure de l’équipe, au sein de celle-ci se retrouve une personnalité importante comme Lautaro, un jeune très intéressant qui est en passe de devenir un champion grâce au travail de Conte, au soutien du Club et grâce à lui-même." "L’Inter ne compte pas le vendre, mais compte se renforcer, nous suivrons cette ligne de conduite. Il y a une clause qui arrive à échéance le 7 juillet. Nous verrons ce que fera Barcelone. Passé ce délai, si nous sommes encore ensemble, nous discuterons. Ce qui compte aujourd’hui, c’est qu’il se mette au service de l’équipe, qu’il y apporte une contribution importante." Tonali ? "La ligne Marotta n’existe pas, c’est le projet Inter qui existe, celui de créer un modèle mixé entre les jeunes et les moins jeunes. Avec les jeunes, tu ne peux pas gagner, tu gagnes avec des jeunes et des joueurs d’expériences. Il faut donc trouver quelques joueurs déjà prêts et quelques jeunes italiens, et mixer le tout dans un équilibre financier et économique." Icardi ? "C’est une opération très positive, le droit de rachat a été exercé par le PSG, avec une légère révision que nous avons garantie. Toutes les parties sont satisfaites. C’était un parcours que nous avions débuté l’année dernière, et qui s’est conclu avec satisfaction. J’en suis fier." Nainggolan ? "L’objective de l’Aire Technique est de favoriser ses propres ressources, Nainggolan est une personnalité importante. Lorsque son prêt à Cagliari prendra fin, il reviendra chez nous. Nous déciderons tous ensemble et nous évaluerons quel sera le meilleur futur pour tous." Si je vais quitter l’Inter ? "Ce sont des Fakes News, je me sens très bien à l’Inter et je n’ai aucune raison de me lamenter. Et il y a aussi la volonté de l’Inter. De mon côté, j’apporte une très grande motivation et je ressens de très grandes satisfactions à faire ce travail, je le continuerai avec beaucoup de plaisir. J’espère être en mesure de prendre et d’apporter, à tous les interistes et au propriétaire, de belles satisfactions en termes de conquêtes de titres." Le Scudetto ? "Aucune possibilité n’est absolument écartée, nous devrons reprendre avec la même détermination qu’au début de la saison, période où nous avions récolté de très importants fruits. Il reste encore 13 matchs à disputer et beaucoup de points à disposition. Une des caractéristiques les plus belles de ce monde est l’imprévisibilité. Prenons-là comme un slogan et comme un objectif à atteindre." Comment avez-vous vécu ces mois d’arrêt et cette reprise qui prend forme ? "Je dois vous dire que de mon côté, il y a une grande préoccupation, surtout que nous sommes dans un contexte territorial particulièrement difficile avec la mort qui serpente à une grande fréquence. Je crois que c’est assez normal d’être préoccupé. Le sport est une façon de voir la vie, la reprise de cette activité servira à essayer de mettre de côté cette mauvaise période". Hier le conseil Fédéral a décidé de miser sur les playoff et playout et de faire usage de l’algorithme comme plan C en cas de nouvel arrête de la compétition. Le Président Gravina a dit qu’il s’agissait de la victoire du Calcio. Une déclaration suite à sa sortie ? "Je crois qu’il n’y a ni gagnant, ni perdant, c’est une situation que je juge assez anormale. Nous avons été pris par derrière par le Conseil d'Administration, c’est une gifle morale, nous avons perdu notre "revendication". 3 votes contre et 18 votes pour en délibération, le tout en faveurs d’une ré-interprétation gouvernementale qui ne reflète pas pleinement l’importance spécifique d’un championnat." Comment changer ? "Je ne critique pas les hommes. Gravina est un dirigeant de grande expérience, il est compétent et je l’estime. Aujourd’hui, je peux critiquer le système de gouvernance du Football en Italie, un système ancré dans la volonté d’une prise de décision qui dépend de beaucoup de composants." "J’espère que la Serie A aura sa propre autonomie à l’instar de ce qu’il se passe en Angleterre, qui garantit à l’ensemble du système le respect des valeurs et l’objectif social des autres championnats." Faisons un pas de retrait. Il y a eu beaucoup de polémiques ces derniers mois sur la façon dont a été gérée la phase d’étude de la reprise. Est-ce que l’on aurait pu tout faire d’une façon plus sereine ? "Je crois que oui et je fais mon autocritique. Nous à l’Inter, nous avons parlé peu par respect à la pandémie et suite aux préoccupations auxquelles nous étions confrontés. C’était un silence fort de préoccupation pour nous tous, nous qui partagions le sentiment de notre jeune président. Sa première pensée a été de mettre tout le monde en sécurité, tous ces milliers de personnes dépendant de l’Inter." "Je crois qu’il serait utile de faire preuve d’une meilleure sensibilité que ce que nous avons connue, surtout dans les déclarations. La fenêtre médiatique qui a été offerte suite à cette pandémie n’aurait pas dû être un espace de confrontations entre factions, mais elle aurait dû être évaluée en termes d’analyse d’un scénario qui ne touche pas seulement cette saison, mais aussi les deux prochaines, aussi bien au niveau calendrier mais également au niveau de l’impact économique suite à ce blocus forcé." Pour manifester vos préoccupations, Zhang avait fait usage de tons très dur il y a deux mois, en visant quelqu’un... Vous-a-t-il présenté des excuses ? "Steven a été mal compris dès le début, sa sortie a été le fruit d’une forte préoccupation vu ce qu’il se passait en Italie et vu qu’il savait ce qu’il s’était déjà passé en Chine. La préoccupation et l’alarmisme envers cette situation ne pouvait, comme cela s’est produit, que dégénérer à un moment ou un autre." "Je tiens à rappeler qu’il y avait de sérieux doutes quant au fait de disputer la rencontre face à la Juve à portes ouvertes. Notre président a lancé un signe prémonitoire, ensuite l’épidémie a dégénéré avec des milliers de morts." Vous allez reprendre avec la Coupe d’Italie ou vous serez appelé à faire une remontée sur le Napoli. N’est-ce-pas désarçonnant vu le calendrier établi ? Allez-vous envoyer la Primavera au San Paolo en Coupe d’Italie ? "Nous avons aussi manifesté notre pensée critique vis-à-vis d’un contexte plus général, celui représenté dans le Monde du Calcio. Je voulais envoyer un message : Nous reprendrons seulement si nous sommes en totale sécurité, une sécurité garantie pour nos joueurs et pour nos employés. A présent, il semble juste de reprendre de la meilleure des façons, sur la base d’un protocole rédigé par le Ministère de la Santé grâce aussi à la Lega Calcio." "S’il est respecté, nous pourrons nous y aventurer avec moins de préoccupation dans cet épilogue étrange et si particulier. Cela nous conduit toutefois à une réflexion à approfondir. En un mois et demi, nous devrons disputer 15 matchs, Getafe compris, ce qui impliquera très certainement un facteur stress et mental important et un risque de blessures pour des joueurs qui reviennent d’une période de repos forcé, une situation à laquelle nous n’avons jamais été confronté." "Nous ferons les comptes à la fin, mais je crois que notre préoccupation est absolument légitime." Que pensez-vous de cette possibilité de disputer les playoff et du facteur "algorithme" ? "Je perçois ces playoff et les playout comme une situation éliminatoire extrême. Je suis convaincu qu’à partir du 20 juin nous aurons plus de possibilités pour terminer le championnat. Dans ce contexte italien de grande difficulté liée à la pandémie Covid, je comprends l’appréhension de notre gouvernement qui a établi un protocole qui se devait d’être très rigide et qui impose la quarantaine en cas de joueur testé positif." "C’est peut-être une limite, mais cela représente un instant très difficile. J’espère que le Bon Dieu nous assistera et que nous concluerons le Championnat de façon naturelle." Il Padrino au Corriere Della Sera Quel est l’objectif de l’Inter ? "Celui d’avant, être protagoniste. Avec 13 matchs à disputer, tout peut arriver. Y aura-t-il une opération Lautaro-Barcelone ? "Lautaro représente un point de référence important pour l’Inter, nous n’avons pas la nécessité de le vendre. Il y a une clause libératoire de 111 millions d’euros qui se termine le 7 juillet. C’est la seule possibilité pour arriver à une vente. Le joueur peut attendre et grandir avec l’Inter." Lautaro veut le Barça… "Je discuterai avec lui, je dois lui faire comprendre qu’une possibilité de ce genre peut se représenter dans le futur, lorsqu’il sera mieux préparé." A quel point l’Inter raisonne-t-elle avec l’esprit Marotta ? "J’ai ajouté quelques éléments importants. L’entraineur et quelques joueurs. En janvier, il y a aussi eu Eriksen. L’Inter a une grande visibilité à présent et fascine. Nous avons retrouvé l'attraction de nos meilleures années." Eriksen reste un point d’interrogation… "Ce n’est pas une interrogation, c’est un bon joueur, Conte trouvera le juste équilibre." Nainggolan, Perisic, Sensi. Qui part et qui reste ? "J’ai une obligation. Ne pas déprécier la valeur de nos joueurs. Je les évalue tous avec l’entraîneur. Nous tenons à conserver Sensi." Pouvez-vous remporter la Coupe d’Italie et l'Europa League ? "Nous y participons pour y être protagoniste. La Coupe d’Italie est la plus proche, l’Europa League est la plus ambitieuse." On parle énormément de Cavani, Chiesa, Tonali… Quel type de joueurs recherche l’Inter ? "Des joueurs prêts, les jeunes italiens restent un objectif important. Il y a aussi les évaluations du marché. Chiesa n’est pas une obligation, il y a une distanciation. Il y a plus de facilité dans les échanges sur Tonali." Votre joueur secret reste-t-il Dybala ? "C’est l’un des plus grands talents. L’année dernière, il y avait de grandes sensations pour y arriver. Aujourd’hui, il se projette à devenir un des grands leaders de la Juve." Est-ce que Conte est aussi difficile avec un dirigeant aussi expérimenté que vous ? "C’est un grand professionnel, il se dédie à son travail, il a la passion et a d’excellentes statistiques. Avec ces promesses, tout est plus simple. C’est lui qui insuffle les dynamiques. Il a toujours eu du respect pour moi, pour le club et pour le Suning : il nous apportera des grandes satisfactions." Est-ce que l’objectif, l’année prochaine est de faire chuter la Juve de son piédestal et de remporter le Scudetto ? "Nous voulons augmenter la difficulté et le niveau qualitatif du Groupe Inter." Quelles sont les ambitions et les valeurs de Marotta et de l’Inter ? "J’ai travaillé à tellement d’endroits. Si je regarde mes deux dernières expériences, il y a des principes qui unissent Agnelli et Zhang. Le grand sens de l’appartenance, la culture de la victoire, du travail et de la passion. L’Inter, à présent, à l’ambition de revenir au sommet." Le saviez-vous ? Selon la Gazzetta Dello Sport, les personnalités qui ont voté contre, au Conseil d'Administration, sont Paolo Dal Pino, Beppe Marotta et Claudio Lotito, soit les trois représentant de la Lega Serie A au Conseil Fédéral Si la saison se joue sur la base de l'algorithme, le Scudetto ne sera pas assigné Selon le CIES, Beppe Marotta a réalisé une belle prouesse dans la vente d'Icardi. Le joueur ne valant plus que 46,8 millions d'euros. ®Antony Gilles - Internazionale.fr
  24. Le président de la Fédération de football Gabriele Gravina, est revenu sur le fameux thème de l'algorithme. « Les craintes d'un éventuel classement avec l'algorithme en cas d'arrêt définitif de la saison dû au Covid ? Cette hypothèse à fait beaucoup de bruit chez les clubs, sans même connaître les conditions de celle-ci. J'ai expliqué au président de la Ligue Paolo Dal Pino, que c'est la formule la plus juste possible si nous devons malheureusement dresser le classement en cas de nouvel arrêt ». C'est ce que le président de la Fédération de football, Gabriele Gravina, explique dans une interview à «La Verità». « Les Play-offs seraient une nouveauté absolue, mais est-ce une possible option pour l'avenir ? À en juger par les réponses des clubs de Serie A, je dirais non , contrairement à la majorité de l'opinion publique et des sponsors qui eux, y sont moins réticents. Je leur ai d'ailleurs proposé de conclure cette saison sur le terrain, car je pense que le côté imprévisible raviverait l'enthousiasme des passionnés et des non-passionnés, après une période de perplexité générale », explique Gravina. Pour conclure, il s'est exprimé sur les modalités de la prochaine saison : « Selon les projections de la Ligue, il n'y aura aucun problème à disputer l'intégralité des rencontres si vous débutez en Septembre. Dans le cas contraire nous serons dans la contrainte de modifier certaines choses en vue de l'Euro qui aura lieu dans un an ». ®KarimGipuzcoa - Internazionale.fr
  25. Parallèlement à la reprise sur les terrains du football professionnel de Serie A, la phase 3 du Calcio a officiellement débuté aujourd’hui avec la présentation du Fondo Salva Calcio institué par le Comité de la Présidence de la FIGC. Sur proposition du Président Gabriele Gravina, l’organe administratif de la Federcalcio a donc lancé le projet extraordinaire, articulé et assez consistant, dont l’approbation sera soumise au Conseil Fédéral qui se tiendra le lundi 8 juin 2020 La solidité patrimoniale et la disponibilité financière de la Fédération Italienne de Football, la FIGC, permet une intervention direct en faveur des Clubs, des joueurs et des joueuses et des entraîneurs de Serie B, C, de la Lega Dilettanti et du football féminin pour faire face à la crise découlant de la Pandémie Covid-19 pour une somme globale de 21,7 millions d’euros "C’est une initiative sans précédent et elle représente le grand sens des responsabilités de la FIGC, qui est en faveur de ce système dans son ensemble. Il s’agit d’une allocation directe dont l’entité servira de moteur pour la reprise" - Gabriele Gravina Répartitions des ressources Jusqu’à 5.000.000€ pour soutenir les Clubs de Serie B Jusqu’à 5.000.000€ pour soutenir les Clubs de Lega Pro Jusqu’à 5.000.000€ pour soutenir les Clubs de la Lega Pro Jusqu’à 5.000.000€ pour soutenir les Clubs de la LND Jusqu’à 3.000.000€ pour soutenir les entraîneurs, préparateurs, grâce à la reconnaissance d’une contribution unique au Fondo di Solidarietà calciatori, allenatori e preparatori atletici 700.000€ pour les clubs de football féminin, et le soutien des Clubs qui ont misé sur la reprise et l’achèvement de la la saison sportive 2019/2020 ®Antony Gilles - Internazionale.fr