Aller au contenu
×
×
  • Créer...

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'genoa'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
    Ecrire en minuscule, toujours mettre le combo "prénom nom" pour un joueur, dirigeant, etc... ne pas mettre les sources en tag, ne pas mettre "inter", ne pas mettre plusieurs version d'un tag ("serie a" et non pas "seriea").
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • La Communauté
    • Présentations
    • Vos Déplacements
    • La Curva du Forum
    • Annonces & Support
  • F.C. Internazionale
    • Le Club
    • Effectif
    • Transferts & Rumeurs
    • Les Matchs
  • Football en général
    • Calcio
    • Coupe d'Italie
    • Coupes d'Europes
    • Autres championnats
    • Les Equipes Nationales
    • Les Débats
    • Autres Sports
  • Devenir membre de Inter Club Paris
  • Le QG : La Taverne des Korrigans de Inter Club Paris
  • Photos de Inter Club Paris
  • Contacts de Inter Club Paris
  • Devenir membre de Inter Club Morocco
  • Le QG Casablanca : Café place des gameurs de Inter Club Morocco
  • Photos de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Morocco
  • Le QG Rabat : Café Nostalgia de Inter Club Morocco
  • Contacts de Inter Club Vevey
  • A propos de Inter Club Charleroi
  • Inscriptions de Inter Club Charleroi
  • Contacts de Inter Club Mulhouse

Catégories

  • F.C. Internazionale Milano
  • Mercato
  • Interviews
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Nos Dossiers

Calendriers

  • Amicaux
  • Serie A
  • ICC
  • Coupe d'Italie
  • Ligue des Champions
  • Ligue Europa
  • Évènements de Inter Club Paris

Le Blog du staff

Catégories

  • L'Histoire de l'Inter
  • Les Joueurs de l'Inter
  • La Serie A

Catégories

  • Inter
  • Serie A
  • Coupes d'Europe
  • Coupe d'Italie
  • Joueurs
  • Primavera
  • Femmes
  • Top
  • Collector
  • Matchs entiers
  • eSports

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Snapchat


Instagram


Site web


Lieu


Joueurs

  1. L'Inter rencontrera des visages familiers sur le banc de touche lors de chacun de ses trois prochains matches de Serie A. C'est ce que souligne le journal turinois Tuttosport, qui note que les trois prochains adversaires des Nerazzurri sont entraînés par d'anciens joueurs ou entraîneurs de l'Inter. Vendredi, l'Inter se rendra en Ligurie pour affronter Spezia, qui réalise une bonne saison sous la direction de Thiago Motta. L'ancien milieu de terrain des Nerazzurri, qui a joué un rôle clé dans le triplé européen en 2010 avant de rejoindre le PSG, a connu une première expérience difficile en tant qu'entraîneur en Serie A avec le Genoa, mais il semble avoir réussi à éloigner Spezia de la relégation cette fois-ci. Les Nerazzurri se méfieront de l'équipe de Motta malgré leur budget et leur place au classement, et ils se méfieront encore plus de leur adversaire d’après, une équipe de la Roma en forme entraînée par l'ancien coach de Motta, José Mourinho. Le tacticien portugais connait l'une des formes les plus régulières de la saison avec les Giallorossi, et il se rendra à San Siro en espérant que son équipe obtiendra un résultat contre le club qu'il a guidé vers le triplé. Après cela, les Nerazzurri joueront enfin leur match reporté contre Bologne, qui était prévu pour le 6 janvier, et ils rencontreront un autre ancien de la maison en la personne de Sinisa Mihajlovic. L'entraîneur serbe est actuellement à l'hôpital, mais s'il est en mesure d'apparaître sur le banc de touche, il affrontera une équipe pour laquelle il a joué et dont il a été l'entraîneur adjoint sous Roberto Mancini. ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  2. Selon une information des médias italiens, le défenseur de l'Inter Andrea Ranocchia a déclaré que faire partie de l'équipe de l'Inter signifie que vous êtes un joueur de haut niveau même si vous ne jouez pas souvent. S'exprimant lors d'une interview avec Assocalciatori.it, via FCInternews, Andrea Ranocchia a expliqué la façon dont les joueurs comme lui qui ne sont pas titulaires toutes les semaines doivent considérer leur statut et leur importance pour l'équipe. "Être à l'Inter signifie que tu dois être à un haut niveau, sinon tu ne pourrais pas y rester. Le point fondamental est et reste le fait que personne ne donne rien, et donc celui qui arrive à l'Inter, à la Juve, au Milan etc., cela signifie qu'il le mérite, qu'il est fort et cela indépendamment du fait que tu joues 60 ou 5 matchs." "Tu dois toujours être fonctionnel et utile, sinon tu ne peux pas rester, n'est-ce pas ? Et il y a des niveaux, bien sûr, mais ceux qui arrivent au sommet le méritent. Personne ne vous donne rien." Andrea Ranocchia a également évoqué les différents clubs et niveaux auxquels il a évolué et qui l'ont conduit à remporter un Scudetto avec l'Inter la saison dernière. "Il y a ceux qui ont un grand talent qui commencent peut-être immédiatement à un haut niveau. Pas moi, j'ai fait toutes les catégories, C et B et même en Serie A. J'ai commencé à Bari, puis je suis passé au Genoa et enfin j'arrive à l'Inter. "Pour moi, ça a été un apprentissage très très utile, je n'oublie pas les C, les 700 km en bus pour aller aux matchs, sur des terrains qui n'étaient certainement pas adaptés pour jouer au football : tout a été très instructif." Le défenseur affirme que c'est lors de son passage à Arezzo qu'il a compris qu'il pouvait atteindre un haut niveau. "À Arezzo, la première année de Serie B avec Conte. C'était au printemps, même s'entraîner avec la première équipe me semblait déjà beaucoup et j'ai tout fait pour être là avec eux, même si j'ai compris que cela me prendrait du temps, que je devais grandir." L'Italien a passé peu de temps en Angleterre avec Hull City et il a clairement appris beaucoup de choses en Premier League. "L'expérience que j'ai eue en Angleterre, avec Hull City, en 2017, m'a été très utile. J'ai ainsi eu l'occasion de vivre un football différent, des entraînements, des semaines et même des matchs. C'était beau et formateur pour moi, ce qui m'a permis de voir les choses d'une manière différente, avec plus de conscience." Andrea Ranocchia pense que le football était beaucoup plus simple et facile à naviguer pour les joueurs avant l'arrivée des médias sociaux. "Avant les médias sociaux, comme tout le reste, le football était moins exaspéré, je pense qu'il y avait plus d'espace pour les émotions. Maintenant, il y a une toute autre vitesse, tout est accentué, il y a des fake news de sources qui n'existent pas et tout est plus compliqué et exaspéré qu'avant et -je le répète- ce n'est pas seulement dans le football." ®Oxyred - Internazionale.fr Via SempreInter
  3. Selon Tuttosport, l’objectif prioritaire de l’Inter se nomme Gianluca Scamacca. Forte du "Oui" du joueur, la Beneamata doit à présent satisfaire aux exigences de Giovanni Carnevali, l’Administrateur-Délégué de Sassuolo. "Plus que le oui du joueur, l’Inter peut jouer la carte des excellents rapport entre Marotta et Carnevali, qui, s’il ne soldera pas le prix de son joueur, peut faciliter la tâche des Nerazzurri pour réaliser une transaction économiquement viable, comme cela s'est passé avec l'Atalanta, un autre "club ami", pour Robin Gosens en janvier. Une contrepartie technique sera également incluse dans l'accord et tout porte à croire qu'un accord de ce type sera conclu." "Dans le cadre de cette négociation, tous les indices portent à Andrea Pinamonti qui, comme Scamacca est né en 1999 et qui est l’auteur d’une très belle saison à Empoli. L'Inter aurait également l'opportunité de réaliser une plus-value sur Pinamonti qui au 30 juin 2022 pèsera dans le budget 12,5 millions d'euros. En effet, l'Inter l'a racheté pour 21,3 millions d’euros au Genoa à l'été 2020, alors que le garçon a un contrat jusqu'en 2024. En conséquence, le coût financier pour Scamacca serait diminué." "Stefano Sensi pourrait également être inclus dans les discussions entre les clubs, car il s'est révélé être un grand joueur justement à Sassuolo. Le milieu de terrain, pour espérer rester dans le noyau de la Nazionale italienne, doit jouer avec continuité et l'Inter, en ce sens, ne peut pas lui donner de garanties : Si la Samp ne fait pas un geste pour le garder, car il fait l’objet d’un prêt sec, attendez-vous à un retour de flamme avec son ancien club" Valideriez-vous cette négociation ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  4. L’indice de liquidité fait trembler toute la Serie A. Cette thématique va être abordée lors du Conseil de la Federcalcio programmée aujourd’hui et comme le révèle la Repubblica, sa nouvelle utilisation risque de faire mal, très mal Révélation de la Repubblica "Jusqu’à aujourd’hui, l’indice de liquidité ne servait qu’à limiter le Mercato aux plus grands dépensiers, mais à dater d’aujourd’hui, seuls ceux qui rentreront dans ses paramètres auront la possibilité de pouvoir s’inscrire dans le Championnat de Serie A.Les clubs de la plus importante division du championnat italien ont d’ailleurs élu Lorenzo Casini comme Président pour contrer et s’opposer aux intentions du Président de la Fédération Italienne de Football (la FIGC), Gabriele Gravina." Qu’est-ce que l’indice de liquidité ? "Il s’agit du rapport entre les actifs et les passifs à court terme des clubs. Et il est redouté, car pour débloquer le ratio, il n'y a que deux possibilités sur la table : La vente de joueurs L’injection de capital de l'actionnaire Pour être clair : Soit vous vendez, soit vous apportez de l'argent frais. En janvier, seuls ceux qui avaient un indice de liquidité de 0,6 ont d’ailleurs pu agir sur le mercato : Leurs actifs devaient couvrir au moins 60% des dépenses. Cette nouvelle donne a d’ailleurs bloqué les affaires de nombreux clubs." Triplete Pour le quotidien italien, trois clubs sont hors des paramètres : "La Lazio et le Genoa sont hors-jeu pour respectivement 28 et 32 millions d’euros de déficit. La Sampdoria également, mais de nombreux clubs, au moins six, sont à risques. Cette thématique se déplace également dans l'arène politique, avec Claudio Lotito ennemi juré de Gravina qui votera contre dans la réunion d'aujourd'hui, avec Giuseppe Marotta et d‘autres représentants des 20 clubs de Serie A." "L'indice sera fixé entre 0,7 et 0,6. Il sera possible de réduire l'écart négatif avec un solde positif lors de la campagne de transferts. Le fait de contenir les coûts de "main-d'œuvre dans les limites de 60 %" des revenus représentera un avantage, tout comme un bon ratio du chiffre d'affaires/dettes, ce qui découragera les emprunts non viables. Avec en ratio extrême : Des ventes possibles en juin." "Gravina n'acceptera pas la demande de Casini de reporter la discussion sur l'indice de liquidité, formalisée par une lettre envoyée au président de la FIGC. Mais tout changera certainement pour la Serie A à partir de 2024, lorsque des critères similaires, voire plus stricts, seront adoptés par l'UEFA : L'indice de liquidité sera également plus strict d'année en année, jusqu'à se rapprocher du paramètre 1 : Vous ne pourrez pas dépenser plus que vous ne gagnez. C'est d'ailleurs le cas en Allemagne depuis des années.." Le Saviez-vous ? Gabriele Gravina considère l'indice de liquidité comme sa principale réforme : Il veut marquer le coup et apporter de la stabilité au mercato tout en empêchant les clubs de contracter de nouvelles dettes qui, par exemple, pèsent actuellement sur les bilans de la Juve, de l'Inter et de la Roma pour plus d'un milliard d'euros. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  5. Tout ce dont vous devez savoir avant le match de dimanche soir. Milan - Les Nerazzurri feront face au Torino ce dimanche à 20:45, dans le cadre de la 29ème journée de Série A. Leur dernière rencontre était le 22 Décembre, un match qui a clôturé l'année 2021 de l'Inter par une victoire, grâce à un but décisif de Denzel Dumfries à la 30ème minute de jeu à Giuseppe Meazza. Rencontres précédentes Il y a eu 155 matchs entre les deux équipes. L'Inter mène au nombre de victoire, avec 70 matchs remportés. Le Torino compte quant à lui 36 victoires. Il y a également eu 49 matchs nuls. Seule la Juventus, avec 74, a plus de victoires contre le Toro en Série A. Plus récemment, l'Inter a remporté les 5 dernières confrontations, ainsi que 12 des 17 derniers matchs à l'extérieur, perdant seulement 2 fois et concédant le nul 3 fois. Formes L'Inter arrive à Turin avec une victoire 5-0 contre Salernitana à leur actif. Ils comptent 58 points après 27 journées. Sur leur route, les Nerazzurri ont glané 3 points lors de leurs 3 derniers déplacements, faisant matchs nuls contre l'Atalanta, le Napoli et le Genoa. L'équipe de Simone Inzaghi a concédé seulement 2 buts lors de leurs 8 derniers matchs à l'extérieur en Série A. En fait, depuis début Octobre, aucune équipe dans les 5 championnats majeurs a encaissé moins de buts (6) et obtenu plus de clean sheets (6) hors de leurs stade que l'Inter. Le Torino, pendant ce temps, reste sur un match nul et vierge contre Bologne. Les hommes d'Ivan Juric n'ont pas connu la victoire lors de leurs 6 derniers matchs, avec 3 nuls et 3 défaites. La dernière fois qu'is ont connu une si longue série sans victoire, c'était en Décembre 2020, sous Marco Giampaolo : 8 matchs sans victoire. Leurs résultats contre les meilleures équipes ne sont pas plus réjouissants, ayant perdu 1-0 chacun des trois matchs qu'ils ont joués contre une équipe du top 2 cette année. Note plus positive, le Toro a trouvé le chemin des filets lors de leurs 10 derniers matchs de Série A à domicile, marquant 20 buts au total, soit environ 2 par match. Ils n'ont pas dépassé ce chiffre en une saison depuis Décembre 2018. Statistiques générales Le Torino a la plus grande différence (+14) entre les points obtenus à domicile (24) et à l'extérieur (10) en Série A cette année. La rencontre oppose l'équipe avec le record de point obtenus après avoir été menée, contre l'équipe avec le pire score. L'Inter est allé chercher 17 points depuis une position perdante, alors que le Torino n'en a pris que 4. En revanche, en ce qui concerne la défense, seul Naples (8) a encaissé moins de buts que le Torino (10) avant le coup de sifflet de la mi-temps, tandis que l'Inter (9) a le meilleur bilan défensif de la Serie A en deuxième mi-temps. Focus sur les joueurs Lautaro Martínez a été directement impliqué dans cinq buts lors des cinq derniers matches contre le Torino en championnat, avec quatre buts pour lui et une passe décisive. Il n'y a que contre Cagliari qu'il a un meilleur bilan en première division Italienne, avec sept contributions. Si l'attaquant argentin venait à marquer, il deviendrait le cinquième joueur de l'Inter (depuis le début de la victoire à 3 points) à faire trembler les filets lors de trois matchs consécutifs à l'extérieur contre un même adversaire. Il a marqué en déplacement contre le Toro du 23 novembre 2019 au 14 mars 2021. Les seuls autres joueurs à avoir réalisé cette prouesse depuis sont Christian Vieri (contre Pérouse), Álvaro Recoba (contre Empoli et contre la Reggina), Ivan Perišić (contre la Fiorentina) et Mauro Icardi (contre Cagliari). Pour Edin Džeko, en revanche, la rencontre a été moins fructueuse. De toutes les équipes qu'il a affrontées au moins 10 fois, le Torino est l'un des trois adversaires, avec la Lazio et la Juventus, où il a été impliqué dans le moins de buts (4 au total, avec 3 buts et 1 passe décisive). Nicolò Barella a le plus grand nombre de passes décisives dans le jeu (9) dans les cinq grands championnats européens cette année. Florian Wirtz, Sergej Milinkovic-Savic et Paul Pogba sont juste derrière lui, avec 8. Il pourrait devenir le premier joueur de l'Inter à atteindre les 10 passes décisives en championnat avant la 30e journée depuis 2004/05. Dans le même idée, Hakan Çalhanoğlu est le joueur qui a délivré le plus grand nombre de passes décisives sur coups de pied arrêtés, soit 6 depuis le début de la saison. Si l'on compare avec les autres gardiens de but ayant au moins 25 apparitions en Série A cette saison, Samir Handanović a le meilleur pourcentage d'arrêts, de 77 %. Vanja Milinkovic-Savic est deuxième avec 62%, et Lorenzo Montipò, qui suit de près, avec 61%. Milan Škriniar fera sa 200e apparition en Série A depuis ses débuts en championnat le 24 avril 2016 contre la Sampdoria. En défense, seul Francesco Acerbi a disputé plus de matchs de première division (205). C'est lors de la rencontre à l'aller, en Décembre, que Denzel Dumfries a inscrit son dernier but en championnat. De tous les défenseurs des cinq grands championnats européens, c'est celui qui a touché le plus de ballon dans la surface de réparation adverse (92). Le Torino est la seule équipe contre laquelle Federico Dimarco a marqué plus d'un but en Série A, les deux ayant été inscrits en 2021 pour Vérone sous la direction d'Ivan Juric (le 6 janvier et le 9 mai). Alexis Sánchez a obtenu son plus grand nombre de passes décisives contre une équipe dans cette confrontation, avec 5 en 6 rencontres. Le Chilien a également marqué lors de la rencontre du 22 novembre 2020. C'est contre le Toro que Stefan De Vrij a inscrit son tout premier but avec l'Inter, en Août 2018. Danilo D'Ambrosio, quant à lui, affrontera son ancienne équipe, avec laquelle il a fait 42 apparitions et marqué 4 buts en championnat lors des saisons 2012/13 et 2013/14. Matteo Darmian est également passé de l'autre côté du terrain, puisqu'il a disputé 100 matchs de championnat pour le Toro entre 2012 et 2015, marquant 2 buts. DÉTAILS DISCIPLINAIRES Suspendu : Torino : N/A Inter : N/A À un avertissement d'une suspension : Torino : Aina, Buongiorno, Djidji, Pobega Inter : Lautaro Martínez, Vidal ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via Inter.it
  6. L'Inter a poursuivi ses déboires actuels avec deux matchs nuls 0-0 en championnat et en Coppa Italia. Dans un match très médiocre vendredi contre le Genoa en Serie A, l'Inter a de nouveau tiré plus de 20 fois sur le but adverse sans marquer, ce qui signifie qu'ils en sont maintenant à 59 tirs au but depuis leur dernier but en championnat. Voici 5 chose à savoir sur cette l'Inter en mode panique : 1) Des attaquants qui ne savent plus marquer Il n'y a pas assez d'occasions franches et c'est un point qui sera abordé plus loin dans cet article, mais les attaquants du club sont actuellement au plus bas. Lautaro Martinez connait son pire passage à vide depuis qu'il a rejoint le club. Edin Dzeko fait son âge, et Alexis Sanchez n'a tout simplement pas assez d'impact sur le jeu dans le dernier carré. Ces trois joueurs ne parviennent pas à offrir un point focal en attaque et n'atteignent pas la surface de réparation quand il le faut. L'Inter a besoin de ses attaquants et, étant donné leur manque de confiance, ce serait parfait s'ils pouvaient marquer un but en début de match contre Salernitana pour leur redonner confiance. 2) Hakan Calhanoglu en panne d'inspiration Malgré ses promesses de début de saison et sa forme avant Noël, Hakan Calhanoglu commence à se fatiguer et cela se ressent sur son équipe. Sans aucun remplaçant viable à son poste en raison des départs de Christian Eriksen et Stefano Sensi, le fait qu'il ne soit pas aussi performant qu'en début de saison ne fait que peser davantage. L'Inter a besoin de retrouver le Calhanoglu confiant qui a malmené l’AC Milan lors du premier derby pour se remettre en forme et prendre la tête de la course au Scudetto. 3) Le retour de Joaquin Correa et Robin Gosens donne des options à l'Inter Avec le retour de Joaquin Correa et de Robin Gosens, l'Inter a l'occasion parfaite de rafraîchir une équipe fatiguée. Correa donne à l'Inter la possibilité de rafraîchir une attaque en sommeil et Gosens pourrait également apporter plus de rythme et de physique offensif sur le côté gauche. Correa pourrait même permettre à l'Inter de passer à une sorte de 3-5-1-1 avec Dzeko qui pourrait jouer le rôle de point central et Correa qui pourrait parfaitement jouer le rôle de liaison. Il ne faut pas précipiter le retour à l'action de ces deux joueurs. Une place sur le banc de touche dans la semaine serait peut-être souhaitable, mais le fait qu'ils soient de nouveau disponibles devrait améliorer leur situation actuelle. 4) Oublier Liverpool et la Ligue des Champions C'est tellement frustrant de devoir dire cela, mais le match contre Liverpool doit être mis au second plan dans la liste des priorités de l'Inter. Une défaite plutôt décevante dans un match où ils ont bien joué mais où ils n'ont pas été à la hauteur à cause de leur attaque en « poudre ». Compte tenu de la situation actuelle de l'Inter, le titre de champion doit être LA priorité. S'ils parviennent à passer le cap de l’AC Milan, la Coppa Italia devient également une option, donnant à l'Inter l'opportunité de devenir détenteur des trois trophées nationaux, ce qui serait un bel exploit. Il est peu probable que l'Inter se rende à Anfield et gagne 3-0, il serait donc sensé d’envisager une rotation tout en évitant l’humiliation. 5) Le match contre la Salernitana sera déterminant pour la saison de l'Inter Après deux semaines plutôt brutales, le moral de l'Inter est au plus bas. Depuis qu'ils ont perdu le derby à cause de 10 minutes de folie où ils se sont endormis au volant, l'avance de l'Inter en tête du championnat a disparu. Leur match en retard à Bologne est maintenant devenu une victoire obligatoire pour les ramener au sommet. Le dernier mois a été le pire pour l’Inter, depuis l'arrivée d'Antonio Conte il y a plus de deux ans, et risque de devenir plus commun à moins qu'Inzaghi ne trouve une formule gagnante. Éviter la défaite contre l’AC Milan était essentiel, mais la manière de jouer a été épouvantable. Un gros coup de pouce est nécessaire et, plus que tout, un vrai rafraîchissement de l'équipe pour qu'elle redevienne menaçante. Le combo Correa-Gosens et un but précoce contre Salernitana pourraient faire la différence avant un calendrier qui commence à s'alléger… Lentement. ®Oxyred – Internazionale.fr via SempreInter
  7. La Gazzetta Dello Sport n’a pas fait dans le détail, si les bonnes nouvelles sont les retours de Joaquin Correa et Robin Gosens, Simone Inzaghi a de quoi faire la gueule vu la prestation XXS proposée par un chilien, un italien et un croate.... Le début d'une très mauvaise blague Exclusif: Inzaghi s'en prend à Alexis! "A présent, Inzaghi a tout donné, hier soir il a tout tenté en retrouvant Correa qui était absent depuis le 19 janvier, dans une autre soirée de Coupe d’Italie. Il Tucu est un joueur unique vu ses caractéristiques au sein du noyau Nerazzurro. Correa peut s’avérer utile pour débloquer des matchs piégeux et foireux." "Sanchez était arrivé avant lui pourtant et il a même eu la possibilité de prouver sa chance. Et s'il est vrai que le Chilien a été jusqu'à maintenant un Homme de Coupe et de Super Coupe, son impact hier s’est avéré à nouveau négatif. Et au lieu de se lamenter sur son faible temps de jeu…." Que se passe-t‘il pour Nicolò et Marcelo ? "L’Azzurro en est à sa troisième rencontre de suite ratée avec fracas. Le premier flop remonte lorsqu’il était au poste de Brozovic face à Sassuolo, s’en est suivi l’une des pires prestations de sa saison sur le terrain du Genoa, le Derby d’hier est un autre désastre dans une moindre mesure : Si le Super Nicolò de 2021 veut prouver qu’il n’est qu’un Homme, il est entrain de bien y parvenir." "Son équipier croate est de nouveau revenu dans une phase de "flottement", multipliant théâtralement ses bras pour se lamenter de ceux qui l’entourent, pourtant, lui aussi ne semble plus aussi proche des standards auxquels il nous avait habitué." Pensez-vous qu’Alexis est le maillon faible du rempart offensif Nerazzurro ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  8. On peut appeler cela un faux-départ, mais la reprise de la nouvelle année solaire en Italie coïncide toujours avec la reprise de la Serie A. Et lorsque celle-ci débute, l'Inter, peu importe son entraîneur, est toujours confrontée à de sérieuses difficultés. Si cela s’est déjà passé personnellement pour Simone Inzaghi, l’Histoire récente de l’Inter nous confirme que l’Hiver est rude lors de la première saison de chacun de ses entraîneurs : Qu’il s’agisse du Champion d’Europe Roberto Mancini, de Luciano Spalletti, voire même d’Antonio Conte lors de la première saison de son mandat! Révélation de la Gazzetta Dello Sport "L’Inter d’aujourd’hui n’a remporté que 2 points lors de ses 4 dernières rencontres tout en compromettant sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions suite à sa défaite 2-0 à domicile face à Liverpool. Il y a un an pourtant, lors de cette même période, l’Inter réalisé une série de quatre victoires sur quatre en s’offrant la Fiorentina, la Lazio, le Milan et le Genoa. C’est d’ailleurs-là qu’a débuté l’envolée Scudetto de Conte." "Mais lors de sa première saison sur le banc interiste, Antonio Conte avait été confronté à une série noire de trois match nul face à l’Atalanta, Lecce, et Cagliari pour parvenir à des défaites face à la Lazio et Juventus, entre les deux, l’Inter ne l’avait emporté que face à l’Udinese et le Milan : soit deux victoires en sept matchs. Par la suite, ce fut le Lockdown." "Cette situation fut aussi connue avant 2020 : Avec Luciano Spalletti, lors de la saison 2017/2018, il y avait eu six match nuls, deux défaites et seulement deux victoires entre le 9 décembre et le 3 février." "Avec Roberto Mancini, en 2015-2016, ce fut également un sérieux coup d’arrêt après Noel : 1ere au classement avec une victoire face à Empoli le 6 janvier, l’équipe a enchaîné 4 rencontres sans victoires, pour deux victoires en neuf matchs avec, comme conséquence, une chute à la 5ème place." "L’année dernière, cette malédiction semblait être devenue du passé, mais maintenant, l’angoisse de l’instant est à effacer au plus tôt : Au plus vite l’Inter se remettra sur pied, au mieux ce sera, car il y a le fantôme de la crise qui est à effacer." Même lors de l’Inter du Triplé, l’Inter avait perdu énormément de plumes lors de la période hivernale: Selon vous, s’agit-il d’un blocage psychologique, ou alors d’une mauvaise gestion des entraîneurs ? Car si les effectifs changent, la crise hivernale semble vouloir perdurer dans le temps… ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  9. Simone Inzaghi s’est livré à DAZN sur la période trouble qui a frappé l’Inter de plein fouet en ce mois de février. Que vous-a-t ’il manquer pour rentrer à la maison avec les trois points ? "Je pense aux faits de jeu, nous aurions pu mieux aborder les vingt premières minutes, nous avons concédé durant cette période une occasion au Genoa, puis, nous avons pris la mesure sur un terrain toujours difficile à jouer. En seconde période, vu ce que nous avons créé comme occasions, nous aurions mérité un but. En ce moment, les faits de jeu ne nous sont pas favorable, nous devons faire plus car face à Sassuolo et au Genoa, nous avons tiré une quarantaine de fois au but sans marquer, nous sommes encore la meilleure attaque, mais nous devons faire plus." Dzeko a parlé de fatigue mentale... "Il peut y en avoir car les déplacements s’accumulent, les mise au vert…. Face à Sassuolo, nous avons couru plus qu’eux, mais nous avons mal couru. L’équipe est physiquement bien, c’est très probable qu’il y ait de la fatigue mentale, mais nous devons continuer. Cela fait quatre matchs que nous ne gagnons plus, nous étions habitué à autre chose, je dois chercher à bien analyser le tout et à travailler bien plus." Y-a-t ‘il aussi un peu de fatigue physique ? "Je pense que oui, le Genoa jouait souvent long, les équipes se sont un peu étirées, ce n’étais pas simple, mais mis à part les vingt première minutes, nous proposions une possession de balle de 72% et nous avions obtenus 14 corner à rien, nous avons tiré non-stop, il ne manquait que le but. C’est la troisième partie où l’on n’y arrive pas, nous devons être meilleur pour que les faits de jeu tournent en notre faveur." Y-a-t ‘il quelque chose qui vous inquiète ? "Oui et le fait de tirer 40 fois au but sans marquer m’inquiète clairement. Aujourd’hui, nous n’avons rien concédé, nous avons réalisé une belle prestation défensive, aussi via nos attaquants. Mais nous devons être bon pour marquer et reprendre du bon pied. L’occasion de D’Ambrosio est retentissante, mais en ce moment, nous n’y parvenons plus, nous devons faire plus." Est-ce seulement une question que cela aille à nouveau en votre faveur ou est-ce que quelque chose ne va plus ? "Je serai bien plus inquiet sans création d’actions. Entre Sassuolo et le Genoa, nous avons créé énormément, mais nous devons avoir plus de lucidité dans la dernière passe, comme lorsque nous étions parvenu à le faire auparavant, on y travaille quotidiennement pour y parvenir." Lautaro était-il sur le banc à la suite d’un Turnover ? "Je pense bien, comme c’était le cas pour Skriniar et les autres. Depuis le 20 août, nous jouons tous les jours, je dois donc chercher à alterner, quand cela m’est possible, mes joueurs." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  10. Une nouvelle occasion de reprendre la tête de balancée, un retour dans la course au titre de la Juve et une seconde place obtenue dans les dernières secondes par le Napoli : Cette 27ème journée de championnat a clôturé un mois de février cauchemardesque! Et si Simone Inzaghi doit se rendre compte, qu’ici ce n’est pas la Lazio, ce n’est pas faute pour les Nerazzurri de ne pas avoir essayé! Selon Sky Calcio Club, qui a analysé l’attaque entre les équipes du Top 3, on note une importante différence entre l’Inter du premier tour et l’Inter actuelle. Pour le premier tour, sur les 49 buts inscrits, les attaquants en ont marqué 25 avec un pourcentage de 51,02%. Sur la phase retour actuel, sur 6 buts réalisés, les attaquants en ont marqué 2 avec un pourcentage de 33,33%. L'équipe d'Inzaghi est l'équipe qui dispose d'une dépendance fondamentale de la part de ses attaquants, eux "absents", elle s'est mise en difficulté. Les deux derniers matches contre Sassuolo et le Genoa sont emblématiques. Face à l'équipe de Dionisi, les Nerazzurri ont tiré 29 fois. Contre le Grifone, 21 tirs ont été effectués, mais aucun but n'a été marqué dans les deux cas. Si les attaquants sont muets, Danilo D’Ambrosio avait eu la meilleur occasion en touchant du bois sur un corner. De son côté, le Genoa a su résister aux assauts jusqu’à parvenir à mettre hors-jeu une équipe qui n’est plus que l’ombre d’elle-même! Place à présent au Derby Della Madonnina ce mardi pour la manche aller de la demi-finale de la Coupe d’Italie, mais surtout la réception, ce vendredi, de la Salernitana où marquer et l’emporter va s’avérer impératif, surtout pour mettre la pression sur le Milan et le Napoli qui s’affronteront……et garder une Juventus retrouvée via le recrutement de Dusan Vlahovic à distance! Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Genoa 0-0 Inter Buteur(s): / Genoa : 57 Sirigu; 36 Hefti, 52 Maksimovic (53' 50 Cambiaso, 61' 16 Calafiori), 55 Ostigard, 15 Vasquez; 27 Sturaro, 47 Badelj; 11 Gudmundsson (82' 8 Amiri), 10 Melegoni, 90 Portanova (82' 65 Rovella); 45 Yeboah (61' 91 Kallon) Banc: 1 Semper, 22 Marchetti, 18 Ghiglione, 23 Destro, 32 Frendrup, 33 Hernani, 99 Galdames T1: Alexander Blessin Inter: 1 Handanovic; 33 D'Ambrosio (87' 88 Caicedo), 6 De Vrij, 95 Bastoni; 2 Dumfries, 23 Barella (83' 8 Vecino), 77 Brozovic, 20 Calhanoglu (74' 22 Vidal), 14 Perisic (83' 32 Dimarco); 9 Dzeko, 7 Sanchez (74' 10 Lautaro Martinez) Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 5 Gagliardini, 13 Ranocchia, 36 Darmian, 37 Skriniar T1: Simone Inzaghi Arbitre: Daniele Chiffi VAR: Paolo Silvio Mazzoleni Averti(s): Perisic (I), Blessin (G), Ostigard (G) Expulsé(s) : / ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  11. Le défenseur Génois Zinho Vanheusden sera absent pour la réception de l'Inter ce soir, en raison d'une blessure, selon la presse Italienne. Comme l'a rapporté FCInterNews, le défenseur Belge souffre du genou. Il ne jouera pas contre l'Inter. L'attaquant de l'Atalanta, Roberto Piccoli, ne participera pas non plus au match car il souffre d'un problème à la cuisse. Cela signifie qu'Alexander Blessin pourrait débuter au Marassi avec Nadiem Amiri en attaque, qui a récemment rejoint le Genoa, en provenance de la Bundesliga. L'Inter accueillera de nouveau Alessandro Bastoni et Marcelo Brozovic dans son onze de départ après que les deux hommes aient été suspends pour le match contre Sassuolo le week-end dernier. L'Inter a perdu ce match 2-0 et cherchera à rebondir avec une victoire sur le Genoa vendredi soir au Marassi. ®Internazionale.fr ~ Aurios-Inter Via SempreInter
  12. MILAN - L'Inter se prépare à affronter le Genoa pour sa 110ème rencontre de Serie A. Avant ce match de la 27ème journée de championnat, nous vous présentons cinq faits sur les rencontres précédentes. Le coup de maître de Stankovic Il y a un match contre le Genoa dont les tifosi Nerazzurri se souviennent avec émotion, tant pour le score (0-5) que pour l'incroyable but inscrit par Dejan Stankovic. C'était en novembre de la saison du triplé, lorsque Deki a libéré toute sa puissance de feu depuis la ligne médiane, reprenant de volée un dégagement de Marco Amelia et l'envoyant directement au fond des filets. À bien des égards, cette volée est le précurseur de celle, similaire et sans doute encore plus célèbre, qu'il a inscrite contre Schalke 04 de Manuel Neuer. D'Ambrosio le dernier buteur au Ferraris La dernière fois que l'Inter a rendu visite au Genoa, des buts de Romelu Lukaku et de Danilo D'Ambrosio ont permis à l'équipe d'Antonio Conte de prendre trois points. Le défenseur a marqué deux buts contre le Genoa pour l'Inter - tous deux de la tête. L'autre était un but en fin de match lors de la victoire 1-0 au Meazza le 24 septembre 2017. Le premier de Nagatomo pour l'Inter C'est au Genoa que Yuto Nagatomo a fait ses débuts avec les Nerazzurri lors d'une victoire 5-2 à San Siro en mars 2011. Le latéral japonais, très apprécié, a récidivé la saison suivante au Ferraris, le 13 décembre. Nagatomo a également trouvé le chemin des filets contre les Rossoblu - un autre coup de tête - lors de la première journée de la saison 2013/14. Gagliardini contre le Genoa : débuts et doublés Roberto Gagliardini est le joueur actuel de l'Inter qui a le plus de buts en Serie A (cinq) contre le Genoa à son actif. Le milieu de terrain italien a inscrit ses deux doublés en première division contre l'équipe de Ligurie, en novembre 2018 et avril 2019, et il a également fait ses débuts en Serie A contre les mêmes adversaires en tant que joueur de l'Atalanta au Ferraris en mai 2016. Rencontres précédentes La plus grande victoire de l'Inter en déplacement au Genoa a été la déroute 5-0 du 17 octobre 2009. Esteban Cambiasso et Mario Balotelli ont ouvert le score avant que Dejan Stankovic n'inscrive une magnifique volée du pied droit depuis la ligne médiane pour donner trois buts d'avance aux visiteurs à la pause. Patrick Vieira et Maicon ont ajouté de l'éclat au score en seconde période au Ferraris. ®Oxyred – Internazionale.fr via Inter.it
  13. Selon Sky Sport 24, Robin Gosens devrait faire son apparition dans la liste des convoqués en vue de la confrontation opposant le Genoa à l’Inter, ce vendredi 25 février à 21h00: "Il est peut-être trop tôt pour le revoir sur le terrain, mais il pourra retourner sur le banc pour goûter, à nouveau, à l’ambiance d’une rencontre après un très long arrêt, qui sait s’il pourrait disposer de quelques minutes de jeu. Cette nouvelle force pourrait également redonner de l'enthousiasme à un milieu de terrain qui sort d'une mauvaise passe." "L'équipe de Simone Inzaghi doit trouver un moyen de se remettre en selle après la défaite, peut-être inattendue, contre Sassuolo. Et après la défaite contre Liverpool en Ligue des champions, qui était, elle, très certainement imméritée." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  14. France Télévisions - L'Atalanta Bergame a annoncé, samedi 19 février, que le capital du club passait majoritairement entre les mains d'un groupe d'investisseurs mené par l'Américain Stephen Pagliuca, co-proprétaire de l'équipe de NBA des Boston Celtics et co-président du fonds américain Bain Capital. La famille Percassi, propriétaire actuel du club italien de football, va conserver 45% des parts et Antonio Percassi et Luca Percassi resteront président et administrateur délégué, a précisé la "Dea" dans un communiqué en italien. Stephen Pagliuca, à la tête du groupe d'investisseurs qui va acquérir 55% du club, va être pour sa part nommé co-président. Huit clubs italiens aux mains d'investisseurs nord-américains Cette arrivée s'inscrit dans un mouvement de fonds d'investissement nord-américains dans le football italien, considéré comme un secteur en retard en matière de niveau de droits TV et de développement des stades selon les experts. Près de la moitié des vingt clubs de la Serie A battent désormais pavillon nord-américain avec, outre l'Atalanta, la Roma, l'AC Milan, la Fiorentina, Venise, La Spezia et le Genoa, racheté cet automne par le fonds 777 Partners. Bologne appartient de son côté à un propriétaire canadien. L'Atalanta Bergame, longtemps considéré comme un club de second plan, s'est particulièrement développée depuis quelques années en se hissant régulièrement dans le Top 4 du championnat, ce qui lui a permis de disputer la lucrative Ligue des champions ces trois dernières saisons. ®AFP
  15. C’est une révélation de Calcio&Finanza : L’enquête sur les plus-values est arrivée à son terme, celle-ci concerne 11 clubs: La Juventus en première ligne, mais également quatre clubs de Serie A : Le Napoli, La Sampdoria, Le Genoa et l’Empoli. La Vieille Dame a d’ailleurs réagi par le biais d’un communiqué "La Juventus Football Club Spa annonce qu'elle a reçu ce soir, avec 10 autres clubs de football italiens et leurs dirigeants, un "Avis de conclusion d'enquêtes" du Parquet fédéral auprès de la FIGC concernant l'évaluation des effets de certains transferts de droits d'enregistrement de joueurs, sur ses états financiers et sur la comptabilisation des plus-values, suite au rapport de la Covisoc, pour la violation présumée de l'article 31, paragraphe 1, et des articles 6 et 4 du Code de la Justice Sportive". "Il convient de préciser que le document notifié, concernant certains transferts réalisés au cours des exercices 2018/19, 2019/20 et 2020/21, ne constitue pas l'exercice d'une action disciplinaire par le parquet fédéral. Le Club peut maintenant avoir accès aux documents et préparer sa Défense dans les termes prévus par le Code, en espérant qu'il pourra démontrer la régularité de ses actions". Régularité et Juventus dans un même énoncé....comment dire.... ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  16. L’absence de Marcelo Brozovic s’est extrêmement fait ressentir, ce dimanche, au Stade Giuseppe Meazza. Comme jamais depuis trois saisons, l’Inter ne s’est faite autant dominer à domicile, comme jamais l’absence d’un joueur s’est fait autant ressentir. Une défense catastrophique, une absence de connexion au milieu de terrain et une attaque alignée qui n’a plus inscrit le moindre but en championnat depuis la mi-décembre : Simone Inzaghi, contraint de procéder à un turnover, s’est tiré une balle dans le pied car l’opportunité était très (trop ?) belle de passer devant le Milan tenu en échec à la Salernitana. Si l’Inter s’est incliné suite aux buts inscrit dans la première demi-heure par Raspadori dans un contre assassin à la 8’ et par Gianluca Scamacca, futur Nerazzurro qui ne l’a pas fêté à la 26’, Domenico Berardi a tapé du bois et Milan Skriniar s’est chargé d’éviter la correctionnelle vu l'absence "physique" de Samir Handanovic . De son côté, l’Inter se verra un but de Stefan De Vrij refusé par la VAR suite à un touché d’épaule de Federico Dimarco au début de l’action, à la 95'. Les statistiques pour les Nerazzurri sont éloquentes et une image vaut bien plus qu’un paragraphe L’équipe d’Alessio Dionisi a tout simplement mérité sa victoire et elle y est parvenu avec la manière. Ce mois de février 2022 est tout simplement cauchemardesque avec 3 défaites (Milan, Liverpool, Sassuolo) et un nul (Naples) pour ces 4 derniers matchs. A présent, l’Inter va devoir prouver qu’elle dispose du mental nécessaire pour remporter le Scudetto : Le calendrier lui est favorable et Sassuolo considéré comme l’équipe piège vient d’être joué. Simone Inzaghi va devoir prouver qu’il a l’étoffe d’un Grand à en devenir: Le prochain match de Serie A aura lieu ce vendredi à 21h face au Genoa où il sera grand temps de poser les couilles sur la table : La "seule" bonne nouvelle sera de retrouver sur le terrain, non seulement Marcelo Brozovic, mais également Alessandro Bastoni. Vu ce qu’il a montré : Scamacca mérite-t ’il de porter le maillot Nerazzurro ? Tableau Récapitulatif Résumé Vidéo Inter 0-2 Sassuolo Buteur(s): 8' Raspadori, 26' Scamacca Inter: 1 Handanovic; 37 Skriniar, 6 De Vrij, 32 Dimarco; 36 Darmian (46' 2 Dumfries), 5 Gagliardini (46' 9 Dzeko), 23 Barella, 20 Calhanoglu, 14 Perisic; 10 Lautaro Martinez, 7 Sanchez Banc: 21 Cordaz, 97 Radu, 11 Kolarov, 13 Ranocchia, 22 Vidal, 33 D'Ambrosio, 38 Sangalli, 42 Casadei, 47 Carboni, 88 Caicedo T1: Simone Inzaghi Sassuolo: 47 Consigli; 17 Muldur, 5 Ayhan (46' 44 Tressoldi), 21 Chiriches, 77 Kyriakopulos; 16 Frattesi (70' 97 Matheus Henrique), 8 Maxime Lopez; 25 Berardi (89' 13 Peluso), 18 Raspadori, 23 Traoré; 91 Scamacca (70' 92 Defrel) Banc: 24 Satalino, 56 Pegolo, 4 Magnanelli, 6 Rogerio, 7 Oddei, 11 Ciervo, 15 Ceide T1: Alessio Dionisi Arbitre: Francesco Fourneau VAR: Paolo Valeri Avertis): Raspadori (S), Muldur (S), D'Ambrosio (I) Expulsé(s) : / Affluence: 38.324 tifosi ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  17. L’Inter se prépare à défier Liverpool dans l’un des matchs les plus attendus de sa saison, si sur la Carte, l’Inter est loin d’être favorite, les Nerazzurri de Simone Inzaghi tenteront d’offrir un soir de rêve, aux 37.000 tifosi qui seront présents au Giuseppe Meazza. Sur le terrain, nous retrouverons des joueurs recrutés lors du Mercato Estival 201/2022, des joueurs appelés à pallier le départ de deux joueurs qui s'étaient mis en évidence lors de la saison 2020/2021 : Romelu Lukaku et Achraf Hakimi......D'Edin Dzeko à Denzel Dumfries, plusieurs joueurs ont rejoint l’Inter d' Inzaghi, mais pour quel impact financier ? Révélation de Calcio&Finanza Calcio&Finanza, après avoir visionné les différentes documentations relative à la session estival, a pu établir que les affaires suivantes ont été conclus au centime près : Joaquin Correa, actuellement blessé, représente un coût historique de 33,387 millions d’euros en provenance de la Lazio. Surprise sur le podium, la seconde acquisition la plus importante est celle de Zihno Vanheusden qui est actuellement prêté au Genoa. Sur base de l’accord conclu avec le Standard de Liège, le coût de l’opération s’élève à 16 millions d’euros. Sur le podium, on retrouve également Denzel Dumfries et les 13,751 millions d’euros versés au Psv Eindhoven. Parmi les opérations indiquées, on retrouve également Nicolò Barella, où Cagliari était en droit de percevoir 2 millions d’euros de bonus. Le total des opérations s’est élevé à 69,226 millions d’euros. Une bonne gestion financière selon vous ? ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  18. Massimo Moratti, Président Historique de l’Inter s’est livré au cours d’une très longue interview au Corriere Dello Sport sur la réception de la Roma de José Mourinho, une première pour le portugais qui n’avait plus foulé la pelouse version "Nerazzurra" depuis un certain mois de mai 2010 Comment imaginez-vous le retour de Mourinho au Giuseppe Meazza ? "Je l’admets, cela va me faire une drôle d’impression de le voir se diriger du vestiaire, monter les escalier et s’asseoir sur le banc, mais pas celui de l’Inter. Je sais que je serai ému car des flash-backs me reviendront en tête, lorsque nous étions protagonistes : José a offert tant de choses à l’Inter, et elles ne s’oublieront jamais même si le temps passe." A vous entendre, vous transmettez la sensation que le rapport ne s’est jamais interrompu entre vous...... "Ces derniers jours nous n’avons pas discuté, et ce n’est pas un hasard, peut être que nous parlerons ensemble après le match ou dans les prochains jours. Nous nous téléphonons régulièrement et il est toujours très affectueux et très gentil envers moi. Nous sommes resté liés, c’est vrai, et pas uniquement pour ce que nous avons gagné, mais aussi pour la personne que Mourinho est." Ne vous êtes-vous jamais demandé quelle aurait été l’histoire de l’Inter, si après le triomphe en Ligue des Champions à Madrid, le 22 mai 2022, Mourinho n’avait pas quitté l’Inter pour signer au Real ? "Il est impossible de s’exprimer sur certains sujet, c’est comme ça que cela s’est passé, il avait aussi l’envie de tenter l’expérience au Real Madrid. Avec le temps et à tête reposée, je me dis que cela s’est terminé de la meilleure des façons pour tout le monde : Lui était satisfait des résultats obtenus lors de cette saison et il avait accepté un nouveau défi. Nous car nous avions obtenu le maximum, à savoir goûter à un succès attendu depuis tant d’années, le Triomphe en Coupe des Clubs Champions : S’il fallait en venir à une séparation, il n’y avait pas de meilleur épilogue." Quelques tifosi en ont pourtant voulu au portugais de ne pas être revenu cette nuit-là à Milan, pour fêter la victoire en Ligue des Champions, à l’aube au Meazza...... "De l’eau a coulé sous les ponts, il avait déjà pris sa décision bien avant la finale, mais nous n’en avions pas parlé car lors de ce mois de mai, nous étions en course pour les trois titres et nous ne voulions pas rompre le charme. Notre accolade sur le terrain du Bernabeu après la victoire sur le Bayern et notre dîner deux jours après chez moi, ont éclairci tout le reste." Ce soir, il s’agira aussi des "retrouvailles" entre José et le Peuple Nerazzurro...... "Il sera accueilli avec beaucoup d’affection et de sympathie, je n’ai aucun doute à ce sujet. S’il entraîne à présent la Roma, il a écrit l’Histoire avec nous, et quelle histoire." L’Unique équipe italienne à avoir réalisé le Triplé...... "Cela continue à toujours bien sonner avec le temps...... il rit. Et c’est pour cela que ce sera un plaisir de revoir Mourinho au Meazza. Pour vous dire la vérité, je suis moi aussi curieux de le voir avec sa nouvelle vareuse. Jusqu’à présent, au Meazza, je l’ai vu au Meazza comme adversaire du Milan, jamais de l’Inter." Allez-vous le soutenir ? "Non, non je ne suis pas fou. Même si j’ai beaucoup de sympathie pour lui, je supporte l’Inter, José le sais et il le comprendra." Mourinho pourrait-il être touché par le fait de faire face à son ancien public ? "Je crois que oui, car il y a à l’Inter et chez les interistes un vrai lien, mais personne ne se fera de cadeau." Ses récentes sorties sur les arbitres vous rappellent-elles celles vécues lors de ses deux années à l’Inter ? "Tu sais quoi ? Le temps a beau passé, mais José se défendra toujours...... et il le fait assez bien (il rit)". Peut-être parce que les arbitres italiens ne lui sont pas sympathique ? "Je ne le dirais pas de cette façon car je ne crois pas que c’est le cas. José est tout simplement une personne qui n’est pas hypocrite, lorsqu’il défend son club, il le fait en mettant les mains dans le cambouis et en disant toujours ce qu’il pense. Ensuite, c’est Mourinho et lorsqu’il fait quelque chose, il le fait pour le bien." Comme ce geste du 20 janvier 2010 lorsqu’il a protesté en mimant les menottes face à Tagliavento qui venait d’expulser Samuel et Cordoba ? "J’ai souris ce jour-là et je souris encore maintenant lorsque j’y repense. Au-delà de la raison pour laquelle il a fait ce geste, il faut vraiment avoir un esprit spécial, comme le sien, pour protester de cette façon à chaud, c’était génial, vraiment génial." Au-delà des protestations arbitrales, passées et actuelles, le portugais ne parvient plus à la Roma à obtenir de grands résultats...... "Au début de saison, je pensais qu’il avait une bonne équipe mais qu’il ne disposait pas d’un noyau complet pour disputer le titre et je ne me suis pas trompé. A présent, il me semble que l’équipe s’est améliorée et il peut disputer une bonne seconde partie de saison. Pour lui, c’est une nouvelle aventure dans une place chaude et ce n'est jamais simple : Il faut lui donner du temps, mais il fera de belles choses." Vous êtes convaincu par le fait qu’il peut aussi gagner dans la Capitale ? "Selon moi, oui, sa carrière parle pour lui. C’est évident qu’il faut lui donner le temps de tout construire, mais je n’ai aucun doute sur ses capacités et sur le fait que c’est un gagneur." En attendant, il est parvenu à rentrer dans le cœur des tifosi Giallorossi...... "C’est normal, c’est quelqu’un qui vous veut du bien, il est aussi doué, sérieux et professionnel. Il séduit tout le monde car il ne prend pas les choses qui se présentent à lui de façon superficielle, il donne tout pour obtenir les résultats qui lui ont été demandé, voire plus." Friedkin a bien fait de l’engager alors ? "Je pense qu’il a pris l’un des meilleurs entraîneurs en circulation, et son retour a aussi été important pour le Calcio, c’est un entraîneur intelligent, sa présence est médiatique et ses capacités professionnelles sont une valeur ajourée pour la Serie A." Quelle est l’atout Plus du Special One ? "Au-delà de sa capacité à bien faire jouer l’équipe et à faire ressortir le meilleur de chacun, comme par exemple Zaniolo, je dirais qu’il excelle dans le fait de créer un rapport exceptionnel avec le groupe et qu’il sait toujours quelle chose dire." Avez-vous une anecdote ? "Lors de l’année du Triplé, lors du Derby retour, nous étions devant au score (1-0) mais Sneijder avait été expulsé et je voyais de la nervosité sur le terrain. J’étais parti au vestiaire pour tranquilliser les garçons et je les ai tous vu concentré et à l’écoute de Mourinho. Il expliquait ce qu’l fallait faire pour doubler la mise et tuer le match, même à dix, il y avait un calme olympien, on n’entendait pas une mouche voler." "D’autres entraîneurs pour motiver l’équipe aurait chargé l’arbitre mais José parlait uniquement de tactique, avec le sang-froid d’un pilote qui sait qu’il doit faire face à une situation des plus difficile. Pandev doublait la mise et nous l’avons emporté. Je ne me souviens plus en revanche de ce qu’a dit Mourinho en conférence de presse sur l’arbitrage, il rit." Quel match sera Inter-Roma ? "C’est difficile de le dire, les Giallorossi se présente suite à un match nul face au Genoa caractérisé par de nombreuses polémiques, l’Inter se présente après avoir jeté le Derby par la fenêtre d’une façon que je ne m’attendais pas, surtout vu comment s’était déroulé la rencontre." Si vous aviez été Président, qu’auriez-vous fait ? "Je laisse tomber certains discours, je suis resté surpris par la perte du rythme que l’Inter imposait depuis 65-70 minutes et le Milan en a profité. Les Derbys sont dangereux pour une équipe qui a l’avant et cette fois, nous avons pris une leçon nous. Une défaite de ce genre est riche d’enseignements et il faut surtout renouer immédiatement avec la victoire car ce mois de février est composé de match de haut niveau." Avez-vous peur que le Derby ait miné les certitudes du groupe ? "Je ne crois pas, l’équipe existe, elle est forte, composé de bons joueurs et d’un excellent entraîneur. Inzaghi s’est, pour moi, intégré très rapidement au Monde Nerazzurro et il est capable d’apporter encore plus à un groupe qui a gagné avec Conte. Tout le monde pensait avoir vu à ce moment-là l’Inter a son meilleur niveau. Pourtant sans Romelu Lukaku, Achraf Hakimi et Christian Eriksen, elle est parvenue à faire mieux, le mérite en revient à Inzaghi qui a des capacités importantes. De temps en temps, des erreurs peuvent se produire, comme dans le derby, mais je pense qu'il fait beaucoup mieux que ce que beaucoup attendaient." Serez-vous un Tifoso serin et optimiste ? "Je le suis et les autres tifosi doivent l’être aussi, je suis convaincu que l’Inter vivra une belle fin de saison." Reste-t ’elle la favorite pour le Scudetto ? "Je ne parle pas de favorite, je dis qu’elle peut l’emporter, mais que ce ne sera pas facile, le Napoli m’impressionne énormément, il dispose d’un axe central redoutable et il me semble qu’il a surmonté sa période de difficulté." Pensez-vous à la seconde étoile ? "Elle serait si belle sur ce Maillot Nerazzurro, j’en suis convaincu." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  19. Simone Inzaghi s’est livré ce lundi soir à la veille de la réception de l’As Roma dans le cadre des quarts de finale de la Coppa Italia Frecciarossa, une rencontre a élimination directe qui propulsera le lauréat en demi-finale. L’interview relayée à Sport Mediaset "La Coupe d’Italie est un objectif très important pour nous, elle doit être dans l’Adn de l’Inter. Nous sommes en quart de finale et demain, nous disputerons une rencontre importante. Nous sommes conscients qu'après avoir battu Empoli, si nous battons la Roma demain, ce qui s'annonce très difficile, nous serons en demi-finale." "Demain, nous ferons face à une équipe forte qui est capable de battre n’importe quel adversaire, qui est composé de très grands joueurs de qualité, d’un grandissime entraîneur comme José Mourinho et nous devrons être bons. Nous voulons nous racheter après avoir perdu de façon imméritée le Derby, et nous savons que le football est constitué de faits de jeu." "La Roma ne sera pas non plus heureuse d'avoir fait match nul à domicile contre le Genoa, un résultat qu'elle ne méritait pas non plus. Nous ressentons toujours à la maison la chaleur de nos tifosi, demain, ce sera un match de milieu de semaine, mais je sais qu’ils seront là pour chercher à nous transcender comme ils l’ont toujours fait depuis le début de saison : J’espère leur offrir une qualification." "J’ai la chance d’avoir une équipe forte et compétitive. Depuis le début de saison jusqu’à aujourd’hui, celui qui a joué 15, 30, 45 ou 90 minutes a toujours fait preuve d’une grande disponibilité. Nous revenons d’une brute défaite, nous devrons être bon et rationnel pour garder en tête toutes les bonnes choses que nous sommes parvenus à réaliser jusqu'à ce jour , car nous voulons continuer à poursuivre ce parcours entrepris lors de ces six premiers mois." Andiamo Ragazzi ! ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  20. Que représente financièrement parlant le noyau de l’Inter après les retouches de ce mercato hivernal ? Cette question a été analysée par Calcio&Finanza: L'Inter devrait clôturer la saison 2021/22 avec un coût global de son noyau (soit les salaires bruts, les dépréciations et les amortissements) à hauteur de 225 millions d’euros, ce qui représente une baisse de 31 millions d’euros comparé à la saison 2020/2021. Explications En respect au coût de l’effectif calculé en début de saison, les opérations en entrée et en sorties finalisées au 31 janvier 2022 ont contribué à augmenter le coût de l'effectif d'environ 3 millions d’euros : Des prolongations de contrats ont été officialisées, le contrat de Christian Eriksen a été rompu. Au cours de la session hivernale du Mercato, l’Inter comptabilise deux opérations en entrées : Robin Gosens en provenance de l’Atalanta Felipe Caicedo (en prêt sec) en provenance du Genoa Pour l’équatorien, le club ne lui versera que 800.000€ jusqu’au 30 juin 2022. Pour le latéral allemand, l’affaire s’est conclue sur la base d’un prêt de 18 mois avec une obligation de rachat obligatoire activée sous certaines conditions pour un montant total de 25 millions d’euros. En prenant en considération les conditions à remplir du rachat, tel que le premier but inscrit par l’Inter au cours de la saison 2022/2023, l’Inter doit donc retranscrire immédiatement l’acquisition du joueur en qualité de recrutement définitif. Le mercato en sortie a enregistré le départ, en prêt sec de Stefano Sensi à la Sampdoria Les opérations du mois de janvier Acquisition de Robin Gosens en provenance de l’Atalanta : 25 millions d’euros Acquisition de Felipe Caicedo en provenance du Genoa : En prêt sec jusqu’à la fin de la saison Cession de Stefano Sensi a la Sampdoria : En prêt sec jusqu’à la fin de la saison "Vu qu’il s’agit qu’il s’agit d’opérations finalisées, aussi bien en entrée et en sortie, nous constations la présence d’une économie d’environ 5 mois sur les émoluments de Robin Gosens, vu l’épargne réalisée par le départ de Stefano Sensi. Ont également été pris en considération l’impact des prolongations des contrats de Lautaro Martinez, Nicolò Barella et Federico Dimarco, sans oublier la résolution du contrat de Christian Eriksen qui représente une dévaluation négative sur le bilan à hauteur de 15,3 millions d’euros. Au niveau du coût sur l’effectif, ce départ permettra d'économiser six mois d'amortissements et de salaire (couvert toutefois par une contribution de la FIFA après le problème cardiaque dont a été victime l’international danois l'été dernier)." Les chiffres joueurs par joueurs Ci-dessus, vous retrouverez le tableau réalisé sur base de la simulation proposée par Calcio&Finanza, le coût global de l'effectif de l'Inter pour la saison 2021/22, prend en compte les transactions entrantes et sortantes réalisées lors de ce mercato hivernal. Il y a donc lieu de considérer qu’à la suite de la fenêtre hivernal du mercato, que le coût de l’effectif de l’Inter pour la saison 2021/2022 est de 224,9 millions d’euros: Soit une baisse de 31 millions d’euros comparé aux estimations proposé pour la saison 2020/2021. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  21. Quelques heures après avoir annoncé l’arrivée de Robin Gosens en provenance de l’Atalanta, l’Inter est parvenu à finaliser une nouvelle transaction : L’arrivée de Felipe Caicedo en provenance du Genoa Selon Sky, l’opération qui mène à l’ancien soldat de Simone Inzaghi du temps de la Lazio, est la suivante : Prêt sec jusqu’à la fin de la saison. Le club lui versera un salaire de 800.000€ jusqu’au 30 juin 2022. La visite médicale est prévu pour ce vendredi, s’en suivra la signature du contrat le liant à l’Inter.Il reverra, virtuellement ensuite Simone Inzaghi, qui est pour l’instant, positif au Covid-19. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  22. Giuseppe Marotta ne changera donc jamais : Après avoir recruté Robin Gosens au cours d’une opération éclaire avec l'Atalanta, il offre à Simone Inzaghi un second cadeau, l'attaquant équatorien, Felipe Caicedo! La transaction est la suivante : Un prêt sec jusqu’au 30 juin 2022. Le joueur a déjà dit oui à Simone Inzaghi, tout en acceptant de revoir ses émoluments. En effet, le joueur a décidé de renoncer à une partie de ses 2,5 millions d’euros actuels octroyé par le Genoa. "Il est improbable que l’acquisition saute" - la Gazzetta Dello Sport Felipe percevra donc jusqu’au 30 juin environ un million d’euros, soit un peu moins que le salaire épargné de Stefano Sensi, parti également en prêt sec à la Sampdoria. Si l’Inter tient toujours au chaud la solution interiste : Eddie Salcedo prêté à la Spezia, le choix est fait et rien ne s’oppose à la négociation liée à Caicedo. L’idée de son recrutement est née immédiatement après la blessure de Joaquin Correa lors de la rencontre face à Empoli. Il est logique de penser que le joueur équatorien se présentera vendredi à Appiano Gentile pour faire connaissance de ces nouveaux équipiers. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  23. C’est une information de la Gazzetta Dello Sport et, parfois, il existe des équipes qui vous veulent que du bien, comme la Lazio : Après nous avoir offert Roberto Mancini dans le passé, non-prolongé Stefan De Vrij et avoir cédé Simone Inzaghi, le club romain souhaite s’attacher les services de Matias Vecino Si le joueur est en fin de contrat au 30 juin 2022, le club entraîné par Maurizio Sarri souhaiterait le signer immédiatement: "L'intention première du club romain était de le signer gratuitement en été, mais ces derniers jours, le désir d'essayer de le recruter immédiatement a grandi. Bien sûr, certaines conditions particulières seront nécessaires comme surmonter l'obstacle que constitue le désormais célèbre "indice de liquidité". "L'autre problème est d'ordre économique, à savoir la mini-compensation que l'Inter exigera pour libérer le milieu de terrain. Pour l'Inter, Vecino risque de devenir un salaire de plus à payer et les 2-3 millions demandés pourraient alors le compenser. Le reste, pourrait être libéré par la vente de Muriqi au Cska." "D'un autre côté, Vecino retrouverait Maurizio Sarri, ce qui pourrait lui faire changer d’avis sur le fait de rester à Milan : Le joueur ayant déjà refusé de rejoindre le Genoa et Everton en Premier League." Effet domino "Si la première demande de Simone Inzaghi est celle de trouver une alternative au toujours très fiable Ivan Perisic, avec le départ de Vecino, l’Administrateur-Délégué Giuseppe Marotta et Piero Ausilio seront dans l’obligation de renforcer le milieu de terrain. Lors des échanges relatif à Stefan Sensi, le nom de Morten Thorsby a été cité. En fin de contrat en juin 2023 et ayant déjà fait part, à la Sampdoria, de son refus de parapher un nouveau contrat, il pourrait très bien rejoindre l’Inter en prêt et un simple droit de rachat." ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  24. La Gazzetta Dello Sport s’est penchée sur la visite de la Guardia Di Finanza au siège de l’Inter et sur la documentation analysée, celle-ci fait état d’une somme d’environ 90 millions d’euros. Pour l’heure, il n’a aucun chef d’inculpation Les officiers ont passé quatre heures à la Viale Della Liberazione, au siège des Champions d’Italie, ils sont ensuite partis au siège de la Lega Calcio, lieu où tous les clubs déposent les contrats. Ceux-ci ont fait l’acquisition de tous les documents relatifs au transfert pour la période 2017-2019 : Il s’agit des états financiers, des contrats, des mouvements bancaires sur les échanges afin de s’assurer de la régularité comptable des relatives plus-values comme l’explique dans une note, le Procureur faisant fonction Riccardo Targetti. Les officiers ont ainsi analysé la situations des deux milanais et mis en évidentes quelques éventuelles criticités, encore à vérifier, dans le bilan de l'Inter. Dans le détail, ils veulent comprendre si "la valeur des droits d'enregistrement des joueurs" a été délibérément surévaluée afin d'augmenter les revenus et, par conséquent, de diminuer les pertes, explique La Rosea Selon celle-ci, voici la liste des transactions passées au crible Davide Bettella évalué à 7 millions d’euros (soit que de la plus-value). Davide Bettella est aujourd'hui le défenseur central de Monza avec un total de 17 minutes en Serie B, mais à l'époque il était un récent champion d'Italie avec les Primavera et l'équipe nationale U19 sans la moitié d'un match joué chez les adultes. Son nom est lié à celui de son ami Marco Carraro. Marco Carraro a été vendu à la Dea en 2018 pour 5 millions (dont 4,4 millions de plus-values). Aujourd'hui, Carraro joue plus régulièrement que son ami à Cosenza, mais à l'époque, à peine âgé de 20 ans, il avait derrière lui une moitié de championnat B à Pescara. D'ailleurs, deux jours seulement après son arrivée chez Gasperini, Gasp, il a été immédiatement transféré en prêt à Foggia. Le riche parcours de Bettella-Carraro a eu lieu alors qu'Alessandro Bastoni passait de Bergame à Milan pour 31,1 millions d'euros: cela semblait un pari exagéré, mais le temps a montré que c'était finalement un bon investissement. En 2018, il y a le futur crack Zaniolo valant seulement 4,2 millions (2,6 millions de plus-values) : avec le recul, Nainggolan a été surévalué le premier et Zaniolo sous-évalué le second. Mais cette année-là, la plus grosse plus-value est celle de Davide Santon, vendu à la Roma pour 9,5 millions après une saison décevante avec Spalletti : 8,1 millions de plus-value. Celle-ci figure avec l'affaire Zaniolo, dans la même acquisition lucrative de Radja Nainggolan (39,5 millions). Parmi les protagonistes de cette session figurait Ionut Radu, le second de Samir Handanovic. Mais à l'époque, revenant d'un prêt à Avellino, il est vendu au Genoa pour 8 millions, mais un rachat par les Nerazzurri de 12 millions est également inclus. Comme prévu, l'Inter a levé son option en 2019, même si le Roumain a été laissé en prêt au Rossoblù pour une saison supplémentaire. Finalement, Radu bénéficie désormais d'un contrat de 1,8 million d'euros et des quelques miettes laissées par Handa sur le terrain." Les deux autres jeunes bien notés cette saison-là sont Federico Valietti, un latéral actuellement prêté à Pordenone, acheté au Genoa pour 6 millions d’euros, dont la quasi-totalité en plus-value, et le Danois Jens Odgaard, classe 99, transféré à Sassuolo il y a trois saisons pour 4,6 millions d’euros (pour une plus-value de 3,5 millions d’euros). Le transfert en Emilie-Romagne a eu lieu avant le 30 juin et a été entrelacé avec celui de Matteo Politano de Sassuolo à l'Inter après le 1er juillet. Ce projet est typique de ces années-là, lorsque le club était engagé dans une course contre la montre pour gagner de l'argent avant la date de présentation du budget annuel, lui qui disposait ensuite, de plus de marge de manœuvre dans les semaines suivantes. Dans la même saison, aux 5,3 millions de plus-value du défenseur colombien Murillo, il faut ajouter les 1,2 de l'Albanais Manaj à Albacete. Pour compléter le tableau 2018, d'autres cessions de joueurs qui ne sont plus stratégiques et qui, dans l'ensemble, n'ont pas ou peu apporté au poste des plus-values : Nagatomo, Bardi, Kondogbia, Medel, Jovetic. Dans l'analyse de la deuxième saison dans le viseur du procureur, il suffit de se concentrer sur deux amis, protagonistes du Primavera Scudetto 2017. Ce sont les auteurs des deux buts des Nerazzurri en finale contre la Fiorentina : Zinho Vanheusden, désormais au Genoa de Sheva, et Andrea Pinamonti, qui, prêté à Empoli, retrouve le niveau qu'il avait promis. La vente de "Pina" au Genoa en 2018-19 avait renfloué le budget avec 19 millions de plus-value, pour un retour stratégique à Milan lors de la saison du Scudetto pour 21 millions et un salaire de 2,2. Le Belge de 21 ans, quant à lui, a été vendu il y a deux saisons au Standard de Liège pour près de 11,7 millions (plus-value de 9,5) et a été racheté cette saison : 16, c'est le montant dépensé pour effectuer le trajet retour. Aujourd'hui, Andrea Adorante évolue en tant qu'attaquant à l'ACR Messina en Serie C, mais à l'époque, il avait été vendu à Parme pour une plus-value de 3,9 millions. Marco Sala, un défenseur prêté à Crotone, a fini pour 3 millions à Sassuolo. Le même prix a été payé pour Gabriele Zappa, ensuite vendu à Pescara et depuis 2020 à Cagliari. Le même prix a été payé par Gabriele Zappa, qui a ensuite été transféré à Pescara et sera à Cagliari à partir de 2020. "La sérénité filtre parce que l'on constate que les évaluations des joueurs sont par définition toujours "aléatoires". En fait, même au quatrième étage du Palais de Justice, ils se déplacent avec des pieds de plomb : des cas similaires se sont déjà terminés dans le passé sans rien (en 2008, l'Inter a déjà été acquitté pour des cas similaires) et il n'y a pas de critère 'scientifique' pour déterminer quel est le juste prix d'un joueur", conclu la Gazzetta Dello Sport. ®Antony Gilles – Internazionale.fr
  25. En cinq années, le poids du Mercato a quasiment doublé, en passant de 381 à 739 millions, mais avec peu de flux de liquidité. Le Genoa a réalisé des affaires avec la Juventus pour 123 millions et 78 millions pour l’Inter. Mais les situations sont opposées Comme le révèle la Repubblica, "le football italien est un système qui vit au-dessus de ses moyens, dépensant chaque année près d'un milliard d’euros de plus que ce qu'il ne gagne. Mais dans le silence de ses propres institutions, le Calcio a imaginé un système qui lui permet de ne pas sombrer : l'échange fantôme de joueurs surévalué ou presque." "En 2015, la Serie A a facturé 2,2 milliards pour 381 millions d’euros de plus-value (soit 17%). 5 années plus tard, cette somme a doublé pour culminer à 739 millions d’euros, alors que les recettes n'ont même pas augmenté d'un tiers. Tout le monde est fautif : Le Napoli a payé 20 millions d’euros sur les 71 requis pour Victor Osimhen en donnant à Lille des jeunes joueurs professionnel et un troisième gardien de but proche de la fin de carrière." "À la Juventus, l'impact des recettes a vertigineusement explosé en deux saisons :De 2018 à 2020, la période étudiée, les effets produits par les ventes de joueurs ont augmenté de 70 %. L'un des clubs avec lesquels la Juventus a mis en place un flux assez continu est le Genoa : Une somme proche des 123 millions d'euros de transferts ont circulé entre les deux écuries. En réalité, seuls 25 ont servi à gonfler les comptes courants. Le reste a été considéré comme valeur nominale d’échange, soit pour la même valeur, soit via une valorisation." "Il est complexe de comprendre l’intérêt sportif de ces tractations: Sur les 74 millions dépensés par la Juve, 14 apparitions ont été comptabilisée en Serie A : 12 pour Perin, 2 pour Zanimacchia. Le cas de Romero est le plus nébuleux : acheté pour 26 millions aux Rossoblù, et revendu pour 16 (avec une moins-value de 5 millions d'euros) à Atalanta qui l'a immédiatement vendu pour 55 millions à Tottenham de l'ancien Directeur Sportif de la Juventus Paratici." "Dans le projet à destination des investisseurs diffusé par la Juventus il y a quelque mois, la Juve a mis en avant "son attention qui a toujours été consacrée à son vivier, avec une politique de croissance et de développement des jeunes". Comme Audero, qui est parti à à la Samp pour 20 millions, ce qui a ouvert un canal d’opération de surévaluation des jeunes, qui si tout va bien, militent actuellement en Serie C." "Parmi les noms cité dans ce folder, on retrouve Favilli et Muratore, qui ont presque 24ans et qui, sans jamais avoir brillé, ont permis de rapport au club 19 millions d’euros via des négociation générée avec le Genoa et l’Atalanta. Dans le vivier, le cas le plus extrême est celui de Kean : vendu 30 millions à Everton avec une plus-value de 22 millions. Après deux saisons, il est revenu à Turin pour 35 millions d’euros.' "C’est difficile à l’expliquer, mais on voit des joueurs qui vont et qui viennent en Serie A" "Prenons l’exemple de l’Inter: Depuis 2018, six opérations ont eu lieu entre les Nerazzurri et le Genoa pour 78 millions d’euros : Chaque club a acquis trois joueurs. Dans les faits, seul 5 millions d’euros ont bougé car les joueurs concernés sont toujours restés les mêmes : En 2018, le Genoa avait acquis Radu, repris l’année suivante par l’Inter en dépensant un peu plus que ce qu’elle avait récolté précédemment. 12 mois plus tard, c’est le tour de Pinamonti : Vendu au Genoa pour 19 millions et racheté un an plus tard pour 21 millions: Ni lui, ni Radu n’ont jamais quasiment jamais joué Idem pour Vanheusden, vendu au Standard et racheté par la suite." Pourquoi un club en crise devrait-il dépenser pour des joueurs qu'il n'utilise pas ? "La plus-value comptabilisée après le premier transfert, est prise en considération." La Repubblica cite donc l’Inter, mais la somme mise en jeu est loin, très loin d’être incriminante : Toutefois, cela met en évidence un procédé qui est amené à disparaître à l’avenir Cela explique également le fait que Giuseppe Marotta se soit montré serein vis-à-vis de cette situation "L’Inter est-elle confrontée à des problèmes avec lesPlus-Value ? Absolument pas. J'ai envie de dire que le modèle italien doit garantir le commerce des joueurs. Nous sommes un championnat de de transition, les champions ne terminent pas leur carrière ici, nous l'avons vu avec Lukaku et Hakimi. Ceux qui viennent en Italie ont ensuite l'espoir d'aller en Premier League ou au Paris-Saint-Germain. Il faut aussi voir dans les situations d'Hakimi et de Lukaku que celles-ci ont générée des plus-values." Cité, mais pas incriminée pour l’instant, cela fera plaisir au club turinois qui se considère comme une victime ®Antony Gilles – Internazionale.fr